Version classiqueVersion mobile

Le triangle du XIVe

 | 
Sabine Chalvon-Demersay

Chapitre 8. Qui se ressemble s’assemble

Texte intégral

1Finalement, la distance est grande entre les vastes projets nourris par les nouveaux habitants et la réalité de leurs rapports sociaux. Parce qu’ils sont dans un quartier de classes moyennes, parce qu’il n’y a pas de menace de rénovation brutale, parce qu’il n’y a pas d’appel des catégories dominées.

2Les nouveaux habitants vont donc être contraints d’opérer un ultime repli dans une reconversion souvent douloureuse d’un projet convivial global en projet catégoriel. Au projet pour le quartier promu par les militants des années 75 succède le projet dans le quartier des nouveaux habitants des années 80. Ils ne chercheront plus à s’insérer dans les formes préétablies de la sociabilité traditionnelle pour en rénover les contenus mais tenteront de les recouvrir par la superposition de nouveaux réseaux créés de toute pièce. Le but n’est plus tant de propager leurs propres modèles de sociabilité auprès de catégories sociales réticentes, que de créer, de façon interne, les conditions de réalisation du mode de vie auquel ils aspirent.

3Pour avoir des amis, pour partager, pour échanger il faut pratiquer une ouverture qui sera d’autant plus facile qu’elle s’adressera à des pairs. Ici comme ailleurs, ceux qui s’assemblent se ressembleront. La revendication d’éclectisme est transférée. On change de critères. On passe d’un désir d’ouverture sociologique à une ouverture d’un autre ordre : on s’ouvre en recherchant « des gens ouverts », des gens qui ont une « sensibilité un peu marginale », « des gens comme nous ».

4La pièce continue, le décor subsiste mais on change les acteurs : on cherche à implanter des copains. Le quartier est alors érigé en périmètre préférentiel de sociabilité :

Pour moi, l’idéal du quartier, c’est un tissu d’amitiés dans une distance à parcourir à pied (Hélène).

5Dans cette optique, le quartier est moins un enjeu qu’un site. Il ne constitue pas réellement un objet en soi (à défendre, à promouvoir, à conserver, à modifier) mais davantage un contexte. L’endroit où un certain type de relations est possible :

Ça vient du désir de se retrouver, de conforter une certaine cellule sociale et affective. Tu es près de tes amis, de ceux que tu aimes. C’est la reconstitution d’une vie plus humaine face aux difficultés de communication du monde actuel. Tu reconstitues une vie de quartier. Mais pas en termes « bonjour Madame Michu ». C’est pas la vie de quartier au sens classique, ça va beaucoup plus loin (Olivier).

6Le quartier est un espace idéal parce qu’il assure une proximité spatiale tout en préservant l’autonomie de chacun ; voie moyenne entre une vie réellement communautaire et l’individualisme absolu, il permet de cumuler les avantages tout en limitant les contraintes. Il permet de transcender les cloisonnements imposés et offre les conditions d’une intensification des échanges de sociabilité amicale, tout en laissant la possibilité des solitudes choisies :

J’aime bien les copains. Et j’aime bien être seule. J’aime bien voir des gens quand j’en ai envie. J’aime bien être seule quand j’en ai envie. C’est essentiel de pouvoir aller bavarder cinq minutes avec quelqu’un et de rentrer chez soi (Sylvie).

7On mesure l’évolution par rapport aux attitudes initiales : pour ceux qui, dans la mouvance du militantisme gauchiste, préconisaient à la fois la formation de noyaux communautaires faisant exploser la structure familiale et, par agrandissements successifs du champ, l’initiation d’un vaste mouvement révolutionnaire, les perspectives sont modifiées. D’un côté, le projet s’est concentré sur un groupe social spécifique. En même temps, il s’est éclaté dans l’espace puisqu’il ne s’agit plus du partage et de l’indivision absolue des lieux, des biens, des couples mais de l’organisation d’une mise en commun beaucoup plus limitée :

Nous ne sommes pas engagés dans une maison que nous avons choisie à « Perpète-les-Bains ». Nous sommes chacun chez soi. Nous nous voyons quand nous en avons envie. Il n’y a pas d’action engagée de façon péremptoire et obligatoire. Participe qui peut et qui veut.. Se retire qui veut et qui peut. Il n’y a pas d’engagement (Laurence).

8Le prix de cette évolution est le sentiment d’une réduction et parfois d’une déception. Le bénéfice réside dans le passage des perspectives utopiques à des réalisations concrètes, qui pour être moins ambitieuses n’en sont pas moins réelles. En outre, cette reconversion rend possible l’élargissement des effectifs potentiels, l’adhésion à un projet minimum permettant le ralliement d’individus qui n’ont pas tous nécessairement suivi cet itinéraire idéologique et cette trajectoire militante. Elle est porteuse d’un appel plus facilement transmissible auprès des générations suivantes et de ceux qui ont fait l’économie de certaines ruptures.

