Version classiqueVersion mobile

Habitats, nécropoles et paysages dans la moyenne et la basse vallée du Rhône (viie-xve s.)

 | 
Odile Maufras

Introduction

Odile Maufras

Texte intégral

  • 1 – Tous ces travaux n’auraient pas vu le jour sans le travail des agents des services régionaux de l (...)

1Les travaux archéologiques réalisés en amont du chantier de construction de la ligne 5 du TGV-Méditerranée ont permis la découverte de nombreux sites préhistoriques et historiques qui ont avantageusement renouvelé la carte des implantations humaines anciennes. La période médiévale n’a pas manqué de bénéficier de cet apport d’informations ; seize sites occupés entre les ve-viie s. et le xve s. ayant été mis au jour sur l’ensemble du tracé ferroviaire. Deux sont excentrés et n’ont pas été retenus dans cet ouvrage qui expose les données recueillies sur les quatorze autres, installés dans la vallée du Rhône1.

2Les sites sont répartis sur quelque 300 km de long, depuis les rives de l’Isère au nord jusqu’aux pieds des garrigues nîmoise et montpelliéraine au sud (fig. 2). Ils sont pour la plupart établis dans la moyenne vallée du fleuve, entre Valence et Orange, les quatre plus méridionaux étant dans la basse vallée. Ils s’inscrivent donc dans un cadre géographique large, auquel l’omniprésence du Rhône donne sa cohérence, et dans des paysages variés. Au nord, le tracé du TGV longe à bonne distance la rive gauche du Rhône –de 12 à 18 km– et recoupe les terrasses de la plaine de Valence, les premiers reliefs du Vercors et les collines du bas Dauphiné. Plus bas, il se rapproche du lit majeur rhodanien et croise la plaine de la Drôme, la Valdaine puis les basses plaines du Tricastin et d’Orange. Au-delà il change de rive, reste dans la plaine rhodanienne, coupe celle du Gardon, gagne les Costières de Nîmes en bordure de la plaine littorale méditerranéenne qu’il longe sur sa frange occidentale. Il y traverse la plaine du Vidourle avant d’atteindre la banlieue de Montpellier. Ce long parcours s’inscrit largement dans la zone climatique méditerranéenne, bien qu’au nord, le climat sec et chaud se dégrade sous l’effet des influences alpines et centre-européennes.

FIG. 2
Localisation des sites médiévaux reconnus sur le tracé du TGV‑Méditerranée.

3Des bords de l’Isère au Languedoc oriental se développe faire linguistique occitane qui offre aux zones traversées une certaine homogénéité culturelle. Ces zones sont néanmoins variées par leur histoire et leurs découpages religieux et politiques. Les terroirs pris en compte se répartissent en effet au Moyen Âge entre six diocèses, ceux de Valence, Viviers, Saint-Paul-Trois-Châteaux, Orange, Avignon et Nîmes, eux-mêmes dépendants de trois provinces ecclésiastiques : Vienne, Arles, et Narbonne. D’un point de vue profane, ils relèvent de comtés qui dépendent du royaume de Pépin le Bref puis de l’empire de Charlemagne à l’époque carolingienne, ensuite du royaume de France et du royaume de Bourgogne au xe s., puis du royaume de France et du Saint-Empire romain germanique à partir du xiie s.

4Parce que le tracé du TGV-Méditerranée évite Valence, Montélimar, Orange, puisqu’il contourne Avignon et s’interrompt avant Montpellier, aucune ville n’est touchée. En campagne, le tracé évite les villages et passe au plus loin des habitats actuels, en limite des communes. Toutes les découvertes archéologiques correspondent ainsi à des aménagements agricoles et routiers et à des habitats qui n’ont pas survécu au Moyen Âge. Deux de ces établissements correspondent à des habitats groupés, la majeure partie sont des écarts qui regroupent des locaux ou des bâtiments d’habitation et des aménagements d’exploitation agricole et/ou artisanale.

