Version classiqueVersion mobile

Le plateau de Mondeville (Calvados)

 | 
Antoine Chancerel
, 
Cyril Marcigny
, 
Emmanuel Ghesquière

Chapitre 10 .Synthèse

10 Summary

Antoine Chancerel et Cyril Marcigny

Résumé

Au terme de ces présentations monographiques, il est tentant d’essayer de dresser un bilan global et de replacer chaque gisement dans une perspective historique. Si pour les périodes néolithiques la singularité des structures découvertes sur le plateau de Mondeville ou leur dispersion ne permettent aucune analyse spatiale, pour la Protohistoire en revanche, les données sont plus conséquentes. Elles dessinent, ce qui est extrêmement rare, un ensemble suffisamment cohérent pour que s’ouvrent quelques voies de réflexion nouvelles sur les notions de terroir et d’occupation du sol.

Texte intégral

1Au terme des présentations monographiques qui viennent d’être faites, il est tentant d’essayer de dresser un bilan global et de replacer chaque gisement dans une perspective historique au travers d’un axe fédérateur. Le seul qui soir commun à tous les sites est bien évidemment le lieu. Ce qui unit tout d’abord ces sires, c’est la récurrence de l’occupation sur un même espace géographique à différents moments de l’Histoire. Mais ce lieu est bien sûr artificiel et entièrement dépendant des opportunités de l’archéologie préventive. Il est de plus l’assiette d’occupations discontinues, différentes en nature ou en étendue et qui ont laissé des témoignages inégalement conservés. Alors, unité de lieu sans unité de temps ? Sans continuité historique ? Sans Histoire ? Assurément non. Mais celle-ci ne peut pas être écrite à l’échelle de cette fenêtre, si grande soit-elle par ailleurs. L’archéologie du paysage, très à l’ordre du jour pour les fouilles concernant la période historique, est ici finalement peu opérante. On verra cependant que les résultats acquis à Mondeville permettent, pour l’âge du Bronze, d’importantes ouvertures en matière de territoire, d’organisation de l’espace ou de « géopolitique » pour employer un terme moderne.

2Plus intéressant que la notion de site, qui n’offre ici que des spots se succédant dans le temps, le modèle d’évolution régionale fournit également un autre angle pour mesurer l’importance des données acquises à Mondeville. À l’image des briques composant une construction, chaque découverte trouve bien évidemment place dans la chronologie des cultures et, se faisant, contribue à enrichir le débat sur les diverses influences, changements ou continuités qui caractérisent leur succession.

10.1 Vers un modèle du Néolithique ancien-moyen régional

3La venue de nouvelles séries fournit une occasion d’essayer de mettre en perspective les données régionales actuellement disponibles et de tirer les enseignements du Projet collectif de recherches (PCR) élaboré sur ce thème entre 1991 et 1995. Un des axes premiers de ce PCR concernait l’affinement du cadre chrono-typologique qui demeurait jusqu’alors plein d’incertitudes. Avec l’accroissement des ensembles mobiliers, dont bien évidemment ceux de Mondeville, les relations avec les régions voisines, Armorique et Bassin parisien, ont été réexaminées. Il apparaît aujourd’hui clairement que la Basse-Normandie occupe une position de premier plan pour relier entre elles les cultures de ces deux entités géographiques. La région se rattache à l’orbite des civilisations danubiennes pour les phases les plus anciennes qui traduisent une colonisation néolithique précoce. Au début du Néolithique moyen II, au contraire, s’opère un mouvement très fort de bascule vers le monde atlantique avec l’expansion du premier mégalithisme. Celui-ci s’atténuera vers le milieu et la fin de la période sous l’effet d’un rééquilibrage des influences.