9Mais en même temps, cette reconversion dans les faits ne se passe pas sans un certain malaise. On constate souvent une répugnance à énoncer ou à reconnaître la modification des objectifs. Quand ils parlent de leurs amitiés, certains interviewés insistent sur la diversité des composants. Ils citent de préférence et non sans complaisance, les exceptions : « On a un copain fraiseur, un copain apprenti-boulanger. » La personne qui a eu l’initiative de la constitution d’un système collectif de garde d’enfants, explique :

On aurait pu mettre une annonce dans le XIVe Village. Mais le journal entraîne un mode de sélection qui évite une forme de communication. Le XIVe Village s’adresse à une certaine classe. J’ai préféré draguer des gens 400 mètres autour du bac à sable.

10Or, les gens du groupe ne semblent guère différents des lecteurs du XIVe Village On ne renonce pas facilement à la grande utopie réconciliatrice dont le quartier serait le site.

11En ce sens et dans ce contexte, ce que le quartier apporte, ce sont d’abord les avantages liés à la proximité spatiale. Le quartier rend possible des pratiques de sociabilité caractérisées par plusieurs traits particulièrement valorisés : l’intensité, la fréquence et la spontanéité :

J’ai des gens qui viennent tous les jours. Tous les jours, il y a quelqu’un. Il y a chaque jour quelqu’un qui vient manger. J’ai beaucoup d’amis. Ce sont des gens de tous les genres, absolument de tous les genres. Tous les âges. Toutes les catégories. Ma porte est très grande ouverte. Je suis comme ça. On parle de tout, absolument de tout (Stella).
On reçoit des gens souvent. Tout le temps (Nelly).
Il y a tout le temps des gens qui passent, tout le temps (Gérard).

12L’absence de distance géographique constitue un véritable atout :

Je vois beaucoup de gens à l’extérieur. Je suis beaucoup plus impliquée avec d’autres gens qui vivent dans d’autres quartiers ou même dans d’autres pays, ou même à la campagne. Et je crois que c’est vrai pour chacun d’entre nous... Mais il y a cette proximité. Pour voir quelqu’un que j’aime beaucoup, il me faut parfois traverser Paris. C’est quelque chose de fort de savoir qu’on n’a qu’à traverser la rue pour rencontrer quelqu’un en qui on a assez confiance. Et qu’on n’a qu’à retraverser la rue pour se retrouver chez soi, à l’abri. Il n’y a pas d’obligations (Laurence).

13La proximité favorise les passages impromptus. Ces arrivées inattendues ne sont pas ressenties comme une intrusion mais comme un agrément, du fait de la souplesse qu’autorise l’absence de distance :

Chaque fois que quelqu’un sonne à la porte, c’est un plaisir (Maria).
C’est essentiel de pouvoir aller bavarder cinq minutes avec quelqu’un et de rentrer. Ça permet de voir les gens beaucoup plus souvent. C’est très agréable de passer sans téléphoner avant. Ça maintient l’effet de surprise. J’aime bien avoir beaucoup de gens qui passent. J’aime bien avoir beaucoup de surprises (Céline).

14On peut éconduire les amis imprévus en cas d’indisponibilité patente sans se sentir coupable de les renvoyer bredouilles à l’issue d’un pénible trajet. On peut accueillir avec plaisir ceux qui se présentent de façon opportune :

Quand les gens passent à l’improviste, ça me dérange rarement. Les gens que j’aime bien, je leur dis. Je ne le ressens pas comme une gêne (Céline).
Je suis passé voir un copain que j’avais très envie de voir. Il y avait de la lumière. Je sonne, pas de réponse. Je re-sonne. Pas de réponse. Je re-sonne. Pas de réponse. J’étais sûr qu’il y avait quelqu’un. Au bout de cinq minutes il arrive dans une superbe robe de chambre et il dit : « Écoute, Ben, tu ne vois pas que ça n’est vraiment pas le moment » (Benoît).
C’est extra d’avoir des copains dans le coin. Tu passes. C’est spontané (Anne).

15La spontanéité fait l’objet d’un véritable culte. Dire d’une relation qu’elle est spontanée, c’est lui conférer un état de grâce, lui reconnaître une qualité incomparable. La spontanéité est érigée en valeur absolue dans une perspective qui dépasse d’ailleurs le simple domaine relationnel pour affecter beaucoup d’autres dimensions de l’existence, renvoyant à tout un rapport à la temporalité dans lequel la difficulté d’envisager l’avenir, la résistance contre toute forme de prévision, la revendication de vivre dans l’instant présent afin de rester disponible à toutes opportunités, se retrouvent, dans un refus commun d’une institutionnalisation quelle qu’elle soit, dans une résistance aux rites et le refus d’une programmation perçue comme une atteinte à la liberté.

