Version classiqueVersion mobile

Le plateau de Mondeville (Calvados)

 | 
Antoine Chancerel
, 
Cyril Marcigny
, 
Emmanuel Ghesquière

Chapitre 7. La double enceinte de l’âge du Bronze moyen de la ZI Sud (Mondeville, Grentheville)

7 Middle Bronze Age double enclosure on the South Industrial Estate (Mondeville, Grentheville)

Antoine Chancerel, Cyril Marcigny, Guy San Juan, Rose-Marie Arbogast, Stéphanie Clément-Sauleau, Montserrat Collillieux, Jean Le Gall, Joël Pellerin, Xavier Savary et Antoine Verney

Résumé

Un deuxième site de l’âge du Bronze moyen est situé dans la zone industrielle sud sur les communes de Mondeville et Grentheville (fouilles A Chancerel et G. San‑Juan). Il concerne cette fois-ci deux enceintes accolées qui n’ont pas pu être décapées entièrement. Le premier enclos, au nord, est de forme quasi ovalaire. Il est le plus ancien. Il mesure 60 m de longueur sur 45 m de largeur, soit une superficie de 2 550 m2. Le deuxième enclos s’appuie sur le côté sud du premier. De forme trapézoïdale, il mesure 70 m de longueur sur 40 m de largeur. Sa surface est de 4 500 m2. Le mobilier recueilli comprend de la céramique de tradition anglaise (culture de Deverel-Rimbury), des vestiges osseux et des objets en bronze (hache à talon, pointe de lance et épingle). L’ensemble est très cohérent et date d’une période comprise entre le xive et le xie s. av. J.-C.

Texte intégral

1Le site a été découvert dans le cadre du programme d’archéologie préventive systématique des terrains de la zone industrielle de Mondeville sud sur les communes de Mondeville et Grentheville (fig. 91). Il a été mis au jour lors d’un diagnostic réalisé par D. Leroy. La fouille a été réalisée en 1991 (cf. supra fig. 3, site 6), L’enceinte nord, alors seule identifiée, a été fouillée par G. San Juan. Au cours de cette opération, une extension vers le sud de cette enceinte a été identifiée mais non exploitée. La délimitation et la fouille de cette nouvelle partie du site ont été effectuées dans un second temps par A. Chancerel, en même temps que l’opération consacrée aux fosses du Néolithique moyen (cf supra, chap. 3).

FIG. 91
Localisation du site et contexte archéologique : C calages ; F structures de combustion ; CH plages charbonneuses. Les structures rapportées à l’âge du Bronze sont indiquées en noir. Toutes les structures repérées dans les tranchées de structures repérées dans les tranchées de diagnostic ont été figurées. Sauf diagnostic ont été figurées. Sauf mentions portées sur le plan, ces mentions portées sur le plan, ces structures n’ont pas été datées.

7.1 Contexte stratigraphique

J.P.

2Le site est implanté sur une formation superficielle lœssique quaternaire homogène. La stratigraphie naturelle est la suivante :

  • une terre végétale labourée sur une épaisseur de 30 cm ;

  • un limon brun pédogénéisé correspondant au sol holocène et actuel (épaisseur moyenne de 50 à 70 cm) ; à la base de cette formation s’est développé un horizon Bt peu marqué à superstructures légèrement prismatiques et îlots plus rougeâtres dispersés ; cet horizon Bt fait plus de 30 cm d’épaisseur mais varie plus ou moins en fonction des secteurs ; il est un peu plus épais vers l’est et le nord ; l’horizon intermédiaire A2 est assez organique et apparemment plus mince à l’intérieur de l’enceinte sud (10 cm au lieu de 20-25 cm) ; localement, par suite d’un effet de rideau lié à la présence d’une haie ancienne le long du chemin qui traverse l’enceinte nord, le limon brun atteint 1 m ;

  • un lœss éolien riche en lentilles sableuses et graveleuses et épais de 2 à 5 m ; il repose sur un substratum calcaire désagrégé et altéré.

3Le front de décarbonatation entre le lœss et le limon brun est bloqué relativement haut (vers 90 cm), à une cote nettement moins profonde que ce qui est habituellement observé sur des coupes pédologiques complètes. Cet état de fait pourrait résulter d’une troncature du sommet des profils, dont la chronologie n’est pas établie. Les processus d’érosion laminaire, toujours possibles, sont toutefois difficiles à invoquer ici, la situation topographique ne leur conférant pas une énergie importante. Reste l’évolution pédogénétique qui pourrait avoir été freinée par des conditions locales particulières. Outre une possible teneur plus forte en carbonates du lœss à cet endroit, ce qui expliquerait une résistance accrue à l’altération chimique, l’hypothèse la plus probable consiste à relier le développement modéré du sol brun lessivé à l’ancienneté et à l’intensité des pratiques agricoles dans ce secteur de la plaine de Caen. La complexation intense par les carbonates expliquerait la discrétion de l’horizon Bt qui subsiste parfois sous forme de restes déjà transformés.

4Toute la partie supérieure de la formation superficielle, y compris le sommet du lœss, est également fortement bioturbée avec de très nombreuses tubulures de vers et des galeries diverses. Cette activité biologique remanie en permanence les différents horizons et complique donc la lecture des faits archéologiques.

5Dans les deux formations inférieures carbonatées, lœss et calcaire, les structures en creux apparaissaient sur fond blanc, avec beaucoup de netteté. Les parties inscrites dans le limon brun sus-jacent sont illisibles sauf si le remplissage comporte des inclusions repérables (charbons, pierres, vestiges).

7.2 Mode d’intervention

6La double responsabilité dont a fait l’objet le site s’est traduite sur le terrain par des méthodes de fouilles et de relevés différentes. Cependant, dans les deux cas, un décapage mécanique a été effectué au tractopelle avec évacuation des déblais en rive. Celui-ci a été poussé jusqu’au niveau de lecture des structures, c’est-à-dire jusqu’au lœss clair, entre 0,80 et 1 m de profondeur (fig. 92). Il a consisté à suivre le tracé des fossés d’enceinte et à ouvrir des fenêtres. Lors de cette approche, tous les vestiges découverts ont été enregistrés en trois dimensions.

FIG. 92
Mode de décapage et conduite de la fouille du fossé.

7.21 L’enceinte nord

7Elle est ceinturée par un fossé de 175 m de long. Sur ce total, 25 m n’ont pas pu être décapés. Sur les 150 m décapés, 115m ont été fouillés (80 m manuellement et 35 m à la pelle mécanique). Les 35 m restants sont donc demeurés décapés mais non fouillés, ce qui porte à 60 m (1/3) la longueur de fossé restée inexplorée. La fouille mécanique du fossé a été effectuée par passes fines. Elle a été interrompue à chaque fois qu’une concentration de vestiges était rencontrée. La fouille manuelle a été conduite à la pelle et à la pioche. Des bermes de largeurs variables ménageant des coupes stratigraphiques ont été pratiquées entre les sondages. Elles sont au nombre de 16 et ont été relevées pour la plupart. Au cours des sondages, le mobilier a été coordonné en trois dimensions ou relevé par section métrique dans chaque sondage. L’altitude des vestiges a été systématiquement enregistrée.

8À cet enclos sont surimposés un chemin constituant l’actuelle limite communale entre Mondeville et Grentheville et une haie. Ces deux structures occultent une surface archéologique approximative de 350 m2. La surface de l’enceinte est estimée à 2500 m2. Le décapage interne jusqu’au lœss clair a couvert environ 500 m2, soit un maximum de 20 % de l’espace.

7.2.2 L’enceinte sud

9Les 190 m de fossé de cette enceinte ont été reconnus dans leur totalité. Le tracé a été découpé en vingt tronçons de dimensions variables séparés par des bermes étroites (40 à 50 cm en moyenne), dégageant à peu près autant de coupes permettant de suivre l’évolution des couches de comblement sur l’ensemble du fossé. À l’exception de cinq tronçons, essentiellement sur le côté sud et totalisant 34 m (18 % du tracé), qui ont été fouillés mécaniquement, la fouille du fossé a été effectuée manuellement. Tous les vestiges ont été relevés en trois dimensions.

10La surface de l’enceinte est estimée à 2 550 m2. En dehors des agrandissements ponctuels exécutés lors de la mise au jour du fossé, quatre décapages de dimensions variables ont été réalisés dans l’aire interne. Le premier, placé sur le côté interne de l’entrée, a concerné 128 m2. Un deuxième décapage de 312 m2 a été réalisé le long du bord nord du fossé au niveau des fosses néolithiques S12 et S13 (cf. supra chap. 3) et de la jonction entre les deux enclos. Les deux derniers ont été ouverts au centre de l’enclos (respectivement 350 m2 et 90 m2). La surface interne de l’enclos a ainsi pu être appréhendée à 35 %. Ces décapages ont été effectués par passes fines, mais seuls 480 m2 (sur 880 m2) ont été conduits jusqu’au lœss clair.

7.3 Organisation du site

11Les principales données acquises lors de ces deux opérations concernent les fossés d’enceintes. Les décapages réalisés dans leur aire interne sont restés trop limités et n’ont livré que des structures peu nombreuses malheureusement impossibles à relier aux enceintes.

7.3.1 Plan général des enceintes

12Les deux enceintes accolées forment un vaste ensemble inscrit dans un rectangle orienté NE-SO, long de 125 m et large de 45 m, et d’une superficie d’un peu plus de 5000 m2. L’enceinte nord, la moins importante en taille, est à l’origine de l’édification de l’ensemble. L’enceinte sud vient en effet se greffer sur sa partie méridionale. Les deux enceintes possèdent chacune une interruption de leur fossé située à l’est, dans le tiers sud pour l’enceinte nord et dans le tiers nord pour l’enceinte sud, ménageant ainsi deux entrées distantes d’une trentaine de mètres.

13L’enceinte nord se caractérise par un plan de forme elliptique, de 60 x 45 m environ. Les grands côtés sont grossièrement rectilignes et parallèles alors que les petits sont courbes. Celui du sud est régulier et relativement ample alors que celui du nord se décompose en deux sections assez planes séparées par des angulations. L’entrée au SE est formée par une simple interruption du fossé large de 4 m. Des excroissances affectent le tracé du fossé au nord et à l’est. La plus septentrionale correspond à une galerie de tanière. À l’intérieur de l’enceinte, 5 fosses arrondies, 3 petites plages rubéfiées et 8 calages de poteau, tous non datés, ont été identifiés. L’enceinte sud est grossièrement rectangulaire (environ 70 x 40 m). Sa forme générale n’est cependant pas régulière. Son côté ouest présente une petite concavité qui confère à l’ensemble un tracé sinueux. Seuls les côtés est et sud sont véritablement rectilignes. Le côté est est interrompu dans son tiers septentrional par une entrée de 9 m de large. Les raccordements avec l’enceinte nord se font curieusement à l’aide de deux coudes qui rétrécissent la zone de contact. Les deux points de jonction se situent à une dizaine de mètres de part et d’autre de l’axe de symétrie de l’enceinte nord. Le tracé de l’enceinte a recoupé un silo néolithique au NO et un petit cercle incomplet au SO. Des fosses de tailles et de formes diverses occupent l’espace interne et des excroissances affectent, là encore, les bords du fossé.

14Les axes de symétrie des deux enceintes sont légèrement décalés l’un par rapport à l’autre, la façade de l’enceinte sud étant en retrait d’une petite dizaine de mètres par rapport à celle de l’enceinte nord. On remarque également que les seuls angles nets se situent aux quatre coins du dispositif d’ensemble et que les parties les plus courbes occupent la zone de contact. Par son tracé, l’enceinte sud est incontestablement une adjonction à l’enceinte nord.

7.3.2 Les fossés d’enceinte

15En plan, le tracé des fossés est relativement régulier, sans rétrécissement ou élargissement notables. De manière générale, les largeurs moyennes au niveau du décapage sont comprises entre 1,20 et 1,80 m. Les excroissances qui perturbent ponctuellement son plan correspondent à des structures non anthropiques, aux contours flous et aux profils irréguliers (chablis, terriers, etc.).

7.3.2.1 Creusement

16La profondeur moyenne des fossés est de l’ordre de 2 m à partir du sol actuel (1,70 à 2,10 m). Dans le détail, les variations observées entre les coupes restent mineures et ne font pas apparaître de différences significatives entre les deux enceintes. Seuls les côtés nord et est de l’enceinte nord montrent des profondeurs inscrites dans le lœss inférieures au mètre.

17La partie haute creusée dans le limon brun étant totalement illisible, seule la partie profonde inscrite dans le lœss a été analysée. La lecture des parois a été rendue difficile par la très forte bioturbation et par le peu de différences existant parfois entre l’encaissant et le remplissage. La réalisation de coupes débordantes à la pelle mécanique a cependant permis de pallier cet inconvénient et de valider les parois obtenues par la fouille manuelle.

18Les profils examinés dans les fossés des deux enceintes (une quinzaine dans l’enceinte nord et une vingtaine dans l’enceinte sud) révèlent un certain nombre de constantes. Ainsi, le profil général est toujours celui d’un V plus ou moins ouvert (fig. 93). De même, au-delà de l’inévitable variation individuelle d’une coupe à l’autre, on remarque que les parties basses présentent fréquemment un fond en goulotte avec des versants assez resserrés se raccordant à une concavité basale plus ou moins aplatie. Cette goulotte est présente sur un grand nombre de profils. Elle est plus ou moins marquée en fonction de la hauteur sur laquelle elle a été conservée.

FIG. 93
Coupes stratigraphiques des fossés d’enceinte. À l’exception de S10, les coupes sont données à partir du niveau de décapage. Code de description des sédiments : 1 limon brun ; 2 limon brun-gris plus ou moins panaché ; 3 limon beige lœssique plus ou moins panaché ; 4 loess remanié.

19Elle est particulièrement développée, par exemple, sur les profils N4, N5 et S8 et plus réduite sur les profils S3, S4’, S5 ou S11. Au-dessus de cette goulotte, le profil s’élargit et présente une diversité de détails plus grande. Le cas générai est celui d’une certaine symétrie qui ne se prête guère à de nombreux commentaires. Plus intéressants sont les profils qui présentent une dissymétrie entre les versants internes et externes. Ils sont assez fréquents et, dans ce cas, le versant externe est toujours celui qui est plus redressé alors que le versant interne, au contraire, est plus ouvert avec souvent un profil convexe, comme par exemple dans les coupes N5 ou S7, ou même convexe-concave, comme dans S3. Cet évasement interne s’accentue nettement à l’approche du limon brun. Tout se passe donc comme si les parois taillées dans le limon brun avaient été davantage altérées du côté interne du fossé, qui est celui où l’on imagine traditionnellement le talus formé par les déblais, plutôt que du côté externe où n’existait aucune protection. Il y a là une contradiction, mais celle-ci n’est peut-être en fait qu’apparente.

20Le recul d’une paroi abrupte (falaise, front de taille, etc.), par dégradation des parties hautes avec accumulation des débris à son pied, aboutit toujours à un profil convexe (fig. 94a). Ce recul s’opère, en effet, sur une hauteur de plus en plus faible au fur et à mesure que les éboulis s’épaississent à la base. Une convexité sommitale remplace l’entablement qui a tendance à se dénuder et le pied de paroi se trouve fossilisé sous un tablier plus ou moins rectiligne ou concave d’éboulis. Ici, la convexité ne se raccorde pas à la surface topographique mais se ferme en fait au milieu du versant dans le limon brun. Pour rejoindre la surface topographique, il faut donc nécessairement rétablir une concavité, le simple prolongement de la convexité vers son asymptote ne permettant pas de le faire (fig. 94b). Le versant interne est donc convexe au niveau du lœss et concave dans le limon brun. Le lœss a conservé peu ou prou son profil d’origine, témoin la goulotte, car il a été rapidement enfoui. Le limon brun, resté plus longtemps exposé aux agents atmosphériques, a subi davantage d’altérations. Même l’horizon Bt, pourtant plus résistant, a été attaqué et on peut penser que cette érosion a pu aller jusqu’à des loupes d’arrachements en coups de cuillère.

FIG. 94
Interprétation de la convexité basale du versant interne des fossés : a formation théorique de la concavité sommitale par fossilisation de la base ; b profil retrouvé lors de la fouille où cette convexité est impossible ; c interprétation rétablissant une concavité sous le talus.

