Version classiqueVersion mobile

Habitats, nécropoles et paysages dans la moyenne et la basse vallée du Rhône (viie-xve s.)

 | 
Odile Maufras

Première partie. Les sites

Chapitre 1. L’évolution d’un hameau rural du xiie au xve siècle : Beau me (Châteauneuf-sur-Isère, Drôme)

Nathalie Valour, Kader Mokaddem, Jacques-Léopold Brochier, Laurent Fabre, Marcel Jeannet et Christian Cécillon

Texte intégral

1.1 Introduction

1Châteauneuf-sur-Isère se situe à 10 km environ de Valence, sur la rive gauche de l’Isère. Ce bourg de la moyenne vallée du Rhône est localisé à proximité de la vallée de l’Isère, de la plaine de Valence et du Vercors (fig. 3). Le site découvert au lieu-dit Beaume, à 2 km au sud-est de Châteauneuf-sur-Isère, jouxte la commune d’Alixan. Il est implanté sur une haute terrasse alluviale de la plaine de Valence datant de l’avant-dernière glaciation rissienne (Mandier 1984). La surface du sol, très graveleuse, présente, au moment de l’occupation médiévale, une dépression large d’une centaine de mètres et profonde de 2 à 2,50 m ; comblée par la suite, elle n’apparaît plus de nos jours. Elle est bordée au nord par une colline de grès tendre tertiaire (molasse). Ruissellements et colluvionnements sablo-limoneux ont assuré, depuis ce versant fragile, le recouvrement et la fossilisation des vestiges ; 1 à 2 m de sédiments sont déposés rapidement, peu après l’abandon, ce qui explique la relative bonne conservation des constructions en terre crue. Hors de cette cuvette, les témoins archéologiques ont été irrémédiablement érodés et surtout arasés par les travaux agricoles en surface de la terrasse alluviale. Il n’est pas possible de dire s’il s’agit d’une cuvette fermée ou d’une gouttière ouverte à l’est ou à l’ouest. Si ces dépressions, d’origine hydrologique ou éolienne, existent ponctuellement à la surface de la terrasse pléistocène, elles n’y sont pas fréquentes. Cela signifie que l’implantation du site de Beaume, au sein d’une de ces formes du relief, n’est peut-être pas aléatoire et relève, soit d’un choix, soit d’une obligation.

FIG. 3
Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : extrait de la carte IGN (en gras les voies médiévales, en encadré les toponymes reconnus du Moyen Âge).

2Sur le plan historique, le site de Beaume illustre la formation au xiie s. d’un des hameaux de Châteauneuf-sur-Isère, à la suite d’un défrichement dans la forêt de Bayanne. Des bâtiments et un ensemble funéraire témoignent d’une permanence de l’occupation jusqu’au xve s., dont les données textuelles permettent l’étude de son évolution et de son statut. Cette recherche est également importante pour l’analyse de l’ensemble funéraire des xiie-xiiie s., contemporain d’une partie des bâtiments. L’église paroissiale se trouvant à Châteauneuf-sur-Isère, nous avons cherché à déterminer si l’ensemble funéraire dépendait d’un autre lieu de culte plus proche. En effet, sur l’emprise de la fouille, aucune des constructions dégagées n’a cette fonction. Les bâtiments, avec leurs différentes structures associées, et l’organisation spatiale du site, sont présentés par phases chronologiques. Puis, cette occupation est abordée à travers son architecture, montrant l’emploi de différents matériaux de construction, notamment de la terre crue, et enfin à travers son économie et son environnement.

1.1.1 Le contexte historique

1.1.1.1 Les mentions

3Les premières mentions explicites de Châteauneuf-sur-Isère apparaissent à partir de 1157 lorsque Frédéric I, dit Barberousse, attribue aux évêques de Valence des droits régaliens sur un ensemble de terres ; jusqu’alors, Châteauneuf-sur-Isère était resté une seigneurie indépendante. Ces possessions font de l’évêque un seigneur temporel à part entière.

4Le mandement, qui correspond aux limites de la paroisse dépendant de Saint-Pierre de Bourg-lès-Valence (fig. 4), forme une entité cohérente autour du bourg. Ces limites sont relativement bien déterminées : au sud, un document juridique de 1686 (ADD : 18 G 47) les place à proximité du site, au lieu-dit Les Chambaud ; à l’est, la voie de Valence à Romans, ancienne voie romaine, est une limite pérenne avec le mandement d’Alixan. Les documents médiévaux la désignent par via ferrata, chier de Fierratas (Brun-Durand 1973). Un axe secondaire, au sud du site, qualifié de via rubea, via roya, relie Châteauneuf-sur-Isère à Montélier. Enfin, des chemins vicinaux quadrillent le lieu-dit Beaume : le chemin dit « entre-deux », le « chemin des granges » à Alixan (fig. 3).

FIG. 4
Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : le mandement au XVIIIe s. (document conservé aux Archives départementales de la Drôme, cote 21G51).

5Ces voies traversent un ensemble forestier, la Bayanne (fig. 5), qui déborde les limites du mandement (Coston 1872). Au Moyen Âge, la forêt s’étend du sud-ouest de Romans au nord-ouest de Valence (Chevalier 1898), mais le défrichement en diminue progressivement la superficie (fig. 5). Dans le secteur de la fouille, il s’effectue à partir de la dépression de la Combe située entre Les Chirons et Chambaud, qui limitent respectivement le site au nord et au sud (fig. 4, 5, 6). Au moment des défrichements, alors que la toponymie n’était pas encore définitivement fixée, le site est d’ailleurs cité sous ces appellations. Le terme de Beaume n’apparaît qu’à la fin du xve s. ; on trouve également Gros Bosc (ADD : 40 H 169 : « maison blanche près Gros Bosc »), Do camina (ADD : 40 H 169 : « terre à la Bôme » ou Do camind).

FIG. 5
Extrait de la levée du Dauphiné et de ses confins par J.‑H. de Beins en 1613 (Dainville 1968 : pl. XXXVIII).

FIG. 6
Extrait de la carte de Cassini, feuille 122, vers 1779 (document conservé à l’Institut géographique national).

6Faute de documents explicites antérieurs au xve s., l’étude de l’évolution générale du secteur a prévalu. Elle permet de mieux appréhender la nature du site et son insertion dans l’ensemble du terroir.

7Les implantations forment au xe s. un réseau plutôt lâche qui s’articule autour d’une villa située à Alixan, incluse dans la forêt de Bayanne : villa que dicitur Alexiano sive in Baiana (Chevalier 1898 : VIII). Cette villa appartient à l’abbaye de Saint-Barnard à Romans.

8L’unité territoriale et administrative du mandement s’est en fait émiettée entre les diverses implantations religieuses. Les donations des seigneurs de Châteauneuf-sur-Isère du xe au xiiie s. se répartissent entre divers ordres.

