Version classiqueVersion mobile

Le plateau de Mondeville (Calvados)

 | 
Antoine Chancerel
, 
Cyril Marcigny
, 
Emmanuel Ghesquière

Chapitre 4. Une fosse du Néolithique récent à dépôts d’animaux à L’Étoile (Mondeville)

4 A Late Neolithic midden with faunal deposits at L’Étoile (Mondeville)

Chris-Cécile Besnard-Vauterin, Rose-Marie Arbogast, Antoine Chancerel et Mark Guillon

Résumé

Lors de la fouille d’une enceinte de l’âge du Bronze sur le site de l’Étoile à Mondeville (fouille C.-C. Besnard-Vauterin), une fosse énigmatique datée du Néolithique récent (fin du IVe millénaire avant J.-C.) a été mise au jour. Son originalité tient à ce que l’on y a découvert un squelette de faon, auquel était associé un fragment de martre ou de fouine qui était lui-même posé sur un squelette de veau et des ossements de fœtus humain. Cette curieuse « sépulture » ne trouve pour l’instant aucune comparaison dans la littérature archéologique.

Texte intégral

1Fouillée en même temps que l’enceinte de l’âge du Bronze du même nom (cf. infra, chap. 6), la fosse néolithique de L’Etoile est présentée sous la forme d’une contribution séparée en raison du dépôt exceptionnel qui y a été retrouvé (cf. supra fig. 4, site 3). Cette fosse est en partie recoupée au sud par le fossé de l’enceinte (fig. 52). Son environnement proche n’a pas été exploré de façon suffisamment étendue pour identifier un éventuel contexte. Elle est de plan circulaire avec un diamètre maximal de 2,10 m. Son profil est celui d’un U ouvert et sa profondeur est de 2,20 m sous le sol actuel. Elle perfore à sa base le substrat calcaire sur environ 45 cm. Le recoupement avec le fossé d’enceinte était conservé sur une faible hauteur, environ 30 cm, et la similitude des remplissages n’a pas permis sur le terrain de distinguer clairement les relations stratigraphiques existant entre les deux structures.

FIG. 52a
Localisation de la fosse

FIG. 52b
Coupe stratigraphique restituée de la fosse (code de description des sédiments : 1 limon argileux très sombre ; 2 liséré brun-noir ; 3 limon brun clair panaché de lœss ; 4 limon brun ; 5 lœss ; 6 calcaire. En noir, les deux dépôts osseux).

4.1 Description

FIG. 53-55

2Le comblement brun foncé compact des niveaux supérieurs de la fosse était particulièrement épais (1,80 m). Le comblement inférieur, tout entier dans la roche calcaire, était constitué par deux unités emboîtées. À la périphérie, une auréole de limon argileux très sombre tapissait les parois. Cette couche allait en s’élargissant légèrement vers le fond. La partie centrale était constituée d’un limon brun clair panaché de lœss et comportait deux dépôts d’ossements de faune. À 1,90 m, se trouvait un squelette de faon en connexion anatomique. Le deuxième ensemble se situait au fond de la fosse et comportait les ossements en connexion et dispersés d’un jeune bovidé ainsi qu’un tibia et un fémur droit d’un fœtus humain. Entre le remplissage central et l’auréole périphérique figurait un liséré plus sombre. La trace de l’auréole était plus nette et apparaissait plus haut sur les côtés sud et ouest de la fosse. Du point de vue sédimentologique, la présence de l’auréole le long des parois est tout à fait singulière. En aucun cas sa disposition ne peut résulter d’un processus de comblement naturel. Dans ces conditions, elle correspond soit à un revêtement construit du fond de la fosse, soit plus vraisemblablement à l’aménagement d’une structure en matière périssable aujourd’hui disparue. Dans les deux cas, il s’agit d’un aménagement lié à une fonction primaire de la fosse. On pourrait imaginer un puits ou une citerne dont la base aurait été tapissée de limon ou, mieux encore, cuvelée avec du bois, le liséré plus sombre marquant alors l’empreinte de ce bois, et l’auréole extérieure le rebouchage du vide laissé entre la paroi rocheuse et le bois. Le remplissage central composé de limon et de lœss correspond en revanche tout à fait à ce que l’on retrouve dans les fossés ouverts soumis à la dégradation des parties hautes, comme en témoignent ici les irrégularités du profil au-dessus de la roche calcaire et le mélange des couches encaissantes. Les deux ensembles osseux suggèrent deux phases distinctes de dépôt dans la fosse. Le premier, situé à même le fond, est antérieur à cet épisode de dégradation et le second, bien à plat à l’intérieur du comblement basal, a été mis en place postérieurement. De plus, l’état disloqué et relativement incomplet du premier s’oppose au second qui a conservé ses liaisons. Le premier pourrait témoigner de la présence d’un espace vide alors que le second implique assurément celle d’un espace colmaté. On peut donc considérer que même s’il ne relève pas nécessairement de la fonction première de la fosse, qui pouvait être destinée à un autre usage, le premier dépôt précède le comblement de la structure. Le second, quant à lui, relève assurément d’une fonction secondaire. Dans un cas comme dans l’autre, il ne s’agirait donc pas à proprement parler de sépultures, même si des restes de fœtus humain y ont été associés.

