Version classiqueVersion mobile

L’architecture de la Gaule romaine — Les fortifications militaires

 | 
Michel Reddé
, 
Raymond Brulet
, 
Rudolf Fellmann
, 
et al.

Partie 1. Le cadre historique et l’évolution architecturale

Chapitre 1. L’évolution du dispositif militaire romain en Gaule de la conquête aux grandes invasions

Michel Reddé, Siegmar von Schnurbein, Rudolf Fellmann, Dietwulf Baatz, Raymond Brulet et Jürgen Oldenstein

Texte intégral

Repères chronologiques

AVANT JÉSUS-CHRIST

125

Début de la conquête romaine dans le midi de la Gaule

113-102

Invasion des timbres et des Teutons

58-51

Guerre des Gaules

45-43

Fondation des colonies de Nyon, Lyon et de la colonia Raurica (future Augst)

17 ou 16

Défaite de Lollius

16-13

Conquête des Alpes

12

Début de l’offensive de Drusus en Germanie

APRÈS JÉSUS-CHRIST

9

Défaite de Varus. Abandon des possessions romaines sur la rive droite du Rhin

14

Mort d’Auguste. Révolte des légions de Germanie. Avènement de Tibère. Campagnes de Germanicus en Germanie jusqu’en 16

21

Révolte de Florus et Sacrovir en Gaule

37

Avènement de Caligula

39

Campagnes de Caligula sur le Rhin

41

Avènement de Claude. Réorganisation des troupes sur le limes rhénan

43

Expédition de Claude en Bretagne

47

Campagnes de Corbulon en Germanie du Nord

50

Fondation de la colonia Claudia Ara Agrippinensium (Cologne)

54

Avènement de Néron

68

Révolte de Vindex en Gaule. Assassinat de Néron. Avènement de Galba

69

Avènement d’Othon. Révolte de Vitellius et de l’armée de Germanie. Troubles graves dans la Gaule du Nord-Est. Révolte des auxiliaires bataves, des Trévires, des Lingons. Avènement de Vespasien. Bataille de Crémone

70

Campagnes de pacification en Gaule du Nord-Est. Reconstruction générale des camps du Rhin. Réorganisation des garnisons

72 ?-74

Campagnes de Cn. Pinarius Cornélius Clemens. Conquête des Champs Décumates

79

Avènement de Titus

81

Avènement de Domitien

83-84

Campagnes contre les Chattes

vers 85-86 ?

Création des deux provinces de Germanie

88-89

Révolte de Saturninus en Germanie supérieure. Reprise en main de Domitien, réorganisation du dispositif militaire

à partir de 90

Débuts de la construction du limes de Germanie supérieure

96

Avènement de Nerva

98

Avènement de Trajan. Réorganisation du dispositif militaire en Germanie

à partir de 101

Création de la colonia Ulpia Traiana (Xanten). Politique de municipalisation des anciens territoires militaires de la rive droite, en Germanie supérieure. Construction et achèvement du limes

121

Avènement d’Hadrien. Voyage de l’empereur en Gaule. Transformations du limes

138

Avènement d’Antonin

vers le milieu du iie s.

Nouvelles modifications du limes. Abandon progressif du limes de l’Odenwald et du Neckar, et déplacement vers l’est

161

Avènement de Marc-Aurèle et de Lucius Verus

180

Commode seul empereur

185

Troubles en Gaule. Révolte de Maternus

sous
Commode ?

Nouveau renforcement du limes ?

193-194

Règnes de Pertinax, puis Didius lulianus, puis Pescennius Niger. Avènement de Septime Sévère

197

Bataille de Lyon. Victoire de Sévère contre Clodius Albinus

211

Caracalla seul empereur

213

Premières campagnes contre les Alamans

217

Avènement de Macrin

218

Avènement d’Élagabal

222

Avènement de Sévère Alexandre

233

Guerre contre les Alamans

235

Assassinat de Sévère Alexandre par les soldats à Mayence. Avènement de Maximin. Guerre contre les Alamans

238

Règnes de Gordien I et II, de Pupien et Balbin

238-244

Règne de Gordien III

244-249

Règne de Philippe l’Arabe

249-251

Règne de Trajan Dèce

251-253

Règnes de Trébonien Galle, Volusien puis Hostilien

253

Avènement de Valérien. Premières attaques des Francs en Germanie et des Alamans en Rétie

256

Victoires en Germanie, guerre contre les Alamans. Début des incursions des Frisons, Saxons et Francs sur les côtes de la Gaule

259-261

Incursions des Alamans. Abandon progressif des Champs Décumates

260

Valérien prisonnier des Parthes. Gallien seul empereur. Usurpation de Postume, début de l’Empire gaulois

268

Avènement de Claude II

269

Assassinat de Postume. Victoire de Claude II contre les Alamans sur le lac de Garde

270

Avènement d’Aurélien. Guerre contre les Alamans en Italie

271

Tétricus empereur en Gaule

274

Fin de l’Empire gaulois

275-276

Règne de Tacite. Grande invasion des Alamans en Gaule

276-282

Règne de Probus

282-284

Règnes de Carus, puis de Carin, puis de Numérien

284

Avènement de Dioclétien

285

Maximien nommé César

286-296

Usurpation de Carausius puis d’Allectus, dans le nord de la Gaule et en Bretagne

293

Instauration de la Tétrarchie

296

Reconquête de la Bretagne par le César Constance Chlore

305

Deuxième Tétrarchie. Avènement de Constance Chlore

307

Avènement de Constantin

311

Victoire de Constantin sur Maxence

324

Victoire de Constantin sur Licinius

337

Avènement de Constantin II, Constance II et Constant

341-343

Guerres de Constant contre les Francs et les Alamans

350-353

Usurpation de Magnence

351

Bataille de Mursa

352

Invasions des Alamans en Gaule

354-356

Campagne de Constance en Gaule. Révolte de Silvanus (355). Nouvelles invasions

355-361

Campagnes de Julien en Gaule. Proclamation de Julien à Lutèce (360)

364

Avènement de Valentinien Ier. Partage de l’Empire avec Valens

365

Invasion des Alamans

368

Prise de Mayence par les Alamans. Guerres jusqu’en 370

à partir de 370

Invasions franques et saxonnes

375

Avènement de Gratien et Valentinien II. Nouvelles invasions alémaniques

383-386

Usurpation de Maxime. Incursions franques

388

Pillage de Cologne par les Francs et les Saxons

393

Avènement d’Honorius

401-402

Une grande partie de l’armée de campagne, sous les ordres de Stilichon, quitte la Gaule du Nord

406-407

Grande invasion de Germains et d’Alains. Effondrement des défenses romaines sur le Rhin

1.1 L’occupation militaire de la Gaule avant l’offensive en Germanie

1MICHEL REDDÉ

2(Les sites faisant l’objet d’une notice en seconde partie apparaissent en gras dans le texte de la première partie)

3Connus surtout par les textes, les événements militaires qui ont marqué la conquête de la Gaule transalpine n’ont laissé que peu de traces archéologiques. On sait d’ailleurs aujourd’hui que, contrairement au récit bien ordonné de l’historiographie traditionnelle, qui concevait la mainmise de Rome sur le midi de la Gaule comme une irruption brutale, en 125 av. J.-C., à la suite d’une requête de Marseille aux prises avec ses voisins indigènes, la pénétration italienne remonte en réalité au lendemain de la seconde guerre punique. Elle fut lente, progressive, économique et culturelle autant que militaire, et les campagnes menées par Rome de 125 à 118 constituent finalement moins un point de départ qu’un aboutissement (Ebel 1976 ; Goudineau 1978 ; Roman & Roman 1997).

4L’archéologie révèle çà et là des traces d’une destruction violente, marquée par la présence d’armes romaines, notamment des traits d’artillerie, sur différents oppida du Midi, dans des couches datées du dernier quart du iie s. : c’est le cas à Buffe-Arnaud, Entremont, Saint-Biaise, Baou de Saint-Marcel, Ollioules (Bérato et al. 1996 ; Garcia & Bernard 1995 ; Feugère 1994 ; Chabot & Feugère 1993). Ces armes constituent les seuls témoins des combats qui opposèrent l’armée romaine aux peuples gaulois lors de la phase militaire de la conquête. Des cantonnements légionnaires, aucune trace n’a été retrouvée, mais l’on sait qu’Aix-en-Provence, fondée par C. Sextius Calvinus en 124, fut l’une des bases de l’armée romaine (Tite-Live, Epit. 61), ainsi sans doute que Toulouse (Dion Cassius XXVII, 90).

5La soixantaine d’années qui séparent la fondation provinciale (118) de la conquête césarienne connut d’assez nombreux événements militaires : on doit citer en premier lieu l’invasion des Cimbres et des Teutons (113-102), d’abord vainqueurs à Orange (105), mais finalement battus près d’Aix par Marius (102) qui creusa pour la circonstance un canal entre Fos et la mer, afin de ravitailler ses troupes (Plutarque, Marius 15) ; ensuite la révolte des Tectosages pendant ces années de troubles, puis celle des Salyens en 90 (Tite-Live, Ep. 73). Lors de la sécession de Sertorius, les Aquitains, les Arécomiques, les Voconces et les Allobroges prirent parti pour le rebelle ; il était à craindre alors qu’une insurrection générale n’éclatât. L’arrivée de Pompée changea le cours des choses et le jeune chef livra une série de batailles sanglantes (Cicéron, De imp. Cn. Pompei XI, 30), qui rendirent la Gaule au Sénat en 77 (Salluste, Hist. II, 98, 9). Ses victoires furent immortalisées par le trophée qu’il éleva au Perthus et qui vient d’être récemment identifié (Castellvi et al. 1995). Fonteius, qui lui succéda avec la brutalité que l’on sait, eut sans doute à achever la répression contre les Voconces et contre les Volques (Cicéron, Pro Fonteio 5, 10 et 2, 4). La dureté de la domination romaine provoqua de nouveau une révolte chez les Allobroges en 66 (Cicéron, Att. 1, 1, 2 ; 1, 13, 2) puis en 62-61 (Dion Cassius XXXVII, 47-48), soit trois ans seulement avant le début du proconsulat de César. Mais, sur tous ces épisodes militaires, l’archéologie reste encore aujourd’hui singulièrement muette. Notre connaissance sur les pratiques militaires romaines au dernier siècle de la République reste donc fondée essentiellement sur les textes, particulièrement le livre VI de Polybe, ainsi que sur l’exemple exceptionnel, mais largement sous-étudié, des retranchements de Scipion devant Numance (133 av. J.-C.).

6La situation change avec la guerre des Gaules, même si le lieu où se déroula, en 58, le premier épisode du conflit –la bataille avec les Helvètes– n’a pu être localisé avec certitude à Montmort, au pied du Mont Beuvray, pas plus d’ailleurs que celui du combat contre Arioviste, quelque part dans le sud de l’Alsace. En revanche, l’histoire militaire de la seconde campagne (57) est désormais bien illustrée archéologiquement. César se trouvait en Cisalpine, ayant laissé Labienus et ses troupes hiberner chez les Séquanes, quand il apprit que tous les Belges, à l’exception des Rèmes, se coalisaient contre lui. Le proconsul lève alors de nouvelles troupes, marche contre ses adversaires et établit son camp au nord de l’Aisne, au lieu-dit Mauchamp, près de Berry-au-Bac, tandis que ses alliés éduens font diversion en attaquant les Bellovaques. Pendant ce temps, les Belges livrent un furieux assaut contre l’oppidum rème de Bibrax, situé à huit milles du camp romain. César y dépêche aussitôt des frondeurs baléares, des Numides et des archers crétois au secours de ses alliés rèmes. La découverte d’une monnaie d’Ebusus (Ibiza, Baléares) sur le site du Vieux Laon vient de permettre à B. Lambot, à la suite d’une démonstration brillante, de confirmer l’identification de cet oppidum avec le site de l’antique Bibrax (Lambot & Casagrande 1997). Devant ce renfort inattendu, les Belges coalisés lèvent le siège de Bibrax et se retournent contre les légions. La bataille se déroule alors devant Mauchamp, où César, appuyé à la rivière, résiste aux assauts de ses adversaires, qui sont finalement contraints de faire retraite (BG II, 8-1 1). Le camp mis au jour par les fouilles de Napoléon III avait été sérieusement contesté, en raison de la présence de clavicidae dont la chronologie était, jusqu’à une époque récente, considérée comme postérieure aux Flaviens (Lenoir 1977). L’existence, désormais bien attestée, de tels systèmes défensifs à Alésia vient contredire cette chronologie basse (Reddé 1995b) et faire du camp de Mauchamp le premier site militaire romain identifié en France.

7L’archéologie ne nous apprend plus grand-chose entre cet épisode et les grands événements de l’année 52, de sorte que nous devons nous contenter de suivre le récit césarien : ainsi est-on encore tout à fait incapable, malgré des efforts aussi anciens qu’innombrables, de localiser avec précision le lieu du combat naval contre les Vénères, en 56, les champs de bataille de 55 en Germanie, ceux de 54 en Bretagne ou les hiberna de cette même année, au cœur de la Belgique. En 53, César continue de ravager les territoires des Belges et mène une seconde expédition de l’autre côté du Rhin, chez les Ubiens.

8Les épisodes de l’année 52 constituent en revanche une aubaine pour l’historien, dans la mesure où ils fournissent un éclairage exceptionnel et pratiquement unique sur les pratiques de la castramétation et de la poliorcétique romaines au milieu du ier s. av. n.è. Malgré les incertitudes qui ont parfois pesé –injustement– sur la rigueur des fouilles du second Empire, première entreprise archéologique de grande ampleur menée en France, les recherches les plus récentes montrent qu’il n’y a plus aucune raison de douter de l’identification ni de Gergovie ni d’Alésia. La localisation d’Uxellodunum, dernière place forte de la résistance gauloise, en 51 av. J.-C., et que Napoléon III avait proposé de reconnaître au Puy d’Issolud (commune de Vayrac, Lot), semble désormais confirmée par des fouilles récentes (Girault 2001). En revanche, on abordera avec quelque réserve le dossier de Nointel (Oise), réputé constituer la base des opérations romaines contre les Bellovaques en 51 (BG VIII, 6). S’il est vrai que la montagne de Nointel et Catenoy, devant Clermont (Oise), contient de nombreux retranchements, sur une superficie de plus de 35 km2, la publication très sommaire qui en a été faite (Matherat 1943) ne permet pas de discriminer avec précision ce qui peut être romain de ce qui est probablement celtique, et la question mériterait assurément d’être reprise grâce à de nouvelles fouilles. Un cas très particulier, mais aussi très incertain, car sa chronologie précise n’est pas solidement établie, est offert désormais par le camp de Melun, sans doute une base logistique, située au bord de la Seine, et qu’on serait évidemment tenté de rattacher à la campagne de Labienus en 52 (BG VII, 58). Une datation sensiblement plus tardive, jusqu’au règne d’Auguste, est toutefois possible.

9Le coup d’éclairage fort vif que constituent les ensembles militaires césariens ne dure pas. Sitôt achevée la guerre des Gaules, on retombe peu ou prou dans l’ignorance sur le cantonnement des légions. Certes, Hirtius (BG VIII, 54) nous apprend que le proconsul laissa derrière lui huit légions, quatre chez les Belges et quatre chez les Éduens (fig. 1). Mais cette situation n’a sans doute pas duré très longtemps, César, pour se lancer à l’assaut du pouvoir, ayant besoin du formidable instrument guerrier tout dévoué à sa personne qu’il avait forgé pendant la guerre des Gaules. Si des garnisons romaines ont assurément subsisté dans les années qui suivirent le passage du Rubicon, on ignore tout de leur localisation et de leur force. La situation, au demeurant, a pu changer avec le temps, les peuples gaulois, d’abord exsangues, n’ayant pas tous accepté sans révoltes une domination certes encore peu organisée administrativement, mais sans doute déjà lourde en raison du poids des impôts et des levées d’hommes nécessaires aux compétiteurs de l’Empire. Les différentes sources de l’annalistique romaine se font l’écho de ces soubresauts, pas toujours aisés à réprimer, et qui semblent se multiplier dans les années vingt, notamment sur les marches belges et germaniques : en 46, D. lunius Brutus Albinus est aux prises avec les Bellovaques (Tite-Live, Epit. 114 ; Appien II, 48). En 44-43, L. Munatius Plancus mena trois puis cinq légions contre les Rètes (CIL 12, p. 50 ; Cicéron, ad Fam. 8 et 10). Les années 39-37 voient le premier séjour d’Agrippa en Gaule, une expédition contre les Aquitains et une nouvelle traversée du Rhin, avec le déplacement des Ubiens sur la rive gauche du fleuve (Strabon IV, 6, 11 ; Appien V, 75 et 92 ; Dion Cassius XLVIII, 49). Peut-être est-ce aussi alors que commença la construction du fameux réseau routier dit “d’Agrippa” (Strabon IV, 6, 11). En 30, C. Carrinas triumphauit ex Gallis, c’est-à-dire des Morins et des Suèves (CIL 12, p. 76 ; Dion Cassius LI, 21). L’année suivante, c’est le tour de M. Nonius Gallus de lutter contre les Trévires et diverses tribus germaniques (Dessau 895 ; Dion Cassius LI, 20). En 28 commencent les campagnes de M. Valerius Messala contre les Aquitains et les peuples du nord-ouest espagnol (CIL 12 p. 50, 77 ; Appien IV, 38). En 25, nouvelle expédition contre des Germains qui ne sont pas autrement précisés par Dion Cassius (LIII, 26). Enfin, après le second séjour d’Agrippa (19-17), c’est la fameuse clades Lolliana qui voit le légat Lollius vaincu en 17-16 avec ses légions dans une guerre outre Rhin par les Sicambres, les Usipètes et les Tenctères (Suétone, Auguste 23 ; Velleius Paterculus II, 97 ; Dion Cassius LIV, 20), prélude à la présence personnelle d’Auguste en Gaule, à la véritable structuration administrative de ce pays et à l’offensive de Drusus en 12. On n’oubliera pas non plus de mentionner, bien que les Alpes n’aient pas alors fait partie des Gaules, stricto sensu, les opérations contre les peuples montagnards restés libres et qui menaçaient les communications avec l’Italie. Ceux-ci furent réduits entre 16 et 13 grâce à une série de campagnes célébrées en 7-6 par l’érection du trophée de La Turbie, au-dessus de Monaco (Barruol 1975). On doit enfin rappeler, bien qu’il s’agisse d’un événement militaire relatif aux guerres civiles de Rome, le siège de Marseille par les troupes césariennes, en 49 av. J.-C., car cet événement, qui vit la ruine de la puissance phocéenne, eut des répercussions importantes sur la géographie politique et économique du midi de la Gaule. Si les fouilles de la Bourse ont mis au jour le rempart que durent affronter les soldats de Trebonius, c’est sur l’un des oppida de la région, à La Cloche, que les traces des combats sont les plus évidentes. Toute la région fut sans doute touchée durement par ces événements (Chabot & Feugère 1993).

FIG. 1
L’implantation des légions en Gaule (d’après Metzler 1995, fig. 295). Cette carte reste largement hypothétique, faute d’information archéologique précise. Elle repose exclusivement sur des données textuelles. Les localisations sont donc indicatives et doivent être entendues au sens large.

10Pendant toutes ces années qui précèdent l’offensive romaine en Germanie, où se trouvaient les légions ? La question a longtemps paru résolue depuis un article brillant d’E. Ritterling, écrit en 1906, et repris plus récemment par E.M. Wightman (Ritterling 1906 ; Wightman 1974). Le savant allemand avait en effet attiré l’attention sur la présence, le long des axes routiers, de sigillée italienne dans laquelle il voyait un produit de consommation typiquement militaire. Partant du texte célèbre dans lequel Strabon (IV, 6, 11) décrit le réseau d’Agrippa, E. Ritterling localisait l’armée des Gaules près des grands nœuds de communication, définis comme zones d’importance stratégique : le pays lingon, celui des Rèmes, celui des Santons, la ville de Néris, dans l’Allier. C’est là qu’auraient été hébergées les six légions de la garnison des Gaules –trois pour la Narbonnaise et l’Aquitaine, trois pour la Lyonnaise et la Belgique. L’hypothèse a longtemps paru vraisemblable, car c’est dans ces régions que sont situés les rares vestiges militaires connus à l’intérieur du territoire français : Mirebeau, Arlaines, Aulnay-de-Saintonge, Néris, où des tuiles de la VIIIe légion laissaient supposer la présence d’un camp, Eysses (Lot-et-Garonne), où trois inscriptions funéraires (CIL XIII, 922-924) attestent la présence, au moins temporaire, de soldats de la cohors la Alpinorum et d’une cohors Classica. E.M. Wightman a largement repris à son compte ce schéma, se contentant d’y ajouter le témoignage des monnaies indigènes frappées sous Auguste, et considérées par elle comme un signe vraisemblable d’occupation militaire.

11Cette belle construction, déjà critiquée par A. Grenier dans son Manuel, ne résiste plus à l’examen des faits archéologiques depuis que l’on a fouillé les différents sites militaires sur lesquels reposait partiellement le raisonnement d’E. Ritterling : Aulnay-de-Saintonge et Arlaines ne semblent pas antérieurs aux années vingt ap. J.-C., Mirebeau est construit après la révolte de 68-70. Mais on vient de trouver dans cette commune un nouveau camp césaro-augustéen, à un autre emplacement que celui de la forteresse flavienne. Quant à Néris, il s’agit probablement d’une forgerie d’antiquaire. Le site d’Eysses a livré d’incontestables militaria, mais dans un contexte chronologique qu’on est tenté de dater des années 65-72. Nous sommes donc incapables de dresser une carte de l’occupation militaire romaine en Gaule avant le début de l’offensive de Drusus en Germanie et même de préciser l’importance du dispositif mis en place. L’archéologie révèle heureusement, depuis quelques années, quelques traces sporadiques du passage des armées (fig. 2).

FIG. 2
Carte des sites militaires antérieurs à la conquête de la Germanie et archéologiquement connus ou repérés : 1 Liercourt-Hérondelle ; 2 La Chaussée‑Tirancourt ; 3 Vendeuil-Caply/Le Catelet ; 4 Folleville/Le Blanc Mont ; 5 Arras/ La Corette ; 6 Melun ? 7 Faux-Vésigneul ; 8 Neuville-sur-Vanne ? 9 Estissac ? 10 Mirebeau ; 11 Petange/Titelberg ; 12 Trèves/Petrisberg ; 13 Bâle/cathédrale.

dessin M. Reddé.

12La création des trois colonies de Nyon (colonia Iulia Equestris), sur le lac de Genève (45 av. J.-C.), Augst (colonia Raurica), près de Bâle (44 av. J.-C.), et Lyon (43 av. J.-C.) répond peut-être à un schéma stratégique dessiné par César, qui avait nécessairement perçu l’importance de ces nœuds routiers pour la poursuite de la conquête. Ces colonies, bastions avancés de la romanité dans la Gaule du Nord, ont en outre servi de bassin de recrutement aux corps auxiliaires de l’époque augustéenne (Kraft 1957). Bien qu’on n’ait pas aujourd’hui de traces d’une présence militaire assurée antérieure à la fondation coloniale, selon un modèle classique bien observé par les archéologues britanniques (Webster 1988), une telle hypothèse a pu recevoir quelque crédit de la présence, au centre de la ville antique de Lyon, de fossés qu’on croyait datés du milieu du ier s. av. n.è. Actuellement, cette hypothèse ne semble plus crédible et on suppose plus volontiers un enclos laténien antérieur à la conquête (Goudineau 1989 ; Metzler 1995, 605 ; Maza 2003). De même, à Valence, deux systèmes de fossés militaires, orientés l’un selon le cadastre B, l’autre selon le cadastre A, ont été mis en évidence. Leur datation semble s’inscrire entre le milieu et la fin du ier s. av. J.-C. (Allimant 1993).

13En Picardie, les prospections aériennes de R. Agache ont révélé une série de sites fortifiés dont la date est malheureusement souvent incertaine, faute de fouilles. C’est vrai en particulier de la colline de Vendeuil-Caply (Oise), où a été découvert un véritable camp d’une douzaine d’hectares, avec un double fossé et une porte à titulum. R. Agache attribuait cette fortification aux légions de Crassus, pendant la campagne de 54, mais cette hypothèse n’a jamais été vérifiée (Agache 1978). À Folleville (Somme) apparaît un quadrilatère légèrement irrégulier (430 x 425 x 380 x 325 m) aux angles légèrement arrondis, avec une porte à titulum, là aussi non daté. On est sur un terrain beaucoup moins assuré avec le site des Câtelis, à Liercourt-Érondelle (Somme) ; la prospection aérienne a révélé un ensemble polygonal de 650 x 430 m, au pied du rempart de l’oppidum, où R. Agache a proposé de reconnaître un camp d’auxiliaires de la campagne de 54, les légions ayant elles-mêmes leurs cantonnements à l’intérieur de l’oppidum. Ces hypothèses sont mal assurées, mais les fouilles récentes de La Chaussée-Tirancourt, où a été mise au jour une fortification celtique réoccupée et réaménagée temporairement par des auxiliaires romains, sans doute dans les années 40-25 av. n.è., montrent que les cantonnements romains de cette époque ne répondent pas nécessairement à l’image canonique qu’on en a trop souvent.

14Le même cas d’une garnison romaine sur un oppidum indigène peut être observé au Titelberg, chez les Trévires, où la présence de légionnaires dans la troisième décennie avant notre ère est assurée par la découverte de matériel militaire caractéristique (Metzler 1995). On est tenté de relier ce fait à l’épisode de la révolte trévire de 30-29, pour une fois bien attestée archéologiquement, puisqu’on a découvert sur le Petrisberg, à Trêves, la présence d’un matériel militaire romain associé à des monnaies de Carrinas, proconsul de Gaule en 30, et à des bois que la dendrochronologie permet de relier très précisément à cette révolte. La reprise récente des fouilles sur le Petrisberg tend à confirmer les premières découvertes de 1938 (Löhr 2003). Toutefois, au Titelberg, le stationnement des troupes romaines semble avoir largement dépassé la phase immédiate de répression de la révolte. J. Metzler y voit la marque d’une politique qui aurait cherché à contrôler les oppida indigènes du nord et du nord-est de la Gaule, tout particulièrement le long des axes majeurs du réseau routier d’Agrippa (Metzler 1995). Cette hypothèse est tout à fait séduisante, mais demanderait à être strictement contrôlée par des fouilles nombreuses, car le matériel sur laquelle elle repose reste pour l’instant très sporadique. De ce point de vue, l’examen attentif des couches profondes de sites comme Metz ou Reims devrait fournir des renseignements précieux. De même doit-on se poser la question de l’origine militaire de fritures villes “neuves” comme Amiens, carroyée selon un module basé sur le pes Drusianus (Bayard & Massy 1983), ou Arras, à la sortie de laquelle on a récemment mis au jour un petit poste fortifié (Arras/La Corette). Il ne s’agit pour l’instant que d’hypothèses de travail, qui devront être confirmées par des fouilles nouvelles. On ne connaît donc guère aujourd’hui la position des légions à l’intérieur de la Gaule dans les années qui précèdent la conquête de Drusus. Vraisemblablement n’y a-t-il alors aucune garnison sur le Rhin supérieur, à l’exception notable de Bâle, où les fouilles sous la cathédrale ont révélé une présence militaire qu’A. Furger-Gunti date de 15 av. n.è., ce qui est déjà l’horizon de Dangstetten (Furger-Gunti 1979).

15Enfin, en Champagne, le camp de Faux-Vésigneul, récemment découvert par photographie aérienne pourrait être césarien ou, au plus tard, proto-augustéen. Pour Estissac et Neuville, on ne sait encore rien de précis. Reste enfin la très curieuse base logistique de Melun, qu’on aimerait rattacher aux campagnes de Labienus en 52 av. J.-C., mais aucune preuve ne permet pour l’instant d’étayer cette hypothèse.

16En marge de cette histoire écrite en pointillé, il convient aussi de rappeler la présence, en Gaule, de la flotte romaine à Fréjus, constituée dès le lendemain d’Actium avec les bateaux et les équipages d’Antoine (Tacite, Annales IV, 5). Des fouilles de sauvetage, malheureusement encore inédites, y ont révélé ce qui semble être une partie des casernements des marins (Goudineau 1982).

17Au moment où Drusus franchit le Rhin pour entreprendre la conquête de la Germanie, l’instrument militaire dont il dispose a été profondément restructuré par Auguste (Le Bohec 1989). Quoiqu’héritière directe de l’exercitus républicain, de ses traditions, de ses pratiques, l’armée impériale a perdu son caractère civique traditionnel, déjà mis à mal par les guerres civiles : elle est désormais composée de volontaires qui s’engagent pour vingt ans dans les légions. Ces soldats sont des citoyens, Italiens dans leur très grande majorité, mais on verra progressivement, dès le milieu du ier s., entrer des provinciaux qui, avec le temps, deviendront majoritaires (Forni 1974 ; Mann 1983). À côté de ces unités, qui constituent le cœur traditionnel de la puissance militaire romaine, et dont chacune comprend environ 5 000/6 000 hommes, d’assez nombreux corps auxiliaires viennent appuyer et assister les légions, qu’ils accompagnent dans cette première phase de la conquête. Plus réduits en taille –environ 500 hommes au début de l’Empire–, ces auxilia comprennent des fantassins (cohortes) et des cavaliers (ailes), recrutés le plus souvent parmi les pérégrins, c’est-à-dire les provinciaux non citoyens. À l’époque augustéenne, nombreux sont les Gaulois, particulièrement ceux de la Narbonnaise (Tassaux & Tassaux 1996), qui s’engagent pour vingt-cinq ans, avec l’espoir d’obtenir la citoyenneté, pour eux et leurs enfants, à l’issue de leur service. Dans bien des cas, à cette époque, les unités de cavalerie, dont plusieurs sont recrutées dans le nord de la Gaule, restent sous commandement de leurs chefs traditionnels, parfois dans le cadre de traités d’alliance avec Rome (Roymans 1996). C’est la raison pour laquelle, à l’époque augusto-tibérienne en particulier, on retrouve, notamment chez les Trévires ou chez les Bituriges, de nombreuses tombes d’officiers indigènes, richement ornées d’armes romaines (Feugère 1996). La marine, restructurée par Agrippa et Auguste, constitue l’un des vecteurs majeurs de la conquête de la Germanie, puisque le Rhin, mais aussi ses affluents droits et la mer du Nord, offrent autant de voies d’eau importantes pour le transport des troupes, l’acheminement du matériel et la pénétration stratégique à l’intérieur du territoire germanique (Reddé 1986).

1.2 De la conquête augustéenne à la fin du règne de Tibère

18SIEGMAR VON SCHNURBEIN

19La documentation écrite relate de manière très irrégulière les entreprises militaires en Gaule et en Germanie sous Auguste et Tibère, c’est-à-dire entre 16 av. J.-C. (clades Lolliana) et la mort de Tibère, en 37 ap. J.-C. Si nous disposons de bonnes informations jusqu’à la mort de Drusus, en 9 av. J.-C., des lacunes sensibles apparaissent ensuite jusqu’à la défaite de Varus, en 9 ap. J.-C., puis, de nouveau, après la fin des guerres germaniques, à partir de 16 ap. J.-C., jusqu’à la mort de Tibère. De plus, à cette époque, les inscriptions gravées ou les estampilles sur tuiles n’étaient pas chose courante, et la mode des stèles funéraires ne se répandit que peu à peu chez les soldats. Dans ces conditions, on est très loin de pouvoir étudier le développement de l’histoire militaire et de l’organisation des troupes avec autant de détail que pour la période suivante. On a longtemps considéré que la défaite de Lollius face aux Sicambres, en 16 av. J.-C., expliquait aussi bien le déplacement progressif des légions depuis la Gaule intérieure vers les rives du Rhin que les campagnes menées en Germanie jusqu’à l’Elbe, à partir de 12 av. J.-C. On voulait au demeurant y voir une grande planification stratégique portant sur de vastes territoires (Mommsen 1904 ; Wells 1972). Mais c’est une autre conception qui s’impose aujourd’hui : les opérations militaires ne furent pas le fruit d’une stratégie planifiée, mais d’un processus incontrôlé dont le premier objectif avait été de garantir la possession de la Gaule (Timpe 1975 ; Lehmann 1989).

