Version classiqueVersion mobile

Le triangle du XIVe

 | 
Sabine Chalvon-Demersay

Préface

Howard Becker
Traduction de Dominique Pasquier

Texte intégral

1Le triangle du XIVe arrondissement, petite enclave proche de Montparnasse, a connu durant la période où Sabine Chalvon-Demersay l’a étudié, des changements substantiels dans sa population, et, de ce fait, dans beaucoup d’aspects de son fonctionnement et de ses modes d’organisation. Ces évolutions, en elles-mêmes, n’ont rien de différent de celles qui se produisent dans des milliers d’autres grandes villes d’Europe occidentale, d’Amérique du Nord et probablement du reste du monde.

2Dans tous les pays où les gens ont le droit de déménager librement – dans la limite bien sûr de leurs moyens financiers – des quartiers entiers changent, à travers un processus métabolique constant. Des éléments – individus, entreprises, organisations – déménagent, d’autres s’installent. Chacune de ces entrées ou de ces sorties, modifie légèrement la composition de l’ensemble du quartier. Répétés un grand nombre de fois, de tels mouvements aboutissent à une transformation profonde.

3On pourrait tenir un raisonnement de mathématicien, et penser que les caractéristiques propres aux arrivants et aux partants ont peu d’importance du moment qu’on peut les classer en catégories. Pour une analyse de ce type, il suffirait, par exemple, de dire qu’il y a des jeunes et des personnes âgées, ou bien des femmes et des hommes, ou bien des individus de telle ou telle origine sociale, et de préciser dans quelle proportion. Si, sur une période donnée, le quartier perd 2 % de personnes âgées (ou de femmes ou de membres des classes supérieures...) et gagne un pourcentage similaire de jeunes (ou d’hommes ou d’ouvriers), à l’issue d’un long processus, la population se répartira différemment. Il est bien sûr possible de s’intéresser aux schémas que propose ce type d’analyse dont la complexité s’accroît avec le nombre de catégories et de combinaisons envisagées (Mc Phee 1963).

4Mais le mouvement urbain et le changement social conduisent aussi, inévitablement, à la confrontation de groupes différenciés. Les sous-groupes d’une population urbaine ne se distinguent pas seulement par l’âge, le sexe ou la classe sociale. Ils diffèrent aussi par leurs cultures. Ils ont chacun une idée bien précise de ce qu’ils souhaitent trouver dans leur environnement immédiat : certaines apparences, certains bruits, certaines odeurs ou certaines sensations. Même si ce n’est pas toujours explicite, ils ont une idée de la manière dont ils veulent vivre, et évaluent leur habitation potentielle en fonction de son adéquation avec le style de vie qu’ils espèrent y mener. Quand un nouveau groupe, avec une conception de la vie qui diffère de celle des résidents déjà présents, emménage dans un quartier, celui-ci change à mesure que les modes de vie des nouveaux arrivants s’intègrent dans l’environnement des anciens habitants.

5C’est ainsi que le triangle du XIVe arrondissement s’est modifié quand les « intellos » ont découvert que c’était un endroit où ils pouvaient penser vivre comme dans un « vrai village », aux côtés d’artisans et d’ouvriers dont leurs idéaux politiques leur avaient appris qu’il fallait être proches. Le quartier avait, de plus, l’avantage d’être situé à proximité de beaucoup des endroits où ils désiraient aller (d’où le paradoxe que souligne Sabine Chalvon-Demersay : on choisit un lieu précisément parce que de cet endroit, il est facile de se rendre ailleurs), et les prix n’y étaient pas aussi élevés que dans le Quartier latin que la plupart venaient de quitter. C’était aussi un quartier qui comportait de nombreux logements vacants du fait des décès ou des départs de la population ancienne.

6Des anciens habitants, toutefois, il en restait encore, et ils avaient eux aussi des idées assez précises sur ce que devait être leur environnement. Les différences de culture entre les deux groupes étaient nombreuses, entraînant un certain nombre de conséquences sur la vie de quartier.

7Tout d’abord, des groupes socialement différenciés n’ont pas les mêmes modèles de consommation. Les nouveaux habitants ont des goûts et des habitudes alimentaires différents, et progressivement les restaurants et les commerçants commencent à s’y adapter. Le boulanger, qui était là depuis trente ans, doit faire face à la concurrence d’un nouveau venu qui se vante de n’utiliser ni gaz ni électricité et de faire cuire son pain au feu de bois. Les nouveaux habitants apprécient cette différence subtile, et ce qui est un problème pour un boulanger devient une opportunité pour un autre. Ce scénario peut être décliné sans fin.

