Version classiqueVersion mobile

Le plateau de Mondeville (Calvados)

 | 
Antoine Chancerel
, 
Cyril Marcigny
, 
Emmanuel Ghesquière

Chapitre 3. L’occupation du Néolithique moyen II de la ZI sud (Mondeville, Grentheville)

Occupation of the South Industrial Estate (Mondeville, Grentheville) during the Middle Neolithic II

Antoine Chancerel, Cyril Marcigny, Emmanuel Ghesquière, Rose-Marie Arbogas, Stéphanie Clément-Sauleau, Marie-France Dietsch-Sellami, Lionel Dupret, Jean Le Gall, Dominique Marguerie et Xavier Savary

Résumé

À l’occasion de différentes opérations de fouille menées sur un site de l’âge du Bronze et un village médiéval, six fosses silos et une fosse d’extraction ont été découvertes (fouille A, Chancerel). L’abondant matériel archéologique recueilli date du Néolithique moyen II. C’est la première fois en Basse-Normandie que l’on reconnaît la culture matérielle de cette période en contexte d’habitat. Jusqu’alors, on ne l’avait rencontrée qu’en contexte funéraire – dans les cairns de la plaine de Caen. Le mobilier céramique, en particulier, semble se rattacher à un faciès régional dans lequel les composantes armoricaines seraient très présentes, au sein d’un ensemble appartenant au Chasséen septentrional ancien du Bassin parisien. Les éléments de datation situent l’ensemble dans le troisième tiers du ve millénaire av. n.è

Texte intégral

1L’intervention s’inscrit dans le cadre d’un programme d’archéologie préventive systématique des terrains de la zone industrielle (ZI) de Mondeville sud, sur les communes de Mondeville et Grentheville (cf. supra fig. 3, site 2). L’étude d’impact (responsables D. Leroy et M.-Cl. Taupin) ainsi que la fouille d’un hameau des XIVe et XVe s. au lieu-dit Trainecourt (responsable M.-Cl. Taupin) et celle d’un enclos double de l’âge du Bronze (responsables G. San Juan et A. Chancerel) ont permis la mise au jour de plusieurs fosses attribuées au Néolithique moyen (fig. 26). La plupart d’entre elles évoquent par leur forme et par la nature de leur comblement des silos à grains souterrains.

FIG. 26
Plan général du site.

3.1 Stratigraphie générale

2La stratigraphie générale du site est homogène et relativement simple. On distingue de haut en bas :

  • une terre de labour d’une épaisseur de 25 à 30 cm ;

  • un limon brun pédogénéisé d’une épaisseur de 60 cm en moyenne ; cette formation correspond au sol holocène et actuel, tronqué par le labour ; son épaisseur diminue du nord au sud en direction du village médiéval de Trainecourt ; un horizon Bt, caractérisé par une légère structure prismatique et des revêtements argileux plus foncés, existe à la base ;

  • un lœss carbonaté jaune pâle d’une épaisseur variable suivant les secteurs ; à l’est, son épaisseur n’est pas connue et les structures archéologiques n’ont pas atteint sa base ; au centre, elle ne dépasse pas 60 cm, et diminue même jusqu’à 40 cm aux abords du village médiéval ; à l’ouest du village médiéval, on ignore également son épaisseur ; le contact entre le lœss et le limon est très franc ;

  • le sommet du calcaire désagrégé et altéré.

3Cette stratigraphie naturelle est complètement remaniée au niveau du village médiéval de Trainecourt qui est implanté dans le fond d’une vaste dépression creusée dans le substrat calcaire au fur et à mesure de l’occupation.

4Dans les deux formations inférieures carbonatées, lœss et calcaire, les structures en creux apparaissent sur fond blanc, avec beaucoup de netteté. Les parties inscrites dans le limon brun sus-jacent sont quasiment illisibles sauf si le remplissage est enrichi en résidus de combustion comme c’est le cas dans le silo S13. En règle générale, la difficulté de lecture dans le limon brun est due essentiellement à des phénomènes de lessivage qui ont entraîné les composés argilo-humiques des remplissages vers le fond des structures. Ainsi, trois des sept structures ont été découvertes lors des décapages « au blanc », ce qui a entraîné la disparition de leurs parties hautes.

3.2 Les structures

5Elles se présentent, au niveau du lœss, sous la forme de taches argilo-limoneuses panachées ou noires aux contours bien marqués. La fouille a permis de différencier trois types de structures, à savoir :

  • six fosses silos (GG15-B7, EE17-H2, S13, T18-4, T18-5, JJ23) ;

  • une fosse d’extraction (S 12) ;

  • deux fosses non anthropiques (EE17-H3, (GG16) ;

  • une structure post-néolithique (fossé de l’âge du Bronze).

3.2.1 Les fosses silos

6Les structures d’ensilage, découvertes sur la commune de Grentheville, se présentent sous la forme de fosses de plan circulaire (voire elliptique pour S13), à parois presque verticales ou parfois légèrement rentrantes et à fond plat ou concave. En règle générale, elles ont été fouillées à partir du lœss, mais certaines ont été reconnues dès la base du labour. Elles entament rarement le substrat calcaire.

3.2.1.1 Problématique

7Le développement des fouilles d’habitat a montré toute l’importance d’une étude fine du comblement de ces structures (Jonot, Villes 1976). En effet, bien souvent, on constate que les silos ont été abandonnés de manière volontaire et que le rebouchage témoigne d’un souci d’aménagement de l’aire d’habitat. C’est pourquoi, ici, une attention particulière a été apportée à l’étude des processus de remplissage.

8Le stockage de la production végétale, destinée à l’alimentation ou à la semence, a donné lieu à la création de nombreux dispositifs. La céramique semble avoir été une des réponses apportées au problème de la mise en réserve des grains. On peut ainsi citer les jarres fréquemment rencontrées sur les sites d’habitat du Néolithique ancien paneuropéen. Mais finalement, ce sont les silos qui sont les plus fréquemment rencontrés et cela dans la plupart des groupes culturels néolithiques et protohistoriques d’Europe.

9L’efficacité et la facilité de mise en œuvre de cette technique de conservation font que les silos ont été utilisés très tôt, et ce sur toute la surface du globe.

10De façon tout à fait surprenante, la méthode de l’ensilage a été « redécouverte » il y a seulement trois siècles, et avec beaucoup d’étonnement d’ailleurs, par les agronomes occidentaux qui ne pouvaient pas concevoir que le stockage des grains en pleine terre eût été utilisé très largement dans le passé. C’est en fait Reneaume qui tente, dès 1708, un essai scientifique sur la question, paru dans L’histoire de l’Académie des Sciences. Il a l’intelligence de s’interroger non seulement sur la structure en elle-même, mais aussi sur ses capacités de conservation à très long terme. Il fonde sa réflexion sur le rôle joué par l’air dans la conservation des grains stockés. Après examen, il croit avoir trouvé la solution en observant dans les silos non enterrés une couche formée par « de la poussière qui voltige continuellement dans l’air et de l’humidité » qui protégerait le blé de toute altération. Son analyse qui repose sur l’observation des systèmes de conservation du grain à l’air libre n’est malheureusement pas transposable aux formes de stockage en atmosphère confinée comme les silos souterrains.

11À partir de 1750, toute une littérature se développe sur le sujet. Le XVIIIe s. est en effet très fécond en récits de voyages qui sont autant de témoignages sur l’existence de fosses à grain dans le monde entier. Le Traité de la conservation des grains et en particulier du froment de Duhamel du Monceau paraît en 1753 ; cet ouvrage est l’un des premiers à faire état d’une expérimentation de l’ensilage. À la veille du XIXe s., et grâce aux ouvrages de Beguillet (1775-1778), du baron de Servières (1783) et de Simonde (1801), on commence à connaître une bonne partie du principe de stockage en fosse. Dès cette époque, on a compris que la méthode s’appuie sur l’étanchéité à l’air et que le confinement entraîne une accumulation carbonique. Mais la plupart de ces agronomes ne considèrent pas encore cette technique comme applicable.

12Lors des campagnes napoléoniennes, les Européens se penchent à nouveau sur le sujet ; ainsi le comte de Lasteyrie publie en 1819 un ouvrage intitulé Des fosses propres à la conservation des grains et de la manière de les construire, avec différent moyens qui peuvent être employés pour le même objet. Ce traité compile plusieurs témoignages d’intendants militaires ayant patrouillé en Europe. C’est à la même période que sont organisées de nouvelles expériences sur la conservation des grains en fosse, que l’on commence à appeler des « silos » (mot qui désigne « les fosses à grains » en castillan). Les rapports du XIXe s. sur les techniques d’ensilage discutent également, et pour la première fois, de la fonction sociale du silo. Une distinction est alors faite entre les silos « paysans » et les silos « marchands ». De leur étude séparée découlent plusieurs séries de remarques sur l’organisation spatiale, les modes de construction et les capacités des structures d’ensilage.

13Mais ce qui marque surtout le XIXe S., c’est le développement des différentes expérimentations sur les techniques de conservation. Une multitude de procès-verbaux nous renseigne sur le bon ou le mauvais déroulement des expériences. Les essais de Ternaux (1818) semblent avoir été les plus intéressants ; un tableau proposé par F. Sigaut (1978) résume assez bien les différents travaux de Ternaux pour essayer de remédier aux problèmes de subsistance de la ville de Paris. De 1819 à 1880, de nombreux auteurs prennent la relève et une vingtaine d’expériences nous permettent de mieux appréhender les problèmes d’ensilage. Les réponses apportées par ces auteurs peuvent être résumées de la façon suivante :

  • pour se conserver dans les silos, les grains doivent être dans un certain état de siccité ;

  • les silos ne doivent donner accès ni à l’humidité, quelle que soit son origine, ni à l’air atmosphérique ;

  • les silos doivent être souterrains.

14Il faut attendre un siècle et les travaux de Reynolds (1974) pour que l’on comprenne l’intérêt de ces structures en archéologie. Aujourd’hui, les techniques de conservation des grains en milieu confiné commencent à être assez bien connues. Les articles de Sigaut (1978) et de Villes (1982b) fournissent les bases solides pour mieux saisir les principes de fonctionnement de ce type de fosse.

15Le silo mettant en jeu une technique de conservation anaérobie, la recherche de l’étanchéité à l’air a conditionné les diverses préparations de la fosse. Les exemples ethnographiques ont permis à bien des chercheurs d’observer les techniques employées pour obtenir l’étanchéité la plus parfaite possible : certains proposent l’installation sur la paroi d’une chemise de paille, d’autres préconisent une enveloppe en matière végétale, d’autres encore le flambage. Le bouchon obstruant le goulot du silo doit être aussi particulièrement soigné. Très souvent celui-ci est constitué de paille et de terre qui permettent d’avoir ainsi un matériau étanche et élastique pouvant résister aux agents atmosphériques. Parfois il est possible de rencontrer un système de protection supplémentaire disposé sur le bouchon sous la forme d’un cône de terre ou d’argile (avec une rigole périphérique).

16Le grain doit être déposé dans le silo lorsque celui-ci est bien sec et vanné. Là encore, bien des systèmes de séchage ont été mis au point. La technique la plus souvent employée est sans nul doute le séchage à l’air libre (au soleil) ; mais des méthodes artificielles ont aussi été utilisées, le grain battu pouvant être séché au four (pour le grain destiné à la consommation). En Europe du Nord-Est (Finlande et Russie), on utilise aussi des séchoirs spéciaux.

17Une fois la fosse hermétiquement close (et bien que l’étanchéité absolue soit impossible), la réserve d’oxygène s’épuise. Il se produit un dégagement de dioxyde de carbone qui tuera les parasites et assurera la conservation du grain. Les semences entrent alors en dormance bien que les conditions de leur germination soient réunies. Certains auteurs pensent également que le stockage favorise une meilleure germination des grains (Smith 1971).

18Le silo, en archéologie, est donc un témoin privilégié. Dans le cas présent, il témoigne de la préoccupation des agriculteurs, au tournant du Ve millénaire, d’optimiser leur capacité de production céréalière. On comprendra donc tout l’intérêt de ces structures pour l’étude de l’économie des populations néolithiques, parce que la propriété ou la gestion des moyens de stockage joue un rôle souvent déterminant dans l’organisation des sociétés traditionnelles (Sigaut 1978).

19Au Néolithique moyen, les silos sont des structures abondamment représentées, mais paradoxalement peu de certitudes existent quant à leur mode de fonctionnement précis. Ces structures excavées ont en effet été systématiquement remblayées après usage et leurs caractéristiques primaires sont plus ou moins estompées. La dégradation des parties hautes lors de l’ouverture du silo pour en récupérer le contenu ou lors de son rebouchage, ainsi que les difficultés de lecture des contours supérieurs font qu’il n’existe à l’heure actuelle aucune assurance quant au type de fermeture et à la forme de l’ouverture.

20Les silos de Grentheville présentés ici n’échappent malheureusement pas à cette règle. Toutefois, un soin particulier a été apporté pour les repérer le plus haut possible et non pas, comme c’est souvent le cas, à partir du niveau de lisibilité des contours.

3.2.1.2 Descriptif

Fosse silo EE17-H2

21Diam. moyen : 1,20 m ; prof, moyenne : 0,50 m (dans le lœss) et 1,20 m sous la surface topographique.

22Cette fosse silo, apparue au niveau du lœss, se présente comme une tache de limon gris-brun parfaitement circulaire. Elle est creusée jusqu’au substrat calcaire. Ses parois sont droites, sauf dans la partie supérieure où des bioturbations ont légèrement altéré sa régularité (fig. 27). À la base de la structure, le comblement est constitué d’une alternance de couches de limon noir charbonneux ou gris-brun entrecoupées de liserés de lœss remanié. Ces derniers dessinent une cuvette remontant vers les bords de la structure. La partie supérieure est colmatée avec du limon brun à gris-brun panaché contenant quelques charbons épars.

FIG. 27
Plan et coupe de la fosse EE17-H2 : 1 labour ; 2 limon brun ; 3 lœss ; 4 limon brun panaché de gris et de jaune ; 5 limon brun ; 7 limon noir charbonneux riche en vestiges ; 8 calcaire.

23S’il s’agit bien d’un silo comme le suggèrent son fond plat et son remplissage, il est le seul qui présente des parois légèrement en cuvette. Son comblement, indiscutablement volontaire, a débuté par un rejet charbonneux peu important cantonné au quart SO de la fosse, suivi par une couche limoneuse riche en vestiges, scellée à son tour par un fin niveau de lœss. Il est peu vraisemblable que ce dernier provienne de la dégradation des parois même du silo car le lœss aurait immanquablement été pollué par le limon brun. Cet apport de lœss est nécessairement extérieur au silo.

24À l’exception des couches de lœss stériles, des vestiges ont été retrouvés dans tous les niveaux. Ceux-ci sont plus abondants à la base du comblement supérieur, sauf les restes osseux qui sont déposés au fond de la structure.

• Céramique (FIG. 28)

25Cent cinquante deux tessons. Les pâtes sont principalement de trois types et ne sont pas affectées à des formes particulières. Elles sont vacuolaires avec un dégraissant végétal, micacées (1 exemplaire) avec une surface relativement soignée, et à inclusions de calcaire coquillier. Neuf individus sont exploitables typologiquement. Les bouteilles, représentées par 2 éléments, sont à col droit et à lèvre arrondie parfois épaissie (diamètre à l’ouverture semblable). Les formes hémisphériques et globulaires ne sont représentées que par des bords et un élément de panse, les lèvres sont arrondies ou effilées (aplatie sur un exemplaire) et légèrement éversées. À noter 1 tesson de vase à profil segmenté. Deux éléments sont plus particulièrement remarquables, il s’agit d’un fragment de gobelet à anse interne à perforation unique et d’un fragment de coupe à socle à fût cylindrique, décoré d’une ligne de triangles (ou de losanges) incisés à champs pointillés.

FIG. 28
Mobilier céramique de la fosse silo EE17-H2 : 1-5 gobelets à profil en S ; 6 gobelet à anses internes ; 7 bouteille ; 8 profil caréné ; 9 coupe à socle.

• Lithique (FIG. 29)

26On dénombre dans la structure 33 éclats (dont 15 % d’éclats chaillés), 2 fragments de lamelles, 3 percuteurs chaillés, 3 éclats de façonnage, 1 flanc de nucléus et 2 armatures (ou fragments d’armatures tranchantes).

FIG. 29
Mobilier lithique de la fosse silo EE17-H2 : 1-4 grattoirs ; 5 lamelle.

• Os1
  • 1 – Toutes les mesures d’ossements animaux ont été effectuées selon le code Driesch 1976 pour l’ensem (...)

27En ce qui concerne la faune, la fouille a permis la découverte de : 1 vertèbre thoracique de jeune bœuf, 1 fémur gauche de bœuf domestique adulte, 1 naviculaire de bœuf (Bd [Breath distal] 49,5 mm), 1 fragment de mandibule de bœuf (Dd [Depth distal] 50,5 mm) chauffé et 1 molaire de mouton/chèvre jeune.

Fosse silo GG15-B7

28Diam. moyen : 0,95 m ; prof, moyenne : 0,45 m (dans le lœss) et 1,15 m sous la surface topographique.

29Également découverte au niveau du lœss, elle se trouve isolée à 47 m à l’est du silo précédent. Son profil est cylindrique. Elle présente un fond en cuvette et des parois verticales pour une ouverture circulaire (fig. 30).

FIG. 30
Plan et coupe de la fosse silo GG15-B7. (code de description des sédiments : 1 labour ; 2 limon brun ; 3 lœss ; 4 limon brun panaché de gris et de jaune ; 5 limon brun ; 6 limon brun charbonneux ; 7 limon noir charbonneux ; 8 calcaire).

30Son comblement est constitué de couches limoneuses de teintes sombres très proches les unes des autres. À sa base, une couche de limon brun foncé à pseudomycellium abondant tapisse le pied des parois verticales, marquant peut-être en cela une dégradation limitée des parties hautes du silo avant son rebouchage intentionnel. Celui-ci débute par un premier dépôt de limon brun, suivi par un limon organique panaché de noir, très riche en mobilier. Cet ensemble est recouvert de limon brun à l’intérieur duquel s’individualise une poche noire très riche en charbons et en nodules d’argile cuite pouvant correspondre à une vidange de foyer ; cette poche est également très riche en mobilier. Ce remplissage contient de nombreux vestiges organiques (charbons de bois, macrorestes, etc, ), plus denses dans la partie septentrionale. Tout comme dans la fosse silo EE17-H2, les restes osseux reposent sur le fond du silo et le long des parois.

• Céramique

31Quatre-vingt-douze tessons. Les pâtes céramiques sont semblables au silo précédent. On notera tout de même 1 bord droit à lèvre effilée sur une forme hémisphérique à col rétréci (trou de réparation sur le bord) et 2 bords à lèvres arrondies.

• Lithique (FIG. 31)

32Ont été retrouvés 70 éclats dont 1 chaillé, 1 lamelle, 1 éclat de façonnage, 1 trancher et 1 éclat retouché.

FIG. 31
Mobilier lithique de la fosse silo GG15-67 : 1-3 grattoirs ; 4, 6-8 tranchets et ciseaux ; 5, 9 produits laminaires brutes ; 10 lame retouchée.

