Version classiqueVersion mobile

Le plateau de Mondeville (Calvados)

 | 
Antoine Chancerel
, 
Cyril Marcigny
, 
Emmanuel Ghesquière

Chapitre 6. L’enceinte de l’âge du Bronze moyen de l’Étoile (Mondeville

The Middle Bronze Age enclosure at L’Étoile (Mondeville)

Chris-Cécile Besnard-Vauterin, Antoine Chancerel, Cyril Marcigny, Rose-Marie Arbogast, Jean-Pierre Camuzard, Montserrat Collilieux, Emmanuel Ghesquière et Xavier Savary

Résumé

L’âge du Bronze normand est connu depuis le XIXe s. par son mobilier métallique et par ses fameuses haches à talon de type normand qui témoignent d’une certaine vitalité de la région au Bronze moyen. Pourtant, jusqu’aux fouilles du plateau de Mondeville, aucun habitat de cette période n’avait pu être identifié. La première enceinte étudiée est située sur le site de l’Étoile à Mondeville (fouille C.C. Besnard-Vauterin). Elle présente une forme curvilinéaire, avec une interruption de 7,50 m sur un côté, délimitant une surface interne de 4000 m2 environ. Un abondant matériel de la fin de l’âge du Bronze moyen / début du Bronze final I (troisième quart du IIe millénaire av. J.-C.) a été recueilli dans les fossés de l’endos. L’étude du mobilier céramique permet de rattacher le site aux groupes culturels du Sud de l’Angleterre, et plus particulièrement à l’horizon Deverel-Rimbury.

Texte intégral

1Le site a été découvert lors du diagnostic archéologique effectué sur les deuxième et troisième tranches de la ZAC de L’Etoile par Ivan Jahier (cf. supra fig. 4, site 5). Parmi les sites découverts sur les 20 ha concernés, seule cette importante enceinte se rapporte à l’âge du Bronze (fig. 65). Son environnement immédiat était pauvre en structures archéologiques et n’a révélé qu’un silo isolé, de datation néolithique probable, et des fossés parcellaires plus récents. Si la configuration de l’enceinte a pu être reconnue dans ses grandes lignes lors du diagnostic, aucun élément de datation n’a alors été recueilli pour proposer une attribution chronoculturelle précise au sein de la Protohistoire. Une nécropole de la fin du premier âge du Fer et une ferme de la fin du second âge du Fer ont également été fouillées un peu plus au nord.

FIG. 65
Localisation du site et environnement archéologique. Toutes les structures repérées dans les tranchées de diagnostic ont été figurées.
Sauf mentions portées sur le plan, ces structures n’ont pas été datées St. 32, 190, 243 structures néolithiques mentionnées dans le texte.

2La fouille de l’enceinte a été concentrée sur son fossé et son aire interne. Elle a été menée dans le but de recueillir des éléments susceptibles d’éclairer à la fois sa fonction et sa datation. Dans cette optique, il a été procédé à un double décapage du site de façon à reconnaître les éventuelles structures internes peu profondes qu’un décapage jusqu’au niveau de lecture, à 0,80 m de profondeur parfois, aurait immanquablement fait disparaître. De même, la fouille intégrale du fossé d’enceinte a été entreprise pour collecter la quantité de mobilier la plus conséquente possible. Celle-ci a été réalisée pour partie manuellement et, pour des raisons de moyens, à la pelle mécanique sur le restant du tracé. On signalera que la datation du site n’a été acquise qu’à la fin de la postfouille des différents chantiers, plusieurs mois après la phase de terrain, à un moment où il n’était plus possible de procéder à de nouvelles investigations ni d’étendre les recherches en périphérie.

6.1 Cadre géographique et pédologique

3Le site est implanté à 23 m d’altitude sur une très légère pente orientée vers le SO, à proximité de la tête d’un des deux vallons périglaciaires qui encadrent le plateau sur lequel sont implantées les différentes zones d’activités de Mondeville. Le sous-sol est constitué d’un substrat calcaire jurassique (Bathonien) fortement déstructuré par la gélifraction quaternaire, sur lequel se sont déposés des lœss hérités des deux derniers cycles glaciaires. L’épaisseur de ce recouvrement éolien varie du nord au sud entre 1,40 et 0,40 m par suite d’un décapage des formations superficielles à l’approche de la tête du vallon ouest. À l’emplacement du site, les sédiments montrent le passage entre des lœss carbonatés à l’amont (au NE) et des formations calcaires gélifractées parfois chargées en cailloux (au SO). La transition entre ces deux formations superficielles est assez rapide et se fait en quelques dizaines de mètres. Les sols développés à l’Holocène et à l’Actuel sur ces matériaux reflètent les différents substrats : un sol brun faiblement lessivé (néoluvisol) de 0,80 m d’épaisseur aux dépens du lœss et une rendzine rubéfiée héritée d’un interglaciaire saalien sur la formation gélifractée. L’ensemble des formations superficielles est fortement bioturbé avec d’innombrables galeries de lombrics et de fouisseurs. Les pratiques agricoles actuelles –labours très intenses et fortement mécanisés– ont recoupé le sommet des profils sur une trentaine de centimètres.

6.2 Méthode de fouille

4La fouille a été précédée d’un décapage mécanique général (fig. 66a). Dans un premier temps, celui-ci a porté sur le labour seul, soit une trentaine de centimètres. D’abord limité au quart SE de l’enceinte, correspondant au secteur de l’entrée, ce double décapage a dû être abandonné, faute de résultats, et remplacé par un décapage progressif jusqu’au lœss dans le reste du site. Le nettoyage manuel du « sous-labour » a, en effet, révélé une absence totale de structures et l’étude des quelques vestiges mobiliers découverts à cette occasion n’a fait apparaître aucune organisation tangible. Le fossé d’enceinte lui-même n’était perceptible que lorsque son remplissage supérieur comportait des cailloutis calcaires. Lorsque cela n’était pas le cas, l’homogénéité du limon, tant dans le remplissage que dans l’encaissant, interdisait toute lecture du creusement. La poursuite du décapage jusqu’au « blanc » dans ce premier quart a montré que l’absence apparente de structures au niveau supérieur se trouvait confirmée en profondeur. Seules deux fosses correspondant à des chablis, et qui étaient invisibles dans le limon, sont apparues au niveau du lœss.

5Au vu de ces premiers résultats, il a été décidé d’effectuer, sur le reste du site, un décapage plus profond, jusqu’au sommet du lœss où les contours des structures se détectaient plus facilement. Ce décapage a été réalisé de façon progressive, en gardant toutefois des zones surélevées lorsque des découvertes nécessitaient une intervention manuelle. En raison de l’absence persistante de vestiges, l’espace interne de l’enclos n’a pas été décapé intégralement. Le quart nord-est et le côté ouest, soit une superficie totale 950 m2, ont, en effet, été partiellement sondés.

6La fouille du fossé s’est faite par sondages manuels ou mécaniques, de différentes longueurs et séparés par des banquettes stratigraphiques, elles-mêmes fouillées ultérieurement (fig. 66b). Les sondages manuels ont été concentrés de part et d’autre de l’entrée, dans les secteurs les plus riches en mobilier. Celui-ci a été collecté par sondages, quel que soit le mode d’acquisition, c’est-à-dire par tronçons de fossés dont la longueur varie de 0,50 m (largeur des banquettes) à 1,80 m (largeur du godet), et par niveaux artificiels mesurés sous le décapage.

FIG. 66
Conduite de la fouille.

6.3 Organisation du site

7L’enceinte fossoyée délimite une surface d’environ 4 000 m2 et dessine un plan curvilinéaire plutôt irrégulier présentant un coude sur le tracé sud. Une interruption large de 7,50 m a été reconnue sur le côté sud-ouest. Cette entrée ne présentait aucun aménagement particulier. Son côté ouest a été partiellement détruit par une carrière de calcaire à ciel ouvert non datée. À l’intérieur de l’enclos ont été repérés sept fosses et quatre fossés parallèles d’axe NE-SO, Ces fossés recoupent l’enceinte au nord et s’incurvent ensuite vers l’est.

6.3.1 L’aire interne

8Les sept fosses relevées à l’intérieur de l’enclos sont dispersées sans organisation particulière. Elles présentent des formes très irrégulières, souvent allongées et asymétriques. Leurs profondeurs varient entre 0,70 et 1,10 m à partir du sol actuel mais leurs fonds, très irréguliers, s’inscrivent assez peu dans le lœss calcaire (entre 10 et 20 cm). Les comblements sont constitués de limon brun légèrement panaché de lœss. Certains contiennent des rares tessons de toutes époques. Compte tenu de leurs formes quelconques et de leurs comblements, et par comparaison avec d’autres structures rencontrées de façon fréquente sur d’autres sites proches, ces fosses sont interprétées comme des chablis.

9Durant le décapage mécanique de l’aire interne ont été recueillis des fragments de céramique d’âges divers, de l’âge du Bronze à l’époque moderne, et un lot de silex, dont 43 pièces dans le « sous-labour ». Il n’existait aucun autre élément archéologique (pierre, charbon, argile cuite, etc.) indiquant l’existence d’éventuelles structures excavées.

10Les fossés nord-sud qui traversent l’enceinte datent de l’âge du Fer et surtout de la période gallo-romaine. Ces derniers sont vraisemblablement à mettre en relation avec la carrière dont le bord nord a recoupé l’entrée.

6.3.1.1 Données pédologiques et sédimentologiques

J.-P.C.

11Pour tenter de donner une explication à une telle absence de structures internes dans l’enceinte, une étude pédologique et sédimentologique des différentes formations superficielles et anthropiques a été réalisée. Il était en effet important de déterminer si cette absence était réelle (aucune installation n’ayant jamais existé dans l’enceinte), si elle était structurelle (les installations ayant été faites à même le sol sans fondations) ou bien encore si elle était d’origine raphonomique (les installations ayant été détruites par des phénomènes d’érosion des sols).

12Les études ont porté sur les formations superficielles en place et sur le comblement du fossé. Les profils ont été analysés uniquement au plan morphologique, soit directement sur le terrain par observation mésoscopique, soit en lame mince au microscope pour ce qui est de la micromorphologie (d’ailleurs très décevante du fait des remaniements engendrés par l’activité biologique très importante dans ce secteur).

13Les assises calcaires affleurent en périphérie sud du sire. Une partie des fossés est même creusée aux dépens de leur partie supérieure. Les sédiments limoneux bruns, proches du lœss carbonaté, se trouvent recarbonatés par les eaux de percolation chargées de carbonates. Ces migrations se produisent d’autant plus que le tassement des limons est plus rapide que dans les sols rubéfiés situés au sud. Jusqu’à un certain seuil de tassement au-delà duquel les migrations ne se font plus, la diminution de la macroporosité accentue l’effet des potentiels capillaires avec remontées des carbonates.

14Les sols sont tous décarbonatés en surface, recarbonatés en profondeur et fortement bioturbés. Ils sont tous également tronqués et privés de leur évolution climacique logique par trois facteurs :

  • une ablation des horizons superficiels (horizons A et E : éluviaux) qui les rajeunit ;

  • une recarbonatation régulière de l’ensemble des profils (migrations verticales mais surtout latérales) ;

  • une mise en culture ancienne avec apport de matière organique et mélange des horizons superficiels ; les pratiques agricoles actuelles – labours très intenses et fortement mécanisés – ont recoupé le sommet des profils sur une trentaine de centimètres d’épaisseur.

15Les sols sont d’autant plus résistants à l’éluviation (i. e. à l’appauvrissement par entraînement des éléments contenus dans les horizons supérieurs) que le substrat lœssique est mince. Les processus de lessivage augmentent donc au fur et à mesure que la couverture de lœss s’épaissit, c’est-à-dire du SO au NE.

16L’hypothèse actuelle pour expliquer la troncature des sols par suite de la disparition des horizons éluviaux ainsi que leur rajeunissement est que ces sols n’ont jamais atteint leur équilibre climacique. Celui-ci aurait abouti à la formation d’un sol brun épais et lessivé tel qu’il se présente dans les profils de l’environnement régional comme le montre la figure 67. Ces sols sont perturbés dans leur évolution du fait de la déforestation, de la déflation qui s’en est suivi, de la mise en culture précoce, du remaniement anthropique et des méthodes modernes de culture. Ils sont en recherche constante d’un équilibre qui ne sera jamais atteint du fait de la permanence des phénomènes de recalcification.

FIG. 67
Les sols du site de Mondevilie : évolution pédogénétique des sols à l’Holocêne sur lœss weichsélien et caractérisation de l’influence anthropique depuis le Néolithique (l’échelle des profils est indiquée en mètres).