21Du côté externe, on ne connaît pas le profil haut du fossé, mais rien ne s’oppose à ce qu’il ait tendu vers la convexité théorique. Côté interne, par contre, la concavité supérieure paraît directement liée à l’existence d’un talus installé en rive. On peut imaginer que le recul du bord du fossé a atteint à un moment donné, et même recoupé sur une certaine épaisseur, le pied du talus. Le processus se ralentit alors et l’ancien sol fossilisé sous le talus fait à ce moment-là office de coiffe. Le réseau de racines qui arme cet horizon est, en effet, protégé par le talus, contrairement à ce qui se passe du côté externe où il se trouve en permanence exposé et dégradé. Le profil évolue en sape sous cet horizon et détermine une concavité sommitale (fig. 94c).

22Des conclusions assez similaires ont été obtenues expérimentalement par Reynolds en Angleterre, mais sur des substrats tout à fait différents composés de graves calcaires (Reynolds 1979 et communication personnelle).

23Ici, la dissymétrie des versants est intéressante à plus d’un titre. Elle permet de montrer que le fossé a fonctionné en mode ouvert et qu’un talus existait en rive sur son versant interne.

24Le creusement du fossé représente un travail d’une certaine ampleur. Il est possible d’estimer par le calcul le cubage de terres excavées. Dans ce type de structures, qui correspond aujourd’hui à un état dégradé, seule la base des profils offre un bon témoin de la disposition originelle. Compte tenu des profils observés et de l’angulation moyenne de la base des versants, on peut restituer les largeurs d’ouvertures initiales à environ 2 m. Le fossé avait ainsi à l’origine un profil en V beaucoup plus tendu. En assimilant ce profil à un triangle isocèle de 2 m de profondeur, on obtient, pour chaque mètre linéaire de fossé, un cubage de 2 m3, ce qui fait un total pour les deux enceintes de 730 m3 (environ 350 m3 pour l’enceinte nord et environ 380 m3 pour l’enceinte sud). Sur la base d’un creusement journalier moyen (tout à fait approximatif, mais suffisamment réaliste pour obtenir des ordres de grandeur acceptables dans le limon et le lœss avec un outillage rudimentaire) de 1/4 m3 par jour et par personne, soit compte tenu du foisonnement l’équivalent de 35 de nos seaux actuels (abattage et évacuation compris), la construction de la seconde enceinte, par exemple, aurait nécessité 1 520 jours/homme de travail, soir 10 personnes pendant 5 mois. En comptant 1 jour de travail sur 2, pour laisser la place à d’autres tâches éventuelles, on arrive à un chantier de 10 mois à 10 personnes ce qui, somme toute, est déjà considérable.

7.3.2.2 Comblement

25Tout comme les profils, les remplissages présentent une assez forte variabilité de détail d’un relevé à l’autre. Malgré tout, des constantes apparaissent là encore. Le nombre élevé de coupes permet de dégager les événements majeurs de l’histoire du comblement et de les distinguer des phénomènes secondaires ou anecdotiques. Les niveaux de remplissage peuvent être ramenés à quatre grandes couches principales, les trois plus profondes contenant du pseudo-mycellium :

  • la première comble le fond du fossé et se limite en général à la goulotte ; elle mesure au plus une vingtaine de centimètres d’épaisseur et se compose de lœss remanié pauvre en inclusions anthropiques ; elle se différencie difficilement de l’encaissant constitué lui aussi de loess, mais apparaît très bien sur les coupes débordantes ;

  • elle est surmontée d’une couche de limon d’abord beige ou gris et panaché de lœss remanié devenant gris-brun de plus en plus foncé ; cette couche est celle où a été retrouvée la plus grande partie des vestiges ; par endroits, elle peut être piquée de charbons de bois et de petits nodules d’argile rubéfiée ;

  • la dernière couche comprise sous le niveau du décapage est constituée de limon brun et comporte encore des vestiges ;

  • au-dessus du niveau de décapage, le même limon brun, dépourvu de pseudo-mycellium, se prolonge jusqu’à la surface actuelle et ne se différencie plus macroscopiquement de l’encaissant ; il est de plus quasiment vierge de vestiges (quelques éléments centimétriques et érodés).

26Le profil de ces différentes couches est toujours lenticulaire. Il s’incurve vers le fond du fossé et remonte plus ou moins sur les versants. La limite des couches est parfois altérée par des bioturbations postérieures (terriers, racines, etc.), Le passage d’une couche à l’autre est toujours progressif. L’homogénéité de la matrice limoneuse fait que les distinctions s’apparentent plus à un dégradé de couleur qu’à des discontinuités marquées. Les variations de texture et de couleur sont le plus souvent ténues.

27Cette séquence peut être localement augmentée de couches supplémentaires ou présenter des dispositions singulières qui complètent ces observations. Il s’agit de variations ponctuelles qui ne se retrouvent pas forcément de part et d’autre d’une même berme, soit à moins de 1 m de distance, comme dans l’exemple de S4 et S4’.

28Les plus fréquentes sont des sortes de coulées de lœss remanié qui tapissent les versants sur une partie de leur hauteur (N5, S5, S6, S9, S10), Elles ont pour origine des ravinements ou des glissements en masse dans les parties taillées dans le lœss. Le fait qu’elles s’interrompent souvent bien au-dessus de la goulotte montre qu’elles se produisent dans un fossé parfois déjà bien comblé. Elles correspondent à des phénomènes secondaires de dégradation relativement actifs dans les premiers temps du remplissage. Il arrive en effet que sur une même coupe soient visibles plusieurs générations successives de coulées comme dans le cas de S7. La petite lentille horizontale de limon brun à la base de S4’ montre que ce phénomène a pu se produire également aux dépens des parties hautes taillées dans le limon. Les lentilles isolées comme celles de la coupe S4 correspondent en revanche à des galeries de terriers.

29Les autres variations concernent essentiellement la régularité et la symétrie des couches. Il apparaît dans de nombreux cas que le fond du fossé se décale vers le côté interne du fossé au fur et à mesure du comblement (S2, S3, S4’, S11, etc.). L’axe de symétrie des couches n’est donc plus vertical, comme dans S1 par exemple, mais légèrement oblique. L’explication est assez incertaine mais il semble qu’elle dépende une fois encore de l’existence du talus. Cette déviation est en général sensible au niveau du contact entre le limon gris-brun et le limon brun, c’est-à-dire qu’elle touche surtout le comblement terminal du fossé. À ce moment, la fourniture en matériaux limoneux devient plus forte du côté externe que du côté interne. Dans ces conditions, on peut alors imaginer que la concavité née de la présence d’une coiffe du côté interne aura réduit les possibilités d’érosion sous le talus, tout au moins pendant une phase déterminée du comblement. Il est cependant certain que c’est au niveau du talus que se trouvait la plus grosse masse de sédiment mobilisable pour combler le fossé et que c’est donc depuis ce côté qu’a dû se trouver le principal de l’apport.

30Des variations peuvent également apparaître dans la succession des couches ou dans leur importance relative. Ainsi, la couche inférieure de lœss remanié peut-elle reposer sur un premier apport de limon brun, limité à la seule goulotte. Ce cas de figure n’a été rencontré que dans les coupes N4 et N5. Le dépôt de lœss remanié très épais de N4 peut avoir été mis en place à la suite d’une coulée particulièrement importante ou être lié à la proximité d’une excroissance du fossé dont il pourrait représenter le déblai. Enfin, certains profils sont totalement homogènes sans distinctions d’horizons stratigraphiques (N1 et N12).

7.3.2.3 Intersections des deux enceintes

31Les points de contact entre les deux enceintes ont été fouillés sans étude des raccordements stratigraphiques. Les observations ont porté sur les seuls creusements. Le fossé de l’enceinte nord est continu, sans accident ni dispositif particulier à l’endroit des intersections. Les deux branches de l’enceinte sud présentent, en revanche, un certain nombre de particularités. Elles se rétrécissent légèrement un peu avant le point de contact. Leurs fonds ne se raccordent pas directement avec celui de l’enceinte nord (fig. 95). Ils s’interrompent un peu avant de sorte qu’une petite banquette de lœss en place s’intercale entre les deux fossés. Cette absence de concordance stricte entre les creusements plaide en faveur d’une certaine diachronie. Les cotes du fond des fossés des deux enceintes, de part et d’autre de cette banquette, sont à peu près à la même profondeur. Au niveau des contacts, le versant axial des terminaisons des fossés de l’enceinte sud recoupe le fossé de l’enceinte nord environ un demi-mètre au-dessus du fond de ce dernier. Ainsi, on a l’impression que le comblement de ce fossé avait peut-être déjà atteint cette hauteur lorsque l’enceinte sud a été construite.

FIG. 95
Intersection ouest des deux enceintes.

7.3.2.4 Répartition stratigraphique des vestiges

32La répartition stratigraphique des vestiges mobiliers est inégale. Ils sont absents du comblement supérieur du fossé et commencent à apparaître à la partie inférieure du limon brun, c’est-à-dire peu ou prou sous le niveau du décapage. Leur projection horizontale par grandes catégories sur les coupes de la plupart des sections de fossé permet de suivre leur distribution verticale (fig. 96-100). Les profils et la stratigraphie figurés sur ces projections sont indiqués simplement pour mémoire. Ces représentations montrent que, d’une façon générale, la goulotte est quasiment vierge et que l’essentiel du mobilier se situe entre 20 et 80 cm au-dessus du fond.

33Si l’on rapporte cette répartition verticale au volume de sédiment, on constate que le remplissage de la goulotte, qui ne contient pas de rejets détritiques, nécessite en fait très peu de sédiment. On peut penser que ce premier colmatage a été très rapide et qu’il a pu même être synchrone de la construction en ne nécessitant qu’une ou deux pluies. La phase détritique proprement dite ne commence en effet qu’une fois la goulotte colmatée (à l’exception près de la coupe e des figures 96 et 97). Entre 20 et 80 cm au-dessus du fond, le volume du colmatage augmente de plus en plus. Il correspond à la période d’intense détérioration des versants marquée par les coulées de loess. De ce fait, la quantité de rejets par unités de volume diminue considérablement. Elle devient même insignifiante au-delà de 80 cm. On a donc par ce biais une transcription stratigraphique de la durée d’occupation. Celle-ci cesse avant que le comblement ait atteint cette épaisseur de 0,80 m, à un moment où les enceintes sont donc encore parfaitement visibles dans le paysage et sans doute encore tour à fait fonctionnelles avec des fossés de 1 à 1,20 m de profondeur. Les vestiges se concentrent principalement dans la partie médiane du fossé (fig. 96, coupes a et f pour la céramique ; fig. 97, coupe e pour la faune, par exemple). Ce mode particulier de répartition correspond à des rejets primaires. Les vestiges sont soumis à l’action de la seule gravité qui les entraîne dans la partie la plus profonde du fossé. La présence de grands vases brisés et de restes osseux en connexion anatomique à cette profondeur plaide également en ce sens.

FIG. 96
Répartition spatiale et stratigraphique de la céramique, localisation des formes principales et liaisons.

FIG. 97
Répartition spatiale et stratigraphique de la faune.

34La multiplication des coupes apporte, une fois encore, quelques nuances et des compléments à ce schéma. Certaines coupes montrent en effet une distribution verticale un peu différente, avec en particulier une tendance marquée des vestiges à se trouver plaqués contre un des versants du fossé. Lorsque c’est le cas, cela se produit toujours sur le versant interne, comme sur les coupes d ou 1 pour la faune (fig. 97) et h pour la céramique (fig. 96). Cette répartition peut indiquer un mode de mise en place par fluage, ce qui suppose que les vestiges étaient déjà incorporés au sédiment lorsque celui-ci a terminé sa course dans le fossé. La latéralisation de ces ensembles systématiquement du côté interne rend vraisemblable l’idée que les talus ont également servi de dépotoirs.

35Un autre cas un peu particulier existe sur le côté ouest de l’enceinte sud où le mobilier se concentre au sommet des profils. Dans ce secteur, des pollutions néolithiques en provenance de structures recoupées par le fossé produisent des distorsions, malheureusement difficiles à décrypter. La proportion anormalement forte de silex dans cette partie du fossé (fig. 98) ainsi que leur typologie montrent qu’un stock de vestiges hérités de cette période a été incorporé au remplissage. Or, la distribution verticale de ces silex coïncide parfaitement avec celle des autres catégories de vestiges, faune et céramique, qui ne sont pas aussi discriminants ici (fig. 96, 97, coupes 1 à o). Il faut donc accorder la plus grande réserve à cette situation et écarter cette partie du fossé de l’interprétation générale.

FIG. 98
Répartition spatiale et stratigraphique du silex.

FIG. 99
Répartition spatiale et stratigraphique des restes humains.

36Le cas est un peu différent dans la coupe g (fig. 96, 97), près de l’entrée de l’enceinte sud, où les vestiges sont également concentrés au-dessus de 1 m et où rien ne permet de suspecter qu’ils ont été remaniés, tour comme d’ailleurs les éléments métalliques de la figure 100 (coupes a et c). Ces témoins signalent soit des dépôts limités très tardifs, soit des dépôts dans des secteurs où la sédimentation a été localement plus importante. Au crédit de cette dernière possibilité, on remarquera que les tessons de la grande jarre décorée trouvée dans la partie commune aux deux enceintes reposaient sur un niveau ondulé qui montre que les apports latéraux n’étaient pas en tout point identiques sur l’ensemble du tracé et que le fond du fossé pouvait avoir des cotes variables au même moment.

FIG. 100
Répartition spatiale et stratigraphique du mobilier métallique. Les objets sont figurés dans leur disposition d’origine à l’intérieur du fossé

7.3.2.5 Foyer, vidanges, pierres brûlées et non brûlées

37Les rejets cendreux consistent principalement en petites nappes diffuses, parfois riches en charbon et en limon cuit et accompagnées de petites pierres brûlées (fig. 101). Elles correspondent à des vidanges de foyers et sont localisées essentiellement dans l’enceinte sud. En stratigraphie, elles apparaissent au niveau du décapage, c’est-à-dire qu’elles se situent à la partie inférieure du limon brun ou à l’interface de cette couche et du limon brun-gris sous-jacent, soit après un bon mètre parfois de comblement. Elles se répartissent inégalement dans l’espace : au niveau de l’intersection ouest et à peu de distance de l’intersection est, ainsi que dans le quadrant SE. Elles ont en général une épaisseur d’environ 20 cm et s’incorporent au remplissage comme si elles avaient été mêlées à un sédiment plastique ou plus vraisemblablement comme si elles avaient flué en même temps que les sédiments de remplissage. Dans ce cas, cela pourrait signifier qu’elles ont été rejetées sur le talus.

FIG. 101
Répartition spatiale et stratigraphique des pierres (brûlées ou non) relevées dans l’enceinte sud et des structures de combustion : en hachures, les rejets cendreux ; en encadré, le foyer appareillé.

38La répartition spatiale des pierres brûlées dans l’enceinte sud, qu’on attendrait assez semblable à celle des autres témoins de combustion, donne curieusement une image assez différente. Les concentrations les plus importantes se localisent en fait au niveau de l’entrée. Seule la vidange de l’angle SE est accompagnée d’un petit amas de pierres brûlées. Ailleurs, la répartition de ces témoins est indépendante des rejets de cendres ou de limon cuit. Elle est en revanche globalement équivalente à celle des pierres non brûlées et semble donc correspondre à des types d’aménagements différents de ceux qui ont occasionné les autres rejets de combustion.

39Un petit foyer appareillé a également été mis au jour dans le fossé de l’enceinte sud. Il se présentait sous la forme d’un rectangle de pierres brûlées mesurant 0,90 x 0,60 m et orienté dans l’axe du fossé (fig, 102). Il était recouvert d’un limon un peu plus gris et panaché, avec des boulettes d’argile cuites noires et quelques charbons. La chape pierreuse était compacte avec peu d’espaces interstitiels. Elle ne comportait qu’un lit de pierres parmi lesquelles figurait un fragment de meule en granité. Elle avait une forme légèrement en baignoire, y compris sur les petits côtés, sa partie centrale étant plus déprimée que son pourtour. Elle reposait dans une dépression de forme équivalente tapissée de charbons et de cendres. Elle a été aménagée au sommet du limon gris-brun intermédiaire. Par ses caractéristiques, elle s’apparente aux foyers de type polynésien. Ce type de structure est connu dès le Néolithique et est également attesté en Alsace au Bronze final (Schweitzer 1989). Si le mode de fonctionnement semble acquis (chauffer des pierres pour les utiliser comme accumulateurs de chaleur), il est par contre difficile d’en préciser la fonction. Sa position dans le fossé est également insolite mais ne prête malheureusement guère à de longs commentaires ethnographiques. Il est possible que les vidanges observées à proximité ou dans le même secteur, toujours au même niveau stratigraphique, lui soient plus ou moins associées. Dans ce cas, cette partie de l’enceinte aurait été le siège d’activités liées au feu (culinaires ou artisanales), peu de temps avant la déshérence du site.