FIG. 53
Le dépôt sommital : squelette de faon en connexion. Une légère dislocation du squelette associée à une trace plus sombre est visible dans la partie supérieure du tronc.

FIG. 54
Le remplissage central : configuration au niveau d’apparition des os du dépôt inférieur. L’auréole périphérique de limon brun et le liséré plus sombre se dessinent nettement sur le pourtour de la fosse.

FIG. 55
Le deuxième dépôt au fond de la fosse : ossements de veau en connexion anatomique partielle.

4.2 Datation 14C

  • 1 – Datation effectuée par M. Fontugne au Centre des faibles radioactivités de Gif-sur-Yvette ; qu’il (...)

3Une datation 14C a été réalisée à partir d’un échantillon d’ossements du faon. La mesure d’âge est la suivante : Gif 10840 : 4400 ± 50 ans, soit 3303-2898 BC (datation à 2 sigmas, calibration d’après Stuiver et Reimer)1.

4Cette datation correspond pro parte aux dates communément admises pour le Néolithique récent du Bassin parisien qui situent le Seine-Oise-Marne (SOM) entre 3350 et 2750 av. J.-C. (Chambon, Salanova 1996). L’attribution de la fosse au Néolithique récent repose entièrement sur cet argument chronologique. En effet, aucun autre témoin chronologique discriminant n’a été retrouvé dans cette fosse.

4.3 Matériel osseux

avec la collab. de M.G.

5Le fémur humain a une longueur comprise entre 51 et 57 mm. Comparée à la population médiévale de Tournedos (Eure) qui comportait 600 enfants (Guillon 1997) et aux tables de Fazecas et Kôsa (1978), cette dimension correspond à un foetus de 7,5 à 8,5 mois gestationnels (de 28 jours), soit 7 à 7,9 mois calendaires (de 30 jours).

