Version classiqueVersion mobile

Le triangle du XIVe

 | 
Sabine Chalvon-Demersay

Chapitre 1. Pourquoi habiter là ?

Texte intégral

1Lorsqu’on interroge les nouveaux habitants sur les raisons qui les ont poussés à venir s’installer dans cette partie du XIVe, l’image du quartier n’apparaît pas, à première vue, comme un élément déterminant du choix.

2L’ensemble des personnes enquêtées présente le choix du quartier comme secondaire ; il est subordonné à deux autres options beaucoup plus importantes. La première, c’est le désir de demeurer à Paris. La seconde, c’est l’aspect du logement choisi. L’implantation résulte donc d’un compromis entre une exigence spatiale beaucoup plus vaste (la capitale) et une opportunité locale beaucoup plus restreinte (l’appartement).

3Le désir de rester à Paris a de nombreuses conséquences pour le mode de vie : rester ou partir, c’est mettre plus ou moins de distance entre soi et le cœur de la ville, le lieu de la culture, des théâtres, des cafés, des cinémas, des expositions, des bibliothèques, des grands libraires, des boutiques, des copains. Etre dans Paris, c’est être relié à tout Paris et payer de l’exiguïté d’un espace domestique étriqué, l’élargissement des perspectives dans l’espace urbain possédé. La ville exerce une attirance considérable, dont les considérations de prestige ne sont pas absentes, l’accent étant davantage mis sur le prestige culturel que sur le prestige social, même si les deux sont, en fait, plus liés qu’il n’y paraît et si derrière un parisianisme qui se légitime par la référence à l’histoire et à la culture, se glissent des considérations de statut.

4Tous s’accordent sur cette priorité accordée à Paris, rejetant en une critique unanime à la fois le reste de la France (la province) et la périphérie de la ville (la banlieue). Le cas d’un couple d’enseignants illustre parfaitement cette mentalité :

On avait passé quatre ans dans le Nord. On était tous les deux nommés dans un CES lugubre à trois kilomètres d’une petite ville. On s’embêtait à mourir. Il n’y avait rien à faire. Rien. On ne s’est même pas installé. On a passé quatre ans à l’hôtel. Pendant les vacances, on partait dans les Vosges. On n’avait qu’une idée c’était de revenir à Paris. Échapper à cette morosité. Quand on a eu un poste en grande banlieue, on est tout de suite revenu s’installer ici (Madeleine).

5Quant à la banlieue, elle est également repoussée par ceux qui ont pu l’éviter ; l’homogénéité d’une population à laquelle on ne cherche pas à être assimilé, la banalisation du bâti minéral, l’importance des trajets contribuent à en dresser un tableau peu attrayant : terre d’asile des classes défavorisées, terre d’exil des classes moyennes intellectuelles :

J’aurais pu faire le choix d’aller vivre en banlieue et j’ai beaucoup hésité. Je me suis posé la question. Et je ne peux pas... je flippe. Quand on peut... Ceux qui ne peuvent pas faire autrement, bon, d’accord. On fait ce qu’on peut dans la vie. Mais quand on peut faire autrement, je ne sais pas pourquoi j’irais me foutre dans une cité HLM avec le boulanger à 500 m, le cinéma, il faut prendre la voiture, avec pas de lumière et un flippe quand tu rentres à la maison tous les soirs à minuit... J’ai vécu comme ça dans ma vie pendant un an dans une cité HLM, que des HLM devant, derrière des tours, des tours, des tours. Je ne pouvais pas faire autrement à l’époque. Bon. C’est pas non plus inhumain. J’ai pu vivre. J’étais pas malheureuse. Le soleil brillait pour moi aussi. Je vivais un petit amour aussi. C’était pas mal. Mais je préfère vivre autrement (Janette).

6Après cette première évaluation, c’est-à-dire une fois éliminée l’éventualité d’une installation dans le reste d’un territoire que se partagent 52 millions de Français, le contenu des exigences peut se déployer à l’intérieur de l’espace ovoïdal inclus entre les deux arcs de cercle des boulevards périphériques.

7La capacité de ce groupe social à se répandre dans l’espace et à s’approprier les sites qu’il traverse en y transférant ses repères, modifie les termes des conditions d’installation ; elle lui permet de dépasser les caractéristiques propres au quartier en bénéficiant de la plus-value sociale et culturelle engendrée par l’insertion dans la capitale.

