Version classiqueVersion mobile

Les fruits de la vigne

 | 
Christiane Amiel

Épilogue

Texte intégral

1Au fil des échanges et des correspondances qui unissent les plantes et les animaux à la souche, la vigne nous est toujours apparue comme un univers autonome dans lequel les hommes, jouant de toutes les relations qui fondent la singularité de ce lieu et de cette espèce, se définissent eux-mêmes, en faisant la preuve — et l’épreuve — de leur maîtrise du monde « naturel ». Car, foisonnante d’herbes, d’arbres, de légumes, la vigne n’est-elle pas un véritable microcosme de la Nature, une image du Jardin d’Éden, accueillant et profus, mais sécrétant son propre poison ? Pour éviter les effets de ce dernier il faut, dans la vigne, veiller à respecter l’équilibre régulateur des contraires. Sauvage et domestique, porteuse de vertus positives et négatives, elle devient, alors, le siège d’une féconde dualité transcendée qui va permettre à chacun de concrétiser, dans des chasses et des cueillettes ambiguës, ses aspirations à la vie autarcique. Avec les usages sociaux de son territoire, particuliers, et produits, semble-t-il, par le statut de la plante, nous allons, maintenant, boucler le cercle de notre recherche.

Chacun son gibier

Ce n’est qu’après la vendange que le chasseur peut battre librement les coteaux couverts de ces beaux pampres aux teintes richement nuancées par le soleil d’automne. Le propriétaire, il est vrai, lorsque la chasse est ouverte a certes le droit de parcourir ses vignes, et même d’octroyer cette permission à ses amis. Mais peu de privilégiés obtiennent cette faveur, et le chasseur à l’ouverture, battant la plaine qui borde les vignes encore chargées de raisins, subit l’affreux supplice de voir tous les perdreaux qu’il lève chercher un refuge dans cette remise inviolable.
On rencontre, dans les vignes, du gibier de toute sorte. Le lapin et la perdrix rouge, la tourterelle et le ramier y demeurent comme au bois, et de plus certains oiseaux, tels que la grive, les becfigues se tiennent aux vignes de préférence (Joigneaux, s.-d., t. 2, pp. 1011-1012).

  • 1 Les conflits autour des territoires de chasse mais aussi de cueillette sont particulièrement analy (...)

2Nourri des fruits de la souche, protégé par la loi, le gibier se tient moins ici, semble-t-il, « comme au bois » que comme dans une « réserve naturelle ». Car avant même que cette « remise inviolable » ne soit, à la fin des vendanges, ouverte à tous, nombreux sont ceux qui, légalement ou non, y sont allés puiser. Braconnage, conflits entre propriétaires et non-propriétaires, cultivateurs et non-cultivateurs, autochtones et nouveaux résidents, le territoire de la vigne suscite des enjeux d’appropriation de l’espace inhérents à toute activité cynégétique1. La dualité du lieu exacerbe les passions mais l’originalité de la chasse dans les vignes réside surtout dans la spécificité du gibier qui vit, lui aussi, à l’instar des plantes, en étroite relation avec les souches.

3Tout au long de l’année le vigneron a pu observer les traces, et les méfaits parfois, de la vie animale qui habite sa vigne, nid découvert par la chute des feuilles, jeunes bourgeons dévorés par les lapins, crottes de lièvre au pied d’un cep, grappes égrenées... Souvent aussi un rapide face à face a dévoilé plus complètement l’identité de ces hôtes, un tel a « levé » la lebre (le lièvre) « au beau milieu de la rangée », un autre a eu la surprise de découvrir, devant sa cabane, une magnifique poule faisane, aussitôt envolée, un autre encore est « tombé » sur une compagnie de perdreaux cachée au creux du fossé... Par ces rencontres fortuites, mais aussi par l’attention qu’il met à guetter les signes de la présence et des mouvements de la faune autour de ses souches, l’homme en acquiert une connaissance personnelle qui, avec un sentiment de possession, induit celui d’une quasi-domestication de ces bêtes sauvages familières :

Nous, nous avons un amandier dans la vigne, e ben, ça ne paraît pas possible que ce soit la même, mais chaque année, chaque année, la lapine y fait des petits ! « La lapine a fait le trou dans l’amandier » me dit mon mari, en revenant de la vigne. Il y a des racines qui font comme ça, et là, entre les racines ça fait comme un trou. Et chaque année, elle fait les petits, il y a quatre, cinq, six petits. Elle doivent le sentir.