16Figure de la vie, de l’émergence possible du désordre créateur, la spontanéité est aussi une garantie d’authenticité, parce qu’elle permet une adéquation absolue entre l’acte entrepris et l’état d’esprit du moment selon une conception hédoniste, dans une économie du plaisir et du désir, qui attribue aux mouvements d’humeur un rôle primordial :

J’aime pas tellement décider à l’avance. Je ne sais jamais le matin ce que je ferai le soir. Mais le soir, je fais toujours quelque chose. C’est assez casse-pied les rendez-vous pris quinze jours à l’avance. Le moment venu, tu peux avoir envie de rester chez toi avec un bon bouquin parce que tu es crevé. Ou bien de faire ton ménage. Ou bien tu as envie de voir des gens mais pas forcément ceux qui étaient prévus (Chantal).

20. « Des amis dans le quartier ».

17De plus, la spontanéité permet de légitimer une beaucoup plus grande souplesse dans les rituels de sociabilité :

Soit il n’y a rien à bouffer. Soit il y en a pour beaucoup. De toutes façons, ça ne me dérange pas. Il y a ce qu’il y a (Céline).
Tout le monde met la main à la pâte, c’est plus sympa (Bénédicte).
Les amis viennent, ils s’invitent, et ils apportent aussi à manger (Maria).

18La mise au point de modalités plus informelles permet non seulement d’éviter les inconvénients économiques des réceptions dispendieuses, mais aussi de réduire le temps consacré à l’élaboration de préparations culinaires sophistiquées :

Il y a des patates et du beurre à la louche (Bénédicte).

19On peut ainsi recevoir plus, plus souvent, à moindres frais. Le développement de ce type de pratiques et la valorisation de la spontanéité relèvent donc d’une adaptation collective aux contraintes introduites par un mode de vie absorbant :

A Paris, les gens sont tellement épuisés par leur boulot et leurs déplacements (Aline).
On a moins de temps que quand on était étudiant. S’il fallait mettre les petits plats dans les grands, ce ne serait plus possible (Anne-Marie).

20Avoir des amis dans le quartier donne à l’amitié une capacité d’expansion. Elle peut déborder hors des murs de l’espace clos du logement, modifiant les règles de la traditionnelle coupure entre l’espace public et l’espace privé. La rue devient le vestibule de la maison :

Tu vois les gens chez eux. Mais aussi tu les rencontres dans la rue. Tu bavardes. C’est bien (Evelyne).
On peut se retrouver dans la rue, s’embrasser, prendre un pot (Hélène).

21Avoir des amis dans l’immeuble, c’est encore mieux :

Ça nous agrandit notre appartement. On est chez les uns, chez les autres. On a l’impression que le palier, c’est chez nous (Nelly).

22La proximité spatiale crée les conditions d’une amorce de la vie collective : les moments de loisirs, les moments d’oisiveté, les obligations de la vie quotidienne peuvent être des moments partagés :

On va promener les bébés ensemble. On se retrouve quand on fait les courses... (Claire).

23Car l’amitié a une évocation globalisante. Il ne s’agit pas seulement d’échanger quelques paroles devant un verre de whisky ou pendant l’heure d’un repas. « Ce qui est bien, c’est de faire des choses ensemble ». Travailler ou aller voir la mer, cueillir des cerises, retaper une maison en ruines, aller voir une expo ou une pièce de théâtre, faire du rocher à Fontainebleau, trimballer les enfants au zoo, faire un approvisionnement de bouffe à Rungis, aller « acheter des fringues »...

24Se voir souvent, se voir beaucoup, se voir dans de multiples circonstances. Mais pourquoi ? Dans quel but ?

25Les réseaux ont d’abord une vocation d’entraide morale et affective. Partage des joies. Partage des peines. Transmission des états d’âme. Correction à l’amplitude des mouvements d’humeur. Dans les mots échangés, le champ s’élargit. Les règles traditionnelles de convenance s’effacent. Les barrières de la pudeur reculent, dans une prise en charge collective de l’intimité. Avec un vocabulaire particulier, pétri de psychanalyse où les termes scientifiques déchus se mélangent aux mots d’argot au sein de phrases hétéroclites. On consacre énormément d’énergie à tenter, pour ne pas déroger à l’impératif de jouissance, de repérer, en démêlant le latent du patent, le conscient de l’inconscient, le lieu où se trouvent « ses véritables désirs », dans une introspection partagée.

26On parle aussi de son boulot, on en aborde le contenu, à condition que les préoccupations des autres n’en soient pas trop éloignées. Sinon, on parle plutôt des modalités : la difficulté à trouver du travail, les problèmes relationnels, l’atmosphère, les avantages horaires ou l’insécurité.

27Dans le contexte de fragilité du couple, face aux vicissitudes d’une vie sentimentale compliquée, l’amitié se construit une place singulière, de refuge, de recours, d’amplificateur ou de modérateur des crises, d’aide aux ruptures ou aux réconciliations.