4Les plus anciens témoignages néolithiques en Basse-Normandie sont sans doute les vases éponymes du paléosol de La Hoguette à Fontenay-le-Marmion dans le Calvados (fig. 129). Leur situation géographique et surtout leur datation ont fait l’objet, depuis leur découverte (Caillaud, Lagnel 1972), de nombreux commentaires (Jeunesse 1986 ; 1987) sur lesquels il n’est guère utile de revenir dans le détail. Cette céramique est associée en Alsace et en Allemagne au Rubané ancien mais aussi récent (Van Berg 1 990) et ne peut donc être postérieure à 4900 BC. Le paléosol qui les contient, où figurent par ailleurs des éléments incontestablement Cerny (Chancerel et al. 1992a), est donc hétérochrone, comme c’est bien souvent le cas. Plus explicites, sont les vestiges inédits récemment mis au jour à quelques kilomètres au nord de Mondeville en 1996, sur la commune de Colombel les. Là, sur le même plateau qui domine la basse vallée de l’Orne, ont été reconnues, par sondages pour le moment, les traces d’une importante occupation que le mobilier situe à la phase ancienne du Villeneuve-Saint-Germain ou, plus vraisemblablement, à la fin du Rubané récent du Bassin parisien (Ghesquière, Marcigny 2000). Cette découverte montre que les civilisations rubanées ont atteint les marges du Massif armoricain et que le front pionnier de cette colonisation a été plus rapide qu’on ne le supposait jusqu’alors. Vers 4800-4700 BC, si l’on suit la chronologie proposée par D. Mordant pour la Bassée (Mordant 1997), la néolithisation de la Basse-Normandie est, en effet, pleinement accomplie.

FIG. 129
Évolution du mobilier céramique au Néolithique.

5Les découvertes se rapportant à la phase récente du VSG, loin de perdre du relief avec ces données nouvelles, s’insèrent dans le processus d’évolution sur place des cultures danubiennes, où le poids des régions de l’ouest, et en particulier de la Bretagne et des Pays-de-la-Loire, s’affirme (Marcigny et al. 1999). Sur différents sites, dont celui de Mondeville où est encore présent le modèle danubien des maisons, on constate que certaines matières premières, comme les schistes briovériens ou ordoviciens du Massif armoricain, ont été exploitées et surtout diffusées vers l’est jusque dans la vallée de la Seine vers Mantes (Giligny et al. 1998). À l’inverse, se retrouve diffusé vers l’ouest cette fois jusqu’en Ille-et-Vilaine à Saint-Étienne-en-Coglès, un silex particulier, dit « du Cinglais » dont les gisements sont localisés en rive droite de l’Orne, à une vingtaine de kilomètres au sud de Caen (Ghesquière et al. à paraître). Il semble donc que ces matériaux certainement très prisés pour leurs qualités intrinsèques aient été au cœur de réseaux d’échanges complexes entre l’Armorique et les marges occidentales du Bassin parisien, un peu à l’image de ceux qui ont été envisagés entre le schiste ardennais et le silex tertiaire de l’ȋle-de-France (Bostyn 1994). S’il est trop tôt pour caractériser dans le détail ces transferts est-ouest, il n’en reste pas moins qu’ils n’ont pu se développer qu’une fois consolidées et durablement établies les premières implantations néolithiques de l’ouest. Il ne fait guère de doute que d’autres sites VSG, et peut-être même plus anciens, ponctueront dans l’avenir toute la Bretagne jusqu’à la pointe du continent.

