Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le triangle du XIVe

 | 
Sabine Chalvon-Demersay

Chapitre 5. « Je suis très copine avec la marchande de fromage »

Texte intégral

1Dans leur grande majorité, les nouveaux habitants ont des pratiques d’achat qu’on pourrait qualifier de « mixtes », c’est-à-dire qu’ils recourent à la fois aux grandes surfaces pour les courses mensuelles ou hebdomadaires d’épicerie, dans le quartier ou éventuellement hors du quartier, et ils utilisent le commerce local comme commerce d’appoint, c’est-à-dire pour les produits frais (fruits, légumes, laitages, viande, poisson) ainsi que pour les compléments de marchandises épuisées ou oubliées, appréciant tout particulièrement les épiceries arabes pour leurs horaires tardifs.

2Les achats quotidiens répétitifs créent des occasions de contacts que les nouveaux arrivants valorisent à l’extrême :

C’est très agréable chez les commerçants, tout le monde discute ensemble. J’ai toujours les mêmes commerçants. Je les connais bien. On parle de la pluie, du beau temps, il y a toujours un petit mot sympa. C’est important. Les gens ne sont pas indifférents les uns au autres (Pascale).

3Ils s’attachent à choisir pour chaque secteur leur fournisseur préféré, en mettant en œuvre un processus de sélection, puis s’astreignent à devenir une clientèle fidèle et régulière dans le but d’être repérés puis reconnus, puis connus et de pouvoir enfin entrer en conversation. Car, parmi les critères décisifs de cette procédure d’élection interviennent des éléments qui ne relèvent pas d’un simple ajustement entre la qualité et le prix des produits respectifs. L’aptitude relationnelle du petit commerçant constitue un facteur déterminant :

Comme on a beaucoup de choix, il y a tellement de commerçants, on élimine en tenant compte du prix et du contact (Evelyne).

4Et éventuellement du contact plus que du prix, la pondération accordée à la « dimension humaine » de l’échange étant d’autant plus importante que le niveau économique de l’acheteur est plus élevé :

J’aime bien discuter avec les commerçants. Mon poissonnier par exemple. C’est pas impersonnel. Moi je pourrais pas acheter ma viande aux boucheries Bernard. Et comme j’ai la chance de pouvoir ne pas faire attention aux prix (Francis).

5Ils mettent en œuvre une véritable stratégie visant à multiplier ces occasions d’échange. La réussite se mesure à la quantité de commerçants avec lesquels « le contact est établi » :

J’ai des contacts avec pas mal de commerçants. Je connais bien le crémier juste au coin de la rue qui est très chouette, le boulanger qui est bien, le boucher aussi est sympa... (Caroline)

6ou éventuellement à la qualité de la relation, évaluée par l’ouverture des domaines abordés :

On parle de tout avec les commerçants. De nos problèmes personnels, politiques, comment les choses changent, ne changent pas... De tout (Maria)

7en insistant sur la réciprocité de l’échange d’informations :

Le crémier a dit qu’il allait vendre la boutique pour faire du demi-gros. Ce sera mieux pour les horaires de travail (Miranda).
Le boucher trouvait qu’il ne gagnait pas assez. Il est parti pour être cadre dans une grosse entreprise de viande. Il ne sera pas mieux payé mais il aura moins de travail. Là, il bossait bien 12 ou 13 heures par jour, y compris le dimanche matin (Francis).

8Cela aboutit à ce type de déclaration :

Je suis très copine avec la marchande de fromage (Martine).

9Mais, cela n’est vrai que de la « partie tranquille » du triangle, celle qui est apparemment la moins animée. Celle qui est la moins renommée. Le marché Daguerre, lui, prête aux désillusions.

  • 1 Il ne s’agit pas dans ce texte de faire une véritable analyse ethnographique de marché urbain, mai (...)

10L’intense activité commerciale du quartier, avec le marché d’Alésia, le marché couvert et surtout la célèbre rue Daguerre constitue un élément majeur dans l’animation, la création de l’ambiance du quartier et le plaisir qu’on trouve à y déambuler. Au sortir du métro Denfert-Rochereau, on débouche directement sur cette rue devenue marché où la densité des étalages crée un goulot d’étranglement, passage obligé au milieu d’une abondance et d’une variété de victuailles, de denrées multicolores et odorantes1.