28Il faut, enfin, parler des copains : le réseau s’auto-alimente en se fournissant à lui-même ses propres thèmes de conversation. Les uns, les autres, « s’ils sont bien en ce moment » ou « s’ils vont vachement mal ». Comment ils évoluent. « Qu’on pourrait bien ne plus avoir grand-chose à se dire ». Ou qu’au contraire, « on se retrouve un peu ». On passe au crible les événements de leur vie ; on commente les rationalités de leurs choix ; on s’interroge sur leur cohérence interne, sur leur « sincérité », sur leurs comportements « pas toujours dépourvus d’ambiguïté ». On pointe leurs contradictions « dans l’humour et dans la tendresse ». Le groupe qui s’unit dans l’évocation des absents met en œuvre des procédures de contrôle interne, d’érection de nouvelles normes, de vérification du consensus, qui visent à renforcer le sentiment d’appartenance. La désignation du bouc émissaire permettant de focaliser, de préciser et d’ajuster les valeurs communes dans une stratégie identitaire.

29On discute en même temps des événements, de l’actualité, de la politique nationale et internationale, des grands débats politico-philosophiques, de la culture (les spectacles qu’« il ne faut pas manquer », et ceux qui « ne valent pas la peine qu’on se déplace »), toutes formes plus ou moins normatives, d’élaboration et de consolidation d’un modèle culturel commun. Les points de vue se confrontent ou se confortent dans un va-et-vient dans lequel le groupe a une fonction génératrice de normes et les normes partagées ont une fonction génératrice du groupe.

30Les réseaux ont aussi une vocation économique, à un double titre. D’abord, ils permettent d’administrer de façon rationnelle une situation de pénurie relative en transformant en choix socialement, culturellement, idéologiquement, esthétiquement valorisé ce qui est une adaptation à un certain niveau de ressources.

  • 1 Jean Baudrillard, La société de consommation, Paris, Gallimard, 1974.

31Ainsi le rejet des pratiques de consommation ostentatoire permet une affectation optimale des ressources dans le sens de la promotion du mode de vie recherché. Or, cette transformation n’est possible que parce qu’elle est collective. C’est l’existence d’un consensus et d’un soutien collectif qui permet aux nouveaux arrivants d’échapper aux motivations de standing sans encourir la menace de voir les attributs de leur mode de vie considérés comme les signes d’un déclassement. Et cette transformation n’est collectivement possible que parce que la diffusion des biens de consommation dans une ère d’abondance leur a fait perdre une partie de leur valeur symbolique de différenciation de classe et a permis à ce groupe social de déporter les fondements de son identité dans les sphères du savoir et de la culture, et d’y trouver les bases d’une nouvelle forme de légitimité voire de supériorité, réassurant leur position hiérarchique. Selon la logique que décrivait Jean Baudrillard : « Les objets de consommation courante deviennent de moins en moins significatifs du rang social, et les revenus eux-mêmes, dans la mesure où les très grandes disparités vont en s’atténuant, perdent de leur valeur comme critère distinctif. Il est possible même que la consommation (...) perde peu à peu le rôle éminent qu’elle joue actuellement dans la géométrie variable du statut, au profit d’autres critères et d’autres types de conduites. A la limite, elle sera l’apanage de tous lorsqu’elle ne signifiera plus rien. On voit dès maintenant la hiérarchie sociale s’inscrire dans des critères plus subtils : le type de travail et de responsabilité, le niveau d’éducation et de culture »1.

32D’autre part, les réseaux ont une vocation économique qui n’est pas seulement de l’ordre de la manipulation symbolique des signes mais qui est tout à fait réelle et efficace. Ils sont le lieu d’échanges économiques informels et assurent une assistance matérielle et financière qui permet, de fait, une amélioration des conditions de vie.

33Le montant de cette aide est difficile à chiffrer. Il est en outre variable en fonction de l’âge et du niveau des ressources. Mais le bilan est de toute façon largement positif dans la mesure où les réseaux permettent d’éviter le passage par un intermédiaire marchand. Il est possible, dans un premier temps, de décrire quelques-unes de ces prestations.

34Il y a d’abord toutes les opérations de réfection de logement : lessiver les murs, coller du papier peint, agrafer du tissu, vitrifier les parquets, shampooiner la moquette, enduire les fissures, repeindre les cloisons et les plafonds. Toutes choses qui ne supposent pas une compétence particulière mais que l’appoint de quelques amis réquisitionnés facilitera grandement. II y a, ensuite, le menu bricolage de plomberie, la réparation de l’électricité où une qualification un peu supérieure est requise.

