Version classiqueVersion mobile

Les fruits de la vigne

 | 
Christiane Amiel

Chapitre 3 : La vigne animale

Texte intégral

1Terre des cueillettes privilégiées la vigne est aussi celle des chasses profuses, « des lapins, des cailles, des perdreaux, des lièvres... il y en avait ! ». Car si les vidalbas sont des « vignes » du loup, du serpent ou du crapaud, il est d’autres animaux, comestibles prisés, qui trouvant gîte et nourriture alentour des souches, sont dits, à l’instar des herbes, des légumes ou des fruits, « de vigne ».

Les « vignerons »

2Les souches elles-mêmes recèlent, dissimulées sous les feuilles ou agglutinées aux grappes, de petites proies, faciles à capturer, les « escargots de vigne » que l’on appelle parfois « vignerons » (Roland, Faune III, p. 211). Comme elles l’ont fait, au printemps, pour les « salades » sauvages, les femmes mettant à profit les heures de travail passées dans les rangées, se sont souvent fait une spécialité de la collecte des escargots qui bat son plein à l’automne au moment des vendanges :

Il y en avait qui faisaient des tabliers en toile de sac, avec une grande poche devant. Parce que pendant les vendanges vous aviez des escargots, alors elles mettaient les escargots dans cette poche. A la fin des vendanges, si c’était des vendanges qu’il y ait de l’humidité, elles avaient ramassé un bon paquet d’escargots.

3Dans la petite et moyenne exploitation certaines journalières, ouvrières attitrées de la propriété, jouissent parfois, comme en vertu d’un droit tacite, de la quasi-exclusivité de cette récolte, l’ensemble de la colha (l’équipe) — main-d’œuvre essentiellement familiale, le plus souvent — y participant bénévolement. Mais, dans tous les cas, il ne s’agit jamais, bien sûr, que d’une activité annexe, il ne saurait être question de perdre du temps à chercher les escargots, chacun n’attrape que ceux que la main rencontre, au hasard des ceps, en allant couper les grappes. Loin de s’assimiler à un gibier qu’il faut traquer, l’escargot semble alors figurer, pour les femmes qui le cueillent en même temps que le raisin, comme un fruit second de la souche. Cette faculté de l’animal à se confondre avec la matière végétale, dans la vigne mais aussi dans les blés — où les femmes font provision, au temps de la moisson, de petites « escargotes » dites meissonencas, moissonneuses — a été mise en évidence par Cl. Fabre-Vassas (1982 b) dans un travail qui s’attache à donner sens à une ambiguïté révélée par les discours et les usages : « L’escargot, ni mâle ni femelle, ni gras ni maigre, ni chair ni poisson, ni vivant ni mort, est toujours apte à passer d’une catégorie à l’autre. » Il est un être de la frontière par excellence, aussi n’est-il pas étonnant de le voir occuper dans la vigne, entre chasse, cueillette et récolte cette même position intermédiaire. C’est donc lui que nous avons choisi de suivre, d’abord, pour nous servir de guide à travers la faune des vignes.

4Animal sauvage, récolté pendant les vendanges, l’escargot apparaît d’emblée marqué de la dualité caractéristique des fruits de la vigne. Mais ce produit second de la souche en est d’abord un dangereux prédateur que Jacques Boullay décrivait, au xviiie siècle, comme un « insecte » nuisible :

Les Limas ou Limaçons mangent aussi la Vigne, si-tôt que le bourgeon comence à y paroître, et le raisin lorsqu ’il aproche de sa maturité : ils y laissent une bave ou Limon, qui contribué beaucoup à rendre le Vin gras. Pour détruire cet insecte, il faut dans le printemps ou dans l’automne, si-tôt qu’il est tombé quelque pluye, ou seulement de la rosée, aler le long des hayes, et ensuite dans les Vignes, c’est alors que ces Limas sont en mouvement, et qu’il est très-facile de les trouver et de les prendre. Il est certaines terres dans ce Vignoble où il s’en trouve une si grande quantité, qu’ils ne laissent pas d’endomager la Vigne. Lorsque ceux qui ont des Muscats, Frontignans, etc. en espalier le long des murailles, négligent de les chercher pour les écraser dans le tems qu’ils paroissent, ils gâtent beaucoup de ces espèces de raisins, dont ils sont fort avides ; car outre qu’ils en mangent une grande partie, ils s’atachent encore à ceux qui sont les plus beaux et les plus meurs, et ne mangent que les grains qui leur paroissent les mieux conditionnés, ce qui diminué le mérite d’un raisin et le rend désagréable (Boullay, 1981, p. 393).

5Le parallélisme avec les « salades de vignes », objets de cueillette fort prisés en même temps que « mauvaises herbes » envahissantes qu’il faut scrupuleusement veiller à arracher, s’impose ici :

Quand j’avais cinq minutes j’allais à la vigne ! Quand je n’étais pas à la maison : « Elle doit être à la vigne. » Alors quand je voyais une herbe : « Ah ! celle-là tu l’as pas coupée ! » Allez, il y avait une bêche — même deux ! — pour que je puisse travailler tout le temps.
— // n’y avait pas de salades ?
— Si, des poreaux, des fausses-gerbes, mais on les laissait pas trop pousser, vai !

6Comme dans le cas de la vigne mariée, seul un contrôle rigoureux permet, par l’équilibre qu’il établit entre les différentes espèces, de profiter de l’ensemble des « productions ». De la même façon qu’ils ont souvent choisi — contre l’avis, nous l’avons vu, des agronomes — un système de complant qui ménage à la fois les arbres, les souches et les légumes, les viticulteurs ont également souvent préféré, à la destruction totale des escargots préconisée par Boullay, une autre méthode moins radicale qui, préservant raisins et escargots, assure une double récolte :

Moi j’ai vu soufrer avec les cendres ! Moi je l’ai vu faire quand j’étais gosse avec la soufrette là. Pour les escargots, pour les escargots qui mangeaient les bourgeons. On faisait pas comme maintenant avec de la droguerie ! On faisait avec du naturel. Alors on gardait les cendres, on les mettait dans des soufflets — pas pour de grandes étendues mais pour une petite vigne qu’on avait pour soi — quand il y avait ça les escargots n’y allaient pas parce que les cendres ils aiment pas (Fabre-Vassas 1982 b, p. 76).

7Ainsi mis en échec par cette poussière qui les étouffe, les escargots ne pourront se promener librement sur les ceps délavés par la pluie qu’un peu plus tard dans la saison lorsque les souches couvertes de feuilles, seront à même de supporter, sans dommage, leur fringale. Mais n’est-ce pas de la vigne encore qu’ils vont, en attendant, tirer leur subsistance ?