FIG. 102
Vue du foyer appareillé montrant la disposition des pierres en légère cuvette dans le remplissage du fossé en cours de fouille.

40Il existe également, en plus des nombreuses pierres calcaires non brûlées, quelques plaquettes éparses de grand module (20 à 40 cm de large), non travaillées, qui ne proviennent pas du creusement du fossé. Elles participent de rejets détritiques auxquels on ne peut malheureusement donner beaucoup plus de sens.

7.3.2.6 Reconstitution des processus de comblement

41Les deux enceintes ont un historique stratigraphique parfaitement semblable, Leurs fossés ont eu les mêmes fonctionnements en mode ouvert qui ont engendré les mêmes dynamiques de comblement.

42Le fossé de l’enceinte nord a tout d’abord été creusé avec un profil en V. Les déblais ont été laissés en rive du côté interne. De façon sans doute concomitante du creusement, le fond s’est trouvé colmaté par une première couche de lœss remanié correspondant au lavage du chantier par les premières pluies. Sous l’action de la météorisation, les versants du fossé encore dénudés se dégradent rapidement et fournissent des limons de moins en moins lœssiques, d’abord gris-beige puis gris-brun, au fur et à mesure que le lœss encaissant disparaît sous les matériaux de comblement. L’instabilité des parois est liée à leur pente d’origine, aux environs de 60 à 65o (alors qu’en génie civil, par exemple, on ne dépasse pas 30°, soit 2 pour 1 sur les talus de routes).

43Probablement à un moment où le fond du fossé de cette enceinte a déjà commencé à se remplir, l’enceinte sud est creusée suivant le même protocole. Les deux enceintes fonctionnent alors simultanément. On ignore si un passage transversal (passerelle, rampe en terre ou autre) reliait directement les deux aires internes, de même qu’on ne connaît pas les modalités de raccord entre les talus, si toutefois il y en a eu.

44Pendant cette phase, l’occupation se poursuit et continue à générer des rejets correspondant à une activité domestique. Les versants des fossés se dégradent peut-être déjà un peu moins vite dans l’enceinte nord où une végétation pionnière commence à s’installer. Les parois s’évasent jusqu’à 45 ou 50° sous le coup de multiples mouvements de masse, décollements en loupe ou en plaques, glissements, ruissellement, creep, etc. Les versants internes évoluent un peu différemment des versants externes et aboutissent à un profil convexo-concave abrité par une coiffe. La végétalisation des parois semble rester limitée pendant le temps de l’occupation et ne paraît pas en tout cas avoir eu beaucoup d’effet fixant. Même si, en effet, les modalités d’installation de la couverture végétale sur les talus et dans les fossés ainsi que son impact sur l’érosion des structures demeurent largement inconnus, la présence de cette couverture n’a pas empêché le fossé de se combler presque à moitié pendant le temps de l’occupation.

45En termes de bilan sédimentaire, cette période d’occupation correspond à peu près à 80 cm de comblement, dont les 20 premiers ont dû être acquis dès le creusement. Elle s’interrompt au moment où le limon brun superficiel devient le seul matériau de comblement. Il est pour le moment impossible, faute d’expérimentations notamment, de traduire ces épaisseurs en vitesse de comblement et par-là même en durée d’occupation. Il est certain cependant que le mobilier collecté dans l’ensemble des couches est homogène et se rapporte à une seule et même période peu étendue de l’âge du Bronze,

46Avant l’abandon du site, quelques rejets mobiliers, parmi lesquels en particulier des petits débris de bronze (fig. 100), et des vidanges de foyers sont effectués dans le fossé. Le loyer appareillé précédemment décrit est le seul aménagement repéré dans les fossés. Aucune trace de curage ou de recreusement, aucune transformation du mode de fonctionnement du fossé, en ouvrage palissadé par exemple, n’a, en effet, été enregistrée tour au long de la stratigraphie. La seule anomalie possible est un décalage dans les comblements des deux enceintes. Celui-ci est illustré par la position altimétrique, dans chacune des deux enceintes, des pièces particulièrement remarquables que sont les objets métalliques. À supposer que le dépôt de ces objets corresponde à un seul et même événement, la différence de hauteur entre L’épingle de l’enceinte nord et les deux autres objets de l’enceinte sud serait à imputer à une différence de hauteur de comblement.

47Lorsque le site est abandonné, les processus de comblement deviennent plus difficiles à restituer. Il est certain qu’une végétation sans doute arbustive, et peut-être même arborée, a fini par s’installer (cf. supra chap. 6, fig. 73). Dans ces conditions, le milieu s’est complètement figé et pour rompre cet équilibre, il a fallu nécessairement l’intervention d’une action volontaire. C’est probablement pour les besoins de la mise en culture que ce qui restait des talus et des fossés a été nivelé. La date de cette intervention n’est pas connue, mais elle pourrait être assez ancienne si l’on en juge par l’intensité de l’occupation humaine dans la zone d’étude dès la fin de la Tène.

7.3.3 Les structures internes

48Les seules structures observées lors de ces décapages, hormis les deux structures du Néolithique moyen II (S13 et S12), sont de vastes fosses aux contours flous correspondant à des chablis. Les profils de ces structures sont irréguliers et leurs comblements, constitués de limon brun et de poches de loess, sont systématiquement stériles.

49Dans l’enceinte nord, huit couronnes de pierres, incomplètes, souvent perturbées par le décapage et interprétées comme des calages (non datés), ont été reconnues dans l’espace interne (fig. 91). Leur profondeur d’apparition se situe entre 30 et 50 cm sous la surface actuelle. Une neuvième était située à l’extérieur de l’entrée. Trois aires de limon rubéfié mêlé de cendres ont également été rencontrées au même niveau. La plus nette, au sud, ne mesurait pas 2 cm d’épaisseur. Sous le chemin actuel qui traverse l’enceinte d’est en ouest, figuraient des ornières contenant du matériel gallo-romain. Six des couronnes de pierres et deux des aires de limon rubéfié dessinaient une concentration de structures à proximité du fossé au S-SE. Le lien de tous ces éléments avec l’enceinte n’est pas établi.

50Dans l’enceinte sud, les décapages effectués par passes fines dans faire interne n’ont permis de retrouver que de rares vestiges mobiliers. Il s’agir de pièces erratiques appartenant à différentes périodes, principalement des silex parmi lesquels deux lames, et de rares tessons dont un gallo-romain. Dans la zone ouverte au niveau de l’entrée, des petites aires charbonneuses (notées CH sur la figure 91) ont été rencontrées dans l’épaisseur du limon brun. Aucun matériel n’y était associé et leur configuration n’a pas permis d’en définir la nature.

7.3.4 Les structures externes, fosses et cercles

51La fouille et le diagnostic en tranchées qui l’a précédée n’ont pas permis de déceler d’importantes traces d’occupations périphériques. On peut cependant attribuer à la même période chronologique quelques structures excavées. Ainsi à l’ouest et au nord-ouest de l’enceinte nord, D. Leroy a reconnu au moins une fosse contenant du mobilier de l’âge du Bronze et un cercle (fig. 91, cercle ouest). La fosse St. 7-5, distante d’une cinquantaine de mètres de l’enceinte, mesurait 1,20 m de diamètre et était creusée de 0,60 m dans le lœss, soit environ à 1,15 m sous la surface actuelle. Elle était comblée de limon brun dense mêlé de boulettes de sédiment rubéfié et était en grande partie recoupée par un fossé parcellaire d’âge postérieur. Dans son remplissage ont été retrouvés une mandibule de bovidé et des tessons parmi lesquels figure un bord de grand vase décoré de cordons digités en arceaux (fig. 103).

FIG. 103
Céramique provenant de la fosse St. 7-5.

52Plus directement associé aux enceintes, car recoupés par les fossés, figurent un autre petit cercle et une galerie de tanière « visitée » pendant la période d’occupation du site.

7.3.4.1 Le cercle ouest

53Le cercle, visible seulement au sommet du lœss, entre 0,60 et 0,80 m sous la surface actuelle, est en réalité un demi-cercle, tout au moins dans ce qui a pu en être observé à cette profondeur (fig. 104). Il se présente comme un fer à cheval ouvert au nord que semble prolonger au moins une petite fosse allongée. Son creusement dans le lœss, d’une profondeur d’environ 0,20 m pour une ouverture de 0,60 m, présente un profil en U ouvert. Le diamètre interne défini par cet arc de cercle mesure près de 7 m. Au centre de cet espace, s’ouvre une fosse de forme piriforme de 4 m de long sur 0,85 à 1,30 m de large, plus profonde au sud qu’au nord, dont on ne peut dire si elle appartient à l’architecture du monument ou si elle correspond à un chablis, Deux autres fosses plus petites sont également présentes. Toutes ces structures sont remplies du même limon brun stérile. Le fossé du cercle est recoupé par un petit groupe de sépultures (fig. 105). La sépulture Sp. 3, incomplètement dégagée, n’est pas réellement affirmée. Elle se limitait à un fragment de crâne et un fragment d’os long. Les deux autres sépultures, Sp. 1 et Sp. 2, correspondent à des inhumations individuelles orientées est-ouest, tête à l’est. Les corps ont été déposés légèrement sur le côté gauche, le dos appuyé contre le bord nord des fosses. La tête est orientée vers le sud, les bras paraissent allongés le long du corps et les jambes sont légèrement fléchies. Seuls les crânes et les os longs sont conservés. Ces sépultures sont postérieures au comblement profond du fossé, comme en témoigne la position de la sépulture Sp. 1. Aucun mobilier ne les accompagnait.

FIG. 104
Cercle ouest et fosses associées au moment du décapage.

FIG. 105
Plan du cercle ouest et des structures associées, fosses et sépultures (notées Sp. 1 à Sp. 3).

7.3.4.2 Le cercle sud

54Le second cercle est étrangement semblable au premier (fig. 91). Apparu au niveau du loess, à 0,80 m sous la surface actuelle, il est également incomplet. Il est matérialisé par un arc de cercle recoupé par le fossé ouest de l’enceinte sud et semble prolongé, là encore, par une fosse allongée. Cette dernière est cependant beaucoup plus profonde que le cercle et possède des bords verticaux. Le fossé du cercle s’inscrit de 0,25 m dans le lœss, soir 1,05 m sous la surface actuelle. Son comblement inférieur, seul observé, était moins homogène que celui du fossé d’enceinte. Il était composé de limon panaché de boulettes de lœss peu apparentes et était stérile, si ce n’est, au niveau du recoupement avec le fossé d’enceinte, les restes d’une possible sépulture (fig. 106). Ces restes consistent en un crâne, dans la branche est du cercle, et une paire de tibias/fibulas, dans la branche ouest. Le crâne reposait sur le côté droit, la face tournée vers le sud, dans une position conforme à celle d’un individu inhumé longitudinalement dans le fossé du cercle. La face et la base du crâne étaient absentes. Les os des jambes, bien à plat, étaient sectionnés à mi-longueur par le fossé d’enceinte, la partie distale de la diaphyse subsistant seule. Les pieds étaient absents et les extrémités inférieures étaient très altérées ou manquantes. En stratigraphie, seuls les os des jambes appartiennent au remplissage du fossé du cercle. Le crâne repose quelque 10 cm plus bas, dans le fossé d’enceinte cette fois-ci, le long de son versant est. Il est vraisemblable qu’il a glissé dans cette position lorsque ce versant s’est dégradé. Le reste du squelette a disparu, à l’exception d’un fémur et d’un fragment de mandibule retrouvés au fond du fossé, à 10,50 m au sud du cercle pour le fémur et 12 m au nord pour le fragment de mandibule (fig. 99). Ces restes pourraient être rattachés au même squelette dans la mesure où ils correspondent aux seuls ossements humains dans ce secteur de l’enceinte, mais l’étude anthropologique (cf. infra § 7.4.5) ne permet pas de confirmer cette proposition.

FIG. 106
Plan du cercle sud (en grisé) et coupe de son intersection avec l’enceinte sud, montrant la position des os humains par rapport au remplissage du fossé d’enceinte (code de description des sédiments : 1 limon brun homogène ; 2 limon clair plus sableux ; 3 limon brun-gris ; 4 limon beige lœssique ; 5 limon brun panaché avec des boulettes de lœss).

55Les deux cercles ne sont pas datés. Ils n’appartiennent pas forcément non plus à la même période. De plus, leur éloignement l’un de l’autre (90 m) et le maillage des tranchées ne permettent pas de dire s’ils font partie d’une nécropole plus importante. Toutefois, l’un d’eux est strictement antérieur à l’enceinte secondaire. Le fossé du cercle sud était, au moins en partie, comblé lors de la construction de cette seconde enceinte. De même, il semble qu’un laps de temps ayant permis un début de comblement de la première enceinte sépare le creusement de la seconde. Dès lors, on peut envisager l’hypothèse selon laquelle ces cercles auraient été des satellites de la première enceinte dont ils étaient peut-être contemporains. Ils peuvent cependant tout autant avoir été nettement antérieurs.

7.3.4.3 La tanière

56La tanière est une structure plus originale (fig. 107, 108). Dans la partie nord de l’enceinte septentrionale (fig. 91), le décapage a révélé l’existence d’un groupe de trois fosses dont deux étaient adjacentes au fossé. La plus large (F3) n’a pas été vidée. Les deux autres étaient comblées avec un limon brun homogène et étaient surtout reliées entre elles par une galerie comportant des diverticules. Cette galerie était comblée de limon brun-gris meuble dont la texture rappelait l’encaissant lœssique. Les fosses F1 et F2 correspondent très probablement à des parties effondrées de la galerie. La fosse F1 marque le débouché de la galerie dans le flanc du fossé qui était donc nécessairement ouvert lors de l’installation de son hôte animal. Le raccord entre la galerie et le fond du fossé se faisait par un léger pallier. La fosse F2 présentait un fond en cuvette taillé dans le lœss, lequel s’ouvrait dans le plafond de la galerie ménageant une sorte de palier entre les deux structures. La fosse a visiblement recoupé la voûte de la galerie sous-jacente. Seule cette fosse contenait du mobilier. Il s’agit de tessons épars et surtout d’un bucrane placé verticalement, occiput vers le haut et chevilles reposant contre les parois, devant l’ouverture de la galerie du côté de la sortie dans le fossé (fig. 109). Ces vestiges ont été retrouvés dans la partie supérieure du comblement, La position du crâne n’est certainement pas fortuite et témoigne d’un souci d’obturation original de la galerie. On peut en effet penser que le creusement de la fosse a provoqué un effondrement dans la galerie et que le crâne a été placé ainsi à la suite de cet événement. Le sens de ce geste échappe bien entendu, mais il n’en demeure pas moins qu’il est contemporain de l’occupation du site. On peut imaginer tout aussi bien un acte de chasse avec un creusement délibéré d’une fosse pour perforer la galerie et l’obturer afin de débusquer son locataire, ou une succession fortuite d’événements sans Liens entre eux, ou même, pourquoi pas, l’œuvre de gamins pleins d’imagination.

FIG. 107
Plan d’ensemble des tanières et coupes de F1/F2.

FIG. 108
Tanière F1/F2 ouvrant dans te fossé d’enceinte (au premier plan), vue générale prise du sud.

FIG. 109
Vue de la fosse F2 avec le bucrane en place. La galerie de la tanière se développe vers le haut du cliché.

7.4 Les vestiges mobiliers

7.4.1 La céramique

avec la collab. de S.C.-S.

57Le mobilier céramique recueilli est peu abondant (un peu moins de mille tessons) et extrêmement érodé. Il forme tout de même un ensemble cohérent relativement important par comparaison avec les sites de la même période. La totalité du mobilier trouvé provient de la fouille des fossés des deux enclos. La contemporanéité des deux ensembles ne faisant aucun doute, grâce notamment à des recollages de tessons entre les deux structures, il a paru préférable de réaliser une analyse exhaustive globale des éléments céramiques sur les plans typologiques et technologiques.