6Au Cerny, la Basse-Normandie appartient encore clairement à l’aire des civilisations du Bassin parisien. Les corpus actuels ne permettent pas d’entrevoir une quelconque périodisation régionale, mais déjà des influences méridionales sont perceptibles comme la présence de blé aestivo-compactum ou d’un vase à bouche carré à Ernes, Calvados (San Juan, Dron 1998 ; Ghesquière et al. 1999a). Dans le domaine funéraire, les nombreux monuments allongés répertoriés en Basse-Normandie (Desloges 1997) appartiennent à la grande famille des sépultures monumentales des vallées de l’Yonne et de la Seine, même s’il existe à Sarceaux, dans l’Orne (Chancerel, Desloges 1998), un tertre dont les plus proches éléments de comparaison sont certains tertres tumulaires armoricains. Le début du Néolithique moyen II, vers 4200-4000 BC, marque une rupture avec l’évolution précédente. Pour la première fois, une coupure nette apparaît avec les cultures du Bassin parisien tandis que s’opère un recentrage vers le monde armoricain dont le trait le plus saillant est, bien entendu, la multiplication des grands cairns funéraires. Ces monuments construits en plaquettes calcaires abritent une ou plusieurs chambres funéraires reliées à l’extérieur par une galerie. La filiation entre les monuments Cerny et ces édifices, dont les prototypes conservent le plan allongé, est encore incertaine. Ce qui est sûr, cependant, c’est que seuls ceux des régions atlantiques leur ont donné une postérité, la tradition du gigantisme funéraire disparaissant à la fin du Cerny dans le Bassin parisien. Des monuments comme ceux de Er-Grah à Locmariaquer (Morbihan) et de Colombiers-sur-Seulles (Calvados ; Chancerel 1998) pourraient représenter les jalons intermédiaires entre les anciennes sépultures monumentales Cerny, de type Sarceaux par exemple, et les dolmens à couloir classiques.

7Pour caractériser ce recentrage vers les régions de l’Ouest, il manquait jusqu’à présent un corpus de vestiges mobiliers suffisamment étoffé. Les découvertes effectuées à Monde ville sont arrivées à point nommé pour combler cette lacune. L’assemblage domestique appartient à la même étape chronologique que le mobilier des grands dolmens à couloir de la région. Les rapprochements avec l’Armorique sont manifestes avec la céramique même si une composante régionale transparaît nettement. Celle-ci se manifeste notamment au travers d’un certain nombre de dominantes originales comme celles des ovicaprinés ou celles de l’orge qui suggèrent des rapprochements avec le monde méditerranéen, et surtout celles des ciseaux et des tranchets qui sont d’obédience plus continentale. Un gradient EO est d’ailleurs perceptible pour ces outils qui disparaissent sitôt franchie la limite du Massif armoricain.

8Les phases qui suivent cette première étape du Néolithique moyen II sont peu documentées mais elles semblent cependant montrer un retour au sein des cultures du Bassin parisien. Ainsi, les mobiliers de Soumont-Saint-Quentin/Mont Joly, dans le Calvados (Edeine 1965), diffèrent de l’assemblage de Mondeville et sont à rapprocher de ceux du Chasséen septentrional (Martinez, David 1991). Mais c’est surtout dans le domaine funéraire que s’opère le principal changement avec l’amorce du déclin de la grande architecture. Il est tout à fait étonnant que les remarquables et nombreuses constructions à chambres rondes ou quadrangulaires de Basse-Normandie n’aient pas été suivies, comme en Bretagne, d’une floraison de types évolués à chambres compartimentées, évasées ou bien encore avec transept dont dérivent les modèles de la fin du Néolithique. Les mégalithes qui prendront le relais appartiennent tous, en effet, à la catégorie des sépultures en allée. Il en est de même d’ailleurs dans les autres régions péri-armoricaines. Tout se passe donc comme si un coup d’arrêt avait été porté à cette dynamique monumentale prometteuse. On a l’impression qu’une sorte de repli général de l’idée mégalithique se manifeste dans tout le monde atlantique à la fin de cette première phase du Néolithique moyen II où la grande architecture funéraire avait pourtant connu une expansion rapide. En Basse-Normandie, la juxtaposition des nombreux plans de ces édifices met en lumière la remarquable homogénéité typologique, et sans doute chronologique, des chambres funéraires (Billard, Chancerel 1998). Si l’on accepte les modèles d’évolution phylogéniques de celles-ci élaborés à partir de la Bretagne (Giot 1981 ; Le Roux et al. 1980 ; Boujot, Cassen 1992), force est de constater que toute la série des types intermédiaires (entre les dolmens à couloir et les sépultures en allée) n’existe que dans cette région, où ils sont d’ailleurs peu abondants. Le repli semble donc s’être opéré sur le bastion originel du mégalithisme et il faut attendre le Néolithique récent, dans les contrées périphériques, pour voir à nouveau se développer, peut-être sous l’impact d’influx continentaux qui restent à mieux apprécier, des formes nouvelles de sépultures collectives en bois ou en grandes dalles.