8Mangeant l’herbe de ses rangées, les bourgeons de ses haies, l’escargot « vigneron » se nourrit d’elle tout entière, sortant de la terre après son sommeil hivernal au moment où pointent les premières pousses vertes. Solidaire de son milieu naturel il vit au rythme végétal de la vigne et subit à travers la flore le contrecoup des progrès de la mécanisation et de l’industrie chimique qui marquent la fin de toutes les cueillettes :

Il y en avait des escargots, il y avait le gros gris, le cagarôl et la cagarôla, le blanc. Mais maintenant avec le D.D. T... On dit, les escargots, qu’il faut les laisser jeûner. On les ferme dans une cage avec du grillage et on leur donne du vin sucré qu’ils aiment beaucoup, ou du riz, pour qu’ils se débarrassent de ce qu’ils ont déjà dans leur intestin. Mais maintenant ça ne se peut pas, parce que vous les gardez quarante jours, ils meurent ! Ils meurent s’ils ont mangé de ces herbes quand les vignes ont été traitées, quarante jours, ils ne survivent pas ! Quand vous allez pour les nettoyer il y en a un tas de morts.

29. Escargot vigneron ou gros blanc de Bourgogne.

9Mais, au-delà de cette relation écologique, l’appartenance des escargots au monde de la vigne est, tout comme celle des plantes, encore et surtout affirmée et affichée à travers une série d’usages qui, à l’intérieur de la maison, poursuivent leur confrontation avec la souche. Au cours de l’indispensable jeûne qui précède leur engrais contrôlé ils sont soumis, nous venons de le voir, à une purification par le vin — « qu’ils aiment beaucoup » — à laquelle fait écho au terme de leur élevage, juste avant leur cuisson, un ultime ondoiement destiné à les faire gonfler. Le vin ouvre et clôt le temps de leur captivité, mais, une fois sur la table ils vont encore le retrouver car « il ne faut jamais boire d’eau sur les escargots sinon ils barègent, ils se réveillent et s’agitent dans l’estomac » (Fabre-Vassas 1982 b, pp. 138-139). Le vin, au contraire, semble recommandé, en abondance même si l’on se réfère aux copieuses libations qui président traditionnellement aux « cargolades » catalanes, ces repas champêtres où l’on mange, en groupe, des cargols grillés sur un feu de sarments. La règle n’est pas davantage à la tempérance lorsque, après les avoir longuement mijotes au milieu d’effluves aromatiques, on les sert baignés de sauce :

Tout un art cette sauce — la quantité en était mesurée justement. Il importait qu’elle ne fut ni trop longue ni trop courte. « Cado cagarau, disait-on, deu beure un cop » : « Chaque escargot doit boire un coup ». Cette expression présentait deux sens différents. Elle signifiait dans son sens propre que chaque escargot devait emporter dans le creux de sa coquile exactement la quantité de sauce qui lui convenait. Mais à l’usage le sens s’en était fort étendu et les hommes préféraient lui accorder le sens suivant : « A chaque escargot on doit boire un coup. » Cette extension remarquable du sens avait pour conséquence qu’à la fin du repas, la gaieté due au bon vin prenait elle aussi une extension inattendue (p. Sire in Amiel, Fabre-Vassas 1982, pp. 138-139).

10Faut-il vraiment voir dans l’usage généreux de la boisson que faisaient, le jour du Tour de l’âne, les habitants de la Cité à Carcassonne, une « extension du sens » de la phrase occitane « cado cagarau deu beure un cop » ? N’y a-t-il pas plutôt dans cette dernière une heureuse juxtaposition sémantique que la recette culinaire utilise pour dire, outre le goût de l’escargot lui-même pour le vin, la complémentarité de ces deux fruits de la vigne que l’on doit consommer ensemble ?

11Né dans la vigne, l’escargot n’en est jamais complètement séparé, même dans sa captivité :

On fourre dans un sac de grosse toile, dont la trame laisse passer l’air, une poignée de sarments et les escargots vivent le long des tiges. Mais la méthode la plus simple consiste à utiliser la répulsion des gastéropodes pour la cendre : « On met un fagot de sarments avec les escargots et on fait une bordure de cendres tout autour. Les escargots se tiennent dans les sarments, là, ils ne passent jamais la cendre ; ça ne leur plaît pas, ça se colle, ça les étouffe, quand ils arrivent aux cendres, ça les empêche de passer » (Fabre-Vassas 1982 b, p. 76).

  • 38 F. Mistral (1979), s.v. bouié ; E. Rolland (Faune III, p. 195) en roumain l’escargot est appelé bou (...)

12Dans la vigne la cendre éloigne les escargots des bourgeons, dans la maison elle leur interdit de quitter le fagot de sarments. Mises en œuvre par les femmes, ces deux façons similaires et inverses de contenir les escargots, de gouverner leur parcours et de contrôler leur nourriture, apparaissent comme les étapes d’une domestication à double face, débutée dans l’espace « naturel » et achevée dans celui des caves ou des greniers. « Bête à cornes » que l’on appelle parfois boièr (bouvier) ou petit bœuf38 l’escargot emprunte aussi un de ses noms, cabiròl au chevreuil (Rolland, Faune III, p. 203, note 2), mammifère sauvage rattaché par son étymologie à la plus indisciplinée des créatures du troupeau, la chèvre réputée fantasque et capricieuse. Pesant laboureur des champs ou agile coureur des forêts, animal de trait ou gibier, l’escargot banut (cornu) occupe dans la vigne une place à sa mesure, entre bois et jardin, entre gîte et étable.

Les « vendangeuses »

  • 39 Lettre d’Alban Vergne à Antonin Perbosc, 16 vrier 1900, document communiqué par Josiane Bru.
  • 40 La liste d’Alban Vergne comprend : « Lou barbo blanc, la Barbe blanche , Lou Queto routze, le Queue (...)

13« Les jeunes Paysans qui demeurent dans des Pays de Vignes prennent quantité de Merles, Grives, Tourterelles et autres sortes d’oiseaux qui mangent les raisins » (Chomel 1741, t. 2, p. 30). Au temps des vendanges, la chasse des hommes fait écho à la collecte féminine des escargots. Mais si ces derniers vivent toute l’année alentour des ceps, les premiers ne sont que des ausels de vendemia, des oiseaux de vendange qui « arrivent par bandes les 27 ou 28 août et repartent vers le 10 octobre. »39. Leur migration coïncide avec celle des travailleurs saisonniers et Alban Vergne répondant aux questions d’Antonin Perbosc en cite six variétés qu’il regroupe sous le nom générique de « vendegnols », vendangeurs40 Un peu partout en France, Turdus musicus et Turdus iliacus, la grive commune et le mauvis sont, indistinctement d’une région à l’autre, appelés, au féminin, « grive de vigne » et « vendangette » (Rolland, Faune II, pp. 237, 244).

