Version classiqueVersion mobile

L’architecture de la Gaule romaine — Les fortifications militaires

 | 
Michel Reddé
, 
Raymond Brulet
, 
Rudolf Fellmann
, 
et al.

Partie 1. Le cadre historique et l’évolution architecturale

Chapitre 2. L’architecture militaire romaine en Gaule sous le Haut-Empire

Siegmar von Schnurbein, Dietwulf Baatz, Rudolf Fellmann, Johann-Sebastian Kühlborn, Michel Reddé, Christiane Ebeling, Eveline Grönke, Egon Schallmayer et C. Sébastian Sommer

Texte intégral

2.1 Formes, taille, terminologie, configuration générale

1SIEGMAR VON SCHNURBEIN

2.1.1 Terminologie

2Dans les sources antiques, on utilise en règle générale le terme de castra, pour désigner les camps militaires (ps.-Hygin, De munitionibus castrorum). On prendra garde au fait que castra est le pluriel de castrum, qui ne désigne normalement pas un camp militaire (sauf cas exceptionnel, par ex. Cornelius Nepos, Alc. 9, 3), mais une ville, la plupart du temps dans une expression toponymique (castrum Novum, castrum Iulium, castrum Album...). De ce fait, castra désigne, selon le contexte, un ou plusieurs camps militaires. On rencontre aussi, plus rarement, le diminutif castellum (plur. castela) (Le Bohec 1989, 164-166). On trouve un passage fameux à ce propos chez César (BG VII, 69, 7) : castra apportunis locis erant posita (...) ibique castella XXIII facta, “On avait disposé des camps aux endroits appropriés (...) et on avait aussi construit en bonne place vingt-trois fortins”. Végèce donne une définition très claire du mot (III, 8, 22) : Nam a castris diminutivo vocabulo sunt nuncupata castella, “Car le mot castella est un diminutif de castra." Dans la littérature spécialisée moderne, des termes différents se sont imposés selon les pays et les langues. On donne aux camps légionnaires le nom de fortress en anglais, de Lager en allemand. En anglais, on appelle les garnisons auxiliaires fort ou, pour les petites installations, fortlet ou mile-castle, sur le mur d’Hadrien. En allemand, on emploie le terme de Kastell ou Kleinkastell. Le mot camp est utilisé en anglais pour désigner les camps d’étape (Webster 1969, 166). En français et en espagnol, on utilise en règle générale le terme de “camp” ou de campamento pour désigner toutes les garnisons de légions et de corps auxiliaires. En français, on rencontre aussi “fort” et “fortin”, mais les concepts ne sont pas utilisés de manière aussi systématique qu’en anglais ou en allemand.

3Plus rarement apparaît dans les sources littéraires latines le concept de praesidium (BG VI, 42, 1 ; VIII, 54, 3 ; Tacite, Annales I, 56, 1 ; Agricola 20, 3). Selon le contexte, on le traduit en allemand par le mot Stützpunkt (“point d’appui”), le terme offrant manifestement une signification plus large, comme le montre la formulation praesidiis castellisque chez Tacite (Agricola 20, 3). L’usage courant devait être toutefois beaucoup plus précis, au moins en Orient, puisque nous savons que praesidium (ou son équivalent grec) désigne systématiquement un petit fortin dans la langue des ostraca du désert oriental d’Egypte (Cuvigny 2003). Tour se dit turris ou burgus, en grec pyrgos. Dans la latinité tardive, toutefois, burgus peut désigner un petit castellum (Végèce IV, 10) ; le terme de quadriburgus est en revanche une invention moderne d’archéologue qu’il faut éviter, mais quadriburgium apparaît dans les toponymes (Baatz 1994). On rencontre encore assez fréquemment munimentum, vocable plutôt littéraire qui désigne toute sorte de retranchement et, dans les inscriptions, particulièrement sur le Danube ou en Afrique à partir de la fin du iie s., le mot centenarium, dont on considère qu’il désigne un fortin capable d’abriter une centaine d’hommes.

2.1.2 Le choix de l’emplacement

4Les besoins vitaux des soldats étant identiques à ceux de l’ensemble de l’humanité, les mêmes conditions s’appliquent en principe aux camps militaires et aux autres grands sites d’habitation ; on se contente de les compléter par des exigences militaires spécifiques (Webster 1969, 172-173 ; Johnson 1987, 41-58 ; Le Bohec 1989, 166-173). Il fallait donc assurer l’approvisionnement en eau potable et en vivres (Polybe VI, 27, 3). L’emplacement devait par ailleurs être à la fois facile à atteindre et facile à protéger. Ce dernier point suppose une position surélevée sur le terrain, afin de surveiller correctement les alentours, de pouvoir recevoir et transmettre des signaux optiques. De nombreux emplacements avaient été si bien choisis par l’armée romaine, du point de vue de la géographie de l’habitat, que l’on vit se développer autour des camps de grands vici, municipia ou même coloniae, d’où sont nées ultérieurement des villes qui prospèrent encore de nos jours (Nimègue, Cologne, Bonn, Mayence, Strasbourg, Ladenburg, Osterburken, Neckarburken, etc.). Végèce (I, 22) précise les exigences fondamentales pour un grand camp d’étape : “Le camp doit être établi en un lieu sûr, notamment lorsque l’ennemi est proche. Il ne doit pas manquer de bois, il doit être aussi possible de réquisitionner des vivres et d’aller chercher de l’eau. Si le camp est destiné à un long séjour, le lieu doit être sain : on ne doit pas trouver à proximité une colline ou une montagne susceptible de constituer une menace si l’ennemi venait à l’occuper. Il faut aussi veiller à ce qu’un cours d’eau, par exemple, n’inonde pas le camp, mettant l’armée en danger” (Johnson 1987, 49-50). Polybe (VI, 42) avait déjà souligné la position singulière des camps construits par les Romains : “Chaque fois qu’ils construisent un camp (...) les Romains (...) s’imposent le pénible travail du retranchement, et peuvent dès lors respecter sur n’importe quel terrain la même forme de camp, connue de tous”. Si le terrain où l’on devait dresser le camp n’était pas suffisamment plat, on le nivelait (Josèphe, BJ III, 5, 1).

5On choisissait l’emplacement en fonction de ce que l’on considérait comme la mission militaire principale : sur une hauteur stratégique dominante (Vetera I), en s’appuyant du mieux possible sur un fleuve navigable (Novaesium), dans le réseau des routes interrégionales (Mirebeau), près de la frontière, en un lieu permettant de bonnes liaisons optiques (Feldberg) ou sur un col (la Saalburg). Bien entendu, lors du choix, on tentait de respecter le plus grand nombre possible de ces critères. Le camp légionnaire de Mayence en est un bon exemple : situé en haut d’une colline, avec à ses pieds une situation portuaire favorable au bord du Rhin et un emplacement susceptible de recevoir un pont.

6En Occident, sous le Principat, la situation est donc différente de celle qu’on rencontre en Orient, où les villes abritent très souvent des troupes ; elle est aussi différente de celle qu’on rencontre pendant l’Antiquité tardive, où les centres urbains sont fortifiés et peuvent accueillir une garnison.

2.1.3 Les formes

7Malgré les différentes missions tactiques et les situations topographiques qui en résultent, les formes des camps militaires rappellent le schéma orthogonal uniforme que les Grecs avaient déjà mis au point pour leurs colonies à l’époque classique (Baatz 1984, 315-316 ; Petrikovits 1975, 139-140). Elles sont parfois à peu près carrées (Bonn, Saint-Bertrand-de-Comminges, Maldegem, Wiesbaden), mais le plus souvent rectangulaires ; ps.-Hygin (21) recommande ainsi un rapport 1/L de 2/3. Les résultats des fouilles ne concordent pas avec l’indication de Végèce (I, 23) qui parle, outre des camps carrés traditionnels, de camps triangulaires ou en demi-cercle. César mentionne même des camps en demi-lune, lunata, castra (Bell. Afr. 80), ce qui, jusqu’ici, n’a pu être confirmé par les fouilles archéologiques. Ici et là on trouve des rectangles dont la proportion est presque de deux pour un (Arlaines, Utrecht [période I], Osterburken). Ces rectangles sont très souvent marqués par une légère irrégularité : les fronts ne sont pas exactement parallèles, ils ont des angles biaisés ou ne mesurent pas la même longueur. On n’a pas pu trouver d’éléments logiques expliquant ces différences, liées par exemple à la forme du terrain. Pour certaines d’entre elles, comme l’angle rentrant dans le camp augustéen de Dangstetten, ou le redan sur la façade orientale du camp flavien de Nimègue, on voit bien que l’on a tenu compte des formes naturelles du terrain. On peut encore “expliquer” l’irrégularité de Dangstetten par le fait que le camp date d’une période précoce où les normes n’étaient pas encore fermement définies ; ce n’est certainement pas vrai, en revanche, pour le camp de la legio X Gemina à Nimègue : ce camp flavien se trouvait à l’angle nord-est du grand camp augustéen, dont l’intérieur était parfaitement plan ; pour des motifs inconnus, on a justement réutilisé cette façade du camp primitif, la seule à avoir, pour des raisons topographiques, un redan. On ne discerne pas de motif rationnel à ce phénomène. On trouve un cas similaire à Carnuntum (Petrikovits 1975), où les façades en ligne brisée, notamment sur le côté ouest, ne peuvent pas être expliquées par la seule topographie (Kandler & Vetters 1986, 214).

8Les formes de camp polygonales –on en rencontre rarement, et la plupart semblent remonter aux premiers temps de l’Empire– peuvent être liées à la topographie (Oberaden), mais on en a aussi construit sur des surfaces où l’on aurait pu, sans grande difficulté, édifier des formes orthogonales (Rödgen, Haltern : Ostlager, Cologne/Alteburg, Nimègue/Traianusplein, Marktbreit, Windisch). La forme indéfinie du fortin de terre de Hoflieim est totalement arbitraire. Celle d’Anreppen, elle aussi indéfinie, est en revanche clairement liée à la situation insulaire, entre la Lippe et le Stemmekebach ; cela ne suffit cependant pas à expliquer le redan du front nord. On ne connaît de formes polygonales ou amorphes que jusqu’à l’époque claudienne. Des formes de camp apparemment inhabituelles se trouvent en Gaule, dans les ouvrages de siège d’Alésia qui, dans le cadre d’une situation militaire particulière, ont été édifiés sur les positions le mieux à même de servir les objectifs tactiques sur le terrain (Reddé & Schnurbein 2001). On a une situation spécifique totalement différente avec les castella qui permettaient de protéger les ports fluviaux. Leurs formes de base permettent parfois de discerner des rectangles allongés dont la longueur demeure ouverte du côté de la rive (Haltern/Hofestatt [période 4], Velsen). Osterburken constitue un cas particulier et unique : il est situé dans une vallée, à un endroit tactiquement inadapté. Seule la construction du fort annexe sur le coteau abrupt a permis, depuis le point très élevé qu’il occupe, au moins quinze mètres au-dessus du camp, d’assurer la liaison optique avec le limes.

9Pour résumer, on peut décrire l’évolution suivante : à l’époque républicaine, on connaissait déjà la forme rectangulaire rigoureuse, comme le montre le camp de Cáceres el Viejo, construit vers 90 av. J.-C. (Ulbert 1984). De nouvelles fouilles devraient déterminer dans quelle mesure l’aménagement intérieur de Cáceres correspond à des missions purement militaires. Pour les autres camps républicains d’Espagne (Pamment Salvatore 1996 ; Luik 1997) et pour ceux de César en Gaule, notamment Alésia, on ne peut pas appliquer les critères de l’époque impériale, parce qu’ils n’ont absolument pas été conçus pour former des cantonnements durables. Dans la mesure où des camps sont attestés à cette époque, ils ont été construits lors de sièges ; leurs missions principales étaient par conséquent totalement spécifiques. Il faut attendre la création de l’armée permanente, sous Auguste, pour que se constituent peu à peu les normes que nous avons brièvement caractérisées ci-dessus. Mais à cette époque, nous rencontrons encore très fréquemment des formes non canoniques. Cette évolution prend fin avec Claude. Pour les forts édifiés à partir de Trajan sur le limes, on ne trouve pratiquement plus que des formes rigoureusement orthogonales. Il faut attendre la fin de l’Antiquité pour voir apparaître des formes qui en divergent nettement (Altrip).

10La conception standardisée des castra et castella romains du ier au iiie s. correspond parfaitement à la grande mobilité de l’armée et surtout à ses charges. On ne s’est pas contenté de déplacer les officiers au cours de leur carrière, d’une frontière ou d’un fort à l’autre : au ier s. et jusqu’à une période avancée du iie s., on a aussi déplacé des unités entières dans des camps et des fortins construits par d’autres troupes. Si cette conception de base standardisée et les normes qui l’accompagnaient n’avaient pas existé, il aurait été nécessaire de transformer totalement le camp ou le fortin à chaque changement de troupe. L’organisation homogène de l’armée et de ses divisions, la conception uniforme des garnisons étaient donc une condition essentielle de cette mobilité de l’armée romaine souvent admirée et qui permettait d’échanger des troupes entre les frontières de l’Angleterre et de l’Euphrate, entre la Germanie et la Dacie, et de remplir les missions militaires dès l’arrivée sur un nouveau site.

2.1.4 Taille des unités et dimensions des camps

11La dimension des camps légionnaires et auxiliaires dépend naturellement de la taille des troupes qu’il fallait abriter. Sachant qu’une légion comptait environ 5 000/6 000 hommes, et une unité auxiliaire 500 à 1 000 hommes –chiffres indiqués par les sources littéraires et les inscriptions– on devrait aboutir à des superficies standardisées ; on constate pourtant des variations importantes. Le schéma du tableau I vaut pour le iie s. de n.è. ; il s’est progressivement imposé après la mise sur pied d’une armée permanente sous Auguste Johnson 1987, 42 ; Le Bohec 1989, 170-172). Les numeri ne sont devenus autonomes que dans le courant de la première moitié du iie s. (Reuter 1999, 361 sq.). Assez souvent, des unités de nature différente ont pu être cantonnées ensemble ; on trouve aussi des détachements provisoires de légions (vexillatio). C’est la raison pour laquelle on rencontre des superficies qui s’écartent de la “norme” décrite dans le tableau I. Un bon exemple en est fourni par le camp légionnaire de Bonn (26,9 ha) où, à côté de la legio I Minervia, ont été casernés des auxiliaires. Dans les grands camps de Dangstetten (14 ha) et de Haltern : camp principal (18 ha) n’était cantonnée qu’une partie de la légion qui y avait ses quartiers, alors qu’on y rencontre en même temps des auxiliaires. Le castellum de Niderbieber est en revanche étonnamment grand (5,2 ha), car il abritait deux numeri particulièrement importants. Si l’on n’y avait découvert des inscriptions, on aurait volontiers considéré Niederbieber comme un camp d’aile, en raison de sa taille. Dans le castellum d’Echzell, qui a les mêmes dimensions, étaient abritées à la fois une aile et une cohorte quingénaires (500 hommes), ce qui est tout à fait inhabituel. A elle seule, la superficie d’un camp ne peut donc fournir qu’un indice de la taille d’une garnison. Pour connaître la nature de l’unité, et, éventuellement, les combinaisons d’unités, les fouilles sont indispensables. La découverte sur place d’inscriptions ou de tuiles estampillées peut en effet donner des indications décisives. Mais les inscriptions peuvent n’indiquer que le passage temporaire de soldats, comme c’est le cas du commando de la XXIIe légion, envoyé effectuer des travaux à Osterburken ; à l’inverse, rappelons que les tuileries fournissent aussi des unités qui n’ont pas de telles installations à leur disposition.

Légion

Env. 5000-6000 h. en 10 cohortes.
Les cohortes 2 à 10 comptent 480 h. chacune ; la cohorte 1 peut être double + état-major et environ 120 cavaliers.
Superficie nécessaire : 20-22 ha.

Ala

Unité de cavalerie à 500 h. (quingenaria)
ou à 1000 h. (milliaria), divisée en 16 turmes
(quingenaria) d’environ 30 h. ou 24 turmes
(milliaria) avec un plus grand nombre d’h.
Superficie nécessaire : 3-3,5 ha/6 ha.

Cohors

Unité d’infanterie à 500 h. (quingenaria)
ou à 1 000 h. (milliaria), divisée en 5 ou 10 centuries.
Superficie nécessaire : 2-2,2 ha/4 ha.

Cohors equitata

En sus de l’infanterie, 120 cavaliers (quingenaria)
ou 240 (milliaria).
Superficie nécessaire : 2,2-2,5 ha/4-4,5 ha.

Numerus

Le plus souvent 2 centuries de 80 h., parfois nettement plus.
Superficie nécessaire : 0,6 ha pour 2 centuries.

TABL. I
Les différents types d’unités et la superficie de leurs cantonnements.

2.1.5 La disposition interne

12Nous l’avons dit plus haut, dans les camps et les castella, la construction était articulée selon un principe d’orthogonalité (fig. 18, 19). Les préceptes fondamentaux figurent essentiellement dans ps.-Hygin, De munitionibus castrorum. Des rues perpendiculaires traversent l’espace intérieur. Les bandes ainsi créées s’appellent strigae ou, plus rarement, scamna. Ces deux mots appartiennent au vocabulaire des arpenteurs et désignent, le premier une bande de terrain deux fois plus longue que large, le second une bande de terrain deux fois plus large que longue. Dans la langue militaire d’Hygin, le terme de scamnum est employé pour désigner l’emplacement où campent les tribuns et les légats (Lenoir 1979). On érigeait selon un schéma fixe les bâtiments de différentes fonctions dans les espaces ainsi créés. Ce système correspondait à l’image idéale d’une ville gréco-romaine, comme le montre clairement une formulation de Josèphe (BJ III, 5, 2) : “La vue qui s’offre à nous laisse penser qu’une ville est sortie du néant, avec une agora, un quartier pour les artisans et des tribunaux pour les officiers”.

FIG. 18
Schéma théorique de la division du sol dans un camp romain.

dessin M. Reddé.

FIG. 19
Maquette du camp du Koenenlager de Neuss.

13L’arpentage du camp commençait au point qui en constituerait ultérieurement le centre. Là où devaient se croiser les deux rues principales, la via principalis et la viapraetoria, on commençait, avec l’aide de la groma, l’instrument d’arpentage, à fixer les axes des rues et, depuis celles-ci, à repérer les rues secondaires et la place des différents bâtiments. La via principalis traverse tout le camp et le divise en deux grandes moitiés inégales, la partie arrière, plus grande, étant à son tour séparée par la via quintana, parallèle à la précédente. En allant vers l’enceinte, la via principalis débouche respectivement, toujours vu depuis le centre, sur la porta principalis dextra ou sinistra. Il arrive souvent –contrairement à ce qui se passe dans le système hippodaméen– que les rues ouvertes en travers de la via principalis et de la via decumana ne parcourent pas tout le camp. En règle générale, cela vaut pour l’axe central transverse, composé de la via praetoria et de la via decumana, qui est le plus souvent coupé par les bâtiments centraux. La partie avancée de cet axe transverse, la via praetoria, mène, depuis la via principalis, à la porta praetoria. En principe, via principalis et via praetoria sont beaucoup plus larges que toutes les autres rues. Devant la façade arrière des bâtiments centraux courait la via quintana. En son milieu, et dans l’axe de la via praetoria, débutait la via decumana qui menait, à l’arrière du camp, à la porta decumana. Les noms des autres rues et ruelles qui desservaient les différents scamna et strigae ne sont pas mentionnés dans les sources antiques ; on ignore donc si elles possédaient des noms déterminés. Dans le ps.-Hygin, on les appelle viae vicinariae. On donnait le nom de via sagularis à la rue qui passait dans l’intervalle (intervallum) situé derrière le mur et qui reliait les portes.

14D’une manière générale, les camps et les fortins étaient donc divisés en deux parties par la via principalis. La partie antérieure, à travers laquelle courait la via praetoria, portait le nom de praetentura. Elle était en général bien plus étroite que l’autre partie. Les deux parties étaient subdivisées par les autres rues étroites. Ces sections portaient le nom de scamna ; en conséquence, on donne au secteur courant le long de la via principalis, dans lequel se trouvaient les maisons des tribuns lorsqu’il s’agissait de camps de légion, le nom de scamnum tribunorum. Dans les camps de légion, si l’on se réfère à Hygin, on donne le nom de latera praetorii aux aires situées de part et d’autre des principia et du praetorium, délimitées par la via decumana. Derrière se trouvait la partie du camp baptisée retentura.

15Les casernes se trouvaient en partie dans la praetentura, mais la majorité était dans la retentura. Les autres bâtiments, comme les horrea, le valetudinarium ou les fabricae, n’avaient manifestement pas de place fixe. On peut simplement affirmer qu’en règle générale, les horrea se situaient à proximité d’une porte. Les thermes étaient rarement construits à l’intérieur du camp ou du fortin. En revanche, les fabricae paraissent avoir fonctionné régulièrement, au moins en partie, dans l’enceinte des camps et des castella ; seuls les ateliers de potiers –encore installés à l’intérieur à l’époque augustéenne– ont été construits ultérieurement, à partir de Claude, en marge des canabae et des vici. Au sein d’une légion, la construction du camp relevait de la compétence du praefectus castrorum. Dans les unités auxiliaires, on ne connaît pas de service spécifiquement chargé de cette mission. Les artisans étaient nombreux dans les légions, et l’on en trouvait pour la quasi-totalité des travaux à réaliser, de telle sorte qu’une légion pouvait quasiment être organisée en autarcie, comme une ville (Petrikovits 1974a).

2.1.6 Les camps de forme irrégulière

16Malgré les prescriptions claires du système orthogonal, on trouve, nous l’avons dit ci-dessus, des divergences parfois étonnantes à l’époque d’Auguste et jusqu’à celle de Claude ; la topographie du terrain n’y apporte qu’une explication partielle.

17Oberaden, Marktbreit, Haltern, Windisch et Hofheim en sont les exemples les plus frappants. À Oberaden, les axes des trois rues centrales ne sont pas reliés dans un rapport orthogonal, et les deux portes principales ne se situent pas dans l’axe de la via principalis. Par ailleurs, contre toutes les règles, la via principalis court entre principia et praetorium. Il s’agit d’un cas unique. À Marktbreit, la via principalis n’a pu être tracée en droite ligne à travers le camp, car un bâtiment s’élève dans le secteur correspondant de la partie ouest. La via decumana dévie manifestement de 20° par rapport à l’angle droit (Schnurbcin 2000, 30-31).

18Le camp principal de Haltern (“Hauptlager”) est un cas particulier parce que le rempart prétorien et le rempart décumane constituent les deux longs côtés d’un polygone à peu près rectangle, et les axes du camp sont othogonaux. La situation de la porta decumana, extrêmement décentrée, s’explique par le fait que la porte se dressait sur le point le plus élevé du terrain ; cette position est explicitement recommandée par ps.-Hygin (56) : in qua positioneporta decumana eminentissimo loco constituitur, ut regiones castris subiaceant. La disposition orthogonale du camp rendait indispensable l’ouverture de deux rues vers la façade arrière, depuis la via principalis, mais la via decumana ne menait pas directement à la porta decumana ; cela aurait créé des parcelles trop petites pour les cohortes.

19À Windisch, la situation est particulièrement obscure parce qu’on ne peut distinguer avec certitude les différentes phases de construction. On peine à donner un nom aux portes parce que le réseau des rues diverge de presque toutes les règles. Principia et praetorium ne se situent pas non plus au centre, mais en position excentrée.

20À Hofheim, daté de Claude, le fameux fortin de terre est certainement le cas le plus étrange : la forme indéfinie, la large bande de glacis entre le fossé extérieur et le double fossé, le type de construction des tours ouest et nord, les rues en ligne brisée et l’articulation intérieure : on ne trouve pratiquement pas un seul détail qui ne diverge du schéma normal. Il n’existe pourtant aucune espèce de contrainte topographique susceptible d’en être la cause et, du reste, le fortin de pierre plus récent qui a été construit à partir de l’époque flavienne, juste derrière le fort en terre, ne montre pas de divergence avec le schéma standard.

21Si l’on observe les nombreux autres camps et castella qui ont pu à ce jour être étudiés aux frontières de l’Empire romain, on les trouve en Angleterre, le long du Rhin, sur le limes de Germanie supérieure et de Rétie, le long du Danube et en Dacie (Johnson 1987 ; Baatz 2000 ; Kandler & Vetters 1986 ; Gudea 1997). Presque tous datent donc de la période qui débute avec Claude, et la majeure partie appartient au iie s. ap. J.-C. Nous retrouvons partout des plans horizontaux fondés sur le rectangle. La phase où l’on expérimenta différentes formes et conceptions s’est donc manifestement achevée avec Claude. Le seul à sortir de ce cadre normalisé est le castellum de Bewcastle, érigé à l’époque de Sévère au nord du mur d’Hadrien. Cette situation stratégique particulière a incité, en l’occurrence, à adapter la forme au terrain, pour utiliser les avantages tactiques de ce dernier (Johnson 1987, 316-317, ill. 217). Il apparaît ainsi comme un précurseur des fortins de la fin de l’Antiquité.

2.2 Les matériaux de construction

22DIETWULF BAATZ

23Pour une large part, les matériaux de construction destinés aux bâtiments militaires étaient fournis par l’armée elle-même. Les troupes disposaient de carrières, de tuileries, de fours à chaux et pratiquaient leurs coupes de bois. On rencontre dans les légions de nombreux ouvriers spécialisés (immunes) dans les différentes spécialités requises, ainsi que des cadres (optio, mugis ter, urchitectus) affectés aux fabricae. Même les auxiliaires comptaient des techniciens dans leurs rangs. Pour les chantiers et l’approvisionnement en matériel en dehors des lieux de garnison, on envoyait des détachements (vexillationes), formés pour la circonstance. Nous avons de leur travail de nombreux témoignages épigraphiques.

2.2.1 Les carrières

24L’extraction de pierre doit être supposée, dans quelques cas, dès l’époque augustéenne –c’est le cas pour les carrières de tuf de l’Eifel oriental. La production massive n’a commencé toutefois qu’au milieu du ier s. ap. J.-C., d’abord à l’usage des bâtiments internes de quelques camps légionnaires. À partir de cette époque, les légions ont ouvert de plus grandes carrières sur la frontière rhénane, en fonction de leurs besoins. Les auxiliaires en revanche n’ont commencé à construire en pierre qu’à partir de la fin du ier s. Eux aussi ont exploité des carrières quand des matériaux de construction adéquats étaient disponibles près de leur lieu de garnison.

25Le transport terrestre de la pierre à l’aide de chariots était lourd à mettre en œuvre et coûteux. On a donc toujours cherché, quand c’était possible, à utiliser les matériaux locaux point trop éloignés du chantier de construction. Quand l’armée était cantonnée dans une région de moyenne montagne, c’était la règle. C’est la raison pour laquelle on rencontre sur le limes germano-rétique de nombreuses petites carrières, exploitées pour une courte période. On observe très souvent, dans les camps légionnaires et les castella auxiliaires de cette frontière, l’emploi de pierre extraite localement. Dans quelques cas, les carrières sont situées à courte distance au-delà du limes quand le matériau utilisable n’était disponible qu’à cet endroit (Marköbel : ORL B, II, 2, 21). Dans de nombreux secteurs du limes de Rétie, on peut encore voir les cavités résultant de l’extraction dans le calcaire jurassique qui a servi pour la construction du mur rétique. Elles sont situées juste en arrière de celui-ci (par ex. tour 15/43 : ORL A, VII, Str. 15, p. 20).

26Dans le cas où, dans les environs d’un chantier, on ne disposait pas de matériaux appropriés, il fallait transporter ceux-ci sur une longue distance. C’est surtout vrai des édifices militaires dans les régions basses de Germanie inférieure, pauvres en pierre. On devait alors faire venir les matériaux de très loin, depuis les zones de moyenne montagne. On a évidemment, autant qu’il était possible, utilisé alors la voie d’eau, plus commode que la voie terrestre pour le transport de pondéreux. On disposait pour cela du Rhin et de ses affluents et c’était une des tâches de la flotte (classis Germanica) que d’assurer cette logistique à l’aide de barges spéciales (Bockius et al. 2001, 110-132). Sa base était située à Cologne/ Marienberg (Alteburg), à la jonction de la moyenne montagne et du plat pays.

27Certains bâtiments ou certaines architectures militaires devaient recevoir un décor ornemental ou sculpté, souvent ostentatoire, notamment les portes ou les principia. On avait besoin pour cela de pierre de qualité, fine, comme le calcaire jurassique de Lorraine à Mayence (Stribrny 1987), le tuf de l’Eifel pour les tours des portes de Niederbieber (ORL B, I, no la, p. 15). On allait alors chercher ces matériaux à plus longue distance quand on ne disposait sur place que de pierre plus commune, moins adaptée. Les fondations, les blocages, les appareils secondaires utilisaient en revanche les ressources locales, quand c’était possible : ainsi, à Mayence, le calcaire tertiaire des carrières voisines, à Niederbieber la Grauwacke et le schiste du Devon.

28Nombre de carrières romaines ont été rouvertes et réexploitées au Moyen Age et à l’époque moderne, de sorte que les niveaux romains ont disparu. D’autres sont recouvertes d’éboulis et de végétation et il est difficile de les identifier. L’exploitation romaine n’est identifiable que dans de rares cas, grâce aux inscriptions, aux traces de taille, aux analyses géologiques. Nous en donnons ici une liste abrégée.

29• Königswinter/sur le Drachenfels (district de Rhein-Sieg-Kreis, D)

30Les carrières de l’armée de Germanie inférieure sont situées sur la rive orientale du Rhin, avec un port de déchargement de la classis Germanica. Le matériau est un trachyte tertiaire –une roche volcanique. Sont conservés des fronts de taille et un graffite rupestre (Horn 1987, 523-527). Cette pierre a été notamment utilisée dans le camp légionnaire de Bonn. Une inscription votive d’un détachement de la classis Germanica, trouvée à Bonn, datée de 160, est elle-même en trachyte (Horn 1987, 379) ; elle indique que la flotte a transporté de la pierre pour la construction du forum de la colonia Ulpia Traiana (Xanten).

31• Wachtberg/Berkum (district de Rhein-Sieg-Kreis, D)

32Le matériau (trachyte) de ces carrières de l’armée de Germanie inférieure a été utilisé notamment dans le camp légionnaire de Bonn.

33• Entre le Laacher See et Andernach (vallée du Brohl et de la Pellenz, dans l’Eifel oriental, D)

34Ces bancs de tuf sont situés en Germanie supérieure ; les inscriptions montrent toutefois que les carrières sont exploitées par des détachements de l’armée de Germanie inférieure (légions et auxiliaires) et par la flotte. Les soldats ont essentiellement laissé des épitaphes votives à Hercules Saxanus. On a surtout exploité le tuf volcanique du Laacher See (10900 av. J.-C.). L’utilisation de tuf dans la construction était familière aux Romains d’Italie centrale et méridionale, sans parler des habitants de Rome même (Vitruve II, 7). Le tuf présente l’avantage d’être facile à travailler à l’herminette et on pouvait en fournir rapidement une grande quantité. Le banc de roche est apparent dans toute la vallée du Brohl et a d’abord été exploité en carrières à ciel ouvert ; les bancs ont été reconnus dès l’époque augustéenne, et exploités en petite quantité, notamment pour le “monument des Ubiens”, à Cologne. Pendant l’époque romaine a été ouverte, dans la vallée de la Pellenz (districts de Kruft, Kretz et Plaidt), une zone d’extraction de plusieurs kilomètres carrés. Le tuf est disponible à cet endroit sur de grandes surfaces et en bancs épais, faciles à exploiter, mais souvent sous une couche de pierre ponce. Il a donc fallu assez souvent l’extraire en galeries de mines, que l’on peut visiter aujourd’hui car elles sont consolidées (galerie de Meurin, dans le district de Plaidt). Le matériau a été utilisé dans la construction militaire romaine du milieu du ier s. jusque dans la première moitié du iie s., notamment pour le camp légionnaire de Neuss/Grimlinghausen. En outre, l’exploitation a été effectuée pour les besoins civils en quantité significative et jusqu’à la fin de l’Antiquité (Berg & Wegner 1995 ; Schaaff 2000, 17-30). Dans le vicus voisin d’Antunnacum (Andernach) existait sur le Rhin un port pour le transport de ces matériaux, essentiellement vers l’aval à destination de la Germanie inférieure, dépourvue de pierre (Schäfer 2000, 83-109 ; Cüppers 1990, 304-306).

35• Norroy-lès-Pont-à-Mousson (Lorraine, F)

36Ces carrières des armées de Germanie supérieure et inférieure ont été ouvertes au ier s. (inscription de la legio XIIII Gemina de Mayence). Elles se situent dans la haute vallée de la Moselle qui coupe ici les chaînons jurassiques. Le fleuve autorisait le transport de la pierre grâce à des barges. Le matériau est un calcaire tertiaire, compact, adapté à un travail fin et de qualité. Il convient par conséquent aux monuments funéraires et votifs, au décor architectural des bâtiments militaires qui ont une fonction ostentatoire (Stribrny 1987, 6-9).

37Mayence/Weisenau et Wiesbaden/Amôneburg (district de Kreisfreie Stadt, D)

38Ces carrières des légions de Mayence, identifiées au vu d’analyses pétrographiques, ont été ouvertes au ier s. Il s’agit d’un calcaire tertiaire, peu compact, poreux, qui n’est propre qu’à des tailles simples, mais a été utilisé en grande quantité comme matériau de construction. Les traces des carrières antiques ont été déttuites par l’ouverture de carrières modernes extensives (Stribrny 1987, 90).

39• Sur le Felsberg, près de Lautertal/Reichenbach (district de Bergstrasse, D)

40Cette carrière tardo-antique utilisée pour les grandes constructions de Trêves, dans la première moitié du ive s., est située à l’est de la frontière romaine tardive et n’a pu être exploitée qu’avec l’aide de l’armée. Elle est intéressante en raison des traces de taille qui sont bien conservées, notamment celles de scies. On y extrayait le granit (Divisch et al. 1985 ; Baatz & Herrmann 1989, 270-273).

41• Le Kriemhildenstuhl (district de Bad Dürkheim, D)

42Cette carrière (fig. 20-22) a livré des inscriptions de la XXIIe légion de Mayence, autour de 200 ap. J.-C. On y a exploité un grès bigarré clair (pâle) pour un grand bâtiment de fonction inconnue à Mayence. La carrière, totalement remblayée, a été intégralement fouillée au xxe s. et est remarquable en raison de ses tailles bien conservées, de ses inscriptions, de ses graffites rupestres. Les inscriptions livrent aussi quelque information sur l’organisation des carrières. Dans les parages apparaissent aussi des restes de carrières des légions de Germanie supérieure, au Schlammberg, près de Bad Dürkheim, et dans la vallée du Kallstädter au sud de Leistadt. Depuis le milieu du ier s., on exploitait là aussi un grès bigarré clair (Röder 1969 ; Cüppers 1990, 313-315).

FIG. 20
Le Kriemhildenstuhl à Bad Dürkheim. Carrière de grès bigarré utilisée par la legio XXII Primigenia pia fidelis après son dégagement par les fouilles (Sprater 1935, 32)

dessin A. Teuffel.

FIG. 21
Le Kriemhildenstuhl à Bad Dürkheim. Front de taille avec traces d’enlèvement des blocs.

cliché D. Baatz.

FIG. 22
Le Kriemhildenstuhl à Bad Dürkheim. Inscriptions de la XXIIe légion : a Le (gio)/le (gio) XXII A(ntoniniana) ; b Gettonius./Ursus, Dossu(s)/le (gionis) XXII P(rimigeniae) P(iae) F(idelis).

clichés D. Baatz.

43• Reinhardsmunster, au sud de Saverne (Alsace, F)

44Il s’agit de la carrière de la VIIIe légion de Strasbourg. Elle a livré des traces de taille et des inscriptions au nom de l’officina leg (ionis) VIII Aug (ustae). La carrière était donc appelée officina. On y exploitait un grès bigarré rouge (fig. 23). Dans les parages existent probablement d’autres carrières de la même pierre (Forrer 1918).

FIG. 23
Reinhardsmunster, au sud de Saverne (Alsace). Carrière de grès bigarré de la legio VIII Augusta avec l’inscription Officina leg (ionis) VIII Aug (ustae). [Forrer 1918, 49, fig. 9],

2.2.2 Les tuileries

45FIG. 24, 25

46La production militaire de tuiles a commencé vers le milieu du ier s. ap. J.‑C., à l’époque des premières grandes constructions en pierre des légions, et elle a duré jusque dans l’Antiquité tardive. À partir de l’époque flavienne, les troupes auxiliaires ont elles aussi produit des tuiles. Mesuré à l’aune des constructions militaires en pierre, l’utilisation de la tuile est restée réduite et limitée essentiellement à deux domaines : la couverture des toits et la construction des hypocaustes. Toutefois, même les toits de tuiles sont rares dans les camps militaires et ne constituent qu’une faible partie des couvertures. On utilisait principalement des matériaux organiques –planches de bois et bardeaux ou paille. On utilisait fréquemment des types de tuiles particuliers pour la construction des installations thermales chauffées, quoique les briques murales fussent rarement employées en élévation. Dans les constructions militaires de l’Empire précoce ou au iie s., l’utilisation de chaînages de briques dans les murs n’était pas usuelle et n’est attestée qu’à l’époque tardive, par ex. à Cologne/Deutz. On rencontre parfois des briques trapézoïdales pour la construction d’arcs. On connaît un certain nombre de types et de formats spéciaux pour différents usages spécifiques (Le Ny 1988 ; Brodribb 1987).

FIG. 24
Tuilerie des milites portisienses à Rheinzabern (Cüppers 1990, 538).

FIG. 25
Tuilerie de la legio XX Valeria Victrix à Holt (pays de Galles) : 1 baraquement de la vexillation de travail ; thermes ; 3 maison du commandant (?) ; 4 ateliers ; 5 bâtiment avec hypocauste et fours isolés ; 6 fours de tuiliers et de potiers. La Dee (au nord-est de la tuilerie) permettait le transport des tuiles jusqu’à Chester et vers d’autres installations militaires (Nash-Williams 1969, fig. 16).

47Comme une grande partie des tuiles militaires était estampillée au nom d’une unité, ces matériaux constituent une source importante pour notre connaissance de la répartition des troupes dans le temps et dans l’espace. Toutefois, on prendra garde au fait que le lieu de découverte d’une telle tuile n’est pas nécessairement identique avec le cantonnement de l’unité mentionnée, car de nombreuses tuiles militaires n’ont pas été produites exclusivement en prévision d’une construction militaire sur le lieu de garnison d’une troupe déterminée (CIL XIII, 6 ; Rüger 1968, 60-72). Cela vaut particulièrement pour les tuileries légionnaires (figlinae, tegulariae) qui travaillaient le plus souvent au profit d’une région plus vaste que leur cantonnement proprement dit. On les a donc installées là où l’on trouvait une argile appropriée et où les possibilités de transport par voie d’eau étaient assurées. C’est pourquoi toutes les tuileries légionnaires sont situées sur le Rhin ou sur l’un de ses affluents.

48Les fouilles permettent de bien comprendre la construction des fours (Berger 1969 ; Le Ny 1988). Comme l’on montré des découvertes récentes, le four, généralement de forme rectangulaire, mais aussi parfois circulaire, était installé le plus souvent dans un atelier en bois (par ex. Cüppers 1990, 535, fig. 459, 538, fig. 462). En dehors du four, la figlina comprenait aussi des baraquements pour les ouvriers, des aires de séchage pour les tuiles crues, des fosses pour le stockage du matériau de base. Le plan de la tuilerie légionnaire de la légion XX Valeria Victrix à Holt (pays de Galles) en fournit un bon exemple (Nash-Williams 1969).

49La production de tuiles était limitée à la belle saison, sans quoi les produits crus n’auraient pu sécher ; cette raison justifie à elle seule une production intermittente. Celle-ci était en outre fortement dépendante d’une demande variable et n’était mise en œuvre qu’une fois le projet de construction achevé. Les légions eurent ainsi besoin d’une production massive après la révolte batave, au début de l’époque flavienne, comme on peut le constater en observant l’abondance des tuileries proches des cantonnements en Germanie inférieure. Il y avait en outre une entreprise dans laquelle des vexillations de plusieurs légions de Germanie inférieure étaient impliquées, la tegularia transrhenana (Rüger 1968, 60-66). Comme pour les carrières du Drachenfels, celle-ci a dû se situer sur la rive orientale du Rhin, mais elle n’a pu être localisée.

