Version classiqueVersion mobile

Le triangle du XIVe

 | 
Sabine Chalvon-Demersay

Chapitre 3. « Changer la ville, changer les gens »

Texte intégral

1Que le quartier soit, de fait, relativement interchangeable, que des processus de mutation analogues se révèlent dans d’autres quartiers parisiens, ne signifie pas que le quartier n’a pas d’importance. On constate au contraire chez tous les nouveaux habitants une très forte valorisation de la notion de quartier.

2Parmi les nouveaux arrivants de la première vague, ceux qui se sont installés dans les années 75, certains sont arrivés dans le quartier avec le projet de l’animer :

Une fois qu’on s’est installé, on s’est aperçu que, de fait, il existait une vie de quartier réelle. Et que nous peut-être, on pouvait contribuer à la structurer (Serge).

3Ils se sentaient porteurs d’un projet global émancipateur à vocation universelle et à multiples composantes : transformer les rapports sociaux à l’échelon local, organiser des luttes, gérer des biens, créer des coopératives, susciter une animation locale, ressusciter les fêtes disparues, rénover les rapports commerciaux, défendre les droits des locataires, des consommateurs, des opprimés. Promouvoir des liens d’entraide, impulser des réseaux de solidarité. Parler, échanger, communiquer. Et tout cela dans une perspective où se mêlaient les aspirations portées par un élan messianique, le sentiment d’être investi d’une mission pédagogique, le désir d’organiser une résistance contre un pouvoir institutionnel diffus dans toutes les sphères de la vie publique et de la vie privée, et l’adhésion collective à une grande utopie réconciliatrice dont le quartier serait le site.

4Tout se passait comme si le déclin des mouvements gauchistes, la dérive des grandes idéologies s’étaient accompagnés de la rétraction d’un projet politique global qui s’était comme concentré sur un espace restreint,(le quartier), un temps restreint (le quotidien), des objets restreints (le « vécu », le « banal », l’anodin »).

5Marquant le reflux de la grande vague contestataire, l’émergence d’un enjeu local manifestait le rétrécissement des perspectives d’action militante et la mutation des stratégies dans le sens d’un retour au concret :

La vie de quartier... Je crois plus aux petites révolutions qu’aux grandes (Chantal).

6« Small is beautiful ». Repli sur des enjeux limités :

On peut changer des choses au jour le jour. On n’est pas du tout à la veille de la révolution et il est stupide de se regarder le nombril avec des grands coups de révolution immédiate et d’anarchie. C’est complètement déconnecté. Quand tu vois que les gens se font mettre des portes blindées (Caroline).

7Cible concentrée sur le quotidien :

Il me semble que nous sommes si habitués à côtoyer les gens sans les voir. Pourtant, depuis un an, je les regarde plus et ils m’émerveillent dans les petites choses de la vie. Ça peut être une grande aventure d’aller faire son marché (Laurence).

8Le désir d’intervention à partir du champ résidentiel procédait alors d’un double rajustement : il était d’abord lié à une recherche d’efficacité et il fallait le rattacher au contexte politique global : si la scène locale, au moment de la première phase de l’enquête (juste après les élections municipales de 1977 ; juste avant les législatives de 1978) était si fortement valorisée, c’est parce qu’elle était alors le seul lieu d’un contre-pouvoir possible. C’était pour ces nouveaux arrivants idéologiquement proches de la gauche l’unique espace de déploiement de leurs aspirations novatrices. En ce sens, l’intérêt pour le quartier pouvait se lire comme la sanction de trente ans d’éviction hors des sphères du pouvoir politique institutionnel. Il faudrait d’ailleurs suivre l’évolution des attitudes afin d’analyser les modifications induites par l’accès au pouvoir politique des partis de gauche : la transformation de la conjoncture politique s’est-elle accompagnée d’une reconversion d’une logique de résistance en une logique de mobilisation, ou de la rémanence des comportements anti-institutionnels ?

9D’autre part, le choix de privilégier l’action sur le quartier s’inscrivait dans une perspective qui ne s’attaquait pas aux mécanismes institutionnels ou au système de production mais tendait à impulser un changement en agissant sur les conditions de la vie hors-travail :

C’est important le quartier, c’est le lieu de la vie. Changer la vie, c’est changer les rapports entre les gens. Il faut dire aux gens qu’ils ont quelque chose à faire. Ils ont à se prendre en main. A se responsabiliser (Cécile).