14Femmes ou oiseaux les vendangeuses semblent partager une passion commune pour le raisin. Au début du xviiie siècle J. Boullay mettait en garde les propriétaires de l’Orléanais contre les ouvrières venues de la ville « qu’on apele comunément pances de mouton parce qu’elles ressemblent à cet animal, en ce qu’elles mangent presque toujours », « si avides de raisins » « qu’elles portent la dent sur la plupart de ceux qui leur plaisent » ce qui, outre la perte ainsi occasionnée nuit encore au rendement car « la trop grande repletion est un obstacle au travail » (Boullay 1981, p. 562). Au milieu du xxe siècle, dans le Narbonnais, les vignes du « Maritime » situées non loin de la mer, attirent les jeunes filles « de bonne famille même », qui viennent y vendanger pour profiter des effets conjugués de l’air, du soleil mais aussi des raisins : « On était persuadés que ça nous faisait énormément de bien. Ah oui, on le pensait ! Parce que le raisin que nous mangions à jeun, ça faisait une cure » (Amiel, Charuty, Fabre-Vassas 1981, p. 96). Les grives qui, en temps ordinaire, se nourrissent de différentes baies pratiquent elles aussi ce régime salutaire. La grive « aime fort le gui mais particulièrement le raisin qui l’engraisse » (Chomel 1741, t. 1, p. 360), c’est en septembre surtout que sa chair « est un excellent mets » (Joigneaux, s.d., t. 2, p. 1012).

15« Pendant les vendanges les grives mangent beaucoup de raisins », leur appétit aussi insatiable que celui des « pances de moutons » est à l’origine de l’expression « saoul comme une grive dont on se servait autrefois à propos d’une personne qui avait trop mangé ou trop bu et qui s’emploie aujourd’hui quand on parle d’une personne ivre » (Rolland, Faune II, p. 235). Gavées de raisins, les « vendangeuses » ne seraient donc pas seulement dodues à souhait, leur chair imbibée aurait l’arôme subtil du vin. En traduisant le nom languedocien d’un des « oiseaux de vendange », l’Ibrogno (l’ivrogne), par le « vineux », Alban Vergne semble confirmer cette qualité du goût qu’on leur prête. Il en conteste pourtant, curieusement, la réalité, la niant à l’encontre de tous :

  • 41 Lettre d’Alban Vergne, doc. cit.

C’est une blague de dire qu’ils se saoulent de raisins ; ils n’en mangent jamais, pas plus que les grives(...)
Autre détail : après un ou deux jours de pluie les vendegnols deviennent si gros qu’ils ont peine à voler ce qui fait dire qu’ils sont saouls41.

16Or, l’explication de cette lourdeur est tout simplement liée à l’abondance de l’automne, à la richesse de la nourriture des oiseaux qui, mangeant plus qu’à satiété, acquièrent avec leur embonpoint une irrésistible paresse. Si le point d’ancrage du statut de ces « vendangeurs » se situe dans l’observation de leurs mœurs, la remarque d’Alban Vergne en est d’autant plus intéressante car, en refusant l’idée d’une véritable relation écologique entre la vigne et les oiseaux ne fait-il pas la preuve a contrario que celle-ci n’est pas toujours nécessaire pour que soit établi un rapport symbolique. Dire que les « vendegnols » sont surtout friands d’insectes, que leur « ivresse » est due à l’eau de pluie n’est-ce pas, en effet, marquer toute la distance qu’il y a entre le système naturel et celui imaginé par l’homme ?

17Les correspondances que nous avions déjà mises en évidence entre la souche et le monde végétal se prolongent donc dans la faune des vignes. Mais la présence animale est plus profonde encore. Tandis que certains, comme la grive et l’escargot entre autres, acquièrent des qualités qui en font, à quelque degré, des productions de la vigne, cette dernière est à son tour marquée par des bêtes qui possèdent avec elle de curieuses affinités. Ici aussi, plus que l’espace, c’est la plante qui va être le support de ces échanges entre espèces végétale et animale. Avec cette ultime confrontation nous allons clore un champ de recherche qui va trouver son aboutissement dans la réciprocité du goût qui unit animaux et fruits de la vigne.

Le renard et les raisins

Certain Renard gascon, d’autres disent normandMourant presque de faim, vit au haut d’une treille
Des raisins mûrs apparemment
Et couverts d’une peau vermeille
Le galand en eut fait volontiers un repas ;
Mais comme il n’y pouvait atteindre :
« Ils sont trop verts, dit-il, et bon pour des goujats ».
La Fontaine, Fables XI

18Dans la seconde moitié du xixe siècle, le phylloxéra ravage le Languedoc, la maladie qu’aucun traitement ne parvient à arrêter, progresse par larges taches, épargnant ici et là un îlot, mais son avancée est inexorable et menace de disparition le vignoble français tout entier. Dès 1870 l’origine américaine du parasite est établie et les chercheurs, devant l’impuissance des insecticides, se dirigent vers la solution des plants de remplacement importés d’outre-Atlantique et immunisés contre les attaques du puceron. Le phylloxéra est enfin vaincu mais, vigoureuses et résistantes, les vignes du Nouveau Monde, cultivées depuis peu et, certaines mêmes, issues, telles les deux premières variétés introduites, Concord et Isabelle, de Vitis labrusca, la vigne sauvage, présentent pour les palais des pays de tradition viticole un inconvénient majeur : leurs raisins ont, selon les témoignages, une âpre saveur de baie, de cassis ou de framboise, un goût prononcé « de renard » ou « de musc ». « Très appréciée en Amérique » cette saveur ne l’est pas du tout en France où l’on met au point des procédés dits de « défoxage » pour laver — par aération, filtration, collage... — le vin de son odeur sauvage, jusqu’à ce que la création d’hybrides franco-américains permette de concilier sur un même pied de souche la robustesse des nouveaux plants et la saveur des cépages traditionnels.