50Les tuileries légionnaires de Rheinzabern ont assuré les besoins de l’armée de Germanie supérieure du milieu du ier s. ap. J.-C. au début de la période flavienne (Cüppers 1990, 533-539). Lorsque les dommages créés par la révolte batave eurent été réparés, la production fut mise en sommeil. Sous Domitien, après la guerre chatte, la protection militaire de la zone du limes entraîna un nouveau besoin de tuiles ; on construisit pour cela une nouvelle tuilerie au confluent du Main et de la Nidda, à Francfort/Nied (Baatz & Herrmann 1989, 303 sq.), plus proche des lieux de consommation que la vieille fabrique de Rheinzabern. La tuilerie de Nied a continué de produire, avec des interruptions, jusqu’à son abandon au milieu du iie s. Sous Commode, une tuilerie de la cohors IIII Vindelicorum à Gross Krotzenburg a livré à plusieurs reprises de grosses fournées pour la réparation et la construction de nouveaux bâtiments militaires, quelquefois très éloignés (ORL B, II, 2, no 23, p. 14-16). Enfin, signalons que de nombreux petits ateliers auxiliaires ont produit pendant un temps bref des tuiles destinées à un petit nombre de bâtiments, voire même à un seul.

51Au ive s. encore existait sur la frontière rhénane une production de tuiles militaires. On connaît ainsi des estampilles de la legio I Martin à Kaiseraugst (Tomasevic-Buck 1982 ; Berger 1969). À Rheinzabern, dans la seconde moitié du ive s., soit après une très longue pause, une nouvelle tuilerie fut construite, cette fois-ci par des unités de limitanei tardives (Menapii, Martenses, Acinenses, Cornacenses, Portisienses) [Cüppers 1990, 537 sq., fig. 461-462].

2.2.3 Les fours à chaux

52Pour de grands projets, par exemple un camp légionnaire, il était nécessaire de disposer de fours à chaux de grande capacité. Ces installations étaient situées à proximité des gisements naturels où l’on transportait le combustible (bois). Il est certain que tout le long de la frontière rhénane ont existé plusieurs grands complexes de chaufours appartenant à l’armée mais, jusqu’ici, seul l’un d’entre eux a été découvert. On connaît en effet à Bad Münstereifel/ Iversheim (fig. 26) une officine comprenant six fours, utilisée par des unités de l’armée de Germanie inférieure, notamment des vexillations –legio XXX Ulpia Victrix et autres. On y brûlait la dolomie du moyen Devon. À Iversheim, des inscriptions nomment le chaufournier (calcaritis), le contremaître (magister calcarium), et un architectus discens, entre le milieu du iie et le milieu du iiie s. (Horn 1987, 338-342). L’officine n’a certainement pas travaillé en continu, mais en fonction de la commande. Pour des projets de moindre taille –les petits camps auxiliaires du limes– existaient des installations plus réduites. On en connaît une, par exemple, immédiatement près du rempart sud de Neckarburken ouest. Elle fut utilisée pour la construction du camp et on y brûlait du calcaire coquillier (Schallmayer 1991). Avant son utilisation dans la construction, la chaux vive devait être éteinte avec de l’eau. On effectuait cette opération dans des puisards boisés directement sur le chantier. On en trouve systématiquement dans les fouilles, comme c’est le cas à Walldürn.

FIG. 26
Four à chaux de la legio XXX Ulpia Victrix à Bad Münstereifel/lversheim (Horn 1987, 339).

2.2.4 L’approvisionnement en bois

53Le besoin en bois de construction était énorme. Pour l’édification d’un camp légionnaire en terre et en bois, 15 000 à 20 000 stères de bois étaient nécessaires, si l’on en croit les calculs effectués à Inchtuthil (Shirley 1996). De nombreuses recherches archéobotaniques montrent que, sur le Rhin, on préférait de loin le chêne ; on utilisait rarement le sapin et le pin. On avait aussi besoin en permanence de bois de chauffage pour les thermes, pour la préparation des repas, pour des usages industriels. On se servait alors d’autres essences, par exemple le hêtre. On comprend dès lors pourquoi, dans les parages d’un camp romain, le bon bois de construction faisait défaut après quelques années, même dans des zones forestières –par exemple à Welzheim (Körber-Grohne et al. 1983, 57, 72). L’apparition d’une situation de pénurie montre que le bois de construction était d’abord coupé, aussi loin que possible, dans les environs. Cette réflexion vaut pour les camps construits en zone forestière. Pour les chantiers de plaine, le bois devait de toute façon être importé. Dans le cas de grands projets –par exemple les camps légionnaires–, le besoin était si considérable que les environs ne pouvaient en aucun cas suffire. Il fallait donc transporter le bois depuis des forêts lointaines, si possible par voie d’eau. Le Rhin et ses affluents traversent des régions boisées étendues en moyenne montagne. Il fallait le plus souvent effectuer le transport par flottage, dont on a trouvé la trace archéologique dans le lit du Rhin à Strasbourg/Koenigshoffen, Mayence, Zwammerdam (Ellmers 1995). Des vexillations militaires étaient envoyées en forêt pour couper du bois. On connaît ainsi, grâce à des inscriptions du cours inférieur du Main (Stockstadt, Obernburg, Trennfurt), quatre commandos de la XXIIe légion de Mayence. Ceux-ci étaient en activité dans les années 206-214 et sont connus sous le nom de vexillatio legionis XXII PPF agentium in lignariis. Ils étaient commandés par un centurion légionnaire ou un optio (fig. 27) [Speidel 1983]. Les inscriptions attestent en même temps du fait que les forêts du Main inférieur fournissaient du bois à usage militaire au début du iiie s. Les recherches dendrochronologiques montrent que c’est aussi dans le bassin du Main que l’on venait couper du bois pour la construction de la colonia Ulpia Traiana (Xanten) au début du iie s., par l’intermédiaire déjà de vexillations de la XXIIe légion (Schmidt 1987). Là aussi, on doit admettre un flottage sur une longue distance (fig. 28a). La découverte de chaînes de flottage dans un dépôt de Heilbronn/Böckingen montre que, sur le Neckar aussi, on flottait le bois (fig. 28b). Les chaînes de fer servaient à l’arrimage du train de flottage (Schönberger 1967).

FIG. 27
Inscription votive de Trennfurt (212 ap. J.-C.) : "À Jupiter très bon, très grand, à Sylvain Sauveur, à Diane Auguste, la vexillation des soldats de la légion XXII Primigenia Antoninienne, pieuse, fidèle, envoyés pour couper du bois sous la direction de Mamertinus lustus, optio, a dédié cette inscription, sous le consulat des deux Asper" (CIL XIII, 6618).

FIG. 28
Témoins de la pratique du flottage sur le Main et le Neckar : a radeau de poutres équarries trouvé à Strasbourg/ Königshoffen et servant au transport de blocs de pierre (Ellmers 1995, 235) ; b chaîne de flottage trouvée dans un dépôt d’objets ferreux à Heilbronn/ Böckingen (Schönberger 1967, 149, fig. 8, 1-2).

2.3 L’architecture défensive sous le Principat

54DIETWULF BAATZ

55Polybe (VI, 27-32) décrit de manière exemplaire, vers le milieu du iie s. av. J.-C., les camps de marche de la République romaine. Ceux-ci étaient planifiés avec précision suivant un schéma urbain adapté aux besoins de l’armée mais réduit au maximum. Lorsqu’on entrait dans un camp, préparé au préalable, on avait l’impression “qu’une armée entrait dans sa propre ville” (Polybe VI, 41, 10). L’auteur grec jugeait particulièrement remarquable le fait que le camp de marche romain ait toujours été protégé par une enceinte fortifiée alors qu’il n’était construit que pour la nuit (Polybe VI, 42). Un observateur du début de l’époque impériale eut lui aussi, en voyant un camp d’étape, l’impression de se trouver face à une ville fortifiée (Josèphe, BJ III, 5, 2). Très tôt, les camps de siège fortifiés et édifiés pour durer un certain temps ont été construits sur le modèle des camps de marche.

56Sous la République tardive, les armées romaines sont souvent restées engagées des années durant, parce qu’elles devaient combattre dans des provinces éloignées. Pour passer l’hiver, il leur fallait alors des abris solides et protégés contre les intempéries (hiberna). Le développement de ces camps reposait sur la longue tradition des camps de marche et des camps de siège.

57Auguste créa l’armée permanente du Principat. Il attribua des cantonnements fixes dans les provinces aux légions et aux corps auxiliaires. Les troupes devaient désormais édifier dans leurs garnisons des abris consolidés et destinés à durer. Cela accéléra fortement le développement de camps militaires durables.

58Pour les remparts, sur la frontière rhénane, le bois fut dans un premier temps le principal matériau de construction –en règle générale, on utilisait du chêne. Combiné avec la terre extraite des fossés, il permettait la construction rapide d’enceintes en bois et en terre. On utilisait en outre des mottes de gazon ou la pierre sèche, là où l’on disposait du matériau pour le faire. La maçonnerie au mortier demeura exceptionnelle pendant des décennies. On la rencontre dans le “monument des Ubiens”, à Cologne, datant de l’an 4 ap. J.-C., sans doute une tour défensive qui protégeait l’ancien port du Rhin (Horn 1987, 462-463).

59C’est après le milieu du ier s. ap. J.-C. que l’on commença à construire les remparts en mortier et en pierres, d’abord dans le camp légionnaire de Neuss/Grimlinghausen (vers 55 ou seulement après 70 ?). Au début de l’époque flavienne, d’autres camps légionnaires de la frontière rhénane reçurent un rempart de pierre (Mayence, Bonn). A la même époque, d’autres camps légionnaires avaient encore des enceintes de bois (Mirebeau, Nimègue). Le premier mur maçonné du camp légionnaire de Vindonissa est sans doute lui aussi né à l’époque flavienne ; à Mirebeau, il fallut sans doute attendre le règne de Domitien. En revanche, les castella auxiliaires sont restés des bâtiments exclusivement en bois depuis l’époque flavienne tardive. C’est seulement à partir de Trajan qu’on a pourvu d’enceintes de pierre les premiers castella auxiliaires. Depuis le milieu du iie s., les remparts maçonnés étaient la règle dans tous les camps de légion et dans la quasi-totalité des castella auxiliaires, et les enceintes en bois se firent rares. On connaît par exemple ce genre de cas exceptionnels sur le Rhin inférieur, où les forts d’Utrecht, de Zwammerdam et de Valkenburg ne furent pas pourvus d’un mur en pierres avant la fin du iie s.

60L’introduction de la maçonnerie donna aux remparts une meilleure tenue dans le temps et diminua les risques d’incendie. Mais leur force tactique demeura pratiquement identique, parce qu’on n’avait pratiquement pas transformé les dimensions ni les éléments de la technique défensive. On n’observe d’évolution de la fortification que dans le cas du castellum de Niederbieber, érigé à la fin du iie s. Ses tours, qui forment une grande saillie hors de la courtine, et la présence d’une large berme annoncent les caractéristiques défensives de la fin de l’époque romaine. Le mur offrait aux défenseurs l’avantage d’une position élevée et à couvert. Mais une différence essentielle séparait les remparts militaires du début et du milieu de la période impériale et la plupart des enceintes urbaines de l’Antiquité. Les murs des villes devaient être construits avec une solidité suffisante pour pouvoir résister à un siège formel. Il faut pour cela que les murs, là au moins où ils peuvent être attaqués, aient une hauteur suffisante pour que la pose d’échelles et de grappins soit risquée et qu’un assaut puisse être facilement repoussé. La hauteur minimale d’un mur de ce type était d’environ six mètres jusqu’au chemin de ronde. Les murs fortifiés de l’armée à l’époque du Principat étaient en revanche beaucoup plus bas et moins épais. À cette époque, l’armée romaine prenait généralement le dessus en rase campagne, elle avait l’habitude de la guerre de mouvement et n’avait guère à redouter un véritable siège de ses cantonnements. Les constructions défensives des camps devaient uniquement protéger la troupe contre une attaque surprise jusqu’au moment où celle-ci pourrait se trouver en formation d’attaque. Si le camp était encerclé, sa garnison faisait une sortie et parvenait souvent, de la sorte, à battre l’adversaire. Les camps légionnaires et les castella auxiliaires du début et du milieu de l’époque impériale étaient uniquement des casernes fortifiées ; ce n’étaient pas des citadelles destinées à soutenir un siège (Baatz 1963-1964).

2.3.1 Les remparts

2.3.1.1 Les murs en terre et en bois

61De nombreux remparts de la frontière rhénane étaient construits, depuis le début de l’époque impériale, en bois et en terre (fig. 29). Ils présentaient des murailles verticales, ce que permettait l’utilisation du bois. Aujourd’hui, dans la plupart des cas, rien –ou peu de choses– n’a été conservé de l’élévation de ces murs. Les parties conservées des remparts du fort de Valkenburg, qui se classent dans différentes variantes de ce type d’architecture, constituent une exception. Dans le castellum de cohorte d’Urspring, en Rétie, on a découvert à l’arrière du rempart en pierre l’empreinte du mur de bois et de terre précédent, avec les détails de la construction. Le mur de pierres avait été disposé devant l’ancien mur de bois en ruines, et avait d’une certaine manière conservé comme un moulage la trace de sa façade (Fabricius 1904, 4-8, pl. 3, 3). Les remparts de bois avaient souvent, comme à Urspring et à Valkenburg 2 et 3, un front vertical coffré avec des planches, et le plus souvent aussi une face arrière identique (Valkenburg 2). Le coffrage de bois était maintenu par des poutres verticales enfoncées dans des trous de poteau. La distance entre ces poteaux était le plus souvent de 1,20 à 1,50 m, la largeur du mur de 3 à 6 m. Pour que les murs aient des façades verticales, les soldats disposaient des planches horizontales derrière la rangée de poteaux de chaque façade, puis remplissaient le tout de terre puisée dans les fossés. Dans ce remplissage, ils disposaient des poutres transversales horizontales reliées aux poteaux des façades avant et arrière, afin de contenir la pression de la terre (fig. 30, 31). On obtenait ainsi des caissons de bois qui donnait une grande solidité au rempart en bois et en terre. Il arrivait que l’on réparât un mur de ce type lorsqu’il menaçait de s’effondrer en disposant des étais sur sa façade ou sur sa face intérieure –façade avant : Neuss E, mais aussi Cologne/ Alteburg (fig. 32) [Hanel 1999, 590-595] ; façade arrière : Valkenburg 2.

FIG. 29
Coupe de différents types de remparts en gazon, terre et bois : a mur en mottes de gazon à front vertical, avec renfort de bois ; b mur en mottes de gazon sur les deux faces, avec fruit ; c mur en mottes de gazon sur la face extérieure, avec fruit ; d mur en terre et en bois, à parement de bois sur la face externe ; e mur en terre et en bois à double parement de bois (Johnson 1987, fig. 36).

FIG. 30
Palissade du camp augustéen d’Oberaden : a poteaux équarris (cliché S. von Schnurbein) ; b poteaux avec leur entretoise basse.

cliché J.-S. Kühlborn.

FIG. 31
Valkenburg : a le rempart de Valkenburg 2, avec ses caissons de bois ; b le rempart de Valkenburg 1, dont des rondins forment le soubassement.

FIG. 32
Réparation du rempart de Cologne/Alteburg (reconstitution extraite de Hanel 1999, fig. 28).

62Dans une variante du mur en bois et en terre, on trouvait aussi, derrière le coffrage de bois, des mottes de gazon empilées (Valkenburg 3) ; dans une autre, on installait entre les poutres verticales des mottes qui formaient alors la face antérieure (Rottweil III). Le cœur de ces remparts était composé lui aussi de la terre extraite des fossés. Certains murs de bois et de terre n’étaient pourvus d’un coffrage de bois vertical que sur le côté extérieur ; vers l’intérieur du fortin, ils formaient un talus en pente (Echzell, Hesselbach : mur d’enceinte A).

63Les poteaux des murs en bois et en terre dépassaient le chemin de ronde et portaient des parapets et des créneaux. Ils étaient en outre enfoncés dans la terre sur une certaine profondeur, soit individuellement dans des trous de poteau, soit en tranchée continue. La longueur totale d’un poteau était donc constituée de trois mesures : la hauteur des parapets avec les créneaux, la hauteur du chemin de ronde et la profondeur de l’enfouissage dans la terre. Si, par hypothèse, on évalue le parapet avec créneaux à 1,80 m, la hauteur du chemin de ronde à 3 m et la profondeur des fosses à poteaux à 1,20 m, il fallait déjà utiliser comme poteaux des poutres de 6 m de long. Comme il est difficile de se procurer de plus grandes poutres en grandes quantités, on pourra supposer que le chemin de ronde se trouvait sans doute la plupart du temps entre 3 et 4 m de hauteur. Le bois de construction était autant que possible abattu aux alentours et utilisé immédiatement après la coupe. Les besoins en bois de construction pour un camp militaire à enceinte de bois et bâtiments intérieurs dans le même matériau étaient tout à fait considérables (Schnurbein 1982b, 15 ; Shirley 1996).

2.3.1.2 Autres constructions de murs sans liaison de mortier

Murs en mottes de gazon

64L’utilisation de mottes de gazon permettait une construction sans poteaux (fig. 33). Cela étant dit, ce type de rempart devait, pour des raisons statiques, être édifié avec un fruit en façade, ce qui représentait un certain inconvénient par rapport à des murs en bois et en terre (fig. 34). Ce type d’architecture avait déjà fait ses preuves à la fin de la République (Alésia). D’un point de vue archéologique, on la rencontre surtout en Grande-Bretagne. Seuls le parapet et les créneaux étaient en bois. Par ailleurs, le chemin de ronde était pavé de rondins, comme on peut le voir sur les représentations de la colonne Trajane (fig. 35). Pour un meilleur drainage du coeur du mur, les murs ont souvent été édifiés sur une strate de rondins (fig. 31b). Cette sorte de rempart ne pouvait être construite que là où l’on disposait de mottes d’herbe, c’est-à-dire dans les zones de pâturage. A ce jour, on a rarement observé de murs en mottes de gazon sur la frontière rhénane (Altenstadt 4, Hofheim : phase de bois du fortin de pierre), ce qui n’est peut-être qu’une conséquence des mauvaises conditions de conservation. Si l’on voulait obtenir des façades verticales sur un mur en mottes d’herbe, il fallait en outre insérer des bois horizontaux dans le cœur des murs. On connaît une variante de construction de ce type à Valkenburg 1 (fig. 33) ou à Strasbourg (fig. 34, planches H. T. VII-VIII).

FIG. 33
Vue de face du rempart de mottes de gazon de Valkenburg 1, période 1.

FIG. 34
Le rempart en mottes de gazon de Strasbourg/Le Grenier d’Abondance : a vue en coupe (remarquer le fruit des mottes sur les fronts avant et arrière du rempart) ; bc l’armature en bois.

clichés F. Schneikert, Inrap.

FIG. 35
Scènes XI (a) et XII (b) de la colonne Trajane montrant l’édification d’un rempart en mottes de gazon (Settis et al. 1988).

cliché Eugenio Monti.

Courtines en pierres sèches

65Les remparts en pierre sans liant de mortier ont souvent été érigés dans les zones arides de la Méditerranée, dans les camps de marche et les camps de siège, lorsqu’on trouvait aux environs la matière première adaptée (par ex. circumvallatio de Numance et de Masada). Si l’on voulait obtenir, avec ce type de construction, une meilleure solidité et des hauteurs plus élevées, il fallait en outre utiliser du bois. L’une de ces constructions romaines ressemble au murus Gallicus celte, dont la solidité impressionna César (BG VII, 23, 5). Les façades arrière et avant étaient construites à sec, avec des poutres horizontales perpendiculaires à l’orientation du mur et disposées en quinconce, comme dans le cas des murs gaulois (fig. 36). L’espace entre les deux coffrages de murs était rempli avec la terre sortie du fossé. La différence avec le murus Gallicus tient au fait que l’on ne trouve pas de grandes chevilles de fer dans le cœur des murs, qu’une façade arrière verticale se dressait à l’arrière en lieu et place d’un talus de terre et que l’on plantait des poteaux verticaux pour les tours et les portes (la Saalburg : premier mur du fort, vers 135 ap. J.-C. [Baatz 1994, 59-64]). On trouve un type de construction analogue dans les radiers des tours de garde en bois, sur le limes de l’Odenwald et du Taunus, ainsi qu’à Mirebeau. La technique des murs n’a sans doute pas été empruntée aux Celtes. Elle pourrait remonter aux modèles hellénistiques.

FIG. 36
Reconstitution du rempart en pierres sèches de la Saalburg (Baatz 1994, 60).

66On connaît une autre variante des remparts en pierres sèches dans les fortins de numerus sur le limes de l’Odenwald (Hesselbach : enceinte B, Würzberg). Il s’agit d’un simple rempart construit avec deux parements à sec datant de la première moitié du iie s. Le mur a été dressé sans charpente interne de bois ; le rempart ne doit donc pas avoir été haut. On avait seulement disposé des rondins dans le remplissage de terre situé entre les deux parois du mur afin de réduire la pression du remplissage sur les parois extérieures. Ce mur en pierres sèches possède une certaine analogie avec des murs en mottes de gazon, mais les pierres remplacent les mottes, technique déjà expérimentée à Alésia sur les plateaux. La façade arrière du mur de défense était en escalier. La largeur totale atteignait environ 6 m.

2.3.1.3 Remparts en pierre liés au mortier

67Dans les murs maçonnés, le parement avant et arrière est toujours proprement construit en pierres de taille alors que le cœur des murs est constitué de blocs bruts d’extraction, noyés dans un blocage de mortier. La face antérieure est plus souvent revêtue de pierres de taille que la face arrière. Souvent, les murs sont décorés de modénatures au-dessus des fondations, sous forme de chanfreins, le nu du mur étant alors en retrait ; à hauteur du chemin de ronde apparaît une corniche profilée, en surplomb. Les remparts maçonnés, dont les parements étaient composés de petits blocs, recevaient un crépi. Ils portaient un badigeon blanc (fig. 37) dans lequel on gravait une découpe de pierres en trompe-l’œil, que l’on soulignait à la peinture rouge (Johnson 1987, 86 ; Wenzel 2000, 30, fig. 12).

FIG. 37
Reconstitution de l’enduit mural du rempart de la Saalburg

cliché M. Reddé.

Remparts maçonnés à deux parements

68À l’époque flavienne, l’enceinte du camp légionnaire de Vindonissa a été construite sous la forme maçonnée à deux parements, avec un remplissage de terre entre les deux parois (fig. 38). La largeur totale s’élevait à environ 3,00 ou 3,50 m. Ce mode de construction singulier peut être considéré comme une application à la construction au mortier de la construction en mottes de gazon ou en mur en pierres sèches.

FIG. 38
Le rempart de Vindonissa (Windisch) : plan des deux états (bois et pierre) [Drack & Fellmann 1988, 39],

Remparts maçonnés avec talus de terre

69La quasi-totalité des murs d’enceinte en pierre des camps militaires sous le Principat relève de ce type de construction (fig. 39a). La terre extraite des fossés défensifs était utilisée pour élever un remblai de terre derrière le mur. Celui-ci portait aussi le chemin de ronde et formait une pente vers l’intérieur du camp (fig. 40). Le mode de construction remonte à une tradition italienne des enceintes urbaines –les murs de la ville de Pompéi, ou ce que l’on a appelé le mur Servien de Rome, dans le deuxième quart du ive s. av. J.-C., en sont des exemples. Le talus de terre n’était pas renforcé intérieurement par une charpente de bois ; il exerçait donc une pression sur le mur au mortier. C’est la raison pour laquelle le mur, dont l’épaisseur était limitée –le plus souvent il ne dépasse pas 0,90 à 1,50 m de large– ne pouvait pas être particulièrement élevé sous peine de devenir instable. La hauteur jusqu’au chemin de ronde peut parfois être estimée grâce aux restes tombés dans le fossé – à 3,50 m par exemple à Valkenburg (période 6), ou à 4 m entre la base et le chemin de ronde à Worth (fig. 41).

FIG. 39
Coupes schématiques montrant : a un rempart de pierre contreforté par un talus de terre ; b un rempart de pierre avec un chemin de ronde en bois sur poteaux porteurs.

dessin D. Baatz.

FIG. 40
Talus de terre derrière le rempart reconstitué de la Saalburg.

cliché M. Reddé.

FIG. 41
Wôrth : restitution de la hauteur du chemin de ronde (à gauche), à partir des vestiges du mur effondré (à droite) [ORL 36, fig. 1-2].

Remparts sans talus de terre

70Dans certains camps militaires, il n’existait pas de talus derrière le mur (fig. 39b) ; c’était assez fréquemment le cas dans les petits fortins. Le chemin de ronde en bois était en revanche porté par une série de poteaux qui se dressaient dans la largeur du chemin, derrière le mur, à l’intérieur du camp : le fortin du numerus de Welzheim est, avec reconstruction partielle (fig. 42) en est un exemple. Dans d’autres cas, on a relevé derrière la muraille l’existence de piliers en pierre sur lesquels reposait le chemin de ronde – ainsi au camp légionnaire de Nimègue et dans les forts auxiliaires de Dormagen et de Bad Cannstatt. L’absence de talus de terre faisait gagner de la place à l’intérieur du camp.

FIG. 42
Rempart de Welzheim.

cliché M. Reddé.

2.3.1.4 Parapets et créneaux

71Les remparts étaient pourvus de parapets et de créneaux. La largeur de l’ouverture entre les créneaux dépendait du type de défense. Si l’on en croit les bas-reliefs antiques représentant des combats sur les murailles, et d’après les sources écrites, on défendait le plus souvent les murs par jets de javelots et de pierres (Baatz 1994, 86-87). Ce type de combats exige des ouvertures larges (fig. 43). Dans les exemples conservés, la largeur des embrasures se situait donc entre 1,20 et 2,40 m ; au camp prétorien de Rome, elle était même de 2,90 m (Johnson 1987, 86). Au début et au milieu de l’ère impériale, seules quelques unités étaient équipées d’une arme à longue distance comme l’arc, qui pouvait être utilisé à partir d’une archère étroite. La largeur des créneaux, dans les murs en bois et en terre, dépend généralement de la distance latérale entre les poteaux de façade.

FIG. 43
Parapet et merlons de la Saalburg (reconstitution). On observera la largeur des embrasures.

cliché M. Reddé.

2.3.2 Portes et tours

2.3.2.1 Portes et tours de courtines en bois

72Les portes en bois et les tours sur la courtine sont déjà attestées dans les bâtiments militaires de la fin de la République et l’on en a aussi des traces archéologiques (Numance, Alésia). Pour les camps permanents du début de la période impériale, on n’utilisait de toute façon que des édifices en bois. Dans leur planification, les architectes militaires romains s’inspirèrent de certaines portes urbaines de la République romaine. Mais les mesures et le matériau étaient adaptés aux besoins spécifiques des camps militaires. Dès l’époque d’Auguste, on connaît un certain nombre de portes en bois. Caractéristique est le fait que les murs en bois et en terre forment, des deux côtés du passage, un coude à angle droit vers l’intérieur, ce qui repousse vers l’arrière le portail proprement dit. Les tours latérales pouvaient avoir, en plan, une forme en L (type V de Manning et Scott 1979 : fig. 44), comme c’est le cas à Oberaden, Rödgen, Haltern (fig. 45, 1-3), Marktbreit (fig. 46) et Beckinghausen. Si l’ennemi voulait prendre d’assaut l’entrée, il était exposé, le long du passage, aux tirs des défenseurs installés de chaque côté. Le type de construction était relativement coûteux mais la construction était très sûre. Parmi les modèles, on trouvait les portes des villes italiennes, par exemple celles de Stabies ou de Nola à Pompéi.

FIG. 44
Typologie des portes en bois (Manning & Scott 1979, fig. 1).

FIG. 45
Exemples de portes en bois : 1 Oberaden, porte sud ; 2 Rödgen, porte est ; 3 Haltern, porte orientale la plus récente ; 4 Nimègue 1, porte sud-est ; 5 Vindonissa, porte nord (phase de bois) ; 6 Vetera (camp néronien), porte sud ; 7 Künzing 2, porte orientale ; 8 Echzell (phase de bois), porte occidentale (1-4 : période augustéenne ; 5 : période tibérienne précoce ; 6 : vers 60 ; 7 : vers 120 ; 8 : période flavienne tardive).

dessin D. Baatz.

FIG. 46
Reconstitution de la porte sud du camp augustéen de Marktbreit (Wamser 1991, 117, fig. 4)

dessin M. Pietsch.

73À partir du milieu du ier s., les formes se simplifièrent (fig. 47). Le vantail fut avancé et on réduisit les dimensions architecturales (Manning et Scott 1979 : types III et IV). Les tours de flanquement n’offraient pas de saillie par rapport à la façade du mur d’enceinte. La mutation vers des portes aux –fortifications plus faibles est vraisemblablement liée à la pacification de la frontière du Rhin au ier s. Pour les portes des petits camps auxiliaires, le vantail pouvait même se situer dans l’alignement de l’enceinte (Manning et Scott 1979 : types I et II). On observe déjà cette forme très simple dans les petits camps de l’époque d’Auguste (porte ouest de Rödgen et de Haltern/ Hofestatt). Les murs d’enceinte des camps permanents étaient pourvus, à intervalles réguliers, de tours en bois. Celles-ci avaient le plus souvent des bases carrées, chacune étant pourvue d’un poteau à chaque angle. Comme les tours des portes, elles ne faisaient pas saillie par rapport à la courtine –on en trouve des exemples à Velsen ou dans le fort de pierre de Hofheim, période en bois. Les tours situées dans les parties courbes du camp étaient souvent édifiées sur un plan trapézoïdal, et pouvaient avoir cinq, voire six poteaux porteurs.

FIG. 47
Porte sud du camp tardo-flavien de Rottweil III. Essais de reconstitution (Planck 1975, 60).

dessin D. Planck.

74Les tours des portes et des courtines en bois étaient-elles constituées d’une plate-forme défendue par des créneaux ou protégées par un toit ? La question fait l’objet d’un débat sans fin. Comme on ne peut pas y répondre au moyen des fouilles archéologiques, on s’est référé aux bas-reliefs de la colonne Trajane, sur lesquels on représente des tours de bois sous forme de bâtis ouverts portant une plate-forme défensive. Des tours de ce type existaient sans doute aussi sur la frontière du Rhin, mais vraisemblablement dans des camps militaires dressés pour une courte durée. Les bas-reliefs de la colonne Trajane pourraient représenter essentiellement des camps de ce type. Pour les enceintes en bois qui devaient être utilisées plus longtemps, la présence de toits, sous nos climats, paraît plus probable. Pour éviter les risques d’incendie, on les aura sans doute recouverts avec des bardeaux plutôt qu’avec de la paille.

2.3.2.2 Portails et tours de courtine en pierre

75Dans les camps destinés à accueillir une légion, la construction de murs fortifiés en pierre a peut-être débuté à l’époque de Néron (Neuss/Grimlinghausen). Elle s’est développée après l’écrasement de l’insurrection des Bataves, en 70 ap. J.-C. (Bonn, Mayence, Windisch ?). Sous Domitien, les camps de Nimègue et de Mirebeau ont eux aussi été pourvus de murailles en pierre. Avec la nouvelle enceinte de pierre des camps légionnaires sont aussi apparues des portes de pierre. Pour autant que l’état de conservation des bâtiments permette de le discerner, on a mis en œuvre ici des projets très différents (fig. 48). Dans un groupe de portes, on constate un nouveau retour aux formes de construction urbaines ; cela vaut particulièrement pour la porte principale (portapraetoria) de plusieurs camps légionnaires. Servaient désormais de modèle les portes de prestige des enceintes urbaines de l’époque julio-claudienne (par ex. Aoste, Turin). L’architecture de ces portes urbaines massives allait bien au-delà des nécessités de la tactique défensive : avec leurs façades ornées de corniches et d’éléments décoratifs, elles offraient une vision imposante et transmettaient une impression de richesse et de force. Les architectes militaires simplifièrent ces formes de bâtiment, diminuèrent leurs dimensions et ne reprirent pas non plus tous les éléments défensifs ; la cour intérieure, qui se fermait à l’aide de herses, cessa d’être en usage. Pourtant, les nouvelles portes des camps légionnaires, avec leurs puissantes tours latérales en saillie et l’ornementation architecturale de la façade, offraient une vision impressionnante qui se distinguait beaucoup des édifices en bois précédents. Pour les édifices militaires, une nouvelle fonction entrait ici en jeu : la représentation du pouvoir romain par l’architecture défensive.

FIG. 48
Portes en pierre de camps légionnaires : 1 Vindonissa, porte nord ; 2 Vindonissa, porte ouest (datation et plan incertains) ; 3 Neuss, porte sud-ouest ; 4 Nimègue (phase en pierre), porte sud-est ; 5 Mirebeau ; 6 Regensburg, porte nord.

dessin D. Baatz.

76La porta praetoria du camp légionnaire de Neuss (porte nord) eut ainsi, dans sa première phase de construction, deux tours de flanc rondes ou polygonales décrivant une forte saillie. Les passages eux-mêmes se trouvaient dans un bloc central en arc de cercle, en retrait vers l’arrière. La porte monumentale ouest du camp légionnaire de Vindonissa avait été construite d’une manière très similaire. Toutes deux avaient leur pendant dans les portes urbaines de Fréjus au début de la période impériale (Schultze 1909, 291-293). On ignore si la porta praetoria du camp légionnaire de Mayence (début de l’époque flavienne) était construite selon un schéma analogue (Büsing 1982 ; Hesberg 1999b). Un autre type de porte était pourvu de deux tours latérales saillantes en U et d’une aile centrale rectiligne pourvue de deux passages en portail, comme à Mirebeau (fig. 48, 49 et 377). La porta praetoria du camp légionnaire de Ratisbonne, encore visible aujourd’hui, est l’héritière tardive de ce type de bâtiments militaires (inscription de 179 ap. J.-C.). Elle rappelle les portes urbaines, comme les édifices du début de l’Empire que nous avons mentionnés en Italie du Nord et qui ont trouvé leur contrepoint tardif avec la porta nigra de Trêves.

FIG. 49
Mirebeau. Reconstitution de la porte orientale du camp flavien (Goguey & Reddé 1995, fig. 20).

dessin J.-P. Adam.

77D’autres portes de pierre des camps légionnaire ont été dessinées en respectant le modèle simple des bâtiments de bois qui les avaient précédés. La porte nord et la porte sud du camp de Vindonissa constituent des exemples intéressants (fig. 38). Ici, les anciens poteaux de bois sont restés en place dans les nouvelles fondations de pierre. Ainsi, même le plan en L des tours latérales, que l’on n’utilisait déjà plus nulle part à cette époque, a été repris dans les constructions en pierre (Manning et Scott 1979 : type V.3). Dans plusieurs camps légionnaires, on a observé des portes flanquées de simples tours rectangulaires non saillantes. Elles constituaient une transposition en pierre des édifices en bois (Manning et Scott 1979 : types III et IV). C’était par exemple le cas à Bonn. D’autres tours de portail rectangulaires saillaient plus ou moins devant la courtine, ce qui n’était pas courant jusqu’alors pour les tours de bois (Nimègue). À Neuss/Grimlinghausen, les portes aux formes complexes que l’on a construites à l’origine ont été remplacées par des édifices plus simples, avec des tours rectangulaires légèrement saillantes. L’avancée des tours, au début, n’était cependant pas censée servir à la défense. Elle était uniquement destinée à mettre en valeur l’architecture du portail. La tendance déjà mentionnée à la construction de prestige s’exprimait donc déjà dans les portes simples. Elle pouvait être complétée par des corniches et d’autres ornements architecturaux, si bien que l’architecture de la porte se distinguait clairement de la courtine et soulignait l’accès au camp.

78Depuis environ 90 ap. J.-C., on trouve aussi dans les fortins auxiliaires des enceintes en pierre inspirées du modèle des camps légionnaires (par ex. Wiesbaden, Hofheim : fort de pierre, Heddernheim, Okarben, Sulz, Schramberg/ Waldmössingen). Les portails étaient en règle générale construits selon le modèle des formes simples utilisées pour les camps légionnaires, avec des dimensions réduites en conséquence (fig. 50-52). Les camps d’auxiliaires recevaient donc ainsi le plus souvent des tours de porte rectangulaires ; celles-ci pouvaient se rattacher à la courtine ou se trouver en surplomb au-dessus d’elle. De temps en temps, on a relevé des tours saillant largement avec une façade en arc de cercle ; elles correspondent, dans des proportions réduites, à la porte orientale de Mirebeau (Utrecht : castellum). Lorsqu’on a pu se procurer le matériau en pierre approprié, on a aussi décoré, avec des corniches complexes par exemple, les portes des camps auxiliaires (Ladenburg : fortin de pierre). Manifestement, le désir de prestige formel existait aussi chez les troupes auxiliaires.

FIG. 50
Portes en pierre de castella auxiliaires : Wiesbaden, porte ouest ; 2 Ladenburg, porte ouest ; 3 Echzell, porte nord-est ; Hanau/Kesselstadt, porte nord-ouest ; 5 Hesselbach, porte nord-ouest ; 6 Osterburken, camp annexe, porte sud-est ; 7 Niederbieber, porte sud ; 8 Valkenburg 6, porte sud-est (1-2 : vers 100 ; 3 : 1re moitié du IIe s. ; 4 : flavien ? ; 5 : vers 145 ; 6-8 : fin du IIe s).

dessin D. Baatz,

FIG. 51
Reconstitutions de la porte nord-est du castellum de numerus à Hesselbach (Odenwald), phase de pierre, vers 145 (Baatz 1973b, fig. 9).

dessins D. Baatz.

FIG. 52
Reconstitutions des portes de la Saalburg : a porte prétorienne ; b porta principalis.

clichés M. Reddé.

79Les tours de courtine en pierre (tours intermédiaires) des camps militaires étaient des édifices simples à plan rectangulaire emprunté à leurs antécédents en bois. Les tours d’angle pouvaient elles aussi être rectangulaires, mais elles étaient souvent en trapèze ou s’adaptaient aux arrondis de la muraille. Au sommet, elles pouvaient porter un toit en bâtière ou une plate-forme défensive crénelée. Mais le toit était sans doute plus fréquent sous nos climats ; il a parfois été attesté par la découverte de tuiles. Le plus souvent, les tours étaient reliées à la courtine ; une légère saillie des tours intermédiaires et d’angle a été observée dans certains camps militaires. Elle est trop faible pour permettre de tirer sur la courtine depuis une fenêtre de tir latérale ou une archère de la tour. On a déjà souligné la position spécifique qu’occupe le fort de Niederbieber dans l’évolution de l’architecture défensive. Les tours intermédiaires et les tours d’angle de relativement petites dimensions y avançaient loin devant la courtine et permettaient de tirer sur les flancs.

2.3.3 Les fossés

80Devant le mur défensif, on disposait régulièrement des fossés pour gêner l’approche (fig. 53). Le plus souvent, ils présentaient un profil transversal en V (ps.-Hygin 49 : fossa fastigata, “fossés pointus”). De temps en temps, on a observé un fossé à profil transversal asymétrique, dans lequel le bord de fossé externe était creusé avec une pente plus raide que le bord interne. Ce type de fossé portait dans l’Antiquité le nom de fossa punica (ps.-Hygin 49). Citons pour exemple les forts de Hesselbach, Riegel, Valkenburg, Würzberg et Niederbieber. Le fossé défensif ne pouvait cependant prendre une forme précise que lorsque le sol était suffisamment stable. Dans les sols de sable ou de gravier, on constate souvent des différences considérables avec la forme idéale. Il est rare que l’on trouve dans les camps militaires romains un fossé à coupe transversale trapézoïdale (fossés en fond de cuve d’Alésia). L’accès aux portes se faisait par des interruptions du fossé avec des ponts de terre, mais aussi parfois par des ponts de bois qui franchissaient le fossé. Entre le rempart et le bord intérieur interne du fossé se trouvait souvent une berme, c’est-à-dire une bande étroite de sol, nivelé. Pour des raisons de statique, il était indispensable pour éviter que les fondations du mur ne s’affaissent ou ne glissent dans le fossé. La largeur de la berme variait considérablement, le plus souvent entre 0,50 et 2,00 m. La largeur de berme observée lors des fouilles n’est souvent pas la largeur d’origine : elle a pu être transformée par l’érosion ou des modifications des édifices. La berme située devant la muraille du fort auxiliaire tardif de Niederbieber était d’une taille inhabituelle (5,50-6,50 m) ; nous avons déjà souligné la place particulière qu’occupent les fortifications de ce castellum.

