Version classiqueVersion mobile

Habitats, nécropoles et paysages dans la moyenne et la basse vallée du Rhône (viie-xve s.)

 | 
Odile Maufras

Première partie. Les sites

Chapitre 8. Le site de Constantin (Montboucher-sur-Jabron, Drôme) : vie-viie siècles et xie siècle

Isabelle Rémy, Michel Goy et Christine Vermeulen

Texte intégral

8.1 Introduction

1Le site médiéval de Constantin se trouve sur l’actuelle commune de Montboucher, à 4,5 km à l’est de Montélimar (fig. 60). Il est implanté sur la rive gauche d’un affluent du Jabron, le Vermenon, qui coule au pied du versant sud de la butte du Patis, se prolongeant à l’est vers Montélimar. Le décapage du site, effectué sur une surface totale de 3 000 m2, a mis au jour les témoins de deux occupations médiévales distinctes, illustrées chacune par un bâtiment situé en bordure de la rivière, et, au sud-est, par une aire d’ensilage de 28 fosses (fig. 61). La première maison, aux murs de terre sur solins, est datée des vie-viie s. La plupart des fosses lui sont apparemment associées. La seconde, de terre et de bois, installée dans une excavation, appartient au xie s. Seules deux fosses l’accompagnaient.

FIG. 60
Montboucher-sur-Jabron/Constantin : localisation du site avec indication des limites des seigneuries et des principaux sites antiques et médiévaux.

FIG. 61
Montboucher-sur-Jabron/Constantin : plans du site, a les vestiges du bâtiment des VIe-VIIe s. et des fosses associées (en grisé) et présumées associées (en blanc) ; b la maison du XIe s. et ses deux fosses.

2C’est cette dernière qui offre le plus grand intérêt en raison de son état de conservation remarquable. En effet, le plus souvent, les constructions réalisées en matériaux périssables n’ont laissé que des témoins en négatif et quelquefois des sols lorsqu’il s’agit de fonds de cabane enterrés, ce qui limite dès lors toute tentative de restitution. À Constantin, au contraire, la terre, les poutraisons des murs et d’un plancher, ou encore les graines conservées dans un coffre de bois, sont les témoins de ces conditions exceptionnelles de conservation, que l’on doit à un incendie. Ceci offrait une occasion, dans des circonstances plutôt favorables, d’étudier les partis adoptés dans cet exemple d’architecture, notamment en ce qui concerne les élévations.

8.2 Topographie historique

8.2.1 Une organisation datant de l’Antiquité

3Les deux implantations médiévales de Constantin ont pris place dans un terroir vraisemblablement déjà organisé depuis la période romaine (fig. 60). Les témoins les plus proches du site, bien qu’assez mal connus, permettent parfois de préciser la nature de cette occupation antique : multiples nécropoles autour de l’antique station routière de Montélimar/Acunum ; habitat gallo-romain et nécropole au lieu-dit Saint-Martin à Montboucher-sur-Jabron, nécropole isolée sur la butte du Patis, etc. D’autres établissements gallo-romains jalonnent une voie, dite « de Gontardin » (ou Costardin) au Moyen Âge, mais dont l’origine remonte à l’Antiquité (cf. annexe 2). Par ailleurs, les études réalisées sur le parcellaire antique dans la plaine de Montélimar montrent que l’organisation et la forme des parcelles sont tributaires d’axes cadastraux bien définis, proches de ceux du cadastre B d’Orange (Chouquer, Jung 1996). Un élément de ce parcellaire, un fossé de drainage antérieur à l’Antiquité tardive d’orientation voisine de celle de la centuriation d’Orange, a été mis au jour sur le site.

4La période médiévale a connu apparemment une certaine permanence de quelques structures antiques. La pérennité du parcellaire, par le maintien des orientations dans le mandement d’Allan (Bois 1992), et la réfection de la voie de Gontardin, peut-être restaurée par un certain comte Gontard, qui lui aurait laissé son nom, nourrissent cette impression. De nombreux établissements médiévaux, comme le castellum de Charols, le prieuré Saint-Martin ou l’église Saint-Andéol sur la commune de La Bâtie-Rolland, se sont installés à sa proximité, remplaçant souvent des sites plus anciens. En effet, la prise de possession, au Moyen Âge, de certains lieux d’occupation antique semble manifeste. Elle s’exprime par la persistance de certains d’entre eux, comme la nécropole de la butte du Patis, qui reste en usage du iiie s. jusqu’au viie s., ou l’installation d’une église le plus souvent, dans le voisinage d’un site déjà occupé, à l’instar de Saint-Martin ou de Saint-Andéol. Mais l’absence de fouille ne permet pas de déterminer si cette apparence de durabilité est réelle ou si des hiatus d’un ou plusieurs siècles ont pu interrompre cette continuité.

8.2.2 Un domaine lié à une seigneurie

5De manière générale, la première moitié du Moyen Âge est la période qui livre le moins d’informations. Tout au plus a-t-on pu mettre en évidence, par la mise au jour de fossés, une politique de drainage systématique de la basse plaine du Vermenon à proximité d’une occupation de l’Antiquité tardive ou du début du Moyen Âge.

6Les premières mentions de castella, apparaissent aux xe-xie s. (Bois 1992). Les détenteurs des vastes domaines seigneuriaux de Montélimar, Allan, Châteauneuf-de-Mazenc, Rochefort-en-Valdaine appuient leur autorité sur ces châteaux. Le site de Constantin est situé aux confins de deux petites seigneuries, celles de Montboucher et de la Bâtie-Rolland, formées semble-t-il par démembrement des deux vastes mandements de Montélimar et de Châteauneuf-de-Mazenc (renseignement M. Bois). Si aucun texte ne permet de dire de laquelle de ces seigneuries le site relevait, il est probable que sa situation actuelle dans le territoire de la commune de Montboucher en fait une dépendance de cette dernière seigneurie, les limites de commune ayant peu varié depuis la formation des mandements dans ce secteur. Les premières fortifications de la région sont donc érigées à cette date, sur des reliefs naturels adaptés de manière à leur donner un profil de motte. Les plus proches se trouvent aux lieuxdits La Gardette, Pirrugier, au sud de Montboucher, et à Rochefort-en-Valdaine. Les autres castella sont connus dans des documents remontant aux xie et xiie s. Quelques-uns sont occupés par la suite par un château de pierre, mais la plupart sont abandonnés lors d’une restructuration du terroir, qui s’effectue progressivement. En effet, aucun n’a regroupé d’habitat durable, qui préfère souvent la proximité des églises. Le perchement de l’habitat que l’on constate aujourd’hui ne semble se produire qu’autour du xiiie s., dans des conditions qui nous échappent encore.

7Quelle est la place de la maison de Constantin dans cette organisation ? Il existe quelques indices pour le xie s., qui permettent de nous orienter vers les activités traditionnelles, à cette date, de défrichements. Ces indices sont nombreux. Le premier est offert par nos rares connaissances sur l’environnement naturel médiéval. La zone au nord-est de Constantin est alors occupée par une vaste étendue boisée autour de Châteauneuf-de-Mazenc. Son existence est attestée au xve s. Elle a fait l’objet d’une exploitation intensive et de campagnes de défrichement dans les siècles précédents le xxe s. Il en est de même sur la zone voisine de Constantin, autour de Montboucher, où quelques indices toponymiques indiquent la présence d’une couverture forestière. Le Mons Bocherii (Montboucher) sur lequel s’est installé le château en est un. À ce propos, la formation des seigneuries de Montboucher et de La Bâtie-Rolland, par démembrement de grands domaines, pourrait avoir comme explication une fonction de mise en valeur des terroirs situés aux marges de ces grandes seigneuries. Ces activités sont, à la date qui nous préoccupe, plus précisément attestées, d’une part par des mentions d’écarts, non loin du site de Constantin, sur le mandement de Rochefort-en-Valdaine aux quartiers de la Serie et de Filhaurie non loin du village d’Espeluche, et d’autre part par les informations livrées grâce aux études géomorphologiques. Ainsi, à quelques kilomètres en amont de Constantin, à la confluence du Vermenon et du Bramefain ont été mis en évidence des défrichements de la ripisylve au cours des xie et xiiie s. De même, le site a livré un niveau de paléosol formé à partir des viie-viiie s. et tronqué par une crue peu après le xie s. La richesse observée en charbons de bois est le reflet de brûlis de la ripisylve ou d’épandages. L’hypothèse la plus vraisemblable, mais non totalement attestée, est que cette modeste exploitation a pu participer à ces campagnes de mises en valeur d’un terroir situé aux marges d’une vaste seigneurie.