5Les sites découverts n’ont pas été traités de manière uniforme. Les vestiges modestes de l’occupation médiévale reconnus par les diagnostics n’ont pas fait l’objet de fouilles poussées au-delà de l’évaluation, les sites plus importants, par contre, ont été exploités dans le cadre de chantiers de sauvetage plus ou moins longs. Mais ce sont surtout les contraintes propres à l’archéologie d’urgence qui ont occasionné les plus grandes disparités. Les sites n’ont pas été observés dans leurs limites propres, mais dans les limites de l’emprise de la ligne ferroviaire –soit sur une largeur de 20 à 40 m– parfois augmentée de l’emprise des zones d’emprunt de matériaux. Ainsi sur les quatorze occupations médiévales reconnues, cinq ont été explorées entièrement ou très largement : le hameau de Beaume à Châteauneuf-sur-Isère, le bâtiment des Vignarets à Upie, l’habitat de Bourbousson à Crest, l’établissement rural de L’Hortal à Chabrillan et les deux maisons successives de Constantin sur la commune de Monboucher-sur-Jabron. Deux sites n’ont été recoupés que partiellement, mais sur une vaste surface, permettant d’en saisir la nature : l’habitat groupé de Saint-Martin à Chabrillan et les marges de la villa de Saint-Gilles le Vieux à Aimargues. Seule une petite partie des sept autres sites traversés par le tracé du TGV a été perçue, au point que leur extension exacte n’est pas restituable et leur nature parfois difficile à identifier ; ils documentent les finages. Ainsi le tronçon dégagé du chemin de Gontardin à Monboucher-sur-Jabron illustre la permanence des principales voies de communication sur la rive gauche du Rhône depuis l’Antiquité. Les aménagements des Treilayes à La Roche-sur-Grane, les épandages des Girardes à Lapalud, les foyers et les fosses des Ribauds à Mondragon, du Porge à Roquemaure, de Codoyères à Tavel et du Pont des Ânes à Baillargues participent des activités agricoles pratiquées sur les terroirs.

6Parmi les sites, sept illustrent le début du haut Moyen Âge, c’est-à-dire la période du vie au viiie s. : l’établissement agricole de l’Hortal, la première installation bâtie de Constantin, les vestiges de plein champ des Girardes, des Ribauds, du Porge et de Codoyères, et la première occupation de l’établissement du Pont des Ânes. Les habitats isolés des Vignarets et de Bourbousson, et les silos de la seconde occupation de l’Hortal sont utilisés autour de l’an mille. La seconde maison de Constantin est habitée au xie s. C’est à cette époque que naît ou se densifie l’habitat de Saint-Martin qui perdure jusqu’au xiiie s., et que sont aménagés les fosses et fossés des Treilayes et que le site du Pont des Ânes est réutilisé. Le hameau de Beaume est plus récent : il est occupé entre le xiie et le xve s., tandis que le site de Saint-Gilles et le chemin de Gontardin sont occupés sur une période plus longue ; le premier depuis la fin du ive ou le ve s. jusqu’au xiie s., le second depuis l’Antiquité jusqu’à la fin du Moyen Âge ou le courant de l’époque moderne. Le ixe s. est peu illustré –ou peut-être peu reconnu. Cette absence est récurrente sur les sites de la moyenne vallée du Rhône (Faure-Boucharlat 2001 : 33-34) tandis qu’au sud du tracé, l’existence d’un marqueur local –la céramique claire peinte– a permis la reconnaissance à Saint-Gilles de contextes de cette période, toutefois peu nombreux.

7Les sites médiévaux mis au jour dans le cadre des travaux archéologiques sur le tracé de la ligne du TGV-Méditerranée constituent une documentation complémentaire de celle acquise par les travaux des historiens et la recherche archéologique programmée. Cette dernière s’est longtemps attachée aux sites religieux et castraux, comme en témoigne encore le nombre des publications liées aux programmes H16 et H17 de la recherche archéologique métropolitaine (Ministère de la Culture 1997). Les sites ruraux, plus largement pris en compte depuis les travaux précurseurs de G. Démians d’Archimbaud (1980) et de J.-M. Pesez (1998) sont nécessairement ceux reconnus par l’existence de ruines encore prégnantes dans le paysage, en particulier les castra. Ces recherches touchent rarement les établissements ruraux isolés et réduits, à défaut de pouvoir les identifier : les petits sites de la campagne médiévale laissent rarement leur trace dans le découpage parcellaire, ils ne sont qu’exceptionnellement mentionnés dans les textes et, peu visibles au sol, ils échappent souvent à la prospection pédestre. Seuls les travaux de décaissement systématique engagés dans le cadre des fouilles de sauvetage permettent leur reconnaissance.

8Les données recueillies sont disséminées et ne permettent pas de dresser un tableau complet renouvelant la connaissance des campagnes médiévales, ni même de compléter ponctuellement celle des modes et des circonstances de l’occupation de tels ou tels des terroirs traversés. Cependant, ces données documentent plusieurs aspects du monde rural, dont certains, particulièrement nourris, ont été traités dans ce volume, à la suite de la présentation monographique des sites. Sur plusieurs sites ont été découverts les vestiges de bâtiments d’habitation ou agricoles. Leur architecture de pierre et surtout de terre et de bois, parfois conservée dans des conditions exceptionnelles, est analysée dans une synthèse qui fournit plusieurs exemples ruraux isolés à l’étude de la maison médiévale, jusqu’ici principalement connue en milieu urbain (Grasse 1988 ; Sournia, Vayssettes 1991 ; Esquieu, Pesez 1998), ou villageois (Démians d’Archimbaud 1980 ; Bailly-Maître, Bruno-Dupraz 1994 ; Colin et al. 1996).