20Les troupes stationnées dans les trois Gaules et en Germanie ont d’abord été, jusqu’au règne de Tibère, sous commandement commun d’un legatus Augusti propraetore. C’est seulement quand était présent un membre de la famille impériale, Agrippa en 19 av. J.-C., Drusus de 13 à 9, Tibère de 8 à 7 av. J.-C., puis de 4 à 6 ap. J.-C. et de nouveau de 10 à 12, Germanicus entre 13 et 16, que ces hauts personnages prenaient le pas sur les légats avec le titre de proconsul. Les Gaules et la Germanie étaient ainsi unifiées sous un commandement général, avec une administration commune. Toutefois, dès le règne d’Auguste, les districts militaires commencent à être distingués : au moment de la catastrophe de 9 ap. J.-C. sont évoqués des inferiora hiberna où, pour protéger la frontière du Rhin, L. Asprenas conduit deux des légions qui n’ont pas pris part à la désastreuse expédition de Varus (Velleius Paterculus II, 120, 3). On admet généralement que ces unités ont été déplacées de Mayence, qui sera plus tard la capitale et la principale garnison de Germanie supérieure, et envoyées dans la région de Cologne et de Xanten (Vetera). La division entre Germanie supérieure et Germanie inférieure semble donc effective bien avant la création provinciale officielle qui n’interviendra que sous Domitien.

21À bien considérer le spectre du matériel céramique, la plus ancienne base militaire de Rome se situait sur le Rhin, près de Novaesium (Neuss) [fig. 3]. Pour des motifs historiques, on fait remonter son début aux années 16-15 av. J.-C. Nimègue/Hunerberg est sans doute aussi ancien. Dans le bassin du Rhin supérieur, Dangstetten est généralement mis en relation avec la conquête des Alpes et, très récemment, on s’est demandé s’il s’agissait là d’une base destinée à préparer l’offensive ou si, au contraire, conformément à l’interprétation traditionnelle, l’installation militaire romaine dans cette région avait suivi l’occupation du massif alpin (Roth-Rubi 2001, avec les réserves de Fischer 2005).

FIG. 3
Carte des sites militaires de l’époque augusto-tibérienne mentionnés dans le texte : 1 Velsen ; 2 Bunnik/Vechten ; 3 Arnhem/Meinerswijk ; 4 Nijmegen ; 5 Kalkar/Altkalkar ; 6 Xanten ; 7 Holsterhausen ; 8 Haltern ; 9 Oberaden, Beckinghausen ; 10 Anreppen ; 11 Moers/Asberg ; 12 Neuss ; 13 Köln/Alteburg ; 14 Bonn ; 15 Andernach ; 16 Urmitz ; 17 Koblenz ; 18 Bingen ; 19 Mainz, Mainz/Weisenau ; 20 Höchst ; 21 Friedberg ; 22 Rödgen ; 23 Lahnau/Waldgirmes, Dorlar ; 24 Marktbreit ; 25 Worms ; 26 Speyer ; 27 Strasbourg ; 28 Oedenburg ; 29 Bâle ; 30 Augst ; 31 Windisch ; 32 Dangstetten ; 33 Zurzach ; 34 Aulnay-de-Saintonge/Le Rocherou ; 35 Ressons-le-Long/Arlaines 36 Hedemünden.

dessin M. Reddé.

22Du point de vue stratégique, Novaesium constitue l’extrémité de la route menant de la Gaule centrale au Rhin inférieur en passant par la Moselle. Sa conception repose certainement sur les plans d’Agrippa (Strabon IV, 6, 11). Nimègue, située sur un bras latéral du Rhin (le Waal), constitue l’extrémité du parcours menant de la Gaule à la zone du Rhin inférieur, le long de la Meuse. Jusqu’au début des campagnes menées sur la rive droite, à partir de 12 av. J.-C. (Dion Cassius LIV, 32), on édifia d’autres points d’appui le long du Rhin. La sigillée, notamment, atteste la présence de ce type d’installation à Nimègue, Xanten, Moers/Asberg, Bonn et Mayence, mais aussi à Bâle et Windisch. Il faut toujours se rappeler, néanmoins, que ces datations sont établies avec une incertitude de quelques années. Par leur taille, ce sont Nimègue, Vetera et Mayence qui se détachent ; ceci indique que de grandes concentrations de troupes ont certainement stationné ici dans les années qui précédèrent 9 av. J.-C., date à laquelle elles progressèrent sous la direction de Drusus le long de la côte de la mer du Nord, mais aussi, par l’intérieur des terres, vers la Weser, puis vers l’Elbe. Entre le Rhin et l’Ijsselmeer, Drusus a en outre fait creuser un canal pour sa flotte ; celui-ci fut de nouveau emprunté en 16 ap. J.-C., par Germanicus (Tacite, Annales II, 8). D’une manière générale, on soulignera l’importance prise par la marine dans cette première phase de la présence romaine en Germanie, où la voie d’eau servait à transporter hommes et ravitaillement, mais aussi ses dangers, puisque, à plusieurs reprises, les expéditions navales en mer du Nord tournèrent au désastre.

23Alors qu’on ne connaît pas la structure interne de ces camps installés sous Drusus le long de la rive gauche du Rhin, hormis à Nimègue (Hunerberg et Kops Plateau), les camps érigés sur la rive droite, Oberaden et Rödgen, présentent des plans distincts de bâtiments en bois parfois monumentaux, inspirés des bâtiments de pierre méditerranéens ; dans le camp de Dangstetten, sur le Rhin supérieur, qui date de la même époque et où certains détachements de la XIXe légion ont été stationnés, les structures sont préservées d’une manière moins claire. La fondation du camp d’Oberaden (fig. 4) est datée, par dendrochronologie, à l’automne de l’an 11 av. J.-C., et c’est pourquoi on peut y reconnaître le point d’appui érigé, à ce moment précis, par Drusus au confluent de la Lippe et de l’Elison (Dion Cassius LIV, 33, 4) ; en revanche, le castellum construit à la même époque par Drusus, “proche du Rhin, dans le territoire des Chattes”, n’a pas encore été découvert. Par ailleurs, on ne connaît pas encore les camps d’étape de l’armée de Drusus, dont on peut supposer qu’ils s’étendaient jusqu’à l’Elbe, ni le praesidium in monte Tauno que celle-ci avait aménagé (Tacite, Annales I, 56, 1). On a pourtant découvert récemment une station de cette période à Hedemünden (fig. 3 n° 36 ; Grote 2005). Alors qu’Oberaden était une étape importante pour les troupes, Rödgen, avec ses trois gigantesques horrea, peut être considéré comme une base logistique. Les trois camps de l’époque de Drusus édifiés sur la rive droite du Rhin, Oberaden, Rödgen et Dangstetten, ont été évacués peu après sa mort (9 av. J.-C.). Selon Florus (II, 30, 26), Drusus aurait édifié des points d’appui (praesidia atque custodias) le long de la Meuse, de la Weser et de l’Elbe. Sur la Meuse et la Moselle, cela survint peut-être dès les préparatifs des campagnes en Germanie, puisque des places fortes comme Nimègue et Neuss devaient être approvisionnées depuis la Gaule. Le plus ancien pont sur la Moselle, à Trêves, a de fait été construit dès 18-17 av. J.-G. (Hollstein 1980). L’allusion de Florus aux grands fleuves montre quel rôle majeur ceux-ci jouaient comme délimitations géographiques et voies de transport. Lorsque les troupes furent transférées le long du Rhin, on aménagea peu à peu d’autres routes – par exemple celle qui menait d’Amiens ou de Boulogne vers le Rhin, en passant par Bavay, Liberchies et Tongres. On a retrouvé sur ces sites du matériel augustéen. Tongres était alors manifestement un carrefour particulièrement important. Si l’on en croit des études récentes, ce n’était cependant pas un point d’appui militaire, mais un lieu construit par l’armée et servant d’abord des objectifs militaires (Vanderhoeven 1996). On a fait des constatations analogues lors des fouilles de Waldgirmes et l’on rend certainement mieux compte de la situation générale si l’on ne tente pas, pour cette époque, en Gaule du Nord et en Germanie, de séparer systématiquement militaires et points d’appui civils. C’est seulement lorsque l’armée permanente de Rome fut définitivement établie, après Auguste, que cette dissociation fut opérée de manière systématique et que l’on créa, surtout dans les régions occidentales de l’Empire, des camps militaires spécifiques et durables. Dans les premiers temps, il n’existait pas encore de surveillance dense et linéaire des frontières, comme le furent plus tard les limites. On trouvait plutôt, assez souvent, de grandes concentrations de légions et de corps auxiliaires.

FIG. 4
Carte des sites militaires de la Lippe.

dessin J.-S. Kühlborn.

24Tibère a manifestement réorganisé entièrement l’armée de Germanie après l’évacuation d’Oberaden, Rödgen et Dangstetten ; mais on ne sait toujours pas où les troupes ont été transférées. Un lingot de plomb de la légion XIX, à Haltern, pourrait être un indice du fait que certaines parties de la légion venaient de Dangstetten ; la date précise n’est pas connue. A partir de 8 av. J.-C., on manque d’informations écrites sur la suite de l’évolution militaire. Domitius Ahenobarbus a de nouveau atteint l’Elbe, à une date située entre 6 av. J.-C. et 1 ap. J.-C., et y a érigé un autel (Dion Cassius LV, 10a ; Tacite, Annales IV, 44, 2). En l’an 1 ap. J.-C., quelque part en Germanie, un immensum bellum faisait rage (Velleius Paterculus II, 104, 2) ; seul Tibère, rappelé au pouvoir, put mettre un terme à ce conflit par une victoire obtenue en l’an 4-5 ap. J.-C. (Velleius Paterculus II, 106, 1). Tibère laissa son armée passer en Germanie l’hiver 4-5 ap. J.-C. (Velleius Paterculus II, 105, 3) avant de marcher de nouveau jusqu’à l’Elbe. Beaucoup d’éléments laissent penser que le camp d’Anreppen a été installé dans ce contexte. Mais on continue de manquer, à l’est et au nord, d’indications concrètes sur les camps de marche de l’armée.

25L’étape suivante de la conquête de la Germanie débuta en 6 ap. J.-C., avec la tentative de vaincre le royaume des Marcomans de Marbod, dans la Bohème actuelle (Velleius Paterculus II, 109, 5). On attribue aux préparatifs de cette entreprise la création du grand camp près de Marktbreit, sur le Main, bien que l’on n’y ait découvert que très peu d’objets permettant une datation. La campagne a cependant dû être interrompue peu après son début, à la suite de l’insurrection en Pannonie (6-9) [Velleius Paterculus II, 110, 1-2]. Pendant ces années, P. Quinctilius Varus séjourna en Germanie, jusqu’à l’an 9, où il fut battu avec trois légions (XVII, XVIII, XIX) et de nombreux corps auxiliaires, au Saltus Teutoburgiensis, par les Germains d’Arminius (Hermann). Les découvertes effectuées près de Kalkriese, le point le plus septentrional du Wiehengebirg, où l’on a retrouvé sur environ 10 km de longueur, au pied de la montagne, un grand nombre d’objets romains de l’époque augustéenne dispersés dans le sol, incitent fortement à situer ici le champ de bataille (Schlüter & Wiegels 1999). Les camps mentionnés à propos de la bataille (Tacite, Annales I, 61,2 ; Dion Cassius LVI, 21) n’ont pas encore été découverts. Il ne fait aucun doute qu’à l’époque des campagnes d’Auguste, et spécialement de celles de Tibère, dans les années 4-6 ap. J.-C., on a installé dans le bassin de la Weser et de l’Elbe de nombreux camps de marche et aussi, peut-être, quelques camps occupés un peu plus longtemps. Mais nous ne les connaissons pas encore.

26Haltern, sur la Lippe, avec ses installations complexes, tient une place essentielle dans la recherche, pour la période qui a suivi la mort de Drusus ; particulièrement importants sont les bâtiments en bordure de la rivière (installations portuaires), le “camp principal” (Hauptlager), une nécropole et un camp d’étape polygonal. Alors que la fondation de ces installations, qui furent parfois érigées en plusieurs phases, fait l’objet d’un débat, les uns la situant au plus tôt entre 7 et 5 av. J.-C. (Schnurbein 1981), les autres au tournant de notre ère (lors de l’immensum bellum ? [Kühlborn 1995]), il ne fait guère de doute qu’elle s’est achevée en 9 ap. J.‑C. A la même époque, on trouvait le grand point d’appui d’Anreppen, vraisemblablement aménagé par Tibère lors de son séjour en 4-5 ap. J.-C. On connaît d’autres points d’appui sur la rive droite du Rhin dans les environs de Mayence, mais on ne sait rien de précis sur leur caractère et leur structure : Wiesbaden (utilisation des sources thermales ?), Höchst et Bad Nauheim (Schönberger 1985). La seule exception est Lahnau/Waldgirmes, fondé dès 4 ou 3 av. J.-C. (fouilles 2005). Le poste n’était visiblement pas conçu comme un camp militaire : c’était avant tout un centre civil, qui ne rappelle les installations militaires que par son double fossé et son mur en bois et en terre (Becker 1999 ; Schnurbein 2003).

27Le long de la rive gauche du Rhin, on a trouvé des objets plus ou moins nombreux de l’“horizon de Haltern” à Bunnik/Vechten, Nimègue, Vetera, Moers/Asberg, Neuss, Cologne, Bonn, Andernach, Mayence, Worms, Speyer, Strasbourg, Bâle et Augst, si bien que l’on a pu reconstituer partout, ici, des points d’appui militaires. Mais ceux-ci ne sont attestés ou du moins vraisemblables que pour Nimègue, Vetera, Neuss, Cologne (Tacite, Annales I, 37, pour l’an 14 ap. J.-C.), Bonn, Mayence, Strasbourg et Bâle, car les objets que l’on y trouve ne suffisent pas ; seul Nimègue offre des structures de bâtiments interprétables sur le Hunerberg et le Kops Plateau.

28Le repli complet de l’armée romaine sur la ligne du Rhin après la défaite de Varus peut être inféré de Dion Cassius (XXII, 2a). Le site d’Aliso souvent recherché (Velleius Paterculus II, 120, 4 ; Zonaras X, 37 ; Dion Cassius LVI, 22, 2a), le seul censé avoir résisté un certain temps encore et qui aurait été de nouveau occupé par des troupes romaines en 15-16 ap. J.-C., n’a pas encore été localisé (Schnurbein 1981).

29À l’exception de Velsen 1, aucun camp militaire n’a pu être attribué aux “campagnes de représailles” lancées par Tibère dès 10 ap. J.-C. et aux grandes opérations de Germanicus sur la rive droite du Rhin, dans les années 14-16. Les pontes longi de Domitius Ahenobarbus (Tacite, Annales I, 63, 3), les munitiones et aggeres (Tacite, Annales II, 7) que Tacite mentionne à propos des menées de Germanicus en Germanie, ainsi que le castellum (...) in monte Tauno que Germanicus a fait édifier sur les restes du praesidium aménagé par Drusus (Tacite, Annales I, 56, 1) ne sont pas localisés. Friedberg (Hesse) et Bentumersiel, près de l’embouchure de l’Ems dans la mer du Nord, sont, à ce jour, les seuls lieux où l’on ait recensé de la céramique datant du début du règne de Tibère. Les bâtiments de bois monumentaux (principia, praetorium, bâtiments d’habitation) de Novaesium (Neuss) jouent ici un rôle particulièrement important. La recherche les situait jusqu’à une date récente à l’été 14 ap. J.-C., au moment où, après la mort d’Auguste, quatre légions (I, V, XX et XXI) s’étaient provisoirement regroupées en camp d’été quelque part sur le territoire des Ubiens (Tacite, Annales XXXI, 3). Une révision a montré que cette assignation ne pouvait être étayée archéologiquement par des objets datables ; elle demeure donc hypothétique.

30Sous Tibère, la chaîne des points d’appui situés le long du Rhin devient plus dense. Elle commence avec l’installation portuaire de Velsen 1, près de l’embouchure du Vieux Rhin, dans la mer du Nord. En remontant le fleuve, on trouve Arnhem/Meinerswijk, Nimègue/Traianusplein et Kops Plateau, Kalkar/Altkalkar, Vetera, Moers/Asberg, Neuss, Cologne, qui offre aussi un camp pour la flotte (Cologne/ Alteburg), Bonn, Andernach, Urmitz, Coblence, Bingen, Mayence, Worms, Speyer, Strasbourg, Biesheim/Oedenburg, Augst et Zurzach, ainsi que le grand camp de Vindonissa (Schônberger 1985), situé au sud du Rhin supérieur. Certaines de ces places ne sont chronologiquement attestées que par des objets qui y ont été découverts, sans qu’on ait pu prouver l’existence d’un camp ou d’un fortin. L’articulation chronologique fine des étapes de la construction de cette frontière le long du Rhin est, elle aussi, impossible. On a par exemple proposé de dater la fondation de ce qu’on appelle le “camp de terre” de Hofheim (Hofheim I) non pas de 39-40 ap. J.-C., mais dès les années vingt (Pferdehirt 1986).

31Dans la Gaule intérieure, c’est le camp d’Aulnay, près de Saintes, qui attire l’attention. Les monnaies et la céramique le font remonter à la deuxième ou à la troisième décennie après J.-C., raison pour laquelle on suppose qu’il a été construit dans le contexte de l’insurrection de Sacrovir, en 21. Comme la garnison de la capitale provinciale, Lugdunum, n’était pas en mesure de réprimer seule cette révolte suscitée par la pression fiscale, des légions venues de Germanie durent intervenir (Tacite, Annales III, 40 sq.). Le camp d’Arlaines, situé au nord de la Gaule, joua vraisemblablement un rôle, lui aussi, dans cet épisode.

32La réorganisation augustéenne de l’armée et l’installation des unités dans des cantonnements durables impliquent des structures en conséquence. Celles-ci suivent la disposition traditionnelle des camps de marche, mais supposent une architecture nouvelle. On observe, en particulier, que les logements des officiers supérieurs adoptent le plan des maisons privées méditerranéennes, alors que les principia s’inspirent de celui des fora. Cette conception unitaire et standardisée des bâtiments militaires explique que les troupes aient pu, sans difficulté, être transférées d’un poste dans un autre.

33À l’époque d’Auguste et de Tibère, on ne peut pas encore observer la répartition, typique par la suite, des sites militaires en camps de légions et castella auxiliaires : ces derniers étaient apparemment toujours stationnés en même temps que des légions ou leurs vexillations. À côté de très grands camps, comme Nimègue/Hunerberg (42 ha), Oberaden (56 ha), Mayence (36 ha) et Marktbreit (37 ha), qui accueillaient le personnel d’au moins deux légions avec, sans doute, des corps auxiliaires, les camps principaux de Haltern (16,7 puis 18 ha) et de Dangstetten (14 ha) offraient trop peu de place pour une légion entière ; on a en outre trouvé dans ces deux derniers camps des objets qui attestent la présence de troupes auxiliaires. Les sites de Haltern et de Dangstetten prouvent ainsi que la légion concernée, en l’espèce la XIXe, de manière certaine à Dangstetten, vraisemblable à Haltern, n’y était pas stationnée au complet, mais qu’une assez grande vexillation occupait un autre site. Cela explique que l’on hésite à donner le nom de camp auxiliaire à de petits fortins, comme Nimègue/Traianusplein (2 ha) et Moers/Asberg (1,6-1,8 ha). L’installation singulière que l’on trouve sur le Kops Plateau paraît de toute façon constituer un cas particulier, avec son très grand bâtiment d’habitation (praetorium ?).

34Tous les bâtiments des camps, à l’époque d’Auguste et de Tibère, en Gaule et en Germanie, sont réalisés en colombages de bois et pisé. Les toits étaient recouverts de bardeaux ou de paille. Le long du Rhin, à cette époque, on trouve les premiers exemples d’architecture en pierre, aux environs de Mayence avec le cénotaphe de Drusus et l’arc de triomphe de Mayence/Kastel (Frenz 1991) et à Cologne avec ce que l’on a appelé la tour du port, dont les fondations de bois sont datées, par dendrochronologie, de l’an 4 de n.è. (Hollstein 1980). Le forum aux fondations en pierre que l’on vient de découvrir à Lahnau/Waldgirmes (Becker & Köhler 2001 ; Schnurbein 2003) a sans doute été édifié vers le changement d’ère ; il est donc antérieur à 9 av. J.-C. Il indique peut-être qu’à cette époque on construisait volontairement les bâtiments militaires en bois, sans chercher à leur garantir une longue existence, parce que la situation militaire globale le long de la frontière septentrionale, sur le Rhin et le Danube, exigeait beaucoup de souplesse. Mais il faut aussi garder à l’esprit le fait que l’armée permanente du temps de paix ne s’est développée progressivement que sous Auguste et Tibère. En raison de sa grande flexibilité et d’une standardisation qui n’était pas encore arrivée à son terme, on ne cesse de relever, au début de l’époque impériale, des différences sensibles dans la conception du plan des camps et des bâtiments réservés aux grands officiers.

1.3 L’époque de Claude et de Néron

35RUDOLF FELLMANN

36Outre un petit nombre d’informations qui peuvent être puisées dans les Annales de Tacite, ce sont surtout des témoignages épigraphiques et archéologiques qui nous renseignent sur la période considérée ici (fig. 5).

FIG. 5
Carte des sites militaires de l’époque de Claude et de Néron, mentionnés dans le texte : 1 Velsen ; 2 Valkenburg aan de Rijn ; 3 Alphen aan den Rijn/ Zwammerdam ; 4 Utrecht ; 5 Bunnik/ Vechten ; 6 Arnhem/ Meinerswijk ; 7 Cuijk ; 8 Altkalkar ; 9 Xanten ; 10 Moers/Asberg ; 11 Neuss ; 12 Köln/Alteburg ; 13 Bonn ; 14 Andernach ; 15 Urmitz ; 16 Koblenz ; 17 Bingen ; 18 Mainz, Mainz/Weisenau ; 19 Wiesbaden ; 20 Hofheim ; 21 Worms ; 22 Rheingönheim ; 23 Speyer ; 24 Strasbourg ; 25 Sasbach ; 26 Riegel ; 27 Biesheim, Kunheim/Oedenburg ; 28 Kembs ; 29 Augst ; 30 Windisch ; 31 Ressons-le-Long/Arlaines.

dessin M. Reddé.

37Après les campagnes de Corbulon, qui avaient permis de pacifier les Frisons (Tacite, Annales XI, 19) et au cours desquelles le général romain, comme Drusus avant lui, creusa un canal (fossa Corbulonis) pour relier le Rhin à la Meuse et éviter les incertitudes de l’océan (Tacite, Annales XI, 20), Claude décida en 47 ap. J.-C. le repli sur la rive droite, et fit du Rhin, en Germanie inférieure, la frontière définitive de l’Empire (Schönberger 1985, 246). Le camp de Cologne fut abandonné au profit de Bonn et de Neuss et l’empereur fonda à sa place la colonia Claudia Ara Agrippinensium, en 50 (Tacite, Annales XII, 27). En avant de Mayence, on construisit sur la rive droite le castellum de Hofheim (Ritterling 1913) et l’on s’efforça manifestement, au cours des années et des décennies suivantes, de relier étroitement les positions tenues le long du Rhin moyen et supérieur avec celles qui se trouvaient le long du Danube (Schonberger 1985 ; Asskamp 1989 ; 1990).

38Pour les territoires situés le long du Rhin, depuis l’embouchure du Main vers le sud, et notamment pour la zone rhénane qui se trouve à l’ouest de la Forêt Noire, la période de Claude et de Néron, jusqu’à la mort de celui-ci, “l’année des quatre empereurs” qui la suivit, puis la prise du pouvoir par la dynastie flavienne, virent le début de la mainmise romaine sur les territoires situés au-delà du Rhin. Tibère avait ordonné de replier les troupes sur la ligne du fleuve (Tacite, Annales II, 26). Mais au cours des dernières années de son règne, et surtout sous ses successeurs –Caligula de 37 à 41 ap. J.-C., puis Claude de 41 à 54 ap. J.-C., et enfin Néron de 54 à 68 ap. J.-C.–, on commença peu à peu à prendre pied sur la rive droite du Rhin, qui, dans ce secteur, avait toujours été considérée comme relevant de la sphère d’influence romaine. La construction des fortins le long du Danube ne fut cependant achevée qu’autour de 50 ap. J.-C. Elle dura ainsi entre 20 et 30 ans. Cela peut tenir, entre autres, au fait que les soldats de la legio XIII, stationnés dans le camp de Vindonissa (et peut-être aussi, partiellement, à Augsburg) avaient certes une responsabilité décisive dans les constructions de ce secteur, mais participaient aussi à des opérations lointaines – insurrection de Sacrovir en 21 ap. J.-C., campagnes de Caligula sur le Rhin moyen entre 39 et 41 ap. J.-C. (Kemkes 1998).

39Le couronnement de l’empereur Claude entraîna en tout cas une modification profonde dans la disposition des troupes. Les travaux préparatoires de la campagne que Claude prévoyait de mener contre les Bretons (à partir de 43 ap. J.-C.) débouchèrent sur des restructurations des légions et des corps auxiliaires, qui eurent des conséquences pour les armées de Germanie (Bogaers & Rüger 1974 ; Horn 1987). En 45-46, la legio XIII fut transférée à Poetovio (PettaufPtuj], Slovénie). Elle fut remplacée à Vindonissa par la legio XXI Rapax, qui vint s’y installer depuis la Germanie inférieure –son quartier général se situait jusqu’alors à Vetera. Après, éventuellement, un court séjour à Argentorate (Strasbourg), en remplacement de la legio II Augusta qui avait été transférée en Bretagne, elle arriva à Vindonissa, où plusieurs inscriptions sur des bâtiments attestent sa présence en 47 ap. J.-C. (CIL XIII, 5200 ; 5237 ; 11514). La nouvelle légion paraît avoir ensuite déployé une activité édilitaire intense. C’est à cette époque, en effet, que débuta la reconstruction en pierre du camp. On rénova successivement non seulement l’enceinte du camp, avec ses portes, mais aussi les bâtiments intérieurs : principia, praetorium, valetudinarium, thermes du camp, maisons des tribuns et casernes (Hartmann 1986).

40L’activité de la legio XXI peut être étudiée non seulement à l’aide des inscriptions qui étaient posées sur les bâtiments, mais aussi par le fait que cette nouvelle troupe, à la différence de la legio XIII Gemina, recouvrait ses édifices avec des tuiles. Beaucoup de celles-ci sont estampillées au timbre de la légion. Les tuiles portant le sceau de la legio XXI apparaissent dans un territoire qui dépasse largement celui du camp (Fellmann 1992, fig. 22). On peut supposer que les points où ont été découvertes les tuiles estampillées, en Suisse occidentale ou dans la plaine du Rhin supérieur, témoignent de la présence de postes militaires qui dépendaient de Vindonissa (Gonzenbach 1963 ; Fellmann 1992 ; Asskamp 1989 ; Wiegels 1983). La mainmise sur la rive droite du Rhin trouve aussi sa traduction dans l’ouverture d’une route nouvelle et supplémentaire. Celle-ci partait du caput coloniae Augustae Rauricae, passait sur la rive droite, contournait le coude de Bâle et se dirigeait ensuite vers le nord. Elle est jalonnée d’un grand nombre de sites où la présence militaire est manifeste (Martin 1981 ; Asskamp 1989). La route tracée à l’est du Rhin présentait aussi, accessoirement, l’avantage d’éviter la traversée de la Birs, un fleuve jurassien, à l’époque non domestiqué, et du Birsig, dont le débit irrégulier n’était pas moins gênant. Le vicus de Weil am Rhein, qui se situait lui aussi le long de cet axe routier de la rive droite du Rhin, prit également son essor à l’époque de Claude, comme l’indiquent les tombes du cimetière local (Fingerlin 1986).

41Le rattachement de l’axe routier situé sur la rive droite du Rhin à la route qui, par la trouée de Belfort, partait de Cambes (Kembs) en direction d’Epomanduodurum (Mandeure) et suivait le Doubs jusqu’à Vesontio (Besançon), fut obtenu par un pont jeté sur le Rhin à la hauteur de Kembs. Ses piliers ont été découverts lors de la construction du Grand canal d’Alsace. La superstructure de ce pont pourrait avoir eu un caractère monumental, comme le prouvent les éléments de construction rassemblés ultérieurement. On y trouve par exemple une pierre de taille équarrie d’où sort une demi-colonne. Nous ne connaissons malheureusement pas avec précision la chronologie du pont de Cambes, mais la situation stratégique, qui évoluait lentement, impose presque de dater sa première installation vers le milieu du ier s. ap. J.-C. (Hatt 1951). Dans le périmètre du futur vicus, on a retrouvé les fragments détruits de la pierre tombale (inédite) d’un cavalier ; bien qu’on ne puisse en apporter la preuve détaillée, on pourrait la mettre en rapport avec les activités d’unités de cavalerie comme celle dont on parle à propos du castellum de la future ville basse du caput coloniae Augustae Rauricae, vraisemblablement occupée jusqu’au milieu du ier s. ap. J.– C. En tout cas, cette découverte laisse présager du rôle militaire que jouait Cambes.

42Depuis le début de la période de Claude, le rôle du site d’Oedenburg, près de Biesheim (Argentovaria ?) s’accroît considérablement (Reddé et al. 2005). Nous savons aujourd’hui, par les fouilles, que le castellum situé à l’est du “canal d’alimentation” date essentiellement de la période de Tibère à Néron – avec, éventuellement, une survie jusqu’au début de la période flavienne. Une route partant du camp, et l’orientation de celui-ci, indiquent manifestement un passage du Rhin près de Sasbach, où l’on a pu aussi recenser des installations funéraires de l’époque de Claude mais où, jusqu’ici, on n’a pu reconnaître le plan complet d’un poste militaire (Filtzinger et al. 1986 ; Asskamp 1989). Il ne fait guère de doute que les installations analogues de Riegel (Asskamp 1989) s’inscrivent dans cette conception d’ensemble, et qu’il s’agissait d’une ligne passant par la Forêt Noire, soit par le Dreisamtal, soit par le Wagensteigtal ou même par le Glottertal, en direction de Brigobannis (Hüfingen), et qui se dirigeait vers le Danube supérieur (Fingerlin 1995). Oedenburg a très certainement servi de camp de base pour des entreprises visant à établir, via la Forêt Noire, une liaison avec le haut Danube et les fortins qui s’y trouvaient. L’importance du site apparaît ainsi une nouvelle fois avec une singulière évidence.

43Dans ce contexte, retenons encore le fait qu’après le milieu du ier s. ap. J.‑C., le camp légionnaire d’Argentorate n’était plus occupé de manière permanente. Il est certes possible que des détachements de la XXIe légion se soient arrêtés à Strasbourg, mais jusqu’à la période flavienne tardive –c’est-à-dire à peu près en 85 ap. J.-C., voire ultérieurement–, date à laquelle revint la legio VIII, jusque-là stationnée à Mirebeau-sur-Bèze, dans la région de Dijon, la place resta à peu près sans garnison (Goguey & Reddé 1995 ; Reddé 1998). Ce fait montre lui aussi la signification stratégique de la place d’Oedenburg, où les installations militaires avaient vraisemblablement repris les fonctions du camp inoccupé de Strasbourg.

1.4 Des Flaviens aux Sévères

44DIETWULF BAATZ

1.4.1 L’époque flavienne

45Les Histoires de Tacite ne fournissent de source écrite détaillée que pour le début de l’époque flavienne ; cette source s’interrompt à la fin de l’insurrection des Bataves, en 70 ap. J.-C. Dans d’autres textes antiques, la frontière sur le Rhin n’est présentée qu’occasionnellement et avec concision. Nos connaissances reposent ainsi, dans une large mesure, sur des fouilles archéologiques et sur les objets qu’on y a découverts, mais aussi sur les témoignages épigraphiques.