36. Piège pour prendre les grives et les merles. Le raisin sert d’appât.

4Apprivoisé par la vigne, surveillé par l’homme, le gibier se pare de la même dualité que les plantes de cueillette. La plus grosse et la plus dangereuse des proies de chasse, le sanglier, habituellement traqué par la battue collective, n’échappe pas à ce statut, et les histoires sont nombreuses de cultivateurs ayant réussi, « tout seul », à en capturer un dans leur vigne :

Il n’y a pas si longtemps que ça des sangliers sont venus dans les vignes, manger dans les vignes. Il n’y a pas si longtemps que ça mon mari en a tué un, juste au-dessus, il était tout seul... On a fait des photos de celui qu’il avait tué, tout seul, il se l’est descendu sur le dos...

5Par cette prise glorieuse, l’homme fait, en même temps que la preuve de ses qualités cynégétiques, acte de propriétaire, maître chez lui. Aussi cet affrontement peut-il, parfois, prendre valeur de symbole pour la communauté tout entière. Le hameau de l’Abeouradou, dans le Minervois, ne compte plus guère aujourd’hui qu’une quinzaine d’habitants à demeure, la plupart ayant dépassé l’âge de la retraite. Les vignes ont été peu à peu abandonnées, cédant la place au maquis inextricable, l’enchevêtrement des broussailles et des chênes verts fermant les anciens chemins et interdisant l’accès à une grande partie du terroir jadis cultivé. Le territoire des cueillettes s’est, lui aussi, restreint, au milieu des buissons épineux la quête est devenue plus ardue, il faut plonger sous les entrelacs de branches, ramper dans l’étouffante obscurité végétale pour ramener une maigre poignée d’asperges ou de champignons. Aussi, lorsqu’en 1982 un viticulteur fut attaqué et blessé dans sa vigne par un sanglier, l’événement fut interprété, par les gens du lieu, moins comme un accident individuel que comme le signe de la précarité de leur situation, de leur isolement au cœur d’une nature devenue hostile, dans un monde agricole désagrégé.

Comme dans un jardin d’Éden

Aco’s la vigno de ma tanto. C’est la vigne de ma tante
que tout lou mounde i’a part où tout le monde a sa part.
Mistral, Lou Tresor dou Felibrige, s.v. vigno

6« Quand j’étais petite, je me souviens, avec ma grand-mère, à Béziers, on allait toujours dans les vignes, pour ramasser les escargots, les salades..., on y allait aussi grappiller après les vendanges ». Si la vigne est pour les urbains le lieu privilégié des quêtes sauvages, pour les viticulteurs la cueillette dans cet espace cultivé prend parfois des allures de récolte. Chacun opère, en effet, dans un territoire assez strictement limité, sur ses propres terres, sur celles d’une famille alliée, les ouvriers sur celles qu’ils travaillent. Mais, en même temps, attitude indispensable qui évite d’assimiler trop complètement les herbes à des légumes, on affiche qu’elle est une activité ouverte à tous, « on n’a jamais mis un garde champêtre pour garder une vigne ». En allant un peu chez le voisin chacun ensauvage sa récolte en lui ouvrant les horizons d’un univers qui n’est plus celui de sa propre maison, comme en parcourant les propriétés des autres, il les pare des vertus du monde sauvage. Ces incursions sur le bien d’autrui sont régies par des règles tacites, « les gens, s’ils avaient un peu d’idée, n’iraient pas quand c’est mou ; ils y vont n’importe quand, ils piétinent tout ». Ne pas endommager la vigne est primordial, mais il faut aussi n’effectuer que des ponctions modérées qui laissent leur part aux maîtres des lieux et aux autres membres de la communauté. Vu la profusion des « poreaux », « salades », asperges et baies, la chose est facile, et nul ne songerait à épuiser ces ressources, pourtant, depuis quelques années, des conflits éclatent fréquemment, conduisant parfois à l’interdiction pure et simple de la cueillette dans les vignes :

Asperges. La mairie communique : Le maire rappelle que la cueillette est interdite dans les fossés et les propriétés privées, sans autorisation écrite des propriétaires.
Seuls les fossés qui longent les chemins communaux entrent dans le domaine public.
Une surveillance sévère sera exercée par la police municipale et les contrevenants seront poursuivis conformément aux lois.

  • 2 E. Mouly (1948, pp. 175-179), dans « Défense de passer », raconte, par exemple, pour l’Aveyron, se (...)