6Sur le plan archéozoologique, cette structure reflète une situation particulière puisqu’elle a livré des restes d’un squelette de faon, auquel était associé un fragment d’ulna de petit mustélidé (martre ou fouine). Ces derniers sont superposés à ceux d’un squelette de veau auquel étaient associés un tibia et un fémur d’un fœtus humain. Ces ossements sont assez mal conservés. Leur porosité et l’état d’érosion des surfaces renvoient à des conditions de conservation défavorables qu’il est possible de mettre au compte de l’acidité des sédiments. L’inventaire anatomique de chacun des deux squelettes (tabl. XXIII, XXIV) est marqué par des lacunes qui concernent surtout des os peu denses et de dimensions réduites (sésamoïdes, vertèbres coccygiennes, deuxièmes phalanges). Le défaut de ces pièces s’explique aisément par le jeu de la conservation différentielle. Dans ce cas, un seuil de taille limite peut même être décelé entre les différentes phalanges. En effet, alors que la plupart des premières phalanges sont attestées, moins de la moitié des phalanges 2 sont conservées contre une seule phalange 3. Ces atteintes sont assez marquées pour brouiller la lecture de ce qui est susceptible de relever plus strictement d’effets anthropiques. Il est ainsi difficile de déterminer si les manques plus importants qui caractérisent le squelette de veau dans cette même structure sont exclusivement imputables à des facteurs taphonomiques ou s’ils reflètent le dépôt d’un squelette incomplet et ce d’autant plus qu’il s’agit de restes d’animaux jeunes voire très jeunes, particulièrement sensibles aux effets de la conservation différentielle. En effet, dans le cas du faon, l’état d’éruption dentaire permet de préciser qu’il s’agit d’un individu dont l’âge est compris entre 6 mois et 1 an (d4 en début d’usure, M1 non usée). Dans le cas du veau, il s’agit d’un animal de moins d’un an d’après le stade d’épiphysation des os longs (coxal et radius proximal non soudés). De la même manière, la discrétion des restes humains demande à être relativisée. En effet, comme cela a déjà été souligné, ces restes se rapportent à un fœtus dont la fragilité des restes est bien connue. Dans le contexte sédimentaire particulièrement défavorable, il n’est pas possible d’exclure qu’il s’agisse des seuls indices d’un squelette à l’origine complet et, en dépit de leur discrétion, rien ne justifie dès lors qu’il n’en soit pas tenu compte dans la suite de l’étude de cette structure. Ces éléments sous-tendent l’idée de dépôts de nature particulière qui impliquent des animaux complets mais dont le traitement présente des divergences assez notables. Dans le cas du faon (tabl. XXIII), la plupart des relations articulaires sont préservées et les principales connexions entre les parties du squelette ne sont pas perturbées sauf au niveau des côtes dont les positions en désordre attestent de dérangements localisés (fouisseur ?) qui ont pu se produire postérieurement à l’enfouissement. La position non contrainte des membres et la répartition des os du squelette sur presque toute la surface du fond de la fosse donnent à penser que le corps a été jeté sans soin puis enseveli rapidement. La situation du squelette de veau découvert dans les niveaux supérieurs diffère quelque peu de ce schéma dans la mesure où la représentation des différents éléments du squelette est très partielle (tabl. XXIV). Des membres n’ont été retrouvés que les éléments du bas de patte gauche, à partir du coude, alors qu’aucun reste du membre antérieur gauche n’est attesté et qu’il ne subsiste qu’une épiphyse distale des deux fémurs. De la même manière, la représentation du crâne se limite à des fragments d’un des maxillaires et à la seule mandibule gauche. Ces lacunes ne peuvent s’expliquer par le seul jeu des conditions de conservation car elles concernent des éléments qui, par leurs dimensions et leur densité, ne sont pas les plus exposés aux effets de la destruction différentielle et que les éléments les plus sensibles aux agents taphonomiques comme les bas de pattes paraissent au contraire peu affectés. La répartition des os au sol est marquée par la préservation partielle des relations articulaires. Découverts à faible distance les uns des autres, les ossements se présentent en situation de proximité articulaire plutôt que de connexion anatomique. Cette observation sous-tend l’idée de perturbations antérieures à l’enfouissement qui participent des modalités de mise en place et de formation du dépôt plutôt que des conditions de conservation proprement dites, contrairement à ce qui s’observe pour le squelette de faon qui, dans des conditions de conservation comparables, semble avoir bénéficié d’une meilleure préservation.

