Version classiqueVersion mobile

Habitats, nécropoles et paysages dans la moyenne et la basse vallée du Rhône (viie-xve s.)

 | 
Odile Maufras

Première partie. Les sites

Chapitre 3. L’établissement de l’an mille aux Vignarets (Upie, Drôme)

Jean-Marc Lurol

Texte intégral

3.1 Introduction

1Le site des Vignarets se trouve entre Valence et Crest, dans la partie nord-est de la commune d’Upie (Drôme), en limite de celles de Montmeyran et d’Ourches (fig. 35). Il est dans la plaine alluviale du Rhône, implanté dans une petite « cuvette » géographique qui se trouve à l’extrémité sud de la plaine valentinoise et qui est délimitée à l’est par le Vercors, au sud par le mont Miery et à l’ouest par de petits reliefs. Le terrain y observe une pente régulière (d’environ 3 %), il présente une altitude moyenne de 230 m NGF et se trouve drainé par un réseau de petits ruisseaux qui s’écoulent dans la direction O-NO : l’Ourches, la Loye, la Besantie, les Massonnes.

FIG. 35
Upie/Les Vignarets : localisation du site.

2L’habitat qui a été découvert est à proximité de l’un de ces cours d’eau, l’Ourches, qui le borde à quelques dizaines de mètres au nord. Il s’agit d’un établissement isolé, bâti et occupé pendant une courte période au cours des xe-xie s. Étendu sur quelque 300 m2, il se compose d’un bâtiment d’habitation et de quelques fosses qui constituent les seuls vestiges d’un site peut-être plus vaste : le secteur s’est trouvé largement dérasé lors de phases d’érosion du bas Moyen Âge et/ou de l’Époque moderne, et l’habitat a probablement perdu toutes traces de bâtiments annexes et d’aménagements de ses abords dont on ne peut restituer ni le nombre ni la nature. Un bâtiment d’habitation est conservé, avec une partie de ses sols et de ses structures intérieures, et notamment les vestiges d’une activité de forgeage : ces vestiges, associés à la nature de l’environnement, aident à la caractérisation du site.

3.2 Un paysage varié

3L’opération archéologique menée sur le site a concerné une surface d’environ 10 ha. Seul le secteur du bâtiment a fait l’objet d’un décapage extensif ; cependant la réalisation de nombreux sondages sur l’ensemble du périmètre a permis une observation large des abords par l’analyse des recouvrements (fig. 36).

FIG. 36
Upie/ Les Vignarets : plan d’ensemble du bâtiment et de ses abords.

4Un paléosol brun calcaire a été reconnu, principalement à l’est de la zone décapée où son extension a été observée sur de grandes surfaces, tandis qu’ailleurs l’érosion n’en a laissé que quelques traces. Sa formation fait suite à une période de pluies torrentielles marquée par une érosion des versants et des dépôts qui contiennent des débris de tuiles et des tessons de poterie arrachés à des sites antiques situés en amont (Lurol 2002). Cette formation débute avant l’installation de l’habitat médiéval et se prolonge durant son utilisation. Le sol, qui marque un épisode de stabilité de plusieurs décennies, voire de plusieurs siècles, porte les caractéristiques d’un couvert végétal qui laisse supposer l’existence de prairies probablement couvertes par endroits de bosquets d’arbres (cf. § 14.4.4). Parallèlement, la culture semble avoir été pratiquée. La découverte de semences carbonisées, en situation de rejet dans les comblements des fosses, montre que le blé nu et probablement le seigle et l’orge polystique vêtue étaient cultivés. Cette pratique n’a cependant pas été suffisamment intense pour entraîner l’érosion du versant et n’a laissé dans les sols que des indices ténus (cf. § 14.4.4). Elle a pu n’être pratiquée que sur de petites parcelles ou bien de manière temporaire, en rotation lâche. La forêt, quant à elle, n’est pas perçue par l’analyse sédimentaire des sols (cf. § 14.4.4). La présence d’une chênaie caducifoliée dans les environs du site est néanmoins perceptible au regard des bois retrouvés dans l’établissement (cf. chap. 15), mais son extension est difficile à estimer. Les bois ne dépassaient peut-être pas la taille de bosquets.

  • 1 – Une donation, antérieure à 965, du noble Sylvius à l’église Saint-Chaffre, mentionne l’existence (...)

5En outre, le paysage était pourvu de voies de circulation. Deux itinéraires sont connus. Le plus proche est un chemin probablement médiéval situé à environ 800 m à l’est du bâtiment, qui conduit du nord vers un passage à gué de la Drôme connu à une dizaine de kilomètres au sud1. Actuellement, cet axe sert de limite de commune entre Crest et Eurre et entre Upie et Vaunaveys. Le second est une voie antique, celle dite des Alpes, qui reliait Briançon à Valence. Cet axe s’est manifestement maintenu au cours du Moyen Âge.

