Version classiqueVersion mobile

Le plateau de Mondeville (Calvados)

 | 
Antoine Chancerel
, 
Cyril Marcigny
, 
Emmanuel Ghesquière

Chapitre 5. L’enclos du Néolithique récent/ Bronze ancien du MIR (Mondeville)

The Late Neolithic/Early Bronze age enclosure at the Mondeville MIR

Antoine Chancerel, Emmanuel Ghesquière, Cyril Marcigny, Rose-Marie Arbogast, Lionel Dupret et Jean Le Gall

Résumé

La période comprise entre l’extrême fin du Néolithique et le début de l’âge du Bronze était peu ou pas connue en Basse-Normandie. La découverte, à l’emplacement du futur marché d’intérêt régional de Mondeville (fouille D. Leroy), d’un enclos appartenant à cette phase chrono-culturelle, a offert aux archéologues une magnifique opportunité d’en reconnaître les principales composantes immobilières et mobilières. L’enclos vaguement trapézoïdal de 45 x 35 m est formé par deux fossés qui délimitent une aire de 1 575 m2. Les nombreux vestiges recueillis dans le remplissage des structures sont des objets domestiques, céramiques, lithiques et osseux, attribuables à la culture Campaniforme dans sa phase ancienne (milieu du IIIe millénaire av. J.-C.).

Texte intégral

  • 1 – La touille a été réalisée par D. Leroy avec l’aide de B. Herard et N. Forfait, qu’ils soient ici (...)

1L’installation d’un Marché d’intérêt Régional (MIR) sur les communes de Mondeville et de Giberville a nécessité, en 1991, la réalisation d’une fouille de sauvetage (responsable de l’opération D. Leroy)1 sur un petit enclos attribué à la fin du Néolithique (cf. supra fig. 5, sire 4).

2Le site est implanté sur la partie sommitale d’un relief peu marqué (cf. supra, chap. 1) à peu de distance du cours inférieur de l’Orne. Sa position relativement dominante, qui permet de couvrir un rayon de plus d’un kilomètre, n’est certainement pas aléatoire et répond à des impératifs précis (fig. 56).

FIG. 56
Vue générale du site (au premier plan) en fin d’opération.

5.1 Contexte stratigraphique et méthode de fouille

3Le gisement est installé sur un substrat géologique calcaire recouvert de formations lœssiques. Au niveau de l’enclos, celles-ci se composent d’un lœss carbonaté jaune-beige, de 10 à 40 cm d’épaisseur surmonté d’un limon brun foncé décarbonaté de 70 à 90 cm d’épaisseur correspondant au sol holocène. Sa partie supérieure est recoupée sur 25 cm par le labour,

4À l’exception du fossé, aucune structure archéologique ne semble avoir entamé le substrat. Le remplissage peu organique du fossé était illisible dans le limon brun. Il n’est devenu apparent qu’au niveau du limon carbonaté plus clair. Compte tenu de cette situation et du temps de fouille relativement court (quinze jours à quatre personnes), il a été décidé de décaper le tracé du fossé jusqu’à ce niveau de lecture. Sous ce niveau, le remplissage du fossé n’était conservé que sur 30 à 50 cm d’épaisseur. Bien que cette partie ait été fouillée manuellement sur tout le tracé, il est évident qu’une telle stratégie de fouille a fait disparaître une multitude de données, en particulier des vestiges mobiliers dont une grosse partie se trouvait dans le limon brun. Tout comme les abords, l’aire centrale de l’enclos n’a pas non plus été décapée (fig. 57). Elle a été appréhendée au moyen de deux tranchées perpendiculaires et de deux fenêtres aux niveaux des interruptions. Cette technique n’a bien entendu pas permis l’observation de structures de petite taille et peu profondes, comme les trous de poteau. Il en résulte que la somme de données acquises sur ce site n’est pas en adéquation avec son potentiel scientifique. La malchance a également voulu que l’attribution chronologique de cet ensemble pourtant exceptionnel n’ait été déterminée qu’en fin d’opération, à un moment où plus aucune correction de stratégie de fouille n’était possible. Cette opération est incontestablement celle qui cristallise aujourd’hui le plus grand nombre de regrets.

FIG. 57
Plan masse du site avec indication des zones fouillées et des vestiges relevés.

5.2 L’enclos

5L’enclos mesure 45 x 35 m, il délimite une aire quadrangulaire (grossièrement trapézoïdale) de 1 575 m2. Il est orienté suivant les points cardinaux. Deux interruptions sont placées en vis-à-vis sur les côtés est et ouest. Les entrées ainsi ménagées sont larges de 4 à 5 m. Le profil du fossé est généralement en forme de V évasé dans la partie est où il entame le calcaire, et en U ou en V large à fond aplati là où il reste inscrit dans le lœss (fig. 58). Il est parfois dissymétrique. Sa largeur au niveau du décapage varie de 0,90 à 1,10 m, de même sa profondeur à partir du niveau topographique est comprise entre 1,00 et 1,30 m. Au niveau de l’interruption est (fig. 59), la forme générale du fossé est modifiée, son profil prend la forme d’un trapèze, avec un fond relativement plat et large.

FIG. 58
Relevé des coupes stratigraphiques.

FIG. 59
Relevé des coupes stratgraphiques au niveau de l’entrée est

6Le remplissage inférieur du fossé, préservé à l’issue du décapage, est homogène sur l’ensemble du tracé. On y distingue de bas en haut :

7– une première couche de limon brun compact mêlé à des rejets ponctuels de lœss remanié et de graviers calcaires (sur 0,10 à 0,15 m) ;

8– une deuxième couche de limon brun semblable au limon brun encaissant sur le reste du remplissage.