• Os

33L’assemblage lithique, particulièrement important, est constitué de : 2 vertèbres cervicales non soudées de jeune mouton/ chèvre, 1 côte de mouton/chèvre, 1 fragment de crâne d’un jeune cochon, 1 molaire d’un jeune cochon, 1 cervicale de jeune porc non soudée (moins de 4 ans), 1 petit sésamoïde de bœuf, 1 métacarpe droit de bœuf adulte chauffé et 1 petit métacarpe résiduel latéral, 1 métatarse droit de bœuf, 1 métacarpe droit de mouton (L. totale 119,2 mm, Dp [Depth proximal] 20,7 mm, Bp [Breath proximal] 14,7 mm et SD [Smallest Breath of the diaphyse] 11,6 mm), 1 côte de grand ruminant (cerf ou bœuf), 1 petit métapode vertical de bœuf, 1 phalange de bœuf, 1 incisive de bœuf, 1 vertèbre thoracique non soudée de cochon jeune, 1 ulna de mouton/chèvre, 1 processus transverse de vertèbre lombaire de bœuf, 1 fragment de molaire de mouton, 3 phalanges de mouton chauffé, 1 scaphoïde de mouton et 1 ulna de petit cochon.

Fosse silo T18-4 (EE14-E7)

34Diam. moyen : 1,80 m ; prof, moyenne : 0,75 m (dans le lœss) et 1,65 m sous la surface topographique.

35Cette structure a été découverte lors de l’étude d’impact par une tranchée de sondage qui a recoupé son comblement. Celui-ci était presque imperceptible dans le limon brun, c’est-à-dire sur 0,90 m de profondeur, et n’est apparu clairement qu’au niveau du lœss. Sa forme à ce niveau est celle d’un cercle irrégulier. Ses parois sont verticales ou légèrement surplombantes de sorte que le silo présente un élargissement dans sa partie basale. Le fond est plat et creusé de quelques centimètres dans le substrat calcaire (fig. 32).

FIG. 32
Plan et coupe du silo T18-4 (code de description des sédiments : 1 labour ; 2 limon brun ; 3 lœss ; 4 limon brun panaché de gris et de jaune ; 5 limon brun ; 6 limon brun charbonneux ; 7 limon noir charbonneux ; 8 calcaire ; T terrier).

36Le remplissage étudié uniquement au niveau du lœss est très organique, sombre et compact. La stratigraphie, peu contrastée, montre cependant des couches disposées en cuvettes plus ou moins emboîtées.

37Le fond du silo est marqué par d’importants rejets de combustion, surtout dans la partie nord où ont été repérés un niveau cendreux blanc formant des taches plus ou moins régulières et une couche de limon rubéfié accompagnée de charbons et de nodules d’argile ou de limon cuit. Ces résidus de combustion reposent sur un premier lit de limon brun pouvant, comme dans le cas du silo précédent, signaler une dégradation limitée des parties hautes du silo. Le fond du silo comporte également en son centre une petite poche de blocs calcaires emballés dans un limon gris-jaune.

38Au-dessus de ce premier ensemble, le comblement est constitué de limons bruns à gris, parfois charbonneux, et souvent bigarrés, qui attestent du mélange de différents matériaux. Ces limons étaient sans doute déjà remaniés avant leur déversement dans le silo.

39La présence de matériaux cendreux et rubéfiés à la base du comblement est intéressante et l’hypothèse d’un traitement prophylactique de la chemise du silo par flambage mérite d’être discutée, par exemple dans le cas d’une réutilisation pluriannuelle (Sigaut 1978). Ici les matériaux retrouvés ne comportent aucune plaque ni aucun agrégat de forme correspondant à de la paroi rubéfiée susceptible d’accréditer cette hypothèse. De plus, ils sont cantonnés à une aire trop restreinte pour correspondre à une dégradation de toute la paroi. Ici, les zones cendreuses sont directement liées à une vidange de foyer. Leur concentration en une zone restreinte montre que ce ne sont d’ailleurs probablement pas des cendres sèches qui ont été déversées.

40Le fond du silo a également révélé des encroûtements calcitiques relativement développés qui dessinent des strates séparées, accrochées à la paroi ou disposées au centre. Ces phénomènes postsédimentaires n’ont pas été expliqués mais pourraient avoir une origine bactérienne. Ils n’ont été rencontrés que dans cette structure.

41Le mobilier ainsi que les macrorestes carbonisés (bois et graines) sont plus nombreux dans le limon brun à gris bigarré supérieur. Un vase complet cassé en quatre ou cinq grands morceaux y a même été recueilli. Le limon brun de la base du remplissage est stérile.

• Céramique (FIG. 33)

42Cent soixante-cinq tessons. Les pâtes sont identiques aux lots précédents. Deux cols à bord droit et lèvre arrondie appartiennent à des bouteilles, l’un est rentrant, l’autre éversé. Les formes hémisphériques sont représentées par un individu entier (bol) à lèvre effilée éversée et par de nombreuses lèvres le plus souvent arrondies, épaissies et toujours éversées. Au sein de ce corpus un élément de panse à décor de lignes verticales (peut-être pointées) a été noté.

FIG. 33
Mobilier céramique du silo T18-4 : 1 panse décorée ; 2-4 gobelets à profil en S ; 5 bouteille.

• Lithique (FIG. 34, 35)

43Ont été retrouvés 247 éclats, 1 tablette d’avivage, 4 coups de tranchets, 1 lamelle à crête, 8 lamelles ou fragments de lamelles, 8 chutes de burin, 2 percuteurs, 7 éclats de façonnage, 1 flanc de nucléus, 16 grattoirs dont 5 denticulés, 4 lames utilisées, 13 éclats retouchés, 3 ciseaux, 3 armatures, 1 lame tronquée et 2 burins.

FIG. 34
Mobilier lithique du silo T18-4 : 1-3, 5 grattoirs ; 6 boucharde ; 7 grattoir denticulé ; 8 perçoir ; 9, 12-20 tranchets ; 4, 10 grattoirs-burins ; 11 éclat tronqué ; 21-24 grattoirs.

FIG. 35
Mobilier lithique du silo T18-4 : 1, 2 éclats retouchés ; 348 tranchets et ciseaux ; 5 lame tronquée ; 6, 7 grattoirs.

• Os

44La faune se compose de : 1 os iliaque, 1 coxal droit de bœuf (masculin), 1 molaire mp de mouton/chèvre, 1 métacarpe brûlé de mouton/chèvre à extrémité distale non soudée, 1 radius de mouton/chèvre brûlé, 1 pyramidal brûlé de mouton/chèvre, 2 fragments de côtes de mouton, 1 fragment de côte de bœuf, 1 humérus de veau non soudé brûlé, 1 molaire de lait de bœuf d4 usée, 1 radius de mouton/chèvre chauffé gauche, 1 capitanum (os du carpe) de mouton/chèvre, 1 naviculaire de bœuf gauche (Bd 52,5 mm, Dd 49,0 mm), 1 tête de fémur de mouton/chèvre brûlée non soudée, 1 coxal de mouton non soudé (mouton/chèvre), 1 extrémité proximale de côte de veau non soudée, 1 rocher de petit ruminant de mouton/chèvre, 1 fragment brûlé de phalange 1 de veau, 1 phalange 1 de veau entière non soudée, 1 tibia gauche de mouton/chèvre non soudé, 1 vertèbre lombaire non soudée de petit mouton, 1 petit sésamoïde de bœuf brûlé, 1 tibia gauche de bœuf (diaphyse), 1 fragment brûlé de radius de mouton/chèvre chauffé, 1 fémur droit de mouton/chèvre non soudé, 1 tibia droit soudé de mouton/chèvre (Bd 22,2 mm, Dd 17,3 mm), 1 incisive de mouton/chèvre, 1 petit sésamoïde de bœuf et 1 mandibule droite de bœuf adulte.

Fosse silo T18-5 (EE14-F8)

45Diam. moyen : 1,35 m ; prof, moyenne : 0,70 m (dans le lœss) et 1,60 m sous la surface topographique.

46Située à un peu plus d’un mètre du silo T18-4, cette fosse a été superficiellement recoupée par le fossé bordier d’un chemin antique (fig. 36). Le profil de la fosse est quasi cylindrique, son fond est concave et ses parois sont relativement verticales.

FIG. 36
Plan et coupe du silo T18-5. (code de description des sédiments : 1 labour ; 2 limon brun ; 3 lœss ; 4 limon brun panaché de gris et de jaune ; 5 limon brun ; 6 limon brun charbonneux ; 7 limon noir charbonneux ; 8 calcaire ; F fossé antique).

47La stratigraphie de cette fosse est l’une des deux seules à avoir pu être étudiée depuis la surface actuelle. Repéré en coupe lors du diagnostic, son remplissage supérieur a en effet été relevé tant en coupe qu’en plan lors du décapage en passes fines jusqu’au lœss. Le comblement est à peine visible dans les parties hautes, le limon brun s’assombrissant seulement à l’approche du lœss. La partie inférieure présente une stratigraphie irrégulière qui débute par un premier déversement de limon brun en cône ou en tablier appuyé sur le côté sud du silo. Ce cône est scellé par une fine couche de poudre de charbons désorganisés, mêlés à de la terre et à des silex brûlés, correspondant à une vidange de foyer. Le comblement a ensuite repris, du côté nord, par un limon remanié bigarré également charbonneux, très riche en vestiges, notamment céramiques. L’ensemble a alors été recouvert par une masse de limon brun entrecoupée au niveau du sommet du lœss par une nouvelle couche charbonneuse déversée depuis le nord.

48Limitée à la hase du cône existe une couche concrétionnée grisâtre comme dans le silo T18-4. Cette couche tapisse le pied des parois, contient du charbon de bois, des tessons et quelques boulettes d’argile cuite.

49Les vestiges osseux sont préférentiellement disposés le long des parois et au fond de la structure. Un bucrane, malheureusement recoupé par le fossé antique, est placé verticalement sur son occiput le long de la paroi. Le limon brun contient assez peu de mobilier à l’exception « d’os de cuisine ».

• Céramique (FIG. 37)

50Soixante-huit tessons. Les pâtes sont identiques aux lots précédents, et ce dans les mêmes proportions. Le seul individu remarquable est un col de bouteille à bord droit et lèvre arrondie, très légèrement éversée.

FIG. 37
Mobilier céramique et en pierre du silo T18-5: 1 bouteille; 2 « godet » en calcaire.

• Lithique (FIG. 38)

51L’assemblage se compose de 134 éclats dont 20 % sont chaillés, 1 tablette d’avivage, 1 coup de trancher, 1 lamelle à crête, 8 lamelles ou fragments de lamelles, 5 lames, 2 percuteurs, 6 éclats de façonnage, 3 tranchets, 6 grattoirs dont 1 denticulé, 3 lames utilisées, 1 éclat retouché, 2 armatures, 1 lame tronquée, 1 burin et 1 couteau à dos.

FIG. 38
Mobilier lithique du silo T18-5 : 1-5 grattoirs ; 6-8 tranchets ; 910 armatures tranchantes ; 11 éclat de hache polie en dolérite verte ; 12 burin ; 13 éclat retouché ; 14 lame tronquée.

• Os

52La faune est représentée par 1 petite scapula droite de jeune cochon, 1 frontal de bœuf (cheville osseuse : SD base 71,0 mm, adulte, DP [Depth of the Proximal end] base 60 mm, circonf. base 220 mm), 1 griffe d’ours brûlée (partie grise restant avec la peau), 1 cheville osseuse de mouton (SD base 26,1 mm), 1 petit fémur de mouton non soudé brûlé, 1 côte de bœuf, 1 phalange 3 de bœuf, 1 fémur de mouton adulte de mouton/chèvre, 1 fragment de scapula de mouton/ chèvre, 1 rocher de petit ruminant, mouton/ chèvre, 1 humérus droit de mouton/chèvre (Bd 27,6 mm), 1 côte de mouton, 1 os iliaque droit non soudé de jeune mouton, 1 prémolaire mp de mouton, 1 fragment frontal de bœuf, 1 mandibule droite adulte (environ 5 ans) de mouton (pas chèvre), 1 longueur rangée molaire (43,0 mm épaisseur devant M3 13,2 mm), 1 scapula droite de mouton/chèvre, 1 humérus gauche de mouton/chèvre adulte et 1 humérus droit de mouton/chèvre (en cours de soudure, 3 à 4 mois, extrémité distale).

Fosse silo S13

53Diam. moyen : 2,10 m ; prof, moyenne : 0,45 m (dans le lœss) et 1,30 m sous la surface topographique.

54Cette structure a également été repérée dès la base du labour. Elle apparaît en bordure du fossé de l’enceinte de l’âge du Bronze, sous la forme d’une tache noirâtre diffuse très riche en charbons de bois et en vestiges mobiliers. À l’intérieur de la couche de limon brun, aucun contour net n’a pu être reconnu et seules les parties charbonneuses du remplissage ainsi que les vestiges ont pu être mis à profit pour effectuer une délimitation de la structure. Sans la présence des restes charbonneux au sommet du profil, la réalité de cette fosse ne serait sans doute apparue, comme pour les autres, qu’au niveau du lœss.

55La structure S13 est en fait composée de deux creusements adjacents, une large fosse de type silo et une plus petite n’atteignant pas le lœss (fig. 39). Cette dernière est, pour autant qu’on puisse en juger, de plan ovoïde et à profil en cuvette. Son comblement très diffus dessine des couches emboîtées parallèles aux parois, d’un noir charbonneux, avec des vestiges dans la partie centrale, puis panachées brun et noir avec des nodules d’argile brûlée au milieu du profil, et enfin panachées brun et gris stériles à la périphérie. Il est possible que la dernière couche corresponde à une imprégnation par lessivage du limon encaissant. La très mauvaise lisibilité des couches de cette structure, y compris au niveau du limon brun naturel, n’a permis l’observation d’aucun lien de chronologie relative avec la fosse silo adjacente.

FIG. 39
Plan et coupe de la fosse S13 (code de description des sédiments : 1 labour ; 2 limon brun ; 3 lœss ; 4 limon brun panaché de gris et de jaune ; 5 limon brun ; 6 limon brun charbonneux ; 7 limon noir charbonneux ; 8 calcaire).

FIG. 40
« Godet » en calcaire de la fosse S13

56Cette dernière, de plan irrégulier et de grand diamètre, présente des parois plus ou moins verticales dans le lœss (sauf au niveau de la coupe) et un fond légèrement concave. Elle a été recoupée dans sa partie ouest par le fossé de l’âge du Bronze. Son remplissage, observé sur toute son épaisseur, est constitué de couches de limons panachés ou charbonneux, disposées en cuvettes emboîtées. Dans le détail, la stratigraphie a permis d’observer au pied des parois, et dans une moindre mesure au centre de la fosse, un dépôt de limon brun clair, enrichi en pseudomycellium à la base. De par sa disposition, cette couche pourrait correspondre à un effondrement des parties hautes des parois. Elle est recouverte par une couche de limon brun foncé bigarré contenant de très nombreuses pierres, principalement des meules entières ou fragmentées ainsi que des galets et des blocs en roches dures ou des calcaires brûlés. Ce « gros lithique » est relativement concentré au milieu et dans la partie SO de la fosse. Les niveaux supérieurs sont constitués sur 40 à 45 cm de limons bigarrés plus ou moins riches en charbons de bois et en vestiges, et sont coiffés par une couche charbonneuse riche en petites pierres calcaires brûlées. Cet ensemble est scellé par un niveau de limon brun homogène déversé depuis le bord sud, très pauvre en mobilier mais riche en graines. Le comblement supérieur, limité à une cuvette centrale, est à nouveau très charbonneux et surtout très riche en vestiges.

• Céramique

57Cent quatre tessons. Les pâtes sont semblables à celles prélevées dans les autres silos, seule la céramique dite « micacée » est ici représentée en plus grand nombre (10 % du lot). Celle-ci est particulièrement soignée dans certains cas et a conservé des traces de lissage sur sa face interne pour quelques tessons.

• Lithique (FIG. 41)

58L’assemblage lithique se compose de 208 éclats dont 50 % chaillés, 1 tablette d’avivage, 1 coup de tranchet, 11 lamelles ou fragments de lamelles, 3 lames, 3 chutes de burins, 1 percuteur chaillé, 3 éclats de façonnage, 3 flancs de nucléus, 1 nucléus, 7 grattoirs dont 1 fragment, 3 lames utilisées, 4 éclats retouchés et 1 fragment d’outil prismatique.

FIG. 41
Mobilier lithique de la fosse S13 : 1-4 grattoirs ; 5-7 tranchets ; 8 couteau à dos : 9 lame de hache en schiste ; 10, 13 éclats retouchés ; 11 pointe retouchée (Paléolithique supérieur ?) ; 12 outil prismatique ; 14 armature ; 15, 16 lames tronquées.

• Os

59La faune est composée de : 1 mandibule de bœuf (gauche, environ 3 ans), 1 radius droit de veau, 1 vertèbre thoracique de bœuf, 1 métapode brûlé de petit ruminant mouton/chèvre, 1 ulna de mouton/chèvre, 1 canine de porc jeune, 1 humérus gauche (82.10.11) de porc néonatal, 1 fragment brûlé de naviculaire de mouton, 1 incisive inférieure de cochon, 1 incisive de cochon, 1 incisive de jeune porcelet, 1 fragment d’orbite frontal de jeune porcelet, 1 vrac de molaire de porcelet, 1 fragment de molaire de mouton/chèvre (C8), 1 radius droit de bœuf (Bd 70,5 mm, domestique, Dd 47,5 mm, dia SD 37,5 mm).

Fosse silo JJ23

60Diam. moyen : 1,90 ou 1,60 m ; prof. moyenne : 1,40 m sous la surface topographique.

61Cette fosse a été découverte en 1988, lors des travaux de terrassements pour la construction d’entrepôts sur une parcelle de la ZI rendue à l’aménageur à l’issue du diagnostic. Elle a été fouillée en catastrophe par l’équipe de M.-C. Taupin qui explorait alors le village médiéval de Trainecourt. Il n’a pas été possible, dans un tel cadre opératoire, d’enregistrer précisément son mode de remplissage. Seules sa forme générale et les grandes lignes de son comblement ont été observées et consignées. La fosse, de plan circulaire, présente des bords verticaux et un fond plat atteignant la roche. Le remplissage dans le lœss comporte, de bas en haut, trois grandes unités stratigraphiques : une première couche de limon gris ne contenant que deux ou trois tessons sur les 80 premiers centimètres, puis un lit discontinu et disposé en cuvette de petites pierres calcaires parfois rougies par le feu et posées à plat, et enfin, au niveau supérieur sur 30 cm, un limon charbonneux très noir dans sa partie centrale, large de 1,60 m, et davantage bigarré en périphérie. Cette dernière unité est très riche en vestiges. La partie sommitale de la fosse, décapée avant l’intervention des archéologues, n’est pas connue. On peut néanmoins estimer la hauteur disparue en considérant qu’il manque 70 à 80 cm de limon brun holocène auxquels il faut ajouter 40 cm de surcreusement dans le lœss par les engins mécaniques, soit environ 1,10 à 1,20 m au-dessus du niveau de décapage. Les valeurs donnent une structure qui ferait plus de 2,30 m sous la surface topographique et on peut se demander avec une telle profondeur, comparée à celle des autres structures, si le fond ne peut pas avoir été la couche de blocs en calcaire, vers 1,40 m de profondeur, le limon gris sous-jacent correspondant à une imprégnation du lœss en place par le lessivage du remplissage. Il en est de même pour l’auréole bigarrée autour de la couche noire qui peut relever de phénomènes postsédimentaires de type bioturbation, par exemple.

• Céramique {FIG. 42)

62Des individus céramiques ont été nettement différenciés : trois formes hémisphériques globulaires à lèvre arrondie plus ou moins éversée (diamètre à l’ouverture compris entre 16 et 19 cm) et un col de bouteille à lèvre droite arrondie. Les pâtes présentent systématiquement des inclusions sableuses avec ponctuellement du mica. Les surfaces sont soit poreuses, soit extrêmement soignées (bien cuites et lissées). Un des bols possède deux trous de réparation.