3.3 L’établissement isolé des xe et xie siècles

6L’établissement des Vignarets est documenté par la découverte d’un grand bâtiment, mis au jour sur les 3 000 m2 de terrain qui ont fait l’objet d’un décapage archéologique extensif. La construction est édifiée selon la technique du sol excavé : elle conserve les soubassements de ses murs réalisés en moellons de calcaire et en galets (fig. 36), ainsi que le sol intérieur, en terre battue, matérialisé notamment par une couche d’occupation et des concentrations de tessons de céramique, de charbons de bois, des petits fragments de métal et des scories. Quelques aménagements internes sont préservés : trous de poteaux, foyers, fosses.

3.3.1 Les vestiges architecturaux

7Le bâtiment est vaste, il couvre plus de 100 m2, et observe un plan massif : un trapèze proche du carré, de 10,70 à 13,50 m de côté. Il est disposé de sorte que la façade la plus courte soit au nord, tandis que la plus longue ouvre au sud, et il présente dans l’angle nord-est une petite abside, saillante de 1 m sur le droit du mur nord (fig. 36).

8Le cloisonnement intérieur du bâtiment est régulier : deux murs de refend, bâtis selon une direction N-S, divisent la superficie interne sur toute la profondeur du bâtiment en un grand espace central trapézoïdal de 5,80 m de large environ, et deux espaces latéraux rectangulaires larges pour l’un de 2,50 m et pour l’autre de 2,30 m. L’espace occidental n’est pas cloisonné (pièce A), tandis que l’espace oriental est divisé en trois salles, respectivement de 10 m2 (pièce F, au sud), 8,75 m2 (E, au centre) et 3 m2 (D, au nord). Le volume central est également divisé, en deux pièces, l’une principale au nord de 31 m2 (pièce B, la plus vaste de l’ensemble), l’autre au sud (pièce C), dont on ne sait si elle était fermée, ou au contraire largement ouverte sur l’extérieur. De ce côté, le dérasement du terrain jusqu’à la base des fondations ne permet pas de restituer le tracé de la façade : murale ou bien interrompue par une large ouverture donnant accès à l’espace C. L’arasement des constructions n’a pas permis non plus la restitution de l’emplacement des baies ni celle des circulations.

9Le bâtiment a été construit sans fondation. Ses murs sont dressés directement sur le sol, sans tranchée d’ancrage, et c’est sans doute à la forme massive du plan et à la bonne cohésion du terrain que la construction doit sa stabilité. Des façades, des refends et des cloisons, seuls les soubassements sont partiellement conservés sur une à deux assises. Ils ont une largeur de 0,50 à 0,60 m et sont constitués d’un appareil hétérogène de galets et de moellons de calcaire, ébauchés ou grossièrement équarris, de taille variable et liés à un mortier de terre limono-argileuse. Les élévations étaient certainement composées d’une architecture mixte : les bases de murs en pierres devaient supporter, soit directement une élévation en terre, soit une sablière basse (en bois) sur laquelle reposait l’élévation. La technique de mise en œuvre pour les élévations n’est pas reconnue : terre crue, torchis ou pisé. Rien ne permet d’établir l’existence d’un étage, et les rares fragments de tuiles retrouvés sur le site ne suffisent pas à attester l’existence d’une couverture en terre cuite. Le couvrement pouvait être constitué de matériaux périssables.

10Le sol est conservé dans quatre des pièces du bâtiment : en lambeau au nord de la pièce occidentale (A) et dans la pièce du sud-est (F), sur une plus grande surface dans la pièce principale (B), et sur la quasi-totalité de l’espace méridional (C). Il s’agit partout d’un sol simple, en terre sablo-limoneuse battue et compacte. L’occupation du bâtiment lui a donné par endroits une structure feuilletée et une couleur brune à noire due à la présence de très nombreux fragments de charbons de bois millimétriques et de matériaux organiques. Ponctuellement, quelques tessons déposés ou écrasés à plat marquent clairement le niveau de circulation.

3.3.2 Des espaces d’habitation et un atelier

11La taille des pièces, la présence d’aménagements internes (foyers et fosses) et la nature du mobilier fragmenté retrouvé au sol permettent de proposer des affectations aux différentes pièces du bâtiment.

12La pièce la plus vaste (pièce B), bien que située au nord, constituait vraisemblablement une pièce à vivre, la salle commune.

