Version classiqueVersion mobile

Habitats, nécropoles et paysages dans la moyenne et la basse vallée du Rhône (viie-xve s.)

 | 
Odile Maufras

Première partie. Les sites

Chapitre 5. Les occupations du site de Saint-Martin (Chabrillan, Drôme)

Michèle Bois

Texte intégral

5.1 Introduction

5.1.1 Situation topographique

1Le territoire de la commune de Chabrillan, assez étendu (environ 17 ha), est situé sur la rive gauche de la Drôme, en aval de la cluse de Crest. Il est inégalement réparti entre deux zones plutôt contrastées. Au sud, de vastes collines boisées, au sous-sol constitué de molasses et de sables miocènes, s’étagent en direction d’Autichamp et de La Roche-sur-Grane ; elles sont profondément entaillées par de petits affluents de la Drôme, le Rif noir, le ruisseau de Villeneuve et le ruisseau de Saint-Pierre, sujets à des débordements subits. Au nord, les terrasses anciennes de la rivière, datées du Riss récent et du Würm ancien et récent et sur lesquelles d’importantes nappes de lœss se sont déposées, constituent une étendue relativement plane, plus étroite, où se trouve la majorité des terres cultivées actuelles. La route joignant la vallée du Rhône au Diois traverse la zone médiane d’ouest en est. Le village actuel, proche de Grane, la domine à l’ouest : il a conservé de belles murailles médiévales, celles d’un château de pierre construit au sommet d’une butte de sables marins consolidés et celles d’une partie de son enceinte. C’est à l’est, près de la rive gauche du Rif noir qui constitue la limite avec Chauméane, subdivision médiévale de l’actuelle commune de Divajeu située entre Chabrillan et Crest, que se trouve le quartier Saint-Martin (fig. 44).

FIG. 44
Chabrillan/Saint-Martin : localisation du site.

2Dans la première moitié du xxe s., on allait encore déposer des vêtements d’enfants au pied d’un bouquet de chênes marquant l’emplacement de l’église Saint-Martin, disparue depuis longtemps, pour obtenir la guérison des maladies de peau infantiles. Le dernier chêne, de dimensions remarquables, a été abattu par un violent orage en 1982. Il se trouvait dans l’angle sud-est de l’embranchement vers le sud d’une départementale (D591) d’origine ancienne, sur la grande route qui suit la rive gauche de la Drôme (D104) de Loriol à Crest. Le site de Saint-Martin avait fait l’objet de récupérations de matériaux d’architecture, d’ossements et d’objets divers, lors de travaux d’exploitation agricole ou de prospections de surface (Serre 1986). On pouvait raisonnablement penser, d’une part, que cet emplacement avait été occupé à l’époque romaine et que, d’autre part, un cimetière accompagnait l’église. La localisation supposée de cette dernière la plaçait à quelques dizaines de mètres de l’emprise de la ligne du TGV-Méditerranée et de la déviation de la route (D104). Néanmoins, dès les sondages de repérage, on était en mesure de confirmer ces hypothèses, et même si les décapages et la fouille n’ont fait que contourner le centre du site, les vestiges découverts appartiennent à l’un des établissements historiques les plus importants mis au jour sur le tracé du TGV dans la Drôme, tant par leur étendue que par la durée d’occupation mise en évidence.

5.1.2 L’emprise des travaux et les méthodes utilisées

3Les travaux occasionnés par le passage du TGV sont particulièrement importants en cet endroit. Au débouché du pont sur la Drôme, la ligne traverse la terrasse supérieure de la rive gauche en tranchée oblique en direction de La Roche-sur-Grane ; le croisement avec la route départementale a nécessité la construction d’un pont et une déviation importante de la chaussée.

4Le site a été mis en évidence dès la phase de prospection pédestre puisque des fragments de céramique médiévale et gallo-romaine et de matériaux de construction ont été retrouvés sur une zone d’environ 4 000 m2 marquée par un microrelief. Les sondages de diagnostic permettaient ensuite d’établir la stratigraphie du site dans ses lignes principales et de poser le problème de la réoccupation ou de la continuité de l’occupation entre la période antique et médiévale ainsi que des relations topographiques pouvant exister avec l’église Saint-Martin localisée hors emprise (Goy et al. 1996 : 33-34).

5Un premier décapage du site a été effectué sur une surface de 6 600 m2 lors de l’opération d’évaluation dirigée par Serge Martin à l’automne 1995 (Martin et al. 1995a). Il n’a révélé aucune trace de vestiges préromains contrairement aux décapages pratiqués sur les parcelles limitrophes : immédiatement à l’est de la départementale D591, était fouillé un ensemble de structures en creux de l’âge du Bronze et du Néolithique (Rimbault 2000). À l’ouest, au-delà de la voie du TGV, des paléochenaux présentaient des traces des occupations préhistoriques (Billaud 1997c) peut-être en relation avec celles qui sont situées plus en amont, notamment sur le site des Plots (Vermeulen 2000).

6La fouille des vestiges d’une occupation datée du Ier au xiie s. de notre ère, mis au jour sur la quasi-totalité de la surface décapée lors de cette évaluation, s’est déroulée de décembre 1995 à juin 1996. Une extension du décapage vers l’ouest et le sud a entraîné de nouvelles découvertes et notamment un espace funéraire en limite ouest du site (cf. chap. 20). L’emprise de la surface concernée par ces fouilles de sauvetage approche les 10 000 m2, et si elle n’a pas permis d’atteindre le centre du site, en particulier l’emplacement que l’on restitue pour l’église médiévale, elle semble avoir néanmoins cerné avec certitude son extension maximale au nord et à l’ouest. En effet, aucun vestige, soit gallo-romain soit médiéval, n’a été repéré, ni au nord de la D104 lors des sondages de prospection, ni à l’est de la D591 (Rimbault 2000). À l’ouest, les niveaux d’époque romaine mis en évidence lors du décapage témoignent essentiellement d’une forte torrentialité et d’une mise en culture des terres à l’époque romaine tandis qu’une fosse et quelques traces de murs donnent les limites extrêmes du site antique (Billaud 1997c). Le prieuré de Saint-Martin de Chabrillan paraissant peu documenté par les textes, un travail complémentaire de recherche d’archives a été réalisé, avec un résultat quelque peu décevant (Goy 1996).

7Le texte de synthèse qui suit a été établi à partir des documents rédigés par les auteurs des différentes opérations qui, de près ou de loin, ont touché le domaine de Saint-Martin, auteurs que je remercie pour m’avoir facilité l’accès aux archives de fouille.

5.2 La localisation de l’église Saint‑Martin

5.2.1 Les plans et cartes

8Le symbole « arbre isolé » présent sur la carte IGN au 1/25 000 (no 3037 Crest nos 7-8, 1951, révision 1971) à environ 120 m au sud-ouest du croisement de la D104 de Loriol à Crest et de la D591 qui rejoint Autichamp et La Répara au sud, était censé indiquer l’emplacement du chêne miraculeux de Saint-Martin. Cet élément a permis d’effectuer un premier repérage de l’église disparue, et, de ce fait, de bien distinguer Saint-Martin de l’église romane Saint-Pierre, située à environ 2 km à l’ouest, presque au pied du village fortifié médiéval de Chabrillan, et autour de laquelle se trouve le cimetière communal toujours en usage.

9Plus anciennement, le plan cadastral napoléonien de 1811 place au lieu-dit Saint-Martin, section B du Bourg, une parcelle de forme circulaire (no 61) incluse au sein d’une autre très vaste (no 60), tandis que la matrice cadastrale de 1824 la classe comme pâture (fig. 45). La confrontation des deux documents permet de superposer l’emplacement du chêne à celui de la pâture circulaire. C’est le procès-verbal d’estimation des biens d’église (ADD Q 27 : f°29) daté du « sept décembre mille sept cent quatre vingt douze, l’an premier de la République », qui apporte la certitude de la présence d’un édifice religieux ancien en ce lieu, en donnant une valeur de 360 livres à la « piece de terre contenant deux quartes, trois civayers où était ci devant une chapelle dans le terroir de Chabrillan, carrier de Saint-Martin qui confine du levent couchant bise et vent la terre du citoyen Sibeud juge au tribunal du district de Crest ». Au xvie s., on sait par le cadastre de Chabrillan (ADD : CC5) que ce bâtiment religieux était encore qualifié d’église : ce document donne pour contenance à une pièce de terre « en St Martin propriété du sieur Jean Vincent cinquante-six sesterées trois cyvaiers advalué quinze sétérées en premier, vingt sesterées en seconde, le reste au tiers, ayant distraict une eyminée (= deux quartes) et trois cyvaiers pour l’église et son circuit ». Il est dit aussi que la propriété de Jean Vincent confronte au nord le chemin public ainsi que d’autres parcelles. La conversion en mesure actuelle aboutit à un peu plus de 12 ha de terrain d’un seul tenant, mais de valeurs différentes, à l’intérieur desquels est enclavée la parcelle qui porte l’église Saint-Martin. La surface indiquée peut être évaluée à 1 425 m2, ce qui correspond à un cercle d’environ 20 m de rayon, à peine plus grand que celui de la parcelle figurée au xixe s. (Goy 1996). Dans le cas où cette forme parcellaire disparue, mais attestée par un unique document, ne serait pas due au hasard, on pourrait l’interpréter comme la survivance d’une aire sacrée de « trente pas ». Dans la région, les réaménagements des clôtures cémétériales ont le plus souvent fait disparaître les formes circulaires plus anciennes : un des rares exemples subsistants a été inclus à l’intérieur du cimetière de l’église Saint-Andéol de la Bâtie-Rolland, proche du site de Montboucher-sur-Jabron / Constantin.