10.2 La fin du Néolithique

9Les données acquises à Mondeville sur cette période sont malheureusement trop sporadiques pour renouveler ce chapitre qui reste encore le parent pauvre de la recherche régionale. Sur le plan de la culture matérielle, aucun des deux sites étudiés à Mondeville ne permet de dépasser le simple constat descriptif, tant sont insignifiantes les séries de vestiges collectés. Plus intéressantes sont les structures elles-mêmes. La fosse de L’Étoile, datée par le seul 14C, ouvre assez peu de perspectives d’exploitation historique ou ethnographique, tant sa singularité la cantonne pour le moment au rang des données anecdotiques.

10L’enceinte du MIR, en revanche, représente un ouvrage certes modeste, à peine plus de 1500 m2, mais cependant remarquablement structuré dans sa forme et la symétrie de ses accès. La limitation des zones explorées dans l’aire interne ainsi qu’aux alentours fait que l’on ignore tout de sa vocation. La datation par le mobilier ou par le 14C n’apporte pas non plus de réponses claires quant à sa position chronologique. Il n’en demeure pas moins que cette fortification de plaine est, pour l’instant, la plus ancienne de Basse-Normandie, les seuls ouvrages attribuables au Néolithique moyen étant des sites d’éperon barré, par ailleurs peu abondants. La prospection aérienne menée depuis plus de 10 ans, spécialement dans la plaine de Caen, a révélé plusieurs centaines d’enceintes fossoyées. Certaines ont fait l’objet de sauvetages ou de sondages systématiques mais, jusqu’à présent, toutes ont été datées de la Protohistoire. Les tentatives pour identifier des structures néolithiques sur des enceintes à interruptions multiples, par exemple, se sont soldées par des échecs, ces structures appartenant à chaque fois à l’âge du Bronze. Quelles que soient les propositions d’attributions chronologiques faites pour cette enceinte, Néolithique récent ou Campaniforme, sa construction s’inscrit dans un processus d’accentuation des hiérarchies, ces enceintes étant traditionnellement considérées, sinon comme des places centrales au sens moderne du terme, du moins comme de possibles centres de pouvoir politique et/ou économique. Sans préjuger d’une certaine diversité toujours envisageable des formes d’habitat à cette période, on peur considérer qu’un tel site fortifié représentait néanmoins une sorte de marqueur territorial (au même titre que les mégalithes ou les camps des périodes antérieures) et que sa réalisation a été guidée par le besoin de concentrer en un même lieu une partie des fonctions de l’espace social.

10.3 Le nouveau tableau de l’âge du Bronze régional

  • 1 – Ce travail est actuellement complété, au niveau régional, dans le cadre du PCR créé en 1999 sur « (...)

11Pour cette période, l’apport des fouilles de Mondeville est également considérable. Les séries d’objets mobiliers qui en proviennent sont, en effet, les premières à avoir été collectées sur des sites à caractère domestique. Elles viennent alimenter et surtout renouveler une recherche régionale essoufflée qui se cantonnait jusqu’alors aux seuls témoins métalliques (Verrou 1976a ; Briard, Verney 1996) et au phénomène des dépôts (Verrou 1983). Les vestiges renseignent principalement la seconde moitié du Bronze moyen avec les deux grandes enceintes de L’Étoile et de la ZI sud, cette dernière étant parfaitement calée du point de vue typo-chronologique par un assemblage d’objets métalliques qui lui confère un statut de référence interrégionale. Ces apports récents à la recherche combinés aux fouilles de sauvetage couvrant d’autres segments chronologiques de l’âge du Bronze (Marcigny 2001) permettent la mise en perspective de l’ensemble des données déjà acquises et dresser ainsi un nouveau tableau de cette période en Basse-Normandie1.