9Ce type de comblement témoigne d’un remplissage naturel et donc d’un fonctionnement du fossé en mode ouvert. Les premiers niveaux sont en effet enrichis en produits carbonatés issus des couches encaissantes de lœss et de calcaire de la base des parois. Ces produits disparaissent dès que le niveau du remplissage masque ces couches. Le comblement se poursuit alors avec le seul limon brun. Certains profils présentent au-dessus de la première couche de comblement un ressaut, lequel est presque toujours situé sur le versant intérieur. D’après les expérimentations de P. Reynolds, à Butser-Farm en Angleterre, sur des substrats calcaires, ces figures se produisent sur le versant opposé au talus (Reynolds 1979). Toutefois, ici le profil des couches ne permet pas de reconstituer la configuration des éventuels talus bordiers formés par les déblais du creusement du fossé.

10Le mobilier recueilli dans le remplissage du fossé est fragmenté. Sa grande majorité provient du niveau de décapage (à l’exception des vestiges céramiques qui ont été recueillis à la base du comblement). Le mobilier osseux a été prélevé indifféremment dans les deux niveaux stratigraphiques, aucune connexion n’a été observée. Parmi le mobilier osseux, deux outils sur bois de cerf sont particulièrement remarquables. Ils proviennent de la première couche de comblement, sur le côté ouest de l’enclos, dans les tronçons qui ont le plus entamé le substrat calcaire. Il est possible de voir dans ces deux artefacts des objets liés au creusement du fossé et abandonnés là tout au début de sa phase d’utilisation. La répartition spatiale des vestiges recueillis n’a aucune pertinence au regard des méthodes de fouilles utilisées et de l’absence d’une collecte systématique du mobilier dans les trois dimensions. Dans l’état, elle ne traduit aucun mode de dépôt préférentiel (fig. 57).

5.3 Le mobilier céramique

11Le mobilier céramique se compose de gobelets campaniformes et de céramique commune. Il est rare et extrêmement fragmenté (129 tessons ont été prélevés). Il a été recueilli essentiellement dans la partie NE de l’enclos. La plupart des tessons reposaient sur le fond du fossé au contact du substrat calcaire. C’est le cas, en particulier, d’un des tessons campaniformes (fig. 60, no 1) et d’un petit gobelet décoré (fig. 60, no 8). Rares sont ceux qui ont été prélevés dans le limon brun lors du décapage mécanique (entre autres un tesson campaniforme) ou recueillis dans les déblais.

FIG. 60
Mobilier céramique : 1-3 fragments de gobelets campaniformes ; 4-10 céramique d’accompagnement.

12La totalité de l’assemblage céramique est montée au colombin. Les raccords entre colombins ont été remarqués sur la tranche de la plupart des vases (sous la forme de cassures caractéristiques en sifflet). Le traitement de surface des céramiques est assez fruste : la technique la plus utilisée consiste en un lissage ou une égalisation sommaire à la main mouillée, parfois reprise à sec avec une pointe mousse. Les tessons sont de manière générale peu épais (de 0,5 à 1 cm).

5.3.1 Les pâtes

5.3.1.1 Le groupe A

13Ce groupe, qui représente 51 % du corpus, est formé par les pâtes à dégraissant « sableux » où dominent des petits fragments de quartz émoussés. Les tessons de cette catégorie ont une couleur extérieure sombre, entre le rouge brique et le noir. Les tessons campaniformes appartiennent à ce groupe.

5.3.1.2 Le groupe B

14Le groupe B (44 % du corpus) regroupe les céramiques dégraissées à l’aide de bioclastes fossiles mélangés à des grains de quartz. Il s’agit de céramiques de couleur brune à noire, caractérisées par l’abondance de pièces d’échinodermes (entroques) associées à des fragments de bryozoaires, quelques coquilles de brachiopodes et de rares foraminifères. La matrice argileuse contient de petits quartz. L’origine des fragments coquilliers est certainement locale, elle pourrait être recherchée dans les couches du Bathonien supérieur régional.

5.3.1.3 Le groupe C

15Le groupe C (4 % du corpus) est constitué des pâtes à texture vacuolaire dégraissées avec des matières végétales (les tubulures de végétaux sont souvent bien nettes, sous la forme de corpuscules noirâtres arrondis ou ovales bordes d’une pellicule ferrique). Les vases de cette catégorie ont les mêmes teintes que les tessons du groupe B.

5.3.2 Les formes

16Le taux de fragmentation particulièrement élevé du corpus (le NMI est incalculable) n’a pas permis de nombreux remontages. Seules deux formes sont archéologiquement complètes ; il s’agit d’un petit gobelet de 6,5 cm de haut et large de 8 cm à l’ouverture (fig. 60, no 8) et d’un vase haut fermé à profil en S ou galbé d’une hauteur de 12 cm pour une ouverture de 10,5 cm (fig. 60, no 10). Les fonds de ces deux formes n’ont pas de distinction panse/fond marquée. Le gobelet est un vase très épais au façonnement fruste qui présente encore des marques de doigts assez. profondes. Il semble avoir été réalisé en évidant simplement une boulette d’argile. Il pourrait être l’œuvre d’un enfant ou d’un apprenti. Il possède une excroissance interne au niveau du fond.

17Les bords sont plus diversifiés. On distingue essentiellement deux groupes : les cols courts éversés ou droits nettement individualisés de la panse et pourvus d’une lèvre arrondie ou légèrement aplatie (fig. 60, nos 5, 6, 7) et les bords droits à lèvre débordante biseautée à l’intérieur (fig. 60, no 4).

18Les moyens de préhension sont quasi inexistants, avec un seul fragment de tenon ou de languette très abîmée (fig. 60, no 9).