17L’épaisseur du matériel sédimentaire disparu est encore sujette à discussion. Le raisonnement pédologique conduit à envisager une ablation comprise entre 0,40 et 0,60 m. Ces valeurs sont cependant incompatibles avec la profondeur observée des trous de poteau de la maison danubienne (qui est déjà de 1 m ; cf. supra chap. 2). Or cette maison est datée de la fin du VSG, période où les constructions sont réputées posséder des creusements moindres qu’au Rubané.

18L’âge de cette troncature n’est pas déterminable avec précision. Il est cependant nécessairement ancien (Néolithique, lié aux débuts de l’agriculture), car celle-ci s’est exercée sur les horizons déstructurés (A et E). Une fois ces horizons décapés, la déflation n’a plus le potentiel nécessaire pour affecter l’horizon Bt beaucoup plus cohérent. Celui-ci constitue donc le matériel aux dépens duquel s’édifie un nouveau sol (néoluvisol) dont l’évolution va être fort lente du fait de la permanence des recarbonatations et recalcifications. Une très bonne illustration de cette lenteur est fournie par le remplissage des fossés qui présente une évolution pédologique (étudiée ici en micromorphologie) extrêmement limitée.

19Dans le fossé, le matériel sédimentaire est d’une grande homogénéité granulométrique (fig. 68). Il est essentiellement limoneux mais beaucoup plus riche en argiles que ne le serait le lœss non pédogénéisé. Les remplissages sont interprétés comme le résultat du fluage de matériel provenant de talus bordiers (cf. infra § 6.3.3.3). Il s’agirait donc, en base du remplissage (0,70 m), de l’équivalent des horizons constituant actuellement la base des profils étudiés (Bt3-C), ceux-ci ayant flué à la faveur de grosses périodes de pluie. L’ensemble du remplissage est néanmoins affecté d’un gradient granulométrique inverse de celui observé au niveau de l’ensemble des profils décrits : ce gradient est léger car corrigé de l’effet (limité) de l’illuviation contemporaine. On peut donc supposer que le remplissage résulte d’un simple phénomène de colluvion par dégradation progressive, favorisée par la bioturbation, du talus formé de terre prélevée in situ. La dégradation n’a sans doute pas été totale car il reste des pédosédiments bruns remaniés en surface. Le sol était déjà privé de ses horizons éluviaux lors de l’occupation.

FIG. 68
Analyse sédimentologique du remplissage du fossé (coupe 10, angle NE de l’enceinte).

20Il apparaît donc que la déflation était encore certainement en cours lors de l’occupation de l’enceinte, car concomitante de l’activité anthropique, mais on peut considérer que l’essentiel du décapage avait été réalisé auparavant.

6.3.2 L’aire externe

21Outre quelques chablis reconnus dans le décapage à l’extérieur de l’enceinte, les données concernant l’environnement proche du site sont celles qui ont été fournies au moment du diagnostic. Il s’agit d’une carrière et d’une fosse isolée. La carrière est une vaste excavation d’un peu plus de 2 m de profondeur creusée dans le calcaire. Son comblement contenait quelques vestiges gallo-romains, ainsi qu’un fragment de masse perforée en roche verte, vraisemblablement néolithique, indiqué ici pour mémoire (fig. 69). La fosse St. 190 (fig. 65), de plan circulaire, mesurait 1,70 m de diamètre et 1 m de profondeur par rapport au sol actuel. Ses patois quasi verticales et la couleur sombre de son remplissage lui confèrent un aspect très proche des silos étudiés dans la ZI sud (cf. supra chap. 3). Le mobilier, peu abondant et peu discriminant, provient de la partie basse du remplissage. Il se compose de silex taillés parmi lesquels un grattoir denticulé et des éclats, ainsi que des tessons de panse complètement altérés appartenant à des formes globuleuses. La datation néolithique au sens large est confirmée par la présence dans une autre tranchée, à 80 m au NE, d’une petite concentration d’une quinzaine de silex étalés sur 8 m de long (St. 243), parmi lesquels figuraient deux grattoirs, un nucléus laminaire et une vingtaine d’éclats et d’esquilles. La fosse St. 32 est présentée en détail au chapitre 4.

FIG. 69
Masse perforée en roche verte provenant du remplissage de la carrière.

6.3.3 Le fossé d’enceinte

22Le tracé curvilinéaire du fossé s’inscrit plus ou moins dans un parallélogramme (presque un trapèze). Pour la commodité des descriptions, on parlera des côtés SO, où se trouve l’entrée, SE, NO et NE, sauf route autre dénomination figurant sur le plan.

6.3.3.1 Description

23Le fossé montre un profil en V évasé avec un fond plat ou légèrement arrondi. Au niveau de l’interruption, le fond du fossé remonte en pente douce. L’extrémité ouest de l’entrée est arrondie. Celle de l’est est légèrement dissymétrique avec un angle aigu vers l’intérieur de l’enceinte. Aucun aménagement particulier, comme des trous de poteau par exemple, n’accompagne cette interruption.

24La profondeur du fossé varie (fig. 70). Le côté SO présente un creusement d’une profondeur de 0,80 à 1,10 m à partir du sol actuel. Au niveau du décapage, entre 0,35 et 0,60 m sous le sol suivant les endroits, le fossé mesure en moyenne 1,30 m de largeur. Il recoupe les formations superficielles, ici de faible épaisseur, et s’inscrit d’au moins 0,50 m dans la roche calcaire. Sa profondeur augmente sur les tracés NO et SE pour atteindre sur le côté NE une moyenne de 1,50 à 1,80 m à partir du sol actuel. L’ouverture à cet endroit mesure environ 2 m de largeur à 0,80 m sous la surface actuelle. Les recouvrements limoneux et lœssique étant plus importants dans cette zone, les côtés NO et SE du fossé ne s’inscrivent plus que très faiblement dans la roche calcaire et ne l’atteignent plus au NE.

FIG. 70
Coupes stratigraphiques du remplissage du fossé (code de description des sédiments : 1 limon brun ; 2 limon brun-rouge ; 3 limon gris ; 4 limon beige-gris lœssique ; 5 limon brun panaché de lœss 6 limon et lœss mélangés ; 7 lœss ; 8 roche calcaire ; 9 bioturbations ; 10 limon gris et charbons de bois ; 11 limon brun panaché d’inclusions de lœss).

25Le creusement, globalement régulier, montre toutefois localement de légères variations de profondeur et de profil. Des différences sont observables essentiellement sur le côté SO où le profil varie entre un V très évasé à fond légèrement arrondi et un V plus fermé à fond plat (fig. 71). Sans être véritablement en goulotte, le fond est également parfois séparé du reste des versants par une légère convexité, témoin de la dégradation des parties hautes à l’air libre. On note également quelques variations dans la largeur du fossé qui présente à certains endroits, par exemple sur le côté SE, des légers rétrécissements et élargissements. Au niveau des parois, la forte bioturbarion qui caractérise les formations limoneuses a eu pour conséquence d’estomper les limites du creusement qui sont souvent diffuses. Les difficultés de lecture qui en ont résulté ont pu Être compensées par les coupes débordantes à la pelle mécanique.

FIG. 71
Coupe du fossé montrant l’imbrication des vestiges et des éléments pierreux dans le secteur de l’entrée.

26Dans le détail, le tracé du fossé montre à plusieurs endroits des excroissances vers l’intérieur ou l’extérieur de l’enceinte. Il s’agit de fosses peu profondes, à peine inscrites dans le loess et présentant des formes irrégulières à comblement limoneux stérile. Elles sont comparables aux fosses relevées à l’intérieur et à l’extérieur de l’enclos et sont à interpréter comme des chablis recoupés par le fossé ou postérieurs à celui-ci.

6.3 3.2 Stratigraphie

27Le comblement du fossé comporte généralement trois grandes couches successives. La première est constituée de limon gris-beige homogène. Elle est recouverte par une couche de limon panaché de poches de lœss et contenant parfois des gravillons calcaires. La couche supérieure est constituée de limon brun homogène issu des horizons illuviaux et identique à l’encaissant. Le premier dépôt mesure au maximum une vingtaine de centimètres d’épaisseur et représente un très petit volume. Les couches intermédiaire et supérieure sont plus importantes et présentent des épaisseurs variables de 20 à 40 cm. Les strates se sont déposées de façon symétrique et ne laissent pas distinguer d’apport de terre préférentiel en provenance de l’un ou l’autre côté de l’enceinte. Le long des parois se situent parfois des couches de quelques centimètres à une dizaine de centimètres d’épaisseur de limon brun-beige panaché de lœss fortement bioturbé. Elles constituent les limites diffuses entre le remplissage du fossé et l’encaissant. L’activité microbiologique également présente à l’intérieur du comblement a estompé, là aussi, les limites entre les différentes couches.

28À certains endroits, le remplissage présente des strates ou des dépôts supplémentaires. Ainsi, sur le côté NE, un des profils (fig. 70, coupe no 8 : couche 11) montre une strate inclinée de l’intérieur de l’enceinte vers le centre du fossé. Cette couche est constituée de limon brun panaché de grosses inclusions de lœss correspondant à des mottes non désagrégées. La position médiane de cette couche indique que l’apport s’est effectué après un comblement déjà partiellement réalisé. Il est difficile d’expliquer ce dépôt par des processus naturels en raison de la présence de mottes de lœss qui, dans le cas d’une érosion naturelle, auraient été désagrégées et intimement mélangées au limon brun. Il s’agit an contraire d’un rejet volontaire de sédiment. La non-désagrégation des mottes implique par ailleurs un creusement à l’emporte-pièce, et non par grattage par exemple, ainsi qu’une induration du matériau (par dessèchement ou par le gel). Il s’agit là quasiment du seul exemple qui signale un apport anthropique dans le processus de comblement.

29Le remplissage contient également de rares rejets de combustion. Une poche de terre cendreuse avec du charbon de bois et quelques pierres calcaires brûlées a été observée sur le côté ouest. La couche était inclinée de l’intérieur vers extérieur de l’enceinte et se situait, là encore, entre la couche médiane et la couche supérieure (fig. 70, coupe no 3, couche 10). Des charbons de bois épars et de petite taille ont été retrouvés essentiellement dans le comblement supérieur des côtés SE et NE. Dans le même secteur ont été retrouvés, sur une section d’une quinzaine de mètres, plusieurs nodules de terre rubéfiée localisés dans les niveaux supérieurs et intermédiaires du remplissage. Le comblement des côtés SO, NO et NE ne contenait que de rares fragments de terre cuite.

30La succession des strates indique que le fossé s’est comblé progressivement. Sa fonction d’origine est celle d’un fossé ouvert. Son comblement s’est réalisé naturellement, hormis les rares rejets très localisés qui viennent d’être décrits. Les terres extraites du comblement ont probablement été déposées en bordure du fossé, sous forme d’un talus, mais le comblement n’apporte pas d’indices sur sa position d’un côté ou de l’autre du fossé. Les analyses sédimentologiques effectuées dans le remplissage indiquent simplement que le matériau de comblement est absolument identique à celui qui a été extrait. Il n’y a pas eu d’apports exogènes.

31Dans toute la partie sud, où le fossé s’inscrit largement dans la roche calcaire, la structure stratifiée du comblement disparaît. Le remplissage devient uniformément constitué de limon brun et d’argiles rubéfiées contenant des cailloux dispersés et parfois des plaquettes calcaires (fig. 71). Ce changement de faciès est important pour valider l’hypothèse du talus bordier émise plus haut. La présence de cailloux issus de la rendzine et de plaquettes issues du substratum indique nécessairement, en effet, que les matériaux extraits du creusement du fossé ont été stockés sur sa rive. Le comblement reproduit exactement les mêmes variations latérales de faciès que l’encaissant. Malheureusement, là encore, aucune indication dans le comblement n’apporte de précisions concernant la latéralisation des déblais. Les cailloux ne montrent aucune organisation particulière ni aucune inclinaison spécifique, à l’exception de la partie est de l’ouverture. Le comblement contient à cet endroit (fig. 70, entre nos 11 et 12) des plaquettes calcaires de module plus important, étalées sur une longueur d’environ 5 m (fig. 72). Ces pierres de formes irrégulières, fissurées et éclatées, ont des dimensions moyennes, entre 15 et 20 cm de longueur ; quelques-unes sont brûlées. Elles sont relativement calibrées et ne correspondent pas à un simple déblai du creusement. Elles paraissent à l’évidence avoir été triées et ne représentent pas le volume de roche qui a pu être extrait lors du creusement. Dans leur majorité, ces pierres sont inclinées de l’extérieur de l’enceinte vers le milieu du fossé, indiquant ainsi qu’elles proviennent du côté externe de l’enclos. Elles semblent avoir été enfouies avec le limon à cailloux au cours d’un seul et même processus dynamique que rien ne permet de considérer comme intentionnel. Un dispositif maçonné existait donc peut-être au niveau de l’entrée.

