Version classiqueVersion mobile

Habitats, nécropoles et paysages dans la moyenne et la basse vallée du Rhône (viie-xve s.)

 | 
Odile Maufras

Première partie. Les sites

Chapitre 9. Une structure de cuisson du haut Moyen Âge sur le site des Ribauds (Mondragon, Vaucluse)

Xavier Margarit et Jean-Pierre Pelletier

Texte intégral

9.1 Le site et son contexte

1Au nord du département du Vaucluse, sur la commune de Mondragon, le site des Ribauds occupe un ensemble de parcelles cultivées à 1 km à l’ouest du village, entre la rive gauche du Rhône et le canal de Donzère (fig. 68). Il s’étend sur les terrains quaternaires de la plaine alluviale rhodanienne, en un point où celle-ci amorce un rétrécissement entre le massif d’Uchaux à l’est (Crétacé supérieur, du Cénomanien au Santonien), et les hauteurs du massif de Valbonne à l’ouest. Les terrains sont des alluvions de fond de vallée, des sables fins limoneux ou argileux recouvrant directement les alluvions würmiennes de cailloutis et de galets.

FIG. 68
Mondragon/Les Ribauds : localisation du site.

2Le nom du lieu-dit Ribauds correspond à un toponyme moderne, issu de l’occitan ribe, qui désigne un bord de ruisseau ou –et c’est probablement le cas ici– un aménagement agraire de type terrasse.

3Dans ce contexte de plaine, le site a révélé, sur plus de la moitié d’une surface de 23 000 m2, d’importants témoins d’occupations diachroniques qui s’échelonnent du Néolithique final au début du haut Moyen Âge (Margarit, Ozanne 2002 ; Margarit et al. 2002). Dans la partie nord, une voie antique matérialisée par un lit de cailloutis peu dense est bordée de fossés (fig. 69) ; son orientation correspond à celle du decumanus SD9 du cadastre B d’Orange. À une centaine de mètres au sud de celle-ci, deux fossés parallèles sont orientés NO-SE. À 50 m plus au sud, en limite de fouille, sous la terre arable, se superposent deux couches remaniées ainsi qu’un niveau d’épandage sous-jacent de période historique, recelant quelques fragments de tuiles. Ces strates recouvrent les vestiges d’une structure de cuisson isolée associée à quelques fragments de céramiques attribuables au viie ou au viiie s. de notre ère. Il n’est pas possible de préciser si la voie antique était encore en usage au haut Moyen Âge, et si les deux fossés sont contemporains. Dans les niveaux supérieurs remaniés (couches 3 et 4), la présence de fragments de tuiles témoigne de la proximité d’un bâti antique, probablement un établissement rural de plaine.

9.2 Une structure de cuisson originale

4C’est une sole de cuisson qui constitue le principal témoignage de l’occupation médiévale (fig. 69 : structure 1). Il s’agit d’un aménagement de plan circulaire, de 1 m de diamètre, réalisé par agencement de fragments de tegulae et d’imbrices soigneusement disposés à plat et jointifs (fig. 70A, 71) qui forment le soubassement de la sole dont le profil légèrement concave résulte de son installation dans une cuvette. Ce soubassement était recouvert d’une couche de terre fortement indurée et rubéfiée par la chaleur (fig. 70B : couche 24). En outre, il est à noter que trois des fragments de tegulae constituant le soubassement de la sole présentent sur leur face supérieure, un décor d’incisions rectilignes obliques et parallèles, régulièrement espacées de 1,5 et 2 cm, encore que l’on ne puisse pas considérer cette particularité comme exceptionnelle pour ces éléments vraisemblablement d’origine antique.

FIG. 69
Mondragon/Les Ribauds : plan général du site avec situation de la structure du haut Moyen Âge au sud (cotes négatives d’altitude relative en cm).

FIG. 70
Mondragon/Les Ribauds : structure de cuisson du haut Moyen Âge avec cotes négatives d’altitude relative en cm. A soubassement de la sole, aménagement inférieur de tegulae et dalles ; B plan au niveau de la sole et coupe de la structure de cuisson et aménagement de blocs au nord.

FIG. 71
Mondragon/Les Ribauds : sole de cuisson médiévale, vue du nord (structure 1).

