Version classiqueVersion mobile

Le triangle du XIVe

 | 
Sabine Chalvon-Demersay

Chapitre 4. Rencontres improbables

Texte intégral

1Pour « changer les gens dans la vie, dans la ville », il faudrait pouvoir les rencontrer. Or, en pratique, dans le quartier, les deux populations n’ont guère d’occasions d’entrer en relation. L’attitude la plus manifeste, c’est l’évitement mutuel : les anciens et les nouveaux habitants ont fort peu de contacts.

2Cela relève d’une véritable stratégie qui passe par une partition de l’espace urbain : la nouvelle population s’est attribuée des sites spécifiques. La population traditionnelle s’est rétractée dans d’autres lieux.

3Ainsi, certains îlots ne paraissent guère affectés par ces transformations. La population semble vieillir sur place. A l’inverse, certains immeubles connaissent des modifications brutales : il n’y a pas une infiltration progressive des nouveaux habitants mais un afflux massif. L’immeuble réhabilité connaît un renouvellement global de sa population. C’est le cas, par exemple, d’un immeuble situé rue Daguerre. Ancien hôtel meublé, il a été racheté par un marchand de biens qui a effectué des travaux limités et vendu les parcelles à des propriétaires qui ont eux-mêmes, par leur bricolage, terminé l’aménagement. La population qui s’y est installée est extrêmement homogène : jeunes couples exerçant des professions intellectuelles, sensibilité de gauche, fort taux d’activité féminine. Les habitudes de certains clochards accoutumés à venir s’endormir sur le paillasson de l’entrée ont conduit à l’installation d’une porte en verre, fermée pendant la journée, qui marque la frontière symbolique et transparente entre l’intérieur de l’immeuble où se développent des pratiques de convivialité intense et l’extérieur qui, tout en étant neutralisé, continue à se donner à voir.

4Dans la rue, on constate également ces modalités de répartition. Un exemple typique est fourni à l’observateur par les deux squares qui bordent la mairie du XIVe. Dans l’un d’eux, il y a une forte proportion de retraités qui se connaissent de longue date et discutent ensemble, assis en cercle sur des chaises de fer. Dans l’autre, il y a des jeunes femmes qui gardent leurs enfants. Le support matériel et symbolique de cette séparation est fourni par les bacs à sable autour desquels gravite toute une population enfantine, avec des seaux, des pelles, des passoires et des ballons. Des enfants qui s’appellent Clémence, Charline, Chloé, Nausicaa, Elise, Matthieu, Baptiste, Odilon... Surveillés du coin de l’œil par des jeunes femmes vêtues de robes indiennes, recouvertes de châles à filaments dorés, les cheveux teints souvent de rougeâtres couleurs.

5La partition de la population est évidente aussi dans les cafés. Certains cafés sont réservés exclusivement à la population traditionnelle. D’autres plus neutres peuvent accueillir des populations plus différenciées. La clientèle se présente comme une succession de cercles concentriques : plus un café est banalisé, plus sa clientèle sera variée. Et réciproquement, plus un café est particularisé, plus sa clientèle sera spécifique et plus la sociabilité y sera intense.

6On a affaire, à l’échelle du quartier, à un véritable système de bistrots. Ils sont strictement hiérarchisés et remplissent des fonctions spécifiques.

7D’un côté, les grands cafés de l’avenue du Général-Leclerc comme le Daguerre, par exemple. Le brassage y est très important : des catégories sociales différentes s’y côtoient — des gens du quartier et des gens d’ailleurs, des commerçants, des employés qui viennent prendre un croque-monsieur sur le pouce pour le déjeuner de midi, des nouveaux habitants qui prennent un café ou un demi en attendant l’arrivée d’un ami en retard au rendez-vous fixé, des vieilles dames qui s’installent à la terrasse et regardent en commentant passer les passants qu’elles connaissent et qui vieillissent. Mais les contacts entre ces populations sont très limités. Ce sont des lieux de passage et de rendez-vous plutôt que des lieux de rassemblement.

8A l’opposé, on trouve certains petits bistrots qui remplissent encore parfois les attributions traditionnelles des bougnats et livrent du mazout, du bois et du charbon. On y rencontre peu de nouveaux habitants. C’est parce qu’il y a parfois un processus d’exclusion. Un jeune franchit la porte et immédiatement les conversations cessent. Il termine sa consommation servie de mauvaise grâce dans un silence pesant, il paie, il sort et derrière lui, l’animation reprend.

9Entre ces deux catégories extrêmes, il y a toute une gamme de petits bistrots intermédiaires. Les patrons se connaissent, ils sont souvent originaires de villages voisins du Cantal et s’échangent volontiers des services et des informations. Ils ne sont pas réellement concurrents car ils se répartissent des sous-populations qui correspondent plus ou moins à un pâté de maisons. La plupart des consommateurs se retrouvent et les discussions y vont bon train. Ils ont conservé leur rôle de pôle d’animation sociale traditionnel dans les quartiers populaires, mais ils intègrent et assimilent facilement les nouveaux habitants qui passent régulièrement...