FIG. 42
Mobilier céramique de la fosse JJ23 : 1-3 gobelets à profil en S ; 4 bouteille.

• Lithique (FIG. 43)

63L’assemblage se compose de 97 éclats, dont 4 % d’éclats chaillés et 3 % d’éclats bouchardés ; 3 tablettes d’avivage, 3 coups de tranchets, 2 lames ou lamelles à crêtes, 5 fragments de lamelles, 1 nucléus unipolaire, 1 rognon bouchardé, 1 lame, 8 grattoirs dont 2 denticulés, 4 tranchets, 3 éclats et 1 ciseau.

FIG. 43
Mobilier lithique de la fosse JJ23. 1-8 grattoirs ; 9, 10, 13, 16 tranchets ; 111415 lames brutes ; 12 ciseau.

3.2.2 La fosse d’extraction

64Longueur moyenne : 3,00 m ; largeur moyenne : 2,00 m ; prof. : 0,40 m (dans le lœss) et 1,20 m sous la surface topographique.

65Cette structure (S12) est de forme oblongue. Sa stratigraphie est constituée d’une unique couche de limon brun foncé à brun-noir compact, très différente des fosses naturelles. Les soixante premiers centimètres sous la surface topographique n’ont permis aucune lecture de la fosse qui ne se distingue absolument pas de l’encaissant (fig. 44). Les rares vestiges ont tous été recueillis dans le même horizon stratigraphique, entre 20 et 30 cm au-dessus du fond de la structure. Sa forme et son profil irrégulier ne permettent pas de lui attribuer une fonction particulière, si ce n’est hypothétiquement celle de fosse d’extraction du limon nécessaire à la préparation du torchis.

FIG. 44
Plan et coupe de la fosse S12 (code de description des sédiments : 1 labour ; 2 limon brun ; 3 lœss ; 4 limon brun panaché de gris et de jaune).

• Lithique

66Ont été retrouvés 2 éclats sains, 1 éclat cortical, 5 lamelles ou fragments de lamelles dont 1 cortical et 1 chauffé, et 1 meule en granite.

3.2.3 Les fosses non anthropiques

67Le contour de ces fosses est irrégulier, avec de multiples surplombs et des glissements de parois (fig. 45). Leur comblement est constitué, pour les niveaux profonds, de limon brun ocre plus ou moins foncé, homogène et stérile, et, pour la partie supérieure, d’un sédiment argilo-limoneux noirâtre observé au niveau du décapage sur une très faible épaisseur. C’est dans cette dernière couche qu’ont été retrouvés de rares artefacts exclusivement néolithiques.

FIG. 45
Fosse non anthropique EE17-H3 en cours de fouille et silo EE17-H2 au second plan.

68L’interprétation de ces structures est simple au vu du corpus des fosses de ce type fouillées dans le reste de la zone industrielle. Il s’agit de l’empreinte de la verse d’arbres, dite aussi « chablis ». Seuls ont été pris en compte dans le cadre de cette étude les chablis dont le remplissage présentait une coloration très sombre, comparable à celle des silos ou de la fosse d’extraction. Ces fosses sont rares et ont été rencontrées à proximité des fosses silos. Les autres chablis, très nombreux sur le site, présentent des comblements différents et des teintes (brunes à grises) équivalentes à celles des structures historiques. Sans pousser trop loin l’exploitation des faits, on peut cependant tenir pour acquis qu’ils sont plus ou moins contemporains des structures néolithiques et qu’ils ont piégé des sols de la même époque. Le même phénomène a été observé plus au nord, dans l’environnement de la maison danubienne de Mondeville (cf supra chap. 2, § 2.3.2.3). En attendant la multiplication de telles observations, on peut donc formuler l’hypothèse que les limons très organiques brun-noir correspondent aux sols holocènes « naturels » prénéolithiques, à l’évolution pédologique moins développée que celle des sols actuels, tels qu’ils étaient avant que les premiers défrichements et la mise en culture n’en altèrent définitivement les caractéristiques.

Structure EE17-H3

FIG. 45

69Longueur moyenne : 2,80 m ; largeur moyenne : 2,50 m.

• Lithique

70Un éclat cortical, 1 éclat chaillé et 1 éclat retouché (fragment de racloir).

Structure GG 16

71Longueur moyenne : 3,50 m ; largeur moyenne : 2,00 m.

• Céramique

72Nombreux nodules d’argile rubéfiée (aucune trace de clayonnage reconnue), 21 tessons très érodés à dégraissant de quartz et mica.

Lithique

73Neuf éclats, 1 éclat chauffé, 10 éclats corticaux, 1 fragment de grattoir et 1 percuteur chaillé.

3.2.4 Le mobilier néolithique piégé dans le fossé de l’âge du Bronze

74Dans le fossé sud du double enclos de l’âge du Bronze, fouillé en même temps que les fosses silos, ont été mis au jour deux lots de silex, disséminés chacun sur une trentaine de mètres. Le premier est vraisemblablement à mettre en relation avec la structure néolithique S13 (lot 1). Le deuxième lot, situé un peu plus au sud, est moins fourni et pourrait correspondre à une structure entièrement détruite lors du creusement du fossé (cf infra chap. 7, fig. 98).

75Les deux assemblages de vestiges lithiques sont comparables à ceux qui proviennent des fosses silos (fig. 46). Toutefois, et même pour cette catégorie de vestiges, on ne peut considérer ces ensembles comme homogènes, dans la mesure où le fossé qui les contient a également piégé du mobilier de l’âge du Bronze. Ainsi, pour la faune, aucune distinction n’est possible entre les éléments néolithiques remaniés à l’âge du Bronze et les éléments déposés à cette époque. Il en est de même pour la céramique, peu représentée dans ces secteurs du fossé. Pour l’industrie lithique, il semble, d’après la rareté de ce type de vestiges dans les autres sections de l’enclos, que la majorité des pièces puisse être attribuée sans réserve au Néolithique, ce que confirme d’ailleurs la typologie, mais il n’y aura jamais aucune certitude qu’une partie du lot, en particulier le gros lithique (meules et outils sur galets) présent par ailleurs dans les autres sections du fossé, ne puisse se rapporter à l’âge du Bronze.

FIG. 46
Mobilier néolithique recueilli dans le fossé de l’enceinte de l’âge du Bronze : 1 hache polie fusiforme en dolérite ; 2 hache polie en silex ; 3 galet lissé ; 45 tranchet et ciseau ; 6 burin ; 7 grattoir ; 8 lame lustrée ; 9 perçoir.

3.2.5 Interprétation

3.2.5.1 Modes de comblement

76De l’analyse stratigraphique fosse par fosse des silos, qui sont bien évidemment les structures les plus intéressantes, peuvent être dégagés un certain nombre de traits généraux. Il apparaît en premier lieu que les traces laissées par une quelconque dégradation des parties hautes ne sont jamais probantes, contrairement au modèle décrit par Villes pour les sites protohistoriques de la Champagne crayeuse et de l’Orléanais (Villes 1982b). Tous les silos de Grentheville semblent avoir fait l’objet d’un rebouchage rapide après la récupération des denrées stockées. On peut d’ailleurs s’interroger sur les raisons qui ont poussé les utilisateurs à procéder à de tels rebouchages. Ce fait traduit-il une volonté de simple remise en état du terrain à l’intérieur de l’espace habité, dans le but purement pratique d’éliminer des trous béants, ou obéit-il à d’autres contraintes ? On se gardera bien de trancher ici, même si la façon dont sont comblées les structures implique une certaine préférence pour la première proposition. On retrouve, en effet, dans chaque silo plus ou moins les mêmes types de matériaux, à savoir :

  • des limons noirâtres charbonneux correspondant à de véritables vidanges de foyers comme dans les structures Tl8-4, T18-5, GG15-B7 et éventuellement EE17-H2 ;

  • des limons bigarrés qui témoignent d’un mélange de matériaux, effectué peut-être avant le déversement dans les fosses ;

  • des limons bruns ou gris-brun ;

  • et enfin, de façon plus anecdotique, des liserés de lœss remaniés dont il a pu être établi qu’ils ne provenaient pas des parois, ainsi qu’une poche de petites pierres calcaires emballées dans un limon gris-jaune.

77Ces différents matériaux proviennent, au moins pour les deux premiers, de structures domestiques ou de sols qu’on peut envisager localement « rechapés » ou de tas de déblais (en particulier pour les limons bigarrés). Ces rejets de sédiments riches en vestiges (ossements et tessons, non recollables et très fragmentés, appartenant à de nombreux individus, que l’on pourrait qualifier de détritus secondaires) sont accompagnés parfois de rejets détritiques primaires (vases plus ou moins complets, crânes entiers, meules, etc.). Ces derniers sont nettement moins nombreux que les premiers (structures T18-4, S13 et JJ23). On peut considérer qu’ils témoignent de gestes purement opportunistes et que le gros du comblement a été fait avec du sédiment volontairement prélevé dans l’habitat. Il ne s’agit donc assurément pas de trous à ordures. Il en est de même pour les autres types de matériaux qui, du limon brun aux éléments de substratum (calcaire décomposé ou lœss) en général pauvres en vestiges ou stériles, sont des sédiments récupérés d’autres creusements en vue de leur réutilisation en tant que remblais. Dans aucun silo les matériaux de comblement ne laissent à penser que ce sont les déblais du creusement qui ont resservi au rebouchage. Si tel était le cas, ceux-ci auraient été plus ou moins uniformisés (tant par le creusement que par le rebouchage) et n’auraient vraisemblablement pas été déversés depuis différents points de l’ouverture. On en déduit que les matériaux extraits lors du creusement ont certainement été utilisés à d’autres fins lors de l’occupation du site.

78L’hypothèse de fosses d’extraction ainsi rendue vraisemblable est cependant contrariée par l’hétérogénéité des horizons traversés (sol superficiel, limon brun, loess). Elle suppose que seul le lœss basal a pu être recherché. Dans ce cas, le rendement de tels puits aurait été particulièrement faible. Une exploitation opportuniste des matériaux extraits, par exemple, pour des besoins architecturaux reste très plausible, mais elle ne suffit pas ici à inférer qu’il s’agissait du but premier des creusements, comme cela a pu être avancé pour certaines fosses de même morphologie (Langhor 1990 ; Fechner, Langhor 1998).

79Tous les problèmes liés au comblement ne sont pas résolus, loin de là, et en particulier ceux qui concernent la part de l’altération postérieure à l’abandon. Dans la plupart des silos, la partie supérieure ne se distingue plus du limon brun encaissant, sauf si, comme dans S13, des rejets très riches en charbons et en vestiges occupent la totalité du remplissage jusqu’au niveau du labour. Dans les autres cas, l’absence de tout indicateur sédimentologique dans la moitié supérieure des silos suppose l’intervention de phénomènes d’illuviation difficiles à quantifier en l’absence d’analyses. La forte teneur en matières humiques du fond des structures peur en effet être soit le résultat d’un enrichissement lié au lessivage de l’ensemble du remplissage (concentration basale), soit le résultat d’un appauvrissement des parties hautes lié à une minéralisation complète de la matière organique dans l’épaisseur du profil pédologique (éluviation sommitale). Dans ce dernier cas, la granulométrie étant uniforme, seul le fond des structures présenterait encore les caractères initiaux du remplissage.

3.2.5.2 Forme générale et volume

80S’il est relativement facile d’exploiter les données relatives au comblement des silos, il n’en va pas de même pour définir les caractéristiques primaires de ces structures et encore moins pour identifier leurs modes de fonctionnement. Une des difficultés propres aux silos de Grentheville est l’illisibilité des parties hautes à l’intérieur du limon brun. Les profils transversaux ne sont donc pas reconstituables sur plus de la moitié de leur hauteur. On ignore tout de la partie essentielle du silo, celle qui garantit l’étanchéité à l’air et à l’humidité, c’est-à-dire l’embouchure et le dispositif d’obturation qui, pour être efficace, d’après les expérimentations, devait être constitué d’un important bouchon de terre (Firmin 1984). On remarque cependant que les parois ont toujours tendance à la verticalité. Se refermaient-elles à l’ouverture, comme celles des silos protohistoriques au profil caractéristique en bouteille ou en tronc de cône, ou bien affectaient-elles un profil plus ou moins cylindrique sur toute leur hauteur ? On peut malheureusement d’autant moins répondre à cette question que les denrées stockées ont été systématiquement récupérées et que, pour ce faire, les dispositifs d’étanchéité et d’obturation ont été démontés. On remarque également que leur présence indirecte, si tant est qu’elle soit identifiable, n’est pas attestée dans la partie inférieure des remplissages. De la même façon, les éléments de comparaison les mieux conservés du Néolithique moyen suggèrent que les profils étaient cylindriques. C’est le cas en France septentrionale notamment sur les sites de Paris/Grand Louvre (Cornejo 1991), Sagy (Letterlé, Martinez 1984), et plus encore dans un autre contexte culturel de même époque, sur les sites Michelsberg de Mairy, dans les Ardennes (Marolles 1989) ou encore de la vallée de l’Aisne (Lebolloch 1984). Les silos du Sud de la France, au contraire, présentent des profils beaucoup plus refermés, tronconiques à goulot, proches des silos protohistoriques. C’est le cas en Languedoc, mais sur des structures beaucoup plus petites qu’à Grentheville, de 6 à 20 hl (Vaquer 1986) comme, par exemple, dans le Gard à Congénies/Puech de la Fontaine (Roger 1988) ou dans la Drôme à Chateauneuf-du-Rhône (Beeching, Thomas-Beeching 1975).

81Les dimensions importantes des silos de Grentheville combinées à leurs formes quasi cylindriques conditionnent des volumes théoriques assez conséquents. Un premier calcul consistant à ramener leur forme à celle d’un cylindre parfait, ouvert depuis la surface, fournit une base de départ (tabl. VI).

TABL. VI
Forme et volume des fosses silos.

82Les valeurs obtenues, comprises entre 8 et 45 hl, doivent cependant être minorées pour tenir compte d’une part du dispositif de fermeture aujourd’hui disparu mais qui devait réduire la hauteur (rétrécissement et/ou épaisseur du bouchon), et d’autre part du chemisage de la fosse (à l’aide de paille ou de tout autre dispositif) ou, en son absence, de la perte liée au « gâtage » des grains le long des parois. Ainsi, des valeurs comprises entre 5,5 et 30 hl, correspondant à un abattement d’environ 1/3 par rapport au volume théorique de départ, apparaissent comme une base de raisonnement vraisemblable. Sur le plan typologique, deux catégories apparaissent nettement. Les plus grands, trois sur six, ont des volumes très comparables, compris entre 25 et 30 hl, les autres, plus petits, étant de contenance plus variable, entre 5,5 et 15 hl.

83En s’aidant des données agronomiques modernes, il est possible de convertir ces volumes en masse de grains (sur la base d’un taux d’humidité de 15 % qui est la norme actuelle pour l’ensilage de blés mûrs moissonnés par temps sec), et si tant est que les silos étudiés aient bien été utilisés pour le stockage de ce type de denrées. Aujourd’hui les poids spécifiques des céréales sont de 75 kg pour 1 hl en blé et de 64 kg pour 1 hl en orge (norme européenne). Compte tenu des progrès phytotechniques actuels, on peut ramener ces poids à environ 55-60 kg pour les blés néolithiques et 45-50 kg pour les orges. Les masses de grains stockés dans les silos de Grentheville peuvent donc être estimées, pour le blé, entre 300 kg dans les petits silos et 1,8 t dans les plus grands et, pour l’orge, entre 250 kg et 1,5 t. En prenant pour marge un abattement de 1/2 (et non plus de 1/3) par rapport au volume théorique de départ, pour tenir compte du chemisage éventuel et du système d’obturation, ces valeurs seraient encore de 220 kg à 1,3 t pour le blé et de 180 kg à 1,1 t pour l’orge.

3.2.5.3 Organisation et utilisation des fosses

84Les fosses néolithiques ont été découvertes pour la plupart à la suite de décapages mécaniques dans le cadre d’opérations ne concernant pas cette période. Il en résulte qu’en dehors de ces structures profondes facilement repérables, aucun autre élément plus superficiel du dispositif villageois (bâtiments, foyers, palissades légères, etc.) n’a été mis en évidence. Seuls les silos T18-4 et T18-5 ont donné lieu au décapage de leurs alentours par passes fines depuis la base du labour, mais celui-ci n’a concerné qu’une surface restreinte (moins de 1 000 m2). Quelques vestiges néolithiques ont été recueillis dans le limon brun, en dehors de toute structure visible, mais leur répartition n’a guère apporté d’éléments interprétables. Dans le cas des fosses S12 et S13, pourtant découvertes dans des circonstances identiques, aucun décapage large n’a pu être entrepris aux abords immédiats. L’organisation spatiale de l’implantation néolithique nous échappe donc totalement. Seule la dispersion des fosses le long d’un arc de cercle de 350 m de long peut fournir une certaine idée de l’emprise occupée. L’absence de tout type d’infrastructure autre que les fosses ainsi que la disparition des structures domestiques sont difficiles à expliquer. S’il est certain que l’aménagement du village médiéval a entraîné une troncature des formations superficielles jusqu’au substrat calcaire ou au-delà, et donc une disparition plus ou moins accentuée des structures néolithiques, les autres secteurs plus éloignés n’ont pas subi cette destruction. Une érosion générale des sols postérieure au Néolithique peut également être invoquée, bien qu’ici aucun résultat d’analyse ne soit en mesure de la confirmer. On en restera donc, comme pour beaucoup de sites contemporains, à l’hypothèse d’installations domestiques superficielles ne nécessitant pas de creusements importants et aujourd’hui détruites par les labours.

85Les éléments de comparaison publiés relatifs à l’organisation spatiale sont peu nombreux, surtout dans le même domaine chronoculturel. On peut retenir cependant le site de Sandun à Guérande en Loire-Atlantique (Letterlé 1990) où les silos groupés par paires, comme ici T18-4 et T18-5, suggèrent une organisation régulière de bâtiments possédant chacun leurs propres structures de stockage. Cependant les dimensions, relativement faibles, des silos de Sandun et la présence quasi systématique de plaquages en pierres le long de leurs parois confèrent à ces structures une fonction sans nul doute différente de celle des grandes structures de stockage de Grentheville. A Mairy, la fouille sur plusieurs hectares d’un vaste habitat Michelsberg a, au contraire, fait apparaître une répartition très diffuse et très étendue des silos, sans lien apparent avec les bâtiments.

86Le fort volume des silos de Grentheville, qui pouvaient contenir entre 300 et 1 800 kg de grains, en fait, au moins pour les plus grandes, des structures de stockage adaptées à un usage communautaire. Il est, en effet, plus facile de concevoir qu’une telle réserve de grains ait convenu au groupe villageois dans son entier plutôt qu’à l’une de ses unités domestiques. Plus difficiles à déterminer sont la finalité du stockage et la destination des grains, soit vers la consommation (silos alimentaires), soit vers la semence (silos agricoles), soit vers les deux (silos mixtes).

87Compte tenu du fait que les conditions qui régissent la conservation souterraine, à savoir le confinement qui permet le développement et le maintien d’un milieu anaérobie, une certaine siccité des grains ainsi que l’étanchéité à l’air et à l’humidité, sont très contraignantes, l’hypothèse du silo alimentaire où il est nécessaire de puiser tout au long de l’année semble a priori devoir être écartée. Au contraire, dans le cas de silos agricoles, après une longue période de dormance, le grain extrait en une fois peut être plus facilement utilisé pour la semence (ou à des fins « commerciales »). Les expériences de Firmin (1991) dans la vallée de l’Aisne et de Reynolds (1974) en Angleterre ont montré que le grain stocké dans les silos demeurait utilisable aussi bien pour la consommation que pour la semence, mais que son pouvoir germinatif était variable. Il semble que ce dernier soit inversement proportionnel à la porosité du substrat, et que les mauvais résultats obtenus dans ce domaine dans la vallée de l’Aisne soient à mettre au compte de l’encaissant en grave sableuse. À Grentheville, le limon compact pouvait constituer de ce point de vue un substrat de meilleure qualité.

