Version classiqueVersion mobile

Le plateau de Mondeville (Calvados)

 | 
Antoine Chancerel
, 
Cyril Marcigny
, 
Emmanuel Ghesquière

Chapitre 2. La maison danubienne du Haut Saint-Martin

2 The Danubian house of Haut Saint-Martin (Mondeville)

Antoine Chancerel, Emmanuel Ghesquière, Lionel Dupret Jean Le Gall, Hubert Lepaumier, Dominique Marguerie, Philippe Marinval, Valérie Renault et Xavier Savary

Résumé

Longtemps considéré comme le bâtiment danubien le plus à l’ouest de la France, la maison du Haut Saint-Martin (fouille V. Renault), malgré un certain degré d’arasement du sous-sol, a permis une analyse complète de son architecture. Ce bâtiment sur poteaux porteurs devait mesurer à l’origine 29 m de longueur sur 4,50 m de largeur. Dans les fosses carrières attenantes, destinées à la récupération des limons nécessaires à la construction des parois, ont été trouvés de nombreux silex taillés, de la céramique, des bracelets en schiste et des objets en roche dure. Ce mobilier permet de dater le site du Néolithique ancien, et plus précisément de la culture de Villeneuve-Saint-Germain (faciès ASP).

Texte intégral

2.1 Contexte archéologique

1Le site néolithique du Haut Saint-Martin à Mondeville (Calvados) a été découvert par Valérie Renault au cours de la fouille de sauvetage d’un habitat rural dont l’occupation principale, centrée autour d’une église dédiée à Saint-Martin, se situe entre le haut Moyen Âge et la fin du xiie s. Les circonstances particulières de l’intervention archéologique ont rendu possible une approche globale du site sur une étendue de 14 ha (cf. supra fig. 3, site 1). Une partie des recherches a pu être consacrée, en effet, à l’étude du terroir environnant. C’est en recherchant systématiquement les traces du parcellaire à l’aide des tranchées continues que les premiers vestiges néolithiques ont été révélés.

2La découverte de très nombreux silex taillés sur toute l’étendue du chantier faisait suspecter depuis longtemps l’existence d’une occupation néolithique assez importante mais qui, en l’absence de structures, paraissait assez diffuse. Ce n’est malheureusement qu’à quelques jours de la fin des travaux de terrain, que des éléments significatifs ont été identifiés. Il s’agissait d’une large fosse au remplissage très noir, riche en vestiges lithiques et céramiques, et de trous de poteau parmi lesquels figurait manifestement une tierce. L’ouverture immédiate d’une fenêtre de contrôle a révélé qu’il existait, à proximité, d’autres tierces et toute une série d’autres fosses.

3À la suite de cette découverte tout à fait exceptionnelle, un délai supplémentaire d’un mois et demi a été sollicité pour permettre la fouille de ces nouveaux éléments. Celle-ci a été réalisée, avec l’aide de l’équipe en place, par le personnel du service régional de l’Archéologie et quelques bénévoles. Le financement de cette partie du chantier a été entièrement assuré par l’État.

4Le site est localisé au centre d’un plateau, à proximité d’un vallon sec peu encaissé, à une altitude de 22 m. Il est entièrement sous-tendu par un placage de limons éoliens d’environ 1 m d’épaisseur.

2.2 Méthode de détection

5La recherche des structures et leur dégagement ont été réalisés à l’aide d’engins mécaniques. Compte tenu des moyens disponibles, une surface de 2500 m2 d’un seul tenant a été ouverte autour de la maison. Sa forme en croix répondait au double souci de vérifier que la totalité de l’édifice était effectivement dégagée, et de s’assurer qu’aucune autre maison n’existait dans le voisinage immédiat, comme c’est le cas lorsque des groupements de maison sont mis au jour. Les villages « danubiens » ont, en effet, le plus souvent une organisation en rangées dans lesquelles tous les bâtiments sont disposés parallèlement les uns aux autres, généralement de façon assez resserrée. Les valeurs moyennes d’écartement entre deux maisons sont dans ce cas de l’ordre d’une dizaine de mètres.

6Malgré cette façon de procéder, l’exploration n’a amené la découverte d’aucune autre maison. Il convient cependant de signaler qu’il n’a pas été possible, en dépit de l’intensité du diagnostic dans cette partie du site (tranchées continues de 2,20 m de large espacées tous les 6 m et tranchées perpendiculaires discontinues sur des axes espacés de 15 m), d’apporter la preuve formelle que cette maison était isolée.

7Telle qu’elle se dessine à l’intérieur de la zone décapée, la maison présente un plan incomplet (fig. 7). Il manque notamment les trous de poteau des murs latéraux. De plus, malgré une excellente lisibilité des tierces conservées, certains éléments de l’intérieur semblent être absents et il est difficile de concevoir qu’ils aient pu ne laisser aucune trace. Il n’existe aucune hétérogénéité à l’intérieur des formations superficielles encaissantes qui puisse expliquer une quelconque conservation différentielle des structures.

FIG. 7
Plan de la maison et des structures associées.

8À l’intérieur de la surface décapée, la stratigraphie naturelle était de haut en bas la suivante :

  • une terre de labour d’une épaisseur de 27 cm ;

  • un limon brun pédogénéisé d’une épaisseur assez constante de 70 cm en moyenne. Cette formation correspond au sol holocène et actuel, tronqué par le labour. Un horizon Bt, caractérisé par une légère structure prismatique et des revêtements argileux plus foncés, existe à la base. Cet horizon est plus ou moins marqué suivant les secteurs. Des terriers de petits animaux ont été identifiés, dans les secteurs sud et ouest notamment, lorsque leur remplissage était charbonneux ;

  • un lœss carbonaté d’épaisseur variable suivant les secteurs. Ce lœss, inexistant dans toute la partie est du décapage, jusqu’à 3 ou 4 m de la maison, s’épaissit de plus en plus vers l’ouest où il atteint 10 à 20 cm en limite de fouille. Le contact entre le lœss et le limon brun est très franc. Il est parfois gondolé par de larges ondulations d’amplitude décimétrique. Il est de plus très irrégulier dans le détail avec des microformes de dissolution et des indentations centimétriques remplies de limon gris ;

  • le sommet du calcaire désagrégé et altéré. Ce substratum apparaît à 110 cm en moyenne, sous la surface.

9Les formations superficielles limoneuses (1 à 3) ont subi sur toute leur épaisseur une forte bioturbation, en particulier par les lombrics qui ont laissé d’innombrables galeries plus ou moins verticales. Cette action a entraîné, surtout dans le limon brun, une relative homogénéisation des sédiments qui a eu pour conséquence une difficulté de lecture des structures archéologiques.

10Dans les deux formations inférieures carbonatées, lœss et calcaire, les structures en creux apparaissaient sur fond blanc, avec beaucoup de netteté. Malheureusement, cette situation favorable ne concernait que les structures les plus profondes. Très rares étaient, en effet, celles qui avaient entamé le calcaire. C’est le cas des deux grandes fosses d’extraction latérales et de quelques trous de poteau. La plupart du temps, les creusements ont été effectués entièrement dans les formations limoneuses et parfois dans le seul limon brun. Dans ce dernier cas, l’identification des structures reposait presque exclusivement sur l’examen de nuances de couleur, examen souvent compliqué suivant les endroits par le développement important de l’horizon Bt.

11Il résulte de cette situation que la totalité des formations superficielles a dû être analysée et observée avec soin. Le limon brun a donc été décapé par passes fines sur toute son épaisseur et sur l’ensemble de la zone explorée. Hormis de rares structures dont les remplissages apparaissaient nettement très hauts dans le limon brun (jusqu’à 40 cm et plus au-dessus du lœss), la plupart du temps, les structures n’étaient visibles qu’à l’approche du lœss, c’est-à-dire dans les deux derniers décimètres du limon, surtout lorsque les différences de couleur étaient assez peu marquées. C’était le cas de beaucoup de trous de poteau et de plusieurs petites fosses. De telles conditions d’apparition peuvent s’expliquer par les phénomènes de lessivage. Ces processus qui se sont développés sur plus de six millénaires semblent avoir été favorisés à l’intérieur des structures en creux. Les composés humiques ont, en effet, migré vers le fond des remplissages où ils ont formé des horizons d’accumulation d’importances variables.

12Dans presque tous les cas, le décapage a donc été interrompu à l’emplacement des structures avant l’apparition du lœss ou du calcaire, afin d’éviter la disparition de toute structure insuffisamment profonde. De multiples banquettes et des plots ont donc été laissés en réserve, avec, pour effet secondaire, une mauvaise perception du site sur les photographies d’ensemble (fig. 8).

FIG. 8
Vue générale du site prise de l’est.

2.3 La maison danubienne

2.3.1 Le bâtiment

13Seule une partie des trous de poteau peut lui être rattachée avec certitude (fig. 7). Quatre tierces et deux poteaux, qui ménagent une ante sur le pignon est, dessinent non seulement un plan d’une très grande cohérence mais présentent également une grande homogénéité morphologique. D’autres poteaux présentant les mêmes caractéristiques de forme et de remplissage se trouvent situés de façon telle que leur rattachement à l’édifice est vraisemblable mais ne peut être assuré de façon formelle.

2.3.1.1 Les trous de poteau des tierces et de l’ante

14Les trous de poteau se regroupent en 4 tierces parallèles dessinant un rectangle de 20 m de long sur 2,70 m à 3 m de large.

15Les deux poteaux formant l’ante sont distants l’un de l’autre de 4,10 m (les mesures sont toujours prises de centre à centre). Si l’on s’en réfère aux modèles déjà connus, les poteaux d’ante appartiennent toujours aux murs latéraux. On peut donc estimer, malgré l’absence ici de ces derniers, la largeur maximale du bâtiment à environ 4,50 m. La forme exacte de la construction semble plutôt rectangulaire ou naviforme que trapézoïdale. La longueur des tierces n’est cependant pas tout à fait homogène. Les dimensions varient d’est en ouest (2,70 m, 2,30 m, 2,50 et 3,05 m). Cette relative irrégularité de détail est courante et ne semble pas devoir être imputée à une quelconque volonté d’obtenir une forme particulière. De la même façon, les poteaux centraux de chacune des tierces ne s’alignent pas de façon stricte. Si ceux des trois tierces orientales suivent rigoureusement le même axe, celui de la tierce occidentale s’en écarte très nettement vers le sud, de près de 50 cm. L’espacement des tierces dans le bâtiment obéit, en revanche, à une certaine symétrie. Elles dessinent trois pièces dont les deux extrêmes sont assez larges (7,70 m à l’est et 7,90 m à l’ouest) et la pièce centrale plus petite (4,30 m).

16Les trous de poteau composant les quatre tierces ont des dimensions homogènes. Leur diamètre est toujours assez fort. Leurs contours apparents dans le limon brun sont, en général, assez diffus et il est difficile d’en déterminer les dimensions exactes. Les meilleures indications sont fournies par les fonds taillés dans le lœss. Il s’agit de cuvettes arrondies dont le diamètre est compris entre 70 et 80 cm. Ces valeurs peuvent cependant être légèrement inférieures au diamètre réel des trous. Certaines cuvettes atteignent en effet le mètre. Les trous de poteau de la tierce occidentale, qui apparaissaient très hauts, laissaient voir, là encore, des diamètres de l’ordre du mètre. Le profil des trous est inconnu mais il semble que les parois aient été plus ou moins verticales. Leur profondeur, par contre, est assez homogène. Ils se sont tous arrêtés dans le lœss. Vers l’est, là où celui-ci s’amincissait, les trous de poteau ont régulièrement atteint le sommet du calcaire en place mais seuls les deux trous externes de la tierce orientale l’ont surcreusé légèrement. On peut donc évaluer la profondeur moyenne des trous de poteau par rapport à la surface topographique actuelle à 1,00-1,10 m en moyenne.

17Les remplissages n’ont pu être étudiés, compte tenu du mode d’apparition des structures, que dans leur partie profonde, parfois sur une dizaine de centimètres seulement. Dans cette partie, ils présentent pour ainsi dire toujours deux phases plus ou moins bien différenciées : un noyau central très sombre descendant jusqu’au fond du trou et une auréole plus foncée que l’encaissant. Dans un certain nombre de cas, ces couches sont assez diffuses et les limites de l’auréole dans le limon se dessinent mal.

18Les auréoles ne comportaient aucun aménagement. Dans deux cas cependant (2555 et 2557), elles contenaient des petits blocs de calcaire altéré, de taille relativement régulière (5 à 8 cm). Aucun de ces blocs n’était brûlé. Ils ont été rencontrés à l’approche du fond, uniquement sur les premiers 10 à 15 à 15 cm du remplissage (fig. 9). Dans le trou de poteau 2557, ils délimitaient un espace central particulièrement net, de forme plano-convexe, large de 40 cm et long de 75 cm. Du côté est, le contact entre les blocs et le noyau central était quasiment rectiligne et vertical alors que du côté ouest il était courbe et légèrement évasé. Dans le trou de poteau 2555, les blocs avaient une organisation moins structurée. Ils n’occupaient que la partie sud du trou et formaient un amas plus lâche où l’effet de paroi, rectiligne là encore, était moins marqué.

FIG. 9
Configuration des trous de poteau du pignon est et de l’ante. En grisé, les remplissages centraux (fantômes du poteaux) ; dans les auréoles, figuration des pierres.

19Dans les deux cas, il s’agit de blocages très légers destinés plus à maintenir la base du poteau dans une position donnée avant le rebouchage qu’à le caler véritablement. Il est difficile, à partir de la forme de ces blocages, d’inférer avec certitude la section des poteaux utilisés. Il pourrait s’agir, surtout pour le poteau 2557, de demi-rondins dont le plat aurait alors été tourné vers l’extérieur. Par contre, il est assuré que les blocs n’ont pu être extraits en totalité du fond des trous dont les surcreusements dans le calcaire en place sont très faibles. Des fosses profondes ayant entamé le calcaire existaient donc déjà aux alentours de la maison au moment de sa construction.

20Les auréoles sont systématiquement stériles, contrairement aux remplissages centraux où ont été trouvés à plusieurs reprises des vestiges (charbons, torchis brûlé, silex taillés).

