Version classiqueVersion mobile

Habitats, nécropoles et paysages dans la moyenne et la basse vallée du Rhône (viie-xve s.)

 | 
Odile Maufras

Première partie. Les sites

Chapitre 2. L’ensemble funéraire de Beaume (Châteauneuf-sur-lsère, Drôme) : caractérisation et hypothèses d’interprétation

Frédérique Blaizot et Sophie Martin-Dupont

Texte intégral

2.1 Introduction

1L’ensemble funéraire situé dans la cour d’un bâtiment de l’exploitation agricole de Beaume à Châteauneuf-sur-Isère, au milieu d’un paysage en cours de défrichement (cf. chap. 1), constitue une découverte surprenante en plein xiie-xiiie s. En effet, ce groupe, composé de vingt-quatre sépultures, n’est pas associé à un édifice religieux, alors qu’il se place à une époque à laquelle les morts sont inhumés en terre consacrée. Or, intercalé entre les différents niveaux de recharge de la cour, et scellé par les couches de l’occupation du xive s., il semble bien en relation avec le bâtiment, et ne saurait témoigner d’une installation ponctuelle sur un habitat abandonné. En ce sens, l’hypothèse d’un ensemble dit « de catastrophe », correspondant à la gestion hâtive d’une mortalité soudaine en masse qui pourrait être à l’origine de la création d’un espace funéraire distinct de celui utilisé de façon continue par la communauté, paraît peu plausible. Il convenait néanmoins de la vérifier, ainsi que d’envisager d’autres propositions orientées sur la détermination d’un groupe spécifique, défini par son appartenance à une collectivité sociale particulière (communauté religieuse, communauté non-chrétienne, etc.). L’étude archéo-anthropologique présentée ci-dessous a donc pour objectif de caractériser cet ensemble sépulcral, tant du point de vue des pratiques funéraires en usage que de celui de son recrutement, afin de proposer des éléments de réponse à ce phénomène pour le moins inhabituel.

2.1.1 Conditions de l’étude

  • 1 – On dispose d’un relevé au 1/5, de photographies verticales de détail et d’un enregistrement des c (...)

2L’étude d’un ensemble de vingt-quatre sépultures, dont vingt-deux furent exhumées, nous a été confiée par l’équipe archéologique qui en a réalisé la fouille et l’enregistrement. Le choix imposé aux fouilleurs d’abandonner l’ensemble sépulcral au profit d’une analyse exhaustive des structures domestiques, les a conduits à prélever quinze squelettes sans récolter aucune des données nécessaires à l’interprétation des types de tombe et des gestes funéraires ; seuls sept squelettes ont fait l’objet d’un enregistrement1. La définition des modes d’inhumation repose donc sur des données partielles, et sur l’analyse a posteriori des documents graphiques et photographiques. Mis à part les deux sépultures d’adultes laissées sur le site, l’ensemble funéraire est archéologiquement complet.

2.1.2 Organisation spatiale et stratigraphie

3Les fosses sépulcrales fonctionnent avec le niveau de cour des xiie-xiiie s. puisque certaines d’entre elles perforent ses différents niveaux de recharge tandis que d’autres sont scellées par les mêmes sols. Sept sépultures ne sont pas en relation archéologique avec la cour dont le sol est conservé de manière lacunaire (SP4a, SP4b, SP 15, SP30, SP31, SP36 et SP40) mais cinq d’entre elles peuvent être néanmoins d’une phase antérieure à l’occupation du xive s. (SP4a, SP4b, SP30, SP36 et SP40).

4Par commodité, les squelettes sont désignés par le numéro de la fosse sépulcrale.

FIG. 19
Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : plan de l’ensemble funéraire.

2

5À huit reprises des fosses présentent un contact physique. Quatre lots sont constitués de deux sépultures qui se recouvrent quasi exactement, un groupe de quatre rend compte du même phénomène, tandis que deux fois deux sépultures orientées quasi perpendiculairement se chevauchent. Dans un cas où deux sépultures se recouvrent, le squelette le plus ancien a été perturbé (SP31, fig. 20).

FIG. 20
Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : sépultures 31 et 15.

6Une contrainte matérielle est probablement à l’origine de ces phénomènes d’orientations diverses et de superpositions, les fosses étant en effet rassemblées sur une petite surface de la cour. L’hypothèse d’associations volontaires des individus dont les fosses sont superposées ne peut toutefois être écartée. Le cas isolé d’une perturbation due à l’installation d’une nouvelle sépulture n’est pas incompatible avec cette proposition ; ce remaniement traduirait plutôt la durée d’utilisation de cet espace pour inhumer qui fait que la situation exacte en profondeur de cette sépulture n’était pas connue.

2.2 Les modes d’inhumation

2.2.1 Définition des modes d’inhumation

7Des sept sépultures pour lesquelles nous disposons d’informations, trois recoupent le dernier niveau de la cour (US 47), et quatre ne sont en liaison archéologique avec aucun d’entre eux. Aucune ne provient de l’horizon antérieur au premier sol de la cour (US 80). Les sépultures étudiées rendent compte de modes funéraires peu variés.

8Tous les squelettes se présentent en décubitus dorsal, avec les avant-bras ramenés en avant de l’abdomen ou de la poitrine. Deux sujets s’écartent de ce modèle ; le squelette de la sépulture SP4b est disposé avec les avant-bras en extension parallèles à l’axe longitudinal du corps et celui de la sépulture SP30 a les genoux fléchis du côté droit (fig. 21, 22). Les limites de fosses ne sont pas lisibles dans tous les cas sauf un, et il n’existe aucun élément ayant pu participer à un aménagement. Seuls les phénomènes taphonomiques des squelettes permettent de restituer la morphologie des fosses et le mode d’inhumation.

FIG. 21
Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : sépulture 30.

FIG. 22
Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : sépulture 4b.

2.2.1.1 Fosses étroites « anthropomorphes » en gouttière (tombes en fosse)

9Six squelettes se caractérisent par une constriction latérale plus ou moins marquée. Celle-ci se traduit par la verticalisation des clavicules, par le pendage médial des scapulas, et par le maintien relatif des volumes, systématique sur le bassin. La contrainte affecte aussi les régions périphériques ; les humérus ont été maintenus en vue latérale, et les pieds se présentent soit dans le prolongement des jambes (SP16 : fig. 23) soit orientés vers l’intérieur (SP29 : fig. 24), alors qu’ils tombent naturellement vers l’extérieur pendant la décomposition. La fréquente dissymétrie observée sur les épaules, l’une étant décalée en hauteur par rapport à l’autre (SP4a, SP29, SP16 : fig. 23-25), relève de la même manifestation.

FIG. 23
Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : sépulture 16.

FIG. 24
Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : a sépulture 29 ; b profils longitudinal et transversal de la tombe.

FIG. 25
Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : sépulture 4a.

10Ces effets de contrainte ne rendent compte d’aucune délimitation linéaire ; les squelettes ont souvent les coudes écartés du corps (SP4a, SP15, SP31 : fig. 20, 25), et ceux-ci se trouvent décalés latéralement par rapport aux bords antérolatéraux des os coxaux. De même, les contraintes relevées sur les pieds se situent en dedans de celles des coxaux. Ces observations sont incompatibles avec l’hypothèse d’un contenant du corps de forme rectangulaire.

11En réalité, ce type de contraintes peut être assimilé à un effet de gouttière ; on remarque que les humérus sont surélevés par rapport à la face postérieure des vertèbres, puisqu’ils se trouvent généralement situés dix centimètres moins profondément que ces dernières. Ceci expliquerait l’orientation fréquente des coudes vers l’extérieur, qui se trouveraient plaqués contre la paroi oblique de la fosse. Cette restitution est confirmée par le profil réalisé de la fosse de la sépulture SP29 (fig. 24) dont les contours étaient lisibles. Dans le cas précis de la sépulture SP29, le squelette présente une contrainte sur son côté gauche uniquement, ce qui indique que le corps s’appuyait contre la paroi sud de la fosse.

12On a donc affaire à des dépôts pratiqués dans des fosses étroites à parois obliques. Les effets de contrainte constatés de part et d’autre des pieds traduisent un resserrement important de cette extrémité. Il est possible que le même phénomène affecte l’extrémité opposée, puisque les crânes sont généralement en vue antérieure dans le prolongement du rachis. Néanmoins, dans deux cas, le crâne est incliné en amont d’une épaule (SP30, SP4a : fig. 21, 25) ; bien que l’articulation entre le bloc crânio-facial et la première cervicale n’ait pas été observée, l’incurvation du rachis thoracique chez l’un (SP30 : fig. 21, impossible sur le vivant) montre là qu’il s’agit d’une position secondaire. Dans l’exemple de la sépulture SP4a, la présence de la calotte crânienne remaniée du squelette 4b en amont de l’épaule droite laisse envisager que le crâne de 4a a basculé sous la pression de celle-ci. L’extrémité de la fosse qui reçoit la tête n’était donc pas particulièrement resserrée dans ces deux cas.

13Le profil longitudinal des fosses peut être restitué par les cotes de profondeurs relevées sous les ossements. Généralement, le fond est plat ; cependant, dans les sépultures SP16 et SP30, le fond de la fosse remonte aux deux extrémités.

14Ces précisions sur la morphologie des fosses contribuent à réfuter incontestablement l’hypothèse d’un contenant du corps en matériau rigide. Il n’est par ailleurs pas possible d’envisager un dépôt à l’intérieur d’un contenant rigide à parois obliques ; outre les contraintes techniques qu’un tel dispositif sous-entend, compte tenu notamment du resserrement des extrémités, on suppose que, dans ce cas, les pièces périphériques comme les humérus ne seraient pas maintenues en équilibre instable contre les parois mais s’effondreraient. De même, les pressions latérales entraîneraient des perturbations sur les côtes, voire sur les os coxaux. En revanche, dans le cas où les parois sont constituées par le sédiment, les ossements parviennent à s’adapter aux contraintes parce que, la terre se ramollissant par les jus de décomposition, le squelette s’y enfonce sans résistance.

15La fosse a donc constitué le seul réceptacle du corps. Bien entendu, l’hypothèse d’une enveloppe souple peut être proposée. Elle reste néanmoins difficilement démontrable, les textiles étant supposés se décomposer généralement plus rapidement que les chairs ; d’autre part, les pressions exercées sur le corps pendant la décomposition sont dans nos exemples, prioritairement induites par la forme en gouttière de la fosse, et ne sauraient être imputées à un linceul. Ce sont des contraintes plus ponctuelles qui peuvent éventuellement se rapporter à une enveloppe souple ; à cet égard, le squelette de la sépulture SP16 semblerait représentatif de tels phénomènes (fig. 23). En effet, la position du coxal et du fémur gauches traduit une pression latérale, puisque le premier se présente en vue antéro-latérale et que le fémur a effectué une rotation interne ; cette contrainte s’étant produite en dedans du bord nord-est de la fosse et les deux fémurs se trouvant à la même cote de profondeur, il apparaît donc qu’elle n’est pas due au tassement du côté gauche du corps contre la paroi oblique de la fosse et à l’attraction du droit dans la gouttière. De plus, le genou gauche passe en partie sur le droit alors que le pied et l’extrémité distale de la jambe sont situés sous leurs contro-latéraux ; le maintien en connexion de la cheville et du pied indique que cette position particulière est celle du dépôt. L’hypothèse d’un élément ayant fortement contraint au moins la hanche gauche et les jambes peut ainsi dans ce cas précis être envisagée ; cette attitude « du crucifié » nous paraît, à la lumière d’autres exemples, être caractéristique d’une enveloppe souple (Blaizot 1996).