FIG. 72
Disposition des éléments pierreux dans le fossé à l’est de l’entrée.

6.3.3.3 Reconstitution du processus de comblement

32Le fossé d’enceinte a un profil en V ouvert à fond plat ou légèrement arrondi à certains endroits (par exemple dans la roche calcaire). Les terres extraites lors du creusement (limon et lœss dans la partie nord de l’enceinte, colluvions et calcaire dans la partie sud) ont été stockées le long de la structure vraisemblablement sous la forme d’un talus interne ou externe ou éventuellement sur les deux côtés de l’enceinte (cf. la disposition symétrique des couches). Peu après (fig. 73), les parois ont dû subir une première phase de lavage provoquée par la pluie et/ou le vent, et une première couche de lœss et de limon brun mélangés s’est déposée au fond de la structure. Ce premier comblement a dû être rapide. Il matérialise, en quelque sorte, le nettoyage du chantier de creusement de ses éléments les plus mobilisables.

FIG. 73
Reconstitution du processus de comblement.

33Le remplissage suivant est la conséquence d’apports naturels et de rejets anthropiques. Le talus bordier s’érode sous l’action de la météorisation et peut-être aussi sous celle du piétinement (des hommes et/ou des animaux). Les parois du fossé se dégradent également, provoquant une déformation des parties moyennes et hautes du profil d’origine qui deviennent plus ouvertes et plus arrondies. Le fossé se comble avec les limons provenant du talus et des parois, mélangés dans sa partie sud de plaquettes calcaires. Ce remplissage se produit plus lentement en raison de l’installation concomitante d’une végétation pionnière. Les sédiments piégés par le fossé se tassent peu à peu. Ce comblement naturel s’accompagne de rejets volontaires. Du mobilier détritique et des résidus de combustion sont incorporés au remplissage limoneux. Cette phase de comblement se prolonge jusqu’à ce que le site soit abandonné, étape que l’on peut situer entre le premier et le second tiers du remplissage du fossé (cf. infra § 633.4).

34Après l’abandon du site, le processus d’érosion se ralentir encore par suite de la densification du couvert végétal et le développement d’une strate arborée. Sans une élimination de ce couvert végétal, le relief se serait alors figé sans doute totalement jusqu’à nos jours, le milieu ne possédant pas assez d’énergie propre (dénivellation et pentes) pour entretenir un bilan sédimentaire quelconque. Pour expliquer le colmatage complet du fossé et la disparition des talus après cet épisode, il faut nécessairement faire intervenir de nouveaux déséquilibres qui ne peuvent être, cette fois encore, qu’anthropiques. On peut invoquer sans grand risque d’erreur, comme principal facteur, la mise en culture des terres qui a toujours été très intense dans la plaine de Caen. Cette mise en culture remonte peut-être à l’époque gauloise si l’on en juge par la proximité des trois fermes fouillées sur l’emprise même de la ZAC. Elle contribue à réactiver le processus de comblement avec du limon brun mélangé à de l’humus et à effacer complètement les reliefs. L’action des racines combinée à une activité biologique très intense estompent peu à peu les parois du fossé, tandis que l’installation d’un sol néoformé altère les caractéristiques premières des différentes couches de remplissage.

6.3.3.4 Répartition stratigraphique des vestiges

35Une fois campé ce cadre général, l’étude de la répartition verticale des vestiges mobiliers permet de revenir plus précisément à la phase correspondant à l’occupation humaine et d’en compléter les données. Un premier niveau d’analyse est fourni par la céramique qui révèle une certaine stratification des rejets (fig. 74). En raison de la faible quantité de mobilier recueilli dans chaque sondage, leur étude stratigraphique a été effectuée soit sur la totalité de l’enceinte, soit sur les principales zones de concentration. Dans son ensemble, la répartition verticale de la céramique sous le décapage suit une courbe de Gauss, avec un maximum de densité à mi-hauteur du remplissage conservé. Le niveau compris entre les 30 et 40 premiers centimètres est le plus riche en mobilier céramique avec près de 30 % du total. Les niveaux inférieurs du comblement montrent une décroissance marquée vers le fond. Mais rapportée au volume utile du fossé, cette décroissance basale est trompeuse et correspond, en fait, à une relative stabilité du volume des rejets (d’ailleurs plus faible que dans la couche 30-40 cm). En revanche, la décroissance observée au-dessus de cette couche est d’autant plus forte que le volume utile augmente. Elle témoigne d’une chute brutale des rejets qui pourrait marquer sinon l’abandon du site, du moins sa relative déshérence. Si l’on considère la totalité du remplissage depuis la surface actuelle, cet épisode se produit à un moment où le fossé est encore ouvert aux deux tiers. Des vestiges continueront cependant d’être incorporés un temps au comblement. Mais il s’agit à chaque fois de tessons isolés, jamais de gros éléments reconstituables de vases, et on peut estimer qu’il s’agit là de rejets secondaires, incorporés fortuitement au remplissage en même temps que les sédiments de comblement. Le même constat peur être fait pour les ossements qui ne présentaient jamais de connexions dans les niveaux supérieurs. Cependant, avec ces vestiges, ce type d’analyse est plus difficile à manier en raison de la conservation différentielle et n’a donc pas été tenté. Dans le limon brun décarbonaté supérieur, en effet, les os se conservent moins bien.

FIG. 74
Répartition stratigraphique de la céramique par secteur. Les diagrammes représentent le remplissage du fossé (0 est la position en cm de la base du comblement) : a pourcentages de céramiques dans chaque passe de fouille ; b pourcentages de céramiques rapportés au volume de sédiment (en litres) recueilli à chaque passe de fouille.

36Ce schéma général se répète bien évidemment à l’intérieur des zones de concentration mais avec des nuances qui permettent d’apporter quelques précisions. Les concentrations des secteurs 1, 2 et 3 sont localisées dans le secteur où le fossé est moins profond (de 1 à 1,20 m) avec un remplissage non stratifié, alors que la concentration du secteur 4 vient d’un secteur profond (1,70 m) au remplissage stratifié (fig. 74). De part et d’autre de l’entrée, les rejets sont continus et cessent lorsque le remplissage atteint une quarantaine de centimètres, soit à peu près toujours le tiers du comblement. Dans les secteurs 1 et 2, à l’est, il semble qu’un dernier épisode, moins important, s’ajoute à cette première phase. Il est marqué par un pic secondaire vers 50 cm au-dessus du fond. Dans le secteur 3, la concentration de tessons est particulièrement mince, entre 35 et 45 cm, et doit correspondre à un seul épisode de rejet. La déconnexion d’un autre petit pic secondaire à la base du limon brun, vers 65 cm au-dessus du fond, est plus singulière. Elle pourrait correspondre au même épisode que celui de l’est de l’entrée, mais ici dans une séquence plus dilatée, ou bien témoigner d’un apport indirect avec les matériaux de comblement. L’étude de la répartition des silex (fig. 75) montre que c’est cette dernière proposition qui doit être privilégiée.

FIG. 75
Répartition stratigraphique du silex dans l’ensemble de l’enceinte. Les diagrammes représentent le remplissage du fossé (0 est la position en cm de la base du comblement) : a pourcentage de silex dans chaque passe de fouille ; b pourcentage de silex rapporté au volume de sédiment (en litres) recueilli à chaque passe de fouille.

37Le matériel lithique, faiblement représenté (130 pièces), était dispersé et isolé à tous les niveaux du comblement. Sa répartition verticale globale fait apparaître une répartition nettement bimodale. Les deux tiers des silex suivent la répartition générale de la céramique avec un maximum entre 30 et 40 cm et peuvent donc appartenir pour partie à l’équipement domestique des usagers du site. En revanche, le tiers restant du matériel se situe au niveau de décapage ou juste au-dessous de celui-ci (les pièces recueillies au cours du décapage n’ont pas été prises en compte). Cette présence importante du silex dans le comblement sommital indique à l’évidence un apport secondaire de matériel remanié, et surtout continu sur une longue durée, à un moment ou plus aucune autre catégorie de vestiges ne se dépose dans le fossé. Ce n’est pas un hasard si l’étude typologique de ce mobilier (cf. infra § 6.4.1) montre une forte composante néolithique.

38Il est bien entendu impossible de déterminer, sur la base des données fournies par les dépôts primaires, la durée d’occupation du site. Il est cependant remarquable que les traces qu’elle a laissées dans l’histoire sédimentaire du remplissage du fossé puissent être si nettes et si tranchées. La séquence correspondant à la phase d’occupation semble avoir été simple, sans reprises ni réaménagements de l’ouvrage, et surtout relativement courte.

6.4 Le mobilier

39Les vestiges mobiliers sont essentiellement composés d’ossements de faune et, en plus faible quantité, de céramique et de silex. Tous proviennent du fossé d’enceinte. Les vestiges recueillis donnent une image assez représentative du mobilier qui a été effectivement abandonné. On a vu qu’une partie des vestiges est certainement en position secondaire, en particulier les silex. Le mobilier est peu nom breux et, lorsqu’il s’agit de céramique, entièrement imputable à l’occupation de l’âge du Bronze. Peu de mélanges sont donc à attendre et on peut postuler que le corpus est homogène et qu’il correspond à une période resserrée.

6.4.1 Le mobilier céramique

6.4.1.1 État de conservation et processus de dépôt

40La céramique conservée est très fragmentée. L’ensemble de 780 tessons ne comporte que 20 lèvres différentes, 7 fonds et 10 fragments de panses décorées (fig, 76-78). Seuls 5 vases ont pu être partiellement remontés pour constituer des formes archéologiquement complètes ou presque. Les autres formes ne sont représentées que par des petits fragments de lèvres, de panses et de fonds, qui ne permettent pas de recollage entre eux.

FIG. 76
Mobilier provenant du fossé : 1-14 céramique ; 15 peson

FIG. 77
Mobilier provenant du fossé 1-22 céramique ; 23 peson.

FIG. 78
Grande jarre décorée provenant du fossé.

41La faible représentation des vases complets et l’impossibilité de remonter d’autres éléments de formes sont la conséquence directe de l’état de fragmentation et parfois d’usure de la céramique au moment du rejet dans le fossé. Les petits tessons érodés semblent appartenir à chaque fois à des vases différents. Leur incorporation au remplissage doit être interprétée comme étant purement fortuite. Ils ont été apportés dans le fossé en même temps que les matériaux de comblement. Dans la mesure où il existe très peu de couches de sédiment anthropique et où l’essentiel du comblement a pour origine l’encaissant stérile ou les talus, il faut imaginer que ces derniers ont pu servir également de dépotoirs. Les vases archéologiquement complets ou représentés par de grands fragments résultent au contraire d’un rejet direct dans le fossé. Il ne s’agit pas de dépôts à proprement parler, mais bien de rebuts comme le montre la dispersion des fragments appartenant à un même vase (ceux-ci ne sont jamais écrasés en place). Dans le cas de la grande jarre décorée trouvée sur le côté SE de l’enceinte (fig. 78), les fragments se trouvaient étalés sur une distance de près de 3 m. Un autre vase muni d’anses proéminentes, provenant du côté SO de l’enceinte, a été remonté avec des tessons dispersés sur environ 8 m. L’absence de certaines parties de ces récipients implique également une fracturation avant le rejet.

42Les tentatives de remontage des éléments céramiques provenant de différentes sections du fossé se sont avérées infructueuses. Des fragments d’une céramique très friable, attribuables par leurs caractères morphologiques et technologiques à un possible même vase, ont été trouvés sur le côté NE dans deux sondages distants de 4 m. Les cas de dispersion plus importante sont très rares. Ainsi, des fragments de bords qui semblent bien appartenir au même récipient, bien que ne se recollant pas, ont été recueillis de part et d’autre de l’entrée à 30 m de distance (fig. 77, no 19).

6.4.1.2 Pétrographie et technologie

X.S.

43L’étude pétrographique des pâtes céramiques porte sur 12 échantillons choisis à la suite d’une étude approfondie à la loupe binoculaire de l’ensemble du corpus. Plusieurs groupes de pâtes ont été définis en fonction de leurs inclusions non plastiques. La constitution de sous-groupes a été nécessaire pour bien rendre compte de la diversité des pâtes.

Le groupe I

44Ce groupe correspond à des céramiques à bioclastes. Ce groupe se divise en deux sous-groupes individualisés en fonction de la proportion des fragments d’huîtres.

  • 1 – Références des échantillons étudiés : groupe I.1 : 512 ; groupe 1.2 : 157 et 141 ; groupe 11.1 : (...)