7Les prélèvements intempestifs menés par les gens des villes, ignorants des coutumes, sont à l’origine de ces mesures qui ne visent qu’à réfréner leurs excès, chacun continuant, dans le village, à faire ses tours habituels. Des abus il y en a toujours eu, des défenses aussi, traduisant le plus souvent des tensions internes à la communauté, certains allant, par nécessité, vengeance ou pur goût de la rapine, jusqu’à voler les raisins et les divers fruits de la vigne, les autres jusqu’à interdire même le seul passage dans leurs propriétés2. Mais aujourd’hui, les anciens gardes-vignes qui, jusqu’au xixe siècle, assuraient la surveillance des récoltes, réapparaissent avec, sous l’uniforme du garde champêtre, de nouvelles fonctions : veiller au respect des plantes sauvages. Ce type de conflit n’est pas propre à la vigne, un peu partout les communes et les particuliers interdisent l’accès des champs ou des forêts, se réservant le droit de cueillir. Dans le Châtillonnais, par exemple, c’est la course aux mousserons de printemps dans les pâtures privées qui soulève le plus de passions. N’est-ce pas, comme le soulignent les ethnologues ayant étudié cette question parce qu’« il y a interférence entre deux découpages de l’espace : au territoire fixe, borné, de l’usage agricole se superpose le territoire mouvant, sans frontière, du ramassage. Le jeu né de cette interférence ne se joue pas seulement entre individus. Il met aux prises deux groupes sociaux : d’une part les agriculteurs et de l’autre, le reste de la population » (Jolas, Verdier, Zonabend 1973, p. 180). Les cultivateurs ramassent les champignons sur leurs seules terres, dans des mousseronnières qu’ils connaissent bien. Ils opèrent avec une rapidité et une assurance qui font dire qu’« ils ne ramassent pas, ils récoltent » (p. 181). Dans la vigne les viticulteurs cueillent de façon tout aussi ambiguë mais cette duplicité se redouble ici de la dualité dont les plantes elles-mêmes sont porteuses. Leur appropriation va plus loin aussi, ils ne défendent pas seulement un territoire de cueillette mais revendiquent comme fruits de la culture les produits qui en sont l’objet.

8Et c’est bien autour de ce statut que le conflit prend corps qui les oppose aux urbains ne reconnaissant dans les herbes et les baies de la vigne que des biens sauvages. A la différence des garrigues, des bois ou du maquis environnants, où la quête est plus ardue, plus incertaine, la vigne leur apparaît, à l’image d’une nature harmonieuse, foisonnante et tranquille, comme le lieu des cueillettes idéales. On y trouve de tout, en abondance, il n’y a qu’à se baisser pour ramasser. Seules les souches appartiennent au monde agricole, le reste, semblable à ce qui croît dans les friches, sans l’aide de personne, est propriété collective. La polémique porte donc moins sur la privatisation d’un espace domestiqué que sur celle des plantes — sauvages pour les uns, « cultivées » pour les autres — qu’il abrite. En prenant la vigne pour une réserve naturelle, les urbains pratiquent un ramassage-rapine que leur méconnaissance des règles coutumières aggrave encore. Ignorants aussi de l’ambivalence des produits qu’ils cueillent et que les viticulteurs « récoltent », ils perçoivent cependant la vigne comme un lieu où « le sauvage » est différent. Son territoire est le domaine de la « bonne nature » accueillante et prospère, opposée à l’univers plus farouche des terres foraines.

9Aussi est-ce sans surprise qu’ils découvrent dans ce nouvel éden une profusion inconnue ailleurs. Amandes, noix, figues, pêches, cerises... la Nature répond à tous leurs désirs. Ils vont dès lors cueillir, aussi sûrement que les herbes et les baies, les fruits qu’ils trouvent sur les arbres, disséminés, aujourd’hui, au milieu des souches dans un désordre qui fait, à leurs yeux, la preuve de leur inculture. A la diversité des espèces s’ajoute celle des variétés, greffées ou non : les pommettes acides des azerolliers, les prunelles âpres voisinent avec leurs sœurs des jardins, les amandes douces se cachent parmi les amères, des communes « figues de cochon » aux excellentes « figues de Marseille » il faut goûter à chacune pour découvrir les meilleures... Rien n’évoque ici l’idée d’un verger soigneusement entretenu, point d’alignements, points d’espaliers ; les arbres — « on les laisse en plein vent » — poussent au gré de leur fantaisie. Leurs propriétaires les premiers, les distinguant de ceux des jardins, reconnaissent : « Ça ne se travaille pas ça, ça vient tout seul, c’est un peu sauvage. » La différence est exacerbée dans le Fenouillèdes où, depuis quelques années, des plantations d’amandiers se développent, conçues selon les normes de l’arboriculture moderne.