58La série a fait l’objet de remontages systématiques qui se sont rapidement avérés difficiles à cause de la fragmentation importante des vases. Certains fragments appartenant à des mêmes vases ont été retrouvés dispersés entre les deux enceintes. On notera que ces liaisons se font toujours par la partie commune aux deux enceintes et l’enceinte sud.

59Les éléments remarquables de la série ont été individualisés sur des critères de formes, de décors, ou d’organes de préhension. Ils ont chacun fait l’objet d’une description complète et d’une reconstitution graphique.

7.4.1.1 Description pétrographique

X.S., J.L.G.

  • 1 – Références des échantillons étudiés : sous-groupe I.1 : EIIS1-77, EIIS3-3, EIIS4-30, El-Jarre et (...)

60L’étude pétrographique des pâtes céramiques porte sur dix échantillons représentatifs du mobilier récolté sur ces deux enclos1. Trois groupes ont été mis en évidence en fonction d’inclusions non plastiques de natures très différentes.

Groupe I

61Dans ce groupe figurent les céramiques à bioclastes. Deux sous-groupes sont séparés en fonction d’observations concernant la proportion des bioclastes d’huîtres et de leur morphologie.

62Le sous-groupe I.1 est dominé par des bioclastes d’échinodermes, accompagnés de bioclastes de bryozoaires, de brachiopodes et de bivalves (huîtres), souvent bien représentés. Quelques foraminifères et bioclastes de gastéropodes ainsi que quelques petits quartz (diam. maximal : 100 µm) viennent enrichir ce cortège. Les bioclastes sont le plus souvent émoussés et les bryozoaires régulièrement très arrondis. Ils sont mal classés et peuvent atteindre des tailles importantes (plus de 2 mm de diamètre pour certains bryozoaires et exceptionnellement plus de 5 mm de longueur pour certains bioclastes).

63Le sous-groupe I.2 présente deux pâtes assez différentes. La première (I.2-1) est composée de bioclastes de même type que ceux décrits précédemment et de nombreux bioclastes d’huîtres présentant une morphologie différente. Les fragments d’huîtres sont généralement peu ferruginisés et présentent des cassures nettes sans comparaison avec l’émoussé des autres éléments bioclas tiques. La seconde pâte (I.2-2) est composée principalement de ces mêmes débris anguleux d’huîtres accompagnés de rares bioclastes d’échinodermes plutôt arrondis, de quelques fragments gréseux et de nombreux quartz mal classés, variant de la taille des limons à celle des sables moyens (diam. maximal : 425 μm).

64Cette distinction dans les pâtes entre des fragments de coquilles d’huîtres tantôt émoussés, comme la plupart des autres bioclastes, et tantôt anguleux pose le problème de l’hétérogénéité du matériel bioclastique. S’agit-il, dans le sous-groupe I.2, d’un apport naturel de coquilles d’huîtres dans une argile bioclastique, d’un mélange de deux argiles à faciès différents ou de l’utilisation d’un dégraissant coquillier mêlé volontairement à une argile ? Les argiles utilisées pour la confection des céramiques du groupe I.1 sont comparables à certains niveaux marneux du Bathonien terminal-Callovien inférieur rencontrés dans la plaine de Caen. L’état actuel de la prospection géologique ne permet pas de conclure sur l’apport naturel ou anthropique des bioclastes d’huîtres dans le sous-groupe I.2. Cependant, l’hypothèse d’un apport massif d’huîtres brisées par écoulement du Callovien argileux sur des affleurements de Bathonien terminal sous-jacent est envisageable.

Groupe II

65Il comprend les pâtes dites micacées. Celles-ci renferment de nombreuses paillettes de muscovite (mica blanc) associées à des quartz souvent polycristallins et à des feldspaths potassiques (orthoses perthitiques). Quelques minéraux très altérés peuvent correspondre à des plagiodases. L’ensemble de ces éléments est très mal trié, sans hiatus granulométrique, ce qui confère à cette pâte un faciès d’altérite argileuse utilisée telle quelle. L’abondance des muscovites et leur association avec des quartz et des feldspaths incitent à rechercher la provenance du matériel argileux dans une altérité granitique développée à partir d’un granite à deux micas de type granité varisque d’Alençon.

Groupe III

66Il est composé des pâtes à fragments de roches éruptives basiques et de grès grauwackeux foliés. Ces pâtes renferment des éléments grenus composés de feldspaths altérés de type plagioclases et de pyroxènes en voie de transformation en amphiboles vertes. Dans l’échantillon EIIS3-21, on note la présence d’un fragment de roche grenue à quartz, plagioclases et amphiboles vertes. D’autres fragments de roches sont présents : ce sont des fragments de grès grauwackeux foliés à composition de quartz, feldspaths et cristaux d’épidote. Par ailleurs, la matrice renferme des cristaux de plagioclases altérés, d’amphiboles vertes, de micas décolorés et d’épidote. Étant donné la composition des éléments grenus et des minéraux isolés de ces pâtes, la provenance des argiles à poterie pourrait être à rechercher dans les zones d’affleurement de massifs gabbro-dioritiques où des produits d’altération pourraient fournir ce type de matériel. L’approvisionnement en argile de ce type semble dépasser le cadre régional, les complexes grenus basiques les plus proches et capables de fournir un tel matériel se situant dans la partie nord du Massif armoricain. Les fragments de grès grauwackeux pourraient Être issus des formations briovériennes encaissant les massifs ou des produits de l’altération de ces massifs.

Synthèse pétrographique

67Ces différents types de pâtes sont répartis de façon comparable dans les deux enclos : les pâtes à bioclastes ossiles représentent 96 % du matériel céramique de l’enclos nord et 97 % du matériel de l’endos sud. Les pâtes micacées représentent respectivement 3 et 2 % des céramiques de ces deux enclos. Seulement 1 % du matériel est représenté par les pâtes à fragments de roches éruptives et de grès grauwackeux.

68La plupart des céramiques récoltées dans ces enclos semblent entrer dans une production à caractère local, utilisant des argiles bioclastiques disponibles dans la plaine de Caen. Les apports exogènes sont de ce fait très limités et correspondent surtout à des produits issus de la région alençonnaise. Quelques individus à pâtes gabbro-dioritiques proviennent de zones plus lointaines, situées hors du secteur bas-normand. Dans l’état actuel des connaissances, la provenance précise de ces matériaux est encore mal définie. Le massif de Trégomar, certains massifs des îles anglo-normandes et peut-être quelques filons du Sud-Est de l’Angleterre sont des pistes à approfondir. Le massif d’Ernée, quoique très limité géographiquement, pourrait être une autre zone d’approvisionnement potentielle. De telles altérités ont été utilisées dans la fabrication de céramiques bretonnes à l’âge du Fer, c’est le cas notamment sur le site du Boisanne à Plouër-sur-Rance où Hervé Morzadec attribue la provenance de certaines argiles à poteries au massif de Trégomar (Menez 1996).

7.4.1.2 Atmosphères de cuisson, façonnage et traitement de surface

69Les couleurs des surfaces internes et externes des récipients ne sont pas homogènes mais appartiennent généralement à la même gamme de teintes. On observe dans la plupart des cas une dominante des tons clairs, variant de l’orange vif au brun plus ou moins foncé, témoignant d’un mode de cuisson en atmosphère oxydante. Les teintes et les nuances les plus foncées, de brun à noir, indiquant une cuisson et un refroidissement en atmosphère réductrice, ont été plus rarement mises en évidence. Il s’agit généralement des tessons les moins épais (« céramique fine »). En fait, en grande majorité, les individus céramiques ont été cuits dans une atmosphère réductrice plus ou moins contrôlée mais l’aboutissement de la cuisson et probablement le refroidissement ont été réalisés dans une ambiance oxydante. L’hypothèse d’une cuisson dans un four rudimentaire (en meule) peut être retenue.

70Les techniques de montage ont été examinées sur la plupart des unités céramiques. Le montage au colombin est l’unique procédé reconnu, à l’exception du montage par collage de certains éléments de décor (cordons, boutons) ou de certains organes de préhension (anses) et du modelage des fonds de vase. Les joints entre les colombins sont toujours lisibles sous la forme de cassures en sifflet très effilées témoignant de l’étirement de la pâte,

71La variété des traitements de surface observés est relativement faible. Les catégories les plus fréquentes regroupent les surfaces ayant fait l’objet d’un simple raclage ou d’un peignage sommaire, et les surfaces finement lissées sont généralement mates (égalisation à « la main mouillée » ?).

7.4.1.3 Typologie

72Le corpus repose sur l’étude de 46 équivalents-vases calculés sur le nombre de bord et de 8 vases dont le profil est complet ou reconstituable. La variabilité de l’état de conservation des vases a rendu le NMI difficilement calculable. Devant la faiblesse numérique du corpus, il a été décidé de limiter l’étude du mobilier à une analyse morphologique stricte. Celle-ci repose sur des critères de forme : forme haute/forme basse, forme ouverte/forme fermée, forme continue/forme segmentée/forme sinueuse ; présence et/ou absence de col ; forme de la lèvre (avec ou sans inflexion, orientation, profil) ; forme du fond. La distinction entre céramique grossière et céramique fine a été abandonnée au cours de l’étude.

73Les formes hautes ou de taille moyenne dominent le corpus avec 6 individus. Les profils de ces vases sont cependant très différents et chacun forme une catégorie à lui seul. Les différences les plus remarquables résident dans le degré de fermeture de la partie supérieure des vases. Deux individus peuvent être considérés comme plus ou moins ouverts, il s’agit d’une forme légèrement tronconique (fig. 110, no 3) et d’une forme globulaire décorée de digitation sur le quart supérieur de sa panse (fig. 110, no 7). Le col de ces deux vases n’est pas individualisé, mais le bord surmonté d’une lèvre arrondie présente une nette inflexion vers l’extérieur. Deux autres unités sont à classer dans les formes tronconiques dont le col s’inscrit dans l’axe de la panse. Un des deux vases peut être reconstitué (fig. 110, no 5) ; il est décoré sur son quart supérieur d’un cordon lisse, obtenu par pression sur la pâte au niveau de la panse, et possède un fond plat sans délimitation panse/fond. Le second vase est une jarre volumineuse de plus de 40 cm de hauteur, à lèvre digitée épaissie et aplatie de manière à former un bourrelet à l’intérieur du récipient (fig. 111). Elle est décorée sur son quart supérieur d’un cordon lisse, obtenu par pression sur la pâte au niveau de la panse, encadrant un décor de cordon digité disposé en chevrons. Les vases fermés sont représentés par deux unités très différentes. La première est une forme tronconique dont la partie supérieure est infléchie vers l’intérieur du vase (fig. 110, no 4). Ce profil est accentué par l’aplatissement de la lèvre qui forme un léger bourrelet à l’intérieur. La deuxième est une forme globulaire à col nettement différencié (« bouteille », fig. 110, no 1). La jonction col/panse est munie d’au moins une anse de section rectangulaire sur laquelle prend appui un décor de deux lignes incisées encadrant un motif de croisillons.

FIG. 110
Mobilier céramique : 1, 3, 4, 6-9 enceinte nord ; 2, 5, 7 (E II) enceinte sud.

FIG. 111
Jarre décorée.

74Les formes basses et ouvertes sont beaucoup plus rares. On dénombre deux individus. Le vase no 2 de la figure 110 a un profil cylindrique à fond plat et une lèvre arrondie soulignée d’une rangée de boutons collés. Le profil no 8 de la même figure appartient lui à une forme hémisphérique à lèvre effilée.

75Plusieurs autres tessons ne trouvent pas leur place dans ces catégories. Ils participent cependant à la définition du corpus. Ainsi les nombreux fragments de bord permettent d’observer les types de lèvres. Elles sont arrondies dans la plupart des cas, mais aussi aplaties (fig. 112, nos 12, 25, 30), ourlées (fig. 112, no 1) ou effilées (fig. 112, nos 2, 9). Les cols, lorsqu’ils sont observables, sont peu marqués. On notera cependant un profil en S (fig. 112, no 11). Les fonds sont tous plats, sans bourrelet d’assise ou de pied. Un des tessons est muni de trous de réparation (fig. 110, no 9). Les éléments de préhension sont représentés par un fragment d’anse (fig. 112, no 23) et un tenon (fig. 112, no 24). Les décors sont nombreux ; il s’agit de décors digités réalisés sur des cordons (fig. 112, nos 14, 15, 21, 22) ou sur la lèvre des vases (fig. 112, nos 12, 16, 18) et d’un unique motif incisé (fig. 110, no 1).

FIG. 112
Mobilier céramique : 3-6, 9, 10, 12-17, 19, 20 (E I), 21-28, 30-35 enceinte nord ; 1, 2, 7, 8, 18, 20 (E II). 21, 29, 36 enceinte sud.

7.4.1.4 Interprétation fonctionnelle des récipients

76L’estimation de la capacité volumétrique des vases, confrontée aux données morphologiques, permet d’appréhender les critères de classification fonctionnelle ou plus précisément morphologique et fonctionnelle dans le sens où la fonction est implicitement liée à la morphologie du vase (céramique de présentation, de stockage, de cuisson, etc.). L’absence de caramel alimentaire sur la surface interne des vases et la mauvaise qualité de certains récipients, qui interdit l’observation de traces de coups de feu, rendent bien entendu les tentatives d’interprétation fragiles. On peut cependant souligner la forte proportion de vases de grand volume et à paroi épaisse dont la fonction probable est le stockage de denrées solides, comme de la grande jarre à cordons, ou de liquides comme la forme globulaire à col munie d’anse. Les vases dont la fonction est liée à la cuisson et/ou à la préparation sont impossibles à déterminer avec certitude bien que l’on ait tendance à mettre dans ce groupe les formes de taille moyenne faiblement fermées. La dernière catégorie regroupe les vases de présentation ou lies à la consommation. Cette dernière classe est formée des vases de petite taille, l’absence de forme basse très ouverte limitant ce groupe à quelques éléments.

77Les données issues de la lecture morphologique et fonctionnelle des récipients, même si elles sont sujettes à discussion, montrent une certaine homogénéité des classes fonctionnelles. Ces résultats sont en fait assez proches de ce que l’on aurait tendance à mettre en évidence en contexte d’habitat. La sous-représentation des vases de présentation peut être implicitement liée à la concurrence des récipients en matériaux périssables qui ne peuvent pas être quantifiés ici.

7.4.1.5 Approche chronoculturelle

78On peut établir les caractères discriminants du corpus. Les profils des vases sont peu diversifiés. Pour les formes hautes, le profil tronconique sans col domine. Il est concurrencé par des éléments globulaires ouverts ou à col. Les formes basses sont rares. Les décors sont généralement digités et placés sur la lèvre des récipients, sur la panse ou sur un cordon généralement situé à la partie supérieure des vases. Seule exception à cette règle, un vase présente un décor incisé en bandeau horizontal interrompu par les anses (fig. 113a).

FIG. 113
Comparaison des formes céramiques du site avec celles du site de L’Étoile : a double enceinte de la Zl sud ; b enceinte de L’Étoile.

79L’ensemble du corpus ne pose pas de véritables problèmes d’attribution chronoculturelle. En effet, cet assemblage, et en particulier les formes hautes, est tout à fait identique à ceux des nombreux sites du Bronze moyen découverts outre-Manche et rattachés au Deverel-Rimbury (Gibson 1986 ; Burgess 1987 ; Barrett et al. 1978). Pour mémoire, on peut citer les gisements de Grimes Graves (Mercer 1981 : 60-68 ; Longworth et al. 1991a, b), de Kimpton (Dacre, Ellison 1981), Latch Farm (Piggott 1938) ou Thorny Down (Stone 1941) où ont été retrouvés les mêmes formes tronco niques et les mêmes décors digités sur le sommet des lèvres et/ou sur des cordons. La grande jarre est comparable au vase d’Amesbury – barroiv G68 – dans le Wiltshire (Gerloff 1975). Dans le nord de la France, le seul site de comparaison est l’habitat du Bronze moyen de Roeux dans le Nord (Desfossés 1995) qui est rattaché au DevereL-Rimbury. Au niveau régional, le corpus diffère de l’assemblage du Bronze moyen de l’île de Tatihou dans la Manche (Marcigny, Ghesquière 2003) où le décor digité sur la lèvre est absent, mais il est proche du site voisin de Mondeville/L’Étoile (cf. supra chap. 6). Les formes globulaires posent plus de problèmes. L’individu muni d’une anse et décoré de croisillons peut, quant à lui, être comparé à certains récipients du groupe des Duffaits dans le Centre-Ouest (Gomez de Soto 1995). Pour les formes basses, le petit gobelet décoré de boutons est une forme ubiquiste que l’on retrouve dans les îles anglo-normandes et en Bretagne de la fin du Néolithique à la fin du Bronze moyen (Briard 1984). En Basse-Normandie, il trouve sa place dans le corpus céramique de la phase du Bronze moyen du site de l’île de Tatihou et de Mondeville/ L’Étoile.