45Le sous-groupe I.11 représente les pâtes à bioclastes divers. Les bioclastes d’échinodermes dominent toujours ces faciès et ils sont accompagnés de bioclastes de bryozoaires, de brachiopodes et d’huîtres. Ces éléments sont très mal classés. Les grains les plus fins (inférieurs à 30 μm) envahissent la matrice ; les plus grossiers peuvent atteindre les 3 cm. Dans ces pâtes, il faut noter la présence de quelques oncoïdes et d’autres grains carbonatés (grains sparitiques, micritiques et lithoclastes calcaires). Les quartz sont très rares. Ils sont de petite taille (proche de 50 μm) et sont dispersés dans la matrice.

46Le sous-groupe I.2 réunit les pâtes à fragments de coquilles d’huîtres. Ces inclusions dominent largement le cortège principal et ne sont accompagnées que de quelques grains carbonates, de rares bioclastes d’échinodermes et de petits quartz bien classés semblables à ceux du sous-groupe précédent. La forme, la taille et le faciès des fragments de coquilles d’huîtres sont identiques entre les deux sous-groupes, seules leurs proportions varient. Le fait de toujours observer ces fragments associés à des bioclastes d’échinodermes oriente vers une origine fossile de ces débris d’organismes. L’organisation et la nature des bioclastes du sous-groupe I. 1 ne sont pas sans rappeler le faciès des marnes du Bathonien terminal-Callovien basal fréquemment utilisées dans la fabrication de céramiques récoltées sur des sites de la plaine de Caen. Le sous-groupe à coquilles d’huîtres pourrait quant à lui résulter d’apports exclusivement calloviens. Le mélange observé dans le premier sous-groupe pourrait donc être le résultat d’un enrichissement naturel des niveaux bathoniens par des niveaux calloviens, par simple ruissellement. En effet, dans l’état actuel des recherches, rien n’indique l’ajout volontaire d’un dégraissant coquillier.

Le groupe II

47Il correspond aux céramiques dites micacées. Ce sont les céramiques contenant une forte proportion de muscovites. Ce deuxième groupe a été séparé en quatre sous-groupes en fonction de la nature des éléments accompagnant ces muscovites.

48Le sous-groupe II.1 contient exclusivement des muscovites et des grains de quartz, souvent polycristallins et mal classés. Des fragments de roches affichent une association de quartz, de rares feldspaths et de muscovites. La morphologie des quartz (souvent sub-automorphes) et l’abondance des lamelles de muscovites orientent la recherche de provenance vers un matériel argileux issu d’un granite du type à deux micas d’Alençon.

49Le sous-groupe II.2, contenant les mêmes éléments granitiques, est complété par de nombreux bioclastes et éléments calcaires de mêmes types que ceux décrits pour le sous-groupe I.1.

50C’est encore le cas pour les céramiques du sous-groupe 11.3, qui contiennent des coquilles d’huîtres fragmentées et de rares bioclastes en association avec des éléments de granite d’Alençon.

51De tels mélanges obligent bien sûr à s’interroger sur les modalités de fabrication de ces céramiques. Dans ces deux sous-groupes, la matrice, riche en bioclastes ou débris d’huîtres, pourrait être issue de marnes bathoniennes ou calloviennes. La présence d’éléments granitiques en grande quantité pourrait indiquer l’ajout d’un dégraissant arénique. Cependant, la pâte de l’échantillon du sous-groupe II.1 prouve qu’une argile issue d’un granite de type Alençon a bien été utilisée pour la fabrication de céramiques. Les pâtes des sous-groupes II.2 et II.3 pourraient donc être le résultat d’un mélange d’argile. Cette fabrication, qui en toute logique se ferait sur le territoire local du site, sous-entendrait donc une exportation de matières premières de la région d’Alençon vers la région de Caen.

52Le seul représentant du sous-groupe II.4 présente une pâte très particulière associant des muscovites, des quartz, des grains de silex et de nombreux grains marron dont certains ont les mêmes propriétés optiques que la biotite. Aucun indice technologique ne permettant de conclure au sujet de la technique de préparation de l’argile, un tel mélange de constituants oblige à la plus grande prudence quant à la zone d’approvisionnement potentielle des argiles à poterie. Toutefois, certains grains marron peuvent ressembler à des grains de glauconie. Cette observation pourrait orienter la recherche vers les zones de contact entre le granite d’Alençon (matériel quartzeux et micacé) et le Crétacé (matériel glauconieux et silex). D’autres grains, à quartz et muscovites, montrent une orientation préférentielle des paillettes de mica qui pourrait correspondre au travail d’une pâte céramique. Ces éléments, entourés d’un retrait important, semblent donc s’apparenter à des grains de chamotte issus d’une altérité de granite à deux micas. L’utilisation d’un tel dégraissant témoigne encore une fois d’une source potentielle située dans la région d’Alençon.

Le groupe III

53Il correspond à des céramiques à quartz, feldspath et mica. La pâte analysée contient une grande quantité de quartz, des plagioclases, des orthoses et de nombreuses biotites. Des fragments de roches cristallines présentent des associations de quartz en plages xénomorphes, de plagioclases, de fines paillettes de muscovite en gerbes et de biotite. L’organisation de ces fragments et la nature des éléments constitutifs de cette pâte permettent de lui attribuer une origine granitoïdique de type granodiorite cadomienne dont les zones d’affleurement se situent dans la province mancellienne (sud du Calvados et de la Manche, départements de l’Orne, de la Mayenne et de l’Ille-et-Vilaine). Il faut noter dans ces pâtes la présence de fragments de roches identifiées comme des siltites qui peuvent correspondre à des débris de Briovérien, formation géologique formant l’encaissant de ces granodiorites.

Le groupe IV

54Ce groupe correspond à des céramiques à fragments de roches éruptives. La pâte contient des quartz, des pyroxènes, des amphiboles vertes (série actinote-trémolite) issues de la transformation des pyroxènes, des amphiboles brunes, des plagioclases calciques. Des fragments de roches à structure grenue montrent des associations entre ces différents minéraux. Dans l’un des échantillons, d’autres fragments ont une structure doléritique caractéristique. Un autre échantillon présente des moscovites organisées en gerbes, issues de la transformation d’un autre minéral. Cette composition pourrait correspondre à celle d’altérites issues de massifs gabbro-dioritiques. Comme dans le cas des céramiques du double enclos de Mondeville-Grentheville (cfi infra chap. 7), la provenance géographique de ce type de matériau reste très incertaine.

Le groupe V

55Il correspond à des céramiques à gros granules calcaires. Cette catégorie de céramique n’a pour le moment pas fait l’objet d’analyses microscopiques mais seulement macroscopiques, qui ont révélé l’existence de gros agglomérats carbonatés. Ces éléments ont souvent provoqué un éclatement du coeur des poteries. Il pourrait s’agir de bioclastes de type bryozoaires qui auraient pu se dilater sous l’effet d’une trop forte chaleur. Du point de vue de la provenance, l’hypothèse émise est celle d’une production locale à base de marnes disponibles dans la plaine de Caen et ayant subi une chaleur élevée. Les céramiques de ce groupe se présentent souvent sous la forme de récipients complets fortement fragilisés par les conditions taphonomiques.

Synthèse pétrographique

56Le comptage relatif à ces groupes de pâtes indique une forte dominance des pâtes à bioclastes et à fragments d’huîtres (groupe I) qui représentent plus de 70 % du total des céramiques si on y inclut les pâtes micacées à bioclastes et à huîtres (sous-groupes II.2 et II.3) et plus de 90 % si l’on ajoute le type à grains calcaires (groupe V). Les trois autres types ne représentent alors qu’un peu moins de 10 % du mobilier céramique. Leurs matériaux exogènes sont toujours issus du Massif armoricain : 5 % d’entre eux s’inscrivent dans une production à caractère régional, 2 % ont une origine granodioritique avérée et 3 % une origine granitique située dans la région d’Alençon. Environ 2 % des céramiques exogènes se situent plutôt dans le domaine armoricain extrarégional.

57Sur le site de L’Étoile, les principaux matériaux à poterie témoignent donc d’un approvisionnement local. Cependant, des argiles ou des sables micacés sont largement utilisés, soit tels quels, soit en ajout à des matériaux locaux. Manifestement, la source de ces produits d’altération du granite se situe dans la région d’Alençon, c’est-à-dire à quelque 70 km du site. D’autres matériaux exogènes impliquent également des échanges à grande échelle puisque les granodiorites mancelliennes les plus proches sont situées à plus de 40 km du site (massif d’Athis-Putanges). Les céramiques à pâtes gabbro-dioririques sont quant à elles d’un intérêt majeur pour cette période puisqu’elles sont présentes sur les deux sites étudiés et témoignent manifestement d’échanges extrarégionaux. Les deux céramiques à pâtes gabbroïques du site de L’Étoile peuvent être rapprochées de formes anglaises à pâtes similaires, également gabbroïques.

6.4.1.3 Définition du corpus

Technologie

58Les couleurs des surfaces intérieures et extérieures des vases varient de brun orangé à noir. Les techniques de montage sont exclusivement représentées par le montage au colombin, à l’exception du montage par collage de certains éléments de décor (cordons) ou de certains organes de préhension (anses, boutons). Les joints entre les colombins sont toujours lisibles sous la forme de cassures en sifflet ou en forme de gouttière. La variabilité des traitements de surface observés est faible. La catégorie la plus fréquente regroupe les surfaces ayant fait l’objet d’un simple raclage ou d’un peignage sommaire. Le second groupe, minoritaire, est constitué de formes à surface finement lissée, généralement représentées par des tessons d’une épaisseur inférieure à 5 mm.

59L’assemblage est constitué de 36 équivalents-vases calculés d’après le nombre de bords, de décors et de fonds, tenant compte des 4 vases au profil complet ou reconstituable. Le mauvais état général de conservation des récipients a rendu le calcul du NMI difficile. Devant la faiblesse numérique du corpus, il a été décidé de limiter l’étude du mobilier céramique à une analyse morphologique stricte. Elle repose sur des critères de forme : forme haute/forme basse, forme ouverte/forme fermée, forme continue/forme segmentée/ forme sinueuse ; présence et/ou absence de col ; forme de la lèvre (avec ou sans inflexion, orientation, profil) ; forme du fond. La distinction entre céramique grossière et céramique fine a été abandonnée au cours de l’étude.

Les formes

60Les formes hautes ou de taille moyenne dominent le corpus avec plus de 9 individus. Les profils de ces vases peuvent être regroupés dans quatre catégories définies à partir du degré de fermeture de la partie supérieure des céramiques.

61Le récipient de la figure 78 forme une catégorie à lui seul ; il s’agir d’une jarre légèrement tronconique à panse globulaire et à fond plat, dont le col, surmonté d’une lèvre convergente aplatie, présente toutefois une nette inflexion vers l’intérieur. Le décor couvre la totalité du vase. La lèvre porte un décor digité et la partie supérieure du vase est décorée d’un cordon digité collé muni de quatre languettes horizontales. Sur la panse entièrement décorée au peigne, les restes de quatre cordons digités presque verticaux partant du cordon horizontal sont conservés par endroits.

62Un profil représenté uniquement par sa partie supérieure appartient à une seconde catégorie (fig. 77, no 7). Il est assez proche du récipient précédent mais montre un col convergent, nettement individualisé, surmonté d’une lèvre divergente épaissie et aplatie. Ce vase possède, sous son col, un décor linéaire de chevrons incisés.

63Un bord (fig. 76, no 6) et deux fragments de panse (fig. 76, no 1 1, fig. 77, no 12) appartiennent à des formes hautes segmentées, hélas impossibles à reconstituer. Le second fragment de panse possède un décor de gros boutons sur la carène.

64Les autres unités sont à classer dans les formes tronconiques dont le col est inscrit dans l’axe de la panse (fig. 76, no 14, fig. 77, nos 11, 19). Les récipients de cette catégorie sont généralement décorés sur leur quart supérieur d’un cordon lisse ou digité, obtenu par modelage. Un des vases devait posséder un décor de gros boutons dont les traces d’arrachement sont encore visibles. Leurs lèvres sont épaissies et aplaties ou, dans un cas, à biseau interne. Elles portent généralement un décor digité qui peut être situé sur la partie interne de la lèvre.

65Les formes basses et ouvertes sont beaucoup plus rares. On dénombre trois individus à profil complet. Le vase no 13 de la figure 76 a un profil cylindrique à fond plat et à lèvre aplatie soulignée d’une rangée de boutons collés. Les vases 2 et 8 de la figure 76 peuvent Être regroupés dans une même catégorie. Il s’agit de deux profils globulaires à col en S et à fond plat. Ils sont tous les deux munis d’organes de préhension situés sous la jonction col/panse (quatre boutons pour le premier et quatre anses pour le second).