16Le milieu de décomposition –espace vide ou espace colmaté (Duday 1990)– reste difficile à interpréter. Si l’espace vide se démontre par la présence de pièces osseuses en dehors du volume initial du corps, l’argumentation d’une décomposition en espace colmaté n’est pas fondée sur l’absence de phénomènes caractéristiques d’un espace vide. Or, dans le cas d’une fosse en gouttière, les os n’effectuent généralement pas de mouvements vers l’extérieur, l’obliquité des parois les contraignant à migrer vers l’intérieur, donc dans l’espace même du volume du corps. Au mieux avons-nous alors l’image d’un colmatage différé, ce qui n’est en aucun cas le signe d’une évolution du cadavre au sein d’un espace vide. Les squelettes de Beaume se caractérisent par un très bon maintien des os en connexion anatomique, et cela même sur les pièces labiles. On notera par exemple la préservation de la main droite du squelette SP29 pourtant placée en situation instable sur l’avant-bras gauche. De même, lorsque les clavicules sont verticalisées, leur extrémité latérale ne remonte jamais en amont de l’épaule. Ces phénomènes ne peuvent pas attester indiscutablement une décomposition en espace colmaté pour la raison donnée ci-dessus, et aussi parce que la présence d’enveloppe souple peut être envisagée pour tous, bien qu’elle ne soit argumentée que pour l’un d’entre eux. On sait en effet que les tissus peuvent emprisonner les petits os et les empêcher de se déplacer (Roustide, Guillon 1987 : 36-40) ou ralentissent la putréfaction (Orfila, Lesueur 1831 : 337), ce qui pourrait expliquer des manifestations telles que le maintien de la main de SP29 (fig. 24). La plupart des squelettes présentent seulement des déplacements de faible amplitude dans le volume initial du cadavre affectant les pièces labiles (phalanges dans la moitié gauche de l’abdomen pour SP30, dans le pelvis pour SP4a : fig. 21, 25).

17Il n’est ainsi pas possible d’affirmer dans nos exemples, que les corps furent directement recouverts de terre après leur dépôt ou au contraire que la fosse possédait un système de couverture –en matière périssable– ménageant un espace vide.

2.2.1.2 Contenant en matière périssable

18Le squelette SP4b est le seul de la série à présenter des caractéristiques taphonomiques pouvant rendre compte d’un dépôt à l’intérieur d’un contenant en matière périssable (fig. 22). Il s’agit du squelette d’un adulte qui repose en décubitus, les membres supérieurs en extension dans l’axe du corps. Il offre un certain nombre d’effets de paroi illustrés par le maintien de chant des humérus, le décalage en hauteur de l’épaule droite par rapport à la gauche, par le maintien de l’avant-bras droit en situation instable – de chant. De même le fait que le radius gauche soit tombé en situation médiale et non pas latéralement à l’ulna, alors que l’avant-bras se trouvait au départ manifestement dans la même position que le droit, traduit un effet de paroi. La mise à plat des volumes est réalisée, particulièrement à droite où les côtes sont très ouvertes ; on constate que l’effondrement du coxal droit a entraîné la rotation externe de tout le membre inférieur. Le côté gauche rend compte d’une contrainte latérale ; d’une part, la scapula est de chant et l’humérus est situé moins profondément que le droit, et d’autre part, la mise à plat de l’hémi-thorax et du coxal est incomplète. Cette contrainte est également perceptible sur le pied gauche puisque le tarse est tombé vers l’intérieur, à savoir dans le sens inverse de la gravité.

19Malgré la quasi-absence de pièces situées en dehors du volume initial du cadavre –les seuls mouvements qui se sont produits hors du volume restent limités–, l’ensemble de ces phénomènes est compatible avec une décomposition en espace vide. Les effets de paroi reconnus sur le côté droit s’étant produits à distance du bord sud-ouest estimé de la fosse, les limites de cet espace doivent être distinguées de la structure excavée. Elles peuvent être assimilées aux parois rigides d’un contenant relativement ajusté au corps ; à l’intérieur, le cadavre a été placé en appui contre sa paroi nord-est, comme l’indiquent les effets de contraintes observés sur le côté gauche du corps.

20L’absence d’éléments d’assemblage conservés nous invite à envisager un coffre chevillé ou un coffrage de planches fabriqué dans la fosse.

2.2.2 Typochronologie des sépultures

21Les lignes qui suivent n’ont pas pour objectif de rechercher la date des sépultures puisque leur position stratigraphique permet de les situer sans aucun doute dans les xiie et xiiie s. Nous souhaitons plus particulièrement inscrire les types définis ci-dessus dans la typologie générale des tombes médiévales et en discuter certains aspects ambigus.

22La sépulture anthropomorphe désigne tout réceptacle possédant des aménagements destinés à conserver la forme du corps humain (Troncin 1987 : 160). À Beaume, elle est définie par une fosse étroite qui épouse la morphologie du corps en se resserrant aux deux extrémités et par un profil en gouttière du fait de l’obliquité des parois. Elle connaît de nombreuses variantes architecturales (Colardelle et al. 1996 : 289-293). Elle a d’abord été reconnue dans ses formes construites où elle est déterminée par sa seule forme en plan, rétrécie à la tête et aux pieds (Colardelle et al. 1996 : 289). En dalles courtes et épaisses ou encore en moellons de construction, elle possède fréquemment une logette céphalique. On la rencontre du xe au xiiie s. autour des édifices religieux. Entre les viiie et xiie s., des fosses de type anthropomorphe comportant une logette céphalique sont connues sous le terme de « sépultures rupestres » car elles sont creusées dans la roche dure (Colardelle et al. 1996 : 291). Certaines comportent un couvercle monolithe.

23Dans les cas qui nous occupent, la reconnaissance du profil en gouttière est un des apports principaux de l’anthropologie de terrain ; elle permet d’associer des types sous cette appellation, qui n’ont pas été a priori reconnus comme tels. On songera par exemple à ces problématiques « sépultures en pleine terre » –sous-entendu : le corps est directement couvert de terre–, dans la mesure où, comme on l’a vu plus haut, l’obliquité des parois et l’étroitesse de la fosse empêchent les ossements de se déplacer en dehors du volume initial du cadavre et donnent l’impression que le corps s’est décomposé en espace colmaté. Ainsi, certaines de ces « sépultures en pleine terre » (Colardelle et al. 1996 : 291) peuvent être assimilées à des fosses anthropomorphes lorsque, comme dans nos exemples, des effets de paroi reconnus de part et d’autre des pieds ou sur le crâne témoignent d’un rétrécissement des extrémités, et que des effets de gouttière rendent compte de parois obliques. Connues dès le ve s. en Languedoc et en Provence (Raynaud 1987 ; Carru et al. 1991 ; Colardelle et al. 1996), ces tombes sont surtout fréquentes à la période carolingienne tant dans le nord –où elles sont d’ailleurs appelées « anthropomorphes »– que dans le sud de la France (Durand 1988 : 163 ; Fréville, Journa 1994 : 96 ; cf. chap. 20). Des tombes en fosse plus tardives creusées dans le roc sont également mentionnées dans le Lunellois autour des xiie-xiiie s. (Colardelle et al. 1996 : 293), où elles se caractérisent par une forme rétrécie des extrémités, par une logette céphalique et par une couverture de lauzes. Pourrait-on à Beaume, envisager le même type creusé dans le lœss, avec le même système de fermeture mais cette fois en matériaux périssables ? Cette proposition nous paraît d’autant plus plausible que dans la typochronologie définie des sépultures de la région, ces « tombes rupestres tardives » sont supposées coexister avec des « sépultures en pleine terre » (Colardelle et al. 1996 : 293). Dans nos exemples de Beaume, il n’a pas été possible de reconnaître d’alvéole céphalique puisque la nature du sol ne permettait pas de lire les bords de fosse. Le maintien du crâne dans la plupart des cas en vue antérieure est compatible avec une telle hypothèse, mais un rétrécissement très accentué de l’extrémité qui reçoit la tête pourrait produire le même effet.

24Les contenants de bois non cloués restent relativement mal datés, parce que dans la plupart des cas où les méthodes de l’anthropologie de terrain ne sont pas mises en œuvre, ils sont confondus avec les « sépultures en pleine terre ». Dans le sud-est de la France, ils ont été ainsi ponctuellement identifiés entre les ive et ixe s. généralement lorsque du bois était conservé (Privati 1983 ; Raynaud 1987 ; Faure-Boucharlat, Ronco 1992 ; Colardelle et al. 1996 : 348). Ils semblent plus particulièrement fréquents dans la seconde moitié de l’Antiquité tardive et à l’époque mérovingienne, mais on en rencontre également aux xe et xie s. (site de Serris-les-Ruelles, Seine-et-Marne : Blaizot inédit). Sur un site stratifié d’Alsace fouillé récemment, des contenants non cloués coexistent avec les sépultures anthropomorphes dans un horizon daté des viiie et xie s., tandis qu’on en trouve de plus rares exemples dans la phase suivante attribuée aux xiie et xive s. (Blaizot et al. à paraître). D’autre part, nous avons pu, par les caractéristiques taphonomiques du squelette, mettre en évidence de tels réceptacles à des périodes aussi récentes en Rhône-Alpes (Baucheron et al. 1998 : 156). À Beaume, la sépulture SP4b est située entre deux fosses anthropomorphes, ce qui montre que ces deux types sont ici indiscutablement contemporains. Les effets de contraintes observés sur le squelette indiquent qu’il s’agit d’un contenant rectangulaire relativement ajusté au corps ; ses particularités technologiques –coffrage fabriqué in situ, coffre chevillé–, ne peuvent néanmoins être restituées.

2.3 Le recrutement de l’ensemble funéraire

2.3.1 Estimation du sexe des adultes

25L’estimation du sexe des adultes a été réalisée à partir de l’os coxal selon les méthodes préconisées par J. Bruzek (Bruzek 1991 ; Bruzek et al. 1996). Elles permettent un diagnostic beaucoup plus fiable que celles qui utilisent le bassin (Ferembach et al. 1979) dont la réussite est évaluée à 95 %. On rappellera que nous ne disposons actuellement d’aucune méthode pour estimer le sexe des sujets biologiquement immatures à l’aide du squelette.

26L’état de conservation des squelettes a permis d’estimer le sexe de seize adultes sur vingt et un (tabl. II). Nous obtenons dix hommes et six femmes, soit une population d’apparence déséquilibrée puisque dans tout groupe humain la répartition en hommes et en femmes est équivalente. Bien entendu, les femmes manquantes peuvent se trouver parmi les indéterminés et les deux squelettes qui n’ont pas été exhumés. Contrairement aux idées reçues, et comme l’a montré C. Masset (1973 : 102), il n’existe aucune raison particulière d’envisager que les os coxaux des sujets féminins se conservent moins bien que ceux des hommes –puisque la conservation est l’écueil principal à l’estimation du sexe dans notre série. Néanmoins, le grand nombre d’indéterminés ne permet pas d’envisager la différence obtenue dans les fréquences hommes/femmes, comme significative ; même en ne considérant que les seize adultes dont le sexe est connu, elle ne l’est pas (test du x2 : p = 48 %).

TABL. II
Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : estimation du sexe et de l’âge de chaque adulte au décès. Références bibliographiques : sexe Bruzek 1991 ; Bruzek et al. 1996 ; âge sutural Masset 1982 ; ilium Lovejoy et al. 1985a ; pubis Brooks, Suchey 1990 ; clavicule Szilvàssy 1980.

2.3.2 Estimation de l’âge au décès des adultes et des immatures

2.3.2.1 Introduction méthodologique

27La série se compose de vingt et un adultes et de trois immatures. La grande variété des méthodes utilisées pour l’estimation de l’âge au décès et l’inégalité de leur fiabilité, nous invitent à présenter et à argumenter celles que nous avons retenues ; ces difficultés excuseront cette présentation un peu longue.

28Il est très difficile d’approcher l’âge individuel au décès des adultes à partir du squelette. Les indicateurs que nous utilisons n’ont pas de coefficient de corrélation supérieur ou égal à 0,9, valeur qui représente le seuil minimum pour que l’âge estimé reflète l’âge réel (Bocquet-Appel, Masset 1977). Pour ce qui concerne par exemple les sutures crâniennes, il existe un certain nombre d’erreurs systématiques qui biaisent les résultats (Masset 1973 ; 1982). La plupart des autres méthodes, fondées sur certains caractères dégénératifs, présentent des intervalles de confiance beaucoup trop étendus pour que les résultats aient un sens, ou font appel à des critères dont l’appréciation reste largement subjective. De plus, la variabilité individuelle en matière de sénescence semble très importante, des sujets relativement jeunes pouvant présenter des caractères dégénératifs, comme l’ont montré des études réalisées sur des squelettes dont l’âge au décès était connu (Adam et al. 1992 : 60-61). On estime alors tout naturellement que les méthodes multivariées offrent plus de chances d’obtenir un résultat avoisinant la réalité (Lovejoy et al. 1985a), bien qu’en fait, toutes s’appuient sur un phénomène unique qui se traduit par un processus dynamique dont la progression est naturelle sur l’ensemble du squelette.