1.1.1.2 Les implantations religieuses

9L’abbaye cistercienne de Léoncel (fig. 5), fondée en 1137, étend ses possessions au cours du xiie et du xiiie s. Les implantations se localisent d’abord selon les axes de transhumance des troupeaux puis s’articulent autour de granges qui constituent les bases du domaine cistercien. À proximité du site, les textes mentionnent plusieurs biens acquis par donation. En 1163, une donation de Raimond de Châteauneuf-sur-Isère (Chevalier 1869 : XI) forme le noyau central de la grange du Cognier : grangiam de Cognerio (fig. 3). Située à la limite des mandements d’Alixan et de Saint-Marcel-lès-Valence, elle s’étend peu à peu dans la plaine de Valence en incorporant ou gérant des territoires éloignés de quelques kilomètres comme le Bec (1165 : cabanariam de Becceid). Les pacages (pascua in territori de Revest), acquis en 1185 par une donation de Guillelmus de Clario, se situent sur le mandement de Châteauneuf-sur-Isère au nord du site. Ces terres dépendent du Cognier qui poursuit son extension en 1193 (Chevalier 1869 : XLIX), 1218 et 1224 (Chevalier 1869 : XCIII). La donation de Petrus del Revest en 1224 est la seule mention d’essartage à proximité du site : terram quondam al Revest, que appellatur Blacha Rotunda vel Belregardet et duodecim denarios censuales quos preciebant en l’eissar de Choron.

10Le domaine de Maison Blanche ou de la Voulpe, campus Albii, en bordure de la voie limitant Châteauneuf-sur-Isère et Alixan, jouxte le site. Acquis en 1233, il fait partie du territoire du Cognier (Chevalier 1869 : CXVI).

11Au sud du site, les cisterciens acquièrent, en 1264, (Chevalier 1869 : CCIII, CCIV) deux bois (les Perreyres et le Coin), à la limite des mandements de Châteauneuf-sur-Isère et de Saint-Marcel-lès-Valence. La donation de Stéphane de Bourg-lès-Valence, en 1267 (Chevalier 1869 : CCXIX), et la vente de Johan Isarnz, en 1285, (Chevalier 1869 : CCLC) permettent l’élargissement des biens de l’abbaye dans ce secteur.

12Les possessions de l’abbaye forment de véritables domaines épars sur les territoires de Châteauneuf-sur-Isère, Alixan et Saint-Marcel-lès-Valence. Ces entités sont l’occasion de conflits avec les ordres installés dans la plaine de Valence. La politique de regroupement entamée dans le secteur du site par l’abbaye concerne le territoire des Chirons appartenant à Saint-Félix de Valence (Chevalier 1869 : XVII, XXVI, CLI), à Saint-Pierre de Bourg-lès-Valence (Chevalier 1869 : XXVI) et à Saint-Ruf (Chevalier 1869 : XI). Les documents sur ces différends s’étalent de 1165 à 1247 et montrent la diversité des propriétaires et l’imprécision des désignations de lieux.

13À l’occasion de ces conflits, une charte mentionne des possessions hospitalières au sud des Chirons. Les ordres hospitaliers s’implantent en effet dans la plaine de Valence à partir du xiie s. (Bligny 1960). Le plus ancien, celui des Antonins, y est richement pourvu (Bligny 1960 ; Wullschleger 1995). Ses biens forment en 1260-1261 un ensemble cohérent et homogène à la limite des mandements de Saint-Marcel, Alixan et Châteauneuf-sur-Isère (Chevalier 1869 : CXCII, CCIV), qui englobe le bois de Chambaud au sud de Beaume. Des terres, sous la dépendance de l’église de Saint-Pierre de Bourg-lès-Valence, constituent ensuite une partie de la paroisse de Saint-Jean de Jérusalem. Installés en 1175, à la suite d’une donation de Saint-Barnard de Romans, les hospitaliers de cet ordre ne sont pourvus d’une véritable paroisse qu’en 1191, grâce à la donation de l’église Saint-Vincent –à proximité de Valence– par Saint-Pierre de Bourg-lès-Valence. Son développement, restreint à l’est par la paroisse de Saint-Félix et à l’ouest par celle de Saint-Pierre de Bourg-lès-Valence, s’effectue au nord le long de la voie de Valence à Romans ; elle englobe, en 1312, les biens de l’ordre des Templiers (ADD : 40 H 165 ; Léonard 1930) sur Saint-Marcel et Alixan, dont les possessions dans la forêt de Bayanne sont mentionnées dès 1208.

14Dès 1170, les hospitaliers possèdent des terres dont Beaume semble faire partie.

1.2 Les données archéologiques et les archives

1.2.1 Le site et son organisation

15L’ancien chemin reliant Romans à Valence borne le site à l’est – il sert également de limite entre la commune d’Alixan et celle de Châteauneuf-sur-Isère. Les sondages effectués au nord du site n’ont révélé aucun indice archéologique ; en revanche, au sud, l’occupation se poursuivait hors de l’emprise de la fouille.

16Le site de Beaume comprend six bâtiments avec des structures associées (fosse, fossé, etc.), et un ensemble funéraire. Les structures archéologiques ont été datées par le mobilier céramique et les monnaies provenant des couches de construction, d’occupation et d’abandon du site (14 monnaies, dont 7 ont pu être identifiées par C. Cécillon). Quatre phases d’occupation se succèdent : elles correspondent à la création, l’extension et la délocalisation des bâtiments (fig. 7).

FIG. 7
Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : plans par phase.

17Au xiie s. (phase 1), un premier bâtiment est construit à l’ouest du site sur des colluvionnements légèrement anthropisés. Il est situé à mi-pente sur une zone nivelée pour son implantation.

18Au xiiie s., l’occupation se développe avec la construction de trois bâtiments en terre crue et l’installation d’un ensemble funéraire –daté des xiie-xiiie s. Le bâtiment A (phase 2) est érigé sur celui du xiie s. Le bâtiment B (phase 3) est accolé au sud contre le bâtiment A. L’ensemble Itinéraire, de 24 individus, est installé quant à lui dans la partie orientale du site. À proximité, plus au sud, le bâtiment C est édifié. À la suite d’un incendie, les bâtiments A et B sont détruits, expliquant ainsi la bonne conservation des structures en terre crue.

19Aux xive-xve s. (phase 4), l’occupation se concentre à l’est et en bas de pente, avec l’installation des bâtiments D et E.

1.2.2 Les quatre phases d’occupation

1.2.2.1 Phase 1 (xiie s.)

20Elle correspond à l’établissement d’un premier bâtiment, au xiie s., dont il ne reste que quelques traces (fig. 7) : un lambeau de sol en terre battue en relation avec un solin en galets. Ce dernier est orienté N-S avec un angle E-O. Un reste de mur en galets, orienté N-S et situé au sud-est de ce solin, se rattache également à cette phase. Aucun élément d’élévation n’a été conservé.