88Toutefois, l’hypothèse du silo agricole semble ici également inappropriée. Tout d’abord, la quantité de grains stockés suppose des emblavures considérables, disproportionnées en tout cas par rapport à une économie de type néolithique. Ensuite, la nécessité de conserver sur le long terme du grain en vue de semences n’apparaît pas clairement dans la mesure où le grain peut être ressemé juste après la récolte dans de nouveaux champs, sans qu’il soit nécessaire d’attendre une longue période pour la préparation des terres.

89Dans l’hypothèse du silo alimentaire, en revanche, la quantité de réserve est davantage adaptée aux besoins d’un groupe villageois. Par contre, elle suppose que le processus de dormance ait été maintenu artificiellement, par exemple par grillage (cf. infra § 3.4.2.2), soit que les conditions mentionnées plus haut aient été réunies avec un bouchon amovible, soit encore que les silos aient été installés au sec, à l’intérieur des maisons. Dans ce dernier cas, on comprend mieux peut-être la nécessité de les reboucher ainsi que l’utilisation de sédiments prélevés sur des sols domestiques.

90Enfin il ne faut pas sous-estimer le rôle éventuel de réserves pour des années de disette ou de mauvaises récoltes, ni celui de capital pur et simple thésaurisé dans un but de prestige ou en vue d’échanges. Les données acquises sur ce site où manquent les habitations ne permettent malheureusement pas de pousser plus avant la réflexion sur les notions de surplus, de consommation différée ou de rendements par exemple, et tenter, comme cela a pu être fait sur certains sites protohistoriques, une approche de type socio-économique (Vital 1993).

3.3 Le mobilier

3.3.1 La céramique

avec la collab. de S.C.-S.

91Malgré un nombre de tessons important (à peu près un millier), le corpus des formes identifiables est relativement pauvre et l’étude typologique en est durement affectée. L’ensemble du lot céramique est cependant assez homogène d’une structure à l’autre. Les essais de remontages entre silos ont été infructueux.

3.3.1.1 Pétrographie

X.S., J.L.G.

92L’observation des inclusions non plastiques réalisée à partir de dix échantillons représentatifs du corpus a conduit à déterminer quatre groupes pétrographiques principaux.

93Le groupe I renferme des bioclastes fossiles. Ces bioclastes sont toujours fortement micritisés et de petite taille. Ils sont visibles en lumière polarisée non analysée sous forme de corpuscules proches des pellétoïdes dont la structure initiale est rarement conservée. Les organismes les plus reconnaissables sont des échinodermes, des bivalves, des foraminifères et des bryozoaires. Les pâtes présentent le plus souvent des vacuoles qui peuvent témoigner de l’ajout d’un dégraissant végétal (groupe Ibis). Quelques traces de fibres végétales observées à la périphérie des vacuoles d’un échantillon de la fosse S13, ainsi qu’un élément noirâtre à structure concentrique dans un échantillon de la fosse EE17-H2, viennent confirmer cette hypothèse. Dans la plupart des lames, de rares quartz de la taille des limons sont disséminés dans la matrice. Dans l’échantillon prélevé dans la fosse EE17-H2, le cortège est enrichi par des fragments de grès feldspathiques et des grains dont la détermination est rendue difficile par leur comportement isotrope en lumière polarisée analysée. Il s’agit soit de roches calcaires à matrice micritique et inclusions bioclastiques similaires aux bioclastes de la matrice, soit de grains de chamotte (la trame de la matrice laisse entrevoir le travail éventuel d’une pâte céramique). Cet échantillon fait office d’exception dans ce groupe puisqu’il renferme des bioclastes non micritisés (coquilles d’huîtres, entroques, bryozoaires...) et des rares quartz, conférant à cette pâte un faciès caractéristique d’une marne bathonienne. Ce faciès, souvent rencontré dans les pâtes céramiques de la plaine de Caen pour d’autres périodes, semble généralement correspondre aux niveaux marneux du Bathonien terminal-Callovien basal. Étant donné la disponibilité des argiles bioclastiques dans les formations géologiques de la plaine de Caen, la totalité des céramiques de ce groupe peut avoir été fabriquée à l’aide de matériaux de provenance locale.

94Le groupe II représente des pâtes dites « micacées », qui renferment une grande quantité de micas blancs de type muscovite. Ces minéraux sont accompagnés de quartz de tailles inférieures à 100 μm et disséminés dans la matrice argileuse, ou de plus grande taille (jusqu’à 3 mm de diamètre) ; le plus souvent polycristallins, ils sont associés à des paillettes de muscovite et ont manifestement une origine magmatique. Des granules d’argile plus sombre semblent correspondre à des grumeaux d’argile. Ils ne contiennent ni muscovite, ni gros quartz. La fraction grossière magmatique semble séparée de la fraction fine quartzeuse par une faible proportion de grains moyens. Ce léger hiatus granulométrique et l’absence d’éléments granitiques dans les grumeaux argileux pourraient indiquer l’ajout d’un dégraissant. Cette remarque ne s’inscrivant qu’en hypothèse, la présence de micas incite à rechercher la provenance du matériel argileux dans une arène granitique développée à partir d’un granite à deux micas de type granité varisque d’Alençon.

95Le groupe III réunit des pâtes à inclusions granitiques contenant peu ou pas de muscovite. Ces pâtes contiennent des quartz très mal classés, de la taille des limons aux sables très grossiers, ces derniers, souvent amorphes et d’origine éruptive, étant accompagnés de feldspaths (orthoses maclées Karlsbad et plagioclases maclés albites). Des biotites sont omniprésentes dans un échantillon du silo JJ23 où elles sont alignées parallèlement à la paroi, sans doute en raison du travail de la pâte. Dans un autre échantillon de ce silo, ces mêmes minéraux sont plus rares et très souvent décolorés. Dans ce dernier échantillon, il faut souligner une forte concentration de vacuoles allongées dont la partie centrale est emplie de produits charbonneux et la partie périphérique est vide en raison de la disparition des constituants végétaux initiaux. Le cortège de ces pâtes est enrichi de façon secondaire par de rares muscovites et quelques tourmalines. L’absence de muscovite dans les cortèges principaux de ces faciès d’arène granitique oriente vers l’utilisation d’un autre type d’altérite issue cette fois d’une granodiorite de la Mancellia. L’hypothèse d’un ajout de dégraissant végétal dans un des échantillons est tout à fait possible.

96Le groupe IV représente les pâtes vacuolaires. Ces céramiques pourraient avoir été dégraissées à l’aide de matières végétales. Les vacuoles sont généralement vides de matières charbonneuses. Des grains noirâtres, arrondis ou ovales (diamètre 500 à 700 μm), à organisation concentrique, sont présents dans un des échantillons du silo JJ23. Ce sont sans doute les éléments d’un dégraissant végétal. Il faut aussi noter dans cette pâte la présence de rares fragments de roches sédimentairès de type siltites ou grès fins schistosés d’origine paléozoïque probable. Aucun élément discriminant ne permet de conclure sur l’origine des matières premières utilisées pour la fabrication de ces céramiques.

97Les groupes I et IV dominent largement l’ensemble des céramiques de ces fosses silos (tabl. VII). Elles représentent environ 90 % du mobilier. Les céramiques exogènes (groupes II et III) ne représentent que 4 % du corpus. Il faut cependant noter la bonne représentation des pâtes micacées dans le silo S13 (plus de 13 %) et celle des pâtes à éléments de granodiorite dans la fosse JJ23 (environ 25 %). Ces deux pâtes ne sont d’ailleurs représentées que dans peu de structures. Elles sont absentes des fosses silos EE17-H2, GG15-B7, T18-4 et T18-5, et des fosses JJ23 pour les pâtes micacées et S13 pour les pâtes à éléments granodiorotiques.

TABL. VII
Répartition des groupes de pâtes céramiques dans les différentes fosses silos (en %).

98Les céramiques du site de Grentheville sont constituées d’argiles qui semblent provenir principalement du territoire géologique local. En effet, la présence de bioclastes dans une grande partie des céramiques indique une source de type marnes de la plaine de Caen. Dans les céramiques des groupes II et IV, l’absence de ces bioclastes n’entame en rien l’hypothèse d’une argile locale dégraissée avec des matériaux divers. Il semble que, du point de vue technologique, des dégraissants ont été fortement utilisés pour la fabrication des céramiques de Grentheville. Ces dégraissants généralement végétaux semblent parfois relayés par des dégraissants micacés qui devaient nécessiter alors une recherche approfondie de la matière première, à longue distance (le granite d’Alençon est éloigné de plus de 70 km de Mondeville) ou dans un territoire restreint (utilisation possible de blocs de nappes alluviales, de meules...). Le groupe III semble représenter les seules céramiques assurément importées, les zones d’extraction potentielles des argiles étant situées au sud des départements du Calvados et de la Manche et dans les départements de l’Orne, de la Mayenne et de l’Ille-et-Vilaine. Les granodiorites les plus proches (massif d’Athis-Putanges) sont situés à une quarantaine de kilomètres de Grentheville.

3.3.1.2 Technologie

99La céramique est montée au colombin dont les traces sur la coupe des tessons sont toujours nettes ; aucune technique de montage en pièces préfabriquées assemblées ensuite n’a été mise en évidence malgré l’existence d’une forme segmentée.

100Les couleurs de pâte sont sombres ou au contraire d’un rouge orangé vif. Dans la plupart des cas, les couleurs ne sont pas uniformes, ce qui traduit un mode de cuisson rudimentaire en tas, sans couverture de confinement. Les opérations de finition de la surface des vases sont de plusieurs types. Les surfaces uniformément polies et à l’aspect brillant ne sont pas courantes (sauf sur les formes du silo JJ23 appartenant aux groupes Ibis et II). Des traces de lissages, assez fortement imprimées dans la pâte, sont lisibles sur les céramiques du groupe I (silo S13). Soigneusement lissés, ces vases ont subi un polissage qui nous parvient aujourd’hui altéré. Il ne semble pas y avoir de corrélation entre la taille ou la forme des vases et les techniques de finition.

101L’épaisseur des tessons est comprise entre 0,5 et 1 cm. De rares tessons, du groupe I, présentent des épaisseurs supérieures à 1,5 cm. Ces derniers peuvent appartenir à des vases à provisions de taille importante. Les fonds sont exclusivement arrondis sans variation d’épaisseur. Les rebords appartiennent à deux grands groupes typologiques. Les plus fréquents (70 %) sont des rebords arrondis ou plus rarement légèrement aplatis. Les autres (30 %) sont des rebords à lèvres effilées, dissymétriques. Un seul exemplaire est ourlé (silo T18-4, fig. 33, no 3). Le seul élément de préhension reconnu appartient à un gobelet à anses internes à perforation unique (silo EE17-H2, fig. 28, no 6) ; il s’agit d’un type de céramique presque essentiellement bas-normand.

3.3.1.3 Typologie

102Les surfaces, très abîmées en général, n’ont pas permis la reconnaissance de motifs faiblement imprimés ou incisés dans la pâte. Les décors sont rarissimes : il s’agit d’un tesson de panse de taille centimétrique décoré de lignes verticales (silo T18-4, fig. 33, no 1) et d’un fragment de coupe à socle à fût cylindrique (silo EE17-H2, fig. 28, no 9) dont le décor réalisé avant cuisson est composé de triangles sur le rebord de la coupelle et de triangles pointés sur le fût. La coupelle, très profonde, et le fût se sont désolidarisés, révélant un montage en pièces détachées. Autant le premier décor est difficile à interpréter car trop partiel – il évoque tout au plus un des décors de la fosse épirössen de Cannes-Écluses en Seine-et-Marne (Mordant 1980) – autant la coupe à socle est tout à fait caractéristique de la thématique des groupes armoricains.

103Hormis la coupe à socle et le gobelet à anse interne, les formes céramiques sont de deux types, répartis à part égale entre :

  • des formes simples ouvertes et globuleuses à profil en S ; ces vases sont toujours plus larges que hauts, leur forme générale étant comparable à un volume en trois quarts de sphère ; leur diamètre maximal à l’ouverture est compris entre 15 et 20 cm ; les rebords sont arrondis et éversés à 40 % (ces rebords caractérisent les vases du silo JJ23, fig. 42) ou effilés et dissymétriques ; un seul vase est à différencier de ce lot, sa forme générale étant proche de ce groupe mais son ouverture légèrement rétrécie (13 cm de diamètre maximal) et sa lèvre ourlée (vase de la fosse T18-4, fig. 33, no 3) ; les dégraissants de ces céramiques appartiennent à part égale aux groupes Ibis, II et III ;

  • des bouteilles à panse globuleuse mais à col resserré, peu différencié du reste du vase ; aucune forme de ce type n’est reconstituable ; seul leur diamètre à l’ouverture est mesurable et est compris entre 10 et 12 cm ; les rebords de ce type sont exclusivement arrondis ; à 80 %, les dégraissants utilisés appartiennent au groupe III ;

  • un seul individu de forme segmentée non reconstituable est à signaler dans le lot (silo EE17-H2, fig. 28, no 8).

3.3.2 Le mobilier lithique en silex

E.G.

3.3.2.1 Matières premières

104Plusieurs variétés de silex sont présentes dans l’assemblage lithique :

  • un silex provenant de couches d’argiles et que l’on retrouve dans des séries du Calvados, telles que Curcy-sur-Orne, Saint-Martin-Don (Ghesquière 1995) et marginalement dans la série Cerny du paléosol d’Ernes (San Juan, Dron 1998) ; c’est un silex dont les couleurs vont du blanc cassé au noir, avec une nette prédominance pour le noir satiné ; il est de bonne qualité et présente rarement des inclusions pouvant gêner le débitage ; l’épaisseur de son cortex est extrêmement aléatoire puisqu’elle varie de 0,2 cm à 1,5 cm ; il représente environ 70 % des artefacts de la série et ce sont sans doute les dimensions réduites de ses rognons qui ont justifié l’emploi d’autres types de matière ;

  • un silex bathonien très grenu, à faible qualité de débitage, qui représente 14,5 % de la série ; le choix de cette matière en tant que support d’outil est assez marginal et il semble donc évident que c’est la proximité de ce silex qui a déterminé son emploi sur le site ; – un silex bathonien dit « du Cinglais » ; c’est un silex brun mat, d’excellente qualité, mais qu’on ne retrouve que sur quelques éclats et outils de la série ; les zones d’extraction connues de ce silex sont situées à environ 25 km de Grentheville ;

  • un assemblage lithique particulier (présent essentiellement dans les silos Tl8-4 et T18-5) pouvant être attribué à un silex de bonne qualité, de couleur noire, translucide, à cortex très fin mais non roulé, qui a pu être récupéré soit dans des argiles, soit dans des limons superficiels ; cet assemblage comporte une vingtaine d’éclats, quelques lamelles et trois outils ;

  • enfin, un petit assemblage de couleur ocre translucide présent dans le silo JJ23 ; ce silex de bonne qualité a été utilisé pour un débitage laminaire,

3.3.2.2 Débitage

105Le débitage est orienté vers deux productions distinctes : un débitage laminaire et un débitage d’éclats. L’indice lamino-lamellaire n’est que de 7,5 % et, même en tenant compte des lames utilisées comme supports d’outils et des pièces perdues, il semblerait que cette production n’occupe qu’une place marginale dans l’activité de taille sur le site. Cette constante se retrouve au sein de l’outillage dont les lames et lamelles retouchées ou utilisées représentent 11 %.

106Les lames se présentent comme des supports allongés irréguliers et courts (exceptées deux belles lames régulières utilisées comme supports d’outil). Elles sont majoritairement à deux pans et corticales du fait de la faible dimension des rognons de silex. Il ne semble pas y avoir, dans la série, d’éclats résultant de la préparation du nucléus pour un débitage laminaire. Toutefois, une abrasion correcte de la corniche et un écrêtage partiel des lames mettent en évidence une préparation minimum, excluant le côté aléatoire de taille (qu’on retrouve pour le débitage d’éclats). Ces lames ont été sorties indifféremment au percuteur dur ou tendre.

107Faisant exception à cette définition, une petite série (issue du silo JJ23) réalisée dans un silex ocre de bonne qualité comprend deux belles lames (fig. 43, nos 14 et 15), quelques éclats laminaires, quelques éclats de préparation et un nucléus unipolaire. Les talons résultent de l’emploi d’un percuteur tendre. Cette série montre que la technologie d’un débitage laminaire régulier, avec préparation du support, était acquise mais qu’elle a été peu employée.

108Le débitage d’éclats est entièrement dirigé vers l’obtention de supports d’outils. En premier lieu, on trouve une production de grands éclats, épais et corticaux (36,5 % de la série est corticale), nécessaires au façonnage des grands grattoirs et des tranchets. Ces gros éclats ne se retrouvent quasiment pas parmi les artefacts bruts de débitage de la série et constituent a priori le support le plus recherché et le plus utilisé de l’outillage. Il est intéressant de constater que ce qui apparaît dans d’autres assemblages lithiques, comme la préparation pure de mise en forme du rognon (éclats d’entame, de sous-entame, etc.) constitue ici le début de la phase de plein débitage, à tel point qu’on a peut-être eu recours au silex très grenu pour compenser le manque de supports d’outils larges et épais.

109Cette phase se poursuit par l’enlèvement d’éclats de taille moyenne et d’épaisseur toujours importante (4,5 x 4,5 x 1,5 cm en moyenne) qui constitue une part importante des supports de grattoirs de la série ainsi que la majorité des éclats bruts de débitage.

110La dernière phase du débitage produit des éclats de taille modeste (2,5 x 2,5 cm), d’épaisseur moindre (entre 0,5 et 0,8 cm) qui ne seront utilisés que pour le façonnage de grattoirs de petite taille ainsi que pour quelques outils faiblement représentés (perçoirs. burins). Il est à noter que pour les différentes phases du débitage d’éclats, le plan de frappe n’est qu’exceptionnellement préparé et que l’abrasion de la corniche est rare.

111Les nucléus globuleux à éclats sont abandonnés au cours de cette dernière phase. La présence de plans de frappe multiples disséminés sur leur surface leur donne la forme d’un gros œuf, ce qui explique la réutilisation fréquente et intensive de ceux-ci comme broyeurs ou percuteurs (fig. 34, no 6).

3.3.2.3 Outillage

112Sur l’ensemble des structures du site, on constate que l’outillage est très peu diversifié. En effet, 80 % est constitué par trois catégories seulement : les grattoirs (comprenant divers types tels que les grattoirs denticulés, les grattoirs sur éclats...) en représentent 37 %, les tranchets totalisent 19 % et les éclats retouchés 25 %. Chaque autre catégorie d’outil est inférieure à 5 % ; l’ensemble de l’outillage sur lame ou lamelle ne dépasse guère 10 % (tabl. VIII).

TABL. VIII
Décompte de l’industrie lithique par structure : S sain ; B brûlé ; C cortical ; BC brûlé cortical ; T total.