9Cinq sites funéraires mis au jour sur le tracé du TGV, ont été associés à trois autres, fouillés dans le cadre de la construction de l’autoroute A46, au sud de Lyon, pour analyser le phénomène des petites nécropoles du haut Moyen Âge isolées et sans édifice religieux associé. Elles témoignent, d’une part d’une certaine permanence des pratiques funéraires antiques à côté de la mise en place des paroisses et de leurs cimetières et d’autre part de la dispersion plus ou moins grande des habitats qui les ont générées.

10Le mobilier céramique des sites de la Drôme et du nord du Vaucluse –qui reflète la double influence delphinale et provençale– a fait l’objet d’une étude homogène visant à mieux caractériser la vaisselle du haut Moyen Âge de la moyenne vallée du Rhône. Les autres objets collectés sur les sites ont été regroupés en un catalogue qui complète l’illustration du matériel domestique, et documente, dans une moindre mesure, la parure et l’habillement, l’artisanat et la vie cultuelle ainsi que les activités agricoles. Deux outils métalliques ont notamment été mis au jour, qui rappellent l’importance du fer dans le monde rural, importance par ailleurs confortée par la présence de forges sur trois sites.

11L’économie et l’alimentation sont appréhendées également au travers des études de la faune et des restes végétaux. Les deux approches montrent une production et une consommation variées dominées par le bœuf et le blé nu (le froment ?) probablement exploité dans le cadre d’une culture biennale. Cette dernière est peut-être pratiquée sur des essarts dont l’existence est avancée par l’analyse anthracologique. Le Moyen Âge connaît deux grandes périodes de défrichement et/ou de déboisement : la première aux ixe-xe s. est ici peut-être illustrée par le site d’Upie, doté de deux forges ; la seconde, sans doute de moindre ampleur, à partir du xiie s., coïncide avec le développement des domaines religieux. Le site de Beaume a pu voir le jour dans ce contexte. Ces deux étapes de conquête des sols semblent avoir réduit le couvert forestier dans une mesure qu’il est difficile de préciser : la lecture géo-archéologique ne perçoit plus guère ce couvert au-delà du viiie s. –la forêt se serait trouvée réduite au profit des prairies humides– tandis que l’analyse anthracologique montre encore une certaine prégnance des bois pendant tout le Moyen Âge autour des sites fouillés.

12Enfin les études géo-archéologiques, menées systématiquement entre Valence et Orange, tant sur les sites archéologiques que dans les sondages sans vestiges de la phase de diagnostic, et couplées aux études réalisées antérieurement dans la région, ont permis d’analyser les évolutions du climat, d’observer l’impact des pratiques agropastorales sur le milieu et de cerner l’évolution du paysage. Les conclusions de cette recherche renouvellent les connaissances, jusqu’ici principalement acquises par les sources écrites. C’est là sans doute l’apport le plus novateur –tant par la méthode que par les résultats– des contributions des travaux archéologiques sur le tracé du TGV-Méditerranée à l’étude du monde rural médiéval.

132000

Notes

1 – Tous ces travaux n’auraient pas vu le jour sans le travail des agents des services régionaux de l’Archéologie de Rhône-Alpes, de Languedoc-Roussillon et de Provence-Alpes-Côte d’Azur et des coordonnateurs de ces mêmes services et de l’Afan (Inrap) qui ont œuvré en amont de toute l’opération pour sa mise en place et sa bonne conduite. La réalisation du manuscrit, rendue difficile par la dispersion sur le territoire national des nombreux auteurs, a bénéficié de l’encouragement de nos collègues de diverses institutions et en particulier des précieux conseils et de la disponibilité d’Élise Faure-Boucharlat à qui ce volume doit beaucoup. Que tous soient ici sincèrement remerciés.

Table des illustrations

Légende FIG. 2 Localisation des sites médiévaux reconnus sur le tracé du TGV‑Méditerranée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22903/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 119k

Auteur

Archéologue médiéviste, responsable d’opérations et de recherches à l’Institut national de recherches archéologiques préventives. Odile Maufras conduit depuis 1994 des opérations de fouille de sauvetage sur des sites ruraux et urbains, principalement en Languedoc et en Provence. Elle a notamment participé à l’encadrement d’opérations de terrain sur des grands tracés, comme le TGV Méditerranée, et s’est fortement impliquée dans la préparation des publications correspondantes. Parmi nombre d’autres activités, citons les études archéologiques et les analyses architecturales du château des Baux-de-Provence (Bouches-du-Rhône) et les fouilles du tunnel de la Major au pied de la cathédrale de Marseille. Odile Maufras a été membre de la commission interrégionale de l’archéologie du Centre-Est de 1998 à 2002.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search