21La céramique retrouvée sur le sol témoigne des activités domestiques : petite oule, marmite, coquemar (fig. 8) ; ces formes sont classiques aux xiie et xiiie s. (Faure-Boucharlat et al. 1996a). Un denier de billon de l’évêché de Die du xiie s. confirme cette datation (Poey d’Avant 1858-1862 : no 4741, p. 19, pl. CIV, no 10) :

  • avers : AVG : GRATIA : PLE(N’), tête couronnée de la Vierge tournée vers la gauche ;

  • revers : (CI) VITAS ? DIEN(SIS), croix pattée au centre de la monnaie.

FIG. 8
Châteauneuf-sur-Isére/Beaume : mobilier céramique retrouvé sur le sol de la phase 1. 1 pot à pâte rouge ; 2 marmite à pâte rouge glaçurée ; 3 oule à pâte grise ; 4, 5 coquemars à pâte grise avec décor ; 6 fond plat de marmite à pâte grise.

22Ces vestiges correspondent à la formation d’un premier habitat à Beaume qui pourrait trouver sa raison d’être dans un contexte de défrichement tel que l’évoquent les textes à la fin du xiie s. Les premières mentions hospitalières dans le secteur de Beaume concernent Les Chirons. Les hospitaliers, en 1170, sont exemptés de toute redevance à l’égard de la paroisse de Saint-Félix pour leurs troupeaux et les nouvelles terres : novalibus illis que proprio labore velpropriis sumpti-bus in terris quaspossident facte aut fecerunt (Chevalier 1891 : XLII). Le toponyme générique du secteur del Revest (Les Chirons : fig. 3) recouvre en fait un nombre important de terroirs dans lequel Beaume doit être compris. Ce document montre le défrichement et la conquête de nouveaux terroirs entrepris par les hospitaliers. Le défrichement se poursuit en 1199 sur les terres et les bois de Chambaud incluant alors le secteur de Beaume (Chevalier 1891 : LXXIX ; ADD : 15 G 262).

1.2.2.2 Phase 2 (xiiie s.)

23Le site est occupé tout au long du xiiie s. Le bâtiment A, construit sur le bâtiment de la phase antérieure, est orienté selon un axe NE-SO. De plan rectangulaire (11,77 x 6,22 m), il occupe une superficie de 73 m2 (fig. 9). L’arase du mur en galets du premier bâtiment est réutilisée pour l’entrée, située sur la façade orientale et large de 1,20 m. Un niveau de petits galets, de tuiles plates et de tuiles romanes, dans un limon argilo-sableux brun, forme le pas-de-porte. La partie inférieure conservée des élévations est en terre crue (pisé et pour le mur nord, élévation en torchis). Le sol, en terre battue, est bien damé avec des graviers et des blocs. L’absence de dépôt d’occupation et la quantité restreinte de mobilier indiquent un entretien régulier du sol. Un méreau en plomb moulé a été trouvé. Les méreaux, souvent utilisés au xiiie s., sont des pièces caritatives servant pour des échanges. « Le méreau n’est pas émis par l’autorité royale, mais mis en circulation par des personnes morales (villes, corps de métiers, compagnies marchandes, associations charitables, communautés religieuses) qui en général ne battent pas la monnaie » (Pastoureau 1984). Quelques graines carbonisées et de la microfaune ont également été recueillies.

FIG. 9
Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : le bâtiment de la phase 2, répartition du mobilier au sol.

24Un foyer est aménagé sur le sol dans la partie nord-est. De forme carrée (1 x 1 m), il est formé de tuiles rouges posées à plat, recouvertes par du limon très argileux, brun-rouge. Deux trous de piquets, situés devant le foyer, matérialisent éventuellement un dispositif de bois destiné à suspendre certains récipients. Un cailloutis le borde au nord jusqu’au mur et devait servir de protection. L’emplacement du foyer permettait de circuler autour. À l’est de ce foyer, un silo circulaire (silo 1) présente un profil en cloche assez marqué avec un fond plat et des parois droites partant en tronc de cône (diam. d’ouverture : 1,40 m, diam. fond : 1,90 m, prof. : 2,20 m). Le comblement, constitué de quatre couches, provient essentiellement de dépôts secondaires survenus à la suite de la destruction du bâtiment : charbons de bois, tuiles, clous et céramiques (2 fonds de marmites bombés lenticulaires, un pot globulaire à col court, une petite cruche, fig. 10 : nos 9-11). Un autre silo (silo 2) est installé à l’extérieur du bâtiment (fig. 7). De forme circulaire (diam. d’ouverture : 2,10 m, de fond : 1,20 m), celui-ci a un profil arrondi (parois et fond), avec un réservoir marqué. Sept couches de remplissage comblent ses 2,34 m de profondeur. Comme dans le silo 1, ce comblement (graines carbonisées, charbon de bois, tuiles, planchettes etc.) est secondaire.

FIG. 10
Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : mobilier céramique des contextes de la phase 2. Niveau de cour : 12 pichets à pâte rouge glaçurée ; 3 cruche à pâte grise ; 47 marmites à pâte grise glaçurée ; 8 marmite à pâte rouge glaçurée. Silo 1 : 911 anse et fonds de marmites à pâte grise.

25Le bâtiment A, avec un niveau de sol peu marqué par des dépôts, montre un souci de propreté. La présence du foyer et d’un silo à côté laisse supposer une habitation, avec un espace domestique et des aménagements de stockage : un à l’intérieur (2,8 m3), un à l’extérieur (4,18 m3). Quarante trous de piquets (10 cm de diamètre) traversent le sol sur deux lignes –parallèles au mur ouest– ainsi que six trous de piquets fonctionnant par deux : ceux-ci pouvaient servir à des aménagements intérieurs, dont la fonction exacte n’a pu être définie. Le pas-de-porte du bâtiment a été installé de façon à filtrer l’humidité et les ruissellements ; au nord du bâtiment, le sol extérieur a également été aménagé pour drainer (niveau de graviers, de galets calcaires blancs et de galets chaulés). À l’est, le bâtiment A s’ouvre sur une cour dont le sol est formé d’éléments composites : galets, limon argilo-sableux, cailloutis, etc., permettant également un bon drainage. Le mobilier (fig. 10 : nos 1-8) est concentré aux abords du bâtiment et se compose à parts égales d’éléments de vaisselle de cuisine (marmites) et de vaisselle de table (pichets à glaçure plombifère).