8À Constantin, la rivière a sûrement contribué à attirer l’habitat, en offrant un apport régulier de limons fins enrichis en matières organiques et l’approvisionnement en eau. Toutefois, le site et ses abords portent les traces de plusieurs phases torrentielles, qui se concrétisent sous la forme de crues et sapes répétées et des changements de cours incessants, alternant avec des périodes plus calmes, qui permettent la formation de paléosols (cf. chap. 14). Deux phases de crues rapprochées, qui ont eu lieu pendant les vie-viie s., ont été mises en évidence, entre lesquelles s’intercale une courte phase de calme, qui a connu vraisemblablement l’installation de la première maison. La seconde phase torrentielle, provoquant le déblaiement de la maison, la troncature des silos, la disparition des sols de circulation extérieurs ainsi que des probables constructions situées en amont, est probablement responsable de son abandon rapide. Après une plus longue période de calme, un nouveau dérèglement du lit, postérieur au xie s., a fait disparaître à son tour les sols contemporains de l’occupation médiévale excavée, ainsi qu’un paléosol formé à partir des vie-viiie s.

8.3 La première occupation médiévale (vie-viie s.)

9La maison est localisée au nord-ouest de la zone sondée, non loin du Vermenon (fig. 61a). Cette construction rectangulaire, de 35 m2, dont la façade est orientée au sud, repose sur les alluvions grossières déposées au cours d’une crue ancienne (iie-iiie s.). Elles forment ainsi une terrasse provisoire, ce qui explique l’implantation de la maison très près de la rivière. L’aire d’ensilage, quant à elle, a été aménagée sur une terrasse de gravier, à une trentaine de mètres à l’est de la maison. Les deux niveaux d’occupation ont été datés, grâce à la céramique, des vie-viie s.

8.3.1 La maison de terre sur solin

10La maison apparaissait directement sous une couche de limons, sans que soit repérée la moindre trace de démolition permettant d’évoquer la nature (terre ou maçonnerie) de ses élévations. Les murs qui la dessinent ont toutefois été interprétés comme des solins de pierre d’une seule assise, partiellement détruits au nord, à l’est et à l’ouest, sans pour autant que cela nuise à la lecture des vestiges. Ainsi deux principales phases de constructions ont été mises en évidence (fig. 62).

FIG. 62
Montboucher-sur-Jabron/Constantin : plan du bâtiment du haut Moyen Âge, VIeVIIe s.

11Dans son premier état, la maison se présente comme une simple construction de plan rectangulaire de 7 x 5 m (dimensions intérieures). Les murs du solin, d’une seule assise et larges de 0,50 m, sont constitués de blocs de grès, parfois rougis par le feu, de galets de rivière et de quelques fragments de tegulae utilisés en remploi. Les pierres sont assemblées à l’aide d’un liant brun-jaune de terre limono-argileuse. Deux pierres disposées en boutisse dans le solin du mur sud, non loin de l’angle occidental, semblent correspondre à l’aménagement d’un seuil large de 0,50 m.

12Dans un second temps, un aménagement en appentis est adossé à la maison, devant la porte. Il était supporté à l’ouest par un mur, probablement de terre, dont il ne reste qu’un solin de pierre d’une assise, fondé et construit dans le prolongement du mur occidental de la maison, et sur un poteau calé sur un gros galet d’une trentaine de centimètres de diamètre, bien ancré dans le sol alluvial.

13Deux niveaux d’occupation ont été dégagés à l’intérieur de l’espace rectangulaire du bâtiment. Ils étaient difficilement identifiables en raison de la nature des sols, constitués par les limons naturels damés. Le plus ancien, dégagé sur la moitié méridionale, présentait des zones rubéfiées et de nombreux charbons de bois. Deux pots, calés contre des blocs de pierres, ont été abandonnés sur ce sol lors de la crue. Le deuxième niveau d’occupation était formé par les limons déposés par la crue, présentant peu de différence avec le précédent niveau. Le sol a toutefois été repéré par la présence de nombreux tessons de céramique posés à plat, des fragments métalliques épars, ainsi qu’une sonnaille.

8.3.2 L’aire d’ensilage

14Vingt-neuf structures en creux ont été dégagées au sud-est du bâtiment du haut Moyen Âge. Celles-ci ont été creusées dans un gravier de terrasse relativement stable et de bonne cohésion, peu épais par endroits (moins de 1 m), qui recouvre entièrement la marne altérée sableuse et des formations argilo-limoneuses formant la base du terrain naturel. Les phénomènes d’érosion post-médiévaux et la mise en culture des terrains aux époques moderne et contemporaine ont fait disparaître les niveaux d’ouverture de toutes les fosses ainsi que les niveaux de sols qui leur étaient associés.

15Le niveau d’ouverture étant par conséquent identique pour toutes les fosses, il n’a pas été possible d’établir une chronologie précise des périodes d’utilisation. Le comblement de huit fosses a pu être daté par des fragments de céramiques qui les associent à l’occupation du haut Moyen Âge. Une dizaine de fosses non datées ont été néanmoins réunies à cet ensemble, en raison des similitudes du comblement, constitué d’un sédiment peu anthropisé contenant des charbons de bois, des nodules de terre cuite, des pierres et un peu de faune provenant du lessivage du second paléosol formé à partir du viie ou viiie s.

16Pour ces mêmes raisons d’état de conservation, il n’est pas possible de déterminer si la faible profondeur de la plupart d’entre elles (de 0,30 à 0,90 m) résulte uniquement d’un lessivage important de leur partie supérieure, ou, plus probablement, d’un choix au moment de leur creusement. En effet, seules deux d’entre elles atteignent plus de 1,20 m et une seule présente le profil caractéristique des silos (piriforme) [fig. 63]. Les comblements sont en majorité uniformes, à l’exception de trois d’entre eux, à comblement stratifié assez peu anthropisé qui pourrait correspondre à un apport de limon de crue.

FIG. 63
Montboucher-sur-Jabron/Constantin : coupe des fosses associées au bâtiment du haut Moyen Âge, VIe-VIIe s.

17Un rôle de stockage peut leur être attribué, bien que le contenu primitif ait disparu.

18Cette première occupation médiévale est essentiellement caractérisée par la maison, modeste, probablement aux murs de terre isolés du sol par des solins de pierres liés à la terre. L’absence de matériaux de démolition, notamment les pierres, incite en effet à restituer une élévation en terre. L’absence de tuiles pourrait conduire à exclure leur usage pour la couverture. Mais les lessivages importants subis par la maison invitent à plus de prudence. Les éléments en notre possession n’apportent aucune certitude concernant le mode de construction, tant des élévations que de la couverture. Tout au plus est-on tenté, en raison de la largeur des soubassements, d’imaginer des murs de pisé.

19De plus, la maison, de dimension moyenne, ne semble pas avoir fait l’objet d’aménagements intérieurs. En effet, aucune subdivision ni sol construit n’ont été prévus dans cet espace unique. De même, aucun foyer n’a été dégagé. Celui-ci pouvait en effet se trouver soit à l’extérieur de la maison, soit encore être mobile, soit se trouver dans la moitié non fouillée du premier niveau d’occupation, qui, rappelons-le, présentait des zones rubéfiées.

20Le bâtiment apparaît isolé. Peut-être s’agit-il d’un élément d’un habitat plus vaste, de constructions sur poteaux plantés devenus illisibles ? Mais cette association reste très hypothétique. Ce bâtiment semble plutôt une maison isolée, qui a pu abriter une famille. Il est possible de lui attribuer une vocation agricole, qui, bien que non formellement démontrée, s’exprime par divers éléments ; fosses, sonnaille et traces d’un paléosol bien aéré par l’aménagement d’un fossé de drainage, mis en évidence aux abords de la construction. Cette présence n’est d’ailleurs pas sans rappeler la politique de drainage systématique de la basse plaine du Vermenon à cette période (cf. chap. 14).

21Les raisons de l’abandon de la maison, qui semble être intervenu après nettoyage de l’intérieur de la maison et des silos, sont peut-être à chercher dans ces manifestations chroniques de crues, dont les habitants auraient été les victimes.