5.3.3 Les décors

19Les décors sont plus riches d’enseignement. Dans la céramique d’accompagnement, une seule forme est décorée. Il s’agit du petit gobelet no 8 décoré d’une ligne de coups d’ongle groupés par deux sur le quart supérieur du vase et d’incisions réalisées à l’ongle ou avec une fine baguette sur sa lèvre. Les autres décors appartiennent à des vases campaniformes. Le premier (fig, 60. no 1) appartient à un gobelet d’un diamètre moyen de 15 cm, qui est décoré de bandes limitées par des lignes horizontales au peigne, séparées par des bandes réservées et encadrant des chevrons réalisés avec la même technique. Le deuxième (fig. 60, no 2) présente la partie inférieure d’une bande remplie de hachures obliques réalisées au peigne. Le dernier (fig. 60, no 3) possède un décor plus simple de lignes horizontales au peigne groupées par deux.

5.4 Le mobilier lithique

E.G. avec la collab. de J.L. G. ET L.D.

5.4.1 Matière première

20Plusieurs types de silex sont présents dans la série. Ils appartiennent apparemment tous à l’étage bathonien, mais dans des niveaux et des faciès différents. Nombre d’entre eux semblent issus de galets de taille assez réduite, de couleur grise tachetée ou ponctuée d’inclusions grenues. D’après leur cortex usé, il est probable qu’ils ont été ramassés sur d’anciennes terrasses fluviatiles qui pourraient être celles de l’Orne toute proche. Un autre type de silex est représenté par des rognons de taille également réduite, de couleur variable à dominante gris vert ponctuée de petites taches blanches. Leur cortex non usé, d’épaisseur variable, indique plutôt un ramassage dans des niveaux d’argile à silex, par comparaison avec d’autres séries découvertes dans la région (Curcy-sur-Orne, Saint-Martin-Don, Grentheville). Ce silex de qualité moyenne a fourni, outre un débitage d’éclats prépondérant, un débitage lamino-lamellaire de qualité moyenne. Enfin, la troisième catégorie est un silex très grenu de couleur gris clair. La taille de certains des éclats réalisés dans cette matière semble indiquer la présence de rognons de plus grande taille que pour les catégories précédentes. Cette matière première de qualité très médiocre est fréquemment diaclasée et a fourni la majorité des cassons de la série.

21Ces trois types de silex se retrouvent au sein des autres séries néolithiques de la plaine de Caen. Toutefois, il faut signaler que le silex grenu (chaille) n’est jamais présent en aussi grand pourcentage qu’ici. De même, la présence du débitage sur galet de rivière n’apparaît qu’exceptionnellement sur les séries néolithiques actuellement disponibles. Enfin, on notera, sur ce site, l’absence de silex du Bathonien moyen de bonne qualité.

22L’ensemble de ces éléments indique l’abandon de certains lieux de ramassage fréquentés au cours du Néolithique ancien et moyen, distants d’une vingtaine de kilomètres du site, À la place de ces gisements, les occupants du sire ont privilégié l’emploi d’une matière première strictement locale et de qualité assez médiocre dans l’ensemble.

5.4.2 Débitage

23La première constatation est l’absence des phases de décalottage et d’entame du rognon et la faiblesse du nombre d’éclats de sous-entame. Cette constatation est toutefois compensée par la grande quantité d’éclats corticaux (46,2 % de la série), due à la petitesse des galets. On remarque également le pourcentage très élevé d’outils (36,2 % de la série) découverts au sein de l’assemblage. Il semble donc que, malgré les qualités médiocres de la matière première, la productivité du débitage ait été assez forte.

24La grande majorité du débitage est tournée vers l’obtention d’éclats, supports privilégiés de l’outillage. Ainsi, même si une phase de débitage lamino-lamellaire est présente, elle reste très minoritaire (tabl. XXV).

TABL. XXV
Inventaire de l’assemblage lithique.

5.4.2.1 Le débitage d’éclats

25Ce type de débitage représente plus de 80 % des déchets de taille (esquilles non comprises). Il est représenté par des éclats mesurant entre 3 et 6 cm de longueur. Leurs surfaces sont ponctuées de négatifs d’éclats centripètes, indiquant un débitage à partir de plans de frappe multiples. Leurs talons sont lisses ou facettés (usage comme plan de frappe de négatifs d’enlèvements antérieurs). La plupart d’entre eux ne présentent pas de préparation au débitage ; seuls quelques-uns possèdent un esquillement rapide du bord de frappe. Leurs bulbes sont proéminents et possèdent de profondes lancettes de part et d’autre. Ces stigmates indiquent l’emploi de la percussion dure, interne et souvent « violente ».

26Quatre nucléus présentent ce type de débitage. Leurs plans de frappe sont multiples et c’est à leur taille réduite qu’ils doivent probablement leur abandon.

5.4.2.2 Le débitage lamino-lamellaire

27Les supports sont irréguliers mais portent les traces d’enlèvements lamellaires antérieurs. Leurs talons sont minces et lisses. Leurs bulbes sont diffus, avec de petites lancettes ; les lèvres d’arrachement sont imperceptibles. L’ensemble de ces stigmates suggère un usage du percuteur dur, mais probablement en percussion tangentielle. Leur faible représentation au sein de l’outillage (armature tranchante, lames retouchées) coïncide avec leur faible présence au sein du débitage.

28Un nucléus à débitage lamellaire est présent au sein de la série. Il porte de nombreux négatifs d’enlèvements d’éclats, provenant de plans de frappe multiples, et un flanc de débitage de microlamelles assez régulières (fig. 61, no 13). Aucune lamelle de ce format (20 x 5 mm) n’a été retrouvée dans le débitage et il y a peu de chance que ces supports aient pu être utilisés comme outillage.

FIG. 61
Industrie lithique : 1, 2 « tranchets » ; 3 grattoir ; 45 racloirs ; 6-911 éclats retouchés ; 10 lame retouchée ; 12 armature tranchante ; 13 nucléus.