66Plusieurs autres tessons de dimensions réduites participent également à la définition du corpus. Les fragments de bord permettent d’observer les types de lèvres. Elles sont arrondies (fig. 77, nos 2 et 9), mais aussi épaissies et aplaties (fig. 77, no 5), ourlées (fig. 76, no 3. fig. 77, nos 6, 8) ou effilées. Les fonds sont soit plats à petit bourrelet d’assise (fig. 77, no 18), soit, beaucoup plus fréquemment, sans liaison panse/fond (fig. 76, no 9, fig. 77, nos 15-17).

Les décors

67Les décors sont nombreux. Ils sont principalement localisés sur le tiers supérieur des récipients à l’exception des cordons digités et du décor couvrant réalisé au peigne sur l’urne de la figure 78. Ils peuvent être disposés selon un motif en bandeau (fig. 76, no 14, fig. 77, no 7) ou sous la forme d’une ligne simple ayant pour objet de délimiter un col généralement inexistant sur le galbe du récipient (fig. 76, nos 6, 7, fig. 77, nos 10, 11). Les techniques décoratives utilisées sont aussi diversifiées. Les décors imprimés digités réalisés sur cordon, sur la lèvre des vases (à l’extérieur ou à l’intérieur des récipients) ou directement sur la panse, sont les mieux représentés. Les décors plastiques leur font concurrence avec des boutons sur trois ou quatre vases (fig. 76, nos 2, 13 et peut-être 14 et fig. 77, no 12) et surtout des cordons, soit modelés dans la pâte des récipients (fig. 76, nos 12, 14), soit collés avant cuisson (fig. 76, nos 4, 5, fig. 77, no 10, fig. 78). Ces cordons sont disposés en lignes horizontales, mais parfois aussi verticales et pendantes sur la panse des vases. Les décors incisés sont rares, ils peuvent être disposés sur des cordons selon un motif simple (fig. 76, no 1) ou plus complexe (en chevrons sur le cordon du vase no 5 de la figure 76) ou directement réalisés sur pâte humide comme dans le cas du décor en chevron du récipient no 7 de la figure 77.

6.4.1.4 Approche chronoculturelle

68L’ensemble des traits typologiques trouve sa place dans les corpus céramiques du Bronze moyen et du début du Bronze final atlantique. L’indigence des données régionales concernant ces périodes ne permet pas de fixer avec exactitude la datation. Les parallèles typo-chronologiques doivent donc être recherchés dans l’ensemble du domaine atlantique.

69Les profils sont peu discriminants. Les formes basses sont ubiquistes et donc peu utilisables. Le petit vase tronconique (fig. 76, no 13) décoré de quatre boutons sous la lèvre trouve de très bons parallèles dans les îles anglo-normandes et en Bretagne (Briard 1984), mais les contextes essentiellement funéraires ne sont malheureusement pas toujours déterminants. Ainsi, le vase de Plumelin (Morbihan) était isolé dans un caveau rectangulaire légèrement encorbellé attribué à la civilisation des tumulus du Bronze ancien armoricain. Ceux de La Hougue Mauger (Jersey), qui évoquent davantage le groupe du Gord, reposaient à la périphérie d’un tertre sans chambre. Régionalement, ce vase trouve sa place dans le corpus de la double enceinte de Mondeville-Grentheville bien daté de la transition Bronze moyen/Bronze final I (cf. infra chap. 7) et dans celui de Tatihou (Manche), dans la phase datée du Bronze moyen (Marcigny, Ghesquière 2003).

70Les deux formes à profil en S (fig. 76, nos 2, 8) trouvent leurs parallèles dans les assemblages céramiques du Bronze moyen et jusqu’au deuxième âge du Fer. Elles sont cependant toutes les deux proches de profils découverts en contexte Bronze moyen/final en Charente-Maritime (Gomezde Soto 1995). Les formes hautes posent moins de problèmes de comparaisons. Les profils tronconiques sont à comparer aux bucket urns anglais de tradition Deverel-Rimbury datés du Bronze moyen (Thorny Down, Latch Farm, Kimpton, Black Patch... : Burgess 1987). Ils peuvent être décorés de cordons lisses ou digités comme à Thorny Down dans le Hampshire (Stone 1941) ou, plus proche, à Tatihou et Mondeville-Grentheville (cf. infra chap. 7). Les associations plus complexes de lèvres digitées et cordons verticaux ou obliques sont connues dans les assemblages de la fin du Bronze moyen comme par exemple à Latch Farm (Hampshire : Piggott 1938). L’urne (fig. 78), avec son décor de cordon en T et son traitement de surface peigné plus proche du décor que du procédé de façonnage, est comparable à de nombreux exemplaires découverts en Charente-Maritime dans la grotte des Duffaits (datée entre 1685 et 1130 av. J.-C. : Gomez de Soto 1973 ; 1995), dans l’Allier à Cbenully (Delporte 1972), au Fort-Harrouard en Eure-et-Loir, dans un contexte bien daté par le mobilier métallique du Bronze final I (Mohen, Bailloud 1987), ou encore en Haute-Loire à Arsac-en-Velay, en contexte Bronze moyen (Daugas et al. 1983). Les formes segmentées, plus rares, peuvent être comparées à certaines céramiques de Tatihou en contexte Bronze moyen (Marcigny, Ghesquière 2003).

71Les décors isolés trouvent eux aussi leur place dans les assemblages du Bronze moyen. Les cordons lisses et digités sont fréquemment associés aux bucket urns. On les trouve sur la plupart des sites anglais et dans le nord de la France. Ils ont été mis en évidence, par exemple, à Roeux/Le Château d’Eau (Desfossés 1995). Les décors digités sur la partie sommitale de la lèvre sont plus riches d’enseignement : on les trouve dans le Bronze moyen anglais, en particulier à Grimes Graves (Norfolk), datés de 1350-1100 av. J.-C. (Longworth et al. 1991a, b), où ils coexistent avec les décors de chevrons sur cordons collés comparables au no 5 de la figure 76. Les décors digités sur la panse sont fréquents au Bronze final et à l’âge du Fer. On Les retrouve également à Roeux –daté de 1503-1273 av. J.-C.– dans la première moitié du Bronze moyen (Desfossés 1995). Le décor incisé disposé en chevrons du vase no 7 de la figure 77 est aussi très caractéristique. On le retrouve sur les récipients du Bronze moyen du Sud-Ouest de l’Angleterre dans le groupe de Trevisker, lequel est contemporain du Deverel-Rimbury (Apsimon, Greenfield 1972).

72Certains décors enfin sont à ce jour complètement originaux et ne trouvent de parallèle dans aucun corpus. Ainsi, les gros boutons de la forme 14 de la figure 76 peuvent être une initiative locale sans aucun point de comparaison extrarégional.

73La convergence des éléments typologiques nous conduit à proposer une datation que l’on pourrait associer au contexte Deverel-Rimbury dans une fourchette large comprise entre le XIVe et le XIIe s., soit la fin du Bronze moyen et le début du Bronze final I (période 5 de Needham 1996). L’absence de mobilier métallique associé ne permet malheureusement pas, pour le moment, d’affiner cette fourchette.

6.4.2 Les pesons en terre cuite

74Cinq fragments de pesons en terre cuite ont été retrouvés dans le comblement du fossé. Un seul exemplaire provient du côté NO de l’enceinte, tandis que les quatre autres sont issus de la même section du côté SE (fig. 79). Cette partie de l’enceinte est déjà la plus riche en vestiges mobiliers (céramique, nodules de terre rubéfiée, charbon de bois). Les pesons sont issus des niveaux supérieurs du comblement entre le niveau du décapage et une vingtaine de centimètres de profondeur. Ils présentent un mauvais état de conservation : ils sont fragmentaires et leur surface est très érodée. Seuls deux exemplaires ont permis de reconstituer leur forme. L’exemplaire no 1 provenant du côté ouest de l’enceinte (fig. 77, no 23) montre une forme cylindrique irrégulière de 8 cm de hauteur pour 12 cm de diamètre maximal avec une perforation axiale de 1,5 cm d’ouverture. Le peson no 2, issu de la section SE (fig. 76, no 15), a une forme cylindrique régulière avec des bords arrondis. Il mesure 11 cm de hauteur pour 12 cm de diamètre et possède une perforation axiale de 1,5 cm d’ouverture. Quant aux trois autres, leur forme n’est pas reconnaissable, à l’exception de la perforation axiale qui présente le même diamètre que les exemplaires ci-dessus. Comme on l’avait constaté pour les pesons du site voisin de Mondeville-Grentheville (cf infra § 7.4.2), il est important de souligner le caractère discriminant, sur le plan chronologique, de ce type de mobilier.

FIG. 79
Plan de répartition des pesons en céramique.

6.4.3 Le mobilier lithique

E.G.

75Un total de 130 silex a été recueilli dans le comblement du fossé. La majorité des sondages ne comportait aucun silex ou seulement quelques unités. Les secteurs proches de l’entrée en contenaient un peu plus : 17 silex dans l’extrémité est et 23, étalés sur une longueur de 18 m, au SO. Sur une section d’une douzaine de mètres du côté SE, un lot de 20 pièces a été récolté. Par rapport à la céramique, leur répartition est plus homogène sur tout le site.

76L’ensemble est constitué en grande majorité par un silex local, essentiellement bathonien. Le débitage est orienté vers la production d’éclats (5 nucléus, 1 broyon, 4 percuteurs), avec un débitage laminaire très limité (9 pièces lamino-lamellaires et 6 éclats laminaires). Les décomptes font état d’une vingtaine d’outils parmi une grande quantité d’éclats, certains brûlés, et de cassons. Il s’agit de 4 éclats denticulés, 3 grattoirs denticulés, 2 grattoirs sur bout de lame, 4 grattoirs simples, 2 tranchets atypiques, 1 possible burin, 1 outil prismatique et des éclats retouchés divers. À cet outillage en silex s’ajoutent une molette et un aiguisoir.

77Le débitage orienté vers la production d’éclats, la présence de quelques lames assez irrégulières et un outillage dominé par les grattoirs avec quelques tranchets et lames retouchées renvoient pour l’essentiel à la période néolithique. La pièce la plus intéressante est un fragment d’armature de faucille réalisée sur une lame en silex tertiaire. Ce silex est originaire du Bassin parisien où il correspond à la production en série de lames régulières. Il n’est connu régionalement que dans la culture du VSG, et particulièrement dans sa phase récente.

6.4.4 Le matériel de mouture

E.G.

78Huit fragments de meules à va-et-vient ont été recueillis dans le comblement du fossé. Ils se trouvaient dispersés à différents endroits du fossé, à l’exception de la section NE (fig. 80). Ils sont en granite. À ces fragments s’ajoutent, dans les côtés NO et NE. trois morceaux de granite sans surface de travail, qui sont probablement, eux aussi, des fragments de meules. Les éléments sont, pour la majorité, issus des niveaux intermédiaires du comblement compris entre 20 cm et 45 cm de profondeur sous le décapage, à l’exception des fragments du côté SE qui proviennent du comblement supérieur.

FIG. 80
Plan de répartition des fragments de meules.

6.4.5 Le mobilier osseux

R.-M.A.

79Les ossements animaux recueillis forment un ensemble d’un peu plus de 500 pièces, représentant une masse globale de près de 20 kg. En dépit des effectifs relativement faibles, l’intérêt de cet échantillon est de livrer des données archéozoologiques sur une des périodes les plus mal documentées de la Protohistoire et de contribuer à l’étude d’un type de structure dont la nature et le fonctionnement restent à élucider.

6.4.5.1 Caractéristiques des échantillons

80Les restes osseux proviennent du remplissage du fossé d’enceinte. Tous les restes osseux sont caractérisés par un très mauvais état de conservation. Ils présentent le plus souvent une surface très érodée, marquée de profondes cupules qui attestent d’atteintes physico-chimiques dont différents stades sont observés, depuis l’érosion superficielle jusqu’à la réduction de l’os à une fine enveloppe pulvérulente et informe. Ces dégradations sont imputables à la nature du sédiment encaissant, trop acide pour assurer des conditions de conservation optimales. Elles ont dans une large mesure largement limité la détermination des espèces, d’un même genre ou d’une même famille (tabl. XXVII). L’étude biométrique s’en est également ressentie dans la mesure où bon nombre d’os, pourtant déposés entiers, n’ont pu être mesurés du fait de la fragmentation postdépositionnelle. Il faut aussi compter avec une incidence importante de la conservation différentielle. Une part non négligeable des os les plus petits ou les moins résistants n’ont guère de chances de se conserver dans de telles conditions (tabl. XXVIII). Ces atteintes sont assez marquées pour brouiller la lecture de ce qui est susceptible de relever plus strictement d’effets anthropiques. Elles peuvent aussi interférer dans la composition de l’échantillon, ce qui jette quelque suspicion sur la représentativité de la documentation recueillie. Il faut par ailleurs compter avec l’incidence assez marquée des méthodes employées pour la fouille –en partie manuelle, en partie mécanique– sur la mise au jour des ossements, et qui a pu entraîner la disparition des restes les plus discrets.