11Les marchands, en débordant sur la chaussée, puis les piétons, avaient commencé une appropriation sauvage de la voie avant que la municipalité ne décide d’entériner la chose. Aujourd’hui, la rue est devenue officiellement piétonne : on a retiré les deux panneaux de sens interdit qui en défendaient l’accès pendant les heures commerçantes, supprimé les trottoirs et remplacé le macadam par un pavement rose et ocre institutionnalisant ainsi cet état de fait.

12Au début, les nouveaux venus sont extrêmement attirés par l’ambiance chaleureuse, la profusion et la surabondance de produits, les quolibets, les calembours que s’échangent continuellement les marchands de fruits et de légumes :

Moi, je trouve ça très chouette. Tous les jours, tu as un marché. Tu as l’impression que c’est tous les jours la fête. Tu te croirais dans le Midi Tous les gens gueulent en vendant leurs salades. Les petites mémés qui secouent leurs tauds en jurant comme des charretiers. C’est décontracté (Anne).

15. Le marché Daguerre.

13Ils s’interpellent, s’injurient entre eux, haranguent la clientèle, ressuscitant une atmosphère populiste qui rappelle les Halles d’autrefois, le Ventre de Paris :

C’est agréable le marché. Les gens n’arrêtent pas de crier. Ils parlent d’un étal à l’autre. C’est chouette. Il y a des commerçants qui discutent. Ils racontent des blagues (Pascale)

14sur un ton qui associe la flatterie à l’impertinence :

Le mec qui vend des légumes là-haut sur le trottoir. Il crie « elle est belle, elle est belle, elle est belle, aie, aïe, aïe, ma laitue, aussi belle que la petite dame que voilà » (Béatrice).
Et puis les commerçants sont marrants. Ils crient, ils chantent, ils interpellent. Quelqu’un qui serait de mauvaise humeur se ferait envoyer promener. Il se fait huer. Quelqu’un pas content de ne pas être servi tout de suite qui commencerait à rouspéter tout de suite, tout le monde se moquerait d’elle : « regardez la dame, la vilaine, l’affreuse, la pas belle ». Tout le monde autour se marre. Et ou bien elle s’en va, ou bien elle éclate de rire, mais elle n’a pas tellement la possibilité de continuer à râler (Stella).

15Dans une bonne humeur de commande, les vendeurs époumonés s’acharnent à recréer le tapage disparu des cris de Paris, les lamentos des marchands ambulants des siècles précédents :

Quand tu fais la queue pour acheter tes tomates, il te parle comme ça : « les choux-choux, les choux-choux, les choux-fleurs (Anne).

16Leurs voix gouailleuses et éraillées créent un fond sonore bien différent de l’ambiance feutrée des supermarchés agrémentés de musique douce. Ici, le commerce se donne sans obséquiosité et sans sourire commercial. Et ça donne « des occasions d’errer plus sympathiques qu’ailleurs » (Robert).

  • 2 Cf. Mémoire de Jean Cottave et Patrick Menestret, Ah, que Daguerre est jolie !, Mémoire de DEA, Pa (...)

17En fait, la réputation de la rue Daguerre repose sur deux personnages particulièrement hauts en couleur, marchands de primeurs de deux boutiques concurrentes situées face à face, un homme, et une femme, qui ne cessent de s’invectiver d’une voix tonitruante, mettant en scène leur rivalité complice pour le plus grand amusement des passants2.

16. Courses quotidiennes rue Daguerre.

Il se passe plein de choses entre la population et les commerçants. Et en tous cas entre les commerçants entre eux. Par exemple, plusieurs fois, j’ai remarqué rue Daguerre des commerçants qui parlent très très vite. D’autres qui leur répondent sur le même ton. Ils se répondent. Ils crient très fort. Ils font semblant de s’engueuler alors que ce sont de très très bons copains. Ils ont une certaine manière d’haranguer les foules et les gens de la rue y sont sensibles. Ils sourient (Cécile).
Il y a une femme sur le marché, ça vaut le coup de l’entendre. Elle couvre de sa voix mâle tous les mâles de la rue. C’est un petit peu la fête. C’est un petit peu du temps passé (Francis).