  • 1 La présence de restaurants cosmopolites n'est pas seulement à mettre en relation avec les désirs d (...)

10Quant aux restaurants, certains ont fait le choix de s’adresser plus spécifiquement à une clientèle potentielle qui, pour diverses raisons, recourt fréquemment à ce mode d’alimentation. Ils ont pris pour ce faire une double orientation : l’exhibition d’un enracinement provincial (restaurant basque, bretonnant,...), ou la recherche d’une coloration exotique : certains « restaurants graillonnants » dans lesquels on servait au repas de midi, sur une nappe de papier, un steak-frites et un quart de rouge, s’« italianisent », se transformant en pizzerias. Il y a aussi les couscous maghrébins, les restaurants chinois, avec une prédilection pour l’Ile de la Réunion : avec Les petits chandeliers, et les deux Cerf Volant Créole, la rue Daguerre ne compte pas moins de trois restaurants réunionnais. Nourriture peu coûteuse venue des quatre coins du globe pour une population habituée à voyager de par le monde1.

12. Le rendez-vous.

13. Nouvelle boutique.

11En même temps, de nouvelles boutiques sont apparues pour cette nouvelle clientèle (nous y reviendrons). On y vend des produits d’artisanat, des vêtements indiens, afghans, des châles anciens, des châles polonais, des costumes enfantins en patchworks multicolores, des bijoux , des bougies, des coussins, des robes anciennes, des antiquités, de la brocante, des meubles anglais. Des habits d’occasion qui s’échangent et se troquent. Des joujoux d’enfants sculptés, peints, vernis, le bois et la porcelaine redécouverts ayant supplanté le plastique. Une pâtisserie traditionnelle qui cuisine au feu de bois. Une librairie gauchiste. Une librairie très culturelle, etc.

12Avec une évolution significative dans les appellations : titres poétiques, jeux de mots, assonnances pétries de références culturelles : Jadis et Naguère, la Lingère romantique, les Cousins d’Alice, etc.

13Enclaves, appendices, fausses passerelles, ces boutiques permettent à la population nouvelle de se déployer tout au long de la rue dans une procédure d’annexion.

14L’évitement passe par une répartition de l’espace mais aussi par un découpage du temps. Si les deux populations se rencontrent si peu, c’est parce qu’elles vivent à des rythmes différents : les uns font tout tôt, les autres font tout tard. Les nouveaux habitants avec leur statut professionnel hybride jouissent souvent d’horaires élastiques. Ils émergent dans le milieu de la matinée et prennent leur café au bistrot d’en bas à l’heure où les autres en sont déjà au côtes-du-rhône pour la pause de demi-journée. Le marché du matin est rempli de vieux habitants venus faire leurs emplettes à l’heure où « il y a encore beaucoup de choix », et où l’on peut sélectionner des produits de bonne qualité. Mais c’est à midi, ou vers le soir que les nouveaux débarquent pour les achats indispensables. Le paysage nocturne est lui aussi marqué par ces différences de mode de vie : vers 23 heures, avec la fin des programmes, la lumière bleutée de la télévision disparaît. Certains habitants ferment leurs volets et commencent leur nuit au moment où d’autres commencent leur veille, laissant éclairées parfois jusqu’au petit matin des fenêtres où s’encadrent des rayonnages encombrés de livres et le feuillage persistant des plantes vertes.

14. Magasin de jouets.

15Finalement, les nouveaux habitants ont beau tenter de recenser et d’exposer les occasions de rencontre dont la rue s’est fait le théâtre, la liste n’est pas bien longue :

On parle dans les abris de bus. Même de la pluie et du beau temps (Ruth).
Parfois on se dit bonjour. Même avec des gens qu’on ne connaît pas (Sophie).

16On se rencontre, on se repère. Mais cela ne va guère plus loin. Aussi pour ce qui est des « contacts avec la population », et pour l’étude des rapports sociaux dans le cadre local, il ne reste plus que deux solutions, les lieux de rencontre inévitables : les petits commerces et les immeubles.

Notes

1 La présence de restaurants cosmopolites n'est pas seulement à mettre en relation avec les désirs d'une clientèle locale mais aussi avec l'importance des flux d'immigration, l'ouverture d'un restaurant étant pour les migrants une solution d'insertion. Le XIVe a en effet toujours été un quartier d'accueil (voir les migrations bretonnes).

Table des illustrations

Légende 12. Le rendez-vous.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2231/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 705k
Légende 13. Nouvelle boutique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2231/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 739k
Légende 14. Magasin de jouets.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2231/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 732k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search