29Néanmoins, nous avons choisi de confronter plusieurs critères (tabl. II). Faute de moyens et compte tenu des dommages qu’elle entraîne sur les os, la méthode dite « complexe » des anthropologues tchèques a été écartée (Nemeskeri et al. 1960). L’état et l’usure dentaire, trop corrélés au régime alimentaire et au substrat héréditaire, n’ont pas été pris en compte non plus. Nous avons privilégié le degré d’oblitération des sutures crâniennes (Masset 1982), la surface symphysaire de l’os pubis (Brooks, Suchey 1990), celle de la zone auriculaire de l’ilium (Lovejoy et al. 1985b) et celle de l’extrémité sternale de la clavicule (Szilvàssy 1980). L’estimation tient compte de la tendance observée à partir de tous les critères, sachant qu’ils posent individuellement de nombreux problèmes méthodologiques ; on n’en donnera qu’un exemple, celui de la faible corrélation qu’offre la symphyse pubienne avec l’âge, compte tenu de la variabilité biologique qui augmente chez les sujets âgés et de la métamorphose accélérée qu’elle connaît chez la femme (Meindl, Lovejoy 1989).

30L’estimation de l’âge au décès à partir des sutures crâniennes peut être calculée de deux manières, chacune offrant une perspective différente (Masset 1982). La première –régressions polynomiales du second degré de « l’âge moyen » en fonction du degré d’oblitération des sutures crâniennes– a pour objectif d’estimer l’âge individuel au décès ; elle utilise d’une part les sutures internes et d’autre part les sutures externes –les premières évoluant moins vite– et permet d’approcher « l’âge moyen minimum » et « l’âge moyen maximum » de l’individu au moment de son décès. La seconde consiste à appliquer des vecteurs de probabilité au degré d’oblitération des sutures exocrâniennes et endocrâniennes à partir de tables construites à l’aide d’une population de référence standardisée ou dont l’espérance de vie à la naissance est connue. On obtient non pas l’âge individuel au décès mais la structure par âge de la population, qui confronte l’échantillon archéologique à une population théorique, la situation de chaque individu dans chaque classe d’âge n’étant pas réelle. Cette méthode nécessite un certain effectif afin que notre ensemble d’individus ne subisse pas une attraction par la population de référence. À Beaume, seuls quatorze sujets présentent suffisamment de segments suturaux pour pouvoir être utilisés, ce qui est relativement peu ; ce faible effectif nous conduit à introduire le paramètre de l’influence de la population théorique dans l’interprétation de nos résultats, comme on le verra ci-dessous.

31L’âge au décès des sujets immatures est estimé par l’identification des stades de croissance osseuse (longueurs diaphysaires et maturation : Birkner 1980) et par la maturation dentaire (tabl. III). Là encore, la variabilité individuelle en matière de croissance aboutit à une augmentation des intervalles de confiance, particulièrement dans les classes d’âge les plus âgées. D’autre part, la fiabilité des populations de référence n’est pas toujours assurée, et aucune n’utilise des critères qui soient corrélés entre eux. Nous avons utilisé les références actuellement considérées comme les moins mauvaises, celle de R.I. Sundick (1978) pour les longueurs diaphysaires, et celles de C.F.A. Moorrees, E.A. Fanning et E.E. Hunt (Moorrees et al. 1963a ; 1963b) et de I. Schour et M. Massler (1940) pour la maturation dentaire.

TABL. III
Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : estimation de l’âge au décès des sujets immatures à partir des stades de maturation dentaire (d’apr. Moorrees et al. 1963a ; 1963b ; Schour, Massler 1940) et osseuse, et de la croissance osseuse (d’apr. Sundick 1978 ; Birkner 1980). Répartition en classes d’âge en années révolues.

2.3.2.2 Résultats

32Les difficultés méthodologiques développées ci-dessus nous engagent à répartir les adultes en trois larges catégories (tabl. II) à l’intérieur desquelles les âges individuels ne sont pas exprimés en chiffres, mais selon leur appartenance à un stade de maturité : adultes jeunes (AJ : plus de 20 ans), adultes matures (AM : plus de 30 ans), adultes âgés (AA : plus de 50 ans).

33Les immatures sont répartis selon les classes d’âge quinquennales (années révolues) en usage en démographie historique (tabl. III). L’étendue des intervalles de confiance fait que certains squelettes peuvent appartenir à deux classes d’âge successives, comme dans le cas où l’âge dentaire serait estimé à 4 ans ± 6 mois (classes 1-4 ans ou 5-9 ans). Le petit nombre de sujets immatures (N = 3) ne permet pas de corriger la courbe démographique de l’échantillon (Sellier 1996).

34Les résultats des données individuelles sont surprenants et offrent là encore l’image d’une population déséquilibrée avec un nombre très important de sujets âgés et la présence de seulement trois immatures. Concernant ces derniers, on remarque en outre qu’il s’agit de sujets décédés dans la classe 10-14 ans –voire 15-19 ans puisque le doute subsiste pour SP45b– qui correspond à des âges où la mortalité est justement la plus faible dans n’importe quelle population.

35Malgré le faible effectif, nous avons tenté de calculer la structure par âge de la population et l’avons comparée à une population théorique de référence dont l’espérance de vie à la naissance est de 30 ans (Ledermann 1969) [fig. 26]. Nous avons utilisé pour cela les sutures endocrâniennes et les sutures exocrâniennes (Masset 1982). Comme nous l’avions prévu, le nombre insuffisant d’individus adultes aboutit à un écrasement de la courbe, les effectifs calculés pour chaque classe d’âge étant attirés par la population théorique ; par exemple, la surmortalité des classes les plus âgées apparaît moins flagrante ici qu’avec les données individuelles. Nous nous trouvons alors devant un double problème théorique qui se définit par l’approximation des méthodes d’estimation dans un cas, et par le sous-effectif de l’échantillon dans l’autre. Mis à part les classes d’âge 10-14 ou 15-19 ans, et parce que nous avons fait passer le sujet douteux dans la catégorie supérieure, nos résultats correspondent assez mal au schéma de mortalité d’une population dont l’espérance de vie à la naissance serait de 30 ans. La courbe de mortalité obtenue pour Beaume à partir des sutures endocrâniennes se situe bien en dessous de celle de la population de référence, même si l’on retient les valeurs les plus basses de cette dernière (fig. 26). Les quotients de mortalité calculés dans les classes 20-29, 30-39, 40-49 ans sont proches de ceux d’une population dont l’espérance de vie à la naissance varie entre 50 et 60 ans, et constituent des valeurs beaucoup trop optimistes pour une société médiévale. L’aberration est atteinte dans la classe suivante avec un quotient 10Q50 de 91 ‰ qui correspond à une espérance de vie à la naissance de 70 ans. Les résultats sont meilleurs, pour ce qui concerne la population adulte, avec les sutures exocrâniennes, ce qui est normal puisqu’elles permettent d’éviter la surreprésentation des classes adultes les plus jeunes ; toutefois, elles incluent un individu dans la classe 20-29 ans, alors qu’aucun indicateur de maturation osseuse (clavicules, symphyse pubienne) ne correspond à un décès avant 30 ans sur tous les squelettes de la série.

FIG. 26
Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : courbe des quotients de mortalité calculée pour une espérance de vie à la naissance de 30 ans, et comparaison avec celle d’une population de référence en tenant compte des intervalles de confiance.

36L’hypothèse implicite d’une population stationnaire nécessaire à la construction de la table de mortalité –où le taux de natalité est égal au taux de mortalité– est sans aucun doute irréaliste dans notre série qui apparaît profondément déséquilibrée du point de vue de la répartition des grandes catégories d’âges (adultes/immatures). Les résultats ne viennent que confirmer la spécificité du recrutement et laissent apparaître, malgré les difficultés méthodologiques, une deuxième spécialisation en faveur des classes adultes âgées.

2.4 Épidémiologie de la population

  • 2 – Nous tenons à remercier É. Crubézy (professeur d’anthropologie, université de Toulouse) de l’aide (...)

37La paléopathologie s’est longtemps attachée à décrire les maladies des populations anciennes et de ce fait seules les lésions « spectaculaires » étaient considérées. Aujourd’hui, cette discipline participe intégralement à la démarche archéo-anthropologique et contribue à caractériser la population étudiée dans une perspective épidémiologique et historique2. L’examen macroscopique des squelettes de Beaume a révélé une fréquence anormale de certaines pathologies. Ce phénomène, conjugué à d’autres caractères particuliers de la série –petit nombre de sujets inhumés, situation topographique inhabituelle de l’ensemble funéraire, recrutement anormal d’un point de vue démographique– nécessitait d’engager une étude paléopathologique pouvant aider à interpréter la nature de cette population ; nous souhaitions déterminer sur quels critères les individus furent réunis, s’ils appartenaient à un groupe social exerçant une activité spécifique, s’ils souffraient d’une maladie particulière, etc.

2.4.1 État dentaire

38Tous les maxillaires adultes observés présentent des signes de parodontopathie ; l’usure de la denture est fonction de l’âge. Les dépôts de tartre sont fréquents.

2.4.1.1 Les caries

39Sur 86 dents appartenant à huit individus de sexe masculin, 18 caries sont observées, soit 21 %, sept hommes ayant au moins une carie. Il s’agit essentiellement de molaires, puis de prémolaires, avec une incisive et une canine.

40Sur 70 dents appartenant à cinq individus de sexe féminin, 11 caries sont observées, soit 15,3 %, concernant huit molaires, une prémolaire, et deux incisives réparties sur quatre sujets.

2.4.1.2 Perte des dents ante mortem

41Sur treize sujets dont les maxillaires sont exploitables, onze ont perdu des dents ante mortem :

  • sept hommes ont perdu 58 dents, soit une moyenne de 8,3 dents perdues par homme ;

  • quatre femmes ont perdu 25 dents, soit une moyenne de 6,25 dents par femme.

42Il s’agit essentiellement de molaires, mais aussi de quatre prémolaires, deux incisives, une canine ; dans un cas le maxillaire supérieur est entièrement édenté, dans un autre, les quatre incisives et les deux canines mandibulaires sont tombées ante mortem. L’usure est généralement importante.

43Très peu d’agénésies dentaires ont été rencontrées.

2.4.2 Troubles de la croissance

2.4.2.1 Les indicateurs non spécifiques de stress

44Des indicateurs non spécifiques de stress, seules les hypoplasies linéaires de l’émail dentaire (HLÉD) ont été dénombrées ; les lignes de Harris n’ont pas fait l’objet d’une recherche : compte tenu des nombreuses modifications qu’elles subissent au cours de la vie de l’individu elles sont en effet considérées comme moins pertinentes. Aucun squelette n’est affecté par des cribra orbitalia, ne présente de déhiscence sur les vertèbres sacrées, ou n’a conservé sa suture métopique, caractères assimilés à des indicateurs de stress.

