Version classiqueVersion mobile

Habitats, nécropoles et paysages dans la moyenne et la basse vallée du Rhône (viie-xve s.)

 | 
Odile Maufras

Première partie. Les sites

Chapitre 4. Un petit habitat et sa forge autour de l’an mille : Bourbousson 2 (Crest, Drôme)

Véronique Bastard

Texte intégral

4.1 Cadre naturel et historique de l’implantation

1Le site Bourbousson 2 est implanté sur la commune de Crest, à 2 km à l’ouest de l’agglomération et à 1,5 km au sud du cours actuel de la Drôme (fig. 37). Il est directement bordé, au nord, par la route départementale 93 qui mène de Die à la vallée du Rhône. Au nord de cette voie, le paysage est marqué par la présence de deux petites collines molassiques –les Maux et les Montchauds– entre lesquelles passe la limite des communes d’Eurre et de Crest. Cette limite, qui pérennise notamment l’emplacement d’un ancien cours d’eau, passe à une centaine de mètres à l’ouest de l’établissement médiéval et pourrait de plus reprendre le tracé d’une ancienne voie. Deux autres ruisseaux coulent, aujourd’hui encore, à proximité : la Saleine à 1,2 km à l’est, et le Merdarie à 1 km à l’ouest.

FIG. 37
Crest/Bourbousson : localisation du site dans sa microrégion.

2L’un des intérêts du site est d’illustrer la période transitoire entre le haut Moyen Âge et le Moyen Âge classique en contexte rural, dans un secteur jusqu’alors totalement méconnu. En effet, les terrains situés à l’ouest de Crest ont été soumis aux inondations de la Drôme mais également, du fait de leur position au pied du versant septentrional de la vallée, aux influences de tous les mouvements de sols rendus très actifs par la pente. Cette position charnière est à l’origine d’un fort recouvrement des niveaux archéologiques –de 1 à 1,5 m pour la période médiévale– rendant inefficace toute prospection de surface. Ce secteur de la plaine alluviale de la Drôme reste d’autant plus mal connu que la documentation historique concernant la microrégion de Crest, avant la période moderne, est extrêmement pauvre. Si la première mention du château remonte au xiie s. –en 1120, le pape Callixte II, en route vers l’Italie, adresse un courrier depuis le Castrum Cristam où il séjourne (Arnaud 1884 : 249)–, sa date de construction n’est pas clairement établie, peut-être dès le xie s. (Brun-Durand 1973 : 117). Les données de l’archéologie sont, quant à elles, pratiquement absentes. Le seul site ayant fait l’objet de fouilles récentes sur la commune est situé en rive gauche de la Drôme, 3 km au sud-est de Bourbousson, et n’est pas occupé au-delà de l’époque mérovingienne (Alcamo 1980 ; 1982). Pour la fin du haut Moyen Âge, les seuls renseignements proviennent des fouilles du TGV-Méditerranée, avec les sites d’Upie/Les Vignarets, 4,5 km au nord de Bourbousson, et de Chabrillan / Saint-Martin 1 et Chabrillan/L’Hortal, 2,5 km au sud (cf. chap. 3,5,6). Par ailleurs, la carte archéologique signale une dizaine de fortifications ou établissements religieux situés dans un rayon de 4 km autour du site. Bien que ces établissements, qui n’ont pas été étudiés, restent pour l’heure mal datés, ils donnent l’image d’un terroir médiéval assez densément occupé.

  • 1 – Ces vestiges se répartissent de part et d’autre de la RD93, sur une parcelle de 5,6 ha correspond (...)
  • 2 – Cette hypothèse est renforcée par le fait que la RD93 et la limite des communes d’Eurre et de Cre (...)

3À Bourbousson, cette densité d’occupation a pu être mise en évidence toutes époques confondues. Le site de l’an mille succède en effet à une occupation mérovingienne (nécropole et bâtiment), à un établissement tardo-antique, à un village Hallstattien et à un site néolithique1. Ces différents sites sont séparés, topographiquement par quelques dizaines de mètres, et chronologiquement par des hiatus plus ou moins longs ; on ne peut donc parler de réelle continuité. Néanmoins, cette permanence de l’occupation du site semble intéressante à signaler. Outre des facteurs naturels plutôt favorables –contexte mixte (plaines et collines), richesse du réseau hydrographique et abondance des matières premières– il est probable que la proximité immédiate de voies de communications ait largement favorisé les choix d’une implantation à cet endroit. En effet, deux axes majeurs, dont l’origine remonterait à la Protohistoire et qui auraient été maintenus au cours du Moyen Âge, passaient non loin du site. Il s’agit tout d’abord de la voie des Alpes qui reliait la vallée du Pô à celle du Rhône et dont une branche menait à Valence. Une hypothèse d’Henri Desaye lui fait longer la Drôme depuis Die, pour bifurquer vers le nord à hauteur de Bourbousson (Desaye 1989). Elle deviendrait alors commune avec une voie qui se poursuivrait vers le sud en passant la Drôme à gué. Par ailleurs une troisième voie, de moindre importance, se dirigerait vers l’ouest en longeant la rivière. Ces trois axes sont pérennisés, aujourd’hui encore, par la route départementale 93 d’une part, et la limite des communes d’Eurre et de Crest d’autre part2. Le site serait donc implanté à un carrefour de voies.

  • 3 – Quelques aménagements périphériques aux bâtiments tout au plus peuvent se situer sous la RD93. En (...)