80Enfin, l’ensemble de ces critères trouve place dans les lots céramiques attribués à la fin du Bronze moyen et au début du Bronze final I (période 5 de Needham 1996).

7.4.2 Le mobilier en terre cuite : torchis et pesons

81Les éléments de torchis brûlés sont extrêmement rares, si l’on fait abstraction des nombreux nodules centimétriques d’argile cuite. La plupart d’entre eux proviennent du fossé de l’enceinte sud. Ils sont généralement de taille réduite et il est impossible d’y lire les éventuelles traces laissées par un clayonnage. Seule leur surface plane permet de les attribuer avec certitude à des fragments de torchis brûlés.

82Deux pesons complètent le lot du mobilier en terre cuite. Ils proviennent de l’enceinte sud et étaient groupés dans le tronçon de fossé situé au nord de L’entrée, au niveau de la courbe. Ils étaient associés à une zone riche en gros déchets d’argile cuite non identifiables, quasiment au niveau du décapage. Il s’agit de deux objets cylindriques à perforation centrale (fig. 114). Le premier a un diamètre d’une dizaine de centimètres pour une épaisseur de 7 cm. Le second, un peu plus grand, approche les 12 cm de diamètre pour une épaisseur de 9 cm. La présence de ces deux éléments est particulièrement intéressante dans la recherche de la fonction des enceintes. Elle atteste l’existence d’une activité artisanale à proximité.

FIG. 114 
Pesons en terre cuite de l’endos sud.

83Ces pesons en terre cuite ont particulièrement retenu l’attention lors de cette étude. En effet, ce type de matériel, qui n’est habituellement pas utilisé comme marqueur chronologique, doit, pour cette phase chronologique, être considéré comme tel. Les pesons cylindriques à perforation centrale sont une des composantes des sites du Bronze moyen/Bronze final I du domaine atlantique. On les retrouve dans les assemblages régionaux de l’île de Tatihou et de Mondeville/ L’Étoile, mais aussi sur le site de Roeux. Outre-Manche, les sites de Grimes Graves, Black Patch (Drewett 1982), Aldermaston et Knight’ Farm (Bradley et al. 1980) ont livré ce type de pesons en association avec du mobilier de tradition Deverel-Rimbury ou de la première moitié du Bronze final.

7.4.3 Le mobilier métallique

A.V.

84Le mobilier métallique est représenté par plusieurs débris de bronze et trois objets. Une épingle provient du comblement du fossé de l’enceinte nord, à une dizaine de mètres de l’entrée. L’objet était cassé en trois et dépourvu de sa pointe. Une hache et une pointe de lance entières ont été recueillies ensemble, au sud de l’interruption de la deuxième enceinte (fig. 100).

7.4.3.1 L’enceinte sud

• Les petits débris

  • 2 – Analyse réalisée gracieusement par J.-R. Bourhis (CNRS, UMR 6566, Civilisations atlantiques et ar (...)

85Au nombre d’une demi-douzaine, ils ont été mis au jour au NO de l’enceinte sud, sur environ 2 m de longueur. Ces éléments étaient fortement corrodés et certains n’ont pu être prélevés. L’un d’eux semble être une scorie et deux autres ont fait l’objet d’une analyse métallographique2. Ils ont été dégagés, autant que possible, en éliminant les parties terreuses. Leur analyse spectrographique indique qu’il s’agit bien de fragments de bronze riche en étain, sans plomb notable. Les deux compositions voisines montrent que les échantillons sont les débris d’un même métal. L’un des échantillons, le plus important (débris 1, cf. infra § 7 .4.3.4, tabl. XXXIII), donne l’analyse d’un métal totalement détruit par la corrosion ; la teneur de l’étain, très élevée, est peut-être perturbée par de la silice contenue dans l’échantillon. La terre contenant l’échantillon comporte 12,3 % de cuivre ; il y a eu véritable électrolyse et diffusion du cuivre dans le sol environnant.

TABL. XXXIII
Analyse de la composition élémentaire des objets métalliques recueillis, en % (dosage du cuivre par électrolyse, dosage des impuretés par spectrographie, dosage de l’étain par gravimétrie) : XXX élément principal ; X élément important ; () par différence ;  non décelé ; environ ; tr inférieur à 0,001 %.

• La hache à talon

86La hache (fig. 115, no 3) s’inscrit parfaitement dans la série des haches à talon de type normand sans anneau (Briard, Verron 1976 : 91-95). Elle est décorée de deux courtes dépressions triangulaires accolées, encadrées d’une nervure en chevron (décor en trident sans nervure longitudinale). Ce décor est classique et constitue l’une des variantes d’un ensemble regroupant un motif de base formé de deux dépressions triangulaires accolées, qui peuvent être complétées de nervures en relief formant un trident avec ou sans nervure longitudinale (Briard, Verron 1976 : fig. 2, nos 2, 13, 14). Ces motifs décoratifs obtenus à la fonte pouvant se décliner en une multitude de variations au cours de la mise en forme et de l’usage des objets, il est sans intérêt de tenter une classification interne de cette famille en dehors des cas exemplaires de lisibilité, ce qui n’est pas le cas ici en raison de l’état de surface de l’objet.

FIG. 115
Mobilier métallique : 1 épingle de l’enceinte nord ; 23 lance et hache à talon de l’enceinte sud.

87La hache de Mondeville se distingue néanmoins par quelques particularités morphologiques. On doit en effet noter sur ses côtés, au niveau de la butée, la présence d’un épaulement semi-circulaire constitué par la jonction des bords de la lame. Celle-ci possède des faces convexes et des bords concaves qui s’élargissent de manière continue jusqu’au tranchant. Nous n’avons jusqu’à présent rencontré ces particularités que sur une seule hache provenant du dépôt de la ferme d’Épaville à Heuqueville, en Seine-Maritime (Verron 1971 : 62, no 37) qui, précisons-le, est brute de fonte. Certains éléments morphologiques communs à ces deux objets (fig. 117, no 1) ne leur sont néanmoins pas exclusifs : le profil des rebords rectilignes, la butée rectiligne aux angles légèrement arrondis et la présence d’une cavité au fond de l’une des gorges liée à un dégazage incomplet lors de la coulée.

88Le travail de mise en forme définitive du sommets des côtés et surtout du tranchant de la hache de Mondeville a en partie altéré ces traits communs et ne permet pas d’évaluer, au-delà de ces caractères généraux, la proximité morphologique de ces deux exemplaires qui s’individualisent parfaitement au sein du type normand. Ainsi, la hache d’Heuqueville possède un trident avec nervure longitudinale et il est possible que ce motif ait été altéré sur l’exemplaire de Mondeville.

• La pointe de lance

89La pointe de lance (fig. 115, no 2) possède une douille de forme ovale avec des trous de rivet, obtenus lots de la coulée, placés à mi-hauteur de la partie libre de la douille. Celle-ci est assez longue puisqu’elle correspond au premier tiers de l’objet. Elle se prolonge ensuite jusqu’à la pointe. Les ailerons renflés dans leur partie proximale ont le profil incurvé en « flamme » des pointes de type Sucy (Briard, Mohen 1983 : 125-126).

90Les pointes de lance de type Sucy s’inscrivent dans une abondante série dont la répartition s’étend sur l’Europe entière à l’exclusion de la Grande-Bretagne, des pays scandinaves jusqu’aux Balkans, leur origine étant bien difficile à cerner (Briard 1966 : 171 ; Mohen 1977 : 58 ; Chevillot 1989 : 136). Particulièrement bien représentées dans la vallée de la Seine en amont de Paris (Mohen 1977 : 58), on les rencontre également en Haute-Normandie. Deux exemplaires à douille circulaire provenant des dragages de la Seine, l’un à Bardouville (Billard et al. 1993 : fig. 24, no 1) et l’autre à Rouen (inédit : Saint-Germain-en-Laye, MAN no 704), viennent compléter les deux lances du dépôt des Baux-Sainte-Croix (Eure ; Verney 1988).

91La pointe de Mondeville, seul exemplaire pour la Basse-Normandie, paraît géographiquement isolée. À l’ouest du Bassin parisien, les exemplaires d’Eure-et-Loir – fragments et moules du Fon-Harrouard qui sont attribués à ce type (Mohen, Bailloud 1987 : 62), pointes de Lumeau, de Saint-Jean-le-Blanc et de Bazoches-les-Gallerandes (Cordier 1978 : fig. 2 nos 8, 9 ; Despriées 1986 : fig. 16) – ponctuent une diffusion qui se poursuit sur la Loire à Amboise et Rigny-Ussé, en Indre-et-Loire (Cordier 1984 : fig. 4 nos 2, 5), à Doué-la-Fontaine dans le Maine-et-Loire (Cordier, Gruet 1975 : fig. 42, no 2) pour aboutir dans le Finistère avec le dépôt de Pennarvern-en-Rosnoën (Briard 1959 : no 4).

7.4.3.2 L’enceinte nord et son épingle

92L’épingle possède un renflement fusiforme à décor nervuré (douze nervures) et une tête légèrement évasée à extrémité individualisée par un segment rectiligne qui se prolonge annulairement formant une dépression sommitale circulaire (fig. 115, no 1).

93Par ses caractères généraux, cette épingle s’inscrit dans la série des épingles à renflement fusiforme nervuré. Mais la forme de sa tête reste originale. C’est en Grande-Bretagne que l’on trouve le plus proche exemplaire de comparaison avec une épingle provenant du sud Wiltshire (Rowlands 1976 : 2026, pl. 19) qui possède un renflement décoré de séries d’incisions obliques alternées. Il faut ensuite se déplacer jusqu’en Allemagne du Nord, entre Brême et Hanovre, pour trouver une épingle de morphologie très comparable (tête à extrémité individualisée par un segment rectiligne et un renflement comportant 10 nervures) avec l’exemplaire de Fallingbostel (Laux 1976 : no 336).

94Le caractère si particulier de la tête de cette épingle incite à poser le problème de sa mise en forme. Si celle-ci est postérieure à la coulée (retravail par martelage de l’extrémité), l’épingle pourrait s’inscrire de manière plus cohérente dans les séries du Bassin parisien. Nous avons recensé en Normandie 9 épingles à renflement ou épingles à tige nervurée. Peu nombreuses, elles s’individualisent routes par des caractères morphologiques particuliers qui les distinguent de l’épingle de Mondeville (Dubus 1911 : pl. III no 2 ; Gehenne 1965 : pl. II. fig. 1 ; Edeine 1970a : fig. 1 ; Verney 1988 ; Billard et al. 1993 : fig. 25, nos 1 et 2). Il en va ainsi des épingles du dépôt des Baux-Sainte-Croix (Eure) qui peuvent être attribuées aux types Haguenau et Courtavant. Seule une épingle de type Saint-Germain-au-Mont-d’Or (Audouze, Gaucher 1981 : 61-64), provenant de Soumont-Saint-Quientin (Edeine 1970a : fig. 1) et possédant une tête évasée sans terminaison individualisée et un renflement non pas nervuré mais un décor incisé hélicoïdalement peut être rapprochée de l’épingle de Mondeville. De nombreux exemplaires à renflement nervuré et tête évasée sans terminaison individualisée sont également connus au Fort-Harrouard à Sorel-Moussel, Eure-et-Loir (Mohen, Bailloud 1987 : 56), site sur lequel un moule d’épingle à tête évasée à extrémité non individualisée a également été recueilli (Mohen, Bailloud 1987 : 94, 20),

95Ainsi l’épingle de Mondeville s’inscrit-elle de par ses caractéristiques (renflement fusiforme de la tige, décor cannelé, tête légèrement évasée) dans la famille des épingles de la fin du Bronze moyen du quart nord-ouest de la France, sans que l’on puisse trouver, sur une aire géographique vaste mais raisonnablement cohérente, un exemplaire morphologiquement identique.

7.4.3.3 Étude technologique des objets

96Les analyses de la composition élémentaire des objets ont été réalisées par J.R. Bourhis au laboratoire d’anthropologie de l’université de Rennes en spectrométrie d’émission dans l’ultraviolet (tabl. XXXIII). Les teneurs en étain de l’épingle ont fait l’objet d’une détermination spectrographique relative ; un dosage par gravimétrie a été possible pour la pointe de lance et la hache.

97La composition des trois objets est homogène et se caractérise par de fortes teneurs en étain (entre 13,5 et 14,5 %), de faibles teneurs en plomb (inférieures à 0,2 %), par l’importance des concentrations en nickel (comprises entre 0,8 et 1 %) et la faiblesse des teneurs en antimoine (inférieures à 0,03 %). Ces compositions, dans lesquelles nickel et arsenic dominent très largement l’antimoine, sont classiques pour la seconde partie du Bronze moyen, aussi bien pour le quart Nord-Ouest de la France que pour les Alpes suisses (Rychner, Kläntschi 1995) ou le Sud de la Grande-Bretagne (Northover 1982 : 54 ; 1991 : 65-66).

98Un premier travail effectué sur les analyses des haches à talon du Nord-Ouest de la France a permis de démontrer, au-delà de ces caractères généraux, l’existence d’intéressantes variations qui peuvent être interprétées en fonction de critères typologiques et géographiques (Briard, Bigot 1989). Ainsi, la composition des haches de Bretagne et d’Aquitaine se caractérise par des concentrations en arsenic deux fois plus importantes que celles enregistrées pour le nickel comme on peut le constater, par exemple, sur les haches de type breton de Perrou, Orne (Verrou 1985 : 155). À l’opposé, les haches du bassin de la Loire et de la Normandie présentent des compositions dans lesquelles le nickel est supérieur à l’arsenic. Les objets de Mondeville sont de parfaits exemples de ce phénomène et l’on peut ainsi rapprocher leur composition de celle des haches de La Chapelle-du-Bois-des-Faulx, Eure (Verrou 1985 : 156), mais également de celle des objets du dépôt de Sucy-en-Bric (Mohen 1977 : 217) et de certains bronzes contemporains du Sud-Est de la Grande-Bretagne (Northover 1991 : 66).

99Par ailleurs, l’analyse de la composition élémentaire couplée à celle de la composition isotopique du plomb contenu dans les objets du Fort-Harrouard, où des moules pour pointes de lance de type Sucy et épingles à tête en trompette sont connus, permettent d’affirmer que les minerais mis en œuvre pour la production des objets de la seconde partie du Bronze moyen découverts sur le site sont des chalcopyrites d’origine occidentale (Armorique, Massif central, Cornouaille ou Irlande : Collin et al. 1995).

7.4.3.4 Position chronologique et horizon culturel

100La répartition des haches à talon de type normand est centrée sur la basse vallée de la Seine (Verney 1989). Sans être isolée régionalement, la découverte de Mondeville s’inscrit dans une zone de concentration nettement plus faible (une dizaine de sites seulement pour le Calvados) qui aboutit vers l’ouest à la disparition presque totale du type à l’approche du Massif armoricain.

101Les haches de type normand sans anneau portant un trident se rencontrent dans les dépôts des Baux-Sainte-Croix, Eure (Verney 1988), Sucy-en-Brie, Val-de-Marne (Mohen 1977 : 53-54, 58), Vaux-Milieux, Isère (Bocquet 1970 : 49, 64), Varennes-sur-Allier, Allier (Bergeron et al. 1984 : 35-37), où elles sont associées, comme à Mondeville, à une ou plusieurs pointes de lance à longue douille et ailerons foliacés de type Sucy, dans des contextes caractéristiques de la fin du Bronze moyen. Soulignons que les contextes du Bronze final dans lesquels les haches de type normand apparaissent sont excessivement rares et exclusivement situés en dehors de la zone de concentration principale du type (Verney 1989). De la même manière, seul le dépôt de Pennarvern-en-Rosnoën présente une pointe de lance à ailerons foliacés de type Sucy dans un contexte légèrement plus tardif, caractéristique du Bronze final I (Briard 1966 : 157).