On avait des petits amandiers avant, on en avait là, à une vigne, mais pas beaucoup. Maintenant oui, il y en a, les gens en plantent, ils en plantent beaucoup maintenant.

  • 3 Aujourd’hui à la retraite, il nous a dit qu’il utilisait jadis une centaine de kilos d’amandes par (...)

10Ceux des vignes, non fumés, non greffés, donnaient des amandes plus petites et en nombre insuffisant pour représenter une réelle valeur marchande. Leur production ne couvrait pas les besoins du marché local et le boulanger de Caudiès, par exemple, employait pour la confection de la spécialité locale, des amandes venues de Grèce, d’Italie ou d’Espagne. Il achetait cependant celles de la région, utilisait celles de ses vignes3 :

J’avais quelques amandiers, alors je les récoltais. Mais enfin, ce n’était pas avec ces amandiers que je faisais les croquants, c’était trop peu de chose, c’était insuffisant. Ce n’était pas des amandiers qui avaient été plantés pour ça. Il y en a un peu partout, mais enfin ce n’est pas..., il n’y a pas de récoltes d’amandes quoi !

11« On y fait pas attention aux amandes, on les laisse perdre même », « des oliviers, il y en a mais pas pour faire des champs, pas pour en faire une cueillette. » Les arbres de la vigne ne fournissent donc pas de véritables récoltes. Leurs fruits, réservés surtout à un usage domestique sont ramassés au fil des travaux et des tours coutumiers que l’on effectue dans la propriété pour voir si tout va bien. On ne manque pas d’inviter voisins et amis à se servir : « Si vous voulez un panier de figues, allez-y, c’est le moment, sinon elles vont périr. » Dons et contre-dons s’équilibrent, obéissant aux mêmes règles tacites de partage qui président à la cueillette des plantes sauvages. Ces dernières se confondent alors avec les fruits de la vigne, auréolés d’un statut tout aussi ambigu, similaires au terme d’un cheminement inverse, les unes d’origine naturelle se sont domestiquées dans la vigne, les autres provenant d’espèces cultivées s’y sont ensauvagées.

  • 4 Sur l’éthique de la cueillette voir T. Jolas, Y. Verdier, F. Zonabend (1973) : « Il faut respecter (...)

12Les gens des villes ne s’y trompent donc pas tout à fait en les cueillant de la même façon. Mais, une fois encore, ils ne voient que des cadeaux de la nature dans ce qui est, en partie, œuvre agricole et, qu’ils fassent provision des uns ou des autres, leurs raids soulèvent une indignation égale : « Ils rapinent tout ! » Les fruits dérobés ne sont pas un vol plus grand que les ratissages organisés qui laissent talus et fossés vides de tout produit de cueillette4. Seule l’exagération conduit, avec l’accaparement, au maraudage intolérable :

Une fois j’arrive dans la vigne et je vois quatre ou cinq types avec une voiture, des cageots, en train de ramasser les noix. Et, pas quelques-unes, toutes ! « Vous voulez pas que je vous aide, des fois ? » je leur dis. E ben, ils se sont retournés en rigolant et ils m’ont engueulé encore ! Et puis ils s’en sont pas fait, ils ont continué comme si de rien n’était. Ils ont cassé des branches, et nous on n’a pas eu une seule noix, ils avaient tout pris. C’est un peu fort quand même ! Tout aussi bien s’ils les ont trouvées bonnes, ils reviendront l’an prochain...

13Devant ces « étrangers » pleins d’assurance et persuadés de leur bon droit, les viticulteurs, souvent, se sentent désarmés, impuissants à faire respecter la règle face à des gens ignorants des usages. Parfois cependant, au gré des individus, une explication est possible qui donne une issue positive à cette rencontre de l’autre :

Et papa comme il était ! Un jour, c’était en bordure de la route nationale, à la Boulzane, là où il y a le « Châtelet », il a trouvé toute une famille avec des paniers. C’était pas des gens d’ici, je sais plus d’où ils étaient. Mais alors lui, au contraire, il les a aidés à ramasser et à emporter les paniers ! Papa était comme ça, ça peut pas se dire, d’une générosité absolue ! Alors cet homme, quand même, estomaqué :
— Mais, monsieur, mais monsieur, je voudrais faire quelque chose pour vous. Qu’est-ce que je peux faire ?
— Je vois pas ce que vous pourriez faire.
Il voulait pas des sous. Alors cet homme, il avait une scierie, il a dit :
— Vous n’auriez pas besoin de bois ?
— E ben, puisque vous me le dites, puisque vous insistez, je pense que j’ai une porte là, au garage...
— Eh bien, je vous enverrai le bois.
Il lui a envoyé le bois et papa s’est fait la porte, une grande porte coulissante, qui est là, derrière.