4Il faut de plus signaler la mise au jour, lors de la fouille de l’établissement médiéval, d’une voie romaine repérée à quelques mètres seulement de la D93. Orientée à NG 32° E, celle-ci semble correspondre à une quatrième voie qui pourrait rejoindre Valence en contournant par l’ouest le mont Mierry. Ce mont, situé au nord du site, culmine à 418 m. Aujourd’hui encore, le moyen le plus simple pour rejoindre Valence est de le contourner. Cette dernière voie, scellée par le paléosol médiéval, est abandonnée dans ce secteur au moment de l’occupation de Bourbousson 2, mais un tronçon, compris entre la D93 et le site, continue d’être en usage. Ce dernier permet d’accéder à un premier ensemble qui regroupe une petite forge et un édifice dont la vocation reste incertaine, mais pourrait également être liée à une activité artisanale (fig. 38). Un troisième bâtiment, situé légèrement en retrait, à 7 m au nord-est des deux premiers et non desservi par le chemin d’accès semble, en revanche, correspondre à un habitat. L’étude céramologique indique que ces constructions, qui paraissent appartenir à une même unité, ont été occupées dans le courant des xe-xie s. (cf. chap. 21). Elles forment un ensemble de modeste dimension qui présente l’intérêt d’être totalement compris dans l’emprise de la fouille3, mais dont le statut est malgré tout difficile à définir en l’absence de renseignements précis sur le cadre microrégional dans lequel s’inscrit le site. Sommes-nous en présence d’un habitat indépendant, ou dépendant d’un domaine seigneurial, monastique, ou autre ? Quelle est la nature exacte de cet établissement ? Sa situation, en bordure d’axes de circulation, peut-elle apporter des éléments de réponse ?

FIG. 38
Crest/Bourbousson 2 : plan général du site.

4.2 Le bâtiment 1 : un habitat ?

5Le bâtiment 1 au nord-est (fig. 38, 39) est une construction rectangulaire (10,5 x 8,7 m), percée d’une unique porte à l’est, et présentant au nord un mur situé en avancée (M10). Ce bâtiment a été très perturbé par un sondage mécanique effectué au cours des premières interventions de terrain, préalables aux fouilles (diagnostics). En effet, celui-ci a fait disparaître près de la moitié de l’édifice, notamment un foyer rectangulaire et une fosse. Dans cette dernière, peut-être un silo, on a trouvé des fragments de céramique et de la faune avec traces de boucherie (Réthoré et al. 1995 : 77).

FIG. 39
Crest/Bourbousson 2 : plan d’ensemble du bâtiment nord-est, phases 1 et 2.

6Deux phases distinctes d’occupation du bâtiment ont pu être isolées, caractérisées par deux sols de terre battue séparés par un remblai d’une dizaine de centimètres d’épaisseur. Les différents niveaux de circulation étaient nettement signalés par la présence de microcharbons de bois, et fragments de céramique posés à plat. L’étude céramologique ne montre aucun écart chronologique entre ces deux phases.

7Dans son premier état, le bâtiment se présente comme une construction très simple, avec un volume intérieur unique. Les seuls aménagements en relation avec cette occupation sont une fosse circulaire (F24) et un large trou de poteau (TP 22). Le comblement de ces structures semblant intervenir après leur abandon, aucun renseignement précis n’a pu être recueilli sur leur fonction exacte.

8La phase 2 voit la construction d’une cloison subdivisant l’espace intérieur du bâtiment en deux pièces aux dimensions inégales : une vaste pièce rectangulaire à l’est (pièce A) et une pièce oblongue à l’ouest (pièce B). L’accès entre ces deux salles s’effectuait par une ouverture de 1,15 m de large, située dans la partie sud de l’édifice. Le seul aménagement mis en évidence pour cette phase est un calage de poteau situé dans la salle A, face à l’angle nord de cette porte.

9À l’extérieur du bâtiment enfin, on trouve un aménagement assez particulier (F9) qui se présente comme un fossé de 1,50 à 2,40 m de large pour seulement 0,20 m de profondeur totale. Ce fossé reprend, 1 m à l’est du mur oriental, l’orientation de l’édifice puis forme un coude dans l’angle nord-est de ce dernier pour s’interrompre au niveau du mur en avancée M10. Au sud, le fossé reste rectiligne et s’interrompt peu après l’angle sud-est du bâtiment. Son remplissage est composé exclusivement de cailloutis d’un module régulier de 5-6 cm qui comble, sur 13 cm le fond du fossé. Celui-ci est lui-même recouvert par un limon argileux brun-noir, très charbonneux et toujours extrêmement riche en cailloutis, présent uniquement dans la partie du fossé située à l’est du bâtiment –on ne le retrouve pas au nord, dans la partie coudée du fossé. La seule interprétation de cette structure que nous pouvons proposer est celle d’un aménagement destiné à assainir les abords de l’édifice. Dans la mesure où celui-ci est implanté en bas de pente, il est possible que des problèmes d’évacuation de l’eau aient nécessité la mise en place d’un système de drainage devant la porte d’accès au bâtiment. Le coude pratiqué dans l’angle nord-est pourrait permettre de capter l’eau piégée par le mur en avancée M10. Le bâtiment 1 –et les niveaux qui lui sont associés– a livré 1045 fragments de céramique. Ceux-ci proviennent majoritairement des couches d’occupation (653 tessons) et des remplissages de fosses (352 tessons). Cette quantité, associée à la présence d’un foyer (disparu dans le sondage du diagnostic) et à l’absence de traces d’une activité artisanale ou agricole, semble suffisante pour proposer l’hypothèse d’un habitat. Ce secteur n’a en revanche livré que très peu de faune, quatre ou cinq fragments dont aucun ne provient des sols du bâtiment, mais on rappellera que la présence d’ossements animaux avec traces de boucherie a été notée dans le remplissage de la fosse repérée dans le sondage diagnostic (Réthoré et al. 1995 : 77). On ne peut, de plus, exclure que des dépotoirs situés à proximité du bâtiment n’aient pas été repérés.

