Version classiqueVersion mobile

Le plateau de Mondeville (Calvados)

 | 
Antoine Chancerel
, 
Cyril Marcigny
, 
Emmanuel Ghesquière

Chapitre 8 .Les structures du Bronze final et du premier âge du Fer de la Delle Saint-Martin (Mondeville)

Late Bronze Age and Early Iron Age structures at La Delle Saint-Martin (Mondeville)

Cyril Marcigny

Résumé

Les vestiges présentés ont été découverts lors de la fouille d’un habitat dont l’occupation a duré de la Protohistoire jusqu’au XIIe s. de n.è. (fouille Cl. Lorren). Un premier ensemble se compose d’une petite fosse en cuvette qui contenait deux pesons en terre cuite, quelques silex taillés et des tessons divers. À 140 m au nord-ouest, les tranchées de sondage ont révélé un petit foyer en cuvette ; il contenait un lot de tessons appartenant à deux céramiques. La proposition de datation à retenir est celle de la fin de l’âge du Bronze ou du début de l’âge du Fer.

Texte intégral

  • 1 – Nous remercions les auteurs de la fouille de nous avoir laissé l’accès au mobilier et aux archive (...)

1Les vestiges présentés ont été découverts lors de la fouille d’un habitat dont l’occupation a duré de la Protohistoire jusqu’au XIIe s. de notre ère (cf. supra fig. 3, site 8). Ce site a été fouillé par Cl. Lorren avec la collaboration de F. Baille et J.-P. Legrain1.

8.1 Les structures

2Le premier ensemble se compose d’une petite fosse et d’une aire en partie noircie située à proximité immédiate. La petite fosse en cuvette (P4B5) creusée jusqu’au niveau d’apparition du calcaire en place, à 1,20 m au-dessous du sol actuel. Sa forme au niveau du fond est celle d’un rectangle aux angles arrondis, orienté NE-SO et mesurant 1,20 x 1 m (fig. 125a). Son remplissage est constitué de terre noire mêlée de charbons de bois. Le mobilier cantonné aux couches les plus profondes du comblement se compose de deux pesons en terre cuite (l’un entier et l’autre cassé en deux) et d’un gros galet brut. La fosse contient également quelques silex taillés et des cessons. L’aire noircie (P4BD4-5) en est séparée par un espace de 1 m et isolée des niveaux d’occupation supérieurs sous-jacents par une épaisseur de 50 cm de limon brun stérile. Elle est perturbée par des structures postérieures et s’étend sur quelques mètres, à une vingtaine de centimètres au-dessus de la roche en place. La couche représentant cette structure est composée de limon brun compact contenant par endroits des traces importantes de charbons de bois. Elle est relativement plane et étendue, sensiblement circulaire et bien circonscrite. Sa fonction et sa nature ne sont pas expliquées (fond de fosse, lambeau de sol, etc.). Des restes de plusieurs céramiques, en particulier une grande jarre décorée de cordons digités, ont été mis au jour. Certains tessons de P4B5 s’apparentent à ceux de P4BD4-5.

FIG. 125
Fosse P4B5 : a plan ; b pesons.

3À 140 m au NO de ce premier ensemble, les tranchées de sondage réalisées en 1977 pour localiser le site médiéval ont révélé un petit foyer en cuvette (L9H8). Celui-ci apparaissait dans le limon brun, à 40 cm sous la surface. De forme arrondie, il mesurait 1 x 0,7 m pour une profondeur de 25 cm sous son niveau d’apparition (fig. 126a). Il contenait, principalement dans sa partie est, des petites pierres rougies et surtout un lot de tessons appartenant à deux céramiques,

FIG. 126
Fosse L9H8 : a plan ; b mobilier céramique.

8.2 Le mobilier

4Trente-sept tessons ont été retrouvés dans la structure P4BD4-5. Dix-huit sont de teinte brun-jaune à brun-rouge et présentent des inclusions grossières issues de la décomposition d’un substrat granitique (fragments d’arkose, de quartz polycristallins et de nombreux micas conférant à la surface du vase un aspect micacé). Les dix-neuf autres tessons, plus sombres, sont façonnés dans une pâte à bioclastes fossiles. Ces bioclastes sont des débris de coquilles d’huîtres, d’échinodermes, de bryozoaires et de brachiopodes présentant un très mauvais classement (alternance aléatoire de fragments grossiers et de débris). Les tessons appartenant au premier groupe de pâte ont permis de remonter une jarre décorée. Le seul tesson remarquable du deuxième groupe est un col de forme probablement haute et fermée.

5Malgré le peu d’éléments recueillis et la fragmentation importante de la jarre (fig. 127), il est possible d’en proposer une reconstitution graphique. Les tessons appartiennent à une forme haute et fermée (diam. à l’ouverture du bord externe : 23 cm ; ép. : 0,8 cm ; diam. maximal : 25 cm ; h. : environ 40 cm). Son profil est biconique. La partie basse du vase est séparée de la partie haute par une carène anguleuse décorée de digitations et située aux trois quarts supérieurs du profil. Le col du vase est droit et surmonté d’une lèvre épaissie, légèrement ourlée. La jonction col/panse est décorée d’un épais cordon digité. Sur ce dernier prennent appui plusieurs cordons digités verticaux qui ornent la panse du vase.

FIG. 127
Mobilier céramique de la couche P4BD4-5 : jarre décorée et élément de bord.

