Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le triangle du XIVe

 | 
Sabine Chalvon-Demersay

Chapitre 2. « Un vrai village »

Texte intégral

  • 1 Elisabeth Claverie, Sabine Chalvon, « Le Triangle du XIVe », Archives de l’OCS, Paris, CNRS, vol.  (...)

1Interrogés sur leur quartier, les nouveaux habitants répondent à l’unisson : « Ce quartier est un village ». Expression en cours également chez les anciens habitants comme l’a montré Elisabeth Claverie1. Cette image n’appartient pas aux nouveaux arrivants. Mais ceux-ci la reprennent à leur compte et s’en sentent comme les dépositaires. Tout en la chargeant d’un contenu un peu différent, avec des connotations fortement positives car les tendances écologistes et les aspirations néo-ruralistes font du bourg rural le cadre rêvé d’une convivialité idéale.

2Cette formule-standard est, à la manière d’un slogan, reprise en chœur et scandée de façon unanime. Que recouvre-t-elle ? C’est un raccourci à caractère poétique qui se décompose en un certain nombre de thèmes qu’on peut tenter de repérer.

3L’image du « quartier-village » s’articule autour de la notion de microcosme et se construit dans une opposition par rapport aux caractéristiques de la vaste cité. Comme s’il s’agissait là d’un espace particulier, à la fois préservé et protecteur. Le thème du village recouvre d’abord une impression d’échelle. Ici, tout est petit, miniaturisé : petits immeubles à trois ou quatre étages, petites cours, petites ruelles, petits squares, petits commerces. Tout un dispositif qui s’adresse à un nombre réduit d’habitants. La foule de la ville, ici, s’émiette et s’individualise.

4En outre, l’espace est nettement circonscrit. La disposition topographique fournit l’impression d’une clôture. L’avenue du Maine, l’avenue du Général-Leclerc et la rue Froideveaux constituent des frontières naturelles, des remparts. Les grands axes de circulation entourent le triangle mais ne le traversent pas. Elles forment une chaîne où s’égrènent les automobiles, encerclant l’espace d’une chape de bruit, de vitesse, de danger. Mais cela alimente le contraste, car au sein du quartier le rapport s’inverse ; les piétons l’emportent ; l’automobile est domestiquée. Les rues forment un tissu continu, les trottoirs et la chaussée se prolongent sans rupture, propices à la flânerie et à la déambulation lente.

5D’autre part, l’espace est polarisé autour de certains points : il s’organise autour de son clocher, sa mairie, son marché, son école, son cimetière. Bien que l’église de Montrouge, la mairie du XIVe, ou le cimetière du Montparnasse aient une vocation qui dépasse largement les limites étroites du triangle, bien que leur dimension, leur aspect physique relèvent d’une conception architecturale massive typique de l’urbanisme de la fin du siècle dernier et qu’il faille une certaine bonne volonté pour les rattacher à un imaginaire villageois, leur simple présence sur le site va leur conférer une vertu symbolique.

6Le simple fait qu’ils soient en un même espace, rassemblés, va leur permettre de devenir des points d’ancrage d’une inversion de l’urbanité : « une école, une église, une mairie, un vrai village ». La présence des bâtiments administratifs et religieux apporte un certificat de reconnaissance, authentifiant le découpage de l’espace et garantissant l’existence institutionnelle du quartier comme entité. On pourrait naître, vivre et mourir dans cet endroit.

7On peut aussi s’y nourrir et s’y vêtir quotidiennement :

Tout est là ; j’ai tout ce que je veux, on a tout sous la main, aussi bien les vêtements que l’alimentation (Claire).

8. L’église Saint-Pierre de Montrouge.

9. Le cimetière de Montparnasse.

8La diversité des activités commerciales entretient un sentiment de complétude ; le cadre se prête à la libération d’aspirations autarciques : « On a tout sur place ». Indépendance et auto-suffisance. Dans cet espace de repli, on pourrait oublier la ville.

9Dans l’image du village, il y a aussi, bien entendu, la référence à la nature. Cependant, malgré tous les débordements imaginaires des fantaisies écologistes dans le triangle où dominent la pierre de taille et le béton, les éléments chargés d’évoquer la campagne ne sont guère nombreux : quelques pelouses, les arbrisseaux du square, des pots de géraniums, des chats, des chiens et des pigeons... En fait, pour pallier la déficience du substrat botanique, on opère un report des attributs naturels sur les individus. Ici, ce sont « les gens qui sont très nature ». Ils participent à « une vie plus naturelle » (Alain), naturel c’est-à-dire « intact », « pas sophistiqué », « vivant », « vrais », « réels ».

Ici, les gens sont peut-être moins aimables, mais ils sont plus vrais, plus francs. C’est moins superficiel que dans le quartier Latin, où c’est la frime mais rien de profond (Bénédicte).
Il y a un côté naturel, pas artificiel, pas surfait (Ruth).