14Seul un don en nature pouvait, en entrant dans le circuit traditionnel des échanges, acquitter cette dette. En troquant du bois contre des fruits, le ramasseur propose un partage des richesses qui convient mieux à l’éthique de la cueillette que le paiement en argent. Pour la morale rigoureuse et personnelle de ce propriétaire, celui-ci était tout aussi inacceptable que la vente des herbes ou des baies.

37. Les plus archaïques des cabanes de vigne, les « capitelles » en pierre sèche.

15La dualité des produits que l’on cueille dans la vigne alimente et exacerbe, en même temps que le statut ambigu de ce lieu, un conflit qui, autour des notions de bien privé et public, met en scène, en fait, deux façons opposées mais identiques d’imaginer la vigne. Vignerons et gens des villes ne se rejoignent-ils pas, en effet, comme le font les plantes elles-mêmes sous l’appellation « de vigne » dans la vision commune de cet espace que les uns et les autres définissent par leurs pratiques comme un jardin naturel ?

16Des interactions régulatrices qui définissent l’équilibre de la vigne complantée à la réciprocité des échanges entre espèces végétales et animales qui fonde la dualité du lieu et de la souche, en passant par l’image plurielle et centrale de la vidalba nous nous sommes attaché à mettre en évidence le rôle créateur de la pensée dans un système présenté comme naturel mais imaginé et construit par l’homme. A travers le jeu relationnel qui dit et fait la vigne celle-ci apparaît toujours comme un complexe au fonctionnement autonome dans lequel ceux qui la travaillent mais aussi ceux qui la fréquentent dans des chasses et des cueillettes ambiguës expérimentent les qualités médiatrices de cette plante et de cet espace. Et en dernier lieu c’est, bien sûr, entre les hommes que joue cette fonction dévolue à la vigne. En témoignent les multiples usages des cabanes de vigne, granjòt, maset et ostalon languedociens ou gasot catalan, petites maisons où l’on range les outils, où l’on se protège des averses, où l’on prend ses repas lorsque le village est éloigné :

A cette époque-là, on ne rentrait pas à chaque repas manger comme on fait aujourd’hui vu que l’on a des cyclomoteurs ou des mobylettes ; à l’époque on y allait à pied, pour la journée. C’est pour ça que vous avez pu voir dans nos vignes beaucoup de ces petites cabanes qu’on appelle des gasots. Sauf les vignes qui étaient aux environs de Saint-Paul on mangeait dehors. On mangeait en famille, père et fils, ou bien, si des fois, il y avait des voisins qui étaient près, ils venaient avec nous ou alors on allait avec eux. Avec mon père on faisait un grand feu et on mettait des têtes d’ail cuites à la cendre, ou des pommes de terre. On les mettait assez tôt et de temps à autre on allait les retourner. Quand on avait tué le cochon on portait du boudin ou de la saucisse. Et quelques figues sèches, avec des amandes...

38. Les gasots, des petites maisons de dehors

17Lieu fort de la sociabilité masculine, les cabanes de vigne ne sont pas cependant exclusivement des maisons d’hommes. Plus ou moins confortables — « nous on en avait une, comme une petite cuisine, bien arrangée, propre et tout, avec la table, la cheminée et tout ce qu’il fallait pour mettre les choses à chauffer » —, souvent ornées de plantes d’agrément, de fruitiers, et prolongées par un potager, elles participent pleinement, aussi, de la vie familiale dont elles alimentent, par leur prodigalité extraordinaire, le cycle rituel :

Il y avait des cyprès qui abritaient du vent du nord, il y avait des sortes de rosiers sauvages... Et ma grand-mère, qui était une espèce de fée des bois, quand mon fils est né, le 15 octobre, j’ai reçu un bouquet de violettes qu’elle avait trouvé là-bas. Je sais pas comment elle faisait, c’est pas possible. Et à Noël j’allais cueillir des roses avec elle. Et nous avions des muscats aussi que nous mangions à Noël.