6Les deux pesons en terre cuite de la fosse P4B5 (fig. 125b) sont tout à fait remarquables par leur taille (L. 16,5 cm ; diam. 7 cm et L. 14 cm ; diam. 8 cm). Ils sont formés de boudins d’argile perforés avant cuisson à l’aide de baguettes respectivement de 1 et 1,3 cm. Le poids important de ces deux objets (1 158 g pour le peson intact et approximativement 835 g pour le peson fragmenté) peut être un indice de leur utilisation en vue du tissage. Ils correspondent au double des pesons connus habituellement à l’âge du Bronze comme ceux, par exemple, des enclos de la ZI sud ou de L’Étoile (cf. supra chap. 6 et 7). Sur les deux pièces, la perforation est prolongée sur chaque tranche par un petit sillon modelé servant de guide au lien.

7Le comblement de la structure L9H8 a fourni une cinquantaine de tessons centimétriques appartenant à un vase haut et fermé, globulaire, à fond plat (diam. à l’ouverture du bord externe : 18 cm, ép. : 0,7 cm, diam. maximal : 24 cm ; h. : 26 cm), ainsi qu’un tesson à pâte vacuolaire appartenant à la partie haute d’une petite forme basse et ouverte, munie d’un col droit surmonté d’une lèvre Légèrement ourlée vers l’intérieur (diam. à l’ouverture du bord externe : 16 cm, ép. : 0,5 cm). Ces deux récipients appartiennent au groupe des pâtes à bioclastes.

8.3 Éléments de datation

8L’attribution chronologique de ces deux ensembles restreints est délicate. La grande urne à pâte micacée du premier ensemble ne trouve pas de comparaison directe. Elle semble cependant être l’aboutissement de plusieurs influences. La forme générale évoque le Bronze final et le début de l’âge du Fer, époques où les profils segmentés dominent les corpus céramiques. Les digitations sur la carène sont également un type de décor classique dans les lots céramiques de la fin de l’âge du Bronze jusqu’à La Tène ancienne. Plus discriminants sont le col et la lèvre que l’on retrouve sur les urnes de la fin du Bronze moyen et du Bronze final I contemporaines du complexe Deverel-Rimbury (groupe de Trevisker pour la forme de la lèvre). Enfin et surtout, la présence de cordons digités horizontaux et verticaux rappelle trop la grande urne peignée de L’Étoile datée de la fin du Bronze moyen et/ou du début du Bronze final I (cf. supra chap. 6 et fig. 78) pour que ce rapprochement ne conduise pas à la même attribution chronologique. Il en est de même, malgré des différences morphologiques, avec les pesons qui sont présents sur les autres sites de l’âge du Bronze de Mondeville. La cohérence des mobiliers issus de la fosse et de la couche ainsi que leur isolement topographique suggèrent que ces deux structures constituent un même ensemble archéologique.

9Le vase graphiquement complet ainsi que la forme basse de la structure L9H8 sont des formes ubiquistes que l’on connaît en contexte d’habitat, de l’âge du Bronze final au début du second âge du Fer. Cependant, en orientant les recherches vers la même tranche chronologique que l’ensemble précédent, on trouve des parallèles dans le corpus de Runnymede Bridge (Needham 1991), qui est un des plus complets pour la fin de l’âge du Bronze et le début de l’âge du Fer en Grande-Bretagne. La forme basse, en particulier, se retrouve dans l’US 1 datée de la fin de l’âge du Bronze. Le vase globulaire ne trouve pas d’éléments de comparaisons au sens strict du terme dans les assemblages céramiques d’outre-Manche, mais plusieurs éléments de col dans cette même US de Runnymede Bridge sont relativement proches. Au niveau régional, quelques récipients hauts et fermés, à profil plus ou moins globulaire, ont été mis en évidence à Cagny (Calvados) sur deux sites du Bronze final/premier âge du Fer (Desloges 1992 ; San Juan et al. 1996). Le vase de Mondeville est cependant légèrement différent, en particulier au niveau de la lèvre qui est beaucoup moins complexe que sur les exemplaires de Cagny, L’assemblage céramique de Cussy (Calvados), qui est le plus étoffé à ce jour en Basse-Normandie pour la fin de l’âge du Bronze (Marcigny et al. 1998), ne présente aucun parallèle avec Mondeville. La proposition de datation à retenir est donc celle de la fin de l’âge du Bronze ou du début de l’âge du Fer, les deux formes de la fosse L9H8 étant proches des contextes post-Deverel-Rimbury, en particulier la Plain Ware (Barrer 1980).

Notes

1 – Nous remercions les auteurs de la fouille de nous avoir laissé l’accès au mobilier et aux archives de fouille.

Table des illustrations

Légende FIG. 125 Fosse P4B5 : a plan ; b pesons.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22807/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 126 Fosse L9H8 : a plan ; b mobilier céramique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22807/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 127 Mobilier céramique de la couche P4BD4-5 : jarre décorée et élément de bord.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22807/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 39k

Auteur

Archéologue, responsable d’opérations, spécialisé dans l’étude des sites du Néolithique et de l’âge du Bronze, Cyril Marcigny est chargé d’opérations et de recherches à l’Inrap, chercheur associé à l’UMR 6566 « Civilisations atlantiques et archéosciences » (CNRS, ministère de la Culture, universités de Rennes 1, 2 et Nantes) et doctorant à l’EHESS (sous la direction de Jean Guilaine). Il a coordonné pendant près de cinq ans un PCR sur « Les habitats et l’occupation du territoire à l’âge du Bronze et au début du premier âge du Fer en Basse-Normandie » et a conduit de nombreuses fouilles préventives et programmées dans l’Ouest de la France parmi lesquelles on peut citer les occupations néolithiques et de l’âge du Bronze de Saint-Vigor-d’Ymonville (Seine-Maritime), les habitats du Bronze moyen de la plaine de Caen (Calvados) ou le système parcellaire de l’âge du Bronze ancien et moyen de l’île de Tatihou (Manche).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search