Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le triangle du XIVe

 | 
Sabine Chalvon-Demersay

Introduction

Texte intégral

1La présente étude s’est déroulée dans un quartier ancien de la capitale, une partie du XIVe arrondissement. Apparemment préservé, épargné par les changements brutaux de la rénovation urbaine, ce quartier connaît depuis quelques années un certain nombre de modifications liées à l’afflux d’une vague d’habitants récents appartenant à ce qu’on pourrait appeler « les nouvelles couches moyennes ». Attirés par le caractère pittoresque de ce site et par la tradition d’artiste de la colline Montparnasse, ces nouveaux habitants s’installent dans les appartements libérés par la mort ou les départs d’une population vieillissante et entraînent par leur présence une transformation de l’espace et des rapports sociaux. Ce sont ces changements que nous avons étudiés.

  • 1 Ulf Hannerz, Explorer la ville, Paris, Éditions de Minuit, 1983.

2Il ne s’agit donc pas de présenter l’ensemble des processus de mutation affectant le secteur, mais simplement de sélectionner une seule direction d’analyse, passant, pour reprendre l’expression de Ulf Hannerz1, de l’ethnographie de la ville à l’ethnographie dans la ville en tentant de répondre à une double interrogation :

  • Quel rôle le quartier joue-t-il pour ces nouveaux arrivants ?
  • Quel rôle ces nouveaux arrivants jouent-ils dans le quartier ?

1. Plan du XIVe (Extrait du plan des Ed. Ponchet-Plan-Net).

  • 2 Cf. Odile Benoit-Guilbot, Identité sociale, action collective et pouvoir résidentiel à Jaricourt, (...)
  • 3 Expression qui revient fréquemment dans de nombreux entretiens.

3Quel rôle le quartier joue-t-il pour les nouveaux arrivants ? Pourquoi sont-ils venus ? Le choix d’installation relève-t-il du hasard pur et simple ou n’est-il pas régi par des stratégies implicites qui conduisent à sélectionner un endroit plutôt qu’un autre pour des raisons de statut social, chacun cherchant à optimiser l’image qu’il a de lui-même, en optant pour un lieu d’habitation qui lui corresponde2 ? Dans cette optique, les différents quartiers parisiens auraient-ils des images fortement contrastées qui aboutiraient à sélectionner d’emblée une certaine catégorie de population, attirant les uns, refoulant les autres et de la même manière que le XVIe est un quartier bourgeois, le XIVe serait-il en train de devenir un quartier « intello »3 ?

4Pour répondre à cette interrogation, il faut examiner comment les nouveaux habitants ont procédé dans leurs recherches immobilières : avaient-ils une idée précise de l’endroit où ils désiraient s’installer et ont-ils circonscrit un périmètre limité pour leurs investigations ou ont-ils au contraire cherché dans toute la capitale, le quartier dans lequel ils se sont fixés se présentant alors comme un site relativement interchangeable, permettant à un moment donné de combiner le mieux, ou le moins mal possible, des priorités préalablement établies parmi lesquelles les facteurs économiques jouent un rôle prépondérant ?

5Une fois installés, les nouveaux habitants vont-ils s’insérer quotidiennement et s’intégrer durablement dans l’endroit qu’ils ont choisi ?

6Les discours tenus sur le quartier, la mise en valeur de son caractère « villageois », sont-ils le reflet d’un certain type de conduites et renvoient-ils à une fréquentation assidue, voire exclusive, du lieu de résidence, ou sont-ils au contraire contredits par la réalité des comportements ? Quel usage ces habitants ont-ils de leur quartier ?

7D’autre part, le quartier peut-il engendrer un sentiment d’appartenance fort et devenir pour les nouveaux habitants un élément constitutif de leur identité ?

8Enfin, est-il une unité territoriale susceptible de fédérer l’ensemble de la population de résidents autour d’enjeux collectifs et de thèmes communs de mobilisation qui transcenderaient les différences d’âge et les clivages sociaux, ou n’est-il pas plutôt un site où se côtoient sans fusionner des catégories fortement différenciées, sorte de laboratoire d’expérimentation quotidienne de la pluralité ? Cela pose le problème de l’identité locale et de la pertinence d’un tel concept dans un quartier parisien, compte tenu des conditions particulières de la vie urbaine, de l’intégration dans la ville et de la mobilité.

9Quel rôle les nouveaux arrivants jouent-ils dans le quartier ?

10Quelles sont les transformations induites par leur présence ?

11Quels projets ont-ils pour leur quartier et à quoi correspond cette revendication nouvelle d’une vie locale, le quartier étant ainsi érigé comme périmètre idéal de sociabilité et lieu de déploiement d’aspirations messianiques ? Comment ces revendications sont-elles perçues par la population traditionnellement implantée et quelles sortes d’accommodements vont trouver, pour vivre ensemble, ces résidents aux normes et aux valeurs différentes, voire incompatibles ?