12Le substrat du Bronze ancien est encore peu documenté. Plusieurs sites littoraux identifiés dans le nord Cotentin, à Lingreville/Bricqueville-sur-Mer/La Vanlée (Billard et al. 1995), Les Pieux/Sciotot (Verron 1977) et Réville/Jonville (inédit), appartiennent pour tout ou partie à cette phase. Les conditions de collecte en surface de plages font qu’à chaque fois les assemblages céramiques, parfois très importants, demeurent difficiles à utiliser. Plus solides sont les vestiges associés à la première phase du parcellaire loti de l’île de Tatihou (Marcigny, Ghesquière 2003) qui regroupent une bonne part des caractères reconnus sur les autres sites côtiers, en particulier Réville, tels que, pour la céramique, les anses en arceaux et les décors de fines cannelures ou de lignes incisées (fig. 130).

FIG. 130
Évolution du mobilier céramique â l’âge du Bronze (échelles diverses).

13Les données concernant le Bronze moyen et le début du Bronze final sont plus conséquentes. Une enceinte sondée dans le cadre du PCR sur le Néolithique à Thaon, à quelques kilomètres au nord de Mondeville, trouve sa place au début du Bronze moyen. Le mobilier restreint, comportant une urne à cordon lisse et anse arciforme, marque l’extrême fin du groupe des urnes à décor plastique. Le corpus de la deuxième phase du parcellaire loti de l’île de Tati hou, le seul actuellement disponible dans le département de la Manche, est constitué de vases hauts fermés, sans col, à paroi rectiligne ou légèrement courbe (bucket urns) et, dans une moindre mesure, de formes basses ouvertes. Les moyens de préhension sont des languettes disposées en symétrie binaire sur les cordons digités ou lisses. Un vase à quatre anses a permis l’observation du seul moyen de suspension. Les décors consistent en cordons digités ou lisses et/ou en boutons. Ce mobilier peut être placé entre la fin du Bronze ancien et le début du Bronze moyen (dans une phase ancienne du groupe anglais de Deverel-Rimbury ?).

14La double enceinte de Mondeville sud, bien datée de la fin du Bronze moyen par l’association d’une hache à talon de type normand, d’une pointe de lance et d’une épingle proche du type de Saint-Germain-au-Mont-d’Or, a livré un corpus céramique tout à fait classique du groupe de Deverel-Rimbury (bucket urns, urne à cordons digités, gobelet à décor de boutons, anse, etc.). L’enceinte de L’Étoile, moins bien datée en l’absence de mobilier métallique, comporte un assemblage attribuable à la même mouvance culturelle (urne à cordons et surface peignée, cordons digités ou décorés de chevrons, gobelets à décor de boutons, impressions digitées sur la panse, anses, etc.) avec cependant des éléments rattachés au groupe anglais de Trevisker, théoriquement plus ancien. Paradoxalement, les productions métalliques de la seconde partie du Bronze moyen en Basse-Normandie ne comportent que de rares objets de tradition clairement britannique, leur répertoire restreint illustrant surtout une bipolarité culturelle Armorique/bassin inférieur de la Seine (Verney 1993 ; Briard, Verney 1996).