4583 % des adultes portent des HLÉD sur douze squelettes observables –la forte usure et la fréquence des chutes ante mortem ont limité nos observations– et un adolescent –qui constitue le seul sujet immature (classe 10-14) sur lequel elles ont pu être recherchées. Ce résultat semble élevé mais est compatible avec celui que présentent les séries médiévales et modernes généralement : Canac, 93 % (Crubézy et al. 1998 : 148), et Coïmbra, 72 % dont 83,5 % chez les adultes (Cunha 1995 : 185, 189). Il est impossible de comparer les fréquences suivant les sexes compte tenu de la taille de l’échantillon observable et du déséquilibre des effectifs respectifs –3 femmes pour 9 hommes sur lesquels les dents sont exploitables. Néanmoins deux hommes n’en portent aucune trace et deux autres n’en présentent qu’une seule. Sur l’adolescent, 20 marques ont été relevées alors que le plus grand nombre chez les adultes est de 12. Or, cet adolescent fait partie des deux sujets qui ont subi des stress avant l’âge de 6 mois –l’autre cas concerne le squelette 54 dont l’âge au décès et le sexe n’ont pu être estimés– ; la fréquence des atteintes et l’âge auquel elles se sont produites pourraient expliquer son décès prématuré (Crubézy et al. 1998 : 155). Mis à part ce cas, nous ne pouvons pas mettre en relation les marques de stress et l’âge au décès, tous les sujets étant très âgés. La plupart des individus ont eu des stress entre 1 et 4 ans (66,6 %) et 5 et 9 ans (75 %) [tables de Rose et al. 1985]. Comme on l’a vu seuls deux squelettes rendent compte de troubles entre 0 et 1 an dont l’adolescent qui porte 8 marques pour cette classe d’âge. On observe jusqu’à 6 marques par individu entre 1 et 4 ans et jusqu’à 7 entre 5 et 9 ans. Mais en moyenne, la fréquence des marques par squelette est supérieure dans la classe 1-4 ans que dans la suivante.

46L’interprétation de ces données n’est pas simple, d’une part à cause de la spécificité démographique de notre échantillon et d’autre part parce que nous ne savons pas très bien quelle valeur attribuer aux hypoplasies. Bien que la pertinence des HLÉD en tant qu’indicateur de stress ait été « validée » par de nombreuses études, il semble que non seulement leur occurrence soit polyfactorielle, mais qu’elle ne puisse pas de plus être mise systématiquement en relation avec des troubles nutritionnels ou des maladies (Neiburger 1990). À Beaume, les marques observées sur la classe d’âge 1-4 ans sont apparues entre 2 et 4 ans dans la majorité des cas, ce qui est en accord avec ce que l’on rencontre habituellement dans les populations préjennériennes (Goodman 1988). On interprète alors ce phénomène comme consécutif au sevrage des enfants (Crubézy et al. 1998 : 149-150). En revanche, la fréquence des HLÉD dans la classe 5-9 ans est plus étonnante puisque le système immunitaire se développe après 5 ans ; on remarquera en tout cas que ce sont les sujets qui ont connu des stress avant 4 ans qui en portent le plus dans cette classe d’âge, comme s’ils avaient été fragilisés.

2.4.2.2 Les nodules de Schmorl

47Encore autrement appelées « hernies intraspongieuses » du disque intervertébral dans le plateau vertébral sous ou sus-jacent lors de la croissance. Elles sont plus fréquentes chez les hommes.

48Essentiellement thoraciques, nous en avons dénombré onze répartis sur six individus : quatre hommes et deux femmes, tous matures. Certains auteurs ont invoqué le rôle de contraintes mécaniques ou, plus récemment une ostéoporose liée à des carences nutritionnelles. Ils peuvent être associés à des vertèbres cunéiformes en « tête de tortue » (ostéo-chondrose vertébrale) décrites également par Schmorl, avec ou sans épiphysite de croissance (détachement du coin antéro-supérieur du corps vertébral). Le diagnostic différentiel peut être malaisé avec un tassement vertébral. Il n’a pas été noté de dystrophie de croissance extra-rachidienne.

49Aucune lyse isthmique n’a été observée, mais la fréquente fragmentation des arcs postérieurs ne permet pas d’en éliminer l’existence. Pas de scoliose non plus, à tempérer par les mêmes remarques.

2.4.2.3 Épiphysiolyse de hanche

50Encore appelée « glissement épiphysaire fémoral supérieur ». Il s’agit d’une affection de l’adolescence, par glissement progressif du noyau épiphysaire par suite d’altération du cartilage de conjugaison. Elle se voit surtout chez les garçons de douze à quinze ans, parfois un traumatisme originel est retrouvé. La symptomatologie est progressive, avec douleur inguinale et du genou, boiterie, pour aboutir à une attitude vicieuse du membre inférieur en rotation externe et adduction (sujet 31 : fig. 27).

FIG. 27
Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : épiphysiolyse de la hanche, squelette 31.

2.4.3 Arthroses et phénomènes dégénératifs

51L’arthrose est une pathologie dégénérative du squelette se traduisant par une usure cartilagineuse, un remaniement osseux avec production d’excroissances périarticulaires. Seuls les stades évolués de la maladie laissent leur empreinte sur le squelette. Elle est corrélée à l’âge, mais aussi à des facteurs génétiques, métaboliques, et mécaniques. Elle peut être primitive ou secondaire à une autre cause (traumatisme).

52Il faut garder à l’esprit qu’une fréquence élevée de pathologie dégénérative dans un échantillon évoque avant tout une espérance de vie à vingt ans plus élevée (Crubézy et al. 1998).

2.4.3.1 Arthrose cervicale

53Classiquement, d’une extrême banalité à partir de 40 ans, la discarthrose prédomine sur les étages inférieurs, C5-C6 et C6-C7, se manifestant par un affaissement discal et une ostéophytose antérieure, accompagnée ou non d’une atteinte de l’arc postérieur, qui elle-même peut être isolée. L’uncarthrose est souvent associée. L’arthrose cervicale est souvent peu symptomatique. À l’inverse, elle peut se compliquer de névralgies cervico-brachiales extrêmement douloureuses avec déficit neurologique. L’arthrose interapophysaire postérieure intéresse surtout le segment supérieur : C2-C3, C3-C4.

54Six rachis, sur neuf rachis cervicaux exploitables dans notre étude, présentent des lésions cervicales dont deux évoluées :

  • quatre arthroses unciformes avec ou sans ostéophytose antérieure ;

  • une discopathie C3-C4, inhabituelle car un peu haute ;

  • le sujet 29 (fig. 28a, b) présente une atteinte corporéale et discale en cervical bas, mais une atteinte articulaire postérieure inhabituelle, un peu basse, de C3 à C5, mais surtout unilatérale, très évoluée, dont on peut penser qu’elle n’est pas primitive : cause traumatique ?

FIG. 28
Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : arthrose cervicale, squelette 29.

2.4.3.2 Arthrose thoracique

55La discarthrose dorsale est anatomiquement très fréquente, mais le plus souvent asymptomatique. Elle se traduit par des affaissements discaux et une ostéophytose antérolatérale, et contribue à la cyphose sénile. Les radiculalgies sont rares.

56Sur douze rachis examinables, huit présentent des signes d’arthrose, le plus souvent discrets (fig. 29).

FIG. 29
Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : arthrose thoracique, squelette 51.

57Le sujet 29 présente des lésions arthrosiques étagées plus importantes associées à une hyperostose, avec dégénérescence discale.

58Sur le sujet 50, la localisation antéro-latérale droite des lésions pourrait également faire discuter le diagnostic d’hyperostose, qui n’est pas confirmé par les radiographies.

2.4.3.3 Arthrose lombaire

59Les phénomènes dégénératifs concernent essentiellement les deux derniers espaces, L4-L5 et L5-S1. Ils sont très fréquents après trente ans, à l’origine de lumbagos aigus, de lombalgies chroniques, de sciatiques, plus rarement de paralysies. L’atteinte de l’arc postérieur est également fréquente, chez le sujet en hyperlordose à la sangle abdominale relâchée, ou encore conséquence d’une discopathie ; elle peut occasionner des sciatiques ou une symptomatologie de canal lombaire étroit.

60Sur treize rachis examinables, dix présentent des signes d’arthrose dont neuf modérés.

61Seul le sujet 50 a des lésions plus importantes, avec discopathie et atteinte des arcs postérieurs.

2.4.3.4 Ceinture scapulaire et membres supérieurs

62Nous n’avons pas observé d’arthrose de l’articulation gléno-humérale ou acromio-claviculaire, mais les sujets 15a et 16, un homme et une femme âgée présentent un remaniement des trochiters, comme on peut en voir dans les périarthrites scapulo-humérales, pathologie dégénérative de la coiffe des rotateurs en rapport avec le vieillissement et les contraintes mécaniques.

63Ces deux mêmes sujets présentent une atteinte sterno-claviculaire, la femme à droite sous forme d’un entésophyte de l’insertion du rhomboïde, l’homme à gauche sous forme arthrosique. Dans la littérature médicale, l’arthrose sterno-claviculaire s’observe préférentiellement chez la femme, assez souvent dans les suites d’une périarthrite scapulo-humérale enraidissante, c’est-à-dire avec limitation des mouvements de l’épaule.

FIG. 30
Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : arthrose du coude, squelette 29.


64Sachant que les squelettes des mains sont très lacunaires, les phalanges étant la plupart du temps absentes, trois sujets présentent de discrets signes d’arthrose au niveau des mains, deux hommes et une femme, cette dernière présentant une fusion congénitale du semi-lunaire et du pisiforme.

2.4.3.5 Ceinture pelvienne et membres inférieurs

65Le sujet 31 présente un remaniement des sacro-iliaques probablement dû à une boiterie engendrée par une épiphysiolyse de la tête fémorale droite, avec arthrose réactionnelle fémoro-patellaire du genou (fig. 31). L’arthrose fémoro-rotulienne est très fréquente après quarante ans, surtout chez la femme. Elle est presque toujours externe.

FIG. 31
Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : arthrose fémoro-patellaire, squelette 31.

66Deux sujets, l’homme 15a et la femme 38 présentent des ostéophytes évoquant une arthrose débutante de la hanche, bilatérale dans le premier cas, cotyloïdienne inférieure gauche dans le second. Il n’y a pas de polissage articulaire, ces lésions pouvant être le simple fait du vieillissement. Ces arthroses de hanche s’observent en général après quarante ans, fréquentes dans les deux sexes. Dans la moitié des cas elles sont primitives, dans l’autre moitié elles sont associées à une dysmorphie de hanche.

67Les squelettes des pieds sont également très lacunaires.

68Un sujet masculin présente un ostéophyte du talus, témoin d’une arthrose sous-astragalienne séquelle d’un traumatisme (entorse) ou d’un trouble statique (pied plat valgus), et un autre (féminin) une ossification de la gouttière des péron niers latéraux d’un côté associée à des lésions d’arthrose modérée des métatarso-phalangiennes.

69Un trouble statique du pied peut être évoqué chez le sujet 41.

2.4.4 La maladie hyperostosante et les enthésopathies

70La maladie hyperostosante se développe aux dépens des enthèses, ou jonction tendino-osseuse, indépendamment de toute atteinte articulaire. Sa physiopathologie est mal connue, des étiologies métaboliques et mécaniques sont évoquées. Elle augmente avec l’âge, et est inconstamment symptomatique. Elle est à distinguer des maladies du groupe des spondylarthropathies. Sa fréquence actuelle est de 3 à 6 %.

71Le sujet 29 présente des lésions rachidiennes très évocatrices de DISH (diffuse idioputhic squeletal hyperostosis), sans entésopathie périphérique.

72Des enthésopathies isolées peuvent être observées indépendamment d’une maladie hyperostosique, témoignant parfois d’une hypersollicitation mécanique. Ainsi, des calcifications des ligaments jaunes ont été notées deux fois dans notre série. On ne leur attribue pas en médecine de valeur pathologique particulière. Il n’a pas été observé d’enthésopathie du ligament surépineux.

73Ont été comptabilisées par ailleurs les enthésopathies suivantes : une ischiatique, une symphysaire, une sur le grand trochanter, deux concernant la ligne âpre, dix rotuliennes symétriques, une sur la tubérosité tibiale antérieure, une péronière inférieure, sept calcanéennes postérieures, une cubitale gauche (côté droit incomplet). Elles se répartissent chez douze individus.

74Parmi ces individus, un DISH ne peut être éliminé dans deux cas où le rachis dorsal est manquant.

