Version classiqueVersion mobile

Habitats, nécropoles et paysages dans la moyenne et la basse vallée du Rhône (viie-xve s.)

 | 
Odile Maufras

Première partie. Les sites

Chapitre 6. L’établissement du haut Moyen Âge de L’Hortal (Chabrillan, Drôme)

Pascale Rethoré

Texte intégral

6.1 Introduction

1L’établissement rural de L’Hortal, sur la commune de Chabrillan, est implanté sur les coteaux dominant la vallée de la Drôme, au pied du flanc ouest de la colline de Saint-Romain (fig. 52). Il domine un vallon formé par le ruisseau de Villeneuve. C’est un établissement isolé et modeste des vie-viie s. qui succède, dans la continuité semble-t-il, à une occupation de l’Antiquité tardive. Il est composé de trois bâtiments –probablement d’habitation et agricole– séparés par un espace de circulation, d’un bassin et peut-être aussi d’un petit ensemble funéraire. Celui-ci est éloigné de toute chapelle et semble échapper au cadre paroissial. Plus tard, aux xe-xie s., l’espace sert à l’ensilage avec le percement de plusieurs fosses.

FIG. 52
Chabrillan/L’Hortal : localisation du site.

  • 1 – L’opération de sauvetage archéologique a été conduite par une équipe de quatre personnes, dirigée (...)

2Le site, tel qu’il a pu être observé dans le périmètre des 2 500 m2 de l’emprise du chantier archéologique1, occupe une surface de 2 000 m2 environ. Du fait de sa situation à flanc de coteau, il est très érodé : toute la partie située en haut de pente, à l’est, a été laminée, de sorte qu’il ne subsiste de l’occupation de ce secteur qu’un vestige profondément fondé : un bassin. Plus bas, seule la fondation des murs et parfois une assise de l’élévation, sont conservées. Les lambeaux de sols épargnés correspondent à des surfaces de circulation extérieures constituées à l’horizon des colluvions ou des alluvions du terrain.

6.2 Les aménagements du haut Moyen Âge

3L’établissement du haut Moyen Âge sur le site de L’Hortal succède à deux occupations antérieures : deux fosses et peut-être quelques trous de poteau attestent une première fréquentation, assez lâche, à l’âge du Fer. Plus tard, à la fin du ive. ou au début du ve s, un bâtiment, deux murs formant un angle ouvert et un bassin sont construits qui marquent une implantation plus structurée, probablement à vocation agricole (fig. 53) [Réthoré 2002].

FIG. 53
Chabrillan/L’Hortal : le site aux VIe-VIIIe s.

4Pendant le haut Moyen Âge ces constructions sont toujours occupées et complétées. Le site est alors doté de deux bâtiments principaux construits perpendiculairement l’un à l’autre et séparés par un chemin grossièrement empierré. À l’écart, au sud-ouest, une petite annexe complète l’ensemble tandis qu’à l’est, le bassin de la période antérieure semble toujours en usage.

5Enfin, un petit groupe de sépultures s’étend au sud des bâtiments, à l’exception de deux individus inhumés au nord. Elle est en partie postérieure à l’abandon des bâtiments (fig. 53).

6.2.1 Les bâtiments principaux et le chemin

6Le noyau du site médiéval est composé de deux bâtiments principaux établis à proximité l’un de l’autre et bâtis selon une technique similaire. Ils sont construits en tranchées, leurs murs maçonnés ont une largeur moyenne de 0,60 m. La première assise de fondation est posée sur un lit de blocs de molasse provenant des environs, de petits modules, constituant un hérisson irrégulier. L’assise suivante est faite de blocs de molasse grossièrement équarris, de bonne dimension pour les parements et de plus petit module pour le blocage interne. Le tout est lié avec un limon sablo-argileux. Le premier, le bâtiment A, est installé à l’ouest du site. Il est bâti selon une direction N-S et présente un plan rectangulaire, régulier, de 12 m sur 5,50 m. Il correspond au bâtiment édifié à la fin du ive s., dont une large partie de la façade orientale est reconstruite au Moyen Âge. Aucune de ses ouvertures n’a pu être identifiée ; l’entrée était peut-être située sur le mur ouest ou la partie occidentale du mur nord dont les matériaux ont été ultérieurement récupérés. Aucune subdivision interne n’a été repérée. L’unique aménagement observé lors de la fouille consiste en une excavation de forme ovoïde, de faible envergure (une dizaine de centimètres de profondeur sur une quarantaine de centimètres de largeur), comblée par un niveau charbonneux, avec quelques galets thermofractés, sans véritable organisation. Cette structure peut correspondre à un foyer rudimentaire. Il se situe dans la partie nord de la pièce et sa présence suggère une fonction d’habitat pour ce bâtiment.

