Version classiqueVersion mobile

L’architecture de la Gaule romaine — Les fortifications militaires

 | 
Michel Reddé
, 
Raymond Brulet
, 
Rudolf Fellmann
, 
et al.

Partie 1. Le cadre historique et l’évolution architecturale

Chapitre 3. L’architecture militaire romaine en Gaule pendant l’Antiquité tardive

Raymond Brulet

Texte intégral

3.1 De nouveaux concepts

3.1.1 Terminologie

1On définit fréquemment les ouvrages militaires en s’appuyant sur les termes techniques latins ou grecs, mais la signification de ceux-ci est souvent imprécise ou équivoque. En outre, dans les textes du Bas-Empire, les mentions de casernements militaires ne sont qu’assez rarement accompagnées d’une terminologie claire. Le nom des unités ne vient guère à notre secours, dans la mesure où l’on ne sait plus, à cette époque, ce qui caractérise effectivement les différents corps de troupe.

2Certains chercheurs nomment au contraire les ouvrages militaires par référence à une typologie fonctionnelle qu’ils créent eux-mêmes. D’autres critères peuvent aussi intervenir, comme la surface occupée et la localisation au sein d’un système défensif. Dans tous les cas, deux paramètres viennent brouiller la question : le fait que le camp n’abrite plus nécessairement toute la troupe qu’on lui attribue, parce que ses unités peuvent être réparties dans nombre d’installations secondaires ; le fait aussi que, tout au long du Bas-Empire, un même camp a pu varier du tout au tout dans son mode d’occupation, ce qui est fréquemment le cas à partir du début du ve s.

3.1.1.1 La terminologie antique

3Une grande variété de termes apparaît dans les sources écrites anciennes : on trouve ainsi castrum/castra, castellum, centenarium, praesidium, burgus, turris. L’examen des sources est plus significatif lorsque l’on compare celles qui ont trait à l’Orient et celles qui ont trait à l’Occident, même si des connotations sectorielles différentes sont évidentes. La distinction entre ces termes est illustrée par des auteurs anciens, comme Ammien Marcellin pour la période Valentinienne : l’auteur indique ainsi la politique suivie en vue de la construction de castra et de castella le long du Rhin et du Danube (XXX, 7, 6) ou mentionne explicitement castra, castella et turres (XXVIII, 2, 1). Zosime distingue, pour l’époque de Dioclétien, les phrouria et les pyrgoi (II, 34).

4Sous le Haut-Empire, on utilise le pluriel (castra) pour dénommer un camp, alors que le singulier (castrum) est de rigueur pour désigner une ville de l’Antiquité tardive. Mais cette distinction commode ne peut être envisagée sans nuances. Dans les inscriptions, castrum ne signifie pas nécessairement “camp légionnaire” mais peut indiquer le cantonnement d’un numerus (Jouffroy 1997). On voit couramment, au début du Bas-Empire, la ville accompagnée d’un camp militaire bâti à ses côtés, à l’image du camp de Palmyre signalé par une inscription (CIL III, 133). Le castrum peut aussi abriter de manière concomitante une population civile et un contingent militaire. Que penser, par conséquent, de l’enceinte irrégulière de Worms qui abrite une légion, la II Flavia, d’après la Notifia Dignitatum ? En Séquanie, la Notitia Provinciarum et Civitatum Galliae mentionne à quatre occasions l’existence d’un caput civitatis et de castra (Windisch, Yverdon, Horbourg et Kaiseraugst), comme si elle opposait les termes. L’ambiguïté est plus grande encore lorsqu’il est permis de constater ou de supposer qu’un castrum, édifié à des fins exclusivement militaires, élargit rapidement ses fonctionnalités ou montre l’invasion de l’espace intra muros par des structures civiles et économiques. Ainsi en va-t-il, peut-être, du castrum Rauracense à Kaiseraugst ou de celui de Boppard (avec un corps de milites Balistarii, d’après la Notitia Dignitatum).

5Enfin, le terme de castra n’a pas toujours de sens militaire, même si on ne lui trouve pas une dénomination fonctionnelle plus claire. C’est le cas en Orient pour Qasr Bshir (castra) qui est plus précisément un praetorium fortifié d’après une inscription du début du Bas-Empire (CIL III, 14149).

6Le terme de castellum est clairement employé dès le Haut-Empire comme diminutif pour désigner un petit camp (Tacite, Agricola XIV, 3 ; XVI, 1 ; XX, 3 ; XXV, 3). Au Bas-Empire, il est toujours lié à une fonction militaire (Végèce III, 8, 20 ; Ammien XVIII, 7, 6), mais il est tellement répandu dans les textes anciens qu’il est dangereux de le considérer d’office sous cet angle, sans compter qu’on peut le trouver aussi appliqué à des agglomérations dotées d’un statut particulier (Jouffroy 1997).

7Le terme de centenarium est attesté par des inscriptions. Il s’agit de camps de petites dimensions et tardifs. La plus ancienne mention remonte à l’année 246 et signale la restauration de l’établissement correspondant (Le Bohec 1989). Les termes de burgus et de turris sont très fréquemment utilisés l’un pour l’autre par les auteurs anciens. Cette situation provient du rapport qu’entretiennent en latin le mot burgus et en grec le mot pyrgos. Végèce donne la clé de la première appellation : castellum parvulum, quem burgum vacant (Végèce IV, 10). En fait, depuis le iie s., le burgus désigne la structure militaire la plus petite, initialement en relation avec la défense des routes.

8Si le burgus peut désigner une structure un peu plus complexe qu’une tour, les tours peuvent aussi être qualifiées de burgus. On voit même, le long de la route Bavay-Cologne, de petits forts qui, primitivement, n’ont pas les tours qui leur sont ajoutées par la suite. Il est intéressant de voir qu’un adjectif peut être adjoint au terme pour préciser quelque peu sa fonction, comme le burgus speculatorius (Afrique) ou le burgus cui nomen Commercium (Pannonie). Le burgus peut protéger les routes (CIL VIII, 2495 : burgum speculatorium inter duas vias), mais aussi servir de gîte d’étape.

9On ne peut guère accorder de l’importance au terme quadriburgium, qui relève d’une typologie archéologique moderne, même s’il existe en grec de manière peu usuelle (Procope, De Aed. IV, 1, 8) ou en latin, où il apparaît comme un toponyme (Reddé 1995a). La dénomination est imagée et désigne un fort à quatre tours d’angle carrées et saillantes, que l’on a pris l’habitude d’attribuer à la période de la Tétrarchie, mais des exemples postérieurs et antérieurs à cette époque existent si l’on élargit le dossier à l’ensemble de l’Empire (Lander 1980 ; 1984 ; Reddé 1995a).

3.1.1.2 La terminologie moderne

10Les auteurs qui se sont penchés sur la question de la dénomination et du classement des fortifications du Bas-Empire ont procédé de manières diverses, en s’appuyant sur l’un ou l’autre point de vue. Un éclairage combiné de l’état de la recherche portant aussi bien sur l’Occident que sur l’Orient est ici nécessaire.

11Quelques-uns privilégient une approche régionale et chronologique (Poidebard 1934 ; Johnson 1983a). D’autres dégagent des typologies (Lander 1984) ou préfèrent classer les fortifications par fonction, la terminologie sériant alors les forts d’après leur rôle supposé (Petrikovits 1971 ; Brulet 1990a ; Elton 1996 ; Southern et al. 1996). B. Isaac traite aussi du problème des fonctions (Isaac 1990). On peut également tenir compte de la taille du fort qui intervient en complément de la fonction supposée pour mieux cerner la nature du site (Elton 1996 ; Kennedy & Riley 1990).

12La classification d’A. Poidebard, pour la Syrie, distingue les forts en types et sous-types rattachés à trois périodes chronologiques : avant, pendant, après le règne de Dioclétien. Elle s’appuie sur le répertoire architectonique. S. Johnson distingue les fortifications urbaines, les forts, les burgi, les stations fluviales, les forts routiers, les stations de signalisation et les sites de hauteur. H. von Petrikovits distingue les villes, les fortifications militaires, les fortifications civiles, les forts frontaliers, les postes et forts routiers, les refuges, les stations fluviales et les stations de signalisation côtières. P. Southern et K.R. Dixon proposent de retenir le classement suivant : camp de marche, fort et forteresse, quadriburgium, fort du litus Saxonicum, poste routier, fortification de rivière et tour de guet.

13H. Elton, en revanche, fait la différence entre fortifications militaires, fortifications urbaines et refuges ; il discrimine les fortifications militaires en quatre catégories : les forts de garnison, les forts de détachements, les tours de guet et les ports fluviaux fortifiés. Une classification pour la frontière orientale a été proposée par D. Kennedy et J. Riley, avec l’idée de comparer surfaces et fonctions : il est question de camps temporaires et d’ouvrages de siège, de villes fortifiées, de forteresses légionnaires, de forts, grands ou petits, de tours isolées.

3.1.2 Typologie

3.1.2.1 Superficie

14La question controversée des effectifs dans les unités militaires au ive s., en baisse par rapport à celle du Haut-Empire, n’est pas sans influence sur la superficie des camps édifiés à l’époque romaine tardive.

15Deux éléments de réflexion interviennent ici. Pour bien évaluer l’importance d’un contingent, il faudrait savoir, comme le fait remarquer M. Reddé (1995a), si les casernements placés contre les courtines peuvent accueillir un étage, ce qui peut changer du simple au double le nombre de militaires hébergés. À l’inverse, les mêmes troupes n’ont pas été systématiquement logées dans les mêmes camps : les forts secondaires de détachement, les postes routiers et les tours de guet ont dû participer à l’accueil de petits contingents relevant de l’autorité centrale des fortifications militaires de base. Il ne serait donc pas invraisemblable d’imaginer que le casernement prévu pour une légion n’y abrite en fait qu’une partie de la troupe. Il s’avère enfin indispensable de bien appréhender la différence qu’il peut y avoir entre période de construction et période de réaménagement d’un fort. Durant le ive s., le rôle affecté à un site construit au début du siècle a pu être profondément modifié par la suite.

16Les forts de grande superficie sont beaucoup moins nombreux que sous le Haut-Empire, et leur étendue ne rivalise d’ailleurs plus avec celle des camps de cette période. En outre, on voit fleurir en grand nombre des forts de petite taille, sans qu’il s’agisse là d’une réelle innovation. En termes de surface, trois modules principaux interviennent en Gaule et sur les frontières, pour les forts, les forteresses et les installations plus petites, qui développent un plan quadrangulaire. Les superficies que l’on va décrire comprennent l’enceinte, mais excluent les fossés extérieurs.

17Le premier module évolue autour de 2 ha. Les forts offrent un plan plus ou moins carré. On s’appuiera, pour les définir, sur la probabilité qu’ils correspondent à l’hébergement d’une unité complète de mille hommes, soit la légion du Bas-Empire. Sur le Rhin, le fort de Deutz est d’ailleurs appelé castrum Divitensium dans une inscription. Avec ses 1,81 ha, il peut correspondre à cette référence numérique de mille hommes, même si l’on estime, en supposant une utilisation raisonnée des baraquements, qu’il ne pouvait loger qu’un nombre beaucoup plus réduit de soldats et de cavaliers (Caroll-Spillecke 1997). De même, dans le cadre du litus Saxonicum, le fort de la légion II Augusta, de Richborough, aves ses 2,4 ha, peut également servir de référence en termes de superficie. On écartera en revanche les fortifications de Xanten (Tricesimae), Boppard et Kaiseraugst, qui, beaucoup plus grands, posent des problèmes spécifiques d’interprétation.

18De fait, bon nombre de fortifications à l’intérieur du territoire, comme Pachten (1,9 ha), Famars (1,8 ha) et Yverdon (1,8 ha) s’inscrivent dans des surfaces semblables, comme d’ailleurs celles du litus Saxonicum, avec Oudenburg (2,4 ha) sur le continent, et les autres forts en Grande-Bretagne, également d’un gabarit légèrement supérieur à celui de Deutz. En Germanie II, les forts bâtis le long des routes s’inscrivent enfin dans une superficie un peu plus grande, mais semblable : Alzey (2,6 ha), Horbourg (2,7 ha) et Bad Kreuznach (2,8 ha).