35Pour les déménagements, il suffit de mobiliser pour un soir de semaine deux ou trois voitures, cinq ou six paires de bras. Paris traversé aisément en dehors des heures d’embouteillage, le chargement déballé, la soirée se terminera dans un bistrot au pied du nouvel appartement encore peu accueillant, tout engorgé de caisses débordantes, ou, de façon plus rudimentaire, de sacs à poubelle saturés de bouquins et de bibelots.

36On passe des meubles à ceux qui s’installent, le matelas dont on n’a plus besoin parce qu’on s’est acheté un lit à deux places, le camping-gaz qui remplace la cuisinière, le frigidaire ou la machine à laver qu’on a en double parce qu’on s’est emménagé avec une personne déjà tout à fait équipée. Un peu de vaisselle, une casserole, un vieil aspirateur. Un lustre qu’on ne donne pas mais qu’on laisse en dépôt parce qu’on en a hérité mais qu’on n’a pas de place pour le mettre. Un canapé défraîchi qui fera encore l’affaire, des boutures de plantes vertes.

37On s’emprunte une perceuse, un fer à souder, une scie à métaux.

38On se refile des vêtements qu’on ne peut plus mettre parce qu’on a changé de tour de taille ou qu’on n’a jamais pu mettre parce qu’on les a achetés trop grands, trop petits, mal ajustés du fait de l’insistance persistante d’une vendeuse de mauvaise foi. On se prête des bouquins aimés qu’on ne reverra jamais, qui désertent une bibliothèque qui n’est plus composée que des ouvrages aimés par d’autres qui vous les ont prêtés, qui ne les reverront jamais..

39On va déposer les restes trop abondants d’une soirée où les convives sont arrivés les mains pleines dans le compartiment accueillant d’un congélateur amical. On lave son linge sale entre amis dans une machine plutôt qu’au pressing en échange d’un paquet de café, d’un kilo de cerises, d’un baril de lessive. Les clés de la voiture circulent dans les réseaux pour un week-end, pour les vacances, pour une urgence, parce que les uns en ont besoin et que les autres ne s’en servent pas (au risque pour les emprunteurs de subir une avarie coûteuse dans le moteur de cette vieille occasion qui n’en finissait pas de rouler).

40On peut aussi louer en commun une télévision (parce qu’on n’a pas la télévision et que, « même si on l’avait, on ne la regarderait pas ») pour assister en direct au résultat des élections et au tournoi de tennis de Roland Garros.

41On se laisse des appartements pour y faire la fête ou pour y faire la noce. On héberge (plus ou moins provisoirement) des copains momentanément sans logement, des rescapés d’un couple en rupture, des amis de transit, des relations de passage. L’économie d’une chambre d’hôtel. On prête pour quelques jours la maison de campagne (des parents) pour un séjour improvisé. L’économie d’une location.

42Les copains sont le recours privilégié des fins de mois difficiles. Ils prêtent et ils empruntent à l’occasion, sans intérêt. Pour un loyer impayé, pour un voyage qu’on ne devrait pas s’offrir mais auquel il serait stupide de renoncer, pour une folie. L’aide parentale étant plutôt sollicitée en cas de chômage, pour l’achat d’un logement, ou s’offrant même spontanément en cas de maladie, pour des frais dentaires, pour financer un accouchement en clinique plutôt qu’à l’hôpital.

43Les compétences professionnelles des amis peuvent aussi être sollicitées : un conseil d’architecte pour aménager un espace ; une consultation juridique pour résoudre les problèmes d’un divorce à l’amiable ou entamer une procédure de surface corrigée pour un loyer de 48 qu’on paie un prix exorbitant ; un coup d’œil d’un ami toubib sur le bébé qui tousse ; une contre-expertise des diagnostics et des traitements prescrits par un médecin traitant.

44Il y a enfin tout ce qui concerne les enfants : des prêts d’accessoires (des lits, des parcs, des poussettes, des chauffe-biberons, des stérilisateurs, des vêtements, des paquets de couches achetées d’avance pour un bébé devenu propre très tôt, etc.). Tout un matériel rapidement frappé d’obsolescence qui s’amortit en circulant.

45Les enfants aussi circulent dans les réseaux. Face à la pénurie des places dans les crèches parisiennes et aux réticences culturelles à l’égard du système des nourrices agréées, les parents vont tenter de mettre au point des modes de garde collectifs.

46Ils peuvent se constituer en association pour ouvrir une « crèche sauvage » ou une « crèche parallèle ». D’une façon plus informelle, certains se rassemblent pour assurer la garde de plusieurs enfants simultanément au domicile des uns ou des autres, avec une rotation des parents mobilisés. D’autres encore partagent les frais d’embauche d’une tierce personne qui s’occupe en même temps de plusieurs bébés du même âge.