1.2.2.3 Phase 3 (xiiie s.)

26La phase 3, toujours au xiiie s., correspond à une extension de la zone bâtie. En effet, le bâtiment B est construit contre le bâtiment A, à peu de temps d’intervalle. De dimensions pratiquement carrées (6,83 x 5,62 m, soit 38 m2), il est orienté selon le même axe N-S que le bâtiment A (fig. 11). L’entrée se situe également sur la façade est, mais dans l’angle nord (1,20 x 0,66 m). Un limon argilo-sableux jaune, compact et graveleux, forme le seuil. Les parties inférieures des élévations sont également en terre crue. Le niveau de sol, partiellement conservé sur 25 m2, se compose d’un sable limoneux beige. Un niveau d’occupation limoneux gris compact recouvre ce sol. La céramique, surtout présente vers l’entrée, est plus abondante que dans le bâtiment A : marmites et un petit pot à cuire (coquemar) du xiiie s. (fig. 12). Le silo 3 est creusé dans la partie nord-ouest du bâtiment. Comme les deux précédents, il est de forme circulaire (diam. d’ouverture : 1,50 m, de fond : 1,20 m, prof. : 1,90 m). Ses parois sont pratiquement verticales et son fond arrondi. Les comblements sont également secondaires (graines carbonisées, charbons de bois, fragments de tuiles canales, une marmite, une faucille, un couteau, une clé), à l’exception d’une couche de paille en position primaire, installée au fond du silo. Cette paille protégeait les grains de l’humidité. Ce silo remplace le silo 2, recouvert par la construction du bâtiment B.

FIG. 11
Châteauneuf-sur-Isére/Beaume : bâtiment B, répartition du mobilier au sol.

FIG. 12
Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : mobilier céramique des contextes de la phase 3. Niveau de cour : 1‑4 pichets à pâte rouge glaçurée ; 5‑9 marmites à pâte grise. Bâtiment B, niveau d’occupation : 1011 coquemars avec décor incisé à pâte grise ; 12 forme ouverte à pâte grise.

27Ce bâtiment, par sa superficie, sa forme, son niveau d’occupation (à l’entrée et sur le sol), son silo (2,46 m3) et les outils retrouvés, semble avoir servi de remise. Cet agrandissement, logique dans un contexte rural, peut être considéré comme une amélioration de l’habitat ; en construisant une annexe, les fonctions de stockage et de remise sont séparées de la pièce à vivre.

28À l’extérieur, à l’ouest du bâtiment B, un petit fossé orienté N-S (L : 1,14 m, I : 0,60 m ; p : 0,22 m) protégeait les bâtiments contre les infiltrations. Il a un fond plat et des bords verticaux.

29À l’est, le bâtiment B, comme le bâtiment A, s’ouvre sur la cour.

30Le bâtiment C, au sud-est du site (fig. 7), a un plan rectangulaire allongé (16,58 x 4,16 m, soit 69 m2) ; il est orienté O-E. L’entrée se situe sur la façade ouest, à l’angle sud, par une ouverture de 1,20 m. Le seuil est en terre battue, sans aménagement particulier comme dans le bâtiment B. Le matériau utilisé pour les pans de murs est la terre crue. Un niveau de tuiles concassées forme le sol (0,10 à 0,20 m d’épaisseur sur 45 m2). Les fragments de tuiles sont surcuits. Le centre de ce sol est affaissé. Une tête d’équidé et un seul fragment de marmite globulaire ont été retrouvés sur le sol.

31Ce bâtiment, étroit et allongé, avec un sol affaissé en tuiles concassées, pourrait par ses dimensions correspondre à une étable ou à une bergerie.

32Cet ensemble de bâtiments forme une unité agricole basée sur une agriculture vivrière. Les aménagements internes permettent de distinguer un habitat (bâtiment A), associé à une annexe (bâtiment B), qui servait de grenier, de remise etc., et une bergerie ou étable (bâtiment C). Les bâtiments B et C ont de simples entrées en terre, sans autre aménagement, à la différence du bâtiment A. Ces entrées sont placées aux angles alors que, dans l’habitation, elle se trouve pratiquement en position centrale sur la façade. Cet ensemble, par sa superficie, devait abriter un petit nombre d’individus. L’abandon de l’habitat est sûrement intervenu à la suite de l’incendie qui a détruit les bâtiments A et B (fig. 15, 16). Cet incendie a permis la conservation partielle de l’armature en bois du mur nord en torchis du bâtiment A (tabl. I). Il a formé un niveau de rubéfaction des pans de murs, retrouvé effondré à l’intérieur des deux bâtiments, allant de l’orange au rouge, du gris au noir. Ce niveau se présentait parfois sous forme de feuilleté et comprenait des éléments d’enduits successifs.

TABL. I
Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : résultats bruts de l’analyse anthracologique.

33Le secteur funéraire dans la partie est du site, a été observé dans sa totalité : il n’est pas altéré par des phénomènes post-dépositionnels. Cet ensemble, de 120 m2 environ, s’organise avant le xive s. Les fosses de 24 individus sont installées sur plusieurs niveaux de creusements : certaines sont creusées à partir de la terrasse rissienne, d’autres traversent certaines fosses et le dernier niveau se situe sous la recharge de la cour utilisée aux xive-xve s. L’étude de F. Blaizot montre un mode d’inhumation dans des fosses étroites « anthropomorphes » en gouttière (cf. chap. 2).

34Un dépôt monétaire a été découvert dans trois sépultures (SP51, SP53, SP31). Dans la sépulture SP51, un billon a été déposé entre les pieds d’une femme adulte (d’âge supérieur à 30 ans). Il s’agit d’un billon de premier type créé en 1186 à Marseille (Poey d’Avant 1858-1862 : pl. LXXXVII, no 20 ; Rolland 1956 : pl. 1, no 11, p. 1999) :

35– avers : REX ARA/GONE. Tête couronnée à gauche, couronne haute à bandeau, chevelure traitée comme deux lemnisques. Sur le bandeau de la couronne, un point creux entre deux pleins ; au sommet, un point plein ;

36– revers : P(R) O/VI/NC/IA. Croix pattée coupant la légende avec un grènetis intérieur ;

37– Provence/Comtes de Forcalquier/Royal Coronat.

38Ce billon est soit du règne d’Alfonse Ier (1167-1196), soit de son successeur Alfonse II (1196-1209).

39Dans la tombe SP53 (dont le défunt est de sexe et d’âge indéterminés), cinq monnaies collées les unes aux autres se trouvaient vers le fémur droit. Ces monnaies faisaient partie du contenu d’une bourse. Seuls deux côtés étaient lisibles : l’un, de la monnaie inférieure, et l’autre, de la monnaie supérieure :

  • NOBILIS sur l’une ;

  • VIENNA avec une croix cantonnée de quatre besants, sur l’autre.

40L’une d’elles est une obole de billon de l’archevêché de Vienne, datée des xiie-xiiie s. (Poey d’Avant 1858-1862 : no 4829, pl. CVI, no 18 ; pl. CVI, no 20).

41La monnaie du remplissage de la tombe SP31 (femme adulte d’âge supérieur à 30 ans) est un denier en argent de l’archevêché de Vienne, daté des xe-xiie s. (Poey d’Avant 1858-1862 : no 4826, pl. CVI, no 15, collection de Vienne : inventaire no 81. 1.2) :

  • avers ; S.M VIENNA. Tête hirsute de profil, tournée vers la gauche ;

  • revers : MAXIMA GALL (les deux L sont liés). Croix cantonnée de quatre besants.

42Deux boucles de ceinture en fer appartenaient à deux hommes adultes de plus de 30 ans. L’une se trouvait sur le bas du bassin de la sépulture SP29 et l’autre sur le sommet du fémur droit de la sépulture SP4a.