19Le second module évolue entre une surface réduite de 25 à 40 ares, avec des chiffres qui sont généralement plus proches de 25 ares. On prendra comme référence, sur le Rhin, la forteresse de Donnagen, dont on connaît bien le plan réduit au Bas-Empire (25 ares), Zurzach, Sidelen (25 ares) en Séquanie, et, à l’intérieur du territoire, sur le réseau routier, Liberchies II (25 ares), ou, plus loin en Gaule intérieure, Larçay. La forteresse rhénane de Haus Bürgel est en revanche un peu plus grande (40 ares). Il faut aussi rattacher à ce module la série des forteresses en bois et en terre de la fin du IIIe s., connues le long de la route de Bavay à Cologne : Liberchies I, Taviers et Braives (24 à 37 ares).

20Le troisième module comprend toutes les initiatives diverses qui sont souvent dénommées postes routiers, burgi, tours de garde, et dont la surface évolue autour d’une dizaine d’ares. Les tours défensives comme celles que l’on retrouve le long du Rhin, et surtout sur la frontière du Donau-Iller-Rhein – Limes ont une superficie forcément réduite (2 ares hors fossés). En revanche, on doit mentionner les postes routiers en bois, comme ceux de Brühl/Villenhaus, Hüchelhoven ou Morlanwelz (6 à 8 ares), par opposition aux tours de garde complexes avec enceinte, comme Asperden sur le Rhin, et celles de la côte du Yorkshire (plus de 10 ares).

21Les structures à plan non régulier –trapèze, circulaires, semi-circulaires– offrent une telle diversité qu’elles ne peuvent valablement faire l’objet d’un classement par superficie, d’autant que leur fonction militaire est rarement établie.

3.1.2.2 Morphologie

22Une place à part doit être faite aux fortifications en terre et en bois, qui illustrent deux types d’initiatives particulières : les petits forts routiers préconstantiniens et les fortifications rurales.

23Un changement largement suivi est l’adoption plus générale du plan carré ou assimilé, à l’inverse du plan rectangulaire utilisé pour les camps du Haut-Empire. Néanmoins, à côté de celui-ci, fort répandu, le Bas-Empire offre une infinité de plans à géométrie diversifiée. Le plan rhomboïdal n’est qu’une variante du plan carré mais les formes trapézoïdales, circulaires et semi-circulaires sont innombrables. Les plans circulaires renvoient plus souvent à des entités urbaines ceintes de murailles, mais, là aussi, on note des exceptions.

24On reconnaît une tendance générale dans la physionomie générale des enceintes. Les camps du Haut-Empire relevaient plus d’une réponse militaire “agressive”, alors que ceux du Bas-Empire, avec leurs systèmes de protection puissants, se cantonnent mieux dans un rôle de type défensif. Les enceintes en pierre changent de nature, en même temps qu’elles s’épaississent considérablement ; un nouveau programme caractérise les moyens de défense : tours saillantes, carrées, rondes, polygonales, en forme de fer à cheval, avec une diversification d’association des modèles.

25La structure des camps est modifiée. Mais la taille de l’édifice détermine l’architecture interne, si bien que seules les grandes forteresses souffrent de changements profonds ; le problème de la localisation des principia intervient ici de manière essentielle. On a proposé de retenir six cas de figure :

  • un schéma classique, celui du Principal, qui peut encore s’appliquer à des forts nouvellement créés, comme celui de Lejjun (Arabie) ;

  • le schéma à casernements périphériques, comme ceux d’Altrip et Alzey ;

  • le schéma à deux rues axiales, sans principia placés à leur intersection, comme beaucoup de forts du litus Saxonicum ;

  • plus trois autres schémas attestés dans des régions éloignées de la Gaule (Fellmann 1976 ; 1979).

26M. Reddé a bien résumé les apports et les faiblesses de cette modélisation (Reddé 1995a).

3.1.3 Classement

27Un regard combiné sur la superficie, la morphologie et la fonction supposée des fortifications autorise à proposer un classement typologique pour un certain nombre d’entre elles.

28Si l’on tient compte de la révision de la datation du camp d’Ermelo, aucun camp de marche du Bas-Empire n’a pu être identifié en Gaule. Pour les fortifications les plus importantes, on distinguera les forts et les forteresses. Pour les fortifications de dimensions réduites, on retiendra la distinction entre burgi avec tour, tours individuelles, fortifications de rivière, et dépôts fortifiés.

3.1.3.1 Les forts

29Trois forts échappent à la norme habituelle situant les grands camps dans une superficie d’environ 2 ha. Il s’agit des fortifications, ou castra, de Tricesimae à Xanten (16 ha), Boppard (4,7 ha) et du castrum Rauracense, à Kaiseraugst (3,5 ha) [fig. 145]. Les structures qu’ils renferment ne correspondent pas à des casernes. S’agit-il de villes ou de sites militaires ? On peut à tout le moins imaginer une occupation mixte (Lenz 1999 ; Bridger & Gilles 1998). Le cas de Kaiseraugst illustre à lui seul la problématique évoquée plus haut, en même temps que l’évolution possible d’un camp. Outre l’existence d’une enceinte civile réduite à Augst, indépendante du castrum Rauracense, cette dernière fortification élevée vers 300 a été précédée, à la fin du iiie s., par un camp plus petit, de 100 m de côté, matérialisé par un fossé retrouvé récemment (Schwarz 1998).

FIG. 145
Castra urbains : 1 Tricesimae à Xanten (Bechert & Willems 1995, fig. 52) ; 2 Boppard (Johnson 1983a, fig. 57) ; 3 castrum Rauracense à Kaiseraugst (d’après Schwarz 1998, fig. 1).

30La norme peut être établie à partir des camps où la présence d’une unité complète –légion ou corps plus petit– est attestée par les textes comme à Deutz et Richborough par exemple ; la surface tourne alors autour de 2 ha : c’est le cas de Deutz, Pachten (?), Yverdon, Alzey, Bad Kreuznach, Horbourg, Oudenburg et de la plupart des sites du litus Saxonicum en Angleterre, comme Portchester (fig. 146, 7).

FIG. 146
Plans de quelques forts aux normes de la "légion" du Bas-Empire : 1 Deutz (Bogaers & Rügers 1974, 164, fig. 64) ; 2 Pachten (?) [Johnson 1983a, 156, fig. 60] ; 3 Yverdon (Fellmann 1992, 322, fig. 4) ; 4 Alzey (Oldenstein 1993, 131, fig. 3) ; 5 Bad Kreuznach (Johnson 1983a, 149, fig. 57) ; 6 Horbourg (Johnson 1983a, 160, fig. 63) ; 7 Portchester (Maxfield 1989, 161, fig. 58) ; 8 Richborough (Maxfield 1989, 144, fig. 48) ; 9 Oudenburg (Brulet 1990a, 121, fig. 29).

31Deux sites tardifs, ceux de Krefeld/Gellep et d’Oedenburg (fig. 147), avec une surface un peu moins importante, offrent des caractères généraux similaires. Les bâtiments se développent en galerie autour de l’enceinte à tours saillantes, soit arrondies soit quadrangulaires. La cour intérieure est très grande. L’interprétation architecturale penche en faveur d’une fonction politique doublant le rôle militaire. Relevons à ce propos le cas d’Oedenburg, sans doute un palais fortifié (Nuber & Reddé 2002).

FIG. 147
Plans de forts tardifs : 1 Krefeld/Gellep (Reichmann 1998, 31, fig. 7) ; 2 Oedenburg (dessin Université de Freiburg im Breisgau).

3.1.3.2 Les forteresses

32Parmi les forteresses de dimensions réduites (autour de 25 ares), on mentionnera les pseudo-quadriburgia, un modèle rare en Gaule mais que l’on retrouve à la limite de la Séquanie, à Irgenhausen, et en Rétie, à Schaan et Innsbruck/Wilten (fig. 148). Les forteresses de ce format, au plan carré d’environ 50 m de côté, ou au plan rhomboïdal, se retrouvent sur l’ensemble du territoire concerné (fig. 149). Sur le Rhin, Haus Bürgel et Zurzach se distinguent par un plan carré ou rhomboïdal. À l’intérieur du territoire, on prendra en exemple Liberchies II et Larçay. Des réinstallations au sein de forts plus grands, dans des proportions identiques de surface, ont été observées sur les frontières, comme à Dormagen et à Eining.

FIG. 148
Plans de forteresses, du type
"quadriburgium" : 1 Irgenhausen (Fellmann 1992, 323, fig. 9) ; 2 Schaan (Mackensen 1999, 234, fig. 7, 24) ; 3 Innsbruck/Wilten (Mackensen 1999, 237, fig. 7, 26).

FIG. 149
Plans de forteresses :
1 Haus Bürgel (Fischer 1999b, 340, fig. 1) ; 2 Zurzach (Fellmann 1992, 322, fig. 1) ; 3 Liberchies II (Bruleteta/. 1995, 46, fig. 31, d’après Mertens & Brulet 1974) ; 4 Larçay (Wood 1998, fig. 1) ; 5 Dormagen (Gechter 2001, 39, fig. 8) ; 6 Eining (Mackensen 1999, 235, fig. 7, 25).

3.1.3.3 Les forteresses et les postes routiers

33À la fin du iiie s. naît une architecture de bois et de terre adaptée à l’élévation de petites forteresses de plus de 25 ares, entourées par des retranchements. On citera les exemples de Liberchies I, Taviers, Braives, Revelles et Jublains (fig. 150).

FIG. 150
Plans de forteresses routières en terre et en bois (dessins R. Brulet) : 1 Liberchies I (Brulet 1995, 110, fig. 106, 4) ; 2 Taviers I ; 3 Braives I ; 4 Jublains I.

34Lors de cette même phase de construction primitive, que l’on situe généralement sous l’Empire “gaulois”, se placent aussi quelques postes élevés en matériaux périssables et liés au réseau routier, comme Morlanwelz I, Hüchelhoven, Briihl/Villenhaus, Heumensoord, de dimensions très modestes (fig. 151). Le mur de terre est matérialisé par une fosse continue ou par deux rangées de poteaux. L’agger de Jublains enserre un édifice antérieur monumental, celui de Heumensoord une bâtisse en bois qui s’apparente aux tours en bois primitives sur le limes du Donau-Iller-Rhein ; d’autres sites sont munis de baraques appuyées contre le rempart.

FIG. 151
Plans de postes routiers en terre et en bois : 1 Morlanwelz I (Brulet 1995, 110, fig. 106, 1) ; 2 Hüchelhoven (Brulet 1995, 110, fig. 106, 3) ; 3 Brühl/Villenhaus (Brulet 1995, 110, fig. 106, 2) ; 4 Heumensoord (Bogaers & Rüger 1974, 83, fig. 25.

3.1.3.4 Les burgi avec tour

35Le long des voies, les forteresses routières anciennes en bois et en terre peuvent voir, à partir du règne de Constantin, leur centre réaménagé et doté d’une tour en pierre de vaste dimension. Pareille initiative est constantinienne. Elle est avérée surtout le long de la voie Bavay-Cologne, à Cortil-Noirmont, Taviers II et Braives II (fig. 152). Des fossés protecteurs sont recreusés pour disposer et protéger un espace de 80 ares, fossé compris. Le recours à une tour de garde, insérée dans une fortification plus élaborée, pouvant comprendre une petite enceinte supplémentaire avec des bastions et un fossé défensif, se rencontre dans différents secteurs géographiques, sur la côte du Yorkshire ou à l’intérieur du territoire, comme à Asperden. Ce type de burgus semble dater de la fin du ive s. (fig. 153, 1-4).

FIG. 152
Plans de burgi avec tour, le long de la voie Bavay-Cologne (dessins R. Brulet) : 1 Cortil-Noirmont (Brulet et al. 1995, 51, fig. 36) ; 2 Taviers II ; 3 Braives II.