102Les particularités morphologiques de l’épingle ne permettent pas de garantir sa contemporanéité avec les deux objets précédents, mais une datation également de la fin du Bronze moyen paraît tout à fait convaincante, compte tenu d’une part de la position chronologique attribuée à l’épingle de Fallingbostel (Laux 1976 : 63-64) et, d’autre part, du contexte général dont relèvent les épingles à tête évasée et renflement fusiforme lisse, incisé ou faiblement nervure du Bassin parisien : dépôts des Baux-Sainte-Croix, Eure (Verney 1988), Cossé-le-Vivien, Mayenne (Briard 1966 : 128), Chery, Cher (Briard et al. 1969), Villers-sur-Authie, Somme (Blanchet 1984 : 164). L’homogénéité de la composition élémentaire des trois objets renforce indiscutablement ce point de vue.

103Les trois objets métalliques de Mondeville s’inscrivent dans une ambiance culturelle clairement orientée vers l’est de la Normandie et plus généralement vers la moyenne et basse vallée de la Seine. Il s’agit en effet d’objets dont la répartition géographique montre une nette concentration sur le bassin de la Seine, alors qu’ils sont faiblement représentés (hache à talon de type normand) ou totalement inconnus (pointe de lance de type Sucy et épingle à renflement et tête évasée) dans la partie occidentale (ou armoricaine) de la Basse-Normandie. La composition élémentaire des objets de Mondeville présente des caractères qui confirment également parfaitement cette orientation.

104Le mobilier base cuivre de la seconde partie du Bronze moyen découvert dans le département du Calvados (fig. 116) relève d’un répertoire typologique très restreint qui illustre parfaitement la bipolarité culturelle Armorique/bassin inférieur de la Seine dans laquelle s’inscrit alors la Basse-Normandie (Verney 1993 ; Briard, Verney 1996). Celle-ci est principalement perceptible à partir de l’étude des haches à talon où le type normand domine dans les dépôts –à Bazen ville (Verney 1994 : 26), Colombières (Verney 1994), à Courseulles-sur-Mer (Dastugue 1971 : 330), à Saint-Paul-du-Vernay (Verney 1994 : 28) et à Villers-sur-Mer (Gaumont 1859 : 50)–, principales découvertes complétées par quelques objets isolés – à Campandré-Valcongrain (Gervais 1864 : no 62), à Condé-sur-Seulles (inédit), à Lisieux ou Le-Préd’Auge (Ghesquière et al. 1994 : 436), à Saint-Vigor-le-Grand (Verney 1994 : 28) et Ver-sur-Mer (Verney 1994 : 28).

FIG. 116
Objets base cuivre de la seconde partie du Bronze moyen du département du Calvados : 1 Banville ; 2 Bazenville ; 3 Bernières-d’Ailly ; 4 Campandré‑Valcongrain ; 5 Canchy ; 6 Colombiéres ; 7 Condé-sur-Seulles ; 8 Courseulles-sut-Mer ; 9 Dozulé ; 10 Lisieux ou Le Pré-d’Auge ; 11 Mézidon-Canon ; 12 Mondeville ; 13 Saint-Contest ; 14 Saint-Germain-le-Vasson ; 15 Saint-Paul-du-Vernay ; 16 Saint-Vigor-le-Grand ; 17 Soumont-Saint-Quentin ; 18 Vaux-sur-Aure ; 19 Ver-sur-Mer ; 20 Villers-sur-Mer.

105Le type breton, majoritaire dans le dépôt de Vaux-sur-Aure (Verney 1994 : 25), n’est que faiblement représenté et simplement complété par les découvertes isolées de Banville (Ghesquière et al. 1994 : 437) et de Mézidon-Canon (Ghesquière et al. 1994 : 438). L’influence du groupe armoricain est néanmoins renforcée par la présence des bracelets à légers tampons et jonc incisé de type Bignan, mis au jour hors contexte, comme à Bernières-d’Ailly (Coutil 1907 : 962), sur l’éperon barré du Mont Joly à Soumont-Saint-Quentin (Edeine 1966 : fig. 10, 12), ou en dépôt tel celui de Canchy (Verney 1994 : 30), entièrement composé de bracelets de ce type. Dans l’ensemble de Saint-Germain-le-Vasson (Gervais 1864 : nos 93, 94bis ; Freidin 1982 : 337), deux bracelets de type Bignan sont associés à des bracelets à jonc torsadés moulés, à extrémités aplaties et repliées formant une fermeture « en manchon ». Le système de fermeture de ces derniers est une particularité typologique qui les singularise des séries contemporaines aux extrémités lisses ou enroulées que l’on rencontre dans le Bassin parisien, en Bourgogne ou dans le Sud de la Grande-Bretagne.

106Les objets indiquant clairement des contacts avec les régions situées à l’est et au sud-est du Bassin parisien sont ici très rares. Seules la hache à rebords de type Porcieu-Amblagnieu de Dozulé (Verron 1976a : 590) et l’épingle de type Saint-Germain-au-Mont-d’Or de Soumont-Saint-Quentin (Edeine 1970a : fig. 1) révèlent cette influence qui se manifeste de manière beaucoup plus claire dans la haute vallée de la Seine et le bassin de l’Yonne (Mordant 1989). De la même manière, un seul objet de la seconde partie du Bronze moyen de tradition clairement britannique est à signaler en Basse-Normandie (fig. 117, no 2) : il s’agir d’une hache brute de fonte à talon et anneau à lame large ornée d’une nervure médiane et possédant de hauts rebords foliacés (du type Class 5 group 2 de Rowlands) provenant de Saint-Contest (inédit).

107Si les indices de relations avec le Sud de la Grande-Bretagne sont ici fort minces, ils apparaissent de manière plus marquée dès que l’on aborde la basse vallée de la Seine : pointes de lance à œillets basaux et ailerons foliacés, hâches à talon et rebords prolongés sur la lame, haches de types Birchington et Werrar, ciseaux à talon, etc. En parallèle, si aucune pointe de lance de type Sucy n’a pour l’instant été mise au jour au Sud de la Grande-Bretagne, on ne peut occulter le rapprochement effectué entre l’épingle de Mondeville et l’exemplaire provenant du sud Wiltshire, comme il est nécessaire de rappeler que de nombreux dépôts des comtés du Sud de l’Angleterre (principalement Hampshire et Sussex : Rowlands 1976 : 147-151) recèlent des haches de type normand tout à fait comparables à celles du dépôt d’Heuqueville (fig. 117, no 1). Parmi ceux-ci, les dépôts de Gable Head à Hayling Island, Hampshire (Rowlands 1976 : no 60, pl. 55 ; O’Connor 1980 : Fig. 5) et de Blackrock près de Brighton, Sussex (Smith 1959) permettent de dater les haches de ce type de l’Ornament Horizon de Smith, de la phase Taunton-Barton Bendish de Burgess ou de la période 5 de Needham, soit du XIVe s. avant notre ère (Needham 1996 : 133-134). Par ailleurs, l’intéressant dépôt de Birchington, dans le Kent, au sein duquel on distingue également une hache qui trouve d’excellents parallèles dans le dépôt d’Heuqueville, était contenu dans une urne globulaire avec un décor de lignes incisées accostées d’ocelles, qui possède de bons éléments de comparaison dans les séries Deverel-Rimbury et Trevisker (Rowlands 1976 : nos 82, 216).

FIG. 117
Éléments de comparaison : 1 hache du dépôt de la ferme d’Épaville à Heuqueville (Seine-Maritime) qui doit être rapprochée de celle de Mondeville (Musée départemental des antiquités, Rouen) ; hache à talon de type britannique class 5, group 2 de Rowlands, découverte à Saint-Contest en 1968 (collection Edeine, Caen).

108La hache à talon, la pointe de lance et l’épingle de Mondeville font partie intégrante d’un horizon culturel centré sur la moyenne et basse vallée de la Seine et le nord de la France. Cet horizon se caractérise notamment par les nombreux liens qu’il entretient avec les régions du Sud de l’Angleterre et dans une moindre mesure avec l’Armorique et l’Europe continentale. Le site de Mondeville, établi sur les marges occidentales de l’aire d’influence de cet horizon culturel essentiellement défini à partir du mobilier métallique (Brun 1991), offre un corpus céramique associé à des objets de bronze parfaitement calés du point de vue chronologique à la fin du Bronze moyen, entre le XIVe et le XIIIe s. avant notre ère, dans un contexte architecturé de plaine.

7.4.4 Datation 14C des enceintes

  • 3 – Datation effectuée par M. Fontugne au Centre des faibles radioactivités de Gif-sur-Yvette ; qu’il (...)

109Les deux enceintes ont fait l’objet de datation par le 14C. Les échantillons correspondent à chaque fois à deux ossements prélevés dans les concentrations des terminaisons de fossés au nord des entrées3. Les résultats sont les suivants :

110– enceinte nord : Gif-10843 : 2810 ± 60 ans, soit après calibration 1115, 828 av. J.-C. (datation à 2 sigmas, calibration d’après Stuiver et Reimer 1993) ;

111– enceinte sud : Gif-10838 : 3020 ± 50 ans, soit après calibration 1403, 1087 av. J.-C. (datation à 2 sigmas, calibration d’après Stuiver et Reimer 1993).

112Ces deux valeurs, qui n’ont en commun qu’une plage de temps de 28 ans à la charnière des XIe-XIIe s. av. J.-C., sont globalement en désaccord avec la stratigraphie. Seule celle de l’enceinte sud est en adéquation avec le mobilier qui situe plutôt l’occupation du site entre le XIVe et le XIIIe s. av. J.‑C. Celle de l’enceinte nord, pourtant fondée la première, est légèrement trop jeune.

7.4.5 Les restes humains

113La totalité des restes humains a été recueillie dans l’enceinte sud et, pour autant qu’il y ait contemporanéité, dans les deux cercles incomplets.

7.4.5.1 Cercle ouest

114Les restes de trois sujets tous très mal conservés y ont été mis au jour (fig. 105).

• La sépulture Sp. 3

115La sépulture Sp. 3 ne contenait qu’un fragment de crâne et un fragment d’os long de dimensions trop réduites pour permettre la moindre observation.

• La sépulture Sp. 1

116Le squelette de la sépulture Sp. 1 s’est trouvé réduit, après nettoyage, à très peu d’ossements utilisables : quatre dents mandibulaires brisées post mortem et deux tiers de la diaphyse du fémur gauche. Cette diaphyse est d’aspect gracile. L’indice pilastrique est nul (77). L’aplatissement sous-trochantérien est marqué (platymérie). La ligne âpre est peu saillante, la crête fessière faible, bordée en dehors par une nette gouttière hypotrochatérienne (type VI de Martin, Saller 1957). Parmi les quatre dents, on constate une usure tabulaire oblique sur deux prémolaires et une molaire, et une usure tabulaire sur une incisive latérale gauche.

• La sépulture Sp. 2

117Le squelette de la sépulture Sp. 2 appartenait à un sujet adulte (la M3 est totalement calcifiée) dont le décès a dû survenir à un âge relativement avancé car les sutures crâniennes sont synostosées. La morphologie d’ensemble du crâne est plutôt gracile, avec des parois peu épaisses (5 mm en moyenne). À l’exception de la bosse frontale gauche, seule présente, les saillies crâniennes (arcade sourcilière et bosse pariétale gauche, inion et mastoïdes) sont inexistantes ou peu marquées. La gracilité observée sur le crâne apparaît également dans la morphologie des os du squelette postcrânien par l’effacement des reliefs d’insertion musculaires observables sur les fragments de clavicule (facette coracoïdienne nulle) et d’humérus (empreinte deltoïde très faible). L’association de ces critères rend le sexe féminin probable pour ce squelette.

118Le squelette crânien est représenté par des fragments dont certains ont pu être assemblés, mais sur un territoire trop réduit pour permettre la moindre mensuration. Les seuls renseignements concernant cette partie du squelette sont fournis par des fragments de temporal aux mastoïdes d’une hauteur de 8 et de 9 mm, des fragments de frontal gauche avec un sinus de 6 mm de hauteur et une orbite au rebord mince et tranchant, ainsi que la 3e molaire mandibulaire droite dont l’usure est moyenne (stade II selon l’échelle de Périer 1949). Le squelette postcrânien est également conservé. Les vestiges des clavicules et de la scapula gauche sont trop fragmentaires pour permettre la moindre observation. Des humérus subsistent les diaphyses incomplètes dépourvues des extrémités. L’aplatissement diaphysaire (eurybrachique) et l’empreinte deltoïdienne sont peu marqués. La corticale est mince (4 mm). L’ulna possède, de même que l’humérus, une diaphyse arrondie (eurolénique).

119Une grande partie du fémur gauche a été reconstituée. L’extrémité inférieure, le grand trochanter, la tête et le col sont absents. L’indice pilastrique est faible, la ligne âpre est cependant développée. La région sous-trochantérienne est élargie transversalement et légèrement comprimée dans le sens antéro-postérieur, de sorte que l’indice défini par ces deux diamètres indique un aplatissement marqué dit platymérique (Martin, Saller 1957). Sur la face postérieure, la zone d’insertion des muscles fessiers est très peu saillante et s’apparente au type V (crête hypotrochantérienne seule) de Martin et Saller.

120Cette sépulture a donc livré les restes très incomplets d’un sujet gracile, probablement une femme, décédée à un âge relativement avancé.

7.4.5.2 Cercle sud

121Les restes d’une possible sépulture traversée par le fossé y ont été retrouvés (cf. supra fig. 106). Celle-ci était réduite au crâne et aux extrémités inférieures des jambes. Un fragment de mandibule et un fémur recueillis dans le fossé à peu de distance du cercle lui sont vraisemblablement associés et ont été intégrés à l’étude.

122La maturation du crâne était achevée. La 3e molaire mandibulaire droite est totalement calcifiée. Il appartenait donc à un adulte décédé relativement jeune car les parois crâniennes sont libres de toute synostose. L’usure modérée des dents mandibulaires semble confirmer cette conclusion. La morphologie d’ensemble de ce sujet est comparable à celle des autres sujets exhumés dans le site, les critères habituellement retenus sur le crâne et le squelette postcrânien, à l’exception du coxal absent ici, rendent le sexe féminin probable.

123La voûte est large et de longueur moyenne avec un indice crânien horizontal mésocrâne à la limite de la brachicrânie et une forme générale pentagonoïde. Le dessin des sutures est remarquablement simple. Il existe un os sutural sur la partie droite de la suture lambdatique. Le front est moyennement divergent et les bosses sont bien dessinées. En vue latérale, le front est bombé. Le pariétal décrit une courbe à convexité régulière, la composition de la voûte crânienne indique le schéma P > F > O. Le développement de l’inion est modéré. L’apophyse mastoïde droite, seule présente, est petite et surmontée de crêtes peu marquées. Il n’existe pas de trous pariétaux mais un foramen mastoïdien est présent sur le temporal gauche. En vue faciale, un front étroit surmonte des orbites à bord supérieur tranchant. La région glabellaire est plane ainsi que ses portions latérales où les arcades sourcilières sont effacées.

124La mandibule, amputée du côté gauche et de la branche droite, montre un os alvéolaire remanié au niveau de la deuxième molaire traduisant un processus parodontopathique débutant. Les trois dents recueillies sont indemnes de caries.

125Le fémur gauche, seul présent, est dépourvu du grand trochanter, des deux tiers de la tête et de l’extrémité inférieure. La diaphyse est rectiligne en vue antérieure et faiblement incurvée dans le plan sagittal. La région sous-trochantérienne est élargie et il existe une nette platymérie (71). On note la présence d’une fosse hypotrochantérienne large et profonde. La ligne âpre est peu saillante (pilastre faible) et ses signes de bifurcation ne sont pas visibles.

7.4.5.3 Enceinte sud

126En dehors des vestiges remaniés de la sépulture précédente, seul un crâne isolé a été retrouvé dans le fossé de cette enceinte (cf. supra fig. 99 et infra fig. 123). Il a été recueilli à 16,50 m de l’entrée dans une zone de rejet peu dense (cf. infra § 7.5).

127Ce crâne est amputé des temporaux, de la base, de la partie antérieure de l’écaille occipitale et de la face. La mandibule est également absente et aucune dent lui appartenant n’a été retrouvée.