12D’autre part, on peut s’interroger sur la place tenue par les nouveaux venus dans l’évolution du quartier : attirés par le caractère pittoresque du site, ne contribuent-ils pas par leur seule présence à détruire cette dimension qu’ils étaient venus chercher et n’apportent-ils pas un concours direct ou indirect à la mise à l’écart de l’ancienne population que, par ailleurs, ils déplorent ? Enfin, en favorisant par leur présence la valorisation sociale et culturelle du quartier, ne posent-ils pas, à moyen terme, les jalons de leur propre exclusion ?

13Et dans ce cas, ce processus est-il spécifique ? Le XIVe est-il le seul quartier concerné par ce modèle d’évolution ? L’afflux des nouvelles couches moyennes dans ce site ne renvoie-t-il pas à un phénomène beaucoup plus général correspondant à la reconquête par des classes moyennes puis par des couches favorisées de secteurs anciens de la périphérie et de l’Est parisien ?

2. Triangle du XIVe (Extrait du plan Blondel La Rougery).

14Le quartier étudié est une portion du XIVe arrondissement. Situé au sud de Paris, il se présente sous la forme d’un triangle rectangle isocèle. Les limites latérales sont d’un côté la silencieuse et monotone rue Froidevaux qui longe la muraille aveugle du cimetière de Montparnasse et de l’autre, l’avenue du Général-Leclerc, large percée post-haussmannienne, grande artère pleine d’animation. Les commerces s’y succèdent sans discontinuité, magasins de luxe ou magasins spécialisés destinés aux achats exceptionnels plutôt qu’aux emplettes quotidiennes : bijouteries, boutiques de cadeaux, de meubles, de chaussures, de matériel électro-ménager, de vêtements élégants, agences de voyage, cinémas. Grouillante de monde, surtout le samedi après-midi, cette large avenue est à la fois un lieu de promenade et un centre d’achat. C’est un pôle d’attraction puissant qui dépasse les limites du quartier ; elle joue le rôle de centre commercial parisien pour les habitants de la banlieue Sud que la ligne de Sceaux dépose à Denfert-Rochereau.

15La troisième limite est l’avenue du Maine, qui marque la séparation avec le quartier Plaisance qui fut jusque dans les années soixante l’un des quartiers les plus ouvriers de Paris. C’est véritablement une ligne de démarcation sociale : là-bas se dressaient les immeubles vétustes et délabrés, les îlots insalubres, voués à la démolition depuis 1919. Bouleversée par les secousses de la rénovation urbaine, cette partie du XIVe commence à se hérisser de tours, dans le champ des rues éventrées, entre les terrains vagues, les maisons murées et les boutiques closes. Les tranchées ainsi ouvertes dans la ville où s’agitent les bulldozers et les grues donnent une atmosphère bien différente de celle du triangle qui, par comparaison, semble un hâvre de paix.

16Celui-ci s’étale au pied de la tour Montparnasse, calme et tranquille, pittoresque et opulent, avec ses petites boutiques, ses petits bistrots, son allure traditionnelle de quartier qui n’aurait pas changé. Les rues, plutôt étroites sont bordées d’immeubles bas, de quatre à cinq étages. On découvre au fond de courettes fleuries et verdoyantes, plantées souvent d’un cerisier, des ateliers d’artistes, constructions hétéroclites remplies de bric-à-brac que masque l’austérité des façades mornes et grises. Quelques constructions modernes apparaissent çà et là, mais elles sont rares et plutôt discrètes : leur hauteur ne dépasse pas celle des immeubles environnants. Tout cela donne un paysage urbain à l’aspect paisible et immuable.

3. Le quartier Plaisance-Pernety.

17Ce vieux quartier n’est pourtant pas ce qu’on pourrait appeler un quartier historique : situé à la périphérie de Paris, il a longtemps été exclu des mouvements qui agitaient la capitale et son histoire est celle des champs et des prés qui s’étendaient sur ces collines.

18Il correspond à une partie de l’ancienne commune de Montrouge, ainsi nommée à cause de la couleur rousse du limon argileux qui en formait le sol. Ce petit village était situé à l’extérieur de l’enceinte du mur des Fermiers Généraux. Il était hérissé de moulins à vent qui se dressaient le long de ce qui est aujourd’hui l’avenue du Général Leclerc, qui était alors la route d’Orléans, grand centre de minoterie parisienne où était transformé en farine le grain venu des plaines de la Beauce. Il y fleurissait des pépinières et ses abords s’étaient couverts de jardins maraîchers dont les produits étaient quotidiennement acheminés vers la capitale. Son sous-sol était creusé de tout un labyrinthe de galeries souterraines car c’était là que se trouvaient les carrières de pierre dont étaient extraits les matériaux servant à l’édification de Paris. L’exploitation du sous-sol avait été tout à fait anarchique et les effondrements de terrain se multipliaient. A la fin du xviiie siècle fut créée une Inspection Générale des Carrières chargée de consolider et d’entretenir cet ensemble afin d’éviter les accidents. Quelques années plus tard, en 1786, on décida de transformer en catacombes les galeries situées sous la plaine de Montrouge et le village fut longtemps sillonné par le passage de charrettes funèbres où s’entassaient les squelettes dégagés du charnier des Innocents.