10Les caractéristiques de la population du quartier, la diversité des classes d’âge, l’hétérogénéité des groupes sociaux nourrissent également cette présentation :

Il y a un peu de tout ici, des jeunes, des vieux, des enfants, des riches, des pauvres. C’est pas du tout un ghetto, ça fait assez village (Janette).
J’aime bien cette structure composite. Quand les vieilles dames mourront, ce sera différent (Hélène).

11Dans la structure de la population active, on peut trouver de quoi alimenter l’évocation nostalgique du village d’an tan. Évidemment, les paysans manquent cruellement. Mais à défaut, il y a les artisans :

Ici, c’est un peu préservé quand même. C’est resté village parce qu’il reste des artistes et des artisans (Anne).
Il y a plein d’artisans rares. Rue Gassendi par exemple, tu as un bourrelier, il y a aussi un miroitier (Serge).
Il y a notamment le serrurier qui est l’âme, la clé... de la rue ! ! Tout le monde vient lui raconter des choses. Il est très indiscret. Lui et ses copains sont toujours au bistrot du coin. Il y a toujours des gens qui sont là, en train de bavarder avec lui. Il est dedans ou devant. Toujours très affairé mais jamais à son travail. Il établit tous les contacts avec les gens du quartier. Entre nous, on l’appelle l’« académicien » (Ruth. Il faut dire que la serrurerie s’appelle l’Académie de la Clé).

12Mais surtout, l’élément essentiel, c’est l’inter-connaissance. Le quartier serait le lieu de rencontres possibles avec des personnages familiers. On se connaît ou du moins, on se reconnaît :

En peu de temps, on arrive à connaître les visages des gens, ça crée une complicité (Ruth).

13Et éventuellement on converse :

Même si c’est pas de grandes conversations, j’ai l’impression que les gens me connaissent. Je m’y sens à l’aise (Hélène).

14On fait l’expérience pour soi de ces retrouvailles quotidiennes, mais surtout on les constate pour les autres :

Dans la rue, les gens se retrouvent (Miranda).
Les gens qui sont là depuis longtemps, ils se connaissent. Ils se souviennent : « Ah oui, votre petit qui a cinquante ans maintenant et que j’ai vu naître (Jean-Marie).

15Certains pôles de sociabilité sont privilégiés et présentés comme illustrations particulièrement efficaces de ce thème :

Il y a le café. C’est vraiment le lieu de rencontre des anciens. En été, ils mettent les tables dehors. Ils blaguent sur les copains qui passent. Si quelqu’un passe en voiture, il klaxonne. Ça fait vraiment atmosphère de village (Ruth).
Il y a des petits cafés typiques où tu as les péquenots qui viennent en béret prendre leur verre du matin, jouer à la belote, jouer aux dés. Vas-y à six heures du soir. C’est une vraie tabagie. Ils sont tous là entre pépés. Tu as l’impression d’être dans un bar de village à la campagne (Anne).

16Autre point focal, la place de la mairie avec le coin des boulistes :

Il y a tous ces hommes qui jouent aux boules sur la place. On se croirait dans un village de Provence, entre deux pastis (Franck).

10. Un café de quartier.

11. Une partie de pétanque sur la place de la mairie.

17Mais en même temps, il y a une apparente contradiction entre le discours nostalgique sur l’enracinement au sein du « quartier-village » et la réalité des conduites quotidiennes des personnes interrogées qui les amène à rayonner dans l’ensemble de la capitale, la banlieue, la province, l’étranger.

18Leur existence professionnelle les conduit en effet, dans une écrasante majorité, à dépasser les limites étroites du triangle : si l’on excepte 5 cas (une jeune fille exerçant provisoirement un emploi de vendeuse, une artiste-graveur travaillant dans son atelier, deux jeunes femmes ayant ouvert une « nouvelle » boutique, et un chômeur militant dans une association), toutes les personnes enquêtées travaillaient à l’extérieur du quartier. Un nombre minimum exerçait une activité dans l’arrondissement (7 enquêtes), le reste se répartissant entre l’ensemble de Paris, la banlieue et même la province (cas de plusieurs enseignants). Quant à ceux qui poursuivent encore un cursus universitaire, ils sont liés aux facultés dont ils dépendent, ce à quoi il faut ajouter la fréquentation des grandes bibliothèques. Cela dit, les caractéristiques de leur inscription professionnelle leur permettent dans l’ensemble, du fait de la relative souplesse de leurs horaires, de la fréquence d’emplois à temps partiels, de la possibilité de travailler parfois à domicile, d’avoir une importante disponibilité sur leur lieu de résidence.