10En phase 1, le bâtiment se présente comme une construction très modeste dans laquelle on ne compte qu’une seule pièce de 63 m2. En phase 2 le bâtiment reste, avec deux pièces, de conception très simple. La salle A, avec 39,6 m2 et deux ouvertures, apparaît sans aucun doute comme la pièce principale. La salle B, très étroite (24,4 m2) n’a livré que quelques tessons. L’hypothèse qu’il s’agisse d’une aire de repos peut être proposée.

4.3 L’ensemble sud-ouest : une zone artisanale ?

11Un peu plus de 7 m au sud-ouest du bâtiment 1, on trouve un deuxième ensemble comprenant deux édifices et une série d’aménagements périphériques (bâtiment 2 et forge 3 : fig. 37, 40, 41). Cet ensemble, qui se situe directement en bordure de la D 93, est perturbé par le creusement d’un fossé tardif mais offre un état de conservation satisfaisant. La céramique issue de la fouille de ces structures indique qu’elles sont contemporaines du bâtiment 1.

FIG. 40
Crest/Bourbousson 2 : ensemble sud-ouest, plan général des structures de la phase 1.

FIG. 41
Crest/Bourbousson 2 : ensemble sud-ouest, plan général des structures de la phase 2.

4.3.1 Le bâtiment 2

12Le bâtiment 2 a connu deux phases distinctes d’occupation au cours desquelles le plan de l’édifice a subi des transformations assez importantes. De même que pour le bâtiment 1, ces deux phases sont caractérisées par deux sols de terre battue séparés par un remblai mais livrant un matériel céramique homogène.

13Dans son premier état (fig. 40), le bâtiment 2 est une construction rectangulaire de 12,2 x 10,1 m présentant, au nord, un mur situé en avancée. La seule ouverture repérée pour cette phase est située dans l’angle sud-ouest de l’édifice. Il s’agit néanmoins d’une porte assez étroite (0,80 m de large) qui pourrait correspondre à un accès secondaire. Compte tenu des multiples perturbations des murs sud et nord du bâtiment, l’éventualité d’un accès principal s’effectuant par l’un de ces deux côtés n’est pas à exclure.

14La partie centrale du bâtiment est isolée par trois murs, bâtis en U, qui protègent un foyer (Fy 18). La sole de ce foyer, qui constitue le principal aménagement mis en évidence dans le bâtiment, se compose d’une plaque d’argile de 4 à 10 cm d’épaisseur, reposant sur un radier de petits galets. Des galets calcaires et quelques fragments de molasse disposés en hémicycle la délimitent. Ceux-ci présentent un module moyen de 15 à 20 cm, mais un bloc de molasse plus imposant (45 x 20 cm, pour 28 cm d’épaisseur), posé sur le chant, isole le foyer du mur sud.

15Les décharges, très charbonneuses, du foyer 18 s’étendent, au nord, sur près de 3 m puis se confondent progressivement avec le sol de cette phase. Une petite fosse circulaire (F597) creusée dans ce niveau, directement au nord du foyer, est également à rattacher à son utilisation. Comblée presque exclusivement de cendres et de charbons de bois, celle-ci est interprétée comme cendrier.

16La nature et la fonction exacte du foyer 18 ne sont pas attestées. En effet, la présence des trois murs en U pourrait être l’indice d’une superstructure située sur le foyer (conduit d’évacuation de cheminée ?). Par ailleurs, les charbons de bois issus du remplissage de la fosse-cendrier 597 correspondent à des résidus de carbonisation issus d’un charbonnage antérieur, et non d’une calcination (Fabre 1998 : 91-96). Or, bien que l’utilisation de charbons comme combustible n’exclue pas la possibilité d’un foyer domestique, elle reste plutôt caractéristique d’une activité artisanale.

17Enfin, il faut reconnaître que le bâtiment 2 pose toujours de multiples questions et que rien ne permet d’affirmer, ou d’infirmer, qu’il puisse s’agir d’un habitat. On peut s’étonner notamment de la présence d’une fosse, ou d’une structure réalisée en fosse, très longiligne (F36 : 8,1 x 1,2 m, pour 38 cm de profondeur) située directement à l’ouest de la façade orientale du bâtiment. Cette structure, qui n’est pas interprétée, occupe pratiquement toute la longueur de l’édifice. Un premier remplissage très hétérogène –nombreux charbons, blocs souvent rubéfiés, briques, céramique...– comble l’essentiel de la fosse, sur 25 à 30 cm d’épaisseur. L’aspect le plus surprenant de la structure 36 est la présence de deux poutres brûlées posées sur ce premier remplissage, et calées contre les parois est et ouest de la fosse. Enfin, l’espace central, entre ces poutres (0,60 à 0,70 m de large), est comblé par un limon jaune hétérogène dans lequel on signalera notamment la présence de quelques fragments de mortier de tuileau.

18Dans le courant de son occupation, le bâtiment 2 connaît de notables transformations qui semblent impliquer une réorganisation totale de l’édifice (fig. 41). Le mur nord du bâtiment est entièrement reconstruit, mais conserve sensiblement la même place. Le bâtiment est rétréci à l’est. L’angle sud-est de l’édifice primitif est cependant conservé.