TABL. XXVII
Détermination des espèces représentées (NR nombre de restes ; PR poids des restes).

TABL XXVIII
Inventaire des restes de squelette (NR nombre de restes ; PR poids des restes).

81Par contraste, les atteintes qui relèvent plus spécifiquement des activités humaines, et qui interviennent en amont des détériorations postdépositionnelles, semblent plus discrètes et en tout cas moins marquées que sur beaucoup de sites. La fragmentation notamment paraît en première approche d’intensité moindre. Le poids moyen assez élevé (50 g) des pièces déterminées (tabl. XXVII) fournit une bonne indication en ce sens, de même que la présence d’une part non négligeable d’os non fragmentés. Par ailleurs, la plupart des restes recueillis dans le fossé se présentent comme des ossements dissociés et isolés. Ils participent d’activités de découpe et de partage de carcasses qui s’inscrivent bien dans le cadre d’un travail de boucherie, même si les stigmates spécifiques (incisions, traces de découpe) ont été oblitérés par l’érosion des surfaces. L’extrême discrétion de ces marques, mais aussi la présence d’ensembles anatomiques plus ou moins complets (1 squelette de chèvre sur le côté SO), doivent cependant inciter à la circonspection (fig. 81). La présence de ces carcasses peur correspondre au rejet de cadavres ou à des dépôts particuliers (sacrifices, pratiques cultuelles) qu’il est difficile de considérer comme s’intégrant dans des activités de boucherie à vocation strictement alimentaire, et attire l’attention sur la nature de l’échantillon recueilli.

FIG. 81
Squelette de chèvre découvert dans le fossé St. 1.

6.4.5.2 Les espèces

82La composition de l’échantillon recueilli dans le fossé est marquée par la nette prédominance des restes d’animaux domestiques, représentés à hauteur de 95 %, tant au niveau du nombre de restes (NR) que de leur poids (PR). L’autre caractéristique réside dans la prépondérance des restes attribués au bœuf dont les proportions s’élèvent à plus 65 % du NR pour atteindre 80 % de la masse (tabl. XXVII).

FIG. 84 Distribution anatomique des ossements

FIG. 84 Distribution anatomique des ossements

selon les espèces.

83L’importance des autres animaux domestiques paraît nettement secondaire au vu de la faible représentation des restes de porc, mais plus encore de celle des restes des petits ruminants, qui sont particulièrement discrets. La chèvre a été reconnue sur la base de restes de chevilles osseuses et d’ossements en connexion situés dans le fossé. Aucun reste n’a pu être spécifiquement attribué au mouton, ce qui s’explique par le mauvais état de conservation des surfaces et la disparition des caractères morphologiques qui permettent une attribution plus précise au mouton ou à la chèvre. Une proportion non négligeable d’ossements a été attribuée au cheval qui, selon le mode de quantification retenu, permet de le considérer comme l’une des espèces les plus importantes après le bœuf. Le statut privilégié que l’on suppose pour cet animal n’est pas sans poser quelques problèmes. Peu d’indices directs permettent de trancher, si ce n’est la position chronologique de l’ensemble (légèrement postérieure à ceux qui livrent les premiers indices de la domestication du cheval). La seule présence de cette espèce au sein d’un ensemble aussi modeste et l’importance de sa représentation, alors qu’il est très rare sur les sites du Néolithique où il n’est pas encore domestiqué, plaident aussi en ce sens. Les restes de faune sauvage sont peu nombreux et se rapportent principalement aux grands ongulés (cerf, chevreuil, sanglier). Cette composition présente plus d’un trait commun avec celle de la double enceinte située à proximité (cf. infra chap. 7). La nette prééminence des restes de bovins se retrouve sur ces deux sites alors que sur la plupart des autres occupations de l’âge du Bronze, ce sont soit les petits ruminants, soit le porc qui prédominent (fig. 82). La représentation du cheval sur le site (fig. 83) est l’une des plus importantes parmi celles relevées sur les autres sites de cet horizon chronologique (Méniel 1977 ; 1984 ; 1987 ; Lepage 1992). Là encore les parallèles les plus étroits se dessinent avec l’autre enceinte de Mondeville, seul ensemble dans lequel les restes de cheval connaissent une représentation comparable, alors que sur les sites d’habitat proprement dits, leurs proportions sont nettement plus faibles. L’importance secondaire de la faune chassée est en revanche une caractéristique partagée par la plupart des sites de la période, de même que le choix du cerf comme principal gibier. C’est donc plus particulièrement sur le plan de l’importance relative des différentes espèces domestiques que les particularités les plus affirmées sont décelables, et c’est aussi sur ce plan que les rapprochements les plus étroits apparaissent avec l’autre site de même type. Il n’est probablement pas non plus neutre que ce soit avec la place du bœuf et du cheval, c’est-à-dire des deux espèces dont l’élevage implique le plus d’investissement (technique, économique), que ces deux sites se différencient le plus fortement des autres.

FIG. 82
Diagramme des principales espèces domestiques montrant la place du site de L’Étoile par rapport aux autres sites du Bassin parisien (en pourcentage du nombre de restes).

FIG. 83
Proportion des restes de cheval par rapport aux autres sites du Bassin parisien.

6.4.5.3 Origine et répartition anatomiques des restes

84Dans cette enceinte, la représentation des différentes parties du squelette apparaît assez déséquilibrée (fig. 84 et tabl. XXX). Les pièces se répartissent sur l’ensemble du squelette mais certaines régions paraissent nettement privilégiées comme le crâne auquel se rapporte, pour la plupart des espèces, plus de la moitié des restes, alors que les extrémités ou le rachis sont le plus souvent nettement déficitaires. Sauf dans le cas du chien, représenté par un crâne entier, il s’agit le plus souvent d’éléments fragmentaires parmi lesquels les bucranes constituent les éléments les plus marquants et les plus nombreux, mais des chevilles osseuses et d’autres régions crâniennes isolées sont également attestées. Ces caractéristiques traduisent une attention particulière portée au crâne qui ne fait que justifier l’impression d’un traitement particulier de cette région perçu dès la fouille, lors du dégagement de pièces crâniennes présentées comme des « dépôts ». Parmi les autres régions anatomiques bien représentées figurent les membres dont provient systématiquement plus d’un tiers des restes. L’abondance de ces restes, parmi les plus intéressants du point de vue alimentaire, associée à leur état de fragmentation reflète un traitement caractéristique d’une utilisation bouchère. Celle-ci paraît cependant loin d’atteindre l’intensité qu’elle peut connaître dans le cadre d’une exploitation à des fins exclusivement alimentaires. La fragmentation moindre des restes, dont procède la présence de pièces assez fragiles comme les bucranes, mais aussi la présence d’une part non négligeable d’os longs non brisés induisent une valorisation sensiblement différente par rapport à une utilisation strictement économique. La présence d’un squelette complet d’une chèvre, dont les éléments n’ont pas été dissociés et qui ne semble pas avoir fait l’objet d’un traitement boucher, ne fait que renforcer cette impression (tabl. XXIX). La faible importance des restes des extrémités, voire leur absence dans le cas du porc, lesquelles sont peu intéressantes du point de vue de l’apport carné, souligne par ailleurs un net effet de sélection à l’égard de pièces empreintes d’un fort symbolisme comme les bucranes ou de parties à forte valeur économique. La présence de quelques restes humains épars, parmi lesquels des éléments crâniens, n’est pas non plus sans susciter quelque interrogation quant à la nature particulière de l’échantillon, même si la relation entre les restes osseux d’animaux et des pratiques participant du traitement funéraire ne peut être formellement établie. L’attention manifestée aux crânes rappelle une situation déjà observée lors de la fouille de la double enceinte de l’autre site de Mondeville, qui a également livré un certain nombre de pièces crâniennes comme des bucranes de bœuf et de mouton ainsi qu’un crâne de chien (cf. infra chap. 7). La présence d’ensembles anatomiques plus ou moins complets, également détectés sur le premier site, prolonge l’analogie entre les deux ensembles et ne fait que conforter l’impression de leur nature particulière.

TABL. XXIX
Inventaire anatomique du squelette de chèvre de la St, 1 (X présence ; ps proximum soudé ; ds distum soudé ; d ? distum non connu).

TABL. XXX
Analyse biométrique des restes animaux mis au jour sur le site de l’Étoile.

6.4.5.4 Critères de sélection des animaux

85La sélection des animaux en fonction de l’âge est marquée par l’importance accordée aux jeunes. Ce trait est particulièrement marqué dans le cas des bovins, parmi lesquels les jeunes adultes (entre 2 et 4 ans) constituent la grande majorité de l’abattage, représentant à eux seuls plus des deux tiers des prélèvements. Il reflète une gestion assez précise puisque les animaux plus jeunes semblent rarement touchés et que ceux légèrement plus âgés semblent entièrement épargnés (fig. 85). Cette nette prédilection pour l’abattage des jeunes est caractéristique d’un élevage tourné vers la production bouchère, voire spécialisé. La présence de quelques bovins assez âgés traduit l’existence d’un abattage de réforme peu important qui, malgré sa discrétion, traduit une forme d’utilisation plus diversifiée. La vocation bouchère de l’élevage des porcs apparaît également assez affirmée. Les quelques données sur l’âge reflètent des prélèvements qui touchent préférentiellement les jeunes adultes mais dont l’intensité, notamment du fait de l’absence d’animaux très jeunes, ne semble en rien comparable à celle qui traditionnellement caractérise l’exploitation de cet animal. Pour les petits ruminants, les données disponibles sont trop lacunaires pour se prêter à une étude des règles de sélection. Dans le cas du squelette de chèvre, on peut signaler que l’état d’épiphysation des os longs (dont l’humérus, le fémur et le tibia) indique que l’animal était adulte (tabl. XXIX). Tous les ossements de cheval se rapportent à des animaux adultes. Plusieurs incisives attestent la présence d’un individu de 5-6 ans et tous les os longs présentent des épiphyses soudées.

FIG. 85
Âge à l’abattage des animaux.

6.4.5.5 Biométrie

86La forte érosion des surfaces osseuses induite par des conditions de conservation très défavorables laisse peu de champ pour l’ostéométrie et les possibilités de relevés de mesures des os s’en sont trouvées particulièrement limitées. Cette situation n’est qu’en partie compensée par la présence d’un certain nombre d’os entiers dont les longueurs permettent d’accéder à certains aspects de la morphologie des animaux comme la stature (tabl. XXXI). Les estimations de hauteur au garrot indiquent que les animaux étaient de taille relativement modeste, d’environ 1,13 m dans le cas des bovins. Ces données sont en concordance avec celles relatives à l’autre enceinte de Mondeville (cf. infra chap. 7) et s’inscrivent clairement dans le mouvement de diminution de la taille qui affecte la plupart des animaux domestiques entre le Néolithique et la fin de l’âge du Fer qu’elles contribuent de fait à jalonner. La stature des chevaux, estimée à 1,31 m, s’inscrit parfaitement dans la moyenne des données issues des autres sites protohistoriques.

no

variation

moyenne

coefficients

Bœuf

7

1,07-1,19 m

1,13 m

Matolosi 1970

Chèvre

2

0,46-0,57 m

0,51 m

Schramm 1967

Cheval

2

1,26-1,37 m

1,31 m

Kiesewalter 1888

TABL. XXXI
Estimation de la hauteur au garrot

6.4.5.6 Synthèse

87L’étude de cet ensemble de forme permet d’isoler un certain nombre de caractéristiques assez particulières, notamment sur le plan du recours aux principales espèces domestiques, parmi lesquelles le bœuf et le cheval occupent une place inégalée sur les sites d’habitat. Le mode d’exploitation des animaux s’écarte lui aussi du schéma habituel du traitement boucher. La sélection de certaines pièces comme les crânes, la présence d’ensembles anatomiques et la conservation d’os longs entiers ne sont pas sans évoquer des pratiques de dépôt qui ne sont pas le fait de simples sites d’habitat. L’association de restes humains même épars, et ce quelle que soit la nature de la relation, ne peut pas non plus être considérée comme anodine. Même si la signification de ces particularités ne peut être précisée, leur réalité paraît assez fermement établie, d’autant que les affinités qui se dessinent avec l’autre site du Bronze de Mondeville-Grentheville (cf. infra chap. 7) tendent à montrer qu’il ne s’agit pas d’un cas isolé.