8Ce qui, par conséquent, apparaît comme un élément déterminant dans la sélection du site, c’est le réseau des liaisons entre le lieu de résidence et le reste de la cité. De nombreux interviewés insistent sur l’importance de ce facteur dans leur choix : la station de métro Denfert-Rochereau est située à l’intersection de deux lignes (n° 6 et n° 4) qui présentent l’avantage capital de relier Paris d’est en ouest et du nord au sud. Le RER assure la jonction avec la Ligne de Sceaux, la prolongation récente du tronçon permettant de gagner en quelques minutes la gare du Nord. De nombreuses lignes d’autobus, les grands axes routiers que constituent l’avenue du Général-Leclerc qui, prolongée par l’avenue Denfert-Rochereau, débouche sur le boulevard Saint-Michel, le boulevard Montparnasse ou le boulevard Port-Royal, tous ces éléments reviennent dans une longue énumération, transformés en arguments pour le choix du quartier.

9Cela débouche sur une apologie du XIVe comme quartier central :

Il y a l’aspect central de cet immeuble. Tu es près du quartier Latin. Tu es près de Beaubourg (Olivier).

10Pourtant, à la vue d’un plan de Paris, le quartier semble plutôt déporté vers le sud. Et si on traçait un cercle dont Beaubourg serait le centre et Alésia l’extrémité, celui-ci engloberait pratiquement toute la capitale.

11Toutes ces évaluations ont en commun le fait qu’elles reconnaissent à l’endroit, comme avantage principal, le fait de « n’être pas éloigné de ce qu’il n’est pas ».

J’aime beaucoup ce quartier parce que c’est pas loin de Montparnasse, pas loin de Saint-Germain-des-Prés, pas loin de la rive gauche (Aline).

12Ce qui indique que l’enjeu est moins dans le local que dans l’extra-local, puisque la qualité essentielle du site vient de la possibilité d’en sortir pour joindre d’autres lieux. Que ce soit le lieu de travail :

J’ai pas vraiment choisi. C’était sur la ligne de métro qui va à la Porte-d’Orléans et moi, je prends mon bus à la Porte-d’Orléans. Mais c’est pas parce que j’avais spécialement entendu parler du XIVe avant. J’étais dans le XVe. J’y serais peut-être restée. Ça me plaisait. Je m’y sentais bien (Cécile).

13Ou les pôles de loisir, la campagne :

T’es tout près du périphérique. L’autoroute du Sud. La forêt de Fontainebleau (Robert).
J’aime bien habiter près d’une porte. Porte-d’Orléans, c’est symbolique. C’est une extrémité. Dans une ville, il y a le cœur, l’île Saint-Louis. Et puis il y a les portes. C’est ma fuite, ma fuite à moi, ma fuite hors de la ville (Jean-François).

14Mais surtout l’engouement pour le quartier vient des liens étroits qui le relient au quartier Latin, centre qui s’étend du Panthéon à Saint-Germain-des-Prés qu’un passé multi-séculaire a affecté à la jeunesse, dans une tradition continue de François Villon aux existentialistes. Mémoire relayée par les nostalgies personnelles des années estudiantines :

Les gens en fin d’études ou dans les premières années de leur vie professionnelle, alors qu’ils ont encore des revenus modestes n’ont pas tellement envie de s’éloigner du quartier Latin pour des raisons assez sentimentales. On a une certaine attache avec le coin (Jean-Marie).

15Le XIVe se présente alors comme un espace de transition adapté à une phase de transition : si l’une des caractéristiques de cette population consiste à refuser les seuils et les ruptures brutales dans une volonté de prolonger le plus longtemps possible les caractéristiques d’un « mode de vie de la jeunesse », le choix du quartier participe bien de cette idéologie globale : le XIVe incarne la proximité encore, mais le début de la distance ; les prémices de la maturité. Il se constitue comme annexe d’un centre devenu inaccessible pour des revenus de débutants, étant donné le dérapage des prix de l’immobilier dans ces quartiers et l’émergence avec l’âge, d’une exigence nouvelle de confort au sein du groupe. Le passage de la chambre de bonne du sixième sans ascenseur, sans cuisine, sans salle de bains au studio ou au deux-pièces aménagés, débouche obligatoirement sur une éviction à la périphérie d’un centre qu’on aurait bien voulu ne pas quitter. Pour descendre de quelques étages, il faut changer de quartier.

16Finalement, le choix du quartier dépendrait moins de l’évaluation de caractéristiques internes au quartier que de considérations externes : sa situation dans la ville.