2.4.5 Pathologie traumatique

2.4.5.1 Tassements vertébraux

75Les tassements vertébraux sont une pathologie relativement courante à l’époque actuelle. Chez la femme, ils surviennent dans le cadre d’une ostéoporose post-ménopausique ; chez l’homme, ils sont le plus souvent traumatiques, à l’occasion de chocs violents, tels que chute d’un lieu élevé, chute de cheval, ou encore peuvent être favorisés par alcool, tabac, prédispositions génétiques. Dans les deux sexes, ils peuvent être consécutifs à une pathologie tumorale. Ils déterminent dans tous les cas des troubles de la statique rachidienne, cyphose dorsale, anomalies de courbure du rachis cervical ou lombaire.

76Cinq sujets présentent peut-être des tassements vertébraux, trois femmes et deux hommes. La femme no 4b a une vertèbre thoracique dont le plateau supérieur est affaissé, mais présente également une fracture de la diaphyse fémorale témoignant d’un traumatisme violent. La femme no 31 a deux tassements vertébraux certains en T10 et L1 d’allure ostéoporotique. La femme no 51 a un tassement de T12 d’allure porotique. L’individu no 29 a deux vertèbres légèrement cunéiformes, compatibles avec des tassements modérés. L’individu no 50 a une vertèbre thoracique basse également modérément tassée mais s’y associe un arrachement du petit trochanter.

77En résumé, deux des femmes pourraient avoir souffert d’ostéoporose, la troisième a manifestement subi un traumatisme violent. L’un des deux hommes a également subi un traumatisme lombo-pelvien.

2.4.5.2 Autres traumatismes

78Une fracture de la clavicule, chez une femme (no 31) ostéoporotique : ces fractures sont très banales, débutant dès l’enfance, occasionnées par une chute avec réception sur le membre supérieur.

  • 3 – PASH : périarthrite scapulo-humérale, c’est-à-dire la tendinite de l’épaule. Il s’agit d’une atte (...)

79Deux fractures du poignet, chez deux femmes, dont l’une (no 4b) a subi un traumatisme violent et l’autre, souffre d’une PASH bilatérale3 avec arthrose sterno-claviculaire droite (no 16). Les fractures du poignet sont aussi très banales et favorisées par l’ostéoporose.

80Une fracture de la diaphyse fémorale (no 4b) est toujours le fait d’un traumatisme violent et entraîne souvent une importante spoliation sanguine (fig. 32).

FIG. 32
Chàteauneuf-sur-Isère/Beaume : fracture du fémur, squelette 4b.

81Un arrachement du petit trochanter (no 50) témoigne également d’un traumatisme violent (fig. 33).

FIG. 33
Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : arrachement du petit trochanter, squelette 50.

82La série présente donc un total de 12 lésions fracturaires réparties chez six individus, quatre femmes et deux hommes.

2.4.6 Pathologie infectieuse

83L’étude des ossements ne fournit qu’un reflet lointain et inexact de la pathologie infectieuse d’une population. Parmi les individus de Beaume, deux sont suspectés d’avoir une pathologie infectieuse.

84Le sujet féminin no 51 présente en thoracique moyen deux arcs postérieurs soudés, dont le faible espacement est en faveur de l’effondrement du disque intervertébral. L’hypothèse d’un tassement n’expliquerait pas l’ankylose des arcs postérieurs qui a priori est le fait des pathologies infectieuses ou inflammatoires. L’aspect fortement destructeur est compatible avec un mal de Pott.

85Le sujet féminin no 48 présente une fusion T12-L1, dont se détache en paravertébral gauche une poche calcifiée qui solidarise L2 sans atteinte discale, évoquant fortement un abcès paravertébral (fig. 34). Ces abcès étaient fréquents dans la tuberculose, mais on retiendra à l’encontre de ce diagnostic la faible destruction du disque intervertébral et l’absence d’angulation. Il peut s’agir d’autres germes pathogènes ayant un tropisme ostéo-articulaire. Ce sujet présente également des lacunes de la table interne du crâne d’environ 1 cm de diamètre, associées à de plus petites lacunes à l’emportepièce. Ces lésions endocrâniennes sont également présentes sur les sujets 42 et 49.

FIG. 34
Chàteauneuf-sur-Isère/Beaume : mal de Pott sur la charnière dorso-lombaire, squelette 48.

2.4.7 Autres pathologies

86L’aspect particulièrement épaissi du crâne du sujet masculin 41 évoque la maladie de Paget. Cette maladie dont la cause est inconnue, est caractérisée par l’épaississement, la déformation et l’hypervascularisation osseuse. La radiologie ne retrouve cependant pas l’aspect vermoulu du crâne, lié à une vascularisation importante, et les autres atteintes sont absentes : déformation du bassin, coxopathie, déformation des os, agrandissement des vertèbres.

87Le sujet 42 présente sur une vertèbre thoracique un syndesmophyte ou ostéophyte très vertical, très évocateur de spondylarthropathie. Le terme de spondylarthropathie regroupe un ensemble de pathologies inflammatoires ayant pour cibles l’articulation, l’enthèse, et un terrain génétique caractérisé par la présence de l’antigène tissulaire HLA B27.

2.4.8 Synthèse

88La fréquence des manifestations arthrosiques même mineures évoque une population essentiellement d’âge mûr conformément à ce qu’a montré l’étude paléodémographique. Deux femmes ont une boiterie de hanche, et au moins un tassement vertébral. Deux autres femmes présentent les stigmates d’une éventuelle pathologie infectieuse rachidienne, l’une en thoracique, l’autre à la charnière dorso-lombaire. Les atteintes dégénératives sur les vertèbres sont nombreuses, puisqu’elles concernent 66,6 % des sujets pour le rachis cervical, 66 % pour les vertèbres thoraciques et 77 % pour les lombaires. Ces valeurs dépassent nettement celles qui sont rencontrées généralement dans les populations médiévales où, bien qu’elles représentent l’une des pathologies les plus fréquentes, elles ne dépassent pas 30 % (Pàlfy 1997 : 107). Il importe tout de même de préciser ici pour ce qui concerne les lésions arthrosiques, que l’interaction entre les arthropathies dégénératives et les hyperostoses idiopathiques diffuses du squelette (les ostéo-arthrites périphériques comme ici l’arthrose du coude et la périarthrite scapulo-humérale) rend délicate la distinction des modifications pathologiques qui relèvent de l’une ou de l’autre (Maat et al. 1995 : 290).

89Par ailleurs, six individus ont souffert de fractures. On notera que leur nombre est considérable dans un échantillon aussi petit. Les études réalisées pour l’instant sur des échantillons médiévaux n’ont jamais montré que les individus de cette époque menaient un mode de vie qui les exposait spécialement aux traumatismes (Maat et al. 1995 : 295). On obtient habituellement un résultat variant entre 6 et 13 % alors qu’il atteint 28 % des adultes à Beaume avec six cas dont douze lésions –il est de 20 % dans une population de guerriers hongrois du xe s. (Pàlfy 1997 : 125). Très souvent, les pathologies traumatiques affectent plus les hommes que les femmes, ce qui n’est pas le cas à Beaume.

90Il convient alors ici de séparer les pathologies qui relèvent de la spécificité de la population (population vieillissante) de celles qui sont dues à des maladies ou à des accidents.

91La multiplicité des facteurs qui déterminent les fractures rend leur interprétation difficile. Certaines sont banales, comme celles des poignets et de la clavicule. La fracture du poignet, comme celle du col du fémur et les tassements vertébraux surviennent fréquemment chez la femme âgée en raison de l’ostéoporose qui la frappe après la ménopause. De même, l’arthrose fémoro-rotulienne est souvent rencontrée chez les vieilles femmes. L’étude récente d’une population médiévale anglaise (xie-xvie s.) comparée à une population actuelle a montré qu’il existe un lien significatif entre l’indice cortical bas et le nombre de fractures typiques des sujets âgés (Mays 1996). Les fractures les plus précoces touchent plus volontiers l’os trabéculaire tandis qu’elles surviennent plus tardivement sur l’os compact ; à Beaume, les fractures du poignet ou celles de la clavicule chez une femme ostéoporotique vont dans le sens d’une population très âgée si les deux phénomènes sont liés. Toutefois, si les fractures du poignet sont fréquentes chez les femmes âgées, elles ne se rencontrent pas uniquement dans ce contexte, en tout cas moins que la fracture du bassin (Mays 1996 : 152). Le critère véritablement pertinent de l’ostéoporose post-ménopausique, outre le volume trabéculaire non estimé ici, reste la fréquence des tassements vertébraux. Les fractures observées à Beaume chez les femmes présentant des tassements vertébraux pourraient alors éventuellement être mises en relation avec l’ostéoporose, mis à part la fracture du fémur sur le sujet 4b. Dans ces cas, il s’agirait donc peut-être de pathologies liées à l’âge avancé des sujets.

92D’autres lésions traumatiques témoignent en revanche d’activités ou d’accidents violents ; par exemple l’arrachement du petit trochanter (SP50 : qui nécessite un mouvement d’une certaine amplitude) ou la fracture observée sur le fémur droit du squelette 4b, ou encore les tassements vertébraux chez les hommes. La fracture du fémur est particulièrement spectaculaire et correspond dans notre société actuelle à ce que l’on rencontre chez des accidentés de la route ; la personne a probablement effectué une chute importante depuis un endroit élevé.

93Aucune fracture ne témoigne d’une activité spécifique qu’aurait pu pratiquer la population. De même, les enthésopathies relevées ne soulignent pas une occupation particulière, comme c’est d’ailleurs souvent le cas puisque celles-ci peuvent survenir sans sollicitation spéciale de la région anatomique considérée et donc avoir diverses origines (Lagier 1996 : 200). Elles s’y rapportent éventuellement et uniquement lorsqu’elles sont asymétriques. L’arthrose observée au niveau du coude droit du squelette 29 constitue l’unique altération pouvant traduire une contrainte mécanique répétitive ; les Anglais la nomment parfois atlatl elbow parce qu’elle est typique de l’utilisation d’un propulseur dans la population esquimaude (Pàlfy 1997 : 135-137) et dans ce cas, elle aboutit comme ici à une atteinte unilatérale du côté dominant. On l’interprète aussi comme consécutive à certains travaux manuels, tels que le maniement de la hache ou de la faux (Crubézy et al. 1998 : 118). Néanmoins, il s’agit à Beaume du seul exemple de la série et son facteur primaire peut aussi bien être microtraumatique.

94De même il est difficile de déterminer l’influence du mode de vie dans l’apparition de l’ostéoporose. L’étude réalisée par S.A. Mays (1996 : 150) a montré que les femmes médiévales présentent les mêmes caractéristiques –indice cortical bas et fréquence des fractures– que les femmes modernes, alors que les causes extrinsèques de l’ostéoporose généralement invoquées (déficit en calcium, en vitamine D, sédentarité, abus d’alcool et de tabac) concerneraient a priori moins la population rurale ancienne que l’échantillon urbain récent de référence. À Beaume, aucune trace de déficit en vitamine D n’est mise en évidence –ostéomalacie par exemple. Cependant, une autre étude a révélé une rareté de l’ostéoporose au Moyen Âge par rapport à l’époque actuelle (Baud, Kramar 1994), dont la manifestation à notre époque est interprétée comme le résultat d’une baisse de l’activité physique. Il nous paraît quoi qu’il en soit, hasardeux de prétendre interpréter les remaniements liés à l’ostéoporose post-ménopausique dans notre série comme révélateurs d’un mode de vie précis.

95Quelques pathologies ne peuvent pas être discutées dans le sens où elles ne semblent pas représentatives de notre série, comme la tuberculose et les troubles de la croissance. Un cas certain de tuberculose a été relevé (mal de Port de SP51) tandis qu’un autre peut être envisagé (SP48) ; un mal de Pott peut en effet être associé à une tuberculose pulmonaire. Le sujet SP48 a vécu assez longtemps pour calcifier son abcès et a même pu guérir spontanément ; au moment où il est mort, il n’était plus contagieux pour l’entourage. Les conditions dans lesquelles se développe le bacille de cette maladie restent controversées actuellement (mauvais état sanitaire général, contact avec les bovidés si l’atteinte est de forme bovine). L’étiologie du nodule de Schmorl, qui concerne six sujets de la série, est aussi mal connue ; bien qu’il soit supposé être influencé par des facteurs mécaniques, il peut aussi survenir dans le cas d’une ostéoporose juvénile (Crubézy et al. 1998 : 109-110).