19Les viticulteurs français, en empruntant à l’anglais pour désigner sous les qualificatifs de « foxé » ou de « musky » l’acerbe verdeur des produits de la vigne américaine semblent vouloir accentuer encore la distance vis-à-vis de ces vins étrangers à l’arôme grossier de sauvagine. Apres et astringents, ces derniers ne se situent-ils pas, en effet, à l’opposé de ceux qui, depuis des siècles, sont la gloire de la viticulture méridionale, les vins liquoreux de muscat, doux et mielleux ? Obtenus à partir de cépages blancs, les muscats de Lunel, de Frontignan, de Saint-Jean-du-Minervois sont, depuis longtemps célèbres en Languedoc, leur renommée les a aussi très tôt fait connaître dans toute la France et en Europe. En 1605 un poète Orléanais, Simon Rouzeau, vante « le Muscat, honneur de Frontignan » (Dion 1959, p. 323) ; au début du xviie, il s’exporte en Allemagne, en Angleterre, en Hollande :

Logé en des barils de petit volume auxquels pouvait convenir le transport par animaux de bât, le muscat du Languedoc ou de la Provence ne craignait la concurrence d’aucun des vins récoltés dans les plus fameux vignobles de la France centrale ou septentrionale. Et quoique vendu beaucoup plus cher, il était parfois exempté, comme nécessaire aux malades des taxes frappant les autres vins (p. 324).

20Paré de vertus médicinales, le muscat est cependant un vin dont il faut se méfier. Muté avec de l’alcool il titre en effet aux environs de 20° mais, sucré et fruité, il paraît au palais plus doux que « fort », « se laisse boire » facilement et « monte à la tête » sans que l’on s’en aperçoive. Aujourd’hui comme hier, il n’est jamais un « vin de consommation courante » ; réservé à l’apéritif ou au dessert, il figure aussi bien sur la table familiale des jours de fête que sur les tréteaux officiels des réceptions d’honneur. Vin prestigieux sa fabrication fait l’objet de soins attentifs et passionnés :

31. Muscat d’Alexandrie et muscat de Rivesaltes.

Au penchant d’une colline, face Nord, entre la haute et le Bac du Genièvre, après replantation suite du phylloxéra, j’ai greffé près de 2 000 pieds de muscat romain ou d’Alexandrie, à gros grains, me rapportant 5 à 600 kilos de ces raisins.
Lors des vendanges, nous égrénons ces raisins qui, écrasés, sont mis en cuve pour légère fermentation.
Lorsqu’ils ne conservent ou que leur moût ne conserve que 5 degrés de liqueur alcoolique, nous pressurons cette vendange et y ajoutons 7 à 8 litres par hecto d’alcool ; mais cet alcool est tout à fait particulier, car lors des vendanges précédentes, grâce à l’alambic municipal qui circule dans les caves, bénéficiant de ce que l’on dénomme « bouilleurs de cru » dont on parle déjà de le supprimer, je fais distiller mes marcs de muscat et avec ce produit je mute ma récolte de l’année suivante, ce qui lui donne un goût incomparable que ne peuvent singer ni imiter les gros fabricants de muscat de Frontignan et autres lieux malgré leurs macérations de fleurs, de sureau, de tilleul, canelle et autres ingrédients.
Tel est le succès de mon muscat qui m’a valu le surnom par un courtier de Saint-Paul-de-Fenouillet, M. Catala, qui m’a dénommé « Montagné Muscat » (Estève, s.d., p. 25).

21Si tous les vignerons ne possèdent pas une muscatièra, vigne exclusivement plantée de muscats destinés à la fabrication de ce vin, tous en ont quelques souches, qu’ils ont parfois soigneusement disséminées au milieu des autres pour éviter d’éveiller la tentation des maraudeurs. Car le muscat est aussi réputé être un des meilleurs raisins de table. Lorsqu’un vendangeur en découvre un pied dans sa rangée, il s’exclame et la « colle » tout entière s’arrête, chacun vient en goûter une grappe, en cueillir quelques-unes pour rapporter à la maison. Dans la petite et moyenne propriété du moins ; dans les grands domaines où les relations entre patrons et ouvriers sont différentes, ces derniers ne renoncent pas pour autant à leur part :

Ceux qui greffaient-ils se procuraient quelques greffons de muscat ou de chasselas et ils les greffaient au milieu du carignan. Sans le dire au patron bien sûr ! Parce que sinon, près du domaine, il y avait une petite vigne, avec des bons raisins, mais ça c’était réservé pour le patron ! Alors il fallait s’arranger comme on pouvait... Le patron, il allait pas te faire planter une souche de muscat pour que tu te régales en vendangeant !...

22Noir ou blanc le muscat est le raisin à offrir par excellence, celui qui, chaque année, sert à faire les cadeaux rituels à la parentèle et aux amis. Il semble cependant que ce soit autour du blanc, que l’on appelle « romain » comme pour attester de son ancienneté, que la tradition se soit, en Languedoc, plus particulièrement fixée. C’est lui en effet que l’on utilise pour faire le vin de muscat, lui que l’on confit à l’eau de vie, lui dont le parfum suave imprégnait jadis le seuil de chaque maison vigneronne :

  • 42 Amiel, Charuty, Fabre-Vassas (p. 117). Il semble que l’on puisse étendre à d’autres cépages tels le (...)

Oui, c’était le muscat romain qu’on faisait en treille principalement. En vigne il y en avait quelquefois des pieds, parce que le muscat qu’on a maintenant, c’est du muscat noir, du muscat de Hambourg qu’on appelle. Mais alors c’était du muscat romain. Il y en avait une treille chez François, une grande treille. Ici, nous avions une treille de chasselas blanc42.

23A l’image de la vigne sauvage qui enroule ses lianes jusqu’au sommet des arbres, la treille grimpe le long de la maison, accolée à la muraille, conduite en tonnelle, taillée régulièrement, elle lui ressemble comme un double domestique. Elle abrite de son ombre les réunions familiales ; pour le vigneron, elle est un véritable baromètre qui lui permet de lire immédiatement l’état et le comportement des souches de sa propriété. Souvent trop abondants pour atteindre avec leur complète maturité un degré suffisant ses fruits ne sont jamais destinés au vin, et l’expression « vin de treille » s’emploie pour un vin faible, âpre, comme celui que l’on fait avec les baies. De la treille, la trilha, n’a-t-on pas dérivé la trihiero, la vigne sauvage (Mistral 1979 s.v. triho, trilhièro) ? Mais, en Sardaigne, par exemple, le raisin de treille « remplissait une autre fonction importante : à savoir que les vendanges achevées, il servait à " faire les parts", comme on disait, c’est-à-dire, aux cadeaux pour les amis » (Satta, 1981, p. 84).