6.4.6 Les restes humains

M.C.

88Des restes humains ont été retrouvés à quatre endroits du fossé (fig. 86). À l’est de l’entrée et dans l’extrémité du fossé a été recueilli un fémur humain d’adulte (no 1). L’os se situait tout au fond du fossé, associé à des ossements de faune. Il semble que le reste humain ait été considéré comme un déchet ordinaire, rejeté en même temps que les os d’animaux (ou amené par d’autres facteurs comme par exemple un prédateur). Dans la section NE du fossé a été découvert un crâne humain isolé au milieu du fossé (no 2), à une profondeur de 90 cm à partir du sol actuel, soit à une vingtaine de centimètres sous le décapage. Le crâne gisait en position latérale gauche. Il est en mauvais état de conservation, la mandibule est absente et la face très mal conservée. Du côté NO provient un second crâne isolé (no 3). Il reposait à une profondeur d’environ 1,40 m à partir du sol actuel, soit une dizaine de centimètres au-dessus du fond de fossé. Il gisait en position latérale gauche. Ce crâne est en meilleur état de conservation bien que, là encore, la face soit absente. La mandibule manque également. Au SO, un petit fragment de voûte crânienne a été recueilli (no 4).

FIG. 86
Répartition des restes humains.

• Le fémur no 1

89Ce fémur est incomplet. Il manque l’extrémité inférieure, la tête, le col et le grand trochanter. La diaphyse est gracile avec un pilastre faible. La région sous-trochantérienne est élargie et il existe une nette platymérie. On note la présence d’une fosse hypotrochantérienne large et profonde. La ligne âpre est peu saillante et invisible sur le tiers supérieur.

• Le crâne no 2

90Il est réduit à l’état de fragments non raccordables se rapportant à la face. Il ne subsiste que des petits fragments de palais et sept dents. En dépit du mauvais état de conservation du crâne, il semble qu’il appartenait à un sujet adulte. La troisième molaire supérieure est totalement calcifiée et il semble que le décès soit survenu à un âge relativement jeune. En effet, toutes les dents présentent une usure très faible (type I de Périer 1945) et les sutures sont libres de toute synostose. En ce qui concerne le sexe, il n’y a pas d’éléments suffisants pour l’estimer. Les dents consistent en une canine, deux prémolaires et trois molaires se rapportant toutes à l’arcade maxillaire gauche, et une canine supérieure gauche lactéale. Toutes ces dents sont indemnes de caries. Il faut noter l’aspect globuleux de la partie radiculaire de la 26 occasionné par l’absence d’individualisation des racines. La présence de la canine lactéale est plus difficile à expliquer. Même si des dents lactéales peuvent se rencontrer sur des arcades dentaires d’adulte, l’absence du maxillaire ne permet pas d’expliquer sa présence.

• Le crâne no 3

91Ce crâne ne possède ni face, ni base, ni mandibule. Il manque également de menus fragments de frontal au niveau de la glabelle, du pariétal droit et de l’occipital. Aucune dent n’a été recueillie. La maturation de ce crâne n’était pas achevée. Un fragment de sphénoïde non raccordable montre que le processus de fermeture de la suture sphéno-occipitale n’était pas achevé. Il s’agit donc d’un grand adolescent décédé aux environs de 17 ou 18 ans.

92Sa morphologie est gracile (tabl. XXXII) avec des parois peu épaisses (6 mm en moyenne). À l’exception des bosses frontales, les saillies crâniennes (arcades sourcilières, bosses pariétales, mastoïdes) sont inexistantes ou peu marquées. L’association de ces critères l’inscrit dans les normes féminines.

Longueur maximum

187

Largeur trans. maximum

139

Largeur frontale minimum

93

Largeur frontale maximum

114

Arc frontal

121

Corde frontale

107

Saillie des arcades sourcilières

0

Arc pariétal

140

Corde pariétale
Épaisseur moyenne du crâne

121
5

Indices

crânien horizontal

74,3

fronto-pariétal trans.

66,9

frontal transv.

81,5

Frontal sagittal

88,4

pariétal sagittal

86,4

TABL. XXXII
Caractères métriques du crâne humain no 3 (en millimètres).

93La capacité crânienne, estimée à partir de la hauteur poriobregma, est forte (aristencéphale). L’indice horizontal est dolichocrâne mais à la limite de la mésocrânie. La hauteur de la voûte, mesurée au porion, est moyenne avec une tendance haute. En vue supérieure, le crâne est de forme ovoïde, avec des bosses pariétales effacées. Le front est moyennement large (métriométope), moyennement divergent et bombé (orthométope) avec des bosses marquées. La courbe pariétale est régulièrement convexe sans dépression rétrobregmatique ni prélambdatique. L’écaille temporale est basse, avec une incisure pariétale profonde, la mastoïde est petite et les trous mastoïdiens sont présents de façon bilatérale. Par contre, ce crâne ainsi que les autres crânes exhumés sur ce site ne possèdent pas de trous pariétaux.

6.4.7 Datation 14C

94Un os prélevé à la base du remplissage à l’est de l’entrée (sond. 2/3, dans les 15 premiers centimètres du comblement) a donné la mesure d’âge suivante : Gif-10842 : 2980 ± 60 ans, soit après calibration 1385-1013 av. J.-C. (datation à 2 sigmas, calibration d’après Stuiver et Reimer 1993).

95Une seconde date, obtenue à partir d’os provenant de deux sondages différents dans la partie nord du fossé (sond. 47 au NE et sond. 76 au NO), a donné une mesure légèrement plus récente : Gif-10841 : 2865 ± 60 ans, soit après calibration 1252-855 av. J.-C. (datation à 2 sigmas, calibration d’après Stuiver et Reimer 1993).

  • 2 – Datation effectuée par M. Fontugne au Centre des faibles radioactivités de Gif-sur-Yvette ; qu’il (...)

96Ces résultats2 sont en accord avec la fourchette obtenue grâce à l’étude typologique de la céramique, bien que couvrant une séquence plus large (début du XIVe s.-milieu du IXe s.).

6.5 Organisation spatiale des vestiges

97La composition des vestiges ouvre déjà un certain nombre de pistes concernant la fonction du site. Si les instruments de mouture ou les pesons témoignent d’activités banales, somme toute étroitement liées à la vie quotidienne, en revanche, d’autres catégories de mobilier, comme les restes humains ou la composition particulière de la faune, révèlent l’existence de traits plus insolites. Ces derniers suggèrent une fonction plus complexe que celle d’un site purement domestique et dessinent au sein des restes piégés dans le fossé, une dichotomie pour le moins curieuse.

98L’absence d’informations sur l’espace enserré par le fossé ou sur ses abords extérieurs (comme par exemple la présence de bâtiments, de structures de stockage ou de cuisson, d’installations artisanales, mais aussi de témoins de pratiques funéraires ou cultuelles) est évidemment préjudiciable à une compréhension plus approfondie de cette dichotomie. Tout au plus peut-on être frappé de constater que, tout au moins à l’intérieur de l’enceinte, aucun élément du dispositif d’occupation n’a laissé de trace, si tant est qu’il y en ait jamais eu. On en est donc réduit, pour progresser, à exploiter le plus complètement possible les données fournies par le seul fossé, et en particulier la répartition spatiale du mobilier qui peut fournir indirectement quelques indications supplémentaires.

99Différents plans de répartition par catégorie de vestiges ont été effectués. Les silex taillés, on l’a vu, ont une répartition relativement homogène très différente de celle des autres catégories de mobilier (fig. 87). Cette différence constitue d’ailleurs en elle-même un obstacle à l’intégration de ce type de vestiges au mobilier de l’enceinte.

FIG. 87
Répartition spatiale du silex.

100Les vestiges céramiques ont également été récoltés sur tout le tracé de l’enceinte, mais avec de fortes disparités spatiales, certains secteurs étant beaucoup plus riches que d’autres (fig. 88). Le côté SO de l’enceinte, de part et d’autre de l’entrée, représente la zone la plus dense. Le nombre de tessons s’y élève à une moyenne de 15 à 30 tessons par sondage. Cette zone correspond au tronçon de fossé à comblement non stratifié. Il faut toutefois noter que les dix premiers mètres du fossé situés à l’ouest de l’entrée ont livré une quantité plus faible de mobilier, en raison d’une destruction partielle par la carrière. Trois autres secteurs du fossé se distinguent par une présence plus importante de céramique. Dans la partie NO ont été recueillis, sur une quinzaine de mètres longueur, de petits lots de céramique constitués d’une quinzaine à trentaine de tessons par sondage. Une autre petite concentration provient du côté NE. Dans la partie SE ont été retrouvés plusieurs vestiges étalés sur une dizaine de mètres avec une moyenne entre vingt à trente tessons par sondage. Le reste du comblement ne contient qu’une très faible quantité de céramique. Plusieurs zones, dans les trois quarts septentrionaux, se sont révélées stériles, entrecoupées par des découvertes très localisées de quelques tessons. Leur nombre s’élève en moyenne entre 1 et 5 et atteint rarement la dizaine par sondage.

FIG. 88
Répartition spatiale de la céramique et emplacement des principales formes céramiques.

101Sur le plan typologique, la répartition des différentes catégories de vases n’apporte guère de données utilisables (fig. 88). À cause de la faiblesse du corpus, il n’y a pas de disparités sensibles, et encore moins significatives, entre les formes qui peuvent relever du stockage, par exemple, et le reste de la vaisselle destiné à la cuisson ou à la consommation. Il en est de même pour les pesons ou les instruments de mouture qui, globalement, suivent plus la répartition générale des vestiges qu’ils n’indiquent la présence d’aires d’activités spécialisées.

102La répartition des ossements humains est plus intéressante (fig. 86). Le fémur est isolé dans la concentration de vestiges de l’entrée alors que le crâne provient de la moitié NE, précisément la moins riche. Les deux fragments de voûte crânienne bordaient chacun une concentration de vestiges alors que le crâne complet était isolé en dehors de tout dépôt.

103La faune reproduit, en plus contrasté, le modèle fournit par la céramique (fig. 89). L’entrée recèle les rejets les plus importants tant en nombre d’os qu’en masse. C’est également dans ce secteur qu’ont été rencontrés les fragments de carcasse et les pièces en connexion. Les concentrations secondaires sur les côtés NO et SE se superposent également à celles de la céramique, marquant par-là l’existence de véritables dépotoirs. La seule différence concerne la moitié nord de l’enceinte qui comporte un semis régulier et peu dense de restes osseux. L’analyse de la répartition par espèces ne fait pas apparaître de variation notable, tout au moins pour la faune domestique (fig. 90). Ainsi, par exemple, le cheval, dont on connaît mal le statut précis à cette époque, ou encore le chien suivent la répartition générale des os, marquant par-là leur intégration complète parmi les autres restes. La faune sauvage, peu nombreuse il est vrai, est regroupée sur 3 ou 4 m de long dans la seule concentration SE, sauf le chevreuil. Il s’agit d’espèces à viande dont on peut estimer qu’elles ont subi exactement le même sort que les autres.

FIG. 89
Répartition spatiale des ossements de faune.

FIG. 90
Repartition spatiale du porc, du cheval de la faune sauvage et du chien.

104Ainsi, en définitive, se dessinent trois secteurs de rejets denses dans le fossé, tous concentrés dans la moitié SO de l’enceinte, et un secteur pauvre correspondant à toute la moitié NE. Une telle opposition n’est pas explicable en soi. Elle suggère tout au plus l’existence possible de deux aires distinctement occupées à l’intérieur de l’enceinte. La structuration des zones de rejets en trois pôles, le plus important de part et d’autre de l’entrée et les deux autres en symétrique sur les côtés latéraux, n’apporte pas de données complémentaires. Ainsi, le poids du secteur de l’entrée est parfaitement classique et ne renseigne pas sur l’organisation interne de l’enceinte. Par contre, la présence des deux autres concentrations pourrait indiquer, en partant du principe que les dépotoirs de fossé sont situés à la hauteur des bâtiments, que des unités domestiques diamétralement opposées ont existé à peu de distance du fossé. Dans cette hypothèse, les zones préférentielles de rejets jalonneraient les cheminements les plus pratiqués, c’est-à-dire de l’entrée aux installations et réciproquement, suivant un schéma d’organisation somme toute banal.

105Les témoins recueillis dans le fossé ne permettent pas, malheureusement, d’aller plus loin. Ils sont insuffisants pour caractériser la fonction des installations soupçonnées. L’analyse des vestiges contenus dans les zones de rejets n’a pas apporté de réponses claires à la dichotomie précédemment évoquée. L’organisation des vestiges ne fait apparaître aucune évidence d’activité spécialisée.