13Elle est équipée de deux foyers, chacun aménagé au niveau du sol. Le plus grand, construit au nord à l’écart des murs, conserve une sole carrée de 1,10 m de côté faite d’un niveau de petits galets recouvert d’une chape de terre argileuse. Un empierrement et des fragments de terre rubéfiée délimitent le côté nord et peuvent être les témoins d’une paroi formant un contrecœur. L’âtre est ceinturé par des poteaux et piquets qui ont été fichés en terre contre les murs nord, est, et ouest de la salle, et sont distants du foyer de 0,40 à 1,30 m. Ces supports participent d’un aménagement dont la nature n’a pas été déterminée. Le deuxième foyer est moitié moins grand, il est rectangulaire et s’adosse au mur méridional de la pièce. Il est de facture plus sommaire, puisque simplement constitué d’une fosse peu profonde.

14Cinq fosses occupent l’espace : trois sont alignées à l’est du foyer principal et les deux autres sont disposées symétriquement devant le foyer secondaire. Elles sont peu profondes (0,30 m au maximum), et aucune n’a livré d’aménagement interne ni de comblement primaire, de sorte que l’on ne sait leur attribuer de fonction. Il ne semble pas s’agir de fosses de stockage alimentaire, mais d’aménagements indéterminés qui ne constituaient peut-être pas des trous au sol mais des calages à des superstructures. S’il est stratigraphiquement attesté que ces fosses sont contemporaines du bâtiment, rien n’indique qu’elles aient fonctionné toutes en même temps ou les unes à la suite des autres et dans quel ordre.

15La présence dans cette salle du foyer le plus vaste du bâtiment, laisse supposer que l’on est ici dans la pièce où se préparaient les repas, celle sans doute aussi où ils étaient consommés. Quand bien même les excavations du sol auraient fonctionné ensemble, il reste une surface libre suffisamment grande pour dresser une table, soit contre le mur occidental, soit au centre de la pièce, c’est-à-dire devant le point de chauffage que constitue également le foyer. L’espace ne semble cependant pas avoir offert un grand confort : le foyer principal est construit à l’écart du mur et ses fumées devaient envahir la pièce avant de s’échapper par une fenêtre dans le mur nord ou par un orifice dans le toit. Les fumées du foyer méridional devaient, quant à elles, s’extraire tant bien que mal, par une ouverture dans le mur sud qui donne sur un espace, si ce n’est fermé, au moins vraisemblablement couvert en appentis. Le probable mauvais tirage a sans doute limité l’utilisation de cette structure de chauffe que l’on croit volontiers secondaire.

16La pièce F, au sud-est du bâtiment, bénéficie d’une meilleure exposition. Elle est équipée d’un foyer aménagé au sol et de ce fait, probablement dévolue à des activités domestiques. Elle est plus petite que la précédente et l’on ne sait comment se répartissaient les activités entre l’une et l’autre.

17Le foyer est un aménagement simple disposé contre le mur occidental. Il présente une sole ovale de 0,65 sur 0,50 m et sur le côté opposé au mur il est fermé par une pierre disposée sur chant. Celle-ci correspond probablement à un support de broche ou de fers de soutien des pots.

18La salle occidentale (A), développée tout en longueur, ne contient pas d’aménagement spécifique permettant d’évoquer sa fonction. Elle n’abrite que deux fosses peu profondes percées pour un usage qui n’a pas été établi. Il en est de même pour les pièces du nord-est, D et E (cette dernière à peine conservée). Ici, l’étroitesse des lieux donne l’impression d’espaces d’entrepôt, de rangement d’outils. Cependant, pour cette fonction, la présence d’un mur en abside reste inexpliquée. Le volume D ne paraît pas correspondre à un four dans la mesure où aucune rubéfaction n’y a été observée, cependant le feu a pu y être pratiqué à un niveau plus élevé que le sol intérieur du bâtiment et toute trace en aurait été effacée par l’érosion du site.

19L’espace C est abrité par trois murs et sans doute également une toiture ; par contre, l’existence d’une façade le cloisonnant au sud n’est pas attestée. Il est probable que ce volume soit resté largement ouvert et aéré puisque deux foyers des pièces voisines B et F l’utilisaient pour l’évacuation de leurs fumées. Néanmoins, l’activité de forgeage qui y a été pratiquée s’exerce volontiers dans l’obscurité pour une meilleure perception des températures des métaux (cf. chap. 19) et dès lors, l’on est tenté de restituer une façade murale sur le quatrième côté de cet atelier.