21Les remplissages centraux correspondent au fantôme des poteaux disparus. Le caractère diffus et progressif de leurs limites ne permet cependant pas de déterminer précisément la forme et les dimensions des pièces de bois utilisées. En plan, ces remplissages ont des formes circulaires et des dimensions comprises entre 50 et 60 cm de diamètre. Sur la tierce occidentale, le fantôme du trou central (2566), dont le remplissage très charbonneux était particulièrement net et très bien délimité, mesurait 40 cm de diamètre. Sur le poteau méridional voisin (2567), un fantôme également charbonneux de même dimension avait une forme légèrement ovoïde. Sur cette tierce, la très bonne conservation des remplissages dans le plan vertical a permis d’observer sur une certaine hauteur le détail des parois. Celles-ci sont verticales mais présentent, surtout pour le poteau 2566, quelques petites irrégularités et en particulier une base légèrement biaise. Ces observations semblent indiquer que le poteau s’est décomposé sur place sans qu’il y ait eu ni arrachement ni basculement. Au crédit de cette hypothèse, on ajoutera la découverte le long de la paroi de très gros charbons de bois de plus de 10 cm de long, orientés dans le sens vertical et correspondant, sans aucun doute, aux parties carbonisées du poteau resté en place (fig. 10). Des boulettes de torchis brûlé, quelques silex taillés et une grande quantité de petits charbons de bois sans orientation préférentielle ont été retrouvés au centre de ce même poteau. L’étude anthracologique (cf. infra § 2.6.1) a précisé qu’il s’agissait uniquement de chêne à faible courbure de cernes correspondant au poteau lui-même. Parmi les silex figure une lame brûlée présentant une petite écaille thermique qui, bien que décollée entièrement, était restée en connexion avec le support. Ce détail incite à considérer que le poteau a pu subir une carbonisation, au moins partielle, in situ. De nombreux petits nodules de torchis brûlés ont été retrouvés dans le trou poteau 2518 et un petit silex dans le trou de poteau 2555.

FIG. 10
Coupe du trou de poteau 2566 (code de description des sédiments : 1 limon brun ; 2 lœss ; 3 calcaire décomposé ; 4 auréole brune ; 5 fantôme du poteau avec gros charbons de bois encore en place [en noir] et des vestiges).

22Les deux trous de poteau de l’ante sont de dimensions plus restreintes. Ils ont été décapés avant que la maison ne soit identifiée de telle sorte que seules les ultimes traces dans le lœss ont été conservées, soit quelques centimètres de remplissage très sombre (2 cm pour le 2558 et 7 cm pour le 2559). Il est donc possible, compte tenu de la forme en cuvette des fonds, que les diamètres, qui sont de 40 cm pour le 2558 et de 50 cm pour le 2559, soient inférieurs aux valeurs réelles. La fouille des remplissages n’a livré aucune information particulière si ce n’est la présence d’un unique petit bloc de calcaire altéré dans le trou de poteau 2558. Un tel bloc là encore n’a pu être extrait du trou lui-même.

2.3.1.2 Les autres trous de poteau

23Un certain nombre d’autres trous de poteau ont été repérés dans la surface de fouille, À de rares exceptions près, ils possèdent les mêmes caractéristiques métriques et sédimentologiques que les trous de poteau des tierces, mais cette analogie ne suffit pour autant pas à prouver de façon indiscutable leur rattachement à l’occupation néolithique. Ainsi, certains sont beaucoup trop éloignés du bâtiment pour pouvoir lui être rattachés directement. Il s’agit la plupart du temps de trous de poteau isolés. C’est le cas des trous de poteau 2527, 2629, 2579, 2581 et 2582 dont la présence et la fonction restent énigmatiques.

24Les autres poteaux ont un statut plus ambigu dans la mesure où bien qu’alignés sur les grands axes de la maison, ils ne forment aucune tierce complète ni aucun élément de paroi latérale indiscutable. De plus certains possèdent des caractéristiques différentes de celles des autres trous de poteau de la maison.

25À l’ouest des quatre tierces figurent un couple de poteaux et un poteau isolé. Les poteaux du couple (2609 et 2610) sont bien alignés sur l’axe des rangées, mais ils s’orientent obliquement par rapport à l’axe des tierces. Le poteau isolé (2605) est également situé sur l’axe de la rangée centrale, à 18,30 m de la tierce occidentale. Les deux trous de poteau 2605 et 2610 présentaient un remplissage central sombre et une auréole périphérique en tous points semblables à ceux des trous de poteau des tierces. Si l’appartenance à la maison, de 2610 peut être retenue sans difficulté, celle de 2605 en revanche est moins assurée du fait de son éloignement plus important. L’écartement entre les trous de poteau 2605 et 2610 est en effet de 11 m, alors qu’il n’y a que 7,30 m entre le trou de poteau 2610 et la tierce occidentale, valeurs que l’on retrouve entre les tierces. Le trou de poteau 2609, qui compose le second élément du couple, avait une structure très différente. Son remplissage, homogène de haut en bas, était brun-gris sans fantôme plus noir au centre, et surtout il n’était quasiment pas creusé dans le lœss contrairement à son voisin. De plus, le long de sa paroi, ont été recueillis un petit tesson centimétrique gallo-romain et un unique charbon qui s’avère être un taxon de hêtre qui ne peut guère être antérieur à la Protohistoire, vers 3000 BP (cf. infra § 2.6.1).

26L’autre ensemble singulier est constitué par un autre couple (2568 et 2515) situé entre les deux tierces occidentales. Le trou de poteau nord (2568) est apparu, comme les autres, assez haut dans le limon, lors de l’approche au tractopelle. L’existence d’un horizon Bt assez marqué dans ce secteur a cependant toujours rendu sa délimitation imprécise, sauf au niveau du lœss dans lequel il ne s’enfonçait d’ailleurs que très faiblement. Son remplissage était plus foncé que l’encaissant, sans toutefois que la structure auréolée soit clairement visible. Au niveau du lœss, ne figurait plus qu’un petit fond de poche de limon brun identique à la formation naturelle. L’autre élément (2515) n’a jamais été visible lors du décapage mécanique. Sa matérialité est apparue au moment du nettoyage fin du lœss, sous la forme d’un simple surcreusement de très faible amplitude (4 cm au maximum), recoupé par un fossé du parcellaire gallo-romain. Il est vraisemblable que le profil en V de ce fossé a diminué considérablement les parties hautes de cette éventuelle structure et a empêché sa détection à l’intérieur du limon brun lors du décapage. On remarque cependant que le trou de poteau central de la tierce voisine (2561), recoupé de la même façon par le fossé, était visible dans le limon pendant le décapage. Au niveau du lœss, le remplissage de ce trou de poteau hypothétique était constitué du même limon brun que la formation naturelle. On peut évidemment invoquer une des inévitables irrégularités qui caractérisent le front de décarbonatation du lœss, mais il se trouve qu’il s’aligne parfaitement aussi bien avec les axes des rangées qu’avec ceux des travées de la maison. Aucun autre indice n’a été retrouvé plus au sud pour faire de ce couple de poteaux (2568 et 2515) une tierce supplémentaire qui, au vu du plan, aurait délimité une pièce très étroite pouvant correspondre à un couloir. On notera cependant que le poteau 2568 n’est pas correctement aligné sur la rangée nord, comme les poteaux des quatre tierces, et que le surcreusement dans le lœss de ces deux structures est beaucoup plus faible que celui des poteaux des tierces. Sur le plan architectonique, cette dernière caractéristique est relativement fréquente dans les maisons danubiennes. Il existe souvent, en effet, une différence notable de profondeur entre les deux tierces qui encadrent le couloir, la tierce avant étant plus profonde que la tierce arrière. La maison rubanée 70 de Blicquy/La Couture du Couvent (Constantin et al. 1991) en est un bon exemple.

27Enfin, d’autres trous de poteau sont situés aux extrémités des tierces occidentales. Au sud de la plus occidentale, un trou de poteau ou une petite fosse (3000), au contour très diffus et au centre légèrement plus sombre, était accolé à la tierce. Ce trou s’arrêtait nettement au-dessus du lœss qu’il n’entamait pas. Le remplissage gris plutôt que noir avait une texture plus soyeuse que ceux des trous de poteau des tierces. Un petit tesson gallo-romain y a été recueilli. Cette structure rappelle tout à fait le trou de poteau 2609 décrit plus haut. De part et d’autre de la tierce voisine, figuraient également deux autres trous de poteau. Le trou méridional (2563), comprimé entre la tierce et une des fosses d’extraction latérale, avait un remplissage central très noir, identique à celui des tierces. La topographie du lœss présentait, sous la tache noire, un surcreusement très important (1 x 1,50 m de diamètre), décentré par rapport au remplissage central noir et adjacent à la fosse d’extraction. Il n’a malheureusement pas été possible d’observer, malgré la préservation d’une banquette de 20 cm de hauteur, les relations stratigraphiques existant entre ces deux structures. Le trou septentrional (2616) était rempli de limon brun légèrement plus foncé que l’encaissant et était peu surcreusé dans le lœss. Son remplissage se raccordait sans discontinuité à celui de l’auréole du trou de poteau nord de la tierce (2560). Ces trous de poteau sont relativement bien alignés sur les axes présumés des murs latéraux, mais ils sont tous décalés par rapport aux tierces.

2.3.2 Les fosses d’accompagnement

2.3.2.1 Les fosses d’extraction

28De part et d’autre de la maison, le long des murs latéraux, ont été creusées des fosses d’extraction, dites fosses à torchis. Ces fosses, qui sont une des composantes indissociables des maisons danubiennes à qui elles procuraient une sorte de gouttière, servaient également de dépotoir. À Mondeville, si cette fonction secondaire est attestée par la mise au jour de nombreux déchets, la fonction primaire n’a laissé aucune trace. Les parois taillées dans le limon étaient extrêmement diffuses et n’ont pu être dégagées avec précision. Le fond était légèrement surcreusé dans la roche décomposée, mais il est possible que ce dépassement soit le résultat du seul foulage du limon. Il s’est avéré, en effet, que le lœss et le sommet de la roche en place devenaient particulièrement collants à la moindre grosse averse. Il est vraisemblable que le calcaire n’était pas le matériau recherché et que son extraction très limitée peut être considérée comme fortuite.

29Le remplissage de nature limono-argileuse était toujours très organique. Trois grandes unités stratigraphiques y ont été identifiées de haut en bas :

  • un limon brun un peu plus foncé que l’encaissant, mais pas toujours, disposé en auréole le long des parois et, pour le sud de la fosse 2539, tapissant également le fond rocheux ;

  • un limon argileux homogène de couleur brun-noir constituant la base du remplissage ;

  • des poches et des lentilles interstratifiées dans la couche précédente de limon argileux très noir ; localement, dans la fosse 2538, cette formation pouvait être en contact directement avec le fond rocheux.

30Dans tous les cas, le fond des fosses était stérile sur les vingt derniers centimètres. Au-dessus, et spécialement dans les poches et les lentilles plus organiques, les vestiges se densifiaient. La couche contenant des vestiges avait une épaisseur de l’ordre de 30 à 40 cm maximum. Dans la fosse 2538, elle n’occupait pas toute l’étendue de la fosse, mais uniquement sa partie orientale. Cette localisation du mobilier dans la partie médiane des remplissages est assez habituelle. On la retrouve notamment à Jablines/Les Longues Raies (Bulard, Tarette 1980).

31Sur le plan stratigraphique, la couche stérile du fond des fosses peut correspondre soit à une première phase de comblement naturel sans aucun apport détritique, soit, plus vraisemblablement, à une contamination in situ de l’encaissant par imprégnation de matière organique provenant du remplissage anthropique sus-jacent. Dans le premier cas, la présence de cette couche oblige à considérer que le rejet de matériaux provenant de l’activité domestique n’intervient qu’après un certain temps de sédimentation (dégradation des parois, par exemple). Dans le second, elle est simplement liée à la migration en profondeur, dans l’encaissant, des composés humiques. Au crédit de cette dernière interprétation, on notera que toutes les fosses à remplissage noirâtre très organique du site présentaient cette particularité et que cette dernière est par conséquent plus à mettre au compte de phénomènes d’illuviation postérieurs au Néolithique pendant plus de sept millénaires, qu’à un comportement ou à une intention délibérée. Le silo 2540 décrit ci-dessous a fourni la plus belle illustration de ce phénomène,

32La répartition spatiale des vestiges fait également apparaître une organisation structurée. Dans la fosse latérale nord 2538, la plus riche, ils se localisent préférentiellement dans la partie orientale (fig. 11), au droit de ce qui pourrait correspondre au couloir. On notera, du côté sud, la disposition symétrique de la fosse 2539 par rapport à cette structure interne.

FIG. 11
Répartition des vestiges dans la fosse latérale nord (2538). En hachures, structures postérieures

33Les rejets mobiliers sont d’une façon surprenante très modestes, La quantité de vestiges retrouvés dans les deux fosses 2538 et 2539 est particulièrement faible (moins de 300 pièces, pour la plupart lithiques, dans la fosse 2538, et quelques dizaines dans la fosse 2539). L’insignifiante représentation de la céramique est également frappante. L’absence de faune, en dehors d’esquilles carbonisées, est due, quant à elle, aux conditions de conservation.

2.3.2.2 Le silo

34Alignée comme les fosses d’extraction le long de la maison sur le côté sud, une petite fosse de forme ovale (2540) a été interprétée comme un silo. Il s’agir d’une fosse de 2 m de long sur 1 m de large, taillée entièrement dans le limon. Sa profondeur par rapport à la surface actuelle était en gros égale à 1 m. Le profil transversal présentait des bords verticaux légèrement rentrants et un fond aplati (fig. 12). Le remplissage organique, très noir et argileux, était particulièrement riche en vestiges et homogène. L’identification du fond de fosse a cependant été considérablement gênée par l’existence de très importantes imprégnations de matières argilo-humiques, dans la formation limoneuse sous-jacente. Ces imprégnations ont d’ailleurs entraîné la formation d’un cône de dissolution dans le lœss carbonate, plus large que la fosse elle-même. Elles ont également atteint le sommet du calcaire altéré qu’elles ont taché.

FIG. 12
Coupe du silo 2540 (code de description des sédiments : 1 limon brun ; 2 lœss, caillouteux au nord ; 3 calcaire décomposé, taché de noir et argilisé sous la fosse [petites croix] ; 4 remplissage noir cendreux, très argileux et riche en vestiges ; 5 limon noir panaché stérile, recouvert par les tessons du très grand vase ; 6 limon brun sale taché de noir stérile).

35Une incertitude concerne donc le fond de la fosse. Il n’a pas été possible de déterminer si la mince couche no 5 (fig. 12), constituée de limon argileux légèrement panaché et stérile, faisait partie du remplissage, auquel cas elle pourrait correspondre à une légère dégradation des parties hautes du silo, ou si elle faisait partie de l’encaissant. À sa surface, en effet, ont été recueillis les restes d’un très grand vase décoré de cordons en V au-dessus des anses. Les tessons couvraient la majeure partie du fond de la structure, à l’exception du quart NO. Certains étaient appuyés contre la paroi verticale. Au cours de la fouille, plusieurs tessons ou parties de tessons se sont avérés réduits à de simples fantômes à peine discernables du limon encaissant. Il semble que cette céramique, très mince par rapport à sa taille, ait été incomplètement cuite et qu’elle ait été rejetée pour cette raison au fond du silo.