19A partir du milieu du xixe siècle, le Petit Montrouge connut une forte expansion. Quelques fabriques s’y installèrent (bougies, toile cirée, amidon, produits chimiques). On commença à y tracer la plupart des rues actuelles. Cet endroit était devenu un lieu de promenade et de divertissement pour les habitants de la capitale. Les cabarets, les tavernes et les guinguettes s’étaient multipliés au pied des barrières de l’octroi, pour des raisons fiscales : on pouvait y boire du vin bon marché, non taxé, et y pratiquer des jeux de hasard. Des voitures omnibus à cheval, les « montrougiennes », permettaient de rejoindre Paris.

20En 1841, pour défendre la capitale contre d’éventuelles invasions, on décida d’entourer Paris d’un rempart militaire qui dépassait largement les frontières de l’agglomération et traversait les villages périphériques en les coupant en deux. C’était l’enceinte de Thiers, muraille fortifiée, défendue par 94 bastions et 17 forts avancés. Elle sépara le Petit Montrouge du reste de la commune.

  • 4 J.P. Babelon, « Paris », pp. 530-539, in Encyclopaedia Universalis, Paris, 1974. Voir aussi Jeanne (...)

21C’est en 1860 qu’il fut rattaché à la capitale au moment où on décida d’annexer tout le territoire inclus dans l’enceinte de Thiers. Ce fut la formation du « Grand Paris », le dernier agrandissement de la ville qui vit son territoire passer de 3 370 hectares à 7 802 et le nombre de ses habitants augmenter fortement : d’après les données disponibles, Paris comptait 1 053 000 habitants en 1841 et 1 700 000 en 1861. Il fut alors divisé en 20 arrondissements et 80 quartiers. L’annexion modifia sa composition sociale en y faisant entrer un grand nombre de cultivateurs, meuniers, maraîchers, carriers et petits rentiers qui s’étaient installés à la périphérie de la cité. Elle draina aussi toute une population ouvrière misérable à qui, depuis les embellissements d’Haussmann, le centre était interdit4. Accueillie dans l’enthousiasme par les habitants du Petit Montrouge dans un premier temps, elle suscita ensuite des mécontentements car elle déboucha sur un fort accroissement de la pression fiscale. Les communes suburbaines étaient, en effet, très en retard sur le reste de la capitale du point de vue de l’équipement, l’éclairage, la voirie, et le rattrapage fut coûteux.

  • 5 Les données historiques sont tirées de Jacques Hillairet, Évocation du Vieux Paris, Paris, Édition (...)

22C’est à cette époque que le triangle prit un aspect proche de sa physionomie actuelle : la mairie de Montrouge, œuvre de l’architecte Naissant, avait été terminée en 1855, juste avant l’annexion. Elle devint la mairie du XIVe et les quatre statues qui la surmontent et symbolisent les travaux de l’état-civil — la naissance, la conscription, le mariage et la mort — commencèrent à veiller sur le nouvel arrondissement. Il manquait une église : on construisit alors à l’angle de l’avenue du Maine et de l’avenue du Général-Leclerc l’édifice de Saint-Pierre de Montrouge. Tirant parti de l’emplacement triangulaire qui lui était proposé, l’architecte Vaudemer mélangea les styles roman et byzantin5.

  • 6 5 % des immeubles datent de la période précédant l’annexion ; 21 % ont été construits entre 1915 e (...)

23Simultanément, le quartier commençait à se construire : les deux tiers des immeubles actuels ont été élevés entre 1870 et 1914. Cette proportion est plus importante que la moyenne de Paris où seulement 46 % du parc immobilier date de cette époque6. Cette dominante architecturale favorise l’impression d’homogénéité et de permanence qu’on retire d’une promenade dans le quartier.

4. Le XIVe côté jardin

  • 7 Le nombre de logements par îlot a augmenté de 1,25 % entre 1968 et 1975.
  • 8 L’indice d’inconfort (...)

24Cependant, cette enclave à l’apparence immobile a connu dans les dernières années un certain nombre de transformations. Elle n’a pas échappé aux grandes évolutions qui affectent la capitale. Depuis la fin de la guerre sa population baisse de manière régulière et continue. En 1946, d’après les données du recensement, le triangle comptait 18 441 habitants, en 1962, 15 747, en 1975, 14 294. C’est-à-dire qu’en une trentaine d’années il a perdu près d’un quart de sa population. Le nombre d’habitants par résidence principale a donc nettement diminué, d’autant plus que le parc immobilier s’est légèrement accru ces dernières années7. Les logements sont moins peuplés mais aussi moins inconfortables8.

