Version classiqueVersion mobile

Habitats, nécropoles et paysages dans la moyenne et la basse vallée du Rhône (viie-xve s.)

 | 
Odile Maufras

Première partie. Les sites

Chapitre 7. Le gisement des Treilayes (La Roche-sur-Grane, Drôme)

Isabelle Rémy

Texte intégral

7.1 Introduction

1Le site drômois des Treilayes est localisé au nord de la commune de La Roche-sur-Grane, en bas de la pente d’un plateau, en un lieu où le tracé du TGV emprunte un viaduc enjambant la vallée de la Grenette. Il est en périphérie d’un castrum.

  • 1 – Le diagnostic a été réalisé en 1995 par A. Allimant et M. Goy, et l’évaluation en 1996 par I. Rém (...)

2L’évaluation archéologique1, en dépit d’un assez mauvais état de conservation des vestiges, a permis de mettre en évidence deux phases d’occupation. La première est illustrée par un grand fossé accompagné de silos du xie s. Elle est suivie, à la fin du Moyen Âge, par le réaménagement de l’espace en terrasses cultivées, vestiges encore rares et précieux pour la connaissance de l’environnement paysager dans la Drôme.

7.2 Cadre naturel et historique

3Le site se trouve à environ 25 km au sud-ouest de Crest (fig. 56). Il se développe en bas d’un vaste plateau du même nom, au pied du village perché de La Roche-sur-Grane. Le plateau présente un plan ovale régulier, approximativement orienté SE-NO, bordé de reliefs abrupts à l’est et à l’ouest. Il s’insère dans une boucle que forme en ce lieu la confluence entre la Grenette et le ruisseau du Colombet. L’ensemble du relief suit une faible pente, qui s’accentue en bas du plateau sur un étranglement, et qui se prolonge enfin en pente douce jusqu’aux cours d’eau. La parcelle sondée se trouve sur l’avancée étranglée du bas de pente, non loin de la confluence, à moins de 500 m du village castral de La Roche-sur-Grane (fig. 57).

FIG. 56
La Roche-sur-Grane/Les Treilayes : localisation du site.

FIG. 57
La Roche-sur-Grane/Les Treilayes : vue tridimensionnelle du plateau. Le terrain représenté mesure 800 x 800 m. Le tracé blanc rectangulaire au nord encadre la zone de fouilles (reconstitution réalisée en image de synthèse à partir des courbes de niveau du plateau et d’une photo aérienne).

4Le fort pendage qui marque le relief n’est pas sans conséquence sur la formation des sols, constitués pour l’essentiel d’épais dépôts d’alluvions déposés par les cours d’eau, sur lesquels prennent place les niveaux archéologiques, recouverts à leur tour par des nappes de colluvions, provenant du haut du plateau. Ces glissements ont entraîné une forte érosion des divers témoins archéologiques, soit fortement tronqués, soit piégés dans les structures en creux.

5Les connaissances historiques concernant l’environnement proche, au Moyen Âge, se résument à quelques mentions concernant le castrum de La Roche-sur-Grane (Bois 1992) et à quelques découvertes fortuites faites à l’occasion des prospections pédestres, mais qui concernent essentiellement la Préhistoire et l’Antiquité (traces agraires).

6La première mention du castrum relevée (Ruppis propre Granam : Inventaire Chambre des Comptes) date de 1279. Ce chef-lieu de seigneurie était alors un bien des comtes de Valentinois, qui possédaient par ailleurs les châteaux voisins de Chabrillan et, sur la vallée de la Grenette, d’Autichamp, Grane, etc. Celui de la Roche fit ensuite l’objet d’un échange avec le château de Baix. Il ne reste actuellement du castrum qu’une tour carrée, au sommet du village. Les textes permettent toutefois de connaître l’existence d’une église (ecclesia de Ruppe), au xive s. au sein du château.

7Quelques mentions de sites ruraux (chapelles Saint-Bonnet, de Saint-Étienne, etc.) complètent le paysage médiéval. Enfin, sur le cadastre napoléonien figure à proximité immédiate de la parcelle sondée, un chemin menant de Saint-Martin, près de Chabrillan, site antique et médiéval, à La Roche-sur-Grane (cf. chap. 6). Il franchit le cours de la Grenette près du site, par un pont dont il ne reste qu’une pile, pour atteindre le village perché par le chemin annulaire ceignant le plateau. Le toponyme des Treilayes, quant à lui, n’apparaît dans les textes qu’au xviie s. (Treslayes, 1768).