18Des anecdotes variées courent à leur sujet. On raconte que le matin, ils s’épient à la jumelle pour connaître les prix affichés sur les produits qui s’amoncellent sur les présentoirs. On raconte que le soir, en remballant la marchandise, ils se bagarrent à grands coups de jets d’eau, arrosant les passants et la chaussée dans un simulacre de bataille aquatique.

19Autour des commerces permanents, se greffe une animation plus épisodique : les week-ends ou les jours de fête, des musiciens, des danseurs, des comédiens, des militants vendant à la criée des journaux politiques, des brocanteurs à la sauvette se rassemblent autour des étalages bénéficiant de l’afflux de clientèle venue faire son marché tranquille de fin de semaine :

Il y a très souvent des musiciens qui viennent jouer par ici. Parfois trois ou quatre petits orchestres à la fois. Les gens s’arrêtent, écoutent, ils donnent de l’argent. Déjà, la musique, ça les rend joyeux. Les gens sont généralement de bonne humeur (Stella).

20De temps à autre, les commerçants eux-mêmes y vont de leur déguisement :

Il y a des commerçants qui se mettent en costume régional. C’est sympathique (Claire).

21Voilà tracé le tableau idyllique d’une ambiance pittoresque qui crée un spectacle agréable à regarder.

22Seulement, chez les nouveaux habitants implantés depuis quelques années, on sent progressivement monter la suspicion. Les discours évoluent. L’enthousiasme initial retombe. On s’aperçoit que « l’ambiance apparemment sympa masque des rapports sociaux assez durs » (Jean-Marie). Ils peuvent faire eux-mêmes les frais de cette découverte :

La rue Daguerre, le problème, c’est que c’est plutôt pour des gens qui ont une famille. Il faut acheter un kilo de cerises, un grand fromage. C’est pas pour des personnes seules. Ils ne donnent que des grandes quantités (Alain).
La viande, on n’en mange pas énormément. Quand tu demandes un steak, ils ont l’air de dire : « Qu’est-ce qu’ils m’emmerdent ». Les gens normalement achètent un rôti le dimanche. Toi, tu demandes seulement un steak. On te le fait sentir. (Evelyne).

23ou en expérimenter les conséquences sur les plus défavorisés :

Il y a un fond d’habitants anciens. Ils existent encore mais ils sont laminés. Les commerçants ne sont pas du tout sympa avec les vieilles dames. Parce qu’elles leur font perdre leur temps. Elles tremblent en sortant leur pièce de 100 balles et ils les envoient bouler. Quand elles demandent un quart de baguette, ils leur en filent une demie. Il faut un certain temps d’observation pour s’apercevoir que c’est quand même assez dur (Jean-Marie).
Il y a plein de gens très âgés qui maintiennent des apparences terrifiantes. Des vieilles femmes qui achètent de la viande en disant que c’est pour leur clébard alors qu’en fait c’est pour elles (Marc).

24Population que ces pratiques acculent au retrait :

Il y a toute une population « résiduelle » qui vivote dans le quartier, accrochée à ses logements et qui ne peut pas faire autrement que d’aller dans l’Uniprix, parce que c’est la grande surface la moins chère du quartier (Serge).

25Cette découverte est dégrisante dans la mesure où elle rompt le charme qui émanait de ce fameux marché. On découvre que les commerçants ont une rationalité commerciale. Et cette découverte est d’autant plus amère que tout ici semblait fait pour faire croire le contraire. Les nouveaux habitants ont le sentiment d’avoir été grugés dans un marché de dupes car ils ont pris la forme pour le fond.

26Ce qu’ils appréciaient dans l’animation, c’était son caractère apparemment gratuit. Tout ce superflu s’écoulant dans un flot de paroles, toute cette verve faubourienne et ces plaisanteries incongrues semblaient signifier le détachement des commerçants à l’égard de l’aspect purement économique de leur activité : le client n’était pas si roi que cela puisqu’on se moquait de lui. Au risque de perdre sa clientèle pour le plaisir d’une pointe d’humour. Et ce n’était pas seulement sa qualité d’acheteur potentiel qui intéressait les vendeurs puisque ceux-ci s’autorisaient un tas de digressions en demandant des nouvelles « du boulot, des enfants, des vacances... », qui semblaient autant de marques de sympathie et d’intérêt pour l’autre, dépassant largement la rentabilité de l’affaire.