FIG. 53
Fossés reconstitués de la Saalburg.

cliché M. Reddé.

81Souvent, on considérait qu’un unique fossé défensif était un obstacle suffisant (par ex. Oberaden, Neuss/Grimlinghausen, Rottweil III, Mirebeau, Osterburken, Niederbieber), mais on trouve souvent un double fossé (par ex. Rödgen, Marktbreit, Haltern : camp principal, Vetera : camp néronien, Hofheim : castellum de pierre, la Saalburg).

82Les systèmes à trois fossés ou plus, que l’on rencontre souvent en Angleterre, ont rarement été observés sur la frontière rhénane. On connaît toutefois un système de trois fossés contigus à Becklinghausen, Velsen 2 et Valkenburg 1-3 ; un système à quatre fossés au castellum de Rottweil V ; plusieurs fossés protégeaient aussi le fort de Hüfingen au milieu du ier s. Parfois, devant les fossés situés juste devant la muraille, on creusait encore un second fossé isolé à quelque distance vers l’avant (par ex. Hofheim : camp de terre, Vindonissa : camp légionnaire avant 70 ap. J.-G.).

83Le titulum et la clavicula étaient de courts segments de fossés qui servaient surtout de protection supplémentaire aux portes des camps de marche et de siège (Reddé 1995b). Le titulum était un fragment de fossé court et rectiligne, éventuellement pourvu d’un mur, qui courait devant la porte, perpendiculairement au chemin d’accès, et empêchait ainsi une attaque frontale contre le portail (ps.-Hygin 50). Une clavicula était construite en prolongeant en arc le fossé et le mur dans le secteur du portail, vers l’intérieur ou vers l’extérieur (ps.-Hygin 55). Là encore, cela empêchait une attaque frontale contre la porte. Par ailleurs, on forçait l’ennemi, s’il attaquait le portail, à présenter à la muraille son flanc droit, découvert. Dans les camps permanents, clavicula et titulum étaient moins courants ; mais il est arrivé qu’on en creuse après coup dans les situations d’urgence (la Saalburg, devant les portes latérales).

84Une attaque contre l’enceinte était normalement menée en masse compacte, sous une épaisse couverture de boucliers. L’utilité tactique du fossé consistait à disloquer l’ordre des assaillants et leur couverture, ce qui se produisait obligatoirement lorsque les agresseurs franchissaient l’arête extérieure du ou des fossés. C’est la raison pour laquelle celle-ci était disposée à la distance à laquelle les armes de tir des défenseurs étaient le plus efficaces. Selon le type d’armes à distance utilisées par ces derniers, l’arête externe du fossé était plus proche ou plus éloignée des murs défensifs. Les armes les plus fréquentes étaient des javelots ou des pierres pour lesquels la distance la plus efficace se situait entre 15 et 25 m (Baatz 1994, 86-90). Si une unité était équipée d’arcs ou de frondes, cette distance augmentait, et il devenait judicieux de construire plusieurs fossés ou un fossé avancé. Cela vaut aussi pour l’utilisation de catapultes. Mais ce sont surtout les légions, plus rarement les corps auxiliaires, qui étaient ainsi équipées. Les fossés avaient en outre pour fonction de compliquer l’approche de machines d’assaut et la pose d’échelles contre la muraille.

2.3.4 Obstacles avancés

85Les obstacles avancés, que l’on a rarement étudiés, méritent un intérêt particulier. Ils étaient sans doute fréquents, mais on ne les a souvent pas reconnus, faute d’une étude suffisante des zones concernées. La description de ce type d’obstacles à propos d’Alésia, en 52 av. J.-C. (César, BG VII, 73) constitue une source écrite particulièrement importante. Les études archéologiques menées sur ce site ont permis d’élucider de nombreux détails et de compléter la description de César (Reddé & Schnurbein 2001). Il existait différentes espèces d’obstacles avancés : réseaux d’épineux ou de branchages entremêlés, parfois combinés à des bois taillés en pointe (les cippi de César) ; trous de loup munis de bois épointés (lilia) ou chausse-trappes (stimuli, tribuli) en bois ou en fer.

86Hormis à Alésia, des lilia ont été découverts lors de fouilles en Angleterre, devant Bar Hill (milieu du IIe s.). En Germanie supérieure, on a découvert ce type de trous de loup sur le glacis devant la muraille de la ville de Nida (Wenzel 2000, n. 22-27 ; 1re moitié du IIIe s.). Ils y constituaient une bande d’environ 20 m de large qui commençait 15m environ avant le mur de la ville. Ce qui est remarquable, c’est que ces obstacles ont été utilisés pendant des siècles.

87On a supposé l’existence de réseaux de branchages implantés dans des fossés étroits sur le glacis de l’enceinte du camp légionnaire néronien de Vetera (Hanel 1995, 307). Il est aussi possible que l’on ait installé des réseaux de branches ou des bois taillés en pointe dans le fossé (Hofheim : camp de terre) ou sur la crête entre deux fossés contigus (Altenstadt : période 5), mais la preuve en est rare et parfois incertaine. Hors de la Germanie, des fouilles récentes au pied des murs d’Hadrien ont montré l’existence d’obstacles d’approche comparables à ceux d’Alésia (Bidwell 2005).

2.4 Principia et praetorium

88RUDOLF FELLMANN

2.4.1 L’histoire de la recherche

89La question de savoir si, dans l’Antiquité, le bâtiment d’état-major des camps et castella permanents portait le nom de praetorium ou de principia peut être considérée aujourd’hui comme résolue. Il convient essentiellement de distinguer, d’une part, les camps de marche de l’armée en campagne –tels qu’ils ont été, à plusieurs reprises, érigés à l’époque républicaine– ainsi que les camps de siège, et d’autre part, les camps permanents situés sur les frontières militaires de l’Empire romain, ou en arrière de celles-ci.

90Dès 1887, A. von Domaszewski observait que toutes les descriptions de camps que nous a transmises l’Antiquité, qu’elles datent du iie s. av. J.-C. (Polybe) ou du iie s. ap. J.-C. (ps.-Hygin), ne concernaient que des camps de marche : “Utiliser les données des descriptions littéraires pour expliquer les découvertes archéologiques des camps permanents romains, est une erreur courante. On est allé jusqu’à retrouver Hygin dans chaque camp du limes" (Domaszewski 1887). Dans le camp de marche proprement dit, le terme de praetorium désignait sans doute la “tente du commandant”, située au centre du camp. Le commandant logeait réellement à cet endroit. Mais au praetorium appartenaient également l’endroit où l’on prenait les augures (augurium), ainsi que le podium des allocutions (tribunal). Le nom de la place où se situaient ces installations n’est malheureusement pas tout à fait sûr : forum, principia ? (Domaszewski 1887). Le passage en question est corrompu dans le seul manuscrit qui nous soit parvenu. Certains indices nous donnent également à penser que les enseignes étaient posées à cet endroit. Pour les contemporains, la comparaison entre cette place située devant la tente du commandant avec une place de marché (forum) s’imposait déjà : “un peu en dehors de la tente du commandant, on montre un espace comme une place de marché, appelé gnoma (probablement erroné pour groma) ; on y amène les ambassades et les messagers ; à cet endroit se déroule toute l’activité” (Suida lexicon 1, 531). En 1899, A. von Domaszewski signalait que praetorium n’était pas le terme approprié pour désigner le bâtiment d’état-major des camps et castella permanents ; il proposait plutôt la dénomination deprincipia : “Généralement, on désigne ce bâtiment central des camps permanents du nom de praetorium, parce qu’il se trouve exactement à l’endroit du praetorium des camps provisoires. Mais aucune preuve n’a pu confirmer cette dénomination. En revanche, les dernières fouilles de Lambèse montrent encore clairement que cette dénomination doit être fausse. Ces bâtiments centraux manquent de pièces que l’on pourrait interpréter comme logement de fonction du commandant”. Pour A. von Domaszewski, l’inscription du camp de Lanchester était décisive ; elle indique qu’il a fallu, sous Gordien, au moment de la réoccupation du camp, abandonné depuis 196 ap. J.-C., reconstruire les principia et les dépôts d’armes (armamentaria) : Imp (erator) Caesar M(arcus) Antonius/ Gord (ianus) p (ius) f (elix) Aug (ustus)/ principia et armamentaria conlapsa restitu/it (CIL VII, 446 = Dessau 2621 = RIB 1092). Les armamentaria peuvent être une partie des principia, comme nous le verrons plus loin. Suivant les usages de la langue latine, le texte de l’inscription peut également être traduit par “les principia et leurs dépôts d’armes” (Collingwood & Richmond 1971, fig. 73c). Comme A. von Domaszewski l’a bien vu, la dénomination principia semble avoir été appliquée au bâtiment central des camps et castella permanents, dans un contexte qui nécessitait désormais des installations fixes.

91En 1900, Th. Mommsen constatait lui aussi “que le terme de praetorium signifiait, au moins depuis le début de l’époque impériale et en négligeant le contexte militaire, tout logement situé en dehors de la ville et réservé en particulier au magistrat”. Puisque les bâtiments centraux des camps et castella permanents ne comprenaient pas de pièces d’habitation –depuis le milieu du ier s. av. J.-C., et au moins jusqu’au iiie–, ils ne pouvaient pas porter le nom de praetorium. L’utilisation du terme principia pour désigner le bâtiment central a été confirmée en 1903 par l’inscription du camp de Rough Castle, sur le mur d’Antonin. Cette inscription date probablement de 142-143 ap. J.-C., car c’est à ce moment-là que fut construit le mur en gazon d’Antonin (murus caespiticius). Elle nous donne sans doute la date d’installation du camp dans son ensemble, avec son bâtiment central (Dessau 9176 = RIB 2145 ; Reuter 1995 : [Imp (eratori) Ca]esari Tito/[Aelio] Hadriano/[Anto]nino Aug (usto)/ [Pio] p (atri) p (atriae) coh (ors) VI/[Ner]viorum pri[nci]pia fecit). En 1905, dans la publication du camp d’Urspring, sur le limes germano-rétique, E. Fabricius approuvait entièrement les thèses d’A. von Domaszewski et de Th. Mommsen (Fabricius 1904). En cette même année, L. Jacobi allait dans le bon sens avec sa publication du camp du Feldberg (Taunus), mais n’osait pas désigner le bâtiment central comme principia, ce qui aurait été logique (Jacobi 1905).

92Il s’ensuivit une période d’interprétations erronées qui masquait la réponse –pourtant déjà connue– à cette question controversée. Ainsi, en 1909, F. Koepp mit au jour le bâtiment central du camp de Haltern. Convaincu que celui-ci comprenait des pièces d’habitation –on ne pouvait pas savoir à l’époque que la maison d’habitation du commandant se trouvait derrière ce bâtiment central– il l’appela praetorium. A ce propos, il remarquait, avec pertinence, “qu’il ne serait pas surprenant que l’un des camps permanents les plus anciens eût plus de ressemblances avec les camps de marche qu’avec les camps permanents postérieurs, mais surtout avec les petits exemplaires du limes”. Au fond, F. Koepp avait bien compris le problème que posaient les camps de la période augustéenne, mais, à défaut d’informations archéologiques supplémentaires, il ne pouvait tirer toutes les conséquences de ses remarques (Koepp 1909, 81 sq.). En 1911, dans un puits du camp d’Ohringen, on découvrit des fragments d’une inscription (CIL XIII, 11759) qui évoquait une fontaine dédiée aux nymphes (nymphaeum). Par erreur, on pensait que le lieu de découverte se trouvait à l’intérieur du bâtiment central et on en concluait que ce dernier était le praetorium mentionné par l’inscription. Cette interprétation erronée provoqua un changement d’opinion. En 1912, E. Ritterling évoquait, en présentant le bâtiment central du camp de Niederbieber, “le bâtiment central, généralement désigné comme praetorium et nommé par erreur principia” (Ritterling 1912, 266).

93Dans la publication de 1913 du bâtiment central de Hofheim (Taunus), E. Ritterling utilisait en effet le terme de praetorium ; pourtant, précisément dans le camp de Hofheim, on avait découvert et identifié la maison d’habitation du commandant située à côté du bâtiment central (Ritterling 1913). En 1922, S.N. Miller constatait brièvement, dans la publication du camp de Balmuidy (mur d’Antonin), que l’inscription fragmentaire découverte en 1911 dans le puits d’Ohringen semblait une preuve convaincante de l’emploi de praetorium pour désigner le bâtiment central (Miller 1922). De la même façon, en 1922 toujours, T. May concluait dans le même sens : puisque le mot de principia était un pluriel (ce qui est exact), il devait désigner plusieurs bâtiments. Sur la base de cet argument, T. May pensait être en mesure de réinterpréter l’inscription de Rough Castle que nous avons citée (May 1922 ; Fellmann 1958). Revenant sur ses remarques de 1909, F. Koepp hésitait, en 1924, en raison de la découverte de la maison d’habitation du commandant à Haltern, et des deux grands palais des légats mis au jour dans le double camp légionnaire de Vetera. Il affirmait désormais que praetorium était utilisé pour désigner à la fois la maison d’habitation du commandant et le bâtiment central (Koepp 1924, 15-20). L’inscription découverte en 1919 dans le camp de Birdoswald, sur le mur d’Hadrien, énumérait praetorium, principia et balneum [Taylor & Colingwood 1929, 214 = RIB 1912, daté entre 297 et 305 : praetor (ium) quod erat humo co (o) pertum et in labe (m) conl (apsum) et princ (ipia) et bal (neum) rest (ituit), “Il a reconstruit le praetorium qui était recouvert de terre et effondré, les principia et le balnéaire”]. De ce fait, R.G. Collingwood puis E. Birley concluaient qu’il fallait distinguer entre principia (bâtiment central) et praetorium (maison d’habitation du commandant) [Taylor & Collingwood 1929 ; Birley & Richmond 1930], Néanmoins, en 1930, H. Lehner remarquait, à l’occasion de la publication du double camp légionnaire de castra Vetera, “qu’il voulait rendre au bâtiment central son nom, puisqu’il considérait le praetorium comme la partie la plus noble des principia”. Il se servait de toutes les citations concernant les camps provisoires pour argumenter sa thèse (Lehner 1930). Publiant les principia du camp tardo-romain de Palmyre (Syrie), H. Lehner est resté sur cette conviction erronée (Lehner 1932).

94Dans sa thèse de 1936, intitulée Recherches sur le praetorium, H. Lorenz affirme sans critique, et sans évoquer la discussion scientifique, que le terme de praetorium est la seule dénomination correcte du bâtiment central (Lorenz 1938), position que W. Schleiermacher a refusée sans hésitation dans son compte rendu (Schleiermacher 1938). Dans l’avant-dernier tome de l’ORL, paru en 1937, E. Fabricius constatait à nouveau que le bâtiment central devait être nommé principia. Mais, dans tous les autres volumes de cette œuvre monumentale, on évitait tout terme désignant le bâtiment central, ou bien on utilisait le terme erroné de praetorium. Pourtant, D. Atkinson (1942) et W. Schleiermacher (1949) constataient que le bâtiment central des camps et castella permanents ne pouvait avoir porté le nom de praetorium.

95A. Grenier, dans son Manuel d’archéologie (1958, 350), s’exprime d’une façon ambiguë. D’un côté, il voit lui aussi une interdépendance entre le forum et les principia, en supposant une racine hellénistique commune. En même temps, il continue à employer le terme de praetorium. En 1954 encore, F. Lammert, dans son article Praetorium de la Real-encyklopädie, reprenait les erreurs anciennes. Parmi les mots-clés traités dans ce volume, le terme de principia n’a même pas été retenu ! On le trouve finalement dans le supplément 9 (Schleiermacher 1962). Toutefois, en 1958, à l’occasion de la publication des principia du camp légionnaire de Vindonissa, la question de la dénomination correcte du bâtiment central fut de nouveau posée et l’utilisation du terme de principia confirmée (Fellmann 1958). En définitive, cette opinion a prévalu, mis à part quelques exceptions. Elle fut confirmée par la découverte d’une inscription dans le camp de Regulbium (Reculver), situé sur la côte anglaise de la Manche : Aedem p[rinci] piorum/ cu[m b] asilica/ su[b A. T] riario Rufino/ co (n) s (ulare)/ [Fort]unatus...“Fortunatus [a construit ou a restauré] le temple des principia avec sa basilique, sous le commandement d’A. Triarius Rufinus, consulaire” (Johnson 1976).

96Récemment, M. Reuter (1995) a repris les réflexions de Fabricius évoquées plus haut. À première vue, sa thèse est séduisante, mais il convient de rappeler plusieurs arguments importants contre elle. Ainsi, son interprétation des plans de bâtiments d’état-major des camps auxiliaires, à savoir la présence d’une aile destinée à l’administration, qui serait identifiable par l’architecture et se trouverait sur l’arrière du bâtiment, est erronée ; à la place des “séparations” se trouvaient en réalité des portes avec des seuils. Dans les quatre exemples évoqués, la prétendue cross-hall (basilica) ainsi que, dans les exemples B (Chester) et C (la Saalburg), les tribunalia qu’il faut y reconnaître, auraient appartenu à “l’aile administrative située sur l’aile arrière, séparée dans le dispositif architectural”. Suivant l’hypothèse de M. Reuter, il faudrait revoir en particulier l’interprétation de presque vingt camps auxiliaires et des principia des camps légionnaires de Vetera, Novaesium, Carnuntum et Lambèse –dans ce dernier camp, il s’agit des scholae des officiers–, où les pièces officielles se trouvent sur les deux côtés étroits du cross-hall (basilica), qu’elles encadrent en quelque sorte (Johnson 1987 ; Fellmann 1958). Si M. Reuter remarque enfin que toutes les inscriptions relatives au bâtiment central étaient toujours situées –quand leur emplacement a pu être mis en évidence– au-dessus de la porte de l’aedes principiorum et non sur la porte d’entrée du bâtiment d’état-major, en face de la via praetoria, il convient de souligner que l’entrée de l’aedes principiorum correspond probablement à l’endroit le plus prestigieux, tandis que la porte d’entrée du bâtiment d’état-major, en face de la via praetoria, était vraisemblablement décorée d’un cadran solaire (Johnson 1987 ; CIL XIII, 8824 : camp de Remagen). On peut invoquer, comme dernier argument contre la thèse de M. Reuter, que l’on aurait de grandes difficultés à donner un nom aux bâtiments d’état-major des camps et castella de l’Antiquité tardive, où les pièces d’office situées à gauche et à droite de l’aedes principiorum manquent souvent, comme c’est le cas, par exemple, dans les principia de latrus (Krivina, Mésie II). On doit, à ce propos, prendre en considération la remarque de Tertullien (De corona 12) : ecce annua votorum nuncupatio quid videtur, prima in principiis, secunda in capitoliis. “Eh bien ! Que te semble de la profession annuelle des vœux, la première dans les principia, la seconde dans les capitoles ?”

97La notion de praetorium a été réétudiée avec pertinence par R. Egger. En se fondant sur un graffito d’un éclat de terra nigra de Mayence, il étudie et explique de nouveau les différentes significations du mot, ce qui lui permet de dégager les multiples catégories qui attestent clairement l’utilisation du terme dans le domaine militaire et dans le domaine civil. Parfois, les deux emplois se mélangent ; mais, quelle que soit l’époque, il est clair que le praetorium désigne un bâtiment habité (Egger 1966). De leur côté, A. et M. Levi ont soumis les vignettes de la Tabula Peutingeriana à une analyse minutieuse. Ils soulignent le fait que le terme de praetorium se trouve aussi sur les vignettes caractérisant un bâtiment pourvu de trois ailes construites autour d’une cour, le quatrième côté, vers l’avant, étant refermé par un mur. D’ordinaire, ce type de bâtiments semble réservé aux stations thermales (Levi & Levi 1967 ; Tabula Peutingeriana, segm. 1 par ex. : Praetorium Agrippinae [Valkenburg]). Particulièrement remarquable est, dans le segment 5, secteur 1, le bâtiment avec le plan des lieux dits aquae, qui est désigné comme adpraetorium. En 1975, étudiant la typologie des gites romains, H. Bender a traité le problème en détail et fait un exposé sur les différents types de gites civils et semi-civils (Bender 1975). La même année, H. von Petrikovits étudiait les praetoria des camps de légion et en faisait ressortir les caractéristiques (Petrikovits 1975). Plus récemment, en travaillant sur le livre d’A. Johnson, D. Baatz a résumé avec une grande clarté tout ce qui concerne la genèse du nom et la fonction du praetorium comme logement du commandant dans les camps fixes et les fortins (Johnson 1987). En 1992, R. Zucca a présenté l’inscription du praetorium de Muru de Bangius (Sardaigne) ainsi que le plan du bâtiment qui lui correspondait et des thermes attenants. Il traite en détail le concept depraetorium, mais tombe de nouveau, en partie, dans cette vieille ornière qui consiste à amalgamer les termes de praetorium et de principia. Ignorant le travail de recherche accompli jusqu’alors, il commet une fois de plus l’erreur de présenter comme des parallèles au praetorium de Muru de Bangius, qu’une inscription désigne comme tel, les bâtiments de principia des camps de légion et de fortins, considérés à tort comme des praetoria. En appendice de son essai, il recense toutes les inscriptions où l’on retrouve le terme de praetorium (Zucca 1992, 595-636, n. 55-56).

98Nous devons donc distinguer les deux interprétations du mot praetorium, avec un sens militaire qui en fait le domicile du commandant des camps et forts militaires, et un sens civil, celui de résidence et de pied-à-terre des gouverneurs de province, des fonctionnaires en voyage, des hauts fonctionnaires. Ce dernier sens ne nous concerne pas ici, dans le cadre de cet ouvrage.

2.4.2 Les différents éléments des bâtiments d’état-major

2.4.2.1 Remarques générales

99À partir du milieu du ier s. ap. J.-C., après une phase de tâtonnements, un schéma architectural plus ou moins définitif des bâtiments d’état-major semble avoir été constitué, en relation avec les fora civils. À partir de ce moment, on peut parler d’une certaine standardisation. Les exceptions que l’on rencontre, par exemple, dans le camp légionnaire de Vindonissa, peuvent généralement s’expliquer par l’histoire spécifique de la construction des différents camps ou castella, bien que celle-ci ne soit pas toujours connue dans tous ses détails.

100Des relations architecturales étroites s’étaient naturellement établies entre les bâtiments d’état-major des castella auxiliaires et ceux des camps légionnaires qui abritaient une légion avec ses cohortes auxiliaires ou même, cas extrême, deux légions (par ex. camp de Vetera). Les principia des castella auxiliaires présentent en quelque sorte des formes architecturales plus simples que les principia des grands camps, caractérisés par une architecture complexe. Néanmoins, les premiers comprennent tous les éléments importants de construction appartenant au type de base, une fois celui-ci créé ; ils comportent même parfois des éléments qui n’existaient pas dans les bâtiments d’état-major des camps légionnaires (hall d’entrée), ou qui y sont représentés différemment.

2.4.2.2 La grande cour (forum ?)

101Le centre de pratiquement tous les principia des deux premiers siècles après Jésus-Christ est occupé par une cour plus ou moins grande (fig. 54-56 ; 61-75). Seuls les camps plus tardifs (deuxième moitié des iiie et ive s.) peuvent ne pas en avoir. A considérer les textes littéraires et les inscriptions, on ne sait pas bien si cette cour portait, dans le langage utilisé par l’armée romaine, le nom de forum ; les inscriptions Dessau 2083 et 2085, parlant toutes les deux de evocatio in foro, pourraient confirmer l’hypothèse que la cour des principia était identique au forum, mentionné de temps à autre, où se déroulaient des actes militaires importants (à ce propos, Ephem. epigr. V, 149). Parfois, un puits se trouvait dans un angle de la cour ; souvent, au centre, était placé un autel, généralement consacré à une divinité, personnification de la disciplina militaire à laquelle était parfois associée la personne de l’empereur. L’armée lui devait fidélité et loyauté (Sarnowski 1989, 118, n. 43 = Ephem. epigr. IX, 1380 ; Daniels 1978 ; Simpson & Brassinton 1980 ; d’autres autels sont énumérés par Petrikovits 1975).

FIG. 54
Maquette du camp de Neuss montrant le complexe central des bâtiments de commandement : principia au premier plan et praetorium au second.

FIG. 55
Coupe théorique longitudinale des principia (Johnson 1987, fig. 78).

FIG. 56
Cour des principia reconstitués de la Saalburg. Un puits est visible dans l’angle.

cliché M. Reddé.

102Ces autels mettent en évidence le caractère religieux des principia, dans lesquels on peut reconnaître l’endroit où se cristallise la religion du camp (religio castrensis : Tertullien, Apol. 16). Cette vénération religieuse a été transposée finalement sur l’ensemble du bâtiment et l’on parle ainsi des “saints principia (Novella Theodosi 1, 6), expression comparable à celle du “saint palais” (sacrum palatium). La cour est entourée, généralement sur trois côtés –parfois quatre–, de portiques couverts de toits à un versant, qui s’appuient sur les façades des bâtiments périmétraux, ou bien de toits en bâtière comme pour ces derniers. Ainsi, la cour était souvent entourée de caniveaux dans lesquels l’eau de pluie s’accumulait et s’évacuait vers l’extérieur.

2.4.2.3 Les armamentaria

103Des deux côtés de la cour –à gauche et à droite, depuis la porte d’entrée– se trouvaient généralement des séries de pièces dont les portes s’ouvraient sur les portiques, et, de là, sur la cour (fig. 55). Il s’agissait de magasins et de dépôts d’armes. Leur nom antique d’armamentaria nous est parvenu (CIL VII, 446 ; Johnson 1987). Leur utilisation est confirmée par la découverte d’armes et de fragments de supports dans certains camps et castella tels que Lambèse, Vefera, Niederbieber et Künzing (Domaszewski 1899 ; Petrikovits 1975 ; Johnson 1987). Ces armamentaria sont absents dans quelques camps, ou bien ils ne se trouvent que d’un seul côté de la cour, par exemple à Housesteads et Hesselbach (Fellmann 1983).

2.4.2.4 Hall transversal (basilica)

104Le côté opposé à l’entrée de la cour est généralement fermé par un grand hall transversal (cross-hall) [fig. 60]. Son nom antique, connu par l’inscription de Regulbium (Reculver) était basilica (Fellmann 1983). Dans les principia des camps légionnaires, il s’agit en règle générale d’un hall à trois nefs dont celle du centre est surélevée. Dans les principia auxiliaires, le hall transversal est souvent construit d’une manière plus simple, c’est-à-dire à deux nefs. La troisième nef y est remplacée par la rangée de pièces contiguë, qui ferme aussi sur l’arrière les basiliques à trois nefs. La basilique est absente dans les principia de certains castella, où elle est souvent remplacée par un long portique placé devant la rangée de pièces arrière : ainsi en va-t-il à Gemellae (fig. 70) [Trousset 1977] et à Niederbieber (Ritterling 1937). De même, les principia datant de la première et de la deuxième phase de construction du camp de Quintana (Künzing) [fig. 75] font partie de ce type de construction. C’est seulement à partir de la phase 3 de construction que le portique correspondant est remplacé par une basilique (Schönberger 1975).

105A l’extrémité de l’un des deux côtés étroits du hall transversal se trouve généralement une sorte de podium (suggestus, tribunal) accessible par un escalier d’où le commandant pouvait haranguer les troupes. Parfois les tribunalia ou suggestus sont doubles, à savoir un sur chacune des deux extrémités –étroites– de la basilique. Un cas particulièrement frappant apparaît dans la basilique des principia de Doura (fig. 71) [Hopkins & Rowell 1934],

FIG. 71
Les principia de Doura Europos (Hopkins & Rowell 1934, pl. 3).

2.4.2.5 Le sanctuaire (ou chapelle) du camp

106Une rangée de pièces ouvrant sur la basilique, voire directement sur la cour, clôturait l’arrière du bâtiment des principia. Il s’agit en règle générale d’un nombre impair de pièces disposées symétriquement de part et d’autre d’une pièce centrale. Cette dernière correspond au sanctuaire (ou chapelle) du camp. L’inscription de Regulbium nous a transmis l’un des noms antiques possibles de cette pièce centrale (aedes principiorum). À cet endroit étaient entreposés les enseignes et –dans le cas d’un camp légionnaire– l’aigle de la légion, qui faisaient l’objet d’un culte (fig. 57). Elle était surveillée jour et nuit par une garde. Avec le temps, le sanctuaire du camp devint également un haut lieu du culte impérial, qui prenait de plus en plus d’importance (Davies 1968). C’est pourquoi on trouve aussi, pour le désigner, le terme de capitolium (Alföldy 1986 ; 1989). L’autel des principia du castellum de Bremenium (High Rochester : mur d’Hadrien) est dédié G(enio) D(omini) (n) ostri et signorum, et permet d’observer cette évolution religieuse en montrant qu’il s’agissait à la fois d’un culte des signa et d’un culte impérial (Daniels 1978). Plus tard, d’autres divinités telles Hercule et Fortune furent également vénérées dans le sanctuaire du camp en tant que dii militares.

FIG. 57
Reconstitution de l’aedes principiorum à la Saalburg.

107T. Sarnowski (1989) a rassemblé les inscriptions des statues impériales provenant des différents principia et conclu que ces statues n’étaient pas placées à l’intérieur de l’aedes principiorum mais devant, c’est-à-dire dans la basilique et dans la cour (Reuter 1995). A ce propos, il convient néanmoins de souligner qu’il faudrait, pour mieux saisir ce problème, tenir compte, en dehors des inscriptions, des découvertes archéologiques –fragments de statues, etc.– faites dans de nombreux principia (Stoll 1992 ; 2001).

108Le sanctuaire du camp se distinguait des pièces avoisinantes par son architecture particulière. Il était souvent surélevé par-rapport à ces dernières, et voûté. Ainsi, il était le point de convergence des regards, d’autant qu’il était situé dans l’axe central des principia. Plusieurs représentations figuratives permettent de reconstituer approximativement son aspect extérieur. Ainsi, deux reliefs situés sur des autels dédiés à la Fortune du castellum de Risingham (Angleterre septentrionale) représentent, selon toute probabilité, la vue sur la rangée des pièces arrières des principia et sur le sanctuaire du camp, situé au milieu de cette enfilade (fig. 58a). Une autre représentation de l’aedes principiorum se trouve sur l’autel de la Disciplina découvert dans le petit camp de Birrens (fig. 58b). Ce sanctuaire est voûté et on reconnaît une porte (à grille ?) qui permettait de fermer cet endroit sacré (Fellmann 1983). En outre, pour souligner architecturalement l’importance du sanctuaire du camp, cette pièce présentait parfois une saillie par rapport aux autres pièces de la rangée arrière des principia, avec éventuellement une abside (fig. 74). Il s’agit probablement du résultat d’une évolution architecturale qui s’est affirmée au cours du temps. En ce qui concerne les principia de Gemellae (fig. 70) et de Lambèse (fig. 72), les absides datent de l’époque des Sévères (Trousser 1977).

FIG. 58
a Autels des thermes de Risingham (Fellmann 1983, fig. 18) ; b autel de Birrens (Fellmann 1983, fig. 17). La partie supérieure montre une représentation de l’aedes principiorum.

2.4.2.6 L’aerarium (le trésor du camp)

109Au sein du sanctuaire du camp se trouvait également le trésor, aerarium. Nous savons qu’une partie de la solde des troupes était retenue comme une sorte d’épargne obligatoire et déposée ad signa (“auprès des enseignes”). Cet argent était sous la gestion du signifer (“porte-enseignes”) ; pour accomplir cette tâche, cet homme devait savoir lire et écrire (être un homo litteratus) et avoir certaines connaissances dans le domaine de la comptabilité. On sait depuis un certain temps que les pièces souterraines et semi-souterraines découvertes sous quelques chapelles des enseignes doivent être interprétées comme aerarium (fig. 59). Elles étaient accessibles par l’aedes principiorum ou par l’une des pièces avoisinantes. L’habitude de concevoir des aeraria souterrains date probablement de la fin du ier s. ap. J.-C. (Davies 1968 ; Johnson 1987).

FIG. 59
Reconstitution d’une arca sous la chapelle aux enseignes (Johnson 1987, fig. 86).

2.4.2.7 Les pièces voisines de l’aedes principiorum

110Les pièces situées sur les côtés gauche et droit de la chapelle étaient utilisées pour des tâches administratives. Nous savons, par différentes inscriptions, que le bureau du corniculaire (cornicularius) du commandant pouvait se trouver à cet endroit, ainsi que des salles de réunion (scholae) pour certains types de fonctionnaires. En outre, se trouvaient dans ces pièces les archives (tabularium) et le bureau du signifer, qui, comme nous l’avons expliqué plus haut, était responsable de la comptabilité et de la trésorerie de l’argent déposé sous la protection des enseignes (adsigna). Ces scholae sont attestées pour plusieurs principia par les inscriptions, notamment à Niederbieber (CIL XIII, 7752). Certains documents indiquent, pour une époque tardive, que les bureaux du signifer situés sur l’un des côtés de l’aedes principiorum (Niederbieber : CIL XIII, 7753) étaient équipés d’un système de chauffage du sol et étaient parfois agrandis par d’autres pièces. A cette époque commence donc une phase pendant laquelle les principia servaient au moins en partie de logement (au signifer ?).

111Les archives (tabularium) se trouvaient de préférence dans l’une des pièces situées aux extrémités de la rangée de salles sur l’arrière-côté des principia. Dans le cas des principia de Niederbieber et de Douta Europos, ainsi que pour le camp légionnaire de Lambèse, l’utilisation de ces pièces est attestée par des inscriptions –à Doura (Hopkins & Rowell 1934, 201-234), les pièces 3, 8 et 9 forment une unité et abritaient le tabularium, comme l’atteste l’inscription no 500 (222-223 ap. J.-C.) ; pour Lambèse, cf. Fellmann 1983, fig. 41. Dans les pièces d’angle situées sur le côté gauche du couloir D de Niederbieber se trouvait le tabularium legionis (Ritterling 1937). Dans la pièce d’angle située à droite se trouvait le tabularium, attesté par la dédicace au génie de cette salle (CIL XIII, 7752). Furent également découvertes des appliques, charnières et serrures appartenant à des armoires conservant les documents. Quant aux bâtiments d’état-major des petits camps situés sur le mur d’Hadrien, il semble être devenu la règle de placer le bureau du signifer à gauche de la chapelle aux enseignes et les archives, ainsi que la chancellerie (tabularium), à sa droite.

2.4.2.8 Hall d’entrée des principia (groma) et vestibule des camps auxiliaires

112Puisque le centre virtuel du camp était situé directement devant l’entrée principale des principia, endroit d’où l’arpentage du terrain du camp était effectué (locus gromae), cette notion de groma était vraisemblablement transposée sur l’ensemble qui couvrait, comme une sorte de porte monumentale, le carrefour de la via praetoria avec la via principalis (ps.‑Hygin 12 : In introitu praetorii partis mediae ad viamprincipalem gromae locus appellatur, “A l’entrée du prétoire et au milieu de celle-ci, près de la voie principale se trouve le point appelé groma" ; et Hyginus Gromaticus, De limitibus 144 : Sic in castris groma ponitur in tetrantem, qua velut ad forum conveniatur, “C’est ainsi que, dans les camps aussi, la groma est placée au carrefour où convergent les voies, comme au forum”).

113Les halls monumentaux de ce type peuvent avoir quatre portes (quadrifons) ; ils se trouvent entre autres dans les bâtiments d’état-major des camps légionnaires de Lambèse (fig. 72) [Rakob & Storz 1974 ; Kolbe 1974], Lauriacum (fig. 73) [Groller 1909 ; Petrikovits 1975], Aquincum (Szirmaí 1976) et Novae (Sarnowski 1995). De même, le bâtiment d’état-major du camp de Doura (fig. 71) avait un hall d’entrée semblable (Fellmann 1983 ; Hopkins & Rowell 1934). C’est aussi le cas des principia de la XIe légion de Vindonissa, construits au milieu des années 70 ap. J.-C. (fig. 68). Cependant, ce hall ne couvre pas la via principalis, probablement en raison du plan irrégulier du camp. La voie est en effet située sur l’axe virtuel droit de l’arpentage qui traverse les deux portes situées sur les côtés du camp (Fellmann 1983). Une notice dans une sorte de registre de garde, conservé sur un papyrus de Doura, montre que la garde qui surveillait l’accès aux principia avec leur sanctuaire était postée à l’abri de ce hall. Dans beaucoup de castella du limes germano-rétique, ainsi que dans certains castella de Bretagne, ce hall prend une forme allongée (fig. 60). La construction s’étend sur une partie de la via principalis et la recouvre en grande partie, souvent de manière à dépasser de chaque côté les rangées constituées par les bâtiments des principia. Dans beaucoup de bâtiments d’état-major des castella auxiliaires (cette forme ne se trouve pas dans les bâtiments d’état-major des camps légionnaires), ce hall d’entrée était probablement surélevé d’une façon considérable par rapport aux autres éléments du complexe (à l’exception de la basilique, quand elle existe). Il convient alors de parler plutôt d’un véritable vestibule. Prenons comme modèle le camp de l’ala II Flavia d’Aalen (fig. 74) : la viapraetoria débouchait sur la façade de ce vestibule, pourvue sans doute d’une porte monumentale. Ces halls avaient probablement la fonction de place de rassemblement protégée contre le vent et la pluie, mais ils servaient aussi pour l’exercice ou comme hippodrome. Dans le bâtiment d’état-major du camp d’Aalen, des restes de grands poteaux en chêne furent mis au jour. La dendrochronologie a permis une datation de ce vestibule autour de 170 ± 10 ap. J.-C. (Becker 1981 ; Planck 1988).

FIG. 60
Hall d’entrée des principia reconstitués de la Saalburg : a vue latérale, depuis l’extérieur ; on remarquera la saillie de la halle par rapport au flanc du bâtiment ; b vue intérieure.

clichés M. Reddé.

2.4.3 Évolution du bâtiment d’état-major

2.4.3.1 Du camp provisoire et de siège au camp permanent

114Du milieu du ier s. ap. J.-C. jusqu’au début de l’Antiquité tardive, on observe toujours, dans les camps et les castella auxiliaires situés sur la frontière ou en arrière de celle-ci, des bâtiments d’état-major construits selon le schéma canonique que l’on vient de décrire, avec cour (forum), hall transversal (basilica) et rangée de pièces sur l’arrière et, au milieu de celle-ci, l’aedes principiorum, où sont déposées les enseignes (signa). Une rapide comparaison avec les situations rencontrées dans les camps de marche met en évidence à quel point les bâtiments des deux types de camp se sont développés d’une manière différente (Josèphe, B J III, 5 ; Polybe VI, 31, 1 ; Fellmann 1958). Alors que les camps de siège de Masada (Fellmann 1983 ; Schulten 1933) reprennent une disposition interne ancienne et traditionnelle avec l’organisation correspondante des parties centrales, nous trouvons, dans les camps légionnaires et dans les castella de la même époque, un bâtiment d’état-major (principia) formant une unité architecturale marquée par l’empreinte de l’architecture civile et prenant pour exemple les places centrales (fora). Dans ce nouveau bâtiment central d’état-major se réunissent presque tous les éléments qui, dans les camps provisoires et de siège, se regroupent autour des principia –probablement la partie centrale de la via principalis. Ainsi, le nouveau bâtiment d’état-major porte à juste titre, comme nous l’avons déjà montré, le nom de principia ; l’utilisation du mot au pluriel devient compréhensible. Malheureusement, la mauvaise habitude d’utiliser ce terme au singulier (“une” principia’) est très répandue et constitue une indéniable faute de latin. Pour les camps permanents de l’époque impériale, le terme désigne évidemment un ensemble de différentes constructions : forum, basilica, armamentaria, aedes principiorum, etc. Cependant, le commandant du camp ou du castellum ne logeait plus dans ce nouveau bâtiment. Son praetorium, qui à l’origine était proche des parties religieuses et administratives, regroupées autour des principia des camps de marche, n’a pourtant pas perdu le contact avec son contexte originel. Dans le cas idéal, le praetorium du commandant était placé derrière les principia et perpétuait ainsi l’ancienne unité avec ces derniers. Sinon, il se trouvait à côté desprincipia, comme c’est en règle générale le cas pour de nombreux castella situés sur les frontières ; pour s’en convaincre, un regard sur les plans des castella situés sur les différents limites suffit (Johnson 1987 ; Gudea 1997).