7.3 État I : des structures liées à un habitat ?

8Un vaste fossé, dont les divers comblements issus de colluvionnement contiennent des éléments céramiques datés des xie-xiie s., caractérise la première occupation du site. Trois fosses, bien que non datées, lui sont associées (fig. 58).

FIG. 58
La Roche-sur-Grane/Les Treilayes : plan et coupes des fosses et fossés.

7.3.1 Les fosses-silos

9Trois fosses-silos sont apparues dans la partie orientale de la parcelle. Les structures, incomplètes –elles sont tronquées sur environ 1/4 de la profondeur–, dessinent un profil piriforme. Les diamètres maximaux varient entre 0,90 et 1,20 m pour une profondeur conservée entre 0,80 et 1,30 m. Les comblements, stratifiés et de nature colluviale, se sont déposés après l’abandon des structures de stockage.

7.3.2 Le fossé

10Il est orienté vers le sud, dévie ensuite légèrement vers l’est à mi-pente puis à nouveau est orienté plein sud, grosso modo dans le sens de la pente. Son tracé, suivi sur 35 m, forme une limite qui ceint un replat au nord-est, bordé au nord par la falaise dominant le cours de la Grenette. Son interprétation en tant que structure fossoyée destinée à protéger soit un habitat soit les structures agraires, repose sur plusieurs arguments mis en évidence par son étude.

11Tout d’abord, ses dimensions sont assez remarquables : les plus importantes sont de l’ordre de 1,10 à 1,20 m de profondeur (maximum conservé) pour des largeurs de 2 à 3 m (largeurs présumées). Ces estimations sont probablement minorées, non seulement en raison de la forte érosion subie par les structures sur le site, mais aussi des curages successifs, inhérents à l’histoire des fossés. De plus, les profils adoptés sont irréguliers : ils dessinent indifféremment un profil en U, en V, ou en entonnoir. Peut-être doit-on imaginer, dans les deux derniers cas, des pieux fichés dans le fossé, argumentant en faveur d’une vocation défensive. Enfin, dans les dépôts supérieurs du comblement, la présence non négligeable de fragments de torchis avec empreintes de clayonnage tend à faire penser que le fossé était palissadé. Toutefois, aucun trou de piquet n’a pu être mis en évidence. Aussi doit-on aussi retenir l’hypothèse que ces fragments, piégés par colluvionnement dans le fossé, sont les vestiges d’un habitat de terre dont la localisation reste indéterminée.

7.4 État II : l’aménagement de terrasses

12Malgré l’absence de tout indice de datation, la postériorité de cet aménagement permet de suggérer sa mise en place après l’abandon des premières structures, au xiie s. La construction de ces terrasses remonte plus probablement à la fin du Moyen Âge ou au début de la période moderne. La parcelle est alors découpée en terrasses, travail motivé par une volonté de mise en culture. Deux niveaux de terrasses associées à des fossés d’irrigation, séparés par une forte nappe colluviale. Un premier aménagement du paysage est mené à bien, à une date indéterminée. De celui-ci ne subsiste qu’un fossé et un lambeau de paléosol, suite à leur destruction marquée par un fort recouvrement de colluvions (fig. 59). On nivelle ensuite en rapportant des sédiments, destinés à préparer la surface, avant l’aménagement de nouvelles terrasses. Celles-ci se manifestent par la construction d’un nouveau fossé, dont les divers comblements montrent l’alternance de phases de circulation et de stagnation d’eau, et un lambeau du nouveau paléosol. Dans un dernier temps survient une nouvelle phase de destruction/abandon, illustrée par une nouvelle nappe de colluvions et de glissements des niveaux et structures en place.

FIG. 59
La Roche-sur-Grane/Les Treilayes : coupe stratigraphique.

13Il est possible de restituer le paysage sous la forme de bandes de terre en pente douce, peut-être retenues par un alignement de pierres ou une haie, et formant un gradin au niveau des fossés qui leur sont associés. Ces derniers, barrant le champ de façon perpendiculaire au pendage général, sont destinés à récupérer, canaliser et évacuer les eaux, soit en périphérie du champ, soit dans la Grenette, au sud.