5Disposés au nord, contre la structure circulaire, des éléments de grès fin, quelques dalles à plat et quatre petites pierres plates disposées de chant de façon à combler un interstice, évoquent un accès à la sole de cuisson (fig. 71). À ce dernier aménagement étaient associés un sédiment noir charbonneux (couche 22) et un épandage diffus de petits blocs et de fragments de tegulae. Il semble que cette zone charbonneuse puisse être interprétée comme le reliquat d’un foyer en place partiellement déstructuré (fig. 70B). La situation de ce foyer contre la sole pourrait indiquer un mode de cuisson indirect, avec transmission de la chaleur à la structure par cet accès. On ne peut pas totalement exclure, du fait de la forte érosion ou arasement de la structure, que les petits blocs de cette zone puissent correspondre en partie à l’effondrement d’éventuelles élévations, mais aucun indice de cloison ou de voûte n’a été observé. En outre, le sédiment charbonneux peut résulter du glissement de résidus de combustion situés à l’origine sur la sole. Enfin, un autre amas charbonneux circulaire de 0,90 m de diamètre a été mis en évidence à 1,50 m à l’est de la sole ; il présente la même situation stratigraphique (fig. 69 : structure 2, couche 23) ; cette concentration ponctuelle de charbons correspond sans doute à un foyer simple en cuvette, ou à une vidange du foyer de la sole de cuisson à proximité.

9.3 La céramique

6Le mobilier céramique, peu abondant, représente une série homogène de 16 tessons, associés pour l’essentiel à la structure de cuisson (couches 22 et 23).

7À l’exception du petit fragment de panse en pâte kaolinitique de la couche 22, tous les tessons sont en pâte assez grossière, contenant une forte proportion de sable, avec de nombreuses inclusions diverses assez fines (jusqu’à 1 mm), parfois plus grossières (jusqu’à 4 mm), et des fines particules de mica. Ces pâtes dites « sableuses » ne sont pas très dures, les cassures sont émoussées.

9.3.1 Catalogue

Couche 22

8– 1 fragment de panse, mince (ép. 3,5 mm), en pâte kaolinitique fine ; la surface intérieure est gris foncé, la surface extérieure et les cassures gris clair.

9– 1 bord (fig. 72 : no 4) de forme variante A6, 12,5 cm de diamètre. La pâte, sableuse, de teinte grise à l’origine comme le montre le cœur des cassures dans la partie la plus épaisse, a subi une recuisson oxydante donnant au tesson une teinte rose orangé, équivalente à celle des tuiles, à l’exception du bandeau noirci à l’extérieur.

10– 1 bord (fig. 72 : no 5) de forme variante A10, 13 cm de diamètre. La pâte est sableuse, gris à gris foncé en surface et dans les cassures.

FIG. 72
Mondragon/Les Ribauds : céramiques du haut Moyen Âge (couches 22 et 23).

Couche 23

11– 6 fragments de panses, dont l’épaisseur de 4 à 5 mm peut atteindre 6 à 8 mm pour la partie de certains fragments située vers la base des vases, à proximité du fond ; les raies de tournage sont plus ou moins marquées, les sections parfois ondulées. Les pâtes sableuses sont de teinte grise à gris-beige, avec l’extérieur rosé sur 2 tessons recuits.

12– 1 fragment de fond bombé, épais de 7 à 10 mm, et d’un diamètre égal ou supérieur à 10 cm, présente un bombement marqué, égal ou supérieur à 6 mm. La pâte est sableuse, de teinte grise à gris clair.

13– 1 fragment de rebord non dessiné (orientation impossible à définir), présente une section « en poulie » avec une lèvre externe épaisse, pendante, de type non répertorié. La pâte est sableuse, de teinte grise.

14– 1 rebord (fig. 72 : no 2) de pot (?) ou d’olla de forme A, type variante A6. Le diamètre de 17 cm est important mais régulier : soit le fragment est déformé, soit plus vraisemblablement il s’agit d’une grosse forme assez exceptionnelle. La pâte sableuse est grise en surface, grise à gris-beige dans les cassures.

15– 1 rebord (fig. 72 : no 1) d’alla de forme A, type A6, de 14 cm de diamètre. La pâte est sableuse, gris-noir à gris-beige.