115Il est évident que cette différence entre les bâtiments centraux des camps de marche et de siège d’un côté, ceux des camps permanents de l’autre –que l’on rencontre encore dans le cas des camps de Masada, autour de 70 ap. J.-C.–, correspond à l’aboutissement d’une évolution progressive pendant laquelle le logement du commandant a été séparé des bâtiments centraux, et à une nouvelle organisation ainsi qu’à un regroupement des autres éléments autour des principia. Il importe de retracer désormais cette évolution.

2.4.3.2 Les principia dans les camps et castella de la première moitié du ier s. ap. J.-C.

116Il convient d’étudier dans un premier temps le cas des camps de l’époque augustéenne situés sur le front rhénan et sur les axes de pénétration romaine en territoire germanique. Analysons pour cela les résultats des fouilles dans les camps d’Oberaden (fig. 61), Haltern (fig. 62) [Pietsch 1993 ; Kühlborn 1991, 1995] et Marktbreit (fig. 63).

FIG. 61
Les principia d’Oberaden.

dessin J.-S. Kühlborn.

FIG. 62
Les principia et le praetorium de Haltern (Kühlborn 1991, fig. 4).

FIG. 63
Les principia de Marktbreit (Pietsch 1993, fig. 1).

117On constate que tous ces camps révèlent généralement deux bâtiments qui sont en relation entre eux par un lien axial. Celui qui se trouve “au premier plan” –c’est-à-dire le plus proche de la porta praetoria– et qui se distingue par une grande cour entourée de portiques et d’une rangée de pièces sur le côté arrière peut éventuellement déjà être désigné comme principia, tandis que l’autre, situé au “second plan”, pourrait, selon toute vraisemblance, correspondre au praetorium. Un passage vers le praetorium, situé à l’endroit où se trouvera plus tard aedes, au centre de la rangée de pièces situées sur le côté arrière des principia, constitue un élément caractéristique de cette disposition. Il faut alors chercher l’aedes, suivant la tradition des camps de marche, dans le contexte du praetorium. Les principia du camp C de Novaesium (fig. 64) [Pietsch 1993 ; Müller 1984, fig. 47], ainsi que ceux d’Aulnay-de-Saintonge révèlent le même plan. Dans ce dernier cas, on constate la liaison des principia avec le praetorium, situé en arrière de ceux-ci (Tassaux et al. 1983 ; Tassaux & Tronche 1990).

FIG. 64
Les principia de Novaesium (Neuss) [Pietsch 1993, fig. 3, 5],

118Partant de cette phase de transition que nous pouvons saisir dans les premiers camps permanents, le type des principia s’est développé progressivement au cours de la première moitié du ier s. ap. J.-C. sous l’influence de l’architecture civile des fora ; nous retrouvons de grandes variations de ce type de construction dans les camps et castella construits pendant la période suivante.

119Dans ce processus, un rôle clé revient au site augustéen de Lahnau/Waldgirmes. Nous le considérons comme un véritable “habitat défensif’, peut-être même une colonia nova. Au centre –c’est-à-dire à l’emplacement des principia– de cet habitat dont l’aspect extérieur rappelle un camp fortifié, se trouve un bâtiment qui, d’après son plan, doit être un forum, mais qui révèle en même temps des ressemblances surprenantes avec un plan de principia. Ainsi, nous pouvons déterminer le plan d’un forum de l’époque augustéenne qui pourrait avoir servi de modèle pour la future architecture des principia des camps et castella auxiliaires du limes (Becker 1999). Le type “principia” de la construction du forum civique courant en Bretagne prouve que l’interaction continue entre les principia des camps légionnaires et castella et les fora civils (Euzennat & Hallier 1986).

120L’une des étapes vers cette forme définitive des bâtiments d’état-major apparaît dans les principia de la XXIe légion de Vindonissa, érigés en 47 ap. J.-C. (fig. 65). La basilique, ainsi que la rangée de pièces de part et d’autre de l’aedes, sont déjà présentes. Une installation ressemblant à une cave, située dans la basilique directement devant l’aedes, pourrait correspondre à l’aerarium. La cour n’a pas encore de portique et s’ouvre par deux amorces de bâtiments latéraux qui font saillie (Fellmann 1983). Dans la deuxième moitié du ier s. ap. J.-C., l’évolution vers la forme définitive du bâtiment d’état-major prenait probablement fin.

FIG. 65
Les principia et le praetorium de la XXIe légion à Vindonissa (Windisch) [d’après Fellmann 1983, fig. 35 ; plan complété d’après les nouvelles fouilles de J. Trumm],

2.4.3.3 Les principia à partir du milieu du ier s. ap. J.‑C.

121Un certain nombre de principia construits au cours de la deuxième moitié du ier s. ap. J.-C. en apportent la preuve. Les principia du camp légionnaire de Mirebeau, situé près de Dijon, révèlent déjà un plan presque classique. Ils sont datés de l’époque flavienne (Reddé 1995a). En outre, on peut signaler les principia du camp de Noviomagus (Nimègue) [Bloemers s.d.], ceux du Koenenlager de Novaesium (fig. 67) [Koenen et al. 1904 ; Fellmann 1983], ceux du double camp légionnaire de Vetera II près de Xanten (fig. 66) [Lehner 1930 ; Fellmann 1983] ainsi que ceux du camp d’Inchtuthill (Écosse) qui existe seulement pendant une courte période, de 83 à 86 ap. J.-C. (fig. 69) [Pitts & St. Joseph 1985 ; Fellmann 1983]. Même les principia de la XIe légion de Vindonissa, qui divergent pourtant légèrement de la norme à cause de l’histoire complexe du camp, peuvent être intégrés dans les plans courants de la deuxième moitié du ier s. ap. J.‑C. (fig. 68). Bien évidemment, le plan du bâtiment d’état-major ne resta pas inchangé au cours du temps. Ainsi, la construction d’absides, sur l’arrière de l’aedes, et celle d’autres pièces de la même rangée sont caractéristiques. Ce type d’architecture se retrouve souvent, surajouté, dans des bâtiments d’état-major construits pendant le iie s. et la première moitié du iiie. Citons à cet égard les principia du camp de Gemellae, construits vers 131-132 ap. J.-C. (fig. 70) ou ceux du camp légionnaire de Lambèse (fig. 72) [Rakob & Storz 1974].

FIG. 66
Les principia du double camp de Vetera (Xanten) [Fellmann 1983, fig. 37],

FIG. 67
Les principia du Koenenlager de Novaesium (Neuss) [Fellmann 1958, fig. 61],

FIG. 68
Les principia et le praetorium de la XIe légion à Vindonissa (Windisch) [Fellmann 1983, fig. 36].

FIG. 69
Les
principia d’Inchtuthill (Fellmann 1983, fig. 38).

FIG. 70
Les principia de Gemellae (Trousset 1977, fig. 2).

FIG. 72
Les principia de Lambèse (Fellmann 1983, fig. 41).

122Pour certains camps, l’analyse des différentes phases de construction permet de modéliser le changement et l’évolution que l’on vient d’évoquer. Ainsi, l’histoire du camp de Quintana (Künzing, Bavière) peut servir d’exemple, parce qu’elle donne une chronologie continue de la construction du camp, en 90 ap. J.-C., jusqu’à sa destruction en 242-244 ap. J.-C. (fig. 75) [Schönberger 1975]. Pour la période 1 du camp (de 90 à 120 ap. J.-C.?), le plan est entièrement canonique. Pendant la période 2 (de 120 environ à 135 ap. J.-C.), l’aedes est agrandie. Désormais, elle dépasse de la façade arrière du bâtiment. Pendant la période 3 (de 150-160 environ à 200 ap. J.-C.), les principia sont reconstruits. Désormais, ils sont plus étroits et font ressortir davantage le sanctuaire du camp, qui dépasse largement de la façade arrière du bâtiment. Vaedes était probablement surélevée et avait une cave. La dernière phase (de 200 environ à 242-244 ap. J.-C.) est caractérisée par une modification importante. Les salles principales de la rangée de pièces situées sur le côté arrière sont reconstruites en grand appareil. La chapelle aux enseignes reçoit une abside avec des contreforts, ainsi qu’une cave massive pour Vaerarium. Les deux pièces situées sur les extrémités de la rangée, probablement le tabularium et le bureau du signifer, responsable du trésor, sont reconstruites et désormais chauffées par un système d’hypocauste et de tubuli. Les pièces correspondantes du camp d’Aalen sont équipées de la même façon ; dans la dernière phase de construction, on reconnaît ainsi la même préférence architecturale et technique pour les pièces situées en arrière de la cour et ses ailes (fig. 74) [Planck 1988], La période 4 du bâtiment d’état-major de Künzing représente un état de construction que nous pouvons retrouver dans les principia d’autres camps et castella de la première moitié du iiie s. ap. J.-C., comme par exemple à Niederbieber et Kapersburg (Fellmann 1983).

FIG. 73
Les principia de Lauriacum (Enns) [RLÖ, 13, 1919, pl. 1],

FIG. 74
Les principia d’Aalen, fort de l’ala II Flavia (Planck 1988, fig. 29).

FIG. 75
Les principia de Quintana (Künzing) [Fellmann 1983, fig. 32],

123L’ajout d’absides, notamment derrière l’aedes principiorum, mais aussi derrière d’autres pièces de la rangée postérieure des principia, doit être considéré comme une évolution caractéristique de l’époque tardive, comme nous l’avons déjà dit auparavant (fig. 76). Nous y reconnaissons les débuts d’une évolution vers une monumentalisation des principia, qu’il faudrait interpréter en corrélation avec l’importance accrue de l’armée romaine pendant les années de crise du milieu et de la deuxième moitié du iiie s. ap. J.-C.

FIG. 76
Les principia de Kaiseraugst : plan du bâtiment aux absidioles.

dessin M. Reddé.

124Pour les quartiers privés des commandants de corps (fig. 77, 78), R. Förtsch a prouvé, de manière tout à fait lumineuse, que l’on peut établir des parallèles entre les praetoria relativement précoces que nous avons cités et les villas édifiées dans les centres urbains helléniques et romains (Fôrtsch 1996). Plus tard, à partir du milieu du ier s. ap. J.-C., on constate une certaine standardisation. À partir de cette période, les maisons de commandants (praetoria) sont des bâtiments conçus autour d’une cour intérieure, mais qui disposent de certaines libertés d’aménagement, comme il convient du reste pour un bâtiment destiné à l’usage privé.

FIG. 77
Praetoria de Bretagne et de Germanie (Johnson 1987, fig. 101).

FIG. 78
Le
praetorium d’Oberaden (Kühlborn 1995, 109).

125A. Johnson a étudié ce type de bâtiments pour les praetoria dans les forts d’Angleterre et des deux provinces germaniques. Pour les castella auxiliaires, on le retrouve à partir de l’époque claudienne, c’est-à-dire du milieu du ier s. ap. J.-C. On a manifestement continué à l’utiliser jusqu’au ive s. ap. J.-C. (Johnson 1987).

126Les édifices des camps de légion sont un peu plus luxueux. Cela tient au fait que les légats de la légion, jusqu’au milieu du iiie s. ap. J.-C., étaient à quelques exceptions près de rang sénatorial. Il s’agit par conséquent de bâtiments inspirés des maisons méditerranéennes à péristyle, comportant souvent deux cours à péristyle et parfois aussi un jardin ayant la forme d’un hippodrome (Petrikovits 1975). On en connaît aussi un autre, sous une forme un peu réduite, dans le praetorium du camp de légion de Vindonissa (Meyer-Freuler 1989).

2.5 Les quartiers des tribuns

127JOHANN-SEBASTIAN KÜHLBORN

128On n’a pas encore mené d’études détaillées sur l’histoire de l’évolution des quartiers des tribuns dans les premiers camps du Principal (Petrikovits 1975, 64-67). Cette lacune paraît d’autant plus paradoxale que l’on ne connaît pas les logements des officiers romains après le ier s. de n.è. Pour identifier ces bâtiments, il faut se fonder sur leur situation et sur leur principe architectural. Les sources écrites antiques n’existent que pour les camps d’étape temporaires et non pour les camps militaires permanents. Selon le texte du ps.-Hygin (15), qui remonte au plus tôt à la fin du ier s., le scamnum tribunorum se trouvait en dessous de la via principale, c’est-à-dire dans la praetentura (fig. 18). Cette localisation est la plus fréquente –on la retrouve entre autres à Inchtuthil, Caerleon, Nimègue, Novaesium, Camuntum ou Lambèse. Mais, à Vetera, une partie des maisons de tribuns se trouve dans la bande centrale située sur le côté des principia et du praetorium (Lehner 1930 ; Oelmann 1934). Cela semble aussi valoir pour Haltern, si l’identification des six maisons dans les latera dextra est correcte.

129Les tribuns occupaient un rang à part dans la hiérarchie du corps des officiers. Le tribunus laticlavius, qui appartenait à l’ordre sénatorial, était l’officier le plus élevé en grade et le délégué du legatus legionis. Suivaient dans la hiérarchie le praefectus castrorum et les cinq tribuni angusticlavi (Le Bohec 1989), de rang équestre. Le contexte social de ce groupe de personnes suppose certaines normes de logement dans un camp permanent (castra stativa, castra hiberna). Mais les sources littéraires ne permettent pas de dire à quoi cette norme devait ressembler.

130On ne peut pas recenser avec certitude les quartiers des tribuns dans les camps militaires de bois et de terre du début du Principal. Dans le camp principal, augustéen, de Haltern, on trouve dans les latera dextra, délimités par la via decumana ainsi que par les principia et le praetorium, un complexe de bâtiments de conception homogène qui s’étend sur deux insulae. Il est composé d’un total de six maisons relativement petites, regroupées dans deux ensembles de trois unités d’habitation chacune. Les maisons 7a-c (fig. 79) occupent une surface au sol d’environ 35 x 15 m ; les maisons 7d-f sont de dimensions à peine supérieures. La façade d’entrée est orientée sur la rue étroite qui court entre principia et praetorium. Bien qu’aucune n’ait fait l’objet de fouilles complètes, on peut constater que leur plan repose sur la combinaison des types “à atrium" et “à péristyle”. Entre deux tabernae se trouvent les fauces. Suivent (atrium et le tablinum avec les alae ou cubicula latéraux. Derrière apparaît une cour à péristyle avec une autre série de pièces juxtaposées. Il ne fait aucun doute que ces bâtiments étaient utilisés à des fins d’habitation. Le nombre de six maisons plaide pour leur identification comme maisons de tribuns, de même que leur construction, homogène pour l’essentiel, et leur situation prééminente dans deux insulae centrales qui, par leur taille, correspondent aux insulae du praetorium et des principia. Les incertitudes ne doivent pas être passées sous silence (Rudnick 2000 ; Schnurbein 1982a) ; elles résultent de la faible taille des bâtiments et du fait que la construction au sud de la via principalis a été insuffisamment étudiée. D’autres bâtiments sont considérés comme des logements d’officiers : les maisons 7g-h à l’ouest de la via decumana, la maison à péristyle 5 à l’ouest de la viapraetoria, le complexe 3, à l’est du praetorium, le bâtiment allongé 6, à l’est de la via quintana et la maison 7i dans l’annexe orientale du camp.

FIG. 79
Maison de tribun à Haltern (plan J-S. Kühlborn).

131La situation dans le camp d’Oberaden, qui remonte à l’époque de Drusus, n’est pas plus claire. On n’a aucune idée des bâtiments situés à proximité du praetorium, et pas davantage des abords des principia. Les plans des bâtiments des deux côtés des principia permettent uniquement de discerner quelques maisons à atrium, petites et simples. Au sud des principia, toutefois, on trouve quelques habitations qui pouvaient tout à fait répondre à des exigences sociales élevées (fig. 80). Dans différents secteurs, on a créé, des deux côtés de la via praetoria et par extensions successives de ce qui était vraisemblablement, dans un premier temps, deux maisons à atrium séparées, quatre ensembles de bâtiments qui combinaient atrium et péristyle. Ce processus apparaît clairement dans la maison située au sud-est des principia (fig. 80, 1). Dans un premier temps, on a construit un grand atrium de 23,50 x 22,00 m, puis on y a ajouté une grande cour à péristyle de 25,00 x 24,00 m, et dans le même temps, en décalant légèrement l’orientation de l’enfilade de bâtiments située à l’ouest, on a ajouté quelques pièces, vers l’ouest, à la maison d’origine. Au bout du compte, le bâtiment atteignait des dimensions maximales de 47,50 x 27,00 m. S’y rattache, à l’ouest, un bâtiment analogue (fig. 80, 2), avec une partie d’habitation et une cour à péristyle attenante, toutes deux de dimensions un peu plus réduites. À l’ouest de la via praetoria, on trouve également deux maisons avec une cour péristyle. Ici aussi on observe dans la maison de droite la trace de cet ajout ultérieur de la cour péristyle. Grosso modo, le concept de ces quatre bâtiments d’Oberaden est tout à fait comparable aux maisons 7a-f de Haltern. Mais contrairement à Haltern, il n’existait pas de projet homogène lorsqu’on a commencé à construire.

FIG. 80
Maisons de tribuns à Oberaden (plan J-S. Kühlborn).

132En revanche, le complexe de bâtiments situés plus au sud, à l’ouest de la via praetoria, est d’une tout autre structure et résulte d’un plan homogène (fig. 80,5). L’édifice se situe dans la tradition des maisons de ville italiennes ; il est composé d’une grande partie d’habitation, avec un péristyle sur le côté. Le bâtiment d’habitation proprement dit mesurait environ 39 x 29 m. Derrière l’entrée, encadrée par les tabernae, on trouve un atrium à peu près carré, avec un impluvium entouré d’un coffrage de bois. La disposition des pièces d’un côté et de l’autre de l’atrium est irrégulière. Dans l’aile nord, on trouve d’abord de très petites salles qui servaient peut-être de salles de service. On observe une organisation de l’espace inhabituelle dans le secteur nord-ouest, autour d’un grand hall à deux nefs de 12 x 9 m, avec des podiums latéraux. La partie sud de l’édifice présente une structure topographique totalement différente. Les salles de l’aile sud se situent le long d’un grand corridor courant sur le côté sud de l’atrium. Les côtés étroits d’une pièce particulièrement vaste au milieu de l’aile sud étaient orientés d’une part vers l’atrium, d’autre part vers le péristyle. Cette salle peut vraisemblablement être identifiée comme le triclinium. A l’extrémité de l’aile sud, le couloir oblique à angle droit permet l’accès à un grand péristyle de 36,00 x 17,50 m, que l’on peut considérer d’un point de vue typologique comme un péristyle de jardin. Un autre élément plaide aussi en faveur de cette interprétation : l’exèdre située à l’ouest, devant laquelle un entre-colonnement élargi offre une large vue sur l’ensemble du jardin. Comme dans les quatre maisons situées au nord, on avait installé une fontaine à proximité du péristyle. L’ensemble du corps de bâtiment occupe une surface de plus de 1 800 m2. Au-delà du fait que ce type de bâtiment monumental ne peut avoir servi de quartiers qu’à une personne de haut rang, il paraît impossible, en l’état actuel de nos connaissances sur l’aménagement intérieur d’Obcraden, d’attribuer ces locaux à un grade déterminé. On pourrait envisager le legatus legionis, le tribunus laticlavius, le praefectus castrorum, moins probablement les tribuni angusticlavi.

133L’intégration d’un grand péristyle au sein d’un bâtiment d’habitation est fréquente dans les camps postérieurs. Les maisons de tribuns dont on a retrouvé des plans à peu près complets apparaissent dans le camp néronien de Vetera et dans le camp flavien d’Inchtuthil en Grande-Bretagne. A Vetera, destiné à accueillir deux légions, on ne connaît pour l’essentiel que les maisons de tribun en pierre de la moitié ouest du camp : deux d’entre elles sont situées immédiatement à côté de la via principalis, une à proximité, et trois derrière le “palais des légats” (Petrikovits 1975, pl. 5a ; Gechter 1974). La répartition inhabituelle de ces maisons est sans doute due à la division du camp en deux moitiés. A l’ouest, on trouvait la Ve légion ; à l’est, la XVe. Les trois maisons situées derrière le palais du légat, K, J, M (fig. 81a), sont d’un type à peu près analogue (Mylius 1929). Ce sont des maisons approximativement carrées, à deux étages, d’une surface de 41 x 39 m. Derrière elles se trouvait certainement un espace libre entouré par un mur, ou plutôt un jardin. Les fondations trouvées près des extrémités nord des maisons K et J plaident en ce sens. Le long de la partie antérieure du bâtiment court un portique de rue. Derrière le hall d’entrée apparaît la cour à péristyle central, caractéristique. Cette cour intérieure de 19 m de large pour 22 ou 24 m de long est entourée sur trois côtés par des ailes de même largeur ; la rangée de pièces située au nord est en revanche plus étroite. Dans l’axe du hall d’entrée sud, on trouve au nord, dans la série de pièces situées à l’arrière, une grande salle centrale. Celle-ci, que l’on peut appeler triclinium, s’élève au-dessus de la suite d’édifices nord et utilise ainsi volontairement l’atmosphère du jardin voisin pour développer la sensation de l’espace. H. Mylius a analysé les fonctions assignées aux pièces (Mylius 1929). Selon lui, les salles de service se trouvent dans la moitié avant des bâtiments, les zones d’habitation proprement dites dans la partie arrière. On ne trouve pas la moindre trace d’installations de chauffage dans ces maisons. H. Mylius en conclut que ces pièces d’habitation étaient utilisées exclusivement en été. Au total, les trois maisons de tribun de Vetera constituent un exemple d’architecture de très bon niveau dans laquelle, bien entendu, on a respecté les proportions courantes dans l’architecture italienne des villas.

FIG. 81
Maisons de tribuns : a Vetera (Lehner 1930, pl. 3-4, fig. 43) ; b maison I d’Inchtuthil (Pitts & St. Joseph 1985, fig. 29) ; c maison II d’Inchtuthil (Pitts & St. Joseph 1985, fig. 31).

134Les quatre maisons flaviennes d’Inchtuthil offrent un plan beaucoup plus simple (Pitts & St. Joseph 1985). Ces maisons en bois se trouvent dans le scamnum tribunorum, juste en dessous des tabernae situées le long de la via principalis. Dans ce scamnum, il y a suffisamment de place pour accueillir trois autres maisons du même type. L’entrée se situe au sud. Le schéma fondamental des maisons I, III et IV est très ressemblant : une cour intérieure à péristyle est entourée de tous les côtés par une enfilade de pièces (fig. 81b). Celles de l’aile nord ont une profondeur nettement supérieure ; c’est sans doute ici que se trouvait le triclinium. Ni celui-ci ni l’entrée située au sud ne sont orientés dans l’axe des bâtiments. Le long de l’aile orientale, on trouve un corridor avec une autre série de pièces. Dans ce secteur clairement séparé de la partie centrale de la maison, on aura sans doute installé les bureaux de l’administration. Alors que ces trois édifices largement uniformes pourraient être des maisons de tribuns, on a des difficultés considérables pour interpréter la maison II (fig. 81c). Ces problèmes sont dus au plan qui présente de fortes variations par rapport aux autres. À l’ouest, on n’a pas de série de pièces attenantes à la cour à péristyle, et la moitié est du bâtiment présente une gestion de l’espace totalement différente. Au lieu des bureaux administratifs, on trouve ici une autre cour intérieure entourée de portiques, et pourvue d’un grand bassin. Au nord et au sud apparaissent des salles aux dimensions différentes. La divergence évidente par rapport aux maisons I, III et IV n’exclut pas une autre destination. Comme il y avait dans le scamnum tribunorum suffisamment de place pour trois autres maisons de tribuns, on peut tout à fait imaginer une autre assignation, par exemple pour le praefectus castrorum (Pitts & St. Joseph 1985, 140-141). La maison III avec ses 50,30 x 28,95 m est nettement plus grande que les autres, qui présentent toutes les mêmes dimensions (42,06 x 28,95 m). Il est possible que nous ayons là le quartier du laticlave (Pitts & St. Joseph 1985, 138).

135L’étude de ces quelques maisons, dont on connaît assez bien le plan et qui sont destinées aux officiers supérieurs, montre que, pour l’essentiel, on utilisait dans l’architecture militaire au début du Principat des formes de maison connues dans l’architecture italienne. La taille varie considérablement. Les petites maisons à péristyle de Haltern (env. 525 m2) sont parmi les plus réduites ; les grandes maisons de Vetera (env. 1 600 m2) sont parmi les plus vastes. On ne distingue pas dans les plans de différences majeures selon qu’il s’agit d’architectures de bois ou de pierre. La position des quartiers des tribuns au sein du camp peut varier. Normalement, le scamnum tribunorum se situe à côté de la via principalis. Lorsqu’il existe une autre situation, elle est le plus souvent liée aux particularités locales.

136Les édifices situés au sud des principia du camp d’Oberaden (11-8 av. J.‑C.) sont des restes de maisons à atrium dont l’aménagement pouvait être simple, mais aussi luxueux. Ces maisons n’avaient pas de grande cour à péristyle à l’intérieur du bâtiment d’habitation ; en revanche, elles disposaient d’une cour ou d’un jardin à péristyle rajouté après coup. On ne trouve de cour intérieure péristyle que dans le cas du praetorium. Le camp principal de Haltern offre, avec les maisons 7a-f, un autre type : l’intégration d’un péristyle interne placé entre les salles de la zone d’entrée et les pièces d’habitation situées à l’arrière. Les maisons à péristyle K, J et M de Vetera ont une forme clairement structurée et un caractère prestigieux ; ces maisons avec jardin attenant s’inspirent de l’architecture italienne. L’utilisation de l’espace paraît beaucoup plus retenue dans les maisons de tribuns d’Inchtuthil. On y chercherait en vain une orientation axiale correspondant à l’axe nord-sud, bien marqué à Vetera. L’adoption de modèles méditerranéens à atrium ou péristyle et le choix des différents éléments montrent que les titulaires de hautes charges ne renonçaient pas à un minimum de coutumes italiennes, même dans un camp militaire. Il n’existe aucune connaissance claire sur l’équipement intérieur des maisons : on n’en a gardé le plus souvent que le plan des fondations, mais il ne reste rien des portes et fenêtres, de la distribution des cloisons ni des ornements des bâtiments. Si l’on tente une interprétation fonctionnelle des différentes salles, on se heurte également à leur mauvais état de conservation. Il est surtout très rare que l’on puisse déterminer aussi distinctement qu’à Inchtuthil les salles de service, sans doute disposées dans la partie avant de la maison.

2.6 Les casernements

137MICHEL REDDÉ

138La disposition des casernements dans un camp fixe, sous l’Empire, emprunte une partie de ses conceptions à l’organisation d’un camp de marche, telle que nous la décrivent, chacun pour son époque, Polybe (VI, 27-31) et ps.-Hygin : il s’agit en effet de placer les unités de base que sont les centuries de manière à permettre des circulations efficaces et rapides à l’intérieur du camp et de les regrouper avec les autres centuries qui appartiennent à la même cohorte. Le système suppose donc une bonne division de l’espace et une bonne organisation des voies. Sachant d’autre part que les officiers de troupe ne sauraient être séparés de leurs hommes, il convient de disposer leur cantonnement près de celui des soldats ; en outre, on doit se souvenir que, depuis l’époque républicaine, les centuries sont normalement groupées par deux en manipules. Enfin, il faut tenir compte du fait que les hommes de troupe gardent avec eux leur équipement et leur armement, dont ils sont propriétaires et dont ils peuvent avoir besoin à tout moment : pas question, par conséquent, de le ranger chaque soir dans un magasin central.

139Ces principes expliquent l’organisation de base d’un camp romain, qu’il soit fixe ou temporaire : chaque manipule occupe normalement une bande de terrain (striga), dans laquelle se logent deux centuries en vis-à-vis, avec une ruelle médiane (fig. 18). Les cantonnements –qu’il s’agisse de tentes ou de baraquements– sont disposés les uns à côté des autres de manière à ouvrir sur cette ruelle, les quartiers de chaque officier étant situés à l’extrémité de chaque rangée. Les tentes de toile qui, avec leurs cordes, ressemblent à un papillon, portent le nom évocateur de papilio, qui s’est transmis aux logements en dur, encore que le langage militaire emploie plus volontiers le mot de contubernium, dont les soldats ont fait contubernalis, que l’on retrouve dans les inscriptions et qui désigne le “copain de piaule”. Dans une centurie de quatre-vingts hommes –effectif normal sous l’Empire–, on compte en général une dizaine de chambrées, soit huit hommes par contubernium. Les armes –et les bagages– sont placées devant chaque logement, en faisceau s’il s’agit de tentes, dans une sorte d’auvent s’il s’agit de baraquements permanents, d’où leur nom d’arma. Le centurion –sans doute avec les sous-officiers– occupe une tente ou une baraque plus grande à l’extrémité de la rangée (fig. 82). En théorie, si l’on en croit Hygin, chaque type d’unité reçoit un espace différent selon sa nature : un légionnaire disposerait ainsi de plus de place qu’un auxiliaire, mais la réalité archéologique est souvent bien différente, comme on va le voir.

FIG. 82
Schéma théorique d’un bloc de casernement (Johnson 1987, fig. 127).

140Ce schéma général explique l’architecture des baraquements qui ressemblent à de grands hangars allongés, divisés en pièces doubles –antichambre et chambre–, ouvrant toutes dans le même sens et souvent précédées par un portique, comme celles qui ont été reconstituées à la Saalburg (fig. 83). On observera que, mis à part les voies, les bâtiments communs à l’ensemble de l’unité ou les logements d’officiers, l’essentiel de l’espace est réservé aux cantonnements de la troupe et qu’il ne reste donc pas d’espace disponible dans le camp. Les différents plans qui nous sont parvenus montrent toutefois des dispositions et des techniques architecturales très variables selon l’époque et la nature de la troupe.

FIG. 83
Casernements reconstitués à la Saalburg : a au premier plan, le quartier du centurion ; b ruelle entre deux blocs ouverts par des portiques donnant sur les chambrées ; c baraque vue de l’extérieur.

clichés M. Reddé.

141On commence ainsi à savoir distinguer, dans les castella auxiliaires, les casernements des fantassins et ceux des cavaliers. Le réexamen de plans anciens, à la lueur de fouilles nouvelles sur le mur d’Hadrien, permet aussi de mieux comprendre une partie des “anomalies” architecturales observées jusqu’à présent (Hodgson & Bidwell 2004).

2.6.1 Les casernements des camps de la conquête

142Des camps temporaires ou des camps de marche, rien ne nous est parvenu si ce n’est de manière exceptionnelle ; ainsi ce fragment de tente en cuir retrouvé à Alésia dans un des fossés du camp A, et qui correspond à ce que nous savons des autres tentes militaires romaines (Van Driel-Murray 2001) ; plus fréquentes sont en revanche les “sardines” métalliques découvertes dans d’assez nombreux sites militaires, alors que les piquets de bois sont évidemment rarissimes. L’absence de dispositif intérieur visible ou repérable dans un camp militaire romain ne doit toutefois pas faire automatiquement conclure au fouilleur qu’il se trouve face à un camp temporaire “de marche” : il peut s’agir tout autant d’un camp d’exercice (campus) ou d’un “exercice de camp”, c’est-à-dire d’une construction sans autre fonction que de maintenir l’entraînement des troupes, comme nous en connaissons de multiples exemples, surtout en Grande-Bretagne, à Llandrindod Common notamment.

143Si l’on excepte les exemples espagnols d’époque républicaine, qui montrent pourtant une disposition des casernements qui annonce celle de l’Empire, notamment à Renieblas, les camps de la conquête augustéenne en Germanie (Nimègue, Dangstetten, Oberaden, Rödgen, Anreppen) ont livré des dispositifs singuliers (fig. 84) : on y observe en effet des baraques isolées en bois, groupées par paires, à l’extrémité de rangées où l’on ne reconnaît pas de constructions mais des files plus ou moins régulières de dépotoirs. Quelques rares alignements de poteaux, parfois incomplets, des drains longitudinaux ou transverses, viennent compléter l’ensemble. Cette disposition singulière a reçu une tentative d’explication de la part de J.‑M. Morel (1991), qui suggère l’existence concomitante de baraques en bois pour les centurions et de tentes pour les hommes, à une époque où les cantonnements n’étaient pas encore considérés comme permanents. Considérant la présence, universellement attestée dans les camps ultérieurs, de dépotoirs entre les rangées de casernements, les espaces libres devraient être considérés comme ceux des tentes. Allant plus loin, l’auteur évoque un texte d’Hirtius (BG VIII, 5) qui suggère que les tentes pouvaient être protégées en hiver par des abris de bois (<tecta> coniectis celeriter stramentis tentiorum integendorum gratia erant inaedificata, “sous des toits édifiés avec des moyens de fortune au-dessus des tentes pour protéger celles-ci”). Bien que la pratique de l’hivernage sous tente soit exceptionnelle (Baatz 1985), cette hypothèse pourtant séduisante n’a pas reçu une approbation unanime.

FIG. 84
Plans comparés de différents casernements légionnaires d’époque augustéenne.

2.6.2 Les casernements permanents

144Pour l’essentiel, et jusqu’à une date très tardive, les baraquements ont été construits en structures de bois, avec des variations techniques qui alternent la construction sur poteaux et sur sablières basses (fig. 84, 85), voire qui mêlent les deux. On trouve dès le milieu du ier s. des soubassements en pierre, mais toujours avec des élévations de bois ou de colombages et ce n’est probablement qu’à partir du IIe s. que cette technique s’est généralisée (Davison 1989) sans que l’usage exclusif du bois ait peut-être jamais cessé (Hodgson & Bidwell 2004).

FIG. 85
Baraquements de Valkenburg : a plan du 1er état ; b vue de la fouille ; à gauche la chambrée (papilio), à droite l’antichambre (arma) ; entre les deux, emplacement du foyer ; c technique de construction des murs (Johnson 1987, 119, fig. 75).

FIG. 86
Camp légionnaire de Vindonissa. Fouille d’une caserne avec le logement du centurion au premier plan et les baraques des soldats en arrière plan.

145Peu de baraquements bien conservés ont été fouillés intégralement et de manière moderne. Il est difficile dans ces conditions de décider de l’existence d’un vide sanitaire isolant, voire simplement de la nature réelle du sol : on rencontre aussi bien du sable que de la terre battue, mais aussi des sols en parquet ou en dur, parfois des dalles de pierre ; est-on certain, dans les premiers cas, que l’on n’avait pas affaire à un vide sanitaire ? Des éléments de fenêtre ont été assez souvent retrouvés, avec des petits carreaux de quartz sertis dans des grillages de fer. Les toits pouvaient être en bois –le plus souvent–, mais aussi en tuiles. On observe assez régulièrement au sol la trace d’un foyer dans la chambrée et les fouilles de Heidenheim (Rétie) ont permis de reconstituer la présence de cheminées avec, de part et d’autre, des étagères de bois (fig. 87). Les murs étaient normalement chaulés, comme l’attestent les nombreux restes d’enduit blanc retrouvés çà ou là.

FIG. 87
Reconstitution d’une chambrée (Johnson 1987, fig. 31).

dessin D. Baatz.

146Pour le couchage, des lits gigognes ou superposés probablement, car la place était faible pour huit hommes (fig. 88) : en effet, même si l’espace dans les camps permanents était plus grand que dans les tentes, auxquelles ps.-Hygin accorde environ 10 x 10 pieds (soit 9 m2), il restait étroit, notamment dans les camps précoces, et ce n’est qu’assez progressivement qu’il a été moins chichement accordé, atteignant –en moyenne– 21 à 25 m2 par chambrée ; c’est loin d’être luxueux, d’autant qu’il fallait encore la place de circuler, de mettre une table, des étagères, et que les soldats préparaient là leur cuisine, à l’exception du pain. Toutefois, on connaît trop mal encore l’agencement interne des pièces pour être certain que l’usage du lit gigogne était généralisé (Hodgson & Bidwell 2004). Dans un certain nombre de cas, des caves ont été retrouvées sous les baraques, notamment à Welzheim où elles contenaient sans doute différents ustensiles et les provisions des hommes. À cela il fallait évidemment ajouter la place réservée dans l’antichambre pour les bagages et les armes, soit environ moitié moins que l’espace de la chambrée proprement dite. Il s’agit là de proportions moyennes qui peuvent subir des écarts importants. À Lorch, toutefois, sur le limes extérieur, l’antichambre semble avoir été à un moment donné pourvue d’un foyer (fig. 90), ce qui témoigne du fait que l’espace n’était plus occupé comme magasin (Stork 1988). On constate presque toujours, dans la ruelle qui sépare les blocs de centurie, voire sous l’antichambre, la présence de petits dépotoirs alimentaires, qui montrent que la discipline pouvait être moins stricte qu’on ne l’imagine souvent...

FIG. 88
Reconstitution d’une chambrée à la Saalburg.

147On a parfois voulu estimer la nature d’une troupe d’après le plan de ses baraquements (Breeze & Dobson 1974) : c’est sans doute une gageure car on constate assez souvent la présence de pièces surnuméraires à l’opposé du logement de l’officier –voir par exemple les cas de Vetera, de Nimègue ou de Hofheim. Rangements spécifiques pour les bagages ? Centuries plus nombreuses ? Logements pour les petits gradés ? Etables ? On ne le sait pas vraiment. Seule la première cohorte, double, et la plus prestigieuse, semble avoir bénéficié de conditions de vie plus favorables, avec un espace plus important (fig. 89). On constate au demeurant d’assez fréquents remaniements dans ces édifices, comme c’est le cas à Vindonissa ou à Valkenburg, où les différents états des baraquements semblent prouver des réorganisations dans le corps de troupe. Il est évident que les légionnaires étaient mieux dotés que les auxiliaires et que les hommes des numeri –tels les Bretons de Hesselbach– bénéficiaient d’une place encore plus réduite : une comparaison de différents plans, mis à la même échelle, permet de s’en convaincre aisément (fig. 90). Les quelques cantonnements de cavaliers qui ont pu être identifiés montrent une bipartition différente de celle des fantassins, les chevaux étant installés en façade, sur la ruelle, tandis que les hommes occupaient la chambre arrière (cf. ci-dessous le chapitre 2.12. et fig. 114). Seuls les valets (calones) occupaient probablement l’espace sous le toit (Hodgson & Bidwell 2004). On soulignera les particularités, très exceptionnelles, des baraquements de la flotte à Cologne/Alteburg (fig. 90), où les antichambres sont divisées de manière différente des contubernia, ce qui laisse supposer une entrée commune à deux chambrées et un véritable magasin fermé pour chacune d’elles.

FIG. 89
Casernements de la 1re cohorte de Nimègue (Petrikovits 1975, fig. 3).

FIG. 90
Plans comparés de différents casernements légionnaires et auxiliaires des Ier et IIe s.

148Seuls les centurions semblent avoir disposé d’une place et d’un confort plus importants, si l’on en croit le plan et la décoration de leurs quartiers, plus semblables à une véritable demeure individuelle, avec plusieurs pièces et probablement des cours intérieures (Hoffmann 1995). Encore faut-il se souvenir qu’ils hébergeaient probablement une partie au moins de leurs principaux subordonnés, peut-être aussi leurs serviteurs. Leurs commodités étaient aussi plus grandes : hypocaustes, latrines, canal d’évacuation des eaux usées –comme à Walheim–, mais aussi décoration parfois quasi luxueuse, comme celle que nous révèlent les peintures d’Echzell, surprenantes dans un tel milieu (pl. H.T. I-II).