14L’étude carpologique (cf. chap. 16) a permis de déterminer la présence de pépins de vigne, probablement mise en culture sur ces parcelles. Cette découverte ne contrarie en rien l’idée d’un aménagement en terrasse, bien au contraire, ce type de paysage étant souvent associé à la culture de vignes. Cette hypothèse n’est par ailleurs pas sans rappeler le toponyme du site, Les Treilayes, qui pourrait faire, entre autres, référence aux treilles.

7.5 Synthèse

15C’est dans le contexte castral qu’il faut, semble-t-il, placer les deux états du site : tous deux témoignent d’une activité agricole, aux abords d’un pôle d’attraction fort, représenté par le castrum.

  • 2 – Le fossé suit approximativement une courbe irrégulière qui contourne un replat au nord-est du sit (...)

16Les fosses-silos, constituant une partie d’une petite aire d’ensilage, indiquent que nous sommes au moins en présence d’un site de production. Les denrées agricoles, précieuses, pourraient à elles seules justifier l’installation d’un fossé à caractère défensif. Ces structures peuvent être installées à proximité des champs, mais, en moyenne vallée du Rhône elles sont souvent associées à un habitat. Ici, on ne sait si l’on est dans un contexte de plein champ ou aux abords d’une petite exploitation agricole. Toutefois, l’hypothèse de l’existence d’un habitat est confortée par plusieurs éléments. D’une part, un fossé sans habitat pour surveiller, remplit-il vraiment son usage ? D’autre part, certains aspects du site, comme la proximité d’un lieu de passage menant au château, la présence d’eau, et en particulier une topographie facile à défendre2, tout en bénéficiant de la défense qu’offre le château, forment autant d’arguments favorables à cette hypothèse. Peut-être peut-on l’envisager comme un relais du château, destiné à surveiller un point d’accès stratégique ? Il est à noter que, malheureusement, si habitat il y a, seule sa périphérie aurait été concernée par les sondages, la forte pente du terrain ayant empêché toute tentative de décapage de surface dans la zone nord-est.

17Le second état nous replace dans un contexte valdainais bien connu dont l’étude a permis de mettre en lumière la fréquence de ces terrasses de cultures sur les versants proches des habitats groupés –els La Bâtie Rolland ou La Bégude de Mazenc (Berger 1996b)– et ce, dès le Moyen Âge. La présence d’un castrum à proximité du site nous place naturellement dans ce genre de contexte. La réalisation de terrasses, que l’on a pu constater sur l’ensemble du plateau des Treilayes à l’occasion de divers travaux, illustre la volonté de gagner des terres sur des terrains défavorables en raison de leur forte pente. Une nouvelle intensification des cultures s’observe au xvie s., augmentant encore de façon notable le nombre de terroirs, induisant là encore la conquête de parcelles en pente, réaménagées en terrasses cultivables. L’adoption d’un profil en terrasse a trouvé sa raison d’être dans la volonté de réduire la pente, le nivellement facilitant le travail, on le sait, en retenant des terres qui glissent après chaque grosse pluie ou labours. La toponymie fournit quelques indices supplémentaires par les références qu’il semble faire aux treilles, ou treillées, désignant les vignes en treilles, phénomène interprété par A. Durand (1991), comme typiquement urbain, qui, après diffusion de ce mode de culture, s’observe dans les zones subcastrales, au seuil des xiiiexive s. Le site des Treilayes, tant par sa localisation que par sa chronologie, pourrait tout à fait appartenir à ce courant.

181998

Notes

1 – Le diagnostic a été réalisé en 1995 par A. Allimant et M. Goy, et l’évaluation en 1996 par I. Rémy, A.P. Stephenson et A. Gervais.

2 – Le fossé suit approximativement une courbe irrégulière qui contourne un replat au nord-est du site. Un habitat installé sur ce replat serait naturellement défendu au nord par l’à-pic dominant le Grenette, tandis que les autres côtés seraient, eux, défendus par le fossé.

Table des illustrations

Légende FIG. 56 La Roche-sur-Grane/Les Treilayes : localisation du site.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23008/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 57 La Roche-sur-Grane/Les Treilayes : vue tridimensionnelle du plateau. Le terrain représenté mesure 800 x 800 m. Le tracé blanc rectangulaire au nord encadre la zone de fouilles (reconstitution réalisée en image de synthèse à partir des courbes de niveau du plateau et d’une photo aérienne).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23008/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 58 La Roche-sur-Grane/Les Treilayes : plan et coupes des fosses et fossés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23008/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende FIG. 59 La Roche-sur-Grane/Les Treilayes : coupe stratigraphique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23008/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 26k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search