5. Évolution des catégories socio-professionnelles dans le XIVe entre 1968 et 1975 (en pourcentages)

5. Évolution des catégories socio-professionnelles dans le XIVe entre 1968 et 1975 (en pourcentages)

25La composition de la population s’est modifiée. Comme dans le reste de la capitale, on constate une désertion des classes populaires. Les ouvriers mais aussi les employés quittent le triangle. Ils sont remplacés par des cadres supérieurs et des cadres moyens.

  • * Schéma emprunté à Béatrice Letessier Boutang, Le quartier Daguerre, Mémoire de maîtrise de cartogr (...)

6. Évolution dans le XIVe et dans le quartier Daguerre entre 1968 et 1975*

6. Évolution dans le XIVe et dans le quartier Daguerre entre 1968 et 1975*

26Ces transformations sont visibles lorsque l’on fréquente un peu le quartier. Les boutiques traditionnelles sont remplacées par de nouveaux commerces. Une vieille boulangère part à la retraite ; aussitôt s’ouvre à sa place un salon de thé décoré de tentures afghanes. On peut y savourer des tartes au citron-maison et déguster toutes sortes de thés différents, servis par une jeune fille à pantalon bouffant et kimono doré. Un peu plus loin s’ouvre une galerie de tableaux naïfs ou une boutique de marionnettes de tissus, poupées de porcelaine et jouets de bois peint qui remplacent les joujoux en plastique. Une boulangerie annonce à ses clients qu’elle a renoncé aux commodités traîtresses du gaz et de l’électricité et qu’elle cuit son pain uniquement au feu de bois. Des magasins écologiques présentent leurs produits naturels, parfois quelque peu rabougris, mais garantis sans engrais, sans pesticides, ni colorants. A la place d’une mercerie désuète, un petit atelier ouvre ses portes : une jeune femme y confectionne des vêtements pour enfants en patchwork.

27Quelques façades aussi changent d’allure : ici un atelier qui ressemble à un navire hérissé de mâts et de vergues échoué sur un trottoir ; là une maison décorée de grosses pastilles violettes qui lui donnent une allure de tissu à pois... Parfois, au fond d’une cour de grandes fresques multicolores s’étalent majestueusement.

28On voit de vieux immeubles s’abriter provisoirement derrière de vastes échafaudages. Ils connaissent alors un certain type de réhabilitation et d’aménagement interne. L’escalier est repeint, les marches sont vernies, les toilettes sur le palier sont condamnées. S’il semble superflu d’installer un ascenseur ou le chauffage central, en revanche on dépose immédiatement une demande de raccordement au téléphone. On casse les cloisons séparant les chambres minuscules pour faire une grande pièce et, éventuellement, on perce le plafond et on plante un escalier pour faire un duplex. Tout est tenté pour agrandir verticalement ou horizontalement l’espace étroit de ces logements modestes dans lesquels s’entassaient autrefois des familles entières mais qui paraissent aujourd’hui exigus pour des couples sans enfant ou des individus isolés. On retire le poêle à charbon de faïence émaillée qui permettait le chauffage, et les cheminées étroites qui ne servaient qu’à l’évacuation des tuyaux de poêle sont utilisées pour de grandes flambées de bois de sapin qui font, accessoirement, crépiter et craqueler les peintures des murs du voisin du dessus. A grands coups de burin dans le plâtre des plafonds, on fait émerger des poutres qui n’ont jamais été faites pour être apparentes. Comme les parois laissent dans les gravats une bonne partie de leur épaisseur, le problème de l’isolation sonore se pose avec une acuité nouvelle. Une salle d’eau est installée dans un des multiples recoins de ces appartements à l’architecture biscornue. Et le logement ainsi remis au goût du jour peut être placé sur le marché où il sera fort prisé par une nouvelle catégorie d’occupants.

7. Un ancien atelier.

29Les anciens ateliers aussi changent de destinataires. Abandonnés par les artistes ou les artisans qui les occupaient à l’origine, transformés en lofts, aménagés en « kitch » ou en « clean » ils s’offrent à un nouveau public qui, abandonnant toute pratique professionnelle correspondante, ne reprend à ses prédécesseurs que la tradition de la bohème.

30Ces transformations nous paraissaient significatives. Les évolutions démographiques constatées : le départ des ouvriers et des employés, le remplacement par ces nouvelles couches ont accentué dans le triangle la prédominance des classes moyennes. Cependant, cette uniformisation apparente s’accompagne de l’émergence et de la confrontation de modèles culturels fortement contrastés. Il paraissait donc opportun d’analyser les formes de distinction et de différenciation de ces différentes strates de la population, le quartier se présentant comme un site privilégié pour l’observation quotidienne des rapports sociaux existant entre deux catégories de résidents qui, tout en appartenant toutes deux aux couches intermédiaires de la société, se distinguent par leur âge, leur ancienneté dans le quartier mais surtout par l’adhésion à des valeurs et à des styles de vie profondément différents, voire antithétiques.