10Constatant et déplorant la faiblesse des relations interpersonnelles dans le cadre urbain, les nouveaux venus cherchaient à promouvoir auprès d’autres catégories sociales les modèles relationnels dont ils sont porteurs et qui les caractérisent. Reprenant à leur compte un certain nombre de stéréotypes sur les méfaits de l’anonymat des grandes villes, ils se donnaient pour mission de tenter de corriger les effets pervers de ces solitudes subies.

Les relations entre les gens sont rouillées, rouillées. Même dans ce quartier, les gens sont encore très isolés (Caroline).
En fait, il y a des montagnes de choses à faire. Il y a beaucoup d’engrenages, de schèmes à défaire. Et ça va prendre des siècles... On est très « engrammés », très diminués dans nos possibilités par un tas de restrictions, de compilations, d’étroitesses d’espace, de lieux de vie, de lieux d’échange, et pour arriver à dénouer tout ça, c’est un boulot immense (Madeleine).

11Les comportements observés, analysés comme les signes d’un déficit relationnel étaient aussitôt condamnés :

Dans mon immeuble, il y a des personnes qui passent à dix centimètres de moi sans me dire « bonjour ». C’est toujours moi qui leur dis « bonjour » et ils baissent les yeux. C’est absolument affreux (Caroline).

12La condamnation ainsi prononcée ne porte pas sur les individus. Car ceux-ci sont jugés comme les objets passifs d’une manipulation politique selon une interprétation qui, tout en les disculpant individuellement, leur dénie en même temps toute capacité de prise en charge de leurs valeurs et de leurs modes de vie et se refuse à percevoir leurs attitudes autrement qu’en « creux », en termes de « manque », d’« absence » dans une évaluation négative. Le prix de la rémission accordée étant le constat de leur impuissance. Celui-ci s’accompagne d’une désignation des véritables accusés qui sont « l’État », le « pouvoir », la « société », les « mécanismes » et les « structures » :

Les gens sont tellement coincés (Christine).
Les gens sont tellement fliqués (Robert).
On a un déterminisme dans ses relations qui est dû à la situation économique, au barrage culturel qui fait qu’on ne rencontre pas un certain nombre de gens parce qu’on est complètement codés (Daniel).

13Les mécanismes dénoncés sont principalement la fermeture du foyer, la coupure travail/résidence, présentées comme le résultat d’une stratégie politique délibérée :

Ce sont les cases dans lesquelles le pouvoir met les gens (Cécile).

14Les procédures d’atomisation visant à la destruction des anciennes solidarités sont perçues comme autant d’instruments au service d’un pouvoir qui cherche à assurer son règne sur la division, et à assurer la division par la diffusion de la méfiance :

Tout le monde l’a ce désir de communication. Mais la situation politique actuelle... Ce sont les gens âgés qui ont peur, ils sont assez insécurisés. Ils te ferment la porte au nez, pas parce qu’ils n’ont pas envie de discuter avec toi mais parce qu’ils ont la trouille, parce qu’on leur a flanqué la trouille. Il n’y a pas de personnes qui n’aient pas envie de contacts humains mais il y a un certain discours idéologique, il y a une certaine façon de vivre qui fait que tout est fait pour éviter que les gens ne se rencontrent (Cécile).

15C’est la restitution de la dimension politique de l’analyse qui confère au contre-projet alternatif une dimension politique : en voyant dans l’absence de communication et dans le cloisonnement la résultante d’un état donné de la situation globale, on confère à toute tentative visant à la réunification et à la création de liens un contenu salvateur.

16Cela dit, ce qui est important c’est que ce projet ne passait pas nécessairement par une forme de militantisme politique ou associatif. Il pouvait s’incarner sous des formes variées et supposer des degrés extrêmement divers d’implication : de la consécration d’une vie entièrement tournée vers l’activité militante à une simple attitude d’esprit ; de la mise en œuvre d’interventions multiples et concrètes à un simple discours.

17Ainsi, tout en s’érigeant en conservateurs ultimes de l’esprit des lieux, tout en reprenant à leur compte une tradition locale dont ils se sentaient les dépositaires, tout en appréciant le quartier pour son caractère « authentique » et « préservé », ces nouveaux arrivants cherchaient à se donner les moyens de faire triompher leur projet émancipateur. Ils allaient donc être pris dans un lacis d’aspirations contradictoires puisque d’un côté ils désiraient intervenir pour matérialiser leurs intentions libératrices et de l’autre ils désiraient s’abstenir, s’insérer discrètement dans le quartier afin de le maintenir intact.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search