Version classiqueVersion mobile

Le plateau de Mondeville (Calvados)

 | 
Antoine Chancerel
, 
Cyril Marcigny
, 
Emmanuel Ghesquière

Chapitre 9. Une fosse du Bronze final/ premier âge du Fer au Haut Saint-Martin (Mondeville)

9 A Late Bronze / Early Iron Age pit at Haut Saint-Martin (Mondeville)

Cyril Marcigny et Valérie Renault

Résumé

Le décapage exhaustif de 60 000 m2 sur l’ensemble des parcelles du Haut Saint-Martin et de la Delle Saint-Martin a permis l’observation, parmi de nombreuses structures relevant d’une occupation quasi continue depuis la Protohistoire jusqu’à l’époque médiévale, d’une unique fosse datée de la fin du Bronze final / début du premier âge du Fer (fouille V. Renault). Le mobilier est constitué d’éléments céramiques correspondant à trois individus attribuables et d’un petit lot d’ossements de faune.

Texte intégral

1Le décapage exhaustif de 60 000 m2 sur l’ensemble des parcelles du Haut Saint-Martin et de la Delle Saint-Martin en 1992 et 1993 a permis l’observation d’une structure de la fin du Bronze final ou du début du premier âge du Fer (Renault 1993). Celle-ci est située en limite orientale du chantier dans une zone essentiellement reconnue par des sondages mécaniques (cf. supra fig. 3, site 9).

2Dans cette partie du site, la formation limoneuse superficielle est épaisse et les structures en creux sont parfais difficiles à lire. Lorsque les remplissages sont constitués de limon brun semblable à l’encaissant et qu’ils sont dénués d’éléments exogènes naturels ou anthropiques, seule la partie inférieure des structures inscrites dans le lœss clair sous-jacent permet de distinguer des contours. Dans ce cas, les vestiges contenus dans le seul limon brun ne peuvent être assignés à une structure déterminée. De même, aucun lien stratigraphique unissant éventuellement des structures différentes ne peut être perçu. Pour le petit ensemble présenté ici, ces difficultés n’ont pas permis de repérer précisément le contexte des vestiges observés.

9.1 La structure

3Elle est située au SO des décapages du Haut Saint-Martin, dans un secteur fortement perturbé par de nombreuses carrières de lœss et une petite occupation médiévale. Les contraintes de lecture déjà exposées ci-dessus ont motivé une reconnaissance partielle de cette partie du gisement à l’aide de tranchées.

4Lors de l’approche mécanique d’un petit fossé d’un mètre de largeur, un lot céramique et quelques ossements ont été mis au jour dans l’horizon de limon brun décarbonaté. Cette couche détritique ne se prolongeait malheureusement pas au-dessous du niveau de lecture des structures. Malgré un relevé précis en trois dimensions des artefacts et l’ouverture d’une fenêtre, il a été impossible de distinguer la nature exacte du dépôt. En effet, aucun mobilier n’a été retrouvé lors de la fouille exhaustive du fossé sous-jacent. On ne sait donc pas si les éléments céramiques et osseux appartiennent au comblement supérieur de cette structure ou si, comme l’indique le débordement de la couche détritique en dehors des limites du fossé, il s’agit d’une fosse postérieure peu profonde qui aurait recoupé ce fossé. Dans ce cas, il pourrait participer du terroir des enceintes décrites plus haut (cf. supra chap. 6 et 7).

9.2 Le mobilier

5Il est constitué des éléments céramiques qui ont fourni la datation, mais aussi d’un petit lot d’ossements de faune. Certains os ont subi l’action du feu, d’autres se trouvaient en connexion anatomique. Leur faible nombre et le caractère isolé de la structure n’ont pas motivé d’étude archéozoologique.

6Le mobilier céramique est constitué de 32 tessons, appartenant à quatre individus au minimum. Trois d’entre eux ont pu faire l’objet d’une reconstitution de la partie supérieure de leur profil (fig. 128). Sur le plan technologique, la couleur des vases varie essentiellement du rouge-brun au noir : ces variations peuvent être les indices du mode de cuisson (oxydante ou oxydo-réductrice). L’observation macroscopique des céramiques révèle une bonne homogénéité des pâtes, la présence de nombreux fragments coquilliers fossiles mêlés à des cristaux de quartz qui peuvent appartenir à la matrice argileuse, ainsi que de nombreuses vacuoles. Seule la technique de montage au colombin semble avoir été utilisée (à l’exception du collage des cols). Le traitement de surface des vases est minimal et consiste en une égalisation sommaire à la main. La grande majorité des panses montre des traces de doigts. La céramique fine est minoritaire. Elle est représentée par deux tessons de taille centimétrique. Les formes reconstituables sont celles de récipients hauts de grandes dimensions. Il s’agit de trois cols de vases à profil biconique et col segmenté, décoré à la jonction col/panse. Les décors sont de trois types : ils peuvent être digités, impressionnés dans la pâte à l’aide d’un bâtonnet ou incisés.