FIG. 45
Chabrillan/Saint-Martin : détail de l’emplacement des vestiges médiévaux et situation de la parcelle 61 du cadastre napoléonien (1811-1824).

10Si la localisation de l’église hors de l’emprise des travaux est bien confirmée par les documents cadastraux de la commune de Chabrillan, des traces repérées sur une photographie aérienne verticale de l’IGN, datée de 1946, semblent bien pouvoir lui être attribuées : immédiatement au nord du cercle de feuillage de la frondaison de ce chêne –ou plus probablement de deux chênes qui subsisteraient alors, trois étant attestés au xixe s.–, des traces claires dessinent un rectangle se terminant par une abside tournée vers l’est. Cet emplacement correspond aussi à la plus forte résistivité apparente enregistrée par l’équipe de prospection géophysique (Ducomet et al. 1997), sur les parcelles situées hors emprise. Cependant, cette zone de forte résistivité correspond à la superposition de bâtiments médiévaux et antiques et aucune forme circulaire ne peut y être décelée.

5.2.2 L’environnement du site

5.2.2.1 Le parcellaire

11L’étude des documents planimétriques (plans cadastraux et cartes topographiques) et des photographies aériennes de l’IGN montre que les grandes lignes de l’organisation parcellaire actuelle étaient déjà en place au début du xixe s. Depuis cette époque, les parcelles ont été rassemblées en de plus grandes unités d’exploitation, mais les orientations des chemins et des fossés n’ont pas subi de modifications notables. On y a reconnu un parcellaire orthonormé dont l’orientation à NL 0-10° O est divergente par rapport à celles des deux cadastrations antiques de Valence. La plus ancienne (réseau NL 11° E [NG 12°30 E] appelé Valence A) aurait été établie lors de la fondation de la colonie romaine de Valence à la fin du ier s. av. J.‑C. tandis que l’implantation la mieux conservée (réseau NL 21°30 E [NG 23° E] Valence B) n’est pas antérieure à la seconde moitié du Ier s. ap. J.‑C. Les traces en ont été repérées sur l’ensemble de la plaine valentinoise : elles atteignent au nord la rive gauche de l’Isère, à l’ouest, le Rhône et, à l’est, le piémont du Vercors tout en dépassant assez largement au sud le cours de la Drôme (Jung 1997a).

12Ce parcellaire, propre au secteur de Chabrillan, se développe sur environ 500 ha, en étroite relation avec les contraintes oro-hydrographiques, où les axes N-S jouent un rôle structurant. Les fossés antiques, dont le remplissage a pu être étudié, montrent plusieurs orientations qui, bien que proches, ne sont pas identiques. Le secteur semble donc fonctionner de façon autonome dès l’époque romaine par rapport à un découpage qui aurait été imposé par la cité de Valence (Jung 1997b). Ces réseaux seraient tributaires de la topographie des terrasses de la vallée de la Drôme, ce qui expliquerait leur pérennité. D’une part des limites de parcelles s’organisent, soit parallèlement, soit perpendiculairement au cours de la Drôme avec un accès direct à son lit. D’autre part, certaines traces fossiles montrent une orientation à 32° E, qui est aussi celle d’une partie du tracé actuel du canal évacuant les eaux du vallon situé en amont du site de Saint-Martin. Ces dernières témoignent peut-être d’un autre mode d’organisation qui privilégierait les obliques en conduisant les eaux vers la rivière selon le parcours le plus long et donc avec la plus faible pente. Néanmoins, ces deux systèmes sont peut-être complémentaires, dans la mesure où, se superposant en diagonale, ils pourraient répondre à des nécessités différentes : soit irrigation, soit drainage.

5.2.2.2 L’hydrologie

13Le site de Saint-Martin est installé sur le niveau supérieur de la terrasse (Wurm récent-Riss ancien) de la Drôme, à environ 25 m au-dessus de l’étiage actuel, donc depuis longtemps à l’abri des inondations, même exceptionnelles, de la rivière. Cette terrasse est incisée par plusieurs ruisseaux qui descendent des collines molassiques qui s’incurvent en rive gauche, de la cluse de Crest jusqu’à Grane. À l’est, le cours du Rif noir, aujourd’hui limite entre Chabrillan et Divajeu, semble trop profondément encaissé pour que ses débordements aient atteint l’établissement, même dans l’Antiquité. Le ruisseau de Villeneuve qui débouche des collines à l’ouest avant de rejoindre celui de Saint-Pierre est aussi trop éloigné. Ce sont, en réalité, les eaux des petits bassins situés juste en amont du site, en particulier celles du ruisseau anonyme, aujourd’hui canalisé au fond d’un vallon encaissé –le bassin de Brottin–, qui semblent avoir le plus souvent menacé les terres de Saint-Martin. Un réseau complexe de paléochenaux, qui a évolué durant tout l’Holocène, a été mis en évidence par les études de géomorphologie (Lebreton 1997).

14Aujourd’hui, des murs endiguent ces eaux du vallon selon un tracé central totalement artificiel, jusqu’au fossé amont du vieux chemin de Chabrillan à Crest, lui-même installé à la rupture de pente entre la terrasse et le piémont des collines. À quelques centaines de mètres à l’ouest, un conduit souterrain traverse la route à un point bas. De là, un canal aux parois bâties traverse les terres en direction de la départementale de Loriol à Crest, en suivant les limites de parcelles par une série de décrochements à angle droit. Ces aménagements qui ont nécessité des travaux importants, autant pour leur établissement que pour leur entretien, figurent déjà sur le plan cadastral, établi entre 1808 et 1820, où ils portent la mention « petit canal ». Aucune mention textuelle les concernant n’a été retrouvée par Michel Goy.

15Une prospection effectuée dans les alentours du site de Saint-Martin, par M. Bois et A. Lebreton, en mars 1996, a permis de retrouver l’emplacement d’une ancienne chaussée d’étang aménagée dans le vallon. Elle est matérialisée par un chemin transversal qui franchit le ruisseau central par un ponceau. Une nette différence de niveau est perceptible entre les parcelles situées en aval de ce chemin et celles de l’amont où la terre labourée présente une coloration plus sombre et contient de nombreuses coquilles de mollusques. L’examen d’une photographie aérienne verticale de l’IGN (no 3036-3038, 146, 1954) a confirmé ces observations au sol : une tache sombre de forme allongée est très visible en amont du chemin qu’une haie, coupée pendant l’hiver 1995-1996 bordait précédemment. La chaussée et le canal qui rassemble les eaux du vallon au débouché du ponceau sont légèrement désaxés par rapport au parcellaire d’orientation NL 10° O mis en évidence par photo-interprétation (Jung 1997b). Cette divergence paraît trop minime pour qu’on puisse les exclure de l’organisation parcellaire générale et doit être mise sur le compte des contraintes topographiques. Une telle retenue d’eau rappelle, en plus réduit, celle du lieu-dit La Chaussée à Allan, où un étang attesté au xive s. est comblé, et probablement mis en culture, avant le xviiie s. (Bois 1992). Elle peut avoir eu une double fonction : réguler le débit du ruisseau et en même temps constituer une réserve d’eau pour les périodes sèches. On n’oubliera pas bien entendu, l’élevage du poisson, indispensable en temps de carême au Moyen Âge.

5.2.2.3 La voirie

16La vallée de la Drôme est l’un des passages les plus commodes entre le sillon rhodanien et les Alpes. Elle a été utilisée aussi bien à l’époque romaine, par la voie de Valence à Gap, qu’au xixe s., pour le chemin de fer d’intérêt stratégique desservant la place forte de Briançon. Crest, ville de création médiévale, développée au pied d’un impressionnant château fort, enjeu des pouvoirs locaux, était reliée à Loriol dans la vallée du Rhône par une route suivant la rive gauche. Presque à mi-distance de ces localités, celle-ci est dominée par deux chefs-lieux fortifiés perchés, très proches l’un de l’autre, Grane et Chabrillan. Des établissements médiévaux de plaine, La Motte Dartaise et Notre-Dame-d’Andéac –au nom de consonance gallo-romaine– à Grane, Saint-Pierre et Saint-Martin à Chabrillan, la jalonnent aussi à intervalle régulier. Son origine antique ne fait guère de doute même si les variations de son tracé au cours des siècles empêchent d’en situer l’assiette avec précision (fig. 44).