43Le dépôt de boucles de ceinture peut correspondre à un accessoire vestimentaire (Alexandre-Bidon 1993 : 195-197). Quant au dépôt des monnaies, il peut souligner soit l’importance sociale du mort (Tardieu 1993 : 242), soit le rachat symbolique des biens du mort, laissés en héritage, soit encore un signe de piété : les monnaies retrouvées ont toutes une croix (Alexandre-Bidon 1998 : 146-147).

44L’absence de lieu de culte sur le site et de mention d’une église à Beaume dans les archives, souligne le caractère inhabituel de l’ensemble funéraire, loin de tout édifice consacré. Cet ensemble funéraire atypique pour les xiie et xiiie s. peut s’expliquer par le caractère particulier des possessions hospitalières. Les hospitaliers préfèrent de manière générale s’installer en bordure de routes pour répondre aux exigences de leur ordre d’assistance aux pèlerins, aux indigents et aux malades (Wullschleger 1995). Ils obtinrent de ce fait de divers papes des exemptions les autorisant à inhumer hors des cimetières paroissiaux (ADD : 40 H 165). Ces exemptions concernaient aussi bien les hospitaliers eux-mêmes –antonins, templiers, chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem– que les convers et les servientes (Bligny 1960 ; Boisse 1980). L’isolement relatif du site au sein de la forêt de Bayanne, malgré la voie qui le délimite, et donc son éloignement des cimetières paroissiaux et des lieux de culte, justifierait cet ensemble de sépultures.

45En outre, la mixité impliquée par la fonction des demeures hospitalières, qu’il s’agisse de soins ou d’exploitation agricole, peut expliquer le caractère des sépultures de Beaume. La population enterrée ici est composée principalement d’adultes âgés –seulement trois immatures– ; l’absence d’enfants et l’âge avancé des individus ne correspondent en aucun cas au modèle d’une population naturelle. Les dix hommes et les six femmes présentent en outre, des troubles de la locomotion et de la posture ; la fréquence de leurs pathologies traumatiques n’est probablement pas due au hasard. Elle peut indiquer que l’on est en présence de malades qui auraient été accueillis par les hospitaliers (cf. chap. 2).

1.2.2.4 Phase 4 (xive-xve s.)

46Le bâtiment D (fig. 7), mal conservé, n’a gardé aucune trace d’élévation, ni de l’entrée ni du sol. Seuls, trois murs de fondation (0,50 m de large en moyenne) et un soubassement de cloison, situé à 2,30 m du mur nord, ont été dégagés. Ces fondations ont des parements et un blocage avec des galets de calcaire blanc, liés à la terre.

47Le bâtiment E, orienté O-E, a un plan rectangulaire (9,4 x 5,6 m, 52 m2). L’entrée, sur la façade ouest, est placée à 2 m du mur nord et à 1,60 m du mur sud ; son ouverture est de 0,80 m de large. Le seuil, aménagé avec deux pierres plates en molasse et un galet, reste le seul élément d’élévation. Le matériau utilisé pour les fondations est également le galet de calcaire blanc mais lié au mortier. Le sol conservé sur 35 m2 est fait partiellement de tuiles plates et de bris de pichets, cruches et marmites qui montrent la variété de la vaisselle de table (fig. 13, 14).

FIG. 13
Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : mobilier céramique des contextes de la phase 4.
Destruction du bâtiment D : 1 marmite à pâte rouge glaçurée ; 6 marmite à pâte grise glaçurée.
Bâtiment E : 2 marmite à pâte grise glaçurée ; 3 marmite à pâte rouge glaçurée ; 8 fond plat de marmite à pâte grise.
Destruction ou amas de galets : 45 marmites à pâte rouge glaçurée ; 7 oule à pâte grise.

FIG. 14
Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : mobilier céramique des contextes de la phase 4.
Cour : 2 cruche à pâte grise.
Fosses : 4 décor sur pâte rouge, glaçure polychrome ; 5, 6 céramiques verte et brune importées.
Amas de galets : 1 cruche à pâte rouge ; 7 fond de pichet à pâte rouge glaçurée.
Bâtiment D : 3 pichet à pâte rouge ; 8 fond de pichet à pâte rouge.
Bâtiment E : 9 fond de pichet à pâte rouge.

48À l’extérieur, à l’ouest, le niveau de la cour est matérialisé par un cailloutis et un limon argileux sableux brun.

49En relation avec cet habitat, plusieurs fosses sont installées dans la partie ouest du site (fig. 7). Une fosse-dépotoir, dans la cour, contenait de la céramique vernissée et des rejets alimentaires (bovins). Trois autres fosses sont creusées au travers des pans de murs rubéfiés du bâtiment A. Les deux premières sont comblées de tout-venant. La troisième, qui recoupe une partie de la seconde, a une forme ovale (3,90 x 2,70 m, 0,64 m de profond). Son remplissage se présente sous forme d’un amas de tuiles et de galets. Au fond de la fosse, une monnaie, datée du xiie s., et de la céramique du xive s. ont été retrouvées (fig. 14). Sur le niveau supérieur du remplissage, se trouvait un squelette d’équidé. Seuls le crâne et les vertèbres étaient en place.

50Des drains en galets de calcaire blanc, orientés O-E, sont aménagés dans la cour.

51Les vestiges datés des xive-xve s. sont installés en bas de pente, ils sont plus proches du chemin de Valence à Romans. L’entrée du bâtiment E est plus étroite que les entrées des bâtiments A, B et C (phases 2 et 3), mais elle s’ouvre, à l’ouest, également sur une cour.

52Dans le terrier de l’évêque de Valence, de 1430, le terroir appartient toujours aux hospitaliers ; il englobe des forêts, des champs et des terres. Le terrier et les reconnaissances de 1430 et 1466 indiquent l’existence d’un hameau déjà constitué en bordure de la voie de Valence à Romans (ADD : 12 G 30- 35 ; 40 H 164) désigné indifféremment par les toponymes Chambaud, Beaume ou Bôme, Gros Bosc ou Clos Rollin. À cette époque, le regroupement ne comporte que quelques maisons – au minimum quatre ou cinq. Les biens décrits correspondent à de petites unités agricoles avec vignes, champs, taillis, bois ; les maisons sont attenantes à un curtil (cour) et à un jardin. Les bâtiments de la phase 4 constituent sans doute les vestiges de l’une de ces unités. En 1588, le hameau ne paraît pas avoir subi de modifications (ADD : 40 H 169).