D’accord, tu paies. Mais quand même tout reste basé sur le service (Evelyne).

  • 3 Cf. Henri Coing, Rénovation urbaine et changement social, Paris, Les Éditions Ouvrières, 1966.

27Et en même temps, ce caractère de « petit marché populaire » témoignait d’un ancrage social dont les nouveaux habitants pouvaient escompter un avantage financier : que ce soit adapté à une clientèle modeste, c’est-à-dire « plutôt moins chère qu’ailleurs » ; ou du moins, qu’il y ait des contreparties à l’instauration d’une relation de confiance (qualité supérieure des produits offerts, possibilité de marchandage, facilités de paiement), tout ce que décrivait Henri Coing dans le quartier Jeanne d’Arc du temps où le XIIIe était encore un arrondissement ouvrier3 . C’était là une exigence qui visait à la fois à attendre des petits commerçants qu’ils aient un réel désintéressement, tout en s’assurant pour soi-même un avantage économique. Façon, en fait, de faire basculer l’avantage économique dans son camp.

28Mais ils découvrent à l’usage une réalité tout à fait différente, dans la mesure où effectivement les caractéristiques du marché Daguerre semblent avoir été tout à fait retravaillées. Les petits commerçants, face aux difficultés d’existence du petit commerce alimentaire, ont su opérer une très habile reconversion en s’adaptant parfaitement aux exigences des nouveaux habitants, dans le maintien ou la reprise en charge d’une tradition de « petit marché de quartier », par l’orchestration de toute une mise en scène euphorique et festive. Les boutiques s’agrandissent en se morcelant. Elles se répartissent dans la rue en conservant leur allure de petites échoppes. Les produits continuent à s’entasser dans des pyramides impressionnantes sans plastique et sans cellophane. Les bouchers prennent soin de conserver leurs grands tabliers blancs maculés de sang de bœuf même si la viande, parfois, est débitée ailleurs ; le bistrot à vin est encore surmonté d’une enseigne rouillée même si les sandwiches y sont désormais préparés avec du « pain Poilâne ». Cette tactique ne relevait pas nécessairement d’une attitude machiavélique. Elle était pour les petits commerçants la seule façon de survivre (de 1950 à 1974, le commerce de détail alimentaire a augmenté rue Daguerre, ce qui est un fait extrêmement rare à Paris). Elle procédait d’une excellente adaptation à une clientèle prête à payer le prix d’une illusion.

29Le marché Daguerre, sur quelque deux cents mètres, avec à peine plus d’une soixantaine de boutiques, est effectivement parvenu à se forger une réputation qui déborde largement hors des limites du triangle. Son rayonnement lui permet de s’attirer une clientèle venue d’autres quartiers ou de la banlieue sud. Les articles de journaux, les émissions télévisées françaises et étrangères ont été nombreuses à vanter les qualités de ce site incomparable. Moyennant quoi, ce prestige lui a fait perdre aux yeux des nouveaux habitants une bonne partie de son intérêt : débordés par l’afflux de clientèle, les marchands ne les connaissent ni ne les reconnaissent. Ils ne sont plus susceptibles de leur conférer ce qu’ils cherchaient dans leur quête de contacts : une caution d’enracinement, un certificat d’intégration locale.

Notes

1 Il ne s’agit pas dans ce texte de faire une véritable analyse ethnographique de marché urbain, mais simplement de livrer quelques observations recueillies empiriquement.

2 Cf. Mémoire de Jean Cottave et Patrick Menestret, Ah, que Daguerre est jolie !, Mémoire de DEA, Paris, IEP, 1978.

3 Cf. Henri Coing, Rénovation urbaine et changement social, Paris, Les Éditions Ouvrières, 1966.

Table des illustrations

Légende 15. Le marché Daguerre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2232/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Légende 16. Courses quotidiennes rue Daguerre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2232/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 792k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site