• Les grattoirs

113En regroupant les différentes catégories de grattoirs, on arrive à totaliser 37 % de l’outillage, respectivement 7 % pour les grattoirs denticulés et 30 % pour les autres catégories. Si le pourcentage de denticulés est inférieur à ce que l’on trouve dans le Bassin parisien (13 % à Grisy, dans la vallée de l’Aisne [Augereau, Hamard 1991 ; Augereau 1993]), en revanche le pourcentage de grattoirs est bien calé par rapport au Néolithique moyen II du Bassin parisien (entre 30 et 40 %). La catégorie des grattoirs est très homogène. Elle est caractérisée en effet par l’emploi de supports épais et larges. La majorité d’entre eux sont corticaux, façonnés sur éclats d’entame ou de sous-entame, l’épaisseur du support étant le caractère déterminant. Le front, souvent limité à l’extrémité distale, est façonné par retouches abruptes ou semi-abruptes. Un seul grattoir est réalisé sur bout de lame. Les grattoirs denticulés sont morphologiquement très proches des autres catégories et ne se distinguent que par un façonnage du front moins soigné, formant des indentations assez marquées.

• Les tranchets et les ciseaux

114Cette catégorie représente 1 9 % de l’outillage, chiffre nettement supérieur à ceux des sites du Néolithique moyen II du Bassin parisien (entre 3 et 7 %), marquant ainsi une spécificité. Elle renferme des types morphologiques divers. Ainsi la forme trapézoïdale classique ne concerne qu’une minorité des pièces, la plupart étant de forme rectangulaire ou même à tranchant rétréci. On peut distinguer plusieurs catégories de tranchets.

115Les petits tranchets, en moyenne 3 cm de long pour 2 cm de large et 1,5 cm d’épaisseur, sont réalisés sur des éclats épais mais de dimensions réduites. Ceux-ci sont façonnés par des retouches abruptes des bords mais aussi par des retouches couvrantes et parfois inverses. Le coup de trancher, à section triangulaire, est souvent détaché de manière assez verticale, créant un angle d’attaque entre 55 et 70°.

116Les grands tranchets mesurent entre 5 et 6 cm de long et ont presque tous une forme rectangulaire ou quasi rectangulaire (excepté celui à tranchant très évasé du silo JJ23). Les bords sont façonnés à partir de retouches abruptes et les faces inférieures et supérieures portent souvent de grandes retouches couvrantes amincissant ainsi la pièce et éliminant éventuellement le cortex. Il faut également signaler un lustré important sur les faces inférieures du tranchant des 3 grands tranchets du silo JJ23 (fig. 43, nos 9, 13, 16) et sur 1 tranchet du fossé de l’âge du Bronze (fig. 46, no 4).

117Les ciseaux sont au nombre de 8 et peuvent être assimilés aux tranchets en tant qu’outils de même spécificité technologique (fig. 35, no 4, fig. 41, no 6, fig. 43, no 12). Ils se présentent comme des tranchets très étroits, à bords abattus, parfois à retouches inverses plates, et possèdent un petit tranchant de 1 cm de large. Leur facture est plus soignée que celle des autres tranchets et, pour 4 d’entre eux, les bords sont bien rectilignes.

• Les armatures de flèche

118Cette catégorie est constituée exclusivement par des armatures tranchantes (fig. 34, nos 19, 20, fig. 38, nos 9, 10). Au nombre de 8, elles sont fabriquées indifféremment à partir d’éclats ou de fragments de lames. Les bords façonnés par des retouches abruptes sont irréguliers pour 4 exemplaires. Leur taille varie de 2 à 4 cm de longueur pour des épaisseurs de 3 à 4,5 mm. Leur morphologie varie du trapèze à grandes troncatures au triangle par réduction de la petite base. Aucune retouche couvrante ou inverse n’est à signaler, contrairement aux armatures des gisements du Bassin parisien.

Les outils sur lames

119L’outillage sur lame est constitué de 8 lames utilisées, 5 lames tronquées, 3 couteaux à dos, 1 burin sur troncature et 2 armatures de faucille.

120Les lames utilisées sont des lames brutes irrégulières sur lesquelles de fines esquillures témoignent d’une utilisation (fig. 31, no 10). Les lames tronquées (fig. 38, no 14, fig. 41, nos 15, 16) ne possèdent pas de lustré visible.

121Les couteaux à dos présentent une retouche abrupte rectiligne et parallèle au tranchant (fig. 41, no 8). Il faut rappeler que ce type d’outil a été défini comme caractéristique des phases évoluées du Chasséen septentrional (Martinez, David 1991). Ils sont faiblement représentés dans la région.

122Les 2 armatures de faucille (fig. 46, no 8) possèdent de fines retouches du tranchant et un lustré envahissant sur leurs deux faces. Ces outils, caractéristiques du VSG, apparaissent comme archaïques ici. Leur attribution au Néolithique moyen Il ne fait pourtant aucun doute. Elles sont en effet fondamentalement différentes des armatures VSG régionales qui sont façonnées sur une lame très régulière.

Les éclats retouchés

123Cette classe hétérogène représente 24,8 % de l’outillage et regroupe des types aussi divers que des éclats tronqués (fig. 34, no 11), des éclats denticulés (fig. 41, no 10) ou des éclats à fines retouches directes ou inverses (fig. 35, nos 1, 2). Leur taille est également très variable et l’on ne peut pas dégager de constantes sur le choix des supports employés pour réaliser ces outils. Néanmoins, les retouches, effectuées avec soin, témoignent toujours d’un souci de modification notable du support et ne peuvent pas être considérées exclusivement comme des traces d’utilisation.

• Le reste de l’outillage

124Il est constitué de 2 perçoirs sur éclat (fig. 34, no 8), 3 burins sur éclat tronqué (fig. 34, nos 4, 10 et fig. 38, no 12), et 1 « pic » de 9,5 cm de long, réalisé sur une lame épaisse à section triangulaire, à extrémité triédrique et aux bords faiblement abrasés (fig. 41, no 12).

3.3.2.4 Façonnage

125Toutes les phases du débitage sont présentes sur le site de Grentheville et on peut aussi ajouter toutes les phases du façonnage. En effet, une vingtaine d’éclats appartient au façonnage des troncatures de tranchets (on peut attester pour ceux-ci de l’emploi du percuteur dur comme pour l’ensemble de la série) et 22 coups de tranchet ont aussi été découverts, illustrant la technique de fabrication de cet outil (fig. 43, no 6). Le front est d’abord retouché comme une extrémité de grattoir, puis un éclat transversal étroit, à section presque triangulaire, est détaché, créant un angle d’attaque anormalement ouvert (60o en moyenne). Ce type de façonnage se retrouve dans la série de Moulins-sur-Orne (inédit), attribuée également au Néolithique moyen II. Cette technique est assez éloignée de celle du façonnage des tranchets de la série Cerny d’Ernes (San Juan, Dron 1998), dans laquelle l’extrémité du tranchet ne semble pas retouchée avant le coup de tranchet et l’angle d’attaque est beaucoup plus aigu. En revanche, pour au moins 2 tranchets, 2 coups de tranchet leur appartenant mais ne recollant pas directement ont été retrouvés dans le même silo.

3.3.3 Le mobilier lithique complémentaire

avec la collab. de L. D. ET J.L.G.

La lame de hache (fig. 41, no 9)

126Une grande plaquette façonnée a été retrouvée dans le silo S13. La pièce mesure 20 x 6 cm et a une épaisseur de 2 cm seulement. La matière première utilisée, examinée en lame mince par J.-P. Camuzard, est un grauwacke (grès à feldspath) gris-noir relativement grossier et fragile. Cette roche est héritée d’un matériel précambrien, vraisemblablement du Briovérien normand. La présence d’une schistosité de flux permet de présumer, si le matériel est bien normand, d’une localisation plus précise qui pourrait être la région de Saint-Lô/Coutances (Manche).

127Les bords de la plaquette ont été façonnés par retouches semi-abruptes ; l’ensemble a ensuite été bouchardé et un polissage partiel des faces inférieure et supérieure a été effectué. La fonction d’un tel objet est énigmatique. La forme évoque sans conteste une lame de hache polie, mais la matière première très fragile et la faible épaisseur démentent une telle fonction. Un parallèle intéressant peut être établi entre cet objet et certaines haches polies d’Irian Jaya (Indonésie ; Pétrequin, Pétrequin 1993) de grande taille et de faible épaisseur, façonnées dans une optique non fonctionnelle mais qui possèdent un fort pouvoir symbolique.

• Les fragments de hache polie

128Quatre fragments de hache polie ont été découverts. Les deux premiers éclats de hache sont en dolérite verte. Le troisième est un fragment de hache en silex bathonien (dit « de Bretteville-le-Rabet »), à section quasi rectangulaire (fig. 46, no 2). Le quatrième fragment est issu d’une hache fusiforme en dolérite grise (fig. 46, no 1). Ce type de hache, souvent de grand module, à section ronde et tranchant rétréci, est intéressant à plus d’un titre. La répartition qui en a été faite à partir du dépouillement de la bibliographie et de la banque de donnée de C.-T. Leroux dessine une aire de diffusion centrée sur le quart nourd-ouest de la France, délimitée par la Seine en aval de Paris et par la Loire en aval d’Orléans. Les rares éléments de datation dont on dispose actuellement, dans le Calvados, coïncident pour situer leur utilisation vers le début du Néolithique moyen II. Ils ont été recueillis en contexte mégalithique, dans l’éboulis du parement à Colombiers-sur-Seulles (Chancerel et al. 1992b) et à la base de la maçonnerie du cairn à Ernes (San Juan, Dron 1997). La présence de ce nouvel exemplaire conforte cette proposition chronologique, même si le contexte n’est ici pas des plus fiables puisqu’il est remanié dans le fossé de l’âge du Bronze.

• Les godets en calcaire (fig. 37, no 2, fig. 40)

129Deux objets à fonction énigmatique retiennent particulièrement l’attention. Le premier, recueilli cassé en deux dans le silo S13, est un godet de section elliptique. Il a été confectionné dans le calcaire à briozoaires du Bathonien supérieur. Sa forme pourrait le définir comme un petit récipient double réversible. U4n tenon brisé faisant office de manche a été aménagé sur un des côtés. Le second, incomplet, a été découvert dans le silo T18-4 ; il s’agit d’un fragment d’un second godet en calcaire local, de section apparemment ronde mais à cuvette unique.

130Des traces de mise en forme (stries) sont visibles sur le fût du godet incomplet. Les deux exemplaires sont fortement rubéfiés. Le fragment du second godet possédait encore lors de sa découverte un dépôt noir (semblable à un goudron) dans le fond de la coupelle. La fonction qui semble la plus vraisemblable pour ces objets insolites est celle de lampes à graisse, comme le suggèrent le goudron découvert dans l’un d’entre eux et les fortes traces de feu présentes.

131Des objets comparables ont été découverts lors des fouilles de Grimes Graves en Grande-Bretagne (Mercer 1981 : 60- 68) ; ils ont été attribués à l’âge du Bronze moyen. Sur ce site, leur fonction est liée à l’éclairage de l’intérieur des mines de silex.

• Les galets lissés

132Un petit galet en dolérite (fig. 46, no 3) porte des traces d’usure abondamment striées sur une face et quelques plages d’usures planes constituées de fines stries parallèles. Les zones usées sont importantes, indiquant une surface de contact outil/matière travaillée relativement importante. La disposition de ces microtraces est proche des traces observées sur des estèques en céramique ou en pierre fréquemment rencontrées sur des sites chasséens du Sud de la France (Binder et al. 1994) ou dans le Chalcolithique d’Europe orientale (Skakun 1978).

133Deux fragments de calcaire (10x4 cm) présentent d’importantes plages lissées. Ils semblent avoir été utilisés comme petits polissoirs portatifs, éventuellement pour le travail de matières tendres (peau, bois, etc.). La matière première utilisée empêche de caractériser plus précisément ces traces d’usage.

• Les meules et les molettes

134Dans la plupart des structures d’ensilage ont été retrouvés des instruments de mouture, entiers ou fragmentés (T18-4, T18-5 et S13). La majorité est en granite de provenance régionale, le granité d’Athis de faciès à enclaves (un seul individu en granite à amphibolite) ou, plus rarement, en poudingue et en arkose (tabl. IX). Il s’agit généralement de galets fluviatiles (probablement récupérés à proximité du site dans la vallée de l’Orne) et plus ou moins mis en forme sur les bords.

TABL. IX
Roches tenaces découvertes dans les silos et le fossé de l’âge du Bronze (El : enceinte nord, Ell : enceinte sud).

135On peut noter la présence de trois meules « actives » (30 x 15 cm ; ép. 10 cm). Leurs faces inférieures sont planoconvexes, tandis que les bords sont façonnés par retouches grossières. De nombreux fragments de meules dormantes, à face plano-concave, ont également été découverts (en particulier dans le silo S13).

136Un seul fragment de polissoir en grès de May-sur-Orne, beaucoup plus local, a été recueilli dans le silo S13. Un bloc informe en dolérite de type mancellien et un autre en granite gneissique du sud du Cotentin ou du massif de Saint-Malo peuvent provenir d’une aire géographique plus occidentale.

3.3.4 Les vestiges archéozoologiques

R.-M.A.

137Les vestiges osseux d’animaux recueillis sur le site correspondent à des restes détritiques dont la présence dans les silos est à relier avec la réutilisation de ces structures, dont le contenu reflète les activités qui se déroulaient à leurs environs immédiats.

138Les restes présentent des surfaces en mauvais état de conservation, érodées par les effets des agents physico-chimiques (acidité du sédiment). Leur état de fragmentation atteste, par ailleurs, qu’il s’agit de restes épars de squelettes disloqués et isolés qui ont eu à subir la découpe bouchère et qui ont été soumis aux différentes étapes de la préparation culinaire jusqu’à la cuisson et au rejet dans un foyer pour certains d’entre eux.

139Un peu moins d’une centaine de restes ont pu faire l’objet d’une détermination jusqu’au rang de l’espèce. Ils se rapportent aux principales espèces domestiques dont on peut attendre la présence sur les sites de Cet horizon chronologique, à l’exception du chien dont aucun reste n’a été retrouvé. Une phalange d’ours représente le seul reste attribué à une espèce sauvage. Il pourrait s’agir d’un élément conservé avec la peau dont la présence pourrait être reliée à celle d’une fourrure. Ce serait, de fait, le seul vestige qui dérogerait à la nature détritique qui caractérise cet échantillon.

140La composition de l’échantillon est marquée par la nette prédominance des petits ruminants (tabl. X). Plus de la moitié des os ont été attribués au mouton et à la chèvre alors que le bœuf n’est représenté que par un tiers des restes et le porc par à peine plus d’un dixième. Des disparités sont à noter dans la composition des échantillons des différentes fosses, surtout au niveau de la prévalence des différentes espèces. L’association de restes de ces trois espèces ne s’observe pas de manière systématique dans chacune des fosses, la moitié d’entre elles n’ayant livré aucun reste de porc.

TABL. X
Répartition des espèces par structure.

141L’effectif des restes déterminés est très faible, ce qui n’assure pas la représentativité statistique de ces résultats qui, dans l’attente de données plus conséquentes, doivent être considérés avec la plus grande circonspection. Quelques traits retiennent cependant l’attention et méritent d’être soulignés. La prédominance des petits ruminants est à relever car elle suggère que leur exploitation jouait sur ce site un rôle autrement plus important que celui qui leur était dévolu dans les autres habitats contemporains du Bassin parisien où ils sont généralement relégués à un rang secondaire après le bœuf et le porc. Cette composition se démarque ainsi très nettement de celle des ensembles du Chasséen septentrional de la vallée de l’Oise (Méniel 1984) et du complexe Chasséo-Michelsberg de la vallée de l’Aisne (Hachem 1987 ; 1989) pour se rapprocher du Chasséen méridional de Provence (Helmer 1979). La prédominance des caprinés, dont les restes sont fragiles et particulièrement exposés aux effets de la conservation différentielle, donne encore d’autant plus de poids à l’importance supposée de l’exploitation des caprinés qu’elle est, plus que celle du bœuf, susceptible d’être sous-évaluée (tabl. XI).

Bœuf

Caprinés

Porc

crâne

2

3

2

dent sup

3

1

mandibule

3

1

dent inf.

2

3

1

dent isolée

4

scapula

2

1

humérus

1

3

1

radius-ulna

2

5

1

carpe

3

métacarpe

1

2

coxal

1

2

fémur

1

5

tibia

1

2

tarse

2

1

métatarse

1

phalange

4

1

sésamoïde

3

métapode

1

1

côte

3

5

vertèbre

3

4

total

31

46

11

TABL. XI
Répartition des restes par pièce squelettique et espèce domestique.

3.4 Les données paléoenvironnementales

3.4.1 Anthracologie

DM.

142De nombreux lots de charbons de bois ont été étudiés en provenance de chacun des silos. Ces macrorestes sont en bon état de conservation.

3.4.1.1 Inventaire des essences observées et données paléo-écologiques

143L’étude des lots anthracologiques révèle une très faible variété taxonomique. En effet, le nombre de taxons reconnus est égal à 5. Le chêne à feuilles caduques est nettement dominant (tabl. XII). Cette faible variété peut éventuellement s’expliquer par un choix particulier des taxons comme bois d’œuvre dans certaines structures.

TABL. XII
Détermination des charbons de bois et répartition par structure.

Le chêne à feuilles caduques

144Il peut correspondre aux chênes pédoncule ou sessile. Il s’agit ici dans les deux cas d’espèces héliophiles pouvant croître dans des bois clairs, des friches ou des haies.

• L’orme

145C’est une espèce héliophile, de mésophile à mésohygrophile. Elle entre dans la composition végétale des forêts ripicoles, des haies et, plus largement, de la végétation rudérale.

Le hêtre

146Il est sciaphile, croissant sur des sols non hydromorphes. Il est commun en plaine. On le rencontre dans des bois et des forêts caducifoliées.

• Les pomoïdées

147Ils réunissent toute une série d’espèces sous la famille des rosacées : amélanchier (Amélanchier oualis), cotonéaster (Cotonéaster sp.), aubépine (Crataegus sp.), néflier (Mespilus germanica), poirier-pommier (Pyrus sp.) et sorbier-cormieralisier (Sorbus sp.). Ils correspondent à un groupe d’espèces héliophiles ou de demi-ombre se rencontrant aussi bien en lisière de bois, dans des bois clairs ou des landes que dans des forêts caducifoliées ouvertes.

148La liste des espèces reconnues, leurs caractères auto-écologiques et les données dendrologiques développées ci-dessous soulignent l’existence dans les environs du site de Grentheville, au cours du Néolithique moyen, d’une chênaie assez dense. Toutefois, le fort degré de sélection du bois rend délicate toute interprétation poussée d’ordre paléoenvironnementale.

3.4.1.2 Observation du plan ligneux et étude des cernes

149Les charbons de chêne contenus dans l’ensemble des lots étudiés sont issus à 100 % de bois à fort calibre, de type tronc ou grosse branche (tabl. XII). La largeur moyenne des cernes de croissance calculée sur l’ensemble des charbons de chêne issus de bois à fort calibre dans tous les lots, soit 116 individus lisibles, est de 1,51 mm avec un écart-type de 0,89. L’histogramme de fréquences qui en découle (fig. 47a) est quasi uni modal et présente un classement centré sur 1,5 mm.

FIG. 47
Largeur des cernes à faible courbure des chênes contenus a dans tous les lots ; b dans le lot GG15-B7 ; c EE17-H2 ; d T18-4 ; e T18‑5 ; f S13.

150Il est intéressant de suivre le comportement de la largeur moyenne des cernes du chêne dans les différents lots étudiés et de constater ainsi la plus ou moins grande dispersion des valeurs (tabl. XIII). Ainsi, dans les lots GG15-B7 et S13 (fig. 47b, f), les quelques mesures réalisées montrent une forte dispersion des valeurs probablement prises sur des individus ayant poussé dans des milieux fort variés. À l’opposé, le lot EE17-H2 (fig. 47c) montre des chênes dont la croissance est du même ordre et faible. Les individus mesurés proviennent certainement d’un même biotope fermé.

lot

moyenne

écart type

effectif

S13

2,89

1,58

8

T18-4

1,17

0,63

32

T18-5

1,42

0,53

63

EE17-H2

1,16

0,22

8

GG16

3,27

1,43

5

TABL. XIII
Valeurs des cernes de croissance des charbons de chêne contenus dans tous les lots.