8Plus encore, les deux populations se différencient dans les petites routines de la vie quotidienne. Des femmes mettent à sécher leur lingerie intime dans des endroits où l’on peut l’apercevoir, ou se promènent nues dans leurs appartements, laissant leurs silhouettes dévêtues s’encadrer dans des fenêtres sans rideaux, au risque de scandaliser des voisins plus traditionnels. Les nouveaux habitants reçoivent des invités à toute heure du jour ou de la nuit, et font du bruit à des moments ou à des occasions où les autres sont silencieux. Ils ne sont sensibles à aucune de ces petites allusions qui en principe doivent suffire à ramener des voisins à des conduites plus convenables (tout comme les anciens habitants ignorent les tentatives du même genre des nouveaux venus).

9Et, de fait, le voisinage se révèle moins sympathique et moins « villageois » que les nouveaux habitants ne l’avaient espéré. Ils font l’expérience de petits conflits inattendus et essuient même quelques rebuffades. Ils se croient généralement mieux intégrés dans leur environnement qu’ils ne le sont en réalité, pensent que le patron du bistrot du coin est de leurs amis, parce qu’il leur offre un café, alors que ce geste fait partie de sa stratégie commerciale habituelle et qu’il n’a pas la moindre idée de leur identité. Pour toutes ces raisons, et pour d’autres encore, les nouveaux arrivants finissent par se sentir presque importuns. Ils tentent alors de transformer l’ambiance du voisinage en faisant s’installer, dans les appartements qui se libèrent, des amis à eux. Ce qui accroît le décalage numérique entre les deux populations, et a pour conséquence paradoxale et déplaisante que, petit à petit, le quartier finit par ressembler à celui qu’ils avaient quitté lorsqu’ils désiraient vivre une expérience urbaine plus authentique, au milieu de « gens vrais ». Ils se plaignent de ce que dans la rue, maintenant, tout le monde leur ressemble, déplorent le fait que les magasins commencent à être les mêmes que ceux des quartiers chics de la capitale, et, pire encore, que les prix augmentent au fur et à mesure de l’évolution du quartier. La transformation de celui-ci a certes attiré des habitants plus fortunés, mais il y a eu aussi des évolutions au sein de leur propre groupe. Certains d’entre eux, grâce à leur réussite professionnelle, se sont mis à gagner plus d’argent, d’autres ont touché un héritage, ce qui leur permet de suivre l’augmentation des loyers, et même d’acheter des appartements jusque-là inaccessibles.

10J’ai laissé de côté de très nombreux détails qui font toute la finesse de l’analyse de Sabine Chalvon-Demersay. C’est aux lecteurs de les découvrir par eux-mêmes. Je voudrais maintenant m’arrêter sur quelques-uns des outils analytiques qu’elle a utilisés pour parvenir à cette compréhension subtile du processus du changement urbain, outils qui peuvent servir bien au-delà de l’étude de cas présentée ici, et qui donnent à ce livre son « exemplarité » – au sens où l’entend Thomas Kuhn ( 1970) – pour d’autres recherches du même type.

11Tout d’abord, il s’agit d’une analyse « compréhensive ». Fondée sur une vue d’ensemble, elle ne se concentre pas sur un groupe d’acteurs au détriment d’un autre. Ce n’est pas seulement une étude des nouveaux arrivants mais aussi de ceux qui vivaient là auparavant. Elle ne s’intéresse pas seulement aux habitants mais également aux commerçants. Ce n’est pas uniquement une étude des attitudes, même si les attitudes, les croyances et les idées y sont importantes. Elle s’attache également aux objets matériels ainsi qu’à leurs fonctions (comment, par exemple, la décoration d’une boîte aux lettres marque l’appartenance sociale et politique de son propriétaire et indique par là même à ceux qui l’utiliseront les possibilités de nouer des amitiés), traite des pratiques de la vie quotidienne (la lessive ou le ménage), s’intéresse aux activités de sociabilité (qui peut être invité et qui l’est, comment, pour quel type d’occasion, avec quels présupposés sur la manière dont se déroulera la soirée) ainsi qu’aux relations de voisinage (qui accepte de prendre quel type de responsabilités pour quelqu’un d’autre, qu’il s’agisse d’ouvrir à un livreur, de faire entrer un réparateur, ou de s’occuper d’enfants laissés sans surveillance).