19Les trois murs en U continuent d’être en usage, mais ne sont plus en relation avec le foyer 18 qui est, quant à lui, abandonné. Le mur oriental est prolongé jusqu’au contact de la façade nord, et sert désormais de clôture orientale à l’édifice. Une ouverture de 1,80 m de large, préservée approximativement au centre de ce mur, permet l’accès au bâtiment. Bien que cette reprise ne soit pas conservée –elle a été détruite par le fossé tardif–, il est probable que le mur central ouest a également été prolongé jusqu’au contact de la façade nord. Les façades occidentale et méridionale de l’édifice ne sont, quant à elles, pas modifiées. Néanmoins, la petite porte est est condamnée, alors qu’au sud une nouvelle ouverture de 2 m de large environ est percée.

20Dans son second état, le bâtiment 2 présente donc un plan rectangulaire (12 x 7,9 m) dans lequel on peut isoler deux ensembles : une salle rectangulaire (salle A) occupant l’angle sud-est de l’édifice, et dans laquelle on accède par l’est (27,5 m2 environ) ; et un couloir en L (couloir B) ménagé sur les pourtours ouest (1,8 m de large) et sud (2,4 m de large) de la salle A. L’accès à ce dernier peut s’effectuer par le nord et par le sud. Dans la salle A, l’ancien sol du bâtiment est recouvert par un limon argilo-sableux brun-gris d’une dizaine de centimètres d’épaisseur. La surface supérieure de ce niveau, très anthropisée (nombreux charbons et graviers, fragments de céramique posés à plat), semble correspondre à un niveau de circulation. On le trouve sur toute la superficie de la pièce, mais également à l’extérieur, devant la porte est, ou il perd en densité au fur et à mesure que l’on s’éloigne de l’édifice. Quatre fosses ont été repérées sur ce sol : deux petites aux comblements charbonneux, situées dans le quart nord-est de la salle A (F 10, F11) et les fosses F14 et F16 situées de part et d’autre de la porte est. Dans la mesure où ces deux structures obstruent le seul accès à la pièce A, il est possible qu’elles correspondent à la récupération d’éléments en relation avec cette ouverture (arrachement de marches ou de seuils ?). La fosse F16 semble avoir par la suite servi de dépotoir.

21Dans le couloir B, l’espace situé le long de la façade occidentale est occupé par un radier de blocs calcaires soigneusement agencés. Aucun lambeau de sol n’était conservé sur ce dernier. Ce radier semble être limité à l’ouest de la porte sud du bâtiment. Devant, et à l’ouest de cette ouverture, on trouve un limon argileux gris charbonneux identique au sol de terre battue de la salle A.

4.3.2 La forge 3

22Accolée à l’angle sud-ouest du bâtiment 2 (fig. 37, 42), la pièce 3 est une petite construction rectangulaire (13 m2 environ), ouverte à l’est. La présence de très nombreuses scories de fer dans toutes les couches situées dans, ou à proximité de cette construction, indique qu’il s’agit probablement d’un petit atelier de métallurgie. Ces scories présentent une morphologie et une composition caractéristiques de culots de forges, issus d’un travail du fer, et non de sa fabrication (cf. chap. 19). La construction de cette forge est contemporaine de la mise en place du bâtiment 2, mais il est possible qu’elle soit toujours en usage au moment où celui-ci est transformé (un seul niveau d’occupation a été mis en évidence). Les aménagements repérés à l’intérieur de la salle permettent de restituer de manière assez précise l’organisation de l’atelier.

FIG. 42
Crest/Bourbousson 2 : forge fait 3 : a plan ; b foyer 4, coupe AB ; c poteau 39, coupe CD.

4.3.2.1 Le foyer de la forge (Fy 4)

23Située dans l’angle nord-ouest de la pièce, la structure 4 est une fosse ovoïde (1,85 x 1,24 m) de 25 cm de profondeur. Ses remplissages se composent d’un agglomérat de scories (US 508) qui, en coupe, paraissent conserver l’empreinte d’un récipient (creuset ?) ; d’un limon noir extrêmement charbonneux (US 527) et d’un limon jaune mêlé de blocs qui semble mettre fin à l’utilisation de la fosse (US 528). Bien qu’aucune trace de rubéfaction n’ait été observée sur les bords du creusement, il semble possible que la fosse 4 corresponde au foyer de la forge. Rien n’exclut en effet que des curages répétés aient fait disparaître toute trace de rubéfaction. Par ailleurs il faut signaler la présence, sur le sol de la pièce, d’une couche noire exclusivement composée de charbons de bois et cendres. Cette couche s’étend directement au sud-est de la fosse 4 et semble bien correspondre à une couche de décharge en relation avec un foyer.

4.3.2.2 L’emplacement de l’enclume (TP 39)

24Situé 1 m au sud du foyer 4, le trou de poteau 39 est un creusement circulaire à fond plat, de 66 cm de diamètre et 26 cm de profondeur. Le fantôme d’un puissant poteau (35 à 40 cm de diamètre) calé à l’aide de blocs de calcaires était nettement visible dans le remplissage noir charbonneux de ce creusement. Compte tenu de la très faible superficie de la salle 3, le trou de poteau 39 ne semble pas correspondre à un élément de support de toiture. Il paraît plus probable qu’il marque l’emplacement de l’enclume de la forge, constituée d’un massif billot de bois. Cette hypothèse est renforcée par une très forte concentration de battitures autour du trou de poteau 39.

4.3.2.3 Autres aménagements

25On signalera ici : la présence de blocs posés à plat contre les murs de l’édifice ; contre le mur nord, un alignement de dix blocs formant, à l’est du foyer 4, une rangée de 1,3 m de long ; contre le mur ouest, 7 blocs situés au sud du foyer 4, et directement à l’ouest du trou de poteau 39 ; dans l’angle sud-est de l’édifice enfin, une concentration plus importante formant un alignement de 1,25 m de long et 55 cm de large contre le mur sud.