17Une autre voie ancienne, méridienne, dont on suit le tracé de la plaine de Valence à la Valdaine, dessert aussi le quartier de Saint-Martin. Vers le sud, la restitution de son tracé dans les collines jusqu’à la Valdaine lui fait emprunter la D591 jusqu’à la limite d’Autichamp. S’il ne dessert aucun village actuel, il emprunte le chemin qui passe à proximité du prieuré médiéval de Saint-Jean d’Autichamp et franchit la Grenette sur un très ancien pont qui figure sur la carte de Cassini (Valette 1979). Après avoir coupé la D105 de Marsanne à la Répara, ce chemin remonte vers la ferme de Rochefort et un col à l’est du sommet du Fayn : son altitude, 385 m, est inférieure à celles des autres cols mettant en communication la vallée de la Drôme et la Valdaine. La descente atteint la plaine de la Valdaine à Roynac, au pied d’une fortification de terre occupée aux xie-xiie s., La Motte ; cette dernière domine encore le site où s’élevait autrefois l’ancienne église paroissiale Notre-Dame-du-Poget construite sur un emplacement occupé dès l’Antiquité. Sur la rive nord de la Drôme, il sert de limite de commune entre Crest et Eurre, à proximité du site de Crest/Bourbousson (cf. chap. 4). Plus au nord, il divague ensuite entre les collines puis matérialise la séparation entre Upie et Ourches où il prend le nom de « chemin ferré » avant de rejoindre la départementale D538, peu avant le pont du ruisseau d’Ourches, à proximité d’une station connue des itinéraires antiques : mutatio Cerebeliaca, localisée dans ce secteur (Desaye 1989).

18Il est tentant de rapprocher l’existence de cette voie franchissant la Drôme à proximité de Saint-Martin avec la donation que fit un noble dénommé Sylvius, antérieurement à 965, d’un portus, c’est-à-dire des droits de péage qui étaient associés à un passage obligé, à l’abbaye de Saint-Chaffre en Velay, dont Saint-Martin dépendit ensuite. On doit songer à un gué, autrement la charte ferait mention d’un pont et non d’un portus (Bois 1998). Cependant, même après la construction du pont médiéval de Crest, au pied de son puissant château de pierre, il est probable que ce franchissement peu commode est resté quelque temps en usage : pourrait en témoigner la maison forte de Chauméane, Calma Media connue dès 1486 (Chaumiane : Brun-Durand 1973 : 83) installée en position dominante, juste en amont du confluent du Rif noir avec la Drôme, précisément au-dessus du passage à gué supposé.

5.3 Historique du site

19Le territoire de la commune s’est formé à l’époque médiévale et correspond à celui qui était soumis à la juridiction du castrum de Chabrillan, seigneurie du comté de Valentinois. Les plus anciennes mentions de ce nom sont fournies par celui de personnages dont on ignore la fonction. Ainardus de Cabreliano, témoin d’une donation du prévôt de Valence, Guillaume, frère du comte de Valentinois, à la commanderie de Richerenches, en mars 1138 (Ripert-Monclar 1978 : no 23), est probablement le même personnage qu’Arnaldus de Cabriano, cité la même année dans le texte de la donation effectuée par Arnaud de Crest (Ripert-Monclar 1978 : no 45). Matheus de Chabreilla, assiste à Die aux acquisitions par l’évêque des châteaux de Gensac et de Barnave, en 1227 et en 1230 (Chevalier 1896 : nos 31, 32). Le premier seigneur connu, Eynardus, dominas Chabrelani, intervient, en 1278, comme arbitre à la demande du comte de Valentinois, dans un acte de délimitation de seigneurie. Chabrillan était alors probablement tenu en fief du comte de Valentinois qui, en 1289, disposait d’une part de cette terre en faveur de Lambert de Baix, sans nuire à Eynard de Chabrillan. La première mention du castrum apparaît seulement en 1345 : castrum de Capriliano. Ce n’est qu’en 1370, que le comte de Valentinois, en tant que seigneur supérieur, octroya aux habitants une charte de libertés (Bois 1992).

20Le village chef-lieu occupe aujourd’hui les pentes de la colline qui porte les ruines du château médiéval autrefois appelé La Motte comme en témoignent des mentions de 1384, La Mouta, la Mota de Chabrillan et les indications du parcellaire du xve s. : La Moto, lous barris de la Moto, lou Fort de la Moto, et le nom actuel de la place de la Motte, près du donjon. En 1424, une description du comté de Valentinois y voit un château en bon état (bonum castrum et forte), avec un terroir riche (habet bonum territorium). Cette résidence seigneuriale est décrite vers 1630 comme composée de deux châteaux distincts. Elle fut abandonnée, vers le milieu du xviie s., en raison de sa dégradation, par Antoine de Moreton, pour sa résidence de Saint-Gervais-sur-Roubion. L’église paroissiale intra muros est connue dès le xive s. comme capella de Cabrilliano par le pouillé de Valence et le parcellaire du xve s. en donne le vocable, Sant Julio (Faure 1912).

21Outre Saint-Martin, disparue avant la Révolution mais connue par la tradition orale et les recherches des historiens locaux, d’autres églises médiévales étaient disséminées dans le territoire actuel de la commune (Faure 1912 ; Serre 1986). Celle du cimetière communal actuel, dédiée à saint Pierre, conserve une belle élévation : c’est une construction romane, classée au titre des Monuments historiques, qui réutilise quelques éléments architecturaux antiques et dont les chapiteaux sculptés du chœur trahissent deux époques de construction des xie et xiie s. (Desaye 1970). Elle est située à environ 1 km en contrebas du castrum, sur un emplacement occupé à l’époque gallo-romaine, en bordure du ruisseau qui porte son nom. C’était le siège d’un prieuré dépendant de l’abbaye de chanoines de Saint-Thiers de Saou, citée comme prioratus de Capriliano dans le pouillé de Valence du xive s.

22Au sud-est de Saint-Martin, sur les lieux-dits Petit Montagnat et Grand Montagnat, s’étendaient aussi les possessions du prieuré de Montagnac, dépendance du prieuré de Grane attestée dans le catalogue des prieurés de la Chaise-Dieu en 1381, prioratus de Montagniaco : aliéné dès la fin du Moyen Âge, il n’a pas été localisé à ce jour (Brun-Durand 1973 : 222, art. Montagnac). À l’extrême sud de la commune, près de la limite avec Autichamp, une chapelle, dédiée à saint Denis, existait encore au xive s. (Brun-Durand 1973 : 335, art. Saint-Denis). Il est nécessaire de mentionner aussi l’hagiotoponyme Saint-Laurent non documenté par les textes, mais qui désigne un quartier avec un grand domaine situé en aval de Saint-Pierre, proche des rives de la Drôme. La mention toponymique de Saint-Romain s’applique à une petite butte dominant le ruisseau de Villeneuve, près de l’ancien chemin d’Autichamp à Eurre. Ces deux derniers toponymes associés pourraient garder le souvenir d’un établissement du haut Moyen Âge, à la frange duquel les vestiges retrouvés à Chabrillan/L’Hortal pourraient être rattachés (cf. chap. 6).

23La lecture attentive des textes médiévaux ne permet pas d’affirmer que Saint-Martin avait le statut de prieuré : le seul texte véritablement explicite est le compte de décimes du xive s. où apparaît, d’une part, le prieur de Chabrillan c’est-à-dire celui de Saint-Pierre dépendant de l’abbaye de Saou, imposé 70 livres, et de l’autre l’église Saint-Martin imposée 12 livres (Clouzot, Calmette 1940). Cette église dépendait du prieuré de Cliousclat, lui-même de la filiation de l’abbaye Saint-Chaffre-du-Monastier en Velay. Une hypothèse hautement probable fait de cette église celle construite dans la villa Juliana devenue villa de Motta subteriore au milieu du xe s., villa donnée en même temps que son portus par Sylvius. L’église (ecclesia Sancti Martini), avec ses dépendances, est attestée dès le xie s. par la notice rappelant son acquisition par l’abbé Guillaume, en même temps que la moitié de la dîme des terres de Saint-Chaffre dans ce lieu. Les bulles papales la citent en 1179, ecclesia de Motta, et en 1265 : Sancti Martini de Motta. Ces mentions dans les confirmations papales des possessions de l’abbaye mère permettent de considérer Saint-Martin comme une église paroissiale à distinguer de celle de Chabrillan (Bois 1998).

24La disparition de l’église Saint-Martin pourrait, à première vue, être comparée à celle de l’église Saint-Étienne à Pont-de-Barret, autre possession de l’abbaye de Saint-Chaffre, église du lieu de Savenna, devenu Le Pont dès le xe s. Les textes permettent de suivre la façon dont le centre du peuplement s’est concentré sur le site du village fortifié, ce qui a entraîné l’abandon, à plus ou moins brève échéance, de l’église installée sur un site occupé dès l’époque romaine et trop éloignée du nouveau chef-lieu. Le toponyme le plus ancien, de consonance gallo-romaine, (ici Juliana, là Savenna) aurait été remplacé dans les deux cas par un terme désignant un point fort du paysage anthropisé exerçant une forte attraction sur l’habitat : une motte –c’est-à-dire un prototype de château– à Saint-Martin, et un pont d’origine gallo-romaine à Pont-de-Barret (Bois 1998).