20La surface intérieure atteint près de 20 m2 et l’activité artisanale s’y déroulait autour de deux foyers de forge circulaires aménagés en fosse. Le plus grand présente un diamètre de 1,00 m, le second un diamètre de 0,70 m. Les enclumes, probablement en pierre, autrefois associées à ces structures de chauffe, ne sont pas conservées. Elles occupaient peut-être l’emplacement de deux des fosses percées à proximité des foyers, fosses qui auraient servi à leur calage. Il n’y a pas trace non plus de l’emplacement des tuyères qui recevaient les soufflets pour activer les feux. Néanmoins le travail du métal est manifeste sur les lieux : le sol en terre et les comblements des quatre fosses de l’atelier sont riches en résidus métalliques : fragments de fer et scories. Les déchets de l’atelier ont été principalement rejetés sur place, mais il en a également été retrouvé dans les autres pièces du bâtiment et à l’extérieur. Près de 7 kg en ont été collectés qui témoignent de façonnage d’objets en fer et manifestement aussi de travaux de soudure (cf. chap. 19).

3.3.3 Des espaces extérieurs méconnus

21Il est difficile d’aborder la présentation des aménagements annexes au bâtiment d’habitation et de production du fait de leur très mauvaise conservation. Leur existence même n’est pas totalement certaine.

22En l’état (celui d’un site particulièrement râpé), le bâtiment paraît être quasiment le seul vestige de l’occupation. Un mur, appuyé perpendiculairement à sa façade septentrionale, signale la présence de remises sous appentis ou d’enclos bâtis de ce côté. Dans le même secteur, trois fosses peu profondes ont été comblées par des rejets provenant du bâtiment lui-même : débris de poterie de cuisine et résidus métalliques. Plus au nord, à une dizaine de mètres de la façade septentrionale, un mur a été construit selon une direction E-O pour limiter le site et le protéger des vents dominants. Ce sont là les seuls aménagements extérieurs, ou les seuls aménagements conservés. Les sols environnant la construction principale sont assez bien préservés à l’est, et de ce côté, l’absence de vestiges est révélatrice de l’absence d’aménagements complémentaires. Par contre, à l’ouest, l’érosion a largement endommagé les couches superficielles et a pu effacer des constructions qui –à l’image du bâtiment d’habitation et d’atelier– n’auraient pas été fondées. On ne peut donc confirmer l’absence de constructions complémentaires. En revanche, aucune structure de stockage n’a été retrouvée sur les 10 ha de terrain échantillonné : notamment aucun silo pour engranger semence et graines alimentaires. Ainsi, le site des Vignarets n’a pas de vocation céréalière attestée. Les cultures qui y ont été pratiquées devaient être limitées aux seuls besoins des habitants du site, ou ses produits conservés en greniers.

3.4 Culture matérielle et éléments de datation

  • 2 – Âge 14C conventionnel : 1208 ± 40 BP (en tenant compte d’un d13C estimé de -25 ‰ vs PDB). La date (...)
  • 3 – Âge 14C conventionnel : 1051±40 BP (en tenant compte d’un d13C estimé de -25 ‰ vs PDB). La date 1 (...)
  • 4 – Âge 14C conventionnel : 948±50 BP (en tenant compte d’un d14C estimé de -25 ‰ vs PDB). La date 14(...)

23Les sols, les comblements de fosses et les niveaux d’abandon du site des Vignarets ont fourni un mobilier céramique homogène de plusieurs centaines de tessons. Il s’agit des fragments de la vaisselle culinaire en usage sur le site au moment de son occupation : un lot de pots globulaires qui se caractérise par l’exclusivité de la céramique grise, l’abondance des fonds bombés et la présence de cruches à bec pincé. Ces éléments typologiques renvoient à la culture matérielle dauphinoise des xe-xie s., peut-être des environs de l’an mille (cf. chap. 21). Cette datation est confirmée par trois datations au radiocarbone pratiquées sur les charbons de bois de trois comblements : celui d’une fosse de l’atelier C (charbons de chêne à feuilles caduques, Quercus sp.), d’une fosse de la pièce D (charbons de chêne à feuilles caduques) et d’une fosse extérieure au bâtiment (charbons d’orme, Ulmus). Le premier comblement est probablement effectué pendant la période carolingienne (755-9002), le second et le troisième un peu plus tard, dans le courant des xe et xie s., peut être au début du xiie (935-10353 le deuxième et 995-11654 le troisième).

24Outre les résidus du forgeage pratiqué sur le site (cf. chap. 19), quelques objets métalliques ont été mis au jour qui font partie du domaine vestimentaire, du vêtement, du mobilier domestique et de l’outillage. Il s’agit d’une agrafe et d’une boucle, d’éléments de quincaillerie (un fragment de charnière et un clou), d’une lame de couteau et d’un burin (cf. chap. 22).