46Au cours de la guerre civile qui éclata après l’assassinat de Néron, en juin 1968, les unités les plus aguerries de l’armée du Rhin furent emmenées en Italie sous la direction de Vitellius. Lorsque Vespasien fut proclamé empereur, en juillet 1969, à Alexandrie, la guerre civile atteignit son apogée. Le reste de l’armée du Rhin, déstabilisé, n’était pas en mesure de mater les insurrections des Bataves, des Lingons et des Trévires. La frontière militaire s’effondra totalement. Le camp légionnaire de Vetera fut assiégé et détruit par les Bataves au printemps 70. Aucun camp militaire situé au nord de Mayence ne fut épargné (Tacite, Histoires IV, 61, 3). À Neuss, le reste de la legio XVI Gallica se rendit aux Gaulois en rébellion et prêta serment à un imperium Galliarum (Tacite, Histoires V, 59, 2). Mais, en Orient, Vespasien put rapidement s’imposer comme empereur et fit marcher des troupes vers la Gaule ; sous le commandement de Q. Petilius Cerialis, celles-ci soumirent les Trévires et les Bataves ; sous celui d’Ap. Annius Gallus, les Lingons.

47Les combats contre les provinciaux insurgés, mais aussi les incursions des Germains de la rive droite, avaient provoqué d’énormes dégâts matériels sur la frontière romaine. L’impression d’absence de commandement et les défaites de l’armée du Rhin avaient dû produire un effet encore plus dévastateur sur les Gaulois et les Germains. Le nouveau gouvernement s’employa donc énergiquement à réparer les dégâts causés aux bâtiments militaires et à édifier de nouveaux camps. On renforça l’armée frontalière, les troupes peu fiables furent dissoutes ou remplacées ; de nombreuses unités nouvelles arrivèrent le long du fleuve. Puis Rome passa à l’offensive sur le Rhin supérieur, même si ses objectifs étaient limités.

48Camp légionnaire le plus septentrional en Germanie inférieure, Nimègue (Batavodurum), au pays des Bataves, fut de nouveau pourvu d’une légion, après une longue interruption (fig. 6) ; il s’agissait de la legio II Adiutrix, que l’on venait de créer (vers 70-71). Elle fut remplacée, dès 71 environ, par la legio X Gemina. Manifestement, le rôle de la garnison était de restaurer avec force le pouvoir romain dans cette région. Sur le Hunerberg, la légion édifia une nouvelle fortification en bois, à l’endroit où s’était dressé, des décennies plus tôt, le camp augustéen. Le camp qui accueillait deux légions sur le Fürstenberg, près de Xanten (Vetera I), ne fut pas reconstruit après sa destruction complète ; on édifia à environ deux kilomètres au nord-est un nouveau camp (Vetera II) destiné à accueillir une seule légion, la legio XXII Primigenia. À l’époque postromaine, le Rhin a emporté le camp de Vetera II, si bien que les études archéologiques sont devenues impossibles. On ne connaît sa situation que par des dragages opérés çà et là dans le gravier fluvial. À Neuss (Novaesium), le camp de la légion avait déjà été au moins partiellement rebâti en pierre sous Néron (phase ancienne de la construction en pierre). Il avait été incendié pendant l’insurrection, de sorte que la legio VI Victrix dut le reconstruire. Une partie des bâtiments fut alors sensiblement modifiée (phase récente de la construction de pierre). L’enceinte fortifiée et les bâtiments intérieurs du camp légionnaire de Bonn (Bonna) étaient exclusivement composés de bois jusqu’à l’insurrection batave. Dans le camp détruit par l’incendie, on installa, vers 71, la legio XXI Rapax. Elle commença immédiatement à le reconstruire en pierre. Vers 83, la légion fut détachée pour participer à la guerre des Chattes, sous la direction de Domitien, et remplacée par la legio I Minervia, qui demeura pour longtemps à Bonn.

FIG. 6
Carte des sites militaires de l’époque flavienne précoce mentionnés dans le texte : 1 Valkenburg aan de Rijn ; 2 Alphen aan den Rijn/Zwammerdam ; 3 Utrecht ; 4 Bunnik/Vechten ; 5 Arnhem/ Meinerswijk ; Cuijk ; 7 Nijmegen ; 8 Kalkar/Altkalkar ; 9 Xanten ; 10 Moers/Asberg ; 11 Krefeld/Gellep ; 12 Neuss ; 13 Köln/Alteburg ; 14 Bonn ; 15 Mainz, Mainz/Weisenau ? ; 16 Wiesbaden ; 17 Hofheim ; 18 Höchst/Nied ; 19 Frankfurt am Main/Heddernheim ; 20 Okarben ; 21 Friedberg ; 22 Gross-Gerau ; 23 Rheingönheim ; 24 Speyer ; 25 Ladenburg ; 26 Heidelberg ; 27 Mirebeau-sur-Bèze ; 28 Ressons-le-Long/Arlaines ; 29 Rammersweier ; 30 Zunsweier ; 31 Riegel ; 32 Sulz am Neckar ; 33 Rottweil ; 34 Hüfingen ; 35 Windisch ; 36 Zurzach.

dessin M. Reddé.

49Comme les légions, les corps auxiliaires furent réorganisés sur le Rhin inférieur. Certaines des anciennes unités avaient disparu pendant l’insurrection. D’autres étaient passées à l’ennemi. Leurs camps étaient en grande partie détruits. On installa alors en grand nombre de nouvelles unités auxiliaires le long du Rhin inférieur et l’on reconstruisit les castella détruits. Le fortin en bois de Valkenburg (période 3), qui avait été incendié fut remplacé sur le même lieu par le castellum 4, lui aussi en bois. On édifia aussi pour les auxiliaires des cantonnements nouveaux. Un fort de ce type a été étudié à Krefeld/Gellep (Gelduba). C’était un fortin de bois, édifié par l’ala Sulpicia c. R., levée en Espagne. On y a trouvé à proximité des sépultures de chevaux, ensevelis pêle-mêle, qui pourraient remonter à la bataille de Gelduba évoquée par Tacite à l’automne 69 (Tacite, Histoires IV, 33). La base de la classis Germanica à Cologne/Alteburg était, au début de l’époque impériale, un bâtiment de bois. Il fut reconstruit en pierre à l’époque flavienne. La flotte du Rhin était une composante importante dans la défense des frontières. Outre la surveillance et la défense du Rhin, sa mission était de transporter des troupes et des vivres. Elle transportait aussi des matériaux de construction provenant des carrières et des tuileries de l’armée. Parmi les carrières exploitées à l’époque, on trouvait le tuf du Brohltal, où de nombreuses unités des armées de Germanie supérieure et inférieure ont laissé leurs inscriptions (Cüppers 1990, 354, 431-432). L’époque flavienne constitua ainsi l’apogée de l’extraction ; cette grande période se poursuivit jusque dans le courant du iie s.

50Dans le secteur militaire de la Germanie supérieure, Mayence (Mogontiacum) demeura un camp pour deux légions. La legio I Adiutrix et la legio XIIII Gemina Martia Victrix furent les deux nouvelles unités à occuper cette fortification de bois qui existait depuis l’époque d’Auguste. La XIIIIe légion, une unité ancienne et méritoire, en occupa la partie droite, plus élégante. L’enceinte, et sans doute aussi certaines parties des bâtiments intérieurs, furent reconstruites en pierre sous Vespasien. On a utilisé par la suite un certain nombre de blocs de construction de cette époque, parfois ornés de bas-reliefs, dans le mur de la ville de Mayence, édifié à la fin de l’époque romaine ; ils portent les marques de carrière de la legio I Adiutrix (Büsing 1982). Mais leur mise en relation avec des édifices bien précis est difficile et contestée (Hesberg 1999b). À l’époque flavienne, les légions ont aussi édifié de grands ouvrages d’art en dehors du camp ; parmi ceux-ci, l’aqueduc et le pont à piles de pierre jouèrent un rôle particulièrement important. La construction du pont par la XIIIIe légion a débuté immédiatement après l’insurrection batave ; elle manifeste la volonté de Rome d’intervenir de nouveau au-delà du Rhin. Comme pour les Bataves, on imposa aux Lingons de l’est de la Gaule une troupe d’occupation, la legio VIII Augusta, afin d’éviter d’autres troubles dans cette zone. La légion édifia à Mirebeau, au nord-est de Dijon, un camp, d’abord en bois et en pierres sèches ; au bout d’un certain temps, le fort fut pourvu d’un mur de défense massif, en pierre (Goguey & Reddé 1995). Le camp légionnaire de Vindonissa, qui existait depuis l’époque de Tibère, était le plus méridional du district militaire de Germanie supérieure. Son réaménagement en pierre avait déjà été achevé du temps de Néron. Il n’avait pas subi de dommages pendant la guerre civile. Là encore, on changea la garnison. À partir de 70, la présence dans le camp de la legio XI Claudia est attestée. Celle-ci se contenta de modifier quelques bâtiments à l’intérieur du camp.

51Sous Vespasien, l’armée de Germanie supérieure franchit le Rhin et prit possession de toute la moitié orientale de la vallée du Rhin supérieur. Au nord, on rénova les castella détruits de la tête de pont située devant Mayence, qui existait déjà avant 69 : les forts de Wïesbaden, Hofheim am Taunus et sans doute aussi celui de Wiesbaden/Kastel. L’occupation dépassa l’ancienne tête de pont et engloba la Vétéravie. Pour consolider ce secteur, on construisit des fortins pour les corps auxiliaires, d’abord en bois, à Francfort sur le Main/ Heddernheim, Okarben et Friedberg. La Vétéravie était une région convoitée, et pas seulement pour la fertilité de ses sols. Du temps d’Auguste, elle avait aussi servi de champ de manœuvre romain contre la Germanie libre. La dépression de la Hesse, qui s’étend au nord-est de la Vétéravie, était le chemin naturel pour les entreprises militaires via le bassin de Kassel, en direction de la Thuringe et de l’Elbe moyenne.

52Au sud, le cours du Neckar supérieur constitua un deuxième pôle d’occupation au début de l’époque flavienne. À Rottweil (Arae Flaviae), on construisit sur le Niklausfeld un grand castellum d’environ 16 ha, où stationna sans doute quelque temps un assez grand détachement de la legio XI Claudia de Vindonissa. Dans le même temps, le territoire du haut Neckar fut occupé de manière homogène par d’autres fortins. La forte présence de l’armée romaine dans cet espace s’oppose singulièrement à la densité de la population, que les chercheurs considèrent aujourd’hui comme peu élevée. L’occupation du Neckar supérieur était due à l’importance de la liaison routière entre le sud de la Germanie supérieure et la Rétie, ouverte sous le légat Cn. Pinarius Cornelius Clemens, vers 74 ap. J.-C. (milliaire d’Offenburg : iter derectum ab Argentorate in Raetiam). Partant de Strasbourg, cet axe menait au Danube supérieur en passant par Rottweil, où l’on rénova le camp claudien de Hüfingen. Cette route jouait un rôle stratégique : lien entre les provinces du Rhin et celles du Danube, elle permettait un déplacement très rapide des troupes dans le cas où l’une des régions frontalières était mise en danger. La réussite de son initiative valut au légat les insignes triomphaux (CIL XI, 5271 : ob res in Germania prospere gestas). On débat encore pour savoir si cet honneur était aussi censé récompenser des succès militaires (Schönberger 1985, 362-363).

53Lorsque Domitien arriva aux affaires, en 81, il n’avait pas le prestige de la victoire dont avaient joui son père et son frère. La gloire qu’apportent les succès militaires pouvait contribuer à consolider son pouvoir. Il tenta donc de résoudre une question en suspens depuis des décennies : quelles formes devait-on donner aux relations entre l’Empire et les Germains, sur la frontière du Rhin ? Tibère avait mis un terme, en l’an 16, aux guerres germaniques de l’époque d’Auguste, mais sans résultat concluant. La situation n’avait pas beaucoup changé au cours des décennies suivantes. Vespasien avait tout de même fait occuper et sécuriser, au cours des dernières années, une bande de territoire qui pouvait à présent servir de tremplin à une action militaire. Prétextant un census en Gaule, Domitien ordonna des mouvements de troupes, concentra ses armées sur le Rhin et lança subitement la guerre contre les Chattes, tribu traditionnellement hostile aux Romains (Frontin, Strategemata I, 1, 8). L’empereur dirigea personnellement en 83-84 la guerre depuis Mayence (Strobel 1987). On fit venir à cette fin des renforts légionnaires et des unités auxiliaires d’autres provinces, entre autres la legio XXI Rapax, qui arriva de Germanie inférieure. Le territoire central des Chattes était certes éloigné du Rhin –il se situait aux environs de Kassel et de Fritzlar– mais son influence s’étendait jusque dans la zone directement dominée par les Romains, près de Mayence, et les incursions de la tribu germanique avaient à plusieurs reprises atteint le territoire romain pendant le ier s.

54Les Chattes ne se risquèrent pas à affronter l’armée romaine dans une bataille décisive, car les forces romaines arrivèrent avec une supériorité considérable en hommes et en matériel. Les troupes romaines ont vraisemblablement avancé en profondeur dans le berceau de la tribu des Chattes et ont commencé à saccager leurs villages ; mais les Germains s’étaient retirés dans des forêts difficilement accessibles. À ce jour, toutefois, on n’a pu apporter aucune preuve archéologique de cette campagne –par exemple l’existence de camps d’étape. Comme l’a raconté un contemporain, l’armée romaine a retourné la situation en sa faveur en creusant des trouées dans la forêt. Depuis ces ouvertures, il lui a été possible de passer les zones boisées au peigne fin et d’en faire sortir les ennemis (Frontin, Strategemata I, 3, 10). Au bout du compte, les Chattes durent baisser les armes et accepter des négociations. Leur soumission s’est vraisemblablement déroulée sous la forme juridique d’un foedus avec Rome. Domitien présenta la victoire sur les Chattes comme un succès important. Dès l’été 83, il se fit acclamer par ses troupes en tant qu’imperator, prit le surnom honorifique de Germanicus et célébra un triomphe à Rome. Un critique de cette époque nota cependant que l’on avait plus célébré la victoire qu’on ne l’avait remportée (Tacite, Germanie 37, 5). L’année suivante, l’empereur confia au légat de Germanie supérieure le soin de mener les derniers combats du conflit. Dans le même temps, il décida la fondation de deux nouvelles provinces à partir des deux districts rhénans qui existaient jusqu’alors (84-85). Il leur donna le nom de Germania inferior et Germania superior- capitales : Cologne et Mayence. La propagande impériale put présenter la création de provinces “germaniques” comme une solution du problème. Dans la région du Neckar supérieur, qui avait été occupée dans la période préflavienne, l’empereur fonda, sans doute à la même époque, le municipium Arae Flaviae à Rottweil (Sommer 1997). Il pérennisa ainsi le nom de la dynastie flavienne et renoua avec la tradition des grands fondateurs de cités de l’Antiquité. Dans le castellum situé face à Mayence, l’empereur chargea la XIIIF légion d’édifier un gigantesque arc de triomphe dont l’inscription et les reliefs célébraient ses victoires. L’arc se dressait à l’entrée des territoires conquis à l’est du Rhin, qui constituaient la zone frontalière de la nouvelle province de Germania superior (Bellen 1989 ; Lebek 1989 ; autre datation de l’arc par Frenz 1989).

55Par manque de matériel, on ignore si le grand camp militaire de Hanau/Kesselstadt (14 ha) a lui aussi été créé sous Domitien. De dimensions analogues au castellum I de Rottweil, il ne pouvait pas accueillir une légion entière, mais sans doute une grande vexillation légionnaire ou plusieurs unités de troupes auxiliaires. Le fort n’a pas été achevé : il y manque les bâtiments intérieurs et les fouilles ont seulement permis de repérer le mur défensif en pierre. La construction du camp suppose un plan considérable qui, pour des raisons inconnues, n’a pas été mis en œuvre (Schönberger 1985, 375, 464, n° D 58).

56L’un des éléments juridiques de la création de la province était la nécessité de fixer sans ambiguïté les limites territoriales de son administration et d’en marquer les frontières à l’extérieur. Cela explique pourquoi on peut penser que le bornage des frontières a débuté en Germanie supérieure peu après l’acte de fondation (Strobel 1987, 445-449). Pour des motifs de sécurité, il s’avéra en outre nécessaire d’assurer une surveillance militaire de cette zone. On ouvrit donc une trouée dans les forêts, on y installa un chemin le long de la frontière et des tours en bois. Dans le jargon militaire, on donna à cette trouée le nom de limes (Tacite, Germanie 29, 3). Les premiers abris destinés à loger les troupes auxiliaires arrivées sur les lieux peuvent avoir été de petits bâtiments fortifiés provisoires, comme le retranchement A de la Saalburg (Schallmayer 1997, 106-108). Comme on pouvait surtout s’attendre à des attaques germaniques dans le nord de la Province, la ligne frontière protégée militairement se situa sans doute d’abord en marge du bassin de Neuwied, dans le Taunus, et à la lisière de la Vétéravie.

57L’aménagement des deux provinces germaniques venait juste de commencer lorsque les Daces firent irruption, en l’an 85, dans la province de Mésie, sur le Danube inférieur. Cela engendra une situation catastrophique pour l’Empire. Les ennemis l’emportèrent sur les légions de la province, dont le gouverneur fut tué. Pour sauver la Mésie, il fallut détacher des troupes de la frontière rhénane, dont la legio I Adiutrix de Mayence. Les expéditions punitives qui furent immédiatement mises en œuvre sous la direction du préfet du prétoire, Cornélius Fuscus, connurent d’abord le succès, mais s’achevèrent par la défaite totale de Rome (86). Un tournant historique se produisit alors. Jusqu’ici, la frontière rhénane avait été particulièrement importante pour la stratégie militaire de l’Empire ; désormais, la frontière danubienne devenait le secteur militaire essentiel.

58En l’an 88, quatre légions étaient toujours stationnées dans la province de Germanie supérieure : la legio XIIII Gemina et la legio XXI Rapax à Mayence, la legio VIII Augusta à Mirebeau et la legio XI Claudia à Vindonissa. Cette puissance considérable incita, durant l’hiver 88-89 ap. J.-C., le gouverneur de Germanie supérieure, L. Antonius Saturninus, à mener un coup d’état contre l’empereur. L’insurrection, à laquelle participèrent aussi certaines fractions des Chattes, fut très rapidement réprimée par le légat de Germanie inférieure, A. Buccius Lappius Maximus (Suétone, Domitien 6 ; Plutarque, Aem. 25, 6). Cela valut aux unités de l’armée de Germanie inférieure le surnom de pia fidelis Domitiana. Dans le territoire romain à l’est du Rhin, devant Mayence, les Chattes ont vraisemblablement détruit des bâtiments militaires. Les couches d’incendie observées dans quelques castella de cette région sont associées, pour certaines, à cet événement ; pour d’autres, on estime qu’elles ont été provoquées quelques années plus tard (Okarben : Schönberger 1980, 36 ; Hofheim : Seitz 1999 ; Strobel 1987, 450-452). Après 90, tous les fortins de bois édifiés sous Vespasien sur la rive droite du Rhin ont sans doute eux aussi été reconstruits en pierre.

59L’expérience de l’insurrection de Saturninus incita à modifier la répartition des troupes. À l’avenir, aucun gouverneur ne devrait plus disposer en un seul lieu d’une concentration d’hommes en armes susceptible de présenter un danger ; on supprima les camps accueillant deux légions (Suétone, Dom. 7). La crise du Danube inférieur était elle aussi loin d’être achevée. L’une des deux légions de Mayence qui avait participé à l’insurrection, la legio XXI Rapax, fut ainsi transférée sur la section menacée de la frontière du Danube. À partir d’environ 90, la legio XIIII Gemina demeura donc l’unique légion stationnée à Mayence. Peu après, elle fut cependant elle aussi déplacée sur le front du Danube. C’est la legio XXII Primigenia pia fidelis qui vint la remplacer depuis le camp de Vetera II, en Germanie inférieure. Le grand camp de Mayence, prévu pour deux légions, ne fut pas réduit, mais son organisation fut considérablement revue. Des nouveaux bâtiments intérieurs édifiés à l’époque, on ne connaît que les grands thermes du camp. La legio VIII Augusta fut transférée vers 85-90 de Mirebeau à Strasbourg. Au bout de vingt années de présence, tout de même, dans le territoire des Lingons, elle avait rempli sa mission : cette nation était romanisée et elle était assez sûrement intégrée dans l’Empire pour que l’on n’ait plus à redouter de troubles. Dans un premier temps, la legio XI Claudia resta stationnée à Vindonissa. Au total, vers 90, la province de Germanie supérieure disposait de trois légions à Mayence, Strasbourg et Windisch.

60En Germanie inférieure, quatre légions étaient encore en garnison autour de 90. Un peu plus tard, nous l’avons dit, le détachement de la legio XXII Primigenia pia fidelis en Germanie supérieure réduisit ce nombre à trois. La legio VI Victrix s’installa dans le camp de Vetera II Elle provenait du camp de Neuss, qui fut abandonné à cette époque. En même temps que les légions, les corps auxiliaires des deux provinces furent eux aussi envoyés sur le Danube.

61L’insurrection de Saturninus n’a retardé l’aménagement de la province de Germanie supérieure que pour une brève période. Les fortins des grandes unités régulières des corps auxiliaires –les ailes et les cohortes– avaient, dans un premier temps, été érigés au milieu des secteurs nouvellement acquis. Ils constituaient une réserve stratégique pour défendre la province. Ils étaient en outre chargés d’imposer l’administration romaine à la population locale. Pour protéger les zones frontières exposées, on poursuivit, dans les années quatre-vingt-dix, la construction du limes. Pour assurer la surveillance de la zone forestière –Westerwald, Taunus et Odenwald–, on utilisa de petites troupes auxiliaires non régulières, des numeri d’environ cent cinquante à deux cents hommes, constituées spécialement à cette fin. Le secteur particulièrement menacé qui longeait la Vétéravie fut pourvu, outre ces petites unités, de quelques cohortes ou ailes régulières d’auxiliaires qui avaient été détachées de l’intérieur du pays. Elles construisirent, sans doute vers 90, les castella de Butzbach, Arnsburg et Echzell. C’est probablement à cette époque que le limes fluvial du Neckar a été installé et que l’on a opéré la jonction entre le Neckar supérieur et la ligne des Alpes souabes. En 98, en tout cas, on avait achevé des tronçons considérables du limes et l’on avait fait avancer des unités d’auxiliaires jusqu’à la frontière. C’est l’époque où Tacite écrivait la Germanie. Les territoires conquis au-delà du Rhin avaient été intégrés à la province par la construction du limes et des forts avancés : limite acto promotisque praesidiis sinus imperii et pars provinciae habentur, “Puis on a mis en place un limes, porté plus loin nos postes militaires, et cette région est maintenant au sein de l’Empire, une partie de la province” (Tacite, Germanie 29, 4). Ces mots ne signifient pas que, vers 98, l’aménagement du limes était déjà totalement achevé (fig. 7). Beaucoup de tronçons de la frontière n’étaient que faiblement occupés par de petites unités et le tronçon le moins dangereux, dans l’Odenwald à peu près dépourvu d’habitants, pourrait avoir été réalisé un peu plus tard, au début du règne de Trajan.

1.4.2 De Trajan à Antonin le Pieux

62Au début de son règne, l’empereur Trajan commença à préparer la guerre contre les Daces (101-102 et 105-106). Vers 101, pour renforcer l’armée romaine sur le Danube inférieur, l’empereur retira la legio XI Claudia de Vindonissa. Elle ne revint plus, si bien qu’à partir de cette époque, seules deux légions stationnèrent encore dans cette province, la legio XXII Primigenia pia fidelis à Mayence et la legio VIII Augusta à Strasbourg (fig. 7). La legio X Gemina, cantonnée à Nimègue, fut déplacée vers 104 de la Germanie inférieure vers la Pannonie, sur le Danube, et plus précisément à Aquincum (Budapest). Plus tard, et pour peu de temps, le camp de Nimègue fut occupé par des vexillations de la légion ; sous Hadrien, il hébergea un temps la legio IX Hispana. Après les guerres daciques de Trajan, seules deux légions furent stationnées en permanence en Germanie inférieure : la legio I Minervia à Bonn et la legio VI Victrix à Vetera II.

FIG. 7
Carte des sites militaires vers 100 (seuls sont numérotés les sites mentionnés dans le texte) : 1 Valkenburg aan de Rijn ; 2 Alphen aan den Rijn/Zwammerdam ; 3 Utrecht ; 4 Bunnik/Vechten ; 5 Nijmegen ; 6 Arnhem/Meinerswijk ; 7 Xanten (Vetera II) ; 8 Krefeld/Gellep ; 9 Neuss ; 10 Dormagen ; 11 Köln/Alteburg ; 12 Bonn ; 13 Zugmantel ; 14 Wiesbaden ; 15 Mainz ; 16 Hofheim ; 17 La Saalburg ; 18 Butzbach ; 19 Inheiden ; 20 Echzell ; 21 Altenstadt ; 22 Hanau/Kesselstadt ; 23 Stockstadt am Main ; 24 Gross-Gerau ; 25 Ladenburg ; 26 Heidelberg ; 27 Wörth ; 28 Lützelbach ; 29 Hesselbach ; 30 Oberscheidental ; 31 Neckarburken ; 32 Bad Wimpfen ; 33 Heilbronn/Böckingen ; 34 Walheim ; 35 Bad Cannstatt ; 36 Strasbourg ; 37 Rottweil ; 38 Windisch.

dessin M. Reddé.

63Pendant son règne, Trajan s’efforça de consolider la structure des deux provinces frontières en fondant des villes et des civitates. En Germanie inférieure, il constitua la colonia Ulpia Traiana (près de Xanten), en Germanie supérieure, la civitas Ulpia Sueborum Nicrensium, dont le chef-lieu était Lopodunum (Ladenburg). La civitas Mattiacorum, chef-lieu Aquae Mattiacorum (Wiesbaden) et la civitas Taunensium, chef-lieu Nida (Heddernheim), remontent sans doute à la même phase de fondation. Les chercheurs considèrent en général que l’empereur a effectué ces créations au début de son règne, avant les guerres daces, alors qu’il séjournait encore dans les provinces germaniques et qu’il s’efforçait sans aucun doute d’accroître son prestige auprès du public. Des observations archéologiques récentes font penser que les édifices urbains ont été construits un peu plus tard et que les créations de villes ont été également plus tardives (Precht 1999 ; Sommer 1999a ; 1999b). Mais cette conclusion ne paraît pas inéluctable : la construction des bâtiments urbains s’est forcément étalée pendant de nombreuses années après l’acte de fondation.

64La création des civitates trajaniennes en Germanie supérieure libéra des corps auxiliaires stationnés sur leurs territoires depuis le début du règne des Flaviens. Ils furent partiellement transférés sur le front du Danube –ce fut par exemple le cas de l’ala I Canninefatium, de Ladenburg. D’autres unités furent déplacées jusqu’au limes. Le bassin de Neuwied fut ainsi pourvu d’une plus forte garnison ; le limes oriental de la Vétéravie fut pourvu de cohortes. D’autres auxilia s’installèrent sur la ligne du Main et du Neckar. En 105 au plus tard apparut la ligne de l’Odenwald, avec ses petits fortins de numeri. L’aménagement de la frontière de Germanie supérieure, entamé sous Domitien, fut ainsi achevé sous Trajan. II est cependant difficile de suivre le détail de ce processus et de le dater plus précisément. On n’a pas conservé d’inscriptions lapidaires datant de la phase initiale du limes, parce que les camps auxiliaires ont d’abord été construits en bois. Sur ce point aussi, la recherche en est arrivée à des stades différents : de nombreux castella ont déjà fait l’objet de fouilles, organisées par la Reichslimeskommission parfois depuis plus de cent ans. Celles-ci ont livré un nombre d’objets souvent réduit, pour lesquels on ne dispose pas d’information stratigraphique. Or, même des quantités importantes de céramiques et d’autres petits objets ne peuvent guère être datées aujourd’hui avec une précision supérieure à une décennie. Les possibilités et les limites de la datation initiale des fortins du limes de Germanie supérieure constituent ainsi un sujet de débats (Schönberger 1985, 385, 387 ; Strobel 1987, 445-449 ; Kortüm 1998 ; 1999).

65La frontière n’était pas marquée partout par un chemin surveillé par des tours de garde ou bien par un limes fluvial. Seule la jonction de la ligne du Neckar et du limes des Alpes souabes était matérialisée par une route jalonnée de fortins. Dans cette région, il faut mentionner la singulière barrière du Lautertal, près de Dettingen unter Teck (Filzinger et al. 1986, 268-270 ; Baatz 2000, 212-214). L’une des particularités du limes de Germanie supérieure est le stationnement, plusieurs fois observé, de deux unités différentes dans une même garnison. Ou bien les deux unités se trouvaient à proximité dans deux forts séparés (par ex. Neckarburken, Miltenberg, Ohringen et Welzheim), ou bien elles étaient ensemble dans un castellum unique, ce que l’on peut supposer dans le cas des fortins de la Saalburg, Echzell et Niederbieber. Il existait vraisemblablement d’autres “doubles fortins” de ce type qui, en l’état actuel de la recherche, n’ont pas encore pu être identifiés. Des deux unités, de dimensions généralement différentes, la petite pourrait avoir constitué l’équipe de garde employée directement sur le limes et la grande avoir servi de réserve, utilisée de manière flexible et susceptible, le cas échéant, d’être détachée dans d’autres provinces (Baatz 1997).

66La protection qu’offrait le limes contre les attaques germaniques augmenta la sécurité de la frontière. Les nouvelles civitates en profitèrent ; sur leurs territoires se constituèrent des exploitations agricoles reprenant le modèle romain. Les besoins des armées frontalières en produits agricoles incitèrent aussi à créer ce type d’exploitations. Une prospérité modérée s’instaura ainsi dans la zone frontalière, où la paix régna pendant des décennies. On peut donc dire que le limes a été une réussite.

67L’empereur Hadrien a visité en personne la Gaule et les provinces rhénanes (121-122 ap. J.-C.) ; il a inspecté les troupes et remédié aux situations anormales (SHA Hadr. 10, 2-11, 1). Il a, à cette occasion, ordonné des modifications dans la répartition des troupes. Il aurait aussi rénové, abandonné ou déplacé des fortins (Dion Cassius LXIX, 9) mais on n’en a conservé que peu de traces archéologiques (Schönberger 1985, 393). Le transfert de la legio VI Victrix de Vetera II, en Germanie inférieure, vers la Bretagne fait sans doute partie des cas attestés. C’est la legio XXX Ulpia Victrix, nouvellement levée, qui s’installa à Vetera et y demeura en garnison jusqu’à l’abandon du camp, vers la fin du iiie s. La deuxième légion de Germanie inférieure, la legio I Minervia, demeura à Bonn.

68Jusqu’à l’époque d’Hadrien, le limes de Germanie supérieure n’était pas équipé d’obstacles d’approche ; il n’était constitué que d’un chemin de ronde surveillé. Peut-être Hadrien a-t-il ordonné, pendant sa visite, la construction de la palissade du limes qui devait compliquer sa traversée et, comme une clôture, séparer la province romaine des terres germaniques (SHA Hadr. 12, 6). Les mesures prises par Hadrien ne constituent pas une modification essentielle du concept de limes tel qu’il existait depuis Trajan.