7Le deuxième, le bâtiment B, est implanté à l’est et à 3 m du précédent. Il réutilise, en façade nord, les deux murs en angle ouvert de la période précédente. Il suit une direction E-O, il est très allongé et atteint une vingtaine de mètres de long. De forme trapézoïdale, il est large de 9 m à l’extrémité ouest et de 4,5 m à l’est (fig. 53). Il présente la particularité de posséder une entrée formant chicane sur le côté étroit. En son centre, la présence d’un massif maçonné de blocs de molasse et de galets, de 0,90 m sur 1,20 m, peut correspondre à un dé ayant servi de base à un poteau pour le soutien de la poutre faîtière de la charpente. Aucun fragment de tuile n’ayant été observé dans ce bâtiment, il semble probable que sa couverture était en matériaux périssables. La forme du bâtiment et celle de son entrée présentent des caractéristiques adaptées à une fonction de bergerie ou d’étable : la chicane rétrécit l’entrée et facilite le comptage des bêtes. Cependant, aucun autre élément ne permet d’étayer cette hypothèse. La comparaison avec les bergeries de la Crau, par exemple, n’est pas vraiment satisfaisante (Badan et al. 1995).

8L’espace ouvert situé entre les deux constructions semble avoir constitué un lieu de passage très emprunté : il a été grossièrement empierré pour faciliter la circulation quel que soit le temps.

6.2.2 Les aménagements périphériques

9À quelque 15 m au sud-ouest des principaux bâtiments, une petite annexe a été édifiée, le bâtiment C. Il s’agit d’une construction de 3,60 x 1,60 m dont la superstructure, probablement en bois et en terre, a entièrement disparu. Il n’en subsiste qu’une trace rectangulaire de terre indurée. Au centre de la pièce unique, un trou de poteau de 0,25 m de diamètre constitue le vestige du support de la couverture ou d’un aménagement interne. La trace d’une planche carbonisée provient peut-être d’un élément mobilier, et le foyer, au centre, est installé à même le sol. Il est simplement matérialisé par une plaque de limon argileux totalement rubéfiée et quelques galets et blocs de molasse inorganisés. Des couches plus charbonneuses peuvent correspondre à des rejets du foyer. Au bord de celui-ci, des coquilles d’œuf ont pu être observées. À proximité, une fibule a été mise au jour. Elle se compose de feuilles de verre multicolore serties par des rubans de bronze formant une rosace supportée par une tôle de fer. Ce type de fibule polylobée peut être daté de l’époque mérovingienne (Périn 1985).

10À l’opposé, à l’est des bâtiments principaux, le bassin édifié pendant l’Antiquité tardive –au cours des ive-ve s.– semble être toujours utilisé aux vie-viie s. : sa destruction date en effet des xe-xie s. Il est de petite envergure : les plus grandes dimensions conservées forment un carré de 1,10 m de côté. Des murs entourant cette construction il ne subsiste qu’un angle dont le parement extérieur a été récupéré. La tranchée de récupération a été identifiée. Quelques blocs de molasse liés par un limon sablo-argileux, sont les seuls éléments qui restent de cette fondation. Le fond du bassin est tapissé d’un béton de tuileau de facture grossière. Aucun bourrelet d’étanchéité n’a été reconnu au cours de son dégagement. Cette construction apparaît à la fois assez rudimentaire et mal conservée. Sa position en haut de pente par rapport au bâti a sans doute beaucoup contribué à sa dégradation. Cette situation topographique doit être relevée. En effet, elle correspond à une ligne de source qui, actuellement encore, est captée au même niveau que le bassin antique, mais 200 m plus au sud. Ce captage alimente, de façon exclusive, l’une des habitations du hameau actuel.