2.7 Les entrepôts

149MICHEL REDDÉ

150Sous l’Empire, l’importance des besoins alimentaires de l’armée romaine était considérable : contrairement à une opinion reçue, la frugalité n’était la règle que lors des campagnes. Il faut résolument abandonner l’idée du rude légionnaire faisant son ordinaire d’un brouet Spartiate qui le tiendrait à l’écart des tentations émollientes de la vie urbaine et exacerberait sa vigueur combative. Le renouvellement des techniques archéologiques a largement montré, ces dernières années, l’importance de la consommation de viande, en particulier du porc, dans l’alimentation du soldat, au moins en Occident. De même, on soulignera la fréquence des produits importés du monde méditerranéen, voire oriental, dans les contextes militaires dès l’époque de la conquête : huile, vin etgarum bien sûr, mais aussi olives, figues, raisins, coriandre, poivre et autres épices. Les salaisons ou les conserves de poisson sont bien attestées, ainsi que les huîtres, abondantes sur la plupart des sites militaires. Enfin, on ne manquait évidemment pas de consommer légumes et fruits produits localement, comme le montrent, de plus en plus fréquemment, les études des macrorestes végétaux issus des dépotoirs militaires. La base de l’alimentation restait évidemment le blé –beaucoup plus que l’orge–, nécessaire à la fabrication du pain, cuit dans des fours collectifs, ou à la préparation dans les chambrées de bouillies agrémentées de légumes. On estime ainsi à environ 300-350 kg la ration annuelle de blé d’un légionnaire, soit une nécessité de 1 500 à 1 750 t par an pour une légion entière. Sans entrer ici dans le détail de l’organisation logistique (Davies 1989 ; Remesal 1986a ; 1986b ; Roth 1999) ni de l’alimentation proprement dite (Junkelmann 1997), on soulignera la qualité du niveau de vie des soldats, souvent supérieur à celui des civils, et les besoins de stockage qu’entraînait cette consommation, d’autant que, si l’on en croit Tacite (Agricola XXII, 2-3), chaque fort avait une capacité de ravitaillement pour une année entière, affirmation probablement exagérée pour les besoins du panégyrique qu’il dresse à son beau-père, mais qui témoigne d’une certaine réalité.

151Deux grands types de greniers apparaissent dans les forts militaires :

152– type 1 : les constructions sont constituées d’un seul bloc, généralement rectangulaire, et installées sur des fondations qui permettent la création d’un vide sanitaire, avec une ventilation par-dessous (fig. 92-93) ;

153– type 2 : les entrepôts sont centrés autour d’une cour ou éventuellement disposés de part et d’autre d’un couloir central si la place est plus limitée, et construits de plain-pied (fig. 95-96). Quoique les Modernes appellent généralement horreum le premier type pour le distinguer du second, auquel on réserve plus volontiers le nom de “magasin” dans les publications spécialisées, il est certain que le vocable latin s’applique aux deux types de bâtiment, si l’on en croit les dénominations du plan de marbre sévérien de Rome ou la réalité archéologique d’Ostie (Rickman 1971). D’une manière générale, on doit considérer que le second type n’offre pas de véritable spécificité architecturale par rapport aux modèles civils connus dans la capitale de l’Empire ou son port, encore que l’on rencontre, dans ce dernier lieu, des magasins à cour mais à plancher surélevé, ce qui ne semble pas être le cas dans les camps militaires. En revanche, le premier type semble plus spécifique aux besoins de l’armée, notamment dans l’Europe du Nord, où il fallait lutter contre une forte humidité. On le rencontre toutefois déjà à Numance, dans le camp d’EI Castillejo. L’un et l’autre type architectural peuvent être édifiés tantôt en bois ou tantôt en pierre, selon l’époque (Manning 1975 ; Gentry 1976 ; Petrikovits 1975 ; Johnson 1987).

154Les entrepôts sont le plus souvent situés dans la praetentura, à proximité des portes ou le long des grandes voies, notamment la via sagularis, ce qui s’explique par la nécessité de transporter facilement des matériaux pondéreux. C’est du moins l’impression que l’on retire de l’examen des sites où les recherches archéologiques ont livré ce type de bâtiment, mais on sait combien rares sont les camps fouillés exhaustivement, ce qui fait que l’on ne connaît pas l’emplacement de tous les horrea. On se référera tout particulièrement, de ce point de vue, aux exemples d’Anreppen, de Nimègue, de Neuss, de Bonn, de Windisch, d’Oedenburg, de Hofheim, de la Saalburg; il existe toutefois des variantes : à Niederbieber ou à Wiesbaden, les horrea sont situés dans la retentura, sur le côté des principia, mais ouvrent sur la via principalis, ce qui ménage un accès facile ; à Okarben, ils sont installés derrière les principia, mais à l’extrémité de la via decumana. A Aulnay, en revanche, ils semblent installés le long de la via quintana. À Anreppen, les fouilles récentes ont révélé l’existence de cinq grands entrepôts regroupés au nord-est du camp, près de la porte orientale, et séparés du reste des bâtiments par un fossé et une palissade (Kühlborn 2005) (fig. 91). Il faut souligner que même de très petits fortins, comme Hesselbach, sont pourvus d’entrepôts, et que de grands camps légionnaires comme Mirebeau peuvent disposer aussi d’entrepôts externes. S’agissant des horrea du premier type, on observera parfois leur doublement (ainsi à Bonn, à Neuss ou à la Saalburg) ou leur proximité avec un magasin à cour du deuxième type (ainsi à Dangstetten, Neuss, Oedenburg). Les horrea du premier type (fig. 92) sont des bâtiments rectangulaires d’une taille variable, qui est fonction de la nature et de l’importance du corps de troupe : de 17 à 24 m de long pour 8 à 9 m de large en moyenne, mais avec des écarts sensibles puisque l’horreum A de Rödgen mesure 47 x 30 m, ceux de Niederbieber 53 x 16 m, l’horreum sud d’Anreppen 68 x 56 m, tandis que celui d’Oedenburg mesure entre 9 et 12 m de long pour 4 m de large. Lorsqu’ils sont construits en bois, ils reposent sur une forêt de poteaux serrés, soit individualisés soit implantés en tranchées, sans que les fouilles aient toujours pu ou su identifier l’emplacement même des bois et distinguer les tranchées de fondation des traces de tirants destinés à lier les piliers porteurs par la base. La distance entre ces poteaux est normalement de 5 pieds (environ 1,50 m), avec une disposition qui est le plus souvent parallèle au grand axe, mais qui peut parfois être perpendiculaire (la Saalburg, Oedenburg, Hofheim). C’est sur cette forêt de pieux –généralement circulaires– que reposait, à moins d’un mètre de hauteur, le plancher du grenier. À Oedenburg, les fouilles ont observé des fondations plus puissantes aux angles et au milieu des grands côtés. L’entrée se faisait certainement sur l’un des petits côtés, par l’intermédiaire d’une rampe, sans que le dispositif de celle-ci ait pu être systématiquement observé, notamment dans les provinces germaniques ; des portiques d’accès ont toutefois été observés à Bonn ou à Hofheim. Pour l’élévation, on reconstitue généralement des parois en bois avec sans doute des fenêtres à claire-voie (fig. 93) et un toit en faîtière, probablement en matériau léger –bois. On ignore en revanche généralement tout d’un éventuel cloisonnement interne. L’essentiel du dispositif architectural reposait sur une bonne ventilation, destinée à éviter l’humidité.

FIG. 91
Les horrea près de la porte orientale d’Anreppen (Kühlborn 2005, 125).

FIG. 92
Horrea du type "sur poteaux porteurs" (type I).

FIG. 93
L’horreum en bois : a reconstitution du Lunt (Baginton, West Midlands, Angleterre) [cliché M. Reddé] ; b coupe théorique d’après les vestiges de Rödgen (Schönberger & Simon 1976, fig. 8).

155C’est un dispositif très proche qui est assez souvent reproduit dans les constructions en pierre (Neuss, Bonn, Nimègue, Windisch, Niederbieber, la Saalburg) [fig. 92, 94], Dans le cas de Niederbieber, les poteaux porteurs sont restés en bois, tandis que les murs latéraux étaient construits en dur. Il est possible que les sols, dans ces cas-là aussi, aient été constitués par un plancher, encore que l’on suppose généralement l’existence de dalles de pierre ; l’existence de divisions intérieures en bois est possible mais mal documentée. On observe toutefois, le plus souvent, un renforcement des parois latérales par des piliers de contrefort, signe possible d’élévations plus grandes –à deux étages ?– et d’une couverture de tuiles. Qu’ils soient en bois ou en pierre, il paraît clair que ces greniers avaient pour fonction de stocker des céréales, en vrac ou plus probablement en sacs, ce qui explique à la fois la nécessité d’une bonne ventilation et de supports solides, compte tenu du poids que représentaient les grains.

FIG. 94
L’horreum en pierre : a coupe théorique (Gentry 1976, fig. 1) ; b reconstitution (Johnson 1987, fig. 114).

156Il n’en va sans doute pas de même des magasins du type “à cour” où l’on pouvait entreposer des produits tout différents, sans doute non périssables (fig. 95) : on a ainsi retrouvé à Camuntum des boulets, à Lambèse des balles de fronde (Petrikovits 1975, 82, n. 100). On entrait classiquement dans une cour qui distribuait, le plus souvent par l’intermédiaire d’un portique, l’espace périphérique divisé en petites pièces rectangulaires. Le même dispositif se retrouve dans des constructions en bois (Oedenburg, Walheim II : bâtiment F) ou en pierre (Nimègue, Neuss, Windisch, Bonn, Rottweil III), avec parfois des redondances architecturales en différents points du camp, notamment à Neuss et Windisch.

FIG. 95
Magasins à cour centrale (type II).

157Quelques cas particuliers doivent être notés : à Rödgen, à Anreppen, à Walheim, l’importance et le nombre des entrepôts par rapport à la taille générale du camp font de ces camps des cas d’exception, tout comme à South Shields, vers l’extrémité orientale du mur d’Hadrien, où le nombre des greniers a été multiplié à l’époque de l’expédition britannique de Septime Sévère. On est donc là probablement face à des bases arrière destinées au ravitaillement de troupes en campagne, non à des entrepôts classiques.

158D’un point de vue architectural, des exceptions existent aux deux grands types définis ci-dessus (fig. 96) : c’est le cas à Dangstetten, où l’espace n’est pas distribué par une cour centrale mais apparemment par un couloir médian ; à Walheim II, les bâtiments H et G sont considérés comme des horrea, et ils offrent bien une forme rectangulaire, mais sans présenter le dispositif caractéristique des supports de plancher ; à Wiesbaden, le bâtiment A comprend un hypocauste destiné au séchage des grains et doit être compris comme un bâtiment de stockage, lui aussi distribué par un couloir médian. À Rottweil III également, les pièces situées à l’extrémité comprennent des hypocaustes, dont on ne sait s’ils étaient destinés à chauffer un local administratif ou à sécher les céréales. À Hesselbach, le bâtiment 7, dans la partie droite de la praetentura, correspond lui aussi probablement à un petit horreum à couloir central, bien que l’interprétation reste incertaine.

FIG. 96
Autres types de magasins.

159On citera enfin le cas, extrêmement curieux, des bâtiments récemment mis au jour à Melun, dans ce qui pourrait être aussi une base de ravitaillement tardo-républicaine située sur la Seine (fig. 97) : on y reconnaît en effet de grands bâtiments allongés, d’un type inconnu, ouverts sur la rue par l’intermédiaire d’un portique, avec des divisions internes montrant des rangées de pièces parallèles séparées par des cloisons et un toit en faîtière soutenu par des piliers médians. L’interprétation de ces constructions de bois comme horrea est incertaine, mais nous n’en voyons guère d’autre possible.

FIG. 97
Melun, hôtel du département de Seine-et-Marne : structures de magasins ?

dessin J. Galbois.

2.8 Fabricae et autres installations de production

160MICHEL REDDÉ

161Le soldat romain n’est pas seulement un combattant ; l’armée se doit en effet de préserver son autonomie en matière d’équipements, particulièrement en campagne où il ne peut être question de dépendre totalement de lignes de ravitaillement étirées et aléatoires. C’est pourquoi il est nécessaire de disposer, même dans un camp de marche (ps.-Hygin 4 ; Josèphe, BJ III, 83), d’au moins un atelier fabrica) pour produire et réparer l’armement et l’équipement militaire, les véhicules, les matériaux de construction, assurer certaines productions nécessaires au ravitaillement de la troupe. Ces tâches peuvent au demeurant être effectuées, hors contexte opérationnel, au profit de l’administration impériale ou de la population civile. On rencontre ainsi, au sein d’une unité légionnaire, de nombreux techniciens (fabri), très divers, généralement exempts de corvées (immunes), à l’origine sous les ordres d’un officier équestre, le praefectus fabrum (Sander 1962 ; Dobson 1966). Végèce (II, 11) et le Digeste (L, 6, 16) en donnent une liste surabondante où l’on rencontre aussi bien des armuriers de spécialités diverses que des maçons, des charpentiers, des verriers, des forgerons, des tanneurs, des cordonniers, des bouchers... (Johnson 1987). Des techniciens existaient aussi, mais moins nombreux et sans doute moins variés, au sein des corps auxiliaires. De fait, les grands ateliers se rencontrent essentiellement dans les camps légionnaires, qui servaient probablement de centres spécialisés régionaux, ou dans certains castella auxiliaires qui jouaient un rôle identique. Ailleurs, on se contentait de petites installations de réparation à l’intérieur des fortins, en faisant appel aux fabricae légionnaires pour le gros des besoins (Bishop 1985b). C’est ainsi que l’on a cru pouvoir identifier de petits ateliers à l’extrémité des baraques de Valkenburg. On n’oubliera pas, en outre, que nombre d’activités industrielles, notamment les plus polluantes, étaient effectuées dans les vici militaires, hors les murs des camps.

2.8.1 Fabricae

162Différentes fabricae ont été identifiées à l’intérieur des camps légionnaires, le plus souvent en raison des scories, des battitures ou des outils qui y ont été découverts et non en raison de la spécificité de leur plan qui ne répond guère à un modèle (fig. 98).

FIG. 98
Plans comparés de différentes fabricae.

163Les premières remontent à l’époque de la conquête et sont implantées dans des camps en terre et en bois (Dangstetten, Haltern), d’autres sont connues à l’époque julio-claudienne (Vetera) ou sont postérieures (Nimègue, Vindonissa, Bonn, Neuss). Plusieurs camps auxiliaires ont en outre révélé des complexes assez importants dès l’époque julio-claudienne (Hofheim) ou plus tard (Wiesbaden : fig. 99b). Mais l’absence de fouilles systématiques sur la plupart des camps du limes ne permet pas de connaître la nature des installations industrielles de chaque camp, quand bien même celles-ci existaient.

FIG. 99
Plans de
fabricae (Schönberger 1979, fig. 2) : a Valkenburg ; b Wiesbaden.

164Nos connaissances ont d’ailleurs peu progressé depuis les deux synthèses effectuées par H. von Petrikovits et A. Johnson, dont nous nous contenterons de reprendre les principales conclusions (Petrikovits 1975 ; Johnson 1987). Au demeurant, les fabricae les mieux connues sont situées hors de notre zone d’étude, à Inchtuthill, fort de la conquête d’Agricola, dont l’atelier a livré environ un million de clous neufs de différentes tailles, soit à peu près douze tonnes de métal (Pitts & St. Joseph 1985), ou à Oberstimm, fort auxiliaire du limes de Rétie (Schönberger 1978).

165Si l’on croit le passage déjà cité du ps.-Hygin, la fabrica du camp de marche devait être installée loin de l’hôpital, pour préserver la tranquillité des malades. En fait, dans les camps que nous connaissons, les fabricae peuvent être situées aussi bien à l’intérieur même du camp (Dangstetten, Haltern, Vetera, Hofheim) que contre le rempart même (Neuss, Bonn, Nimègue). À Vhidonissa, les deux fabricae qui ont été reconnues sont implantées à l’intérieur du camp, mais en bordure de l’intervallum. On n’oubliera pas, enfin, que les voies des camps, notamment les grands axes, peuvent être bordées de tabernae, dont certaines avaient probablement des fonctions industrielles.

166On distingue aisément plusieurs types d’ateliers (fig. 98) : une forme très simple –un rectangle de 6,50 x 4,00 m, avec un foyer et un portique sur deux côtés– apparaît ainsi à Dangstetten ; mais il s’agit là d’un camp très précoce, installé sans doute pour une brève période. Les fabricae installées au revers du rempart, le long de l’intervallum, présentent par nécessité, compte tenu de la place disponible, un plan allongé à plusieurs nefs parallèles (Nimègue), avec éventuellement une aile perpendiculaire à chaque extrémité (Bonn, Neuss 1). Un type particulier apparaît à Vindonissa 1 où l’on observe, du côté oriental, un bâtiment rectangulaire (40 x 30 m) à corridor central donnant de part et d’autre sur une halle avec piliers médians. Dans ce dernier cas, toutefois, l’identification comme atelier n’est pas démontrée par le matériel archéologique. La forme la plus développée se rencontre à Vetera, Haltern, Neuss 2, Vindonissa 2 (arsenal) et Hofheim, où l’on rencontre un bâtiment très complexe, qualifié par H. von Petrikovits de Basartyp, organisé autour d’une cour intérieure, avec un grand nombre de divisions internes qui doivent correspondre à autant d’ateliers distincts. Les dimensions sont considérables à Vetera (125,40 x 95,40 m), malheureusement fouillé trop tôt pour avoir été convenablement observé dans le détail. Il ne semble pas, en revanche, que l’on rencontre en Germanie le type “en U”, connu à Inchtuthill et à Lambèse, et où l’on reconnaît une série de galeries longitudinales organisées autour d’une cour centrale (Petrikovits 1975).

167Deux cas importants, au moins, sont controversés : à Valkenburg (fig. 99a), dans l’angle sud-est du camp, apparaît un grand bâtiment de la période 1 centré autour d’une cour qui contient un réservoir d’eau ; il en va de même à Wiesbaden, (fig. 99b) au flanc nord des principia. C’est essentiellement la fouille d’Oberstimm en Rétie (fig. 100a), où apparaît un plan très voisin, et où H. Schönberger (1978) a reconnu à juste titre une fabrica, qui a conduit cet auteur à proposer une interprétation identique pour Valkenburg (1979) et même pour une phase tardive de Wiesbaden, rejoignant ainsi l’interprétation ancienne d’E. Ritterling (ORL B, II, 3, no 31).

FIG. 100
La fabrica d’Oberstimm (Schönberger 1978, 16, 19, 23) : a plan ; b reconstitution du réservoir en bois ; c reconstitution de la chambre de fumage.

168La fouille d’Oberstimm a en effet révélé, à côté d’un praetorium localisé derrière les principia, et organisé autour d’une cour intérieure à péristyle, une incontestable fabrica dans la retentura, à l’angle sud-ouest du castellum. Cet atelier, qui appartient à l’époque claudienne (phase 1b), est bien identifié grâce au matériel et aux installations qui y ont été découverts. Il est organisé autour d’une cour à péristyle au centre de laquelle on reconnaît un réservoir assez profond avec un coffrage de bois, lui-même alimenté par une conduite également en bois, qui amenait l’eau puisée à l’aide d’une roue depuis l’extérieur du fortin (fig. 100b). Un puits est en outre visible dans la pièce 1. La pièce 2 abritait un four, la pièce 4 une chambre de fumage pour les salaisons (4,40 x 3,00 m), profondément enterrée dans le sol, construite en briques crues, progressivement cuites par le foyer situé au centre (fig. 100c).

169Selon H. Schönberger, c’est la présence d’une vaste citerne profondément enterrée au centre de la cour qui distingue ce bâtiment du praetorium, où un réservoir d’eau n’est pas nécessaire. Par voie de conséquence, la même caractéristique, rencontrée à Valkenburg, devrait conduire à identifier le “praetorium” comme une véritable fabrica (Schönberger 1979), mais cette opinion n’est pas unanimement partagée. De même, le praetorium de Wiesbaden qui présente un vaste réservoir au centre de sa cour, selon un plan très proche de celui d’Oberstimm, aurait, selon H. Schönberger, été transformé dans un second temps en atelier.

2.8.2 Autres installations de production

170Il ne semble pas que l’on ait trouvé, à l’intérieur même des camps, des ateliers de potier. Ceux-ci sont en revanche très nombreux à l’extérieur, dans les vici, dès l’époque de la conquête –par exemple à Haltern. On rencontre en revanche de nombreux fours à pain, installés sur le revers du rempart, le long de l’intervallum. C’est la Saalburg qui en a fourni le plus grand nombre, environ une cinquantaine, de forme approximativement circulaire (diam. entre 1,50 et 2,00 m), surmontée d’une coupole (fig. 101, 102). La maçonnerie était en argile cuite sur une fondation de pierres et était protégée par de petits auvents de bois dont les poteaux porteurs ont laissé des traces dans le sol. Une reconstitution expérimentale (fig. 101b) a permis d’en tester l’usage et la productivité, qui se monte à une soixantaine de pains par fournée, suffisamment sans doute pour nourrir journellement une centurie d’un seul coup (Junkelmann 1997, 134-136). À Strasbourg, les fouilles récentes du Grenier d’Abondance ont révélé l’existence d’une batterie de dix fours (diam. 1,20-1,70 m) disposés en U autour d’un accès unique sur la via sagularis et protégés eux aussi par un abri sur poteaux couvrant l’ensemble. Un autre bon exemple de boulangerie militaire est connu à Stockstadt am Main, en Germanie supérieure, où les fouilles dans la retentura, mais près de la via sagularis, ont mis au jour un petit complexe associant deux fours en tuiles, là aussi couverts par un auvent, et un bâtiment en pierre qui comprenait deux moulins à grains et un puits à une de ses extrémités, ainsi que d’autres pièces de service (fig. 103).

FIG. 101
Fours de la Saalburg : a vestiges mis au jour (cliché Saalburg-Museum, Bad Homburg) ; b reconstitution.

cliché M. Reddé.

FIG. 102
Profil théorique des fours et des auvents adossés au rempart de la Saalburg (Junkelmann 1997, fig. 71).

FIG. 103
Boulangerie de Stockstadt am Main (Johnson 1987, fig. 148).

171Il n’existe apparemment, en dehors de ces fours qui étaient peut-être affectés centurie par centurie, aucune installation collective pour les repas de la troupe –cuisines, réfectoires–, la nourriture étant préparée dans chaque chambrée par les hommes eux-mêmes, qui disposaient d’un petit foyer dans leur contubemium et broyaient très souvent leur grain à l’aide de meules individuelles, dont de nombreux exemplaires ont été retrouvés (Junkelmann 1997). Cette pratique de la préparation culinaire “par chambrée” explique au demeurant l’abondance des reliefs culinaires et des petites fosses-dépotoirs découvertes dans les ruelles séparant les rangées de baraques, voire sous les casernements eux-mêmes.

2.9 Valetudinarium

172MICHEL REDDÉ

173Le métier des armes suppose la possibilité de blessures ; la vie dans les camps, où les gradés ne sont pas tendres et où le centurion “cogne” volontiers, une hygiène relative –mais qui est celle de ce temps–, une diète souvent déséquilibrée –même si elle est meilleure que celle des civils– ont en outre leurs rigueurs, qui conduisent à de fréquentes pathologies, et nous savons par la documentation papyrologique que le nombre des soldats indisponibles pour raison sanitaire était comparable, dans l’Antiquité, à celui des troupes coloniales modernes : dans les O. Bu Njem, tous les rapports journaliers comptabilisent un nombre de malades qui s’élève en moyenne à 5,3 %, avec des pics à 12 %, et des saisons intermédiaires particulièrement néfastes : automne et printemps ; en dehors de quelques cas chroniques, le roulement de l’effectif montre l’existence d’indispositions légères qui justifient des hospitalisations temporaires (Marichal 1992) ; ailleurs, notamment au Mans Claudianus, où les conditions de vie étaient plus rudes, ces séjours sanitaires pouvaient être beaucoup plus longs et atteindre parfois plusieurs mois ; un ostracon de Vindolanda (Bowman & Thomas 1994, no 154), dans le nord de la Bretagne, distingue les aegri (quinze malades) des volnerati (six blessés) et des lippientes (dix qui souffrent d’une inflammation oculaire), soit trente et un au total, pour une population valide de deux cent quarante-cinq hommes (12,6 %). La présence d’un hôpital militaire (valetudinarium) dans chaque camp, sous la direction d’un optio valetudinarii, était donc nécessaire : elle est bien attestée, même dans les camps de marche puisque le ps.-Hygin (4) situe ce bâtiment non loin de la porte prétorienne, sur la via sagularis. Elle suppose naturellement la présence d’un corps médical spécialisé, assez souvent d’origine grecque ou orientale (Davies 1989) ; on connaît ainsi différents medici, tant auprès des corps auxiliaires que des légions, des capsarii –sans doute des infirmiers, qui tirent leur nom de la boîte (capsa) contenant les pansements– des chirurgi et des oculistes.

174D’un strict point de vue archéologique, seuls certains camps légionnaires ont révélé des installations que l’on peut considérer avec certitude comme des hôpitaux (fig. 104) : il s’agit toujours de grands bâtiments rectangulaires centrés autour d’une cour, avec un couloir médian dans chaque aile pour distribuer, de chaque côté, des rangées de chambres, disposition qui ressemble étrangement à celle d’aujourd’hui. Les premiers exemples connus (Haltern, Vindonissa 1, Vetera 1) sont en bois, les suivants en pierre. Les dimensions générales varient sensiblement –de 48 x 45 m pour Vindonissa à 75 x 58 m pour Bonn–, et l’emplacement n’est pas fixe : contrairement à la disposition que décrit le ps.-Hygin, et à l’exception de Haltern, les valetudinaria sont le plus souvent implantés dans la retentura, mais sont situés sur la via principalis, près d’une porte (Vetera), sur la via quintana (Neuss), dans les latera praetorii (Bonn), au croisement de la via decumana et de la via quintana (Vindonissa). Les chambrées disposaient d’environ 4 à 5 m de long pour 3 m de large, ce qui permettait sans doute d’installer au moins trois malades (Petrikovits 1975). On observera, notamment à Neuss, la présence de petits couloirs perpendiculaires au grand corridor longitudinal et donnant accès chaque fois à deux paires de pièces. On reconstitue en général une prise de lumière et d’air par le haut des corridors centraux. Dans plusieurs hôpitaux (Vindonissa 2, Vetera 2, sans doute aussi Neuss) existait un grand hall sur l’une des ailes. A Vetera 2 (fig. 104, 105), celui-ci est divisé en trois nefs par des piliers et conduit, à chaque extrémité, à des pièces spécialisées –bains et toilette d’un côté, cuisine de l’autre. On croit reconnaître les salles d’opération dans les deux pièces situées entre ce hall et la cour.

FIG. 104
Différents hôpitaux légionnaires connus en Germanie.

FIG. 105
Maquette de l’hôpital de Vetera (Rheinisches Landesmuseum, Bonn).

175L’identification de ces différents bâtiments comme valetudinaria militaires était jusqu’à présent assurée par la comparaison architecturale entre les édifices retrouvés et celui de Neuss, où la découverte d’instruments médicaux et chirurgicaux témoignait de la fonction des lieux. Mais il faut bien avouer que la fouille souvent ancienne des constructions concernées ne permettait pas, jusqu’à présent, de connaître en détail leur architecture et leur fonctionnement. Il n’en est plus de même aujourd’hui grâce à la fouille du valetudinarium de Novae, en Mésie, qui a permis de préciser la fonction d’un grand nombre de pièces (fig. 106) et d’intéressants détails architecturaux, comme la présence d’un sol de sable, d’enduits hydrauliques peints en rouge sur les murs, de fenêtres dans les plus grandes pièces, de probables salles d’opération, de latrines (Dyczek 1997). On estime ici à environ deux cent vingt le nombre de lits disponibles. Au milieu de la cour a été retrouvé un sanctuaire d’Esculape (Dyczek 1999).

FIG. 106
Valetudinarium de Novae : a la cour ; b une chambre.

reconstitutions P. Dyczek.

176La situation est beaucoup moins claire pour les camps auxiliaires où de semblables bâtiments n’ont pas été réellement observés, notamment dans les provinces germaniques. Si nous sommes certains de la présence d’hôpitaux –en témoigne notamment l’ostracon de Vindolanda 154– et de l’existence d’un corps médical, attesté par de nombreuses inscriptions, des édifices identiques à ceux des camps légionnaires font pour l’instant défaut. On a tenté de reconnaître des valetudinaria dans des bâtiments allongés à couloir médian ou à cour centrale (fig. 107), mais A. Johnson a fait remarquer, à juste titre, que de tels édifices pourraient être aussi bien des greniers ou des fabricae (Johnson 1987). C’est ainsi que le bâtiment 17 de Hofheim (phase II), à côté des principia, est désormais considéré comme un magasin et non plus comme un hôpital.

FIG. 107
Hôpitaux auxiliaires ? (Johnson 1987, fig. 121).

2.10 Les thermes

177MICHEL REDDÉ

178La pratique du bain fait partie des habitudes fortement ancrées dans la mentalité romaine, y compris chez les militaires, même lorsqu’il s’agit d’auxiliaires cantonnés dans un milieu géographique à priori peu favorable à l’usage thermal : dans le désert oriental d’Egypte, où l’eau constitue une denrée rare et précieuse, les petits praesidia tenus par l’armée comprennent des balnéaires, si l’on en croit l’exemple des fortins de Maximianon (Al-Zarqa) et de Didymoi (Khasm el-Menih) [Cuvigny 2003]. Il en va de même au Mons Claudianus, en pleine montagne, où les thermes du fort n’étaient sans doute pas réservés à la garnison, mais utilisés aussi par l’abondante population ouvrière des carrières qui vivait là, mêlée aux soldats (Peacock & Maxfield 1997). À Bu Ngem, dans le désert de Tripolitaine, les ostraca attestent à plusieurs reprises de l’existence de corvées ad balneum, ad aqua balnei, ad ligna balnei (sic) [Marichal 1992]. On comprendra donc aisément que, dans des conditions géographiques beaucoup plus favorables, les camps et castella des provinces gauloises et germaniques aient révélé très fréquemment des ensembles thermaux, même si une publication d’ensemble sur cette question fait toujours défaut et si les spécificités de ces édifices n’ont été observées que par un très petit nombre de spécialistes. Notre propos n’est pas de traiter ici en détail la question des bains gallo-romains mais de rappeler quelques particularités des thermes militaires.

179Observons tout d’abord, malgré ce qui vient d’être dit, que les camps précoces, sans doute parce qu’ils étaient construits en bois, éminemment inflammable, ne révèlent presque jamais de balnéaire dans l’enceinte même de la fortification. Ainsi, en Germanie inférieure, le premier exemplaire actuellement connu est réservé à l’hôpital de Neuss et n’est pas antérieur au règne de Néron. En Germanie supérieure toutefois, le grand ensemble thermal de Vindonissa est considéré comme claudien. Il est possible en revanche que de petites installations privées, utilisant des vasques transportables de bois ou de métal, aient existé dès l’époque augustéenne, sans doute à l’usage des officiers, notamment à Rödgen (Schönberger & Simon 1976 ; Hanel 2000). C’est donc sans doute à l’extérieur des camps qu’il faudrait chercher les thermes de cette période, près des portes, selon un schéma bien attesté dans les vici militaires de Germanie supérieure à partir de la fin du ier s. (Sommer 1988a) : on trouvera de telles installations à Oedenburg pour la période julio-claudienne, ou à Krefeld/Gellep pour l’époque flavienne précoce (Reichmann 1988). Il est vrai que les exemples attestés sont pour l’instant peu nombreux dans la mesure où les vici militaires julio-claudiens sont très mal connus et peu fouillés.

180Il existe peut-être quelques exceptions notables : les fouilles anciennes (1933-1935) de C. Simonett à Vindonissa ont en effet révélé, sous les principia ultérieurs, deux petites installations balnéaires successives, conservées en fondation, mais où n’existent pas d’hypocaustes (Simonett et al. 1934 ; Simonett 1936 ; Hagendorn et al. 2003) [fig. 108a]. On reconnaît en effet, dans le premier état, un foyer, un bassin en plomb –des restes de cuvelage et de rivets ont été observés– avec une évacuation d’eau où ont été mises au jour des gemmes qui, en elles-mêmes, peuvent constituer un bon témoignage de la fonction thermale de l’installation, et enfin un bâtiment tripartite, séparé du bassin mais très certainement en relation directe avec lui, bien que l’absence de niveaux de circulation conservés ne permette pas de conclusions définitives sur le plan. Ce premier état, daté au plus tôt vers 25, est fondé sur des sablières basses ; son élévation est à colombages. Un second état comprend des murs maçonnés et un petit sol de mortier de chaux. Le plan a subi un changement d’orientation entre les deux phases, mais le dispositif d’ensemble n’a guère varié dans ses grandes lignes. La présence de fondations ligneuses, même partiellement noyées dans la terre, surprend, mais peut s’expliquer si l’on considère que l’on chauffait l’eau à part et qu’on la vidait dans le bassin soit par portage, soit directement, à l’aide d’une canalisation qui n’a pas été retrouvée. Les risques d’incendie étaient donc limités. Les dimensions de ces installations ne permettent pas de penser que nous avons ici affaire à des thermes privés destinés au légat légionnaire, mais à un complexe collectif. P. Bidwell a suggéré l’existence de balnéaires de même nature à Anreppen et Marktbreit (fig. 108b, c).

FIG. 108
a Thermes précoces de Vindonissa (Hagendorn et al. 2003, fig. 94, 102) ; b thermes de Marktbreit (Bidwell 2002, fig. 4) ; c thermes d’Anreppen (Bidwell 2002, fig. 5).

181C’est donc surtout à partir du moment où les installations militaires ont été reconstruites en pierre –soit à partir des années soixante-dix, exception faite peut-être de Neuss– que l’on connaît des thermes à l’intérieur des camps légionnaires. Encore faut-il souligner que les balnéaires constituent bien souvent une construction chronologiquement secondaire, comme c’est le cas apparemment à Neuss (Hanel 2000). L’emplacement privilégié semble être la praetentura, notamment à Neuss, à Bonn, à Mirebeau, peut-être à Mayence, sans que cela exclue la présence d’un second ensemble thermal dans les latera praetorii, à gauche des principia (Neuss), ou à l’extérieur du camp, près de la porte prétorienne (Mirebeau). De tels ensembles occupaient une grande surface : 85 x 75 m (6 375 m2) à Neuss, dans le Koenenlager, soit 2,8 % de la superficie totale (Hanel 2000). En revanche, et en raison même de la taille des balnéaires, les castella auxiliaires de Germanie accueillent rarement des thermes à l’intérieur de l’enceinte, à l’exception d’éventuelles installations annexes de petite taille, à l’usage des officiers. Ces bains sont presque systématiquement installés à l’extérieur, dans le vicus, mais non loin des portes, avec une préférence pour la praetoria (fig. 109). Il existe toutefois quelques rares exceptions, notamment à Arlaines, où un ensemble thermal probablement flavien est situé à l’intérieur du camp, près de la porta principalis sinistra, dans le camp de la flotte de Cologne/Alteburg, selon une interprétation récente mais sans datation certaine (Hanel 2000). De tels exemples semblent toutefois se multiplier avec le temps, puisque l’on connaît des thermes intérieurs à Niederbieber, construits sous Commode derrière les principia, ou dans certains camps de Bretagne à l’époque antonine (Balmuildy) ou sévérienne (Bewcastle) [Johnson 1987]. D’un point de vue typologique, on rencontre essentiellement des thermes à plan linéaire (en allemand : Reihentyp), les plus nombreux, ou à plan orthogonal (en allemand : Blocktyp). Le plan symétrique des thermes de la XXIe légion, à Windisch, semble particulier mais s’apparente en réalité au plan linéaire, car il n’atteint pas le développement des thermes postérieurs doubles, comme ceux de Lambèse. Il n’est au demeurant pas toujours aisé de distinguer ces différents types de plans, souvent altérés par les reconstructions successives. Il nous paraît plus important de souligner la présence sur le limes de Germanie, mais aussi en Bretagne (Castell Collen) ou en Rétie (Theilenhofen), d’apodyteria (vestiaires) en bois, identifiables par la présence de trous de poteau qui forment une sortent de halle devant le frigidarium. Selon les dimensions de cette entrée, qui peut former une cour intérieure à portique, on peut parler d’apodyterium ou de basilica, sans doute avec fonction de palestre. De tels aménagements ont été reconnus notamment à la Saalburg et à Walldürn (Baatz 1973a ; 1978) [fig. 110].

FIG. 109
Emplacement des thermes à la sortie des camps auxiliaires de Germanie supérieure : a camps de cohortes et d’ailes ; b forts de numéros et autres petits fortins (Sommer 1988, fig. 18).

FIG. 110
Les thermes de Walldürn :
a phase 1 ; b phase 2, 1er état ; c phase 2, 2e état (Baatz 1978, fig. 22). A apodyterium, F frigidarium, P piscine, T tepidarium, C caldarium, S sudatorium.

2.11 Les latrines

182CHRISTIANE EBELING

183Dans toutes les fortifications utilisées par l’armée romaine à des fins militaires, on trouve la trace de toilettes, qu’il s’agisse de camps de légion, de forts auxiliaires, de petits fortins, de tours, de camps d’entraînement ou d’étape, ou de postes ayant une fonction particulière. En règle générale, les latrines peuvent être classées selon certains schémas, tant par leur construction que par leur localisation, mais leur installation était très variable et respectait les impératifs locaux.

184En ce qui concerne la situation dans le camp, on peut citer six localisations principales : la présence de latrines dans l’intervallum, les bains et les baraques est bien attestée ; en revanche, d’autres fouilles devraient être effectuées pour que l’on ait une connaissance suffisante des latrines dans les valetudinaria, les praetoria, les maisons des officiers et les principia. Il faudrait aussi accorder une plus grande attention à des édifices comme les fabricae ou les tours, dans lesquels on peut dans plusieurs cas trouver des indices de la présence de lieux d’aisances, mais en nombre trop réduit pour que nous puissions parler de localisations principales.

185S’agissant de la construction, il faut opérer une distinction entre trois types de toilettes : les latrines avec arrivée et écoulement d’eau (type I), les latrines avec arrivée ou écoulement (type II) et les latrines sans arrivée ni écoulement des eaux (type III). Les urinoirs et les pots de chambre constituent deux groupes particuliers dont il ne faudrait pas sous-estimer l’importance, mais dont nous ne pouvons tenir compte ici pour des raisons de place.

186Les latrines dotées d’un système d’arrivée et d’écoulement des eaux (type I) utilisaient, pour le nettoyage, une eau provenant de réservoirs ou de citernes, de canaux courant le long des rues du camp ou sous celles-ci, ou des thermes (fig. 111a). Dans la plupart des cas, l’eau était dirigée à une extrémité dans le canal de pierre qui traversait les toilettes, emportait les matières fécales et quittait les toilettes à l’autre extrémité du canal. À l’intérieur de la pièce, on peut, dans quelques cas, reconstituer la disposition des sièges, qui étaient sans doute le plus souvent en bois (fig. 111b). Pour le sol, on utilisait de grandes plaques de pierre ou du bois. La rigole creusée au sol, devant la rangée de sièges, ne paraît pas avoir été un élément permanent des règles de construction. On trouve des exemples d’auges en pierre, et on peut penser que des baquets ou des seaux de bois étaient utilisés. On doit supposer que les murs des latrines étaient crépis à l’intérieur ; parfois, ils semblent aussi avoir été ornés de motifs simples. Les latrines dotées d’arrivée ou d’écoulement des eaux (type II) sont en majorité des constructions de fosses de forme et de taille différentes ; il faut ici faire une distinction entre les fosses de latrines d’un côté, et les fosses d’aisances de l’autre. Dans une fosse dotée d’une arrivée d’eau, on trouve soit une fosse de latrines ayant la fonction de fosse d’aisances, le courant venant alors d’une source d’eau, soit une fosse d’aisances avec un accès d’eau provenant d’une fosse de latrines. Une fosse avec évacuation est toujours une fosse de latrines, l’écoulement pouvant mener vers la fosse d’aisances ou dans un canal qui mène les matières fécales hors du camp, par le biais d’un canal dans la route ou directement. Le mauvais état de conservation des structures complique ou interdit souvent leur identification. Les tentatives menées pour reconstituer l’intérieur des salles et les élévations, à l’aide de petits fossés, fosses et trous de poteau, ne peuvent, par la force des choses, déboucher que sur des propositions plus ou moins fondées. Parmi les latrines dépourvues d’arrivée d’eau ou d’écoulement (type III), on trouve des fosses et des baquets de types et de dimensions variées (fig. 112). Les réflexions sur l’intérieur et les élévations de ces toilettes sèches ne peuvent, elles aussi, avoir qu’un caractère spéculatif, ce qui n’amoindrit nullement la valeur des reconstitutions sous forme de maquettes. Ces trois types de toilettes pouvaient constituer un édifice indépendant ou être inclus dans un autre bâtiment.