69En revanche, une assez grande modification eut lieu au milieu du iie s. sur le limes de Germanie supérieure (fig. 8). Sous le règne d’Antonin le Pieux, beaucoup des castella de bois furent sans doute reconstruits en pierre. Les tours de guet en bois qui jalonnaient le limes furent remplacées par des tours de pierre. Les inscriptions trouvées dans les bâtiments du limes de l’Odenwald datent cette transformation des années 145 et 146. Les troubles survenus au milieu du siècle en Germanie libre ont pu être considérés comme des signes avant-coureurs du sérieux conflit avec les Marcomans. Ils pourraient avoir été à l’origine de la décision prise vers 159 d’abandonner le limes de l’Odenwald et du Neckar, et de transférer les corps auxiliaires sur une nouvelle ligne avancée. Mais il s’agissait peut-être seulement d’intégrer dans la province le territoire situé à l’est du Neckar, depuis longtemps sous influence romaine. L’inscription la plus tardive de l’ancienne ligne du limes remonte à 158 (Schallmayer 1984a ; 1984b). Le témoignage épigraphique le plus ancien du limes extérieur est une inscription sur l’édifice de la cohors I Germanorum de Jagsthausen, qui a été gravée avant la fin du règne d’Antonin le Pieux et que l’on date de l’an 161 (CIL XIII, 6561). On peut donc calculer que cette avancée des troupes s’est faite entre 158 et 161. On a une datation encore plus précise avec le début de la construction à Osterbucken, que la dendrochronologie situe en 159 ; cette année-là, les corps auxiliaires jadis situés à Neckarburcken ont commencé à construire dans leur nouveau site (Schallmayer & Preuss 1994 ; Speidel 1986). Le destin des castella de l’ancienne ligne est objet de débats : ont-ils été remis à des civils ? Y a-t-on encore entretenu des postes ou des dépôts militaires ? (Schallmayer 1984a ; Schönberger 1985, 395). La nouvelle ligne frontière débutait à Miltenberg, au bord du Main, et allait jusqu’à Lorch, au bord de la Rems. Entre Walldürn et Welzheim, la ligne avait été tirée droite, avec une grande précision sur 80 km, et sans tenir compte du terrain, une performance considérable dans le domaine de l’arpentage. A peu près à la même époque, on édifia des fortins supplémentaires au nord de la province, sur quelques tronçons du limes, afin d’améliorer la surveillance de la frontière, entre autres les castella pour numeri du Feldberg et de Heftrich, dans le Taunus. Dans le même temps, le limes rétique fut prolongé vers l’ouest. La ligne frontière de Germanie supérieure et la ligne rétique se rencontrèrent alors près de Lorch, au bord de la Rems, si bien que la ligne du limes entre le Rhin et le Danube était désormais complètement refermée.

FIG. 8
Carte des sites militaires vers 160 (seuls sont numérotés les sites mentionnés dans le texte) : 1 Valkenburg aan de Rijn ; 2 Alphen aan den Rijn/Zwammerdam ; 3 Utrecht ; 4 Bunnik/Vechten ; 5 Arnhem/Meinerswijk ; 6 Xanten (Vetera II) ; 7 Krefeld/Gellep ; 8 Neuss ; 9 Dormagen ; 10 Kôln/Alteburg ; 11 Bonn ; 12 Niederbieber ; 13 Zugmantel ; 14 Mainz ; 15 La Saalburg ; 16 Butzbach ; 17 Inheiden ; 18 Echzell ; 19 Altenstadt ; 20 Stockstadt am Main ; 21 Wôrth ; 22 Miltenberg ; 23 Walldürn ; 24 Neckarburken ; 25 Osterburken ; 26 Jagsthausen ; 27 Öhringen ; 28 Welzheim ; 29 Lorch ; 30 Strasbourg.

dessin M. Reddé

1.4.3 De Marc-Aurèle à Commode

70Peu après l’entrée en fonctions de Marc-Aurèle, des tensions apparurent en Germanie libre. À la même époque, les Parthes envahirent l’Arménie et battirent l’armée romaine. Rome réagit en lançant une contre-attaque dirigée par le co-empereur Lucius Verus (162). Les Chattes utilisèrent la situation pour lancer une incursion dans la province de Germanie supérieure (162). Selon la tradition assez maigre et parfois peu fiable de cette époque, le gouverneur C. Aufidius Victorinus parvint à repousser les Chattes (SHA Marcus Antoninus 8, 7). Le futur empereur Didius Julianus aurait, comme légat de la XXIIe légion, repoussé une deuxième attaque des Chattes en Germanie supérieure, peut-être vers 168-170, et en tout cas avant 172 (SHA Didius Julianus 1, 8). Dans quelques forts et colonies civiles de Germanie supérieure, on a en outre trouvé des couches d’incendie qui remontent à la deuxième moitié du iie s. Mais on n’a pu ni opérer de datations plus précises, ni établir un lien entre ces traces et un contexte de destruction déterminé. À peine la guerre des Parthes s’était-elle achevée (166) que l’Empire s’engageait dans un nouveau conflit particulièrement dur dans les provinces danubiennes. Les Marcomans et leurs alliés s’étaient mis en mouvement contre les provinces romaines parce que celles-ci se trouvaient sous la menace de peuples qui descendaient du nord. L’armée romaine fut battue, les Germains entrèrent dans les provinces et avancèrent même jusqu’en Grèce et en Italie. L’Empire traversa une crise encore aggravée par l’épidémie de peste. Il fallut deux longues guerres (167-175 et 177-180) pour que Marc-Aurèle parvînt à stabiliser la frontière du Danube. Pendant la première guerre contre les Marcomans, la partie orientale de la Rétie fut mise à mal. Mais les provinces voisines, Norique, Pannonie et territoires du Danube inférieur, subirent des ravages beaucoup plus sérieux. La frontière du Rhin demeura cependant épargnée par les guerres des Marcomans (Fischer 1994).

71Un peu plus tard, vers 185, sous le règne de Commode, des troubles éclatèrent en Gaule et dans les provinces du Rhin (bellum desertorum et insurrection de Maternus). Les récits antiques qui nous sont parvenus sont incomplets et imprécis, de telle sorte qu’il est pratiquement impossible d’établir le cours des événements (Hérodien 1,10 ; SHA Commodus 16, 2 ; SHA Pescennius 3, 3) [Alföldy 1971]. Au bout du compte, les troubles sont nés d’une crise de la discipline militaire, conséquence, sans doute, des guerres contre les Marcomans. Une troupe de déserteurs menés par un certain Maternus parcourut la Gaule en pillant et en incendiant tout sur son passage. La legio VIII Augusta se distingua particulièrement lors des représailles ordonnées par l’empereur. Elle repoussa avec succès le siège que lui imposaient les insurgés, et vainquit les déserteurs (CIL XI, 6053). Cela lui valut le surnom honorifique de pia fidelis Constans Commoda. Par la suite, le calme régna assez longtemps sur la frontière du Rhin.

72Sous le règne de Commode, on répara les fortifications le long du limes. À l’époque des guerres des Marcomans, il n’avait sans doute guère été possible de mettre en œuvre les mesures de construction nécessaires ; il fallait donc rattraper le temps perdu. On reconstruisit le grand castellum de Niederbieber, au nord du limes de Germanie supérieure, tout comme le fort de cohorte de Holzhausen an der Haide, un édifice de moindre taille. Comparé aux fortins de pierre construits dans la première moitié du iie s., le castellum de Niederbieber fait preuve d’une plus grande modernité. Son enceinte est pourvue de tours qui décrivent de grandes saillies ; entre le mur fortifié et les fossés défensifs se trouve une berme d’une largeur jusqu’alors inusitée. Les deux éléments traduisent un changement de tactique de défense et montrent déjà des caractéristiques défensives de l’Antiquité tardive. Peut-être la pression exercée par les Germains sur la frontière de la province a-t-elle provoqué, sous le règne de Commode, l’installation de la levée de terre et du fossé (Pfahlgraben). Mais la datation de ces obstacles n’est nullement garantie. Ils pourraient aussi avoir été aménagés au début du IIIe s., peut-être après la guerre préventive menée par Caracalla contre les Germains en 213.

1.4.4 De Septime Sévère à Sévère Alexandre

73Après la bataille de Lyon, le 19 février 197, où il défit son rival Clodius Albinus, Septime Sévère put définitivement imposer son pouvoir sur les provinces du nord-ouest. Cet épisode avait été précédé par des combats de l’armée provinciale des deux Germanies contre Albinus. La XXIIe légion défendit à cette occasion avec succès la ville de Trêves, assiégée par les troupes d’Albinus. Sur le limes, tout resta calme.

74Au début du iiie s., la legio XXII Primigenia accomplit de grands travaux de construction sur lesquels on ne dispose que de données indirectes. Entre 206 et 214 travaillèrent sur le Main inférieur les équipes de bûcherons de la XXIIe légion (agentes in lignariis), comme l’attestent les inscriptions trouvées à Stockstadt am Main, Obernburg et Trennfurt (Speidel 1983). Le bois était vraisemblablement acheminé par flottage sur le Main. À peu près à la même époque, les “vexillations de travail” de la XXIIe légion œuvraient dans la carrière de pierre du Kriemhildenstuhl, près de Bad Dürkheim, où elles ont taillé une quantité considérable de grès coloré (Cüppers 1990, 313-315). Seul un heureux hasard a permis à la postérité de connaître ces deux projets ; il est arrivé à d’autres époques que les légions fussent employées pour ce genre de travaux.

75C’est à une date tardive que les Alamans sont mentionnés dans la littérature antique. Ils sont nommés dans les extraits de Xiphilin (xie s.), dans Dion Cassius, pour la campagne de Caracalla, en 213 (Dion Cassius, Epit. 78, 13, 4 ; 14). Il est cependant possible que le nom des Alamans ait été intégré après coup au texte de Xiphilin. Mais les sources archéologiques laissent penser que les bandes de guerriers qui se nommaient “Alamans” sont apparues aux environs de 200 ap. J.-C. dans la sphère des Germains de l’Elbe (Schach-Dörges 1997, 79-81). Apparemment, ils menaçaient les provinces de Germanie supérieure et de Rétie, car la guerre menée par l’empereur Caracalla en 213 doit être interprétée comme une mesure préventive. En août de cette même année, l’armée impériale traversa la frontière de Rétie pour intervenir contre les Germains (Acta Arvalium en date du 15 août ; CIL VI, 2086), assurant ainsi la paix aux provinces romaines pour les vingt années suivantes. L’empereur célébra la victoire sur les Germains et prit le surnom de Germanicus Maximus. Sous le règne de Caracalla, il n’y eut ni combats, ni destruction sur le limes. C’est peut-être à cette époque qu’ont été construits le mur en terre et le fossé du limes de Germanie supérieure et le rempart en pierre qui marque la frontière de la Rétie.

76Sous le règne d’Elagabal et de Sévère Alexandre, le calme régna dans un premier temps sur le limes. En 224 débuta en Orient la montée de la dynastie des Sassanides, qui voulait rétablir l’éclat de l’ancien empire perse. Un conflit éclata avec Rome. Après une incursion dévastatrice des Perses dans les provinces de Mésopotamie et de Syrie (230), Sévère Alexandre passa à la contre-attaque. Il rassembla en Syrie un grand corps expéditionnaire, pour lequel on détacha aussi des troupes venues des provinces du Rhin et du Danube (231). L’année suivante débuta l’attaque romaine contre le centre de l’empire persan (232). Lorsque les Germains comprirent que les armées provinciales du Rhin et du Danube étaient affaiblies, ils attaquèrent les provinces insuffisamment protégées (233). Les Alamans pillèrent et ravagèrent une bonne partie du territoire provincial de la Germanie supérieure et de la Rétie ; ils réduisirent aussi en ruines de nombreux fortins du limes (Nuber 1997 ; Fischer 1999a). Les soldats détachés de la frontière du Rhin et du Danube pour participer à la guerre des Parthes obtinrent la suspension des combats à l’est et le retour vers Mayence afin de protéger leur patrie (Hérodien 6, 7). Sévère Alexandre fut assassiné en 235 ap. J.-C. par ses troupes mécontentes. La même année, le nouvel empereur Maximin le Thrace lança la campagne prévue contre les Alamans. Une fois encore, il rétablit quelque temps la sécurité de la zone frontalière et fit reconstruire les forts détruits sur le limes.

1.5 Du milieu du iiie s. à Dioclétien

77RAYMOND BRULET

78Si le iiie s. est généralement perçu comme un siècle de crise (Carrié & Rousselle 1999), ses quarante dernières années voient celle-ci portée à son paroxysme, en particulier en Gaule. Au sein de cette période assez courte, mais fertile en événements, on assiste tour à tour à la mise à mort de l’ancien régime, avec son cortège de troubles politiques, aux premiers assauts barbares contre l’Empire, porteurs de conséquences indélébiles, et à la mise en place d’un programme de redressement durable qui fait basculer Rome dans une nouvelle période historique : l’Antiquité tardive. Cette période charnière nous est contée par les auteurs anciens sous le seul aspect de l’histoire événementielle (Histoire Auguste, Zosime, Zonaras, et abrégés d’Aurélius Victor, Eutrope et Festus).

79Les trésors monétaires et les monnaies de site, par leur abondance particulière, offrent une aide appréciable pour évaluer l’impact des premières invasions barbares et pour affiner la chronologie de certains faits ignorés par les textes. On vit dans un pluralisme monétaire (Callu 1969) avec un volume de frappes qui connaît une inflation vertigineuse et une croissance du nombre d’ateliers jusqu’à Aurélien et Dioclétien (Estiot 1996).

80L’archéologie, à l’inverse, fournit peu d’indications fiables, parce que les précisions chronologiques manquent souvent. Toutefois, c’est à cette période que l’on attribue volontiers, sans que l’on dispose toujours de preuves bien étayées, plusieurs programmes de constructions militaires et des abandons massifs de sites civils, en particulier dans le monde rural. Dans le secteur urbain, c’est l’âge de l’élévation des premières enceintes à périmètre réduit, qui fait suite au déclin des villes, bien observé après les Sévères. Cette période s’étend du règne de Gallien (253-268) à celui de Dioclétien (284-305). En toile de fond des événements tragiques qui vont secouer l’Empire, on note une crise économique et démographique sans précédent, et de graves déficiences des structures de l’état, avec un partage incessant du pouvoir.

81Le premier acte de cette séquence historique est constitué par le désengagement du limes germanique et des territoires situés au-delà du Rhin et du Danube, qui représentaient un programme faisant la fierté de Rome depuis la période flavienne. Ce renoncement brutal, très évocateur du mouvement de repli enclenché, intervient entre 253 et 260. Le territoire des Champs Décumates est abandonné aux Alamans. La date exacte est disputée, mais l’abandon militaire est bien réel (Koethe 1942 ; Nuber 1990 ; Strobel 1999).

82Le second acte, plus grave encore, est constitué par une série d’invasions qui, en 253, 259-261, 269-271 et en 275-276, vont marquer l’intérieur des terres gauloises. Les premières incursions barbares se situent en 253 et 259-261, dans le nord de la Gaule et sur les frontières. Elles sont principalement dues aux Francs qui parviennent à traverser la Gaule de part en part et vont assiéger Tarragone en Espagne. Les trésors monétaires permettent d’ailleurs de décomposer cette invasion en plusieurs incursions distinctes. A la fin de 261, les Alamans pénètrent dans la vallée du Rhin moyen.

83En 275-276, la même situation se reproduit un peu plus gravement. La Gaule septentrionale n’est pas seule visée ; les pillards s’avancent entre Seine et Loire, sur le Rhône supérieur, dans les régions voisines de l’Atlantique, peut-être jusqu’aux Pyrénées. Toutefois, comme on l’a observé en Narbonnaise, les dégâts causés par ces invasions n’ont pas la même ampleur partout (Christol 1996). Les menaces affectent aussi les côtes de la Manche. Depuis 254-256, les régions littorales sont sujettes aux attaques des Frisons, des Francs et des Saxons.

84Un rétablissement provisoire de la situation est dû à Gallien (253-268) qui s’attaque aux Francs et aux Alamans le long de la frontière rhénane. Dans ce contexte, l’empereur est surtout connu pour ses réformes militaires novatrices. Il crée notamment des corps de cavalerie mobile. À partir de 259, cette cavalerie est basée à Milan, de façon à prévenir l’Italie de toute conquête par Postume et à contenir les Alamans. Les prélèvements temporaires qui sont faits au détriment des armées provinciales pour constituer cette cavalerie aboutissent finalement à une situation permanente (Southern et al. 1996). On considère parfois Gallien comme le précurseur de l’armée mobile de l’Antiquité tardive mais le fait est discuté (Carrié & Rousselle 1999, Le Bohec 2004). L’empereur met aussi sur pied une garde personnelle composée d’un détachement d’officiers d’élite, les protectores. D’abord distinction honorifique réservée aux officiers supérieurs, ce titre de protector va rapidement évincer et remplacer celui de centurion, dont la mention deviendra de plus en plus rare, voire inexistante au début du ive s., sans disparaître totalement.

85La réponse à la grande invasion de 275 se fait davantage attendre. Le biographe de Probus parle des Gaules comme tombées au pouvoir des Germains. Les empereurs légitimes comme Gallien (253-268), Claude II (268-270), Aurélien (270-275) et Probus (276-282), qui durent affronter ces événements dramatiques, ont œuvré de leur mieux, mais on sait qu’ils eurent aussi maille à partir avec une série de soulèvements locaux qui s’apparentaient à de véritables sécessions.

86C’est le troisième acte de cette période qui est marqué du sceau du séparatisme. Un empire “gaulois” (260-274) se crée sous l’impulsion de Postume, Victorinus et Tétricus. Un peu plus tard se dessine le même réflexe, dans le nord-ouest de la Gaule, avec la constitution d’un territoire indépendant, sous la férule de Carausius puis d’Allectus (286-296). Ces réflexes d’autodéfense ne visent pas à proprement parler l’exercice d’un pouvoir à Rome (Drinkwater 1987) et ils seront très salutaires pour la Gaule. La sécession gauloise fournit aussi l’occasion d’une montée en puissance de certaines villes du nord : Postume, le premier, installe sa résidence à Cologne. Trèves est ensuite choisie par ses successeurs, en attendant qu’elle ne devienne le siège du diocèse de l’Ouest, qui englobe les Gaules, l’Espagne et la Bretagne.

87Le chef des armées rhénanes, Postume, se fait proclamer empereur à Cologne vers 260 par ses soldats, inaugurant la sécession gauloise. Il est aux commandes de la région pour une dizaine d’années. Le fait qu’il porte par deux fois le titre de Restitutor Galliarum donne la preuve de son action bénéfique pour la Gaule et pour la région frontalière du Rhin. Ses successeurs n’auront pas le même enthousiasme, à l’image de Tétricus, battu à Châlons-sur-Marne par Aurélien qui met fin, en 274, à l’indépendance du pouvoir gaulois.

88Sur la façade maritime, la situation est également troublée par les tribus franques et saxonnes qui infestent la mer, causant de grands dommages sur les côtes de Bretagne et de Gaule (Aurelius Victor). Carausius, commandant militaire de la Bretagne, usurpe lui aussi le pouvoir en 286. Grâce à des forces navales bien entraînées, il contrôle l’île et une partie du rivage continental, avec Boulogne et Rouen. L’aventure isolationniste n’a qu’un temps, mais elle montre bien, à l’image de l’“Empire gaulois” précédemment réduit, que la dislocation du pouvoir central menace toujours. En 291, Carausius est maître des ports et des voies maritimes de la mer du Nord ; il fait alliance avec les tribus des côtes bataves et frisonnes. C’est Constance Chlore qui mettra fin à l’aventure britannique en 296.

89Vers 280, l’Empire se compose d’environ cinquante provinces, impériales ou sénatoriales. Leurs gouverneurs gardent la haute main sur l’administration politique, judiciaire et militaire, mais les guerres tendent à effacer lentement la distinction entre les provinces sénatoriales désarmées et les provinces impériales armées. Dans ces dernières, les gouverneurs sénatoriaux perdent tout pouvoir militaire et les légions sont désormais commandées par des préfets (chevaliers), suppléants des légats. En revanche, dans les provinces équestres, le praeses conserve toutes ses responsabilités politiques et militaires.

90La politique de Rome dans les zones frontalières connaît alors un changement fondamental, que certains auteurs modernes qualifient de modification stratégique : devant l’insuccès permanent des troupes basées sur les bordures de l’Empire, le centre de gravité de la défense se déplace vers l’intérieur des terres. Il ne convient pas de réfuter ici les vues stratégiques éventuelles que peut avoir le haut commandement, à supposer qu’il ait opté consciemment en faveur d’une révision d’une ancienne stratégie passive de verrouillage des frontières (Luttwak 1976 ; Whittaker 1989). Dans tous les cas, on voit apparaître sur le terrain, durant les règnes des “empereurs gaulois”, des programmes de constructions militaires destinées à protéger un certain nombre de routes militaires, pénétrantes et non plus seulement rocades du limes. Toutes les routes ne sont pas fortifiées de la sorte, mais la dispersion de troupes à l’intérieur du territoire paraît être une mesure nouvelle, qui accompagnera d’ailleurs les premiers efforts de défense urbaine.

91On attribue généralement à Aurélien l’élévation des premiers remparts urbains de l’Antiquité tardive qui se multiplieront durant le ive s., mais il semble que Probus ait eu sa part dans ces opérations. A. Grenier avait eu l’attention attirée par l’importance de ces murailles. Dans quelques cas, il n’est guère aisé de trancher sur leur fonction : castellum ou ville ? Aujourd’hui, on doit bien constater que beaucoup d’enceintes sont postérieures au iiie s.

92Un acte supplémentaire se joue dans le sillage des invasions barbares : il s’agit de l’installation plus ou moins définitive de peuplades étrangères au sein de l’Empire et de la nécessaire politique d’ouverture et de traités d’alliance qui voient le jour. On distingue globalement des accords visant à établir des barbares sur les terres romaines et l’introduction de ceux-ci dans les corps d’armée. Dès la fin du iiie s., il est déjà question de campagnes labourées par les barbares. En 288, Maximien établit des Francs et des prisonniers d’origine germanique en colonies de Laeti. On sait explicitement que les tribus germaniques alliées de Carausius, après soumission, furent transférées en Gaule pour repeupler les campagnes désertes des Ambiens, des Bellovaques, des Tricasses et des Lingons (Pan. Lat. IV, 8, 9 ; VII, 6) : c’est le début d’une politique qui sera maintes fois reprise durant le IVe s.

93Finalement, à partir de 282, se dessinent les premiers éléments du redressement tant attendu. À la mort de Probus, cette année-là, on considère la Gaule comme délivrée du péril germanique.

1.6 De Dioclétien à Valentinien ier

94RAYMOND BRULET

95La fermeté des empereurs Dioclétien (284-305) et Constantin (307-337), la longueur de leur règne et leur implication dans un programme de réformes systématiques inaugurent une période de renaissance de l’Empire romain qui en a changé définitivement l’aspect. Les empereurs renforcent en effet le pouvoir de l’administration mais séparent les compétences civiles et militaires. Ils multiplient les effectifs de l’armée, restaurent la défense des frontières et développent une nouvelle stratégie, fondée sur la protection de l’intérieur du territoire (Stein 1949-1959 ; Carrié & Rousselle 1999).

1.6.1 Les événements

96La réforme militaire la plus importante est celle qui consiste à mettre sur pied une armée de campagne autonome, capable de remplir des missions adaptées aux circonstances (Southern et al. 1996). Très mobile, elle peut se déplacer à la demande sur tous les fronts et appuyer une armée frontalière qui perd de son influence. Cette période de restauration ne prendra fin que vers le milieu du ive s. En 351, les Francs et les Alamans mettent à profit de nouvelles dissensions politiques pour franchir la frontière. La bataille de Mursa oppose Constance II (337-361) à l’usurpateur Magnence (350-353), qui a entraîné avec lui une grande partie de la force stratégique mobile. Celle-ci est engloutie dans le combat et la Gaule, qui doit faire face à une nouvelle situation de péril, ne pourra jamais reconstituer ses corps armés d’élite. Par la suite, les menaces barbares redeviennent effectives et les règnes des empereurs, généralement assez courts, sont consacrés au redressement incessant de la situation militaire. Un chef de l’envergure de Julien (360-363) s’épuisera à guerroyer sur les frontières en engrangeant quelques succès passagers sans grand avenir.

97Les sources littéraires pour cette période sont de bonne qualité. On citera en premier lieu Ammien Marcellin, qui avait fait partie de l’entourage de Julien en Gaule, et qui est un témoin de premier ordre pour l’histoire militaire du milieu du ive s. Son récit s’arrête en 378, avec la bataille d’Andrinople, où périssent Valens et l’armée d’Orient. D’autres auteurs plus tardifs, comme Zosime, sont précieux pour l’étude du ive s. dans son ensemble. Mais c’est un autre type de document qui nous aide à comprendre un peu l’organisation administrative et militaire du Bas-Empire. Il s’agit de la Notifia Dignitatum, un almanach officiel qui, pour l’essentiel, donne l’état de l’Empire sous le règne d’Honorius (395-423). Il dresse un tableau très documenté, de manière distincte pour les deux parties de l’Empire (fig. 9). Ainsi parle-t-on d’une Notifia Dignitatum Orientis et d’une Notitia Dignitatum Occidentis. Tel qu’il se présente, ce document constitue un tableau officiel des grands dignitaires, des unités militaires et des emplacements où celles-ci étaient stationnées. Le texte, sans cesse mis à jour et remanié entre les années 380 et 420, n’offre pas une homogénéité parfaite (Clemente 1968).

FIG. 9
Vignette de la Notifia Dignitatum représentant les fortifications du duché de Mainz

Wamser 2000, 211.

1.6.2 Les réformes administratives et territoriales

98À partir de Dioclétien (284-305), quelques grandes lignes de force marquent la politique des princes de l’Antiquité tardive (Seston 1946). Dioclétien crée la Tétrarchie, mais ce système de gouvernement ne lui survit guère. Du point de vue administratif on voit apparaître, à partir de 297, une nouvelle logique dans l’organisation territoriale : on divise les anciennes provinces, jugées trop grandes et difficiles à défendre, au point de doubler quasiment leur nombre. Dans le même temps, on regroupe les nouvelles entités dans de grands ensembles régionaux (diocèses), sous l’autorité d’un vice-préfet du prétoire (vicaire), alors chevalier. Le Laterculus Veronensis, datable de 311, nous en donne la liste. Pour les Gaules, il y en a désormais deux. Le diocèse des Gaules proprement dit, qui a son siège à Trêves, est composé de huit provinces (Germanie I et II, Belgique I et II, Lyonnaise I et II, Séquanie, Alpes Grées et Pennines) ; le diocèse de Viennoise, avec son chef-lieu à Vienne, compte sept provinces (Viennoise, Narbonnaise I et II, Alpes maritimes, Aquitaine I et II, Novempopulanie) [fig. 10]. Ce mouvement de morcellement territorial se poursuivra ultérieurement. Vers 398, le Laterculus de Polemius Silvius compte au total dix-sept provinces en Gaule (Viennoise, Narbonnaise I et II, Aquitaine I et II, Novempopulanie, Alpes maritimes, Belgique I et II, Germanie I et II, Lyonnaise I, II et III, Maxima des Séquanes, Alpes Grées). La Notitia Dignitatum, vers 428, énumère, sous l’autorité du “vicaire des sept provinces”, la Viennoise, la Lyonnaise I, II, III et la Lyonnaise Sénonie, la Germanie I et II, la Belgique I et II, les Alpes maritimes, Pennines et Grées, la Maxima des Séquanes, l’Aquitaine I et II, la Novempopulanie, la Narbonnaise I et II (fig. 11).

FIG. 10
Carte des provinces de Gaule en 311 ; les limites des provinces sont approximatives.

dessin M. Reddé d’après le Laterculus Veronensis.

FIG. 11
Carte des provinces de Gaule au début du Ve s. ; les limites des provinces sont approximatives.

dessin M. Reddé d’après la Notitia Dignitatum.

99Sous Dioclétien, seule la préfecture du prétoire garde des attributions civiles et militaires. Le gouverneur de province n’a en revanche plus rien à voir avec l’armée. L’autorité militaire se trouve donc entre les mains d’un dux régional. C’est Dioclétien qui met en place ces districts frontaliers, une mesure qui a des origines antérieures à son règne, mais qu’il systématise. On évitera, à ce propos, de parler de “duchés”, terme en soi anachronique et impropre. Ces commandements territoriaux sont formés empiriquement au cours des guerres des Tétrarques, et le cordon linéaire du limes s’épaissit peu à peu en une large bande de territoire provincial militarisé. Ainsi la province de Maxima Sequanorum, réunissant le sud de la Germanie I à la cité des Helvètes et des Rauraques, sert-elle à défendre le Rhin supérieur, du lac de Constance à Horbourg. Il en va de même des Germanies I et II, dans lesquelles on trouve des légions, à Strasbourg, Mayence, Bonn, Xanten, avec, la plupart du temps, des corps de troupes connus antérieurement, même s’ils ont sensiblement fondu ; on y adjoint deux nouvelles légions à Deutz et chez les Tungrecani. Puis vient la Belgique I, avec Trèves comme capitale. Parce que les côtes de l’Atlantique et de la mer du Nord méritent une attention militaire qu’elles n’avaient guère suscitée par le passé, certaines zones littorales sont également aménagées en districts militaires (Brulet 1989) : la Belgique II ; l’Armorique, qui survivra dans la Notitia Dignitatum ; le tractus Armoricanus et Nervicanus, qui ne contrôle pas les Nerviens, mais des garnisons côtières ; enfin le tractus des deux Aquitaines et des trois Lyonnaises.

100Sous Constantin, les anciens préfets du prétoire, désormais sénateurs, sont écartés de la cour, perdent toute compétence militaire et deviennent les chefs civils de grandes circonscriptions régionales.

101En ôtant à la préfecture du prétoire son caractère militaire, Constantin crée une nouvelle catégorie suprême de généraux, les magistri militum et les comités. Sous son règne, il y aura deux maîtres de milices, le magister peditum, à la tête de toute l’infanterie, et le magister equitum, à la tête de toute la cavalerie. L’empereur reste le chef direct des ducs frontaliers jusqu’en 360, date à laquelle ceux-ci sont subordonnés aux magistri peditum et equitum.

1.6.3 La nouvelle organisation militaire

102On dit de Dioclétien qu’il aurait doublé l’effectif total de l’armée. Mais nous savons qu’une partie des nouvelles légions était issue d’anciennes vexillations devenues autonomes. Ces nouveaux contingents sont beaucoup plus faibles qu’une ancienne légion. La plupart restent échelonnés sur les frontières et cèdent en cas de besoin des détachements pour servir au loin. À partir de 297, Dioclétien forme avec les meilleures troupes une armée de campagne, le comitatus, qui escorte les Augustes et les Césars. En temps de paix, ces unités tiennent garnison à l’intérieur de l’empire. Le comitatus comprend des vexillations de cavaliers et de fantassins ainsi que des petites unités d’environ 500 hommes, anciens numeri de Germains et de Celtes.

103La légion ne compte probablement plus que 1 000 hommes, commandés par un tribun. Le titre de centurion est remplacé par celui de protector. Les réformes militaires les plus fondamentales sont révélées par une constitution datée du 17 juin 325 (C. Th. VII, 20, 4), qui énumère trois classes de soldats : les comitatenses, les ripenses et les ailes et cohortes. Pour mettre sur pied son armée de comitatenses, que la guerre civile engagée contre Maxence lui fournit l’occasion de développer (Van Berchem 1952), Constantin enlève aux frontières rhénanes et danubiennes une partie des meilleures troupes. Les ripenses sont moins mobiles ; ce terme apparaît pour la première fois dans la constitution de 325 et désigne des forces affectées à la défense d’une rive. Plus tard, on les appellera limitanei, terme plus adéquat pour d’autres régions de l’Empire.

104Après Constantin, on supprime la compétence de chaque maître de milice à une seule arme. On trouve ainsi, dans chaque cour, deux magistri militum praesentales. Une autre réforme d’importance capitale marque cette période : les troupes sont dédoublées en seniores et iuniores, dans le cadre d’un partage opéré en 364 et qui met en place deux armées indépendantes, l’une en Occident, l’autre en Orient. Le partage porte sur le tiers des comitatenses et se fait en scindant les meilleures unités : seniores affectés à Valentinien Ier, iuniores à Valens (Hoffmann 1969-1970).