47Pour sortir le soir, certains ménages installent un interphone qui relie leur appartement à un logement d’un autre étage et permet une surveillance à distance : le réseau amical se branche sur le réseau électrique. D’autres organisent un système de dépôt de bébé pour la soirée ou pour la nuit chez des amis, ce qui permet de réaliser des économies appréciables. Pour quelques jours, pour des vacances, parce que « s’occuper de deux enfants n’est pas beaucoup plus difficile que s’occuper d’un seul » et que « prendre un enfant de copain donnera un copain à son enfant », on offre ses services. Et les parents déchargés pourront partir en voyage. A charge de revanche.

48Si les échanges concernant les enfants sont particulièrement importants, c’est que les enfants sont au cœur du débat concernant l’évolution ou la transformation avec l’âge des pratiques et des comportements. Les personnes interrogées sont marquées par l’adhésion à un mode de vie élaboré pendant les années de jeunesse et auquel elles essaient de ne pas renoncer. Celui-ci passe par une forte valorisation de la vie hors-travail. La venue des enfants entraîne des arbitrages et nécessite des ajustements. Pour éviter le grand retournement produit par l’arrivée de charges familiales, pour continuer à sortir, à partir, à voyager, à militer, pour éviter l’enfermement, il faut déléguer partiellement la garde de son enfant, ce qui, au cours du marché, coûte très cher. Cela suppose, par conséquent, une augmentation du niveau des ressources qui n’est possible qu’avec une augmentation de l’investissement dans la vie professionnelle qui débouche sur une diminution du temps disponible... pour continuer à sortir, à partir, à voyager, à militer.

49Pour ceux qui refusent la bi-polarisation entre le foyer conjugal d’une part, la vie professionnelle de l’autre, le recours à un mode d’organisation collective est donc une condition économiquement indispensable au maintien des traits caractéristiques de leur mode de vie.

50Dans le tableau ainsi dressé des échanges de biens et de services dans les réseaux amicaux, on est frappé de ce que la nature et le contenu des prestations et contre-prestations qui circulent sont assez similaires aux échanges traditionnellement assurés au sein des réseaux de parenté. Que ce soit l’aide à l’équipement, les gardes d’enfants, les coups de main financiers..., ce sont les mêmes rubriques qui se trouvent remplies.

51Cela conduit à une interrogation : la solidarité amicale se serait-elle substituée à une solidarité familiale défaillante ? Plusieurs arguments plaideraient en faveur d’une telle interprétation. En effet, la moitié des enquêtés sont originaires de la province ou de la banlieue et ne peuvent par conséquent pas établir avec facilité des relations d’entraide avec leur parenté ; d’autre part, les études sur la solidarité inter-générationnelle montrent que la fréquentation familiale est toujours moins intense à Paris qu’en province, même lorsque tous les membres de la parentèle y résident. Enfin, les itinéraires culturels des personnes interrogées sont chargés d’un passé de rupture et de contestation. On pourrait donc supposer que, pour des raisons à la fois matérielles et idéologiques, les liens amicaux auraient pris le relais de liens familiaux dilués.

52En fait, à y regarder de plus près, on s’aperçoit qu’il n’en est rien. La solidarité amicale ne se constitue pas en opposition ou en remplacement de la solidarité familiale. Elle s’y ajoute et la complète. De fait, les personnes interrogées cumulent et combinent efficacement les deux formes de recours qui s’articulent selon des modalités différentes et permettent de renforcer les avantages globaux ainsi obtenus. Ces échanges renvoient à des systèmes de valeurs différents. Entre amis, ils sont davantage fondés sur des normes de réciprocité que l’identité des problèmes à résoudre permet de faire fonctionner de façon à peu près équitable. Entre parents et enfants, l’inégalité matérielle de transferts absolument unilatéraux est compensée par des gratifications affectives, et justifiée par l’inscription dans une logique de transmission héréditaire. En outre, ces échanges sont inscrits dans la permanence d’une relation indéfectible tandis que les liens amicaux sont plus fugaces et interchangeables.

53Moyennant quoi, l’avantage de cette double filière d’entraide est loin d’être négligeable, car les sommes mises en jeu et les dépenses ainsi économisées sont assez considérables.

54Cependant, ce système collectif entraînant un certain nombre de contraintes organisationnelles et affectives, on assiste progressivement à une remonétarisation des échanges au fur et à mesure que le niveau des revenus des personnes interrogées augmente. Le modèle ainsi élaboré résiste mal aux décalages qui s’instaurent entre les parties prenantes du fait des variations dans les modalités d’insertion professionnelle. L’augmentation brutale des ressources de ceux qui s’installent en couple et trouvent tous deux un travail à plein temps, le maintien dans une situation précaire pour ceux qui poursuivent des travaux irréguliers, restent au chômage, continuent ou reprennent des études, instaurent des déphasages qui finissent par poser des problèmes. Les uns se trouvent en état d’assistance permanent. Les autres se trouvent en situation de donneurs perpétuels. Les uns comme les autres font exploser un système qui ne peut continuer à fonctionner qu’entre ceux qui se trouvent en position économique sensiblement équivalente et qui, dès lors, adaptent et modifient le contenu des prestations échangées en fonction de l’évolution des urgences et des exigences. Avec l’enrichissement des différents partenaires le recours au travail noir remplacera peu à peu le recours gratuit. Ce qui s’échange alors ce sont les adresses des personnes compétentes à contacter plutôt que les dates de convocations à des rendez-vous de labeur. On achètera en commun non plus une télévision mais un magnétoscope. On louera en commun non plus un appartement mais une maison de campagne.