FIG. 111
Bearsden. Latrine de type I : a plan de la latrine dans son contexte thermal (Breeze 1984, 51, fig. 23b) ; b reconstitution (Breeze 1984, 57, fig. 27).

reconstitution D. Breeze ; dessin M.J. Moore.

FIG. 112
Usk. Latrine de type III : a relevé et plan d’interprétation des vestiges (Manning 1981, 150, fig. 56) ; b reconstitutions (Manning 1981, 151, fig. 57, 152, fig. 58).

dessin D. Breeze.

187Le rapport entre la construction et l’emplacement des latrines au sein du camp n’est pas soumis à des règles rigides. Certaines spécificités apparaissent toutefois. La plupart des toilettes du type I se trouvent, pour des raisons évidentes, dans le secteur de l’intervallum et dans les thermes des forts. Mais, alors que dans les bains on choisissait presque exclusivement des toilettes lavées à l’eau, on trouve aussi dans l’intervallum des aménagements du type II et III. Par leur taille, les toilettes de l’intervallum arrivent en général en première position, celles des thermes en deuxième. En revanche, la forme de construction choisie n’implique pas de dimensions particulières ; on le voit à l’exemple des fosses du type III, qui peuvent équiper aussi bien de grandes latrines collectives que des petites toilettes individuelles. Dans les valetudinaria, on semble avoir préféré les latrines de type I à toute autre construction, mais les fouilles ne suffisent pas pour tirer des conclusions définitives. Dans les principia non plus, on n’a pas de situation univoque. Dans les praetoria et autres maisons d’officiers, on peut, plus que dans les principia, s’attendre sans doute à trouver des toilettes, et on y a aussi découvert toutes les formes de constructions. Un nombre considérable de latrines se trouvait dans les baraques, avant tout dans les bâtiments des centurions. Mais on en a également trouvé dans les contubernia, le secteur des vérandas et au voisinage direct des casernes ; les constructions du type II et III sont dominantes.

188Même pour les toilettes avec passage d’eau –ce qui n’implique d’ailleurs pas une circulation permanente de l’eau–, le nettoyage des latrines n’était sans doute pas une tâche particulièrement appréciée. On ne pourra pas dire en toute certitude si M. Longinus A[...], pour lequel un plan de service datant de la fin du règne de Domitien au sein de la legio III Cyrenaica (P. Gen. Lat. 1 recto V) porte entre autres la mention “stercus...”, était véritablement chargé de nettoyer les latrines –comme on le suppose généralement– et non, peut-être, seulement de sortir le fumier des écuries.

189Il n’existe pas de synthèse sur la question, en dehors du mémoire, inédit, de l’auteur de ces lignes (1990). On trouvera ci-dessous une liste sélective de sites, avec la bibliographie correspondante.

Sites germaniques

190• Degerfeld (D)
Latrine indépendante du type II dans l’intervallum ; fosse avec arrivée d’eau
(Jorns & Meier-Arendt 1967, 27).

191Oberaden (D)
Trois latrines indépendantes dans l’intervallum ; détermination du type incertaine
(Kühlborn 1992, 76-78).

192Valkenburg (NL)
Latrines du type II et III dans les bâtiments de centurions des baraques
(Glasbergen & Groenman-van Waateringe 1974, 9, fig- 3).

Autres sites

193• Bar Bill (GB)
(MacDonald & Park 1906, 48, 50 ; Keppie et al. 1978-1982, 62).

194• Bearsden (GB)
Latrine indépendante du type I dans l’intervallum
(Breeze 1984, 55-58).

195• Caerleon (GB)
Latrine indépendante du type I dans l’intervallum
(Boon 1972, 39-40 ; Nash-Williams 1931, 133-135).

196• Castlecary (GB)
Latrine indépendante du type I dans l’intervallum
(Christison et al. 1903, 318-324).

197• Chesterholm (GB)
Latrine indépendante du type I dans l’intervallum
(Bidwell 1985, 50-52).

198• Dover (GB)
Latrine indépendante du type I dans l’intervallum
(Philp 1981, 68, 87-89).

199• Exeter (G B)
Urinoir à amphores dans la cour située dans l’angle sud-est des thermes
(Bidwell 1979, 37, 64).

200• Hod Hill (GB)
Bâtiment indépendant près de la porte sud avec des pièces pour les ablutions et des latrines du type II, avec des tinettes sous les sièges
(Richmond 1968, 67, 86, 87).

201• Housesteads (GB)
Latrine indépendante du type I dans l’intervallum
(Bosanquet 1904, 249-252 ; Simpson 1976, 133-143 ; Smith 1976, 143-146 ; Mann 1989b, 1-4).

202• Künzing (D)
Latrine indépendante du type II dans l’intervallum
(Schönberger 1975, 26, 27).

203• Nanstallon (GB)
Latrine indépendante du type I (fosse avec trop-plein) dans l’espace à l’est du praetorium
(Fox & Ravenhill 1972, 77, 78).

204• Newstead (G B)
Latrine du type I près des thermes
(Curle 1911, 99, 100).

205• South Shields (GB)
Latrine indépendante du type I dans l’intervallum
(Miket [1983], 23, 25, 30, 31, 159, 160, 162).

206• Strageath (GB)
Urinoir à amphores avec écoulement dans Y intervallum
(Frere & Wilkes 1989, 80).

207• Usk (GB)
Quatre baraques indépendantes avec toilettes du type III, à différents endroits du camp
(Manning 1981, 125-127, 137, 146, 149-152, 159, 163-165, 190-193).

2.12 Les écuries

208EVELINE GRONKE

209Jusqu’à présent, il était impossible d’identifier avec certitude les écuries militaires puisque les preuves épigraphiques sur ce sujet font défaut aussi bien que les informations des auteurs antiques (Davison 1989 ; Sommer 1995a). Malgré cette difficulté, les résultats des fouilles archéologiques permettent de faire la distinction entre deux types d’écuries utilisées selon toute probabilité dans les camps permanents de l’époque impériale romaine (Grönke 1997). Seules des inscriptions relatives à ces bâtiments, qui donneraient une certitude sur leur utilisation en tant qu’écurie, permettraient d’écarter un dernier doute. Tous les camps possédaient probablement des stalles qui abritaient des animaux de selle, de trait et de bât, ainsi que de boucherie. Bien évidemment, dans les camps d’ailes ainsi que dans les camps d’unités équestres, il faut s’attendre à des écuries, bien qu’il ne soit pas exclu que les installations aient pu abriter aussi des animaux de bât, à savoir des mules et des bœufs (Davies 1989).

2.12.1 Les camps de marche

210Nous n’avons jusqu’à présent aucune preuve archéologique concernant les écuries dans les camps provisoires. Les auteurs antiques donnent quelques renseignements concernant l’abri des animaux de selle, de trait et de bât à l’époque républicaine et impériale. Quand la situation militaire le permettait, les animaux restaient sur les pâturages à l’extérieur des camps, où ils étaient surveillés par des soldats ou des palefreniers (César, BG VI, 36 ; Végèce III, 8). S’il fallait –en cas de guerre ou pendant la nuit– les amener à l’intérieur du camp (Tacite, Annales I, 66), les animaux de bât des centuries restaient entre les places d’armes devant les tentes et la rue avoisinante (ps.-Hygin 1). La largeur de cette bande de terrain à la disposition des animaux mesurait d’après Hygin 9 pieds romains (env. 2,70 m) ; la longueur se calcule en fonction du nombre des tentes de la centurie ; elle faisait ainsi 120 pieds (env. 36 m). Pour attribuer à chaque animal l’espace individuel nécessaire et éviter ainsi les bagarres, seuls deux animaux pouvaient rester devant une tente de 10 pieds (env. 3 m) de largeur. La longueur de chaque place mesurait 2,70 m, ce qui correspond aux dimensions recommandées aujourd’hui (fig. 113a).

211Les animaux étaient attachés (Tacite, Annales I, 66) et probablement disposés la tête vers les tentes afin que les soldats soient dérangés le moins possible par les excréments. Dans le cas où la troupe disposait de chameaux, Hygin (De mun. castr., 29) attribue à chacun une place de 5 pieds (env. 1,50 m) de largeur. Les stalles se trouvaient à des endroits différents : les animaux de selle des soldats à l’intérieur de la praetentura ; les animaux de bât à l’intérieur du quaestorium. Malheureusement, Hygin ne donne pas d’informations concernant les abris des chevaux de selle des ailes, des unités mixtes –dont faisaient partie des cavaliers– et des légions. On peut néanmoins supposer que ces animaux étaient abrités à proximité des cavaliers, en fonction de leur tâche, comme les animaux de bât et les chameaux.

2.12.2 Les camps permanents

212L’un des deux types d’écuries construites par les soldats romains se compose probablement de boxes disposés l’un à côté de l’autre et accessibles individuellement de l’extérieur (fig. 113b) ; quant à l’autre type, il s’agit d’écuries composées de deux rangs séparés au milieu par un couloir (fig. 113c). Les écuries du premier type peuvent être combinées avec des logements de troupes. Cependant, il convient d’examiner d’un œil critique toutes les découvertes à ce sujet puisque l’hébergement d’un grand nombre de chevaux dans une écurie fermée nécessite le respect d’une série de dimensions minimales quant à la largeur, la longueur, ainsi que la hauteur du bâtiment, car c’est seulement à cette condition que la santé physique et psychique des chevaux, ainsi que leur capacité de travail peuvent être conservées (Dixon & Southern 1992). Si l’on tient compte des exigences retenues par les manuels antiques pour la garde des chevaux, rien ne permet de dire que les écuries des camps permanents romains ne correspondaient pas aux conditions reconnues aujourd’hui comme nécessaires pour héberger sans danger des animaux, en réduisant le travail pour leur entretien. La taille des chevaux romains correspondait à celle des chevaux de petite taille d’aujourd’hui avec une hauteur au garot d’environ 1,40 m ou légèrement supérieure.

FIG. 113
a Disposition idéale des chevaux dans un camp de marche selon Hygin ; b disposition idéale des boxes, avec entrée par l’extérieur ; c types d’écuries à une et deux rangées.

dessin E. Grönke.

213On exige aujourd’hui (Schiele 1976), pour ces chevaux de petite taille, une longueur minimale du box ou de l’écurie de 2,60 m, sans compter la largeur du couloir, de 2,50 à 3,00 m s’il s’agit d’une écurie à une seule rangée. Pour les écuries à deux rangées, le couloir doit être large de 3,00 à 3,50 m pour pouvoir guider deux chevaux l’un à côté de l’autre sans aucun danger. Pour les écuries à une seule rangée, une entrée unique sur le côté étroit du bâtiment est suffisante, tandis que les écuries à deux rangées devaient avoir une entrée sur chaque petit côté. Les boxes des chevaux de petite taille nécessitent une surface minimale de 7 m2 ; si les animaux sont attachés, la largeur minimale du box doit atteindre 1,50 m.

214Pour les chevaux de petite taille, la hauteur intérieure de l’écurie doit être de 2,80 à 3,50 m. Une hauteur suffisante, ainsi qu’une bonne aération assurée par des grandes portes, des fenêtres ou des ouvertures dans le toit sont indispensables pour une atmosphère saine à l’intérieur de l’écurie. Sinon, les gaz nocifs tels que l’ammoniaque, l’acide sulfhydrique et le gaz carbonique attaquent les organes respiratoires des chevaux d’une façon incurable et rendent ainsi les animaux inutilisables (Hyland 1990 ; Junkelmann 1990 ; 1991). C’est pour cette raison que Végèce (Dig. art. mulomed. I, 56, 2-10) conseille d’éviter un trop grand réchauffement des écuries pendant l’hiver car plusieurs sortes de maladies naissent des émanations chaudes des chevaux eux-mêmes. Columelle (De re rust. I, 6, 6) prescrit de concevoir la disposition des écuries de telle façon que l’humidité qui s’est formée à l’intérieur puisse s’évacuer le plus vite possible. Les matériaux adaptés à la construction sont le bois, le torchis et la paille, parce qu’ils isolent bien, gardent la chaleur et, surtout, laissent passer la vapeur. Pour évacuer le purin, on peut imaginer des rigoles tout au long des boxes ou des stalles, qu’il faut nettoyer quotidiennement pour assurer une bonne évacuation. On peut également supposer des écuries sans évacuation du purin car une couche relativement épaisse de paille peut absorber l’urine. Le sol doit être légèrement élevé, sec, non glissant, imperméable et facile à nettoyer –ce que Xénophon (De equ. 4, 3) avait déjà recommandé. Végèce préfère un plancher de chêne dur pour les écuries (fig. 114).

FIG. 114
Reconstruction d’une écurie (Kemkes & Scheuerbrandt 1999, 85).

215Selon les efforts qu’il produit, un cheval de petite taille consomme entre vingt-cinq et quarante litres d’eau par jour, en plusieurs prises pendant la journée. Des puits et des bassins situés à proximité de l’écurie et où les chevaux pouvaient s’abreuver allégeaient ainsi le travail.

216Pour soigner, brider et seller les chevaux, monter sur l’animal ou en descendre, un assez grand espace à l’extérieur de l’écurie doit être à la disposition des hommes. Cette place doit être suffisamment grande pour que l’on puisse garder plusieurs chevaux l’un à côté de l’autre tout en respectant la distance minimale entre les individus –c’est-à-dire une longueur de cheval– et, en même temps, faire passer d’autres animaux à côté de ce groupe sans aucun danger. En outre, il faut disposer de suffisamment de place pour un tas de fumier à l’extérieur de l’écurie.

217À la fouille, les écuries composées de boxes accessibles depuis l’extérieur se révèlent par la présence de petits fossés perpendiculaires à l’axe des bâtiments rectangulaires, en bois ou à colombage, qui les abritent. Les fosses étroites et peu profondes que l’on trouve dans chaque pièce et qui occupent toujours presque toute la longueur de celle-ci, permettent d’interpréter ces pièces comme boxes d’écurie et peuvent être considérées comme un élément caractéristique. Les colorations des remblais de ces fosses, pauvres en matériel archéologique dans la majorité des cas et souvent, comme leur sol environnant, mêlées de calcaire, sont dues à l’humidité qui a été retenue pendant une assez longue période. Dans certaines fouilles archéologiques, on peut observer des taux parfois élevés de phosphate et d’azote, causés probablement par les excréments d’animaux. En 1977, on découvrit pour la première fois dans la partie méridionale et septentrionale de la retentura du camp d’aile de Dormagen (Germanie inférieure) des fosses de ce type dans quatre bâtiments. Dans la partie nord d’une baraque de 8,50 m de largeur, on mit au jour, entre deux sablières, des fosses de 0,60 à 0,90 m de long, profondes au maximum de 0,60 m, qui pouvaient être interprétées comme fosses à purin. Au-dessus de l’une d’elles apparaissaient des restes de planches. Le sol environnant avait une couleur gris-vert, parfois sur une profondeur de 0,50 m. Les analyses chimiques du contenu, entremêlé de calcaire, ainsi que la détermination botanique des restes de céréales permettent de conclure que ces bâtiments abritaient probablement des animaux. Dans la partie sud de la baraque, on découvrit des foyers. Le plan du bâtiment mis au jour correspond donc probablement à une utilisation mixte d’écurie et de baraque de troupes. Au nord, un deuxième bâtiment peut également être interprété comme baraque mixte utilisée comme écurie et logement en raison de la présence de fosses similaires et d’un foyer. La troisième baraque, d’une largeur de 5,80 m, est séparée en son milieu par un mur qui détermine deux pièces de 2,40 m et 3,20 m où se trouvaient également des fosses allongées, entremêlées de calcaire. On suppose que ce bâtiment ne fut utilisé qu’en tant qu’écurie. Un quatrième bâtiment, caractérisé par des fosses d’une largeur de 0,60 à 0,80 m, profondes de 0,50 à 1,00 m, ainsi que par la couleur verte du sol environnant jusqu’à un mètre autour des fosses, peut également être interprété comme une écurie. Les foyers découverts permettent de supposer une utilisation mixte en tant qu’écurie et logement des soldats. Malheureusement, les examens pédologiques n’ont été effectués que pour la première baraque. Si ces interprétations sont correctes, les animaux étaient abrités à l’intérieur des quatre bâtiments dans des boxes disposés l’un à côté de l’autre et accessibles depuis les rues qui longeaient le bâtiment. Les boxes mesuraient environ 4,00 m de long pour 3,40 à 4,00 m de large. Les écuries se trouvaient sur la via sagularis et sur les ruelles du camp ; ainsi, tous les boxes étaient facilement accessibles et la place devant ces boxes suffisait pour soigner et seller les animaux.

218Dans le camp d’aile de Ladenburg (Germanie supérieure), on a pu observer des baraques similaires avec des puisards qui ont été interprétés, sur la foi des exemples de Dormagen, comme des écuries. Dans les pièces (4,00 x 3,70 m), on découvrit des fosses d’une largeur de 0,30 à 0,50 m et d’une profondeur maximale de 0,50 m. Les remblais, de couleur verte, se composaient surtout de calcaire, de quelques déchets et de morceaux de charbon de bois. La coloration verte s’étendait sur le sol environnant et atteignait une profondeur de 0,50 m, avec une croûte superficielle dure. Dans l’une des baraques, un foyer se trouvait derrière chacune des pièces à fosses. À l’extrémité d’une baraque de la praetentura, une coupe permit de faire une découverte semblable ; en outre, on mit au jour les traces d’une couverture carbonisée, constituée de planches disposées perpendiculairement. Le taux de phosphate ne fut mesuré que dans trois fosses. Le contenu de l’une d’elles a révélé un taux faible, alors que le sol dans la zone environnante verte et celui sous le petit fossé révélaient en revanche un taux très élevé. Dans une autre baraque, les fosses ainsi que les zones vertes et le reste des pièces ont donné les taux les plus élevés. Le fouilleur suppose une utilisation mixte en tant qu’écuries et baraques de troupes (fig. 114).

219Dans le camp légionnaire d’Usk (Bretagne), dans le castellum précoce d’Augsburg (Rétie), et dans le fort auxiliaire de Carnuntum, en Pannonie (période en terre et en bois) ont été découvertes des fosses allongées de 0,20 à 1,30 m de large pour 0,70 m de profondeur à l’intérieur des baraques. Leur interprétation repose, là aussi, sur leur couleur et la texture de leur remplissage. L’analyse du taux de phosphate n’a été pratiquée qu’à Usk.

220Les installations, décrites comme “fossés de drainage, rigoles à purin, puisards d’écurie, à fumier ou à urine” posent certains problèmes : l’atmosphère de l’écurie devait être viciée par les gaz nocifs émanant des fossés ou puisards. Sans aucun doute, les fosses de ces écuries étaient recouvertes de planchers très robustes, en raison du poids des chevaux, et donc peu perméables. Pour éviter que les sols ne glissent ou ne pourrissent, ils devaient être recouverts d’une couche épaisse de litière, afin que seule une petite quantité de purin puisse s’écouler dans les fosses situées au-dessous. Celles-ci avaient donc pour fonction d’éliminer l’humidité restante sous le plancher en bois, et non de recevoir une grande quantité de purin. Cette conclusion est confirmée par la faible profondeur des fosses. Les écuries à un ou deux rangs de stalles disposées le long d’un couloir sont caractérisées par de longs bâtiments rectangulaires sans division visible, ou avec des divisions longitudinales ; on retient également comme caractéristique de ce type de bâtiment les fondations, puissantes pour des baraques, ce qui indique une hauteur importante.

221Les plans de trois baraques de bois, disposées parallèlement les unes aux autres, ont été relevés dans la partie méridionale de la retentura du camp de Maldegem/Vake (Belgique). La baraque du milieu se compose de deux parties d’une largeur de 6,50 m chacune. Au milieu de l’aile sud de cette baraque, une série de poteaux particulièrement puissants (diam. 0,40-0,60 m) disposés le long de la construction, a été mise au jour. Cette série de poteaux indique une hauteur élevée du bâtiment, où le fouilleur pense reconnaître une écurie. La largeur permettrait une disposition des animaux sur une rangée, le long d’un couloir large de 3 m.

222Au sud du camp situé sur le Kops Plateau, à Nimègue, on a relevé le plan de deux bâtiments composés d’un couloir central encadré de chaque côté d’une série de pièces étroites. La découverte d’un grand nombre de fragments de harnais de chevaux ainsi que de quelques fosses où étaient enterrés des chevaux fait supposer qu’il s’agit de deux écuries, avec une disposition des animaux sur deux rangées le long d’un couloir. À Niederbieber (Germanie inférieure), deux bâtiments avec des fondations de murs en pierres sèches ont été interprétés comme des écuries sans aménagements intérieurs, par opposition avec d’autres baraques qui, elles, doivent être considérées comme des logements de troupes en raison de leurs sablières et de leurs foyers disposés régulièrement. Le bâtiment le plus grand, situé à l’intérieur de la partie occidentale de la praetentura, avec une largeur de 9 m et une longueur de 70 m, disposait d’une large porte de 7 m donnant sur la via praetoria. Au sud se trouvait une fosse de 5,00 x 2,50 m interprétée comme dépôt de fumier. Dans ce contexte, la découverte la plus intéressante a été un bassin semi-circulaire en pierre, d’un diamètre de 7,10 m, situé entre l’écurie et la tour occidentale de la porta praetoria. Ce bassin, interprété comme abreuvoir, fermait la via sagularis en direction de la porta praetoria. La voie périphérique du camp revêtait ainsi l’aspect d’une place entre l’écurie et la fortification extérieure. Le deuxième bâtiment, mesurant 30,00 x 8,35 m, se trouvait à environ 9 m au sud de la via principalis et avait un accès sur la voie périphérique du camp, derrière la porte orientale. Les deux entrées, situées sur la façade occidentale et orientale du bâtiment, avaient une largeur de 7 m. Au sud de cette construction se trouvait une fosse, interprétée également comme dépôt de fumier. La largeur des deux écuries était –si l’on prend en compte les exigences d’aujourd’hui– suffisante pour une disposition des animaux sur deux rangs le long d’un couloir central.

223Dans la partie occidentale de la retentura de la Saalburg (Germanie supérieure), on a découvert des poteaux de bois d’un diamètre supérieur à 0,30 m, calés par des pierres et enfoncés dans des fosses de plus de 1 m de profondeur. Ils marquent ainsi le plan d’un bâtiment à colombages de 48,60 x 9,50 m, situé sur la voie périphérique du camp et la via decumana. Les dimensions particulièrement importantes des poteaux de bois sont l’indice d’une hauteur correspondante du bâtiment et fournissent un bon argument pour interpréter celui-ci comme une écurie à deux rangées de stalles. L’espace non construit de 6 m de largeur situé au nord du bâtiment et s’étendant jusqu’à la via sagularis pourrait avoir servi d’endroit pour seller les animaux.

224Dans la partie occidentale de la retentura de la période 2 du camp de numerus de Hesselbach (Germanie supérieure) ont été mis au jour les sablières de deux bâtiments de 14,30 x 5,30 m et de 14,60 x 4,00 m. Le fouilleur suppose qu’il s’agissait d’écuries en raison de leur emplacement sur la via principalis et sur la voie périphérique du camp, avec un accès direct à deux portes, à cause aussi de l’espace non construit situé le long de chaque côté des bâtiments, et surtout de la proximité immédiate d’un grand bassin. Supposant une disposition des animaux sur un rang, avec une largeur des boxes de 1,50 m, l’archéologue voit dans le bâtiment le plus large une écurie, tandis qu’il admet pour le bâtiment plus étroit une utilisation comme étable pour les animaux de bât. Au nord, à une distance d’environ 2 m, on a relevé, sur la via sagularis, le plan d’une construction de 8 m de long et 2,80 m de large qui peut être interprétée comme une remise.

225D’autres exemples d’écuries disposées le long d’un couloir ont été observés à Oberstimm, à Künzing et dans le camp d’aile de Biricianae (Weissenburg). On y a reconnu les substructions de baraques en bois ou colombages, larges de 8,50 à 10,50 m. À Oberstimm et Künzing, elles offraient une division longitudinale tripartite, avec un couloir médian large de 3,60 m, plus large que les rangées de boxes disposées de part et d’autre et dont la largeur variait entre 2,50 et 2,80 m. À Weissenburg, la présence de deux grandes surfaces cimentées parallèles, sans autre construction entre les baraques, plaide pour une interprétation comme écuries, d’autant que toutes les autres installations nécessaires à un camp sont connues. À Ilkley (Bretagne) ont été observés deux petits canaux qui traversent longitudinalement les deux moitiés, larges de 7 m, d’un même bâtiment ; on peut les interpréter comme des drains à purin. La présence d’une auge en pierre confirme l’idée d’une écurie. Les rigoles séparent, dans chacune des deux écuries, une série de stalles, larges d’environ 3,50 m, d’un couloir de 2 m. On peut ainsi supposer une disposition des animaux sur une seule rangée.

226Se pose alors la question de savoir combien de chevaux pouvaient être abrités dans les écuries des camps romains. Les fouilleurs supposent que les boxes accessibles de l’extérieur abritaient deux à trois chevaux par box. Si l’on suppose trois chevaux par box, l’espace individuel réservé à chaque animal serait insuffisant et les chevaux devraient être attachés pour éviter qu’ils ne se mordent. La ventilation, toujours insuffisante, en comparaison avec les écuries où l’on dispose les animaux le long d’un couloir, constitue un autre problème. Comme chaque animal contribue par l’émanation de gaz nocifs à la dégradation de l’atmosphère à l’intérieur de l’écurie, il convient de supposer que deux chevaux et non trois étaient abrités dans chaque box.

227La disposition intérieure des écuries à couloir n’est généralement pas connue. Il convient donc de partir de la disposition la plus simple qui consiste à attacher les animaux les uns à côté des autres et, pour la largeur de chaque place, du besoin théorique de l’animal. Pour les écuries modernes, on demande en ce qui concerne les chevaux de petite taille une largeur minimale de 1,50 m pour chaque stalle. En revanche, on suppose pour beaucoup d’écuries romaines des largeurs nettement moins importantes. Ces calculs reposent sur l’hypothèse que tous les chevaux d’une unité militaire étaient abrités à l’intérieur du camp. Mais un manque de mobilité peut être à l’origine de lésions irréversibles des jambes. En outre, les animaux ne s’allongent plus pour se reposer. Si la distance entre les animaux est trop restreinte, les chevaux devenus agressifs envers leurs congénères et envers les hommes peuvent représenter un véritable danger. Comme les animaux, choisis et formés avec soin pour le service dans l’armée, conditionnaient la disponibilité, la capacité et la survie des troupes équestres, on peut supposer que la cavalerie romaine se préoccupait d’un hébergement et d’un entretien convenables de ses animaux. Le nombre de chevaux d’une unité romaine ne peut être qu’estimé en raison de l’incertitude concernant le nombre de jeunes chevaux et d’animaux de bât. Si l’on estime pour une aile un nombre minimal de sept cents chevaux, ceux-ci ne peuvent être tous abrités à l’intérieur d’un camp comme celui de Weissenburg, même en supposant la disposition la plus serrée et en imaginant tous les espaces encore libres occupés par des écuries. À Strageath (Bretagne) qui abritait une cohors equitata, l’existence d’aucune écurie n’a pu être prouvée malgré une fouille exhaustive. On doit ainsi supposer que la majorité des animaux passaient leur temps libre sur des pâturages à proximité des camps. Tacite (Annales XIII, 55) indique du reste que le grand et le petit bétail étaient conduits par les soldats aux pâturages.

228Parmi les chevaux abrités à l’intérieur des camps dans les écuries se trouvaient probablement des animaux pour des missions imprévues. Pour des missions planifiées à l’avance, on amenait probablement dès la veille les chevaux nécessaires dans les écuries. Les chevaux malades qui ne devaient pas trop bouger et qui nécessitaient des soins particuliers étaient sans doute également abrités dans les écuries. C’était sans doute aussi le cas des animaux les plus précieux, comme ceux des officiers, qui passaient certainement la nuit à l’écurie.

2.13 Canabae et vici militaires

229C. SEBASTIAN SOMMER

230On ne peut concevoir l’armée romaine sans ses vivandiers (lixae, mercatores scorta vates denique sacrificosque, à la différence des calones, c’est-à-dire de la domesticité régulière). Leur existence est attestée depuis l’époque républicaine (Watson 1969). Alors que P. Cornélius Scipio Aemilianus et Q. Caecus Metellus Numidicus considèrent encore que leur présence nuisait à la discipline et à la morale (en 134 et 108 av. J.-C. : Appien, Iber. 85 ; Val. Max. II, 7, 1 ; Salluste, Bell. Jug. 44, 5 ; Tite-Live, Per. LII), ils sont de mieux en mieux acceptés au fil du temps et constituent, aux ier et iie s. ap. J.-C. –même si cela ne ressort guère des sources littéraires mais peut être déduit de l’observation archéologique et de la documentation papyrologique (Bowman & Thomas 1994 ; Cuvigny 2003)– une partie intégrante de tout site occupé par les troupes. En conséquence, on les considérera aussi et surtout, dans les premiers temps, comme des “profiteurs de guerre”. Avec l’introduction du métier de soldat professionnel, d’une armée permanente et de longs temps de service, une relation forte s’établit pourtant entre les soldats et les vivandiers. Ils n’exercent pas seulement des fonctions importantes dans le domaine “humain”, mais aussi dans l’approvisionnement des troupes. Bien que l’on manque de preuves directes, il devient de plus en plus clair qu’une grande partie des demandes supplémentaires de vivres, d’armes et de satisfaction des besoins personnels passait par les vici militaires et les canabae –mieux : une fraction en provenait directement. Le contexte de cette évolution était d’une part l’argent mis à disposition –solde et moyens officiels–, le désir qu’avaient les individus de le dépenser et le besoin de contacts humains, d’autre part le principe de l’offre et de la demande. Dans un premier temps, on observa avec méfiance les relations personnelles qui se développaient peu à peu, car elles entravaient la mobilité de l’armée. Il existait donc, pour les soldats, une interdiction de se marier (Dion Cassius LX, 24 ; BGUX, 114 et 140) ; cette mesure fut assouplie sous Hadrien, qui permit l’héritage des enfants illégitimes (BGUI, 140 ; V, 1210, 98-100). Les fouilles montrent que la réalité était différente et que les officiels en tenaient compte (Van Driel-Murray 1998 ; Speidel 1998). Mais cela ressort aussi, par exemple, du texte d’un tiers environ des diplômes militaires avant le milieu du iie s. ap. J.-C. On y lit en effet que les droits civiques n’était pas seulement accordés aux auxiliaires qui s’apprêtaient à quitter l’armée, mais aussi à leur famille : conubium cum uxoribus, quas tunc habuissent cum est civitas iis data aut, si qui caelibes essent, cum iis, quas postea duxissent, “(qu’ils reçoivent) le droit d’" intermariage " avec les épouses qui étaient les leurs au moment où le droit de cité leur a été donné ou, s’ils étaient célibataires, avec celles qu’ils ont épousées par la suite” (par ex. Roxan RMD 2-9).

231La situation se stabilisait lorsque les troupes érigeaient des camps en dur et que les vivandiers voyaient se dessiner une certaine permanence des sites. Cela valait dès lors la peine de faire d’assez grands investissements, sous forme de maisons solides et d’installations artisanales. En toute logique, à partir de la période d’Auguste au plus tard, il est plus facile de situer, grâce à l’archéologie, l’habitat des vivandiers.

232Le fait que les vivandiers suivaient une troupe, vraisemblablement leur troupe, même dans les situations de guerre, s’exprime d’une part dans la littérature –citons l’exemple des commerçants qui stationnent devant un camp d’hiver de César (BG VI, 36-37) ou celui “de nombreuses femmes, enfants et esclaves” qui suivaient les troupes de Varus et trouvèrent la mort en 9 ap. J.-C. en même temps que les soldats (Dion Cassius LVI, 22, 2). Mais c’est aussi ce que révèlent les fouilles de tombes. Rappelons ici, outre les zones de colonisation dans les provinces germaniques dont il est question dans cet ouvrage, les canabae situés devant les camps E et F, à côté de Masada, à l’époque des guerres juives.

233Nous y avons déjà fait allusion, en Occident, le lien étroit entre la troupe et les vivandiers peut être démontré surtout par l’archéologie. Un élément joue ici un rôle important : la constatation du fait que canabae et vici militaires apparaissent presque en même temps que la construction du fort dont ils dépendent. Autre fait significatif, les zones d’habitat ne connaissent qu’un développement limité et leurs dimensions sont fixées d’emblée, au moins pour ce qui concerne la longueur des parcelles bâties. À cela s’ajoute le fait que, dans les secteurs les plus reculés au moins, l’installation civile disparaît lorsque les troupes se retirent, ou encore que les phases, dans l’évolution de l’habitat, se déroulent dans une certaine mesure parallèlement aux phases de la vie interne du fort, rythmée par les relèves de troupes. En Angleterre, peut-être aussi dans le nord de la Germanie inférieure (Alphen) et parfois en d’autres lieux (Zunsweier), des parties essentielles des vici militaires paraissent avoir été intégrées aux annexes des camps. Tout cela témoigne d’une grande affinité entre une unité et ses soldats d’une part, les vivandiers de l’autre : au bout du compte, ceux-ci suivaient les déplacements des soldats d’un site à un autre. Le terme anglais de campfollower décrit parfaitement le comportement et la fonction des personnes évoquées ici (Sommer 1984). Lorsque l’on s’interroge sur l’origine des vivandiers d’un quartier déterminé, il faut donc aussi se référer au dernier site occupé par la troupe, aux sites antérieurs le cas échéant, et au secteur de recrutement des soldats en général, ou au lieu de recrutement individuel de tel ou tel soldat en particulier.

234Il est aujourd’hui certain que pratiquement chaque unité était accompagnée par des vivandiers. On trouve des zones d’habitat à côté de toute la gamme des castella romains, aussi bien des très petits fortins (par ex. Freiberg, au nord de Schirenhof, avec ses 0,3 ha de surface, ou Feldberg) que des grands camps auxiliaires et légionnaires. Leur taille dépend dans une certaine mesure de celle des forts ou, plus précisément, de l’importance de leur garnison, mais aussi de leur puissance financière –en toute logique, les vici militaires situés près des camps d’ailes semblent être plus grands que ceux qui abritaient de simples cohortes.

235Alors que le terme de canabae apparaît exclusivement à propos des zones d’habitation qui jouxtent les camps légionnaires, c’est l’expression de “vicus militaire” qui est utilisée par les modernes pour désigner l’habitat proche des camps auxiliaires. Mais les uns et les autres ne se distinguent pas fondamentalement dans leur fonction (Sommer 1998a). On peut cependant se demander s’il existe des différences de détail dans la mesure où les canabae, en raison de leur taille, d’un nombre sans doute suffisant de citoyens romains, du fait que le pouvoir y exerçait une influence directe, due au rang du commandant, mais aussi à cause de réalités financières certainement différentes, remplissaient des fonctions plus larges et avaient par conséquent des formes de construction plus nombreuses. Alors que les canabae legionis n’ont été traitées jusqu’ici de manière intensive ni dans le détail ni en tant que groupe d’habitat, nous ne parlerons ici que des vici militaires. Nous partons cependant du principe que les traits essentiels sont aussi transposables aux canabae.

236Manifestement, les vici sont orientés vers les castella (Sommer 1988). Ils semblent que leur plan de situation ait été prévu en même temps que le fortin et que les autres bâtiments militaires des environs. Le choix du site du castellum et son organisation étaient sans aucun doute déterminés par les exigences militaires et les données topographiques. La route d’accès au camp découle elle aussi de son intégration dans l’environnement local et, là encore, des données topographiques. En tenant compte de ces composantes, on planifiait la situation, la forme et la taille du vicus. Celles-ci apparaissent, par exemple, quand on considère la disposition des cimetières, communs au fort et au vicus, situés à une distance suffisante du fortin ; très significatif est aussi l’emplacement d’éléments essentiels du vicus par rapport au castellum –cela apparaît très clairement dans l’aménagement du site de Ladenburg– ; on observe en même temps que, d’ordinaire, les vici se situent surtout le long des routes menant aux portae principales ; on ne trouve de quartiers importants devant la porta praetoria que dans les cas où les thermes du castellum étaient eux aussi édifiés à cet endroit (Mirebeau).

237Dans le cas des vici de Germanie supérieure, mais aussi des autres provinces du nord-ouest, pour la Rétie, la Germanie inférieure et l’Angleterre, on peut distinguer actuellement trois plans types, conformément à ce qui vient d’être dit (Sommer 1999a).

  1. Le plan “à rue” : le vicus ou ses parties principales sont situés le long des routes de sortie du camp, par ex. Bad Wimpfen, Heldenbergen, Inheiden (fig. 115a), Ladenburg, Zugmantel.

  2. Le plan tangentiel : le vicus se situe le long d’un grand axe routier passant à côté du camp ; une bretelle établit la jonction avec celui-ci ; en règle générale, pareille disposition découle d’une situation topographique particulière du camp, le plus souvent sur un éperon rocheux, par ex. Sulz (fig. 115b).

  3. Le plan annulaire : le vicus se situe sur la face arrière du camp, le long d’une route en anneau qui contourne celui-ci à quelque distance, par ex. Niederbieber (fig. 116).

FIG. 115
a Vue aérienne d’Inheiden : restes du vicus de part et d’autre de la route menant au camp (type 1, "à rue") [cliché O. Braasch] ; b plan du camp et du vicus de Sulz (type 2, "tangentiel") [Sommer 1999b, fig. 2].

FIG. 116
Reconstitution du vicus de Niederbieber (type 3, "annulaire") [Cüppers 1990, fig. 48],

238Il ne fait aucun doute que la forme “à rue” est le schéma le plus souvent rencontré pour les vici des provinces du nord-ouest. Le fait remarquable est qu’en général, les premières maisons s’y trouvent de l’autre côté des fossés du fort. En revanche, dans un vicus tangentiel, les bâtiments, pour des raisons topographiques, respectent le plus souvent une certaine distance avec le castellum. À la différence de ces deux premières catégories, les édifices d’un vicus de type “annulaire” pur respectent toujours une distance considérable avec les fossés –jusqu’à 100 m. Il ne s’agit pourtant pas d’un glacis, au sens où ce mot suppose un espace laissé libre pour des raisons défensives, mais d’un espace libre servant de terrain de manœuvre pour des chevaux, et qui était intégré d’emblée aux plans du castellum et de son environnement. Cette affirmation résulte de deux constatations : les vici du type “annulaire” se rencontrent exclusivement près des forts occupés par des cavaliers (alae et cohortes equitatae) et certaines parties du vicus peuvent aussi atteindre les fossés (Niederbieber, au sud-ouest).

239Il est cependant rare que l’on rencontre ces types sous leur forme pure. L’extension du type 2 “tangentiel” par le biais d’une zone d’habitat qui, par son implantation le long de la route menant à la porte la plus proche du camp répond au type 1 “à rue” (par ex. Butzbach : fig. 117) est fréquente, tout comme, pour les zones d’habitat ancien, la jonction de deux ou trois quartiers “rues” (type 1) par un segment annulaire de type 3 (par ex. la Saalburg, Stockstadt am Main, Zugmantel). De la même manière, dans les zones d’habitat annulaire, on observe des extensions le long des routes venant de l’extérieur (type 2) : par ex. Niederbieber ; il arrive aussi que le type “annulaire” s’applique uniquement à deux ou trois côtés du fort. Au-delà des éléments formels liés au type, on retrouve une grande place dans de nombreux vici, peut-être même dans tous, au moins pour le type “à rue” (la Saalburg, Zugmantel, Ladenburg, Heddernheim [fig. 118 : Forum] et, comme on l’a découvert depuis peu, Rottweil III, devant la porta praetorid). Des places de marché apparaissent régulièrement devant la porte principale du camp, souvent orientées vers les thermes, et constituent, du point de vue topographique et fonctionnel, le maillon reliant le camp et le vicus. De grands édifices –temples ou bâtiments de surveillance du marché–, la présence de maisons avec leurs façades ouvertes, normalement accompagnées de portiques, orientées vers la place, et une planification claire permettent de penser qu’il s’agissait de places centrales de marché destinées aux habitants des vici, aux soldats et aux officiers.