19Plus de la moitié des enquêtés sont originaires de province ou de banlieue. Seules deux personnes interrogées ont leurs attaches familiales dans le triangle. Trois autres dans l’arrondissement. Or les relations avec la parentèle sont fréquentes et régulières, les liens de solidarité économique intenses, non altérés par les sentiments de décalage culturel ou idéologique ; leur sociabilité familiale s’exerce donc pour l’essentiel en dehors du triangle.

20Les relations amicales sont également dispersées dans l’ensemble de la capitale, ce qui n’empêche pas une grande assiduité dans la fréquentation. Le privilège explicitement et délibérément accordé à la proximité spatiale n’étant jamais exclusif du reste : aucun enquêté ne voit son réseau de sociabilité limité au quartier et à l’arrondissement. Les sorties se succèdent, chez les uns, chez les autres, conduisant à sillonner Paris en tous sens. Sans parler des amis en banlieue ou à la campagne qu’on va voir pour les week-ends. Sans parler des étrangers qu’on héberge, quitte à leur rendre la pareille dans les capitales du monde entier.

21Les moments de loisirs sont rarement tous passés dans le triangle : les nouveaux habitants s’échappent vers des lieux « plus culturels » : le quartier Latin ou Montparnasse. Cinémas, théâtres, expositions, concerts, selon l’endroit et l’intérêt du spectacle présenté. La campagne ou la mer les attirent dès le premier week-end de printemps. Les vacances, souvent décalées (vu le prestige du mois d’août à Paris), les entraînent en province ou à l’étranger, pour des durées plus ou moins longues, selon le temps disponible, avec des modalités plus ou moins coûteuses en fonction des revenus, l’augmentation progressive du niveau des ressources entraînant une diminution de l’inconfort du voyage et une augmentation du nombre des courts séjours plutôt qu’un élargissement des distances parcourues.

22D’autre part, la mobilité résidentielle est extrêmement forte dans ce groupe. Elle conduit les enquêtés à quitter l’arrondissement en fonction des opportunités, parfois avec une certaine nostalgie, pour trouver ailleurs un logement « plus vaste et pas trop cher ».

  • 2 41 d'entre elles ont été interrogées.

23Sur l’ensemble des personnes interrogées lors de la première phase de l’enquête, 62 personnes ont été retrouvées2.

24— 27 personnes étaient restées sur place et ont pu être atteintes par un contact direct au domicile antérieur (visite ou téléphone) ;

25— par l’intermédiaire des services de courrier, des coordonnées laissées aux nouveaux occupants des logements, des réseaux de sociabilité (qui avaient été utilisés lors de la première phase d’enquête), des adresses des lieux d’exercice professionnel ou des associations au sein desquelles les enquêtés exerçaient une action militante, 35 personnes ont pu être jointes :

  • 3 étaient restées dans le même arrondissement ;
  • 3 sont parties en province (Toulon, Angers) ;
  • 1 à l’étranger (Nouvelle-Zélande) ;
  • 6 sont parties en banlieue ;
  • 22 sont restées à Paris en changeant de quartier et d’arrondissement.

26En tout état de cause, on peut déjà en déduire que la rotation dans les logements est extrêmement rapide, ce qui est lié essentiellement à un effet d’âge : les personnes interrogées avaient entre 25 et 35 ans. Elles étaient dans une période de transition, à la fois sur le plan professionnel et sur le plan familial. Un changement de situation économique lié à une modification des conditions d’insertion professionnelle, une transformation des projets conjugaux (formation du couple, mariages, divorces, ruptures), le désir d’avoir un enfant ou la volonté d’augmenter un noyau familial, tous ces éléments interviennent pour favoriser la mobilité.

27Cela dit, il n’est pas indifférent, par rapport aux discours tenus sur le quartier, que cette mobilité se réalise, pour l’essentiel, à l’extérieur du quartier.

28De même qu’il est tout à fait intéressant de recueillir les nouveaux discours sur les nouveaux quartiers. Ceux-ci s’érigent autour d’une mise en valeur de la dimension pittoresque et de la couleur locale. Les propos s’adaptent à la spécificité de chaque quartier : à la Bastille, les enquêtés parleront des traditions artisanales, à la République ils se réclameront d’un passé révolutionnaire, de la symbolique des « grandes manifs », le canal Saint-Martin s’accompagne de référence à l’Hôtel du Nord ainsi qu’à Eugène Sue (du temps où l’eau charriait les cadavres trucidés par le Chourineur), dans le Sentier, c’est la confection, le monde des petits tailleurs, à Belleville « c’est vraiment la France profonde », la rue des Rosiers, c’est la tradition israélite, etc.