17L’autre facteur déterminant dans la décision d’implantation, c’est la qualité de l’appartement choisi : la dimension, la disposition des pièces et tout ce qu’on appelle « le charme » de l’endroit, ce petit rien indéfinissable, agrégat de considérations esthétiques variées qui permet de justifier l’installation dans des greniers, des mansardes, des entresols à soupirail, des locaux industriels ou commerciaux, des espaces trop hauts de plafond, trop hauts de plancher, pleins de place perdue, dysfonctionnels, qui présentent l’avantage, par hasard (ou peut-être par nécessité), d’inverser les normes classiques de confort et d’agrément des logements. En valorisant à l’extrême ce qui est commercialement déprécié, on peut, tout en se réclamant de gratifications esthétiques, se contenter des rebuts du marché immobilier :

C’était un lieu un peu fou avec des grands couloirs. J’ai tout de suite adoré (Christine).
On a eu le coup de foudre pour l’appartement. Comme c’était un rez-de-chaussée, on avait l’impression d’habiter une petite maison. C’est ça qui nous a décidés (Annette).
Les appartements ne se louaient pas très cher. Comme c’est en face du cimetière, les gens trouvaient ça un peu morbide. Moi, j’aime bien habiter en face du cimetière. Comme je suis myope, j’ai l’impression d’être devant une ville ancienne, des ruines romaines (Robert).
A l’époque les ateliers, c’était pas tellement prisé. C’est pas comme maintenant. Parce que c’est très difficile à chauffer l’hiver. Et puis, l’été il fait très chaud. Mais nous, c’est ça qu’on aime : vivre dans une seule pièce. Tu peux créer plein d’espaces différents. C’est un lieu superbe (François).

18En fait, les personnes interrogées opèrent une péréquation entre le prix de l’appartement (valeur locative ou valeur vénale), sa superficie et la distance au centre. Moyennant quoi, la plupart d’entre elles insistent sur le caractère fortuit, voire inopiné de leur installation :

Parce que j’ai vu une annonce dans le Figaro. De particulier à particulier. Et comme je n’avais aucune envie de payer les frais d’agence, j’ai sauté dessus (Anne).
C’était dans la mesure de nos moyens (Olivier).
C’était pas cher, c’est comme ça qu’on s’est installé (Jean-Marie).
Je feuilletais le journal. Je suis tombée sur une annonce. Par hasard. Je cherchais pas du tout. C’était un deux pièces. Vraiment pas cher. J’ai téléphoné. J’y suis allée. Ça m’a plu. J’ai sorti mon carnet de chèques et j’ai fait un chèque de deux briques. J’avais pas un sou sur mon compte. Mais mon copain avait hérité d’un plan d’épargne-logement. Je suis rentrée à la maison et puis, au moment du dessert, j’ai dit : « Tiens, au fait, j’ai acheté un appartement ». Il a failli s’étrangler. Finalement il était d’accord. C’était vraiment une « occase « (Sylvie).
On a trouvé par hasard, rue Daguerre, par hasard. L’opportunité d’habiter avec une copine qui habitait là depuis trois mois. Elle avait trouvé deux piaules de bonne par son père. Ça l’a arrangée. Elle ne connaissait pas du tout le quartier. Ça aurait été Laumière ou Cadet, c’était pareil (Serge).
Je suis venue ici par hasard. J’avais une amie qui habitait rue Daguerre. Ensuite, ils sont allés rue Gassendi. Donc rue Daguerre, c’était libre. C’est le fait d’avoir des amis qui m’a fait venir ici (Annick).

19Les exemples se succèdent, innombrables, dans lesquels les enquêtes se félicitent du « hasard » qui a guidé leurs pas.

20Mais en même temps, cela conduit à s’interroger sur la distance qui exite entre la perception individuelle des choix et les logiques et stratégies collectives qui les dirigent. A lire les entretiens, on s’aperçoit que ce fameux « hasard » prend bien souvent deux formes qui sont, d’une part, « un appartement pas cher », d’autre part, « des copains qui y habitaient ». On peut donc se demander ce qui se cache derrière cette forme de présentation et si les appréciations insistant sur le caractère aléatoire de l’implantation ne masquent pas le fait qu’il existe une logique économique, et sociologique, qui les conduirait à habiter dans ce quartier précisément plutôt qu’ailleurs. L’afflux des classes moyennes intellectuelles dans le XIVe s’expliquerait à la fois par la modicité des loyers et par une valorisation collective du site, le premier critère ne pouvant se suffire à lui-même. La référence, dans les discours, à l’improvisation et au hasard révélerait simplement que ces stratégies ne sont pas nécessairement conscientes, ou même qu’elles peuvent être occultées.