55Quant à ceux qui n’ont pas connu ce processus d’intégration et qui sont restés des « précaires », ils se retrouvent soudain projetés en situation de parasites. Dès lors, soit ils se retireront d’eux-mêmes, malgré les insistances d’amis prêts à payer d’un tribut financier l’attestation de leur non-récupération idéologique. Soit ils seront évincés par des bienfaiteurs lassés d’une générosité dont les limites ont été mal perçues.

56Pour maintenir et même développer ce modèle de sociabilité pour lui assurer les moyens de son expansion, les nouveaux habitants vont être conduits à développer une véritable stratégie, souvent consciente, souvent formulée, afin de favoriser la constitution de réseaux. Celle-ci passe par deux types de solution.

57La première consiste, une fois installé, à tenter de se faire des amis en saisissant les opportunités locales. Soit en renouant avec d’anciennes connaissances :

C’était une amie d’enfance. On s’était un peu perdu de vue. Quand on a su qu’on habitait la même rue, on a repris contact (Francis).

58Soit en utilisant l’intermédiaire de relations dispersées dans toute la capitale. Au moment où l’on indique sa nouvelle adresse, ou lorsqu’on se fait raccompagner en voiture, quelqu’un remarque « qu’il connaît des gens qui habitent dans le coin ». On se transmet des coordonnées. Éventuellement, les amis exilés et complaisants organisent une rencontre. Et la connexion se réalise. Dans ce cas, la création de réseaux dans le quartier se trouve orchestrée hors du quartier :

J’ai rencontré une personne qui m’a dit : « Tiens ! mais c’est curieux, il me semble qu’on connaît quelqu’un dans votre immeuble. » Et effectivement, c’était en face. Alors, ma première réaction a été une réaction de désastre : « Mais quel dommage de vivre depuis des années en face de gens qui ont les mêmes préoccupations que moi et de ne les avoir jamais rencontrés. Comme c’est terrible ! » C’est une découverte terrible. Alors, je n’ai pas perdu cinq minutes, je me suis précipitée sur mon téléphone. On a commencé à rire et on s’est mis chacun à notre fenêtre. Et puis on a abandonné le téléphone, on a commencé à se parler à travers la cour. Et ce sont devenus de grands amis. C’est un couple qui entre-temps a eu une petite fille dont je suis une sorte de marraine, que j’ai vue naître puisque j’ai assisté à l’accouchement(Laurence).

59Les enfants peuvent également fournir des occasions d’intégration. Qu’ils soient nés ou à naître, ils favorisent les rencontres. Deux jeunes femmes se croisant souvent dans la rue ont ainsi lié connaissance en s’apercevant qu’elles étaient, toutes deux, enceintes, et qu’elles devaient, toutes deux, accoucher à la clinique des Lilas, participant à l’exode massif des parturientes du xive vers les terres promises de la naissance sans violence.

60Un peu plus grand, l’enfant pourra être utilisé comme une source de contacts. On se sert de lui comme d’un médiateur. Il fait l’objet d’une délégation de pouvoir, son ignorance des conventions sociales autorisant les transgressions :

Quand tu as un enfant, ça change les contacts avec les gens : c’est pas toi qui fais la rencontre, c’est le môme. Un gosse est toujours disponible. Il va vers les gens, il bavarde, il fait des sourires, il se cache. Tu laisses faire. Dans l’escalier, je suis rentrée chez des gens parce qu’il y rentre. Il s’enfourne, alors je suis. Ça change les rapports. Il fait ses propres rencontres et nous, on suit. (Evelyne).

61Et puis, il y a toute une activité plus diffuse qui consiste à la fois à décoder les signes disposés par des pairs et à baliser soi-même l’espace par un marquage des lieux et un travail sur son apparence esthétique qui permet la reconnaissance des mêmes. Cette reconnaissance pouvant être le prélude à des échanges plus approfondis.

62On remarque ainsi les boîtes aux lettres dont dépasse Libération ; on s’enquiert de « la personne qui reçoit aussi les cours du CNTE » et on cherche à savoir à qui appartient la 2 CV peinturlurée garée dans la cour.

63La seconde solution pour constituer des réseaux consiste à favoriser l’immigration des copains dans les lieux :

J’aimerais avoir plus d’amis dans le quartier. Que je ferais venir (Hélène).