FIG. 153
Burgi avec tour. En Rhénanie : 1 Asperden (Bogaers & Rüger 1974, 100, fig. 33 ; sur la côte du Yorkshire : 2 Goldsborough (Wilson 1991, 143, fig. 23, 2) ; 3 Scarborough (Wilson 1991, 143, fig. 23, 2) ; 4 Filey (reconstitution) [Ottaway 1997, 141, fig. 1, 61]. Tours de garde individuelles du limes : 5 Moers/Asberg (Bechert & Willems 1995, 49, fig. 48) ; 6 Muttenz/ Pferrichgraben (Fellmann 1992, 337, fig. 295, 3) ; 7 Rheinau/Kôpferplatz (Fellmann 1992, 337, fig. 295, 4) ; 8 Schlatt (reconstitution) [Hedinger 2000, 105, fig. 2] ; 9 Finningen (Mackensen 1999, 233, fig. 7, 22). Tours routières (Brulet 1995, 114, fig. 113) : 10 Morlanwelz II ; 11 Hulsberg/Goudsberg.

3.1.3.5 Les tours

36Les tours de garde individuelles entrent également dans le paysage, surtout le long des frontières fluviales. Les exemples connus, comme celui de Moers/Asberg, demeurent rares en Germanie II. Insérées dans un dispositif frontalier, comme en Séquanie et le long de la frontière du Donau-Iller-Rhein (Garbsch 1970), elles constituent un ensemble cohérent de mise en surveillance et de défense de la frontière, qui remonte à la période Valentinienne (fig. 153, 5-11). Entre Bâle et le lac de Constance, on connaît de la sorte une chaîne de cinquante-deux tours, le long du Rhin. Elles sont très rapprochées les unes des autres et viennent parfois reprendre une position déjà occupée par des tours en bois de l’époque constantinienne. Les tours sont carrées, de 17,50 m de côté, et trouvent place au milieu d’un petit retranchement qui les protège au sein d’un espace de 4 ares (Stehlin & Gonzenbach 1957 ; Stather 1997 ; Hedinger 2000). Un modèle identique a été construit le long du réseau routier de l’intérieur, comme à Morlanwelz II et Hulsberg/Goudsberg, pour remplacer les postes routiers en bois de la fin du iiie s.

3.1.3.6 Les fortifications de rivière

37Elles sont fréquemment bâties sur la rive droite du fleuve, en territoire ennemi ; on trouve de nombreux exemples de ces constructions, tant sur le Danube que sur le Rhin, à Rheinbrohl, Engers, Niederlahnstein, Zullestein, Mannheim/Neckarau et Ladenburg. Ce sont des fortifications portuaires, orientées vers le fleuve, dotées d’une tour centrale massive et d’une enceinte à quatre tours d’angle (Höckmann 1986). Du côté de la rivière, l’enceinte est interrompue, mais ses angles plongent dans l’eau pour assurer une meilleure sécurité à l’appontage (fig. 154). Quelques fortifications, placées en tête de pont sur la rive droite du Rhin, illustrent aussi une présence militaire : c’est le cas à Bâle, Kloten et Kaiseraugst. Il s’agit de burgi carrés, de 20 à 40 m de côté, disposant de tours circulaires (fig. 155). Le site de Zurzach a des tours carrées. D’autres exemples sont connus, par exemple sur la Meuse, à Maastricht/Wijk.

FIG. 154
Fortifications de rivière : 1 Engers (Johnson 1983a, 141, fig. 54) ; 2 Zullestein (Baatz & Hermann 1989, 505, fig. 484) ; 3 Ladenburg (reconstitution Heukemes 1981 puis Bechert 1982, 259, fig. 360).

FIG. 155
Fortification en tête de pont de Bâle (Hedinger 1998, 117, fig. 7).

3.1.3.7 Les dépôts fortifiés

38Depuis l’identification du site sévérien de Harlach (Bavière), considéré comme un burgus par A. Grenier, et la découverte du bâtiment monumental de Jublains (Mayenne), la problématique des établissements fortifiés non militaires ou à fonction économique a été soulevée à de nombreuses reprises. De nombreuses activités liées à la route ont été proposées pour tenter d’expliquer le rôle de ces sites dont le caractère militaire conventionnel n’est pas patent. Quelques structures intermédiaires, de petites dimensions, mais rares, en rapport avec la conservation et la protection des biens, ont été enregistrées (fig. 156). Les sites d’Eisenberg et de Bad Dürkheim/Ungstein, avec leurs bâtiments rectangulaires très fermés, renvoient à cette problématique. Cette interprétation est avancée pour les sites d’Aegerten, Mumpf, Sisseln, notamment sur la base de la présence d’une cave dans l’une de ces constructions. Ils présentent un plan très différent : un vaste hangar rectangulaire, prolongé par deux tours semi-circulaires.

FIG. 156
Dépôts fortifiés : 1 Eisenberg (Cüppers 1990, 360, fig. 253, selon Bernhard 1981b) ; 2 Bad Dürkheim/ Ungstein (Cüppers 1990, 320, fig. 202, selon Bernhard 1981b) ; 3 Sisseln (Johnson 1983a, 164, fig. 65) ; 4 Mumpf (Drack & Fellmann 1988, fig. 441) ; Mumpf (reconstitution) [Drack & Fellmann 1988, fig. 442],

3.1.3.8 Les fortifications rurales et les refuges

39On observe, dans les campagnes de la Gaule du Nord, des initiatives particulières visant à protéger le patrimoine des établissements agricoles. Ces nouvelles enceintes remplacent en quelque sorte les villas fortifiées, qui brillent par leur absence en Gaule. Ces petites fortifications, souvent adossées à un établissement agricole, de 20 à 30 ares de superficie, sont entourées par un fossé et sont palissadées dans la plaine de Cologne : il arrive qu’elles soient dotées d’une tour centrale, comme à Froitzheim et à Rheinbach/ Flerzheim (fig. 157, 1-3). Toutes ces initiatives ne sont pas chronologiquement homogènes puisqu’à Froitzheim, on a pu établir plusieurs périodes distinctes d’aménagement.

FIG. 157
Fortifications rurales de plaine. Avec tour : 1 Froitzheim (restitution) [Barfield et al. 1968, 27, fig. 11], 2 Rheinbach/Flerzheim (Gechter 1986, 18) ; sans tour : 3 Rövenich (Heimberg 1977, 582, fig. 11). Fortifications rurales de hauteur, quelques sites de référence. Avec barrage : 4 Furfooz (Brulet 1995, 118, fig. 118), 5 Breisach (Johnson 1983a, 160, fig. 63) ; avec enceinte partielle : 6 Éprave (Mertens & Remy 1973, 52, fig. 30), 7 Moosberg (Garbsch 1966, annexe 2) ; avec enceinte ceinturant le plateau : 8 Bettmauer bei Isny (Mackensen 1999, 206, fig. 7, 4).

40Les sites de hauteur fortifiés émaillent les zones de plateaux. Leur configuration dépend de la topographie locale, et leurs formes et dimensions ne sont guère comparables. Leur seul point commun se rattache à l’existence d’un retranchement et d’une enceinte cernant le site partiellement, parfois seulement du côté du plateau, ou formant un barrage (fig. 157, 4-8).

3.2 Architecture de bois et de terre

41Dans la plupart des camps militaires du Haut-Empire, on adopte la pierre, au iie ou au iiie s., pour l’élévation des murailles. Le recours à l’agger, à la palissade ou au rempart de bois disparaît. Le bois et la terre font leur réapparition au Bas-Empire, dans des circonstances particulières, dans des régions déterminées et pour des durées limitées. Dès la période constantinienne, la pierre redevient le matériau le plus courant.

42Pour l’essentiel, les initiatives du Bas-Empire où le bois et la terre interviennent à nouveau dans les courtines concernent les petites forteresses routières de la fin du iiie s. et les fortifications rurales. Il est assez rare que l’on observe l’utilisation du bois dans les forts de grande dimension. C’est pourtant le cas à Oudenburg, sur le litus Saxonicum, à Cuijk, sur la Meuse, et à Liberchies II, poste routier. Le second fort d’Oudenburg est daté de la fin du iiie s. Il dispose d’un retranchement fait de briques de tourbe, disposées en couches horizontales. Il est taluté vers l’intérieur et s’appuie probablement contre une rangée de poteaux. Le premier établissement de Cuijk, du début du ive s., est entouré par un mur de terre dans lequel sont insérés des poteaux sur trois rangées. La courtine est large de 4 à 5 m et maintenue par des planches. La forteresse de Liberchies II, avant la construction du castellum en pierre, a connu une étape de construction plus ancienne, d’une superficie de 2 ha, avec palissade et fossé de petit gabarit. Les initiatives datées de l’Empire gaulois débouchent sur la construction de petites forteresses routières d’un modèle similaire et de postes routiers. Elles s’inspirent un peu, pour autant que les fouilles à l’intérieur des sites aient été suffisantes, des Erdkastell du Haut-Empire, petits camps de numeri, où l’on voit s’ordonner des baraques en bois en forme de U, longeant la courtine et ouverts sur une cour centrale.

43On peut établir une distinction grossière dans l’architecture de ces fortifications sur la base de l’étude du mode de construction des remparts. Mais le fait que ces sites aient souvent été réutilisés, agrandis et transformés au ive s., notamment par le creusement d’un fossé plus large, ne facilite pas la reconnaissance précise de la phase primaire, dans toutes ses composantes. Un autre élément interfère aussi dans cette reconnaissance : c’est la présence de baraquements en bois, érigés dès l’origine, ou dans une phase postérieure, contre la muraille. Leur architecture est liée au rempart ou se confond avec celui-ci.

44Le modèle de retranchement le plus simple est constitué par l’exemple de Jublains (fig. 158). Le mur de terre n’a pas été construit dans un coffrage de bois. Il s’étale donc aujourd’hui sur une largeur démesurée de 8 m. Il paraît vraisemblable qu’il ait porté à son sommet une palissade de bois. Le second modèle est constitué par un mur de terre, élevé à l’intérieur d’un coffrage de bois sur les deux faces. On en retrouve des exemples à Liberchies I, Braives, Revelles et Taviers, dans des forteresses routières. Les pièces de bois ont 0,35 m à 0,40 m de côté ou de diamètre. Elles sont placées tous les deux mètres. L’écartement des deux rangées, qui correspond à l’épaisseur du retranchement, est de 2 m. Des planches horizontales reliaient les poutres verticales placées dans des trous profonds, de 0,80 m de diamètre. Le troisième modèle est constitué par une seule construction en bois, des poteaux non plantés mais insérés dans une excavation continue de 0,50 m de largeur, faisant le tour de la fortification. Ce modèle est courant dans les petits postes routiers comme ceux de Brühl/Villenhaus, Morlanwelz I, Heumensoord. Le mur de terre semble avoir été appuyé contre cette construction verticale en bois, mais sur la face extérieure de celui-ci, comme semble le révéler le tracé de la porte.

FIG. 158
Modèles des remparts en terre et en bois des forteresses et postes routiers (dessin R. Brulet) : 1 Jublains ; 2 Taviers ; 3 Brühl/ Villenhaus ; 4 Rövenich ; 5 Froitzheim.

FIG. 159
Exemples de portes et de ponts dans les remparts de terre et de bois (dessin R. Brulet) : 1 Liberchies I ; 2 Braives ; 3 Morlanwelz I ; 4 Heumensoord ; 5 Rövenich ; 6 Brühl/Villenhaus ; 7 Froitzheim.

45Le quatrième modèle apparaît dans les forteresses routières comme Hüchelhoven et les fortifications rurales de plaine comme Rövenich et Titz/Rödingen. Il s’agit d’une seule rangée de gros poteaux plantés, à distance variable, dans des trous de 0,60 à 0,70 m de diamètre. À Hüchelhoven, on trouve à l’intérieur du site, mais à peu de distance du rempart, d’autres petits poteaux que l’on doit mettre en rapport avec des baraquements plutôt qu’avec la courtine elle-même. On peut donc en déduire qu’un agger léger se trouvait appuyé contre l’enceinte en bois, vers l’intérieur.

46Le cinquième modèle montre, par exemple à Froitzheim, période II, que le site est délimité par une palissade continue au sol. Il n’y avait probablement pas d’agger.

47L’architecture défensive de ces forteresses ne se modifie pas lors de la phase ultérieure, à l’époque constantinienne, où elles voient une construction en pierre –une tour de garde– établie au centre du site. Les éléments défensifs, fossés et murs de terre et de bois sont simplement reconstruits.