25Cependant, à Chabrillan le processus semble être plus complexe, dans la mesure où, nous l’avons vu, il existe deux églises médiévales, distinctes aussi bien topographiquement –environ 2 km les séparent– que juridiquement, l’une dépendant des chanoines augustins de Saou, l’autre des bénédictins de Saint-Chaffre. Dans les actes de donation à Saint-Chaffre, les biens localisés dans le texte le plus ancien in villa quae dicebatur Julio, (ou Viliano, ou Juliand) et nunc dicitur Mota, sont, dans un deuxième temps, situés plus précisément in villa de Motta subteriore, expression qui signifie littéralement « la Motte inférieure ». La toponymie drômoise ne manque pas d’exemples de dédoublements de quartiers hauts et bas : la villa Juliana se serait-elle scindée en deux villae, celle de la Motte basse et celle de la Motte haute, ou bien ces appellations nouvelles auraient-elles été appliquées à deux villae proches mais distinctes, l’un des deux noms anciens restant inconnu à jamais ? La perte des documents médiévaux originaux de Saint-Chaffre nous interdit de dater réellement l’apparition de ce toponyme, que l’on rencontre très couramment dans la Drôme.

26Il est certain que le château du village de Chabrillan continue d’être appelé La Motte dans les textes d’époque moderne, –il existe encore une rue de la Motte au pied des murailles du château–, Chabrillan tirant au contraire son origine d’un anthroponyme porté par un personnage du xiie s. Cet argument toponymique, à l’inverse, ne permet en aucun cas d’affirmer qu’il y a eu une motte, au sens archéologique du terme, au quartier de Saint-Martin (Bois 1998).

27En résumé, il est possible de proposer, à titre d’hypothèse, le schéma d’évolution toponymique suivant : antérieurement au milieu du xe s., le quartier de Saint-Martin serait désigné sous le nom de villa Juliana, puis il changerait de nom pour prendre celui de La Motte Basse. Cela permettrait de le distinguer de La Motte (haute ?) qui désignerait le site du futur chef-lieu, perché et fortifié dans sa première forme. Au xiiie s., en raison de l’abondance de toponymes La Motte dans la région, le castrum aurait pris le nom de la famille seigneuriale qui le possédait, alors que l’hagiotoponyme l’emportait pour le secteur rural.

28Après la bulle papale de 1265, les mentions concernant les dépendances de Saint-Chaffre sont rares, ce qui est peut-être la conséquence de la phase de destruction qui affecte particulièrement les domaines de l’abbaye de Saint-Chaffre dans la seconde moitié du xive s. (Framond 1998). On sait que les biens dépendant du prieuré de Cliousclat sont rattachés à la mense épiscopale de Valence en 1402, mais le terrier du xive s. est porté manquant aux archives départementales, tout comme les documents du xvie s. concernant les possessions du chapitre de Valence à Chabrillan. Le terrier communal du xvie s., cité ci-dessus, semble prouver que les terres sises autour de l’église appartiennent à cette époque à des laïcs. La période post-révolutionnaire consomme la ruine de l’église : ses matériaux en sont récupérés et, en 1824, la parcelle qui la portait est devenue une pâture.

5.4 Les résultats archéologiques

29L’emprise des travaux (voie ferrée et rampes d’accès du pont routier) conditionnant celle du chantier archéologique, celui-ci a été cantonné à une bande de terrain, large d’environ 60 m, longeant, au sud, sur plus de 150 m, l’ancienne départementale. Cette zone était limitée à l’est par la départementale D591, aujourd’hui reportée plus à l’est, et son extrémité occidentale se retournait en L vers le sud, le long de la voie ferrée, sur une cinquantaine de mètres. Cette surface, qui s’écarte sensiblement de l’emplacement de l’église tel qu’il a pu être localisé par les plans anciens, a permis de reconnaître les limites orientales et septentrionales des différentes phases d’occupation. Néanmoins, malgré l’étendue de la surface concernée par les tranchées de diagnostic, les décapages extensifs et les zones fouillées intégralement, on peut considérer que plus de la moitié du potentiel du site, aujourd’hui en culture, reste à exploiter. La zone centrale restant inexplorée autrement que par la prospection géophysique, les données essentielles à l’identification du site et à son phasage chronologique font défaut. Échappent donc à notre connaissance, aussi bien, pour les périodes médiévale et moderne, le pôle important que constituait l’église, attestée par les textes dès le xie s., que pour le haut Moyen Âge, l’habitat que suggère la présence de la nécropole, mais aussi, pour l’Antiquité, la plus grande partie des bâtiments d’un établissement dont le rôle de production n’est pas clairement démontré.

30Les vestiges reconnus concernent une large période chronologique, puisque, après un long hiatus postérieur à l’occupation de l’âge du Bronze, ils renseignent une période qui s’ouvre au changement d’ère pour s’achever à l’orée du xiiie s. Un bâtiment modeste, construit à la période augustéenne, est probablement à l’origine d’une grande villa qui fonctionne dès le ier s. ap. J.-C. jusqu’à la fin du iiie s. Son abandon est marqué par une récupération de ses matériaux, et quelques installations ponctuelles datées de la fin du ive ou du début du ve s. Le vie s. est caractérisé par une récession spatiale vers le sud-est de l’emprise avec, en particulier, l’établissement d’un profond fossé d’orientation E-O doublé de murs qui ont pu avoir un rôle défensif (fig. 46). Entre la fin du vie et le xie s., l’occupation est exclusivement de type funéraire (cf. chap. 20) [fig. 47]. Les traces tangibles d’un habitat réapparaissent au xie s., avec une construction sur sol excavé et à élévation de poteaux. Au xiie s., on assiste à la densification de l’occupation, en partie cantonnée à l’intérieur d’une limite fossoyée, caractérisée par des constructions sur poteaux de bois ou murs de pierres sèches, associées à des aires d’ensilage. Trois bâtiments avec leurs dépendances marquent la réoccupation du bâti antique. Quelques tessons de céramique du xiiie s. permettent de dater la dernière phase d’occupation durant laquelle fonctionnait un petit atelier de forge (fig. 48).

FIG. 46
Chabrillan/Saint-Martin : plan des vestiges antiques : état 1 époque augustéenne ; état 2 époque tibéro-daudienne ; état 3 années 50-150 ; état 4 fin IIe-début IIIe » s.

FIG. 47
Chabrillan/Saint-Martin : plan de la nécropole du haut Moyen Âge

FIG. 48
Chabrillan/Saint-Martin : plan des vestiges médiévaux : a constructions ; b fossés et silos ; c silos ?

31La répartition spatiale de ces différentes unités archéologiques pose le problème de la conservation des éléments antiques, lignes parcellaires, fossés, murailles qui semblent structurer fortement le site pendant plus d’un millénaire. Cette impression résulte-t-elle de la méthode d’investigation, qui aurait privilégié l’étude des secteurs bâtis, ou plutôt de l’arasement des vestiges et donc de l’éradication d’une épaisseur notable de la stratification ? Aussi paraît-il indispensable de présenter les grandes lignes de l’organisation antique du site, avant de détailler les vestiges médiévaux répartis spatialement entre ces dernières.

5.4.1 Une occupation discontinue du Ier au vie siècle

5.4.1.1 État 1

32Les plus anciennes traces de l’occupation gallo-romaine à Saint-Martin permettent de conclure à la mise en place, dès l’époque augustéenne, d’une trame qui préside à l’orientation générale de la plus grande partie des bâtiments construits ultérieurement. Quelques formes céramiques retrouvées dans des comblements de fossés, de fosses de petites dimensions ou de tranchées de récupération de murs, la partie enterrée d’un petit bâtiment (fig. 46 : bâtiment A) ainsi qu’une structure de combustion en fosse, liée au travail du fer, témoignent de cette première occupation. Ces vestiges étaient disséminés autour d’une large dépression centrale, présentant les caractéristiques d’une zone palustre, plus tard comblée progressivement. L’orientation dominante mise en place lors de cette phase d’installation préside à l’organisation du site durant toute sa durée d’utilisation : ainsi, c’est au-delà du long fossé N-S, limite possible de la propriété à l’ouest, que l’aire funéraire du haut Moyen Âge a été reléguée, même s’il est difficile d’affirmer que cette clôture était encore matérialisée par une structure en creux à l’époque des inhumations. Cette première occupation est toutefois contemporaine de celle retrouvée plus à l’ouest (Billaud 1997c) où l’orientation des fossés est sensiblement différente, au nord (Defaux 1996) et à l’est (Rimbault 2000).