151Les valeurs de largeur moyenne de cernes des charbons de chêne étudiés à Grentheville cadrent parfaitement avec les données acquises en Armorique pour la même période chronologique.

3.4.1.3 Caractères technologiques des essences représentées

152Les charbons de chêne proviennent de pièces obtenues par refente dans des grosses branches ou des troncs. Le chêne est le matériau de construction par excellence dans l’Ouest de la France. A Grentheville, les hommes ont utilisé des chênes à pousse relativement lente, issus de milieux semi-fermés. Ces bois offrent des fûts réguliers et rectilignes idéaux pour l’obtention de longues poutres régulières (Pétrequin 1988).

3.4.1.4 Fentes radiales et galeries de xylophages

153À l’occasion de l’observation systématique des charbons de bois à faible grossissement, 21 fragments de charbons de chêne se sont avérés porteurs de fentes radiales de retrait. Ces fentes apparaissent lors de la combustion de bois vert. Ceci signifie que la combustion a pu affecter parfois du bois vert. Quelques charbons de chêne (dans les silos S13, EE17-H1 et T18-4) et de pomoïdées (EE17-H2) portent des galeries d’insectes xylophages ; il s’agit d’un indice de combustion d’un bois sec, voire vermoulu.

3.4.2 Carpologie

M.-F.D.-S.

154Les semences étudiées sur le site proviennent de cinq Silos (GG15-B7, EE17-H2, S13, T18-4 et T18-5). Grentheville est le premier site du Néolithique moyen II où ont été retrouvés de tels vestiges pour cette période en Normandie. Dans la région, un seul site néolithique a, jusqu’à présent, donné lieu à une étude carpologique (Marinval 1991) ; il s’agit du paléosol du cairn d’Ernes (Calvados), occupé vers 5560 ± 140 BP par des populations Cerny dont l’agriculture reposait sur la culture du blé tendre/dur (Triticum aestivo-compactum). L’étude réalisée à Grentheville a été sous-tendue par deux objectifs : déterminer la nature des assemblages de semences identifiées et comprendre l’origine de leur présence dans les structures.

3.4.2.1 Matériaux et méthodes

155Les prélèvements ont été réalisés dans la partie du remplissage conservé sous le niveau d’apparition du lœss. Certains d’entre eux proviennent des zones les plus proches des parois et du fond de chaque silo.

156Le silo GG15-B7, d’une profondeur moyenne de 45 cm, présentait un remplissage constitué de couches limoneuses de teintes sombres très semblables les unes aux autres. Les prélèvements ont été réalisés par couches. Les couches Co5 et Co3 (fig. 48), formées d’un limon brun, encadrent la couche Co4 composée d’un limon organique panaché de noir très riche en mobilier. Chacune de ces trois couches a fait l’objet d’un prélèvement de 20 l. La couche Co2 forme une poche noire très riche en charbons, nodules d’argile cuite et mobilier archéologique, qui s’individualise nettement au sein de la couche Co3. Dix litres de sédiment y ont été prélevés. Le volume total de sédiment étudié dans ce silo est de 70 l.

FIG. 48
Coupe du silo GG1S-B7 : numérotation des unités stratigraphiques échantillonnées.

157Le silo EE17-H2, d’une profondeur moyenne de 50 cm, a été fouillé par moitiés. Dans l’une, 40 l de sédiment ont été prélevés, à raison de 10 l tous les 10 cm (soit entre 0 et 10, 20 et 30, 30 et 40, 40 et 50 cm). Dans l’autre moitié, seul le sédiment du fond du silo (entre 40 et 50 cm) a été prélevé. Le volume de ce prélèvement, qui englobe la totalité du sédiment présent au fond, est de 30 l. Au total, 70 l de sédiment ont été étudiés dans ce silo.

158Le silo S13, d’une profondeur moyenne de 45 cm, présentait des petits amas de pierres chauffées et de charbons de bois interprétés comme le résultat de vidanges de foyers. La couleur très sombre et la forte homogénéité du remplissage n’ont pas permis de fouiller par couches. Cette structure a donc été dégagée par passes successives d’une dizaine de centimètres d’épaisseur. Pour chacune des cinq premières passes, 10 l de sédiment ont été prélevés ; les trois dernières passes ont chacune donné lieu à un prélèvement de 20 l. Le volume total de sédiment étudié dans ce silo est de 110 l.

159Le silo T18-4, d’une profondeur moyenne de 75 cm, a été fouillé en sept passes successives de 10 cm d’épaisseur. Chaque passe a donné lieu à un prélèvement de 20 l de sédiment, à l’exception de la passe de 40 à 50 cm (prélèvement de 10 l). Enfin, dans un dernier prélèvement, d’un volume de 30 l, la totalité du sédiment présent dans le fond du silo a été récupérée. Le volume total de sédiment étudié dans ce silo est de 160 l.

160Le silo T18-5, bien que fouillé depuis la surface, n’a donné lieu à des prélèvements que dans sa partie creusée dans le lœss, soit sur une profondeur moyenne de 70 cm. Les cinquante premiers centimètres du remplissage, constitués d’un limon argileux brun, ont été fouillés par passes successives de 10 cm d’épaisseur. Les deux premières (de 0 à 10 et de 10 à 20 cm) ont donné lieu chacune à un prélèvement de 30 l de sédiment. Les trois suivantes (de 20 à 30, de 30 à 40 et de 40 à 50 cm) ont fait l’objet d’un prélèvement de 20 l chacune. La deuxième partie du remplissage, plus diversifiée, présente, en alternance, des niveaux de lœss et des couches de limon argileux brun-gris, scellés par la couche Co5 composée d’une lentille de cendres et de charbons de bois (fig. 49). Dix litres de sédiment ont été prélevés dans cette dernière. Nous avons également étudié un prélèvement de 20 l issu de la couche Co4 (prof. : 50-60 cm) et un prélèvement de 10 l issu de la couche Co8. Le sédiment de la couche Co4 est un limon brun bigarré, moins riche en charbons que celui de la couche Co5. La couche Co8 correspond à un niveau induré, riche en concrétions calcaires. Le volume total de sédiment étudié dans ce silo est de 160 l.

FIG. 49
Coupe du silo T18-5 : numérotation des unités stratigraphiques échantillonnées.

161Les sédiments ont été tamisés à l’eau sur des tamis à mailles de 2 et 0,5 mm d’ouverture par les membres de l’équipe archéologique. Nous avons ensuite assuré le tri de l’intégralité des refus de ces deux tamis et l’identification des semences sous loupe binoculaire WildM3c à l’université de Paris X.

162Les tableaux XIV à XVIII présentent les résultats des déterminations. Seuls les restes carbonisés y sont mentionnés. En effet, dans les sites de milieu sec, seul le matériel carbonisé peut être considéré comme contemporain de leur occupation. Dans de nombreux cas observés à Grentheville, l’état carbonisé des semences ne fait aucun doute. Concernant les chénopodiacées, on ne peut toujours se fier à l’aspect de leur tégument et, après les avoir déterminées, il est nécessaire de les ouvrir pour s’assurer qu’elles sont bien carbonisées. Il faut cependant signaler la présence, dans tous les silos, d’un certain nombre de semences non carbonisées. Certaines d’entre elles, d’identification relativement facile, sont attribuables à la véronique à feuilles de lierre (Veronica hederifolia), à la renouée des oiseaux (Polygonum aviculare), au chénopode blanc (Chenopodium album) et aux arroches (Atriplex sp.). Les pollutions que représentent ces semences non carbonisées sont probablement l’œuvre d’animaux fouisseurs.

TABL. XIV
Composition de l’assemblage de semences du silo GG15-B7 (cf. : vraisemblablement).

TABL. XV
Composition de l’assemblage de semences du silo EE17-H2 selon la profondeur en cm du prélèvement (cf. : vraisemblablement).

TABL. XVI
Composition de l’assemblage de semences du silo S13 selon la profondeur en cm du prélèvement (cf. : vraisemblablement).

TABL. XVII
Composition de l’assemblage de semences du silo T18-4 selon la profondeur en cm du prélèvement (cf. : vraisemblablement).

TABL. XVIII
Composition de l’assemblage de semences du silo T18-5 selon la profondeur en cm du prélèvement (cf. : vraisemblablement).

TABL. XIX
Taux de contamination par les mauvaises herbes des assemblages de céréales de chacun des silos (dans le calcul de ce pourcentage, les embryons de céréales ne sont pas pris en compte).

3.4.2.2 Résultats et discussion

163Les semences de plantes cultivées sont celles de céréales, de légumineuses et du pavot somnifère.

  • 2 – Ses grains sont arrondis en section transversale. Leur surface est marquée de fines rides transve (...)

164Deux céréales à grains nus, l’orge nue (Hordeum vulgare var. nudum)2 et le blé tendre-compact (Triticum aestivocompactum), et une céréale à grains vêtus, l’amidonnier (Triticum dicoccum), sont représentées. La fragmentation et/ou le mauvais état de conservation de nombreux grains qui, bien qu’entiers, sont très érodés et très alvéolaires, font qu’une majorité de restes n’a pu être attribuée aux blés ou à l’orge (tabl. XX). D’une manière plus générale, la conservation du matériel est assez médiocre.

TABL. XX
Proportions représentées par les différentes céréales au sein de chaque assemblage et sur l’ensemble des assemblages (en %).

165En ce qui concerne l’orge nue (Hordeum vulgare var. nudum), il faut d’ores et déjà souligner que 14 % des grains de cette céréale comportent encore des restes de glumelles. La présence de ces dernières est toujours liée à celle de boursouflures que la carbonisation a provoquées sur ces grains. Cette observation est valable pour tous les silos, mais le pourcentage présenté ne s’applique qu’au silo T18-4, le seul où ont été retrouvés suffisamment de grains d’orge nue pour que ce pourcentage soit significatif.

166Étant donné le mauvais état de conservation des quelques grains de blé qui ont pu appartenir à l’amidonnier (Triticum dicoccum), seule l’identification de ses bases d’épillet et glumes rend certaine la présence de cette espèce.

  • 3 – Les valeurs moyennes, minimales et maximales, des longueurs et largeurs obtenues à partir des mes (...)

167Deux sortes de légumineuses, le pois (Pisum sativum), la féverole (Vicia fabavia. minuta) et une plante oléagineuse, le pavot (Papaver somniferum)3 étaient également cultivées par les paysans de Grentheville.

168Seules cinq herbacées sauvages ont été identifiées. Il s’agit du chénopode blanc (Chenopodium album), de chénopodes du groupe polysperme (Chenopodium groupe polyspermuni), de la renouée liseron (Polygonum convolvulus), de la fléole des prés (Phleum pratense) et de la vesce hérissée (Vicia hirsuta). Le chénopode blanc et le chénopode polysperme (classe des Chenopodietea), taxons nitrophiles, investissent régulièrement les cultures sarclées et les champs de céréales semées au printemps (Bournerias 1984 ; Martin 1983). C’est à cette saison que sont semés de nos jours l’orge (often spring-sown ; Greig 1988) et le pavot (Bakels, Rousselle 1985) et que peuvent être semés les blés rustiques (Lundstörm-Baudais, comm. pers.). Chaleur et nutriments sont nécessaires pour stimuler la germination des mauvaises herbes qui accompagnent ces semis de printemps (Greig 1988). Les milieux rudéraux sont également favorables à la croissance de ces herbacées (Ellenberg 1979 ; Bournerias 1984 ; Martin 1983). Moins exigeants vis-à-vis de la richesse des sols en nutriments que les chénopodes (Ellenberg 1979), la vesce hérissée et la renouée liseron (classe des Secalinetea) envahissent les champs de céréales d’hiver (Bournerias 1984 ; Martin 1983). De nos jours, la fléole des prés n’est pas considérée comme une mauvaise herbe des cultures mais comme une espèce prairiale (Fitter et al. 1991 ; Jauzein, Montegut 1983). Ses caryopses sont toutefois fréquemment associés à ceux des céréales au sein des assemblages néolithiques (Bakels 1984).

169Les produits de cueillette sont représentés par les restes de fruits de deux arbrisseaux des lisières (Rameau et al. 1989), le noisetier (Corylus avellana) et le prunellier (Prunus spinosa). Les fragments de péricarpes de noisettes sont présents dans tous les silos, mais sont particulièrement abondants en GG15-B7. Un endocarpe entier de prunelle a été trouvé dans le silo EE17-H2, un autre, fragmentaire, dans le silo T18-4.

170Les assemblages étudiés proviennent de structures identifiées, sur la base de leur morphologie, comme des silos à grains. De ce fait, on s’attend logiquement à ce qu’ils soient représentatifs des denrées effectivement stockées dans ces structures (réserve de denrées alimentaires ou grains stockés en prévision de futures semailles), donc en position primaire. Cependant, la possibilité que les semences, au même titre que d’autres catégories de vestiges, se soient trouvées mêlées au sédiment utilisé pour remblayer les structures, donc en position secondaire, doit être examinée.

171L’absence de traces de feu sur les parois des structures et d’amas de grains carbonisés au contact de celles-ci suffit à écarter l’hypothèse d’une carbonisation des grains au sein même des silos. L’examen minutieux de ces macrorestes et l’étude de la composition des assemblages le confirment et permettent d’affirmer qu’au moment où elles ont brûlé, les céréales n’étaient pas même destinées à être ensilées.

  • 4 – Il s’agit des glumes et glumelles dans le cas de Triticum aestivo-compactum, mais des seules glum (...)
  • 5 – Le grillage améliore la capacité des grains au stockage et, notamment en détruisant le pouvoir ge (...)
  • 6 – Et cela bien que le volume de sédiment prélevé dans le fond du silo soit plus important que celui (...)

172La présence de restes de glumelles sur les grains d’orge nue constitue un argument décisif en faveur de cette interprétation. Dans le cas des céréales à grains nus, les enveloppes entourant les caryopses4 se détachent très facilement. Aussi est-il rare de retrouver des restes de ces enveloppes encore fixés aux grains. Pour que cela soit possible, il faut que les glumelles aient encore enveloppé les grains lors de la carbonisation. Et comme la simple manipulation d’un épi d’orge nue suffit à séparer ces éléments les uns des autres, on doit en conclure que c’est sous forme d’épis que ces céréales ont brûlé. Or l’ensilage des céréales sous forme d’épis est une pratique jusque-là inconnue : « bien qu’on ait peut-être ensilé des grains en épi dans l’Antiquité, les témoignages précis que l’on connaît mentionnent la mise en silos de grains en vrac, battus et vannés » (Sigaut 1978). La carbonisation, non pas de grains, mais d’épis, confirme l’hypothèse de leur rejet dans les structures postérieurement à la phase d’utilisation de ces dernières en tant que silos. Elle permet par ailleurs d’affirmer que ce n’est pas lors d’opérations telles qu’un grillage des grains préalable au stockage5 ou des préparations alimentaires que ces macrorestes ont brûlé, et de conclure au caractère accidentel des circonstances dans lesquelles s’est produite la carbonisation des épis. D’ailleurs, le rejet massif de grains carbonisés lors de telles opérations se serait vraisemblablement traduit par leur concentration en certains points des remplissages, en particulier au sein des couches charbonneuses ou cendreuses, restes de vidanges de foyers où ces opérations auraient pu se dérouler. Or aucune concentration de ce type n’a été observée lors de la fouille. Au contraire, les couches les plus riches en charbons et cendres, comme celles du fond du silo T18-4, contiennent nettement moins de grains que les limons bruns sus-jacents6 (tabl. XVII).

  • 7 – En considérant qu’un épillet d’amidonnier comporte habituellement deux grains, les bases d’épille (...)
  • 8 – Notons toutefois que cette observation n’aurait pas permis de décider du caractère primaire ou se (...)

173La forte représentation des bases d’épillets d’amidonnier (Triticum dicoccum) par rapport aux grains qui appartiennent probablement à ce blé7 signifie que cette céréale n’a, comme l’orge, subi aucun traitement8.

  • 9 – Sachant que le poids de 472 fragments de grains de céréales est égal à celui de 72 grains entiers (...)

174Cette absence de traitement doit également se vérifier au niveau du taux de contamination par les mauvaises herbes des assemblages de céréales de chacun des silos. Avant d’établir de quelconques proportions, ici celle que représentent les mauvaises herbes au sein de chaque assemblage, la procédure habituelle consiste à utiliser un facteur correctif9 afin d’évaluer le nombre d’individus entiers que comportaient à l’origine des assemblages aussi riches en fragments que ceux de Grentheville. On peut néanmoins se demander s’il est légitime d’appliquer une telle procédure aux assemblages étudiés, étant donné que les silos ne constituent pas, pour ces assemblages, des ensembles clos. Ne conviendrait-il pas plutôt d’envisager que chaque fragment soit représentatif d’un individu entier et d’utiliser les données brutes plutôt que les données corrigées. Pourtant, s’ils sont établis à partir des données brutes, les taux de contamination des assemblages des silos S13, T18-4 et EE17-H2 (tabl. XIX) sont extrêmement faibles, et de ce fait très différents de ceux qu’on devrait obtenir pour des récoltes n’ayant encore subi aucun traitement.

175Les taux de contamination corrigés sont, à l’exception de celui du silo T18-4 que nous ne savons comment interpréter, conformes à ceux que fournissent des récoltes non traitées. L’utilisation d’un facteur correctif se trouve a posteriori justifiée, ce qui tend à montrer que ce n’est qu’une fois dans les silos que les semences se sont fragmentées, peut-être lors du tassement du sédiment utilisé pour reboucher ces structures.

176Les herbacées sauvages identifiées sont, d’un point de vue spécifique, peu diversifiées. La présence de la fléole, dont les caryopses ne sont pas particulièrement résistants, permet d’écarter l’hypothèse d’une représentation différentielle des semences de mauvaises herbes liée à la médiocrité des conditions de conservation. Il se pourrait alors que la faible diversité des mauvaises herbes reflète les modalités de récolte des plantes cultivées, en particulier la hauteur de coupe. Celle-ci peut-être évaluée en se basant sur la hauteur des parties florales des mauvaises herbes compagnes des moissons. Une coupe basse, au niveau du sol, se traduit par la représentation, au sein de la récolte, de toutes sortes de mauvaises herbes présentes dans le champ, aussi bien courtes que hautes. Or l’assemblage de Grentheville ne comporte que des mauvaises herbes que leurs dimensions permettent de qualifier de hautes –2m pour le chénopode blanc, 1,50 m pour la fléole des champs, 1 m pour la renouée liseron– ou moyennes –80 cm pour la vesce hérissée, 60 cm pour le chénopode polysperme– (Martin 1983 ; Jauzein, Montegut 1983). Dans ces conditions, il est possible d’envisager la pratique d’une coupe à mi-hauteur. Soulignons enfin, qu’au stade de la récolte, les paysans n’ont pas cherché à éviter ces mauvaises herbes, pourtant faciles à repérer.

177Premier site normand à faire l’objet d’une étude carpologique pour cette période du Néolithique, Grentheville apporte de précieuses informations concernant les plantes cultivées à cette période dans la région.