48Les portes ouvertes dans les enceintes que l’on vient de citer ont été étudiées à diverses occasions (fig. 159). La plupart du temps, une seule porte s’ouvre sur le milieu d’une face de la fortification, en principe du côté de la route, s’il s’agit d’un site routier. Il existe des exceptions, par exemple dans la forteresse routière de Liberchies I, bâtie à cheval sur la chaussée romaine, qui dispose donc de deux accès, et à Morlanwelz I, où la porte se situe dans un angle.

49Les remparts coffrés par deux murs de bois ont des portes plus monumentales, comme à Liberchies I et Braives. A Jublains, l’accès a été maçonné par la suite pour consolider l’agger. À Liberchies I, la porte ouest est faite de deux alignements de trois poutres carrées, de 0,40 à 0,50 m de côté, placées à une distance de 1,50 à 1,80 m et délimitant un couloir de 3,45 m. À Braives, le couloir a 7 m de longueur pour 2,50 à 3,60 m de largeur, et est encadré par des poteaux posés sur de grosses pierres. À Heumensoord, on voit bien le rempart de bois qui se prolonge vers l’extérieur pour encadrer la porte.

50La présence d’un pont ou l’interruption du fossé pour ménager un passage au sol s’observent à peu près à égalité. Une interruption de fossé est avérée à Brühl/Villenhaus, Cortil-Noirmont, Froitzheim (sur une face) ; on rencontre un pont à Hüchelhoven, Taviers, Froitzheim (sur une autre face) et Rövenich, ainsi qu’à Liberchies I où l’on observe une réduction de la largeur du fossé pour l’établissement d’un pont plus petit.

51Les fossés défensifs méritent peu de commentaires. Dans la phase chronologique de la fin du iiie s., ils sont peu profonds et peu larges (6 m). Ils sont recreusés au ive s., avec des dimensions importantes pouvant aller jusqu’à 4,50 m de profondeur et 12 m de largeur ; bien souvent, les fossés sont alors éloignés du pied du rempart.

52La question de la présence d’une tour de garde primitive en bois au centre de ces forteresses, ou postes routiers, n’a guère été résolue, compte tenu des modifications intervenues au ive s. à cet emplacement. Pour les tours, le long du limes, on convient néanmoins qu’elles ont existé en Séquanie à la période constantinienne, préalablement au programme de Valentinien Ier d’ériger une chaîne de tours en pierre, dans la maçonnerie desquelles les poutres en bois sont aussi utilisées. Le recours à l’utilisation du bois est à nouveau bien attesté dans les fortifications rurales de hauteur, qui couvrent une longue période depuis la fin du iiie jusqu’au ve s. Les plans de ces fortifications sont par nature extrêmement divers. Souvent, les matériaux de construction sont mixtes : bois pour encadrer des tronçons de retranchements, et pierres pour le parement de murs en terre. Les exemples abondent, mais n’entrent dans aucune série typologique particulière.

3.3 L’architecture des remparts en pierre

53L’initiative de la construction des remparts en pierre concerne tant le secteur civil que le secteur militaire ; elle s’étend, chronologiquement, entre la fin du iiie et le début du ve s. Les enceintes urbaines partagent avec les remparts des camps une technique de construction similaire, si bien que les informations abondantes obtenues pour les premières peuvent servir à l’illustration des seconds ; on ne doit pas oublier toutefois que les forts militaires sont davantage représentés par des sites plus réduits et de forme plus régulière que les villes. Pour la Gaule, la documentation disponible est beaucoup plus large dans la sphère des cités. Malheureusement, il n’est pas question ici d’y recourir de manière approfondie.

54Dans tous les cas, le rempart du Bas-Empire rompt avec le passé. La muraille, très haute, est devenue très épaisse et atteint 3 m de largeur en moyenne ; elle est dotée de tours qui font saillie sur le rempart. Celles-ci sont placées à bonne distance et autorisent le flanquement de la courtine, car la portée utile des flèches se situe autour de 30 m. Le nouveau dessin des tours privilégie la forme du cercle (Johnson 1983a). Végèce indique que l’usage des tours rectangulaires ne peut être recommandé parce que, en cas d’assaut, elles causent des victimes (Végèce IV, 6). La distance entre les tours n’est pas vraiment homogène. Mais elle peut être moindre dans les sites militaires que dans les contextes urbains. Elle évolue entre une vingtaine (Kaiseraugst, Deutz, Famars) et une quarantaine de mètres (Pachten, Alzey, Bad Kreuznach, Yverdon). On tombe en dessous de 20 m pour les forteresses de petites dimensions qui disposent de tours intermédiaires (Haus Bürgel, Larçay). Certains forts ne disposent que de tours d’angles ou de tours de portes (Oudenburg, Liberchies II).

55Dans le rempart, on distinguera successivement la fondation, le mur de courtine, les tours d’angle, les tours intermédiaires, les portes et les poternes.

3.3.1 La fondation

56La fondation n’est pas souvent très profonde, mais elle est massive, à la mesure de l’épaisseur du mur en élévation auquel elle doit fournir une assise exceptionnelle. La fondation de la muraille peut être plus puissante sous le rempart que sous les tours. On remarquera enfin que la muraille peut connaître un rétrécissement à une certaine hauteur au-dessus de la base.

57Le noyau de la fondation est fréquemment constitué de blocs de récupération, pratique célèbre qu’A. Grenier avait résumée en ces termes : “la base des murailles du Bas-Empire est faite d’un entassement à sec de matériaux de remploi, blocs d’architecture, colonnes sciées dans leur longueur et disposées dans le sens de l’épaisseur des murs, fragments plus ou moins volumineux de bas-reliefs et d’inscriptions très souvent funéraires, voire morceaux de statues”. En Aquitaine, les enceintes urbaines relèvent de deux catégories techniques et sont plus ou moins épaisses selon l’importance de ces blocs dans les fondations (Maurin 1992). Dans les fortifications militaires, les blocs de remploi ne sont pas les seuls à avoir joué un rôle. S’y ajoutent des pierres fraîchement taillées, notamment de tuf, dans la région rhénane.

58En général, la fondation est matérialisée par une tranchée creusée sur une largeur équivalente à celle-ci, comblée de matériaux. La technique peut diverger. Il existe des cas où cette tranchée de fondation est remplie de couches de cailloux ou de dalles sur lesquelles on dispose la première assise de blocs monumentaux. Ceux-ci peuvent être assemblés à sec ou non. Dans d’autres cas, la tranchée de fondations est occupée par plusieurs couches de béton damé, coulées le plus souvent sur des pilotis. Les blocs de taille et les pierres de remploi de la fondation sont alors placés sur ces niveaux bétonnés. Le petit fort de Haus Bürgel illustre le premier cas : la stabilité du sous-sol n’a pas nécessité le recours aux pieux de bois, la tranchée est comblée de moellons posés à sec sur lesquels on a étalé une couche de chaux d’égalisation pour recevoir quatre assises de tufs liés au mortier, sur une hauteur de 0,50 m. Le fort d’Altrip illustre le second cas : plusieurs couches de béton damé recouvrent les pilotis de fondation. Par-dessus s’étalent les blocs de base, assemblés au mortier. Les pilotis interviennent assez fréquemment dans la première mise en œuvre des fondations des forts, ce qui permet parfois de proposer des datations dendrochronologiques : Maastricht (333), Yverdon (325-326), Aegerten (368 et 369), Altrip, Dormagen, Mouzon, Strasbourg. Le cas de Maastricht est représentatif de la technique utilisée : quatre rangées de poteaux, enchâssés dans le sol et entourés de cailloux, marquent le sous-sol de la courtine et d’une tour, du côté du fleuve (fig. 160). Le recours à cette technique est bien illustré aussi dès la période d’Allectus à Londres (Williams 1991).

FIG. 160
Techniques de fondation des murailles : 1 mur d’enceinte de Maastricht (dessin T. Panhuysen, service archéologique de le ville de Maastricht) ; 2 édifice public de Londres de la période d’Allectus (William 1991, 135, fig. 22, 5) ; 3 Aegerten (pilotis) [Bâcher & Suter 1989, 125, fig. 3].

3.3.2 La courtine

59Les murailles du Bas-Empire, tant dans le secteur civil que militaire, sont célèbres pour l’alternance, dans leurs parements, d’assises de petits moellons cubiques et de tuiles. On parle de rangs ou de cordons selon que l’on observe un ou plusieurs lits de briques, qui sont en fait des tuiles intervenant pour régler l’assise à distance régulière. En élévation, le petit appareil est courant pour le parement, le blocage trahit une construction qui a pu être faite par lits successifs, parfois entre deux parois coffrées. Les traces de boulins pour échafaudage ne sont pas rares. La détermination exacte de l’épaisseur de l’élévation peut être délicate. Des retraits successifs dans la maçonnerie, matérialisés par des chanfreins, sont couramment pratiqués. Le mur connaît une première réduction dès la fondation, souvent beaucoup plus large. Par la suite, la muraille peut encore offrir d’autres retraits. Finalement, au niveau du chemin de ronde, le mur, rarement conservé aujourd’hui, se réduit encore en épaisseur.

60À Deutz, la muraille offre à la base une épaisseur de 4,35 m qui doit se rétrécir à 3,30 m à son sommet ; à Alzey, les dimensions passent de 3,00 à 2,40 m ; à Horbourg, de 3,30 à 2,30 m. Comme le montre clairement le cas de Kellmünz, la muraille peut être plus épaisse sur une face du castellum que sur les autres. La restitution de la hauteur est malaisée. On peut se référer aux cas conservés les plus hauts, comme Pevensey, sur le litus Saxonicum, ou Zeiselmauer (Ubl 1977), qui culminent aujourd’hui à 9 m (fig. 161). L’élévation de ces courtines ne devait donc pas être éloignée de celle qui était pratiquée dans les remparts urbains, soit 8 à 10 m. Le chemin de ronde est réservé dans l’épaisseur du mur. Lorsque celui-ci n’est plus assez large, il est possible que le chemin de ronde ait été aménagé sur des lambourdes insérées dans la paroi. Richborough peut être un cas de ce type. Les quelques indications dans ce sens, en milieu urbain, sont problématiques. À Famars, des poteaux verticaux doublaient vers l’intérieur une muraille peu épaisse. Dans d’autres sites, notamment les fortifications de hauteur, le mur de barrage, trop étroit, a pu servir de point d’appui à une levée de terre, talutée contre lui, sur la face interne.

FIG. 161
La tour de Zeiselmauer (Pannonie).

cliché R. Brulet.

61Il faut enfin tenir compte du dossier très important des murailles doubles. Dans certains cas, la muraille du Bas-Empire est matérialisée par un mur ancien, doublé par un mur de construction plus récente. C’est l’addition des deux initiatives qui constitue la défense tardive. À Strasbourg, un mur à tours semi-circulaires saillantes chemise l’enceinte ancienne à chaînages de briques avec estampilles de la VIIIe légion (Gissinger 2002). Mais cette situation particulière peut aussi être le fruit d’une évolution architecturale entièrement datée de l’Antiquité tardive. Les cas de Bavay et de Famars sont les plus représentatifs : une enceinte assez étroite, datant probablement de la période de transition vers le Bas-Empire, est vite jugée insuffisante et doublée par un mur supplémentaire, alors que les bastions se développent aussi sur un diamètre élargi. Assez rarement, un poutrage interne à la base du mur a pu être utilisé pour renforcer celui-ci (fig. 162). C’est le cas à Strasbourg où des poutres équarries, placées à angle droit sur deux lits superposés, à un mètre de distance l’une de l’autre, ont été reconnues dans une tour semi-circulaire et le mur de courtine associé. Sur le litus Saxonicum, beaucoup de forts attestent la présence de pièces de bois assemblées de manière compliquée, dans les tours de Pevensey, Richborough, Portchester (Williams 1991).

FIG. 162
Utilisation de la technique du poutrage dans les fondations et dans les murs des forts et des tours de garde Valentiniennes du litus Saxonicum (Williams 1991, 139, fig. 22, 9) : 1 Londres ; 2 Portchester, 3 Pevensey ; 4 Aegerten (Bâcher & Suter 1989, 129, fig. 9), 5 Möhlin-Fahrgraben (Fellmann 1992, 337, fig. 295, 2).