5.4.3 Outillage

29Il a été retrouvé 39 outils au sein de la série. Malgré leur très forte représentation, ils ne constituent pas un échantillon statistique représentatif. Leur étude sera donc effectuée en fonction des dominantes observées et des caractères morphologiques des pièces.

30Les grattoirs (fig. 62, nos 1-9) et les éclats retouchés et denticulés forment la principale dominante de l’outillage avec 33 pièces sur 39. Ces deux types d’outils sont assez proches. Ils sont façonnés par retouches semi-abruptes toujours profondes, qui modifient profondément le support. La majorité d’entre eux mesurent entre 4 et 6 cm de longueur. Les principaux traits distinctifs sont la retouche distale des grattoirs, qu’ils soient denticulés ou non, et la retouche latérale des éclats retouchés ou denticulés dont certains, réguliers, ont été rattachés à la catégorie des racloirs (fig. 61, nos 4, 5). Il faut noter la présence d’un éclat microdenticulé, dont les retouches ont été effectuées par pression sur 2 cm de longueur de tranchant.

FIG. 62
Industrie lithique : 1-9 grattoirs ; 10,11 éclats denticulés.

31Deux « tranchées » (un entier et un fragment) sont également présents (fig. 61, nos 1, 2). Ils sont façonnés sur des éclats de plus gros module que les grattoirs et portent des retouches abruptes directes. L’exemplaire entier est assez irrégulier ; il porte trois enlèvements de coups de tranchet qui n’ont pas suffi à déterminer un front tranchant.

32L’outillage sur lame/lamelle ou sur éclat laminaire concerne peu de pièces (fig. 61, nos 3, 6, 10, 11). Les supports portent des retouches fines ou rasantes qui témoignent davantage d’une utilisation que d’un réel façonnage du support.

33Une armature tranchante, façonnée sur fragment de lame par retouches abruptes directes, et un fragment d’outil prismatique portant un émoussé d’utilisation complètent l’outillage.

34Deux fragments de hache polie sont présents au sein de la série. Le premier est un talon de petite hache en dolérite fine verte mouchetée. Elle est entièrement polie et possède un léger bouchardage d’une des faces, probablement afin de faciliter l’emmanchement. Le deuxième est un éclat de hache polie en silex gris verdâtre, d’origine bathonienne, qui pourrait très bien provenir d’une des minières de la plaine de Caen (Bretteville-le-Rabet : Desloges 1986).

5.4.4 Mobilier lithique complémentaire

avec la collab. de J.L. G. ET L.D.

35Le site a livré un abondant matériel de mouture et de polissage. Ces objets ont été découverts en contexte détritique, dans le fossé. L’ensemble du corpus est constitué de 22 pièces.

5.4.4.1 Les instruments de mouture

36Les pièces passives sont les plus représentées sur le sire. Il s’agit de meules dormantes (fig. 63, nos 2 et 4). L’étude pétrographique indique une nette préférence pour l’arkose cambrienne (7 fragments sur 12) qui, par sa nature, a subi moins de dégradation que le granité. L’intérêt principal de l’utilisation, de cette roche réside dans ses propriétés abrasives proches de celles du grès. Le grès est la deuxième roche la plus utilisée (grès ordovicien et grès feldspathique) avec 2 fragments sur 12. Le granité cadomien a été peu utilisé (1 élément).

37Les pièces actives, ou molettes, sont au nombre de 4 (fig. 63, nos 3 et 5). Elles sont en quartz, en grès rose paléozoïque (2 éléments) et en grès précambrien.

FIG. 63
Mobilier lithique complémentaire: 1 polissoir; 2, 4 meules dormantes; 35 meules actives.

5.4.4.2 Les polissoirs

38Six polissoirs ont été reconnus ; il s’agit de blocs de grès rose paléozoïque et de dolérite à grain fin (fig. 63, no 1). Seules des cuvettes de polissage ont été observées.

5.4.4.3 Les blocs bruts

39Les blocs non travaillés, mais apportés sur le site, sont constitués d’un fragment de dolérite locale à gros grain, de deux galets en arkose et de trois blocs de grès.

5.5 Le mobilier osseux

R.-M.A.

40Les ossements recueillis dans le fossé de l’enclos forment un ensemble d’environ 800 pièces dont une faible part a pu faire l’objet d’une détermination au rang de l’espèce (tabl. XXVI). L’effectif de cet échantillon paraît particulièrement modeste au regard des surfaces fouillées et s’explique probablement autant par le caractère très lacunaire des vestiges recueillis que par les mauvaises conditions de conservation dont l’incidence se mesure plutôt par le faible succès des déterminations (moins de 20 % des restes). Les altérations les plus marquées semblent être le fait des conditions de gisement qui apparaissent particulièrement défavorables. Les restes présentent en effet systématiquement une surface marquée de vermiculures et de profondes cupules d’érosion. Ces altérations postdépositionnelles, se superposant à celles spécifiquement liées aux activités humaines (boucherie, fracturation, préparations culinaires), ont conduit à fragiliser les ossements et dans certains cas à les réduire à l’état d’esquilles dont l’origine spécifique, voire même anatomique, ne peut être déterminée. Les biais dus à ces altérations sont d’autant plus marqués que celles-ci n’affectent pas de la même manière les différentes catégories de restes. La prédominance de restes dentaires, qui correspondent aux parties les plus résistantes du squelette et qui, pour le porc et les petits ruminants, sont même les seules préservées, peut être mise sur le compte d’une destruction différentielle particulièrement accusée. Dans ces conditions, il est difficile de déterminer dans quelle mesure la composition de l’échantillon marqué par l’importance des restes de bœufs reflète une réalité économique ou les aléas de la conservation. Par contre, la préservation de restes de moutons en proportion plus importante que ceux de porcs, alors qu’ils sont au moins aussi fragiles, apparaît plus comme le reflet d’un tri que comme un effet de conservation.

espèce

nbre

Bœuf

60

Caprinés

20

Cheval

6

Porc

7

Cerf

8

Chevreuil

1

grands ruminants

23

indéterminé

676

total

801

TABL XXVI
Décompte des restes de faune.