1.3 La construction : matériaux et mise en oeuvre

1.3.1 Les matériaux utilisés

53Les bâtiments A, B et C (xiiie s.) sont construits en terre crue. La hauteur conservée des murs du bâtiment A est de 0,46 m, pour le bâtiment B, 0,20 m et pour le bâtiment C, 0,40 m. Plusieurs modalités de mise en œuvre apparaissent pour un même bâtiment. La qualité texturale des terres employées ici, c’est-à-dire le mélange d’argile, limon, sable et gravier, autorise plusieurs modes de construction mis en évidence par la fouille. La couche d’altération limono-argileuse et graveleuse de la terrasse pléistocène, présente sur le site même, se retrouve très compactée à la base des murs du bâtiment A. La largeur de ceux-ci (en moyenne 0,50 m, sauf pour le mur sud 0,80 m), l’absence de traces de poteaux verticaux rapprochés, la compacité qui pourrait résulter du travail au pisoir, font penser que l’on pourrait être en présence de la technique du pisé (fig. 15, 16). Cette même couche de terre est encore utilisée de cette façon à l’époque contemporaine. Elle ne permet pas de mise en œuvre sous forme de torchis appliqué sur un clayonnage végétal – trop de graviers et de sable – ni de briques – trop de graviers. La bauge – paquets de terre appliqués les uns sur les autres – nécessiterait, à notre avis, pour une élévation dépassant le mètre, des poteaux rapprochés qui ne semblent pas avoir existé à Beaume. Toutefois, en l’absence de traces de coffrage en planches – le pisé est banché –, et de joints relatifs aux déplacements de ce coffrage, la démonstration archéologique du pisé n’est pas entièrement établie sur ce site, mais supposée. C’est la technique la plus probablement utilisée.

FIG. 15
Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : bâtiment A, pans de murs rubéfiés effondrés.

FIG. 16
Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : bâtiment B, pans de murs rubéfiés effrondrés

54Des éléments de murs moins épais, en terre limono-sableuse, plus fine, moins graveleuse, pourraient correspondre au remplissage. Les pans effondrés et conservés par l’incendie du bâtiment A indiqueraient que ce mode de construction était utilisé plutôt dans les parties hautes des constructions. Sur ces fragiles témoins –l’absence de joints ainsi que la texture des terres employées– l’utilisation de briques est exclue. Les empreintes de quelques poteaux et les bois carbonisés laissent supposer la pratique du remplissage en bauge entre poteaux de bois (colombage), parfois recouverts d’enduits de terre. Pour ces deux derniers types de mise en œuvre, les terres plus fines, plus limoneuses, proviennent de l’utilisation, soit exclusive, soit en mélange avec le sédiment d’altération de la terrasse, du limon rouge existant dans le fond de la cuvette d’installation. Quelques traces indiquent encore l’utilisation de lœss et lehm (lœss altéré, plus argileux) provenant des hautes terrasses dominant Valence. C’est le seul matériau de construction en terre qui ne puisse être extrait sur le site, qui requiert donc un déplacement de quelques kilomètres. La recherche de matériaux fins peut indiquer une volonté de qualité dans la finition des bâtiments, particulièrement dans la couleur des enduits : jaune du lœss et rouge du limon de base du site. La présence de galets chaulés, ne provenant pas du terrain, indique que la chaux a pu servir de stabilisant pour la terre crue utilisée dans ces murs et également comme enduit blanc. La chaux, les enduits et un bon compactage de la terre crue ont aussi permis une meilleure isolation et une meilleure finition.

55Les échantillons anthracologiques du niveau d’incendie des bâtiments A et B, analysés sur le site de Beaume (tabl. I) mettent en évidence différents approvisionnements tant en bois d’œuvre (matériel) qu’en bois de chauffage (lignum).

56Dans le mur nord du bâtiment A (fig. 17, 18), l’armature végétale est un clayonnage –probablement entre deux ossatures de treillis– de branches de chêne caducifolié, d’orme champêtre et de hêtre (bois entrelacés et tressés), maintenu par des montants en chêne. Le chêne est un bois résistant à la compression et à la flexion. Il est fort apprécié comme bois de construction. L’orme a les mêmes qualités que le chêne avec une résistance à l’humidité. Ce bois est utilisé, comme le chêne, aussi bien pour les charpentes, que pour l’ébénisterie, l’artillerie, etc. La terre crue sert de garnissage à cette armature qui en volume n’apparaît pas prépondérante par rapport à la terre.

FIG. 17
Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : bâtiment A, répartition des essences de bois dans les éléments muraux effondrés.

FIG. 18
Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : bâtiment A, armature de bois du mur nord.

57Les murs en terre crue n’ont pas de fondation en galets ou en pierre, ce qui n’est pas gênant si le sol est bien drainé, stable et les murs bien compactés : « Les fondations sont inexistantes pour les murs en adobe ou en pisé. On choisit un emplacement où le sol est stable, et on tasse le sol à l’emplacement de la future construction » (Tharan 1987 : 507). En Gaule méridionale, C.-A. de Chazelles (1996 : 276) indique « que 3 murs sur 4 sont bâtis directement à partir du sol ». À Beaume, les murs sont construits directement sur le terrain aplani à cet effet.

58Le premier bâtiment (xiie s.), limité à un solin et son angle, est construit en gros galets locaux de calcaire blanc liés par du limon argileux sableux brun. Les bâtiments D et E (xive-xve s.) ont également des fondations en galets de calcaire blanc de provenance locale, liés soit avec de la terre, soit avec du mortier. Les murs sont bâtis avec des gros galets pour les parements et des petits pour le blocage.

59Si l’on écarte le premier bâtiment, le hameau de Beaume a évolué d’une architecture en terre crue à une architecture en galets et en pierre – pour les fondations des bâtiments D et E au moins, il n’est pas dit qu’aux xive-xve s. les élévations n’aient pas été en terre. Que cela soit de la terre crue ou des galets, les bâtiments sont construits principalement avec des matériaux locaux.

1.3.2 Les toitures

60Les nombreux fragments de tuiles canales surcuites, présentes dans les fosses-silos des bâtiments A et B en rejet secondaire, laissent supposer que les toitures de ces bâtiments étaient en tuiles. Il en est de même pour le bâtiment E : des fragments de tuiles avec mortier ont été retrouvés dans les niveaux de démolition à l’extérieur.

61Ces toitures devaient reposer sur une charpente à fermes et pannes, car aucun poteau, central ou axial, n’a été trouvé à l’intérieur de ces bâtiments.

62Les constructions en terre crue devaient disposer d’un toit suffisamment incliné et débordant pour protéger les murs contre les ruissellements.

1.4 Économie et éléments du paysage

1.4.1 Économie pastorale

63Les possessions hospitalières et cisterciennes décrites dans les archives et les cartulaires correspondent à des exploitations agricoles affermées. Aux xiie et xiiie s., les fermages se perçoivent sous forme de redevances (décimas, taschiis) en argent ou en nature. Le vocabulaire désignant ces exploitations est relativement vague. Il est question de condamina qui semblent être des unités agricoles comportant des structures bâties, de grangia, parfois de cahanaria qui renvoient plutôt à des installations précaires liées à l’élevage, de novalia désignant alors les essarts. Les redevances en nature fournissent des éléments plus précis sur l’activité agricole des terres. En 1224, l’abbaye de Léoncel s’engage à fournir du blé, du froment, de l’avoine, du vin, du fromage, un porc et de la laine de mouton au donateur de son pré aux Chirons (sex sestarios bladi, tres frumenti, tres silignis, unum modum vint puri, six caseos, unum porcum, quinque vellera ovium : Chevalier 1869 : XCIII). Cette liste nous renseigne sur la nature des productions des exploitations avoisinantes.