3.3.3 Les tours

62Les tours sont saillantes sur le rempart. Les tours d’angle connaissent souvent un développement plus accentué que les tours intermédiaires de la muraille. Dans les petites forteresses, les tours intermédiaires peuvent être en nombre réduit, voire inexistantes.

63En Gaule, le plan est peu diversifié. Un premier modèle, qui a toutes les chances d’être ancien, offre un dessin polygonal. Mais les cas sont très limités par comparaison avec les configurations de même forme, très fréquentes sur le litus Saxonicum, sur le Danube, ou en Orient. On trouve essentiellement, par la suite, des tours carrées, semi-circulaires ou circulaires. On dispose de quelques exemples, comme à Deutz, où la projection interne de la tour ne présente pas le même dessin que la projection externe. Les archéologues sont souvent confrontés à la découverte de bases massives de tours, de plan semi-circulaire ou quadrangulaire. II faut bien voir que ces tours “pleines” ne le sont effectivement que jusqu’à une certaine hauteur, à partir de laquelle elles sont creuses et s’intégrent à la courtine. Ailleurs, on a observé que des massifs quadrangulaires constituaient l’assise de tours circulaires ou semi-circulaires, comme à Alzey, et polygonales comme à Kaiseraugst.

64Les tours dominent la courtine. Par référence aux cas mieux connus en milieu urbain, on peut estimer que les tours de fortifications militaires pouvaient atteindre une hauteur de 15 à 20 m. Elles sont dotées de fenêtres vers l’extérieur et de portes ouvertes sur la courtine. Au sommet, on restitue soit des toitures, soit des terrasses, ces dernières facilitant l’installation de machines de tirs (Lander 1984).

3.3.4 Les tours d’angle

65FIG. 163

66Les tours d’angle de plan polygonal demeurent exceptionnelles dans le paysage de la Gaule du Bas-Empire. On n’en compte que trois cas. Les exemples de Kaiseraugst et de Burg, près de Stein am Rhein, s’inscrivent dans un contexte régional et sont datés du début du Bas-Empire. Le castrum d’Augst n’offre pas de certitude quant à la physionomie exacte des tours, surtout celles de la courtine, puisque la base de celles-ci est quadrangulaire. Le dessin des tours du fort Valentinien d’Altrip est assez peu classique : il s’agit d’un polygone écrasé ou étiré, dont la forme est directement liée au plan trapézoïdal, rare, de ce castellum.

FIG. 163
Tours d’angle (dessin R. Brulet). Plan polygonal : 12 Altrip, 3 Burg (Stein am Rhein) ; plan carré : 4 Schaan ; plan circulaire : 5 Alzey, 6 Deutz, 7 Yverdon.

67L’attestation de tours d’angle quadrangulaires est également très limitée. On les rencontre soit en Rétie (Isny/Vemania), soit dans le prototype des pseudo-quadriburgia (Innsbruck/ Wilten, Irgenhausen, Schaan), ou même ailleurs (Pachten, forteresse de Larga, Le Rubricaire). Le cas de Dormagen, avec ses tours carrées placées à l’intérieur de l’enceinte, demeure exceptionnel : on a affaire à une transformation d’un site du Haut-Empire.

68Le plan le plus couramment utilisé est le cercle, selon le modèle du fort de Deutz. On le trouve maintes fois, à Oudenburg, Xanten, Boppard, Alzey, Bad Kreuznach, Yverdon, Famars, Liberchies II, Haus Biirgel, Asperden. La tour d’angle déborde de trois quarts sur le mur d’enceinte. À l’intérieur du fort, l’angle avec le mur de courtine peut être droit ou légèrement concave, comme si l’arrondi de la tour était interrompu (Alzey, Asperden, Oudenburg, Xanten). Mais l’arrondi peut achever sa courbe complète à l’intérieur du fort (Liberchies II, Famars, Maastricht, Yverdon). Le diamètre de ces tours circulaires d’angle est important ; il évolue entre 6 et 9 m.

3.3.5 Les tours intermédiaires

69FIG. 164, 165

70Lorsque les tours intermédiaires de la courtine sont construites, c’est-à-dire dans les forts d’une certaine dimension, elles répondent à une variété limitée de plans.

71Outre la présence, assez rare, de la forme polygonale (Zurich, Stein am Rhein/Burg et Kaiseraugst), on rencontre un peu plus fréquemment le plan quadrangulaire, avec saillie sur le rempart (“quadriburgia” d’Innsbruck/Wilten, Irgenhausen, Schaan ; Pachten, Breisach, Moosberg). Dans les “quadriburgia”et à Zurich, on voit même quelques-unes de ces tours servir de porte d’accès au fort. La reprise de castella anciens, comme à Dormagen et Eining, débouche sur des plans hybrides. Le cas de Zurich est aussi particulier, avec ses tours d’angle et de courtine, où alternent les plans carrés et polygonaux.

FIG. 164
Tours de courtine (dessin R. Brulet). Plan polygonal : 1 Burg (Stein am Rhein) ; plan carré : 2 Schaan ; plan semi-circulaire simple : 3 Alzey ; plan semi-circulaire avec saillie rectangulaire à l’intérieur du fort : 4 Yverdon ; plan circulaire : 5 Deutz, 6 Maastricht.

72La forme du cercle, pour moitié en saillie vers l’extérieur et pour moitié en saillie vers l’intérieur, est rare dans les fortifications militaires, alors même qu’elle est généralisée dans les remparts urbains. On citera le cas de Zurzach. On lui préfère généralement la demi-tour, placée en excroissance de la muraille. Ce type offre le modèle le plus répandu. À Deutz, la tour intermédiaire forme une excroissance marquée. Quelques cas ont été relevés dans lesquels le bastion semi-circulaire externe développe une légère saillie, généralement rectangulaire, vers l’intérieur du fort, débordant de l’alignement de la muraille, comme à Alzey, Horbourg, Yverdon. On dispose de plusieurs exemples où l’on voit que la surépaisseur, donnée à un moment postérieur à la première construction de la courtine, entraîne un redéveloppement des tours semi-circulaires, comme à Bavay et à Famars (fig. 165).

FIG. 165
Exemples de surépaississement de tours de courtine (dessin R. Brulet) : 1 Bavay ; 2 Famars.

3.3.6 Les portes

73FIG. 166

74Les portes des casernements militaires sont moins monumentales que sous le Haut-Empire et que dans les villes. Elles sont dotées d’un seul couloir de passage et non plus de deux, comme autrefois. Larga et Horbourg paraissent faire exception. Les portes sont encadrées par deux tours carrées ou ménagées au centre d’une tour carrée à bastions quadrangulaires, ou encadrées par des tours semi-circulaires et polygonales.

75La porte munie de tours polygonales, comme celle d’Oudenbourg ou de Burg, près de Stein am Rhein, datée de 294 par une inscription, reste rarissime. Le modèle le plus répandu est le plus simple et il apparaît dans les villes comme dans le secteur militaire. Il s’agit de deux puissants bastions rectangulaires, construits sur une base de gros blocs, dépassant l’alignement de la courtine aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur, et déterminant un accès très étroit à la forteresse (3,50 m). On le connaît sous le nom de “type Andernach”, et on le rencontre à Altrip, Alzey, Bad Kreuznach, Maastricht, Breisach, de la Tétrarchie jusqu’à la période Valentinienne. Un modèle réduit de ce type est représenté par des massifs quadrangulaires similaires, dont la projection en saillie n’est visible que vers l’extérieur (Larga, Moosberg).

FIG. 166
Portes. Plan polygonal : 1 Oudenburg, 2 Stein am Rhein/Burg ; plan de type “Andernach" : 3 Alzey, 4 Altrip ; plan carré avec bastions en saillie vers l’extérieur : 5 Larga ; plan à tour porte : 6 Irgenhausen, 7 Schaan ; plan semi-circulaire à base plate : 8 Deutz.

dessin R. Brulet.

76La porte aménagée au milieu d’une tour carrée est assez rare. On voit cette situation dans les “quadriburgia” et au Wittnauer Horn. Les portes encadrées par des tours semi-circulaires sont peu fréquentes. On observe le cas à Deutz et Yverdon, avec le prolongement, en saillie plate vers l’intérieur, de la tour semi-circulaire. Quelques exemples sont attestés en milieu rural (Cora).

3.3.8 Les poternes

77Beaucoup de forts disposent de poternes. On ne les a pas toujours retrouvées dans la mesure où nous ne connaissons que rarement l’intégralité des remparts. Ces poternes peuvent être situées du côté d’un fleuve ou d’une rivière, comme à Boppard. Elles n’ont que 1,00 ou 1,50 m de largeur et coïncident avec une simple ouverture dans la muraille. Parfois, on rencontre un bastion qui les protège à droite ou à gauche.

3.3.9 Les fossés

78Les fossés défensifs constituent le premier obstacle. Au ive s., ils sont généralement très larges et très profonds (10 x 3 m en moyenne). Ces fossés se trouvent à une distance de 8 à 15 m du pied du rempart (Elton 1996). La profondeur est aussi une question d’appréciation à partir d’un niveau d’occupation du site qui n’est pas toujours établi.

79Le fossé a des pentes peu raides, la pointe est parfois marquée par une encoche. Lorsqu’on en rencontre plusieurs, l’un d’eux est plus étroit, mais la profondeur ne varie guère. On connaît des situations semblables dans les forts de l’armée régulière : à Deutz, les fossés ont respectivement 12 et 14 m de largeur. La forteresse plus petite de Haus Bürgel offre un fossé de 6,70 m et un autre de 10,50 m de largeur. Les doubles fossés sont présents dans les autres secteurs, à Breisach par exemple. Dans les fortifications de hauteur, ils n’ont d’utilité que sur la face opposée. Quelques cas de tracés plus compliqués sont avérés, par exemple à Krefeld/Gellep où se dessinent un fossé polygonal supplémentaire et différents obstacles.

3.3.10 Tours de garde

80L’architecture des tours est par essence extrêmement simple. Qu’elles se trouvent sur la frontière ou le long d’une route, elles sont normalement entourées par un fossé défensif. On trouve un modèle bien conservé, qui permet de restituer la physionomie de ces tours dans le site de Zeiselmauer, sur le Danube (Ubl 1977). Cette construction mesure 21 x 20 m, avec des murs de 2 m d’épaisseur ; au centre, elle présente quatre piliers de soutènement des étages (fig. 161). L’élévation dans la muraille est marquée sur la face interne par des retraits dans la maçonnerie, où s’accrochent les planchers.

81Le plan de ces tours est carré ou rectangulaire. Il existe plusieurs formats : les plus grandes peuvent dépasser 20 m de côté. Les plus petites, quadrangulaires, ont de 10 à 15 m de côté ; on les rencontre le long des routes. Les murs ont une épaisseur qui varie entre 1 et 2 m. Au sol, au milieu de l’édifice, on trouve quatre ou six bases maçonnées, qui servent de fondations à des madriers verticaux pour supporter les planchers de l’étage. En Séquanie, où elles existent en très grand nombre, les tours de garde de la frontière rhénane d’époque Valentinienne offrent un témoignage répétitif de ce genre de construction. Les tours sont carrées et de modèle réduit, puisque le côté ne dépasse guère 10 m de côté. On y observe une particularité technique, constituée par un réseau de poutres en bois qui traversent l’épaisseur des murailles. Un fossé isole la tour.

3.3.11 Burgi avec tour

82Les tours intégrées dans un dispositif plus développé, comme les burgi ou les ports militaires fluviaux, disposent d’un accompagnement défensif plus sophistiqué. Les tours carrées sont entourées par une enceinte basse aux angles légèrement arrondis, à bastions circulaires ou semi-circulaires.

83Sur le Rhin, le site d’Asperden peut servir de modèle. La tour est carrée (15,60 m) avec quatre piliers centraux de soutènement. À une distance de 11 m, on trouve une enceinte périphérique de 40 m de côté, avec un mur peu épais, flanqué de quatre tours d’angle et de deux tours intermédiaires de plan circulaire ou semi-circulaire de 4,25 m de diamètre. Deux fossés d’époque différente entourent le site.