36Après ce dépôt, le silo a été comblé avec un sédiment contenant des vestiges divers (silex, tessons appartenant à un grand nombre de vases, esquilles d’os carbonisées, charbons et céréales carbonisées). Aucun aménagement particulier des parois n’a été observé lors de la fouille. Celles-ci ont été taillées dans l’encaissant, sans aucun revêtement semble-t-il.

2.3.2.3 Les autres fosses

37À l’intérieur de la surface décapée ont été mises au jour d’assez nombreuses fosses aux remplissages plus ou moins argileux noirâtres, tout à fait comparables aux fosses néolithiques (fig. 7). La répartition de ces structures occupe, d’après les tranchées de diagnostic, une aire qui déborde largement de l’environnement immédiat de la maison, essentiellement en direction de l’ouest. Il est remarquable que ces fosses n’aient pas été rencontrées en d’autres points du Haut Saint-Martin, si ce n’est un cas isolé tout à fait au sud.

38Les contours de ces fosses peuvent être relativement nets au niveau du lœss. Dans ce cas, une auréole brune apparaît autour d’un remplissage central noir. La plupart du temps, les fosses ont cependant un contour diffus. Les plus grandes sont, de plus, très irrégulières et sont parfois décomposées en plusieurs sous-unités. Les formes sont en général assez allongées. Elles peuvent être plus ou moins en croissant avec, quelquefois, une apophyse en forme de crochet à l’une des extrémités. Ce crochet peut être plus ou moins développé, le cas extrême aboutissant à la formation d’un anneau. On remarque également que les fosses suivent des orientations préférentielles, NE-SO et EO. Les remplissages sont la plupart du temps complètement stériles. Lorsque des vestiges ont été recueillis, il s’agissait toujours de vestiges exclusivement néolithiques (silex taillés, boulettes de torchis et, plus rarement, tessons altérés), toujours en très petit nombre.

39Le fond de ces fosses a pour ainsi dire toujours légèrement entamé le calcaire décomposé. Les surcreusements ne sont cependant pas plus importants que dans les fosses d’extraction de la maison. De même que pour le silo, la cuvette inscrite dans le lœss est plus large que la tache noire proprement dite et du limon brun s’intercale entre la base du remplissage noir et le fond rocheux. Les versants peuvent être dissymétriques, redressés du côté ouest et en pente douce du côté est. Sur la paroi de l’une des fosses, a été retrouvé un petit arrachement associé à un bourrelet de lœss qui était interstratifié dans le remplissage.

40De telles structures correspondent, dans leur ensemble, à des chablis. La cohérence des orientations, la dissymétrie de certaines fosses, les formes en crochet ou en ellipse coïncident assez bien avec ce type de structures.

41Il est remarquable cependant que tous ces microreliefs aient piégé des sédiments noirs identiques à ceux des fosses néolithiques et qu’il n’y ait été retrouvé que des vestiges de cette période. S’il est tout à fait possible que des chablis aient préexisté à l’occupation néolithique du site, certains datent de cette période ou, tout du moins, sont de très peu postérieurs, puisqu’ils ont remanié des vestiges. On remarque, en effet, que les seules fosses où ont été trouvés des artefacts, quel qu’en soit le nombre ou la nature, sont toutes situées à moins de 10 m de la maison (fig. 13). La fosse 2543, qui empiète un peu sur le bâtiment, est la plus riche (environ 500 cm3 de restes de torchis y ont été mis au jour). Dans les autres fosses ont été retrouvés à chaque fois deux à trois vestiges, la plupart du temps lithiques.

FIG. 13
Structures ayant livré des vestiges néolithiques, en noir (maison) et en grisé (chablis). En blanc, les structures sans aucun élément néolithique.

42L’hypothèse d’un sol noir néolithique ou prénéolithique conservé uniquement lorsqu’il y a eu piégeage est un problème qui a été maintes fois posé par les néolithiciens du Nord de la France. Des études ont été menées dans la vallée de l’Aisne et en Belgique, mais elles n’ont jamais apporté d’éléments décisifs. La présence de tels sédiments à Mondeville, tant dans les structures associées à la maison danubienne que dans des silos du Néolithique moyen II fouillés dans une autre partie de la zone industrielle, et leur absence dans les structures plus récentes, y compris des fossés ouverts datés de l’âge du Bronze, plaident, a priori, en faveur d’une certaine réalité du phénomène. Dans la mesure où ces sédiments existent également dans des structures non anthropiques au comblement naturel, il est tentant d’y voir des reliques d’un vrai « sol », au sens pédologique du terme. Ce sol holocène encore jeune, très sombre, différent du sol brun lessivé actuel, a dû cependant être affecté par l’action humaine, notamment pendant la phase d’occupation du site où s’est vraisemblablement produit un enrichissement en matière organique. La disparition de ce sédiment en tout autre point que ces pièges archéologiques pourrait résulter soit d’une érosion superficielle des horizons humiques, soit plus simplement de leur dégradation depuis le Néolithique. L’impact de l’homme sur les sols holocènes s’est, en effet, manifesté par les défrichements au sein de la forêt primaire et par des pratiques culturales primitives réputées pour épuiser rapidement la fertilité des sols. Ces agressions sur le milieu ont sans aucun doute modifié l’évolution pédologique ultérieure, mais suivant des processus et une intensité que l’on n’est pas encore en mesure d’évaluer aujourd’hui. Des analyses seraient nécessaires pour cerner ces problèmes de façon plus précise.

2.3.3 Interprétation des structures et critique du modèle architectural

43L’ensemble formé par les quatre tierces et les deux poteaux d’ante détermine un édifice manifestement incomplet. Outre le fait qu’il manque les trous de poteau des murs latéraux, un certain nombre d’éléments centraux semble faire défaut et plusieurs arguments fondent cette appréciation. Tout d’abord, la fosse d’extraction septentrionale se prolonge de près de 4 m au-delà de la tierce la plus occidentale. Or dans tous les édifices connus, au moins dans le Bassin parisien et en Belgique, ces fosses ne dépassent jamais les pignons. D’autre part, l’espacement entre les tierces les plus éloignées suppose, pour les sablières du toit, des portées de près de 8 m. De telles valeurs, là encore, sont exceptionnelles dans l’architecture des maisons danubiennes, en particulier parce qu’elles s’accordent mal avec le principe de multiplication des appuis qui régit, au moins au début, leur construction. La moyenne des valeurs d’écartement entre deux tierces se situe en effet entre 3 et 5 m. Les valeurs supérieures sont exceptionnelles : 6 m à Charmoy-les-Ormes (C9), 6,50 m à Charmoy-les-Ormes (C1 : Joly 1970), 7 m à Cuiry-lès-Chaudardes (maison 225 : Beeching et al. 1976) et à Marolles-sur-Seine/Les Gours aux Lions (Mordant, Mordant 1970), etc. Une portée de 8 m a été enregistrée, une seule fois semble-t-il, à Charmoy-les-Ormes (C1), mais cet espacement est lié à la présence d’une tierce très oblique.

44Dans ces conditions, les trous de poteau isolés ou groupés par paire, qui ont été décrits précédemment, sont à considérer avec plus d’attention, hormis les poteaux 3000 et 2609 attribués à la période gallo-romaine. Si l’attribution à la série de tierces des poteaux 2610 et 2568 est envisageable sans grande difficulté, celle du poteau 2515 l’est déjà moins en raison de sa morphologie et celle du poteau 2605 est franchement improbable car elle porterait la longueur de l’édifice à une quarantaine de mètres (fig. 7 et 14a), avec une dernière travée d’une largeur beaucoup trop importante. Le statut des autres poteaux est plus ambigu. En effet, si la majorité d’entre eux s’alignent correctement sur les rangées et s’ils possèdent, pour la plupart, une très grande parenté morphologique avec les trous de poteau des tierces, il n’en demeure pas moins que le caractère apparemment incomplet du plan obtenu demeure. On ne comprend pas bien pourquoi les éventuels poteaux manquants n’auraient laissé aucune trace, alors que ceux qui ont subsisté ont une très forte signature sédimentologique. Il paraît, en effet, difficile d’admettre a priori que des disparités importantes de remplissages aient existé dans un milieu aussi isotrope. Les perturbations profondes du sol (chablis, fosses, silos ou trous de poteau) ont à chaque fois laissé des traces nettes. Pourtant, le poteau 2515, non décelé avant le niveau du lœss, suggère qu’une certaine conservation différentielle puisse exister. Il en est de même avec la trouvaille de petits vestiges néolithiques à la base du limon en dehors de toute structure en creux identifiée (un petit tesson au NO du trou de poteau 2610 et un petit fragment de bracelet en schiste entre les fosses 3003 et 2538). Dans ce cas, il peut s’agir d’infiltrations sous l’effet de bioturbations. Il apparaît donc qu’il faille admettre, pour expliquer les éventuelles disparitions, le principe de creusements superficiels dont les comblements ont été totalement effacés par les processus pédogénétiques. Si cette hypothèse ne pose pas de problèmes pour les murs latéraux, pour lesquels les poteaux sont, en général, plus petits, plus serrés et surtout moins enfoncés, elle est plus difficile à défendre pour les gros poteaux porteurs des tierces. D’une façon assez paradoxale, ce sont les poteaux de la partie occidentale qui seraient ici les moins profondément implantés, alors que c’est le secteur le plus exposé aux vents dominants. Un tel fait semble cependant assez fréquent dans l’architecture danubienne. On constate, en effet, que les problèmes de conservation touchent plus facilement cette partie des édifices. Des cas tout à fait singuliers ont même été enregistrés, notamment à Berry-au-Bac/Le Chemin de la Pêcherie, maison 300 (Rubané), où les murs latéraux et les fosses de construction s’interrompent simultanément, et sans raison apparente, à 9 m du pignon ouest (Dubouloz, Plateaux 1984). D’une façon plus générale, il apparaît également que les maisons sont moins bien conservées dans le groupe de Villeneuve-Saint-Germain (VSG) que dans le Rubané, et qu’elles présentent une variabilité régionale plus forte avec une répartition des tierces plus libre (Coudart 1993). Cette différence existe même lorsque les maisons appartenant aux deux cultures sont situées à quelques mètres les unes des autres et dans des terrains identiques comme à Bucy-le-Long (Ilet et al. 1995). Elle est interprétée comme la marque d’une implantation moins lourde au VSG avec des poteaux moins profonds. De même, dans le groupe de Blicquy, certaines tierces sont parfois remplacées par un poteau unique, particularité attestée dans le Bassin parisien, semble-t-il, sur le seul site de Bucy-le-Long (Farruggia et al. 1993).

FIG. 14
a Interprétation du bâtiment et des poteaux extérieurs situés sur l’axe de symétrie ; b interprétation des structures de l’époque gallo-romaine incluant certains trous de poteau non datés (en blanc).

45Pour compléter cette discussion, il convient d’envisager les relations troublantes qui existent entre la position de certains poteaux et le parcellaire gallo-romain surimposé au site. Ainsi, les poteaux 2581 et 2582, situés complètement en dehors de la maison, dessinent avec les fossés de l’un des petits lopins de terre et le poteau 2563, un dispositif d’entrée tout à fait cohérent aligné sur les deux poteaux 3000 et 2609 gallo-romains (fig. 14b). On objectera que dans cette partie du site, les structures historiques ont des remplissages très différents et très homogènes. Ces derniers sont toujours plus limoneux et plus clairs que l’encaissant. Les seules structures à remplissage argileux noir sont curieusement toutes associées géographiquement à la maison et livrent des vestiges néolithiques.

46En conclusion, on retiendra l’hypothèse d’une maison rectangulaire, ou peut-être naviforme, de conservation inégale, spécialement à l’ouest, et mesurant 29 m de longueur pour 4,50 m de largeur. Cette maison possède 4 tierces complètes relativement espacées et deux tierces incomplètes, l’une correspondant peut-être au « couloir » situé ici en position centrale, et l’autre au pignon ouest. Dans cette configuration, l’espace intérieur est divisé en 5 pièces de longueurs inégales. Le rythme de succession des travées répond à une symétrie relative par rapport à l’axe du « couloir » avec deux blocs de deux pièces de 12,00 m et 12,80 m de longueur totale. Dans chacun de ces blocs, la pièce la plus étroite est située du côté interne et la plus large du côté externe (fig. 15). Un tel plan s’écarte du modèle rubané où on observe une succession plus stricte, dite progressive, des travées de la partie centrale où les espaces plus larges sont encadrés par deux couloirs (Coudart 1993). Ici la maison présente un plan bipartite particulièrement aéré. Elle est accompagnée de fosses latérales discontinues, pauvres en mobilier. Par l’ensemble de ces caractéristiques, la maison de Mondeville apparaît donc relativement évoluée à l’intérieur du modèle danubien comme le confirme d’ailleurs l’étude du mobilier. Sur le plan domestique, un silo a été creusé tout près de la maison, mais à l’extérieur, le long de la paroi sud, à l’endroit du chapelet de fosses latérales ; des trous de poteau épars complètent son environnement immédiat.

FIG. 15
Rythme d’espacement des tierces.

2.4 Le mobilier

2.4.1 L’industrie du silex

E.G.

2.4.1.1 Matières premières

47La matière première employée est en grande majorité (93 %) un silex bathonien d’excellente qualité dénommé « silex du Cinglais », du nom de la région où ce matériau a été reconnu pour la première fois, à 25 km de Mondeville (Ghesquière et al. à paraître). Il est uniformément brun ou brun grisé. Le cortex non tourmenté est peu épais. Sa texture est lisse, à grain très fin. Le fil des arêtes est régulier et coupant. Du fait de son homogénéité remarquable, ce silex est très bien adapté au débitage des lames puisqu’aucune inclusion ne vient gêner le déroulement de la taille. Il y a là une adéquation de la matière première à une technique bien spécifique, dont on sait qu’elle requiert un silex de qualité. Sur le site éponyme de Moutiers-en-Cinglais ont été retrouvés des ateliers de débitage laminaire, probablement attribuables au VSG, répartis sur une centaine d’hectares. Un des intérêts de ce silex est de se prêter de manière excellente aux analyses tracéologiques lorsque, comme ici, les vestiges sont très frais et révèlent des lustrés visibles à l’œil nu.

48Plusieurs autres silex locaux sont présents : silex gris zoné, silex moucheté et chaille. Tous sont de qualité très médiocre et ont été utilisés exclusivement dans le cadre d’un débitage d’éclats. Ces silex sont plus particulièrement réservés au façonnage d’outils communs. En effet, 5 grattoirs sur 9 et 3 éclats retouchés sur 14 sont réalisés dans ces silex locaux.