32. La treille, ornement obligé de la maison vigneronne.

24Vin ou raisin, de table et de treille, le muscat conjugue toujours les valeurs essentielles, celles que nous avons dégagées tout au long de ce travail. Doux et fort à la fois, il est le plus domestiqué des cépages en même temps qu’il reste le plus proche de la souche à l’état naturel. Est-il alors vraiment et tout à fait aux antipodes des vignes américaines qui empruntent au monde forain leur animale saveur ? N’est-il pas lui-même pareillement marqué par une senteur sauvage puisque « pour donner au vin le goût de muscat, il faut prendre des fleurs de raisins sauvages ou de haie », les faire sécher et en mettre, au moment de la vendange, un paquet dans le tonneau (Secret des secrets de Nature, s.d., p. 49) ? En effet, en lui faisant occuper dans le système des valeurs une position symétrique et inverse, on établit déjà une mise en relation qui ne fait que projeter à l’extérieur, sur ce plant étranger, des caractères que le muscat indigène possède mais qui, hors du champ qui les contrôle, ne peuvent être définis que négativement. Son nom enfin est à mettre en liaison avec le goût de musc attribué aux raisins américains, avec leur péjorative épithète « musky » que la désinence exotique semble faire résonner comme un écho de « muscat ».

25Selon le Petit Robert le muscat est un raisin « à odeur musquée », musqué signifiant « parfumé au musc » ou « dont l’odeur rappelle celle du musc » ; l’étymologie confirme cette collusion du musc et du muscat en faisant dériver le second du premier (Bloch, Von Wartburg 1968, s.v. muscat). En référence au mépris affiché envers les raisins « foxés », à goût de « renard » ou « musky », à goût de musc, ce dernier nous était apparu comme une senteur désagréable, indésirable dans le vin, tout au moins. Mais nous le retrouvons maintenant comme parfum caractéristique du muscat. Qu’en est-il donc de ce musc qui marque ici négativement, là positivement, les vins auxquels il prête son nom. Et pourquoi ce détour par une substance animale pour définir l’arôme particulier à la meilleure production de la vigne en même temps que sa figure antinomique ?

  • 43 Larousse xixe siècle, s.v. musc. Nous avons entrepris dans le cadre d’un projet financé par la Miss (...)
  • 44 Buffon (1853, II, p. 409) citation extraite des Voyages de Chardin.
  • 45 Buffon (1853, II, p. 95). A la foire de Beaucaire, au xvie siècle, Thomas Platter eut l’occasion d’ (...)

26« Le musc est une substance d’une odeur très forte, d’une saveur amère d’un brun très foncé et d’une grande volatilité, contenue dans une poche placée entre l’ombilic et les parties de la génération tout près du prépuce chez une espèce de chevrotain de Tartarie »43. En fait, sous l’appellation de musc nous avons d’abord rencontré plusieurs matières parfumées, sensiblement différentes et plus ou moins appréciées, émanant d’animaux exotiques, tels la civette et l’ondatra. Mais, plus près de nous, certaines bêtes familières sont également définies comme des bêtes à musc, « les martres et les fouines, comme beaucoup d’autres animaux ont des vésicules intérieures qui contiennent une matière odorante, semblable à celle que fournit la civette » (Buffon 1853, II, p. 592). Si elle permet de subtiles nuances cette multiplicité du musc fonde surtout un partage ambivalent de ses qualités. Il a une « consistance de miel », « une saveur amère », « un arôme suave », une « odeur insupportable ». Paré de vertus aphrodisiaques et thérapeutiques il a aussi de redoutables propriétés, la force de l’odeur qui s’échappe de la poche à musc du chevrotain au moment où on la sectionne est telle qu’elle peut faire « saigner avec tant de violence qu’il en meurt »44 celui qui se livre à cette opération. Du prélèvement brutal de ce musc qui, à l’époque du rut, s’écoule tout seul de la « vessie » du mâle mais dont, le plus souvent, les chasseurs s’emparent en tranchant au couteau, sur la bête vivante, la bourse qui le recèle, nous passons ensuite au geste délicat de l’éleveur qui, à l’aide d’une petite cuiller, récolte la matière contenue dans les entrailles de la civette, animal à la physiologie équivoque. Le mâle, en effet, « n’a rien d’apparent au dehors que trois ouvertures tout à fait pareilles à celles de la femelle, à laquelle il ressemble si fort par ces parties extérieures qu’il n’est guère possible de s’assurer du sexe autrement que par la dissection »45. De l’insupportable au délicieux, de la bête sauvage à l’animal domestique, du masculin au féminin, le musc s’affirme toujours comme une force bipolaire. Porteur du mal et du bien il trouve son origine, non dans les véritables organes de la génération mais dans l’image duelle de leurs substituts allégoriques, symboles de l’union primitive des sexes.

27Autour de la dualité de cette senteur animale la subjectivité du goût va trouver un terrain d’expression privilégié et faire du musc une odeur tout aussi emblématique que les réceptacles qui le contiennent et le sécrètent. Selon Buffon, les fouines « ont une odeur de faux musc qui n’est pas absolument désagréable » alors que le putois en a une « qui loin d’être agréable est au contraire si fétide qu’on l’a d’abord distingué et dénommé par-là » (Buffon 1853, II, pp. 592, 595). Mais si, en France, la distinction entre « bêtes à musc », « puantes » et « parfumées » semble unanime, la relativité de la sensation olfactive peut dessiner des frontières mouvantes d’un pays à l’autre. Ecoutons ce que dit Buffon de l’ondatra d’Amérique :

...(son) odeur se fait sentir de loin, et quoique suave pour les Européens, elle déplait si fort aux sauvages qu’ils ont appelée puante une rivière sur les bords de laquelle habitent eh grand nombre ces rats musqués qu’ils appellent aussi rats puants (p. 107).

28Cette antinomie de deux communautés, celle des autochtones du Canada et celle des Européens, autour d’une même odeur de musc, nous renvoie à l’opposition inverse des cépages « musky » si prisés en Amérique et totalement dénigrés en France. Animal ou végétal le musc n’est-il pas le même parfum sauvage autour duquel chaque groupe établit les lois spécifiques de son rapport au monde naturel et définit, face à l’autre, l’originalité de sa culture ?