84Les fortifications de rivière comprennent un bâtiment rectangulaire puissant, construit à peu de distance du cours d’eau, auquel est accolée une petite enceinte cernant l’espace du débarcadère. Le bâtiment est construit à cheval sur l’enceinte. Il dispose en principe d’une porte vers le débarcadère, d’une autre vers la terre, et de bases de piliers au centre pour porter les étages intermédiaires. L’enceinte se prolonge dans l’eau du fleuve. Elle est munie aux angles de tours carrées ou circulaires. Du côté de la terre, le site est aussi protégé par un fossé.

85La hauteur de la tour reste discutée. A Zullestein, la reconstruction proposée du bâtiment est assez basse. À Ladenburg, on restitue une tour culminant à 18 m de haut. La tour rectangulaire (21,30 x 15,10 m) de Zullestein a des murs de 2 m d’épaisseur. Un fossé d’isolation de 5 m de largeur, recreusé et palissadé, y a été retrouvé. La cour du débarcadère était pavée. À Ladenburg, la tour est carrée, d’environ 13 m de côté, avec des murs de 3 à 4 m d’épaisseur. Un fossé de 5,60 m de large et de 3,50 m environ de profondeur entoure aussi le site. À Engers, les bastions d’angle sont circulaires.

3.4 Les bâtiments internes

86L’espace intérieur des forteresses du Bas-Empire offre des configurations diverses et possède une structuration spécifique dans laquelle la physionomie des bâtiments peut jouer un grand rôle. Par rapport au Principal, la nature des aménagements internes change radicalement, mais notre connaissance de la question en Gaule est relativement limitée. Pour l’essentiel, on est dans l’obligation de se référer toujours aux mêmes exemples, peu nombreux.

87Une distinction immédiate doit être faite entre les camps anciens, réoccupés au Bas-Empire, et les constructions neuves. Le fort d’Altrip donne une image entièrement nouvelle de l’architecture intérieure pendant cette époque tardive. À l’inverse, lorsque le fort du Bas-Empire est le résultat d’une transformation d’un camp du Principat, les innovations s’observent plus malaisément, car elles sont introduites par paliers chronologiques successifs, depuis le début du iiie s.

88Cette lente transformation commence à être bien perçue dans le nord de l’Angleterre ou dans quelques sites du litus Saxonicum (Welsby 1982). Pour l’essentiel, les bâtiments affectés par ces innovations sont les principia, les entrepôts, les casernements et les thermes, ces derniers se localisant d’ailleurs parfois à l’extérieur de l’enceinte, lorsqu’elle est très réduite. Peu de bâtisses internes répondant à d’autres fonctions, comme la fabrica de Bonn, peuvent actuellement être connues par la recherche archéologique (Petrikovits 1975 ; Gechter 1980b). À Alzey, on voit aussi apparaître quelques très petits bâtiments quadrangulaires en pierre, interprétés comme ateliers. Leur implantation ne semble pas répondre à un plan organisé.

3.4.1 Configuration et structuration

89Un premier cas, bien illustré par les forteresses du litus Saxonicum, montre un espace interne du fort très peu construit. Les édifices en pierre sont rares et de petites dimensions. Or les fouilles n’ont pas permis de retrouver des traces d’habitat significatives en bois. Cette situation s’explique mal. A-t-on affaire à des surfaces occupées par des tentes, ou les fouilles ont-elles été trop partielles ? Les fouilles de Burgh Castle sont, en ce sens, assez décevantes. Elles montrent des traces de bâtiments très légers, installés près des murailles, à l’époque de Constantin (Johnson 1980). S’il s’agit bien de baraques en bois, elles devaient exister en nombre restreint et dégager des superficies considérables non construites.

90Le second modèle montre une occupation de type traditionnel, avec baraques et logements qui couvrent une grande surface, suivant en cela le schéma des camps du Haut-Empire. Le fort constantinien de Deutz illustre ce type de situation nouvelle.

91Le troisième cas est représentatif d’une innovation attribuée à l’Antiquité tardive : le fort s’ordonne autour d’une cour centrale dégagée, les bâtiments étant rejetés contre les murailles. Beaucoup d’explications ont été avancées pour justifier ce changement de structure : protection contre l’artillerie ennemie, économie de moyens, cour utilisée comme refuge pour la population civile, réduction des effectifs militaires à loger, qui ne nécessite plus l’occupation de toute la surface interne par des casernes (Lander 1980 ; Reddé 1995a). C’est le modèle du “quadriburgium” –terme contestable, on l’a dit– qui correspond le mieux à cette nouvelle configuration. Alzey, qui apparemment occupe une trop grande surface, ne répond que partiellement à cette catégorie.

92Le quatrième cas rassemble des traces hétérogènes, très denses, de bâtiments divers. On semble respecter l’utilisation de la via sagularis, mais la densité et l’hétérogénéité des structures montrent plutôt qu’elles sont le résultat d’une situation tardive. Les caractères militaire et civil continuent longtemps de s’y affronter, d’autant que les casernes manquent généralement, comme on le voit à Kaiseraugst, Maastricht, Yverdon, Burg près de Stein am Rhein.

93La structuration générale du camp peut se faire sur la base du réseau viaire interne et de l’emplacement du bâtiment le plus important, à savoir les principia. M. Reddé a très justement montré que les schémas structuraux imaginés à propos des forts tardifs ne s’appliquaient qu’aux camps de grande dimension (Reddé 1995a). En outre, lesprincipia sont rarement avérés en Gaule, si bien que l’on peut difficilement les prendre en compte quand on veut apprécier globalement la disposition des bâtiments internes. On pourra retenir néanmoins que quelques forts entrent dans cette modélisation générale (Fellmann 1976 ; 1979).

94Deutz pourrait illustrer la structuration générale d’un camp classique, hérité du Principat. Mais il faut néanmoins retrancher du modèle la problématique des principia et la double circulation interne, qui ne s’organise plus que selon un axe est-ouest. Il est vrai que nous nous situons déjà à la période constantinienne. Pour les sites neufs, c’est Richborough qui correspond le mieux au schéma classique. Portchester a été mentionné comme relevant d’un autre type, avec ses deux voies centrales et ses quatre portes. M. Reddé pense à juste titre que trop d’éléments archéologiques demeurent actuellement incertains pour corroborer cette idée. De toute manière, la tendance va à la diminution des portes, qui ne sont plus généralement que deux, ouvertes sur l’axe principal, et non plus quatre.

95Finalement, c’est le schéma à casernements périphériques qui est le mieux représenté. Il s’applique en Gaule à des forts tardifs mais, s’il est répandu, c’est aussi parce qu’il convient à nombre de forteresses de petite superficie : Alzey et Altrip, pour les camps d’une certaine importance, Irgenhausen, Eining, Liberchies II, avec cour intérieure modeste, pour les forteresses (Reddé 1995a). Cette situation se retrouve aussi dans quelques postes routiers, mais le modèle est ici hérité du Principat et n’est pas spécifique du Bas-Empire.

3.4.2 Les principia

96L’un des bâtiments les plus importants du camp romain classique, les principia, connaît une destinée incertaine durant l’époque romaine tardive et l’on n’arrive pas, s’agissant du ive s., à dégager des normes aussi radicales que précédemment quand on veut évaluer la construction, voire la survie de cet édifice. Les considérations d’ordre général sur l’évolution typologique de ces bâtiments trouvent parfois peu d’écho concret dans les fortifications tardives de la frontière rhénane, en raison d’une documentation archéologique médiocre.

97Deux situations doivent être mises en parallèle. Lorsque nous avons affaire à un site militaire du Principal, il n’est pas rare que des traces d’occupation, voire de réaménagement du bâtiment de commandement, soient relevées. Lorsque nous nous trouvons en présence d’une fortification neuve, ce type d’édifice perd de son importance, ce qui se traduit par une emprise réduite, un plan peu conventionnel, ou une localisation décentralisée. L’existence des principia est plus problématique encore dans les petites forteresses avec casernements périphériques.

98À Valkenburg, dans les principia classiques du Haut-Empire, ont été retrouvées quelques pièces de bois datées des années 346 et 354 environ, mais le caractère militaire du site, au IVe s., n’est pas assuré (Groenman-van Waateringe 1986). Dans les forts du mur d’Hadrien, les cas de South Shields et de Housesteads notamment montrent la survivance du plan classique et son adaptation, fréquente au iiie s. et durant le ive s. (fig. 167, 1,3).

FIG. 167
Principia. Plans traditionnels du IIIe s. : 1 South Shields (Welsby 1982, fig. 32, 2), 2 Reculver (Welsby 1982, fig. 33, 2) ; plans traditionnels de la fin du IVe s. : 3 Housesteads (Welsby 1982, fig. 37, 1), 4 Alet (Langouët 1987, 105, fig. 60) ; plans évolués ou incomplets du IVe s. : 5 Richborough (Welsby 1982, fig. 34, 2) ; Lympne (Welsby 1982, fig. 34, 1) ; 7 Alzey, phase 1 (367-407 ap. J.-C.) [Oldenstein 1995, 88] ; 8 Alzey, phase II (407-443 ? ap. J.-C.) [Oldenstein 1995, 88],

dessins R. Brulet.

99Dans les sites du litus Saxonicum, les édifices en pierre sont particulièrement peu nombreux et, lorsqu’il en existe un, il est souvent considéré comme des principia au format très réduit. Le fort de Richborough peut faire exception (fig. 167, 5). On y trouve, en bonne place au centre du site, un vaste édifice quadrangulaire dont le développement rappelle un peu celui d’Alet. À Lympne, on découvre une bâtisse rectangulaire étroite sommée par une abside au milieu du grand côté ; cette construction a l’avantage d’être localisée dans l’axe de la porte. La situation a toutefois bien changé par rapport aux sites un peu plus anciens comme Brandcaster et Reculver (fig. 167, 2), qui font partie du même dispositif mais qui sont construits un siècle plus tôt.

100Sur le continent, le site d’Alet possède des principia de date relativement récente (365-370) ; ils se développent selon le schéma le plus classique, mais dans un milieu urbain, avec une vaste cour d’au moins 1 200 m2, galerie-couloir et grands locaux.

101Pour le contexte militaire strict, il faut en premier lieu mentionner le castellum constantinien de Deutz. Dans le cadre d’un aménagement traditionnel comme celui-là, où l’espace est très contingenté par les baraques, l’identification des principia n’est pas résolue. On a proposé de reconnaître, au centre du site, les quatre bâtisses à portiques comme le siège du commandement (Precht 1987). Des parallèles de ce genre font défaut, et il faut dire que si les édifices en question ne manquent pas de confort, ils manquent de monumentalité. Dans les sites à casernements périphériques et cour intérieure, comme à Altrip, il paraît bien vain de rechercher ce type de construction.

102Le castellum d’Alzey offre une image mixte, qui complique encore un peu la réflexion (fig. 167, 7). Le camp possède des casernements périphériques, mais il est tellement grand que ceux-ci n’occupent pas nécessairement toute la longueur des courtines. Dès lors, une partie du quart nord-est du fort, où l’on ne trouve pas les baraques appuyées contre le mur, a sans doute été réservée aux principia, décentralisés et pas vraiment d’équerre avec la courtine. Dans la phase primitive de l’occupation, au dernier tiers du ive s., il ne s’agissait somme toute que d’un édifice très réduit, avec deux murs de refend au centre. Avec son plan basilical établi à la période suivante, dans la première moitié du ve s., le bâtiment gagne en importance. Il est finalement remplacé par une église. Dans les forteresses plus petites, comme à Eining et à Isny (fig. 168), on trouve un petit bâtiment central, avec subdivisions, pour lequel se pose alors le problème d’identification comme principia cum praetorio (Mackensen 1994). Beaucoup d’autres forteresses disposent aussi de petits édifices aux soubassements de pierre qui pourraient prétendre à cette double fonction. Sans totalement disparaître, les principia perdent, au ive s., de l’espace et de la monumentalité ; dans les sites nouvellement construits, ils ne sont plus installés à un emplacement privilégié.

FIG. 168
Exemples de petits édifices centraux dans les forteresses (principia cum praetorio ?) : 1 Eining (Mackensen 1999, 216, fig.7, 12) ; 2 Isny (Mackensen 1999, 206, fig.7, 4).