15Le site de Cussy, récemment fouillé sur le tracé de la déviation de Bayeux (Calvados), est un des rares sites documentés de la fin de l’âge du Bronze (Marcigny et al. 1998). Il s’agit d’un habitat, ouvert cette fois-ci, comportant deux bâtiments, un silo et des fosses qui ont livré un corpus céramique dominé par des formes simples (tronconiques ou droites) attribuables à la fin du Bronze final. Hormis les très nombreux dépôts métalliques, cette période n’était représentée, jusqu’à cette découverte, que par des sites fortifiés aux mobiliers mal connus et par quelques sites d’habitat ouverts analysés lors de fouilles de sauvetage à Cagny/AE8 (San Juan et al. 1996), Cahagnes (Jahier 1996) et un possible ring-fort sondé à Cagny dans le cadre du PCR sur le Néolithique (Desloges 1992). Ces sites n’ont pas livré de mobiliers suffisamment discriminants permettant d’assurer leur datation entre la fin de l’âge du Bronze et le début de l’âge du Fer. Les petits ensembles découverts à Mondeville pour cette tranche chronologique sont à la même enseigne et confortent tour au plus les résultats obtenus ailleurs qui montrent une forte affinité des corpus céramiques avec les groupes régionaux du Sud de l’Angleterre dits Plain Ware.

10.4 Le terroir et l’organisation de l’espace au début de la Protohistoire

16Si, pour les périodes néolithiques, la singularité des structures découvertes à Mondeville ou leur dispersion ne permettent guère d’analyse spatiale, pour la Protohistoire, en revanche, les données sont plus conséquentes. Elles dessinent, ce qui est extrêmement rare, un ensemble suffisamment cohérent (fig. 131) pour ouvrir quelques pistes nouvelles en matière de terroir et d’occupation du sol. La fenêtre ouverte lors de ces différentes interventions a, en effet, livré toute une série de témoins qui ont dû être, à l’échelle de temps qui nous occupe, plus ou moins contemporains. Ainsi, les deux enceintes de l’âge du Bronze représentent deux entités archéologiques de même statut, à la fois étonnamment proches dans l’espace et sur le plan typologique. La question de leur synchronie ou de leur diachronie n’a pu être tranchée à ce jour, ce qui laisse en suspens leur complémentarité (ou leur concurrence) et leur succession éventuelles. Ce qui est sûr, en revanche, c’est que les deux sites ont été abandonnés à un moment où leur système fossoyé était encore tout à fait fonctionnel et qu’ils ont eu des périodes d’occupation relativement brèves, comprises à l’intérieur d’une tranche chronologique assez courre autour de la fin du Bronze moyen. Ils ont donc nécessairement coexisté sous une forme ou sous une autre à un moment de leur histoire.

FIG. 131
Le « terroir » du plateau de Mondeville à l’âge du Bronze.

17Autour de ces enceintes, il ne semble pas y avoir eu de véritable parcellaire délimité par un réseau de fossés. Les rares structures périphériques identifiées sont des fosses et des cercles. Le maillage des tranchées de diagnostic, le fait que les décapages n’ont pas été étendus à l’extérieur des enceintes et les difficultés de lecture dans le limon brun font que les probables structures annexes d’emprise modeste ou faiblement excavées, comme celles qui peuvent être liées à l’habitat dispersé, n’ont pas été reconnues. Seule une fosse proche de la double enceinte montre que de tels éléments du système d’occupation étaient présents. Plus significatifs, et sans doute plus faciles à relier aux enceintes, sont les différents cercles dispersés aux alentours. Leur datation, tout comme celle des fosses isolées, n’est pas suffisamment précise pour qu’on puisse les rattacher sans ambiguïtés à la période d’occupation des enceintes. Cela dit, les structures de l’âge du Bronze sensu lato ne sont pas spécialement nombreuses sur ce plateau et celles qui existent pourraient fort bien appartenir à une seule et même occupation limitée de quelques siècles. Tout le secteur est, en effet, quasiment délaissé jusqu’à la période de La Tène où à nouveau l’espace se couvre d’un réseau dense de structures (fermes indigènes, parcellaires, chemins, etc.). Dans l’attente d’une monographie complète sur ces cercles, on considérera ici, sur la base des rares données chronologiques disponibles, une date 14C pour des os humains de la nécropole de cercles du MIR, à savoir Gif 9195 : 3080 ± 60 BP, soit 1488-1171 BC (fig. 132), et un tesson caractéristique sur l’un des cercles de La Sente à Mondeville (col de grand vase décoré de cordons lisses orthogonaux), que cette proposition de datation est tout à fait plausible. La répartition de ces cercles, dans l’environnement proche des enceintes (fig. 131), fournir également un argument topographique supplémentaire à cette proposition.