49Deux silex d’origine exogène sont représentés par un artefact chacun : le premier est un éclat large et plat, très régulier, en silex jaune cireux ; le second est un fragment de lame en silex tertiaire. Ce silex très particulier provient de la région parisienne où il est employé dans le cadre d’un débitage laminaire régulier. Il fait l’objet d’échanges importants au VSG récent (Bostyn 1994). La zone de commercialisation s’étend sur tout le Bassin parisien et une partie du Nord de la France. Ce réseau s’étend en Haute-Normandie jusqu’au Havre, au nord de la Seine (Ghesquière, Marcigny 1995) et dans le pays d’Auge en Basse-Normandie (Jort : Chancerel et al. 1992a). La découverte d’un fragment à Mondeville représente probablement l’extension maximale du réseau vers l’ouest. La présence d’un unique fragment (à 200 km des ateliers de taille) s’explique peut-être par une concurrence locale du silex du Cinglais pour le débitage laminaire régulier.

2.4.1.2 Débitage

50L’assemblage est tourné à plus de 80 % vers la production de lames régulières. Ce chiffre prend en compte tous les éclats caractéristiques des phases de mise en forme du nucléus. Les lames ne représentent que 41 % de la série, mais celles-ci sont très fragmentaires et ce chiffre est donc surestimé. Le débitage laminaire a été effectué dans sa quasitotalité dans le silex du Cinglais.

51Un débitage d’éclats irréguliers est également présent dans des pourcentages marginaux (15,6 %). Il est réalisé à partir de toutes les catégories de silex, y compris le silex du Cinglais.

52La phase d’initialisation des nucléus est représentée par quelques éclats d’entame et de sous-entame (6,5 %), toujours de petite taille (moins de 8 cm de longueur) et rarement épais. La comparaison avec les grands éclats d’entame rencontrés sur les ateliers de taille de Moutiers-en-Cinglais suggère que le premier ébauchage des rognons était effectué sur les lieux de ramassage du silex ; les blocs étaient probablement amenés incomplètement préparés à Mondeville. L’initialisation était complétée par l’enlèvement d’éclats d’entame minces.

53La mise en forme du nucléus, par comparaison avec l’étude de gisements pour lesquels les vestiges sont plus nombreux et où des blocs préparés ont été découverts (Trosly-Breuil : Bostyn 1994), est caractérisée par l’enlèvement d’éclats épais et minces, façonnant les flancs du nucléus et éliminant partiellement les plages corticales (13 %). Ces éclats sont arqués et peu épais, fréquemment vrillés. Les derniers éclats de préparation, de petite taille et très minces, sont présents en dernier lieu pour façonner la crête sur laquelle prendra appui le débitage. Ces lames à crête, présentes à concurrence de 1,7 % des artefacts, ne portent que des retouches unilatérales (fig. 16, no 3). La faible quantité de ces lames et le fait qu’un certain nombre d’entre elles ont des crêtes secondaires suggèrent que le nucléus était préparé à partir d’une crête unique. Le plan de frappe est probablement préparé à partir de l’enlèvement d’un unique éclat de décalottage épais. Aucun éclat de ce type n’a été retrouvé à Mondeville, ce qui tend à indiquer que cette phase du débitage a également été effectuée sur les lieux de ramassage.

FIG. 16
Industrie lithique : 1 hache taillée ; 2 pièce émoussée (briquet) ; 3 lame à crête ; 4 outil prismatique ; 5, 7 pièces denticulées ; 6 microburin.

54La phase de plein débitage laminaire débute à partir d’un plan de frappe lisse et d’une crête régulière. Une esquille d’avivage est détachée du plan de frappe et une légère abrasion de la corniche est effectuée. Ces caractéristiques, visibles sur le talon de toutes les lames, ajoutées au bulbe bombé et court, à une lèvre d’arrachement soutenue et à la régularité des supports suggèrent l’utilisation exclusive de la percussion indirecte ; l’esquille d’avivage sert de support au chasselame (expérimentation J. Pellegrin : Augereau 1993 ; Bostyn 1994).

55Il est difficile de déterminer le nombre de supports débités par nucléus. En effet, aucun nucléus laminaire ne nous est parvenu et l’état de fragmentation des supports permet difficilement de faire des estimations fiables. Toutefois, le module des lames varie entre 1 et 3 cm de largeur, ce qui suggère une évolution du débitage vers des supports de moins en moins larges et de moins en moins longs et donc un nombre important de supports débités. Il existe un nombre limité de supports laminaires arqués, ce qui suppose un débitage réalisé en majorité à partir de nucléus droits plutôt qu’à partir de nucléus en « balle de fusil » ; les supports arqués sont en effet beaucoup plus difficiles à employer dans le cadre de l’outillage.

56Les accidents de taille se limitent à quelques rebroussés (éclats laminaires), rattrapés par le débitage de supports alternes, visibles sur un nombre restreint de lames. Aucun support outrepassé n’est présent dans la série. Ce genre d’accident peut être évité par l’esquillement du bas du nucléus.

57Quelques rares produits laminaires en silex local sont présents. Ils sont irréguliers et semblent avoir été obtenus par la technique du débitage direct au percuteur tendre. Ils possèdent un talon mince et un bulbe diffus.

58Un débitage d’éclats existe à hauteur de 15,6 %. Les produits débités sont irréguliers. Ils possèdent des négatifs d’enlèvements centripètes à leur surface, ce qui révèle un mode de débitage multipolaire à partir de nucléus globuleux. Les talons épais et le bulbe proéminent évoquent l’usage exclusif du percuteur dur.

59L’absence de nucléus à lames suggère qu’ils ont été réutilisés en fin d’exploitation dans le cadre d’un débitage d’éclats qui a fait disparaître totalement les négatifs réguliers.

2.4.1.3 Outillage

60L’outillage est composé de 115 pièces, soit 32 % de la série. Ce pourcentage est très important du fait du décompte des lames utilisées (lustrées) parmi l’outillage. En effet, la fraîcheur du silex permet la reconnaissance aisée des « lustrés de faucille » ; le pourcentage d’outils est donc proportionnel à la grande quantité de supports laminaires dans la série.

• Armatures de faucille, 12 pièces (FIG. 17, nos 3, 6, 11, 12)

61Seuls les produits retouchés avant utilisation ont été décomptés parmi cette catégorie. Il faut préciser que toutes ces pièces portent un lustré d’usage. Trois types distincts d’armatures sont présents :

  • les armatures les plus fréquentes sont les éléments sur segments de lames ; ces pièces mesurent autour de 3 cm de longueur, pour une largeur variant entre 1,5 et 3 cm ; le segment est obtenu dans la plupart des cas par bris intentionnel de la lame (dans ce cas, une conchoïde de percussion est visible sur la tranche) ; plus rarement, des troncatures ont été réalisées par l’intermédiaire d’une retouche abrupte (no 12) ; le lustré est généralement assez couvrant sur ces pièces ;

  • le deuxième type est représenté par des lames à troncature oblique (nos 3, 6) ; le lustré occupe l’extrémité supérieure de la pièce, sur le bord opposé à la troncature ;

  • le troisième type d’armatures est représenté par un seul individu (no 11) ; c’est une pièce en demi-lune, dont le dos courbe a été façonné par retouche abrupte.

FIG. 17
Industrie lithique : 1, 2, 4 lames lustrées ; 5, 10 grattoirs ; 361112 armatures de faucille ; 7-9 burins ; 13 éclat mince retouché ; 14 perçoir.

62Le lustré intense et couvrant de ces pièces indique selon plusieurs expérimentations un usage pour couper la tige des céréales (Skakun 1992 ; Philibert 1996). Une observation au microscope de quelques pièces possédant un poli miroir sur un des angles a été tentée. Le bord apparaît émoussé à cet endroit et révèle des stries fines et longues, disposées parallèlement au tranchant.

Burins sur lame, 17 pièces (FIG. 17, nos 7-9)

63Ces outils ont été réalisés sur des fragments de lames, généralement assez épais. Tous sont des burins plans. Le coup de burin a été porté à partir d’une cassure apparemment accidentelle. Certains d’entre eux portent des traces d’utilisation assez intensive (no 9) et pourtant, on note peu de reprise du piquant trièdre par l’enlèvement de nouvelles chutes. Enfin, certaines pièces portent un coup de burin à chaque angle de la pièce.

Éclats retouchés, 14 pièces

64Ces éclats portent des retouches peu développées sur une partie limitée de leur bord latéral. Il est possible que ces pièces ne soient que des outils a posteriori.

Éclats denticulés, 5 pièces

65Les supports denticulés sont généralement d’un module plus important que les éclats retouchés. Ils portent des retouches irrégulières qui ont façonné un front denticulé. Encore une fois, il est difficile de déterminer si la retouche a précédé l’usage.

Grattoirs sur éclat, 9 pièces (FIG. 16, nos 5, 7 ; FIG. 17, no 10)

66Ces outils sont assez faiblement représentés dans la série. En effet, ils ne composent que 8 % de l’outillage. Leur front est façonné par retouches semi-abruptes ; il est souvent irrégulier et parfois même denticulé. L’un d’entre eux (no 7) possède également une retouche de racloir régulière. Ils sont façonnés pour cinq d’entre eux dans du silex du Cinglais et pour les quatre autres dans du silex local de qualité médiocre. Il est intéressant de constater que certains silex grenus et mouchetés ne sont présents que sous forme d’outil (en général un grattoir).

• Grattoirs sur lame, 2 pièces

67Seuls deux grattoirs ont été façonnés sur des fragments de lames épaisses et larges. Les retouches sont semi-abruptes à abruptes. Elles ont déterminé un front irrégulier faiblement convexe.

• Lames lustrées, 30 pièces (FIG. 17, nos 1, 2, 4)

68Trente lames brutes portent un lustré que l’on peut attribuer à la coupe de végétaux. Les outils que l’on peut considérer comme entiers sont des grands fragments de lames de 10 à 15 cm de longueur, à profil droit. Quelques retouches mineures accompagnent généralement ces traces mais elles semblent être dues uniquement à l’usage. Le lustré est très particulier et diffère de celui des armatures de faucille. Il se distingue par la présence d’un poli très vif sur une frange d’un demi-millimètre de largeur sur le tranchant (généralement sur la face inférieure de la pièce) et par un lustré diffus et peu marqué sur d’autres parties de la pièce. Les supports utilisés sont de grandes lames (en moyenne 10-12 cm de longueur) dont les fractures semblent avant tout accidentelles (débitage ou usage). Les analyses tracéologiques effectuées sur ce type d’outil (Skakun 1992) suggèrent une utilisation emmanchée en oblique sur un manche droit (quelques retouches mineures sur les lames lustrées de Mondeville semblent avoir participé à un système de fixation). La morphologie particulière de ces outils ainsi que le lustré en fine bande sont représentatifs d’un usage pour couper des végétaux humides non ligneux.

• Lames et lamelles retouchées, 20 pièces

69Les lames de cette catégorie sont de même module que les lames lustrées. Les lamelles, nettement plus petites, semblent également appartenir au débitage indirect ; elles mesurent moins de 12 mm de largeur. Elles se différencient des pièces précédentes par l’absence de lustré et par la présence de retouches plus régulières et continues.

Outils émoussés, 2 pièces (FIG. 16, no 2)

70Deux pièces possèdent un émoussé important. La première est un petit fragment de lame dont le fil est émoussé par l’usage. La seconde est un élément prismatique épais, façonné par retouches abruptes d’un bord latéral d’un éclat allongé. L’extrémité est fortement émoussée et trahit un usage intensif. Ce type d’outil est souvent dénommé retouchoir ou compresseur ; toutefois, dans ce cas, il semble possible de le considérer comme un élément actif de briquet utilisé en liaison avec un fragment de minerai ferrique (plusieurs fragments découverts sur le site).

Perçoir, 1 pièce (FIG. 17, no 14)

71Il est façonné sur un fragment de lamelle régulière par retouches abruptes directes de l’extrémité. La pointe dégagée est faiblement aiguë.

Hache taillée, 1 pièce (FIG. 16, no 1)

72C’est une grande pièce façonnée par retouches semi-abruptes couvrantes, directes et inverses. Elle ne possède pas d’enlèvement de coup de tranchet. L’apparition de tels outils semble se rattacher à la période finale du VSG (Bostyn 1994). On en trouve de comparables sur le site de Léry (Bostyn 1994) ou sur celui des Moutiers-en-Cinglais (inédit). Ils restent rares à cette période et ne deviendront fréquents qu’à partir du Néolithique moyen avec un changement radical dans le mode de fabrication ; le Cerny verra en effet le façonnage exclusif par retouche abrupte bilatérale.

• Armatures de flèche (FIG. 16, no 6)

73Aucune armature perçante n’a été découverte. Toutefois, il a semblé nécessaire de mentionner cette catégorie car trois microburins sont présents et ils constituent les témoins du façonnage d’armatures pointues. On peut donc considérer que la présence de pointes est un fait acquis même s’il est impossible de déterminer leur morphologie.

2.4.1.4 Caractéristiques de l’assemblage lithique

TABL. III

74Le débitage se caractérise par la présence d’un débitage laminaire prépondérant, un usage de la percussion indirecte quasi exclusif en ce qui concerne l’obtention de lames et par la présence d’un plein débitage d’éclats marginal, destiné à l’obtention de supports d’outils communs (grattoirs, éclats retouchés).

TABL. III
Décompte de l’industrie lithique par structure : S sain ; C cortical ; B brûlé ; BC brûlé cortical ; T total.

75L’outillage se caractérise par la présence de six outils dominants, dont les trois premières catégories sont façonnées sur des lames régulières. Les lames lustrées constituent la première dominante. Il est certain que l’on ne peut pas à proprement parler en faire des outils car elles n’ont pas été façonnées et qu’un grand nombre d’entre elles ne portent aucune retouche d’utilisation. Elles ne sont identifiables que parce que le site a permis la conservation des traces de lustré, ce qui n’est pas le cas de tous les ensembles disponibles dans les autres régions. Leur présence autorise néanmoins la comparaison avec d’autres séries bien conservées (notamment en Basse-Normandie). Les lames retouchées constituent la deuxième dominante ; la différence avec la catégorie précédente concerne principalement l’absence de traces de lustré. La troisième dominante est représentée par les burins. Ceux-ci sont façonnés exclusivement sur des supports laminaires. L’absence de burins sur éclat s’explique évidemment par la faible présence de ce type de support. Les éclats retouchés et les grattoirs forment les quatrième et cinquième dominantes. La sixième dominante enfin est constituée des armatures de faucille. Celle-ci diffère des lames lustrées par l’existence d’un façonnage antérieur à l’emploi. Ces derniers sont les outils les plus représentatifs de la culture considérée,

2.4.1.5 Comparaisons régionales

TABL. IV

76La série se place de façon indiscutable dans le courant VSG dont l’industrie a été définie de façon précise par F. Bostyn (Bostyn 1994 ; 1995). En effet, trois des six outils dominants de l’assemblage peuvent être considérés comme les témoins culturels majeurs de cette période : les armatures de faucille, les lames lustrées et les burins sur lame. Il faut évidemment rajouter à cette liste le tranchet à retouches couvrantes et les microburins. Le débitage pose davantage de problèmes d’attribution. En effet, le débitage laminaire indirect est l’un des témoins culturels majeurs de cette période, même s’il le partage dans la région avec la période Cerny (Ghesquière, Marcigny 1998). La particularité du site de Mondeville (par rapport aux nombreuses autres séries étudiées dans le Bassin parisien et en Basse-Normandie) est la prédominance du débitage laminaire. Or, même sur les sites de production de lames régulières du Bassin parisien (en vue de l’exportation), ce débitage ne représente pas plus de 60 % des vestiges (éclats de mises en forme et supports laminaires), tandis que sur les sites non producteurs, les supports laminaires ne représentent qu’un pourcentage marginal. La structure de l’assemblage de Mondeville le ferait donc apparaître comme un site producteur, alors même qu’il utilise une matière première non locale.