FIG. 117
Plan schématique du vicus de Butzbach (Baatz & Herrmann 1982, fig. 173).

FIG. 118
Plan de
Nida (Heddernheim) [Wenzel 2000. pl. h.t.].

240En matière d’architecture, on ne peut distinguer vici militaires et vici purement civils (Sommer 1994). La forme dominante des édifices, dans les deux cas, est ce que l’on appelle la “maison longitudinale” (allemand : Streifenhaus, anglais : striphouse) [fig. 119]. Sa forme est pour l’essentiel celle d’un long rectangle, ouvert sur la rue ou séparé de celle-ci par une barrière légère, couvert d’un toit allongé, avec une distribution intérieure aisée à modifier (Kaiser & Sommer 1994, 306, 392). Le long des routes principales au moins, on trouve régulièrement des portiques reliés à la maison. Cette forme de construction favorise une utilisation multifonctionnelle et modulable, à la fois pour les pièces d’habitation –au milieu de la maison et dans un premier étage éventuel–, pour le commerce et les services (sur rue) et pour l’artisanat (sur cour) : en particulier à Bad Wimpfen, Walheim, Heldenbergen et Ladenburg. Des particularités régionales sont perceptibles mais pas encore suffisamment étudiées, comme par exemple la présence de caves situées sous la façade ou le portique dans le nord de la Germanie supérieure (Sommer 1999b). Au fil du temps, les choses semblent avoir évolué, en l’espèce, de bâtiments de taille relativement petite (Asperg) vers des bâtiments toujours plus allongés, pouvant atteindre 25 m et plus (par ex. Butzbach, Heldenbergen, Ladenburg, Zugmantel, la Saalburg). On doit noter la densité de l’urbanisme, parfois même avec des murs mitoyens (par ex. Heldenbergen, Ladenburg, Zugmantel). La largeur des bâtiments dépend de la taille des parcelles. Celles-ci s’allongeaient le plus souvent vers l’arrière ; on y créait des espaces réservés aux activités artisanales, notamment dans le domaine de la poterie, de l’alimentation et de l’hygiène –puits et latrines–, et sans doute des enclos pour le petit élevage et la culture maraîchère (par ex. Bad Wimpfen, Heldenbergen, Ladenburg, la Saalburg). On ne trouvait que dans les zones d’habitat très denses des parcelles très réduites vers l’arrière (par ex. Stockstadt am Main, Butzbach).

FIG. 119
Plans de "maisons longitudinales" (Kaiser & Sommer 1994, fig. 263). Ladenburg/Kellerei : a côté ouest, phase 2b ; b côté ouest, phase 3b ; c bâtiment C4 ; d bâtiments F et G4 ; e Bregenz ; f Walheim, bâtiment 10 ; g Wimpfen ; h Zugmantel ; i Zugmantel ; j Heldenbergen, maisons C-E.

241Sur les grands sites, on rencontre toujours des bâtiments aux plans plus complexes et des bâtiments spéciaux (Neckarburken, la Saalburg, Oedenburg). Les surfaces étudiées sont cependant, à ce jour, beaucoup trop petites pour que l’on puisse appréhender tous les aspects de ce problème. De la même manière, le rapport entre les zones privées et les bâtiments ou terrains publics ou semi-publics, comme les temples, les mithraea, etc., est encore peu clair aujourd’hui (par ex. la Saalburg, Stockstadt). Au total, les vici donnent l’image de quartiers denses orientés vers leur camp, avec des façades de maison alignées, au moins le long des routes principales. Peu importe ici de savoir s’il s’agissait de bâtiments en bois ou à colombages, comme c’était régulièrement le cas au début de la création d’un quartier d’habitation, ou bien d’édifices en pierre.

242La densité de l’urbanisme rendait indispensable le respect de règles lors de l’aménagement. Différentes inscriptions indiquent qu’il existait des associations et vraisemblablement une administration interne (yeterani consistentes, vicani consistentes, éventuellement magistri, curam agente ou autres). L’armée exerçait sans doute aussi une certaine influence sur les questions essentielles. Les résultats des fouilles –notamment l’absence d’uniformité, les largeurs différentes des parcelles et les spécificités de la construction des bâtiments et de leurs détails– plaident cependant contre l’idée que l’armée ait pu se charger de l’organisation des lieux. En tout cas, à Ladenburg par exemple, on peut conclure à l’existence d’une frontière bien délimitée entre l’espace public et l’espace privé, sur la ligne située entre le portique et le bâtiment proprement dit, et l’on peut conclure qu’il existait des règles d’emprise sur une limite de parcelle déterminée –seules les limites de parcelles situées vers les voies cardinales paraissent avoir été soumises à l’emprise du riverain. Par ailleurs, il est vraisemblable que l’on ne pratiquait pas l’arpentage in fronte, mais in agro, ce qui rend probable l’existence d’une sorte de cadastre assurant la continuité des parcelles, même de formes irrégulières, à travers les phases d’occupation successives, souvent ponctuées par de grands incendies.

243Pour conclure, il faut rappeler que beaucoup des vici ont, après le retrait de l’armée, connu une évolution qui en a fait des centres purement civils. Mis à part un recul partiel de l’habitat, dû au départ d’une partie de la population en même temps que de l’armée, les structures des anciens vici et le découpage en parcelles ont souvent été repris pratiquement à l’identique et prolongés (Bad Wimpfen, Heddernheim, Heldenbergen, Ladenburg, Walheim).

2.14 Camps d’étape et camps d’entraînement

244SIEGMAR VON SCHNURBEIN

245Avant que ne se mette en place, sous Auguste, l’armée romaine permanente, la règle, sous la République, était d’installer, pendant les campagnes militaires, des camps dont la vie était parfois très brève, parfois plus longue (Fischer 1914) ; Polybe en donne au iie siècle av. J.-C. une description classique (VI, 27-42). Il s agit d’un camp pour deux légions et leurs alliés (socii), au iie s. av. J.-C., une époque où les camps durables n’existaient pas, faute d’armée permanente (fig. 120). J. Pamment Salvatore (1996, 5-20) a dressé un bilan des différentes interprétations du texte de Polybe. Dans le De Bello Gallico de César, on mentionne très fréquemment ce type de fortifications (BG I, 21, 1 ; 28, 1 ; V, 49, 7) ; on parle également souvent des camps que Varus a fait dresser avant et pendant la bataille dans la forêt de Teutoburg (Dion Cassius LVI, 21 ; Tacite, Annales I, 61, 2) et de ceux que Germanicus a fait construire (Tacite, Annales I, 50, 1-2 ; 51, 4 ; 63, 5.7 ; 67, 1). Les principales sources pour l’époque impériale sont ps.-Hygin, Liber de munitionibus castromm, et Végèce (notamment III, 8). Le texte d’Hygin permet de dessiner le schéma de base d’un grand camp d’étape (fig. 121). Mais il est inhabituel dans la mesure où il est calculé pour les tentes de trois légions, quatre cohortes prétoriennes et un nombre indéterminé de corps auxiliaires, et constitue donc un cas exceptionnel. Les termes techniques et le principe fondamental ont en revanche une portée générale, et une bonne partie des notions peuvent être transposées aux camps fixes et construits en dur. A la différence de ceux-ci, les camps d’étape d’Hygin n’ont pas de principia : ceux-ci sont remplacés par un quaestorium, dont les fonctions administratives sont celles que remplissent les principia des camps fixes.

FIG. 120
Le camp de marche selon Polybe. Il s’inscrit dans un carré de 600 m de côté (Johnson 1987, fig. 15).

FIG. 121
Le camp de marche selon Hygin 737 (Lenoir 1979, pl. h.t.).

dessin G. Monthel.

246Chez ps.-Hygin (48) et chez d’autres, on trouve le terme de munitio aestivalium pour le camp d’été ; on rencontre aussi fréquemment le terme d’aestiva castra (par ex. Tacite, Annales I, 16, 2 ; ps.-Hygin 45). Les deux termes désignent des camps bâtis et occupés pour une courte période. On les appelait “camps d’été” parce que, dans l’Antiquité, on ne faisait la guerre en hiver que dans des cas exceptionnels. Les lieux où la troupe séjournait en hiver s’appelaient par conséquent hiberna castra ou encore hibemacula (Baatz 1985). Les camps d’étape, que les troupes en déplacement construisaient d’abord pour le court terme, devaient être réaménagés et renforcés lorsque la situation militaire changeait. Ils pouvaient ainsi se transformer en un camp occupé pour une longue période (castra stativa) [Tite-Live XXXIII 36, 7 ; XXXVII 33, 6 ; César, BG III, 37, 1]. À l’inverse, la situation militaire pouvait exiger qu’un camp d’abord prévu pour fonctionner à long terme fût évacué avant l’heure (BG III, 1-6). Dans les camps édifiés pour une brève période, on dressait uniquement l’enceinte fortifiée et les troupes étaient logées dans des tentes. D’un point de vue archéologique, il est donc pratiquement impossible d’établir dans quelle situation tactique effective a été construit un camp de ce type. La recherche donne par conséquent le nom de “camp d’étape” à tous les camps dans lesquels on ne trouve pas trace de bâtiments intérieurs, et dont l’enceinte n’était pas construite sous forme de murs en bois et en terre pourvus de portails. Seules la largeur et la profondeur du fossé du camp permettent, lorsque c’est possible, d’émettre des hypothèses sur la durée de vie de ces camps : une nuit, quelques jours, peut-être même quelques semaines. Les mesures du fossé dépendaient beaucoup, bien sûr, de la nature du sol. Mais comme nous savons, grâce par exemple aux indications de César, à quelle vitesse extraordinaire une troupe bien entraînée pouvait creuser des fossés larges et profonds ou édifier de hauts remparts, ce type d’estimation devient problématique (BG II, 5 : mur de 12 pieds de haut, fossé de 15 pieds de large ; VIII, 9 : mur de 12 pieds de haut, deux fossés de 15 pieds de large). Végèce (III, 8) cite, à propos d’un camp d’étape installé pour une nuit, un fossé de 5 pieds de large et de 3 pieds de profondeur, avec un rempart de terre accumulée, dressé à l’arrière du fossé. Ps.-Hygin (49) explique très clairement que la sécurité d’un camp d’étape (camp d’été) pouvait être assurée par un fossé, un mur, une palissade, des armes ou une digue, en fonction de la nature du terrain et du matériau dont on disposait. Végèce (III, 8) rapporte les mêmes faits. Du point de vue archéologique, on ne peut prouver l’existence d’un camp de ce type que dans la mesure où un fossé assez profond a été creusé ou si l’on a conservé un mur ou une digue. Du point de vue de la technique de construction, ce type de fossés, naturellement, ne se distingue pas de ceux des camps permanents. Lorsque le sol s’y prêtait, les fossés pouvaient avoir des pentes beaucoup plus abruptes qu’à l’ordinaire, ce dont on a des témoignages avec le Feldlager de Haltern et le camp d’étape de Dorlar (Schnurbein & Köhler 1994) [fig. 122],

FIG. 122
Fossés du camp de marche de Dorlar (Schnurbein & Köhler 1994,197, fig. 3).

247Seules certaines circonstances permettent de faire la différence entre les camps d’étape et les camps dits “d’entraînement”, que les armées permanentes semblent avoir construits pendant les manœuvres. Végèce (I, 25-27) mentionne ce type de manœuvres (ambulatio), censées se dérouler trois fois par mois et au cours desquelles on s’exerçait aussi et spécialement à la construction de camps. Appien (Iber. 86) mentionne des faits analogues, et l’on connaît la fameuse inscription de Lambèse dans laquelle Hadrien, dans sa critique des manœuvres, fait l’éloge du camp d’entraînement construit par la troupe (Dessau 2487). On peut identifier les camps d’entraînement en tant que tels uniquement dans les cas où, par exemple aux environs d’un grand site militaire, on trouve dans un secteur étroitement délimité une quantité de fossés régulièrement disposés. On a découvert des lieux de manœuvre de ce type dans différents sites, à proximité de Vetera (fig. 123) [Horn 1987, 332-334] et de Bonn (Horn 1987, 606-607). L’exemple le plus connu est celui des environs de Llandrindod, au pays de Galles, où l’on a découvert toute une série de camps en miniature mesurant seulement entre 14 x 14 m et 35 x 32 m. Ils prouvent que l’on s’est spécifiquement entraîné à la construction de claviculae et de titula (Nash-Williams 1969, 126 sq.) ; il s’agit ici du terrain d’entraînement des troupes du castellum auxiliaire de Castell Collen, situé à proximité.

FIG. 123
Traces des camps d’exercice d’Alpen/Veen, au sud-est du camp légionnaire de Vetera (d’après Horn 1987, fig. 280).

248Il devait donc exister un grand nombre de camps d’étape en Gaule et en Germanie, jusqu’à l’Elbe, depuis les guerres de César. En revanche, très peu ont été confirmés à ce jour par les fouilles. Grâce à l’archéologie aérienne, on n’a cessé de découvrir ces dernières années des fossés carrés ou rectangulaires (par ex. Neujahrsgruss 1998, 81-82). Tant qu’ils ne sont pas datés en toute certitude par des fouilles, on ignore si l’on peut les attribuer à l’armée romaine. En revanche, on a découvert en Angleterre, en Autriche et en Slovaquie, ces dernières décennies, un nombre particulièrement important de traces de camps romains par observation aérienne (Welfare & Swan 1995 ; Tejral 1999).

Exemples de camps de marche

  • Bad Nauheim, 14 ha, datation ? (Kull 2003, 277-279).

  • Dorlar, 21 ha, augustéen (Schnurbein & Kôhler 1994, 193-203).

  • Ermelo, 8,6 ha, 2e moitié du IIe s. ap. J.-C.

  • Francfort/Heddernheim, différentes dimensions, Flaviens-Trajan.

  • Estissac, 13,4 ha, datation ?

  • Haltern
    – Feldlager, 36 ha, augustéen (Schnurbein 1974, 39-41 ; Kühlborn 1995, 86).
    – Ostlager, au moins 20 ha, augustéen (Kühlborn 1999, 6-12).

  • Heldenbergen I, au moins 8,5 ha, domitianique.

  • Holsterhausen, dix camps ?, augustéen (Ebel-Zepezaner 2003).

  • Kneblinghausen, 7,5 ou 10 ha, peut-être augustéen. Depuis longtemps, on débat de la chronologie de ce site, occupé très peu de temps. On l’a daté de l’époque flavienne en raison de sa clavicule, mais la découverte récente de clavicules à Alésia peut suggérer désormais une datation augustéenne (Kühlborn 1997, 102-104).

  • Marktbreit/älteres Lager, env. 9 ha, augustéen Pietsch et al. 1991,263-324.

  • Neuville-sur-Vannes, 12 ha, datation ?

  • Petange/Le Titelberg ? 12 ha, interprétation incertaine, augustéen précoce (Metzler et al. 2000, 438, fig. 7).

  • Waldgirmes, 2,9 ha, augustéen (Becker & Rasbach 2003, 156).

  • Wederath, 2,2 ha, 1re moitié du Ier s. ap. J.-C. (Oldenstein 2000, 23-28).

2.15 Les ouvrages linéaires

249MICHEL REDDÉ,

250avec la contribution d’EGON SCHALLMAYER

251L’armée romaine a mis en œuvre, au cours du temps, un certain nombre d’ouvrages linéaires conçus comme des barrières destinées à contrôler ou interdire tout passage. Les circonstances et les objectifs pouvaient être fort divers selon qu’il s’agissait de fortifications de campagne, comme on en rencontre lors de la bataille de l’Aisne à Mauchamp, de siège, comme à Alésia, de protection locale pour barrer une vallée, comme la Sibyllenspur, ou de frontière, comme le limes lui-même (Napoli 1997a). Malgré ces différences de fonction, leur nature même et leur mise en œuvre architecturale rapprochent ces différents types de travaux et justifient qu’on les traite dans un chapitre commun. Ils ne sont au demeurant pas propres à ce secteur de l’Empire et doivent être considérés à la lumière de comparaisons élargies à d’autres secteurs géographiques.

2.15.1 Les fortifications de campagne

252Nous appelons ainsi les retranchements réalisés par un officier à l’occasion d’une bataille particulière, de manière à interdire un mouvement de l’ennemi et à protéger ses propres troupes, voire à favoriser les déplacements de ses unités en les mettant à l’abri d’une attaque inopinée. Pendant la guerre des Gaules, ce type d’ouvrage est attesté à plusieurs reprises : à Mauchamp, lors de la bataille de l’Aisne, en 57, “César fit creuser en protection, des deux côtés de la colline, un fossé transversal (transversam fossam) d’environ quatre cents pas, et, à l’extrémité des fossés, il établit des redoutes (castella), où il plaça des pièces d’artillerie afin que, la ligne de bataille une fois constituée, les ennemis, auxquels le nombre donnait un tel avantage, ne puissent pas envelopper les siens par les versants au cours du combat” (BG II, 8). Les ouvrages césariens ont été repérés archéologiquement lors des fouilles du second Empire et confirmés par la photographie aérienne. Des fouilles modernes seraient toutefois nécessaires à Mauchamp.

253Lors de l’épisode de Gergovie, César construisit un système de protection linéaire destiné à relier le grand camp au petit camp d’assaut pour sécuriser les mouvements de ses troupes : fossamque duplicem duodenum pedum a maioribus castris ad minora perduxit, ut tuto ab repentino hostium incursu etiam singuli commeare passent. “Il relia le petit camp au grand camp par un double fossé de douze pieds de large, afin que même des hommes isolés pussent aller de l’un à l’autre à l’abri des surprises de l’ennemi” (BG VII, 36). On considère d’ordinaire que ce type de défense porte le nom de brachium –mais César lui-même n’utilise jamais ce mot technique– et qu’il se distingue d’une fortification classique en ce sens que le fossé est situé du côté interne, ami, alors que la levée de terre, éventuellement surmontée d’une palissade, est rejetée du côté externe, ennemi (Matherat 1941 ; Rebuffat 1981). 11 s’agit donc d’une sorte de tranchée protégée. Les fouilles de Napoléon III sont réputées avoir repéré ce dispositif, mais les recherches plus récentes n’ont pu observer qu’un seul fossé. Bien que mis en œuvre à l’occasion d’un siège, cet ouvrage linéaire n’est pas à proprement parler destiné à l’investissement de la place ; il est bien, en ce sens, une fortification de campagne.

254On est sur un terrain moins ferme avec les ouvrages de Nointel, dans l’Oise, fouillés avant la seconde guerre mondiale par G. Matherat, dans la mesure où la publication en a été très insuffisante et où l’interprétation des vestiges est fort discutable (Matherat 1936 ; 1937 ; 1943). En 51, lors de la seconde campagne contre les Bellovaques, César établit un camp sur une hauteur que G. Matherat a voulu reconnaître aux environs de Nointel. Le  plan, très général, montre le “camp de César” au Bois des Côtes, avec une ligne défensive continue, bordant à l’ouest des marais qui séparent les Romains de la position des Bellovaques (fig. 124). Une série de camps jalonnerait cette fortification dont aucun rapport de fouilles digne de ce nom ne rend réellement compte, l’auteur se contentant d’une description théorique où se mêlent des observations archéologiques non localisées et une réflexion sur les textes antiques. La question devrait être entièrement reprise sur le terrain.

FIG. 124
Les "retranchements de César" à Nointel (d’après Matherat 1943, fig. 1).

2.15.2 Les fortifications de siège

255Les fortifications de siège, pour l’époque antique, sont souvent mieux connues par les textes que par l’archéologie ; éphémères par nature, elles ont généralement laissé assez peu de traces, à l’exception de grands sites comme Numance, Masada ou Alésia. Ce dernier site est aujourd’hui le mieux connu, en raison des fouilles intensives qui y ont été menées, tant sous le second Empire que dans les années 1991-1997. Sans revenir sur la description des ouvrages césariens que l’on trouvera ci-dessous, il convient de la replacer ici dans son contexte général.

256Il existe deux manières de prendre une ville : l’assaut de vive force ou le siège. Devant Avaricum, c’est la première manière qui est employée car le terrain, dit César (BG VII, 17), interdisait de construire une “circonvallation”, terme technique qui désigne la ligne d’investissement, contrairement à l’usage erroné qu’en a fait Napoléon III pour nommer la fortification extérieure destinée à protéger César de l’armée de secours gauloise (Reddé & Schnurbein 2001, I, 492). Ainsi, devant Bourges, où une zone de marécages interdit l’investissement, il faut se résoudre à l’assaut, et le proconsul fait édifier un agger, c’est-à-dire ici une terrasse boisée dont le front avance progressivement vers le rempart, à hauteur de celui-ci, grâce à la protection qu’offrent aux soldats des vineae, mantelets de bois, sans doute en forme de galerie mobile, installés sur le terrassement. On construit ensuite des tours, qui seront roulées au moment de l’assaut sur la plate-forme ainsi constituée (BG VII, 17). Le scénario est classique et se rencontre à plusieurs reprises dans les ouvrages de poliorcétique antique (Schulten 1927 ; Garlan 1974). On citera un autre cas, en Gaule même, pendant la guerre civile cette fois-ci : le siège de Marseille, qui obéit aux mêmes règles, et pour lequel César emploie les mêmes expressions (BG II, 2, 2). La différence entre les deux épisodes tient au fait que les Marseillais connaissent bien eux-mêmes les techniques de poliorcétique et répliquent infiniment mieux que les Gaulois. Les Césariens sont ainsi obligés de construire des galeries solidement blindées pour s’approcher des remparts, et surtout de dresser des tours d’approche beaucoup plus fortes, avec des plates-formes couvertes de briques et de mortier, des matelas pour amortir les projectiles et des mantelets de nattes pendant tout autour de la tour (BG II, 2, 8-9). Mais, dans tout cela, il n’est rien que la science hellénistique n’ait déjà inventé. C’est encore une technique du même genre qui est employée lors du siège d’Uxellodunum, cette fois-ci pour empêcher les assiégés de s’approvisionner en eau (BG VIII, 41).

257L’alternative, quand on le peut, est de bloquer la place par un ouvrage continu, interdisant toute sortie des assiégés. Là aussi, le schéma alisien répond à une technique bien éprouvée, déjà mentionnée dans les textes hellénistiques mais dont le meilleur exemple antérieur est celui de Numance. Comme Scipion en effet, et conformément à un usage bien établi, César dispose ses camps en couronne autour de la ville assiégée, les deux camps principaux (B et C) étant placés en vis à vis, de part et d’autre. Comme Scipion, il relie ensuite ses propres défenses par une fortification continue, composée d’un rempart jalonné de tours et protégé par des fossés. Le reste est affaire de détail : la nature des matériaux employés, la distance entre les tours, le nombre des fossés, le type des pièges qui protègent les glacis.

258D’une manière générale, on observera que les systèmes défensifs d’Alésia ne diffèrent en rien de ceux que l’on peut connaître ailleurs ; tant les obstacles en élévation –remparts, tours– que les obstacles en creux –fossés– sont conformes à ce que l’on attend (Reddé & Schnurbein 2001). 11 en va de même des pièges, qui répondent à des techniques connues dès l’époque hellénistique : les cippi, déjà décrits par Polybe (XVIII, 18, 5-18), mais aussi les chausse-trappes, les paliures ou les tribuli (épines métalliques) préconisés par Philon de Byzance sur les glacis armés (A, 70-74), près de deux siècles avant la guerre des Gaules. Des lilia, identiques à ceux d’Alésia, se retrouvent à Rough Castle, sur le mur d’Antonin. D’autres apparaissent désormais à divers endroits au pied du mur d’Hadrien (Bidwell 2005). Si, dans l’ensemble, ces pièges sont mal connus sur le limes de Germanie, c’est souvent qu’ils n’ont pas fait l’objet d’une recherche intensive. Le schéma tactique d’Alésia se retrouvera d’ailleurs ultérieurement, lors du siège de Pérouse par les troupes d’Octavien, en 36 av. J.-C., ou devant Masada. La grande différence réside plutôt dans la présence, à Alésia, d’une seconde ligne tournée vers l’extérieur, de même nature que la première, car César était lui-même menacé sur ses arrières. D’un strict point de vue architectural, cette ligne s’insère parfaitement dans les canons classiques et ne diffère de la précédente que par des détails. Constituant avec la ligne intérieure un étroit couloir fortifié qui reliait entre eux les postes romains (camps et castella), elle rappelle, en ce sens, le dispositif des longs murs entre Athènes et le Pirée, mais avec un objectif totalement différent.

2.15.3 Les barrières linéaires locales

259L’existence de barrières fortifiées pour interdire l’invasion d’un territoire n’est pas, quoi que l’on en pense parfois, l’invention tardive d’un Empire sur la défensive. On la trouve en effet en Gaule dès le début de la guerre puisque César édifia sur une longueur de dix-neuf milles, entre le lac Léman et le Jura, un mur (murus) de seize pieds de hauteur, précédé d’un fossé, pour barrer la route des Helvètes (BGI, 8). Cet ouvrage était, comme il se doit, muni de praesidia et de castella, destinés à abriter les troupes, à surveiller et alerter, intervenir au besoin. Il remplit d’ailleurs fort bien sa fonction, puisqu’il détourna les envahisseurs vers le pays des Séquanes. De même, en 69, les Trévires construisirent autour de leur territoire un système défensif (loricam vallumque), c’est-à-dire en fait un rempart formé d’une palissade surmontée d’un garde-corps composé sans doute d’un clayonnage, pour protéger leur territoire contre les Germains, lors de la révolte batave (Tacite, Histoires IV, 37). Aucune de ces deux fortifications temporaires n’a été retrouvée. Il n’en va pas de même de la barrière découverte dans le Lautertal, entre Owen et Dettingen unter Teck (district d’Esslingen) et connue sous le nom de Sibyllenspur, par référence à une vieille légende germanique (fig. 125). Sur environ 600 m de long, dans la vallée de la Lauter, apparaît bien visible sur les photographies aériennes un double fossé séparé par une berme de 6 m. En 1982, une petite fouille a montré que le fossé 1, en V, avait une ouverture de 3,60 m pour une profondeur de 1,50 m, tandis que le second, vers l’intérieur, offrait encore une largeur de 2,80 m, pour une profondeur de 1,20 m. A 1,50 m derrière le fossé 2 apparaît une troisième trace rectiligne (1. 0,70 m ; prof. 1,10 m) qui servait de fondation à une palissade bloquée par un talus arrière (fig. 126b). Le matériel céramique retrouvé indique une datation vers la fin du ier s. et au début du IIe. Près de Dettingen unter Teck, une petite enceinte quadrangulaire d’environ 60 x 60 m, aux angles arrondis, avec une porte vers l’est, a révélé un fossé en V large de 2,00 à 2,20 m, profond de 0,70 m, suivi vers l’intérieur d’une palissade de bois (fig. 126a). La surface interne du poste est estimée à 0,2 ha. Cette barrière locale reliait donc probablement la ligne des postes militaires du Neckar et celle des Alpes souabes, en fermant une vallée qui constituait un point de passage facile vers le sud (fig. 127), bien avant la construction du limes de l’Odenwald (Planck 1982 ; 1986 ; 1987).

FIG. 125
Le limes du Lautertal, ou Sibyllenspur.

FIG. 126
La Sibyllenspur à Dettingen unter Teck (Planck 1987, fig. 7, 11) : a plan général du système défensif d’après les fouilles de 1982 et la photographie aérienne ; b plan et coupe de l’ouvrage linéaire.

FIG. 127
Reconstitution de la Sibyllenspur (RLD 1992, fig. 43).

2.15.4 Le limes

260Les archéologues et les historiens ont pris l’habitude de désigner par ce terme le système de fortifications qui protègent les marches de l’Empire, ainsi que son organisation administrative. Or rien n’est plus inexact et les textes anciens n’autorisent pas un tel emploi, comme l’a bien montré B. Isaac dans un article fondamental auquel il convient de se référer (Isaac 1988).

261Le mot limes appartient originellement au vocabulaire des arpenteurs (agrimensores) et désigne un chemin bordier. Par extension, les écrivains du ier s. de n.è., notamment Tacite (Histoires I, 50 ; Annales II, 7 ; Germanie 29, 4) ou Frontin (Stratagemata I, 3, 10), l’emploient pour évoquer les voies de pénétration tracées par les Romains en territoire germanique. C’est secondairement que le terme finit par désigner la frontière de l’Empire ; chez Tacite (Agricola, 41) d’abord lorsque, évoquant les campagnes d’Agricola, l’auteur écrit : ... nec jam de limite imperii et ripa, sed de hiberniis legionum etpossessione dubitatum, “... et maintenant ce n’est plus la frontière de l’Empire et la rive d’un fleuve, mais les quartiers d’hiver des légions et nos possessions qui sont mis en cause’’. L’Itinéraire Antonin emploie des expressions comme A limite, id est a vallo (Cuntz : 71, 464) à propos du mur d’Hadrien, ou comme limitem Tripolitanum pour désigner la route du désert entre Tacape et Leptis Magna (Cuntz : 10, 73). Nous sommes alors au début du iiie s. et l’usage continue de s’étendre avec des expressions qui désignent un secteur géographique frontalier, notamment en Afrique (CIL VIII, 22765 : ex limite Tripolitand). Dans l’Antiquité tardive, le mot continue d’évoluer et prend souvent le sens de zone frontalière, avec son organisation particulière, bien plus proche désormais du sens que lui donnent les Modernes (CIL III, 12483 par ex.) ; il s’agit alors d’un concept administratif, beaucoup plus que d’un système de défense au sens strict. D’une manière générale, l’usage antique n’emploie pas le terme limes pour désigner une frontière fluviale –on utilise alors plus volontiers le mot ripa, encore que celui-ci finisse aussi par prendre un sens dérivé, douanier ou administratif– ni même, stricto sensu, une chaîne de forts.

262Le limes de Germanie supérieure désigne donc la frontière terrestre, installée en plusieurs étapes, à partir de la période tardo-flavienne, sur la rive droite du Rhin. Son tracé commence à environ 25 km au nord de Coblence, en face du confluent de la Vinxtbach (rive gauche) qui constitue la frontière entre les deux Germanies. On notera au passage que le toponyme Vinxt est issu d’un mot latin qui désigne la frontière (finis). Le limes englobe ensuite le bassin de Neuwied, puis les hauteurs du Taunus, grimpant sur les pentes du Feldberg (770 m) au nord du Main, en un parcours sinueux, de direction générale ouest-est, avant de redescendre plein sud et de traverser le fleuve à Gross Krotzenburg. Le Main sert alors de frontière jusqu’à Wörth, où commence ce que l’on appelle le limes de l’Odenwald, de tracé nord-sud, qui rejoint le Neckar à Bad Wimpfen, où le fleuve, à son tour, sert de frontière. De là, une série de forts, sans défense linéaire continue, à l’exception peut-être du tronçon du Lautertal, rejoint la zone du Danube. Ce n’est que sous Antonin que fut tracé un second limes, plus à l’est, partant lui aussi du Main, à Miltenberg et descendant parallèlement au précédent (fig. 128), jusqu’à Lorch, où il forme un grand coude presque à angle droit vers l’est, afin de rejoindre le limes de Rétie qui commence à cet endroit.

FIG. 128
Fortifications militaires du limes de Germanie supérieure et de Rétie depuis l’époque de Domitien (RLD 1992, fig. 21).

263La fouille de cet ensemble gigantesque, avec les forts associés, constitue sans aucun doute la plus grande entreprise collective jamais organisée dans le domaine de l’archéologie, réunissant les plus grands noms de la science allemande, au premier rang desquels il faut citer Th. Mommsen, inspirateur et président de la commission spécialement créée à cette occasion en 1890 (la Reichslimeskommission), et financée –très généreusement, à hauteur de 200 000 marks de l’époque !–, sur des crédits du Reich, événement extraordinaire dans un pays unifié depuis peu et où les états régionaux conservaient toute leur compétence, particulièrement en matière culturelle. Ces moyens devaient pourtant très vite se révéler insuffisants.

264La fortification, longue de 550 km (Germanie supérieure et Rétie) fut divisée en quinze secteurs géographiques (Strecken), dont les neuf premiers intéressent ici notre propos (fig. 129). Chaque secteur avait à sa tête un commissaire et l’ensemble des travaux était coordonné par la Reichslimeskommission. Malgré la retraite relative puis la mort de Th. Mommsen, suivie d’une interruption relative en 1901-1903, malgré des difficultés financières de plus en plus grandes, malgré la guerre, la crise économique puis les réticences du régime national-socialiste, les travaux se poursuivirent jusqu’à la veille de la seconde guerre mondiale, sous la direction effective d’Ernst Fabricius, et avec l’appui de la Römisch-Germanische Kommission de Francfort (RGK), fondée en 1902. Les recherches au sol furent très limitées entre les deux guerres, mais l’ensemble publié (1894-1937) est considérable –cinquante-six tomes, connus sous le nom d’ORL (Der Obergermanisch-rätische Limes des Römerreiches)– divisé en deux séries : A pour les secteurs du limes proprement dit, B pour les forts. Furent ainsi identifiés plus de quatre-vingt-dix forts et environ mille tours de guet. Les travaux, plus limités, ont repris après la seconde guerre mondiale, sous l’égide de la RGK, du musée de la Saalburg et des services archéologiques des Lânder ; ils sont aujourd’hui publiés dans la série des Limesforschungen (vingt-cinq tomes parus à ce jour). Le meilleur guide du limes est celui de D. Baatz (2e éd., 2000). Le musée d’Aalen, en Rétie, est spécialement dédié à la frontière romaine, et plusieurs parcs archéologiques, notamment en Bade-Wurtemberg, permettent aujourd’hui au touriste, spécialisé ou non, de visiter des reconstitutions en pierre ou en bois d’excellente facture, suivant en cela l’exemple ancien donné, dès la fin du siècle dernier, par la reconstruction spectaculaire du fort de la Saalburg, au nord de Francfort.

FIG. 129
Les secteurs du limes d’après l’ORL (Baatz 2000, fig. 52).

265Le limes de Germanie supérieure n’est pas, dès l’origine, une fortification linéaire au sens strict du terme et D. Baatz en a rappelé les étapes de construction (fig. 130).

FIG. 130
Les différentes étapes de la construction du limes : a en Germanie supérieure ; b en Rétie (Baatz 2000, fig. 32 et 36).

266• Phase 1

267Vers 90, les troupes romaines occupent les hauteurs du Westerwald, du Taunus et de l’Odenwald, en installant d’abord de petits postes (par ex. les Schanzen de la Saalburg), puis les premiers forts (Butzbach, Echzell). Vers la fin de la décennie, soit à l’avènement de Trajan, une grande partie des unités est désormais installée sur des positions définitives qui constituent la nouvelle frontière. Cette chronologie repose essentiellement sur l’analyse du matériel des fortins. C’est sans doute à cette phase de mise en place que fait allusion le passage suivant de Tacite (Germanie XXIX, 4) : mox limite acte promotisque praesidiis sinus imperii et pars provinciae habentur, “bientôt une route-frontière est tracée, les postes avancés, et cette région entre au sein de l’Empire, devient une partie de la province” ; mais le processus continuera sans doute d’être mis en place dans les premières années du iie s. Le limes est alors matérialisé par un simple chemin de terre, jalonné de tours en bois. Contrairement à ce qui se passe sur le mur d’Hadrien, où celles-ci sont régulièrement espacées, l’intervalle varie ici entre 200 et 1 000 m. Toutes ces tours n’ont pas été retrouvées et beaucoup ont été interpolées sur les cartes du limes. Des recherches très récentes (Kortüm 1998 ; Sommer 2002) tendent toutefois à rajeunir cette chronologie pour le secteur du Neckar, qui pourrait n’avoir été occupé que vers la fin du règne de Trajan.

268• Phase 2

269C’est sous Hadrien qu’est construite, devant le fossé, c’est-à-dire du côté ennemi, une palissade de bois. Cette chronologie reposait essentiellement, jusqu’à maintenant, sur un passage de l’Histoire Auguste (Hadr. 12, 6), qui ne se réfère pas explicitement à la Germanie, mais signale que, là où les Romains et les Barbares n’étaient pas séparés par des fleuves, Hadrien construisit un mur, formé par une barrière de pieux reliés entre eux : Stipitibus magnis in modum muralis saeptis funditus jactis atque conexis barbaros separauit. “Il marqua la séparation d’avec les Barbares par une sorte de palissade formée de grands pieux profondément enfoncés et reliés entre eux”. On a évidemment rapproché –sans doute trop facilement– ce texte de la construction du mur d’Hadrien en Bretagne, et estimé que la mesure avait été étendue jusqu’en Afrique du Nord, sans doute bien à tort, au point d’y voir une nouvelle politique, résolument défensive, opposée à celle de Trajan. La datation hadrianique a été récemment confirmée par un sondage qui a permis de mettre au jour plusieurs pieux de la palissade, abattus durant l’hiver 119-120 (Bender & Schroth 2003 ; Schallmayer 2003, 14-16).

270• Phase 3

271Vers le milieu du iie s., les tours en bois sont remplacées, pas nécessairement au même endroit, par des tours en pierre. Cette chronologie est fondée sur une série d’inscriptions de l’Odenwald, qui attribuent la construction de plusieurs tours à Antonin en 145 (CIL XIII, 6511,6514, 6518). C’est dans les années 160 que le limes “intérieur”, c’est-à-dire celui du Neckar, est progressivement remplacé par la nouvelle ligne Miltenberg-Lorch, environ 25 à 30 km plus à l’est. Cette chronologie est bien étayée par des arguments épigraphiques (Alföldy 1983 ; Speidel 1986). Des indices archéologiques récents pourraient toutefois montrer que le début de ce déplacement est antérieur au règne d’Antonin (Sommer 2002). La construction de la nouvelle palissade ne semble toutefois pas antérieure aux années 164-165, si l’on en croit les datations dendrochronologiques obtenues sur les secteurs Schwäbisch Gmünd/Schirenhof et Rainau/ Buch-Schwabsberg, dans la zone de frontière avec la Rétie (Beck & Planck 1987, 107).

272• Phase 4

273Vers la fin du iie s. ou au début du iiie s., peut-être après la fin des guerres marcomaniques, on substitua à la palissade un fossé suivi d’une levée de terre, souvent encore visibles dans le paysage moderne et connus depuis le Moyen Age sous le nom de Pfahlgraben (fig. 131). Les recherches récentes (Schallmayer 2003, 16-19) montrent donc qu’il faut modifier substantiellement l’image traditionnelle du limes de Germanie supérieure dans sa phase finale (fig. 132a) et lui en substituer une nouvelle (fig. 132b). En Germanie supérieure, on ne constate pas de reconstruction générale en pierre de la palissade, à la fin de la phase 3, contrairement à ce que l’on observe en Rétie.

FIG. 131
Le Pfahlgraben : a vue aérienne près de Haghof ; b restes au sol, près de la Saalburg.

FIG. 132
La dernière phase du limes de Germanie supérieure : a reconstitution traditionnelle ; b nouvelle proposition de E. Schallmayer.

274Telles sont les grandes phases d’évolution du limes de Germanie supérieure. Dans le détail, les recherches anciennes ou plus récentes montrent d’importantes variations locales.

275La présence de la palissade de poteaux est quasi générale dans tout le secteur au nord du Main et dans l’Odenwald. La palissade était fondée dans un fossé en long, à profil en V, large de 0,20 à 0,40 m à la base, de 1,00 à 1,30 m au sommet, de profondeur variable (fig. 133a) selon l’état de conservation du terrain (de 1,00 à 1,50 m). Les pierres de calage sont visibles de place en place, tous les 1,50 m environ (ORL A, II, Str. 3, pl. 11, fig. 2. A, V, p. 16-17). Parfois les poteaux sont quasiment jointifs, comme le montre une photographie prise sur le limes rétique en 1894 (fig. 133b). Dans le secteur 4 (Taunus oriental et Vétéravie occidentale), une première palissade de claies appartenant probablement à la phase 1 du limes a été observée à certains endroits, sur l’avant du système, tantôt très proche (de 2 à 5 m), tantôt éloignée (50 m). Elle se traduit archéologiquement par un petit fossé large de 0,30 m à la base, avec des alvéoles charbonneuses tous les 0,65 à 0,80 m –parfois davantage– et des pierres de calage (ORL A, II, Str. 4-5, pl. 5, fig. 1b, 3b, 4b). Ce type d’obstacle fait penser à certains des systèmes observés à Alésia, notamment dans la plaine des Laumes, où ils ont été identifiés comme des cippi. Là où le rocher affleure trop près du sol, notamment dans le secteur 3, un mur de pierres sèches, large à la base de 2,00 à 2,50 m, remplace le Pfahlgraben lors de la phase 4.