26Ces blocs peuvent correspondre à des calages d’aménagements nécessaires au fonctionnement de la forge (table de travail, établis, baquet de trempe, soufflet).

27Enfin, situé au sud-ouest de la petite porte permettant l’accès au bâtiment 2 par l’ouest (fig. 40), la fosse 17 est une petite cuvette à mettre en relation avec l’utilisation de la forge 3 : son remplissage se compose en effet exclusivement de scories de fer (rejets).

4.3.3 Les aménagements périphériques : foyers et chemin d’accès

4.3.3.1 La structure 26

28Située directement devant la porte permettant l’accès au bâtiment 2 par le sud, la structure 26 est une fosse ovoïde (2,6 x 2 m) de 1,20 m de profondeur présentant, au nord, un appendice en hémicycle (0,80 m de long, 0,94 m de large) de 55 cm de profondeur (fig. 41, 43). L’ensemble est comblé par un limon argileux gris, assez charbonneux qui met fin à l’utilisation de la fosse.

FIG. 43
Crest/Bourbousson : fosse St 26, plan et coupe.

29S’il ne s’agit pas de deux fosses successives, l’une tapissée d’argile comme on en connaît par ailleurs (Raynaud 1990 : 57-61) recoupée par une autre plus récente, mais bel et bien d’un aménagement en deux creusements synchrones, deux éléments peuvent argumenter l’interprétation de celle-ci comme structure de combustion, peut-être un four : d’une part, les parois et le fond de l’appendice sont très fortement rubéfiés sur près de 5 cm d’épaisseur, d’autre part une fine couche de charbons de bois repose sur le fond du creusement. On la trouve uniquement dans et directement devant l’appendice. Il faut de plus signaler que l’aménagement 26 semble avoir fonctionné avec la porte sud du bâtiment 2. Il est possible que cette ouverture ait été percée dans l’unique but de permettre l’accès à la structure 26, cette dernière pouvant, sous toute réserve, correspondre à la partie basse d’un four. L’appendice de la fosse pourrait être interprété comme chambre de combustion, ce qui expliquerait la forte rubéfaction de ses parois. Dans ce cas, il faut peut-être imaginer la présence d’une sorte de laboratoire, situé au niveau du sol du bâtiment 2 (phase 2).

  • 4 – On connaît des exemples de fours implantés à proximité immédiate d’ateliers de métallurgie, et sa (...)

30En revanche, aucun renseignement permettant de proposer une interprétation de la fonction exacte de ce foyer n’a été récolté. Étant donné l’absence de battitures et scories dans ses remplissages, il ne paraît pas directement lié à l’utilisation de la forge 3. Rien n’atteste par ailleurs qu’il ait servi à une activité artisanale4.

4.3.3.2 La structure 12

31Située directement au sud de la forge 3, la structure 12 est un empierrement circulaire de 2,5 m de diamètre (fig. 40). Alors que la partie centrale de cet aménagement, plane, est constituée de petits galets (8-10 cm) sans organisation apparente, le pourtour paraît avoir fait l’objet d’un soin particulier. En effet, la périphérie de la structure 12 est constituée principalement de blocs quadrangulaires (calcaire et molasse) plus imposants (jusqu’à 45 cm de long) orientés vers la partie centrale de l’empierrement. Tous présentent de plus un net pendage (10 cm en moyenne), également orienté vers l’intérieur. Cette constatation, associée au fait qu’aucun creusement, ni couche d’occupation, n’a été observé sous l’empierrement semble indiquer que celui-ci correspond à un radier et que le creux ménagé entre les blocs de l’entourage et ceux du centre supportait à l’origine un aménagement ou une couche d’argile aujourd’hui disparue.

32Une fois encore, la seule interprétation de la structure 12 que nous pouvons proposer est celle d’une structure de combustion, sans toutefois pouvoir en préciser la fonction. Cette hypothèse repose essentiellement sur la présence d’une couche noire, extrêmement charbonneuse, située à la périphérie de l’empierrement. Ce niveau est conservé uniquement dans une légère cuvette qui reçoit l’empierrement mais il est probable qu’il s’étendait à l’origine au-delà. Par ailleurs, il faut également signaler la présence d’une fosse (F27) située 40 cm au sud de l’empierrement 12 et vraisemblablement liée à ce dernier. Il s’agit d’un creusement ovoïde (1,86 x 0,86 m) de 44 cm de profondeur. Comblée presque exclusivement de charbons de bois, cette structure pourrait correspondre à une fosse de décharge.

4.3.3.3 Un chemin d’accès au site

33L’atelier de métallurgie 3 est construit directement sur la voie romaine repérée au cours de l’opération. Cette voie, qui est par ailleurs scellée par le paléosol médiéval, ne fonctionne donc plus, à cet endroit, au xe s. Néanmoins, les décapages pratiqués à proximité des constructions médiévales ont permis de mettre au jour une couche de cailloutis reprenant, avec exactitude, l’emplacement de la route romaine mais uniquement à l’est des bâtiments 2 et 3 (fig. 40). Ce niveau semble correspondre à une réhabilitation partielle de l’ancienne voie, sous forme de chemin d’accès au site médiéval. Il se dirige en direction de l’actuelle toute départementale 93 dont on rappellera que l’origine antique est probable.