TABL. IV
Séries régionales de comparaison du VSG (Colombelles et La Corneille sont inédites).

77F. Bostyn a réussi à définir, par comparaison avec l’étude du mobilier céramique, les conditions d’apparition des grands courants d’échanges des lames régulières (que l’on peut rapprocher de ceux des bracelets de schiste). Ces réseaux complexes et denses se développent au cours de l’ensemble de la période VSG et atteignent leur extension maximale à la phase récente de la période, en particulier en ce qui concerne les zones périphériques du Bassin parisien (Belgique, Haute et Basse-Normandie, etc, ), pour s’éteindre rapidement par la suite. La grande quantité de supports laminaires de Mondeville, la présence d’un grand nombre de bracelets de schiste et les six dominantes de l’outillage placent le site de façon tout à fait claire dans le contexte de la fin de la période VSG. La découverte d’un support laminaire en silex tertiaire confirme le schéma mis en place.

78La série peut être comparée au niveau local avec celle du site tout proche de Colombelles, Calvados (Ghesquière, Marcigny 2000), reconnu en diagnostic (tabl. IV). Il s’agit d’un vaste habitat attribué au Rubané final ou au VSG initial. Une faible quantité de mobilier a été récupérée du fait même de la nature de l’opération faiblement destructrice. On a retrouvé un assemblage dominé par le débitage laminaire indirect avec un indice lamino-lamellaire à 29 % (41 % à Mondeville). L’outillage possède six dominantes : les lames et lamelles retouchées, les éclats retouchés et denticulés, les burins (sur éclat ou sur lame), les grattoirs (sur éclat et surtout sur bout de lame), les armatures de flèche et les armatures de faucille ; les quatre premières catégories regroupent environ 70 % de l’outillage. On notera que l’outillage s’accorde bien avec celui de Mondeville et des sites VSG récent bas-normands, ce qui suggère une évolution lente des corpus depuis la fin du Rubané, pendant tout le VSG.

79Le site de La Corneille à Bretteville-l’Orgueilleuse (Calvados) correspond à un habitat gallo-romain (Ghesquière et al. à paraître) dont un des fossés parcellaires a livré un lot lithique important provenant très probablement du recoupement d’une structure néolithique lors du creusement. L’assemblage est assez riche bien qu’il ne provienne que de sondages restreints. Il se divise en trois types de productions distinctes : un débitage d’éclats en silex local, un débitage laminaire direct en silex local et un débitage laminaire indirect en silex d’origine régionale. Cette pluralité du débitage se retrouve sur tous les sites VSG du Bassin parisien et de la vallée de la Seine (Bostyn 1994 ; 1995), comme à Léry (Eure) ou à Passy-Sablonnière (Yonne), où le débitage laminaire, direct ou indirect, ne représente qu’un pourcentage marginal de la production. Par contre, on note une utilisation importante de ces supports dans l’outillage. La production laminaire indirecte n’est présente sur ces sites du Bassin parisien (ou de ses marges) qu’à travers des produits finis (excepté pour les sites producteurs). À Mondeville et à La Corneille, on note la présence d’un débitage de ces pièces sur le gisement.

80L’outillage de La Corneille est lui-même très représentatif d’un assemblage VSG, si l’on écarte les perçoirs dont la quantité trahit ici un artisanat spécialisé (tabl. IV). Le groupe des burins est très typé et correspond bien à ce qui a été retrouvé sur le site de Mondeville (grands burins sur lame associés à des lustrés). Les lames lustrées sont également des éléments représentatifs de cette période. La très faible présence de grattoirs correspond également à ce que l’on connaît pour la région (Colombelles, Mondeville). En effet, au contraire du Bassin parisien où cet outil est toujours en position dominante, le grattoir reste plus ou moins marginal au sein du VSG bas-normand. Les séries de La Corneille et de Mondeville offrent donc de nombreux points communs, en particulier dans l’outillage sur supports laminaires réguliers (armatures de faucille, burins, etc.) en silex du Cinglais. Des caractéristiques se détachent toutefois de ces deux sites par la présence de nombreux perçoirs à La Corneille et par les nombreuses lames’ lustrées et retouchées de Mondeville.

81Le site également proche de Saint-Manvieti-Norrey (Calvados), fouillé par N. Forfait, consiste en un unique silo attribué au VSG récent (Chancerel et al. 1995). On y a retrouvé un assemblage lithique assez restreint : un débitage d’éclats en silex local y côtoie quelques lames régulières en silex du Cinglais. Cet ensemble est tout à fait caractéristique de cette culture telle qu’elle a été mise en évidence dans le Bassin parisien (Bostyn 1994 ; 1995) où les grandes lames régulières, très minoritaires, sont toutes des produits importés et ont probablement été diffusées sous forme de produits finis. Elles ont par ailleurs systématiquement été transformées en outils (armatures de faucille, burin).

82Plus à l’ouest, à l’intérieur du Massif armoricain, le site du Haut Mée à Saint-Etienne-en-Coglès (Ille-et-Vilaine), fouillé en 1996 par S. Cassen (Cassen et al. 1998 : étude lithique G. Marchand), est un site d’habitat daté du VSG récent. Un assemblage très proche de celui de Mondeville a été mis au jour. L’absence de silex local a entraîné le recours à des matériaux d’importation, dont le silex du Cinglais représenté par la moitié des artefacts, avec un débitage in situ. L’indice laminaire est équivalent entre Mondeville et Saint-Étienne-en-Coglès, respectivement 32 % et 41 % (43 % au Haut Mée en ce qui concerne le silex du Cinglais). L’outillage est lui aussi très comparable, si l’on exclut le fait que les lustrés de faucille ne sont pas visibles sur les artefacts du Haut Mée ; les grattoirs représentent 13 % de la production contre 9,5 % à Mondeville, les burins 14 % sur les deux sites. Le pourcentage d’éclats retouchés reste nettement plus important à Saint-Etienne-en-Coglès : 26 % contre 16,5 % à Mondeville. On observe également des analogies entre les lames tronquées du Haut Mée et les armatures de faucille du même type de Mondeville. Ces ressemblances renforcent l’idée d’unité des deux assemblages lithiques, confirmée par l’usage d’un type commun de matière première.

83Enfin, l’assemblage de Jort, situé à 40 km à l’est de Mondeville (Chancerel et al. 1995), offre quelques dissemblances. Le site consiste principalement en une fosse silo dont le mobilier est rapporté à une phase plus ancienne dans le VSG, L’outillage (78 pièces) diffère, malgré une cohérence due à l’appartenance à la même culture. Les grattoirs sont également représentés, contrairement aux burins : 23 % à Jort contre 14,5 % à Mondeville, et aux éclats retouché : 40 % à Jort et 16,5 % à Mondeville ainsi qu’aux diverses lames et lamelles utilisées qui représentent moins de 23 % de l’outillage de Jort. La série ne contient en outre aucun artefact en silex du Cinglais alors qu’une lame en silex tertiaire du Bassin parisien y figure. Selon toute vraisemblance, le site de Jort n’appartient pas à la sphère d’influence délimitée par le réseau d’échanges du silex du Cinglais, malgré la distance beaucoup plus faible qui le sépare des gisements de matière première par rapport aux sites ornais (Valframbert par exemple) et bretons.

2.4.1.6 Interprétation

84La série de Mondeville s’inscrit parfaitement dans le courant VSG récent tel qu’il apparaît régionalement à partir des assemblages décrits ci-dessus. Ces séries possèdent toutes une forte identité culturelle à partir d’une communauté d’assemblage et d’outillage. Ainsi, il faut noter la présence de lames régulières débitées par percussion indirecte. Cette production est l’œuvre de spécialistes qui opéraient soit au sein d’ateliers de taille sur les gisements de matière première (Les Moutiers-en-Cinglais), soit au sein des habitats (Mondeville, La Corneille ?). Les autres sites se procuraient probablement ces lames par un système d’échange (Bostyn 1994 ; 1995). Le pourcentage de production laminaire (mise en forme et plein débitage) varie de la même manière suivant la nature des sites : 100 % aux Moutiers-en-Cinglais (site de production exclusivement), 85 % à Mondeville (site mixte habitat/production), 7 % à Saint-Manvieu-Norrey, 3 % à La Corneille. Le reste de l’assemblage est réservé à un débitage d’éclats irréguliers utilisés comme supports d’outils simples tels que grattoirs, éclats retouchés et denticulés, perçoirs, etc.

85L’outillage est représenté de façon également très variable suivant les sites mais toujours à partir de quelques outils de base qui constituent les témoins culturels majeurs de cette période : les armatures de faucille (entre 1,7 % à La Corneille et 10,4 % à Mondeville), les lames lustrées (entre 2,6 % à Jort et 25,4 % à Mondeville), les burins sur lame (entre 7 % à La Corneille et 17 % à Jort), les armatures perçantes et les microburins (entre 0 % à Jort et 3,5 % à La Corneille) et les perçoirs (0,8 % à Mondeville et 34 % à La Corneille).

86Il est intéressant de constater les grandes disparités des pourcentages d’outils entre ces quatre séries (qui constituent toutefois des échantillons limités). La découverte et la fouille d’ensembles plus importants permettront sans doute à l’avenir de niveler ces différences de représentation. Quoi qu’il en soit, les caractéristiques techniques de ces outils (particulièrement les armatures de faucille, lames lustrées et pointes de flèches) sont si particulières qu’elles ne réservent aucun doute quant à leur horizon culturel. On peut donc bien parler d’une identité culturelle du VSG régional, avec des distinctions entre les périodes ancienne et récente qu’il conviendra de mettre en évidence lorsque les séries se seront étoffées.

87La caractérisation de la matière première reste un problème important. En effet, le silex du Cinglais correspond pour l’instant à un concept des archéologues qui n’est pas formellement reconnu par les géologues. Il s’agit d’un silex bathonien non différenciable en lame mince d’autres silex du même étage également présents dans l’ensemble des plaines de Caen, Falaise, Sées et Alençon. Les distinctions faites à l’œil nu sont pourtant importantes, couleur brune, finesse du matériau, et surtout caractéristiques technologiques très strictes du débitage. Ces caractères morphotechnologiques permettent de suivre l’extension du réseau de distribution des lames (ou autres artefacts) en silex du Cinglais, depuis une zone de production reconnue au sud de Caen jusqu’au nord de la Bretagne (Saint-Etienne-en-Coglès), au nord de la Sarthe (Ghesquière et al. 1999b) et à l’extrémité du nord Cotentin (site de Tatihou : Marcigny, Ghesquière 1997 ; Marcigny, Ghesquière et al. 2003).

2.4.2 L’outillage en roche dure

J.L.G., L.D., E.G.

88Quatre types de roches dures ont été utilisés pour réaliser des outils :

  • l’arkose cambrienne est une roche métamorphique présente sur le site sous forme de galets et de plaquettes. Les gisements les plus proches se trouvent à une vingtaine de kilomètres de Mondeville. Toutefois, de telles pièces peuvent également provenir des alluvions de l’Orne, à quelques kilomètres en contrebas du gisement ;

  • le quartz est représenté par un unique galet bouchardé. Cette roche est présente sous forme de galets dans de nombreux contextes locaux ;

  • la dolérite est présence sous la forme de galets. Cette roche est issue du Massif armoricain, situé au plus près à une vingtaine de kilomètres du site. Encore une fois, il est possible que les Néolithiques aient été rechercher ces galets dans les alluvions de l’Orne ;

  • le grès fin est également présent avec un petit polissoir.

Meules et fragments de plaquettes

89Trois meules fragmentaires ont été découvertes sur le site. Elles sont réalisées sur des plaquettes d’arkose minces (de 30 à 35 mm) dont une des faces est régularisée par bouchardage avant utilisation. La planéité de la face active ainsi que l’absence de molettes suggèrent un usage en binôme de deux plaquettes l’une contre l’autre.

90Deux fragments de plaquettes d’arkose non utilisées sont également présents.

Galets oblongs et galets oblongs bouchardés

91Cinq galets de 7 cm de longueur en moyenne portent des impacts de percussion à leurs extrémités. Ils sont en arkose, quartz ou dolérite. Certains ont pu avoir une fonction de broyeurs ; la face bouchardée est parfois régularisée par un usage en percussion posée (fig. 18, no 1). Trois galets ne portent pas d’impacts de percussion ; il s’agit de pièces plus petites que celles utilisées.

FIG. 18
Outillage en roche dure : 1 galet bouchardé aux deux extrémités ; 2 polissoir en grès ; 3 outil prismatique bouchardé en dolérite.

Pavés de silex

92Trois blocs de silex ont une forme de pavé de 15 à 20 cm de côté et un poids de 1,5 à 2 kg. Ils sont taillés dans une chaille locale de qualité très médiocre (fig. 19). Aucun éclat de débitage de cette matière n’est présent dans la série, excepté un gros éclat qui a été utilisé comme percuteur. L’un des pavés présente une mise en forme régulière par enlèvement d’éclats centripètes ; sa morphologie et sa technique de façonnage le rapprochent des pavés de silex d’époque moderne utilisés dans la construction (Seine-Maritime, Calvados...). Les deux autres ont été réalisés par enlèvement d’éclats uniques et leurs faces sont presque planes. Les angles de ces pavés possèdent de nombreux impacts de percussion. On peut évoquer comme fonction possible celle d’une enclume. Une pièce identique a été découverte sur le site de Colombelles, également réalisée en chaille de médiocre qualité, ainsi que sur les sites du groupe de Blicquy d’Irchonwelz et d’Ormeignies où existaient des blocs volumineux partiellement épannelés de 9,5 et 17 kg (Farruggia et al. 1982).

FIG. 19
Pavés dé chaille recueillis dans la fosse 2538 (éch. 10 cm).