FIG. 128
Le mobilier céramique.

9.3 Attribution chronoculturelle

7La datation d’un corpus céramique aussi réduit repose essentiellement sur des comparaisons de profils. Ceux de Mondeville trouvent de nombreux parallèles dans le nord de la France. Les décors linéaires réalisés au poinçon sur un col segmenté (ou éversé) trouvent leur place dans le Bronze final IIIa de Catenoy/Camp de César, Oise (Blanchet 1987), dans le Bronze final IIIb de Fresnes-lès-Montauban, Pas-de-Calais (Desfossés 1995), ou au début du premier âge du Fer à Choisy-au-Bac, Oise (Talon 1987). Au niveau régional, les habitats de Cussy (Marcigny, Ghesquière 1998) et de Cagny/AE8 (San Juan et al. 1996), respectivement datés de la fin du Bronze final et du début du premier âge du Fer, ont livré ce type de forme en association avec un assemblage céramique comparable aux corpus de la Plain Ware d’outre-Manche. Le traitement de surface des vases, sommaire avec de nombreuses digitations liées au façonnage, peut également être considéré comme un élément datant, comme cela a déjà été souligné sur les sites de Cussy et Cagny. Ce type de traitement de surface se compare tout à fait à celui des céramiques du gisement Bronze final/premier âge du Fer de Runnymede Bridge en Grande-Bretagne (Needham 1991).

9.4 Conclusion

8Le caractère isolé des données limite la portée des informations. Il est impossible de proposer une quelconque interprétation fonctionnelle du dépôt. L’intérêt unique de ce site réside donc dans le lot mobilier. La céramique de la fin du Bronze final et du début du premier âge du Fer est peu connue en Basse-Normandie. Cette période n’est en fait documentée que par les dépôts d’objets métalliques et les sites fortifiés dont on connaît mal le mobilier. Les quelques sites domestiques ou funéraires mis au jour récemment lors de fouilles de sauvetage à Cahagnes (Jahier 1997), à Cussy (Marcigny et al. 1998), à Soulangy (Jahier 1993) et à Cagny/AE8 (San Juan et al. 1996), dans le Calvados, lors d’une prospection à Lingreville dans la Manche (Billard et al. 1995) ou lors d’un programme de recherche (enclos de Cagny : Desloges 1992) sont les premiers éléments fugaces, sur le plan strictement régional, des occupations et de la culture matérielle de cette période. Ces sites n’ont pas fourni, à l’exception de Cussy et Cagny/AE8, un mobilier céramique discriminant permettant d’assurer leur datation. On mesure ainsi tout l’intérêt du mobilier de ce site, même s’il paraît à bien des égards relativement limité.

Table des illustrations

Légende FIG. 128 Le mobilier céramique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22812/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 42k

Auteurs

Archéologue, responsable d’opérations, spécialisé dans l’étude des sites du Néolithique et de l’âge du Bronze, Cyril Marcigny est chargé d’opérations et de recherches à l’Inrap, chercheur associé à l’UMR 6566 « Civilisations atlantiques et archéosciences » (CNRS, ministère de la Culture, universités de Rennes 1, 2 et Nantes) et doctorant à l’EHESS (sous la direction de Jean Guilaine). Il a coordonné pendant près de cinq ans un PCR sur « Les habitats et l’occupation du territoire à l’âge du Bronze et au début du premier âge du Fer en Basse-Normandie » et a conduit de nombreuses fouilles préventives et programmées dans l’Ouest de la France parmi lesquelles on peut citer les occupations néolithiques et de l’âge du Bronze de Saint-Vigor-d’Ymonville (Seine-Maritime), les habitats du Bronze moyen de la plaine de Caen (Calvados) ou le système parcellaire de l’âge du Bronze ancien et moyen de l’île de Tatihou (Manche).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search