6.2.3 L’ensemble funéraire

11Dix sépultures ont été mises au jour sur le site. Deux, dans la partie nord, jouxtent le bâti auquel elles se superposent. Une, au sud, est installée contre le chemin qui sépare les deux bâtiments principaux. Les sept autres sont à une douzaine de mètres plus au sud, dans l’axe du chemin, mais disposées perpendiculairement à lui, en deux rangées orientées (fig. 53).

12Les sépultures sont toutes creusées dans la roche tendre selon un axe E-O et les corps y ont été déposés tête à l’ouest, sans aucun objet d’accompagnement conservé. Certaines sont recouvertes d’une dalle de molasse (cf. chap. 20). Ce sont les restes de 5 femmes, 1 homme et 4 enfants.

13L’alignement des sépultures les unes par rapport aux autres et l’absence de recoupement entre elles laissent supposer que chaque groupe de tombes est chronologiquement homogène. Par contre il n’a pas été possible d’établir si ces différents lieux d’inhumation ont fonctionné en même temps ou les uns après les autres, ni quelle a été leur relation chronologique exacte avec le bâti. On notera qu’à l’exception des tombes septentrionales la disposition des sépultures et celle des constructions ne se chevauchent pas. Ce respect, et notamment la disposition presque symétrique des inhumations de part et d’autre du bâtiment A, le long du chemin, montrent que le bâti est en élévation au moment de l’installation de la nécropole.

14Les graviers du chemin couvrent une faible surface de la sépulture isolée méridionale, ce qui peut résulter soit de la postériorité du chemin et des bâtiments qui lui sont contemporains, soit de celle de la tombe dont le creusement aurait occasionné un léger éboulis de l’aménagement de circulation dans la sépulture. Quoi qu’il en soit, topographiquement, les deux aménagements se respectent. En outre, le chemin s’arrête de façon nette au niveau du groupe méridional d’inhumations, comme s’il avait eu pour fonction principale de le desservir. Cependant, c’est peut-être parce qu’il a partiellement disparu, sous l’effet de l’érosion par exemple.

15Les deux sépultures septentrionales, par contre, sont clairement postérieures au bâti, puisqu’elles sont creusées dans les niveaux d’abandon du bâtiment A.

16Ainsi, au moins deux sépultures ont été installées après que les bâtiments ont été abandonnés et toutes ont été mises en place alors que ceux-ci conservaient encore suffisamment d’élévation pour marquer le paysage. Les sépultures méridionales, légèrement à l’écart, sont peut-être contemporaines de l’utilisation du bâti, mais les arguments restent faibles pour le proposer fermement.

6.3 Les éléments de datation

17La construction et l’utilisation des bâtiments sont associées à des couches qui ont livré un mobilier céramique semblant correspondre aux productions des vie et viie s. Il s’agit essentiellement de poteries à pâte kaolinitique présentant des formes globulaires avec des bords triangulaires (ou premiers bandeaux).

18Dans les niveaux d’abandon, un mobilier à peine plus récent, daté des vie-viie s., a été découvert. Ceci peut-être, parce que les comblements des tranchées de récupération des murs où ils ont été collectés ont utilisé les sédiments provenant des phases d’occupation du site. Il s’agit de lots de céramiques, peu abondants, mais très homogènes, livrant une grande variété de formes (cf. chap. 21). Les lots sont dominés par les productions à pâte grise kaolinitique. Parmi les formes observées, apparaissent, pour les récipients fermés, des panses ovoïdes à bord triangulaire, en bandeau ou évasé. Les formes ouvertes sont illustrées par des assiettes à marli ou des assiettes à bord rentrant. Tous les fonds rencontrés sont plats. Un bord de gobelet à décor peigné, caractéristique des formes connues pour le haut Moyen Âge, s’intégre parfaitement à cet ensemble céramique. Enfin, par la négative, l’absence de bandeaux similaires à ceux connus pour les xe-xie s., l’absence de fonds bombés, dont l’apparition semble fixée au ixe s., confirment la chronologie générale des vie-viie s.