12C’est aussi une analyse séquentielle. Elle ne dit pas, contrairement à tant de travaux sur les phénomènes sociaux, que les choses arrivent d’un seul coup. Elle ne dit pas non plus que différentes « variables » exercent leur effet simplement par leur combinaison, formant une sorte de vecteur de forces qui « produirait » un résultat. Au contraire, l’analyse suggère que le changement social est dû à tout un ensemble de petits événements, répétés, qui se produisent sous formes de séquences, chaque séquence créant les conditions qui rendent possible l’étape suivante. Un bon exemple en est l’analyse de Sabine Chalvon-Demersay sur la manière dont la première vague de nouveaux habitants, qui avait partiellement pris possession du quartier, l’a progressivement transformé à un point tel qu’ils ne s’y sentaient plus chez eux. C’est là étudier les processus sérieusement : identifier les étapes du changement et comprendre comment elles s’enchaînent les unes aux autres.

13Cette approche séquentielle mène naturellement, et même inévitablement, à une approche historique. Elle conduit à analyser comment des changements relativement menus dans le paysage urbain s’inscrivent dans des transformations à long terme (depuis qu’Haussmann a transformé si spectaculairement la ville), en soulignant que des faits bien antérieurs ont créé les conditions des changements qu’on peut observer aujourd’hui. Les événements de mai 68 sont alors compris comme l’une des sources majeures des idées, des désirs et du regroupement des nouveaux habitants dans ce quartier.

14De même, l’analyse se porte tout naturellement vers des espaces plus vastes : la ville de Paris devient une sorte d’échiquier sur lequel se joue le jeu de la mobilité sociale et résidentielle. Le XIVe arrondissement et, en son sein, cette petite enclave triangulaire, est comparé par ceux qui souhaitent s’y installer à d’autres choix possibles d’habitat et de mode de vie.

15Tout ceci pour dire que l’analyse présentée ici est, à la manière des meilleurs travaux de sciences sociales, profondément impliquée dans les particularités de l’histoire qu’elle raconte – s’attachant aux détails les plus menus, et, semble-t-il, les plus triviaux. Elle est, dans le même temps, fort pertinente pour répondre aux questions sociologiques et politiques centrales que pose la vie urbaine contemporaine. Nous savons tout des espoirs et des désillusions des habitants qui vivent dans cette partie du XIVe, nous connaissons les peurs et les aspirations qu’ils nourrissent pour leurs enfants, leurs habitudes de consommation comme leurs coussins disposés sur le plancher, à même le sol. Et nous comprenons pourquoi tout cela est important pour saisir leur vie quotidienne.

16En même temps, nous voyons à l’œuvre des processus plus généraux, des formes sociales abstraites que ces coussins ou ces enfants incarnent à ce moment-là et dans ce lieu précis. Nous voyons comment les différences de revenus, quelle que soit la manière dont elles se manifestent, conduisent à la désintégration de ce qui avait été autrefois un groupe social solidaire. Nous apprenons que les modifications des équilibres démographiques des différents groupes amènent à reconsidérer l’attrait de cet endroit. Nous comprenons que la réalisation d’un rêve mène à sa destruction. Ces processus se déroulent dans de multiples autres sites urbains contemporains, et cette étude extrêmement fouillée du triangle du XIVe nous permet de comprendre ce qu’il faudra chercher ailleurs. Il ne s’agit pas de penser retrouver les mêmes détails dans d’autres lieux, mais d’y rechercher le même type de relations entre des groupes sociaux différenciés et le moment, historiquement daté, où ils se retrouvent face à face. Nous savons que nous devons regarder, dans toute étude sur le changement urbain, les détails particuliers qui traduisent des processus plus généraux, qui peuvent se manifester chaque fois différemment mais que nous connaissons maintenant assez bien pour les reconnaître sous d’autres apparences.

17Ce livre, enfin, se distingue par son humour et son appréciation ironique de la situation paradoxale dans laquelle ces nouveaux habitants se sont plac2s en provoquant par leurs modes de vie des phénomènes qu’ils voulaient, précisément, éviter. Il faut espérer que d’autres sociologues profiteront de cet exemple pour comprendre que l’on peut produire de la connaissance sans être ennuyeux ni pontifiant.

Bibliographie

Références bibliographiques

Kuhn, T. 1970. The Structure of Scientific Revolutions, Chicago, University of Chicago Press.

Mc Phee, W. 1963. Formal theories of Mass Behavior, Glencoe, Free Press.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search