41La faune sauvage est représentée par des restes qui se rapportent aux deux espèces de cervidés : le chevreuil (un tibia) et le cerf dont l’essentiel des restes provient des ceintures et des principaux éléments du membre antérieur et postérieur. Deux fragments d’empaumure et un andouiller d’une ramure complètent le lot de restes attribués à cette espèce qui paraît assez bien représentée dans un échantillon aussi modeste. Ajoutée à l’indigence des données sur les caractéristiques de l’approvisionnement carné à la fin du Néolithique, la faible représentativité statistique de cet échantillon ne permet pas de se risquer à une interprétation du rôle des différentes espèces dans l’économie et/ou de tenter une exploration plus approfondie des relations entre l’homme et le monde animal.

42Il n’en demeure pas moins que l’un des intérêts de cet échantillon de faune est d’attester la présence du cheval (représenté par des restes d’une mandibule). La représentation de cet animal dans un ensemble aussi modeste, alors qu’il est très discret voire le plus souvent absent des sites du Néolithique, peut être mise en rapport avec un plus grand intérêt porté à cet animal vers le début des âges des Métaux. Un métatarse de bovin représente le seul os long préservé de la fragmentation et permet d’estimer une hauteur au garrot de 1,09 m qui correspond à celle d’animaux de faible stature (Matolcsi 1970).

5.6 Les outils en bois de cerf

43Les deux fragments de bois de cerf ont été découverts sur le fond du fossé au contact du substrat calcaire (fig. 64). Leur état de conservation médiocre offre peu de possibilités de reconnaissance des traces de façonnage ou d’utilisation. Leur localisation dans un secteur du fossé où le substrat calcaire a été entamé incite à les associer au creusement, d’autant qu’ils ont été abandonnés sur le fond de celui-ci. Le premier est un andouiller basilaire qui comporte une partie résiduelle du médaillon (fig. 64, no 1). L’extrémité est biseautée et usée. Ce type d’outil est connu en contexte minier et il est possible qu’il ait été emmanché (Desloges 1986). Le second est un fragment d’empaumure (fig. 64, no 2). Aucune trace d’utilisation ou de débitage n’est visible et on ne peut pas exclure que ce soir un déchet plutôt qu’un outil fragmentaire. En contexte minier, cet outil se rapproche des piochons ou leviers en Y (Desloges 1986), bien adaptés aux conditions d’extraction dans des galeries exiguës, éventuellement comparables dans leur étroitesse au fond du fossé. Jean Desloges signale que de tels outils sont efficaces en contexte calcaire faillé. Ils ont peut-être été utilisés à Mondeville pour déchausser les lits de plaquettes du substrat altéré.

FIG. 64
Outits en bois de cerf.

5.7 Datation 14C

  • 2 – Datation effectuée par M. Fontugne au Centre des faibles radioactivités de Gif-sur-Yvette ; qu’il (...)

44Deux datations l4C réalisées sur ossements2 ont fourni les mesures d’âge suivantes :

  • 3420 ± 55 ans (Gif 9194), soit après calibration d’après Stuiver et Reimer : 1877-1590 BC ;

  • 2850 ± 55 ans (Gif 10839), soit après calibration d’après Stuiver et Reimer : 1192-846 BC.

45La première date, obtenue sur os, est trop récente pour s’inscrire dans le Néolithique récent ou final et la phase de développement du complexe campaniforme. La datation obtenue ici couvre en fait davantage la totalité du Bronze ancien et le début du Bronze moyen. La seconde date a été obtenue sur un échantillon composé d’un regroupement d’ossements provenant de divers points de l’enclos. Sa datation est encore plus basse et couvre la transition Bronze/Fer.

5.8 Interprétation

46Le gisement du MIR fournit l’opportunité d’examiner un ensemble de la fin du Néolithique, période jusqu’alors pratiquement inconnue en Basse-Normandie. En l’absence de données dans l’espace interne de l’enclos et à ses abords, il n’est guère possible de déterminer la fonction primaire d’une telle structure : habitat ceinturé, enclos à vocation agropastorale ou artisanale, enceinte cultuelle, etc. Tout au plus est-il établi que le fossé a secondairement servi de dépotoir et que les vestiges retrouvés dans son comblement correspondent à un assemblage domestique. On y retrouve, en effet, des rebuts de taille de silex, de l’outillage, des restes variés de faune parmi lesquels figurent des outils, de la poterie et des instruments de mouture. L’étude spatiale de ces vestiges n’apporte pas de précisions sur l’existence d’éventuelles zones d’activités spécialisées à proximité de l’ouvrage. Compte tenu de la nature et de l’abondance des vestiges, on peut tout au mieux établir que cet enclos était associé à un habitat.

5.8.1 Comparaisons typo-chronologiques et datation

5.8.1.1 La céramique

47Malgré sa relative modicité, le corpus céramique du MIR trouve un certain nombre de points de comparaison avec les ensembles issus des différents contextes de la fin du Néolithique. Si les fragments de gobelets campaniformes ne posent guère de problèmes de datation, le reste de la céramique semble malheureusement ne pas pouvoir se rattacher au même horizon chronologique.

48Les gobelets se rapportent au style maritime et plus encore au style épimaritime de la périodisation de Treinen-Claustre (1989). À la première période pourrait appartenir le tesson no 2 de la figure 60, malheureusement trop petit pour voir si les hachures sont inversées d’une bande à l’autre. À la seconde période se rattache le motif en chevrons aplatis du décor en bandes du tesson no 1 de la figure 60, qui s’écarte des thèmes classiques du style maritime.