5.4.1.2 État 2

33À l’époque tibéro-daudienne (première moitié du ier s.), une installation d’envergure, organisée en trois paliers, est mise en place. Un mur de 80 m de longueur, traverse le site d’est en ouest. Il forme la limite nord d’un espace bâti (B) qui se développe sur une longueur de 53 m en façade nord, et sur près de 35 m en façade ouest, à l’ouest d’un collecteur maçonné couvert. Seules les deux ailes perpendiculaires nord et ouest ouvrant sur un espace intérieur à galerie se trouvaient dans l’emprise fouillée mais les données de la prospection géophysique indiquent que des constructions s’étendaient plus largement au sud en formant un quadrilatère. Ce bâti, très arasé puisque n’en subsistaient que des fondations, la base d’un dolium enterré, un bassin et une cave comblée autour du milieu du ier s. de notre ère, a servi de base aux installations antiques postérieures, puis a subi une réoccupation intense au xiie s. (fig. 46 : bâtiment B)

34Un autre mur reconnu sur 44 m de longueur à environ 9 m au nord du précédent –avec lequel il n’est pas exactement parallèle– constituait le soutènement d’un espace non bâti étiré en longueur, dont la fonction préfigure probablement celle d’aire de circulation attestée pour l’état suivant. L’extrémité orientale de ce mur se raccorde perpendiculairement à un autre long mur (37 m), ce qui délimite partiellement une sorte d’enclos situé au nord et en contrebas. Dans cet enclos, qui correspond topographiquement à la dépression autour de laquelle se sont organisées les premières installations, ont été retrouvés un puits –peut-être équipé d’un système d’élévation de l’eau de type noria ou puits à roue–, ainsi que des fossés.

35L’un d’entre eux, dont le tracé a été reconnu partiellement, devait traverser l’enclos du sud au nord : il constitue l’exutoire du collecteur provenant de l’espace bâti situé en amont et au nord. Il semble se raccorder presque perpendiculairement à un autre, sensiblement parallèle aux longs murs, qui a été retrouvé seulement sur une quinzaine de mètres sur sa rive ouest. Ce dernier tronçon de fossé a dû rester longtemps visible : la partie centrale d’un grand fossé médiéval (fossé B : fig. 46) se trouve précisément à son emplacement et la disparition de son extrémité ouest doit être attribuée à un creusement médiéval plus profond.

5.4.1.3 État 3

36La trame générale de l’état antérieur est maintenue durant la période suivante (milieu ier s.-milieu iie s.) tandis que s’opère le comblement de la dépression s’étendant au nord-est du site par un remblai de matériaux issus de la destruction d’un bâtiment. Cette dépression semble avoir été curée avant l’installation de ce remblai : ce dernier est constitué de matériaux de démolition, en particulier de fragments d’enduits peints jetés en vrac et compactés provenant du décor d’un bâtiment construit en murs de terre et peut-être incendié. Le matériel céramique associé à cet épandage, effectué du sud vers le nord, est datable du milieu du ier s. de notre ère. Le volume (0,5 m d’épaisseur sur 5 m de large et 8 m de long) témoigne de l’ampleur de ce bâtiment détruit qui n’a pas été identifié dans l’emprise des travaux.

37Cet aménagement préside à la construction d’un bâtiment isolé (C), tant par son orientation (NG 8° O) que par ses limites, sur la berge est de la dépression. S’étendant sur 542 m2, il se décompose en plusieurs espaces bordés à l’ouest par une galerie couverte ouvrant sur une cour mais ne comporte pas d’ouverture au sud, vers l’espace de circulation qui le sépare de l’espace sud (fig. 46 : bâtiment C). Il a eu une durée d’occupation assez brève, entre le milieu du ier s. et le début du iie s. Une série d’apports de limons, témoignant de débordements attribuables aux ruisseaux issus des petits bassins situés en amont, occultent totalement cette partie du site, probablement laissée à l’abandon après la destruction systématique du bâtiment.

5.4.1.4 État 4

38Le secteur bâti ouest ne subit pas de transformations notables à cette période, contrairement à la partie située plus à l’est, où s’établit une nouvelle construction (D), tandis que la terrasse médiane devient une véritable voie à la fin du iie s. et au début du iiie s. On y enregistre des recharges dues à une forte torrentialité sur une grande partie de sa largeur limitée par les longs murs. Le mur nord est prolongé vers l’est et empiète sur le bâtiment oriental, abandonné précédemment et jamais réoccupé, même à l’époque médiévale, conséquence, semble-t-il, de son enfouissement dès l’époque romaine.

39Un bâtiment de plusieurs pièces couvrant une surface d’environ 120 m2 est appuyé sur le parement extérieur du mur limitant la voie au sud, approximativement en son centre. Ce mur a été renforcé par plusieurs contreforts et percé d’un seuil de 2 m de large donnant dans la pièce est. Une cuve maçonnée et la trace de plusieurs réaménagements y ont été retrouvées, mais ont été très perturbés par l’installation médiévale (fig. 46 : bâtiment D).

5.4.1.5 Destruction du bâti et récupération des matériaux (seconde moitié ives.-début ve s.)

40Les témoins datés d’une activité à la fin de l’Antiquité sur l’emprise fouillée correspondent à une phase de récupération de matériaux qui pourrait avoir suivi une période plus ou moins longue d’abandon. En effet, on a enregistré une très faible représentation du matériel céramique du iiie s. et de la première moitié du ive s. Ce constat est à nuancer dans la mesure où ce sont essentiellement des comblements de structures enterrées qui ont fourni les lots de matériel datable, ce qui plaiderait en faveur d’une disparition des niveaux de circulation et d’habitat correspondant. Cette disparition, dont l’ampleur est difficile à évaluer, bien sûr, serait la conséquence, soit de l’érosion des niveaux supérieurs du site, soit des réoccupations médiévales, qui comme on le verra plus loin, n’ont été mises en évidence que dans les secteurs où les niveaux anciens avaient été recreusés.

41Le comblement de 17 fosses de récupération de do lia dans une pièce de l’angle nord-est de la villa (E) et celui d’un bassin sont datés de la seconde moitié du ive s., tout comme celui qui révèle une tentative infructueuse de récupération d’un dolium isolé au nord du site. Ces transformations sont contemporaines de l’effondrement d’une colonne du péristyle de l’espace intérieur du grand bâtiment (F) et de la récupération de certains murs. Plus tard, au ve s., le puits est définitivement condamné, ainsi qu’un four isolé dont le rôle exact n’est pas connu.

42L’arasement de ce secteur ne permet pas de savoir si cette activité de transformation est accompagnée d’un réaménagement de l’habitat au même emplacement ou si elle résulte d’un réel déplacement de son centre, peut-être à proximité immédiate au sud-est.

5.4.1.6 Les aménagements fossoyés (seconde moitié du ve s.-vie s.)

43Le site ne semble pas déserté après le début du ve s. En témoigne la céramique retrouvée dans le comblement d’une fosse isolée située au nord-ouest et dans des remblais du bâtiment médian en bordure de voie. Des fragments d’amphores africaines, hispaniques ou orientales, montrent que la région n’est pas encore isolée du reste du monde méditerranéen. Toutefois, une zone localisée à l’est, en limite d’emprise, qui diffère par son organisation du reste du site, témoigne des aménagements de cette période. En effet, un large fossé en arc de cercle et dont la pente paraît s’établir d’ouest en est a été reconnu sur près de 50 m ; il est bordé intérieurement par des murs sur plus de 20 m de longueur. Son tracé est extérieur à l’emprise d’une large dépression, d’un diamètre minimum de 12 m et d’une profondeur de 1 m, qui était bordée par un sol de circulation très compact. Interprétée comme une mare à l’issue de l’étude géomorphologique (Lebreton 1997), elle semble avoir fonctionné pendant un temps limité du haut Moyen Âge, période que les rares tessons retrouvés dans son comblement permettent de situer aux alentours du vie s. Cette datation correspond à celle du comblement du fossé auquel on peut raisonnablement donner une fonction au moins de clôture, sinon défensive. Néanmoins, la présence d’une mare invite à la prudence : la topographie du terrain ne permet pas de proposer de forme satisfaisante à cette clôture fossoyée et il faudrait peut-être y voir seulement un aménagement hydraulique, lié à une activité agricole (fig. 47).

5.4.2 Du viie au xie siècle, abandon de l’habitat ou lacune des informations ?

44Après cette phase de comblement, les archéologues ont enregistré un abandon net et durable de l’habitat dans l’ensemble du secteur fouillé. En réalité, le site n’est pas complètement oublié pendant cette période puisqu’on y procède à des inhumations, qui s’organisent en deux zones : de la plus ancienne, au sud, comprise entre l’extérieur d’un fossé daté du vie s. et un bâtiment antique largement réoccupé aux xiie-xiiie s., on n’a retrouvé que trois sujets ; l’autre, limitée par l’emprise de deux fossés situés à l’extrême ouest du site a été reconnue dans son intégralité ; elle s’organise du nord au sud, en une rangée principale dont la partie centrale est flanquée à l’est et à l’ouest par deux rangées de quatre sépultures (fig. 47). Ce dernier ensemble funéraire apparaissant totalement extérieur, aussi bien au bâti antique qu’aux aires d’ensilage, d’activité ou d’habitat des xie-xiiie s., peut-on raisonnablement lui attribuer un rôle important dans la continuité de l’occupation humaine en ces lieux ?