31Mais d’abord, qui sont ces nouveaux arrivants ? Enseignants, formateurs, psychologues, animateurs, architectes, étudiants, artistes... Ils ont en commun un certain type de pratique professionnelle, un âge, une génération et un modèle culturel hédoniste et libertaire, messianique et contestataire. On peut préciser certaines de leurs caractéristiques telles qu’elles apparaissent à l’investigation.

32— Population formée de jeunes (25-35 ans), ils sont dans la lignée de ce qu’on a pu appeler la « génération de 68 », héritiers directs ou légataires d’un testament idéologique qui a mûri.

33— Ils sont d’un niveau culturel élevé, pourvus de diplômes qui sanctionnent plusieurs années d’études supérieures. Mais pas n’importe lesquelles : ils ont plus souvent une culture générale qu’une formation spécialisée et sont plus nombreux à s’être orientés dans des branches littéraires que dans des voies scientifiques. Ils ont suivi une filière universitaire plutôt que celle des grandes écoles.

34— Dans l’ensemble, ils exercent des professions intellectuelles ou para-intellectuelles mais qui n’occupent pas le sommet dans la hiérarchie sociale des professions intellectuelles. Leurs champs d’action sont les sphères du savoir et de la culture. A l’écart du monde des décideurs, ils ont peu de prise sur la vie économique. Ce ne sont ni des entrepreneurs, ni des managers, ni des commerçants. Leur domaine, c’est la parole et l’écriture. Ils œuvrent dans la production culturelle (recherches, études scientifiques ou commerciales, création artistique ou para-artistique), la transmission des connaissances (enseignants, formateurs, animateurs), la diffusion du savoir et de l’information (journalistes, membres de services de presse, cinéastes, producteurs ou réalisateurs d’émissions télévisées) ou l’exercice d’une compétence (juridique, médicale ou paramédicale, psychologique).

35Une partie d’entre eux a accédé à des professions qui ont vu leur statut relatif se dégrader en quelques décennies : effectifs pléthoriques, problèmes de chômage, difficulté d’insertion, marginalisation, détérioration des conditions de travail...

36Aussi, du fait de la crise économique et de la période intermédiaire pendant laquelle ils sont saisis, leur pratique professionnelle s’inscrit-elle dans deux filières apparemment antithétiques, l’une stable, l’autre précaire.

37La première qui est la voie royale est celle suivie par ceux qui sont parvenus à trouver un poste dans une institution, administration, organisme public ou para-public.

38La seconde, c’est le maintien d’une précarité plus subie que choisie, dans une situation d’attente qui peut se prolonger longtemps après la fin de la période proprement estudiantine. Cela passe par la pratique de « petits boulots » parfaitement déqualifiés qui permettent seulement d’assurer la subsistance : vendre des fripes ou des frites, des abat-jour ou des bouquins, être gardien de nuit, employé de banque, démarcheur à domicile de portefeuilles ou d’encyclopédies, interroger des femmes sur des farines lactées ou de nouveaux fromages, être mannequin d’un jour ou figurant passager d’un film sans avenir. Il y a aussi des travaux qualifiés mais incertains et irréguliers : journalistes à la recherche incessante de piges hypothétiques, formateurs suspendus aux propositions d’animation rentables mais rares, chercheurs à la recherche de contrats, architectes « grattant » dans une agence en attendant de construire un jour, infirmières guettant les remplacements, acteurs vendant leur voix et leur talent pour doubler des films américains. Il y a enfin l’exercice du travail au noir : on peut devenir menuisier-sociologue, médecin-chauffagiste, psychanalyste-électricien, comédien-déménageur, l’acquisition d’une compétence artisanale permettant de poursuivre un itinéraire intellectuel ou artistique.

39Comme leur insertion professionnelle est mouvante, leur niveau de revenu est très variable. Cependant les fortes disparités n’entravent pas le fait que leur mode de vie comporte plus de ressemblances que de différences. Et si leurs revenus réels sont inégaux, leurs revenus potentiels sont à peu près du même ordre pour les uns et pour les autres. Toutefois, les bifurcations, interruptions (passage au chômage, reprise de formation) font que leurs ressources sont sujettes à des variations assez brutales, connaissant des phases alternatives d’expansion et de compression.