29Apreté des raisins « musky » et douceur des muscats, les vignerons français ont trouvé dans la dualité du musc une occasion d’affirmer vis-à-vis des pionniers de la viticulture américaine, rustique et sans passé, leur fierté et leur identité d’hommes de la vigne, héritiers d’une tradition prestigieuse. Leur critique n’est cependant pas sans concessions, et au-delà de l’incontestable robustesse des vignes américaines, ils apprécient parfois la vigueur de certains de leurs vins. Ainsi le Noah, hybride américo-américain de Vitis riparia et de Vitis labrusca, au « goût très prononcé de renard » et dont les raisins « à gros grains recouverts d’une peau épaisse avaient — selon les viticulteurs de l’Indre — une saveur piquante, bien que vendangés m’lés (Royer, 1983, p. 88), c’est-à-dire très mûrs, blets, comme on cueille les nèfles (mesples), était-il malgré ces défauts un vin estimé :

Le Noah entrait dans le dosage des moûts à raison d’une bassée (comporte) sur quatre, afin de relever le titrage en alcool des vins locaux.
Sa vendange se versait dans le tonneau (cuvier) en dernier ; les couches inférieures des autres cépages filtraient le jus des raisins qui perdait en partie son arrière-goût foxé.
Le récoltant tirait du seul Noah un vin blanc servi le matin au petit déjeuner. Il faisait bouillir son moût dans des barricots de cinquante litres et soutirait trois ou quatre fois son vin pour en réduire l’arrière-goût. Mis en bouteilles, puis bouché, le Noah se conservait plusieurs années à la température ambiante de la cave » (pp. 89-90).

30Adouci par les cépages français qui le filtrent ou par des soutirages successifs qui lui ôtent une partie de son odeur de renard, le Noah reste cependant un vin fort. Mélangé à la vendange il en relève le degré alcoolique, pur il a les vertus de l’eau de vie dont, dans de nombreuses régions, les agriculteurs boivent, au réveil, un petit verre pour « tuer le ver ». Il est aussi un grisant vin de fête. A Ercé, dans l’Ariège, quelques « anciennes » se souviennent de ce vin qui mettait de l’ambiance dans les veillées :

  • 46 Enquête Agnès Fine.

— ... Et alors on goûtait le vin nouveau avec des châtaignes.
— Oui, oh ! que c’était bon, du bon vin blanc, là, de Noah, vous vous rappelez, le vin de Noah, qui saoulait, là... C’est défendu maintenant.
— Oh oui ! On n’en plante plus.
— Du vin de Noah ?
— C’était du raisin qu’on ne mangeait pas...
— On ne pouvait pas en manger.
— Parce qu’il n’était pas bon. Mais pour faire le vin, il était très bon. Il paraît que ça rendait fou... Alors c’est pour ça qu’on en fait plus46.

31Riche en éther, le Noah fut, en effet, reconnu nocif, sa culture interdite et des primes offertes à l’arrachage. Sous le goût de renard de ce vin qui transporte ses adeptes sur l’incertaine frontière de l’ivresse et de la folie nous retrouvons les dangereuses propriétés du musc. Le muscat lui aussi monte à la tête mais, lui, contrebalance ce méfait par des vertus médicinales. Le Noah avec ses immangeables raisins acides et comme jamais mûrs, le muscat avec ses fruits délicieux, doux et mielleux, n’incarnent-ils pas chacun, transposés dans le domaine végétal, les deux caractères antagonistes du musc ?

32Or l’altération de ce dernier apparaît toujours comme une condition nécessaire et préalable à son utilisation par l’homme. Celui que le chevrotain éjacule naturellement à la saison des amours, « brûlé », semble-t-il, par les intenses chaleurs qui habitent alors le corps de l’animal, assagi et dompté par les mouvements impétueux du rut, n’a jamais le redoutable pouvoir destructeur de celui que les chasseurs prélèvent brutalement et qu’il faut alors couper — même si certains ont considéré ce traitement comme une simple falsification de marchand — en le mélangeant à diverses matières : plomb, sang... La vigne américaine, cultivée depuis peu, luxuriante et acerbe ne produit-elle pas, au contraire de la vigne française, pliée à l’homme depuis de longs siècles, un musc aux qualités dangereuses parce que trop brut ?

  • 47 Le renard est toujours marqué par une double ambiguïté. Il fait partie de la famille des canidés et (...)

33Toutes les variétés du Nouveau Monde n’ont pas la toxicité du Noah mais toutes apparaissent marquées par une astringente verdeur. L’une d’elles, à la croissance particulièrement exhubérante, Vitis rotundifolia, « broussaille de lianes flexibles » qui produit des raisins d’un « goût particulièrement agressif et pour cette raison utilisés surtout à l’état sec mêlés à des pâtisseries » a été nommée Vulpina par Linné, « façon classique de reprocher à cette vigne son musc » (Perrin 1938, p. 25). Des vins « foxés » à la vigne Vulpina, l’odeur musquée des raisins se confond toujours avec celle de Canis vulpes, le renard. Ce dernier n’a pas de « poche à musc » mais dégage un très fort relent qui l’a fait associer, dans la taxinomie populaire, aux mustélidés qui, comme la fouine ou le putois, sécrètent dans des vésicules intérieures, une abondante matière parfumée. Il fait comme eux partie de la sauvagine, mais n’occupe-t-il pas, dans ce genre dont il ne possède pas les traits véritables, une position d’être intermédiaire qui le désigne pour être, en Europe, le représentant privilégié des « bêtes à musc »47 ?

34Si en France l’adjectif foxé renvoie aux qualités négatives du musc, l’empreinte du renard est, elle, associée à des qualités positives la couleur flamboyante du pelage de l’animal se confondant avec celle, ambrée, des grappes mûres à souhait. Dans le Jura cette rousseur de bon augure est très précisément liée à l’essence intime de l’animal : « Quand le raisin blanc est devenu d’un beau jaune doré pour avoir été exposé au soleil on dit que le renard a pissé dessus » (Rolland, Faune I, p. 169). Il en est de même dans la Haute-Saône où la légende attribue au renard un rôle véritablement fondateur :

Il y a sur le territoire de Gy une vigne dont le vin est renommé : c’est « l’Enclos aux renards ». On raconte que par une nuit d’orage, tous les renards de la contrée s’y étaient donné rendez-vous pour manger des raisins. Les éclairs incessants favorisaient leur maraude : « Encore une éluze (éclair) ! » criaient-ils afin de mieux voir les plus belles grappes. Tout à coup le tonnerre éclate avec une telle violence qu’ils crurent que le ciel tombait.
De peur, ils arrosèrent la terre de tout ce qu’ils avaient dans le ventre...
C’est à dater de ce jour que les raisins de cette vigne sont d’un beau jaune doré, et que le vin possède un délicieux bouquet de terroir (Beauquier 1910, p. 176).

33. Le renard et les raisins.

35L’image de ces raisins inondés par le renard évoque à la fois les grains blets, longuement mûris mais acides du Noah et ceux, sucrés du muscat que l’on laisse se dessécher presque au soleil pour faire le vin. Dans les deux cas c’est au renard que l’on impute le meilleur et le pire, la même action produisant deux effets inverses. Mais, cette marque d’appropriation ne traduit-elle pas en même temps l’attraction réciproque de la plante et de l’animal ?