FIG. 133
La palissade : a fondations de poteaux entre les postes de garde 66 et 67 dans le Taunus (ORL A, II, Str. 3, pl. 11, fig. 2) ; b près de Mônchsroth (Rétie), poteaux mis au jour par Wilhelm Kohl en 1894.

276Dans le secteur 10 (Odenwald), entre le fortin de Zwing et le poste de garde 10/34, un mur de pierre, large de 0,60 à 1,00 m environ, remplace la palissade de la phase 2 sur 112m de long (fig. 134). Des couvrements semi-cylindriques ont été retrouvés à cet endroit (ORL A, V, Str. 10, pl. 8, fig. 4). Dans ce secteur, en raison du déplacement vers l’est du limes, sous Antonin, la phase 4 (levée de terre et fossé) n’existe pas.

FIG. 134
Mur en pierres sèches remplaçant la palissade près du poste 10/34 et couvrements (ORL A, 5, Str. 10, pl. 8, fig. 4.

277Le limes extérieur, situé de 20 à 25 km à l’est du précédent, et construit, on l’a dit, sous Antonin, présente des caractères quelque peu différents du précédent, avec un parcours plus rectiligne, notamment entre Walldürn et Welzheim où, sur 80 km de distance, il franchit tous les obstacles en ligne droite. Les deux premières phases chronologiques font évidemment défaut et la construction a commencé directement avec la phase 3 : palissade de poteaux de chêne (diam. 20-25 cm) fondés dans une tranchée tous les 20 cm et reliés entre eux à la base par une traverse, et tours de pierre. Des traces de tours de bois ont été retrouvées mais sont sans doute attribuables à une phase temporaire de construction. Vers la fin du iie s. sont édifiés la levée de terre et le fossé (phase 4) mais leur tracé n’a pas été complété partout, notamment au nord, sans doute pour des raisons locales.

278Une fortification de pierre, identique à celle du limes rétique, relie sur 17 km de long les tours entre le nord d’Osterburken et Jagsthausen. Il s’agit d’un ouvrage qui double le Pfahlgraben de la phase 3, à une quinzaine de mètres en arrière, peut-être dans un secteur plus menacé au début du iiie s. (fig. 135). Le mur, faiblement fondé, est étroit (de 1,20 à 1,25 m) et s’interrompt tout près des tours. Différents passages ont été aménagés tout au long des différents secteurs du limes, mais sans qu’une exploration systématique ait été entreprise : on connaît ainsi deux passages dans la palissade du Taunus (fig. 136a), un autre dans l’Odenwald (ORL A, I, Str. 1, p. 41 ; A, V, Str. 10, p. 16), six dans l’ouvrage en terre (ORL A, 1, Str. 1, p. 31 ; A, II, Str. 3, p. 35-36) et deux brèches sont attestées dans le mur en pierre du limes extérieur (Beck & Planck 1987). On ne connaît nulle part, sur la frontière de Germanie, de porte identique à celle de Dalkingen, en Rétie (Planck 1977 ; Beck & Planck 1987). Tout le parcours du limes est jalonné de tours ; celles-ci, à la différence de ce qui se passe sur le mur d’Hadrien, ne sont pas installées sur l’ouvrage linéaire lui-même, mais en arrière, à des distances variables : souvent plus de 40 m dans le Taunus et la Vétéravie, de 10 à 50 m dans l’Odenwald ou sur le limes extérieur. Les écarts sont liés au terrain et peuvent varier sensiblement : de 500 à 700 m dans le Taunus, davantage parfois (jusqu’à 900 m) pour les tours en pierre ; tous les 800 m environ dans l’Odenwald, beaucoup moins (400 m) sur le limes extérieur. Sur ce dernier, les tours en bois, on l’a vu, sont quasiment absentes.

FIG. 135
Mur de pierre et passage au nord de Jagsthausen (RLD 1992, fig. 65).

279Les traces qui subsistent aujourd’hui apparaissent sous la forme d’une petite levée de terre, entourée d’un fossé, le plus souvent de forme ronde, mais parfois aussi carré, qui servait autant au drainage des eaux qu’à la protection, et l’on ne sait si existaient des palissades périphériques. La plupart des tours sont de plan rectangulaire, proche du carré, avec des dimensions moyennes de 4,80 x 4,50 m ; ne subsistent, en général, que les trous de poteau, de section carrée (fig. 136b). Sur les secteurs 3 et 10, différentes traces de la construction inférieure ont été conservées : on peut observer en effet un noyau central de terre, parementé de pierres sèches à l’extérieur, la solidité du tout étant assurée par des lits successifs de poutres orthogonales. Cet ensemble formait un socle plein auquel on n’avait pas accès : la porte unique se trouvait en effet au premier étage et on y parvenait grâce à une échelle mobile. La partie supérieure était sans doute en bois et comprenait deux étages, l’un pour l’habitat, immédiatement au-dessus du socle, l’autre pour la surveillance à travers des fenêtres (fig. 137a). L’ensemble était généralement couvert d’un toit en matériaux périssables –bois sans doute. On ignore si une galerie périphérique courait autour de la tour, à hauteur du second étage, comme c’est le cas ultérieurement des tours en pierre, et comme c’est le cas des tours figurées sur la colonne Trajane (fig. 138). On peut observer quelques variantes à cette description générale : par exemple la présence de tours plus petites (2,80 x 2,60 m), entourées de deux fossés dans le secteur 3, ou au contraire plus grandes (6 x 5 m) dans l’Odenwald. De tels édifices, pour lesquels le latin emploie les mots turris ou burgus, n’abritaient que quelques hommes (quatre ou cinq). Les tours en pierre, qui remplacent les constructions en bois vers le milieu du iie s., présentent une forme, des dimensions et des fonctions identiques (fig. 137b, c, 139). Elles ont le plus souvent été construites à côté des anciennes tours en bois et sont parfois groupées par paires, ce qui laisse supposer, dans certains cas, des états chronologiques différents qui n’ont pas toujours été bien observés (ORL A, Str. 10, p. 17-20, 42-44 ; Baatz 1973a ; 1973b ; Schallmayer 1984a). Les pierres de fondation sont assez sommairement épannelées ; dans l’Odenwald, elles forment un socle, chanfreiné ou mouluré, en légère saillie (10-20 cm) ; l’élévation était recouverte d’un enduit blanc à joints rouges (fig. 137c), comme les murs des camps. D’une manière générale, le socle est aveugle et la porte est située en élévation, mais quelques accès au niveau du sol sont attestés. On reconstitue en revanche le plus souvent l’existence d’une resserre pour les provisions au rez-de-chaussée.

FIG. 136
a Poste de garde 1/18 Auf der Wurzel : restes de deux tours de pierre et d’une tour de bois près d’un passage à travers le limes ; la tour de bois, la plus ancienne, et dont seul subsiste le fossé, a été remplacée sur place par une tour de pierre, avant qu’une seconde tour de pierre ne soit érigée (ORL A, l, Str. 1, pl. 6, fig. 3) ; b tour en bois 2/27 dans le Taunus (ORL A, I, Str. 2, pl. 7, fig. 2e).

FIG. 137
Plan et reconstitution de quelques tours du limes : a la tour en bois 10/26, dans l’Odenwald (Baatz 2000, 43, fig. 25 et 26) ; b une tour en pierre du Str. 10 dans l’Odenwald (Baatz 2000, fig. 94) ; c la tour en pierre 1/68 à Hillscheid (Schmidt 2000, fig. 171).

FIG. 138
Colonne Trajane : au milieu de la scène inférieure apparaît une tour de guet en bois avec une torche servant aux signaux (Settis et al. 1988) (cliché Eugenio Monti).

FIG. 139
Coupe reconstituée d’une tour en pierre du limes (Baatz 2000, fig. 29).

280Dans l’Odenwald particulièrement, des éléments d’architecture assez nombreux ont pu être retrouvés (fig. 140) : frontons semi-circulaires de portes, parfois dédicacés (CIL XIII, 6514 ; ORL A, V, Str. 10, pl. 8, fig. 2d-e), blocs d’encastrement de fenêtres (ORL A, V, Str. 10, pl. 16, fig. 14), modillons (15 x 13 cm ; ORL A, V, Str. 10, pl. 10, fig. Ih), qui supportaient sans doute des planchers internes, moulures de décor (ORL A, V, Str. 10, pl. 6, fig. 2), blocs de corniche (ORL A, V, Str. 10, pl. 10, fig. 2c ; pl. 12, fig. 1b), balustres de fenêtres (ORL A, V, Str. 10, pl. 8, fig. 2g-h et pl. 15, fig. 2h-k). Comme nous l’avons déjà dit, une galerie latérale courait sans doute au niveau du premier étage. Le toit était en matériaux périssables (bois), parfois en briques. Plusieurs reconstitutions, pas toujours parfaitement cohérentes entre elles, ont été proposées.

FIG. 140
Quelques éléments d’architecture des tours de l’Odenwald (dessins Römisch-Germanische Kommission des Deutschen Archäologischen Instituts, Francfort) : a WP 36 Am Fischerpfad ; b WP 29 Im unteren Seeschlag ; c WP 33 Kahler Buckel ; d WP 37 In der Schneidershecke ; e WP 42 Im Säubaumacker (ORL A, V/, Str. 10, pl. 6, 8, 10, 15, 16).

2.15.5 Cas particuliers

2.15.5.1 Le poste de garde 10/37 In der Schneidershecke

281EGON SCHALLMAYER

282Le poste de garde se situe à environ 2 km au nord-ouest de Schlossau, à quelques mètres à l’est de la route nationale. Il est constitué du tertre d’une tour en bois et des fondations de deux tours en pierres A et B (fig. 141). Les trois édifices sont alignés les uns par rapport aux autres à intervalles de 25 et 35 m suivant une direction nord-ouest/ sud-est. La tour en pierre B présente un plan carré de 6,60 m de côté. Elle montre à l’extérieur un socle de trois assises dont le sommet est chanfreiné grâce à un bandeau de 0,15 à 0,17 m de haut. Au-dessus, le mur, lisse, se poursuivait encore sur quatre assises de 0,55 m. Dans la mesure où des éléments de bandeau de 0,12 m de hauteur ont été encore trouvés à l’occasion des fouilles, on a reconstitué, lors des travaux de conservation du site, une deuxième zone, à l’aide d’un bandeau chanfreiné, à 1,09 m au-dessus du soubassement inférieur. Du côté nord, orienté en direction du limes, se trouve une construction dont deux murets de 2,40 m de longueur et de 0,50 m de largeur, séparés par un intervalle de 1,10 m, arrivent au milieu du mur de la tour. Les murets ne sont pas reliés à la tour, ils constituent un rajout ultérieur. Un bloc de bandeau, haut de 0,12 à 0,13 m, présente une entaille au ciseau dans laquelle une autre pierre a été introduite horizontalement. La construction a donc été insérée dans la maçonnerie du bâtiment principal, à hauteur de ce bandeau. Il s’agit de la partie inférieure d’un escalier placé devant les portes de la tour, à peu près à hauteur d’homme (fig. 142). La base de la marche la plus basse était formée de trois pierres de taille équarries. On peut calculer l’existence de dix marches et une hauteur totale de 1,70 m pour l’escalier. Si la pierre façonnée du bandeau est en relation avec l’escalier, ce dernier devait être placé sur la tour à peu près au niveau de la hauteur reconstituée. Une plaque de grès de 1,30 m de longueur, de 0,58 m de largeur et de 0,25 m de hauteur devrait de même appartenir à l’escalier. Un autel votif dédié à Jupiter provient également du sous-œuvre en dur de l’escalier ; il présente une inscription selon laquelle une section de la 1re cohorte Sequanorum et Rauracorum sous le commandement du centurion Antonius Natalis de la XXIIe légion a construit une tour de garde –désignée dans le texte comme burgus. D’autres fragments d’architecture témoignent d’une ornementation assez luxueuse de l’édifice. Il y avait ainsi des voussoirs en V de 0,42 m de largeur et de 0,43 m de profondeur dont la forme laisse supposer une longueur d’arc d’au moins 3 m. Une niche voûtée devait en conséquence exister à l’intérieur de la tour, apparemment contre le mur sud-ouest, en face de l’entrée. Les statues en grès rouge de Mars (fig. 143, figure principale au centre), de la Victoire et du Salut, découvertes dans les décombres de la tour, devaient être dressées à l’intérieur de la niche. L’angle d’une plaque exécutée également en grès, de 0,84 m de longueur, 0,72 m de largeur et 0,19 m d’épaisseur, montre sur le bord du grand et du petit côté contigus une gorge large et profonde de 0,03 m en moyenne, et un tore d’une largeur de 0,08 à 0,10 m. D’autres blocs de grès moulurés ont encore été trouvés à proximité. Des fragments de mortier de stuc, avec des enduits peints de couleur rouge, jaune et verte attestent d’une riche décoration de l’intérieur de la tour. De nombreux débris indiquent la présence d’un toit en tuiles. On en a déduit l’existence d’un sanctuaire construit sous la forme d’une tour.

FIG. 141
Le poste de garde In der Schneidershecke (ORL A, V, Str. 10, WP 10/37).

FIG. 142
Reconstitution de la tour de garde 10/37 In der Schneidershecke (Schallmayer 1984a, 104).

FIG. 143
Moulage des statues de la tour de garde 10/37 In der Schneidershecke exposé à Walheim (cliché M. Reddé).

283Une étude plus récente de l’ensemble du mobilier de cette tour de garde 10/37 a élucidé la chronologie de l’édifice. La tour en bois a été ainsi érigée autour de 100 ap. J.-C. Vers 145-146 ap. J.-C. on construisit la tour en pierre A, devant laquelle l’autel votif fut installé ; on éleva enfin vers la fin du iie s. ap. J.-C. la tour en pierre B que l’on décora comme sanctuaire (ORL A, Str. 10, p. 80-92 ; Baatz 1973b ; Oldenstein 1979-1980 ; Schallmayer 1984a).

2.15.5.2 La tour hexagonale (WP 9/51) des environs de Gleichen

284EGON SCHALLMAYER

285À environ 1,5 km au nord-est du petit village de Gleichen se trouve, sur le bord septentrional du plateau de Beckem, une tour spectaculaire. Il s’agit de l’unique tour en pierre hexagonale du limes extérieur de Germanie supérieure (fig. 144). Elle présente des côtés d’environ 2,80 m à l’extérieur et de 1,70 à 1,80 m à l’intérieur. La tour avait des murs de 1,00 m d’épaisseur, avec un soubassement saillant d’environ 0,50 m vers l’extérieur. Toute la moitié nord de la tour a disparu, les vestiges subsistants montrent cependant, jusqu’à une hauteur de 1,40 m, des moellons de grès soigneusement taillés servant de revêtement extérieur à l’ouvrage maçonné. Les pierres sont travaillées de façon grossière sur le côté extérieur, afin d’offrir vraisemblablement une meilleure prise au crépi.

FIG. 144
La tour des environs de Gleichen (Beck & Planck 1980, 69, fig. 50).

286D’après les fouilles effectuées en 1893, une entrée faisant saillie sur 1,50 m devait se situer sur le côté nord de la tour et un foyer devait se trouver à l’intérieur. L’origine romaine de ce dernier –dans la mesure où il aurait occupé plus d’un tiers de l’espace intérieur– est mise en doute. La tour était entourée de tous côtés par un fossé en V, distant de 2,20 m, large de 0,70 m et d’une profondeur qui atteint 0,40 m.

287La forme inhabituelle de la tour et l’épaisseur de ses murs prouvent que l’édifice était particulièrement haut. Il a servi visiblement de point de repère principal dans le tracé du limes. La tour se situe effectivement sur un point topographique dominant. À partir de là, on pouvait avoir une vue d’ensemble vers le nord à travers la plaine d’Ohringen jusqu’au poste de garde 8/1 à 45 km et jusqu’au petit fortin de Hönehaus, situé peu avant Walldürn. 11 était ainsi possible d’installer un point topographique secondaire sur les hauteurs de Hergenstadt peu avant Osterburken, sur une ligne reliant les deux points, afin de permettre le tracé rectiligne du limes. Vers le sud, la vue atteint 4 km à peine, jusqu’aux postes de garde 9/60 et 9/62. À partir de la tour, on pouvait embrasser du regard la zone en direction du nord-est et de l’est, jusqu’aux pieds de la rupture de pente vers la plaine d’Ohringen.

288En sus de sa fonction de repère, la tour hexagonale de Gleichen a assurément eu un rôle important dans la transmission de signaux lumineux (ORL A, Str. 9 p. 154-157 ; Beck & Planck 1987).

2.15.5.3 Les fortins

289MICHEL REDDÉ

290Les forts disposés tout au long du limes sont irrégulièrement espacés –de moins de 4 à plus de 17 km– et toujours situés en arrière de la barrière –de 20 à 2 500 m–, à la différence de ce que l’on observe sur le mur d’Hadrien. Ils sont implantés le plus souvent en fonction des nécessités du terrain, gardant ici un col, là une vallée. Ils n’observent pas non plus un schéma architectural uniforme et on peut, grossièrement, les diviser en deux types, dont nous avons donné dans le catalogue plusieurs exemples : les camps destinés à abriter une unité quingénaire (Bad Cannstatt, Bad Wimpfen, Feldberg, Neckarburken, Osterburken, Öhringen, la Saalburg, Stockstadt am Main, Sulz, Walheim, Welzheim, Zugmantel) et les fortins, beaucoup plus petits, destinés à abriter un élément d’un numerus et particulièrement nombreux dans la partie nord de l’Odenwald (Altenstadt, Haselburg, Hesselbach, Neuwirtshaus, Rötelsee, Rüsselsheim, cette liste n’étant évidemment pas limitative).

291Tel qu’il se présente, le limes de Germanie supérieure montre une conception beaucoup moins unitaire et systématique que le mur d’Hadrien ; il est le fruit de remaniements successifs et doit être considéré comme un obstacle d’approche, destiné à contrôler les mouvements de population, ceux aussi des marchandises, beaucoup plus qu’une barrière militaire à l’abri de laquelle on pouvait résister à des attaques massives. On a d’ailleurs beaucoup insisté, ces dernières années, sur la fonction d’observation, de signalisation et d’alerte qu’il revêtait, d’une manière au demeurant un peu théorique, à notre sens (Wool liscrofr 1997 ; Woolliscroft & Hoffmann 1991 ; Baatz 2003).

292Il ne sut pas véritablement résister aux attaques en force des Alamans, lorsqu’elles se produisirent, et l’état-major romain préféra l’abandonner et se retirer sur le Rhin, vers 260, selon un processus peut-être plus lent et progressif que l’on ne le croit généralement. En témoigne sans doute la très importante inscription d’Augsburg récemment découverte (Bakker 1993 ; Nuber 1990 ; Kuhnen 1992 ; Schallmayer 1996 ; Sommer 2002 ; Jac & Scholz 2002).

Table des illustrations

Légende FIG. 18 Schéma théorique de la division du sol dans un camp romain.
Crédits dessin M. Reddé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende FIG. 19 Maquette du camp du Koenenlager de Neuss.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 20 Le Kriemhildenstuhl à Bad Dürkheim. Carrière de grès bigarré utilisée par la legio XXII Primigenia pia fidelis après son dégagement par les fouilles (Sprater 1935, 32)
Crédits dessin A. Teuffel.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 21 Le Kriemhildenstuhl à Bad Dürkheim. Front de taille avec traces d’enlèvement des blocs.
Crédits cliché D. Baatz.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 22 Le Kriemhildenstuhl à Bad Dürkheim. Inscriptions de la XXIIe légion : a Le (gio)/le (gio) XXII A(ntoniniana) ; b Gettonius./Ursus, Dossu(s)/le (gionis) XXII P(rimigeniae) P(iae) F(idelis).
Crédits clichés D. Baatz.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende FIG. 23 Reinhardsmunster, au sud de Saverne (Alsace). Carrière de grès bigarré de la legio VIII Augusta avec l’inscription Officina leg (ionis) VIII Aug (ustae). [Forrer 1918, 49, fig. 9],
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende FIG. 24 Tuilerie des milites portisienses à Rheinzabern (Cüppers 1990, 538).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende FIG. 25 Tuilerie de la legio XX Valeria Victrix à Holt (pays de Galles) : 1 baraquement de la vexillation de travail ; thermes ; 3 maison du commandant (?) ; 4 ateliers ; 5 bâtiment avec hypocauste et fours isolés ; 6 fours de tuiliers et de potiers. La Dee (au nord-est de la tuilerie) permettait le transport des tuiles jusqu’à Chester et vers d’autres installations militaires (Nash-Williams 1969, fig. 16).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. 26 Four à chaux de la legio XXX Ulpia Victrix à Bad Münstereifel/lversheim (Horn 1987, 339).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 27 Inscription votive de Trennfurt (212 ap. J.-C.) : "À Jupiter très bon, très grand, à Sylvain Sauveur, à Diane Auguste, la vexillation des soldats de la légion XXII Primigenia Antoninienne, pieuse, fidèle, envoyés pour couper du bois sous la direction de Mamertinus lustus, optio, a dédié cette inscription, sous le consulat des deux Asper" (CIL XIII, 6618).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 28 Témoins de la pratique du flottage sur le Main et le Neckar : a radeau de poutres équarries trouvé à Strasbourg/ Königshoffen et servant au transport de blocs de pierre (Ellmers 1995, 235) ; b chaîne de flottage trouvée dans un dépôt d’objets ferreux à Heilbronn/ Böckingen (Schönberger 1967, 149, fig. 8, 1-2).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende FIG. 29 Coupe de différents types de remparts en gazon, terre et bois : a mur en mottes de gazon à front vertical, avec renfort de bois ; b mur en mottes de gazon sur les deux faces, avec fruit ; c mur en mottes de gazon sur la face extérieure, avec fruit ; d mur en terre et en bois, à parement de bois sur la face externe ; e mur en terre et en bois à double parement de bois (Johnson 1987, fig. 36).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 30 Palissade du camp augustéen d’Oberaden : a poteaux équarris (cliché S. von Schnurbein) ; b poteaux avec leur entretoise basse.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende FIG. 31 Valkenburg : a le rempart de Valkenburg 2, avec ses caissons de bois ; b le rempart de Valkenburg 1, dont des rondins forment le soubassement.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende FIG. 32 Réparation du rempart de Cologne/Alteburg (reconstitution extraite de Hanel 1999, fig. 28).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 33 Vue de face du rempart de mottes de gazon de Valkenburg 1, période 1.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 34 Le rempart en mottes de gazon de Strasbourg/Le Grenier d’Abondance : a vue en coupe (remarquer le fruit des mottes sur les fronts avant et arrière du rempart) ; bc l’armature en bois.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende FIG. 35 Scènes XI (a) et XII (b) de la colonne Trajane montrant l’édification d’un rempart en mottes de gazon (Settis et al. 1988).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende FIG. 36 Reconstitution du rempart en pierres sèches de la Saalburg (Baatz 1994, 60).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 37 Reconstitution de l’enduit mural du rempart de la Saalburg
Crédits cliché M. Reddé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 38 Le rempart de Vindonissa (Windisch) : plan des deux états (bois et pierre) [Drack & Fellmann 1988, 39],
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende FIG. 39 Coupes schématiques montrant : a un rempart de pierre contreforté par un talus de terre ; b un rempart de pierre avec un chemin de ronde en bois sur poteaux porteurs.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende FIG. 40 Talus de terre derrière le rempart reconstitué de la Saalburg.
Crédits cliché M. Reddé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 41 Wôrth : restitution de la hauteur du chemin de ronde (à gauche), à partir des vestiges du mur effondré (à droite) [ORL 36, fig. 1-2].
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende FIG. 42 Rempart de Welzheim.
Crédits cliché M. Reddé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. 43 Parapet et merlons de la Saalburg (reconstitution). On observera la largeur des embrasures.
Crédits cliché M. Reddé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. 44 Typologie des portes en bois (Manning & Scott 1979, fig. 1).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende FIG. 45 Exemples de portes en bois : 1 Oberaden, porte sud ; 2 Rödgen, porte est ; 3 Haltern, porte orientale la plus récente ; 4 Nimègue 1, porte sud-est ; 5 Vindonissa, porte nord (phase de bois) ; 6 Vetera (camp néronien), porte sud ; 7 Künzing 2, porte orientale ; 8 Echzell (phase de bois), porte occidentale (1-4 : période augustéenne ; 5 : période tibérienne précoce ; 6 : vers 60 ; 7 : vers 120 ; 8 : période flavienne tardive).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 46 Reconstitution de la porte sud du camp augustéen de Marktbreit (Wamser 1991, 117, fig. 4)
Crédits dessin M. Pietsch.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende FIG. 47 Porte sud du camp tardo-flavien de Rottweil III. Essais de reconstitution (Planck 1975, 60).
Crédits dessin D. Planck.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende FIG. 48 Portes en pierre de camps légionnaires : 1 Vindonissa, porte nord ; 2 Vindonissa, porte ouest (datation et plan incertains) ; 3 Neuss, porte sud-ouest ; 4 Nimègue (phase en pierre), porte sud-est ; 5 Mirebeau ; 6 Regensburg, porte nord.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende FIG. 49 Mirebeau. Reconstitution de la porte orientale du camp flavien (Goguey & Reddé 1995, fig. 20).
Crédits dessin J.-P. Adam.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende FIG. 50 Portes en pierre de castella auxiliaires : Wiesbaden, porte ouest ; 2 Ladenburg, porte ouest ; 3 Echzell, porte nord-est ; Hanau/Kesselstadt, porte nord-ouest ; 5 Hesselbach, porte nord-ouest ; 6 Osterburken, camp annexe, porte sud-est ; 7 Niederbieber, porte sud ; 8 Valkenburg 6, porte sud-est (1-2 : vers 100 ; 3 : 1re moitié du IIe s. ; 4 : flavien ? ; 5 : vers 145 ; 6-8 : fin du IIe s).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende FIG. 51 Reconstitutions de la porte nord-est du castellum de numerus à Hesselbach (Odenwald), phase de pierre, vers 145 (Baatz 1973b, fig. 9).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 52 Reconstitutions des portes de la Saalburg : a porte prétorienne ; b porta principalis.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende FIG. 53 Fossés reconstitués de la Saalburg.
Crédits cliché M. Reddé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 54 Maquette du camp de Neuss montrant le complexe central des bâtiments de commandement : principia au premier plan et praetorium au second.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 55 Coupe théorique longitudinale des principia (Johnson 1987, fig. 78).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 56 Cour des principia reconstitués de la Saalburg. Un puits est visible dans l’angle.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 71 Les principia de Doura Europos (Hopkins & Rowell 1934, pl. 3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 9,7k
Légende FIG. 57 Reconstitution de l’aedes principiorum à la Saalburg.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 58 a Autels des thermes de Risingham (Fellmann 1983, fig. 18) ; b autel de Birrens (Fellmann 1983, fig. 17). La partie supérieure montre une représentation de l’aedes principiorum.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende FIG. 59 Reconstitution d’une arca sous la chapelle aux enseignes (Johnson 1987, fig. 86).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 60 Hall d’entrée des principia reconstitués de la Saalburg : a vue latérale, depuis l’extérieur ; on remarquera la saillie de la halle par rapport au flanc du bâtiment ; b vue intérieure.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende FIG. 61 Les principia d’Oberaden.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 62 Les principia et le praetorium de Haltern (Kühlborn 1991, fig. 4).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 63 Les principia de Marktbreit (Pietsch 1993, fig. 1).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende FIG. 64 Les principia de Novaesium (Neuss) [Pietsch 1993, fig. 3, 5],
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende FIG. 65 Les principia et le praetorium de la XXIe légion à Vindonissa (Windisch) [d’après Fellmann 1983, fig. 35 ; plan complété d’après les nouvelles fouilles de J. Trumm],
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende FIG. 66 Les principia du double camp de Vetera (Xanten) [Fellmann 1983, fig. 37],
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. 67 Les principia du Koenenlager de Novaesium (Neuss) [Fellmann 1958, fig. 61],
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende FIG. 68 Les principia et le praetorium de la XIe légion à Vindonissa (Windisch) [Fellmann 1983, fig. 36].
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 69 Les principia d’Inchtuthill (Fellmann 1983, fig. 38).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 6,5k
Légende FIG. 70 Les principia de Gemellae (Trousset 1977, fig. 2).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 6,3k
Légende FIG. 72 Les principia de Lambèse (Fellmann 1983, fig. 41).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 73 Les principia de Lauriacum (Enns) [RLÖ, 13, 1919, pl. 1],
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende FIG. 74 Les principia d’Aalen, fort de l’ala II Flavia (Planck 1988, fig. 29).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende FIG. 75 Les principia de Quintana (Künzing) [Fellmann 1983, fig. 32],
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 76 Les principia de Kaiseraugst : plan du bâtiment aux absidioles.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 8,5k
Légende FIG. 77 Praetoria de Bretagne et de Germanie (Johnson 1987, fig. 101).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende FIG. 78 Le praetorium d’Oberaden (Kühlborn 1995, 109).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 79 Maison de tribun à Haltern (plan J-S. Kühlborn).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 80 Maisons de tribuns à Oberaden (plan J-S. Kühlborn).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 81 Maisons de tribuns : a Vetera (Lehner 1930, pl. 3-4, fig. 43) ; b maison I d’Inchtuthil (Pitts & St. Joseph 1985, fig. 29) ; c maison II d’Inchtuthil (Pitts & St. Joseph 1985, fig. 31).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende FIG. 82 Schéma théorique d’un bloc de casernement (Johnson 1987, fig. 127).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 9,3k
Légende FIG. 83 Casernements reconstitués à la Saalburg : a au premier plan, le quartier du centurion ; b ruelle entre deux blocs ouverts par des portiques donnant sur les chambrées ; c baraque vue de l’extérieur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende FIG. 84 Plans comparés de différents casernements légionnaires d’époque augustéenne.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Légende FIG. 85 Baraquements de Valkenburg : a plan du 1er état ; b vue de la fouille ; à gauche la chambrée (papilio), à droite l’antichambre (arma) ; entre les deux, emplacement du foyer ; c technique de construction des murs (Johnson 1987, 119, fig. 75).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 86 Camp légionnaire de Vindonissa. Fouille d’une caserne avec le logement du centurion au premier plan et les baraques des soldats en arrière plan.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 87 Reconstitution d’une chambrée (Johnson 1987, fig. 31).
Crédits dessin D. Baatz.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 88 Reconstitution d’une chambrée à la Saalburg.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 89 Casernements de la 1re cohorte de Nimègue (Petrikovits 1975, fig. 3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 90 Plans comparés de différents casernements légionnaires et auxiliaires des Ier et IIe s.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende FIG. 91 Les horrea près de la porte orientale d’Anreppen (Kühlborn 2005, 125).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 92 Horrea du type "sur poteaux porteurs" (type I).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende FIG. 93 L’horreum en bois : a reconstitution du Lunt (Baginton, West Midlands, Angleterre) [cliché M. Reddé] ; b coupe théorique d’après les vestiges de Rödgen (Schönberger & Simon 1976, fig. 8).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 94 L’horreum en pierre : a coupe théorique (Gentry 1976, fig. 1) ; b reconstitution (Johnson 1987, fig. 114).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende FIG. 95 Magasins à cour centrale (type II).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende FIG. 96 Autres types de magasins.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende FIG. 97 Melun, hôtel du département de Seine-et-Marne : structures de magasins ?
Crédits dessin J. Galbois.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende FIG. 98 Plans comparés de différentes fabricae.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende FIG. 99 Plans de fabricae (Schönberger 1979, fig. 2) : a Valkenburg ; b Wiesbaden.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende FIG. 100 La fabrica d’Oberstimm (Schönberger 1978, 16, 19, 23) : a plan ; b reconstitution du réservoir en bois ; c reconstitution de la chambre de fumage.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 101 Fours de la Saalburg : a vestiges mis au jour (cliché Saalburg-Museum, Bad Homburg) ; b reconstitution.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende FIG. 102 Profil théorique des fours et des auvents adossés au rempart de la Saalburg (Junkelmann 1997, fig. 71).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende FIG. 103 Boulangerie de Stockstadt am Main (Johnson 1987, fig. 148).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 7,1k
Légende FIG. 104 Différents hôpitaux légionnaires connus en Germanie.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende FIG. 105 Maquette de l’hôpital de Vetera (Rheinisches Landesmuseum, Bonn).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 106 Valetudinarium de Novae : a la cour ; b une chambre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende FIG. 107 Hôpitaux auxiliaires ? (Johnson 1987, fig. 121).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende FIG. 108 a Thermes précoces de Vindonissa (Hagendorn et al. 2003, fig. 94, 102) ; b thermes de Marktbreit (Bidwell 2002, fig. 4) ; c thermes d’Anreppen (Bidwell 2002, fig. 5).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende FIG. 109 Emplacement des thermes à la sortie des camps auxiliaires de Germanie supérieure : a camps de cohortes et d’ailes ; b forts de numéros et autres petits fortins (Sommer 1988, fig. 18).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 110 Les thermes de Walldürn : a phase 1 ; b phase 2, 1er état ; c phase 2, 2e état (Baatz 1978, fig. 22). A apodyterium, F frigidarium, P piscine, T tepidarium, C caldarium, S sudatorium.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende FIG. 111 Bearsden. Latrine de type I : a plan de la latrine dans son contexte thermal (Breeze 1984, 51, fig. 23b) ; b reconstitution (Breeze 1984, 57, fig. 27).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende FIG. 112 Usk. Latrine de type III : a relevé et plan d’interprétation des vestiges (Manning 1981, 150, fig. 56) ; b reconstitutions (Manning 1981, 151, fig. 57, 152, fig. 58).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-95.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende FIG. 113 a Disposition idéale des chevaux dans un camp de marche selon Hygin ; b disposition idéale des boxes, avec entrée par l’extérieur ; c types d’écuries à une et deux rangées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-96.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende FIG. 114 Reconstruction d’une écurie (Kemkes & Scheuerbrandt 1999, 85).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-97.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende FIG. 115 a Vue aérienne d’Inheiden : restes du vicus de part et d’autre de la route menant au camp (type 1, "à rue") [cliché O. Braasch] ; b plan du camp et du vicus de Sulz (type 2, "tangentiel") [Sommer 1999b, fig. 2].
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-98.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. 116 Reconstitution du vicus de Niederbieber (type 3, "annulaire") [Cüppers 1990, fig. 48],
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-99.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 117 Plan schématique du vicus de Butzbach (Baatz & Herrmann 1982, fig. 173).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-100.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende FIG. 118 Plan de Nida (Heddernheim) [Wenzel 2000. pl. h.t.].
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-101.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende FIG. 119 Plans de "maisons longitudinales" (Kaiser & Sommer 1994, fig. 263). Ladenburg/Kellerei : a côté ouest, phase 2b ; b côté ouest, phase 3b ; c bâtiment C4 ; d bâtiments F et G4 ; e Bregenz ; f Walheim, bâtiment 10 ; g Wimpfen ; h Zugmantel ; i Zugmantel ; j Heldenbergen, maisons C-E.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-102.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende FIG. 120 Le camp de marche selon Polybe. Il s’inscrit dans un carré de 600 m de côté (Johnson 1987, fig. 15).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-103.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 121 Le camp de marche selon Hygin 737 (Lenoir 1979, pl. h.t.).
Crédits dessin G. Monthel.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-104.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende FIG. 122 Fossés du camp de marche de Dorlar (Schnurbein & Köhler 1994,197, fig. 3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-105.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende FIG. 123 Traces des camps d’exercice d’Alpen/Veen, au sud-est du camp légionnaire de Vetera (d’après Horn 1987, fig. 280).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-106.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 124 Les "retranchements de César" à Nointel (d’après Matherat 1943, fig. 1).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-107.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 125 Le limes du Lautertal, ou Sibyllenspur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-108.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende FIG. 126 La Sibyllenspur à Dettingen unter Teck (Planck 1987, fig. 7, 11) : a plan général du système défensif d’après les fouilles de 1982 et la photographie aérienne ; b plan et coupe de l’ouvrage linéaire.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-109.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende FIG. 127 Reconstitution de la Sibyllenspur (RLD 1992, fig. 43).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-110.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende FIG. 128 Fortifications militaires du limes de Germanie supérieure et de Rétie depuis l’époque de Domitien (RLD 1992, fig. 21).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-111.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende FIG. 129 Les secteurs du limes d’après l’ORL (Baatz 2000, fig. 52).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-112.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 130 Les différentes étapes de la construction du limes : a en Germanie supérieure ; b en Rétie (Baatz 2000, fig. 32 et 36).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-113.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende FIG. 131 Le Pfahlgraben : a vue aérienne près de Haghof ; b restes au sol, près de la Saalburg.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-114.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende FIG. 132 La dernière phase du limes de Germanie supérieure : a reconstitution traditionnelle ; b nouvelle proposition de E. Schallmayer.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-115.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 133 La palissade : a fondations de poteaux entre les postes de garde 66 et 67 dans le Taunus (ORL A, II, Str. 3, pl. 11, fig. 2) ; b près de Mônchsroth (Rétie), poteaux mis au jour par Wilhelm Kohl en 1894.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-116.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende FIG. 134 Mur en pierres sèches remplaçant la palissade près du poste 10/34 et couvrements (ORL A, 5, Str. 10, pl. 8, fig. 4.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-117.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. 135 Mur de pierre et passage au nord de Jagsthausen (RLD 1992, fig. 65).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-118.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 136 a Poste de garde 1/18 Auf der Wurzel : restes de deux tours de pierre et d’une tour de bois près d’un passage à travers le limes ; la tour de bois, la plus ancienne, et dont seul subsiste le fossé, a été remplacée sur place par une tour de pierre, avant qu’une seconde tour de pierre ne soit érigée (ORL A, l, Str. 1, pl. 6, fig. 3) ; b tour en bois 2/27 dans le Taunus (ORL A, I, Str. 2, pl. 7, fig. 2e).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-119.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende FIG. 137 Plan et reconstitution de quelques tours du limes : a la tour en bois 10/26, dans l’Odenwald (Baatz 2000, 43, fig. 25 et 26) ; b une tour en pierre du Str. 10 dans l’Odenwald (Baatz 2000, fig. 94) ; c la tour en pierre 1/68 à Hillscheid (Schmidt 2000, fig. 171).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-120.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 138 Colonne Trajane : au milieu de la scène inférieure apparaît une tour de guet en bois avec une torche servant aux signaux (Settis et al. 1988) (cliché Eugenio Monti).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-121.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 139 Coupe reconstituée d’une tour en pierre du limes (Baatz 2000, fig. 29).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-122.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 140 Quelques éléments d’architecture des tours de l’Odenwald (dessins Römisch-Germanische Kommission des Deutschen Archäologischen Instituts, Francfort) : a WP 36 Am Fischerpfad ; b WP 29 Im unteren Seeschlag ; c WP 33 Kahler Buckel ; d WP 37 In der Schneidershecke ; e WP 42 Im Säubaumacker (ORL A, V/, Str. 10, pl. 6, 8, 10, 15, 16).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-123.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende FIG. 141 Le poste de garde In der Schneidershecke (ORL A, V, Str. 10, WP 10/37).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-124.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende FIG. 142 Reconstitution de la tour de garde 10/37 In der Schneidershecke (Schallmayer 1984a, 104).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-125.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende FIG. 143 Moulage des statues de la tour de garde 10/37 In der Schneidershecke exposé à Walheim (cliché M. Reddé).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-126.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 144 La tour des environs de Gleichen (Beck & Planck 1980, 69, fig. 50).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22258/img-127.jpg
Fichier image/jpeg, 33k

Auteurs

Berlin, Allemagne

Hofheim, Allemagne

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search