96L’état sanitaire de la population de Beaume apparaît médiocre ; toutefois, cette remarque doit être pondérée par le fait qu’il s’agit d’une population vieillie. On pourrait même renverser la proposition et parler d’un état sanitaire relativement bon puisque ces individus ont pu atteindre un âge avancé, ce qui est l’indice d’une espérance de vie allongée (d’une espérance de vie à 20 ans plus élevée : Crubézy et al. 1998 : 117), malgré les pathologies infectieuses et traumatiques d’origine accidentelle dont certains ont été victimes –la fracture du fémur aurait pu être létale. L’étude des hypoplasies linéaires de l’émail dentaire montre que les individus de Beaume ont une fréquence de stress équivalente à celle que l’on rencontre habituellement dans les populations non industrialisées ; de même, l’âge auquel ces stress se sont majoritairement produits entre dans l’âge moyen le plus fréquent (2-4 ans). On note toutefois un grand nombre d’atteintes dans la classe d’âge suivante (5-9 ans), ce qui est moins banal et constituerait les seules manifestations de mauvaises conditions générales de vie.

97Aucune intervention médicale n’a été constatée sur les ossements présentant des pathologies traumatiques, comme c’est souvent le cas dans les séries médiévales. Cependant, on connaît des sites où les fractures ont été réduites (Buchet, Pilet 1984 ; Crubézy et al. 1998 : 178).

98La série se caractérise donc par une forte proportion de sujets âgés, comme en témoigne la fréquence des pathologies dégénératives et des traumatismes liés à la sénescence. Il faut se représenter des sujets partiellement handicapés, voûtés et boitillants pour beaucoup d’entre eux ; trois femmes boitent (16 : immobilisation des tendons des péroniers latéraux, 4b : tiers supérieur du fémur droit consolidé en baïonnette, 31 : épiphysiolyse sur la tête fémorale droite) ainsi qu’un homme (50 : défaut de stabilité d’origine musculaire). Cinq sont voûtés (4b, 31, 51, 29, 50) et beaucoup souffrent d’arthrose. Deux ont eu un traumatisme violent dont la cause ne peut être déterminée exactement (chute ?) mais aucune des lésions enregistrées ne peut être mise en relation avec un comportement particulier. En ce sens, l’étude paléopathologique ne fournit aucune information sur les occupations qui furent celles de ces individus durant leur vie. Elle permet en revanche de mieux caractériser la population, et souligne de manière plus précise la spécificité de son recrutement mise en évidence par l’étude paléodémographique.

2.5 Discussion

99La série présente des modes d’inhumation compatibles avec la datation proposée par d’autres critères. Le type de tombe en usage correspond cependant au modèle le plus simple parmi ceux répandus entre les xiie et xive s. ; le plan anthropomorphe n’est marqué que par le creusement de la fosse et non par des aménagements de pierres, et s’il a existé une couverture elle n’a laissé aucune trace ce qui, compte tenu du recouvrement dès le xive s. du niveau sépulcral, indiquerait que cette absence est due à sa nature en matériau périssable et non pas à divers remaniements ultérieurs.

100Le recrutement de l’ensemble funéraire, abordé ici par la distribution par sexe et par âge des individus et par la paléopathologie, met en évidence un certain nombre de particularités. La population est déséquilibrée d’un point de vue de la répartition des classes d’âge, puisqu’on observe une « surmortalité » des adultes âgés. Plus exactement, les classes immatures ne sont représentées que par trois sujets décédés après 10 ans et les adultes sont systématiquement âgés de plus de 30-40 ans. Ces résultats sont en totale contradiction, non seulement avec ce que l’on connaît de la mortalité des populations non industrialisées, mais aussi avec le simple bon sens ; elles doivent être mises sur le compte d’une sélection sociale opérée dans le recrutement funéraire.

101La question est alors de savoir si ce tri est le fait de la population inhumante sur l’ensemble des représentants d’une communauté plus large (les autres sont enterrés ailleurs et on aurait ici le « négatif » –les exclus) ou s’il rend compte de la composition de la microsociété qui vivait sur le site ; or, le site n’ayant pas été fouillé exhaustivement, il reste difficile d’y répondre. Toutefois, il faut bien souligner que la structure « démographique » de Beaume ne correspond en aucun cas à celle d’une population viable dans le sens où elle est condamnée à s’éteindre de par la présence exclusive de vieillards et d’adolescents. D’ailleurs, s’il s’agit de la totalité de la communauté vivante, l’absence totale d’enfants prouve qu’elle ne se reproduisait pas, et la relative courte période durant laquelle ce cimetière a été utilisé en témoigne également. Toutes les catégories définies par le sexe et l’âge ont manifestement coexisté ; les femmes, les adolescents et les hommes ne sont pas distingués par leur regroupement respectif dans un secteur de l’espace d’inhumation, ni par leur situation stratigraphique, puisqu’aucune catégorie n’est placée systématiquement en base ou en sommet de « couche » dans les zones les plus denses.

102L’étude paléopathologique, en révélant des anomalies propres à cette série, a contribué à poser la question d’une autre manière. Elle fait apparaître un échantillon caractérisé par des pathologies invalidantes dont la plupart sont liées à l’âge avancé des individus, tandis que d’autres sont la conséquence de traumatismes sévères survenus plus tôt. Or, dans ces derniers cas, aucune pathologie ne révèle des activités particulières partagées par les membres de cette communauté. Ces divers traumatismes pourraient donc être antérieurs au recrutement.

103Bien que nous ne disposions pas d’arguments pour envisager la spécialisation du recrutement funéraire, la bizarrerie du choix qui serait alors effectué entre les sujets, en regard de ce que l’on observe dans les ensembles funéraires médiévaux, nous conduit à rejeter cette hypothèse. En effet, ce sont généralement les très jeunes enfants qui sont absents des grands cimetières communautaires, que le phénomène soit mis sur le compte d’une conservation sélective (Guy, Masset 1997) ou sur celui d’une ségrégation sociale (Masset, Sellier 1990 ; Henrion 1997 ; etc.) ; cette « exclusion » ne concerne jamais les adolescents ni les vieillards dont l’habituelle faible représentation est due pour les premiers à des réalités démographiques et pour les seconds à des défauts des méthodes d’estimation. Comment pouvons-nous alors interpréter cet ensemble funéraire ? On a vu que sa situation en dehors du cimetière paroissial, constitue tout d’abord un événement exceptionnel dans la période chronologique considérée.

104Si l’on privilégie la proposition que l’ensemble des inhumés reflète un groupe homogène qui vivait seul ou non sur le site, ses caractéristiques ne sont pas compatibles avec l’idée d’une population née et vieillie sur place. La population enterrée à Beaume, contemporaine d’un bâtiment, ne correspond en aucun cas au modèle d’une population naturelle. L’hypothèse d’un groupe non chrétien (juifs) peut donc être écartée, d’autant plus que l’édifice religieux pourrait se trouver hors des limites de l’emprise de la surface fouillée, les morts pouvant être associés à l’église sans lui être accolés.

105On ne manquera pas surtout de s’étonner du non-renouvellement de la population ; s’agit-il alors d’un ensemble spécialisé qui a vieilli de cette façon, ou la spécialisation n’est-elle pas plutôt dans le regroupement de gens âgés et handicapés ? Dans le premier cas, on songera bien sûr à un groupe religieux puisque l’étude des archives nous apprend que seules les communautés religieuses pouvaient posséder leur propre cimetière ; les ordres hospitalier et templier présents dans la région se caractérisant par une mixité du fait des fonctions exercées et ayant le droit d’inhumer leurs proches dans leurs domaines, l’hypothèse d’un groupe de ce type peut être retenue pour interpréter cet ensemble funéraire. Seule la fréquence de pathologies traumatiques, dont certaines sont violentes, nous semble en désaccord avec ce genre de population, et on envisagerait alors plus facilement que l’ensemble funéraire renferme des personnes accueillies par une éventuelle communauté religieuse. Si cette dernière a le droit d’inhumer des laïcs, il n’est pas impossible qu’ils soient placés indépendamment de l’espace funéraire réservé aux religieux. Il est important en effet de ne point confondre la population inhumée, sur laquelle nous avons raisonné, de la population vivant dans l’habitat, qui peut être beaucoup plus large ; en d’autres termes, il n’est pas exclu que l’ensemble funéraire comprenne des individus qui ont été distingués pour une raison sociale précise, du reste de la communauté, dont ils représenteraient un échantillon. L’étude paléopathologique permet d’orienter plutôt l’interprétation des résultats paléo-démographiques dans le sens d’une communauté qui se serait constituée alors que les sujets étaient déjà âgés. Nous conclurons donc que l’ensemble funéraire de Beaume regroupe une population « artificielle » de gens réunis sur des critères qui peuvent être l’âge et l’invalidité partielle. La présence des adolescents n’est pas totalement aberrante dans un tel contexte ; il est probable que ces individus n’étaient pas considérés comme « immatures » dans la société médiévale, de la même manière qu’au haut Moyen Âge où la majorité juridique varie suivant les siècles entre 12 et 15 ans (Alduc-Le-Bagousse 1994 : 32). Avaient-ils un rôle d’assistance quotidienne envers ces vieillards ?

106Les spécificités, tant démographiques que pathologiques, des squelettes de Beaume, rappellent celles de la population exhumée dans l’abbaye de Moncel, dans l’Oise (xiiie-xvie s.) [Pereira et al. 1989] ; la répartition sexuelle est hétérogène, et les individus présentent une forte proportion de maladies invalidantes de la posture et de la locomotion. Les auteurs concluent à un rôle d’accueil de l’établissement monastique, à une sorte de « maison de retraite » (Pereira et al. 1989 : 153-154). Si une telle proposition peut être retenue pour Beaume, ce n’est qu’à l’état d’hypothèse, dans la mesure où l’investigation de surface ne touche pas l’ensemble du site ; « l’enfermement » stricto sensu se rapportant à une pratique plus récente que les xiie-xiiie s., il s’agirait dans ce cas, à notre connaissance, du premier exemple archéologique attesté pour le plein Moyen Âge.

1071998

Annexes

Annexe 1. Étude paléopathologique de l’ensemble funéraire : catalogue

Squelette 4a

Il s’agit d’un individu de sexe masculin appartenant à une classe d’âge supérieure à 30 ans.

Le crâne est partiellement fragmenté ; deux dents mandibulaires sont présentes (deuxième et troisième molaires) et sont très abrasées. Dix dents sont tombées ante mortem, dont les incisives et les canines mandibulaires. La parodontose et le tartre sont présents.

Le rachis cervical est incomplet, on observe une arthrose unciforme sur deux vertèbres adjacentes.

Au niveau du rachis dorsal existent de discrets signes d’arthrose, avec deux nodules de Schmorl se présentant comme des déhiscences des plateaux vertébraux, sans tassement, et un aspect poreux des plateaux supérieurs.

Le rachis lombaire est sans particularité, hormis une lombalisation de la première vertèbre sacrée sans valeur pathologique.

Les radiographies du rachis dorsal confirment l’ostéophytose modérée.

Ceinture scapulaire et membres supérieurs : des signes discrets d’arthrose sont observés au niveau des mains.

En ce qui concerne la ceinture pelvienne et les membres inférieurs on décrit des enthésopathies rotuliennes et une ostéophytose postérieure de l’astragale à droite. On décrit également des enthésopathies calcanéennes postérieures bilatérales et symétriques.

Au total, un individu de sexe masculin, probablement âgé de plus de quarante ans, du fait de lésions arthrosiques modérées diffuses, présentant une édentation mandibulaire antérieure et des enthésopathies des membres inférieurs.

Squelette 4b

Il s’agit d’un individu de sexe féminin, de classe d’âge supérieure à trente ans.