8.4 La seconde occupation médiévale (xie s.)

22La seconde occupation a été mise en évidence à environ 50 m à l’est de la maison du haut Moyen Âge (fig. 61b). Elle a pris place après quatre siècles d’abandon, lors d’une nouvelle période de stabilité du Vermenon. C’est donc probablement le hasard qui a conduit de nouveaux habitants à s’installer, au xie s., sur cette même parcelle. Leurs raisons, comme celles de leurs prédécesseurs, demeurent inconnues, mais la présence de l’axe de circulation, dit « de Gontardin », toujours en usage, la proximité de l’eau et surtout l’avantage d’une terre qui bénéficiait des dépôts fertiles des crues, ont peut-être, là encore, constitué les motivations principales.

23C’est, en effet, non loin des berges du cours d’eau, sur la terrasse de gravier, que les nouveaux venus ont construit leur maison de terre et de bois, partiellement excavée et ouvrant au sud. Elle était associée à deux fosses-silos creusées à une trentaine de mètres au sud de la maison.

24Cependant, la forte érosion qu’a subie le site au xiiie s. a ruiné toute chance de conservation des sols extérieurs et des aménagements qui pouvaient lui être associés. Ainsi ne possédons-nous aucune information sur l’environnement immédiat de la maison, au Moyen Âge. De même, ni limite, marquée par une clôture, ni structures aux abords de la construction, comme des maisons ou des annexes sur poteaux, par exemple, n’ont pu être mises en lumière. Mais si les vestiges paraissent relativement isolés, voire incomplets, la maison, quant à elle, a conservé les éléments constitutifs de son architecture ainsi que son mobilier, piégés dans l’excavation. Ils étaient dans un très bon état de conservation. L’incendie qui a détruit la maison est en effet une aubaine pour les archéologues : c’est grâce à lui que le site nous offre un instantané de la maison et des biens restés à l’intérieur, témoins de la vie quotidienne de ses occupants.

8.4.1 La maison excavée de terre et de bois

25La maison se présente sous la forme d’une petite construction rectangulaire, de 24 m2, aménagée dans une fosse. Elle est orientée E-O et la porte ouvre au sud. Entièrement construite en terre et bois, du plancher à la charpente, elle montre l’adoption de partis différents pour le calage de la structure portante comme dans la technique de construction des murs.

  • 1 – Les échantillons formaient un ensemble homogène indiquant une date d’abattage postérieure à 1024  (...)

26Sa construction remonte au xie s. Cette datation est essentiellement fournie par l’analyse dendrochronologique faite sur des poutraisons carbonisées de la structure portante1 et confortée par les abondants fragments céramiques recueillis dans les murs effondrés de la maison et la vaisselle des occupants qui montre de grandes similitudes.

8.4.1.1 Les modes de construction

27L’ensemble des éléments constitutifs de la maison, comme les creusements, mais aussi le plancher, apparu sous la forme de fragments carbonisés de planches et de solives, étaient bien conservés. Il en est de même pour les parois dont la terre issue des murs effondrés a été mise au jour, ainsi qu’une partie de la structure portante de bois. Cette terre présentait sur le terrain une couleur et une texture variables en fonction du degré de combustion subi. Elle était noire, pulvérulente et meuble –brûlée–, au nord et surtout à l’est de la structure, tandis que le reste, ayant subi une moins forte combustion, présentait un aspect plus compact, parfois feuilleté et de couleur variant du jaune au rouge vif –seulement rubéfié–, moins profitable à la conservation des vestiges de bois carbonisés (fig. 64c). Parfois, la terre se présentait sous la forme de plaques très compactes, identifiées comme des fragments de parois, à l’ouest et au sud de la structure (fig. 64c). À l’ouest, apparaissaient les plaques, souvent calcinées, associées à une sorte de blocage de pierres et à des nodules de terre cuite rouge, pris dans une gangue de terre plus meuble. Le reste du bâtiment, notamment le bord méridional de la structure présentait un dépôt différent, meuble, constitué de limon argilo-sableux, hétérogène, brun foncé « marbré » de rouge orangé, charbonneux, résultant d’un dépôt de terre des murs ayant échappé à une forte cuisson. Dans la partie orientale de la structure, des fragments carbonisés de branches de bois mettaient en évidence la présence d’un clayonnage. Au contraire, l’absence de charbon de bois et d’empreintes de branches dans la terre appartenant aux trois autres parois fragilisait l’hypothèse d’un clayonnage (fig. 64d). Mais cette possibilité ne pouvait d’emblée être éliminée, puisqu’elle aurait pu tout aussi bien trouver une explication dans les phénomènes de conservation différentielle. Finalement, c’est l’analyse pétrochimique, déterminante, qui a confirmé l’absence de clayonnage et orienté nos hypothèses de restitution pour les trois parois concernées.

FIG. 64
Montboucher-sur-Jabron/Constantin : plans de la maison du XIe s. a représentation de la fosse dans laquelle est construite la maison ; b les poutraisons carbonisées et les fragments de parois du mur occidental ; c les murs de terre effondrés et les branches du clayonnage du mur oriental ; d les éléments du plancher ; e proposition de restitution de la maison.

L’excavation

28La maison a été construite à l’intérieur d’une excavation, creusée dans le gravier de la terrasse et conservée sur 0,30 m à 0,60 m de profondeur (fig. 64a). La surface excavée forme un espace de plan presque rectangulaire, de 29 m2, dont l’angle sud-est est à pan coupé, les trois autres arrondis.

29Les bords du creusement sont évasés vers le haut sur trois des côtés. En revanche, une moitié de la paroi nord présente un profil en palier, large de 0,06 à 0,26 m, haut de 0,20 m sur 1,60 m de long. Sur ce palier, constitué de gravier réservé dans le fond de l’excavation, reposent des pierres brutes et non appareillées. L’usage de cet aménagement est d’interprétation délicate : forme-il une sorte de support destiné à recevoir une structure attenante, telle qu’un mur bas servant à protéger le mur de terre exposé au nord ? ou simplement à l’isoler le plus possible du sol environnant ?

30Au sud est aménagé le seuil, constitué lui aussi d’une réserve dans le gravier de la terrasse. Il dessine un plan trapézoïdal, large de 0,80 à 1,20 m par 1,40 m et porte des traces visibles de rubéfaction consécutives à l’incendie. De même, au nord-est de l’excavation, une partie de la terrasse n’a pas été creusée, de manière à ménager un replat, destiné à offrir une surface solide au support d’un coffre de bois.

Les parois de terre

31La construction, de 6 x 4 m, est installée dans la fosse. Elle dessine un plan rectangulaire, irrégulier, à pans coupés. L’extrémité orientale, à deux pans, forme une ébauche d’abside. Ses murs sont constitués de terre compactée entre des poteaux verticaux, à l’exception de l’un d’eux, le mur oriental, qui est construit en torchis sur un clayonnage.

32La structure portante en bois était constituée d’une série de 14 ou 15 poteaux verticaux, plantés à intervalles plus ou moins réguliers dans des trous de calage peu profonds, sur trois côtés, et sur une sablière basse, à l’ouest.

  • 2 – II est difficile d’estimer la quantité de matière qui a pu disparaître au cours de l’incendie.

33L’ensemble de la structure est conservé sous forme de bases de poteaux carbonisés, en relation avec leur trou de calage et leur effondrement et de pièces de bois circulaires carbonisées, mieux conservées au nord et à l’est de la construction (fig. 64a, c). Les poteaux sont installés à l’intérieur de l’espace excavé et contre les parois de l’excavation. Leur organisation laisse apparaître, en dépit de l’absence de l’un d’eux à l’ouest du seuil, l’association de deux poteaux dans chaque angle de la maison, formant des pans coupés. La fosse, située à l’ouest du seuil, semble résulter de la récupération d’un des poteaux d’angle, épargné par l’incendie. Il n’existe qu’un seul cas de deux poteaux installés dans un même trou de calage, dont l’un présentait un diamètre conservé de 14 cm, associé à un second, plus petit, de 0,04 m. Quatre poteaux conservés ou restitués, disposés à intervalles plus ou moins réguliers sur la périphérie de l’excavation, complètent la série. Les bases de poteaux sont de section circulaire, à l’exception d’un seul, contre la paroi méridionale, qui se présente comme un quart de tronc, de 0,08 m de rayon. Les autres sont conservés sur 6 à 13 cm de diamètre2. Parmi les pièces de bois écroulées ont été reconnus des éléments de section circulaire et des demi-troncs, utilisés comme poteaux, mais aussi des fragments de planches, que l’on peut identifier comme des contrefiches. Les essences choisies sont le chêne, en très forte majorité, et forme pour une pièce de plus grosse section.