40Ce qui les rapproche, ce n’est pas leur origine sociale proprement dite mais davantage la forme de leur trajectoire qui est, de fait, accidentée : ils peuvent être issus des classes moyennes (parents employés, commerçants, cadres moyens), provenir des milieux aisés de la société ou être, parfois, des transfuges des classes populaires. Ils partagent au-delà de leurs disparités originelles, un sentiment de discontinuité idéologique et culturelle à l’égard de leur milieu familial, en même temps qu’une relative incertitude quant à leur identité sociale. Celle-ci est alimentée par une impression de déclassement, relatif, si l’accès laborieux à l’université ne leur a pas permis la promotion sociale et professionnelle à laquelle ils auraient pu aspirer, absolu, s’ils sont les rejetons déchus d’une bourgeoisie en place. Mais en même temps, ce décalage se traduit moins par une frustration que par une impression d’altérité, car il est compensé par le sentiment gratifiant d’avoir contribué à forger un modèle culturel alternatif, porteur des valeurs de la modernité.

41Le parti pris de se centrer essentiellement sur ces nouvelles couches se justifiait du fait de leur présence et de leur visibilité dans le quartier où, même sans être numériquement dominantes, elles paraissent être un ferment de changement.

42D’autre part, leur existence même est significative d’évolutions affectant l’ensemble de la société française : une étude à caractère ethnographique du tissu social fin pourrait donc apporter des éclairages sur des phénomènes traversant la société globale.

43En effet, depuis la fin de la guerre, l’augmentation du nombre des diplômés, l’extension de l’intervention de l’État dans les domaines de la santé, de l’éducation, de la culture, et de la protection sociale ainsi que le développement du domaine des loisirs, ont entraîné l’expansion de certaines filières de formation et de certains secteurs professionnels.

44Entre 1954 et 1975, les cadres moyens ont presque doublé de volume (passant de 1,7 à 2,8 millions et de 6 % à 13 % de la population active), la montée des nouvelles professions expliquant une part de cette augmentation : les « professions intellectuelles diverses » (intermédiaires de l’animation, de la publicité, de la presse, des relations publiques) ont connu une forte expansion ; les intermédiaires sociaux (assistantes sociales, psychologues scolaires ou d’entreprise, conseillers d’orientation...) et les intermédiaires médicaux (masseurs, kinésithérapeutes, ergothérapeutes, orthophonistes, infirmières...) ont vu leurs effectifs tripler entre 1962 et 1975.

  • 9 Laurent Thévenot « Les catégories sociales en 1975 ; l’extension du salariat » Économie et statist (...)

45D’autre part, les cadres supérieurs et professions libérales ont presque triplé, passant de 550 000 en 1954 à 1,5 million en 1975, les « professeurs, professions littéraires et scientifiques » constituant la catégorie qui a cru le plus rapidement, passant de 81 000 en 1954 à 377 000 en 19759.

46Ces changements qui touchent, avec la France, la plupart des nations industrialisées correspondent en partie au passage d’une économie productrice de biens à une économie de services. Ils sont aussi la sanction de l’élévation des taux de scolarisation et ont été produits par l’expansion économique connue par ces pays, du moins jusqu’à la dernière décennie. Ces mutations ont attiré l’attention de nombreux sociologues qui ont étudié ces nouvelles couches, s’interrogeant à la fois sur leur existence en tant que groupe social et sur leurs capacités innovatrices.

47En effet, les personnes exerçant ces nouvelles professions constituent des catégories charnières : elles ne sauraient être assimilées à un personnel d’exécution car elles occupent des postes qualifiés, ni confondues avec une élite dirigeante car leur rôle se définit par une compétence technique plus que par un pouvoir hiérarchique. Elles se distinguent également de la petite bourgeoisie traditionnelle car elles occupent largement des emplois salariés, généralement dans le secteur public, parfois aussi dans le secteur privé, et parce qu’elles sont le plus souvent pourvues de diplômes acquis à l’université.

48Leur influence dépasse les limites de leur activité professionnelle proprement dite : leur rôle au sein des mouvements politiques et associatifs leur permet de développer une action dans les secteurs socio-culturels, les domaines des loisirs et du cadre de vie et leur assure une emprise sur la société civile.

  • 10 Alvin Gouldner, The future of intellectuals and the rise of the new class, New York, Seabury Press (...)
  • 11 John and Barbara Ehrenreich, « The professional-managerial class », Radical America, avril-mars 19 (...)
  • 12 Monique Dagnaud, « La classe d’alternative ; réflexion sur les auteurs du changement social dans l (...)
  • 13 Catherine Bidou, Monique Dagnaud, Bruno Duriez, Jacques Ion, Dominique Mehl, Monique Pinçon-Chario (...)

49Il est ainsi possible de regrouper ces diverses couches et de voir en elles une « nouvelle classe » comme l’ont fait aux États-Unis A. Gouldner10 et J. et B. Ehrenreich11 et en France, notamment Monique Dagnaud et Dominique Mehl12. Cette classe en voie de constitution se caractériserait par sa fonction d’expertise intellectuelle, son « discours de réflexion critique », dont l’apprentissage passe par le système universitaire, sa dépendance à l’égard de l’institution publique et une certaine configuration de ses valeurs, représentations, styles de vie. Elle aurait une certaine autonomie par rapport aux autres classes sociales. Dotée d’une identité propre, elle ne pourrait être présentée comme une avant-garde des classes populaires susceptible de mobiliser autour de son projet novateur l’ensemble des couches dominées, ni réduite à être simplement le porte-parole des classes dominantes. Mue par des intérêts spécifiques, elle serait porteuse d’une expérience singulière13.