19La datation des ensembles funéraires repose sur une analyse au radiocarbone réalisée par le laboratoire Archéolabs à partir d’un individu du groupe méridional de sept sépultures. La date calibrée est de cal AD 660 – cal AD 940, avec la probabilité que la date calibrée soit située à 55,9 % entre cal AD 660 et cal AD 785, à 37,9 % entre cal AD 785 et 895, et à 3,4 % entre cal AD 895 et 940. L’analyse indique donc qu’une des sépultures a été installée entre la fin du viie et le courant du viiie s.

20Ces données mettent en évidence l’occupation des bâtiments au cours des vie-viie s. et leur abandon pendant ou après cette période. L’occupation funéraire du site, elle, est soit en partie synchrone de l’utilisation des bâtiments et en partie postérieure, soit totalement postérieure à leur abandon, mais semble-t-il de peu.

6.4 Une réoccupation aux xe et xie siècles

21Après l’abandon des bâtiments principaux et –peut-être plus tard– de l’espace funéraire, le site n’a pas été totalement déserté. Après un hiatus d’un ou deux siècles, le secteur fait de nouveau l’objet d’aménagements, mais ceux-ci relèvent d’une occupation plus lâche, en aire ouverte. Cette occupation est essentiellement marquée par la construction d’un mur isolé et d’une palissade, par le creusement de structures de stockage et par une probable activité de jardinage. L’ensemble date des xe-xie s.

22Au droit des vestiges du haut Moyen Âge de L’Hortal, les aménagements plus récents qui ont été observés ne correspondent pas à la totalité d’une occupation qui se surimposerait exactement à la première, mais participent d’un site plus vaste, observé partiellement, et dont l’étendue n’est pas restituable. Il s’agit d’une occupation rurale, de culture et de stockage de denrée, dont l’organisation générale nous échappe (fig. 54).

FIG. 54
Chabrillan/L’Hortal : le site aux Xe-XIe s.

23Seuls deux éléments bâtis au cours de cette phase sont conservés. L’un est un long mur, édifié selon une direction E-O, et constitué de gros blocs de molasse équarris et posés à sec. Il rappelle beaucoup les murs de soutènement en fonction actuellement le long des routes et des talus et peut éventuellement être interprété comme mur de clôture de parcelle. L’autre, perpendiculaire au premier mais à distance au nord, est un alignement de trous de poteaux conservé sur 7 m de long qui constitue peut-être le vestige d’une palissade ou celui d’une rangée de plantation sur support.

24Plusieurs fosses ont été découvertes dans la partie basse de l’emprise (à l’ouest). L’une d’entre elles occupe l’angle du bâtiment B de la phase d’occupation antérieure, probablement parce que celui-ci conserve encore quelques pans de murs en élévation. Cette fosse a une forme grossièrement carrée (2 m de côté), mais ses angles sud-est et nord-ouest sont arrondis. Elle est relativement peu profonde (une trentaine de centimètres). Ses parois forment une sorte de talus en pente douce se terminant par un chenal médian, situé dans la diagonale du carré, chenal tapissé de blocs de molasse. Si les premiers blocs mis au jour dans l’excavation sont issus d’un effondrement, les blocs tapissant le fond de la structure obéissent à une véritable logique de construction. Cependant, aucune fonction n’a pu être attribuée à cette fosse (fig. 55). Son remplissage est fait d’un limon brun très organique. De nombreux fragments de céramique y ont été prélevés qui correspondent à des productions des xe-xie s. : céramique grise à pâte assez grossière avec de nombreuses inclusions. Les formes identifiées sont peu variées. Ce sont des oules à bord en bandeau ou bord évasé. Un fragment de cruche à bec pincé a été identifié. Tous les fonds rencontrés sont bombés. Il faut noter ici la présence d’un fond marqué inédit dont le décor est épigraphique. Un autre fond porte une marque incisée (cf. chap. 21).