105En matière de stratégie militaire, la mobilité devient un concept fondamental durable. À la politique purement passive d’installation et de protection des frontières succède désormais une défense active en profondeur, car on s’aperçoit bien vite que protéger exclusivement la ligne frontalière de l’Empire ne suffit plus (Brulet 1996). Cette vision stratégique est peut-être une vue de l’esprit émanant de concepts modernes, mais la décentralisation généralisée et la création de zones militaires nous font mieux comprendre qu’il s’agit là d’une volonté politique très évidente. Quoi qu’il en soit, le territoire entier se couvre de fortifications, échelonnées le long des axes de communication les plus importants (Brulet 1990a). On voit aussi la Gaule tout entière enfermer une grande partie de ses villes dans des enceintes défensives, même si certaines cités semblent ne pas prendre cette mesure. Contrairement à ce que l’on croit trop souvent, la construction des remparts urbains s’étend de la fin du iiie s. à la dynastie Valentinienne, voire au-delà, jusqu’au début du ve s. pour l’Aquitaine (Maurin 1992). Cette chronologie longue montre que les efforts faits en la matière ne s’ancrent pas exclusivement dans les périodes d’invasion et ne répondent pas exclusivement à des préoccupations défensives, mais s’inscrivent bien souvent dans une politique nouvelle d’urbanisme.

106La politique militaire adoptée pour la défense du cordon frontalier connaît d’importantes fluctuations, au gré des initiatives impériales (Luttwak 1976 ; Whittaker 1989). La politique de la Tétrarchie consiste à défendre en premier lieu la frontière septentrionale et orientale de la Gaule, désormais renforcée et solidement appuyée sur une zone arrière fortement militarisée. Constantin, en revanche, en créant les corps de réserve des comitatenses prélevés sur les troupes de frontière, qu’il affaiblit de ce fait, s’inscrit dans une logique qui s’apparente mieux à celle du temps. Son règne voit fleurir des castella et des forts d’arrêt implantés loin à l’intérieur du territoire. Vers le milieu du ive s., on peut aussi déceler l’émergence d’une seconde génération de fortifications urbaines.

107La constitution des corps d’armée révèle aussi ce souci de mobilité. Dans l’armée romaine du ive s., l’infanterie conserve encore une partie de sa prépondérance tactique, mais les choses changent graduellement. Très lentement, on va découvrir le rôle nouveau de la cavalerie dans les combats. La cavalerie de chaque légion finit par constituer une unité séparée, une vexillation. On fait de plus en plus appel à des corps de spécialistes d’origine étrangère. Ainsi en est-il des cavaliers maures et dalmates, et des catafractaires, les célèbres unités cuirassées à cheval, qui emportent de plus en plus la décision dans les combats.

108L’armée romaine de l’Antiquité tardive connaît un certain nombre de transformations qui sont liées au mode de recrutement des soldats et à la nouvelle stratégie adoptée. La qualité du recrutement baisse parce qu’il se pratique par l’intermédiaire des propriétaires fonciers, contraints de faire enrôler l’un de leurs dépendants ou de payer un dédommagement en son lieu et place. Ce fait atteint la qualité de l’armée elle-même, où l’on a tendance à placer les sujets les moins valides. Les guerres de la seconde moitié du iiie s. ont produit des prisonniers ou entraîné l’installation de groupes d’immigrés germaniques avec lesquels le pouvoir romain est prêt à s’entendre (Demougeot 1988).

109Enfin, on trouve encore des corps de troupes atypiques et des milices étrangères dans l’ensemble du territoire gaulois. Ils dépendent du haut commandement. Ce sont des garnisons placées en des points assez éloignés de la zone frontalière, comme à Marseille ou à Bayonne, et ce commandement concerne également les flottilles fluviales de la Gaule. En matière de milices étrangères, on connaît bien les unités de Lètes et de Sarmates installées parfois profondément à l’intérieur du pays.

110La Gaule se germanise peu à peu et le phénomène va en s’amplifiant à mesure que le siècle avance (Böhme 1974 ; Goffart 1980). L’attraction des barbares gagne donc l’armée et on voit que, depuis Constantin, on accorde une grande confiance aux troupes étrangères (Vallet & Kazanski 1993). L’Empire attire aussi les populations barbares, à la recherche de nouvelles terres désertées par Rome qui assouplit progressivement sa politique d’immigration. On verra par exemple sous Valens, en 376, des barbares autorisés à s’installer dans l’Empire. Les raisons d’une profonde germanisation de la Gaule sont nombreuses et les modalités de l’insertion des barbares ne le sont pas moins.

1.7 De Valentinien ier à la fin de l’Empire romain occidental

111JÜRGEN OLDENSTEIN

112Après les incursions dévastatrices des Germains, qui eurent lieu en 352 ap. J.-C. dans le contexte des affrontements entre Constance II et l’usurpateur Magnence, la protection de la frontière romaine entre Mayence et Strasbourg paraît avoir été presque complètement anéantie (Stein 1928a, 1928b ; Jones 1964 ; Martin 1987 ; Demandt 1989 ; Petrikovits 1978 ; Hoffmann 1969-1970 ; Bernhard 1981a, 1990 ; Gilles 1985 ; Kunow 1987).

113Les couches d’incendie qui, dans le secteur rhénan, peuvent être attribuées en toute certitude à cette invasion des Alamans sont tout à fait éloquentes et illustrent le destin spécifique de la population locale concernée. Elles complètent, par l’archéologie, l’image qui nous a été transmise par la représentation parfois très détaillée que nous a donnée Ammien Marcellin, souvent témoin des affrontements militaires. Un fait montre la puissance de l’incursion des Alamans et la défaite que cette invasion germanique a infligée au gouvernement central romain : après avoir détruit le dispositif de protection de la frontière le long du Rhin, les Alamans commencèrent à créer des zones de colonisation sur le territoire de l’Empire romain.

114Julien, nommé César en Gaule par Constantin II, commença, à partir de 355 ap. J.-C., à repousser les Germains hors de leurs nouvelles zones de colonisation. Après la bataille de Strasbourg, le gouvernement central redevint peu à peu maître de la situation le long du Rhin et Julien entreprit de restaurer les diocèses du nord de la Gaule. Nous ne savons pas avec précision dans quelle mesure Julien, pendant cette phase de restauration, avait déjà commencé à compléter et reconstruire le limes le long de la frontière rhénane. À en croire les sources écrites, il fonda sa stratégie militaire contre les Germains sur des expéditions punitives en territoire ennemi. A cette occasion, les vieux fortins furent rénovés afin de servir de base pour les renforts.

115Toutes les campagnes de Julien sur la rive droite du Rhin furent très bien préparées d’un point de vue logistique. Ammien (XVIII, 2, 4) évoque l’installation de bases –castra Herculis (Draton) et Bingium (Bingen)– de livraisons de céréales en provenance d’Angleterre et d’autres mesures analogues. Celles-ci mirent le César en mesure d’agir très efficacement contre les Germains.

116Nous ignorons dans quelle mesure les fortifications du Rhin avaient déjà été rétablies à cette époque. Il est actuellement très difficile de déterminer par l’archéologie si des installations militaires romaines durables ont déjà été créées ou achevées sous Julien dans le secteur du Rhin. En Germanie première, on mentionne pour l’année 359 l’achèvement des fortifications d’Andernach et de Bingen, que l’on utilisait comme bases de ravitaillement.

117En 361, la paix était rétablie sur le Rhin. Entre-temps, les troupes gauloises avaient proclamé Julien empereur à Paris. Après les sévères combats en Gaule, ses soldats ne voulurent plus qu’on les transférât sur le front persan, où se déroulaient de rudes combats et où Constance II avait dû concéder devant Amida une défaite importante, et surtout des pertes considérables. Pour ramener les effectifs de l’armée orientale à un niveau inquiétant pour l’adversaire perse, l’empereur demanda à son cousin des régiments d’élite gaulois. L’armée occidentale refusa et éleva Julien au titre d’Auguste. Il fallut attendre 361 pour que Julien se dirigeât vers l’Orient afin d’imposer par la force des armes ses prétentions au trône face à Constance II Si la guerre civile fut évitée, c’est uniquement parce que Constance mourut le 3 novembre de l’an 361.

118Julien ne revint plus en Occident comme empereur : il dut faire face à de violents combats sur le front perse et mourut le 26 juin 363 d’une blessure qu’il avait subie lors d’une des nombreuses confrontations avec les Sassanides. La pression militaire que Julien avait exercée sur les Germains de la rive droite du Rhin, ses expéditions punitives en territoire germanique et les traités positifs (pour Rome) qui avaient pu être conclus dans ces conditions avec les Germains valurent quelques années paisibles aux provinces rhénanes. Même l’absence de l’empereur ne déclencha pas d’incursions germaniques sur le territoire romain.

119Le successeur de Julien, Valentinien Ier, adopta lui aussi cette attitude offensive à l’égard des Germains. Après le bref intermède de celui qui resta dans l’histoire sous le surnom d’“Empereur d’un hiver”, Jovien, mort le 17 février 364, Valentinien Ieravait été nommé Auguste le 26 février 364. Il nomma son frère Valens corégent. Ce dernier gouverna depuis Constantinople dans la partie orientale de l’empire, tandis que Valentinien Ier résidait d’abord à Milan, ultérieurement à Paris puis, pour l’essentiel, à Trêves. Seules l’armée et l’administration, mais pas l’Empire romain, furent réparties entre les deux frères par un acte officiel conclu en juin 364 à Naissus (Niš, Serbie).

120La mort de Julien avait incité les Alamans, une fois de plus, à opérer une incursion en Gaule. Cela ne les empêcha pas de faire allégeance au nouvel empereur Valentinien Ier, en 365, à Milan, pour qu’il leur offre des présents. Les dons de Valentinien Ier furent trop chiches, et les Alamans entrèrent de nouveau sur le territoire romain. Les troupes romaines envoyées pour les combattre furent anéanties. En 368, vraisemblablement pour Pâques, le prince alaman Rando ht son entrée à Mayence et, sans se heurter à une résistance notable, captura une grande partie des habitants de la ville. Les combats avec les Alamans durèrent jusqu’en 370. Cette année-là, le maître des milices Théodose réussit cependant à infliger une défaite décisive aux armées alamaniques réunies en Rétie. En 374, une paix fut conclue avec les Alamans.

121Au début des années soixante-dix, Valentinien Ier dut aussi affronter les Francs et des pirates saxons sur le Rhin inférieur ; mais Rome sortit victorieuse de ces combats. En Angleterre, c’est le comes Théodose qui combattait avec succès, depuis 368, en faveur de Valentinien Ier, et le diocèse de Bretagne fut pacifié dans les années soixante-dix.

122Ammien rapporte que Valentinien Ier a répondu aux attaques barbares en consolidant de nouveau les frontières. Selon lui, un grand nombre de castella auraient été reconstruits sous son règne (XXVIII, 2) : “Cependant Valentinien Ier, concevant de vastes et utiles projets, bouleversait par de grands travaux tout le cours du Rhin, depuis l’extrémité de la Rétie jusqu’au détroit océanique, élevant à bonne hauteur des camps et des redoutes, ainsi que des tours dressées à intervalles rapprochés, en des emplacements faciles à défendre et bien situés, sur toute la longueur des Gaules ; quelquefois même il plaçait des constructions au-delà du fleuve, en mordant un peu sur les terres barbares”. Ce passage permet de conclure à l’existence d’un grand programme de fortifications mené par l’empereur. Lorsqu’on recherche les nombreux fortins neufs qui auraient été édifiés sous Valentinien Ier, il faut cependant constater que le concept de “nouveau bâtiment” n’est pas totalement exact. Il y a eu beaucoup moins de véritables nouveaux édifices sous Valentinien Ier que de restaurations de castella préexistants (Lander 1984, 276 sq.).

123Julien et surtout Valentinien Ier avaient tiré les leçons des catastrophes. Entre 357 et 370, on renforça nettement la frontière du Rhin. Dans les villes rhénanes, entre Andernach et Strasbourg, on plaça en garnison des unités frontalières et l’on dota ces zones d’habitation de murailles neuves ou renforcées. Dans l’arrière-pays, on créa des camps pour les unités d’élite (le comitatus) auxquelles revenait la mission de bloquer définitivement les Germains qui auraient passé la frontière et se trouveraient dans la zone frontalière directe (Fischer 2000, ill. p. 209).

124Lors de la construction de ce système défensif, rien ne fut laissé au hasard. Pour être à l’abri des surprises, on érigea sur la rive droite du Rhin des débarcadères fortifiés. Les troupes qui y stationnaient avaient pour mission de mener une activité de renseignement dans les profondeurs de la Germanie. On était ainsi protégé contre les attaques surprises et l’on pouvait se préparer à temps pour les combats en cas d’approche de grosses unités ennemies. La flotte fluviale représente un autre maillon de cette chaîne. Depuis la rive gauche du Rhin, qui était sûre, elle pouvait approvisionner des garnisons assiégées ou même, dans le pire des cas, les évacuer à l’abri des murailles portuaires.

125Le nouveau système de défense était composé de quatre éléments. Sur la rive droite du Rhin, ce sont les garnisons des forts qui servaient d’éclaireurs. En cas de mouvements importants des troupes ennemies, celles-ci prévenaient la flotte fluviale, et les unités frontalières pouvaient immédiatement prendre position. Dans le même temps, on prévenait les unités d’élite très mobiles qui opéraient dans l’arrière-pays. Celles-ci pouvaient alors se diriger vers les secteurs particulièrement exposés et soutenir les unités frontalières dans leur combat défensif. Ce nouveau concept de défense peut être étudié en toute certitude pour les provinces de Germanie première et de Maxima Sequanorum, alors qu’en Germanie seconde on n’a pas, jusqu’ici, trouvé de burgi sur la rive droite du Rhin. Ou bien on n’en avait pas érigé, ou bien on a renoncé, dans cette province, à ce type de fortifications. Le nouveau concept de défense, à la frontière de la Gaule du Nord, s’avéra très sûr après son achèvement définitif, car les sources ne donnent plus aucune indication d’invasions germaniques de grande ampleur.

126Il faut attendre l’usurpation de Maxime (Magnus Clemens Maximus, 383-388) et la situation de guerre civile qu’elle entraîna pour que les Francs fissent de nouveau irruption en Gaule, s’y livrant à des pillages. En 383, Maxime, à l’origine usurpateur en Angleterre, marcha contre Gratien en Gaule intérieure. Les deux armées se rencontrèrent près de Paris (Stein 1928b, 310 sq. ; Jones 1964, 162 sq. ; Demandt 1989, 129 sq.). Quelques décisions dirigées, notamment, contre l’aristocratie païenne avaient nui à la popularité de Gratien au cours des dernières années de son règne. Maxime, en revanche, paraissait tout à fait convenir aux soldats. On peut difficilement expliquer autrement que la bataille de Paris n’ait pas eu lieu. Près de 300 cavaliers de l’armée de Gratien se mirent aux ordres de Maxime. Gratien lui-même fut assassiné à Lyon par le magister militum de Maxime, Adragathe.

127Alors que le souverain légitime, Valentinien II, tenait sa cour à Milan avec l’aide de sa mère Justina, Maxime résidait à Trêves. Par peur d’une incursion de Maxime en Italie, on chargea le maître des milices Bauto de verrouiller les cols des Alpes. Par la force des choses, les rapports entre Valentinien II et Maxime n’étaient pas excellents. Valentinien II appela cependant Maxime à l’aide, en 386-387, afin de repousser les Sarmates sur le Danube. Maxime utilisa à ses propres fins cet appel au secours et franchit personnellement les Alpes avec une armée. Valentinien Ier alla se réfugier à Thessalonique. Quelques unités du comitatus venues de Gaule du Nord participèrent sans doute aussi à cette campagne.

128Le règne de Maxime en Occident s’acheva tragiquement en 388. Maxime avait armé ses troupes contre Théodose et était déjà entré en Illyricum lorsque Théodose, après d’assez longs préparatifs, quitta Thessalonique en direction de l’ouest. Son armée était presque exclusivement composée d’unités de Huns et de Goths. Deux batailles s’achevèrent sur de lourdes pertes pour Maxime, dans le secteur de l’Illyrie, près de Siscia, et près de Poetovio. Après la bataille de Poetovio, l’armée de Maxime se rallia dans son ensemble à Théodose. Maxime se rendit ou fut capturé près d’Aquilée. Lui-même et son fils Flavius Victor furent décapités, vraisemblablement dès le mois d’août 388 ap. J.-C. (Pacatus, Panegyrict II). Après les remous de la guerre civile, la situation s’apaisa cependant en bonne partie le long du Rhin. Même le retrait d’assez grands contingents de l’armée de campagne hors de la Gaule du Nord sous Stilichon, en 401-402 (Claudien, De bello gothico, 416-417 ; Zosime VI 2, 2), pour protéger l’Italie ne provoqua pas d’attaque germanique directe. Cela ne changea que cinq ans plus tard, dans des conditions dramatiques.

129A la fin de l’année 406 et au début de 407 eut lieu dans le secteur du Haut-Rhin, entre Andernach et Strasbourg, un événement capital pour l’histoire de l’Europe centrale et occidentale (Bury 1958 [1923], 185 sq. ; Stein 1928b, 381 sq. ; Nesselhauf 1938, 72 sq. ; Hoffmann 1973 ; Ewig 1979, 271 sq. ; Demandt 1989, 137-138). Dans la nuit du nouvel an, une grande division composée de Germains et d’Alains franchit le Rhin en direction de Mayence. Selon la correspondance de saint Jérôme (Jérôme, Ep. 123 ; Zosime VI, 3, 1), la ville fut détruite à cette occasion et Worms assiégée un certain temps, pour être prise ensuite, exactement comme Speyer. L’ensemble de la défense du limes au sud de Mayence s’était effondré, si l’on en croit le récit de Jérôme.

130Comme de grandes parties de l’armée de campagne avaient été retirées par Stilichon dès 401-402 pour protéger l’Italie, les fédérés francs avaient tenté d’empêcher l’invasion. Ils manquèrent y parvenir, d’autant plus qu’à cette date les Alains dirigés par Goar avaient déjà changé de camp. Ceux qui étaient sous la conduite de Respendial restèrent quant à eux dans l’alliance germanique. Seule leur intervention permit que les combats s’achèvent au profit des alliés suèves et vandales. Lorsque la frontière entre le Main et Strasbourg eut été enfoncée et qu’il fut devenu impossible de bâtir une seconde ligne de défense faute de troupes de campagne, les envahisseurs parvinrent à pénétrer en profondeur dans les diocèses gaulois. Le pouvoir du gouvernement central romain paraît avoir été totalement aboli pour quelque temps au sein de la préfecture des Gaules, si bien qu’en Occident, on ne trouva pas de meilleure solution que de nommer un imperator “indigène” que l’on jugeait capable de restaurer le pouvoir romain en Gaule. Après deux premiers échecs, on le trouva en 407 en la personne d’un Britannique portant le nom prometteur de Constantinus qui, après l’usurpation, se fit appeler Claudius Flavius Constantinus et que l’on connaît sous le nom de Constantin III (Demougeot 1988, 85 sq.)

131Selon les indications fournies par Zosime, Constantin III parvint même à restaurer de nouveau la frontière du Rhin. Cela ne semble pas lui avoir été exagérément difficile, car, si l’on en croit les sources, la Gaule intérieure paraissait beaucoup plus intéressante aux Germains qui voulaient envahir le pays que la province rhénane, laquelle n’était pas aussi riche. Les Vandales et les Suèves n’ont pas séjourné trop longtemps dans le secteur du Rhin, ils ont assez rapidement avancé dans le centre de la Gaule, puis vers l’Espagne. Contrairement à la Germanie première, la Germanie seconde paraît avoir été peu touchée par l’incursion germanique et alanique (Fischer 1999b ; 2000).

132On raconte généralement que, dans le sillage des Vandales, les Burgondes et les Alamans arrivèrent aussi sur la rive gauche du Rhin (Wackwitz 1964, n. 1, 47, n. 268-270). Contrairement aux Vandales et aux Alains, qui s’intéressaient à l’intérieur de la Gaule, Burgondes et Alamans auraient limité leurs ambitions à la province rhénane. Mais en examinant plus précisément les sources, on est frappé par le fait que seuls les Alamans sont cités à propos de traités d’alliance (Grégoire de Tours, Hist. Franc. 2, 9 ; Sozomène 9, 13, 2). Pour le reste, nous n’entendons parler que de manière très générale de traités incertains que Constantin III aurait conclus avec les Barbares (Orose VII, 40, 2 ; Zosime VI, 3, 3). Anticipant les Nouvelles de 411 et 413 qui affirment que les Burgondes se trouvaient en assez grand nombre dans le secteur du Rhin et qu’on leur avait attribué –sans précision de lieu– des zones de colonisation, on considère que des Burgondes devaient se trouver parmi les barbares avec lesquels Constantin III aurait conclu en 407 d’hypothétiques traités. Dans les sources, il n’en est pas encore question pour l’année 407.

133Alors que le général occidental Constantius, le futur empereur Constance III, associé aux Wisigoths, assiégeait et battait en 411 l’usurpateur Constantin III en Arles (Sozomène 9, 12), les Alains, sous la direction de Goar, et les Burgondes, sous celle de Gundicarius, aidèrent un Gallo-Romain répondant au nom de Jovinus à accéder au trône impérial. Le lieu où cela se produisit nous est transmis par Olympiodore (Frg. 17). Selon ce dernier, l’usurpation de Jovinus eut lieu dans un lieu nommé Mundiacum, dans la province de Germanie seconde. La plupart des chercheurs estiment que les indications de lieu trouvées chez Olympiodore devraient être corrigées en Moguntiacum et Germania prima (Stroheker 1965, 740, n. 1 ; Wackwitz 1964, 54 sq. ; Demandt 1989, 148, notamment n. 50), considérant que les localités transmises sont le fruit de simples erreurs de copie. Contre cette hypothèse, J.R. Dietrich a émis la thèse selon laquelle les indications de lieu chez Olympiodore étaient tout à fait exactes et que, pour cette raison, il ne fallait pas chercher le royaume des Burgondes sur la partie septentrionale du Rhin supérieur, mais le long du Rhin inférieur (Dietrich 1923). Il fut suivi entre autres par Stein (1928b) et par Petrikovits (1978, 275, 288-289).

134En 413, les Burgondes fédérés sont installés le long du Rhin, vraisemblablement entre Mayence et Strasbourg : Burgundiones partem Galliae propincpuam Rheno optinuerunt (Prosper 1250 ad a. 413 ; Oldenstein 1995). Dans le même temps, Constance parvint à l’emporter sur Jovinus. L’année 413 permit aussi au gouvernement central de reprendre le pouvoir en Gaule. Toutes les traces de l’invasion germanique de 406-407 et des insurrections des Bagaudes en Armorique n’étaient pas effacées, mais l’action du maître des milices Constance permit une lente consolidation de la situation dans les diocèses des Gaules. Après 418, la situation dans les provinces rhénanes paraît avoir été de nouveau totalement sécurisée. Même l’administration fonctionnait de nouveau, comme on peut le déduire de la Notitia Dignitatum (Oldenstein 1994 ; Kaiser 1998).

135Pour protéger les provinces rhénanes, le dux de Mayence ne fut vraisemblablement réinstallé qu’après 407, tandis que les troupes des généraux assuraient la défense de la Germanie seconde. À Strasbourg résidait un cornes, mais la Notitia ne donne pas d’indications très claires sur les troupes à sa disposition. Malgré tout, on peut considérer aujourd’hui avec une relative certitude que toute la frontière romaine du nord-ouest, jusqu’au Noricum ripense, fut occupée pendant la première moitié du ve s. et qu’elle fut prolongée dans certains cas. Dans le secteur de Mayence, on peut même reconstituer le système défensif de Valentinien Ier, quoique sous une forme modifiée. Les burgi de la rive droite du Rhin étaient eux aussi occupés à cette époque, tout comme les forts du limes. La flotte rhénane fonctionnait certainement encore, si l’on se fie à l’existence des burgi de la rive droite. Les unités de l’armée de campagne retirées en 401-402 furent remplacées par des fédérés burgondes entre Andernach et Seltz.

136Malgré les insuffisances de la tradition historique, on peut aujourd’hui considérer, pour ce qui concerne les provinces rhénanes, que la frontière du Rhin a été tenue jusqu’au milieu du ve s. et même parfois au-delà. L’un des principaux garants de la cause romaine fut Aetius, maître des milices d’Occident et Patrice. Au cours de grandes batailles défensives, mais aussi de négociations difficiles avec les Germains, il se révéla en règle générale le plus fort, en dépit de la pression germanique. En 428, il empêche une grande colonisation sur le Rhin inférieur ; en 430-431, il vainc des Jutes qui avaient fait irruption dans la Rétie II et des habitants insurgés du Norique. En 436-437, avec l’aide de régiments huns, il anéantit 20 000 fédérés burgondes qui avaient fait une incursion en Gaule depuis le Rhin, en pillant les villages. En 443, il déplace les restes des fédérés burgondes dans la Sapaudia, au bord du lac de Genève. Dans la cinquième décennie du ve s., Aetius se tourna contre le roi franc salien Chlogio, qui tentait, depuis la Toxandrie, d’étendre vers la Somme les zones de colonisation qui lui avaient été attribuées (Oldenstein 1994).

137En 451, Aetius tenta, essentiellement avec l’aide des Wisigoths, de stopper l’avance d’Attila aux champs Catalauniques (Champagne) [lordanes, Getica 194 sq.]. Aetius remporta la victoire de justesse et, malgré ce succès, l’an 451 marque le début de la fin de l’Empire romain d’Occident. Des jaloux, à la cour de Valentinien III, reprochaient à Aetius sa position influente et l’empereur méfiant autorisa en 454 l’assassinat par surprise de son général. Selon Procope (Bell. Vand. I, 4, 28), Valentinien Ier, “en assassinant Aetius, s’était coupé la main droite avec la gauche”. En 455, l’empereur inconstant fut assassiné par la clientèle du Patrice. La même année, Francs et Alamans franchirent le Rhin et firent irruption sur le territoire de l’empire. Peu de temps après, nous apprenons la prise des villes de Cologne et de Trêves. Il ne restait plus que vingt ans avant la disparition définitive de l’empire occidental, en 476 ap. J.-C. Aegidius et son fils Syagrius purent encore tenir quelque temps certaines parties de la Gaule, et Childeric, le père de Clovis, qui fut enterré en grande pompe à Tournai en 482, portait outre son bracelet à épi d’or, signe de la noblesse germanique, une fibule d’or en arbalète, insigne de la haute dignité d’officier romain. Depuis le début du ve s., les Germains avaient beaucoup contribué à garantir la domination de Rome en Gaule et sur la frontière rhénane. Avec la mort d’Aetius, on tourna lentement la page et les tribus germaniques s’installèrent peu à peu dans les territoires où elles s’étaient acclimatées au fil du temps (Schmidts 2000).

138La chute de l’Empire d’Occident dans les provinces romaines du Rhin a laissé des traces archéologiques bien identifiables. Des fouilles à Maastricht et Nimègue (Haalebos & Willems 2000, 80 sq.), à Krefeld/Gellep (Reichmann 1998), à Haus Bürgel (Fischer 1999b), à Alzey (Oldenstein 1986) ont montré que, jusqu’au milieu du ve s., ces places ont été occupées par des troupes romaines ; ensuite, l’influence germanique y est de plus en plus sensible. On constate des processus analogues à la même époque en Angleterre, en Rétie et au Norique (Mackensen 2000). Le milieu du ve s. est sans doute le moment où toutes les provinces romaines du nord-ouest commencent à se détacher définitivement de l’ensemble formé par l’imperium romanum.

1.8 L’organisation territoriale de la défense des Gaules pendant l’Antiquité tardive

139RAYMOND BRULET

1.8.1 La frontière rhénane

1.8.1.1 L’armée du Rhin

140On estime que la première réaction militaire qui a pu suivre la chute du limes germanique sous Valérien date de la fin du iiie s., comme en portent témoignage les estampilles d’un numerus Ursariensium, notamment à Qualburg (Petrikovits 1974b). Gallien a sans doute imaginé le retrait de la frontière sur le Rhin. C’est souvent Probus qui est considéré comme le redresseur du glacis militaire ; une inscription d’Augsburg le nomme d’ailleurs Restitutor provinciae. Il intervient déjà dans le renforcement de la bande de terre qui sépare le lac de Constance et le Danube (Fellmann 1992). À Oberwinterthur et à Stein am Rhein, les enceintes ont livré des inscriptions de 294 et 285-305 (CIL XIII, 5249 et 5256). Vers l’est, entre Rhin, Hier et Danube, les traces d’une première initiative émanant de Postume s’observent à Isny et à Kellmünz.

141L’organisation de la nouvelle frontière ne fut toutefois pas aussi rapide partout, et les résultats tangibles ne peuvent s’observer nettement qu’avec l’arrivée au pouvoir de Dioclétien. Le César Constance Chlore joua un rôle déterminant dans la reconstruction des systèmes de défense. En outre, on observe un certain nombre de facteurs qui modifient de fond en comble l’état ancien. En premier lieu, on ne sait pas très bien si le cours inférieur du Rhin constituait encore la frontière de l’Empire. Les inondations qui ont affecté le delta fluvial, la rareté des témoins archéologiques du ive s. et l’importance prise par le Waal et Nimègue, aux Pays-Bas, ont fait douter que les garnisons aient pu être installées le long du Vieux Rhin. En second lieu, la stratégie militaire de l’Antiquité tardive, si tant est qu’on en reconnaisse l’existence, modifie le cours des choses : le cordon de forts frontaliers est désormais épaulé par des réseaux de fortifications à l’intérieur du territoire, assez loin au cœur de celui-ci, le long des routes, des rivières et dans les campagnes (Brulet 1990a ; 1995). En troisième lieu, avec la multiplication des unités militaires dans l’hinterland, les contingents basés sur la frontière changent de taille, ce qui a aussi une répercussion sur les dimensions des forteresses concernées, qui n’ont plus rien à voir avec celles des camps légionnaires du Principat. Les documents historiques témoignent, à leur façon, de ce phénomène : on assiste, au fil du ive s., à une perte de la valeur des unités frontalières de ripenses ou de limitanei au profit de l’armée de mouvement, les comitatenses (Nicasie 1998), même si cette évolution est surtout perceptible au début du ve s.

142La frontière se présente donc comme une barrière fluviale sur tout le trajet qui concerne la Gaule (fig. 12, 13). Au-delà, elle rejoint le Danube par la Rétie où un dispositif nouveau, le Donau-Iller-Rhein Limes, intègre un tronçon de frontière terrestre. Il s’agit d’appuyer un dispositif de forts et de tours de garde contre l’Hier mais sur un parcours réduit ; la bordure de l’Empire renoue alors avec des limites non fluviales qui font l’objet d’une mise en défense particulièrement soignée (Garbsch 1970 ; Mackensen 1999 ; 2000). Cette frontière a des points communs, dans son mode d’organisation, avec le limes de la Grande Séquanie (fig. 14), plutôt qu’avec celui des deux provinces de Germanie.

143Une première question concerne la frontière septentrionale de la Germanie II Entre le Brittenburg, à l’embouchure du Rhin, et Qualburg, les sites militaires s’échelonnent mais peu d’entre eux révèlent les traces d’une occupation intense. Les plus significatifs, comme Valkenburg, Maurik, Rhenen et Arnhem/Meinerswijk, permettent toutefois d’identifier des éléments d’établissements militaires (Willems 1986).

144Si le Rhin correspond plus que jamais à une frontière matérielle, tout indique que les mesures militaires propres au Bas-Empire prennent cette fois en compte l’intérieur du territoire, où des initiatives très nombreuses voient le jour. Elles concernent l’érection, dans l’hinterland, de fortifications qui peuvent s’intégrer dans l’effort général de défense. Sur l’interprétation et le sens que l’on peut donner en termes de géopolitique à ces initiatives, la question a été plusieurs fois posée. Pour certains auteurs, la volonté d’une défense en profondeur est délibérée (Luttwak 1976). D’autres combattent l’idée même de stratégie, parce qu’ils pensent que ce sont les facteurs économiques et les circonstances qui décident (Whittaker 1994), ou parce que la ligne de démarcation est plus ou moins accidentelle (Isaac 1990).