64L’organisation de ces installations passe par une surveillance du marché immobilier local qui permet d’avoir une connaissance des transactions qui se préparent :

Dès qu’il y a un appartement qui se libère, je me précipite pour y mettre des amis (Hélène).
J’ai demandé à ma concierge de me prévenir s’il y avait quelque chose de libre (Sylvie).
Des appartements dans le quartier, y en a pas tant que ça qui passent par des agences. Ça se refile surtout de bouche à oreille. Par des copains. (Serge).
La propriétaire nous a proposé un appartement plus grand rue Gassendi. J’ai laissé l’appartement de la rue Daguerre à une amie (Robert).

65etc., etc. Les exemples de ce type sont innombrables.

66Cela dit, cette tactique suppose l’exercice d’une véritable compétence dans la mesure où il faut à la fois se tenir au courant des déménagements virtuels dans son entourage amical, évaluer précisément la nature des exigences des personnes qui cherchent un logement et diffuser du quartier une image fortement positive afin de créer les conditions d’une demande dans son environnement.

67Moyennant quoi, on favorise le remplacement d’une couche sociale par une autre :

Ma voisine du dessus, c’était une femme qui devait avoir dans les soixante-dix ans. Elle était très très active, très très dynamique. Elle n’avait pas eu beaucoup de chance dans la vie. Elle avait beaucoup travaillé. Son mari était mort. Elle avait élevé ses enfants. Je crois qu’ils ne venaient pas beaucoup la voir. Quand elle est morte, je l’ai beaucoup regrettée parce que c’était quelqu’un d’exceptionnel. L’appartement s’est trouvé vide. J’ai téléphoné au gérant. C’est ma sœur qui a repris l’appartement (Maria).

68Cette stratégie d’implantation peut finir par avoir quelques inconvénients :

Et puis, dans le XIVe, pour des raisons qui ne sont pas vraiment dues au hasard, j’ai retrouvé des tas de gens que je connaissais. Au fur et à mesure de ma vie dans le quartier, j’en ai connu de plus en plus, ailleurs dans mon boulot, dans mes rencontres. Alors on a eu une politique volontariste de privilégier les relations avec les gens du quartier. Ce qui est très commode du point de vue pratique et qui donne lieu, ensuite, à une espèce de vie de village. Car quand tu es seul le soir, tu descends et tu fais la tournée des potes. Et il y en a beaucoup. Et puis ça nous permettait d’échanger des tas de choses matériellement. Par exemple, du bricolage, des prêts d’objets divers, de l’hébergement des copains qui venaient, des problèmes de garde de gosse... Des copains au début, il y en avait quelques-uns ; ensuite, beaucoup, ensuite énormément et à la fin même trop (Serge).
Ça devient même un problème pour quelques-uns d’entre nous, car on ne peut plus faire un pas dans la rue sans rencontrer quelqu’un. Or comme nous ne sommes pas un village, avec l’habitude de la vie en village où on se contente de saluer quelqu’un même quand on l’aime beaucoup parce que ce jour-là on n’a pas le temps, et on le salue et on passe son chemin. Alors que là c’est une telle nouveauté qu’on est obligé, qu’on se croit obligé de passer un moment avec la personne qu’on croise. Et ça prend un temps fou. Pour traverser trois rues, il faut une heure (Laurent).

69Une jeune femme retrouvant dans un restaurant le soir une amie qu’elle avait déjà rencontrée le matin au café où elle prenait son petit déjeuner s’exclame en riant :

Il n’y a plus d’intimité ici... Il serait temps que je déménage... (Muriel).

70ou encore :

Alors il y a un aspect assez curieux que je ressens beaucoup par rapport à l’anonymat en ce sens que vivre à Paris ça signifie être anonyme, être seul aussi parfois d’une façon terrifiante. La solitude est le lot d’une société qui a tout perdu, toute sa confiance en elle, tout son respect. C’est une société qui vit dans le mépris de ses membres les uns par rapport aux autres. Qui ne peut que se trouver confrontée à une solitude destructrice. Mais en même temps, cet anonymat a quelque chose de bien agréable. Alors nous sommes en train de le perdre, cet anonymat (Laurence).

71Le risque peut venir de l’émergence de nouvelles formes de contrôle social interne au groupe :

Le problème, si tu as plein d’amis dans le quartier... quand on a des amants, tout le monde est au courant (Alice).

72Sans parler des brouilles et des ruptures qui finissent par rendre intolérable une proximité qu’on avait pourtant tant désirée.

73Mais ces risques-là on peut encore s’en accommoder. Car l’objectif vaut bien quelques sacrifices. Ce danger-là n’est pas le pire. Le pire, c’est que le quartier change.

Notes

1 Jean Baudrillard, La société de consommation, Paris, Gallimard, 1974.

Table des illustrations

Légende 20. « Des amis dans le quartier ».
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2235/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 621k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search