21Cependant, ces conclusions doivent être nuancées car le XIVe arrondissement est loin d’être le seul quartier parisien à connaître ce type de transformation. Il faut, pour comprendre les motivations du choix du quartier, tenir compte à la fois de la spécificité de Paris et des caractéristiques propres au groupe social étudié. Il y a effectivement, étant donné ses exigences, beaucoup d’arrondissements « possibles ».

22Un renseignement intéressant est fourni lorsqu’on interroge les enquêtes sur les « quartiers alternatifs », c’est-à-dire ceux où ils auraient pu et voulu habiter, ceux qu’ils ont sélectionnés lorsqu’ils cherchaient un logement. La liste est longue et se retrouve de façon récurrente dans la plupart des entretiens : le IIIe, le IVe, le XIe, le XIIe, le XIIIe, le XVIIIe, le XXe et, éventuellement, le IIe et le XIXe, et certains coins du XVe et du XVIIe. Avec à l’intérieur de ces arrondissements une nette prédilection, voire une exclusive pour les quartiers anciens. Des précisions sont apportées par les appellations précises des micro-quartiers : le quartier Temple, la rue des Archives, « près de Beaubourg », la rue du Roi-de-Sicile, la rue des Rosiers, la Bastille, la place d’Aligre, le canal Saint-Martin, la Butte-aux-Cailles, Montmartre et le reste, le vieux Belleville, Ménilmontant, le Sentier, le coin de la rue de Lévy, le quartier Commerce, etc. Un interviewé affirme :

Il n’y avait pas de quartier rejeté a priori (Serge).

23Une jeune fille précise :

Aucun quartier ne m’est interdit... Sauf les quartiers bourgeois (Béatrice).

24Assertion qu’il serait simpliste et faux de réduire à une recherche de reclassement dans une stratégie du statut : ce rejet procède d’abord d’une adaptation aux impératifs économiques. Ces quartiers ne sont pas envisageables d’abord parce qu’ils sont inaccessibles. Et en second lieu, ils sont refusés pour des raisons de mode de vie : l’austérité luxueuse des beaux quartiers dont on dit qu’ils sont « froids », « mornes » et « morts » ne correspond pas aux normes en cours au sein d’un groupe social qui cherche moins à reprendre à son compte les valeurs d’une bourgeoisie traditionnelle qu’à promouvoir un modèle culturel et esthétique nouveau, qui est gratifiant parce qu’il est vécu comme porteur d’alternative et de modernité. Ce modèle tend à constituer une filière parallèle entérinée par la formation à son sommet d’une « bourgeoisie nouvelle » qui laisse ouvertes les possibilités de promotion individuelle interne, posant les fondements d’une hiérarchie autonome et concurrente. Moyennant quoi, on trouve effectivement des personnes appartenant à cette couche sociale et idéologique dans de nombreux quartiers parisiens.

25Le processus semble être le suivant : dans le cadre des grandes tendances d’évolution qui affectent la capitale (baisse de la population, dédensification des logements, destruction des îlots insalubres, diminution de la population ouvrière), de nouveaux habitants se glissent dans les interstices d’un tissu urbain en transformation, se faufilant dans les maillons faibles du marché immobilier. Et ils mobilisent pour faciliter leur intégration les ressources offertes par une tradition locale qu’ils s’approprient. Cela n’empêche pas que la pénétration par les classes moyennes intellectuelles soit, sans doute, dans ce quartier plus avancée qu’ailleurs du fait de la combinaison d’un certain nombre de facteurs :

  • la structure de l’immobilier et la petite taille des appartements (studio ou deux-pièces) ;
  • le niveau modéré des prix de l’immobilier (au moment de la première étape de l’enquête).

26Et surtout, la double contiguïté, d’une part avec le quartier Latin et, d’autre part, avec un secteur de rénovation, le quartier Plaisance-Pernety, qui s’étend de l’autre côté de l’avenue du Maine, où l’effervescence des mouvements associatifs, l’ampleur des luttes urbaines, les mouvements de squatterisation ont contribué à donner au XIVe dans son ensemble, l’image d’un arrondissement « militant ».

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search