29Les nouveaux résidents utilisent pour expliquer et enjoliver leurs insertions les mêmes procédures que celles mises en œuvre dans le quartier Daguerre : ils puisent dans un patrimoine historique plus ou moins mythique, et se constituent une collection d’anecdotes quotidiennes afin de se donner les moyens d’une nouvelle intégration. Ils manifestent ainsi leur capacité à manipuler les images préexistantes, leur aptitude à s’insérer dans un tissu ancien quel qu’il soit, et à légitimer leur insertion par l’appropriation d’une imagerie locale, quelle qu’elle soit.

30Et du village, que reste-t-il ? Un « morceau de ville » de 14.000 habitants, bien relié à la cité, qu’on occupe de façon discontinue et de manière provisoire. En somme, en parlant de leur quartier comme d’un village, les nouveaux habitants reprennent à leur compte une tradition qui leur est doublement étrangère puisqu’elle était ancrée dans les lieux où ils n’étaient pas et qu’elle était le fait d’une classe sociale à laquelle ils n’appartiennent pas. Cette référence ne serait-elle pas une référence d’emprunt (le village c’est pour les autres, les anciens, ceux pour qui franchir la place Denfert-Rochereau signifie « monter à Paris », ceux dont on imagine qu’ils ont toujours vécu ici et qu’ils y mourront sans doute). Cette référence d’emprunt serait mobilisée pour la constitution d’un enracinement de transit.

31Lorsqu’on confronte les différents éléments associés pour façonner cette image du village avec les comportements quotidiens effectifs des nouveaux venus, il apparaît clairement que cette référence bucolique relève davantage d’une construction imaginaire que d’une réalité. Parler du quartier comme d’un village, c’est sélectionner certains traits, jouer sur leur agencement, leur accumulation, comme s’il s’agissait, en filant cette métaphore, de lui donner une certaine crédibilité. Selon un parti pris collectif, les nouveaux habitants mettent davantage l’accent sur les ressemblances, les analogies que sur les différences et occultent d’autres dimensions tout aussi patentes de ce quartier parisien. Pourquoi cette attitude ?

32La référence au village, c’est la construction d’un rempart symbolique contre l’irruption d’un changement perçu comme une menace. Le village, c’est le lieu d’un temps différent : autrefois. On mélange la véritable histoire du quartier (le temps où la commune de Montrouge n’était qu’un petit village, où s’épanouissaient les pépinières de Cels, où on allait chercher son lait à la ferme d’Alésia, où on lavait son linge au lavoir aujourd’hui transformé en marché couvert) avec des éléments d’un passé réinventé. Le quartier-village est le symbole d’un univers protégé qui, parce qu’il aurait échappé aux bouleversements qui ont affecté le monde, apporterait une garantie. On puise dans la référence à cette permanence, dans l’évocation de cette continuité, un espoir de conjurer magiquement les évolutions néfastes de l’avenir.

33Mais en même temps, parler du quartier comme d’un village, c’est une façon extrêmement efficace d’opérer une fusion symbolique de deux réalités pensées comme différentes et opposables. C’est le moyen verbal de s’approprier simultanément deux champs exclusifs l’un de l’autre et de légitimer ainsi doublement son insertion : ici, on a à la fois la ville et la campagne. Les charmes de l’un et les charmes de l’autre. On est dans la ville. On est dans un village. On peut ainsi effectuer une synthèse particulièrement gratifiante puisqu’on se trouve en situation de cumuler les avantages. Cette construction métaphorique intervient comme une façon de travailler la réalité pour se façonner une supériorité symbolique.

34Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le mythe du village a connu un épanouissement particulier dans les années 75, à un moment historiquement marqué par l’essor du mouvement écologique et les nostalgies du retour à la terre. Pour les nouveaux habitants, il y avait là un moyen de se rattacher à une idéologie collective tout en s’économisant les peines d’un trajet, dont la minorité partie essaimer dans le fin fond de la Corrèze a éprouvé l’austérité.

35Il est d’ailleurs intéressant de constater que, progressivement, cette référence s’est estompée : la prise en charge du thème du village par les instances politiques municipales, sa récupération commerciale et publicitaire (publicités de la Caisse d’épargne et du Crédit agricole), la retombée des mouvements écologistes ayant marqué le déclin du contexte d’opportunité idéologique de cette image. Peu à peu, dans la poursuite de l’enquête, le thème du village a disparu des entretiens.

Notes

1 Elisabeth Claverie, Sabine Chalvon, « Le Triangle du XIVe », Archives de l’OCS, Paris, CNRS, vol. 2, décembre 1979.

2 41 d'entre elles ont été interrogées.

Table des illustrations

Légende 8. L’église Saint-Pierre de Montrouge.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2229/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 629k
Légende 9. Le cimetière de Montparnasse.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2229/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Légende 10. Un café de quartier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2229/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 706k
Légende 11. Une partie de pétanque sur la place de la mairie.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2229/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 760k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site