Le crâne est fragmenté. Il n’y a que cinq dents présentes dont quatre incertaines quant à leur position. On note trois dents perdues ante mortem : deux premières molaires et une troisième molaire mandibulaires. Sur les cinq dents présentes, trois sont cariées.

Le rachis cervical est incomplet.

Le rachis dorsal est mal conservé, les corps vertébraux sont altérés, les arcs postérieurs détruits. Une ostéophytose marginale est cependant observable, témoignant d’un phénomène arthrosique discret mais présent. Une déhiscence circonscrite d’un plateau supérieur fait penser à un nodule de Schmorl mais la mauvaise conservation ne permet pas d’éliminer un tassement vertébral.

Le rachis lombaire est également mal conservé avec arcs postérieurs détruits.

Au niveau de la ceinture scapulaire et des membres supérieurs, on décrit à droite une fracture du tiers proximal de l’ulna droite, consolidée en varus, un remaniement post-fracturaire distal du radius, la fracture n’ayant pas été réduite, avec arthrose post-traumatique importante, donnant un avant-bras dévié en dedans.

Ceinture pelvienne et membres inférieurs : le fémur droit a été fracturé dans son tiers supérieur, et consolidé sans réduction, en baïonnette, entraînant un raccourcissement conséquent de ce membre d’au moins cinq centimètres (fig. 32). Ces fractures diaphysaires fémorales sont souvent le résultat d’un traumatisme violent, pouvant occasionner une perte de sang importante. Le tibia gauche présente une courbure antéropost peu marquée dans sa moitié proximale, pouvant évoquer un phénomène de compensation au côté droit raccourci.

En conséquence, une femme âgée de plus de trente ans, présentant au moins trois fractures avec un possible tassement vertébral. L’une de ces fractures (fémur), survenue à l’occasion d’un choc violent, a dû imposer une immobilisation prolongée de plusieurs semaines, et a pu mettre en jeu le pronostic vital ; elle a été consolidée sans réduction, entraînant une boiterie. La fracture homolatérale du poignet peut avoir été concomitante, de même le tassement vertébral s’il existe.

Squelette 15

Il s’agit d’un individu de sexe masculin, de classe d’âge supérieure à trente ans.

Le crâne est sans particularité (aspect lacunaire de la table interne). Six dents sont tombées ante mortem, trois molaires maxillaires supérieures, deux deuxièmes et une troisième, et trois molaires mandibulaires, deux premières et une deuxième.

Cinq dents sont manquantes. Parmi les 21 dents présentes, la parodontose est importante, ainsi que le tartre, et quatre dents sont cariées : première et troisième molaires supérieures gauches, deuxième prémolaire et une molaire supérieure droite.

Le rachis cervical est sans particularité.

Le rachis dorsal ne présente pas de nodule de Schmorl ; il existe des calcifications du ligament jaune.

Le rachis lombaire est le siège d’une arthrose interapophysaire postérieure avec ostéophytose marginale des plateaux.

On observe au niveau de la ceinture scapulaire un aspect hypertrophique de l’articulation sterno-claviculaire gauche avec élargissement de la surface articulaire claviculaire et débord ostéophytique, évoquant un processus arthrosique. Les trochiters sont remaniés. Il existe un cubitus valgus bilatéral dont l’origine peut être congénitale. Les os du carpe paraissent géodiques, et une rizarthrose débutante est observée.

Ceinture pelvienne et membres inférieurs : on remarque un entésophyte de l’ischion droit, des enthésopathies de la ligne âpre à gauche, les rotules ont un aspect peigné, il y a une enthésopathie calcanéenne droite, le gauche étant absent. Il existe de plus, un ostéophyte inférieur du cotyle à gauche et du pôle inférieur de la tête fémorale à droite.

Au total, un homme probablement de plus de quarante ans, avec une arthrose sterno-claviculaire gauche, des stigmates de périarthrite d’épaule bilatérale, une rizarthrose, une arthrose lombaire, une arthrose débutante des deux hanches, et des enthésopathies plus marquées sur le squelette des membres inférieurs. Par ailleurs, un mauvais état dentaire.

Squelette 16

La diagnose sexuelle est incertaine ; selon Crubézy et Bruzeck, il s’agirait d’une femme âgée nullipare.

Le crâne est sans particularité. Quatre dents ont été perdues ante mortem. Deux incisives sont manquantes de même que trois dents de sagesse agénésiques, la quatrième étant présente. Sur les vingt-trois dents restantes, la parodontose est présente, deux incisives sont cassées, une molaire est cariée, on peut observer des hypoplasies de l’émail dentaire.

Le rachis cervical est le siège d’une arthrose unciforme étagée banale en C4 C5 C6 sans altération des plateaux ou des arcs postérieurs avec discrète ostéophytose corporéale antérieure.

Rachis dorsal et lombaire sont altérés. Cependant on peut noter une calcification des ligaments jaunes, et une ostéophytose marginale latérale droite en D7 D8.

Ceinture scapulaire et membres supérieurs : il existe un élargissement de l’extrémité interne de la clavicule droite avec entésophyte de l’insertion du rhomboïde. L’extrémité supérieure des deux humérus est altérée, témoignant d’une pathologie dégénérative bilatérale de la coiffe des rotateurs, avec remaniement du trochiter et de la gouttière bicipitale. Au niveau des avant-bras existe une déformation modérée évoquant un cal osseux du tiers inférieur de l’ulna droite, sans anomalie du radius homolatéral.

Ceinture pelvienne et membres inférieurs sont le siège d’enthésopathies, des lignes âpres, de la face antérieure de la rotule droite (gauche absente), de la tubérosité tibiale antérieure droite, calcanéennes postérieures ; existe également une excroissance à la face externe du calcanéum droit, très proéminente, en regard du passage des tendons des péroniers latéraux, muscles nécessaires à l’éversion du pied. Des lésions d’arthrose diffuse concernent le métatarse.

Au total, polyarthrose des épaules, du rachis cervical et dorsal, du métatarse, et enthésopathies multiples, chez une femme âgée avec un antécédent de fracture du poignet.

Squelette 29

Il s’agit d’un homme, de tranche d’âge supérieure à trente ans.

Le crâne est fragmenté, incomplet. Il y a une agénésie des troisièmes molaires. Sept dents sont tombées ante mortem, dont cinq molaires, deux premières supérieures et trois inférieures et deux deuxièmes prémolaires, une supérieure et une inférieure. Deux dents sont absentes. Sur les dix-neuf dents restantes, la parodontose est importante, il existe des hypoplasies de l’émail dentaire, on note que la première prémolaire supérieure gauche et la deuxième prémolaire supérieure droite sont cariées ; la première molaire supérieure gauche est extrêmement altérée, réduite à l’état de « chicot ».

Le rachis cervical est le siège d’un important remaniement arthrosique : –corporéal de C5 à C7 avec ostéophytose antéro-latérale droite en C6-C7 et géodes en miroir des plateaux articulaires correspondants (fig. 28) ;– articulaire postérieur : les lésions sont localisées sur le côté droit, allant de C3 à C5, le remaniement prédominant en C4-C5, avec éburnation, ostéophytose congruente de l’articulation élargie et anfractueuse.

Le rachis dorsal est également pathologique : de T4 à T7 existe une ostéophytose antéro-latérale droite, en T7-T8 une ostéophytose congruente en flamme de bougie se continuant par un pont osseux reliant T8 à T10 sans fusion interapophysaire postérieure, le tout réalisant un aspect de maladie hyperostosante, confirmé par la radiographie. Les vertèbres T7 et T11 ont un aspect en tête de tortue pouvant correspondre à des tassements vertébraux peu importants. Les plateaux sont dégénératifs à partir de la cinquième vertèbre thoracique (manque T1).

Les vertèbres lombaires L1, L4 et L5 présentent des plateaux déhiscents pouvant correspondre à des nodules de Schmorl ; par ailleurs, une ostéophytose marginale est présente à tous les niveaux.

Ceinture scapulaire et membres supérieurs : on décrit une arthrose du coude droit, présente mais moins marquée à gauche (fig. 30).

Ceinture pelvienne et membres inférieurs : il existe une périostose tibiale bilatérale.

Au total, il s’agit d’un homme âgé, pouvant avoir plus de cinquante ans, souffrant d’une maladie hyperostosique, associée à des lésions arthrosiques conséquentes, en cervical où leur latéralisation peut évoquer un traumatisme causal, et sur le coude droit. Par ailleurs, deux tassements vertébraux dorsaux sont possibles.

Squelette 30

Il s’agit d’un individu immature, de la classe d’âge 10-15 ans.

Le crâne est sans anomalie. Les dents présentes ne sont pas cariées, une dent de lait est présente (molaire).

Le squelette post-crânien ne présente pas d’anomalie notable.

Au total, un ou une adolescente, sans pathologie objectivable.

Squelette 31

Il s’agit d’une femme adulte de classe d’âge supérieure à trente ans.

Le crâne est sans particularité. Quinze dents ont été perdues ante mortem. Quatre dents sont manquantes. Les treize dents restantes présentent une parodontose, du tartre, et curieusement, pas de caries. Ceci aboutit à un aspect partiellement édenté.

Le rachis cervical présente une arthrose unciforme étagée, banale, accentuée à l’étage C5-C6 et à un moindre degré en C6-C7 avec ostéophytose antérieure. L’ostéophytose s’étend en dorsal, plus marquée de T8 à T10 où elle revêt un aspect antérieur affronté. À cet étage sont individualisables au moins deux tassements vertébraux en T10 et L1 avec une arthrose lombaire modérée.

Ceinture scapulaire et membres supérieurs : on décrit une fracture de la jonction tiers moyen – tiers externe de la clavicule droite consolidée.

Au niveau du carpe gauche existe une fusion congénitale du semi-lunaire et du pisiforme. On décrit également une facette d’usure sur la face palmaire de l’épiphyse distale du premier métacarpien gauche et une dégénérescence proximale de la première phalange.

Ceinture pelvienne et membres inférieurs : les articulations sacro-iliaques sont inhabituellement remaniées. La tête fémorale droite a perdu sa sphéricité, et basculé, secondairement à une épiphysiolyse probable (fig. 27), avec en aval une arthrose du genou attestée par une éburnation du condyle externe et de la facette postéro-externe de la rotule (fig. 31) ; cette arthrose prédominant sur le compartiment fémoro-patellaire est réactionnelle à l’épiphysiolyse. On décrit enfin une entésopathie calcanéenne postérieure gauche.

Il s’agit donc d’une femme âgée, partiellement édentée, porteuse d’une fracture de la clavicule consolidée, d’une épiphysiolyse de la tête fémorale droite avec arthrose fémoro-patellaire sous-jacente, d’une arthrose rachidienne étagée, et de deux tassements vertébraux pouvant être en rapport avec une ostéoporose de la femme en post-ménopause.

Squelette 36

Il s’agit d’un homme mature de classe d’âge supérieure à trente ans.

Le rachis lombaire, très lacunaire, est très fragmenté. Sur les fragments observables, on peut évoquer une arthrose interapophysaire postérieure.

Le reste du squelette présent est sans anomalie.

Au total un homme adulte, peut-être lombarthrosique.

Squelette 38

Il s’agit d’une femme adulte, de classe d’âge supérieure à trente ans.

Le crâne est fragmenté. Trois molaires supérieures ont été perdues ante mortem. Deux dents sont manquantes. Sur les vingt-sept dents restantes, la première et la deuxième molaire inférieure gauche sont cariées sur la face externe du collet, la première prémolaire supérieure gauche est partiellement détruite, la deuxième molaire supérieure gauche est cariée.

Le rachis cervical est sans particularité. Le rachis dorsal est manquant. En lombaire existe une ostéophytose de L1, gauche, en flamme de bougie.

Ceinture scapulaire et membres supérieurs ne présentent pas d’anomalie.

Ceinture pelvienne et membres inférieurs : il existe une amorce d’ostéophytose inférieure du cotyle gauche. Les fémurs présentent une incurvation à concavité postérieure. On décrit également une entésopathie calcanéenne postérieure gauche, le droit étant absent.