3.4.3 Les casernements

103Durant l’époque romaine tardive, on assiste à une confrontation entre deux types de casernements, dont la morphologie dépend de la structuration générale du fort : des casernes traditionnelles implantées dans l’espace interne du fort, et des casernements appuyés contre le rempart (fig. 169, 170). Les baraquements de la première catégorie peuvent avoir des dimensions assez grandes, comme à Deutz, ou des dimensions plus réduites comme dans les forts du mur d’Hadrien, où la tendance au rapetissement intervient dès le courant du IIIe s. En revanche, les casernes de la seconde catégorie dépendent entièrement, pour leur développement, de la surface laissée libre contre l’enceinte, et du dégagement imposé par les dimensions de la cour centrale, qui n’est pas d’égale importance dans les forts et les forteresses. Le cas de Deutz sert de référence pour la période constantinienne. On trouve douze baraques de 11,50 m de large et de 57,40 m de long, avec un espace interne de 580 m2. Les quatre édifices centraux ont la même largeur mais une longueur plus courte de 54,20 m (550 m2). Les bâtiments connaissent des subdivisions internes en bois et torchis, que l’on ne peut malheureusement estimer avec précision. Aucune identification d’écuries n’est possible, malgré le nombre de petits objets découverts qui attestent la présence de cavaliers (Carrol-Spillecke 1 997).

FIG. 169
Casernements dans le périmètre des forts : 1 Deutz (Caroll-Spillecke 1997, 144, fig. 1, 63, d’après Precht) ; 2 Housesteads (Daniels 1980, 174) ; 3 South Shields : a fin du IIIe s., b milieu du IVe s. (Bidwell 1991, 14, fig. 3, 5) ; 4 Bavay (Loridant et al. 2001, 36) ; 5 Arras (dessin A. Jacques, service archéologique municipal d’Arras) ; 6 Kellmünz (Mackensen 1999, 211, fig. 7, 8).

dessins R. Brulet, sauf no 5.

FIG. 170
Casernements contre les courtines () : 1 Altrip (Schnurbein 1991b, 209, fig. 35, 1) ; 2 Alzey (Oldenstein 1993, 131, fig. 3) ; 3 Eining (Mackensen 1999, 216, fig. 7, 12) ; 4 Bürgle (Mackensen 1999, 213, fig. 7, 10).

dessins R. Brulet.

104Le renouvellement de nos connaissances sur les casernements du Bas-Empire nous est venu du nord de l’Angleterre, où l’évolution de ceux-ci a été suivie dans des camps du Principat jusqu’à la fin de la présence militaire romaine dans l’île (Bruler 2004 ; Hodgson & Bidwell 2004). L’observation de baraques, de format réduit, dénommées chalets, à Wallsend et sur le mur d’Hadrien, a d’abord conduit à l’hypothèse de leur utilisation par les soldats et par leur famille (Daniels 1980). Par la suite, cette vue a été corrigée dans la mesure où leur apparition remonte à une période antérieure à la réorganisation de l’armée par Dioclétien ; on dispose d’un modèle à peu près similaire à South Shields, pour la fin du iiie s. et le milieu du ive s. Le bloc de casernes voit sa surface réduite (39,50 x 6,50 m), avec un nombre moins grand de contubemia. Les cinq baraques sont munies de divisions internes et jouxtées par d’autres locaux, notamment des ateliers (Bidwell 1991). On peut raisonnablement mettre en rapport ces modifications avec la diminution de la taille des unités. On passerait ainsi de huit à six hommes par chambre (Hodgson 1999), en prenant comme ratio 2 m2 par homme (papilio) ou 1 m2 par homme (arma) [Mackensen 1987]. Quoi qu’il en soit, les blocs de casernes ont moins de contubemia au Bas-Empire. La véritable rupture entre l’occupation de ce type de bâtiment par des militaires puis par un autre groupe social semble se situer autour de 370 ap. J.-C., à Vindolanda et à South Shields (Hodgson & Bidwell 2004). Quelques informations supplémentaires sont apportées par des sites civils, Bavay et Arras, où ont été logés des contingents militaires. À Bavay, une rangée d’au moins huit chambres a été retrouvée aux abords de la basilique du forum. Le bloc a été implanté tardivement sur le cardo, à la fin du ive ou au début du ve s., à une époque où cet axe viaire, désaffecté, intégrait l’extension de la fortification. Les baraques sont bâties sur sablières basses avec pans de bois. La longueur des pièces varie entre 4,80 et 6,05 m, la largeur entre 2,90 et 3,00 m (Loridant et al. 2001). En revanche, le témoignage fourni par Arras est quelque peu confus. Le long de l’enceinte, mais non contre elle, on trouve, à l’aube du ve s., deux casernes constituées par des bâtiments rectangulaires de 43,00 x 6,50 m, scindés en deux parties inégales par une cloison centrale. Les chambres sont au nombre de huit. Juste à côté, on a mis au jour une écurie de 31,00 x 5,20 m. À Boulogne, une partie des casernes a été rebâtie au ive siècle, avec cloisonnement intérieur en torchis mais le plan est incomplet. Elles sont occupées au moins jusqu’à Gratien (Seillier 1996b).

105Le plan à casernements périphériques constitue à lui seul un dossier particulièrement intéressant. On sait que cette configuration existe auparavant dans les petits camps auxiliaires du Principat, et qu’au Bas-Empire elle est plus souvent liée aux forteresses de petites dimensions, même si Alzey et Altrip représentent des exceptions à la règle énoncée ci-dessus. Le plan à casernements périphériques se retrouve le plus fréquemment dans les “quadriburgia”. Il est aussi représenté dans les petites forteresses, comme à Liberchies II, et dans les sites célèbres de Eining, Kellmünz et Bürgle, proches du Danube.

106À Altrip, les bâtiments périphériques sont systématiquement organisés le long des courtines et très larges (35 à 40 m2). La largeur des pièces oscille entre 4,00 et 7,50 m pour une profondeur de 8,50 ou 10,50 m. Les bâtiments ont été très probablement construits avec un étage, mais la reconnaissance précise des blocs de casernes est ici particulièrement malaisée, certaines grandes salles échappant certainement à cette fonction. À Alzey, seules les faces ouest, sud et sud-est sont pourvues de casernes de 8 m de longueur par 4,70 m de largeur. Les forteresses de Eining, Kellmünz et Bürgle apportent un certain nombre d’informations. À Eining, quatre baraques de cinq ou six conturbemia ont été identifiées. Elles ont probalement un étage (Mackensen 1994). Avec leur superficie de 17 à 20 m2, elles sont semblables à celles de South Shields. Bürgle dispose d’un plan ramassé dans lequel s’alignent des chambres en bois, mais comme leurs dimensions ne sont pas identiques, l’identification de leur usage est malaisée. Le fort de Kellmünz s’illustre par une caserne en bois non attenante au rempart, de 26 m de long et de 6,80 m de large, comprenant cinq contubemia d’environ 22 à 24 m2 de surface, prolongés par un local plus grand réservé aux officiers.

107Pour la fin de l’époque romaine, et plus particulièrement au ve s., on dispose avec Alzey d’un témoin privilégié qui permet d’illustrer une évolution marquante dans l’occupation de ces forts, vers 440 ap. J.-C. Au lieu d’être construits contre la muraille, les nouveaux bâtiments sont élevés dans la cour, dans le désordre le plus complet. Ils n’occupent qu’une petite partie de l’espace disponible, témoignant d’un habitat réduit. La technique de construction a changé : ce sont des bâtisses en pans de bois, allongées, précédées de portiques (fig. 171).

FIG. 171
Casernements tardifs ou baraques (milieu du Ve s.) : Alzey, phase III (Oldenstein 1995, 88).

108Les fortifications de hauteur sont également dotées de bâtiments en bois qui peuvent s’apparenter partiellement à des casernes, même s’il est difficile de les identifier comme telles. Les sites concernés ne manquent pas, comme la colline de Carschlingg, à Castiel, ou le Moosberg. On y reconnaît des bâtisses en bois alignées sur un axe ou adossées au rempart. Nous entrons dans une logique d’organisation qui est moins systématique. Le fait qu’une architecture similaire soit présente dans les sites de hauteur, à l’extérieur de l’Empire, comme au Runde Berg (Urach), montre que l’aspect civil s’y surajoute.

3.4.4 Les entrepôts

109L’horreum conserve au Bas-Empire son importance logistique dans l’organisation militaire, mais cette fonction se double d’un intérêt stratégique, avec la nécessité soit d’une protection renforcée des zones de stockage, soit de l’étude d’un acheminement et d’une distribution des denrées qui se modifient fréquemment à cette époque. La formule est bien résumée, pour le nord de la Gaule, par la citation de saint Jérôme : non castella sed horrea Belgis. Les villes remparées sont le lieu tout désigné pour accueillir des entrepôts, que l’on retrouve aussi dans les fortifications militaires (fig. 172).

FIG. 172
Entrepôts intérieurs aux forteresses : 1 Maastricht (dessin T. Panhuysen, service archéologique de la ville de Maastricht), 2 Innsbruck/Wilten (Mackensen 1994, 508, fig. 15), 3 Schaan (Mackensen 1994, 510, fig. 17) ; entrepôts extérieurs : 4 Eining (Mackensen 1994, 488, fig. 7), 5 Goldberg (Mackensen 1994, 506, fig. 13) ; entrepôts de fortifications de hauteur : 6 Lorenzberg bei Epfach (Mackensen 1994, 507, fig. 14, selon Werner 1969).

110Valkenburg offre un bon témoignage archéologique d’un approvisionnement en blé venant d’Angleterre, avant d’être redistribué par voie fluviale. L’horreum en bois du camp ancien semble avoir été refait vers 316 et 365. Dans les villes, ces entrepôts sont fréquemment attestés, mais leur fonction militaire ne peut être démontrée : c’est le cas à Kaiseraugst, à Yverdon et surtout à Maastricht, où l’édifice s’étend sur trois nefs de 5 m de largeur (32,42 x 16,82 m).

111Les fortifications militaires peuvent comprendre au moins un horreum, comme c’est le cas à Cuijk. Elles peuvent être encombrées de nombreux entrepôts, fait maintes fois attesté dans le nord de l’Angleterre depuis le iiie s., ou, au contraire, être la principale raison d’être de leur présence (Innsbruck). Ce dernier cas est caractéristique : la forteresse abrite deux entrepôts à trois nefs (de 62 x 17 m) découpées par deux rangées de quatorze piliers, situés à 4 m d’intervalle. La question de l’antériorité des horrea par rapport à l’enceinte du castellum est posée (Mackensen 1994). À l’inverse, le cas de Schaan correspond mieux à un horreum construit contre la courtine sud du fort, lorsque celui-ci existait. Un autre schéma existe, à Eining et au Goldberg, avec des horrea édifiés à l’extérieur de l’enceinte et contre celle-ci. Les quadriburgia ont une forme qui permet d’accueillir commodément ce genre de bâtiment. On connaît aussi l’existence de deux petits horrea, de dimensions modestes, à Alzey, dans la cour du fort, mais l’identification n’est pas assurée. Enfin, le monde des fortifications de hauteur n’est pas toujours en reste, comme le prouve l’entrepôt du Lorenzberg, près d’Epfach, de facture moins régulière (Mackensen 1994). Beaucoup de ces initiatives remontent à la période Valentinienne.

3.4.5 Les thermes

112Les thermes offrent une fonctionnalité qui demeure importante, au moins dans la première moitié du ive s.

113Les camps de grande dimension ont leurs thermes à l’intérieur du périmètre fortifié. Il faut néanmoins les considérer avec quelque réserve à partir du moment où ils figurent dans des complexes qui seront amenés à se développer dans une orbite plus urbaine que militaire. Les thermes de Boppard, de Bad Kreuznach et surtout de Kaiseraugst sont de bons exemples de cette problématique. L’état dans lequel on les a reconnus est le résultat de nombreuses transformations qui conduisent ces bâtiments, au ve s. et plus tard, vers une destinée différente, parfois chrétienne. Ailleurs, à Famars et à Heerlen, les thermes monumentaux de l’époque du Principat semblent avoir été considérés comme suffisamment importants pour devenir l’objectif à protéger par une enceinte ou un retranchement. Mais ici, les thermes seront vite délaissés.