4.3.4 Premières conclusions

34Au vu des résultats de la fouille, très peu d’éléments permettent d’interpréter le bâtiment 2 comme un habitat. Il faut tout d’abord revenir sur le plan assez particulier de l’édifice. Dans son premier état, celui-ci est organisé autour du foyer 18 qui, on l’a vu, ne paraît pas correspondre à une structure domestique. La présence, dans cette phase, de la grande fosse 36 ne va pas non plus dans ce sens : avec 8,1 m de long, celle-ci ne correspond certainement pas à un dépotoir domestique, ni à une structure de stockage. En phase 2, l’ensemble est réorganisé avec une pièce principale sans aucune structure de combustion, et un couloir étroit dont la fonction reste indéterminée. Le mobilier céramique est assez bien représenté dans le bâtiment 2 (605 tessons) mais moins que dans le bâtiment 1 (1 045 tessons), pourtant nettement moins bien conservé. Par contre la faune, pratiquement absente dans le bâtiment 1 est ici assez bien représentée ce qui pourrait argumenter en faveur d’un habitat. Néanmoins, l’étude de la faune du site (cf. chap. 17) a permis de mettre en évidence la forte proportion de cornillons au sein des restes ovicaprins issus de la fouille de ce secteur. Ces cornillons semblent avoir été apportés volontairement sur le site en vue d’en récupérer l’étui corné pour une utilisation artisanale, cornet terie ou métallurgie.

35Enfin, les objets métalliques sont également mieux représentés dans le bâtiment 2 que dans le bâtiment 1. On peut signaler, en phase 1 comme en phase 2, la présence de plusieurs fragments métalliques non identifiés (tiges et plaques). Ceux-ci pourraient correspondre à des résidus de fabrication, ou encore à de petits lingots de fer. Dans ce cas, le bâtiment 2 pourrait être directement lié à l’utilisation de la salle 3 interprétée, avec certitude, comme petite forge. Sa fonction exacte reste néanmoins très incertaine ; il faut notamment signaler que peu de scories de fer ont été trouvées dans le bâtiment 2.

36Bien que ceci ne puisse être attesté, il est possible que l’ensemble sud-ouest (forge 3 et bâtiment 2) constitue une zone à vocation artisanale, peut-être liée à la proximité immédiate d’un axe de circulation. La présence, à la périphérie de l’édifice, de deux structures de combustion (St 26 et St 12), de fosses aux dimensions imposantes et d’un chemin d’accès direct pourrait argumenter dans le sens de cette hypothèse.

4.4 Éléments d’architecture

37Toutes les maçonneries mises au jour sur le site conservent une unique assise semi-enterrée utilisant des galets calcaires non équarris et quelques blocs de molasse liés à l’argile (matériaux locaux : galets de la Drôme, molasse des collines avoisinantes et argile locale). Seules les façades occidentales des bâtiments 1 et 2, qui présentent deux assises –une assise de fondation, une assise semi-enterrée– font exception, sans que cette distinction n’ait toutefois pu être expliquée. Néanmoins, pour chacun des bâtiments, la partie supérieure de tous les murs présente une altitude identique. Cette constatation, associée à l’absence de couche de destruction en pierre, laisse supposer que ceux-ci sont conservés en totalité et correspondent en réalité à des soubassements de murs de terre et/ou de bois aujourd’hui disparus.

38Les bâtiments 1, 2 et la forge 3 sont tous trois implantés sur un limon argileux brun qui correspond au paléosol médiéval mis en évidence par l’étude de la séquence stratigraphique du site. Cependant, dans le cas des bâtiments 1 et 2, ce sédiment a été décaissé à l’intérieur pour atteindre une couche très argileuse sur laquelle sont assis les murs. Cette argile, très compacte et relativement plane, a de plus été utilisée comme sol : dans le cas du bâtiment 1, on a pris soin de combler les anfractuosités à l’aide de graviers et cailloutis. Cette particularité, associée à l’orientation NO-SE des deux bâtiments, et à la présence, dans les deux cas, d’un mur en avancée au nord, pourrait argumenter en faveur de leur contemporanéité. On notera cependant que les soubassements du bâtiment 2 et de la forge 3 sont dans l’ensemble moins larges que ceux du bâtiment 1.

39Les murs nord, est et sud de ce dernier sont construits de manière similaire et sont par ailleurs chaînés les uns avec les autres. Tous présentent une largeur de 0,85 à 0,90 m. Les blocs présentent un module assez régulier (15-25 cm), mais ceux des parements sont souvent disposés en épi. Le mur ouest utilise les mêmes matériaux mais est le seul à posséder deux assises. D’autre part, sa largeur n’excède pas 65 cm. La jonction entre ce mur et les murs sud et nord du bâtiment n’était pas préservée, mais la fouille des sols du bâtiment n’a livré aucun indice permettant de supposer que ce mur ne soit pas contemporain du reste de l’édifice.

40Dans le cas du bâtiment 2 et de la forge 3, les murs d’origine ont tous une largeur comprise entre 0,55 et 0,60 m, à l’exception des trois murets internes en U (0,70 m de large). Les murs de la phase 2 ont une largeur respective de 0,65 et 0,80 m. Bien que l’ensemble des soubassements de l’ensemble nord-ouest paraissent peu homogènes, une évolution des techniques est perceptible entre les phases 1 et 2 de l’occupation. Les murs d’origine sont constitués de deux assises, dont une de fondations. Seuls les murs ouest, sud et nord de la forge 3 font exception (une seule assise très peu fondée). Par ailleurs les blocs des parements sont fréquemment disposés en épi. En phase 2, les murs sont constitués d’une unique assise de blocs posés à plat et très peu fondés sur le niveau de sol du bâtiment.