FIG. 132
La nécropole de l’ȃge du Bronze du MIR. En noir, les structures funéraires ; en blanc, système d’enclos de l’âge du Fer (La Tène moyenne et finale).

18La présence de ces cercles confère à l’espace périphérique des enceintes une vocation à tout le moins funéraire. Sans préjuger d’autres fonctions (agricoles ou domestiques) dont les traces ont pu largement disparaître (1 fosse), ces structures trouvent un écho singulier dans la présence d’éléments non domestiques à l’intérieur des fossés d’enceintes eux-mêmes, comme les restes humains, les objets métalliques ou les dépôts fauniques. Aussi, et sans remettre en question les conclusions établies précédemment dans chacune des monographies, on doit constater qu’à l’image des fossés, l’espace proche des enceintes comporte lui aussi une forme de dichotomie entre des témoins liés à des activités purement domestiques et des témoins relevant d’autres comportements évoquant une activité cultuelle ou religieuse. Pour singulière que puisse être cette constatation, sa portée reste toutefois extrêmement limitée. Il serait en effet particulièrement hasardeux de pousser ici plus avant la quête légitime de sens. Tous ces témoins (sites funéraires et enceintes) sont en effet déconnectés, séparés les uns des autres et sans relations stratigraphiques directes.

19Cette portée limitée peut être dépassée par un changement d’échelle. L’élargissement du cadre d’étude ouvre, en effet, des perspectives d’interprétation peut-être plus sûres de ces sites. L’existence de plusieurs enceintes de plaine, dont une peut-être établie dès la fin du Néolithique ou le Bronze ancien, incite à se poser la question du statut de la Plaine de Caen au début de la Protohistoire. La simple observation de la carte archéologique régionale montre à quel point cette région est d’une incroyable richesse au plan archéologique, pour toute la Protohistoire (fig. 133). Sans entrer dans un débat sur le déterminisme géographique en archéologie, il est clair que cette région naturelle recèle beaucoup plus de sites qu’aucune autre et que cette situation a plutôt tendance à s’intensifier avec la poursuite des recherches. Ce n’est donc peut-être pas un hasard si l’on y rencontre précisément des enceintes comme celles dont il est question ici. Cette concentration hors du commun d’habitats peut être vue comme le signe d’une richesse supérieure à celle des autres régions, richesse mise à profit par les élites de la Protohistoire pour accroître, dès la fin du Néolithique, la différenciation de statuts sociaux qui aboutira aux chefferies constituées de l’âge du Bronze.

FIG. 133
Sites protohistoriques recensés en Basse-Normandie.

10.5 Taphonomie et portée des résultats

20Enfin, pour terminer, on pourrait déplorer que l’espace n’ait pas fait l’objet d’une approche plus détaillée. La méthode classique du diagnostic en tranchées montre ici ses limites. Cela dit, il n’est pas certain qu’il existe, hormis des décapages irréalistes, un moyen terme permettant un cadrage plus fin de la réalité, comme par exemple un maillage resserré de tranchées. Les phénomènes taphonomiques ont, en effet, ici une incidence prépondérante. L’observation des vestiges ne devient, en général, aisée qu’à 80 cm de profondeur et une part essentielle de la documentation disparaît donc avant que ne débute l’analyse.