34Quatre autres bases de poteaux ont été identifiées, au centre de la cabane. Cependant, leur usage dans la construction reste à déterminer. Il est toutefois probable que deux d’entre elles, dans l’axe, sont destinées à soutenir la panne faîtière. Les autres, d’interprétation plus délicate, peuvent être des éléments de subdivisions de la pièce, par exemple...

35La découverte d’une petite pièce de bois carbonisée de section circulaire, de 7 à 9 cm de diamètre, et de 3,5 cm longueur, permet de suggérer un mode d’assemblage des éléments de bois à l’aide de chevilles. Bien que cette découverte soit unique, l’absence totale de clous dans les niveaux de démolition des murs semble conforter cette hypothèse.

36Les poteaux étaient soutenus de diverses manières. La plupart étaient associés à un trou de calage peu profond et de diamètre variable (fig. 64a). Ces diamètres sont compris entre 18 et 50 cm et les profondeurs entre 8 et 30 cm pour les plus importants. Un certain nombre sont de petites dimensions, pratiquement égales à la largeur des poteaux qu’ils recevaient, et peu profonds. Les poteaux situés à l’est sont installés dans des espaces recreusés dans les parois de l’excavation, formant des sortes de « niches ». La paroi nord témoigne de façon plus lacunaire de la manière dont étaient soutenus les poteaux verticaux. En effet, un seul trou de calage a été découvert –sur un nombre probable de quatre poteaux– situé devant le palier au nord-ouest. Peut-être faut-il en déduire qu’ils n’ont pas fait l’objet d’une fosse d’installation, mais auraient juste été calés en surface ou contre la paroi. Enfin, le mur occidental adopte un parti différent : deux calages de poteaux situés aux angles de la paroi occidentale sont reliés par un creusement identifié comme l’empreinte laissée par une sablière basse enterrée. Des éléments de sablière étaient conservés en place, larges de 17 à 20 cm. Le reste du creusement était comblé de limon argilo-sableux brun foncé gris, riche en inclusions de charbon de bois, de terre cuite et de cendres.

37Entre les poteaux des parois nord, ouest et sud, étaient compactés de la terre, du tout-venant mélangé à des végétaux et de nombreux fragments de céramique (fig. 64c, d). L’étude d’un échantillon, prélevé dans la partie rubéfiée jaune, au sud de la structure, a permis de préciser la nature des murs. Les deux parois, lissées, déterminent une épaisseur moyenne de 10 cm. Il s’agit de terre, extraite d’un sol alluvial, présentant une structure pédologique et un aspect grumeleux et dans laquelle se distinguent des mollusques et le négatif des végétaux associés. En somme, il apparaît que la terre servant à la construction était prise directement sur le sol environnant, sans rechercher des limons plus profonds et moins hétérogènes, auquel étaient mélangés des tessons de céramiques, de tailles très variables. En effet, la présence persistante d’éléments mélangés à la terre, tels que du cailloutis ou des fragments de tuile, n’est pas sans rappeler leur usage comme dégraissant dans la vaisselle de céramique. Ces éléments joueraient donc un rôle important lors du séchage en empêchant les parois de se craqueler. Pour ces murs, aucune trace ni empreinte de clayonnage, ni aucun fragment de charbons mélangés à la terre n’ont été décelés. En revanche, le décapage le long de la paroi nord et la fouille de la partie pulvérulente, à l’est de la structure, ont livré des fragments plus nombreux de charbons de bois, pouvant être reconnus en partie comme étant les vestiges d’un clayonnage, sur lequel était plaquée la terre (fig. 64d). Les fouilles menées dans l’insula 15 d’Avenches, canton de Vaud, Suisse (Paunier 1985) offrent un exemple similaire, une construction datée du ier s. ap. J.-C. aux partis architecturaux sensiblement identiques –des colombes, fixées par tenons et mortaises sur des sablières basses, installées à des distances régulières– a été découverte. Elles forment l’armature d’une paroi de terre épaisse de 25 cm constituée d’argile mélangée à du gravier et à des fragments de tuiles.

38L’étude des éléments constitutifs des murs a révélé une certaine hétérogénéité dans les partis choisis concernant les calages mais aussi le mode de construction des murs. Un simple béton de terre compactée entre des poteaux verticaux et maintenue à l’aide de contrefiches a été identifié tandis que le mur oriental nous ramène vers l’interprétation plus traditionnelle d’un torchis plaqué sur un clayonnage. L’adoption de partis multiples n’a rien de surprenant. Non loin de Constantin, le site de Châteauneuf-sur-Isère / Beaume, par exemple, montre une association pour un même bâtiment, daté du xive s., de pisé et de torchis sur clayonnage (cf. chap. 1), réservé au mur oriental de la construction. À Constantin, la maison ne semble pas connaître plusieurs phases de construction. L’utilisation de matériaux variés ne paraît donc pas trouver une explication dans ce sens, mais plutôt dans un problème de disponibilité des matériaux ou d’adaptation à des contraintes extérieures, comme la volonté de construire une paroi plus résistante au vent dominant.

39Le mur occidental contient un certain nombre de pierres calcinées au contact du feu, mélangées à de la terre cuite en nodules. On affirme généralement que la pierre ne peut en aucune manière être identifiée comme un élément participant à l’élaboration d’une architecture de bois et de terre. Pourtant, elle s’observe sur de nombreuses fouilles de fonds de cabane : deux cabanes (13 et 14) du site d’Ensisheim/ Les Octrois (Haut-Rhin), datées l’une du milieu du viiie s., l’autre des ixe-xe s., présentent de nombreuses pierres calcinées mélangées à divers niveaux cendreux de terre noire, portant des traces d’incendie (Schweitzer 1984 : 39-51). D’autres, trouvées dans la même région, sur le site de Wittenheim (Haut-Rhin), permettent d’observer la même présence de pierres éclatées, accompagnées d’éléments antiques récupérés et de tessons carolingiens (Schweitzer 1984 : 53). À Constantin ont été trouvés des fragments de parois faits de terre mêlée à des pierres et à des nodules de terre cuite, fragments dont l’épiderme a cuit lors de l’incendie, formant une gangue dure. S’agit-il d’éléments de réfections ponctuelles, très localisées ou est-ce l’illustration d’une architecture de terre d’élaboration plus souple que l’on ne le préjugeait ? S’agit-il, pour les pierres les plus grosses et les moins chauffées, de poids posés sur la couverture et servant à la maintenir ?

40La présence d’éventuelles ouvertures et autres aménagements est difficile à mettre en évidence. En effet, des niches mais aussi des étagères auraient pu servir au rangement des pots et des outils, s’ils n’étaient pas tout simplement accrochés au mur. Un couvercle, complet, trouvé dans la terre des murs effondrés, pouvait avoir été posé dans une niche. Cependant, la répartition au sol des pots, à la périphérie de la pièce, posés à plat ou sur le côté, et surtout leur bon état de conservation conduit à douter de l’existence de tels aménagements. En effet, une chute depuis une niche ou une étagère auraient entraîné un fractionnement important de cette vaisselle.

41En revanche, des traces ténues montrent que les murs étaient protégés à l’intérieur de la maison par un enduit chaulé, épais de 1 cm.

42Il apparaît, par ailleurs, une volonté manifeste d’isoler les murs de l’humidité environnante de deux manières. La première, par la mise en place d’un remblai de construction, du limon argileux compact, mélangé à des pierres et riche en matériaux de construction, de la terre crue ou cuite en nodules, comblant l’espace entre les murs et les parois de l’excavation, remblai utile pour caler les poteaux peu fondés. La seconde, par la mise en place d’un lit de pierres et de galets de grandes dimensions, retrouvés soit à la périphérie de l’excavation, soit fichés dans la terre des murs, probable système de protection par drainage de la base des murs, en les isolant du gravier.

Le plancher sur vide sanitaire

43Le sol de la maison était un plancher, constitué de planches posées sur des solives (fig. 64b). Les planches sont orientées E-O et mesurent entre 20 et 30 cm de largeur et 2 cm d’épaisseur. Cinq fragments de solives sont conservés, se présentant sous la forme de pièces de bois circulaires, disposées dans le sens N-S et espacés de 1,00 à 1,40 m. Leurs diamètres maximaux conservés varient entre 8 et 14 cm. Les diverses pièces du plancher étaient, semble-t-il, fixées à l’aide de clous, retrouvés en grande quantité dans le fond de l’excavation et qui ne peuvent en aucun cas appartenir à la structure porteuse.