TABL. XXIII
Inventaire anatomique du squelette de faon de la St. 32 (X présence ; ns non soudé ; pns proximum non soudé ; dns distum non soudé).

gauche

droit

crâne

X

mandibule

X

scapula

humérus

radius

X

ulna

X

carpes

3

1

métacarpe

coxal

1

fémur

X

patella

1

tibia

X

X

malléolaire

talus

X

X

calcaneum

X

X

naviculaire

X

X

cunéiforme

1

métatarse

X

X

métapode

X

phalange 1

8

phalange 2

8

phalange 3

2

sésamoïde

côte

4

sternèbre

atlas

X

axis

cervicale

thoracique

lombaire

5

sacrum

1

coccygienne

1

TABL. XXIV
Inventaire anatomique du squelette de veau de la St. 32 (X présence).

dans la terre remuée

4 phalanges 2

1 fragment de métatarse

1 côte

1 sternèbre

poids: 80 g

TABL. XXIV (suite et fin)
Inventaire anatomique du squelette de veau de la St. 32 (X présence).

4.4 Conclusion

7L’interprétation de cette structure n’est pas sans poser quelques problèmes. La relation stratigraphique entre les deux niveaux qui contenaient ces restes est mal assurée et ne permet d’établir entre les deux dépôts d’animaux d’autre lien que celui d’une succession dans une même structure. D’autre part la présence de restes humains, quoique avérée, y est trop discrète pour conférer de façon sûre une dimension funéraire à cet ensemble. Enfin, si des parallèles peuvent être aisément trouvés à l’association du squelette d’un animal domestique à des restes humains, la présence d’une dépouille complète d’un animal sauvage au sein d’une structure domestique est plus singulière et sans comparaisons directes. Tout au plus peut-on évoquer les rares cas de cerfs quasiment complets connus à ce jour dans des contextes différents comme celui découvert dans le comblement d’un des puits de mine de silex du Néolithique final à Bretteville-le-Rabet, Calvados (Arbogast et al. 1989). Des parallèles plus éloignés peuvent être trouvés sur le site de Dingolfing-Spiegelbrunnen (Bayerlein 1985) en Bavière où a été découverte une sépulture de cerf aménagée en dessous des poteaux de fondation d’un fossé, dans un contexte culturel marqué par une forte valorisation symbolique de cet animal (Néolithique moyen-groupe d’Oberlauterbach).

Notes

1 – Datation effectuée par M. Fontugne au Centre des faibles radioactivités de Gif-sur-Yvette ; qu’il soit ici remercié.

Table des illustrations

Légende FIG. 52a Localisation de la fosse
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22742/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 52b Coupe stratigraphique restituée de la fosse (code de description des sédiments : 1 limon argileux très sombre ; 2 liséré brun-noir ; 3 limon brun clair panaché de lœss ; 4 limon brun ; 5 lœss ; 6 calcaire. En noir, les deux dépôts osseux).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22742/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 9,2k
Légende FIG. 53 Le dépôt sommital : squelette de faon en connexion. Une légère dislocation du squelette associée à une trace plus sombre est visible dans la partie supérieure du tronc.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22742/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 54 Le remplissage central : configuration au niveau d’apparition des os du dépôt inférieur. L’auréole périphérique de limon brun et le liséré plus sombre se dessinent nettement sur le pourtour de la fosse.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22742/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 55 Le deuxième dépôt au fond de la fosse : ossements de veau en connexion anatomique partielle.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22742/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende TABL. XXIII Inventaire anatomique du squelette de faon de la St. 32 (X présence ; ns non soudé ; pns proximum non soudé ; dns distum non soudé).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22742/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 68k

Auteurs

Conservateur en chef du Patrimoine longtemps en poste au service régional de l’Archéologie de Basse-Normandie et aujourd’hui au Musée national de Préhistoire des Eyzies-de-Tayac, après un passage par la Guadeloupe comme conservateur régional de l’Archéologie, Antoine Chancerel est spécialisé en Préhistoire récente. Il a dirigé de nombreuses recherches, principalement sur le Mésolithique et le mégalithisme de Normandie, et notamment un chantier franco-britannique sur le tumulus allongé de la Commune Sèche à Colombiers-sur-Seulles (Calvados). Il a assuré le suivi scientifique de nombreuses opérations préventives, dont celle de Mondeville.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search