Outil prismatique en dolérite

93Cet outil a été réalisé sur un galet allongé de dolérite de plus de 22 cm de longueur pour 6 cm d’épaisseur. Les bords ont été partiellement régularisés par bouchardage. La forme de l’objet est celle d’un pic légèrement courbe (fig. 18, no 3). L’extrémité basale est plate, l’autre extrémité, faiblement pointue, est probablement fracturée par l’usage. Le centre de l’objet est légèrement aminci par rapport à l’ensemble de la pièce comme s’il participait à un système de fixation de l’outil sur un manche. La pièce est malheureusement dans un état de conservation médiocre ; il esc probable qu’elle a subi un séjour prolongé dans le feu. Elle rappelle les « pics marteaux » du site du Pinacle à Jersey (Patron 1995). Ces derniers, façonnés par bouchardage de blocs de dolérite, sont réguliers et possèdent une extrémité plane et l’autre « pointue » ; leur profil est légèrement courbe comme pour la pièce de Mondeville. Elles sont attribuées au contexte Cerny.

Polissoir

94Un fragment de petit polissoir a été retrouvé. Il a apparemment été obtenu à partir d’un galet. La pièce présente une rainure très bien polie de 6,5 cm de large et de 0,4 cm de profondeur (fig. 18, no 2). Cette pièce indique avec certitude l’existence de pièces polies sur le gisement, alors même qu’aucune n’a été retrouvée.

• Débris divers

95Dix débris d’arkose sont également présents. Ils sont de très petite taille et ont pu participer aux travaux de régularisation des bords des meules. Il est également possible qu’il s’agisse d’éclats issus des impacts de fracture de ces meules.

2.4.3 L’os

96L’os frais n’a pas été conservé sur le site. La seule exception est une molaire de jeune bovidé dans le remplissage du silo. L’os carbonisé, en revanche, est relativement abondant mais n’est présent que sous la forme d’esquilles de moins de 1 cm. La plus grande part provient, là encore, du silo.

2.4.4 La céramique

A.C., X.S.

97La céramique de Mondeville/Haut Saint-Martin se caractérise, comme le reste des vestiges, par son extrême pauvreté. Le nombre de tessons recueilli dans l’ensemble des structures est de l’ordre de 90, chiffre auquel il faut ajouter les restes du très grand vase écrasé au fond du silo (soit encore 35 pièces environ). En dehors de ce vase, les tessons ont des tailles centimétriques, les plus importants mesurant entre 5 et 8 cm. Du point de vue macroscopique, la céramique est assez variée.

98Les tessons à pâte dense forment l’essentiel de la série, mais rares sont ceux qui n’ont subi aucune altération. Les surfaces sont fréquemment couvertes de vermiculattons dues à une altération provoquée par les radicelles. Certains tessons sont également émoussés. Le dégraissant, rarement visible en surface, est en général peu abondant. Il est composé de quartz émoussés, de petites particules de calcaire dur et plus rarement de silex. Les teintes vont du noir au brun clair en passant par le marron. Des tessons plus épais (1 cm), rouges et noirs, appartenant sans doute au même vase non reconstituable, présentent de plus un dégraissant arénitique (quartz, micas, feldspaths). L’os pilé n’a été identifié que sur un unique vase (fig. 20, no 11) où il est d’ailleurs peu dense. La céramique dense est réservée à des vases de petite taille (moins de 25 cm de diamètre).

FIG. 20
Mobilier céramique : 1-5 fosse nord 2538 ; 6-7 fosse sud 2539 ; 8911 silo 2540 ; 10 hors stratigraphie.

99Le reste de la série est composé de tessons, principalement ceux du grand vase écrasé au fond du silo, d’aspect spongieux, criblés de petites vacuoles et d’une incroyable légèreté. Les tessons présentent, en effet, une très forte altération (cassures arrondies, crevasses, lacunes, etc.). Le dégraissant est invisible à l’œil. La pâte semble exclusivement limoneuse. Les vacuoles correspondent à des particules dissoutes en forme de granules arrondies (craie ?). Les teintes vont du beige orangé au gris.

100Une étude pétro-archéologique a été effectuée sur trois échantillons, deux en céramique spongieuse (dont un appartenant au grand vase) et un en céramique arénitique.

101Le premier présente une matrice phylliteuse chargée de quartz dépassant rarement 50 μm. Ces quartz sont accompagnés de plagioclases, de rares muscovites et accessoirement de tourmalines. Les autres éléments sont des sphérules opaques et des passées filandreuses auxquels s’ajoutent de très nombreuses vacuoles. L’absence d’éléments discriminants dans cette pâte interdit toute détermination de provenance des argiles à poterie. Une origine limoneuse n’est pas à exclure.

102Le second échantillon, prélevé sur le grand vase, a été imprégné, du fait de sa très grande fragilité, en même temps que sa gangue limoneuse. À l’œil nu, la pâte semblait très proche de la gangue, mais l’examen microscopique vient démentir cette observation. En effet, le limon environnant très riche en quartz tranche avec une pâte céramique à composition bioclastique. Les bioclastes sont souvent micritisés et ne sont visibles qu’en lumière polarisée non analysée. Leur structure interne étant généralement mal conservée, ils sont difficilement identifiables. Toutefois, l’examen a pu révéler des bioclastes d’échinodermes, probablement accompagnés de bioclastes de bivalves, de brachiopodes et de bryozoaires. Quelques quartz éparpillés dans la matrice viennent compléter cette composition. Leur taille excède rarement 100 μm. Cette pâte pourrait indiquer l’emploi d’une argile locale à bioclastes sans qu’aucune provenance plus précise ne puisse être mise en évidence.

103Le dernier échantillon comporte des éléments arénitiques très mal classés, variant de la taille des limons à celle des sables grossiers. Certains éléments peuvent atteindre exceptionnellement 3 mm de diamètre. Ces inclusions sont des quartz, des feldspaths, des micas et des fragments de roches magmatiques grenues. Les feldspaths sont principalement des orthoses. Quelques plagioclases sont présents sous la forme de minéraux très altérés. On observe deux types de micas : les biotites, rares et le plus souvent isolées dans la matrice, et les muscovites, incluses dans les lithoclastes où elles sont associées à des quartz et des feldspaths. Le très mauvais classement et la nature des éléments figurés témoignent de l’utilisation d’une argile monogénique pouvant provenir de l’altération d’un granitoïde. L’organisation des fragments de la roche et la présence d’orthoses associées à des plagioclases indiquent une origine granodioritique. Les massifs de granodiorite sont omniprésents dans le domaine mancellien situé au sud du Calvados et de la Manche, dans l’Orne, la Mayenne et l’Ille-et-Vilaine. Le massif le plus proche de Mondeville est celui d’Athis-Putange dont les premiers affleurements sont éloignés d’une quarantaine de kilomètres.

104Les recollages sont exceptionnels, et en tout cas inexistants de fosse à fosse. Les formes sont rarement reconstituables (fig. 20). Le grand vase provenant du silo correspond à une céramique de stockage de plus de 30 cm de diamètre. Le morcellement du vase et l’état déplorable des tessons rendent hypothétique la restitution graphique proposée (fig. 21). Il semble que la totalité des tessons spongieux appartiennent à ce seul et même vase. Il est assurément muni de trois anses à lumière horizontale large (ouvertures de 2,5 à 3,5 cm permettant largement le passage d’un doigt) auxquelles se raccordent des cordons modelés en V. Un probable bouton mal conservé existe sous l’une des anses. Le bord est droit et légèrement rentrant avec des boutons jumelés perforés verticalement sous la lèvre mais dont la position par rapport aux cordons en V est malheureusement inconnue. Le profil général déterminé par les plus grands tessons place curieusement les anses très bas sur la panse. Si elle était remontée au niveau du plan équatorial, par exemple, cette position des anses entraînerait un resserrement important de l’ouverture (en forme de bouteille) ce qui suppose l’existence de fragments de col qui n’ont pas été retrouvés et l’appartenance des rebords présents à un autre récipient. Les autres vases sont principalement des formes à parois cylindriques et bords droits. Les vases à profil sinueux ne sont pas représentés. Un vase de forme globulaire à bord rentrant est présent. Les moyens de préhension sont constitués par des petites anses funiculaires. Les décors sont rarissimes. Ils sont uniquement plastiques mais l’état de conservation d’un grand nombre de tessons ne permet peut-être pas la reconnaissance des décors imprimés. On dénombre deux petits mamelons non perforés dont un sous le bord. Ce dernier est associé à une lèvre rentrante à méplat comme il en existe dans les séries anciennement rattachées à l’Augy-Sainte-Pallaye.

FIG. 21
Grand vase du silo 2540.

2.4.5 Les objets en schiste

H.L.

105Les objets de parure néolithiques sont représentés par 15 fragments de bracelets en schiste, dont 9 sont issus de la fouille de la maison et 6 du reste du site, en dehors de tout contexte néolithique (fig. 22).

FIG. 22
Objets en schiste : 1, 6, 9-12, 14 fosse 2538 ; 15 fosse 2539 ; 2 silo 2540 ; 5 près de la maison, hors structures néolithiques ; 347-813 remaniés dans des structures postérieures des secteurs carolingiens et protohistoriques.

106Parmi les premiers, un seul (no 15) présente un trou de suspension réalisé à partir des deux faces, à l’aide d’un perçoir. La présence d’un lustré, tant sur sa tranche interne que sur les cassures, montre qu’il s’agit d’un réemploi en pendentif et non pas d’une réparation ou d’un quelconque système d’articulation du bracelet. Un autre fragment (no 9) présente la particularité de posséder un bord interne segmenté, et non arrondi comme c’est le cas sur le reste de la série. Cette segmentation est interprétée comme le résultat d’un mode de finition peu élaboré dans le cadre d’un découpage par rainurage, bien qu’ici aucun déchet issu de cette technique n’ait été récupéré au cours de la fouille.

107Dans la majorité des cas, la finition des pièces est très soignée. Seules certaines tranches internes présentent des traces du travail de finition. Il s’agit souvent de stries parallèles ou obliques par rapport au plan de la pièce, plus rarement perpendiculaires à celui-ci. On note également que 8 bracelets présentent un lustré sur leur bord interne.

108Les épaisseurs obtenues dans la série de Mondeville/Haut Saint-Martin sont comprises entre 3 et 9 mm, les largeurs de couronnes entre 11 et 23 mm. Quant aux diamètres internes et externes, les mesures se situent respectivement entre 52 et 78 mm et entre 76 et 120 mm. L’ensemble de ces données est comparable à celles obtenues pour la région.

109À cet ensemble de pièces finies, il faut ajouter un demidisque perforé (fig. 22, no 14) qui pourrait être l’ébauche d’un bracelet cassé en cours de fabrication. Son épaisseur de 16 mm et son diamètre de 107 mm concordent, en effet, avec les mesures effectuées sur les bracelets retrouvés sur le site. Sa mise en forme a été effectuée par percussion, de manière à obtenir une matrice discoïdale, après quoi un premier polissage de la pièce a été effectué. Le trou central (de 10 mm environ) a été obtenu par piquetage. Ce mode de fabrication, qui ne laisse aucun déchet après obtention du produit fini, peut expliquer l’absence de tout autre déchet sur le site. La technique qui consiste à agrandir une perforation centrale a déjà été décrite, notamment pour le site de Blicquy (Cahen 1980), bien que, dans ce cas, la perforation et son élargissement semblent avoir été effectués à l’aide de perçoirs en silex. Une des particularités de la pièce de Mondeville réside dans l’existence d’un bord biseauté présentant de fines stries qui laissent supposer que la pièce a été transformée en outil après cassure, à des fins de polissage ou de lissage.

110La détermination pétrographique des pièces montre que l’ensemble des éléments a été confectionné dans des schistes briovériens. Il s’avère cependant difficile, en raison de la très vaste zone couverte par cette roche tant en Basse-Normandie que dans les Côtes-d’Armor, de déterminer une origine géographique précise du matériau. Toutefois, les plus proches gisements du schiste briovérien supérieur présentant des taches de métamorphisme, dont sont tirés au moins 2 bracelets, se trouvent dans la région d’Athis (Orne) ou aux alentours de Vire (Calvados). De plus, il semble qu’il n’y ait pas une origine unique à l’approvisionnement, la série présentant à côté de ces schistes du Briovérien supérieur, des schistes du Briovérien inférieur marqués par une très forte schistosité et une forte déformation. Ces faciès se rencontrent dans une région comprise entre Granville et Balleroy. Une telle importation (35 à 50 km) n’est pas rare pour ce type de matériau, les premiers gisements de schiste se situant par exemple à environ 120 km du site de Trosly-Breuil (daté de la même période, dans l’Oise) sur lequel on a recueilli de nombreux fragments et ébauches de bracelets (Auxiette 1989 : 14). Plus proche de nous, les bracelets retrouvés au siècle dernier à Écajeul (Calvados), dans une sépulture, ont été réalisés dans une serpentine donc l’origine, non nécessairement alpine, pourrait être le sud de la Bretagne.

2.4.6 Attribution chronologique

111L’assemblage recueilli à Mondeville/Haut Saint-Martin se rapporte sans ambiguïté au groupe de Villeneuve-Saint-Germain. Ainsi l’industrie lithique, par la technologie de son débitage, son indice laminaire élevé et une prédominance du support laminaire pour la confection de certains types d’outils (burins, éléments de faucille et lames à luisant), reprend, en moins développés, les grands traits d’autres sites plus riches du Bassin parisien (Bostyn 1994). On retrouve une exclusion très marquée entre les types d’outils, en fonction des catégories de supports (lames ou éclats), ceci, en particulier, en raison de l’adoption de nouveaux outils peu élaborés comme les denticulés qui sont toujours réalisés sur éclats. Le tranchet représenté par quelques unités est toujours anecdotique. Il est attesté à Échilleuses et à Jablines (Seine-et-Marne), mais également à Léry, Eure (Verron 1976c). Il en est de même pour la hache polie, à propos de laquelle il faut cependant signaler la découverte hors contexte, dans l’habitat carolingien fouillé par C. Lorren, d’un exemplaire en fibrolite. Malgré l’absence de toute association formelle entre cette pièce remarquable (d’ailleurs unique sur l’ensemble du site) et l’occupation VSG, on rappellera que ce type d’objet d’origine armoricaine peut être associé en Bretagne, du moins lorsque les contextes sont connus, à une phase ancienne du Néolithique, témoins celles de Saint-Etienne-en-Coglès/Haut Mée (Boujot, Cassen, 1992). Le façonnage d’armatures de flèches par la technique du piquant trièdre est attesté par la présence d’un unique microburin.

112L’abondance de bracelets en schiste est également une caractéristique de ce groupe. Contrairement à certains sites du Bassin parisien (Trosly-Breuil, Jablines), le site de Mondeville/Haut Saint-Martin n’a pas livré d’ébauches ou de déchets de fabrication, et ce malgré la relative proximité des sources d’approvisionnement. La pièce réutilisée en outil de lissage ou de polissage est jusqu’à présent unique parmi les assemblages connus, aussi bien, d’ailleurs, dans le groupe de VSG que dans le groupe de Blicquy.