106Dans le cas, malgré tout le plus probable, d’un site voué à l’habitat et aux activités vivrières ou artisanales liées à la vie domestique, certains témoins piégés dans le fossé signalent l’existence de comportements discordants. Ceux-ci sont les indicateurs malheureusement estompés de pratiques dont la reconstitution n’est plus à la portée de nos possibilités d’analyse.

6.6 Conclusion

107Les résultats acquis à l’issu de la fouille de l’enceinte de L’Étoile sont multiples. Ils portent au premier chef sur l’ensemble mobilier. Daté de la fin du Bronze moyen, celui-ci illustre, avec d’autres sites de la même période récemment étudiés en France du Nord (Tatihou, Roeux, etc.), les rapports culturels existant entre les deux rives de la Manche, principalement au travers de la céramique et des pesons en terre cuite. Mais les données les plus novatrices concernent la structure elle-même. Ce type d’enceinte est, en effet, jusqu’à présent pratiquement inconnu dans le nord de la France. La seule exception est pour l’instant celle du site d’Étaples, Pas-de-Calais (Desfossés 1995) dont la datation serait toutefois plus ancienne (Chalcolithique/Bronze ancien). En Grande-Bretagne, ces enceintes sont beaucoup plus nombreuses et leur fonction est classiquement celle d’habitat (Burgess 1983). Mais ici, on a vu tout au long de l’étude que l’interprétation pouvait osciller entre une fonction purement domestique attestée par de nombreux rejets détritiques et une fonction différente, plus difficile à caractériser, faisant appel à des comportements moins temporels. Cette dernière est illustrée, par exemple, par les crânes humains et certains traits de la faune comme la prépondérance des crânes et des os longs entiers parfois en connexion qui diffèrent des rejets de boucherie où les os sont habituellement brisés avec des traces de découpe. Pour ces vestiges, ce n’est pas tant l’abandon qui est insolite que le statut des vestiges qui les concerne. Soit ces vestiges ont, en effet, été considérés comme des déchets ordinaires (carcasses avariées, par exemple) ou ont été remobilisés par des prédateurs, auquel cas leur intégration au remplissage du fossé relève d’une explication purement triviale, soit ils ont fait l’objet de dépôts intentionnels et il faut alors se tourner vers des manifestations votives, cérémonielles ou propitiatoires, par exemple, pour leur donner un sens. Dans les deux cas, malheureusement, ces restes particuliers demeurent difficiles à interpréter, car réduits aux seuls derniers maillons de toute une chaîne événementielle aujourd’hui disparue. Ils correspondent également à une situation déformée par le fait que les fossés n’ont pas accueilli tous les rejets du sire, l’essentiel, et particulièrement les petites pièces, ayant été abandonné sur place dans les sols d’habitat. Il en résulte que la perception des rapports entre l’anecdotique et le commun est ici nécessairement faussée.

108L’étude pédologique a montré que l’absence de structures internes n’était pas liée à des processus érosifs qui en auraient fait disparaître les traces mais uniquement à une implantation superficielle des aménagements. L’étude spatiale des vestiges permet même de soupçonner l’existence de bâtiments à proximité du fossé, dans la partie sud du site. Ainsi, à l’instar de nombreux sites d’enceinte anglais contemporains, dans lesquels les maisons sont conservées, l’hypothèse d’un habitat ceinturé semble ici malgré tout la plus appropriée. Dans certains sites anglais, ont été retrouvés également des dépôts particuliers, humains, fauniques ou métalliques qui renforcent s’il en était besoin les parentés exprimées à partir de la typologie des mobiliers (Burgess 1980).

109Un autre aspect des plus intéressants de la fouille concerne la chronologie du remplissage et la restitution des phases de comblement par rapport à la période d’occupation. Avec des outils méthodologiques très simples (histogrammes de fréquence des vestiges suivant la profondeur), on a pu montrer que cette période a été relativement brève. Les résultats obtenus par ce biais ont ainsi beaucoup plus de solidité que toutes les autres approximations faites, par exemple, à partir du classement des mobiliers (fossés présentant des vestiges appartenant à des périodes différentes) ou d’une chronologie relative. Ici, l’occupation a été limitée dans le temps et sans aucun réaménagement de la structure. En cela, le site de L’Étoile s’oppose complètement aux enceintes de la Tène finale qui présentent des vestiges sur toute la hauteur de leurs profils avec fréquemment une occupation gallo-romaine terminale ainsi que de nombreuses reprises et modifications du plan initial.

110Le site a été abandonné au bout d’un temps assez court pour des raisons qui demeurent totalement inconnues. Ce qui est sûr, cependant, c’est qu’il a été délaissé à un moment où il était encore tour à fait utilisable dans sa destination première, avec une enceinte parfaitement fonctionnelle munie de son fossé encore largement ouvert. L’abandon d’un tel ouvrage qui représente un investissement collectif n’est certainement pas dû à des causes mineures. On peut postuler qu’il y a pu avoir des occupations successives avec le site voisin à peu près contemporain de la ZI sud (cf. infra chap. 7). Quels que soient cependant le sens et la chronologie de ce déplacement, la fondation d’une nouvelle enceinte à quelques centaines de mètres de la première, et non son réaménagement sur place, ne répond pas à des nécessités pratiques. Elle suppose des contraintes extrêmement fortes, vraisemblablement de nature politique (décision de l’autorité hiérarchique, fait de guerre) ou coutumière (c’est-à-dire relevant du pouvoir social, comme l’abandon, pour prendre un exemple, à la suite de la disparition du fondateur) plutôt que de nature purement économique, les terroirs associés à ces deux enceintes étant en tous points identiques.

Notes

1 – Références des échantillons étudiés : groupe I.1 : 512 ; groupe 1.2 : 157 et 141 ; groupe 11.1 : 240 ; groupe II.2 : 118 et 134 ; groupe II.3 : 698 ; groupe 11.4 : 252 ; groupe III : 254 ; groupe IV : S131, S140 et S16.

2 – Datation effectuée par M. Fontugne au Centre des faibles radioactivités de Gif-sur-Yvette ; qu’il soit ici remercié.

Table des illustrations

Légende FIG. 65 Localisation du site et environnement archéologique. Toutes les structures repérées dans les tranchées de diagnostic ont été figurées.Sauf mentions portées sur le plan, ces structures n’ont pas été datées St. 32, 190, 243 structures néolithiques mentionnées dans le texte.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22767/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende FIG. 66 Conduite de la fouille.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22767/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende FIG. 67 Les sols du site de Mondevilie : évolution pédogénétique des sols à l’Holocêne sur lœss weichsélien et caractérisation de l’influence anthropique depuis le Néolithique (l’échelle des profils est indiquée en mètres).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22767/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende FIG. 68 Analyse sédimentologique du remplissage du fossé (coupe 10, angle NE de l’enceinte).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22767/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende FIG. 69 Masse perforée en roche verte provenant du remplissage de la carrière.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22767/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende FIG. 70 Coupes stratigraphiques du remplissage du fossé (code de description des sédiments : 1 limon brun ; 2 limon brun-rouge ; 3 limon gris ; 4 limon beige-gris lœssique ; 5 limon brun panaché de lœss 6 limon et lœss mélangés ; 7 lœss ; 8 roche calcaire ; 9 bioturbations ; 10 limon gris et charbons de bois ; 11 limon brun panaché d’inclusions de lœss).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22767/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende FIG. 71 Coupe du fossé montrant l’imbrication des vestiges et des éléments pierreux dans le secteur de l’entrée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22767/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 72 Disposition des éléments pierreux dans le fossé à l’est de l’entrée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22767/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 73 Reconstitution du processus de comblement.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22767/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende FIG. 74 Répartition stratigraphique de la céramique par secteur. Les diagrammes représentent le remplissage du fossé (0 est la position en cm de la base du comblement) : a pourcentages de céramiques dans chaque passe de fouille ; b pourcentages de céramiques rapportés au volume de sédiment (en litres) recueilli à chaque passe de fouille.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22767/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende FIG. 75 Répartition stratigraphique du silex dans l’ensemble de l’enceinte. Les diagrammes représentent le remplissage du fossé (0 est la position en cm de la base du comblement) : a pourcentage de silex dans chaque passe de fouille ; b pourcentage de silex rapporté au volume de sédiment (en litres) recueilli à chaque passe de fouille.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22767/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 8,3k
Légende FIG. 76 Mobilier provenant du fossé : 1-14 céramique ; 15 peson
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22767/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Légende FIG. 77 Mobilier provenant du fossé 1-22 céramique ; 23 peson.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22767/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende FIG. 78 Grande jarre décorée provenant du fossé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22767/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende FIG. 79 Plan de répartition des pesons en céramique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22767/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 80 Plan de répartition des fragments de meules.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22767/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende TABL. XXVII Détermination des espèces représentées (NR nombre de restes ; PR poids des restes).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22767/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende TABL XXVIII Inventaire des restes de squelette (NR nombre de restes ; PR poids des restes).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22767/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende FIG. 81 Squelette de chèvre découvert dans le fossé St. 1.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22767/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre FIG. 84 Distribution anatomique des ossements
Crédits selon les espèces.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22767/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 8,4k
Légende FIG. 82 Diagramme des principales espèces domestiques montrant la place du site de L’Étoile par rapport aux autres sites du Bassin parisien (en pourcentage du nombre de restes).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22767/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende FIG. 83 Proportion des restes de cheval par rapport aux autres sites du Bassin parisien.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22767/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 9,1k
Légende TABL. XXIX Inventaire anatomique du squelette de chèvre de la St, 1 (X présence ; ps proximum soudé ; ds distum soudé ; d ? distum non connu).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22767/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende TABL. XXX Analyse biométrique des restes animaux mis au jour sur le site de l’Étoile.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22767/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende FIG. 85 Âge à l’abattage des animaux.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22767/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 6,2k
Légende FIG. 86 Répartition des restes humains.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22767/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende FIG. 87 Répartition spatiale du silex.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22767/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 88 Répartition spatiale de la céramique et emplacement des principales formes céramiques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22767/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende FIG. 89 Répartition spatiale des ossements de faune.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22767/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 90 Repartition spatiale du porc, du cheval de la faune sauvage et du chien.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22767/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 70k

Auteurs

Conservateur en chef du Patrimoine longtemps en poste au service régional de l’Archéologie de Basse-Normandie et aujourd’hui au Musée national de Préhistoire des Eyzies-de-Tayac, après un passage par la Guadeloupe comme conservateur régional de l’Archéologie, Antoine Chancerel est spécialisé en Préhistoire récente. Il a dirigé de nombreuses recherches, principalement sur le Mésolithique et le mégalithisme de Normandie, et notamment un chantier franco-britannique sur le tumulus allongé de la Commune Sèche à Colombiers-sur-Seulles (Calvados). Il a assuré le suivi scientifique de nombreuses opérations préventives, dont celle de Mondeville.

Archéologue, responsable d’opérations, spécialisé dans l’étude des sites du Néolithique et de l’âge du Bronze, Cyril Marcigny est chargé d’opérations et de recherches à l’Inrap, chercheur associé à l’UMR 6566 « Civilisations atlantiques et archéosciences » (CNRS, ministère de la Culture, universités de Rennes 1, 2 et Nantes) et doctorant à l’EHESS (sous la direction de Jean Guilaine). Il a coordonné pendant près de cinq ans un PCR sur « Les habitats et l’occupation du territoire à l’âge du Bronze et au début du premier âge du Fer en Basse-Normandie » et a conduit de nombreuses fouilles préventives et programmées dans l’Ouest de la France parmi lesquelles on peut citer les occupations néolithiques et de l’âge du Bronze de Saint-Vigor-d’Ymonville (Seine-Maritime), les habitats du Bronze moyen de la plaine de Caen (Calvados) ou le système parcellaire de l’âge du Bronze ancien et moyen de l’île de Tatihou (Manche).

Anthropologue, Laboratoire d’anthropologie de la faculté de médecine, CHU de Caen

Archéologue spécialisé dans l’étude des industries lithiques du Mésolithique à l’âge du Bronze, Emmanuel Ghesquière est assistant d’études à l’Inrap, chercheur associé à l’UMR 6566 « Civilisations atlantiques et archéosciences » (CNRS, ministère de la Culture, universités de Rennes 1, 2 et Nantes) et doctorant à l’EHESS. Il a participé à de nombreuses études parmi lesquelles celles sur l’habitat mésolithique d’Auderville dans la Manche, les occupations néolithiques de Saint-Vigor-d’Ymonville (Seine-Maritime) ou le système parcellaire de l’âge du Bronze ancien et moyen de l’île de Tatihou (Manche), qui font figure de référence à l’échelle nationale.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search