3.5 Conclusion

25L’habitat des Vignarets est installé sur une pente douce et bien drainée, à quelques centaines de mètres d’un cours d’eau, d’un chemin local et d’un itinéraire interrégional. En dépit de la proximité des voies de circulation, c’est un habitat isolé : il n’est pas intégré à un groupement d’établissements ruraux, mais semble fonctionner en relative autarcie pendant quelques décennies au cours des xe-xie s. Le bâtiment est vaste, il a pu abriter un groupe de plusieurs personnes : une demi-douzaine ou une dizaine d’individus, voire plus si l’on restitue un étage à la construction.

26Établissement rural médiéval, le site des Vignarets répond, bien évidemment, aux besoins d’une économie fondée sur l’exploitation du sol. Cependant, la nature précise de celle-ci est difficile à cerner. Les prairies, qui occupent dans les environs une place supposée importante, sont favorables à l’élevage, mais aucun autre indice n’atteste cette activité. Aucun abri à bestiaux n’a été découvert et les ossements animaux exhumés –peu nombreux et mal conservés– témoignent surtout de l’alimentation carnée des habitants (cf. chap. 17). Des céréales cultivées ont été consommées sur le site. Elles y ont sans doute été produites, cependant, l’absence de structures de stockage (grenier ou batterie de silos), si elle ne s’explique pas par l’érosion, révèle le caractère confiné des cultures. L’atelier de forge, d’autant plus actif qu’il est muni de deux foyers, a servi à l’entretien, à la réparation, voire au façonnage d’outils. Outils pour l’agriculture sans doute, outils pour les établissements voisins qui n’auraient pas leur propre forge, peut-être, voire aussi outils pour l’essartage, bien que la forêt paraisse ne plus avoir tenu de place importante dans le paysage depuis plusieurs siècles. À moins de considérer que la faible emprise des bois dans l’environnement est maintenue précisément par des défrichements, dont on connaît le renouveau pendant le haut Moyen Âge (Bonnassie 1990 : 23-34). L’établissement des Vignarets, suffisamment vaste pour accueillir une petite communauté d’ouvriers et leur famille, est peut-être l’habitat d’un groupe d’agriculteurs qui se réapproprie un espace après une période de déprise de l’occupation des campagnes que l’archéologie commence à cerner pendant la période carolingienne (Faure-Boucharlat 2001 : 33-34).

271997

Notes

1 – Une donation, antérieure à 965, du noble Sylvius à l’église Saint-Chaffre, mentionne l’existence d’un portus et des droits de péage qui y sont associés. Cette mention concerne le franchissement de la Drôme qui s’effectuait à gué au sud des Vignarets.

2 – Âge 14C conventionnel : 1208 ± 40 BP (en tenant compte d’un d13C estimé de -25 ‰ vs PDB). La date 14C calibrée est comprise entre cal AD 680 et cal AD 945 (courbe de calibration de Stuiver et Becker [1986]), avec une probabilité de 72,6 % que la date soit entre cal AD 755 et cal AD 900, de 18.4 % qu’elle soit entre cal AD 680 et cal AD 755 et de 6 % qu’elle soit entre cal AD 900 et cal AD 945.

3 – Âge 14C conventionnel : 1051±40 BP (en tenant compte d’un d13C estimé de -25 ‰ vs PDB). La date 14C calibrée est comprise entre cal AD 885 et cal AD 1150 (courbe de calibration de Stuiver et Becker [1986]), avec une probabilité de 72,7 % que la date soit entre cal AD 935 et cal AD 1035, de 22.4 % qu’elle soit entre cal AD 885 et cal AD 935 et de 2,8 % qu’elle soit entre cal AD 1035 et cal AD 1150.

4 – Âge 14C conventionnel : 948±50 BP (en tenant compte d’un d14C estimé de -25 ‰ vs PDB). La date 14C calibrée est comprise entre cal AD 995 et cal AD 1210 (courbe de calibration de Stuiver et Becker [1986]), avec une probabilité de 87,8 % que la date soit entre cal AD 955 et cal AD 1165 et de 8,9 % qu’elle soit entre cal AD 1165 et cal AD 1210.

Table des illustrations

Légende FIG. 35 Upie/Les Vignarets : localisation du site.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22968/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 36 Upie/ Les Vignarets : plan d’ensemble du bâtiment et de ses abords.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22968/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 115k

Auteur

Archéologue antiquiste, responsable d’opérations à l’Afan au moment des fouilles sur le tracé du TGV

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search