18C’est là que le vigneron conserve son vin le plus précieux, celui qu’il a mis en bouteilles à l’occasion de la naissance d’un enfant et qu’il réserve pour les fêtes cérémonielles — communion, fiançailles, mariage... — qui vont rythmer le cours de son existence. C’est là, aussi et surtout, que dès les premiers beaux jours, les propriétaires urbains viennent, le dimanche, manger en famille ou avec des amis, renouant le temps d’une journée, avec les plaisirs de la « vie rustique ». Ouverte sur la nature mais toujours investie de valeurs domestiques, la petite maison au cœur des vignes est, pour eux également, une véritable seconde demeure :

  • 5 Dezeuze (1935, pp. 90-91). Le maset clôt ici notre recherche, il aurait aussi bien pu, en nous int (...)

Sur la terrasse on est à la fois dehors et dedans. On entend d’une oreille pépier les moineaux qui picorent les figues et de l’autre bouillir la soupe d’herbes de campagne ...
Sur la terrasse, on reçoit comme par hasard, ce jeune homme très bien qui a une bonne place et qui serait un gendre parfait pour le propriétaire du maset. Ça s’appelle l’entrevue.
C’est sur la terrasse qu’on fera le goûter des demoiselles et des cavaliers, le lendemain de la noce de la petite ...
Un an plus tard on y boira du vin blanc pour « arroser les mollets » du nouveau-né baptisé la veille. Dix ans plus tard on arrosera son brassard de premier communiant. La terrasse d’un maset est un endroit délicieux où l’on arrose de muscat et de blanquette les événements importants de l’existence, où l’on arrose d’aramon le civet des dimanches ordinaires, où l’on arrose même quelquefois, avec de l’eau, quand il y en a dans la citerne, le rosier Banks qui l’ombrage de son grêle feuillage et le parfume de ses simples fleurs »5.

39. Sous l’arbre, la maison de vigne.

Notes

1 Les conflits autour des territoires de chasse mais aussi de cueillette sont particulièrement analysés dans le numéro spécial d’Études Rurales (1982).

2 E. Mouly (1948, pp. 175-179), dans « Défense de passer », raconte, par exemple, pour l’Aveyron, ses propres mésaventures face à des propriétaires intransigeants et celles de son oncle viticulteur aux prises avec un promeneur indélicat qui « avait ravagé quelques fleurs auxquelles il tenait fort ».

3 Aujourd’hui à la retraite, il nous a dit qu’il utilisait jadis une centaine de kilos d’amandes par mois ; il en récoltait personnellement une dizaine de kilos par an et en achetait à quelques propriétaires de Caudiès ou des environs, « du côté du Vivier », « du côté de Raziguères », qui lui fournissaient, chacun, une dizaine de kilos.

4 Sur l’éthique de la cueillette voir T. Jolas, Y. Verdier, F. Zonabend (1973) : « Il faut respecter la mesure : " Quand on a rempli son panier cela suffit on en laisse " », (p. 179) ; « A la limite cueillir pour vendre c’est du vol » (p. 184).

5 Dezeuze (1935, pp. 90-91). Le maset clôt ici notre recherche, il aurait aussi bien pu, en nous interrogeant sur la signification de ses usages, l’ouvrir ou en constituer le cœur. Les façons d’habiter cette maison de dehors prennent sens, en effet, en regard des qualités duelles et médiatrices de la vigne. C’est pourquoi dans l’optique qui a été la nôtre ici, étudier la vigne en tant que système, il nous a semblé que, une fois dégagées les lois spécifiques de cet univers, développer le thème de la maison « de vigne » nous conduirait, sous la richesse et la multiplicité des pratiques, à la redondance. En l’effleurant à peine dans notre conclusion nous abordons donc moins un sujet nouveau que nous ne refermons le cercle à l’intérieur duquel il est toujours inscrit en filigrane.

Table des illustrations

Légende 36. Piège pour prendre les grives et les merles. Le raisin sert d’appât.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2252/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2252/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 995k
Légende 37. Les plus archaïques des cabanes de vigne, les « capitelles » en pierre sèche.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2252/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 936k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2252/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 434k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2252/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Légende 38. Les gasots, des petites maisons de dehors
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2252/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 615k
Légende 39. Sous l’arbre, la maison de vigne.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2252/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search