44Les planchers, en bon état de conservation, sont rares. Signalons cependant les exemples offerts par les sites antiques de Fréjus/Les Aiguières et d’Arles/L’Esplanade, livrant notamment un plancher sur vide sanitaire (Chazelles et al. 1985). Le plancher du site de Constantin paraît lui aussi établi sur un vide sanitaire, comme en témoigne le mobilier –couteau en position verticale, poteries entières trouvées sous le niveau du plancher, dans le dépôt cendreux, présence de mobilier en fer posé sur le gravier– et l’existence d’un épais niveau de limon gris, cendreux, riche en charbons de bois et en petits nodules de terre cuite entre le fond de l’excavation et le niveau de plancher. Ce dépôt résulte de l’infiltration des particules les plus fines, cendres et limon des murs désagrégés, dans l’espace laissé libre entre ceux-ci et le fond de l’excavation.

45Sur quoi reposaient les solives ? Les indices se résument à quelques rares observations faites sur le terrain : des fragments de planches sur le seuil, sur une pierre située à l’est du seuil et sur le palier aménagé au nord, dans l’excavation. De plus, la solive disposée le plus à l’est donne le point altimétrique le plus élevé (126,88 m), servant de référence pour le niveau de plancher, en tenant compte toutefois d’une probable irrégularité de ce dernier. La fourchette altimétrique retenue correspond approximativement aux points donnés par la banquette, au nord, et à celle du seuil. Le replat, au nord-est, reste plus élevé, en position dominante, ainsi que la grosse pierre chauffée, au centre, servant de foyer. On peut dès lors supposer que ces solives, disposées dans le sens N-S, tantôt reposaient sur le bord inférieur de l’excavation, au sud-est, tantôt étaient ancrées dans les structures telles que le seuil ou dans le gravier au niveau du replat, au nord-est de la construction. Celui-ci –ainsi que le seuil– n’aurait pas été recouvert de plancher, comme semble l’indiquer l’absence totale de trace de bois, afin de poser le coffre, lourd, sur une surface plus solide que le plancher. La surface irrégulière du fond de cabane, formant une cuvette, détermine un vide sanitaire de hauteur variable : de 10 cm en périphérie à 35 cm maximum, au centre.

La charpente

46Une tentative de restitution se heurte toujours à un certain nombre de difficultés, en particulier pour la charpente, qui laisse rarement des vestiges. À Constantin, aucun élément de couverture, ni aucune pièce de bois pouvant appartenir à la charpente n’ont pu être identifiés, à une exception près. En effet, l’une d’elles, mêlée aux pièces de la structure portante, par ses dimensions (0,20 m de côté, 1,20 m de long) et sa section carrée (fig. 64c), ne peut en aucune manière être identifiée comme un poteau structurant les élévations, tous de section circulaire. Il s’agirait plutôt d’une pièce de sablière haute, équarrie dans de l’orme, ce qui peut être confirmé par le fait que le poteau conservé sur le petit côté de la construction n’est pas dans l’axe. Il ne peut donc être le support direct de la panne. Il est cependant raisonnable d’imaginer un toit à deux pentes, reposant sur une sablière haute, qui elle-même a pris place sur les poteaux verticaux de la construction. La panne faîtière devait, de plus, s’appuyer sur deux poteaux placés dans l’axe de la construction : en effet, la base d’un potelet et un calage de poteau, de dimension réduite, sont interprétés comme des témoins de supports supplémentaires de la panne faîtière. L’absence de toutes traces de tuiles, de pierres plates ou de planches de type bardeau permet de retenir l’hypothèse d’une couverture en végétaux, des roseaux ramassés près du Vermenon par exemple. Bien que l’existence d’une couverture de cette nature demeure incertaine, elle semble la solution la plus probable. On peut avancer en faveur de cet argument, la position de la structure foyère vers le centre de la construction, sous la plus grande hauteur de la toiture et non contre un mur, de manière à limiter les risques d’incendie.

8.4.1.2 Les éléments de comparaison

47Cette maison, par la présence d’une excavation, n’est pas sans rappeler les structures génériquement appelées « fonds de cabane », de conception assez similaire : on creuse une fosse plus ou moins profonde dans laquelle on installe une construction en matériaux périssables. Mais le cas qui nous occupe est d’utilisation et de période sensiblement différentes de celles qui désignent généralement les constructions du haut Moyen Âge. Il est vrai que, jusqu’à ce jour, le nombre très réduit de « fonds de cabane », ou plutôt de structures excavées, datés de la seconde moitié du Moyen Âge, plus encore dans la moitié méridionale de la France, incitait à faire disparaître ces structures à partir du xie s., après en avoir fait un mode de construction exclusif des aires septentrionales et orientales de l’Europe pendant le haut Moyen Âge (Chapelot 1980 ; Chapelet, Fossier 1980). Toutefois le nombre croissant de découvertes archéologiques permet de démontrer qu’au contraire, plusieurs modes de constructions coexistaient et que l’habitat de terre et de bois, sous des formes diverses, demeure, à côté d’une architecture de pierre apparaissant dans certains programmes architecturaux, comme les églises, les châteaux ou encore les villages castraux, etc.

48L’inventaire des exemples contemporains ou postérieurs à l’an mille, en Rhône-Alpes et dans faire méditerranéenne, permet de constater une grande variété de modèles et d’interprétations possibles de ces structures excavées. En effet, chacune d’entre elles renvoie à des réalités différentes, plus ou moins faciles à appréhender selon leur état de conservation. Ainsi, certains conservent-ils un rôle prépondérant d’annexes, comme sur les sites de Communay/ Charvas, dans le Rhône (Bouvier 2001b) ou encore de Limoux/ Notre-Dame de Marceille, dans l’Aude (Dubois 1993). Leur usage n’est pas toujours déterminé, mais les traces d’activité se situent en fond de fosse. Cependant, il en existe d’autres, dont la fonction d’habitation est sûre, attestée souvent par la présence d’un foyer. Il s’agit dès lors non plus de « fond de cabane », au sens strict défini par J. Chapelot et R. Fossier, mais de maisons à sol excavé, c’est-à-dire d’habitations à part entière, dont l’occupation se déroulait directement dans le fond de la fosse. Le site de Chabrillan/Saint-Martin (Drôme) a fourni plusieurs exemples de structures excavées, dont un de maison construite à l’intérieur d’une fosse peu profonde (cf. chap. 5). De même à Narbonne, des fouilles récentes (Ginouvez 1993) près de l’église Saint-Paul-Serge, ont permis la mise au jour de 11 structures que fauteur identifie pour 9 d’entre elles comme des habitations grâce à la présence d’un foyer, en dépit de leur petite taille. Meyzieu/La Chapelle (Rhône) montre un exemple particulier d’excavation partielle sur la moitié de la surface de la maison de 30 m2, dans le dessein d’aménager un sol plat en rattrapant une pente (Faure-Boucharlat 2001 : 287). Toutefois, cette catégorie de structures à usage d’habitation comprend bien des exemples (Pesez 1992), plus rares, dont la fosse est destinée à créer un vide sanitaire, comme à Constantin.

49Parmi ces exemples, on trouve des associations multiples, montrant qu’il est vain de dresser une typologie sur des critères choisis, quels qu’ils soient. Considérons par exemple les dimensions. Leur extrême variété montre qu’elles ne sont pas un indicateur suffisant. Celles des annexes varient de 2,50 à 12 m2. Mais les plus grands écarts se trouvent parmi les habitations. Le site de Narbonne, où les maisons se développent sur des surfaces comprises entre 3 et 21 m2, le met bien en lumière (Ginouvez 1993). Par ailleurs, ces structures peuvent être des constructions indépendantes, se suffisant à elles-mêmes, comme elles peuvent être accompagnées de maisons de surface. Si les annexes de Communay/Charvas sont assurément associées à des maisons sur poteaux, il existe une incertitude à Reyrieux/Châteauvieux. Toutefois, cette association demeure plus probable pour les annexes. Au contraire, elle n’a pas de raison d’être systématique pour les structures excavées faisant office d’habitation. Ainsi sont-elles les seuls modèles de construction perçus à Narbonne, sur le site de Saint-Sébastien de Maroiol, Hérault (Schneider, Paya 1995) tandis qu’elles sont associées à des maisons de surface au site de Meyzieu/La Chapelle ou Chabrillan/Saint-Martin. Enfin, on constate que la structure de la maison peut être indifféremment dans ou hors de la fosse. Elle est à l’intérieur à Constantin, ou à Narbonne, par exemple, et à l’extérieur à Aniane, Hérault (Schneider, Paya 1995) ou Chabrillan/Saint-Martin. Ces deux derniers cas mettent bien en évidence le problème de leur identification : dans ceux-ci, en effet, on ne peut dire avec certitude si l’on est en présence de celliers semi-enterrés, donc à usage domestique, ou bien d’un sous-sol (cave) d’une habitation de surface plus vaste. Souvent, seule la hauteur de fosse peut orienter vers un choix.