FIG. 55
Chabrillan/L’Hortal : détail de la fosse empierrée.

25Les autres fosses sont situées autour des bâtiments –dont les ruines limitent sans doute l’accès au sol et le percement de structures en creux sur leur emprise. Ces fosses offrent une forme générale (périmètre circulaire, fond concave) qui est celle de fosses-silos. Cependant, l’érosion les a tronquées au point que leur profil complet ne nous est pas parvenu. Il est donc impossible de le certifier. Elles possèdent un diamètre moyen de 0,80 m, leur profondeur conservée et observée est de 0,40 m, leur remplissage est constitué d’un limon argileux brun-noir, organique, assez homogène. Elles observent une organisation lâche, sans logique apparente. Quelques trous de poteau les jouxtent qui peuvent avoir fonctionné en même temps, mais dont la fonction reste indéterminable (support d’abri ?).

26Si ces fosses ont effectivement fonctionné comme silos, elles ont servi au stockage des graines alimentaires et des semences sans doute cultivées dans le voisinage immédiat. En effet, une coupe stratigraphique réalisée en périphérie du site révèle la présence d’un sol brun et humique marqué par une pédogenèse. Il contenait le bord en bandeau d’un pot en céramique des xe-xie s. Cette sédimentation n’apparaît pas de façon homogène sur tout le site. Elle a été piégée au niveau d’un paléovallon mis en évidence au cours de la fouille ainsi que dans les structures en creux du dernier état d’occupation du site. Ailleurs, elle a été tronquée par l’érosion. Elle correspond à une période de stabilité sédimentaire, de biostasie par ailleurs généralement reconnue pour le Moyen Âge (Magny, Richard 1992 ; Van der Leeuw 1995) [cf. chap. 14], Le caractère organique des sédiments attribués à cet état peut rappeler les terres de jardin (hortus) : L’Hortal.

6.5 Conclusion

27Le site de L’Hortal est isolé et de dimensions réduites : il a abrité une famille ou un groupe de ruraux qui ont sans doute participé à la mise en valeur des terres environnantes par la culture et ont semble-t-il pratiqué l’élevage. Les occupants sont arrivés sur le site à la fin du ive s. –date des premières constructions– et l’ont principalement habité aux vie et viie s. L’occupation est de courte durée puisque l’abandon intervient dès la fin de cette période : le site disparaît donc avant la mise en place des habitats groupés du Moyen Âge.

28Seul l’ensemble funéraire, peut-être partiellement créé en même temps que l’établissement rural, perdure au-delà de l’abandon, jusque dans le courant du viiie s. Il n’est pas établi à proximité d’une chapelle et reste en dehors des cadres administratifs de l’Église dont le réseau paroissial n’est pas encore très dense. Ici, c’est le bâti, peut-être alors en ruine mais marquant toujours le paysage, qui a pu présider au choix de l’emplacement des sépultures. Les tombes peuvent être celles de quelques habitants du site ou résidant plus loin, mais encore attachés à cet établissement abandonné.

291997

Notes

1 – L’opération de sauvetage archéologique a été conduite par une équipe de quatre personnes, dirigée par P. Réthoré (Afan). Elle a été réalisée en deux étapes : une intervention de diagnostic puis une évaluation complémentaire. L’ensemble a duré 1 mois et demi et a permis l’ouverture du terrain sur 2500 m2 et la fouille échantillonnée des structures.

Table des illustrations

Légende FIG. 52 Chabrillan/L’Hortal : localisation du site.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22998/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 53 Chabrillan/L’Hortal : le site aux VIe-VIIIe s.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22998/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 54 Chabrillan/L’Hortal : le site aux Xe-XIe s.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22998/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 55 Chabrillan/L’Hortal : détail de la fosse empierrée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22998/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 12k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search