114La forteresse de Boppard offre un bon exemple de thermes monumentaux d’époque romaine tardive, édifiés à l’intérieur du camp. Dans la maçonnerie figurent des tuiles estampillées de la XXIIe légion qui accréditent une construction d’origine militaire et une datation antérieure au milieu du ive s., ce qui est d’ailleurs confirmé par des monnaies de Constantin II retrouvées sous le sol (Eiden 1974).

115La forme habituelle dans laquelle apparaissent les bains d’origine militaire est souvent réduite. Il s’agit alors de petits thermes ne reprenant que l’essentiel des besoins, un caldarium et un frigidarium de surface réduite. La référence en la matière est constituée par le fort de Richborough. Sur le continent, ils peuvent se localiser à l’intérieur des murs, comme à Haus Bürgel, contre le rempart, ou à l’extérieur de la courtine, comme à Zurzach, Liberchies II et à Furfooz. Les éléments chronologiques recueillis montrent plusieurs fois que les thermes tombent en désuétude après le milieu du ive s.

Table des illustrations

Légende FIG. 145 Castra urbains : 1 Tricesimae à Xanten (Bechert & Willems 1995, fig. 52) ; 2 Boppard (Johnson 1983a, fig. 57) ; 3 castrum Rauracense à Kaiseraugst (d’après Schwarz 1998, fig. 1).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22288/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende FIG. 146 Plans de quelques forts aux normes de la "légion" du Bas-Empire : 1 Deutz (Bogaers & Rügers 1974, 164, fig. 64) ; 2 Pachten (?) [Johnson 1983a, 156, fig. 60] ; 3 Yverdon (Fellmann 1992, 322, fig. 4) ; 4 Alzey (Oldenstein 1993, 131, fig. 3) ; 5 Bad Kreuznach (Johnson 1983a, 149, fig. 57) ; 6 Horbourg (Johnson 1983a, 160, fig. 63) ; 7 Portchester (Maxfield 1989, 161, fig. 58) ; 8 Richborough (Maxfield 1989, 144, fig. 48) ; 9 Oudenburg (Brulet 1990a, 121, fig. 29).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22288/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende FIG. 147 Plans de forts tardifs : 1 Krefeld/Gellep (Reichmann 1998, 31, fig. 7) ; 2 Oedenburg (dessin Université de Freiburg im Breisgau).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22288/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 148 Plans de forteresses, du type "quadriburgium" : 1 Irgenhausen (Fellmann 1992, 323, fig. 9) ; 2 Schaan (Mackensen 1999, 234, fig. 7, 24) ; 3 Innsbruck/Wilten (Mackensen 1999, 237, fig. 7, 26).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22288/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 149 Plans de forteresses : 1 Haus Bürgel (Fischer 1999b, 340, fig. 1) ; 2 Zurzach (Fellmann 1992, 322, fig. 1) ; 3 Liberchies II (Bruleteta/. 1995, 46, fig. 31, d’après Mertens & Brulet 1974) ; 4 Larçay (Wood 1998, fig. 1) ; 5 Dormagen (Gechter 2001, 39, fig. 8) ; 6 Eining (Mackensen 1999, 235, fig. 7, 25).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22288/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende FIG. 150 Plans de forteresses routières en terre et en bois (dessins R. Brulet) : 1 Liberchies I (Brulet 1995, 110, fig. 106, 4) ; 2 Taviers I ; 3 Braives I ; 4 Jublains I.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22288/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 151 Plans de postes routiers en terre et en bois : 1 Morlanwelz I (Brulet 1995, 110, fig. 106, 1) ; 2 Hüchelhoven (Brulet 1995, 110, fig. 106, 3) ; 3 Brühl/Villenhaus (Brulet 1995, 110, fig. 106, 2) ; 4 Heumensoord (Bogaers & Rüger 1974, 83, fig. 25.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22288/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 152 Plans de burgi avec tour, le long de la voie Bavay-Cologne (dessins R. Brulet) : 1 Cortil-Noirmont (Brulet et al. 1995, 51, fig. 36) ; 2 Taviers II ; 3 Braives II.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22288/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. 153 Burgi avec tour. En Rhénanie : 1 Asperden (Bogaers & Rüger 1974, 100, fig. 33 ; sur la côte du Yorkshire : 2 Goldsborough (Wilson 1991, 143, fig. 23, 2) ; 3 Scarborough (Wilson 1991, 143, fig. 23, 2) ; 4 Filey (reconstitution) [Ottaway 1997, 141, fig. 1, 61]. Tours de garde individuelles du limes : 5 Moers/Asberg (Bechert & Willems 1995, 49, fig. 48) ; 6 Muttenz/ Pferrichgraben (Fellmann 1992, 337, fig. 295, 3) ; 7 Rheinau/Kôpferplatz (Fellmann 1992, 337, fig. 295, 4) ; 8 Schlatt (reconstitution) [Hedinger 2000, 105, fig. 2] ; 9 Finningen (Mackensen 1999, 233, fig. 7, 22). Tours routières (Brulet 1995, 114, fig. 113) : 10 Morlanwelz II ; 11 Hulsberg/Goudsberg.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22288/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende FIG. 154 Fortifications de rivière : 1 Engers (Johnson 1983a, 141, fig. 54) ; 2 Zullestein (Baatz & Hermann 1989, 505, fig. 484) ; 3 Ladenburg (reconstitution Heukemes 1981 puis Bechert 1982, 259, fig. 360).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22288/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende FIG. 155 Fortification en tête de pont de Bâle (Hedinger 1998, 117, fig. 7).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22288/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5k
Légende FIG. 156 Dépôts fortifiés : 1 Eisenberg (Cüppers 1990, 360, fig. 253, selon Bernhard 1981b) ; 2 Bad Dürkheim/ Ungstein (Cüppers 1990, 320, fig. 202, selon Bernhard 1981b) ; 3 Sisseln (Johnson 1983a, 164, fig. 65) ; 4 Mumpf (Drack & Fellmann 1988, fig. 441) ; Mumpf (reconstitution) [Drack & Fellmann 1988, fig. 442],
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22288/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 157 Fortifications rurales de plaine. Avec tour : 1 Froitzheim (restitution) [Barfield et al. 1968, 27, fig. 11], 2 Rheinbach/Flerzheim (Gechter 1986, 18) ; sans tour : 3 Rövenich (Heimberg 1977, 582, fig. 11). Fortifications rurales de hauteur, quelques sites de référence. Avec barrage : 4 Furfooz (Brulet 1995, 118, fig. 118), 5 Breisach (Johnson 1983a, 160, fig. 63) ; avec enceinte partielle : 6 Éprave (Mertens & Remy 1973, 52, fig. 30), 7 Moosberg (Garbsch 1966, annexe 2) ; avec enceinte ceinturant le plateau : 8 Bettmauer bei Isny (Mackensen 1999, 206, fig. 7, 4).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22288/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende FIG. 158 Modèles des remparts en terre et en bois des forteresses et postes routiers (dessin R. Brulet) : 1 Jublains ; 2 Taviers ; 3 Brühl/ Villenhaus ; 4 Rövenich ; 5 Froitzheim.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22288/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende FIG. 159 Exemples de portes et de ponts dans les remparts de terre et de bois (dessin R. Brulet) : 1 Liberchies I ; 2 Braives ; 3 Morlanwelz I ; 4 Heumensoord ; 5 Rövenich ; 6 Brühl/Villenhaus ; 7 Froitzheim.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22288/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 160 Techniques de fondation des murailles : 1 mur d’enceinte de Maastricht (dessin T. Panhuysen, service archéologique de le ville de Maastricht) ; 2 édifice public de Londres de la période d’Allectus (William 1991, 135, fig. 22, 5) ; 3 Aegerten (pilotis) [Bâcher & Suter 1989, 125, fig. 3].
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22288/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende FIG. 161 La tour de Zeiselmauer (Pannonie).
Crédits cliché R. Brulet.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22288/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 162 Utilisation de la technique du poutrage dans les fondations et dans les murs des forts et des tours de garde Valentiniennes du litus Saxonicum (Williams 1991, 139, fig. 22, 9) : 1 Londres ; 2 Portchester, 3 Pevensey ; 4 Aegerten (Bâcher & Suter 1989, 129, fig. 9), 5 Möhlin-Fahrgraben (Fellmann 1992, 337, fig. 295, 2).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22288/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 163 Tours d’angle (dessin R. Brulet). Plan polygonal : 12 Altrip, 3 Burg (Stein am Rhein) ; plan carré : 4 Schaan ; plan circulaire : 5 Alzey, 6 Deutz, 7 Yverdon.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22288/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende FIG. 164 Tours de courtine (dessin R. Brulet). Plan polygonal : 1 Burg (Stein am Rhein) ; plan carré : 2 Schaan ; plan semi-circulaire simple : 3 Alzey ; plan semi-circulaire avec saillie rectangulaire à l’intérieur du fort : 4 Yverdon ; plan circulaire : 5 Deutz, 6 Maastricht.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22288/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende FIG. 165 Exemples de surépaississement de tours de courtine (dessin R. Brulet) : 1 Bavay ; 2 Famars.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22288/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 166 Portes. Plan polygonal : 1 Oudenburg, 2 Stein am Rhein/Burg ; plan de type “Andernach" : 3 Alzey, 4 Altrip ; plan carré avec bastions en saillie vers l’extérieur : 5 Larga ; plan à tour porte : 6 Irgenhausen, 7 Schaan ; plan semi-circulaire à base plate : 8 Deutz.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22288/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 167 Principia. Plans traditionnels du IIIe s. : 1 South Shields (Welsby 1982, fig. 32, 2), 2 Reculver (Welsby 1982, fig. 33, 2) ; plans traditionnels de la fin du IVe s. : 3 Housesteads (Welsby 1982, fig. 37, 1), 4 Alet (Langouët 1987, 105, fig. 60) ; plans évolués ou incomplets du IVe s. : 5 Richborough (Welsby 1982, fig. 34, 2) ; Lympne (Welsby 1982, fig. 34, 1) ; 7 Alzey, phase 1 (367-407 ap. J.-C.) [Oldenstein 1995, 88] ; 8 Alzey, phase II (407-443 ? ap. J.-C.) [Oldenstein 1995, 88],
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22288/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende FIG. 168 Exemples de petits édifices centraux dans les forteresses (principia cum praetorio ?) : 1 Eining (Mackensen 1999, 216, fig.7, 12) ; 2 Isny (Mackensen 1999, 206, fig.7, 4).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22288/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 6,2k
Légende FIG. 169 Casernements dans le périmètre des forts : 1 Deutz (Caroll-Spillecke 1997, 144, fig. 1, 63, d’après Precht) ; 2 Housesteads (Daniels 1980, 174) ; 3 South Shields : a fin du IIIe s., b milieu du IVe s. (Bidwell 1991, 14, fig. 3, 5) ; 4 Bavay (Loridant et al. 2001, 36) ; 5 Arras (dessin A. Jacques, service archéologique municipal d’Arras) ; 6 Kellmünz (Mackensen 1999, 211, fig. 7, 8).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22288/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 170 Casernements contre les courtines () : 1 Altrip (Schnurbein 1991b, 209, fig. 35, 1) ; 2 Alzey (Oldenstein 1993, 131, fig. 3) ; 3 Eining (Mackensen 1999, 216, fig. 7, 12) ; 4 Bürgle (Mackensen 1999, 213, fig. 7, 10).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22288/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 171 Casernements tardifs ou baraques (milieu du Ve s.) : Alzey, phase III (Oldenstein 1995, 88).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22288/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende FIG. 172 Entrepôts intérieurs aux forteresses : 1 Maastricht (dessin T. Panhuysen, service archéologique de la ville de Maastricht), 2 Innsbruck/Wilten (Mackensen 1994, 508, fig. 15), 3 Schaan (Mackensen 1994, 510, fig. 17) ; entrepôts extérieurs : 4 Eining (Mackensen 1994, 488, fig. 7), 5 Goldberg (Mackensen 1994, 506, fig. 13) ; entrepôts de fortifications de hauteur : 6 Lorenzberg bei Epfach (Mackensen 1994, 507, fig. 14, selon Werner 1969).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22288/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 49k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search