50En fait, il n’est pas impossible que l’on retrouve la même variété dans les constructions excavées du haut Moyen Âge. En effet, bon nombre de structures appelées « fonds de cabane », de tailles variables, sont de toute évidence identifiables comme étant des maisons d’habitation, et pas toujours associées à des maisons de surface. Le site de La Butte-Saint-Cyr/Portejoie (Eure), par exemple, a offert 54 structures excavées désignées comme des fonds de cabane, allant de 4 à 20 m2 (Carré 1988) ; quelques-unes, à foyers, sont probablement des maisons. La raison en incombe souvent au refus de donner un rôle d’habitation à des structures de trop petite surface, jugées alors trop sommaires, si bien qu’elles sont systématiquement identifiées comme des annexes à fonctions diverses et variées. Au mieux, si leur usage d’habitation ne fait pas de doute, elles deviendraient l’abri de populations serviles, sinon les vestiges d’habitats temporaires pour des populations migrantes (Chapelot 1980).

51Force est de constater que les « fonds de cabane » ou « structures excavées », selon la manière dont on les nomme, correspondent à une famille large et variée, qui renvoie à des réalités très différentes, dépendant de nombreux facteurs, tels que les besoins dans la construction, les capacités techniques, les moyens financiers, ou encore les matériaux disponibles.… Chacune d’entre elles est le résultat d’une adaptation entre ce que son propriétaire veut construire –une maison à sol excavé, une cave sous sa maison, un cellier semi-enterré, un vide sanitaire ?–, variant peut-être en fonction de ses talents et de ses moyens. Il n’est, par exemple, pas utile de s’appesantir sur les raisons, souvent évoquées, qui ont pu motiver le choix de construire avec de la terre et du bois, au prix de revient plus bas et de conception plus facile. À Constantin, comme sur les autres sites, on serait donc en présence d’une structure mixte, mariant l’aspect d’un « fond de cabane » à un usage qui n’est pas strictement celui qu’on lui associe généralement. Il est vrai que sans la conservation du plancher, il aurait été ardu, voire impossible, de la distinguer d’une construction à sol excavé.

8.4.2 Les éléments de la vie quotidienne

52La vie quotidienne des habitants de cette maison est illustrée par fort peu de biens, quelques pièces de vaisselle de terre et quelques outils en composent l’essentiel. Plus exceptionnelle est la mise au jour d’un coffre en bois. En effet, ce meuble est connu presque exclusivement par l’iconographie médiévale, et n’est quasiment jamais conservé sur les sites archéologiques. Cette découverte, nous la devons à la destruction brutale de la maison, par l’incendie. Il a permis de saisir un moment de cette vie quotidienne, en préservant la relation entre les objets et leur usage de stockage alimentaire, grâce à la présence de leur contenu de graines carbonisées, lui aussi bien conservé. Tous ces biens évoquent une famille réduite, modeste, vivant essentiellement de l’agriculture.

8.4.2.1 Le foyer

53C’est une pierre volumineuse, de 0,80 x 0,35 x 0,45 m d’épaisseur, en calcaire, qui a servi de foyer (fig. 64a). En effet, son aspect rubéfié, suite à une combustion prolongée, témoigne d’une utilisation comme sole de foyer. Elle est posée sur le gravier du fond de l’excavation, approximativement au centre de la maison, et dominait, par sa grande épaisseur, le niveau du plancher.

54Son usage pour le feu peut sembler incompatible avec la proximité d’un plancher de bois. Aussi peut-on supposer l’existence d’une chape d’argile autour de la pierre et sur le plancher, destiné à l’isoler et à limiter les risques d’incendie.

8.4 2.2 Le mobilier : céramique et objets métalliques

55La vaisselle mise au jour se compose de quatre pots, et d’un couvercle à bouton de préhension vertical (fig. 65). Les récipients, de taille moyenne, sont en majorité à fond bombé, sans éléments de préhension, ni revêtement, ni décor. Ils sont identifiés comme deux pots à cuire de type oule et deux pots de stockage, dont l’usage est confirmé par leur contenu de graines carbonisées, scellé par de la terre cuite jaune provenant de la démolition des murs (cf. chap. 21).

FIG. 65
Montboucher-sur-Jabron/Constantin : vaisselle de la maison du XIe s. 1.2 ouïes ; 3 pot à 4 becs pincés ; 4 pot de stockage sans lèvre ; 5 couvercle à bouton de préhension vertical.

56Le reste des biens découverts dans la maison se limite à du mobilier métallique (cf. chap. 22). Une grande partie nous éclaire sur les activités quotidiennes des occupants, comme le travail du bois, grâce à des éléments d’outillage, parmi lesquels sont identifiés une gouge, un poinçon, une vrille à bois, etc. La vie domestique est illustrée par une lame de couteau longue de 0,20 m avec soie et la vie agricole –ou bien le transport ?– est évoquée par un fragment de fer à cheval. Les éléments intervenant dans la construction sont réduits à la présence de deux pièces de ferrure de porte –un loquet et une ferrure de rotation–, un fragment de clé et des clous de fer à cheval, à tête rectangulaire, utilisés pour la mise en place du plancher. Un seul objet se distingue par son caractère plus esthétique et inattendu : une croix à trois branches en plomb, avec une pierre de quartz au centre et une soie, supposant la présence d’un manche en bois est le seul objet qui n’est pas d’usage uniquement utilitaire mais plutôt personnel et relativement luxueux.

57Il est difficile de mettre en évidence l’existence d’aménagements destinés au rangement de ce mobilier. Les pots, eux, étaient posés sur le plancher, autour du coffre ou à la périphérie de la pièce (fig. 64a, d). Toutefois, la présence du couvercle et de quelques outils, retrouvés soit dans la démolition des murs de terre soit en contact avec le plancher, suggère que certaines pièces de vaisselle et les quelques outils pouvaient être rangés sur des étagères de bois ou accrochés au mur. Cependant, l’absence de crochets ou de clous nous incite plutôt à pencher pour l’usage de chevilles en bois fichées dans les murs afin de supporter des planches, ou pour l’absence de tout système de rangement suspendu, tous les biens étant alors posés sur le sol.

8.4.2.3 La conservation des céréales

58Les solutions adoptées pour la conservation des aliments sont multiples. L’utilisation conjointe d’un coffre en bois, de pots de terre et de fosses en témoigne.

Le coffre et le pot de stockage

59Le coffre en orme a été dégagé dans la partie nord-est de la cabane (fig. 64, 66). Il est installé sur le replat aménagé dans l’excavation, les pieds posés directement sur le gravier, qui offre une surface plus solide que le plancher sur vide sanitaire. Il est conservé sur une hauteur moyenne de 0,10 m et dans un état de conservation suffisamment bon pour la compréhension de son architecture. Il mesure 0,70 m de large sur 1,10 m de longueur. Il est constitué de planches épaisses de 2 cm, assemblées à queue-d’aronde à un bâti de quatre montants de section carrée –dont seuls deux sont conservés, de 10 x 8 cm et 5 x 5 cm–, formant pieds. Les planches constituant le fond mesurent en moyenne 0,15 à 0,20 m et ne semblent pas bouvetées. Elles reposent sur une feuillure ménagée dans l’épaisseur des quatre planches verticales. Aucun clou, ni penture, ni charnière n’a été trouvé en place. Il faut donc imaginer un autre mode d’assemblage des planches, par rainurage et queue-d’aronde, et que gonds et charnières étaient en bois taillés dans la masse. Enfin, les fragments de planches carbonisées écroulées, scellant le contenu de graines, permettent d’estimer qu’un quart de la hauteur du coffre est conservé, ce qui lui donnerait une hauteur de 0,40 m environ. La découverte de coffre assez similaire sur le site de Charavines / Colletière, Isère (Mille 1997) ou à Saint-Denis, Seine-Saint-Denis (Meyer 1993), invite à considérer le coffre de Constantin comme ayant été aussi profond que large.