41La nature exacte des élévations reste incertaine, mais trois fosses situées en périphérie des bâtiments peuvent apporter des éléments de réponses. Deux d’entre elles (F21 : fig. 39 et F5 : fig. 40) présentent –par leur aspect piriforme, leurs dimensions (F21 : 3,14 x 1,96 m pour 0,48 de prof. ; F5 : 3,6 x 2,2 m pour 0,33 m de prof), leur remplissage– dans les deux cas, remplissage unique constitué de limon argileux brun-gris hétérogène (cailloutis, nodules de tuiles, nombreuses traces ferrugineuses) –et leur situation à l’angle sud-est des bâtiments 1 et 2– plusieurs similitudes. La troisième fosse, située contre la façade orientale du bâtiment 2, dans son premier état (fig. 40), est un creusement de plus de 8 m de long pour 1,5 m de large et 0,65 m de profondeur. Son unique remplissage se compose d’un limon argileux gris avec inclusions de charbons, scories, et poches d’argile jaune.

  • 5 On rappellera également la récupération de ce niveau à l’intérieur des bâtiments 1 et 2.
  • 6 – Le bâtiment 2 et la forge 3 n’ont quant à eux livré aucune couche de destruction conservée : les (...)

42Ces trois structures n’ont livré que très peu de mobilier : il ne semble donc pas s’agir de dépotoirs. Compte tenu de leurs dimensions, l’hypothèse de fosses d’extraction peut être proposée sans exclure pour autant qu’elles aient également eu une deuxième fonction, qui reste indéterminée. Toutes trois entament le sol d’installation médiéval5 (limon argileux brun) et, dans le cas de la fosse 602, une couche argileuse jaune est sous-jacente à ce paléosol. Or, dans le bâtiment 16, la fouille a permis de reconnaître un limon argileux brun hétérogène –nombreux cailloutis et éclats de tuiles notamment–, présent uniquement, et de manière lacunaire, à proximité des murs de l’édifice –y compris à proximité de la cloison interne et du mur en avancée M10. Pour cette raison, ce niveau est interprété comme couche de destruction correspondant aux restes de murs de terre fondus. Au vu de ces différents indices, l’hypothèse de murs constitués, en partie au moins, du matériau local mêlé de cailloutis et compacté, peut être proposée.

43Le bâtiment 2 et la forge 3 n’ont, quant à eux, révélé aucune couche de destruction conservée. Le seul indice permettant d’évoquer la nature des élévations provient de la façade orientale du bâtiment 2 (phase 1). Ce soubassement était en effet recouvert d’une couche d’argile jaune de 5-6 cm d’épaisseur et 50 cm de large environ –un peu en retrait par rapport aux parements du soubassement–, très semblable au sédiment entamé par la fosse 602. La présence d’un enduit de terre ayant parfois été mise en évidence sur des fragments de cette couche, il est probable que celle-ci corresponde aux restes de l’élévation du mur. Or, il faut signaler qu’aucun trou de poteau ou piquet, ni empreinte de sablière basse n’était visible sur ce niveau : il s’agirait donc d’une construction de terre crue compactée, sans élément de support en bois.

44Enfin, en ce qui concerne les toitures des bâtiments, les seuls fragments de tuiles mis au jour sur le site proviennent de colluvions, ou se présentent sous forme de nodules ou petits éclats. Compte tenu de la relative bonne conservation des sols des bâtiments, l’hypothèse d’une disparition totale de la couche de destruction d’une toiture de tuiles semble peu probable. À moins que celles-ci n’aient été récupérées, il faut donc plutôt envisager une couverture en matériaux périssables. Dans le cas du bâtiment 1, il est possible qu’une partie des aménagements repérés à l’extérieur soit l’indice d’une toiture débordante. On notera en effet que quatre calages de poteau (fig. 39), le mur en avancée M10 et le fossé 9 s’organisent autour du bâtiment, à 1 m en moyenne des murs. Cette hypothèse renforcerait l’interprétation du fossé 9 comme structure d’assainissement, celui-ci pouvant permettre de drainer l’eau de pluie s’écoulant de la toiture.

4.5 Conclusion

45L’établissement médiéval Bourbousson 2 comprend deux ensembles bâtis, distincts mais proches, matérialisés au sol par des soubassements de murs (élévation en terre disparue). Le bâtiment 1, situé dans la partie nord-est du site, est une construction de modestes dimensions comprenant une seule salle, subdivisée par la suite en deux pièces. Cet édifice est interprété comme étant un habitat. L’ensemble sud-ouest, qui regroupe la forge 3 et le bâtiment 2, se caractérise par une très forte densité d’occupation dans et à proximité des constructions. La superficie restreinte de la forge 3 évoque un petit atelier domestique utilisé ponctuellement pour réparer des outils. Cette éventualité est par ailleurs renforcée, d’une part par la quantité relativement faible d’objets métalliques mis au jour sur le site, d’autre part par la nature des scories issues de la fouille : il ne s’agit jamais de scories de fusion impliquant une réduction du minerai de fer s’effectuant sur place. Néanmoins, la présence de cornillons d’ovicaprins à proximité de la forge 3 pourrait indiquer l’utilisation sur le site d’« une technique pointue de transformation qualitative du fer » (cf. chap. 17), ce qui ne s’accorde guère avec l’hypothèse d’une petite forge domestique. De plus, l’ensemble sud-ouest, qui est desservi par un chemin d’accès, offre par son plan et ses aménagements plusieurs traits originaux qui, tout en restant inexpliqués, semblent dans ce cas exclure l’éventualité d’un habitat. On rappellera notamment la présence de deux fosses de plus de huit mètres de long et de quatre structures de combustion, dont aucune ne semble correspondre à un foyer domestique. Pour ces raisons, cet ensemble est interprété comme zone à vocation artisanale.