113La céramique pose malheureusement, du fait de sa faible représentation, davantage de problèmes de comparaisons. L’insignifiance du corpus permet tout au plus quelques constatations. L’absence de décors au peigne (qui n’est peut-être pas significative), la présence de boutons sous le bord et surtout de cordons en V au-dessus des anses suggèrent cependant une phase évoluée dans le groupe de VSG. Les éléments de formes et les petites anses funiculaires, tout en n’étant pas assez discriminants, ne contredisent pas cette appréciation. Les petits boutons jumelés perforés sous le bord sont rares en contexte VSG, Il en existe cependant plusieurs à Jablines/La Pente du Croupeton (Bostyn et al. 1991), un exemplaire à Passy/La Sablonnière, Yonne (Carré 1996 : fig. 15, no 9) et une forme approchante à Pontpoint/Le Jonquoy, Oise (Blanchet et al. 1980). Dans le Cerny, ce type d’anses sous la lèvre est plus fréquent mais elles sont munies de lumières horizontales comme, par exemple, à Balloy, Seine-et-Marne (Bourdeau 1997) ou dans un autre contexte, à Gonvillars, Haute-Saône (Pétrequin 1970). Les anses à lumière large du grand vase sont plus originales. Elles sont là aussi davantage caractéristiques du Cerny et font ici figure de nouveauté.

114Dans l’ensemble, le meilleur point de comparaison est actuellement le site des Dépendances de Digny I à Échilleuses dans le Loiret (Simonin 1988) qui présente, avec un corpus de 70 vases, un assemblage représentatif des principaux caractères évolués, à savoir :

  • une quasi-absence de décor au peigne ;

  • une forte proportion de vases non ornés (50 %) ;

  • un développement des formes à bords droits ou légèrement rentrants et des formes à parois verticales ;

  • une décoration essentiellement modelée (boutons en lignes sous le bord, pincements, etc.) ;

  • une rareté des décors en V, qu’ils soient obtenus par pincements ou par cordons.

115Dans une étude plus récente, D. Simonin (1997) propose de distinguer une étape récente du VSG représentée à Échilleuses, en particulier par les maisons 1 et 2, les plus documentées, d’une étape finale correspondant à l’Augy/ Sainte-Pallaye tel qu’il avait été défini antérieurement par Bailloud (1964) puis Constantin (1985). L’étape récente correspond à l’étape III de Constantin. L’étape finale se distingue de la précédente par les caractères suivants :

  • présence de cordons associés à des boutons surmontant la lèvre des vases de stockage ;

  • emploi fréquent du décor au repoussé pour les vases de petite taille ;

  • disparition ou raréfaction du décor de boutons jumelés sur la panse de petits vases.

116Dans ce travail, une importance est donnée à la hauteur d’implantation des boutons décorant le bord. Il semble y avoir une évolution depuis les boutons sous le bord vers les boutons situés au ras du bord, puis enfin vers les boutons dépassant du bord. Les arguments avancés sont encore fragiles mais ouvrent une piste intéressante. Dans ce contexte, la série de Mondeville/Haut Saint-Martin s’apparenterait davantage à l’étape récente.

117Un autre point de comparaison intéressant à exploiter est bien entendu celui du Haut Mée à Saint-Étienne-en-Coglès. Le corpus composé de 57 individus comporte des différences notables avec les séries précédemment évoquées, essentiellement dues à la présence de décors au peigne et au poinçon. On retrouve cependant des cordons appliqués en V ou ceinturant les vases, des boutons sous le bord ou au ras du bord et des bords rentrants formés par un cordon interne. Une des singularités de la série concerne les formes. Les vases en trois quarts de sphère à bords nettement rentrants, comme il en existe un à Mondeville, sont bien représentés. Ces vases sont d’ailleurs fréquemment ceux qui sont pourvus d’une lèvre rentrante à cordon interne.

118Régionalement, le classement des ensembles de la fin du VSG suivant un mode chronologique, à l’image de ce qui a pu être tenté dans le sud du Bassin parisien, se heurte pour l’instant à l’absence de grandes séries de référence. À l’étape récente pourraient se rattacher, en plus de Mondeville, les petites séries de Valframbert (Orne) et de Saint-Manvieu, Calvados (Chancerel et al. 1995), et à l’étape finale, où se rajouteraient les boutons à dépression centrale, les anses à ensellement et les boutons au repoussé, celle du paléosol piégé sous le long tumulus de Colombiers-sur-Seulles (Calvados), où figurent encore de très nombreux bracelets en schiste (inédit).

2.5 Datation 14C

  • 1 – Datation effectuée par M. Fontugne au Centre des faibles radioactivités de Gif-sur-Yvette ; qu’il (...)

119Un prélèvement de charbons effectué dans la fosse latérale nord a fourni la mesure d’âge suivante : Gif- 10837 : 6435 ± 130 ans, soit après calibration : 5580-5076 av. J.-C. (calibration à 2 sigmas d’après Stuiver, Reimer 1993)1-

120La quantité de charbon était assez faible, ce qui explique l’imprécision relative de la mesure. Celle-ci est curieusement plus ancienne que ce que l’on aurait pu attendre au vu de la position chronologique fournie par l’étude du mobilier. Par comparaison, l’étape récente du VSG est située entre 5040 et 4720 à Échilleuses par deux dates cohérentes (Simonin 1997), et exactement dans la même fourchette à Saint-Étienne-en-Coglès (Cassen et al. 1998) par trois dates cohérentes et une quatrième un peu plus récente (4760- 4480). La mesure de Mondeville s’accorde plutôt avec une phase ancienne du VSG.

2.6 Données paléoenvironnementales

2.6.1 Anthracologie

D.M.

121Six lots de charbons de bols ont été étudiés. Ils ont trois origines principales et proviennent plus exactement :

  • des trous de poteau 2566 (tierce occidentale), 2609 et 2610 (trous de poteau du couple 2609 et 2610, à l’extrémité occidentale de la maison) ;

  • des fosses latérales d’extraction 2538 (fosse nord) et 2539 (fosse sud) ;

  • de la fosse silo 2540.

122L’appartenance à la maison du poteau 2610 ne fait aucun doute. Le trou de poteau 2609 avait une structure très différente. Il n’était quasiment pas creusé dans le lœss. Sur sa bordure, un petit tesson gallo-romain a été recueilli.

123Ces macrorestes attribués au Néolithique ancien sont en bon état de conservation. L’étude des lots anthracologiques révèle une très faible variété taxonomique. En effet, le nombre de taxons reconnu est égal à 4. Le chêne à feuilles caduques est dominant (tabl. V). Cette faible variété peut s’expliquer par un choix particulier des taxons comme bois d’œuvre dans certaines structures.

TABL. V
Détermination des charbons de bois par structure.

124Le chêne à feuilles caduques correspond indifféremment aux chênes pédonculé ou sessile. Il est en effet délicat, voire impossible, de distinguer spécifiquement les chênes à feuillage caduc. Les variations biotopiques au sein d’une même espèce sont souvent plus importantes que les différences interspécifiques au sein du genre. Il s’agit dans les deux cas d’espèces héliophiles pouvant croître dans des bois clairs, des friches ou des haies,

125Le hêtre, espèce européenne à tendance subatlantique, est sciaphile, croissant sur des sols non hydromorphes. Il est commun en plaine et a besoin d’une certaine humidité atmosphérique et de précipitations importantes. On le rencontre dans des bois et des forêts caducifoliées.

126Le genre Prunus et le noisetier sont des essences héliophiles ou de demi-ombre se rencontrant aussi bien en lisière de bois, dans des bois clairs, des landes ou en forêts caducifoliées ouvertes.

127La liste des espèces attestées par l’analyse anthracologique (Rameau et al. 1989), leurs caractères auto-écologiques et les données dendrologiques développées ci-dessous soulignent l’existence dans les environs du site de Mondeville, au cours du Néolithique ancien, d’une chênaie assez dense à essences héliophiles en lisière ou clairières.

2.6.1.1 Étude des cernes d’accroissement

128Une observation des cernes d’accroissement du bois a été effectuée sur les charbons, en complément de la détermination des essences. Néanmoins, tous les charbons présents n’ont pu donner lieu à une telle observation puisque certains d’entre eux, trop fragmentés ou mal conservés, présentaient des plans ligneux indéchiffrables. La plus ou moins grande courbure des cernes (tabl. V) renseigne sur l’origine du fragment carbonisé. Par exemple, une faible courbure de cerne indiquera que l’échantillon provient d’une grosse pièce de bois (grosse branche ou tronc). La largeur moyenne des cernes à très faible courbure (sur les branches, cette mesure n’a pas de sens du fait de leur croissance totalement excentrée) des charbons de chêne caducifolié a également été calculée sur certains individus afin d’apprécier l’homogénéité ou l’hétérogénéité des biotopes d’approvisionnement et de déterminer la nature du peuplement d’où ont été extraits les charbons.

129Les charbons de chêne contenus dans l’ensemble des lots étudiés sont issus à 100 % de bois à fort calibre, de type tronc ou grosse branche (tabl. V). La largeur moyenne des cernes de croissance calculée sur l’ensemble des charbons de chêne issus de bois à fort calibre dans tous les lots, soit seulement 18 individus lisibles, est de 1,74 mm avec un écart-type de 0,67 (minimum : 0,67 ; maximum : 3,00). L’histogramme de fréquences qui en découle (fig. 23a) est quasi unimodal et présente un classement d’assez mauvaise qualité centré sur 1,5 à 2 mm.

FIG. 23
Largeur des cernes à faible courbure des chênes contenus : a dans tous les lots, b dans le trou de poteau 2566, c dans la fosse 2538.

130Il est intéressant de suivre le comportement de la largeur moyenne des cernes du chêne dans deux lots particuliers. Les charbons de chêne contenus dans le trou de poteau 2566 ont une largeur moyenne des cernes de croissance, calculée sur 8 individus lisibles, de 2,33 mm avec un écart-type de 0,43 (fig. 23b). Les charbons de chêne contenus dans la fosse latérale nord 2538 ont une largeur moyenne des cernes de croissance, calculée sur 8 individus lisibles, de 1,26 mm avec un écart-type de 0,25. L’histogramme de fréquences qui en découle (fig. 23c) est unimodal et présente un classement centré sur 1 mm.

131Ces informations nous montrent d’une part que les chênes utilisés dans la construction des bâtiments proviennent d’un seul et même biotope à taux de croissance faible. La largeur moyenne des cernes de croissance indique d’autre part que ces individus se sont développés dans un milieu plutôt fermé. Il est intéressant de comparer les résultats de cette étude dendrochronologique avec l’ensemble des données actuelles acquises dans le Massif armoricain (Marguerie 1992), du Néolithique au second âge du Fer, sur les charbons de chêne prélevés dans des structures de combustion ou des rejets de combustion (fig. 24). La largeur moyenne des cernes des troncs est de l’ordre de 1,5 mm durant le Néolithique moyen armoricain, vers 4000 cal BC (5200 à 5000 BP). À l’âge du Bronze ancien, vers 2300 à 1700 cal BC (3600 BP), sur un exemple malheureusement unique, ce paramètre augmente pour atteindre 2,2 mm. Ce taux d’accroissement a doublé et se situe donc autour de 3 mm, au second âge du Fer, vers 200 cal BC (2000 BP).

FIG. 24
Évolution de la largeur moyenne des cernes du chêne depuis le Néolithique ancien jusqu’à la fin du second âge du Fer.

132Sur la base de ces données, malheureusement discontinues dans le temps, deux lots d’échantillons s’opposent nettement et indiquent une ouverture du milieu forestier armoricain entre le Néolithique et le second âge du Fer. Lors de l’installation des Néolithiques en Armorique, des arbres de futaie furent les premiers à être abattus ou récoltés morts au sein de la forêt primitive dense pour servir de combustible. Avec l’expansion démographique considérable que connaît l’Armorique durant le second âge du Fer, la demande accrue en matière première ligneuse entraîne d’importants déboisements et une pratique plus intense du taillis.

133Les valeurs de largeur moyenne obtenues à Mondeville se situent autour de 1,74 mm et cadrent parfaitement bien avec le schéma précédemment commenté.

2.6.1.2 Caractères technologiques des essences représentées

134Si l’on s’attarde sur les caractères technologiques des essences représentées dans les charbons de bois mis au jour, on remarque que les superstructures en bois sont constituées de pièces obtenues (par refente) dans des grosses branches ou des troncs de chêne. En effet, en plus d’être un bon bois de feu, le chêne présente d’excellentes propriétés mécaniques. C’est le matériau de construction par excellence.

135A Mondeville, les hommes ont utilisé des chênes à pousse relativement lente, issus de milieux semi-fermés. De résistance mécanique inférieure aux chênes à pousse rapide (croissant en milieu plus ouvert), ces bois davantage poreux offrent toutefois des fûts réguliers et rectilignes idéaux pour l’obtention de longues poutres régulières (Pétrequin 1988). Le noisetier (dans la fosse latérale sud) offre un bois assez tendre et souple utilisé aussi bien comme élément de clôture, en vannerie ou comme manche. Le bois du Prunus est en général utilisé pour l’ébénisterie fine, la sculpture, pour les objets tournés et est particulièrement apprécié comme manche d’outîl. C’est sous forme de grosses branches, voire de jeunes arbres, que ces deux dernières essences ont été utilisées.

136À l’occasion de l’observation systématique des charbons de bois à faible grossissement, seuls 3 fragments de charbons de chêne se sont avérés porteurs de fentes radiales de retrait. Ces fentes apparaissent lors de la combustion de bois vert. Ceci signifie que la combustion a affecté en grande majorité du bois sec (de construction). Quelques charbons de noisetier (fosse latérale sud 2539) portent des galeries d’insectes xylophages : un indice de bois sec, voire vermoulu. Dans le trou de poteau 2566, tous les charbons de chêne correspondant très certainement à l’extrémité du poteau, initialement en place dans cette structure, présentent un aspect dur et luisant. Cet aspect est la conséquence d’une combustion en milieu réducteur. Il s’agit là d’une confirmation supplémentaire (en plus de la monospécificité) de l’appartenance de ces charbons à un poteau ou pieu, élément de la superstructure de la maison dont l’extrémité a subi une carbonisation.

2.6.1.3 Conclusion

137Le fort degré de sélection du bois rend délicat une interprétation d’ordre paléoenvironnementale et seul le contenu du trou de poteau 2609 mérite un commentaire. En effet, le hêtre est une essence qui ne fait pleinement partie de la végétation indigène nord occidentale qu’à partir de la fin du Subboréal et au cours du Subatlantique. Ce doute sur l’âge néolithique du fragment de charbon de bois est renforcé par l’allure originale de la structure et la présence d’un tesson (certes minuscule) gallo-romain.