36Car, de la rencontre du renard et de la vigne, tout entière placée sous le signe de l’ambivalence de leurs similaires caractères « musqués », nous n’avons jusqu’à présent envisagé qu’un seul point de vue, celui des raisins à goût de renard, il nous reste à en explorer le versant complémentaire, celui qui met en scène le goût du renard pour les raisins.

  • 48 Rolland (Faune 1, p. 169). Dans de nombreux proverbes — espagnols, italiens, allemands, anglais... (...)

37« Le renard est aussi vorace que carnassier ; il mange de tout avec une égale avidité, des œufs, du lait, du fromage, des fruits et surtout des raisins » (Buffon 1853, II, p. 581). L’irrésistible gourmandise du renard pour le fruit de la vigne est partout attestée. La Fontaine y faisait allusion dans sa fable inspirée d’un thème proverbial très répandu. « Il est comme le renard, il trouve les raisins trop verts », dit-on dans le Jura pour se moquer de celui qui affecte de mépriser ce qu’il ne peut avoir, car « on sait pourquoi le renard ne veut pas de miel »48. Dans le Mentonnais on fait directement état de son attirance pour les grains mûrs : « A volp voe che setembre aughessa 366 giorne » (Le renard voudrait que septembre eut 366 jours) (Rolland, Faune I, p. 163). Dans le Béarn un conte narre la mésaventure d’un vigneron trop crédule, occupé à entourer sa vigne de ronces pour la protéger des maraudeurs et à qui le rusé animal fait quitter précipitamment son travail, lui criant que le feu est à sa maison pour, en son absence, se régaler des raisins (Sébillot 1968, III, p. 66). Le renard est, par ailleurs, si avide de mets doux et sucrés qu’il n’hésite pas à s’attaquer aux abeilles sauvages, « percé de mille coups d’aiguillon », il résiste, feint de se retirer et « revient si souvent à la charge qu’il les oblige à abandonner le guêpier ; alors il le déterre et en mange le miel et la cire » (Buffon 1853, II, pp. 581-582).

  • 49 E. Rolland (Flore VI, pp. 66-67) pour les noms de la groseille et (Flore III, pp. 204-205) pour ceu (...)
  • 50 E. Rolland (Flore VIII, p. 103) ; il donne également de nombreuses appellations — « poison », « erb (...)
  • 51 Sur les noms de Solanum dulcamara, E. Rolland (Flore VIII, pp. 98-101) ; C. et R. Castellanos i Llo (...)
  • 52 Les deux propriétés, toxique et médicinale, sont attestées dans E. Rolland (Flore VIII, pp. 98-101) (...)

38Mais s’il semble évident que la bête rousse, friande de miel, aime les raisins dorés et succulents comme ceux dont elle est censée parfaire le mûrissement en les arrosant de sa liqueur vermeille, ceux qu’on lui attribue sous le nom de « raisins de renard » apparaissent, à l’inverse, marqués par la verdeur et l’astringence des vins « foxés ». La baie du groseillier épineux, Rubes uva crispa, porte en Languedoc, notamment, des noms — agrassol, agrassoun, agrassou... — qui confrontent son aigreur, agror, à celle du fruit vert de la vigne et du verjus ou agras qu’elle pouvait d’ailleurs remplacer dans les sauces49. Dans la région de Porto on associe, non sans dérision, son acidité peu prisée de plante sauvage à l’animal gourmand de sucre : « Les gens d’ici méprisaient les groseilles. Ils appelaient ça des " raisins de renard ". Ceux que notre Goupil trouvait trop verts, trop aigres » (Chantai 1982, p. 536). Plus acerbes encore sont les baies de Solanum nigrum, la morelle noire, « vigne sauvage » aux acres et vénéneux petits « raisins de renard » ou « de loup »50, Cette « vigne vierge » productrice d’un mortel « verjus du diable » confronte le renard aux dangereuses qualités des fausses vignes du monde naturel. Autour d’elle nous allons retrouver la dualité caractéristique des vidalbas car le terme « morelle » désigne également Solarium dulcamara, la morelle douce-amère, dite vidalbi en catalan51, proche parente de Solarium nigrum dont elle partage, outre quelques noms, les propriétés toxiques tout en possédant des vertus médicinales — sédatives et dépuratives — plus précisément attestées52. Mais elle présente surtout la particularité d’offrir à celui qui mâchonne ses feuilles une saveur ambivalente, d’abord douce, puis amère. De plus elle « fleurit et fructifie environ de juin à août ce qui signifie que l’on peut trouver sur une même tige à la fois des fleurs, des fruits verts, des fruits à demi mûrs et des fruits tout à fait mûrs » (Altmann 1980, p. 84).

34. Quelques variétés de groseilliers.

35. Douce-amère.

  • 53 Rolland (Flore VIII, p. 103). P. Lieutaghi (1966, p. 371) rapporte à propos de l’arôme de la morell (...)

39L’ambiguïté des raisins de renard est tout entière inscrite dans cette « vigne sauvage » qui conjoint les oppositions de goût, de couleur, de maturité qui gouvernent les mises en relation de l’animal et de la souche : astringence des vins « foxés » et suavité des grappes sur lesquelles le renard a « pissé », verdeur des baies ou des raisins qu’on lui assigne, miel de ceux qu’il choisit et dérobe. Douce et amère comme le musc, « erbo de pouijoun » (herbe de poison) aussi redoutable que lui, la morelle est également, tout comme lui, source de vie, « la fille ou la femme qui aime et manie la douce-amère sera mère bien des fois dans sa vie » dit-on dans la Vienne (Rolland, Flore VIII, p. 101). La morelle ne serait-elle pas alors porteuse du même parfum « musqué » que le renard ? Elle émet en tout cas un fort relent animal : elle « a tellement l’odeur de la souris qu’on s’en sert pour attirer les renards dans les pièges »53.

40La morelle est la plus duelle des « vignes sauvages », productrice de deux sortes de baies, les unes ont la douceur des meilleurs raisins, les autres la verdeur des plus mauvais cépages. Elle est aussi la plus « musquée » des plantes, proche en cela de la bête rousse qu’elle captive de son arôme. Le renard apparaît lui, métaphoriquement comme le révélateur du bon et du mauvais raisin en même temps qu’il désigne des degrés marquant les étapes d’un processus de domestication entamé avec la vigne Vulpina et parfaitement parachevé avec le muscat.