5.4.3 L’habitat des xie-xiiie siècles

45C’est après cinq siècles d’interruption dans la séquence stratigraphique de l’habitat, que reparaît une stratification de sol qui a livré des fragments de céramique grise datée des xe-xie s. En raison de l’état d’arasement dans lequel est parvenu le site, les structures enterrées, fosses-silos ou fosses-dépotoirs, fossés de drainage ou de limite, unités d’habitation au sol excavé, assurent presque à elles seules la représentation de l’occupation médiévale. De plus, une troncature importante a fait disparaître, dans bien des cas, le niveau d’ouverture de ces excavations, entraînant une mutilation aussi bien de leur profil que de leur accès. Aussi, la répartition des structures subsistantes ne donne-t-elle pas un reflet exact de la réalité médiévale. Néanmoins, aires d’ensilage, fonds de cabane, fours, forge, fossés sont des éléments que l’on retrouve habituellement dans les petites agglomérations rurales contemporaines de la région, comme à Saint-Bonnet de Puygiron (Bois 1992), ou même dans les habitats isolés de Crest/ Bourbousson et Upie/ Les Vignarets, étudiés dans ce volume. On peut donc considérer cet ensemble comme un échantillon représentatif de l’occupation des xie-xiiie s. à proximité de l’église Saint-Martin.

46L’examen du plan de répartition des vestiges identifiés montre une occupation lâche dont l’agencement paraît, à première vue, tributaire des lignes structurantes qui persistent depuis les époques antérieures : tracés de murs d’époque romaine ou creusements de fossés antiques (fig. 48). De même, la restitution de l’emplacement de l’église effectuée en croisant les données planimétriques fournies par les documents anciens, en particulier le plan cadastral de 1811, et les données de la prospection géophysique (Ducomet et al. 1997), inscrit cette dernière à l’intérieur de l’emprise du bâti antique (fig. 45). La répartition des cellules d’habitation médiévales, réutilisant ou non ce bâti antérieur, n’est pas incompatible, loin de là, avec cette hypothèse de localisation, ainsi que le tracé du plus large fossé médiéval qui semble contourner cet emplacement de façon régulière.

5.4.3.1 Une clôture fossoyée ?

47Les fossés médiévaux de Saint-Martin de Chabrillan frappent par leurs dimensions : ils ont été suivis sur plus de 190 m de longueur et la plus grande largeur reconnue atteint 6 m. Le plus large, d’orientation S-N (fig. 48 : fossé A), qui semble avoir eu une fonction de drainage pendant toute sa durée d’utilisation, pourrait constituer la réelle limite occidentale de l’occupation médiévale, au-delà de la rangée de sépultures de sa rive droite, si l’on pouvait être certain que l’absence d’autres vestiges n’est pas simplement due à l’arasement des terrains. Son orientation est presque parallèle à celle du fossé antique de l’époque augustéenne qui longe partiellement le côté est de la rangée de sépultures.

48Le plus long traverse le site depuis l’est en s’incurvant pour se raccorder par son extrémité ouest au précédent, en coupant une des sépultures du haut Moyen Âge (fig. 48 : fossé B). Dans sa partie centrale, où il affecte une orientation proche de celle des bâtiments antiques, il se superpose sur une longueur de 15 m à un fossé antique qu’un comblement partiel permet d’attribuer à la phase tibéro-claudienne (cf. § 5.4.1.2). À l’est, au contraire, il recoupe un mur antique appartenant à la terrasse médiane tandis qu’à l’ouest, il traverse une zone presque vierge de vestiges d’époque romaine. La superposition partielle des deux fossés ne doit pas être due au hasard mais les données de fouilles ne permettent pas de proposer d’hypothèse sur la manière dont s’est effectuée la pérennisation de cet élément structurant du début de notre ère : en un mot, quel rôle a eu ce fossé antique partiellement comblé pour qu’un fossé médiéval vienne en reprendre l’emplacement ? Les deux trous de poteaux retrouvés en bordure intérieure du fossé dans sa partie est constituent les seuls témoins de ce qui a pu être une palissade ou un aménagement destiné au maintien des berges. Sa faible pente ainsi que son tracé incurvé interdit d’y voir un fossé de drainage et, dans la mesure où la majorité de l’occupation médiévale est circonscrite à l’intérieur de cet aménagement fossoyé, son rôle principal a dû être celui d’une clôture.

49Dans la partie amont du site, l’extrémité sud d’une fosse large de 1,90 m et partiellement bordée par un mur sur son côté ouest, communiquait avec un caniveau de 7 m de long assurant sa liaison en biais avec le grand fossé drainant de l’ouest (fig. 48 : fosse E et caniveau F). Elle a pu être reconnue seulement sur une longueur de 7,20 m, son prolongement vers le nord s’étendant à l’extérieur de l’emprise de la fouille. La fonction hydraulique qui lui a été attribuée n’interdit pas d’en faire un aménagement lié à la clôture fossoyée : nous pourrions alors nous trouver en présence d’un passage d’environ 5 m de large, aménagé entre le grand fossé drainant de l’ouest et l’extrémité incurvée d’un fossé de clôture se dirigeant vers l’est et dont le tracé serait symétrique de celui retrouvé au nord.

5.4.3.2 Des bâtiments de terre, de bois ou de pierre sèche

50Les unités bâties reconnues sont disséminées sur les parties médiane et occidentale du secteur fouillé, c’est-à-dire aux alentours des constructions encore entretenues à la fin de l’Antiquité, alors que le secteur oriental, où était localisé le grand bâtiment C (fig. 46) abandonné et recouvert dès le iie s., n’a livré aucune trace d’installation médiévale. Les deux ensembles de bâtiments où ont été retrouvés des niveaux datés du ve s. sont réoccupés, en particulier celui situé le plus à l’est, où s’installe un atelier de forge. Doit-on en conclure que les modalités de cette installation ont été influencées par le fait que certains de ces murs pouvaient encore être repérés cinq ou six siècles plus tard ? Soulignons, encore une fois, que, parmi les différents types de constructions médiévales identifiées –sur poteaux de bois ou montées avec des murs, ainsi que constructions réutilisant le bâti antique–, seuls les niveaux suffisamment enterrés ont été correctement conservés.

Au nord

51Quelques fragments de céramique datés de la charnière xe-xie s. témoignent d’une première installation médiévale sur le secteur concerné par les travaux. Ces traces ténues appartiennent au plus ancien niveau de sol d’un bâtiment de plan rectangulaire, d’environ 5 m de large pour 10,80 m de long, d’orientation N-S (fig. 48 : bâtiment 1). Celui-ci jouxte extérieurement le mur de façade nord des bâtiments antiques, dont ne subsiste qu’une tranchée de récupération de date indéterminée. Des trous de poteau permettent de restituer une toiture à double pente faite de matériaux périssables portée par des pieux verticaux. Un foyer, matérialisé par une chape d’argile rubéfiée et des cendres était installé dans ce niveau de sol où s’ouvraient aussi quatre fosses-silos (fig. 49a). Cette habitation possédait donc un sol excavé et non un plancher sur vide sanitaire comme celui mis en évidence à Montboucher-sur-Jabron / Constantin (cf. chap. 8).

FIG. 49
Chabrillan/Saint-Martin : détail du bâtiment 1 : a état 1 ; b état 2.

52Une reconstruction totale, pratiquement sur le même plan, voit la partie nord transformée par la mise en place d’un soubassement de pierres qui supportait peut-être un aménagement à pans de bois sur sablière basse. La partie sud, qui en était séparée partiellement par une cloison, conserve la même technique de construction que le bâtiment de l’état précédent. Le foyer de ce deuxième état est installé sur une nouvelle chape d’argile, au-dessus de l’embouchure d’un silo de l’état précédent. Une clôture en arc de cercle avec foyer extérieur constitue une annexe orientale de ce bâtiment (fig. 49b). À proximité, d’autres plans de constructions sur poteaux ont pu être retrouvés, de part et d’autre du fossé de clôture, mais leur état ne permet pas d’en préciser, ni la nature exacte, ni la fonction (fig. 48 : bâtiments 2-4).

À l’ouest

53L’aile ouest du bâti antique a été largement remaniée par une installation médiévale au sein de laquelle trois unités, habitations ou aires d’activité couvertes, et un four ont été mis en évidence. De dimensions plus restreintes que celle précédemment décrite, une structure excavée d’orientation E-O (6,50 m x 3,60 m) a été installée à l’extérieur du mur de façade ouest du bâti antique (fig. 48 : bâtiment 5). Un premier état montre qu’elle ne s’appuyait pas sur ce dernier : on a pu restituer une couverture à double pente, prenant appui sur deux poteaux médians et sur une série de trous de piquets extérieurs, qui recouvrait trois niveaux d’occupation distincts, un possible foyer et un silo comblé (fig. 50a). Dans un deuxième temps, ce bâtiment est transformé : il prend appui sur le mur antique conforté par des dés maçonnés et les parois sont ponctuées de poteaux verticaux ancrés dans le sol (fig. 50b). Un aménagement horizontal de blocs, de galets, de moellons et de fragments de tuiles antiques d’une épaisseur de 0,10 à 0,25 m et d’un diamètre maximum de 3,30 m constitue le vestige d’un radier qui occupe environ un tiers de la surface au sol. Ce radier a été interprété comme étant celui d’un four domestique mais aucune trace de chauffe n’y est signalée par le fouilleur et l’arasement du terrain peut en avoir fait disparaître une partie à l’ouest. Il ne constituerait alors que le comblement partiel de la dépression antérieure avec des matériaux que l’on imagine volontiers issus du dégagement de l’éboulis qui devait recouvrir les ruines antiques.