145Quoi qu’il en soit, les éléments matériels d’une défense en profondeur existent bel et bien : la bipartition entre armée de frontière et armée de mouvement fonde une action qui repose sur une conception nouvelle de la défense. Par ailleurs, le poids de la protection de la Gaule ne repose plus exclusivement sur des corps de troupes basés aux frontières, mais sur un ensemble de mesures prises le long des réseaux de communication, dans les milieux urbains et ruraux, en arrière des frontières. En ce qui concerne la frontière elle-même, on notera qu’elle s’appuie contre un obstacle naturel, ce qui n’a rien d’anormal dans l’Empire ; les forts qui y sont conçus sont créés pour la défense et non pour le casernement, ce qui suppose déjà l’adoption d’un point de vue nouveau (Nicasie 1997).

146En Germanie II, durant la première moitié du ive s., les légions anciennes casernées à Xanten (XXX Ulpia) et à Bonn (I Minervia) y sont toujours attestées. Elles constituent sans doute le noyau attribué au commandant territorial, mais on leur adjoint deux nouvelles unités : les Divitenses à Deutz, en face de Cologne et les Tungrecani (Hoffmann 1969). On sait que le castellum de Krefeld/Gellep a pu jouer un rôle déterminant sous Valentinien Ier et Théodose. Malheureusement, nous ne disposons pas de l’information de la Notifia Dignitatum. Le feuillet du manuscrit qui concerne cette province a pu être égaré ; certains érudits pensent que cette partie de la frontière était abandonnée au moment de la rédaction de la Notitia, à cause d’une perte acceptée ou délibérée des territoires passés en des mains germaniques. L’archéologie nous révèle néanmoins l’existence de forts plus petits et de tours comme celle d’Asberg.

147En Germanie I se trouvent casernées les légions VIII Augusta à Strasbourg et XXII Primigenia à Mayence. Mais on y a reconnu aussi des camps célèbres comme ceux des Martenses à Altrip, des Menapii à Rheinzabern, des Balistarii de Boppard, des Defensores de Coblence, les forts d’Alzey et de Bad Kreuznach, des ports militaires. Les routes offrent aussi des structures fortifiées, notamment entre Seltz, Brumath, Tabernae (Saverne) et TarquimpoL

148Pour la fin de l’époque romaine, la Notitia distingue deux secteurs dans cette province. Le premier suit la frontière d’Andernach à l’extrémité nord-est de la frontière de Germanie II, jusqu’à Seltz, cette zone étant placée sous les ordres du dux Moguntiacensis. On y enregistre onze forteresses : Andernach, Coblence, Bopppard, Bingen, Mayence, Worms, Altrip, Spire, Germerschein, Rheinzabern et Seltz. Ces casernements sont occupés par des milites, à l’exception de Worms où l’on trouve une légion. Le second secteur, placé sous l’autorité du comes Argentoratensis, est un tractus cité sans l’appui du moindre corps de troupes. Il est sûr que dans cette zone prenaient place un certain nombre de forteresses, à Strasbourg par exemple. Le comte de Strasbourg disposait sans doute du commandement suprême sur ce secteur, en plus de l’autorité qu’il a dû exercer sur la VIIIe légion. La Sequania, au ive s., englobe l’ensemble du territoire des Helvètes. Un nouveau contingent est levé, la légion I Martia, pour protéger la province, comme l’indique la répartition des tuiles estampillées ; mais le centre du dispositif est le castrum Rauracense (Fellmann 1992 ; 2004). Le site est intéressant parce qu’il nous montre une évolution en plusieurs étapes durant le ive s., tout comme celui de Breisach. Plus tard, d’après la Notitia, la Séquanie dispose uniquement des milites Latavienses, ce qui est peu. Mais une correction naturelle peut être faite à la lecture de la Notitia provinciarum qui indique des castra à Windisch, Yverdon, Argent <ov> aria (Oedenburg ?), Kaiseraugst et un port, Portus Abucini. Tout le secteur militaire de la Séquanie s’illustre par une mise en défense élaborée qui allie fortifications aux frontières, avec une chaîne impressionnante de tours, et défense en profondeur efficace. Les nouvelles découvertes d’Oedenburg montrent l’importance de ce site stratégique, à peu de distance de la frontière de Germanie I, en Séquanie (Nuber 2001 ; Nuber & Reddé 2002 ; Reddé 2005).

149Le Rhin dispose aussi de bâtiments de guerre fluviaux, et plusieurs ports ont été découverts (Höckmann 1986). C’est la rive droite du Rhin qui est privilégiée pour accueillir ces points de mouillage, ainsi que l’embouchure des rivières (Fischer 2000). On sait par ailleurs, par les sources (Notitia Dignitatum 33), qu’une flotte lacustre était attachée au lac de Constance, tandis que la flotte rhénane existait encore bel et bien sous Constantin et sous Julien.

1.8.1.2 Dispositifs rhénans et fortifications

150En comparant la situation sur les divers secteurs du limes rhénan, on voit se dégager des différences d’aménagement dans les dispositifs. Il faut tenir compte néanmoins de la phase chronologique dans laquelle ils prennent place de manière parfois différenciée.

151Le secteur septentrional est pauvre en aménagements militaires : en Germanie II, en aval de Xanten, le dispositif s’appuie surtout sur des camps placés au bord du fleuve, mais les informations manquent pour qu’on puisse affirmer qu’il était complété, de manière systématique, par un cordon de tours de défense (fig. 12). L’intérieur des terres est particulièrement bien défendu par des fortifications routières et de hauteur, ou renforcé par des forts le long de la Meuse. En Germanie I, on retrouve une situation similaire le long du Rhin car les tours de garde font défaut ; les sites militaires sont plutôt des camps de grandes dimensions et des ports fortifiés (fig. 13). Les routes de l’intérieur disposent même de casernements imposants, comme ceux de Bad Kreuznach et d’Alzey. En Séquanie, en revanche, si le modèle exposé plus haut reste d’actualité, on y ajoute, à l’époque de Valentinien Ier, un dispositif dense de tours, qui matérialise un renforcement des zones frontières, sans compter le rôle qui a pu être celui de la flotte du lac de Constance (fig. 14). Nonobstant la puissance de ce dispositif, l’intérieur du territoire est doté de fortifications dont la typologie et la date sont très variées. Revenons, point par point, sur ces différents secteurs.

FIG. 12
Carte de l’organisation militaire de la Germanie II et de la Belgique II au Bas‑Empire.

Capitales de cités :
1 Köln ; 2 Tongeren ; 3 Vermand ; 4 Arras ; 5 Cambrai ; 6 Tournai ; 7 Amiens ; 8 Thérouanne ; 9 Boulogne-sur-Mer ; 10 Trêves.

Villes et agglomérations fortifiées :
11 Andernach ; 12 Bitburg ; 13 Jünkerath ; 14 Zulpich ; 15 Aachen ; 16 Jülich ; 17 Heerlen ; 18 Maastricht ; 19 Nijmegen ; 20 Bavay ; 21 Famars ; 22 Cassel ; 23 Noyon.

Forts :
24 Brittenburg ? 25 Valkenburg aan de Rijn ; 26 Woerden ? 27 Vleuten-De Meern ? 28 Utrecht ; 29 Maurik ; 30 Rhenen ? 31 Driel ? 32 Meinerswijk ? 33 Huissen ? 34 Rossum ; 35 Ewijk ? 36 Kessel ? 37 Cuijk ; 38 Qualburg ; 39 Kalkar/Altkalkar ; 40 Xanten ; 41 Calo ; 42 Krefeld/Gellep ; 43 Neuss ; 44 Dormagen ; 45 Deutz ; 46 Bonn ; 47 Remagen ; 48 Oostvoorne ; 49 Westerschouwen ; 50 Domburg ; 51 Aardenburg ; 52 Bruges ; 53 Oudenburg ; 54 Marquise ; 55 Étaples ; 56 Le Crotoy ; 57 Cap Hornu.

Forteresses :
58 Heumensoord ; 59 Monheim, Haus Bürgel ; 60 Lottum ? 61 Blerick ? 62 Heel ? 63 Stokkem ? 64 Brühl/Villenhaus ; 65 Hüchelhoven ; 66 Lich/Steinstrass ; 67 Oreye ? Bergilers ; 68 Braives/Le Châtillon ; 69 Taviers ; 70 Cortil-Noirmont ; 71 Liberchies I ; 71 Liberchies II ; 72 Morlanwelz I ; 73 Givry ; 74 Bermerain ? 75 Courtrai.

Tours :
76 Asperden ; 77 Moers/Asberg ; 78 Hulsberg/Goudsberg ; 79 Braives/Le Châtillon ; 80 Cortil-Noirmont ; 81 Morlanwelz II.

Fortifications de rivière :
82 Rheinbrohl ; 83 Engers.

dessin R. Brulet.

FIG. 13
Carte de l’organisation militaire de la Germanie I et de la Belgique I au Bas-Empire

Capitales de cité :
1 Trier ; 2 Metz ; 3 Toul ; 4 Verdun ; 5 Mainz ; 6 Worms ; 7 Spire ; 8 Strasbourg.

Villes et agglomérations fortifiées :
9 Arlon ; 10 Bitburg ; 11 Neumagen ; 12 Andernach ; 13 Koblenz ; 14 Boppard ; 15 Saarbrücken ; 16 Tarquimpol ; 17 Sarrebourg ; 18 Saverne ; 19 Brumath.

Forts :
20 Remagen ; 21 Oberwesel ; 22 Bingen ; 23 Altrip ; 24 Biesheim, Kunheim/Oedenburg ; 25 Alzey ; 26 Bad Kreuznach ; 27 Pachten ; 28 Horbourg.

Forteresses :
29 Germersheim ; 30 Rheinzabern ; 31 Seltz ; 32 Ehl ; 33 Sponeck ; 34 Echternach.

Fortifications de rivière :
35 Rheinbrohl ; 36 Engers ; 37 Niederlahnstein ; 38 Wiesbaden/ Biebrick ; 39 Zullestein ; 40 Mannheim/ Neckarau ; 41 Ladenburg.

dessin R. Brulet.

FIG. 14
Carte de l’organisation militaire de la Grande Séquanie au Bas-Empire (Drack 1993, 4-5).

152En Germanie II, le dispositif rhénan est très mal connu dans sa section septentrionale. Depuis l’embouchure du fleuve jusqu’à hauteur de Xanten, les données sont éparses et peu fiables. On connaît les débats qui se sont ouverts à propos de la datation du Brittenburg et de la localisation des castra Herculis. Les divers points répertoriés sur cette ligne, comme ceux de Arnhem/Meinerswijk et de Qualburg, ne permettent pas, malgré leur intérêt, d’affirmer l’existence d’une présence militaire continue, car nous disposons de peu de restes matériels de forts. Aux Pays-Bas, il existe aussi, un peu en arrière du Rhin, un appareil militaire le long de l’axe mosan, et on a voulu y voir une ligne d’arrêt fortifiée. Au cours des campagnes de Julien, les sources littéraires font allusion à des tours (Ammien XVIII, 2, 4).

153Plus au sud, on observe de manière plus claire l’existence de casernements militaires qui se présentent sous la forme de grands camps au plan régulier. On retiendra surtout ceux de Tricesima (Xanten), Gelduba (Krefeld/Gellep), Divitia (Deutz) et Bonn, Hans Bürgel étant plus petit. Il peut y avoir continuité par rapport à des localisations militaires antérieures, mais on innove aussi : à Xanten où le centre de l’ancienne colonie sert de point d’ancrage au fort, à Cologne/ Deutz où l’unité est casernée, rive droite, en tête de pont, à partir de Constantin (CIL XIII, 8502).

154Pour l’essentiel, les troupes ont séjourné là de manière assez continue au cours de la période constantinienne. Une rupture d’occupation, marquée par une couche d’incendie, qui se retrouve d’ailleurs aussi dans les autres provinces frontalières de la Gaule et en Rétie, est perceptible vers 355. Le destin des différents camps est alors distinct. Le rôle de Valentinien Ier est matérialisé par des constructions bien clairement identifiées, tandis qu’un fort comme celui de Krefeld/ Gellep, avec son plan inhabituel à cour intérieure, atteste une continuité d’occupation très tardive, au ve s. (Reichmann 1987). Sur la frontière, on ne connaît qu’une seule tour, celle d’Asberg.

155L’effort de défense est en revanche particulièrement évident si l’on considère la situation en arrière de la frontière. On observe une forte protection des moyens de communication, proches du Rhin, avec des camps comme à Cuijk, des burgi en bois comme à Heumensoord, des tours, comme à Asperden, d’époque Valentinienne. L’effort se prolonge de manière systématique plus loin à l’intérieur des terres, avec un système de petits forts ou de tours, comme celui qui jalonne la route Cologne-Bavay ou d’autres pénétrantes, avec les forteresses rurales et, enfin, avec l’appoint des villes emmuraillées (Mertens 1980 ; Brulet 1995a).

156En Germanie I, la frontière dispose de ses propres fortifications, comme celles d’Andernach, Coblence, Boppard, Mayence, Altrip, Strasbourg, tandis que de nouvelles découvertes ont été réalisées à Worms et à Spire ; les “nouveaux” murs de Bingen sont signalés par Ausone (Johnson 1983a). Mais il faut ici distinguer ce qui est casernement militaire propre et murailles urbaines. Altrip représente clairement une fortification militaire, au vu de ses baraquements internes. Beaucoup d’autres sites comme celui de Boppard ne révèlent aucune structure de casernement intérieur, alors même qu’ils peuvent être considérés comme point de ralliement d’unités militaires. On sait qu’ils sont appelés à se transformer, à un moment malaisé à déterminer, en petite ville. Boppard et Deutz sont dans ce cas. À Deutz, on observe, après le milieu du ve s., une démilitarisation (Caroll-Spillecke 1993 ; 1997).

157Altrip est célèbre par son plan particulier pentagonal et son horizon chronologique qui le place parmi les initiatives Valentiniennes. Son environnement aussi est remarquable : on voyait en face une île dotée d’un petit poste, et la rive orientale du Rhin était également munie d’un burgus, à Mannheim/Neckarau, le tout étant complété et verrouillé par le port de Ladenburg. Le cas de Dormagen est intéressant dans la mesure où, au sein d’un camp ancien plus vaste, on suit la réduction de l’espace militaire avec l’implantation d’un castellum nouveau (Gechter 2001). La défense est complétée par des ports militaires sur la rive droite du fleuve : Rheinbrohl, Engers, Niederlahnstein, Zullestein, Mannheim/ Neckarau, Ladenburg. Toutes ces constructions montrent l’importance des travaux de fortification conduits spécifiquement dans cette zone, sous la dynastie Valentinienne. Les routes proches du limes sont néanmoins dotées de fortes garnisons : Bad Kreuznach à la période constantinienne et Alzey après 350. On mentionnera aussi Brumath, Saverne, Ehl, Horbourg, Larga. Mais le territoire de cette province est assez exigu et, dans la mesure où la province de Belgique en est proche, le système de défense des routes se prolonge vers l’ouest, avec des enceintes de type urbain. Alzey a une histoire particulière ; sa chronologie est d’autant plus intéressante que des sites de la fin des ive et ve s., contemporains de la fin de la présence romaine en Gaule, demeurent rares, puisqu’un horizon des années 437-443 y est attesté (Oldenstein 1993).

158En Séquanie, la frontière rhénane débute avec le fort de Ilzach et se prolonge jusqu’à Eschenz, sur le lac de Constance. On peut mentionner, le long de cette limite, les sites d’Oedenburg, Bâle, Kaiseraugst, Frick et Zurzach. Un peu en retrait se trouve notamment le castrum de Vitudurum (Fellmann 1992).

159Cette province est surtout connue pour avoir fourni beaucoup de traces de tours de guet. Celles qui sont érigées le long du Rhin dateraient de l’époque de Constantin. Elles ont été reconstruites en maçonnerie sous Julien et Valentinien Ier. Les postes sont très rapprochés les uns des autres et forment un dispositif puissant dont l’importance est attestée par des inscriptions (CIL XIII, 11537, 11538) et par Ammien (XXVIII, 2). Cet auteur n’hésite pas à écrire que Valentinien Ier a fortifié toute la Rétie jusqu’à la mer du Nord par une grande série de turres. Avec ses 52 tours carrées, connues entre Bâle et le lac de Constance, ce dispositif a dû faire la fierté de l’armée. Les tours sont entourées par un fossé, et des poutres de bois croisées entrent dans la technique de construction des murs (Stehlin & Gonzenbach 1957 ; Stather 1997 ; Hedinger 2000). Les mêmes principes d’aménagement se retrouvent vers l’est, en Rétie I et II, le long de la route de Bregenz à Augsbourg (Mackensen 1999).

160En outre, la région est dotée de forts de typologie et de fonctions très variées. Les petits burgi installés en tête de pont sur la rive droite du fleuve sont particulièrement nombreux : Bâle offre de l’autre côté du Rhin un petit fort, le Robur d’Ammien (374) [XXX, 3, 1]. La grande enceinte de Kaiseraugst dispose aussi de sa tête de pont. D’une manière générale, entre ce site et le lac de Constance, les passages du fleuve sont systématiquement défendus, notamment à Zurzach et à Burg, près de Stein am Rhein (Suisse). Plans rhomboïdes et rectangulaires avec abside se rencontrent.

161À l’intérieur du territoire apparaît une série de fortifications qui ont des plans de même gabarit : des enceintes en demi-cercle, comme Solothurn, des quadriburgia, comme Irgenhausen. Toutes ces initiatives ne datent pas nécessairement de la période Valentinienne, comme l’atteste par exemple une inscription de Dioclétien à Oberwinterthur (CIL XIII, 5249). De nombreux sites de hauteur complètent le dispositif : on connaît de longue date le site célèbre du Wittnauer Horn, représentatif du genre, aux côtés des non moins célèbres montagnes du Lorenzberg et du Moosberg, en Rétie.

162Les secteurs dont il a été question offrent des particularités et des caractères généraux. Le point commun essentiel réside dans l’existence d’un programme de constructions et de restaurations entre la période de Dioclétien et celle de Valentinien Ier. Le mode d’aménagement diverge, en revanche, selon les frontières. Au nord, on préfère un dispositif qui s’appuie sur des camps ; au sud, il repose sur des camps et un cordon de tours de garde. Mais cette dernière initiative résulte davantage de réalisations Valentiniennes. L’immédiat hinterland du limes est traité de manière différenciée. Il est plus puissamment armé au nord qu’au sud par la mise en œuvre combinée de forts routiers et de forteresses de hauteur. Songeons aussi à l’existence des murailles urbaines, dont on ne connaît malheureusement guère l’impact sur la politique militaire. La date d’abandon du dispositif défensif est aussi variable. Il a lieu au milieu du ve s., mais dépend souvent de la manière dont ont réagi et se sont intégrées les populations germaniques.

1.8.2 La frontière maritime

163La Notitia Dignitatum et les découvertes archéologiques sur la côte anglaise ont contribué à révéler une organisation militaire tardive spécifique, adaptée à la défense concomitante des deux rivages de la mer du Nord. La situation continentale est plus faiblement documentée et le système semble moins solidement articulé (fig. 15, 16).

FIG. 15
Carte de l’organisation militaire des défenses côtières du Bas-Empire sur le continent, placées sous les ordres du duc du tractus Armoricanus et Nervicanus : 1 Nantes ; 2 Vannes ; 3 Brest ; 4 Alet ; 5 Avranches ; 6 Coûtantes ; 7 Cherbourg ; 8 Alderney ; 9 Rouen.

d’après Brulet 1989, 48, fig. 10.

FIG. 16
Carte simplifiée de l’organisation militaire des défenses côtières du Bas-Empire sur le continent en Belgique II : 1 Boulogne ; 2 Aardenburg ; 3 Brittenburg ; 4 Bruges ; 5 Oudenbourg ; 6 Marquise ; 7 Étaples ; 8 Le Crotoy ; 9 Cap Hornu.

d’après Brulet 1989, 60, fig. 17.

164Au Bas-Empire, mais peut-être dès la fin du iie s., le front de mer est soumis à la pression de plus en plus forte des Francs et des Saxons. Il ne fait pas de doute que la défense des côtes a donné lieu à des initiatives diverses prises entre la fin du iie s. et le second quart du ve s. La flotte de Bretagne répondra de temps à autre à pareilles sollicitations, jusqu’à sa disparition (Cleere 1977 ; Seillier 1996a).

165Le nom donné à l’organisation militaire tardive du litus Saxonicum provient de la réponse militaire qui est faite aux activités de piraterie des Saxons le long des côtes ; ceux-ci faisaient preuve d’une mobilité dangereuse et attaquaient même l’intérieur des terres, en remontant les estuaires (Johnson 1976 ; 1983a ; 1991). Cette appellation est révélée par la Notifia Dignitatum qui, de manière détaillée, passe en revue les commandements et les postes des troupes romaines stationnées dans (’Empire. L’un des chapitres est dévolu à la Bretagne, qui possède un cornes litoris Saxonici per Britannias, en charge des forteresses localisées sur les côtes sud et est de la Grande-Bretagne (Mann 1989a). Deux autres listes visent le continent, où l’on enregistre deux commandements territoriaux distincts, l’un attaché à la province de Belgique II, l’autre au tractus Armoricanus et Nervicanus, sous l’obédience de deux ducs. La zone placée sous le commandement du duc de Belgique II ne pose guère de problème de reconnaissance. En revanche, le tractus Armoricanus et Nervicanus s’étend sur cinq provinces gauloises et sa dénomination elle-même ne paraît pas bien correspondre à cette mention.

166Si précieuse soit-elle, la Notitia Dignitatum publie un état extrêmement tardif de l’organisation militaire en question, et diverses bizarreries dans le texte lui-même font penser qu’il s’apparente à une compilation de synthèse peu réelle (Hodgson 1991). Dans tous les cas, l’énumération de la Notitia ne donne pas les clés pour comprendre l’évolution du système, ni depuis ses origines, ni dans ses étapes de remaniement.

167En premier lieu, on fera remarquer que la liste des fortifications reprises dans les divers secteurs du litus Saxonicum apparaît comme incomplète au regard du nombre de forteresses tardives reconnues par l’archéologie. En Angleterre, la Notitia mentionne neuf forts, alors que l’on connaît davantage de postes côtiers fortifiés au Bas-Empire. D’autres sites, que l’on attendrait dans cette liste, peuvent manquer. Ainsi en est-il du cas célèbre de Boulogne, dont le port militaire n’est pas repris dans la Notitia Dignitatum, alors même que l’importance de cette ville ne s’est démentie à aucun moment de l’Antiquité tardive et que son aller ego, Douvres, qui a aussi abrité la flotte de Bretagne, se trouve sur la liste.

168Il faut tenir compte aussi des situations particulières. Dans le nord de la Gaule, les territoires subissent une importante transgression marine qui redessine la géographie physique de la côte et celle du delta des fleuves, faisant de cette région une terre inhospitalière peu utile à défendre de manière systématique. Le panégyriste de Constance Chlore parle, en 297, d’une région arrosée par l’Escaut et enserrée par les bras du Rhin, si profondément trempée par les eaux qu’elle cède à la pression et que la terre semble flotter (Pan. Lat. IV, 8, 1-3). De cette façon, des sites comme Aardenburg ont pu être abandonnés, tandis que la localisation des forteresses citées par la Notitia Dignitatum peut s’avérer délicate en Belgique II

169Si l’on en juge par la datation des sites anglais, dont on suppose qu’ils appartenaient à ce système, le modèle proposé ne forme pas un tout cohérent et laisse percevoir des mutations. On n’oubliera pas que la Notitia nous fournit un état considéré comme très tardif. On se rappellera, à titre d’exemple, la citation d’Ammien Marcellin à propos de Nectaridus, tué à la fin des années 360 et porteur, à ce moment, du titre de cornes maritimi tractus (Ammien XXVII, 8, 1). S’agit-il d’une fonction et d’une dénomination synonymes de celles du comte du litus Saxonicum, ou trouve-ton là le témoignage de l’existence d’un dispositif militaire antérieur (Welsby 1982) ?

170Sur le continent aussi le dispositif a pu connaître des changements profonds. Dans la Notitia, le titre de dux tractus Armoricani et Nervicani trahit une certaine confusion géographique ou renvoie à une période du ive s., quand plusieurs secteurs étaient alors regroupés. À un commandement unifié succède peut-être un commandement divisé, mais l’espace territorial de la Belgica II ne correspond pas à celui des Nerviens, ni même à la zone dans laquelle ont été construits les forts d’arrêt de la voie Bavay-Cologne (Brulet 1990a ; 1991 ; 1996). Quant à l’origine du dispositif du litus Saxonicum, on la recherche souvent dans la politique personnelle mise sur pied par les usurpateurs de la fin du iiie s. Carausius a pu être le précurseur direct du responsable militaire de ce dispositif. A cette époque, les sites de Boulogne et de Douvres ont joué un rôle historique non négligeable parce que les points d’appui principaux de Carausius et d’Allectus furent des ports militaires. Ceci pose autrement la question du développement et de la disparition des grandes flottes, comme la classis Britannica.

171Enfin, même en dehors de l’existence d’un système maritime organisé de la même manière qu’au Bas-Empire, on voit que certaines forteresses peuvent avoir été fondées dès le iie s. Oudenburg par exemple, présente des antécédents bien plus anciens que la fin du iiie s. Reculver et Brancaster sont, en Angleterre, des forts typiques d’une période antérieure au ive s. ; on retiendra notamment l’inscription de Reculver qui date sa construction du début du iiie s. (Johnson 1976).

172La date précise de la mise sur pied de ce système dénommé litus Saxonicum n’est donc pas connue. On a proposé de le faire remonter à la période d’Aurélien et de Probus (270-285) ; on considère aussi que les forteresses ont pu naître parfois de manière impromptue avant d’être intégrées dans le système (Johnson 1983a). Sur le continent, le nombre important d’agglomérations civiles qui font partie du litus Saxonicum impose que l’origine de celui-ci ne soit pas antérieure à la construction des remparts urbains et à la mise à disposition de ces villes d’un contingent militaire.

173Avant le Bas-Empire, la force côtière principale est constituée par la classis Britannica, basée à Douvres et à Boulogne ; elle peut aussi intervenir dans d’autres lieux, ce qui en fait, jusqu’au début du iiie s., le garant de la sécurité en mer du Nord. Une inscription montre que cette flotte existe toujours sous Philippe l’Arabe (CIL XII, 686). À l’époque de la Notitia, Douvres a reconstruit son camp et n’abrite plus des marins mais des milites Tungrecani. La seule flotte attestée comme faisant partie du dispositif tardif est la classis Sambrica, basée sur le continent en un lieu inconnu. Elle est citée dans la Notitia sous l’obédience du dux de Belgique II Des estampilles montrent qu’elle a pu opérer à Étaples, à l’embouchure de la Somme. Comme autre témoignage de la mutation fréquente des contingents, on relèvera le cas de la classis Anderetianorum, basée à Paris d’après la Notitia, mais peut-être basée antérieurement à Pevensey, où l’on retrouve au début du ve s. un numerus Anderetianorum (Welsby 1982).

174L’examen attentif des données reprises ci-dessus, à savoir la disparition de la flotte de Bretagne, son remplacement par de nouvelles petites flottes, l’installation de militaires non marins sur les côtes, montre à l’évidence un changement de stratégie (Reddé 1986). La flotte de Bretagne, probablement emportée par les tourments politiques de l’époque qui clôt l’épisode de Carausius et d’Allectus, est remplacée par des forces multi-armes –fantassins, cavaliers, marins. L’exemple de la Grande-Bretagne montre d’ailleurs des sites associés, l’un fonctionnant comme un port, l’autre placé sur le rivage. Les temps ont changé et l’on n’ose plus confier la défense de la côte à une seule flotte, dont les ambitions peuvent se révéler périlleuses pour le pouvoir central.

175Sur la côte anglaise, il n’y a guère de difficultés à identifier la plupart des sites militaires repris dans la Notitia, mais ce n’est pas l’objet de cet ouvrage. Les forts énumérés dans ce document n’ont pas une origine concomitante, les contingents cités peuvent arriver à des dates différentes, ce qui se traduit par des configurations architecturales distinctes. Le rivage anglais, au ve s., est occupé par des numeri (quatre fois), des equites (deux fois), des milites, une cohorte et une légion. Aucune de ces appellations d’unités ne peut être mise en rapport avec un fort dont la spécificité de plan aiderait à établir un lien entre type de troupes et type de casernement. Enfin, à ne considérer que la seule liste des forts fournie par la Notitia Dignitatum comme représentant le système dans son ensemble, on écarte d’office des postes militaires qui ont joué un rôle essentiel dans la défense des côtes, comme Cardiff, localisé sur la côte ouest, et les tours de la côte du Yorkshire. Une inscription trouvée sur le site de l’une d’entre elles commémore la construction d’une tour mais parle aussi d’un camp (Wilson 1991).

176Sur le continent, on suivra l’état actuel de nos connaissances dans les deux aires géographiques distinctes retenues par la Notitia. L’autorité du dux de Belgique II s’étend aux unités suivantes :

  • les equites Dalmatae à (abl.) Marcis, sur le litus Saxonicum ;

  • la classis Sambrica à (abl.) Quartensi sive Hornensi, sous les ordres d’un préfet ;

  • les milites nerviens, à (abl.) Portu Aepatiaci, commandés par un tribun.

177Le lien qu’entretenaient ces garnisons avec la mer paraît évident (Brulet 1989). On ne peut déduire d’informations importantes du fait que l’unité des cavaliers dalmates se trouvait casernée sur le litus, parce que ce même type de renvoi à ce secteur figure en tête de la liste, derrière le premier site qui concerne le dispositif du tractus Armoricanus et Nervicanus. En revanche, pour la seconde unité, il est question d’une flotte et, pour la troisième, d’un port, ce qui rend très claire la dépendance avec la mer de ces contingents. L’oubli de Boulogne dans le système n’en est que plus étrange ; ce port continue de jouer un rôle important puisqu’il servira de point de débarquement à l’armée de Bretagne à l’époque de son abandon, au début du ve s.

178La localisation des trois sites mendonnés par la Notitia n’a pas encore été établie (fig. 15, 16). Aux nombreuses hypothèses essentiellement basées sur des rapprochements toponymiques, dont A. Grenier avait déjà donné la liste, s’en sont ajoutées d’autres depuis 1931, qui n’offrent pas plus d’assurance. Du reste, pour la classis Sambrica située à (abl.) Quartensi sive Hornensi, rien n’interdit de penser que cette double citation puisse correspondre à deux ports de mouillage plutôt qu’à un seul site à deux dénominations. En ce qui concerne (abl.) Marcis, les noms de Marck, Marquise et Mardyck ont souvent été cités, mais la transgression dunquerkienne élimine déjà certains prétendants. La mauvaise traduction de Sambrica en “de Sambre” a entraîné bien des hypothèses erronées poulle second site. La Somme (Samara) est plus probable. Du même coup, on pense au Cap Hornu, à Saint-Valéry ou au Crotoy, à l’embouchure de ce fleuve ; mais l’estuaire de la Canche, avec ses sites d’Étaples et de Quentovic, a révélé des occupations tardo-romaines ou du haut Moyen Age, surtout Étaples, où l’on a retrouvé des estampilles de la flotte. La recherche archéologique récente a apporté peu d’indices nouveaux (Brulet 1991 ; 1993).

179En revanche, la découverte à Oudenburg d’un fort au plan typique de l’Antiquité tardive relance la localisation du troisième site des milites nerviens, (abl.) Portu Aepatiaci. La dernière fortification est grande et atteint une superficie de 2,4 ha. Son plan carré l’apparente aux forts du même type construits au ive s. sur le rivage anglais du litus Saxonicum. Les tours sont circulaires aux angles et octogonales à l’emplacement des quatre portes. La nécropole de 216 sépultures à inhumation qui accompagnait le fort est particulièrement intéressante. Elle date de la seconde moitié du ive s. et a livré des tombes à riche mobilier. On doit noter l’ancienneté du site militaire d’Oudenburg, puisque trois périodes de constructions y ont été observées. Les premières montrent bien que le système du litus Saxonicum, pour Oudenburg, n’est pas une formule toute nouvelle (Mertens 1962a ; 1980 ; 1987a).