41Substance animale ou végétale le musc et le muscat sont donc porteurs d’une identique dualité dont la reconnaissance et le contrôle sont pour l’homme une façon de marquer son action domesticatrice. Plus encore que les « vignes blanches » de houblon, de clématite ou de bryone, la morelle illustre le lent cheminement des vignerons qui, des lianes broussailleuses aux rangées de ceps, ont conduit la plante vers la culture.

42Ervamoïra est le titre du roman que S. Chantai consacre à l’histoire d’une famille tout entière vouée, durant un siècle et demi, au vin de Porto. C’est aussi le nom de la propriété fondatrice, miraculeusement protégée des attaques du phylloxéra :

— Ervamoïra, ça veut dire quoi ?
— C’est une plante. Il y en a à foison le long de l’énorme mur qui clôt le domaine.
— Il y a des plantes et des fleurs partout. Celle-là c’est comment ?
— Modeste. Grimpante. Des petites fleurs blanches ou violettes. Je crois que, en français, on appelle cela « morelle » et aussi « raisin de loup ». Ici on en revient toujours, tôt ou tard, au raisin (Chantal 1982, p. 592).

Notes

38 F. Mistral (1979), s.v. bouié ; E. Rolland (Faune III, p. 195) en roumain l’escargot est appelé bourel (petit bœuf) ; Cl. Fabre-Vassas (1982 b, p. 70) lo bióu (le bœuf) et lo boièr (le bouvier).

39 Lettre d’Alban Vergne à Antonin Perbosc, 16 vrier 1900, document communiqué par Josiane Bru.

40 La liste d’Alban Vergne comprend : « Lou barbo blanc, la Barbe blanche , Lou Queto routze, le Queue rouge, Lou Rastouillet, le coulumier des chaumes, Lou tioul blanc, le molleux, L’Ibrogno, le Vineux, Lou beco figuo, le becfigue, et quelques autres dont je ne connais pas le nom ».

41 Lettre d’Alban Vergne, doc. cit.

42 Amiel, Charuty, Fabre-Vassas (p. 117). Il semble que l’on puisse étendre à d’autres cépages tels le chasselas, « le meilleur de tous les raisins du monde » selon Ch. Baltet (1889, p. 157) et l’un des plus prisés en Fenouillèdes pour la confection du « vin blanc », les qualités du muscat autour duquel nous centrons ici notre travail.

43 Larousse xixe siècle, s.v. musc. Nous avons entrepris dans le cadre d’un projet financé par la Mission du Patrimoine Ethnologique, une recherche en Fenouillèdes, sur le musc — autour de la vigne et de l’élevage caprin — dont nous utilisons ici, en les résumant, les premiers résultats.

44 Buffon (1853, II, p. 409) citation extraite des Voyages de Chardin.

45 Buffon (1853, II, p. 95). A la foire de Beaucaire, au xvie siècle, Thomas Platter eut l’occasion d’observer une civette apprivoisée, « petit animal rayé de noir et de gris, et possédant sous la queue trois ouvertures dont la plus élevée est l’anus. Celle du milieu secrète une matière semblable à celle que produit l’oreille de l’homme mais plus brune et d’une odeur très prononcée. Le propriétaire la recueillait journellement avec une petite cuiller, ce qu’il fit devant moi et en tirait un bon revenu » (1979, pp. 340-341).

46 Enquête Agnès Fine.

47 Le renard est toujours marqué par une double ambiguïté. Il fait partie de la famille des canidés et on l’assimile souvent à un mustélidé. En domaine occitan, il est souvent désigné par un féminin, la guilha, la mandra, et passe dans de nombreux contes pour la femelle du loup (cf. travaux en cours de Cl. Fabre-Vassas).

48 Rolland (Faune 1, p. 169). Dans de nombreux proverbes — espagnols, italiens, allemands, anglais... — qui existent sur ce thème, les raisins sont parfois remplacés par des baies.

49 E. Rolland (Flore VI, pp. 66-67) pour les noms de la groseille et (Flore III, pp. 204-205) pour ceux du raisin vert et du verjus. L’utilisation des fruits verts du groseillier épineux est également attestée dans P. Joigneaux (s.d., t. 2, p. 469) et dans N. Chomel (1741, t. 1, p. 361). Selon M. Barthès (1873, p. 42) agras (verjus ou raisin cueilli avant sa maturité) viendrait « du grec sauvage ou du celto-breton egras sauvage ».

50 E. Rolland (Flore VIII, p. 103) ; il donne également de nombreuses appellations — « poison », « erbo do dangi » (herbe du danger), « herbe à la mort »... qui témoignent de la connaissance des qualités toxiques de la morelle.

51 Sur les noms de Solanum dulcamara, E. Rolland (Flore VIII, pp. 98-101) ; C. et R. Castellanos i Llorenc (1979, s.v. vidalbi).

52 Les deux propriétés, toxique et médicinale, sont attestées dans E. Rolland (Flore VIII, pp. 98-101) ; mais est-elle véritablement toxique ? L’ambiguïté de la plante apparaît clairement dans les commentaires des auteurs, à propos des baies : « certains leur dénient toute toxicité » (Secrets et vertus des plantes..., p. 206), « toxiques selon les uns, inoffensives selon les autres » (Lieutaghi 1966, p. 369) ; pour H. Altmann (1980, p. 84) la toxicité de Solanum dulcamara ne fait aucun doute, « la dose mortelle étant d’une dizaine de fruits » ; Mistral (1979, erbo de puisoun, herbe de poison) note « plante que le peuple croit vénéneuse ».

53 Rolland (Flore VIII, p. 103). P. Lieutaghi (1966, p. 371) rapporte à propos de l’arôme de la morelle noire cette croyance : « Peyrilhe assure que son suc « chasse les rats de la grosse espèce. » La mise en relation entre musc et « odeur de souris » est évidente dans le lexique : de mus la souris, au muscardin, petit rongeur européen ainsi appelé parce qu’on lui a longtemps attribué une odeur de musc tout à fait inexistante (Buffon, 1853, p. 632 ; Larousse xixe siècle, s.v. muscardin) à mustela la belette odorante qui a donné son nom à la famille des mustélidés, des rats puants d’Amérique aux putois, les deux sont synonymes.

Table des illustrations

Légende 29. Escargot vigneron ou gros blanc de Bourgogne.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2251/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende 30. Grive.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2251/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende 31. Muscat d’Alexandrie et muscat de Rivesaltes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2251/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende 32. La treille, ornement obligé de la maison vigneronne.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2251/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende 33. Le renard et les raisins.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2251/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Légende 34. Quelques variétés de groseilliers.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2251/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Légende 35. Douce-amère.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2251/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 146k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search