178Le tableau XX indique les proportions que représentent les différentes céréales au sein de chaque silo, puis sur l’ensemble de ces structures (pourcentage global). Ces pourcentages ont été calculés après application du facteur correctif précédemment mentionné. Les proportions que représentent respectivement l’orge et chacun des blés, amidonnier et blé tendre/compact, doivent être considérées avec une certaine prudence. Il est en effet plus facile d’identifier un fragment de grain d’orge qu’un fragment de grain de blé. Ce biais de représentation n’enlève cependant rien à l’impressionnante supériorité (72,7 % !) de cette céréale à Grentheville. Il s’agit là d’un phénomène sans précédent au Néolithique moyen dans le Nord de la France. Dans sa présentation des Premières données sur l’agriculture et l’alimentation végétale dans le Centre-Ouest de la France au Néolithique, P. Marinval (1984) écrit à propos du Néolithique moyen : « Nous pouvons préciser grâce à l’analyse des paléo-semences des Châtelliers du Vieil-Auzay que le blé tendre-dur (Triticum aestivo-compactum) et l’orge à grains nus (Hordeum vulgare var. nudum) étaient cultivés. ». Cependant, dans le bilan des études carpologiques concernant les Néolithiques ancien et moyen du Nord de la France que cet auteur présente en 1991, l’orge nue n’est plus mentionnée sur le site des Châtelliers tandis que l’amidonnier s’y trouve (Marinval 1991). Ces modifications sont sans doute liées à un réexamen du matériel de ce site d’où l’orge nue serait absente, si l’on se réfère à la publication la plus récente. Par ailleurs, il n’est pas certain que les grains d’orge identifiés à Tinténiac appartiennent à l’orge nue (Ruas 1990). La présence de Hordeum vulgare var. nudum n’est donc plus assurée que sur deux des dix sites du Nord de la France ayant fait l’objet d’une étude carpologique (tabl. XXI) : le site chasséen de Guérande/La Butte Sandun (Loire-Atlantique) et le site épirössen d’Entzheim (Bas-Rhin). Sur le site de La Butte Sandun, l’orge nue arrive loin derrière le blé tendre compact, largement dominant (Marinval 1993). À Entzheim (Hopf 1975), l’orge nue, avec 32,6 %, occupe une place intermédiaire entre l’amidonnier (38,1 %) et l’engrain (27 %). Soulignons enfin que la place qu’occupe l’orge nue à Grentheville est également bien différente de celle qu’elle occupait sur les sites Cerny puisqu’elle fait totalement défaut, dans le paléosol du cairn d’Ernes, Calvados (Marinval 1991) ou sur le site de Fossé/La Vallée aux Fleurs, Loir-et-Cher (Van Zeist 1981).

  • 10 – À l’exception de l’habitat de Fossé/La Vallée aux Fleurs où le blé tendre/compact n’est représent (...)

179Sur les sites Cerny10, comme sur les sites occupés postérieurement au Néolithique moyen (tabl. XXI), c’est aux blés nus que les agriculteurs semblent avoir accordé leur préférence (Marinval 1993) et de ce point de vue, la situation constatée à Grentheville est, elle aussi évidemment, très différente.

TABL. XXI
Plantes cultivées attestées au Néolithique moyen dans le Nord de la France.

180La présence du pavot (Papaver somniferum) n’est guère surprenante dans la mesure où c’est au Néolithique moyen que cette plante, présente sur de nombreux sites rhénans dès le Rubané (Bakels 1982), fait son apparition dans la moitié nord de la France (Ruas, Marinval 1991). Les mentions de pavot se limitent toutefois à l’est du pays (Clairvaux-les-Lacs : Lundström-Baudais 1989 a, b), au Bassin parisien où il figure en contexte Michelsberg (Cuiry-lès-Chaudardes/ Les Fontinettes : Bakels 1984) et en contexte chasséen (Paris/ Bercy : Dietsch 1996). Cette plante n’a été retrouvée sur aucun des sites de la façade atlantique étudiés jusqu’à présent (tabl. XXI).

  • 11 – Le site alsacien d’Entzheim (Hopf 1975) n’en fait pas partie car il n’est pas certain que l’uniqu (...)

181Des deux légumineuses, pois (Pisum sativum) et féverole (Vicia faba var. minuta), cultivées à Grentheville, la première qui, avec l’amidonnier (Triticum dicoccum) et l’engrain (Triticum monococcum), forme la trilogie des plantes cultivées par les populations danubiennes (Marinval 1993), voit sa mise en culture se poursuivre au Néolithique moyen dans le Nord de la France. Les sites du Néolithique moyen où le pois est attesté avec certitude11 (tabl. XXI) sont certes peu nombreux mais suggèrent par leur localisation, tant à l’est (Clairvaux-les-Lacs : Lundström-Baudais 1989 a, b) qu’à l’ouest du pays (Tinténiac : Ruas 1990), que la culture de cette plante pouvait connaître une large répartition géographique. La situation est bien différente en ce qui concerne l’autre légumineuse cultivée par les villageois de Grentheville, la féverole (Vicia faba var. minuta). Cette dernière ne semble faire son apparition qu’au Néolithique moyen. Elle n’est alors attestée avec certitude que sur un seul site, dans le Sud de la France, la Grotte G à Baudinard-sur-Verdon dans le Var (Courtin, Erroux 1974). La couche C7 dont sont issus les restes de fève est datée de 4800 BP. « Eventuellement, des cotylédons de Fabaceae (légumineuses) séparés, recueillis dans les niveaux du Chasséen classique de Font Juvénal (Conques-sur-Orbiel, Aude) peuvent être attribués à l’espèce » (Marinval 1988). En revanche, dans le Nord de la France, son apparition était considérée comme plus tardive, puisqu’il fallait attendre l’occupation du Bronze moyen du Fort-Harrouard (Eure-et-Loir) pour trouver mention de cette plante (Bakels 1984). Grâce aux quelques restes de fève qui ont été retrouvés dans les silos de Grentheville, nous savons maintenant que cette légumineuse était déjà cultivée au Néolithique moyen dans le Nord de la France. En dépit du caractère sans doute provisoire de cette observation, il est intéressant de noter que l’apparition de cette plante au Néolithique moyen, son éclipse à la fin du Néolithique et au Chalcolithique et sa réapparition à l’âge du Bronze sont des phénomènes communs au nord et au sud du pays.

182De l’étude carpologique des assemblages du Néolithique moyen de Grentheville, nous retiendrons particulièrement :

  • la très forte supériorité numérique de l’orge nue {Hordeum vulgare var. nudum) sur les autres céréales attestées et, corrélativement, la faible représentation du blé tendre-compact (Triticum aestivo-compactum), phénomène jusqu’alors inconnu dans le Néolithique moyen du Nord de la France ;

  • la présence du pavot somnifère (Papaver somniferum) qu’aucun site néolithique moyen de l’Ouest de la France n’avait encore révélé ;

  • la présence de la féverole (Vicia faba var. minuta), jusqu’alors inconnue dans le Nord de la France avant l’âge du Bronze.

  • 12 – M.-F. Dietsch-Sellami tient à remercier chaleureusement C. Bakels et K. Lundstörm-Baudais d’avoir (...)

183Le site de Grentheville révèle donc, du point de vue des plantes mises en culture, comme du point de vue de la composition du cheptel domestique, un certain nombre de caractères originaux12. Nul doute que de nouvelles études carpologiques viendront au niveau régional confirmer la valeur culturelle de tels caractères.

3.5 Les datations 14C

  • 13 – Datation effectuée par M. Fontugne au Centre des faibles radioactivités de Gif-sur-Yvette ; qu’il (...)

184Deux échantillons ont fait l’objet d’une mesure d’âge par le 14C (tabl. XXII)13. Si la première ne peut guère être retenue en raison de sa valeur relativement basse, la seconde, en revanche, réalisée sur un fémur de bœuf, fournit une valeur fiable et précise. Elle correspond à un laps de temps immédiatement postérieur à la valeur habituellement retenue pour le Cerny, soit (en non calibré) 5710-5510 BP (Constantin 1989) et marque donc ici le tout début du Néolithique moyen II.

référence

provenance

nature

âge 14C

datation calibrée

GIF 8301

silo JJ23

charbon

3650 ± 260 BP

2808-1442 BC (1)

GIF 10188

silo EE17-H2

os

5540 ± 70 BP

4511-4267 BC (2)

TABL. XXII
Datations 14C. (1) calibration d’après Pazdur, Michczynska 1989 ; (2) calibration d’après Stuiver, Reimer 1997.

3.6 Attribution chronoculturelle

185L’étude descriptive du mobilier façonné a permis de constater qu’aucun lot provenant des différents silos ne pouvait être isolé ou ne se démarquait des autres de façon significative. Les nuances perceptibles dans l’assemblage lithique de JJ23 ne sont pas assez tranchées pour exprimer autre chose qu’une simple variation à l’intérieur d’un ensemble détritique aléatoire. On considérera donc que la série de vestiges recueillie sur le site de Grentheville correspond à un ensemble homogène, représentatif d’un épisode du Néolithique moyen II régional.

186Le corpus disponible est également le plus important pour cette période en Basse-Normandie. Avant sa découverte, les connaissances reposaient sur le mobilier funéraire, nécessairement sélectionné, des tombes à couloir (Caillaud, Lagnel 1972 ; Verron 1976 ; Chancerel, Billard 1991 ; Chancerel et al. 1992b ; San Juan, Dron 1998) et sur deux ensembles domestiques tout aussi peu exempts de mélanges que les précédents, l’éperon barré du Mont Joly à Soumont-Saint-Quentin (Calvados), malheureusement inutilisable ici en raison de l’inaccessibilité du matériel et du caractère peu exploitable des publications (Edeine 1960 ; 1965 ; 1966 ; 1970b ; 1972) et le site des Treize Vents à Herqueville (Manche), récemment réétudié (Chancerel et al. 1996), mais au mobilier relativement peu fourni.

187Dans ce contexte, la série recueillie à Grentheville a bien sûr valeur de référence. Elle permet une nouvelle approche des cultures matérielles régionales à l’aube du IVe millénaire avant notre ère, grâce à un lot mobilier plus étoffé qu’à l’accoutumé.

3.6.1 La céramique

188Le mobilier céramique, malheureusement très fragmenté, n’a pas fourni une série d’éléments utilisables très conséquente. Néanmoins, sur un total de 18 formes ou éléments de forme, valeur qui ne permet aucune analyse en fréquence, on peut effectuer plusieurs observations en terme de présence/absence. Sur cet ensemble, l’éventail des types est, en effet, remarquablement resserré. Il ne comporte que des vases à profil en S et des bouteilles à col peu dégagé et, de façon plus marginale, des vases carénés et des coupes à socle (1 individu à chaque fois pour ces derniers). Les décors sont également rarissimes. Hormis la coupe à socle, un seul décor d’incisions parallèles malheureusement non interprétable est présent. Quant aux éléments de préhension, ils se résument à une unique anse interne.

189Un tel matériel se prête bien évidemment assez peu à de longs développements. Au plan local (fig. 50), il peut être rapproché du mobilier des cairns en pierres sèches de la plaine de Caen où ont été retrouvés quelques vases exploitables (11 individus au total). À l’intérieur de cet ensemble funéraire, la série de Colombiers-sur-Seulles, forte de 5 individus, apparaît, malgré sa faiblesse numérique, tout à fait superposable à celle de Grentheville (fig. 51). On y retrouve des formes en S de mêmes modules, un gobelet à anse interne et un élément caréné. Ces individus, qui proviennent tous de la base des éboulis calcaires, sont associés à la phase d’utilisation du monument. Or, de par ses caractéristiques architecturales (long monument trapézoïdal possédant une petite chambre mégalithique à couloir très court), il s’agit d’un édifice qui peut se rapporter aux tout premiers dolmens à couloir, dans la tradition des monuments ne possédant pas d’entrée pérenne comme celui d’Er Grah à Locmariaquer, par exemple, et sans doute antérieur aux dolmens classiques (Fontenay-le-Marmion, Barnenez...).

FIG. 50
Sites du Néolithique moyen II repérés en Basse-Normandie.

FIG. 51
Récapitulatif des formes céramiques du Néolithique moyen II répertoriées en Basse-Normandie.

190Avec les autres tombes de la plaine de Caen, les comparaisons, rendues plus délicates en raison de la pauvreté des éléments disponibles, n’en restent pas moins exploitables. Les monuments de La Hogue et La Hoguette à Fontenay-le-Marmion (respectivement 3 et 1 vases) ne déparent pas l’ensemble avec leurs gobelets à anses internes et le vase à profil en S. La petite bouteille à anses quadriforées paraît plus allochtone et renvoie au Chasséen septentrional tel qu’il a été défini par Martinez et David (1991) ou au Chasséen éponyme (Thevenot 1969). La très grande coupe à socle à fût cylindrique d’Ernes, décorée de champs pointés en bobine réalisés à cru, et le petit gobelet caréné de Condé-sur-Ifs, quoique plus difficiles à classer, s’inscrivent également dans la même mouvance chronoculturelle. Le parallèle avec la série de Soumont-Saint-Quentin/Mont Joly est moins facile à réaliser. La publication des résultats du sondage XVII sous le barrage (Edeine 1965) fait état de vases supports, de plats à pain et montre des formes plus sinueuses ou à carènes hautes différentes de celles de l’assemblage de Grentheville.

191Hors de la plaine de Caen, les séries disponibles dans le département de la Manche (Cotentin) permettent d’élargir le champ des comparaisons. La série la plus importante est fournie par le cairn de Vierville. Relativement développée, celle-ci comporte des coupes hémisphériques, un vase à profil en S à lèvre ourlée, un vase à épaulement, des vases carénés, des bouteilles, un gobelet à anse interne et un vase à décor Castellic. Cet assemblage s’éloigne par la diversité des formes du corpus de Grentheville. Le site d’Herqueville, où les formes sont difficilement reconstituables, semble ne comporter, hormis une coupe à socle à champs pointés décorée à cru, que des formes à profil en S ou des bouteilles. Un décor de cannelure horizontale d’inspiration Castellic est également présent. Ces deux sites pourraient appartenir à la même étape chronologique que Grentheville, mais avec une tonalité atlantique ou armoricaine (Chancerel et al. 1996).

192La mise en regard de tous les individus dont la forme est reconstituable fidèlement ou avec un degré de vraisemblance acceptable, soit quarante individus (fig. 51), dessine un tableau de la céramique du Néolithique moyen II bas-normand qui peut être ainsi appréhendée dans son ensemble. En considérant comme un tout les assemblages ainsi réunis, on lisse bien évidemment les stades évolutifs éventuels, mais de toute façon ceux-ci ne sont guère perceptibles à ce stade de la recherche sur la tranche de temps considérée. Cet artifice méthodologique, qui est à la base de toutes les synthèses chrono-typologiques, permet d’obtenir un cadrage grossier de la culture matérielle et fournit une position d’attente commode jusqu’à l’obtention de nouvelles données.

193Le tableau céramique régional est plus diversifié que celui de Grentheville. Il permet de remarquer tout de suite la sous-représentation des formes segmentées si fréquentes au nord de la Seine. Les coupes à socle sont de même toutes de type atlantique avec un fût cylindrique et une décoration de champs pointés réalisés avant cuisson dans le style de Bougon. Les gobelets à anses internes sont nombreux avec cinq exemplaires que l’on peut considérer à peu près de module équivalent. Enfin le seul décor, hormis ceux des coupes à socle, associé à une forme de vase reconnue, est le motif de la double cannelure en arceau de Vierville qui appartient au répertoire du Castellic. On remarque également l’homogénéité des assemblages fournis par les grands cairns de la plaine de Caen et l’habitat de Grentheville, où se retrouve en particulier l’association coupe à socle/gobelet à anses internes. Le Mont Joly, sous réserve d’un réexamen de l’ensemble du corpus, pourrait appartenir à une étape chronologique différente, plus récente. Avec le Cotentin, la correspondance est également moins flagrante sans qu’on puisse affirmer pour le moment si les quelques différences visibles sont le reflet d’une appartenance à une autre sphère typologique ou s’il ne s’agit en fait que d’un effet de la pauvreté numérique de l’échantillon.

194Hors de la région, le jeu des recherches comparatives peut également être tenté de façon à voir si, sur des séquences chrono-typologiques mieux documentées, la place du site de Grentheville telle qu’elle peut être définie régionalement est au moins confortée.

195Avec le Chasséen septentrional, les comparaisons ne sont guère probantes en raison de l’absence d’éléments segmentés et surtout de la présence d’éléments occidentaux tels que les gobelets à anses internes ou la coupe à socle à champs pointés. Les formes sont par ailleurs trop hypothétiques, en particulier les restitutions de bouteilles, pour utiliser les critères employés par Martinez (Martinez, David 1991). Les formes à profil en S peu marqué de Basse-Normandie sont quasiment inexistantes dans le Bassin parisien, de même que les bouteilles à col peu dégagé. Dans l’état actuel des données, seul le site du Mont Joly, qui rappelle le niveau tardif de Boury-en-Vexin D (Oise) peut-être rattaché à cet ensemble culturel.

196Avec les cultures armoricaines, les éléments de comparaisons sont en revanche plus solides. La forme en S à faible sinuosité ou forme « Carn », parfois avec une lèvre ourlée, est en effet classique dans le répertoire du mobilier des dolmens à couloir. Les bouteilles sont au contraire, quel que soit leur type, beaucoup plus rares mais ce fait est peut-être plus à imputer à leur fonction qui ne convenait peut-être pas à un usage funéraire, qu’à leur absence réelle dans la batterie de cuisine néolithique. Il en existe cependant quelques-unes à Ploudalmézeau/Carn et Plouézoch/Barnenez, Finistère (Giot 1987), à Arzon/Petit Mont, Morbihan (Lecornec 1994), à Pornic/Mousseaux, Loire-Atlantique (L’Helgouach, Poulain 1984), dont les cols sont plus dégagés qu’à Grentheville. La coupe à socle trouve également de nombreux parallèles armoricains, avec un décor qui se retrouve à Carnac/Lizo (Morbihan) par exemple, ou encore à Kerleven (L’Helgouach 1965) ou plus au sud à Bougon, Deux-Sèvres (Mohen 1986). La forme carénée n’est guère représentée dans le mobilier des cairns armoricains – un exemplaire est connu à Colpo, Morbihan (L’Helgouach, Lecornec 1976) – alors qu’elle est plus abondante dans ceux du Centre-Ouest (Bougon, par exemple). Cette parenté armoricaine ou atlantique du mobilier de Grentheville, et de la céramique bas-normande de cette période en général, est soulignée de façon tout à fait évidente par l’existence des monuments funéraires en pierre sèche jusque dans la plaine de Caen. Mais l’élément qui va offrir le parallèle peut-être le plus significatif est bien évidemment le vase à anses internes dont un exemplaire a été retrouvé associé à un ensemble Castellic à coupes à socle sur le site de Lannec er Gadouer à Erdeven, Morbihan (renseignement inédit, S. Cassen). Il faudra bien sûr attendre la fin des recherches conduites sur ce site pour mieux saisir les relations entre la plaine de Caen et le golfe du Morbihan, et confirmer la place chronologique du gisement de Grentheville au début du Néolithique moyen II.