16– 1 rebord (fig. 72 : no 3) d’alla de forme A, type variante A6, de 14 cm de diamètre. La pâte est sableuse, gris-noir à l’intérieur et à l’extérieur, gris-noir sur le bandeau et gris clair sur le col et la panse.

17– 1 rebord (fig. 72 : no 6) de jatte ou forme ouverte, de 17 cm de diamètre, de forme non répertoriée. La pâte est sableuse, gris clair.

Couche 4

18– 1 fond (fig. 72 : no 7) convexe ou plutôt bombé, très épais. Le diamètre est de 8 cm, à la base de la panse assez nettement évasée. La pâte est sableuse beige à gris-beige dans les cassures, gris-noir en surface.

9.3.2 Datation

19Les profils des rebords renvoient à des types connus au viie s. Les deux fonds sont encore dans la tradition de la fin de l’Antiquité tardive par leur diamètre assez étroit, mais leur convexité, ou plutôt leur bombement marqué, semble correspondre à des formes dites de transition, peut-être un peu postérieures (fin viie-viie s.) qui annoncent les larges fonds bombés des ixe et xe s. (Pelletier 1997 : 114-117). Les différentes teintes correspondent à la nature inégale des cuissons de ces poteries, mais aussi parfois à des recuissons accidentelles des tessons dans un foyer ouvert, peut-être dans la structure de cuisson circulaire trouvée sur le site.

9.4 Éléments de comparaison

20La sole circulaire témoigne d’une activité de cuisson qui ne correspond pas à une structure d’artisanat de poteries : les fours de potiers du haut Moyen Âge sont effectivement bien connus régionalement, et présentent un aménagement, avec alandier en élévation, de conception fondamentalement différente (Thiriot 1986b). Cette sole de cuisson évoque une structure de combustion de forme circulaire de 1,80 m de diamètre, découverte à Marseille et interprétée comme un four domestique à pain datable du début du viie s. ; cette structure était constituée d’une mince plaque d’argile et comportait sans doute une voûte (Richarté 1995 : 148-149). De même, il est possible d’effectuer des comparaisons plus ou moins explicites avec d’autres structures domestiques, par exemple avec une pièce de la Citadelle de Vauvenargues (Bouches-du-Rhône), datable du xie s., où a été mise en évidence une plaque foyère constituée d’une couche d’argile dans une couronne de pierres (Bizot 1996 : 177), ou encore avec les fours médiévaux du Porge, commune de Roquemaure, Gard (cf. chap. 10) et de Saint-Gilles le Vieux, commune d’Aimargues, Gard (cf. chap. 12).

9.5 Conclusion

21L’occupation du site des Ribauds au cours du haut Moyen Âge est marquée par la découverte d’une sole de cuisson isolée. Cette structure, bien que de conception sommaire, témoigne d’un soin particulier et présente un aspect peu commun qui évoque un foyer domestique ; elle s’inscrit en outre dans un contexte de fossés, de voirie antique et d’indices de bâti, dont il n’est pas possible de préciser la contemporanéité. Cette sole constitue néanmoins, pour le haut Moyen Âge, un témoignage ponctuel, mais original, d’implantation rurale dans la plaine alluviale de la moyenne vallée du Rhône.

221998

Table des illustrations

Légende FIG. 68 Mondragon/Les Ribauds : localisation du site.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23043/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 69 Mondragon/Les Ribauds : plan général du site avec situation de la structure du haut Moyen Âge au sud (cotes négatives d’altitude relative en cm).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23043/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 70 Mondragon/Les Ribauds : structure de cuisson du haut Moyen Âge avec cotes négatives d’altitude relative en cm. A soubassement de la sole, aménagement inférieur de tegulae et dalles ; B plan au niveau de la sole et coupe de la structure de cuisson et aménagement de blocs au nord.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23043/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 71 Mondragon/Les Ribauds : sole de cuisson médiévale, vue du nord (structure 1).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23043/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 72 Mondragon/Les Ribauds : céramiques du haut Moyen Âge (couches 22 et 23).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23043/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 21k

Auteurs

Archéologue préhistorien, ingénieur d’études au ministère de la Culture et de la Communication – Drac de Provence-Alpes-Côte d’Azur – service régional de l’Archéologie, membre de l’UMR 6636 du CNRS

Céramologue, ingénieur d’études au CNRS – Laboratoire d’archéologie médiévale méditerranéenne (UMR 6572)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search