180Si Boulogne n’est pas mentionné dans les sources littéraires, le site vient d’être documenté par les découvertes archéologiques. Avec son tronçon d’enceinte du Bas-Empire dans la ville basse et sa courtine dotée de tours semi-circulaires dans la ville haute (Belot & Canut 1993 ; 1996), il ne fait pas de doute qu’il fut occupé, au moins partiellement, par un contingent. La nature même de celui-ci est inconnue : marins, fantassins, cavaliers ? La restitution d’une caserne est proposée pour le Bas-Empire (Seillier 1996b). On peut supposer que le port abrita des vaisseaux de guerre, même si ceux-ci ne relèvent plus de la classis Britannica.

181L’autorité du dux du tractus armoricain s’étend aux unités suivantes :

182– la cohorte I Nova Armoricana, à (abl.) Grannona, commandée par un tribun ;

183– neuf sites occupés par des milites et commandés par un préfet : (abl.) Blabia, (abl.) Venetis, (abl.) Osismiis, (abl.) Manatias, (abl.) Aleto, (abl.) Constantin, (abl.) Rotomago, (abl.) Abrincatis, (abl.) Grannono.

184La plupart des sites fortifiés de la Notitia ont été identifiés, mais parmi eux, tous n’ont pas encore été reconnus de manière satisfaisante. Certains s’apparentent davantage à des villes (Alet) ou même à des chefs-lieux de cité (Vannes, Nantes, Coutances [?], Rouen, Avranches) et ne présentent pas la même apparence de forteresses autonomes, comme c’est le cas sur les sites septentrionaux ou de Grande-Bretagne. Contrairement à ce que pensait A. Grenier, (abl.) Osismis ne correspond pas au chef-lieu de cité Carhaix, non emmuraillé au Bas-Empire, mais plus probablement à la fortification de Brest. On peut douter de l’identification de (abl.) Constantin avec Coutances, vu le manque de découvertes tardo-romaines à cet endroit.

185On a du mal à reconnaître et à identifier le premier et le dernier site de la liste de la Notitia : (abl.) Grannona et (abl.) Grannono, qui sont peut-être les mêmes. C’est à la suite de comparaisons avec les sites fossoyés de Vains et du camp de César de Coutances que l’on a rapproché le camp de Carteret, un éperon barré, des fortifications précitées pour y localiser (abl.) Grannono. D’autres identifications plus anciennes continuent d’être étudiées : celles de Granville, (abl.) Grannono, et de Port-en-Bessin dans le Calvados et du Havre, (abl.) Grannona ; celle de Benouville, près de Caen, où Le Câtillon, à l’embouchure de l’Orne, a révélé des substructions romaines et une fibule saxonne du ve s. ; mais elles n’ont reçu aucune confirmation (Brulet 1991). Une nouvelle proposition plus solide pour (abl.) Grannono est celle de Cherbourg où les traces des fortifications de la fin du ive s. ont été reconnues. Dans le cadre de cette hypothèse, (abl.) Grannona serait alors le petit fort de l’île d’Alderney, le rapprochement des deux noms indiquant leur proximité géographique et la faible superficie d’Alderney convenant à l’accueil d’une simple cohorte.

186À défaut d’identification plus définitive de certains sites, les forts purement militaires sont donc rares sur le front de mer du tractus. Brest entre dans cette catégorie. Toute la question revient donc à évaluer l’importance, le rôle et l’emplacement des casernements militaires à l’intérieur des villes, mais cette information est extrêmement peu accessible aujourd’hui. Alet constitue un cas d’exception qui nous aide à défricher le dossier du rapport entre civils et militaires.

1.8.3 Les fortifications routières et de l’intérieur

187Nous n’avons pas une connaissance suffisante des interactions entre les fortifications officielles qui jalonnent les réseaux de communication, à l’intérieur de la Gaule, et les forts disposés sur le cordon frontalier, d’autant plus que les initiatives édilitaires ne répondent pas nécessairement à des plans d’ensemble et que leur chronologie n’est pas unique. Tous les sites fortifiés du Bas-Empire répertoriés à l’intérieur de la Gaule ne naissent pas automatiquement de l’intervention militaire, et ce constat trouble gravement l’enquête. Les chercheurs en sont donc souvent réduits à travailler à partir d’une distinction simple et commode entre forts de frontière, cités urbaines ayant pu ou non abriter des contingents, forts de l’intérieur, fortifications rurales et refuges (Petrikovits 1971). L’identification d’unités militaires sur ces sites est rare, en dehors des casernements frontaliers et de quelques centres urbains. Elle est souvent peu fondée lorsque l’on fait appel aux milices germaniques, citées dans les textes anciens, dont on abuse. Elle est rarissime pour les fortifications de l’intérieur du territoire. Cette distinction peu subtile ne vise qu’à classer des structures de nature à première vue distincte, mais ne permet pas d’apercevoir la réalité d’une politique ou d’une action militaire.

188Si l’on excepte les grandes villes emmuraillées ou celles qui jouent un rôle administratif prépondérant, il en subsiste encore un certain nombre, d’importance moyenne, réparties dans toute la Gaule, sur la fonction desquelles on s’interroge. Peu d’éléments nous permettent de trancher en faveur d’un rôle civil ou militaire qui aurait entraîné leur survie après les temps troublés du iiie s., époque où elles n’étaient encore que des agglomérations secondaires. Même dans l’hinterland du limes, ces agglomérations secondaires nouvellement emmuraillées peuvent poser un problème d’appartenance, surtout si le plan circonscrit par leurs remparts s’apparente à celui d’une forteresse militaire.

189Une certaine confusion sur l’origine et les caractéristiques civiles et militaires de ces sites a été entretenue par la recherche ancienne. Comme l’avaient déjà observé A. Blanchet puis A. Grenier, certaines grandes villes offrent un plan quadrangulaire qui les rapproche de la forme du camp, alors que beaucoup d’autres présentent un plan circulaire ou centré qui s’accroche à la topographie locale. Par ailleurs, le passage fameux de Zosime (II, 34) qui attribue à Constantin la responsabilité d’avoir réparti l’armée dans les villes plutôt que sur les frontières a été utilisé pour expliquer le rôle militaire des enceintes urbaines. Sans compter qu’il faut héberger la nouvelle armée de mouvement qui n’est plus nécessairement casernée ni toujours au même endroit, ni sur les frontières. C’est dans cette perspective qu’est né le concept de “défense en profondeur” ou de “défense du territoire” (Musset 1965), relayé par E.N. Luttwak dans une thèse qui proposait l’existence d’une stratégie impériale de défense au Bas-Empire (Luttwak 1976).

190Une défense du territoire existe de fait si on la considère comme globale, c’est-à-dire si elle résulte d’un effort dans tous les secteurs pour sécuriser le pays. Un dispositif veillant à installer en Gaule des relais militaires pour protéger le territoire de manière systématique est chose impensable. En réalité, les quelques initiatives qui nous sont révélées ici ou là n’ont qu’un temps de vie limité et ne se retrouvent, à proprement parler, que dans des zones proches du limes. L’intérieur de la Gaule, si l’on excepte les villes emmuraillées et les refuges de hauteur, ne montre pas de tels dispositifs militaires sophistiqués.

191Il faut aussi bien apprécier le rôle des unités et des milices réparties à l’intérieur du territoire. On a opposé inutilement rôle de police et rôle militaire, les routes pouvant soit être protégées en raison des mansiones qui s’y trouvent et du trafic qu’elles enregistrent, soit receler un système purement défensif, caractérisé par une chaîne de burgi, à l’image de ce que l’on trouve le long des frontières (Johnson 1983a ; 1983b). Mais la distinction entre les forces de police et les forces militaires n’est pas réelle, puisque les deux fonctions sont remplies par des soldats (Southern et al. 1996). En revanche, on ne peut ignorer que les forts routiers pouvaient aussi remplir des fonctions de nécessité –service de la poste, stockage de denrées alimentaires transitant par cette route– au sein d’un système sécurisé. Enfin, on doit aussi mentionner les fonctionnaires, anciens bénéficiaires, qui le deviennent à part entière au ive s., alors qu’auparavant ils étaient des militaires spécialisés dans des fonctions d’administration et de gestion (Nelis-Clément 2000).

192Les rocades parallèles au limes, quand elles existent, sont normalement dotées de fortifications qui renforcent l’effort de défense régionale. Les données archéologiques sont néanmoins souvent insuffisantes pour y reconnaître un dispositif organisé, d’autant plus que les datations des forts peuvent diverger, alors même qu’un système ne se reconnaît qu’à travers la perception d’un grand nombre de cas contemporains. En revanche, l’organisation de défenses le long des pénétrantes est plus clairement attestée. Ces routes partent de la frontière et s’infiltrent transversalement, très profondément, dans le territoire romain, constituant ainsi une faiblesse structurelle. Certaines ont donc été dotées de véritables dispositifs défensifs. Dans le nord de la Gaule, on citera la route nord-sud sur la rive gauche de la Meuse, et la chaussée romaine de Cologne à Bavay, parfaitement documentée. Le petit tronçon qui unit la Meuse (à Cuijk) au Waal (à Nimègue) est aussi protégé par le petit fort de Heumensoord. Le poste routier de Villenhaus, sur la route de Cologne à Zulpich, demeure encore un cas isolé le long de cette route.

193Le dispositif le plus connu se trouve le long de la chaussée Cologne-Bavay (Brulet étal. 1995). Il a révélé un tel potentiel qu’on a voulu un moment considérer, à tort, cette route comme un limes, dénommé limes Belgicus (Vannérus 1943), à l’image de certains autres dispositifs de frontière non linéaire qui existent dans d’autres régions orientales ou africaines de l’Empire (fig. 12). L’archéologie a révélé une dizaine de fortifications implantées sur cette voie, notamment Hüchelhoven/Heidenburg, Lich/Steinstrass, Hulsberg, Braives, Taviers, Cortil-Noirmont et Liberchies en Germanie II, puis Morlanwelz et Givry en Belgique II (Brulet et al. 1995). Il s’agit d’un véritable dispositif militaire, mis en place le long de cette route dès la seconde moitié du iiie s., et comprenant burgi, tours de garde et castella. Il était naturellement complété par les agglomérations fortifiées de Jülich, Heerlen, Maastricht, Tongres et Bavay. L’implantation de ces fortins s’effectue selon un plan préconçu, à intervalles réguliers, tous les 16 à 17 km. Cette mise en défense de la chaussée ne tient aucun compte des entités administratives existantes telles que les cités ou les provinces : les fortifications de la route s’échelonnent en territoire nervien comme en pays tongre ou agrippinien (Cologne). Bavay peut constituer la limite de ce dispositif, en terre nervienne, d’autant plus que des casernements y ont été retrouvés. Mais certains chercheurs ont émis l’hypothèse que le système de défense se poursuivait en direction de Boulogne, selon un axe est-ouest. Cette supposition repose sur l’existence de milites Turnacenses et Cortoriacenses ayant vraisemblablement tenu garnison à Tournai et à Courtrai. Il ne s’agirait plus alors seulement de la mise en défense d’une rocade mais de l’ensemble de l’axe reliant limes rhénan et limes maritime. Néanmoins, les découvertes archéologiques font défaut sur le tracé de la route Bavay-Boulogne. Devant le silence des sources archéologiques, on peut se demander s’il ne faut pas tout simplement chercher un prolongement à ce dispositif selon un axe nord-sud, vers Amiens par exemple, confortant la primauté de l’existence d’une pénétrante fortifiée. Au-delà de Bavay, le premier site concerné, celui de Bermerain, peut receler un fort routier. Dans cette perspective, la découverte récente d’un burgus de la fin du iiie siècle, à Revelles, conforte l’idée que le prolongement de cette route venant de Cologne et se dirigeant vers le sud-ouest, a bien été le théâtre d’une mise en défense. De surcroît, le site est localisé au sud et à 14 km d’Amiens, sur la route vers Rouen, montrant que le dispositif militaire se poursuit loin des frontières, à l’intérieur du territoire. Quoi qu’il en soit, la voie Cologne-Bavay a servi de point d’appui à un dispositif de contrôle qui fait partie intégrante des défenses frontalières, mais elle n’a jamais servi de limes à proprement parler (Mertens 1986).

194Le fait de considérer ces forts comme faisant partie d’un réel dispositif militaire est conforté par la cohérence chronologique des installations. Deux périodes principales caractérisent le fonctionnement de cet appareil militaire. Peu après le milieu du iiie s., entre 260 et 275, la route est dotée d’une série de burgi fossoyés et palissadés. Ce programme de construction doit être attribué à Gallien ou aux empereurs gaulois, peut-être à Probus ou Aurélien, dans le cadre de leurs efforts de mise en défense de l’hinterland. Le fort de Liberchies I paraît exister au plus tard en 270 ; il témoigne de remaniements nombreux et a pu être occupé jusqu’au début du ive s. On pourrait donc proposer de dater le dispositif des années 260-270 pour sa construction, et des premières années du ive s. pour son abandon.

195Le système se compose de postes routiers et de forts routiers. À la première catégorie appartiennent les fortifications de Hüchelhoven, de Morlanwelz I et Brühl/Villenhaus, sur la voie Cologne-Trèves, de même que le poste de Heumensoord, entre Cuijk et Nimègue. Elles ont en commun un plan carré de petites dimensions, une superficie interne de 6 à 7 ares, un fossé d’une dizaine de mètres de largeur, une enceinte élevée selon la même technique et des baraquements adossés au rempart. À la seconde catégorie ressortissent les fortifications de Braives, Taviers et Liberchies I et Revelles, de la première génération. Elles ont en commun un plan carré et offrent des structures défensives similaires, en bois et en terre. La fortification est entourée par un fossé de 5 m de largeur, à pointe trapézoïdale. Un mur de terre enferme la fortification. Il est armé de gros poteaux verticaux.

196Le hiatus qui a été observé dans l’occupation de ces places fortes, au début du ive s., s’explique vraisemblablement par la politique militaire suivie par Dioclétien, qui abandonne le système de protection des axes routiers à l’intérieur du pays. Constantin, qui remet cette stratégie à l’honneur, doit être considéré comme le restaurateur des fortifications de la route Cologne-Bavay. Le nouvel appareil militaire qu’il met en place comprend deux castella, ceux de Maastricht et de Liberchies II, et une série de tours de garde : Hulsberg, Braives, Cortil-Noirmont, Morlanwelz II et Givry. Les castella de Deutz, Maastricht et Liberchies II sont situés à peu près à égale distance. Les tours ont une mission de contrôle ; elles servent aussi de base à la défense de la route et à la protection du ravitaillement.

197Maastricht offre un plan quadrangulaire de 2 ha environ, entouré par une enceinte munie de dix tours circulaires. L’une d’entre elles a été bâtie sur pilotis, abattus en 333. Les portes qui ouvrent sur la voie Cologne-Bavay sont flanquées de bastions rectangulaires. L’intérieur du fort contient probablement un horreum. Les séquences chronologiques des ive, ve et vie s., retrouvées au cours des fouilles, sont particulièrement intéressantes et montrent la continuité de l’occupation.

198Le castellum de Liberchies II a été bâti sur une légère éminence en tenant compte d’une zone très humide qui cernait l’élévation de terrain sur un tiers de son périmètre, offrant une protection naturelle au site. Le projet initial fut sans doute très ambitieux. L’existence d’un petit fossé palissadé de 4 m d’ouverture, vers le nord-ouest du site, et les baraquements révèlent peut-être une première phase d’occupation militaire du lieu, au début du ive s. A ce moment, la fortification dut offrir une superficie irrégulière de 1,50 ha. La même surface est conservée lors de l’édification du castellum en pierre. Elle fut mise à profit pour la construction d’un certain nombre d’annexes au fort. Le castellum lui-même répond à un plan très courant, soit un rectangle rhombiforme de 56,50 x 45,00 m. Le contingent des Geminiacenses a probablement pris ses quartiers dans le castellum de Liberchies II, à l’époque constantinienne (Mertens & Brulet 1974).

199Les sites de Hulsberg, Braives, Cortil-Noirmont et Morlanwelz II ont été le siège de tours de garde en pierres qui remontent au ive s. ; elles relèvent du type que l’on rencontre couramment ailleurs sur le Rhin et le Danube, à Asperden et Moers/Asberg. Les fortifications se caractérisent par des tours carrées ou plus souvent rectangulaires avec piliers de soutènement internes, enfermées par un enclos fossoyé entourant une superficie réduite. L’environnement de la tour de Braives ménage de la place libre à d’autres bâtiments, notamment pour une réserve à blé (Brulet et al. 1993).

200Ce dispositif de l’époque constantinienne fonctionne durant toute la première moitié du ive s. et tombe en désuétude aux périodes Valentinienne et théodosienne parce que les princes se préoccupent davantage de la défense des frontières. La rupture du système est perceptible dans presque toutes les installations routières en raison de la carence de matériel archéologique postérieur au milieu du ive s. ; c’est particulièrement net à Braives, où une couche d’incendie recouvre la tour de garde, qui ne sera jamais reconstruite. Certains forts, comme Liberchies II, connaissent encore une occupation à la période théodosienne, ce qui rend caduque la datation traditionnelle de l’abandon du limes Belgicus sous Gratien. En Germanie I (fig. 13), la route Mayence-Trèves peut être considérée comme une pénétrante de première importance, mais seul le fort de Bad Kreuznach s’illustre pour la défendre, comme d’ailleurs la route de Worms à Saarbrücken, avec le petit fort d’Eisenberg (Bernhard 1981b). On mentionnera aussi les voies de Strasbourg à Sarrebourg, avec Saverne, et la voie stratégique est-ouest des Champs Décumates vers les Vosges, avec Horbourg. Les données chronologiques et le nombre de forts ne plaident pas actuellement en faveur d’un dispositif bien organisé. Plus à l’intérieur du territoire gaulois, en Belgique I, les forts de Senon et de Saint-Laurent-sur-Othain ne paraissent liés qu’à une voie d’importance secondaire.

201La situation paraît mieux organisée en Grande Séquanie avec la grand-route qui relie Zurzach, sur la frontière, à Lyon. Les postes fortifiés qui y ont été implantés, entre Zurzach et Yverdon, ne manquent pas. Ils traduisent des initiatives tant constantinienne (Brugg/Altenburg) que Valentinienne (Yverdon). Néanmoins, les fortifications répondent à des critères typologiques très divers qui ne facilitent pas l’appréhension d’un système global – plans rhomboïdes et plans en demi-cercles. En Suisse, la route de Constance à Oberwinthertur, Windisch et Brugg s’inscrit dans le même modèle, comme en Rétie la route de Bregenz à Augsburg.

202Ailleurs en Gaule, les postes routiers ou ceux qui défendent des moyens de communication fluviaux ne manquent pas, mais leur distribution et l’impossibilité de les asseoir dans un système logique n’autorisent pas à les considérer comme dépendant de dispositifs organisés. En outre, beaucoup d’entre eux ont pu être impliqués dans des missions de logistique générale, comme la poste ou l’entrepôt de denrées alimentaires. A. Grenier hésitait déjà à leur assigner une fonction et une dénomination précises. Ainsi qualifie-t-il Tournus et Anse-sur-Saône de castella, ce qui les éloignerait d’un rôle civil. Les sites bien connus de Jublains, Le Rubricaire et Larçay étaient considérés par A. Grenier comme de “petits castella" ou de “grands burgi", ce qui ne veut strictement rien dire. En revanche, les sites de Larga et de Senon, par exemple, développent un plan qui évoque une forteresse routière. Il faut bien avouer que nous éprouvons quelques difficultés à comprendre le rôle de ces petites fortifications, qui ne sont d’ailleurs pas très nombreuses, sans compter que chaque rempart de type urbain pouvait cumuler les fonctions de logistique, de casernement et de défense militaire de l’intérieur du territoire.

203Le cas de Jublains est très représentatif de la variété chronologique, typologique et fonctionnelle de ce genre de structure routière (Napoli 2003). Le centre est occupé par un bâtiment civil du Haut-Empire, dont la fonction n’est pas claire, mais dont le plan laisse supposer une préoccupation logistique. L’importance du service offert a entraîné la pérennité du site au Bas-Empire. On le voit tour à tour muni d’un retranchement en terre puis d’une enceinte en pierres puissante. Le fort de Jublains témoigne à sa façon d’une protection en profondeur qui vise plus la logistique que l’installation d’une unité militaire le long des routes de l’intérieur.

1.8.4 Fortifications de hauteur et de plaine, initiatives publiques et privées

204Le milieu rural est désormais concerné directement par sa propre défense. Si le monde urbain réagit aux difficultés de la fin du iiie s. en s’entourant de remparts de protection, on voit éclore dans les campagnes une série de fortifications caractéristiques de l’Antiquité tardive.

205Toutes les composantes de la population sont concernées par le problème. L’armée ne peut négliger la défense des campagnes, d’autant qu’elle doit intervenir dans la protection des produits agricoles qui peuvent lui être destinés. Dans le cadre de la nouvelle stratégie, les forteresses en question peuvent servir à doubler celles des frontières ; la dispersion des fortifications rurales s’exécute prioritairement dans l’arrière-pays du limes. En outre, tôt ou tard, il faut prendre en compte l’installation des unités auxiliaires d’origine barbare, mais ce n’est pas le lieu de discuter ici leurs modalités d’installation (Anderson 1995).

206Si certaines fortifications sont manifestement construites dès la période de l’“Empire gaulois”, d’autres plus tardives n’apparaissent pas avant la fin du ive s., mais sont promises à un développement plus substantiel durant le haut Moyen Age ; se pose donc le problème de leur origine, peut-être ancrée dans des initiatives de groupuscules germaniques plus ou moins autonomes, ce qui ne leur interdit pas de servir le pouvoir militaire romain. Enfin, les propriétaires privés ou publics doivent aussi prendre des mesures de protection des domaines ruraux, et beaucoup de fortifications trouvent leur justification en ce sens, les résidences du type “villa fortifiée” étant fort rares en Gaule. On doit y ajouter les forteresses-refuges.

207Ces observations posent de nombreuses questions. Celle de la chronologie n’est pas la moindre puisque, traditionnellement, les possibilités de dater l’occupation de ces structures rurales ne sont pas illimitées. Celle de la fonction réelle et de la nature de l’occupation de ces sites n’est pas moins problématique.

208De temps en temps, les textes apportent un témoignage précieux. Sidoine Appolinaire évoque des sites fortifiés servant de refuge à la population (Epis. V, 14,1). Ausone met l’accent sur les villas qui sont dotées de tours (Mosella 327). À Sisteron, une inscription témoigne de la mise à disposition de la communauté d’un site fortifié privé (CIL XII, 1524 ; Johnson 1983a ; 1983b). En Espagne, la déficience de l’administration militaire a entraîné les propriétaires à organiser de véritables troupes de paysans pour lutter contre le banditisme, à tel point que Théodose II, en 409, a été contraint de prendre une ordonnance supprimant les chefs de la défense rurale pour restituer la surveillance des campagnes aux propriétaires eux-mêmes (C. Th., 12, 14, 1).

209D’une manière générale, les textes évoquent plutôt des situations tardives dans le courant du ve s. et les préoccupations de mise en défense des domaines privés. Les initiatives de l’armée ne sont pas clairement attestées. Seule la question de groupes de Gentiles, Lètes, Sarmates et Fédérés, installés à l’intérieur de l’Empire et responsables de la tenue de ces forteresses rurales, retient l’attention. L’occupation souvent tardive de ces sites, la présence d’objets de type germanique et de nécropoles associées ont incité les chercheurs à les assimiler à des implantations de Lètes ou de Fédérés. Mais cette assimilation un peu rapide n’a pas de fondement très clair. Au contraire, lorsque l’on dépouille la liste des préfectures des Lètes, Gentiles et Sarmates proposée par la Notifia Dignitatum, on s’aperçoit qu’elles sont normalement liées à des centres urbains.

210Sur le terrain, on ne distingue pas aisément les sites occupés par un contingent militaire, ceux qui sont aux mains de milices d’origine germanique et ceux qui ont des fonctions plus spécifiques de protection de la population civile et des récoltes. Quelques sites fortifiés, assez rares au demeurant, sont jouxtés par des nécropoles offrant un caractère plus ou moins militaire. Celles-là au moins réduisent notre méconnaissance sur le rôle de ces places fortes, mais pour toutes les autres, les questions de chronologie et d’utilisation restent fréquemment ouvertes.

211La plupart des forteresses rurales qui nous sont connues s’inscrivent dans la catégorie des fortifications de hauteur. Ce phénomène des Höhensiedlungen est largement répandu dans les territoires situés en retrait de la ligne frontalière. On en a repéré de fortes concentrations dans le nord, entre les Ardennes et le Hunsrück Eifel, en Germanie I, dans le Jura, en Séquanie (Johnson 1983a) et naturellement dans d’autres régions frontalières. Leur présence en Germanie libre est intéressante, parce qu’elle nous permet de nous faire une idée plus précise sur les sites de hauteur occupés par des populations germaniques de pure souche. Le territoire des Alamans en comprend environ une cinquantaine pour le sud-ouest de l’Allemagne aux ive et ve s. (Steuer 1990a ; 2003).

212Il ne s’agit pas toujours de fortifications mais d’habitats de hauteur dans lesquels on trouvera des activités artisanales. Le rôle proprement militaire qui a pu être dévolu à ces sites s’estompe d’ailleurs à mesure que l’on entre dans le ve siècle. Dans les régions proches du Rhin, ils peuvent devenir des lieux de résidence et de pouvoir de la nouvelle aristocratie rurale.

213En outre, loin des frontières, à l’intérieur du territoire romain, les habitats perchés assez répandus participent à un phénomène différent ; il s’agit de sites non militarisés occupés du Bas-Empire au haut Moyen Age de manière continue ou temporaire par la population civile. Ils présentent une problématique intéressante, quoique peu examinée. Il n’est plus question ici de considérer que ces sites de hauteur ont un rapport quelconque avec l’armée ; ce sont des habitats civils qui illustrent les mutations des habitudes de vie, à la charnière de l’Antiquité tardive et du Moyen Âge (Schneider 2001).

214Au sud-ouest de Cologne, on a décelé un phénomène particulier : cette zone de plaine, plus proche du limes, était jalonnée d’établissements agricoles pourvus de petites fortifications.

215Quant à la mise en défense des villas, phénomène très rare en Gaule, elle s’inscrit le plus souvent dans le cadre d’initiatives privées qui échappent à notre enquête. Il y a bien des exceptions, comme dans la vallée de la Moselle, mais les édifices n’ont rien de commun avec un établissement purement rural (Van Ossel 1992). Par ailleurs, une structure en forme de tour dispose quelquefois d’un renforcement ou d’une protection (Bechert 1978).

1.8.4.1 Les fortifications de hauteur

216Les fortifications de hauteur bâties en Gaule durant le Bas-Empire, et principalement dans des zones proches de la frontière, reflètent des initiatives dont la signification multiple est malaisée à appréhender (fig. 12, 13). Le dénominateur commun de ces sites est constitué par leur emplacement sur une colline. On observe des plans en éperon barré ou des buttes rocheuses dont les défenses naturelles ont été améliorées. Les sites en question sont rarement neufs. Il arrive bien souvent que l’on assiste à la reprise en main d’une hauteur fortifiée à l’âge du fer, dont les retranchements sont reconstruits (Uslar 1964). Leur configuration même dépend de la topographie locale, si bien qu’aucune observation planologique ne permet de déterminer la fonction exacte de ceux-ci, ni surtout le caractère de leurs occupants.

217Des propositions de classement à caractère un peu théorique existent, comme pour les hillforts ou hill-top settlements, où l’on tente de les faire entrer dans des types liés à une fonction politique et sociale, religieuse et économique (Burrow 1981). On a également fait une distinction entre les forteresses situées sur des hauteurs proches d’axes routiers, de type militaire ou paramilitaire, et celles qui sont implantées sur des collines éloignées des routes, souvent des refuges, aux mains de propriétaires privés (Wightman 1971 ; 1985).

218La seule discrimination possible repose sur le volume du matériel archéologique retrouvé. Il est parfois abondant et fait pencher en faveur d’une présence massive, permanente ou temporaire, de type militaire. Dans d’autres cas, il est rare ou absent ; on penche alors en faveur de l’utilisation de ces sites comme refuges. Cette identification est parfois corroborée par l’observation d’éléments d’architecture plus anciens : on connaît des sites fortifiés d’époque protohistorique dont les défenses ont été réaménagées durant l’Antiquité tardive et qui ont pu servir occasionnellement de retraite. Ces sites ne participent pas à l’effort stratégique de la défense du territoire, mais s’inscrivent dans un contexte d’insécurité générale (Mertens 1986 ; Brulet 1990a).

219Les sites de hauteur réellement occupés, soit parce qu’ils ont des traces de bâtiments, du matériel archéologique ou parce qu’ils sont associés à une nécropole très proche, méritent leur qualification de Höhensiedlungen ou d’“habitat perché” parce que, dans l’acception du terme, l’habitat est pris en compte autant que l’aspect défensif. A. Grenier, évoquant ceux de Cora (Yonne) et du Héraple (Lorraine), parlait de “castra campagnards”.

220À l’inverse, certains sites de hauteur ne présentent aucun matériel archéologique datable et, dans la mesure où ils ont pu être utilisés à l’époque romaine tardive, leur fonction renvoie clairement à une mission de refuge, servant aux populations rurales et au bétail, lorsque se présente une menace, que ce soit celle des années 260, 355 ou celles du ve s. Les structures de défense qui les dotent peuvent dater d’une période antérieure ou avoir été adaptées. Les choses se compliquent un peu lorsque les matériaux employés dans les murs de barrage ou d’enceinte font appel à des éléments d’époque romaine. La tendance est alors de dater ces sites du ive s., même s’ils ne révèlent aucun mobilier. La recherche récente montre, notamment à Buzenol et à Jemelle (Belgique), que bien des enceintes de ce type ont pu être élevées plus tardivement, notamment durant le haut Moyen Age.

221Les fortifications de hauteur sont naturellement liées à l’existence de reliefs topographiques adéquats. Il n’empêche qu’elles apparaissent principalement dans des zones proches du limes plutôt qu’à l’intérieur du territoire gaulois.

222La première zone concernée par ce phénomène est celle de l’Hunsrück Eifel, dans la région trévire, dont les sites se répartissent en Belgique I et en Germanie II On en dénombre trente-sept ; la vallée de la Moselle en est couverte, mais la moitié de ces sites se trouve dans l’Eifel. Certains autres sites offrent un caractère religieux (Gilles 1985). Ils peuvent avoir de 0,1 à 1,2 ha ; les fortifications de petite superficie y dominent largement. À titre d’exemple, on citera Entersburg, proche de la route Trèves-Andernach qui pouvait être surveillée, et le phasage du site en trois périodes antérieures au milieu du IVe s. Le fort de hauteur de l’Alteburg à Zell, sur la moyenne Moselle, constitue aussi un bon exemple de site ayant livré des monnaies et de la céramique (Gilles 1973).

223Plus à l’intérieur du territoire, en Belgique II, la vallée de la Meuse et ses affluents réunissent un très grand nombre de possibilités topographiques pour l’aménagement de sites similaires. On y rencontre des fortifications propres comme à Eprave, Dourbes, Furfooz, Pry, Vireux-Molhain. A plusieurs reprises, on enregistre, en concordance avec les fortifications, une concentration sensible de sites d’habitat ou de nécropoles de l’Antiquité tardive (Brulet 1995).

224Le plan de la fortification rurale est étroitement lié à la configuration naturelle du terrain utilisé. Le plus souvent, il s’agit d’éperons barrés, comme à Furfooz ; on trouve des buttes isolées comme à Dourbes, des éperons barrés inversés, des fortifications de bord de plateau, comme à Eprave. Les sites offrent des superficies échelonnées entre 0,35 et 2 ha. Bon nombre d’entre eux, malgré la superficie réduite qui les caractérise, ont livré un échantillonnage considérable d’objets, de la céramique et des monnaies (Mertens & Remy 1973 ; Brulet 1978). D’autres forteresses nous offrent des objets en quantité réduite ; le numéraire, en particulier, y fait défaut. Une troisième catégorie de sites fortifiés se caractérise par la carence totale de matériel archéologique (Brulet 1990a).