46Le site est implanté en contexte rural, sur des terres facilement accessibles et bien irriguées et donc favorables à la pratique d’activités agricoles. L’étude géomorphologique a d’ailleurs permis de mettre en évidence l’établissement, au cours de l’occupation médiévale, de terrasses de cultures sur le versant des collines situées directement au nord des constructions (cf. chap. 14). Cependant, bien qu’habitat et forge soient des éléments utiles et présents dans les exploitations paysannes –les exemples proches d Upie/Les Vignarets et de Chabrillan / Saint-Martin 1 le confirment–, les vestiges mis au jour à Bourbousson ne renvoient pas directement à une activité agraire. Or, le site étant totalement inclus dans l’emprise de la fouille, l’absence d’éléments évoquant une vocation agricole (enclos à bétail, fosses-silos...) semble correspondre à une réalité. Il n’est pas impossible que nous soyons en présence d’un établissement d’entretien et de réparation de l’outillage qui ne fonctionne pas pour lui-même, mais pour des exploitations environnantes qui restent à identifier. Cette hypothèse est renforcée par la situation des structures artisanales, directement en bordure de la route départementale 93 dont l’origine remonte, semble-t-il, à l’Antiquité et à laquelle elles sont reliées par un chemin d’accès, l’habitat se trouvant, quant à lui, légèrement en retrait.

  • 7 – Le château de Crest est édifié, au plus tard, au début du xiie s., peut-être dès le xie s. L’éven (...)

47Le mobilier céramique issu de la fouille semble indiquer que toutes les structures médiévales de Bourbousson appartiennent à un même ensemble qui connaît une durée de vie assez courte (xe-xie s.). Néanmoins, en l’état actuel de notre connaissance de la céramique régionale, il est difficile de l’affirmer et l’hypothèse de la contemporanéité des bâtiments repose davantage sur certaines similitudes observées dans leur mise en œuvre, leur orientation ou leur organisation. Quoi qu’il en soit, toutes les constructions du site sont abandonnées, avant leur destruction, dans le courant du xie s. Cet abandon prend place dans un contexte général d’abandon des sites de plaines au moment de l’incastellamentum, souvent reconnu par ailleurs dans l’occident médiéval et, récemment encore, sur le site voisin d’Upie/Les Vignarets. Dans le cas de Bourbousson, on peut se demander si l’abandon de l’établissement n’est pas lié à l’éloignement des sites consommateurs des produits de la forge, suite au regroupement de l’habitat autour des châteaux, peut-être eux-mêmes dotés de forges. Seules de nouvelles interventions permettant notamment de dater plus précisément la construction du château de Crest7 et de préciser le cadre microrégional dans lequel s’inscrit le site pourraient permettre de répondre à ces questions. Néanmoins, malgré les incertitudes qui subsistent quant à son statut, l’établissement Bourbousson 2 permet, associé aux autres sites mis au jour à proximité au cours de l’opération TGV, de fournir les premières données pour la période médiévale dans ce secteur de la vallée du Rhône dont on ignorait pratiquement tout jusqu’alors.

481997

Notes

1 – Ces vestiges se répartissent de part et d’autre de la RD93, sur une parcelle de 5,6 ha correspondant à l’emprise des travaux du TGV au lieu-dit Bourbousson. Ils ont donné lieu à trois opérations de fouilles : Bourbousson 1 (village du ve s. av. J.-C.) sous la direction de J.-M. Treffort, Bourbousson 2 (occupation médiévale) et Bourbousson 3 (occupation fin iie-ve s. ap. J.-C.) sous la direction de V. Bastard. Une cinquantaine de mètres au maximum séparent ces différents établissements. Les vestiges du Néolithique et du haut Moyen Âge ont été évalués, mais non fouillés.

2 – Cette hypothèse est renforcée par le fait que la RD93 et la limite des communes d’Eurre et de Crest reprennent l’orientation du cadastre B de Valence (NG 23° E). La RD93 est de plus implantée sur un decumanus de ce cadastre.

3 – Quelques aménagements périphériques aux bâtiments tout au plus peuvent se situer sous la RD93. En admettant que cette voie reprend un tracé ancien, cette extension du site vers le sud ne peut dépasser 1 ou 2 m.

4 – On connaît des exemples de fours implantés à proximité immédiate d’ateliers de métallurgie, et sans liens directs attestés avec ceux-ci (voir par exemple Maufras, Fabre 1998 : 213).

5 On rappellera également la récupération de ce niveau à l’intérieur des bâtiments 1 et 2.

6 – Le bâtiment 2 et la forge 3 n’ont quant à eux livré aucune couche de destruction conservée : les sols de la phase 2 sont directement scellés par une couche de colluvions.

7 – Le château de Crest est édifié, au plus tard, au début du xiie s., peut-être dès le xie s. L’éventualité qu’il existe un lien étroit entre l’abandon du site et cette construction n’est pas à exclure.

Table des illustrations

Légende FIG. 37 Crest/Bourbousson : localisation du site dans sa microrégion.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22978/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 38 Crest/Bourbousson 2 : plan général du site.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22978/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 39 Crest/Bourbousson 2 : plan d’ensemble du bâtiment nord-est, phases 1 et 2.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22978/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende FIG. 40 Crest/Bourbousson 2 : ensemble sud-ouest, plan général des structures de la phase 1.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22978/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende FIG. 41 Crest/Bourbousson 2 : ensemble sud-ouest, plan général des structures de la phase 2.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22978/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende FIG. 42 Crest/Bourbousson 2 : forge fait 3 : a plan ; b foyer 4, coupe AB ; c poteau 39, coupe CD.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22978/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende FIG. 43 Crest/Bourbousson : fosse St 26, plan et coupe.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22978/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 15k

Auteur

Archéologue, assistante d’études à l’Inrap

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search