21Tout au long de l’étude, la réflexion a été largement tributaire des conditions de conservation des sites. Le plateau de Mondeville est tout à fait démonstratif des effets d’une économie agricole relativement agressive vis-à-vis du milieu, tout au moins aux débuts de sa mise en culture. Les retours répétés d’installations domestiques et les alternances vraisemblables de délaissement ont façonné des conditions édaphiques particulières ainsi qu’une « anthropisation » poussée des processus d’évolution des sols. Beaucoup d’hypothèses et de restitution ont essayé de tenir compte de ces facteurs. C’est ce qui explique l’importance du volet sol/érosion dans la plupart des études. Cette préoccupation taphonomique se retrouve jusque dans la lecture géomorphologique – c’est-à-dire dynamique – de certains remplissages archéologiques. Les propositions d’interprétation qui en ont été faites se trouvent cependant parfois en contradiction avec d’autres résultats obtenus dans ce domaine, tels ceux de R. Langhor (Langhor 1990 ; Fechner, Langhor 1998) qui voit dans certaines fosses silos, des structures d’extraction. De même, ce chercheur défend une très grande inertie des profils des structures fossoyées une fois celles-ci abandonnées, alors qu’ici d’autres scénarios ont été envisagés. Les conclusions qui ont émaillé ce travail ne sauraient donc être prises comme des références en soi mais exploitées seulement à des fins heuristiques. Elles n’ont d’autre prétention que de concourir au débat inoffensif sut la signification des témoins archéologiques.

Notes

1 – Ce travail est actuellement complété, au niveau régional, dans le cadre du PCR créé en 1999 sur « les habitats et l’occupation du territoire à l’âge du Bronze et au début du premier âge du Fer en Basse-Normandie », sous la coordination de C. Marcigny.

Table des illustrations

Légende FIG. 129 Évolution du mobilier céramique au Néolithique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22817/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende FIG. 130 Évolution du mobilier céramique â l’âge du Bronze (échelles diverses).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22817/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende FIG. 131 Le « terroir » du plateau de Mondeville à l’âge du Bronze.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22817/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 132 La nécropole de l’ȃge du Bronze du MIR. En noir, les structures funéraires ; en blanc, système d’enclos de l’âge du Fer (La Tène moyenne et finale).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22817/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende FIG. 133 Sites protohistoriques recensés en Basse-Normandie.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22817/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 34k

Auteurs

Conservateur en chef du Patrimoine longtemps en poste au service régional de l’Archéologie de Basse-Normandie et aujourd’hui au Musée national de Préhistoire des Eyzies-de-Tayac, après un passage par la Guadeloupe comme conservateur régional de l’Archéologie, Antoine Chancerel est spécialisé en Préhistoire récente. Il a dirigé de nombreuses recherches, principalement sur le Mésolithique et le mégalithisme de Normandie, et notamment un chantier franco-britannique sur le tumulus allongé de la Commune Sèche à Colombiers-sur-Seulles (Calvados). Il a assuré le suivi scientifique de nombreuses opérations préventives, dont celle de Mondeville.

Archéologue, responsable d’opérations, spécialisé dans l’étude des sites du Néolithique et de l’âge du Bronze, Cyril Marcigny est chargé d’opérations et de recherches à l’Inrap, chercheur associé à l’UMR 6566 « Civilisations atlantiques et archéosciences » (CNRS, ministère de la Culture, universités de Rennes 1, 2 et Nantes) et doctorant à l’EHESS (sous la direction de Jean Guilaine). Il a coordonné pendant près de cinq ans un PCR sur « Les habitats et l’occupation du territoire à l’âge du Bronze et au début du premier âge du Fer en Basse-Normandie » et a conduit de nombreuses fouilles préventives et programmées dans l’Ouest de la France parmi lesquelles on peut citer les occupations néolithiques et de l’âge du Bronze de Saint-Vigor-d’Ymonville (Seine-Maritime), les habitats du Bronze moyen de la plaine de Caen (Calvados) ou le système parcellaire de l’âge du Bronze ancien et moyen de l’île de Tatihou (Manche).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search