64Les graines découvertes principalement sur les niveaux de sol et d’occupation des bâtiments A et B (xiiie s.) et dans les silos 2 et 3 –en position secondaire– correspondent pour la plupart à des plantes domestiques (cf. chap. 16). Il s’agit, pour le bâtiment B, de céréales comme le seigle et l’avoine et, pour le bâtiment A, de légumineuses, notamment la lentille. On retrouve du seigle et de l’avoine dans les silos, associés à des restes fruitiers : pommier, vigne cultivée, noyer, etc.

65Les céréales, les lentilles, les fruits, devaient constituer une part importante de l’alimentation des habitants de Beaume qui disposaient aussi d’avoine pour les bêtes. La répartition des graines nous renseigne aussi sur la répartition fonctionnelle des espaces et nous permet de distinguer les zones de stockage des zones de cuisine.

66Le nombre restreint des silos (trois) témoigne d’un stockage à usage domestique.

67Les espèces animales présentes sur le site (cf. chap. 17) sont principalement le porc, le mouton ou chèvre, le bœuf, l’âne, le cheval et le chien, avec une dominante de restes de bovins. La récupération de la viande sur ces espèces suppose une consommation des animaux domestiques.

68L’économie pastorale est fortement implantée dans la plaine de Valence. Le cartulaire de l’abbaye de Léoncel comporte, du xiie au xive s., un ensemble de dix documents consacrés aux droits de pâturage et de passage des troupeaux dans le mandement de Châteauneuf-sur-Isère. Cet usage, exempt de toute limitation à son origine, va, à partir de 1282, être restreint aux périodes de transhumance (Chevalier 1869 : CCXLVII, CCLII). L’accélération de la mise en culture de nouvelles terres est certainement à l’origine de ces limitations. Les cisterciens acquièrent, en 1185, un pré aux Chirons où leurs troupeaux paissent avant d’être conduits jusqu’aux ports installés sur les rives du Rhône. Les hospitaliers, dès 1170, sont possesseurs d’une bergerie, ovile, avec des agneaux et des brebis sur les essarts qu’ils possèdent aux Chirons (Chevalier 1891 : XLII). En 1217, celle-ci est incorporée à une exploitation comportant une grange (condamina sub grangia hospitalis : Chevalier 1891 : CIV).

1.4.2 Éléments du paysage

69Le contexte sédimentaire permet d’apporter quelques données sur le paléoenvironnement. Le faible développement des traces d’hydromorphie dans cette position en creux, révèle des conditions climatiques peu humides ou/et un bon drainage. Le rapide recouvrement des vestiges qui intervient depuis le versant après l’abandon indique qu’ils n’étaient pas protégés par une forêt ou une prairie, et devaient être en culture. La charge anthropique – microcharbons, matière organique – due à l’activité humaine et aux amendements, conférant leur couleur brun grisé aux sédiments, confirme cette hypothèse. Par ailleurs, les transformations rapides du paysage, sensibles avant et après l’habitat, montrent que des évolutions morphogéniques non négligeables ont encore eu lieu dans des temps historiques peu éloignés (cf. chap. 14).

70Les résultats des analyses anthracologiques effectuées sur le site de Beaume (tabl. I) montrent qu’à l’époque médiévale (xe-xiiie s.), le bas Dauphiné était une zone où le hêtre a pu se maintenir tardivement au sein d’une chênaie à chênes pubescents plus ou moins déstructurée par des défrichements temporaires. Sans former un véritable modèle forestier de résistance, un traitement adapté a pu permettre à certaines essences de se maintenir dans des sols filtrants et profonds (stations fraîches et humides). Les fragments de charbons de bois du xiiie s. traduisent bien un paysage en transformation, où les zones alluviales ont connu une évidente exploitation anthropique, permettant ainsi une mise en valeur de zones jusque-là mal exploitées.

71L’arboriculture du noyer (Juglans regia), peut-être même de pomoïdées, et la viticulture (Vitis vinifera) marquent également dès cette période le visage du terroir.

72Cette emprise humaine réalisée en plaine semble s’être manifestée aussi dans des zones de latitude ou d’altitude supérieures, émargeant une récolte de bois dans un contexte bioclimatique (de supraméditerranéen à montagnard) différent de celui, mésoméditerranéen, entourant le site.

73La présence de bruyères dans certains échantillons indique que celles-ci auraient pu s’installer avec le hêtre et le noisetier sur des terres défrichées, grâce à une humidité élevée et à des températures fraîches. Le frêne et les salicacées –indicatrices de ripisylve– leur sont associés dans les prélèvements ; cet ensemble « éricacées, frêne, hêtre et salicacées » forme une dynamique végétale sur les zones alluviales boisées touchées par l’action humaine. La récolte de bois dans une zone alluviale est confirmée par le nerprun associé à la chênaie pubescente et à la hêtraie thermophile, avec le frêne et les salicacées : il peut être très fréquent dans les haies sur sols calcaires ou dans les taillis arbustifs sur sols alluviaux humides et fertiles.

74Enfin, l’intégration, dans la formation forestière typique de l’étage bioclimatique supraméditerranéen d’espèces appartenant au contexte inférieur (étage mésoméditerranéen), comme le chêne vert et les oléacées peut être réalisée.

75Ainsi, nous aurions affaire à un paysage en transformation dans lequel des espèces rares deviennent fréquentes profitant des ouvertures temporaires des couverts et où des espèces se réfugiaient encore dans des contextes anthropiques qui leur étaient favorables.

76Le paysage est fortement modelé par l’activité humaine du xie au xve s. Au xe s., le secteur est dominé par la forêt de Bayanne s’étendant alors du sud de Romans aux abords de Valence (Chevalier 1898 : VIII, CXVII, CXVIV). Des exploitations agricoles dont la superficie n’est pas déterminable sont cependant mentionnées. Dès la fin du xie s., les textes montrent une accélération de l’aménagement du paysage. Les exploitations, sous la poussée des implantations religieuses, forment des ensembles disséminés, malgré la prédominance vivace de la forêt. Mais celle-ci est progressivement réduite par les granges cisterciennes (grangia), les fermes de Saint-Félix et les exploitations hospitalières (condamina). Les défrichements des hospitaliers aux Chirons, à partir de 1170, s’accentuent au cours du xiiie s. (Chevalier 1891 : XLII, CIV). La forêt coexiste alors avec les unités agricoles exploitées par des fermiers en faire-valoir indirect ; elle fournit le bois indispensable à la construction de bateaux (Wullschleger 1995). Au xve s, les terriers (ADD : 40 H 169-262) indiquent au sud de Beaume, au lieu-dit Chambaud, des vignes, des terres cultivées et des bois ; au nord, au lieu-dit Les Chirons, le défrichement paraît avoir été plus radical, il n’est plus question de forêt ou de bois. À Beaume même, l’espace forestier se réduit aux mentions de taillis et de bois (ADD : 40 H 164 ; 40 H 169).