3.6.2 Le lithique

197Avec le mobilier lithique, les comparaisons régionales se heurtent aux mêmes obstacles qu’avec la céramique. Les sites funéraires fournissent, en effet, une industrie très sélective (armatures tranchantes et produits laminaires comme à Vierville dans la Manche) qui ne les rend guère utilisables. Quelques comparaisons sont tout de même envisageables avec les rares séries d’habitats disponibles : Herqueville dans la Manche (Chancerel et al. 1996) et Moulins-sur-Orne dans l’Orne (inédit). À Herqueville, site pourtant rattaché au domaine armoricain par le mobilier céramique, le débitage d’éclats est prépondérant. L’outillage est par contre très restreint (21 pièces) et comporte des grattoirs nettement majoritaires, suivis par les éclats retouchés et les denticulés. Trois armatures tranchantes et un couteau à dos sont également présents. La principale différence entre les deux séries concerne l’absence de tranchets. L’assemblage du paléosol de Moulins-sur-Orne, dont l’attribution au Néolithique moyen II est confirmée par le 14C (Gif 10186 : 5240 ± 40 BP, soit 4225-3960 BC), offre des éléments de comparaisons plus intéressants. L’outillage souffre encore une fois de faiblesse numérique (41 pièces) qui empêche une étude statistique de l’ensemble. On notera toutefois qu’il est dominé par les grattoirs et les éclats retouchés, suivis par les tranchets. Ces trois outils dominants se retrouvent bien dans la série de Grentheville. En revanche, les burins, qui forment la quatrième dominante, sont en majorité transversaux ; ce qui constitue une caractéristique que l’on ne retrouve pas (sous cette morphologie) dans les fosses silos ni dans aucun autre corpus de Basse-Normandie.

198Les comparaisons avec la Haute-Normandie sont possibles à partir des fouilles de Louviers-Villette (Giligny 1996) et d’Incarville (Ghesquière, Marcigny 1996b) dans le département de l’Eure. Ces deux gisements, situés en bordure de l’Eure à un kilomètre l’un de l’autre, ont fourni des assemblages correspondants au Chasséen septentrional (Bailloud 1964 ; 1982 ; Blanchet, Martinez 1986). Sur ces deux sites, le débitage laminaire est très minoritaire, de l’ordre de 10 %. L’outil dominant est le grattoir (27 % à Incarville, 33 % à Louviers-Villette), suivi par l’éclat retouché (33 % à Incarville, 43 % à Louviers-Villette). Les tranchets sont plus faiblement représentés (5 %), ce qui constitue la différence essentielle avec Grentheville (19 %). Les couteaux à dos constituent le type d’outil le plus caractéristique (7 % à Incarville et 6 % à Louviers-Villette). On peut remarquer une relative identité entre les séries de Louviers-Villette et d’Incarville d’une part (sites géographiquement proches) et celle de Grentheville d’autre part. La différence la plus notable reste l’indigence des tranchets sur les deux sites de l’Eure. Les couteaux à dos sont représentés également comme des outils très minoritaires, mais ils sont tout de même en nettement plus grand nombre qu’à Grentheville. Pour J.-L. Lombardo et R. Martinez (1988), cette distinction a une signification chronologique, les tranchets et les ciseaux disparaissant dès les étapes anciennes (Jonquières) au profit des couteaux à dos (Boury).

199Les comparaisons avec la Bretagne sont particulièrement délicates à établir, étant donné la quasi-absence de documentation concernant le lithique de cette période. Ainsi, l’outil dominant est toujours le grattoir, suivi des burins pour le niveau « pré-Table des Marchand » (Cassen, L’Helgouach 1992). À Sandun, Loire-Atlantique (Letterlé 1992 : 180), l’auteur signale une relative abondance des couteaux à dos. L’armature tranchante reste le seul modèle connu en Bretagne au Néolithique moyen II. Les tranchets sont systématiquement absents des assemblages. La Bretagne péninsulaire se démarque ainsi fortement des autres cultures septentrionales du Néolithique moyen I.

200Avec les séries du Bassin parisien, les comparaisons sont plus intéressantes, d’une part parce que les fouilles ont été plus nombreuses et d’autre part parce que le mobilier lithique a fait l’objet d’études complètes (Augereau, Hamard 1991 ; Augereau 1993). Le débitage d’éclat est prépondérant dans la vallée de l’Aisne et quasi exclusif dans les vallées de l’Oise et de la Petite Seine. Cette constante semble se retrouver dans toute la France du Nord-Ouest au Néolithique moyen II. L’outillage est dominé par les grattoirs (26 à 40 %) dans les trois vallées (Aisne, Oise, Petite Seine), suivis par les éclats tronqués et retouchés (14 à 24 %). Les tranchets ne représentent qu’entre 3,5 et 7 % de l’outillage et semblent nettement plus fréquents durant la phase ancienne de cette période (Blanchet, Martinez 1986). Les couteaux à dos composent moins de 3 % de l’outillage dans l’Aisne et la Petite Seine et 12 % dans l’Oise. Les armatures perçantes sont limitées aux vallées de l’Aisne et de la Petite Seine, les sites de la vallée de l’Oise utilisant exclusivement les armatures tranchantes (entre 1,6 et 5,5 %). Les burins sont quasiment inexistants. Les haches polies représentent en moyenne 2 à 3 % de l’outillage. Il faut noter les disparités importantes entre les assemblages des trois vallées. En effet, les pourcentages de chaque type d’outil varient du simple au double suivant les sites, tout en gardant comme binômes dominants le grattoir et l’éclat retouché. On remarquera également que les armatures perçantes sont absentes de l’ouest du Bassin parisien (vallée de l’Oise). Des différences notables sont perceptibles entre les séries du Bassin parisien et celle de Grentheville. Celles-ci sont particulièrement sensibles pour les tranchets qui sont deux à quatre fois plus nombreux à Grentheville. Les couteaux à dos sont beaucoup moins bien représentés à Grentheville, bien que les proportions de cet outil soient très fluctuantes dans le Bassin parisien (entre 3 et 12 %). Enfin, les armatures perçantes, témoins d’influences Michelsberg, sont absentes aussi bien dans la vallée de l’Oise qu’à Grentheville.

201Le site de Grentheville s’individualise donc à la fois du Chasséen septentrional et des cultures du Massif armoricain, même si une homogénéité certaine entre les différents groupes du Néolithique moyen II du Nord-Ouest de la France n’en demeure pas moins. Les différences concernent principalement la proportion des tranchets et des ciseaux qui réalisent ici un score sans précédent. Ce fait n’est pas isolé dans la plaine de Caen et a été relevé sur un certain nombre de stations de surface, notamment celle de Vendeuvre dans le Calvados (inédit, prospections G. San Juan). Il semble s’agir là d’une spécificité régionale marquée. On reste néanmoins surpris de constater à quel point cette dernière repose avant tout sur un outil inexistant dans le Massif armoricain, alors que les parentés se font naturellement vers cette région pour l’architecture funéraire et pour la céramique. Une opposition un peu paradoxale apparaît donc entre les différents composants de la culture matérielle avec un équipement lithique plus septentrional qu’armoricain et les autres éléments plus armoricains que septentrionaux. La poursuite des recherches devra s’attacher à mieux caractériser ce faciès afin d’argumenter la pertinence de l’identification d’un éventuel groupe culturel régional, à l’instar, par exemple, du groupe de Noyen dans l’est du Bassin parisien.

202On retiendra également la présence très discrète de la hache polie qui contraste avec la situation des régions alentours. Le lien entre le fort pourcentage de tranchets et l’indigence des haches est peut-être un fait significatif, même s’il ne s’accorde pas avec la présence des grandes minières de haches de la plaine de Caen exploitées dès le Cerny et situées à une quinzaine de kilomètres seulement du site (Desloges 1990).

Notes

1 – Toutes les mesures d’ossements animaux ont été effectuées selon le code Driesch 1976 pour l’ensemble du chapitre (Driesch 1976).

2 – Ses grains sont arrondis en section transversale. Leur surface est marquée de fines rides transversales. Les valeurs moyennes, minimales et maximales des longueurs et largeurs obtenues à partir des mesures effectuées sur 100 individus provenant du silo T18-4 sont de 5,04 (3,8-7,2) x 3,01 (2-3,8) mm.

3 – Les valeurs moyennes, minimales et maximales, des longueurs et largeurs obtenues à partir des mesures effectuées sur les neuf individus mesurables sont 0,75 (0,7-0,8) x 0,63 (0,5-0,7) mm.

4 – Il s’agit des glumes et glumelles dans le cas de Triticum aestivo-compactum, mais des seules glumelles dans celui d’Hordeum vulgare var. nudum ; les glumes de cette dernière sont en effet relictuelles.

5 – Le grillage améliore la capacité des grains au stockage et, notamment en détruisant le pouvoir germinatif de l’embryon, évite qu’ils ne germent (Denell 1974 ; Van Zeist 1970).

6 – Et cela bien que le volume de sédiment prélevé dans le fond du silo soit plus important que celui prélevé dans les couches supérieures.

7 – En considérant qu’un épillet d’amidonnier comporte habituellement deux grains, les bases d’épillets sont presque deux fois plus nombreuses que les grains dans l’assemblage du silo T18-4.

8 – Notons toutefois que cette observation n’aurait pas permis de décider du caractère primaire ou secondaire de la position des assemblages, si ce blé à grain vêtu avait été la seule céréale présente dans les silos. En effet, conservés dans leurs enveloppes, les grains des céréales vêtues résistent mieux aux attaques des rongeurs, microorganismes et insectes que des grains débarrassés de leurs balles (Sigaut 1978 ; 1981). De plus, « la plupart des données ethnographiques révèlent que le décorticage est un travail quotidien, réalisé au jour le jour selon les besoins (Hillman 1984 ; 1985) » (Marinval 1988).

9 – Sachant que le poids de 472 fragments de grains de céréales est égal à celui de 72 grains entiers, il suffit de diviser 472 par 72 pour savoir que le nombre de fragments de céréales doit être divisé par un facteur correctif de 6,5. Compte tenu des dimensions et de la morphologie des fragments de semences de mauvaises herbes, nous avons estimé que leur nombre pouvait être divisé par deux.

10 – À l’exception de l’habitat de Fossé/La Vallée aux Fleurs où le blé tendre/compact n’est représenté que par un grain.

11 – Le site alsacien d’Entzheim (Hopf 1975) n’en fait pas partie car il n’est pas certain que l’unique reste de légumineuse qui y a été trouvé puisse être attribué à cette espèce cf. Pisum sp.).

12 – M.-F. Dietsch-Sellami tient à remercier chaleureusement C. Bakels et K. Lundstörm-Baudais d’avoir vérifié la détermination d’un certain nombre de semences et de lui avoir fait part des observations que leur suggérait l’examen de ce matériel.

13 – Datation effectuée par M. Fontugne au Centre des faibles radioactivités de Gif-sur-Yvette ; qu’il soit ici remercié.

Table des illustrations

Légende FIG. 26 Plan général du site.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22707/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende FIG. 27 Plan et coupe de la fosse EE17-H2 : 1 labour ; 2 limon brun ; 3 lœss ; 4 limon brun panaché de gris et de jaune ; 5 limon brun ; 7 limon noir charbonneux riche en vestiges ; 8 calcaire.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22707/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 28 Mobilier céramique de la fosse silo EE17-H2 : 1-5 gobelets à profil en S ; 6 gobelet à anses internes ; 7 bouteille ; 8 profil caréné ; 9 coupe à socle.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22707/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende FIG. 29 Mobilier lithique de la fosse silo EE17-H2 : 1-4 grattoirs ; 5 lamelle.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22707/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 30 Plan et coupe de la fosse silo GG15-B7. (code de description des sédiments : 1 labour ; 2 limon brun ; 3 lœss ; 4 limon brun panaché de gris et de jaune ; 5 limon brun ; 6 limon brun charbonneux ; 7 limon noir charbonneux ; 8 calcaire).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22707/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende FIG. 31 Mobilier lithique de la fosse silo GG15-67 : 1-3 grattoirs ; 4, 6-8 tranchets et ciseaux ; 5, 9 produits laminaires brutes ; 10 lame retouchée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22707/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende FIG. 32 Plan et coupe du silo T18-4 (code de description des sédiments : 1 labour ; 2 limon brun ; 3 lœss ; 4 limon brun panaché de gris et de jaune ; 5 limon brun ; 6 limon brun charbonneux ; 7 limon noir charbonneux ; 8 calcaire ; T terrier).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22707/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 33 Mobilier céramique du silo T18-4 : 1 panse décorée ; 2-4 gobelets à profil en S ; 5 bouteille.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22707/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 34 Mobilier lithique du silo T18-4 : 1-3, 5 grattoirs ; 6 boucharde ; 7 grattoir denticulé ; 8 perçoir ; 9, 12-20 tranchets ; 4, 10 grattoirs-burins ; 11 éclat tronqué ; 21-24 grattoirs.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22707/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende FIG. 35 Mobilier lithique du silo T18-4 : 1, 2 éclats retouchés ; 348 tranchets et ciseaux ; 5 lame tronquée ; 6, 7 grattoirs.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22707/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 36 Plan et coupe du silo T18-5. (code de description des sédiments : 1 labour ; 2 limon brun ; 3 lœss ; 4 limon brun panaché de gris et de jaune ; 5 limon brun ; 6 limon brun charbonneux ; 7 limon noir charbonneux ; 8 calcaire ; F fossé antique).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22707/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 37 Mobilier céramique et en pierre du silo T18-5: 1 bouteille; 2 « godet » en calcaire.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22707/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 38 Mobilier lithique du silo T18-5 : 1-5 grattoirs ; 6-8 tranchets ; 910 armatures tranchantes ; 11 éclat de hache polie en dolérite verte ; 12 burin ; 13 éclat retouché ; 14 lame tronquée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22707/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende FIG. 39 Plan et coupe de la fosse S13 (code de description des sédiments : 1 labour ; 2 limon brun ; 3 lœss ; 4 limon brun panaché de gris et de jaune ; 5 limon brun ; 6 limon brun charbonneux ; 7 limon noir charbonneux ; 8 calcaire).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22707/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 40 « Godet » en calcaire de la fosse S13
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22707/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 41 Mobilier lithique de la fosse S13 : 1-4 grattoirs ; 5-7 tranchets ; 8 couteau à dos : 9 lame de hache en schiste ; 10, 13 éclats retouchés ; 11 pointe retouchée (Paléolithique supérieur ?) ; 12 outil prismatique ; 14 armature ; 15, 16 lames tronquées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22707/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende FIG. 42 Mobilier céramique de la fosse JJ23 : 1-3 gobelets à profil en S ; 4 bouteille.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22707/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 43 Mobilier lithique de la fosse JJ23. 1-8 grattoirs ; 9, 10, 13, 16 tranchets ; 111415 lames brutes ; 12 ciseau.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22707/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende FIG. 44 Plan et coupe de la fosse S12 (code de description des sédiments : 1 labour ; 2 limon brun ; 3 lœss ; 4 limon brun panaché de gris et de jaune).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22707/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 45 Fosse non anthropique EE17-H3 en cours de fouille et silo EE17-H2 au second plan.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22707/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. 46 Mobilier néolithique recueilli dans le fossé de l’enceinte de l’âge du Bronze : 1 hache polie fusiforme en dolérite ; 2 hache polie en silex ; 3 galet lissé ; 45 tranchet et ciseau ; 6 burin ; 7 grattoir ; 8 lame lustrée ; 9 perçoir.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22707/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende TABL. VI Forme et volume des fosses silos.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22707/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende TABL. VII Répartition des groupes de pâtes céramiques dans les différentes fosses silos (en %).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22707/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende TABL. VIII Décompte de l’industrie lithique par structure : S sain ; B brûlé ; C cortical ; BC brûlé cortical ; T total.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22707/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende TABL. IX Roches tenaces découvertes dans les silos et le fossé de l’âge du Bronze (El : enceinte nord, Ell : enceinte sud).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22707/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende TABL. X Répartition des espèces par structure.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22707/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende TABL. XII Détermination des charbons de bois et répartition par structure.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22707/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende FIG. 47 Largeur des cernes à faible courbure des chênes contenus a dans tous les lots ; b dans le lot GG15-B7 ; c EE17-H2 ; d T18-4 ; e T18‑5 ; f S13.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22707/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 48 Coupe du silo GG1S-B7 : numérotation des unités stratigraphiques échantillonnées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22707/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 5,0k
Légende FIG. 49 Coupe du silo T18-5 : numérotation des unités stratigraphiques échantillonnées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22707/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 7,4k
Légende TABL. XIV Composition de l’assemblage de semences du silo GG15-B7 (cf. : vraisemblablement).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22707/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende TABL. XV Composition de l’assemblage de semences du silo EE17-H2 selon la profondeur en cm du prélèvement (cf. : vraisemblablement).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22707/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende TABL. XVI Composition de l’assemblage de semences du silo S13 selon la profondeur en cm du prélèvement (cf. : vraisemblablement).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22707/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende TABL. XVII Composition de l’assemblage de semences du silo T18-4 selon la profondeur en cm du prélèvement (cf. : vraisemblablement).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22707/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende TABL. XVIII Composition de l’assemblage de semences du silo T18-5 selon la profondeur en cm du prélèvement (cf. : vraisemblablement).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22707/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende TABL. XIX Taux de contamination par les mauvaises herbes des assemblages de céréales de chacun des silos (dans le calcul de ce pourcentage, les embryons de céréales ne sont pas pris en compte).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22707/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende TABL. XX Proportions représentées par les différentes céréales au sein de chaque assemblage et sur l’ensemble des assemblages (en %).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22707/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende TABL. XXI Plantes cultivées attestées au Néolithique moyen dans le Nord de la France.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22707/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende FIG. 50 Sites du Néolithique moyen II repérés en Basse-Normandie.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22707/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende FIG. 51 Récapitulatif des formes céramiques du Néolithique moyen II répertoriées en Basse-Normandie.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22707/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 90k

Auteurs

Conservateur en chef du Patrimoine longtemps en poste au service régional de l’Archéologie de Basse-Normandie et aujourd’hui au Musée national de Préhistoire des Eyzies-de-Tayac, après un passage par la Guadeloupe comme conservateur régional de l’Archéologie, Antoine Chancerel est spécialisé en Préhistoire récente. Il a dirigé de nombreuses recherches, principalement sur le Mésolithique et le mégalithisme de Normandie, et notamment un chantier franco-britannique sur le tumulus allongé de la Commune Sèche à Colombiers-sur-Seulles (Calvados). Il a assuré le suivi scientifique de nombreuses opérations préventives, dont celle de Mondeville.

Archéologue, responsable d’opérations, spécialisé dans l’étude des sites du Néolithique et de l’âge du Bronze, Cyril Marcigny est chargé d’opérations et de recherches à l’Inrap, chercheur associé à l’UMR 6566 « Civilisations atlantiques et archéosciences » (CNRS, ministère de la Culture, universités de Rennes 1, 2 et Nantes) et doctorant à l’EHESS (sous la direction de Jean Guilaine). Il a coordonné pendant près de cinq ans un PCR sur « Les habitats et l’occupation du territoire à l’âge du Bronze et au début du premier âge du Fer en Basse-Normandie » et a conduit de nombreuses fouilles préventives et programmées dans l’Ouest de la France parmi lesquelles on peut citer les occupations néolithiques et de l’âge du Bronze de Saint-Vigor-d’Ymonville (Seine-Maritime), les habitats du Bronze moyen de la plaine de Caen (Calvados) ou le système parcellaire de l’âge du Bronze ancien et moyen de l’île de Tatihou (Manche).

Archéologue spécialisé dans l’étude des industries lithiques du Mésolithique à l’âge du Bronze, Emmanuel Ghesquière est assistant d’études à l’Inrap, chercheur associé à l’UMR 6566 « Civilisations atlantiques et archéosciences » (CNRS, ministère de la Culture, universités de Rennes 1, 2 et Nantes) et doctorant à l’EHESS. Il a participé à de nombreuses études parmi lesquelles celles sur l’habitat mésolithique d’Auderville dans la Manche, les occupations néolithiques de Saint-Vigor-d’Ymonville (Seine-Maritime) ou le système parcellaire de l’âge du Bronze ancien et moyen de l’île de Tatihou (Manche), qui font figure de référence à l’échelle nationale.

Archéozoologue, CNRS, UMR 6565 ; Institut de Préhistoire et science en archéologie, Bâle, Suisse

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search