FIG. 66
Montboucher-sur-Jabron/Constantin : fond du coffre en bois carbonisé, mis au jour dans la maison du XIe s.

60Ce meuble, servant d’abri pour une petite réserve alimentaire est complété par un autre dispositif de stockage, plus modeste, illustré par deux pots. Le premier est de forme globulaire (fig. 65 : no 4). L’ablation de la lèvre témoigne de la volonté manifeste de le recycler en pot de stockage. Le second présente la rare particularité de posséder quatre becs pincés (fig. 65 : no 3). Bien que la présence de graines ne laisse guère de doute sur leur destination, il apparaît que le lot réduit de vaisselle tend à leur prêter un usage mixte. En effet, chacun de ces récipients, y compris les oules, peut tout aussi bien servir au transport des aliments qu’aller sur le feu. Cette idée est notamment suggérée par le pot à quatre becs, qui n’est pas sans rappeler les cruches, en dépit de l’absence d’anse. Ainsi malgré la présence de graines, leur prêtant un rôle particulier, rien ne s’oppose à des usages multiples de ces récipients.

Les fosses

61Les deux fosses de l’aire d’ensilage, associées à cette occupation, sont d’interprétation beaucoup plus délicate en raison de leur état de conservation médiocre. Leur profondeur est de 0,60 m pour un diamètre maximum conservé de 1,40 m, mais il est difficile de trancher la question de leur profil : s’agit-il de fosses peu profondes, ou de fosses très érodées ? Leur remplissage, unique, est le résultat d’un comblement naturel et rapide (crues ?) par un limon argileux brun-gris foncé, plus ou moins riche en pierres, en nodules de terre cuite et en charbons de bois.

62L’une d’elles a livré un certain nombre de restes carpologiques, illustrant un ensemble varié d’espèces sauvages (chêne, ivraie, chénopode, etc.) ou cultivées (blé et millet) (cf. chap. 16). Il faut toutefois noter que ces derniers restes, bien que carbonisés, sont trop peu nombreux pour être assurément les témoins d’un stock de céréales. Elles peuvent, en effet, soit être présentes accidentellement, apportées avec le comblement, soit être les ultimes témoins du contenu primitif de la fosse.

63Si l’on envisage que ces fosses n’étaient pas isolées mais associées à d’autres, comptées parmi celles qui sont creusées dans le gravier et non datées, alors la fonction de stockage devient plus probable. Il apparaît possible, en revanche, d’imaginer une association complémentaire entre le coffre et les fosses.

8.4.2.4 Alimentation et activité des habitants

64Une grande partie des graines contenues dans les divers dispositifs de stockage était en place lorsque la construction a pris feu. On les retrouve donc essentiellement dans le coffre et le pot globulaire, qui ont livré chacun une petite réserve alimentaire, complétée de deux autres plus réduits, dans le deuxième pot et dans une des fosses.

65L’étude des graines (cf. chap. 16) conservées dans le coffre a permis d’identifier cinq plantes domestiques, mais dans des proportions très variables. Le blé nu est nettement dominant, représenté à 70 %. Pour le reste, orge polystique vêtue, seigle, millets composent l’essentiel des éléments identifiés. Parmi le groupe des millets, représenté à 23,8 %, on repère toutefois une forte proportion de millet commun, qui se trouve probablement en position adventice dans le blé, à la suite, semble-t-il, d’une ancienne culture de millet sur la parcelle. Le reste est composé de semences d’adventices ou d’herbacées sauvages, dont une semence de sureau et un fragment de coquille de noisette, peut-être accidentellement mis dans le coffre, mais permettant de recomposer une partie du paysage médiéval.

66Ce lot contenu dans le coffre est complété d’un second, recueilli dans les pots de stockage. Le pot à quatre becs pincés ne contenait qu’un très petit nombre de graines, une de blé nu, deux de millet et une d’avoine. En revanche, le second pot a livré un plus grand nombre de restes, essentiellement des graines de gesses chiches, mais aussi millet commun, fève, lentille, lin usuel et ers. Cette graine est généralement réservée à la consommation humaine ou bien servait à nourrir le bétail.

67Cette maison abritait une population, dont l’activité agricole est avérée par son outillage et sa réserve alimentaire. Ces témoins archéologiques semblent indiquer que leur activité et leur consommation étaient essentiellement céréalières. L’absence de tout témoin dans les fosses permet toutefois de suggérer une conservation d’autres denrées agricoles complémentaires, dans les fosses d’ensilages peu profondes que l’on n’est pas vraiment capable d’associer à l’une des deux occupations médiévales. À la faveur de cette hypothèse concernant leur activité peut-on avancer l’absence totale de témoins d’une alimentation carnée ou d’élevage. La seule présence animale est perçue à travers la découverte d’un demi-fer à cheval, ce qui est trop peu pour en déduire sa participation à une activité agricole, et la faible probabilité que les graines de gesses soient destinées à un animal. Cependant, bien entendu, il ne faut pas exclure l’existence très vraisemblable d’un dépotoir ou d’une aire de rejet à l’extérieur de la zone sondée et envisager la possibilité que les déchets balayés hors de la maison soient partis avec les sols extérieurs.

68Isolée et modeste, tels sont les premiers qualificatifs qui viennent à l’esprit pour caractériser cette maison.

69Ce mode de construction pourrait conforter cette opinion : les maisons de terre et de bois, installées dans des excavations, offrent les premiers arguments, comme celui de moindre coût ou de facilité de mise en œuvre (Pesez 1985 ; Pesez 1992 ; Chapelot, Fossier 1980). De fait, l’archéologie semble confirmer que l’habitat paysan n’a pas, pendant longtemps, fait appel à d’autres matériaux. Par ailleurs, J.-M. Pesez relève que le feu est à lui seul un indice de niveau social. Établi au niveau du sol, à même la terre ou à peine construit de quelques pierres, le foyer ferait montre de peu de progrès depuis la Préhistoire (Pesez 1986 ; 1988). Enfin, le mobilier est réduit à sa plus simple expression : un petit lot de vaisselle en terre, un coffre où l’on range ses biens les plus précieux –à savoir la réserve alimentaire– et qui sert en même temps de meuble. Il faut toutefois tempérer ces propos par le simple rappel des divers aménagements observés, par exemple, et en particulier par le parti de ménager un vide sanitaire, qui témoigne d’un certain désir de « confort » par rapport à l’humidité environnante. Le site de Colletière, de même, montre un usage de la terre et du bois non seulement pour la construction des maisons mais aussi pour les récipients domestiques et n’évoque en aucune manière une population pauvre (Colardelle, Verdel 1993).

70Cette maison abrite, semble-t-il, une population réduite à un feu, c’est-à-dire une seule famille, probablement au sens étroit, comme en témoigne la réserve limitée du coffre, d’une contenance comprise entre 0,4 et 0,5 m3, et le nombre a priori réduit de fosses. L’ensemble illustre une vie essentiellement liée à l’agriculture. Les seuls outils de fer, tous destinés au travail du bois, peuvent conforter cette opinion. L’habitant, grâce à eux, peut construire à la fois sa maison et ses outils de travail pour la terre. Il peut ainsi se suffire à lui-même.

71La fouille n’a pu mettre en évidence aucun témoin d’une association à d’autres maisons ou d’une organisation autour d’elle : pas de bâtiments annexes (abri pour des animaux, grenier...), ni même une clôture délimitant des espaces, en dépit de la vaste surface décapée (poussé jusqu’à 40 m au sud et 35 m à l’est de la maison). Toutefois, il est impossible d’exclure totalement la possibilité qu’elle fut associée à des structures légères, sur poteaux porteurs, ou piquets, peut-être imperceptibles en raison de l’érosion subie par le site au xiiie s. Toutefois, cela sous-entendrait que la plupart de ces témoins aient été peu fondés pour n’en laisser aucune trace.

72P. Mane relève l’ensemble de ces aspects, en particulier celui de la simplicité, dans l’iconographie (Mane 1992). Jusqu’au xve s., les manuscrits illustrent des fermes, souvent isolées, de pans de bois, à couverture de chaume. Ce sont des maisons élémentaires d’une ou deux pièces, parfois à bâtiments annexes. Les images des xiie et xiiie s. représentent souvent le foyer à même le sol sans aucun système d’évacuation de la fumée dans la maison. Le mobilier est sobre, crochets, perches, étagères ou niches, un ou deux coffres pour les réserves et les biens, parfois une planche sur des tréteaux et une vaisselle réduite en compose l’essentiel. La maison de Constantin se place bien dans cette typologie de construction paysanne modeste. Mais surtout, elle est l’illustration archéologique de ce que l’on connaissait principalement par l’iconographie.