Au total, une femme âgée de plus de quarante ans, avec un mauvais état dentaire et des lésions d’arthrose lombaire.

Squelette 39

Il s’agit d’un individu de sexe masculin, de classe d’âge supérieure à trente ans.

Le crâne fragmenté est très incomplet. Deux dents ont été perdues ante mortem. Sur les sept dents présentes, une molaire inférieure est entièrement cariée. On note un condyle gracile et dégénératif.

Le rachis cervical est pratiquement manquant, à l’exception de l’axis qui est normal. L’une des six vertèbres thoraciques conservées présente un affaissement d’un plateau supérieur pouvant correspondre à un nodule de SchmorL Une ostéophytose discrète est discernable sur le rachis lombaire.

Ceinture scapulaire et membres supérieurs sont incomplets et sans particularité.

Ceinture pelvienne et membres inférieurs également.

Au total, il s’agit d’un homme adulte, ne présentant pas de pathologie évidente sur les pièces osseuses présentes.

Squelette 41

Il s’agit d’un individu masculin mature, de classe d’âge supérieure à trente ans.

Le crâne est fragmenté ; la voûte présente est épaissie, dense, avec homogénéisation du diploé, surtout dans la partie médiane, de part et d’autre de la suture sagittale où elle atteint 1,15 cm. Il n’y a pas d’aspect poreux ou criblé. Le maxillaire supérieur est complètement édenté. Sur la mandibule, quatre molaires sont tombées ante mortem. Une troisième molaire présente est cariée. Une incisive est cassée. Les autres dents sont absentes.

Le rachis cervical est très peu représenté. Les corps vertébraux thoraciques sont fragmentés. On peut décrire une ostéophytose affrontée en T8-T9.

Ceinture scapulaire et membres supérieurs sont normaux, les mains étant absentes.

Ceinture pelvienne et membres inférieurs : la rotule présente a un aspect peigné ; le sustentaculum tali a un aspect évasé évoquant un trouble statique de l’arrière-pied.

Il s’agit d’un homme adulte, en grande partie édenté, avec une arthrose dorsale. L’épaississement de la voûte crânienne peut suggérer un processus pagétique, sans autre lésion osseuse évocatrice de cette pathologie.

Squelette 42

Il s’agit d’un homme mature, de classe d’âge supérieure à trente ans.

À la face interne du crâne, la corticale pariéto-occipitale est altérée sous forme de lacunes d’environ un centimètre de diamètre, au nombre de neuf. On détaille également des lacunes frontales, plus petites, de deux à quatre millimètres de diamètre, à l’emporte-pièce.

Sur les huis dents présentes, on note cinq caries dont un « chicot ».

Le rachis est plurifragmentaire, avec un aspect de syndesmophyte très vertical sur une vertèbre thoracique.

Ceinture scapulaire et membres supérieurs : un entésophyte cubital est noté à gauche.

Ceinture pelvienne et membres inférieurs sont sans anomalie.

Au total un homme de plus de trente ans, avec des lacunes endocrâniennes non étiquetées, et un syndesmophyte thoracique qui pourrait être le témoin d’une spondylarthropathie débutante ou avérée.

Squelette 44

Ce squelette est trop fragmenté pour estimer le sexe et l’âge. Sur ce squelette lacunaire, on peut simplement noter un entésophyte péronier.

Squelette 45a

Il s’agit d’un individu mature, de sexe masculin, de classe d’âge supérieure à trente ans.

On note des enthésopathies du grand trochanter droit, et de la face postérieure des deux calcanéus.

Squelette 45b

Il s’agit d’un individu immature, de sexe indéterminé, très lacunaire, sans particularité sur les segments observés.

Squelette 47

Il s’agit d’un individu immature, de sexe indéterminé, très lacunaire, sans particularité sur les segments observés.

Au total, quatre individus très lacunaires, dont deux adolescents ou adolescentes, un homme adulte, et un adulte indéterminé, sans pathologie identifiable.

Squelette 48

Il s’agit d’une femme d’âge adulte, de classe d’âge supérieure à trente ans.

Le crâne présente, comme celui du sujet 42 des images lacunaires de la table interne, au nombre de six environ, associées à de plus petites lacunes à l’emporte-pièce. Sur deux dents présentes, une molaire est complètement cariée.

Au niveau du rachis cervical, existent des altérations des plateaux de C3 et C4, en regard, pouvant témoigner d’un processus dégénératif.

Le rachis dorsal est fragmenté, mais on peut distinguer deux aspects évocateurs de nodules de Schmorl, et trois vertèbres ostéophytiques. La douzième thoracique, cunéiforme avec un plateau supérieur déhiscent, et la première lombaire sont fusionnées au niveau de l’espace discal, et un pont osseux antéro-latéral gauche unit la première et la deuxième lombaire sans atteinte du disque. Une protubérance paravertébrale gauche en goutte pourrait correspondre à un abcès calcifié, satellite d’un mal de Pott ; les arcs postérieurs sont fusionnés en T12-L1 (fig. 34). Cependant, les plateaux ne paraissent pas détruits, et il n’y a pas l’angulation classique des spondylodiscites tuberculeuses. Cet aspect est confirmé par la radiographie.

Il existe un nodule de Schmorl lombaire et des lésions d’arthrose interapophysaire postérieure.

Ceinture scapulaire et membres supérieurs sont sans particularité.

Ceinture pelvienne et membres inférieurs : on peut décrire une périostose marquée des os des membres inférieurs, et des enthésopathies calcanéennes postérieures.

Il s’agirait donc d’une femme adulte, ayant souffert au niveau de la charnière dorso-lombaire d’une pathologie infectieuse, peut-être tuberculeuse, sur un fond arthrosique.

Squelette 49

Il s’agit d’un homme adulte de classe d’âge supérieure à trente ans.

Le crâne est fragmenté. On décrit un remaniement de la table interne de l’os en pariétal droit, associé à des lacunes. Huit dents sont tombées ante mortem : deux incisives et une canine supérieure, deux prémolaires et une molaire supérieure, deux molaires inférieures. Sur quatre dents inférieures présentes, l’une est en grande partie détruite par une carie.

Le rachis cervical est fragmenté. Une ostéophytose discrète est perceptible en dorso-lombaire. Le ligament jaune est calcifié à au moins trois étages. Certains plateaux ont un aspect dégénératif.

Le reste du squelette post-crânien est sans particularité.

Au total, un homme adulte, avec un mauvais état dentaire, une arthrose racidienne modérée, et un remaniement crânien pariétal interne.

Squelette 50

Il s’agit d’un homme adulte, de classe d’âge supérieure à trente ans.

Le crâne présente les mêmes altérations de la table interne que les individus précédents. Cinq molaires supérieures sont tombées ante mortem. Quatre dents manquent, et sur les vingt-trois dents restantes, il existe des caries de la canine supérieure droite, d’une dent de sagesse supérieure gauche, et des hypoplasies sont possibles sur deux molaires inférieures droites.

Au niveau du rachis cervical, les uncus sont proéminents, il existe une arthrose étagée, surtout en C5-C6 avec remaniement des plateaux et ostéophytose, et en C6-C7.

À l’étage dorsal, deux nodules de Schmorl sont identifiables en dorsal bas, avec un aspect tassé de l’une des trois dernières vertèbres thoraciques, dont l’ordre est difficile à reconstituer du fait de la mauvaise conservation des arcs postérieurs. Une ostéophytose antéro-latérale droite est également présente à ce niveau. Le diagnostic d’hyperostose pourrait être évoqué sur cet aspect. Il n’est pas confirmé par les radiographies.

En lombaire, existe une dégénérescence du plateau supérieur de L4, L5, et S1 qui est lombalisée, avec ostéophytose et atteinte des arcs postérieurs.

Ceinture scapulaire et membres supérieurs sont sans particularité.

Ceinture pelvienne et membres inférieurs : un entésophyte est présent sur la face antérieure de la symphyse pubienne. Le petit trochanter gauche a été arraché par suite d’un traumatisme (fig. 33). L’axe du tibia droit est modifié.

Au total un homme adulte, arthrosique, ayant été victime d’un tassement vertébral, et d’un arrachement traumatique du petit trochanter gauche.

Squelette 51

Il s’agit d’une femme adulte, de classe d’âge supérieure à trente ans.

Le crâne est très lacunaire, les dents absentes.

Le rachis cervical est fragmenté, et le rachis dorsal présente une ostéophytose marginale étagée. En thoracique on observe deux arcs postérieurs soudés ; l’espacement réduit entre ceux-ci est en faveur, soit d’un effondrement du disque intervertébral avec atteinte des plateaux adjacents, soit d’un important tassement vertébral (fig. 29). Il existe à la charnière dorso-lombaire une ossification antérieure ne se dissociant pas du corps vertébral ; T12 est tassée. Le ligament jaune est calcifié.

Ceinture scapulaire et membres supérieurs sont sans anomalie notable.

Ceinture pelvienne et membres inférieurs : il existe un aspect peigné des rotules, une ostéophytose de l’épine tibiale gauche.

Au total, une femme âgée avec d’une part un tassement vertébral, d’autre part une pathologie discale dorsale ayant évolué vers une soudure des arcs postérieurs avec diminution de la distance entre ceux-ci, en faveur d’un processus infectieux ou inflammatoire.

Squelette 53

Ni l’âge ni le sexe ne peuvent être estimés.

Squelette 54

L’âge est jeune, le sexe non déterminé, le squelette très lacunaire.

Notes

1 – On dispose d’un relevé au 1/5, de photographies verticales de détail et d’un enregistrement des cotes de profondeur des ossements.

2 – Nous tenons à remercier É. Crubézy (professeur d’anthropologie, université de Toulouse) de l’aide et des conseils qu’il nous a prodigués pour l’étude paléopathologique.

3 – PASH : périarthrite scapulo-humérale, c’est-à-dire la tendinite de l’épaule. Il s’agit d’une atteinte dégénérative de l’appareil tendineux de l’épaule, suite au vieillissement ou après un micro ou macrotraumatise ; cette pathologie, assez fréquente, peut aller d’une simple douleur de l’épaule à un complet blocage de celle-ci.

Table des illustrations

Légende FIG. 19 Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : plan de l’ensemble funéraire.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22948/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 20 Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : sépultures 31 et 15.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22948/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende FIG. 21 Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : sépulture 30.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22948/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 22 Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : sépulture 4b.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22948/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 23 Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : sépulture 16.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22948/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 24 Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : a sépulture 29 ; b profils longitudinal et transversal de la tombe.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22948/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende FIG. 25 Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : sépulture 4a.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22948/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende TABL. II Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : estimation du sexe et de l’âge de chaque adulte au décès. Références bibliographiques : sexe Bruzek 1991 ; Bruzek et al. 1996 ; âge sutural Masset 1982 ; ilium Lovejoy et al. 1985a ; pubis Brooks, Suchey 1990 ; clavicule Szilvàssy 1980.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22948/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende TABL. III Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : estimation de l’âge au décès des sujets immatures à partir des stades de maturation dentaire (d’apr. Moorrees et al. 1963a ; 1963b ; Schour, Massler 1940) et osseuse, et de la croissance osseuse (d’apr. Sundick 1978 ; Birkner 1980). Répartition en classes d’âge en années révolues.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22948/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende FIG. 26 Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : courbe des quotients de mortalité calculée pour une espérance de vie à la naissance de 30 ans, et comparaison avec celle d’une population de référence en tenant compte des intervalles de confiance.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22948/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 27 Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : épiphysiolyse de la hanche, squelette 31.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22948/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 28 Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : arthrose cervicale, squelette 29.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22948/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende FIG. 29 Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : arthrose thoracique, squelette 51.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22948/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 30 Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : arthrose du coude, squelette 29.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22948/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 31 Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : arthrose fémoro-patellaire, squelette 31.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22948/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 32 Chàteauneuf-sur-Isère/Beaume : fracture du fémur, squelette 4b.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22948/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 33 Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : arrachement du petit trochanter, squelette 50.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22948/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 34 Chàteauneuf-sur-Isère/Beaume : mal de Pott sur la charnière dorso-lombaire, squelette 48.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22948/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 20k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search