128Il appartenait à un sujet relativement jeune car le processus de fermeture des parois crâniennes est amorcé au niveau de la partie médiane de la suture sagittale et sur les portions latérales de la suture coronale. Il s’en dégage une impression générale de gracilité, avec des parois peu épaisses (4 mm de moyenne) et des saillies crâniennes (inion et glabelle) peu marquées ; en revanche les bosses frontales sont développées et l’écaille est très peu inclinée. Ces critères rendent le sexe féminin probable.

129La voûte peut être considérée comme étroite et longue, ce qui traduit un indice crânien horizontal dolichocrâne (73,4). Les sutures ont un dessin très simple dans tous les segments. Il existe sur la suture lamboïde six os su tu taux, trois à droite et trois à gauche.

130Le front est peu divergent comme le démontre l’indice frontal transversal. La largeur maximale du crâne est comparable à la largeur frontale maximale et, de ce fait, l’indice frontal-transversal se classe dans la catégorie des fronts larges.

131En vue latérale, le front est bombé. La courbe pariétale est régulièrement convexe sans dépression rétro-bregmatique, la courbe s’infléchit brusquement au-delà du vertex et se prolonge par un segment presque rectiligne jusqu’au lambda. La protubérance occipitale externe est peu marquée. L’écaille de l’occipital est assez bombée.

132En vue faciale, un front large avec des bosses saillantes est limité en avant par un rebord orbitaire tranchant. La région glabellaire est très peu marquée ainsi que ses portions latérales où les arcades sourcilières sont très peu saillantes.

7.4.6 Les vestiges archéozoologiques

R.-M.A.

133Les ossements animaux recueillis dans les deux enceintes forment un échantillon d’environ 1 000 restes. Plus des deux tiers des os sont restés indéterminés. Rapportée à la masse globale de l’échantillon, la proportion de cette catégorie de restes paraît beaucoup moins importante puisqu’elle s’abaisse à environ un dixième, ce qui traduit clairement que les indéterminés correspondent à des esquilles de très faibles dimensions. Le mauvais état de conservation peut être invoqué. Tous les vestiges présentent une surface très érodée, marquée de profondes cupules qui attestent que la trame osseuse a été largement entamée par l’acidité des sédiments. Ce phénomène a entraîné la désintégration de certains os, ceux de faibles dimensions plus particulièrement, en multiples esquilles indéterminables.

134D’autres agents de fragmentation sont intervenus. La plupart des os ont été soumis aux différentes étapes de l’exploitation bouchère et ont de ce fait été désarticulés, isolés et cassés. Certains ont également été carbonisés. Ces caractéristiques renvoient à des rejets culinaires, malgré l’absence de traces de découpe et de prélèvement de la viande vraisemblablement due à l’importante érosion des surfaces osseuses plutôt qu’à une réelle absence de marques de ce type. La présence de pièces entières, parmi lesquelles plusieurs os longs du squelette appendiculaire mais également des os plats ainsi que des crânes, tend cependant à indiquer que les effets de l’exploitation bouchère sont restés relativement limités.

135Il apparaît en somme que, dans l’ensemble, les vestiges osseux se partagent en deux catégories, l’une constituée des esquilles provenant probablement de la dissolution des os de faibles dimensions ou d’espèces de raille réduite, l’autre de fragments relativement volumineux au sujet desquels la nature détritique peut être invoquée, non sans quelques réticences cependant.

136La répartition des vestiges entre les deux structures est inégale. Plus des deux tiers des restes osseux proviennent, en effet, de l’enceinte sud (tabl. XXXIV). Cet ensemble contient en fait une part plus importante d’esquilles et de fragments indéterminés alors que par ailleurs, tant du point de vue du poids que du nombre de restes déterminés, peu de différences distinguent les deux échantillons. Ce déséquilibre en restes indéterminés traduit une fragmentation plus importante dans l’enceinte sud qui pourrait relever de conditions de conservation et de prélèvement moins favorables.

TABL. XXXIV
Décompte des restes osseux par structure (NR nombre de restes ; PR poids des restes).

137La composition des deux ensembles est relativement homogène. La part des principales espèces ne varie que très légèrement de l’un à l’autre. Le trait le plus marquant réside dans la prédominance des restes d’animaux domestiques parmi lesquels le bœuf est de loin le mieux représenté. Les autres espèces domestiques, dont le chien, sont attestées dans des proportions assez faibles. Les caprinés qui, après le bœuf, semblent jouer le rôle le plus important, comptabilisent moins de 20 % du nombre de restes et entre 3,5 et 7 % du poids des restes. La faune sauvage est très discrète et peu diversifiée. Elle est attestée par une dizaine de restes provenant presque exclusivement de cerfs et de chevreuils. Un os se rapporte au lièvre. Des os de chevaux ont également été recueillis dans chacune des structures, mais ils sont nettement mieux représentés dans l’enceinte sud, dans laquelle ils constituent une part non négligeable de l’échantillon alors que dans l’enceinte nord leur représentation est très modeste. Au sujet de cet animal se pose la question de son statut, sauvage ou domestique, l’eu d’éléments, si ce n’est des indices indirects, permettent, sinon de trancher, du moins d’argumenter la discussion, La présence de cet animal au sein d’ensembles aussi modestes, alors qu’il est absent ou très discret sur tous les sires du Néolithique du Nord de la France, est en soi révélatrice d’une évolution des relations entre l’homme et le cheval au cours de la Protohistoire, Le contexte du site ne livre pas d’éléments de réponse à ce sujet, si ce n’est que chronologiquement il est très proche de ceux de l’âge du Fer, époque où les chevaux sont considérés comme domestiques.

138S’ils diffèrent légèrement entre eux, les deux ensembles présentent aussi des originalités par rapport à d’autres sites. Ainsi de nombreux os sont conservés entiers, ce qui s’observe rarement dans le cadre des dépotoirs d’habitat oit toutes les pièces sont en règle générale systématiquement brisées du fait des activités humaines (boucherie, piétinements). La préservation de certaines parties comme les crânes, qui figurent parmi les plus fragiles, est d’autant plus intéressante à relever qu’elle se produit dans un contexte plutôt défavorable. Elle induit des modalités de dépôt et de formation des échantillons particulières dans le sens où elle n’a pu se produire que sous l’effet d’un concours de circonstances favorables rarement réunies, même sur les sites bénéficiant d’excellentes conditions de conservation. Qu’une attention particulière ait pu être portée à des pièces comme des crânes n’a rien d’exceptionnel en soi. La présence de plus d’une dizaine d’os longs non brisés l’est d’avantage et induit des modalités particulières d’exploitation des animaux et de fossilisation des restes.

139D’autres traits propres à ces deux ensembles de faune peuvent être dégagés et ce malgré le peu de données de comparaison disponibles dans l’état actuel de la recherche sur les sites de cette période.

140Le taux de restes de gibier est le plus faible de ceux enregistrés pour la période. La chasse y apparaît également comme l’une des moins diversifiées et le contraste avec les tableaux de chasse variés (fig. 118) d’autres sites contemporains connus comme Catenoy dans l’Oise (couche 3 : Méniel 1987). Nanteuil-sur-Aisne (Méniel 1977) ou encore Hauterive-Champréveyres en Suisse (Studer 1990) et Les Barlières dans l’Ain (Arbogast, inédit) est flagrant (tabl. XXXV).

TABL. XXXV
Présence des espèces sauvages sur différents sites de l’âge du Bronze.

FIG. 118
Importance de la faune sauvage sur différents sites de l’âge du Bronze.

141L’importance des principales espèces domestiques rapproche ces ensembles de ceux de sites comme Catenoy et Vinneuf (Yonne) où le recours aux ressources de l’élevage bovin prédomine par opposition à d’autres sites comme Nanteuil-sur-Aisne, Epervans, Les Barlières où l’exploitation du porc et des petits caprinés prévaut largement (fig. 119).

FIG. 119
Proportions relatives des principales espèces domestiques sur différents sites de l’âge du Bronze,

142La représentation des différentes espèces domestiques offre cependant des caractéristiques tout à fait particulières. Les proportions relatives des principaux animaux de rapport reflètent une utilisation des ressources du cheptel qui ne se retrouve sur aucun des sites de comparaison. L’importance du bœuf est inégalée, de même que celle du cheval pour lequel seul le site, très éloigné, des Barlières (Ain) témoigne d’un rôle plus important (fig. 120).

FIG. 120
Importance du cheval sur différents sites de l’âge du Bronze.

143Il se dessine en fait entre ces structures et d’autres sites une opposition qui se manifeste tant du point de vue des modalités d’exploitation des animaux que de la composition des échantillons. Elle suscite une interrogation relative à la nature des restes recueillis sur ce site, également fondée par la prise en compte d’autres données comme le lieu de dépôt et la répartition spatiale des vestiges osseux.

7.4.7 Bois, meules, silex

144L’objet le plus insolite du site a été recueilli dans l’enceinte sud, presque exactement au niveau de l’intersection occidentale des deux enceintes. Il s’agit d’une sorte de coque en charbon de bois dont la forme évoquait lors de la fouille un masque humain (fig. 121). L’objet mesure une petite trentaine de centimètres de long. Il est muni de deux « yeux » et même, en cherchant bien, d’un nez. Il gisait face interne vers le haut, si bien que sa face extérieure n’a pu être observée dans de bonnes conditions. Celle-ci a été dégagée en laboratoire à l’issue de la fouille et force est de constater que, même une fois restauré, l’objet n’est guère parlant. Alors, simple loupe affectant une pièce de bois ordinaire ou objet façonné aujourd’hui déformé ? Son état de conservation n’est pas suffisamment bon pour pouvoir trancher.

FIG. 121
Objet en bois.

145Un certain nombre de meules, le plus souvent fragmentées, ont été recueillies. Elles sont peu nombreuses et ont toutes été réalisées en roches exogènes. Trois meules ont été mises au jour dans l’enceinte nord, une en grès rouge et deux fragments, l’un en grès et l’autre en granité. Neuf meules ont été retrouvées dans l’enceinte sud, principalement en grès ou en granite. Des petits blocs de calcaire et de rares plaquettes ont également été recueillis. Ils ne proviennent pas du creusement des fossés et sont donc à considérer à l’échelle du site comme allochtones. Aucun n’est façonné et certains sont brûlés.

146Les silex ont une répartition et une typologie qui correspondent à une occupation remaniée du Néolithique moyen. En dehors du côté ouest de l’enceinte sud, leur présence est anecdotique et se résume à quelques unités, principalement à proximité des entrées.

7.5 Fonction du site : l’apport des données spatiales

147On l’a vu tout au long de l’étude, la principale incertitude concernant le site demeure celle de sa fonction. L’absence de toute trace archéologique probante dans l’aire interne ne permet pas de déterminer précisément la nature des activités qui ont pu s’y dérouler et encore moins le statut du site : habitat fortifié, enceinte cérémonielle ou site mixte. La seule piste utilisable est celle du fossé lui-même. Parmi les témoins indirects qu’il conserve, les vestiges mobiliers sont les plus intéressants. Certains comme les restes humains, les objets métalliques ou certains éléments de la faune, tels que les crânes et les os longs entiers abondants, incitent à penser qu’il y a ici plus que de simples rejets domestiques, Ces vestiges singuliers s’opposent à des restes détritiques plus classiques comme les débris de vaisselle, les rejets de boucherie, les meules ou les pesons brisés et les divers rebuts de combustion. Une sorte de dichotomie apparaît donc dans la nature des rejets. Pour tenter de lui donner un sens, on peut la confronter aux données spatiales afin de déterminer si la répartition des vestiges apporte ou non un nouvel éclairage sur les activités qui les ont générés. Ce biais, nécessairement indirect, et donc de portée limitée, complète néanmoins les données établies précédemment.

148Dans les fossés, les vestiges se répartissent de façon assez irrégulière. Des concentrations remarquables encadrent les entrées selon un schéma somme toute habituel (cf. supra fig. 96-101). Ces véritables dépotoirs concernent toutes les catégories de vestiges, faune, céramique, métal et pierre. Leur composition varie peu d’un dépotoir à l’autre, la seule particularité étant une absence de céramique au nord de l’entrée de l’enceinte septentrionale. Le secteur commun aux deux enceintes est également riche en vestiges de toute nature. Des concentrations mineures existent au nord de l’enceinte primaire et sur tout le tracé ouest de l’enceinte méridionale. Mais à cet endroit, des pollutions néolithiques importantes sont manifestes, en particulier au niveau des silex (cf. supra fig. 98) et peut-être aussi de la faune. Des petits dépotoirs secondaires presque exclusivement composés de céramique existent sur le côté est de l’enceinte sud. Ils associent les restes de plusieurs vases. À chaque fois, les vestiges céramiques sont composés de fragments hétérogènes rarement remontables et correspondant à des objets incomplets. La seule exception est celle de la jarre décorée dont les fragments étalés sur plusieurs mètres ont permis de reconstituer une portion de vase d’un seul tenant correspondant à un peu plus du tiers de la forme originelle (fig. 122). Il en est de même pour la faune où les os sont toujours les fragments disjoints de différentes parties anatomiques appartenant à des animaux variés. Les seules connexions ont été relevées dans la partie commune aux deux enclos, à peu de distance de la jarre, et on peut penser qu’il y a eu là des rejets de nature différente, peut-être des dépôts.

FIG. 122
Fragments de la grande jarre décorée étalés dans le fond du fossé dans le segment commun aux deux enceintes.

149Les vestiges dont la présence est certainement la plus énigmatique sont les objets métalliques. Ils font en effet partie intégrante des zones de rejet. L’épingle a été retrouvée au sein d’une concentration de restes osseux près de l’entrée de l’enceinte nord. La lance et la hache étaient regroupées (fig. 100). Ces deux objets gisaient à plat l’un à la suite de l’autre dans le fond du fossé et aucun aménagement ou dispositif d’enfouissement particulier n’a été retrouvé lors de la fouille. Le statut même de ces objets et leur juxtaposition font qu’il est pourtant inévitable de parler ici de dépôt. Malgré cela, ils font partie d’une zone de rejets céramiques et fauniques. Dans les deux enceintes, ces vestiges métalliques ne semblent pas avoir de position différente de celle des rejets domestiques et sont rattachés aux principaux dépotoirs. Est-ce à dire pour autant qu’ils ont été considérés comme de simples déchets ? On ne peut utiliser leur état de conservation pour répondre, car si l’épingle est brisée et dépourvue de sa pointe, les deux autres objets sont intacts. Plus intéressant peut-être est le rapprochement avec le phénomène des dépôts dont l’importance quantitative est un trait marquant des civilisations de l’âge du Bronze occidental. Ces dépôts sont malheureusement presque toujours privés de contexte, de sorte qu’on ne peut guère tirer profit de comparaisons en ce domaine.

150Dans certains habitats, d’abondantes séries d’objets en bronze ont été mises au jour, comme à Fort-Harrouard, par exemple, où ils figuraient dans différentes structures domestiques, ou bien encore sur certains sites d’enceintes britanniques comme South Lodge où ont été retrouvés une lance et divers autres objets, ou encore à Angle Ditch où figurait une hache à talon (Burgess 1983). Ces deux derniers sites sont considérés comme des enclos d’habitat que des sondages ont permis de rapporter au groupe de Deverel- Rimbury.

151Les petits déchets de bronze proviennent du nord-est de l’enceinte sud, près de la jonction avec l’enceinte nord. Ils ont été recueillis dans une zone pauvre en vestiges et signalent peut-être la proximité d’un atelier métallurgique sur le site.

152Les restes humains non associés au cercle recoupé par le fossé consistent en un unique crâne privé de sa mandibule. Il était situé dans une zone de rejets essentiellement céramiques peu dense. Il reposait à l’envers au fond du fossé. La face était très mal conservée (fig. 123). Il ne semble pas avoir bénéficié d’un traitement particulier. Il ne correspond ni à une sépulture tronquée ni à une véritable réduction de corps. Il semble qu’il ait été relégué à cet endroit comme n’importe quel autre déchet, et ce quel que soit le rôle qu’il ait pu jouer avant cet événement. Il est tout à fait singulier que le seul reste humain abandonné dans le fossé soit justement un crâne et non une quelconque autre partie du squelette. Dans l’enceinte voisine de L’Étoile (cf supra chap. 6), ce sont encore des crânes isolés qui sont attestés ; cette partie anatomique, très chargée symboliquement, était peut-être parfois conservée un temps dans l’habitat avant de venir grossir les zones de dépotoir.