50Sans aller plus avant dans ce débat, nous nous proposons d’apporter une contribution à l’étude de ces nouvelles couches saisies à partir du champ résidentiel, selon une démarche qui privilégie modèle culturel et style de vie.

51En effet, un certain nombre de constantes dans les valeurs, pratiques, attitudes, comportements et représentations peuvent être repérées. Il s’agit donc d’en décrire quelques éléments, de manière empirique, et de s’interroger pour savoir si la constellation ainsi décelée présente un caractère durable et susceptible de se transmettre, ou s’il s’agit au contraire d’attitudes transitoires et éphémères. Il faudrait pour ce faire tenir compte de l’imbrication particulière d’éléments liés à l’âge, à la génération et à la position sociale.

52Car, si certains traits caractéristiques de ces nouvelles couches semblent associés à la nature même des activités qu’elles exercent et à la configuration de ces nouvelles professions, d’autres sont plus significatives d’un « mode de vie de la jeunesse », les priorités et les choix établis renvoyant à une certaine période de l’existence, un âge de la vie, intermédiaire entre la fin des années estudiantines et le début d’une intégration professionnelle et familiale réelle.

53D’autres enfin sont sans doute les signes distinctifs d’une génération particulière, celle des cohortes nombreuses des années d’après-guerre qui a forgé un modèle spécifique dans une unité culturelle soudée par le partage d’une histoire commune, mai 68. Cette génération évolue et mûrit en conservant tout ou partie de ses valeurs et en adaptant ses comportements, mais sans avoir nécessairement la capacité d’entraîner dans son sillage le flux montant des générations qui lui succèdent.

Déroulement de l’enquête

54Afin d’apporter un éclairage sur ces différents problèmes et de se situer dans une optique d’observation du changement, il paraissait important de donner à l’étude une profondeur chronologique. L’enquête s’est donc déroulée en deux temps. La première phase a débuté en 1978/1979 : 70 personnes ont alors été interrogées. La seconde phase s’est déroulée en 1981 : 41 personnes ont été revues trois ans après le premier entretien ; 15 entretiens supplémentaires ont été réalisés auprès de nouveaux venus, très récemment implantés et 12 auprès d’habitants tradiditionnels, population âgée installée depuis longtemps dans le quartier.

  • 14 Voir p. 139.

55Pour la prise de contact, deux méthodes ont été utilisées : la première consistait à repérer au hasard des immeubles les signes qui pouvaient indiquer la présence de ces nouvelles couches moyennes que nous désirions étudier14 . La seconde revenait à utiliser des réseaux de relations en demandant à l’issue d’une entrevue : « Connaissez-vous des personnes dans l’immeuble, dans la rue, dans le quartier qui accepteraient un entretien ? ». Cette solution a pour avantage de faciliter considérablement l’obtention d’en entretien et résout l’un des problèmes majeurs de l’enquête en milieu urbain.

56Nous avons retrouvé les personnes interrogées au cours de la première étape de l’étude en leur écrivant, en leur téléphonant ou en passant directement à leur domicile lorsqu’elles étaient restées sur place. Si elles avaient déménagé, il était possible d’obtenir leurs nouvelles coordonnées de diverses manières : en les appelant à leur lieu de travail lorsqu’elles avaient laissé leur téléphone professionnel, par le biais des concierges ou des personnes qui les avaient remplacées dans leur appartement, éventuellement par l’intermédiaire des associations ou des partis politiques dans lesquels elles militaient, ou encore grâce à ces amis qui nous avaient introduit lors de la première phase de l’enquête.

57D’autre part, la collaboration avec l’association Ville Humaine, qui exerce ses activités dans le quartier, a permis de multiplier les occasions de rencontre.

58Nous avons procédé par entretiens semi-direct ifs enregistrés au magnétophone puis retranscrits. Chaque entrevue était extrêmement longue (presque toujours supérieure à trois heures ; certaines ont duré dix à douze heures). Dans de nombreux cas, nous avons eu des rencontres multiples avec une même personne. En effet, les thèmes abordés étaient très nombreux puisque nous tentions de reconstituer un panorama de l’ensemble de la sociabilité des personnes interrogées dans une perspective d’histoires de vie.

59Un léger travail sur les entretiens a été effectué afin de restituer au texte écrit la logique de l’expression orale (suppression des hésitations, des répétitions, de fragments inachevés non significatifs, inversion de l’ordre de certaines phrases).

60Les refus d’entretien ont été peu nombreux (4 cas). Plus fréquentes furent les résistances à l’utilisation du magnétophone (6 cas).