FIG. 50
Chabrillan/Saint-Martin : détail du bâtiment 5 : a état 1 ; b état 2.

54Immédiatement à l’est de ce bâtiment de bois, de l’autre côté du mur de façade antique, se trouvait un autre espace excavé avec lequel il ne communiquait pas directement (fig. 48 : bâtiment 6). Il occupe une des pièces antiques de l’aile ouest : un mur de refend, au nord, et la façade est limitant l’espace de circulation qui contourne le jardin à colonnes en forment deux autres parois. Il ouvre largement au sud sur une aire plane sableuse partiellement rubéfiée à laquelle on accédait par une pente douce. L’activité, liée à l’utilisation du feu que cet appentis pouvait abriter, n’a laissé aucun déchet identifiable. Peut-être s’agissait-il d’une aire de grillage de végétaux qui n’ont pas laissé de traces.

55Une autre construction a été fouillée partiellement, en limite d’emprise, contre l’extrémité sud du mur de façade ouest du bâti antique (fig. 48 : bâtiment 7). Deux états ont pu, là encore, être distingués. Le premier se présente sous la forme d’une excavation rectangulaire aux bords abrupts et à fond plat, profonde de 0,70 m, large de 4 m et longue de plus de 6 m. Quatre trous de poteaux en occupent les angles ; deux silos jointifs et des fosses d’usage indéterminé fonctionnent avec des niveaux de sols alternant avec des apports de colluvionnement dus à des inondations de l’excavation, qui jouxte à l’ouest l’extrémité d’un probable fossé de clôture (cf. § 5.4.3.1). Ce bâtiment pourrait avoir eu une fonction de cave ou de cellier. Dans un deuxième temps, des murs de pierre sèche, capables de supporter une élévation conséquente, viennent limiter et diviser cet espace sans le remblayer.

5.4.3.3 Le four

56Un four semi-circulaire de 1,60 m de diamètre, très arasé, a aussi été installé à l’emplacement du bâti antique, à environ 5 m au nord des structures principales (fig. 48 : four 8). Soigneusement agencé, mais sans lien véritable avec les murs antérieurs, il est constitué de carreaux de terre cuite de modules différents. Une assise de carreaux (0,18 x 0,18 m), disposés en arc de cercle, constitue la base de la paroi en un appendice vers le nord. Elle limite une sole où ont été mis en œuvre des carreaux rectangulaires (0,30 x 0,60 m) partiellement conservés. Cinq d’entre eux, retaillés pour s’adapter à la forme de la sole, sont disposés de façon jointive, perpendiculairement à ceux de la deuxième rangée. Ce four semble avoir été abrité dans un espace quadrangulaire au sol de mortier qui était limité au sud par un mur, d’orientation E-O, mais qui ne semble avoir été fermé ni au nord, ni à l’ouest. La phase d’utilisation du four était matérialisée par un niveau très cendreux et charbonneux dont la fouille n’a pas apporté d’élément d’interprétation. La proximité du four et de l’appentis excavé où l’on a constaté des traces de rubéfaction (fig. 48 : bâtiment 6) pourrait permettre d’associer ces deux structures sans que cela puisse ajouter quelque éclairage sur leurs fonctions respectives.

5.4.3.4 Un atelier de forge

57L’aile du bâtiment gallo-romain établie au sud de la voie au iie s. et où une occupation du ve s. a été mise en évidence, subit plusieurs réaménagements d’une grande complexité, à l’intérieur de certaines parois antiques que l’on conserve, tandis qu’on en abat d’autres. On distingue, à l’est, une pièce rectangulaire de 10,50 m sur 5,60 m, flanquée du côté ouest d’un espace ouvert au couchant et à la fonction non identifiée. Plusieurs niveaux de sols se sont succédé dans la grande pièce où l’on a retrouvé deux fosses-silos comblées par des sédiments limono-sableux et quelques matériaux de démolition. Cette pièce est, plus tard, divisée par deux cloisons. Une, de direction N-S, isole, à l’est, un espace carré d’un autre espace médian. La seconde, E-O, divise à son tour cet espace en créant un réduit de 7 m2 au nord d’une pièce sensiblement carrée largement ouverte vers le sud par la destruction de l’ancien mur de façade (fig. 51).

FIG. 51
Chabrillan/Saint-Martin : détail de l’atelier de forge (bâtiment 9) : a plan des vestiges ; b restitution axonométrique.

58Les éléments retrouvés à l’intérieur de cette petite pièce (de 13 m2) caractérisent un petit atelier de forge daté, aussi bien par l’analyse céramologique que par l’archéomagnétisme, des xiie-xiiie s. Le plus ancien témoin de cette activité est constitué par une sorte de remblai riche en scories et en battitures comblant une fosse, scellant deux trous de poteaux et supportant un sol de terre battue. Un autre niveau d’occupation, de texture cendreuse contenant des scories de petites dimensions et une grande quantité de battitures, témoigne de la continuité de cette activité dans le même espace. Aucun foyer n’a pu être clairement mis en évidence dans ces deux premières phases, mais celui qui est contemporain du troisième sol de terre battue est conservé, approximativement au centre de la pièce. Il est constitué d’une chape d’argile fortement rubéfiée, d’un diamètre de 0,90 m et d’une épaisseur moyenne de 0,04 m, entourée d’une dépression en couronne : les fragments d’argile rubéfiée retrouvés dans son comblement pourraient témoigner d’une surélévation entourant le foyer. Celui-ci reçoit ensuite un aménagement de blocs qui délimitent une cavité de forme ovale de 0,40 m sur 0,60 m et profonde de 0,10 m, comblée par un sédiment cendreux. Lors d’une dernière modification, deux blocs sont mis en place au centre de la cuvette.

59Aucun des blocs retrouvés à proximité de ce foyer ne semble susceptible, par ses dimensions, d’avoir servi d’enclume. Cependant un large trou de poteau installé au fond de la pièce et très proche du foyer pourrait correspondre à l’emplacement du billot de bois qui aurait porté cette dernière. Le manque de localisation des concentrations de battitures dans les différents états observés de cet atelier ne permet pas d’en restituer l’organisation précise. On peut seulement noter qu’il a subi différents réaménagements, indices d’une certaine durée d’utilisation (cf. chap. 19).

5.4.3.5 Des aires d’ensilage

60Environ un cinquième des fosses repérées sur l’emprise fouillée ont été rattachées à la période médiévale (fig. 48). Certaines, stériles en mobilier et dont le comblement était donc indatable, sont probablement médiévales et doivent être ajoutées aux 72 fosses datées. Par leur profil caractéristique, nombreuses sont celles à classer dans la catégorie des silos, même si leur comblement prouve qu’elles ont été utilisées ensuite comme dépotoirs. C’est, en effet, dans ce seul cas que leur abandon a pu être daté, et aucune n’a fourni de semences carbonisées. Elles ont été excavées dans le sol naturel, lœss ou cailloutis de la terrasse glaciaire. Celles qui ont livré les lots les plus importants d’éléments céramiques ou fauniques sont aussi les plus éloignées des cellules d’habitat et se trouvent plutôt au nord. Les rares exemplaires à avoir conservé intacte leur ouverture ont été retrouvés sous les niveaux de sols des bâtiments excavés. Quelques dalles de molasse effondrées dans certains comblements permettent de les rattacher à un système de fermeture et aucune ne présente de différence notable avec les modèles habituels. Le plan de répartition permet de mettre en évidence une association de ces fosses avec le bâti et si des concentrations peuvent être cernées, aucun type d’organisation particulière ne peut être restitué. Dans la mesure où leur niveau d’ouverture était tronqué, il n’est pas possible de cerner des phases d’utilisation qui auraient pu être liées à des niveaux de circulation différents et, mis à part dans la zone située à l’extérieur du fossé est-ouest, où l’on observe une plus grande concentration de ces fosses, il n’y a pas de chevauchement des creusements. De même, si des clôtures ont existé autour de ces concentrations, leurs traces d’implantation ont totalement disparu.

5.5 Conclusion

61Les bâtiments fouillés sur le site de Saint-Martin de Chabrillan ont connu deux importantes périodes d’occupation, la plus ancienne, qui semble discontinue, couvrant toute la durée de l’Antiquité, l’autre, bien postérieure, se cantonnant dans les siècles qui paraissent les plus féconds du Moyen Âge en ce qui concerne l’habitat rural, à savoir les xie, xiie et xiiie s.