FIG. 123
Crâne humain en place dans le remplissage au sud de l’entrée de l’enceinte sud.

153La faune présente une répartition difficile à interpréter. La répartition des os par catégories anatomiques n’apporte guère d’éléments significatifs, pas plus d’ailleurs que la répartition par espèces (fig. 124). Outre les fragments indéterminés et de petite raille, il existe un certain nombre de grands os et de crânes plus ou moins entiers. Ceux de bovidés sont présents dans chaque entrée et dans la partie commune aux deux enceintes, tour comme un crâne de chien muni de sa mandibule. Cette partie mitoyenne est d’ailleurs la plus riche en gros ossements. Un crâne de chèvre gisait isolé sur le petit côté de l’enceinte sud.

FIG. 124
Répartition par espèce des restes osseux déterminés.

154En termes d’organisation spatiale, on voit que les dépotoirs ne sont pas assez marqués, hormis ceux des entrées, pour suggérer l’existence d’installations susceptibles d’en être les sources émettrices. La répartition par catégories fonctionnelles des céramiques n’est pas plus discriminante (cf. supra fig. 96). Seuls les témoins de combustion ont une répartition un tant soit peu plus restreinte, de même que les déchets métallurgiques ou les pesons. Tout cela ne suffit pas à restituer une image exploitable de l’organisation interne du site. Sa vocation semble vouée à l’habitat, même si les fossés ont piégé des éléments relevant de comportements qui ne sont pas ceux qu’on attend a priori dans un site de cette nature. Ici, les données de terrain sont malheureusement insuffisantes pour pousser plus loin l’interprétation.

7.6 Conclusion

155Ce type de structure, encore exceptionnel en Basse-Normandie et plus généralement dans le Nord et l’Ouest de la France, pose évidemment plus de questions qu’il n’apporte de réponses. À l’exception des dépôts métalliques, les sites du Bronze moyen de ces régions font encore cruellement défaut.

156Comme pour le site de L’Étoile (cf. supra chap. 6), les comparaisons les plus probantes au niveau de la structure sont à rechercher en Angleterre. La double enceinte est en effet proche des irregular enclosures (Burgess 1983) dont les exemplaires les plus semblables, tant par le plan et la superficie que par la forme du fossé, sont South Lodge, Angle Ditch et New Barn Down dans le Sussex (Pitt-Rivers 1898 ; Burgess 1980 ; Curwen 1934). Ces gisements, dont la fonction d’habitat est avérée, sont généralement placés au sein d’un vaste réseau parcellaire qui peut couvrir plusieurs dizaines d’hectares comme celui que l’on connaît maintenant de l’autre côté de la Manche à Tatihou (Manche). À Mondeville, il ne semble pas qu’un parcellaire attenant ait été constitué autour des enceintes. Quelques cercles funéraires et des fosses extérieures leur sont peut-être directement associés mais, dans les grandes lignes, les modalités d’occupation du territoire et d’organisation du paysage alentour restent inconnues.

157Pour progresser plus avant, il est nécessaire de changer d’échelle et d’intégrer à la réflexion les autres sites globalement contemporains, en particulier l’enceinte de L’Étoile datée elle aussi de la période 5 de Needham. La vocation des deux enceintes est probablement celle d’un habitat même si certains rejets témoignent de comportements singuliers.

158Avec l’enceinte de L’Étoile, le site de la ZI sud possède une véritable réplique, proche aussi bien dans le temps que dans l’espace. L’âge relatif des deux structures n’est pas connu et les indices sur lesquels on peut fonder une appréciation des différences chronologiques sont encore minces. Ainsi les résultats d’analyses 14C couvrent des plages de temps trop étendues, XIVe-IXe S. dans les deux cas, pour être de quelque utilité. Seule, pour le moment, la présence de céramiques du groupe de Trevisker à L’Étoile, totalement absentes ici, pourrait indiquer que cette enceinte est légèrement antérieure à celle de la ZI sud. Si cette diachronie se confirme dans l’avenir, elle aura l’avantage d’ouvrir des perspectives d’interprétation peut-être plus simples que la stricte contemporanéité. Cette dernière suppose en effet des rapports de complémentarité, ou plus vraisemblablement de concurrence, qui sont difficiles à soutenir si on imagine, comme la nature même des ouvrages le suggère, des sortes de places centrales. La diachronie en revanche permet d’envisager une succession d’occupations avec un déplacement de 1,4 km à l’intérieur du microterroir. La première enceinte curvilinéaire aurait été remplacée par deux enceintes de tailles cumulées à peu près équivalentes, la dernière construite devenant d’ailleurs nettement rectilinéaire. Cette diachronie rend également plausible la singulière répétition des installations annexes observées sur les deux ensembles. On note que chaque enceinte est associée à un groupe de cercles même si la fouille n’a pas permis d’en démontrer la contemporanéité. Seule la nécropole à cercles du MIR. (cf. supra fig. 5, no 7) a pu être datée de 1488-1171 av. J.-C. (Gif 9195) et un des cercles de La Sente (cf. supra fig. 3, no 10) a livré un bord de vase appartenant à une urne décorée de cordons lisses orthogonaux.

159Les deux sites ont en commun de très nombreux caractères morphologiques et fonctionnels. L’étude strarigraphique et l’analyse typologique ont montré qu’ils avaient eu des périodes d’occupation limitées, dont on ne peut malheureusement préciser la durée, avant d’être à chaque fois abandonnés à un moment où ils étaient encore fonctionnels. Les motivations d’un tel transfert, tout comme les raisons de leur déshérence, sont bien entendu inconnues et peuvent relever de causes possibles innombrables. Dans les deux cas, les fossés ont subi ni curage, ni recreusement, ni modification de leur mode de fonctionnement. Ils sont restés ouverts et soumis à des processus naturels de comblement pendant toute l’occupation. Ils ont piégé des rejets de nature étonnamment semblable, tout au moins pour ce qui concerne les vestiges domestiques. Les constats sont les mêmes également pour les restes humains et la composition des restes fauniques. La seule différence concerne la présence d’objets métalliques dans l’enceinte de la ZI sud. Leur aire interne n’a comporté que des infrastructures superficielles qui n’ont laissé que des témoignages fugaces et indirects de leur existence.

160On le voit donc, les deux sites se répètent et leurs interprétations ne peuvent s’envisager indépendamment l’une de l’autre. À l’échelle du plateau, leur juxtaposition donne une autre image du mode de gestion de l’espace et permet de rebondir sur la destination des ouvrages. S’agit-il de simples grosses fermes qui ont pu être un temps contemporaines ou bien que l’on a déplacées au gré d’aléas ou de contingences aujourd’hui obscures ? De lieux de pouvoir dont la multiplication permettait un affichage plus fort de la puissance d’un individu ou d’un groupe social ? De résidences aristocratiques reconstruites pour faire toujours plus beau, plus neuf ? D’agoras, de marchés, de camps militaires ? Pourquoi pas. On peut spéculer tout à loisir sur ces questions et très nombreuses sont les directions où l’esprit peut s’exercer.

161En fait, plus importante ici est l’idée que dans ce terroir diversifié, la mise en valeur de terres très riches, pour ne pas dire inépuisables (et qui sont encore aujourd’hui le siège d’une agriculture très productive), a entraîné la multiplication d’enceintes imposantes dont les chantiers ont mobilisé des énergies importantes. Ces ouvrages représentaient certainement des pôles territoriaux majeurs. Pôles itinérants ou pôles multiples, ils sont assurément la trace patente d’un contrôle obstiné de l’espace dans le but de conserver une maitrise économique et/ou politique de la région.

Notes

1 – Références des échantillons étudiés : sous-groupe I.1 : EIIS1-77, EIIS3-3, EIIS4-30, El-Jarre et EIIS4-24 ; sous-groupe I.2-1 : AH 394 ; sous-groupe I. 2-2 : EIIS6-11 ; groupe II : EIIS2-S4 ; groupe III : EIIS3-21 et El-déc7.

2 – Analyse réalisée gracieusement par J.-R. Bourhis (CNRS, UMR 6566, Civilisations atlantiques et archéosciences) ; qu’il soit ici remercié.

3 – Datation effectuée par M. Fontugne au Centre des faibles radioactivités de Gif-sur-Yvette ; qu’il soit ici remercié.

Table des illustrations

Légende FIG. 91 Localisation du site et contexte archéologique : C calages ; F structures de combustion ; CH plages charbonneuses. Les structures rapportées à l’âge du Bronze sont indiquées en noir. Toutes les structures repérées dans les tranchées de structures repérées dans les tranchées de diagnostic ont été figurées. Sauf diagnostic ont été figurées. Sauf mentions portées sur le plan, ces mentions portées sur le plan, ces structures n’ont pas été datées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22782/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende FIG. 92 Mode de décapage et conduite de la fouille du fossé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22782/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende FIG. 93 Coupes stratigraphiques des fossés d’enceinte. À l’exception de S10, les coupes sont données à partir du niveau de décapage. Code de description des sédiments : 1 limon brun ; 2 limon brun-gris plus ou moins panaché ; 3 limon beige lœssique plus ou moins panaché ; 4 loess remanié.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22782/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende FIG. 94 Interprétation de la convexité basale du versant interne des fossés : a formation théorique de la concavité sommitale par fossilisation de la base ; b profil retrouvé lors de la fouille où cette convexité est impossible ; c interprétation rétablissant une concavité sous le talus.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22782/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 95 Intersection ouest des deux enceintes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22782/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 96 Répartition spatiale et stratigraphique de la céramique, localisation des formes principales et liaisons.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22782/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende FIG. 97 Répartition spatiale et stratigraphique de la faune.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22782/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 98 Répartition spatiale et stratigraphique du silex.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22782/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 99 Répartition spatiale et stratigraphique des restes humains.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22782/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 100 Répartition spatiale et stratigraphique du mobilier métallique. Les objets sont figurés dans leur disposition d’origine à l’intérieur du fossé
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22782/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 101 Répartition spatiale et stratigraphique des pierres (brûlées ou non) relevées dans l’enceinte sud et des structures de combustion : en hachures, les rejets cendreux ; en encadré, le foyer appareillé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22782/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 102 Vue du foyer appareillé montrant la disposition des pierres en légère cuvette dans le remplissage du fossé en cours de fouille.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22782/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 103 Céramique provenant de la fosse St. 7-5.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22782/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k
Légende FIG. 104 Cercle ouest et fosses associées au moment du décapage.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22782/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 105 Plan du cercle ouest et des structures associées, fosses et sépultures (notées Sp. 1 à Sp. 3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22782/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende FIG. 106 Plan du cercle sud (en grisé) et coupe de son intersection avec l’enceinte sud, montrant la position des os humains par rapport au remplissage du fossé d’enceinte (code de description des sédiments : 1 limon brun homogène ; 2 limon clair plus sableux ; 3 limon brun-gris ; 4 limon beige lœssique ; 5 limon brun panaché avec des boulettes de lœss).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22782/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 107 Plan d’ensemble des tanières et coupes de F1/F2.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22782/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 108 Tanière F1/F2 ouvrant dans te fossé d’enceinte (au premier plan), vue générale prise du sud.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22782/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 109 Vue de la fosse F2 avec le bucrane en place. La galerie de la tanière se développe vers le haut du cliché.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22782/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 110 Mobilier céramique : 1, 3, 4, 6-9 enceinte nord ; 2, 5, 7 (E II) enceinte sud.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22782/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende FIG. 111 Jarre décorée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22782/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende FIG. 112 Mobilier céramique : 3-6, 9, 10, 12-17, 19, 20 (E I), 21-28, 30-35 enceinte nord ; 1, 2, 7, 8, 18, 20 (E II). 21, 29, 36 enceinte sud.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22782/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende FIG. 113 Comparaison des formes céramiques du site avec celles du site de L’Étoile : a double enceinte de la Zl sud ; b enceinte de L’Étoile.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22782/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende FIG. 114 Pesons en terre cuite de l’endos sud.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22782/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 8,3k
Légende TABL. XXXIII Analyse de la composition élémentaire des objets métalliques recueillis, en % (dosage du cuivre par électrolyse, dosage des impuretés par spectrographie, dosage de l’étain par gravimétrie) : XXX élément principal ; X élément important ; () par différence ;  non décelé ; environ ; tr inférieur à 0,001 %.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22782/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 115 Mobilier métallique : 1 épingle de l’enceinte nord ; 23 lance et hache à talon de l’enceinte sud.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22782/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 116 Objets base cuivre de la seconde partie du Bronze moyen du département du Calvados : 1 Banville ; 2 Bazenville ; 3 Bernières-d’Ailly ; 4 Campandré‑Valcongrain ; 5 Canchy ; 6 Colombiéres ; 7 Condé-sur-Seulles ; 8 Courseulles-sut-Mer ; 9 Dozulé ; 10 Lisieux ou Le Pré-d’Auge ; 11 Mézidon-Canon ; 12 Mondeville ; 13 Saint-Contest ; 14 Saint-Germain-le-Vasson ; 15 Saint-Paul-du-Vernay ; 16 Saint-Vigor-le-Grand ; 17 Soumont-Saint-Quentin ; 18 Vaux-sur-Aure ; 19 Ver-sur-Mer ; 20 Villers-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22782/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende FIG. 117 Éléments de comparaison : 1 hache du dépôt de la ferme d’Épaville à Heuqueville (Seine-Maritime) qui doit être rapprochée de celle de Mondeville (Musée départemental des antiquités, Rouen) ; hache à talon de type britannique class 5, group 2 de Rowlands, découverte à Saint-Contest en 1968 (collection Edeine, Caen).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22782/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende TABL. XXXIV Décompte des restes osseux par structure (NR nombre de restes ; PR poids des restes).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22782/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende TABL. XXXV Présence des espèces sauvages sur différents sites de l’âge du Bronze.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22782/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 118 Importance de la faune sauvage sur différents sites de l’âge du Bronze.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22782/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 7,5k
Légende FIG. 119 Proportions relatives des principales espèces domestiques sur différents sites de l’âge du Bronze,
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22782/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 120 Importance du cheval sur différents sites de l’âge du Bronze.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22782/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 7,5k
Légende FIG. 121 Objet en bois.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22782/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 122 Fragments de la grande jarre décorée étalés dans le fond du fossé dans le segment commun aux deux enceintes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22782/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 123 Crâne humain en place dans le remplissage au sud de l’entrée de l’enceinte sud.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22782/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 124 Répartition par espèce des restes osseux déterminés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22782/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 56k

Auteurs

Conservateur en chef du Patrimoine longtemps en poste au service régional de l’Archéologie de Basse-Normandie et aujourd’hui au Musée national de Préhistoire des Eyzies-de-Tayac, après un passage par la Guadeloupe comme conservateur régional de l’Archéologie, Antoine Chancerel est spécialisé en Préhistoire récente. Il a dirigé de nombreuses recherches, principalement sur le Mésolithique et le mégalithisme de Normandie, et notamment un chantier franco-britannique sur le tumulus allongé de la Commune Sèche à Colombiers-sur-Seulles (Calvados). Il a assuré le suivi scientifique de nombreuses opérations préventives, dont celle de Mondeville.

Archéologue, responsable d’opérations, spécialisé dans l’étude des sites du Néolithique et de l’âge du Bronze, Cyril Marcigny est chargé d’opérations et de recherches à l’Inrap, chercheur associé à l’UMR 6566 « Civilisations atlantiques et archéosciences » (CNRS, ministère de la Culture, universités de Rennes 1, 2 et Nantes) et doctorant à l’EHESS (sous la direction de Jean Guilaine). Il a coordonné pendant près de cinq ans un PCR sur « Les habitats et l’occupation du territoire à l’âge du Bronze et au début du premier âge du Fer en Basse-Normandie » et a conduit de nombreuses fouilles préventives et programmées dans l’Ouest de la France parmi lesquelles on peut citer les occupations néolithiques et de l’âge du Bronze de Saint-Vigor-d’Ymonville (Seine-Maritime), les habitats du Bronze moyen de la plaine de Caen (Calvados) ou le système parcellaire de l’âge du Bronze ancien et moyen de l’île de Tatihou (Manche).

Anthropologue, Laboratoire d’anthropologie de la faculté de médecine, CHU de Caen

Géomorphologue, Centre
De géomorphologie de Caen

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search