49Les autres éléments, que l’on tiendrait naturellement pour contemporains au vu des associations stratigraphiques observées dans le fossé, ne font pas partie du corpus actuellement identifié de la céramique d’accompagnement campaniforme (Besse 1996), pourtant caractéristique de l’étape III et de la formation de groupes régionaux. Ce matériel comporte un tronc commun composé de cordons horizontaux, de lignes de perforations horizontales, de gobelets inornés, de décors couvrants de coups d’ongle, qui sont assez bien connus maintenant, en particulier dans la basse vallée de la Seine proche (Billard 1991), et que l’on ne rencontre pas dans cet ensemble.

50Pourtant, certains éléments du décor, en particulier les coups d’ongle sur la panse ou sur la lèvre, appartiennent bien à la panoplie de cet ensemble culturel. Ils sont même spécifiques de cette période si l’on en juge par leur absence au Néolithique final dans le nord de la France et leur abondance dans les séries campaniformes anglaises, pour l’instant les mieux documentées (Gibson 1982). On rencontre ce type de décor également à Rances en Suisse (Gallay, Baudais 1986), à Bourbriac dans les Côtes-d’Armor (Briard 1984) ou à Tourville-la-Rivière en Seine-Maritime (Chancerel, Masson 1991). Les coups d’ongle en ligne simple sous le bord sont plus rares, dans la mesure où ce mode de décor, indifféremment réalisé à l’ongle ou avec des pincements, est en général couvrant sur toute la panse. Régionalement, un des vases de Tourville-la-Rivière porte une ligne de pincements sous le bord.

51En fait, c’est beaucoup plus dans le Néolithique récent et en particulier le Seine-Oise-Mame (SOM), vers 3350-2750 av. J.-C. (Chambon, Salanova 1996), que peuvent être trouvés des assemblages comparables. Les vases hauts à profil segmenté, les fameux « pots de fleurs », dont le col éversé et court surmonte une gorge suivie par un renflement correspondant au diamètre maximal du vase vers le tiers supérieur de sa hauteur, coïncident parfaitement avec la forme 10 de la figure 60, à la restriction près qu’il n’existe pas de pied débordant dans toute la série de Mondeville. Il en est de même pour le petit gobelet décoré qui évoque certaines formes miniatures et assez frustes rencontrées en contexte funéraire (Masser 1995). Par contre, les languettes et les vases à col resserré de la série (fig- 60, nos 5-7) sont inconnus dans le répertoire de cette culture. Mais, cette dernière est assez peu documentée au plan régional, et son articulation avec les groupes locaux de l’Ouest (Quessoy-Brécé, Kerrugou, etc.), identifiés maintenant en bordure du Massif armoricain avec le site de Passais-la-Conception/ La Table au Diable (Orne ; Chancerel 1992), est encore totalement méconnue.

52On ne peut donc exclure que des particularismes régionaux viennent déformer ici les assemblages classiques du SOM du Bassin parisien.

53Concernant le Néolithique final, la comparaison des mobiliers montre qu’aucun des éléments caractéristiques de la série de Mondeville ne se retrouve dans le répertoire du groupe du Gord tel qu’il a pu être défini à partir de la série du site éponyme (Cottiaux 1995). Il en va de même lorsqu’on le compare avec le mobilier post-SOM du Vaudoué (Seine-et-Marne ; Letterlé 1995) et, bien que ce dernier site soit à manier avec précaution, avec la phase I de Videlles (Essonne ; Lerterlé 1994). Comparativement au SOM, on constate à Mondeville que les vases à profil segmenté et les vases à col individualisé disparaissent, ainsi que les pieds débordants. Cette tendance à la simplification des profils des vases hauts ouverts est partagée par de nombreux groupes culturels pendant le IIIe millénaire. On la retrouve, avec d’autres éléments comme les languettes qui en sont même caractéristiques, aussi bien dans le Bassin parisien que dans les sites lacustres de Suisse et de l’Est de la France. Les fouilles récentes de Bettencourt-Saint-Ouen dans la Somme (Martin et al. 1996) ont permis de proposer, à partir d’analyses factorielles effectuées sur des aires de concentrations de céramiques, deux étapes dans le Néolithique final antérieures au Gord, situées entre 2500 et 2300 av. J.-C. : dans cet ensemble exceptionnel de 162 vases identifiés, les formes à col individualisé sont largement minoritaires ; à la seconde phase sont associés de rares éléments campaniformes.

54Poursuivant les recherches plus avant dans le temps et restant dans la fourchette proposée par la datation 14C, nous pouvons nous référer aux données disponibles pour le Bronze ancien du Nord-Ouest. Il apparaît que le petit corpus de Mondeville ne trouve plus de parallèles convaincants malgré une documentation de plus en plus fournie. Certains caractères se retrouvent bien ici ou là dans les séries, en particulier dans la Basse-Seine avec les fonds plats arrondis de Poses, ensemble 7 (Billard et al. 1996), mais dont la datation malheureusement est incertaine à la charnière du Néolithique final et du Bronze ancien. De même, aucun des caractères présents ne se retrouve dans le matériel des phases II et III de Videlles (Letterlé 1994), ni dans la première série de Tatihou (Manche ; Marcigny, Ghesquière 2003) datée de la transition Bronze ancien/Bronze moyen (avec certains éléments proches du groupe de Trevisker des auteurs anglais).