61Dans l’ensemble, l’accueil fut très chaleureux. Quelques entrevues ont eu lieu au bistrot, mais le plus souvent elles se déroulaient à domicile. Elles s’accompagnaient toujours de la mise en œuvre des formes habituelles d’hospitalité (thé, café, partage d’un repas). L’entretien proprement dit se prolongeait alors par une discussion à bâtons rompus. Par les thèmes et par le ton, par le déroulement de l’entretien, on peut dire qu’il s’agissait, en soi, d’une expérience de sociabilité.

62L’enquête par entretiens a été complétée par une observation ethnographique de certains endroits du quartier : cafés, salons de thé, boutiques, squares, marchés. Il s’agissait de repérer les modalités de fréquentation de ces lieux publics, les horaires habituels des différentes catégories d’usagers, les habitudes vestimentaires des uns et des autres, la nature des propos échangés. A cette investigation dispersée au hasard des rues, s’est ajoutée une analyse polarisée sur certains immeubles qui paraissaient avoir une valeur exemplaire et semblaient significatifs des évolutions décelées : l’observation des paliers, des cages d’escalier, de l’ensemble des parties communes, la participation à des réunions de copropriété a fourni des informations sur les relations existant entre les différents occupants. Enfin, l’étude de certains événements du quartier a permis de mettre en lumière des temps forts révélateurs de clivages sociaux : manifestations organisées par la municipalité ou orchestrées par les petits commerçants (expositions à la mairie, bal du 14 juillet, foire d’antiquaires, quinzaines commerciales), fêtes produites par des associations (carnaval du XIVe, fêtes de Griffe-Songe, expositions de peinture et de dessins d’enfants) ou animations spontanées (danse, mime, musique, théâtre de rue).

Notes

1 Ulf Hannerz, Explorer la ville, Paris, Éditions de Minuit, 1983.

2 Cf. Odile Benoit-Guilbot, Identité sociale, action collective et pouvoir résidentiel à Jaricourt, Paris, Editions du CNRS, 1982, Cahiers de l’OCS, vol. 6.

3 Expression qui revient fréquemment dans de nombreux entretiens.

4 J.P. Babelon, « Paris », pp. 530-539, in Encyclopaedia Universalis, Paris, 1974. Voir aussi Jeanne Gaillard, Paris, la ville 1852-1870, Paris, Champion, 1977.

5 Les données historiques sont tirées de Jacques Hillairet, Évocation du Vieux Paris, Paris, Éditions de Minuit, 1956.

6 5 % des immeubles datent de la période précédant l’annexion ; 21 % ont été construits entre 1915 et 1948.

7 Le nombre de logements par îlot a augmenté de 1,25 % entre 1968 et 1975.

8 L’indice d’inconfort Image, L1 : logements sans eau courante, L2 : logements sans WC intérieurs, L3 : logements sans baignoire ni douche) est passé de 51 en 1968 à 29 en 1975.

9 Laurent Thévenot « Les catégories sociales en 1975 ; l’extension du salariat » Économie et statistiques, n° 91, juillet-août 1977.

10 Alvin Gouldner, The future of intellectuals and the rise of the new class, New York, Seabury Press, 1979.

11 John and Barbara Ehrenreich, « The professional-managerial class », Radical America, avril-mars 1977 ; mai-juin 1977.

12 Monique Dagnaud, « La classe d’alternative ; réflexion sur les auteurs du changement social dans les sociétés modernes », Sociologie du travail, n° 46, octobre-décembre 1981 ; Dominique Mehl, « Culture et action associative », Sociologie du travail, vol. 1, janvier-mars 1982.

13 Catherine Bidou, Monique Dagnaud, Bruno Duriez, Jacques Ion, Dominique Mehl, Monique Pinçon-Chariot, Jean-Paul Tricart, Les couches moyennes salariées. Mosaïque sociologique, Paris, Ministère de l’Urbanisme et du Logement, juin 1983.

14 Voir p. 139.

Notes de fin

* Schéma emprunté à Béatrice Letessier Boutang, Le quartier Daguerre, Mémoire de maîtrise de cartographie thématique, Paris VIII, 1980.

Table des illustrations

Légende 1. Plan du XIVe (Extrait du plan des Ed. Ponchet-Plan-Net).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2227/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 667k
Légende 2. Triangle du XIVe (Extrait du plan Blondel La Rougery).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2227/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende 3. Le quartier Plaisance-Pernety.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2227/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 945k
Légende 4. Le XIVe côté jardin
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2227/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre 5. Évolution des catégories socio-professionnelles dans le XIVe entre 1968 et 1975 (en pourcentages)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2227/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 5,3k
Titre 6. Évolution dans le XIVe et dans le quartier Daguerre entre 1968 et 1975*
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2227/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende 7. Un ancien atelier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2227/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 713k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site