77L’étude de la microfaune du site a montré que les représentants de la faune sauvage –martre ou fouine, taupe et mulot– témoignent de surfaces panachées entre bois et prairies à sols frais et profonds (Valour et al. 1996). Ces animaux sont venus après la destruction des bâtiments A et B, puisqu’ils ne sont pas calcinés. Actuellement, le campagnol provençal est reconnu comme un inconditionnel des vergers rhodaniens et recherche les sols frais mais bien drainés. Le loir lui-même est un grand amateur de fruits. Le mulot, pour sa part, fréquente les broussailles en marge des prés et des bois. La taupe, quant à elle, recherche les sols frais, meubles et profonds et préfère à ce titre les terres travaillées aux surfaces bien pâturées. Elle ne craint pas de séjourner dans les taillis un peu lâches.

1.5 Conclusion

78Dans le bas Dauphiné, les défrichements ont commencé plus tardivement que dans d’autres régions et se sont donc poursuivis tout au long du xiiie s. (Lorcin 1983 : 136). Ils sont liés à partir du xiie s. à une dynamique de peuplement qui ouvre de nouvelles zones d’habitat dans la plaine de Valence. Le hameau de Beaume pourrait s’être constitué à la suite d’un essart hospitalier à la croisée de chemins, le long desquels s’est installé l’habitat.

79À la fin des xive-xve s., dans les textes, le hameau comprend un ensemble de cinq maisons ayant chacune une cour, un jardin et pour certaines, une grange. La situation de ce hameau est comparable à celle du hameau de Trainecourt en Normandie au xiiie s. Dans les deux cas, il s’agit d’une installation liée à un défrichement (Taupin 1996).

80L’abandon des structures archéologiques fouillées se situe au xve s., mais l’habitat reste occupé puisqu’un hameau existe encore aujourd’hui et qu’il est mentionné dans les archives aux xvie-xviie s. et sur la carte de Cassini au xviiie s.

81L’ensemble funéraire indépendant de tout lieu de culte pose le problème du contexte religieux qui apparaît, à l’époque, assez complexe. Les documents d’archives montrent que les limites de paroisses, pour la période concernée (xiie-xiiie s.), subissent des variations. En effet, le peuplement lié aux défrichements forme de nouveaux pôles d’habitat, dont le statut à l’égard des paroisses déjà existantes est problématique. Certains ont pu, à un moment ou à un autre, avoir été des paroisses, qui ont ensuite disparu. Ainsi, l’église de Saint-Marcel-lès-Valence forme, de manière éphémère au cours des xiie-xiiie s., une paroisse autonome qui est ensuite absorbée par Saint-Pierre de Bourg-lès-Valence, Alixan et les possessions hospitalières.

82D’autres hameaux de la plaine de Valence semblent également pris dans cette dynamique. La nécessité de constituer de nouvelles localités en raison des défrichements devait alors être considérée comme l’amorce d’un regroupement « paroissial », dont le lieu de culte ne fut parfois jamais édifié. Leur développement a pu être ralenti par la dissémination des propriétaires ecclésiastiques et la divergence de leurs intérêts.

831998

Table des illustrations

Légende FIG. 3 Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : extrait de la carte IGN (en gras les voies médiévales, en encadré les toponymes reconnus du Moyen Âge).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22918/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende FIG. 4 Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : le mandement au XVIIIe s. (document conservé aux Archives départementales de la Drôme, cote 21G51).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22918/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende FIG. 5 Extrait de la levée du Dauphiné et de ses confins par J.‑H. de Beins en 1613 (Dainville 1968 : pl. XXXVIII).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22918/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 6 Extrait de la carte de Cassini, feuille 122, vers 1779 (document conservé à l’Institut géographique national).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22918/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende FIG. 7 Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : plans par phase.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22918/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende FIG. 8 Châteauneuf-sur-Isére/Beaume : mobilier céramique retrouvé sur le sol de la phase 1. 1 pot à pâte rouge ; 2 marmite à pâte rouge glaçurée ; 3 oule à pâte grise ; 4, 5 coquemars à pâte grise avec décor ; 6 fond plat de marmite à pâte grise.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22918/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 9 Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : le bâtiment de la phase 2, répartition du mobilier au sol.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22918/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 10 Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : mobilier céramique des contextes de la phase 2. Niveau de cour : 12 pichets à pâte rouge glaçurée ; 3 cruche à pâte grise ; 47 marmites à pâte grise glaçurée ; 8 marmite à pâte rouge glaçurée. Silo 1 : 911 anse et fonds de marmites à pâte grise.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22918/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 11 Châteauneuf-sur-Isére/Beaume : bâtiment B, répartition du mobilier au sol.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22918/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende FIG. 12 Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : mobilier céramique des contextes de la phase 3. Niveau de cour : 1‑4 pichets à pâte rouge glaçurée ; 5‑9 marmites à pâte grise. Bâtiment B, niveau d’occupation : 1011 coquemars avec décor incisé à pâte grise ; 12 forme ouverte à pâte grise.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22918/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende TABL. I Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : résultats bruts de l’analyse anthracologique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22918/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende FIG. 13 Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : mobilier céramique des contextes de la phase 4. Destruction du bâtiment D : 1 marmite à pâte rouge glaçurée ; 6 marmite à pâte grise glaçurée. Bâtiment E : 2 marmite à pâte grise glaçurée ; 3 marmite à pâte rouge glaçurée ; 8 fond plat de marmite à pâte grise. Destruction ou amas de galets : 45 marmites à pâte rouge glaçurée ; 7 oule à pâte grise.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22918/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 14 Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : mobilier céramique des contextes de la phase 4. Cour : 2 cruche à pâte grise. Fosses : 4 décor sur pâte rouge, glaçure polychrome ; 5, 6 céramiques verte et brune importées. Amas de galets : 1 cruche à pâte rouge ; 7 fond de pichet à pâte rouge glaçurée. Bâtiment D : 3 pichet à pâte rouge ; 8 fond de pichet à pâte rouge. Bâtiment E : 9 fond de pichet à pâte rouge.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22918/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 15 Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : bâtiment A, pans de murs rubéfiés effondrés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22918/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 16 Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : bâtiment B, pans de murs rubéfiés effrondrés
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22918/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 17 Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : bâtiment A, répartition des essences de bois dans les éléments muraux effondrés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22918/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 18 Châteauneuf-sur-Isère/Beaume : bâtiment A, armature de bois du mur nord.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22918/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 27k

Auteurs

Archéologue médiéviste, responsable de secteurs et archiviste à l’Afan au moment des fouilles sur le tracé du TGV

Spécialiste de la microfaune quaternaire, Association recherches paléoécologiques en archéologie, département microfaune

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search