5.8.1.2 Le lithique

55La série lithique, bien que très limitée, présente quelques dominantes marquées. Concernant la matière première utilisée, on note un approvisionnement de qualité moyenne et médiocre, de provenance strictement locale, ainsi qu’un abandon apparent des sources d’approvisionnement utilisées durant le Néolithique moyen II sur des sites proches (Grenthcville, cf. supra § 3.3.2.1), Concernant le débitage, on remarque un débitage d’éclats très prépondérant à côté d’un débitage lamino-lamellaire marginalisé. Les mêmes tendances se retrouvent dans l’utilisation des artefacts comme supports d’outils (4 lames ou lamelles utilisées sur 39 outils). Cette raréfaction du débitage laminaire par rapport aux éclats apparaît dans la région à partir du Néolithique moyen II et s’accentue ensuite jusqu’à la fin de l’âge du Bronze, période pendant laquelle, quand un débitage existe encore, il est composé presque exclusivement d’éclats (Marcigny, Ghesquière 1997). L’outillage, pour sa part, est très bien représenté sur le site. Sa forte représentativité (37 % de l’assemblage) confirme la vocation domestique du site (Desfossés 2000). Deux types d’outils morphologiquement proches, les grattoirs/racloirs et les éclats retouchés ou denticulés, dominent ; ils deviennent également prépondérants à la fin de la période néolithique. En effet, le grattoir reste dominant durant le Néolithique final et le Chalcolithique, généralement associé aux éléments microdenticulés (sites de Poses, Eure [Billard et al. 1994] et d’Ancrettiéville-Saint-Victor, Seine-Maritime [Ghesquière, Marcigny 1996a]). En revanche, l’augmentation des éclats retouchés semble représentative du début de l’âge du Bronze. On note également que les tranchets disparaissent avant le Campaniforme. Enfin, la présence de deux éléments polis souligne la perduration de ce type d’outil, comme cela avait été souligné dans l’étude du site de Bretteville-le-Rabet, Calvados (Deslogcs 1986), ainsi que sur certains sites de l’âge du Bronze de Haute-Normandie (Blancquaert, Rougier 1997). L’ensemble de ces éléments complète les données fournies par la céramique et évoque la fin du Néolithique.

5.8.1.3 Discussion

56Sur la base des comparaisons présentées ci-dessus, le mobilier de l’enclos du MIR peut être attribué à deux périodes chronologiques distinctes, l’une au Néolithique récent, l’autre au Campaniforme, et cette hétérogénéité est difficilement contournable. Il est à peu près hors de question que l’occupation ait été continue entre ces deux périodes. Le caractère finalement assez modeste de l’ouvrage ainsi que la nature de l’encaissant s’accordent mal avec un temps d’occupation long. Les enceintes creusées dans les limons de la plaine de Caen se dégradent et se comblent, en effet, relativement rapidement.

57Si l’occupation est discontinue, la question qui se pose alors est celle de la datation de l’enceinte qui sert de réceptacle à ces mobiliers. Date-t-elle de la période représentée pat le mobilier le plus ancien du site ou date-t-elle de la période la plus récente ? Dans les deux cas, la fourchette séparant les deux termes implique que l’un des deux ensembles mobiliers est nécessairement en position secondaire. La première proposition qui vient à l’esprit, et la plus facile à justifier du point de vue théorique, est que l’enceinte date de la période la plus récente et que le mobilier le plus ancien est remanié.

58Autrement dit, il s’agirait d’une enceinte construite à la période campaniforme avec des éléments du Néolithique récent en position secondaire dans le remplissage. Le caractère finalement très extensif de la fouille ne permet pas de confirmer, ni de réfuter d’ailleurs, cette hypothèse. Cette proposition n’est pas toutefois sans soulever quelques problèmes d’interprétation, dans la mesure où l’existence d’une enceinte fossoyée d’âge campaniforme relèverait pour l’instant de l’exception. Le seul élément de comparaison dans le domaine septentrional est celui de l’enceinte de Belle Tout dans l’East Sussex (Bradley 1970), mais il est aujourd’hui complètement remis en question (Gibson 1987). Tous les autres sites campaniformes anglais – il y en a environ 300 – correspondent à des habitats ouverts. En Europe du Nord, il en est de même. La grande enceinte de forme ovale de 110 m de diamètre d’Ancretiéville-Saint-Victor en Seine-Maritime (Ghesquière, Marcigny 1996a) est malheureusement érodée et trop peu documentée pour qu’on puisse affirmer sans réserve qu’elle appartient au même contexte culturel. Son mobilier particulièrement indigent se compose de trois vases identifiables : un vase à lèvre biseautée du même type que le no 4 de la figure 60, un vase à cordon sous le bord et panse décorée de coups d’ongle et un possible bord de gobelet campaniforme. Dans le Midi méditerranéen, il n’existe pas à proprement parler d’enceinte créditée d’une fondation au Campaniforme. Tout au plus peut-on citer celle de Careirasse à Mailhac, dans l’Aude, très bien datée du Bronze ancien par un mobilier épicampaniforme à décor barbelé (Vaquer, Claustre 1989). Cette proposition qui fait du site de Mondeville un cas unique, ce qui ne doit pas la faire rejeter pour autant, va cependant à l’encontre de ce qu’on a pu établir jusqu’à présent sur les formes de l’habitat et les types d’implantations campaniformes, qui se distinguent par un certain isolement et des occupations peu denses (Salanova 1997).