138Les données archéo-ethnographiques acquises sur ce site sont plus intéressantes et renvoient à quelques travaux assez similaires menés sur des sites armoricains dont certains sont contemporains.

139Le site du Haut Mée (Saint-Etienne-en-Coglès, Ille-et-Vilaine), fouillé par S. Cassen et S. Hingant, a donné lieu à une étude anthracologique des charbons pour l’essentiel issus des superstructures d’un bâtiment attribué au Villeneuve-Saint-Germain (Cassen et al. 1998). Les trous de poteau et les fosses latérales renfermaient des restes de chêne caducifolié à cernes étroits, de branches de noisetier et de houx.

140Des lots de charbons de bois en provenance de trous de poteau et de fossés latéraux des bâtiments du Néolithique final de la Hersonnais (Pléchatel, Ille-et-Vilaine) ont été étudiés en 1996 (Marguerie, Renaudin 1996). Ces bâtiments présentaient des superstructures en grosses branches ou troncs refendus de chêne à pousse relativement lente. Le noisetier, le saule, les pomoïdées et le houx sont autant d’autres essences utilisées dans les constructions.

141D’autres travaux anthracologiques en Armorique montrent que des arbres à bois tendre sont plutôt destinés aux parois comme compléments à l’ossature en bois dur ou pour les constructions annexes (Marguerie 1992). C’est le cas sur le site d’Er Grah à Locmariaquer (Morbihan) pour le Néolithique moyen. Une palissade y fut fabriquée grâce aux essences de la forêt riveraine (saule, aulne et peuplier).

142Sur le village néolithique jurassien de Clairvaux (Jura), le noisetier fut utilisé pour la confection des baguettes de construction des parois des maisons. Enfin, sur l’habitat néolithique de Chalain (Jura), P. Pétrequin signale que les clayonnages des maisons étaient faits de noisetier et de clématite (Pétrequin, Pétrequin 1988).

143À une très grande distance de la Normandie et de l’Armorique, en Thrace (Grèce), les travaux de M. Ntinou et E. Badal (1996) ont montré également que les bâtiments néolithiques (6640 BP) de Makri furent en partie bâtis à base de chênes caducifoliés et de frênes. Ces essences sont, dans ce cas, accompagnées de taxons méditerranéens comme le pistachier et le genévrier.

2.6.2 Carpologie

P.M.

144Quelques paléosemences ont été recueillies dans les fosses latérales, soit directement lors de la fouille, soit après traitement par flottation d’une quantité de 10 l de sédiment. La conservation des vestiges est mauvaise. Les car-porestes sont très corrodés. Ils présentent de fortes alvéoles dues aux attaques physico-chimiques qu’ils ont subies dans le sol. Malgré ces médiocres conditions de préservation, plusieurs taxons ont été identifiés :

  • 8 grains de blé amidonnier (Triticum dicoccum) ;

  • 8 caryopses de blé (Triticum sp.) dont il n’a pas été possible de préciser l’espèce compte tenu de leur état de préservation ;

  • 3 grains qui semblent pouvoir être rattachés au blé tendre/dur (Triticum aestivo-compactum).

145Il est difficile de bâtir un commentaire sur si peu de vestiges qui, de surcroît, sont relativement mal préservés. On ne peur certifier que la présence de l’amidonnier, Ce qui en soit est une donnée intéressante. Ce blé est, en effet, assez peu mentionné au sein des horizons VSG, bien qu’il constitue un des éléments de base de l’agriculture rubanée.

146La morphologie des trois derniers grains cités (aspect trapu, hauteur maximale située près de l’embryon) évoque le blé tendre/dur, blé qui apparaît et se développe dans le Nord de la France juste à cette période et qui témoigne d’influences méridionales. Malheureusement, sur le site, du fait de la médiocre préservation, son existence n’est pas certaine. Aussi, faut-il se garder de développer cette éventuelle occurrence normande.

147La faiblesse de l’information carpologique recueillie sur ce site est dommageable car on ne dispose que de fort peu de données sur l’économie végétale néolithique en Normandie et sur le groupe de Villeneuve-Saint-Germain en particulier. On ne peut qu’espérer la multiplication des analyses pour que s’édifie une base documentaire qui permettra de retracer l’histoire de l’agriculture de cette région et de connaître ses articulations avec les zones environnantes.

2.7 Conclusion

148L’apport essentiel de ce nouveau site réside bien évidemment dans sa localisation géographique. La connaissance de l’extension du groupe de VSG en direction du Massif armoricain a connu, ces dernières années, une poussée spectaculaire avec les découvertes effectuées tout d’abord en Basse-Normandie (Chancerel et al. 1995), puis plus récemment en Bretagne (Cassen et al. 1998). Tout comme celui de Saint-Etienne-en-Coglès/Haut Mée, le site de Mondeville/ Haut Saint-Martin confirme la diffusion de l’architecture danubienne aux confins du Massif armoricain. La Bretagne péninsulaire semble encore échapper à ce courant, mais l’absence d’obstacle géographique véritable incite à parier qu’il a pu néanmoins atteindre la pointe du continent. En direction du SO, cette extension est également jalonnée de nombreux points de trouvailles, sans traces d’architecture toutefois, notamment dans la Loire moyenne avec le site d’Onzain dans le Loir-et-Cher (Villes 1982a), celui encore inédit de Nohant-en-Graçay dans le Cher (Hamon 1998) et surtout celui des Alleuds dans le Maine-et-Loire (Gruet 1991) où coexistent des éléments de la fin du VSG et d’obédience cardiale.

149Cette extension du VSG avait conduit à faire de cette culture un élément majeur de la néolithisation de l’Ouest (Chancerel et al. 1995). Suivant un raisonnement diffusionniste implicite, le Massif armoricain était atteint à la fin de cette culture, avec des sites appartenant aux phases récentes et finales, alors que les phases plus anciennes étaient cantonnées plus à l’est, dans la basse vallée de la Seine notamment avec le site de Poses (Bostyn et al. 1997). Une découverte récente a fait remonter dans le temps l’arrivée en Basse-Normandie des civilisations danubiennes et a conduit à reprendre ce point de vue. Situé à 4,5 km au nord du site de Mondeville et sur le même plateau qui domine l’Orne, le site de Colombelles, reconnu pour l’instant uniquement en sondages (Ghesquière, Marcigny 2000), se rapporte au tout début du VSG ou plus vraisemblablement à l’étape finale du Rubané récent du Bassin parisien (RRBP). L’ancienneté de ce site montre que la néolithisation des marges du Massif armoricain est pleinement acquise vers 5000 av. J.-C. et que la puissance expansionniste du courant danubien ne s’est vraisemblablement pas arrêtée là. On retiendra également que les vases Hoguette du site éponyme, également proche, indiquent que d’autres composantes sont en place dans la région avant la fin du Rubané. Ces vases trouvent, en effet, leurs meilleurs parallèles avec les exemplaires rhénans associés à la céramique linéaire du Rubané ancien au Rubané final (Jeunesse 1986 ; 1995).

150En matière de chronologie, le matériel mis au jour sur le site de Mondeville/Haut Saint-Martin est caractéristique de la fin du VSG. Comme il l’a été dit plus haut, l’étude comparative du mobilier, principalement la céramique, incite à placer pour le moment l’ensemble dans une étape récente correspondant au VSG à cordons et grandes bitroncatures, dite de faciès Augy-Sainte-Pallaye (ASP). La série comporte des bracelets de schiste en abondance, un débitage laminaire par percussion indirecte et de nombreuses lames lustrées. Mais déjà quelques critères évolués apparaissent comme le très grand vase de stockage muni de boutons perforés sur la lèvre et d’anses à lumière très large permettant le passage de doigts, qui étaient jusqu’à présent exclusifs du Cerny. Une diachronie entre le silo qui contenait ce vase singulier et le reste de l’installation domestique paraît en l’état peu probable.

  • 2 – Il s’agit d’une fosse presque circulaire aux contours mal définis et au profil en cuvette, comblé (...)

151L’architecture du bâtiment est incontestablement de tradition danubienne, mais son plan bipartite particulièrement aéré l’écarte du modèle rubané. Les portées entre les tierces sont parfois importantes, comme si le surdimensionnement originel laissait place peu à peu à des solutions techniques moins dispendieuses en bois d’œuvre et en même temps libératrices d’espace interne. Tout comme la maison de Saint-Étienne-en-Coglès, celle de Mondeville/Haut Saint-Martin ne semble pas appartenir à un regroupement de plusieurs unités d’habitation. Une petite fosse isolée, découverte lors du diagnostic de la ZAC du MIR, à environ 1,7 km vers le nord, contenant un mobilier néolithique très pauvre et un fragment de bracelet en schiste2, est attribuable à la même période chronologique (fig. 25). Elle suggère, là aussi, que des formes d’habitat plus dispersé ont pu se développer en marge du modèle centre européen, du moins dans les contrées périphériques occidentales et/ou à la fin de la séquence chronologique.

FIG. 25
Mobilier de la fosse néolithique de la ZAC du MIR.

Notes

1 – Datation effectuée par M. Fontugne au Centre des faibles radioactivités de Gif-sur-Yvette ; qu’il soit ici remercié.

2 – Il s’agit d’une fosse presque circulaire aux contours mal définis et au profil en cuvette, comblée de limon brun compact cendreux et d’argile rubéfiée. Le mobilier se compose de 14 tessons à inclusions de bioclastes, de 19 éclats et lames, d’un objet en schiste brisé au niveau de la perforation et d’une esquille osseuse brûlée. Un grattoir sur éclat laminaire et une molette sphérique en grès étaient piégés dans le remplissage de fossés protohistoriques tous proches.

Table des illustrations

Légende FIG. 7 Plan de la maison et des structures associées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22677/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende FIG. 8 Vue générale du site prise de l’est.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22677/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 9 Configuration des trous de poteau du pignon est et de l’ante. En grisé, les remplissages centraux (fantômes du poteaux) ; dans les auréoles, figuration des pierres.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22677/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 10 Coupe du trou de poteau 2566 (code de description des sédiments : 1 limon brun ; 2 lœss ; 3 calcaire décomposé ; 4 auréole brune ; 5 fantôme du poteau avec gros charbons de bois encore en place [en noir] et des vestiges).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22677/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende FIG. 11 Répartition des vestiges dans la fosse latérale nord (2538). En hachures, structures postérieures
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22677/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 12 Coupe du silo 2540 (code de description des sédiments : 1 limon brun ; 2 lœss, caillouteux au nord ; 3 calcaire décomposé, taché de noir et argilisé sous la fosse [petites croix] ; 4 remplissage noir cendreux, très argileux et riche en vestiges ; 5 limon noir panaché stérile, recouvert par les tessons du très grand vase ; 6 limon brun sale taché de noir stérile).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22677/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 13 Structures ayant livré des vestiges néolithiques, en noir (maison) et en grisé (chablis). En blanc, les structures sans aucun élément néolithique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22677/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende FIG. 14 a Interprétation du bâtiment et des poteaux extérieurs situés sur l’axe de symétrie ; b interprétation des structures de l’époque gallo-romaine incluant certains trous de poteau non datés (en blanc).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22677/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende FIG. 15 Rythme d’espacement des tierces.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22677/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 9,3k
Légende FIG. 16 Industrie lithique : 1 hache taillée ; 2 pièce émoussée (briquet) ; 3 lame à crête ; 4 outil prismatique ; 5, 7 pièces denticulées ; 6 microburin.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22677/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende FIG. 17 Industrie lithique : 1, 2, 4 lames lustrées ; 5, 10 grattoirs ; 361112 armatures de faucille ; 7-9 burins ; 13 éclat mince retouché ; 14 perçoir.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22677/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende TABL. III Décompte de l’industrie lithique par structure : S sain ; C cortical ; B brûlé ; BC brûlé cortical ; T total.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22677/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende TABL. IV Séries régionales de comparaison du VSG (Colombelles et La Corneille sont inédites).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22677/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende FIG. 18 Outillage en roche dure : 1 galet bouchardé aux deux extrémités ; 2 polissoir en grès ; 3 outil prismatique bouchardé en dolérite.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22677/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende FIG. 19 Pavés dé chaille recueillis dans la fosse 2538 (éch. 10 cm).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22677/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 20 Mobilier céramique : 1-5 fosse nord 2538 ; 6-7 fosse sud 2539 ; 8911 silo 2540 ; 10 hors stratigraphie.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22677/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende FIG. 21 Grand vase du silo 2540.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22677/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende FIG. 22 Objets en schiste : 1, 6, 9-12, 14 fosse 2538 ; 15 fosse 2539 ; 2 silo 2540 ; 5 près de la maison, hors structures néolithiques ; 347-813 remaniés dans des structures postérieures des secteurs carolingiens et protohistoriques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22677/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende TABL. V Détermination des charbons de bois par structure.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22677/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende FIG. 23 Largeur des cernes à faible courbure des chênes contenus : a dans tous les lots, b dans le trou de poteau 2566, c dans la fosse 2538.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22677/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 24 Évolution de la largeur moyenne des cernes du chêne depuis le Néolithique ancien jusqu’à la fin du second âge du Fer.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22677/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 25 Mobilier de la fosse néolithique de la ZAC du MIR.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22677/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 25k

Auteurs

Conservateur en chef du Patrimoine longtemps en poste au service régional de l’Archéologie de Basse-Normandie et aujourd’hui au Musée national de Préhistoire des Eyzies-de-Tayac, après un passage par la Guadeloupe comme conservateur régional de l’Archéologie, Antoine Chancerel est spécialisé en Préhistoire récente. Il a dirigé de nombreuses recherches, principalement sur le Mésolithique et le mégalithisme de Normandie, et notamment un chantier franco-britannique sur le tumulus allongé de la Commune Sèche à Colombiers-sur-Seulles (Calvados). Il a assuré le suivi scientifique de nombreuses opérations préventives, dont celle de Mondeville.

Archéologue spécialisé dans l’étude des industries lithiques du Mésolithique à l’âge du Bronze, Emmanuel Ghesquière est assistant d’études à l’Inrap, chercheur associé à l’UMR 6566 « Civilisations atlantiques et archéosciences » (CNRS, ministère de la Culture, universités de Rennes 1, 2 et Nantes) et doctorant à l’EHESS. Il a participé à de nombreuses études parmi lesquelles celles sur l’habitat mésolithique d’Auderville dans la Manche, les occupations néolithiques de Saint-Vigor-d’Ymonville (Seine-Maritime) ou le système parcellaire de l’âge du Bronze ancien et moyen de l’île de Tatihou (Manche), qui font figure de référence à l’échelle nationale.

Géologue, Laboratoire de géologie,
GEGER, université de Caen

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search