8.5 Conclusion

73Le site de Constantin montre deux exemples de petites maisons rurales, de périodes et de modèles architecturaux différents. Celle du xie s., par les informations précieuses qu’elle nous donne, permet d’enrichir les recherches faites sur l’habitat de terre et de bois, et met en lumière la complexité de l’analyse de ces structures, lorsqu’elles apparaissent dans des conditions de conservation normales. Cette maison constitue par conséquent un exemple supplémentaire dans le corpus des maisons rurales pour le Moyen Âge classique, période pour laquelle les exemples d’architecture modeste, en matériaux périssables et installées dans des excavations, sont plus rares que pour le haut Moyen Âge.

74Les seuls points communs entre ces deux maisons sont leur vocation agricole et leur isolement de toute autre structure d’habitat qui leur soit contemporaine. À ce jour, ni les sondages, ni les prospections n’ont pu révéler la proximité d’une autre unité agricole, permettant de proposer un modèle d’organisation particulier du terroir.

75Enfin, un dernier constat s’impose : notre connaissance concernant l’habitat drômois est lacunaire. Si l’on sait qu’il a tendance à être perché à partir du xiiie s., auparavant, il s’organise souvent autour des points de fixation que sont les églises ou, plus rarement, les châteaux. La forme que l’habitat revêt à Constantin renvoie à un type encore peu documenté dans la moyenne vallée du Rhône : l’habitat isolé. Le site de Constantin apporte une donnée rare sur cet aspect du contexte médiéval.

761998

Annexes

Annexe 2. Le chemin de Gontardin

Les décapages effectués dans le cadre de la mise en place du TGV-Méditerranée, au lieu-dit Les Hayes sur la commune de Montboucher-sur-Jabron, ont permis la reconnaissance des vestiges de l’ancien itinéraire reliant Montélimar (Acunum) à Aouste-sur-Sye (Augustum) [Bois 1992 ; Chouquer, Jung 1996 : 25]. Celui-ci emprunte, au niveau de la commune de Montboucher, la rive droite du Vermenon. La voie est connue au Moyen Âge : elle est mentionnée dans les textes sous l’appellation « chemin de Gontardin » ou « chemin de Costardin ». Cependant sa création est plus ancienne ; la fouille a révélé la superposition de la route médiévale à une voie antique. Ce parcours est jalonné d’établissements gallo-romains et, au Moyen Âge, de quelques sites de prieurés dont certains superposés à des établissements antiques (Bois 1993). Il dessert alors également des habitats ruraux, notamment sans doute celui de Constantin, installé de l’autre côté de la rivière. L’étude du tracé du chemin de Gontardin indique qu’il ne dessert aucune des agglomérations actuelles, sans doute parce qu’il a progressivement cessé de servir entre la fin du Moyen Âge et la période moderne.

Aux Hayes, la voie est installée, selon une direction NE-SO, au pied de la colline du Patis, dans un fond de vallon caractérisé au nord par le substrat marneux de la colline et au sud par les dépôts alluvionnaires du Vermenon. Ensuite, une succession de dépôts colluviaux, accumulés sur une épaisseur maximale de 2 m, masque partiellement ces paléoreliefs laissant toujours à leur endroit une légère dépression.

L’installation d’une première chaussée pendant l’Antiquité a nécessité l’aménagement préalable d’une surface plane, qui se traduit stratigraphiquement par un décaissement partiel de la pente sur une profondeur maximale de 0,60 m. Cette excavation a pu effacer les traces d’un niveau de circulation antérieur. La chaussée est ensuite constituée d’une couche de limon sableux à caractère drainant sur laquelle est installé le niveau de roulement composé de galets et de blocs de grès calcaire. Il présente une largeur de 2 m (fig. 67). Deux fossés parallèles longent la voie au nord-est : plus hauts sur la pente, ils étaient destinés à la récupération des eaux de ruissellement qu’ils évacuaient vers l’est. Le mobilier recueilli dans les niveaux de construction de la voirie est très parcimonieux : les fragments roulés de tegulae et la présence d’un tesson de sigillée donnent l’Antiquité comme terminus post quem. Le comblement des fossés, également très pauvre en mobilier, laisse supposer qu’ils aient pu servir jusque pendant l’Antiquité tardive (Vermeulen 2002).

FIG. 67
Coupe transversale du chemin de Gontardin.

Si les fossés longeant la voie antique se sont progressivement comblés pendant l’Antiquité tardive ou après, la voie elle-même a probablement perduré jusqu’à ce qu’il soit décidé, pendant le Moyen Âge et au moins localement, de la restaurer. Un nouveau niveau de circulation est installé qui reprend l’axe du précédent. La chaussée médiévale est constituée d’une couche de petits galets (diamètre inférieur à 5 cm), épaisse de 5 à 10 cm, qui se développe sur une largeur d’environ 1,50 m (fig. 67). Ce radier, damé, recouvre une légère dépression ou une rigole (un drain ?), large de 0,80 m et profonde de 0,20 m, comblée par un amalgame de limon sableux, de graviers et de galets conglomérés. Ensuite, cette surface ainsi aménagée est scellée par une couche sablo-argileuse qui sera ultérieurement incisée par un microchenal. Les indices de datation concernant cette deuxième construction et son utilisation sont minces. Seuls quelques fragments de clous ont été ramassés à la surface du radier de galets. Un élément géomorphologique tendrait à donner un terminus ante quem à la mise en place du second aménagement. Celui-ci recoupe deux couches de sédimentation naturelle, composées d’un limon sableux dont la structure varie de massive à polyédrique, qui présentent des traces de pseudomycellium épars et contiennent graviers, galets, charbons de bois et mollusques. Ces couches semblent caractériser une phase de stabilisation de la couverture pédologique accompagnée du développement d’un sol. En Valdaine, les schémas d’évolution paléogéographique situent l’un de ces épisodes entre la fin de l’Antiquité et le début du haut Moyen Âge (cf. chap. 14). De même, après son abandon, la voie est scellée par des nappes colluviales torrentielles. Dans la région, ces colluvions sont régulièrement observées dans les séquences pédosédimentaires depuis la fin du Moyen Âge (cf. chap. 14).

Notes

1 – Les échantillons formaient un ensemble homogène indiquant une date d’abattage postérieure à 1024 et antérieure à 1060, avec réserve (Archéolabs, réf. : ARC96/R577D).

2 – II est difficile d’estimer la quantité de matière qui a pu disparaître au cours de l’incendie.

Table des illustrations

Légende FIG. 60 Montboucher-sur-Jabron/Constantin : localisation du site avec indication des limites des seigneuries et des principaux sites antiques et médiévaux.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23018/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 61 Montboucher-sur-Jabron/Constantin : plans du site, a les vestiges du bâtiment des VIe-VIIe s. et des fosses associées (en grisé) et présumées associées (en blanc) ; b la maison du XIe s. et ses deux fosses.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23018/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende FIG. 62 Montboucher-sur-Jabron/Constantin : plan du bâtiment du haut Moyen Âge, VIe‑VIIe s.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23018/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 63 Montboucher-sur-Jabron/Constantin : coupe des fosses associées au bâtiment du haut Moyen Âge, VIe-VIIe s.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23018/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 64 Montboucher-sur-Jabron/Constantin : plans de la maison du XIe s. a représentation de la fosse dans laquelle est construite la maison ; b les poutraisons carbonisées et les fragments de parois du mur occidental ; c les murs de terre effondrés et les branches du clayonnage du mur oriental ; d les éléments du plancher ; e proposition de restitution de la maison.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23018/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Légende FIG. 65 Montboucher-sur-Jabron/Constantin : vaisselle de la maison du XIe s. 1.2 ouïes ; 3 pot à 4 becs pincés ; 4 pot de stockage sans lèvre ; 5 couvercle à bouton de préhension vertical.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23018/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende FIG. 66 Montboucher-sur-Jabron/Constantin : fond du coffre en bois carbonisé, mis au jour dans la maison du XIe s.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23018/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 67 Coupe transversale du chemin de Gontardin.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23018/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 26k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search