62Entre le changement d’ère et le début du ve s., les hiatus observés peuvent être seulement dus aux modalités de conservation d’un site dont nous n’avons observé que les bordures nord et ouest. Par exemple, le comblement de la dépression situé devant le bâtiment C (fig. 46), au nord-est implique l’existence préalable d’un bâtiment à décor peint non retrouvé. Les destructions et les récupérations de matériaux témoignent d’une vitalité de l’établissement, remodelé suivant les besoins des périodes différentes : ainsi, l’emplacement du bâtiment situé au nord-est, qui a eu une durée d’existence brève, n’est jamais réoccupé, contrairement à la majeure partie des vestiges avec lesquels il apparaît désaxé. A-t-on affaire à un établissement de bord de voie, comme pourrait le faire penser le bâtiment largement ouvert sur la terrasse médiane aménagée en un véritable espace de circulation, à la transition du iie et du iiie s.? Est-on au contraire en présence des parties annexes d’un domaine de production comme le suggère l’espace de stockage restitué à partir des emplacements de dolia récupérés dans la seconde moitié du ive s.? Mais, alors qu’on connaît par Varron des tabernae deversoriae, des auberges établies dans les villae bordant les routes (Chevallier 1988 : 67), rien ne renseigne sur les denrées qui auraient pu être engrangées dans les dolia.

63Donner une interprétation aux aménagements fossoyés de la période des ve et vie s. semble impossible, dans l’état actuel de l’étude de ce site, dans la mesure où ils ne peuvent être mis en relation avec un véritable habitat, et où, tout au plus, ils témoignent d’une continuation de la fréquentation de ces lieux. De même, l’existence d’une nécropole, dont la durée d’occupation réelle est inconnue, prouve que le quartier n’est pas tombé dans l’oubli.

64La réinstallation médiévale, bien mise en évidence par la fouille de niveaux cohérents à l’intérieur des bâtiments construits plus d’un demi-millénaire auparavant, pose le problème de l’état de leurs décombres après la phase de destruction de la seconde moitié du ive s. : en un mot, qu’ont eu à déblayer réellement les reconstructeurs médiévaux de Saint-Martin pour retrouver des assises saines pour leurs édifices ? Doit-on considérer que des séquences complètes de couches d’occupation ont été détruites ? La méconnaissance des formes des céramiques de ces périodes est-elle responsable des difficultés d’identification de lots résiduels dans des niveaux plus récents ? Dans la mesure où des pans entiers de la topographie des lieux nous échappent, il n’est pas impossible que les vestiges d’habitats des périodes manquantes soient préservés dans le secteur sud-est.

65Quoi qu’il en soit, les données de la fouille constituent des indices indiscutables de l’existence à Saint-Martin d’une petite agglomération médiévale qu’il est possible de mettre en relation avec les rares textes fournis par le fonds de Saint-Chaffre.

66Le plus ancien sol d’habitat médiéval appartient au premier état du fond de la cabane 1 qui n’a aucun lien avec le bâti antique. Il est daté exclusivement par un petit lot de céramique fragmentée sur place, attribué aux xe-xie s. Par ses transformations successives, cette cellule d’habitation constitue le témoignage d’une première installation durable, qui va se densifier dans les deux siècles suivants. Cette fourchette de datation fournie par quelques pièces de céramique n’est pas en contradiction avec la date attribuée à la première donation à Saint-Chaffre, à savoir le milieu du xe s. : la donation de Sylvius, probablement un personnage important à l’origine de la lignée des seigneurs de Crest, doit être interprétée en la confrontant avec les autres acquisitions de l’abbaye vellave sur la rive gauche du Rhône. La répartition des implantations chaffriennes dans les diocèses de Valence et de Die montre qu’elles sont proches de nœuds de communication dont l’origine remonte à l’Antiquité : ainsi Cliousclat, proche d’une station romaine de la voie d’Agrippa de la rive gauche du Rhône, est précisément placé à la hauteur d’un gué sur le fleuve ; le domaine du prieuré de Pont-de-Barret s’est constitué autour d’un pont d’époque romaine toujours en usage et les possessions du prieuré d’Espenel permettent de contrôler une série d’itinéraires montagnards. Les droits de perception attachés à la possession d’un portus pouvaient être une source de revenus recherchée par un abbé. Bien évidemment, les textes ne précisent pas où se trouvait le centre de la villa du milieu du xe s. La proximité de Saint-Martin de Chabrillan d’un croisement de voies, celle de la rive gauche de la Drôme –Espenel est situé à environ 20 km en amont– avec la voie méridienne dont les revenus étaient assurés à l’abbaye, s’inscrit dans ce schéma d’organisation. Par ailleurs, un site antique, même entièrement déserté depuis plusieurs siècles, devait être susceptible de fournir les matériaux nécessaires à la construction d’une église et des bâtiments prieuraux prescrits par la règle. La fouille n’a pu atteindre ces derniers et n’a porté que sur des bâtiments annexes (forges, fours), des aires de grillage (?), d’ensilage et des restes d’animaux d’élevage : ils témoignent des activités de production ou d’entretien d’une petite communauté d’habitants sur lesquels les religieux percevaient les taxes usuelles.

67L’abandon des unités domaniales trop éloignées du chef d’ordre –aujourd’hui Le Monastier-sur-Gazeille, en Haute-Loire– est général à la fin du xive s. Dans le diocèse de Valence, le prieuré de Cliousclat et ses dépendances sont rattachés à la mense épiscopale, ce qui ne paraît pas entraîner un renouveau économique. Cette disparition progressive des églises à la fin du Moyen Âge, disparition totale dans bien des cas, est un phénomène qui a pu être étudié dans la région de Buis-les-Baronnies où grâce aux bulles de confirmations des possessions de l’abbaye de Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, le réseau ecclésial a pu être restitué pour le xiie s. La concentration de l’habitat autour des chefs-lieux actuels est un phénomène progressif qui obéit à des règles complexes (Bois 2001).

68Dans le cas de Saint-Martin, le développement de la ville de Crest et, en particulier, la construction d’un pont, à une date qui n’est pas connue mais qui est antérieure à 1280, a pu entraîner un détournement notable du trafic vers l’amont, et ainsi priver l’abbaye des revenus espérés au xe s. Faut-il mettre cela en relation avec une notice succincte qui signale les dommages causés aux biens du prieuré de Cliousclat par le seigneur de Crest et ses proches en 1144 (Bois 1998) ? Le prieuré de Montagnac, dépendant de la Chaise-Dieu, autre abbaye vellave, a aussi disparu sans qu’on puisse invoquer ce dernier argument. D’autre part, la concentration de l’habitat autour du château de Chabrillan est concrétisée par la construction d’une enceinte villageoise monumentale qui peut être datée du xive s. au plus tard. Abandon de la gestion de domaines éloignés par les abbayes mères, restructuration des courants économiques locaux et reprise en main du patrimoine par les seigneurs laïcs concourent à expliquer que les derniers témoins céramiques retrouvés dans les niveaux d’occupation de Saint-Martin ne soient pas postérieurs au début du xiiie s.

69Pour clore ce constat, faut-il envisager une étude complémentaire sur la partie du site restée hors emprise des travaux ? Le déplacement de la D 591 a été effectué sans surveillance archéologique et bien des témoins de l’occupation, tant antique que médiévale, sont remontés par les labours qui continuent d’écrêter le centre du site. Sans envisager une exploration exhaustive de l’ensemble la surface où sont apparues des anomalies géophysiques, quelques sondages de vérification seraient néanmoins souhaitables. Peut-être confirmeraient-ils la troncature importante des niveaux supérieurs et n’apporteraient de ce fait que peu d’éléments concernant les hiatus enregistrés entre les périodes extrêmes d’occupation ? Mais sans eux, en tout état de cause, les modalités d’implantation de l’église sur les ruines antiques resteront à jamais ponctuées de points d’interrogation.

702000

Table des illustrations

Légende FIG. 44 Chabrillan/Saint-Martin : localisation du site.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22988/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 45 Chabrillan/Saint-Martin : détail de l’emplacement des vestiges médiévaux et situation de la parcelle 61 du cadastre napoléonien (1811-1824).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22988/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende FIG. 46 Chabrillan/Saint-Martin : plan des vestiges antiques : état 1 époque augustéenne ; état 2 époque tibéro-daudienne ; état 3 années 50-150 ; état 4 fin IIe-début IIIe » s.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22988/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende FIG. 47 Chabrillan/Saint-Martin : plan de la nécropole du haut Moyen Âge
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22988/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 48 Chabrillan/Saint-Martin : plan des vestiges médiévaux : a constructions ; b fossés et silos ; c silos ?
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22988/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 49 Chabrillan/Saint-Martin : détail du bâtiment 1 : a état 1 ; b état 2.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22988/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 50 Chabrillan/Saint-Martin : détail du bâtiment 5 : a état 1 ; b état 2.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22988/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 51 Chabrillan/Saint-Martin : détail de l’atelier de forge (bâtiment 9) : a plan des vestiges ; b restitution axonométrique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22988/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 31k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search