59La proposition qui consiste à dater l’enceinte de la période la plus ancienne suppose deux périodes d’occupation : l’une initiale au Néolithique récent, et l’autre secondaire au Campaniforme. L’enclos construit au Néolithique aurait été réoccupé et peut-être aussi en partie recreusé ou réaménagé au Campaniforme. Ce type de fréquentation tardive est relativement fréquent et correspond beaucoup plus à ce qui est communément rencontré. C’est le cas notamment en Centre-Ouest où des éléments campaniformes ont parfois été identifiés dans les grandes enceintes à fossés interrompus (Les Loups, Champ Durand, La Sauzaie). Il s’agit alors d’occupations faites à un moment où la fonction éventuellement défensive de ces camps avait disparue (Joussaume, Pautreau 1989). À Mondeville, cette proposition suppose que l’enclos était encore visible au sol longtemps après son abandon. Elle suppose également qu’il y ait eu, au moment de la réoccupation, des reprises conséquentes de terrassements à l’intérieur du fossé pour permettre l’incorporation de tessons campaniformes à la base des profils. La fouille ne permet pas là non plus de valider cette hypothèse. Les enceintes de plaine établies au Néolithique récent, totalement inconnues il y a peu, commencent à apparaître grâce notamment aux opérations de sauvetage. On peut citer parmi les plus récemment identifiées celles de Migné-Auxance dans la Vienne (Ollivier, Leduc 1997) ou de Déols dans l’Indre (Hamon 1997). L’enceinte de Machecoul en Loire-Atlantique est plus ambiguë dans la mesure où il existerait une dichotomie entre la phase de creusement et la phase d’occupation représentée par l’abondant mobilier Kerrugou (L’Helgouach 1988). Le domaine méditerranéen fournit également quelques données. Il existe de nombreuses enceintes néolithiques dont quelques-unes montrent dans leurs comblements un mélange entre des vestiges chalcolithiques (Verraza, Couronnien) et campanifornies, ces derniers parfois en nombre. C’est le cas, par exemple, des enceintes fossoyées de Rocquemengarde à Saint-Pons-de-Mauchiens (Guilaine et al. 1989) et des Mourgettes à Portiragnes (Grimal 1989), toutes deux dans l’Hérault, et de l’enceinte muraillée des Lauzières à Lourmain dans le Vaucluse (D’Anna et al. 1989).

60Cette seconde proposition conforte l’idée selon laquelle les implantations campaniformes réutilisent fréquemment des sites fondés antérieurement, ou tout au moins en prorogent l’occupation. Dans les cas de réutilisation cités plus haut, il semble qu’en général la délimitation, par un fossé ou un mur, des lieux d’habitat n’était plus recherchée pour elle-même à l’époque campaniforme et que, sous l’impulsion de comportements opportunistes, les sites plus anciens, peut-être souvent déjà abandonnés, ont été réoccupés. Ces réoccupations se caractérisent, en général, comme ici par des témoignages matériels assez fugaces.

Notes

1 – La touille a été réalisée par D. Leroy avec l’aide de B. Herard et N. Forfait, qu’ils soient ici remerciés.

2 – Datation effectuée par M. Fontugne au Centre des faibles radioactivités de Gif-sur-Yvette ; qu’il soit ici remercié.

Table des illustrations

Légende FIG. 56 Vue générale du site (au premier plan) en fin d’opération.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22762/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 57 Plan masse du site avec indication des zones fouillées et des vestiges relevés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22762/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 58 Relevé des coupes stratigraphiques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22762/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 59 Relevé des coupes stratgraphiques au niveau de l’entrée est
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22762/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 60 Mobilier céramique : 1-3 fragments de gobelets campaniformes ; 4-10 céramique d’accompagnement.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22762/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende TABL. XXV Inventaire de l’assemblage lithique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22762/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende FIG. 61 Industrie lithique : 1, 2 « tranchets » ; 3 grattoir ; 45 racloirs ; 6-911 éclats retouchés ; 10 lame retouchée ; 12 armature tranchante ; 13 nucléus.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22762/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende FIG. 62 Industrie lithique : 1-9 grattoirs ; 10,11 éclats denticulés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22762/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 63 Mobilier lithique complémentaire: 1 polissoir; 2, 4 meules dormantes; 35 meules actives.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22762/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende FIG. 64 Outits en bois de cerf.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22762/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 13k

Auteurs

Conservateur en chef du Patrimoine longtemps en poste au service régional de l’Archéologie de Basse-Normandie et aujourd’hui au Musée national de Préhistoire des Eyzies-de-Tayac, après un passage par la Guadeloupe comme conservateur régional de l’Archéologie, Antoine Chancerel est spécialisé en Préhistoire récente. Il a dirigé de nombreuses recherches, principalement sur le Mésolithique et le mégalithisme de Normandie, et notamment un chantier franco-britannique sur le tumulus allongé de la Commune Sèche à Colombiers-sur-Seulles (Calvados). Il a assuré le suivi scientifique de nombreuses opérations préventives, dont celle de Mondeville.

Archéologue spécialisé dans l’étude des industries lithiques du Mésolithique à l’âge du Bronze, Emmanuel Ghesquière est assistant d’études à l’Inrap, chercheur associé à l’UMR 6566 « Civilisations atlantiques et archéosciences » (CNRS, ministère de la Culture, universités de Rennes 1, 2 et Nantes) et doctorant à l’EHESS. Il a participé à de nombreuses études parmi lesquelles celles sur l’habitat mésolithique d’Auderville dans la Manche, les occupations néolithiques de Saint-Vigor-d’Ymonville (Seine-Maritime) ou le système parcellaire de l’âge du Bronze ancien et moyen de l’île de Tatihou (Manche), qui font figure de référence à l’échelle nationale.

Archéologue, responsable d’opérations, spécialisé dans l’étude des sites du Néolithique et de l’âge du Bronze, Cyril Marcigny est chargé d’opérations et de recherches à l’Inrap, chercheur associé à l’UMR 6566 « Civilisations atlantiques et archéosciences » (CNRS, ministère de la Culture, universités de Rennes 1, 2 et Nantes) et doctorant à l’EHESS (sous la direction de Jean Guilaine). Il a coordonné pendant près de cinq ans un PCR sur « Les habitats et l’occupation du territoire à l’âge du Bronze et au début du premier âge du Fer en Basse-Normandie » et a conduit de nombreuses fouilles préventives et programmées dans l’Ouest de la France parmi lesquelles on peut citer les occupations néolithiques et de l’âge du Bronze de Saint-Vigor-d’Ymonville (Seine-Maritime), les habitats du Bronze moyen de la plaine de Caen (Calvados) ou le système parcellaire de l’âge du Bronze ancien et moyen de l’île de Tatihou (Manche).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search