225D’une manière générale, le matériel recensé dans les fortins ruraux de la première catégorie nous fait supputer une continuité d’occupation assez remarquable. Les séries monétaires présentent une courbe de fréquence que l’on peut rapprocher de celle de quelques sites militaires routiers. C’est un argument supplémentaire pour identifier les occupants de ces places fortes comme des soldats.

226L’importance du matériel permet aussi de discriminer les périodes d’utilisation. Il y a des disparités dans la durée d’occupation : certains sites sont plus marqués à la fin du iiie s. et peu utilisés par la suite, d’autres ne paraissent efficients qu’à partir de la période Valentinienne. Bien souvent, une césure au milieu du ive s. est apparente et reliée à l’observation de traces d’incendie (Brulet 1990b). Les fortifications des deux autres catégories jouent le rôle évident de refuge temporaire. Leur caractère d’abri occasionnel ne fait aucun doute : le petit nombre ou l’absence de trouvailles met en relief l’aspect passager de l’occupation de ces sites.

227Enfin, pour certaines fortifications, comme celles d’Éprave, Furfooz, Pry, Vireux-Molhain, nous disposons aussi d’une information indirecte très importante qui nous vient des nécropoles qui les entourent. Elles nous aident à reconnaître le caractère de leurs occupants, grâce au mobilier germanique qui y figure. Elles nous font voir que l’occupation des sites s’est prolongée durant tout le ve s., voire jusqu’à la période mérovingienne. Elles constituent le moyen de vérifier la continuité entre le Bas-Empire et le haut Moyen Age.

228En Germanie I et en Séquanie, les sites de hauteur, tout en étant moins nombreux, offrent une belle similitude. Au centre de la Germanie I, on trouve quelques forteresses de grandes dimensions, comme celles d’Annweiler et du Heidesburg à Waldfischbach-Burgalben, un plateau allongé qui a été occupé dès la période de 260-275 et jusqu’au milieu du ive s., si l’on en croit le matériel archéologique volumineux qui y a été récolté. Cette date d’abandon correspond à une destruction (Roller 1971). Par sa configuration et son mobilier, ce dernier site a beaucoup de points communs avec le camp de La Bure à Saint-Dié, au sud des Vosges, en Belgique I (Tronquart 1986). C’est dans les Vosges aussi que se situe la forteresse bien connue du Mont Sainte-Odile.

229Dans le Palatinat, et plus proches du limes, se placent des plateaux fortifiés comme ceux de Limburg à Bad Dürkheim, qui dispose d’une petite nécropole associée (Bernhard 1981b), de Kreimbach (Bernhard 1999) et du Grossen Berg à Kindsbach, où, notamment d’après les trouvailles funéraires, il est question d’une adoption par la population de coutumes alémaniques plutôt que d’immigrés germaniques. Les perturbations historiques du milieu du ive s. sont ici aussi enregistrées (Bernhard 1990).

230Le Wittnauer Horn, près de la frontière du Rhin, à l’est de Bâle, est un éperon barré modèle (Bersu 1945). Il est souvent comparé à des sites plus lointains en Bavière qui sont plus que célèbres : le Lorenzberg (Werner 1969) et le Moosberg (Garbsch 1966). Le premier offre deux occupations séparées par les événements des années 350-352, avec, au début, l’utilisation du bois, remplacé par la pierre. Il est doté d’une garnison militaire révélée par un petit cimetière des années 370. Il offre plus d’un parallèle avec le site de Furfooz, en Germanie II À l’inverse, le Moosberg a une histoire différente.

231Pour une meilleure mise en situation de ces forts ruraux, il est intéressant de faire appel aux sites du même type répartis en Germanie libre, comme ceux du Glauberg, du Runde Berg près d’Urach, du Zähringer Burgberg à Frciburg im Breisgau et de Gelbe Bürg à Dittenheim, où une continuité d’occupation du ive au ve s. est apparente et où les productions, notamment artisanales, enrichissent l’habitat (Werner 1965 ; Steuer 1990a ; 1990b ; 2003).

232Les sites de hauteur en question, tout en reflétant les mouvements d’une histoire régionale, montrent des points communs : beaucoup d’entre eux témoignent d’une occupation des années 260 à 350 et ont été abandonnés en laissant des traces d’incendie, marque indélébile des règnes de Magnence et Décence, pendant lesquels ont été subis les assauts francs et alamans. D’autres débutent après cette période tragique ou se renouvellent. Les refuges demeurent le plus souvent indatables.

1.8.4.2 Fortifications de plaine

233Quelques découvertes récentes fournissent une réponse à la question de la protection des établissements ruraux et des récoltes. Dans la région de Zülpich, au sud-ouest de Cologne, on enregistre un grand nombre de petites fortifications en terre et en bois liées à des installations agricoles. Leur morphologie s’apparente à celle des petits forts routiers, mais leur lien avec une villa romaine indique bien qu’elles ont surtout servi de refuge. Les structures fortifiées ont quelques points en commun. Ce sont de petites surfaces presque carrées, de 20 à 30 ares de superficie, entourées par un ou deux fossés et par une palissade. Même si le plan rappelle celui des forts routiers, ces fortifications sont beaucoup moins grandes et le dispositif défensif beaucoup plus léger.

234Il arrive, comme à Froitzheim (Barfield 1968) et à Rheinbach/Flerzheim (Gechter 1980a), que s’y ajoute un bâtiment central qui peut être probablement identifié à une tour-silo. Dans ce cas, la discussion à propos de la validation de ce genre de structure fortifiée trouve son épilogue, d’autant qu’elles sont éloignées des routes (Bechert 1978 ; Van Ossel 1992). Quelques-unes montrent bien la connexion avec une villa rurale. Dans deux cas, on a pu voir que les petites fortifications ont été élevées à la limite de l’enceinte de la villa, voire même à cheval sur celle-ci.

235Dans cette région de Zülpich, les sites répertoriés, parfois sans fouilles et par vues aériennes, sont nombreux : Weisweiler, Pülheim, Weiler, Fresheim, Barr, Vernich, Rôvenich, Lommersum, Palmersheim, Satzvey, Oberdrees Titz/ Rödingen (Heimberg 1977). Ils existent dès la fin du iiie s., mais aussi au ive s. Le cas de Froitzheim est révélateur par son évolution chronologique, puisque l’une des structures fossoyées ne possède pas de tours ; l’abandon a lieu entre la fin du iiie s. et la période Valentinienne, alors que le site de Weisweiler ne date que du ive s. En l’absence de tours, ces structures ne peuvent pas être interprétées autrement que comme des points de refuge pour le domaine agricole proche, mais leurs aménagements intérieurs sont peu explorés.

236La question de la militarisation des domaines agricoles est plus complexe, à l’image de certaines initiatives enregistrées dans le Palatinat. C’est naturellement celle du Langmauer, entre Bitburg et Trêves, qui reflète le mieux un projet d’obédience impériale. À côté de cela, il existe quelques témoignages de mise en défense de parties d’habitat rural, dont l’initiative n’émane probablement en rien du monde militaire. La sécurité des campagnes n’est pas ici visée mais simplement la sécurisation et la protection de quelques habitats et des récoltes ; la décision dépend du propriétaire, et la nécessité devient patente à l’un ou l’autre moment du Bas-Empire. Un bel exemple nous est fourni par la villa de Mageroy en Belgique, avec une tour fortifiée du ive s.

1.8.5 Les fortifications urbaines

237La ville gallo-romaine de l’Antiquité tardive change de physionomie. Deux traits essentiels matérialisent très concrètement ce changement : on assiste à une réduction parfois considérable de l’espace urbain occupé, on voit les villes se protéger par des remparts puissants. Ces deux traits se regroupent au sein d’une mutation que l’on a coutume de dénommer “passage de la ville ouverte à la ville fermée”.

238Mais la recherche en cours ne se satisfait plus désormais de l’appréhension de ces seuls éléments. Bien d’autres aspects retiennent aujourd’hui l’attention, comme l’évolution du canevas urbanistique, le déplacement des centres urbains, le devenir des monuments publics, la transformation de l’habitat, la naissance ou la récupération de quartiers suburbains, la présence militaire. Pour intéressants qu’ils soient, ces dossiers ne peuvent être abordés dans le cadre d’une enquête liée à l’architecture militaire et force est de mettre ici l’accent à nouveau sur les deux éléments majeurs qui sont liés à la ville fortifiée tardo-romaine.

239Le phénomène de contraction de la ville a longtemps été rapproché de celui de l’élévation de l’enceinte tardive que l’on plaçait volontiers à l’époque des invasions germaniques des années 260 ou 275 ou que l’on assignait à la Tétrarchie (Rebuffat 1985 ; Johnson 1983a). On observe aujourd’hui que les restrictions spatiales à l’occupation urbaine n’apparaissent pas d’un coup, mais qu’elles s’étalent sur une longue durée dans le courant du iiie s. On observe aussi que les motifs qui ont entraîné une rétractation sont divers et variés. Il peut s’agir d’incendies qui touchent les villes à des moments divers de leur histoire, comme à Limoges, Rouen, Arles –entre la fin du iie s. et le règne de Gordien–, de l’abandon de certains quartiers, que ce soit dans le nord, à Amiens (Bayard & Massy 1984) ou dans le sud, en Arles (Heijmans 1996) et à Aix-en-Provence (Nin 1996), de la restructuration indépendante d’une crise, de la valorisation de la ville au plan militaire.

240D’autre part, la chronologie de l’édification des enceintes urbaines s’est élargie au fil des recherches. Le modèle de Rome, qui s’enferme dans des murailles protectrices sous le règne d’Aurélien, est souvent évoqué, et les villes gauloises suivent le même chemin, selon des cadences différenciées. Beaucoup d’initiatives similaires touchant à l’élévation de remparts sont prises dès la fin du iiie s., mais elles demeurent très malaisées à dater parce que les repères chronologiques sont indisponibles ou limités à quelques blocs inscrits récupérés dans les fondations. Les trouvailles récentes montrent que les réalisations propres au ive s. ne sont pas rares. Quelques villes secondaires ont pu attendre le début du ve s. pour se protéger par une enceinte. La dendrochronologie intervient encore un peu timidement pour montrer que des initiatives constructives peuvent être attribuées aux règnes de Constantin et Valentinien Ier. En d’autres termes, il faut combattre la simplification qui a conduit les chercheurs à concentrer sur deux décennies, celles des Tétrarques, une oeuvre qui s’est étendue sur deux siècles (Reddé 1995a).

241La règle, en tout cas, est quasi immuable au ive s. L’agglomération civile qui n’est pas entourée par une enceinte ne peut mériter le nom de ville ou de castrum. Dans cette perspective, les enceintes sont d’ailleurs liées principalement aux capitales de cités (fig. 17). Dans le nord de la Gaule, les bourgades secondaires, les anciens vici à plan ouvert, disparaissent en très grand nombre au Bas-Empire ou ne remplissent plus le même rôle que précédemment. On s’interroge sur le statut endossé par les entités qui dérogent à cette règle, comme Nimègue, entourée par un simple retranchement, et le viens thermal de Heerlen (Coriovallum), qui n’est défendu que par un fossé. Pareils sites, encore occupés au Bas-Empire, ont à tout le moins disposé d’une protection limitée. Dans le sud de la Gaule, les agglomérations secondaires peuvent survivre sans l’adjonction d’une enceinte.

FIG. 17
Carte des enceintes urbaines de Gaule.

d’après R. Brulet.

242En Aquitaine, la Notitia Galliarum énumère vingt-six cités. L’archéologie nous fournit le témoignage de l’existence de trois enceintes urbaines seulement qui ne sont pas liées à des capitales de cités (Maurin 1992). La fortification urbaine est plus largement utilisée entre Loire et Rhin. Néanmoins, les villes secondaires qui en sont pourvues demeurent en nombre limité : deux ou trois tout au plus par civitas. Elles sont à peine plus nombreuses dans les provinces frontalières où leur rôle militaro-civil est difficile à apprécier.

243De fait, parmi ces petites villes qui disposent d’une enceinte sans avoir revêtu le titre de capitale, quelques-unes posent un problème d’interprétation. Des éléments du plan et leurs dimensions peuvent nous faire hésiter parfois sur leur appartenance au monde civil plutôt que militaire. La petitesse de la superficie enclose, soit généralement 2 ha, les fait souvent considérer comme des castella. Leur plan peut différer considérablement. Dans la partie orientale de la province de Germanie II, comme à Jülich et à Jünkerath, et dans la région trévire, comme à Bitburg et Arlon, l’enceinte offre un tracé circulaire tandis que vers l’ouest, le quadrilatère est plus en usage, comme à Maastricht et à Famars. Pachten offre un plan quadrangulaire type de fortification militaire.

244Le développement de Maastricht constitue un phénomène tardif ; il n’est donc pas exclu que l’enceinte établie à la période constantinienne corresponde à un projet militaire. A Jülich, un triens mérovingien porte la légende IVLICO CASTIL, montrant que le caractère de fortification prévaut encore au début du haut Moyen Âge. Ce qui paraît certain, en revanche, c’est que dès le ve s., ces agglomérations fortifiées serviront de point de départ à la naissance de villes beaucoup plus importantes, comme le montre par exemple la grande nécropole de Jülich. L’existence de casernements dans l’espace interne, comme à Deutz et à Altrip, conduit souvent à voir dans ces sites des forteresses exclusivement militaires. Mais devant l’étroitesse de certains sites, on a du mal à les considérer comme d’origine civile, sauf à imaginer qu’ils auraient été construits par l’armée, dont les baraquements n’auraient pas survécu, avant de céder la place à des occupations civiles. Il faut bien avouer qu’aucun argument ne permet de trancher.

245Les villes mènent donc leur existence propre au Bas-Empire, sur un modèle qui n’a plus rien de commun avec celui des siècles précédents. Elles ne nous intéressent d’ailleurs ici que dans la mesure où elles peuvent avoir à faire avec l’armée, d’une manière ou d’une autre. À y regarder de plus près, beaucoup de questions se posent encore aujourd’hui sur les liens qu’ont pu entretenir ville et armée. On peut tenter de les aborder sous divers aspects.

246L’idée la plus communément admise tient au rôle que l’armée a pu tenir lors de l’élévation de certaines murailles urbaines. L’enceinte civile entretient, dans son mode de construction, des liens ou des similarités évidentes avec celle des camps militaires. Les principes généraux de l’architecture défensive du temps sont appliqués : muraille épaisse avec cordons de tuiles, fondations dans lesquelles peuvent s’amasser des blocs de remploi, tours rapprochées en saillie sur le rempart pour veiller au flanquement de la courtine, large fossé extérieur. Sur cette base architecturale seule, il est impossible de déterminer si l’armée a contribué elle-même, ou par le biais de ses seuls architectes, à l’élévation des murailles urbaines. Citons le cas des villes de Soissons, Beauvais et Senlis, en Gaule Belgique, dont les similitudes montrent une initiative étatique (Johnson 1973). Pour les enceintes d’Aquitaine, une différenciation technique en deux catégories a été proposée : on distingue celles qui ont des fondations exécutées à l’aide de blocs architectoniques anciens recyclés, et celles où pareils blocs ne sont pas utilisés de manière systématique. On aboutit à des murailles très épaisses (4 m) dans le premier cas et étroites dans le second (2,50 m) [Maurin 1992]. D’une manière générale, la forme du rempart urbain n’apporte guère d’aide : A. Grenier avait déjà fait la différence, à la suite d’A. Blanchet, entre villes fortes de forme circulaire et villes fortes rectangulaires, sans que cette distinction débouche sur une quelconque interprétation utile.

247L’occupation des villes ou de parties de villes par un contingent militaire est attestée par de nombreuses sources, mais celles qui relèvent de la découverte archéologique demeurent encore peu nombreuses. Zosime explique ainsi, par exemple, que l’essentiel de la politique militaire de Constantin a consisté à disperser l’armée dans les cités, qui n’avaient pas besoin de protection, leur imposant ainsi le désordre que provoque la soldatesque (Zosime II, 34).

248Par ailleurs, l’existence même de l’armée de mouvement, qui ne disposait pas nécessairement de bases permanentes, suppose l’utilisation fréquente des villes comme cantonnement. Les unités mobiles de palatini et de comitatenses sont normalement accueillies dans les cités (Jones 1964) et quelques contingents militaires mentionnés par la Notitia Dignitatum sont basés en zone urbaine, à l’inverse de la Grande-Bretagne où la chose est plus rare (Welsby 1982). Quelques inscriptions, à Bordeaux, à Amiens, nous ont laissé le témoignage de la présence de soldats. Strasbourg constitue un cas d’étude particulièrement intéressant. Sachant qu’il abrite un corps de troupe de premier plan, A. Grenier envisageait déjà une certaine concurrence topographique entre établissement civil et militaire, mais l’archéologie ne départage pas bien les structures fonctionnelles.

249Le rôle défensif joué par les villes est inclus dans différents programmes militaires de Dioclétien à Théodose. La construction des remparts doit être autorisée, et Valentinien Ier considère qu’il doit retourner une part du revenu des cités pour que celle-ci soit utilisée à la construction des défenses. Les troupes d’origine étrangère des Lètes, Gentiles et Sarmates ont la plupart du temps leurs préfectures dans les villes. C’est le cas à Chartres, Bayeux, Coutances, Rennes, Famars, Arras, Noyon, Reims, Amiens, Senlis et Clermont-Ferrand, où un lien naturel est prévu entre centre urbain et armée.

250Enfin, la ville a pu ressentir le besoin de recourir à un contingent pour assurer sa défense. Plusieurs numeri portent le nom d’un lieu d’origine qui est urbain. Même si leur lieu de garnison repris dans l’énumération de la Notitia Dignitatum n’a plus rien à voir avec cette origine, on peut imaginer que, recrutée sur place, l’unité a d’abord poursuivi des objectifs de défense urbaine. Dans quelques cas, en revanche, ce n’est manifestement pas la ville qui accueille la garnison : on observe l’existence d’un fort situé en tête de pont, comme à Cologne/Deutz, Mayence et Kaiseraugst.

251Les villes endossent aussi un rôle bien attesté par la Notitia Dignitatum : celui de fabriques d’armes de guerre. Ces manufactures ont pu être mises en place dès la fin du iiie s., dans le cadre d’une redistribution des activités stratégiques. Même si les ateliers en question se répartissent dans tout l’Empire, on observe une certaine centralisation des productions, en même temps qu’une spécialisation dans la fabrication des équipements. Ainsi en va-t-il peut-être des boucliers qui ne sont pas nécessairement fabriqués au même endroit que les épées, les cuirasses, les lances, les arcs et les flèches (Feugère 1993). La Gaule compte six ateliers, tous situés au nord de Lyon : Trèves, Soissons, Reims, Autun et Mâcon (Notitia Dignitatum Occ. XI). On y ajoutera les gynécées, comme ceux d’Arles, Lyon, Reims ou Tournai (Notitia Dignitatum Occ. XI, 2).

252L’hypothèse d’une présence militaire dans les villes de l’Antiquité tardive repose parfois sur des indices indirects et incertains : ainsi, en Grande-Bretagne, on a suggéré d’identifier certains bâtiments de l’ insula VII de Catterick comme récupérés au profit de principia et praetorium. Ailleurs, comme à Aldborough ou Wroxeter, c’est le matériel archéologique découvert qui incline à y voir une occupation temporaire de l’armée de mouvement sous Valentinien Ier, sans compter que des greniers protégés doivent exister pour abriter l’annone militaire (Welsby 1982). En Gaule, la présence de troupes auxiliaires, attestée par l’archéologie, peut être validée sur la base de la découverte d’objets de parure ou de mobilier dans les sépultures de la seconde moitié du ive et du ve s. Les exemples représentatifs de la culture germanique sont trop nombreux pour être évoqués ici. Les cas de provenance plus éloignée sont moins nombreux, comme celui des sépultures de Goths récemment mises au jour à Angers.

253Les structures en rapport avec des casernements demeurent plus que rares. À Arras, dans l’angle du castrum, des indications montrent clairement la présence de baraquements militaires, ce qui implique que l’armée était donc bien logée dans les murs, mais la chronologie fine des occupations successives à cet endroit n’est pas très claire. On notera aussi la présence de baraques à Bavay : à l’emplacement de la terrasse de la basilique et du cardo du Haut-Empire ont été entrevues, sur toute la largeur de la chaussée, les sablières basses d’un bâtiment, cloisonné en huit pièces identiques. La datation indique la fin du ive s., l’édifice étant aménagé bien plus tard que l’enceinte tardive, et à l’intérieur de celle-ci (Loridant et al. 2001).

Table des illustrations

Légende FIG. 1 L’implantation des légions en Gaule (d’après Metzler 1995, fig. 295). Cette carte reste largement hypothétique, faute d’information archéologique précise. Elle repose exclusivement sur des données textuelles. Les localisations sont donc indicatives et doivent être entendues au sens large.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22228/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende FIG. 2 Carte des sites militaires antérieurs à la conquête de la Germanie et archéologiquement connus ou repérés : 1 Liercourt-Hérondelle ; 2 La Chaussée‑Tirancourt ; 3 Vendeuil-Caply/Le Catelet ; 4 Folleville/Le Blanc Mont ; 5 Arras/ La Corette ; 6 Melun ? 7 Faux-Vésigneul ; 8 Neuville-sur-Vanne ? 9 Estissac ? 10 Mirebeau ; 11 Petange/Titelberg ; 12 Trèves/Petrisberg ; 13 Bâle/cathédrale.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22228/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende FIG. 3 Carte des sites militaires de l’époque augusto-tibérienne mentionnés dans le texte : 1 Velsen ; 2 Bunnik/Vechten ; 3 Arnhem/Meinerswijk ; 4 Nijmegen ; 5 Kalkar/Altkalkar ; 6 Xanten ; 7 Holsterhausen ; 8 Haltern ; 9 Oberaden, Beckinghausen ; 10 Anreppen ; 11 Moers/Asberg ; 12 Neuss ; 13 Köln/Alteburg ; 14 Bonn ; 15 Andernach ; 16 Urmitz ; 17 Koblenz ; 18 Bingen ; 19 Mainz, Mainz/Weisenau ; 20 Höchst ; 21 Friedberg ; 22 Rödgen ; 23 Lahnau/Waldgirmes, Dorlar ; 24 Marktbreit ; 25 Worms ; 26 Speyer ; 27 Strasbourg ; 28 Oedenburg ; 29 Bâle ; 30 Augst ; 31 Windisch ; 32 Dangstetten ; 33 Zurzach ; 34 Aulnay-de-Saintonge/Le Rocherou ; 35 Ressons-le-Long/Arlaines 36 Hedemünden.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22228/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende FIG. 4 Carte des sites militaires de la Lippe.
Crédits dessin J.-S. Kühlborn.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22228/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende FIG. 5 Carte des sites militaires de l’époque de Claude et de Néron, mentionnés dans le texte : 1 Velsen ; 2 Valkenburg aan de Rijn ; 3 Alphen aan den Rijn/ Zwammerdam ; 4 Utrecht ; 5 Bunnik/ Vechten ; 6 Arnhem/ Meinerswijk ; 7 Cuijk ; 8 Altkalkar ; 9 Xanten ; 10 Moers/Asberg ; 11 Neuss ; 12 Köln/Alteburg ; 13 Bonn ; 14 Andernach ; 15 Urmitz ; 16 Koblenz ; 17 Bingen ; 18 Mainz, Mainz/Weisenau ; 19 Wiesbaden ; 20 Hofheim ; 21 Worms ; 22 Rheingönheim ; 23 Speyer ; 24 Strasbourg ; 25 Sasbach ; 26 Riegel ; 27 Biesheim, Kunheim/Oedenburg ; 28 Kembs ; 29 Augst ; 30 Windisch ; 31 Ressons-le-Long/Arlaines.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22228/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende FIG. 6 Carte des sites militaires de l’époque flavienne précoce mentionnés dans le texte : 1 Valkenburg aan de Rijn ; 2 Alphen aan den Rijn/Zwammerdam ; 3 Utrecht ; 4 Bunnik/Vechten ; 5 Arnhem/ Meinerswijk ; Cuijk ; 7 Nijmegen ; 8 Kalkar/Altkalkar ; 9 Xanten ; 10 Moers/Asberg ; 11 Krefeld/Gellep ; 12 Neuss ; 13 Köln/Alteburg ; 14 Bonn ; 15 Mainz, Mainz/Weisenau ? ; 16 Wiesbaden ; 17 Hofheim ; 18 Höchst/Nied ; 19 Frankfurt am Main/Heddernheim ; 20 Okarben ; 21 Friedberg ; 22 Gross-Gerau ; 23 Rheingönheim ; 24 Speyer ; 25 Ladenburg ; 26 Heidelberg ; 27 Mirebeau-sur-Bèze ; 28 Ressons-le-Long/Arlaines ; 29 Rammersweier ; 30 Zunsweier ; 31 Riegel ; 32 Sulz am Neckar ; 33 Rottweil ; 34 Hüfingen ; 35 Windisch ; 36 Zurzach.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22228/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende FIG. 7 Carte des sites militaires vers 100 (seuls sont numérotés les sites mentionnés dans le texte) : 1 Valkenburg aan de Rijn ; 2 Alphen aan den Rijn/Zwammerdam ; 3 Utrecht ; 4 Bunnik/Vechten ; 5 Nijmegen ; 6 Arnhem/Meinerswijk ; 7 Xanten (Vetera II) ; 8 Krefeld/Gellep ; 9 Neuss ; 10 Dormagen ; 11 Köln/Alteburg ; 12 Bonn ; 13 Zugmantel ; 14 Wiesbaden ; 15 Mainz ; 16 Hofheim ; 17 La Saalburg ; 18 Butzbach ; 19 Inheiden ; 20 Echzell ; 21 Altenstadt ; 22 Hanau/Kesselstadt ; 23 Stockstadt am Main ; 24 Gross-Gerau ; 25 Ladenburg ; 26 Heidelberg ; 27 Wörth ; 28 Lützelbach ; 29 Hesselbach ; 30 Oberscheidental ; 31 Neckarburken ; 32 Bad Wimpfen ; 33 Heilbronn/Böckingen ; 34 Walheim ; 35 Bad Cannstatt ; 36 Strasbourg ; 37 Rottweil ; 38 Windisch.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22228/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende FIG. 8 Carte des sites militaires vers 160 (seuls sont numérotés les sites mentionnés dans le texte) : 1 Valkenburg aan de Rijn ; 2 Alphen aan den Rijn/Zwammerdam ; 3 Utrecht ; 4 Bunnik/Vechten ; 5 Arnhem/Meinerswijk ; 6 Xanten (Vetera II) ; 7 Krefeld/Gellep ; 8 Neuss ; 9 Dormagen ; 10 Kôln/Alteburg ; 11 Bonn ; 12 Niederbieber ; 13 Zugmantel ; 14 Mainz ; 15 La Saalburg ; 16 Butzbach ; 17 Inheiden ; 18 Echzell ; 19 Altenstadt ; 20 Stockstadt am Main ; 21 Wôrth ; 22 Miltenberg ; 23 Walldürn ; 24 Neckarburken ; 25 Osterburken ; 26 Jagsthausen ; 27 Öhringen ; 28 Welzheim ; 29 Lorch ; 30 Strasbourg.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22228/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende FIG. 9 Vignette de la Notifia Dignitatum représentant les fortifications du duché de Mainz
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22228/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende FIG. 10 Carte des provinces de Gaule en 311 ; les limites des provinces sont approximatives.
Crédits dessin M. Reddé d’après le Laterculus Veronensis.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22228/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 11 Carte des provinces de Gaule au début du Ve s. ; les limites des provinces sont approximatives.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22228/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 12 Carte de l’organisation militaire de la Germanie II et de la Belgique II au Bas‑Empire. Capitales de cités : 1 Köln ; 2 Tongeren ; 3 Vermand ; 4 Arras ; 5 Cambrai ; 6 Tournai ; 7 Amiens ; 8 Thérouanne ; 9 Boulogne-sur-Mer ; 10 Trêves. Villes et agglomérations fortifiées : 11 Andernach ; 12 Bitburg ; 13 Jünkerath ; 14 Zulpich ; 15 Aachen ; 16 Jülich ; 17 Heerlen ; 18 Maastricht ; 19 Nijmegen ; 20 Bavay ; 21 Famars ; 22 Cassel ; 23 Noyon. Forts : 24 Brittenburg ? 25 Valkenburg aan de Rijn ; 26 Woerden ? 27 Vleuten-De Meern ? 28 Utrecht ; 29 Maurik ; 30 Rhenen ? 31 Driel ? 32 Meinerswijk ? 33 Huissen ? 34 Rossum ; 35 Ewijk ? 36 Kessel ? 37 Cuijk ; 38 Qualburg ; 39 Kalkar/Altkalkar ; 40 Xanten ; 41 Calo ; 42 Krefeld/Gellep ; 43 Neuss ; 44 Dormagen ; 45 Deutz ; 46 Bonn ; 47 Remagen ; 48 Oostvoorne ; 49 Westerschouwen ; 50 Domburg ; 51 Aardenburg ; 52 Bruges ; 53 Oudenburg ; 54 Marquise ; 55 Étaples ; 56 Le Crotoy ; 57 Cap Hornu. Forteresses : 58 Heumensoord ; 59 Monheim, Haus Bürgel ; 60 Lottum ? 61 Blerick ? 62 Heel ? 63 Stokkem ? 64 Brühl/Villenhaus ; 65 Hüchelhoven ; 66 Lich/Steinstrass ; 67 Oreye ? Bergilers ; 68 Braives/Le Châtillon ; 69 Taviers ; 70 Cortil-Noirmont ; 71 Liberchies I ; 71 Liberchies II ; 72 Morlanwelz I ; 73 Givry ; 74 Bermerain ? 75 Courtrai. Tours : 76 Asperden ; 77 Moers/Asberg ; 78 Hulsberg/Goudsberg ; 79 Braives/Le Châtillon ; 80 Cortil-Noirmont ; 81 Morlanwelz II. Fortifications de rivière : 82 Rheinbrohl ; 83 Engers.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22228/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende FIG. 13 Carte de l’organisation militaire de la Germanie I et de la Belgique I au Bas-Empire Capitales de cité : 1 Trier ; 2 Metz ; 3 Toul ; 4 Verdun ; 5 Mainz ; 6 Worms ; 7 Spire ; 8 Strasbourg. Villes et agglomérations fortifiées : 9 Arlon ; 10 Bitburg ; 11 Neumagen ; 12 Andernach ; 13 Koblenz ; 14 Boppard ; 15 Saarbrücken ; 16 Tarquimpol ; 17 Sarrebourg ; 18 Saverne ; 19 Brumath. Forts : 20 Remagen ; 21 Oberwesel ; 22 Bingen ; 23 Altrip ; 24 Biesheim, Kunheim/Oedenburg ; 25 Alzey ; 26 Bad Kreuznach ; 27 Pachten ; 28 Horbourg. Forteresses : 29 Germersheim ; 30 Rheinzabern ; 31 Seltz ; 32 Ehl ; 33 Sponeck ; 34 Echternach. Fortifications de rivière : 35 Rheinbrohl ; 36 Engers ; 37 Niederlahnstein ; 38 Wiesbaden/ Biebrick ; 39 Zullestein ; 40 Mannheim/ Neckarau ; 41 Ladenburg.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22228/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende FIG. 14 Carte de l’organisation militaire de la Grande Séquanie au Bas-Empire (Drack 1993, 4-5).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22228/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 15 Carte de l’organisation militaire des défenses côtières du Bas-Empire sur le continent, placées sous les ordres du duc du tractus Armoricanus et Nervicanus : 1 Nantes ; 2 Vannes ; 3 Brest ; 4 Alet ; 5 Avranches ; 6 Coûtantes ; 7 Cherbourg ; 8 Alderney ; 9 Rouen.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22228/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende FIG. 16 Carte simplifiée de l’organisation militaire des défenses côtières du Bas-Empire sur le continent en Belgique II : 1 Boulogne ; 2 Aardenburg ; 3 Brittenburg ; 4 Bruges ; 5 Oudenbourg ; 6 Marquise ; 7 Étaples ; 8 Le Crotoy ; 9 Cap Hornu.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22228/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 17 Carte des enceintes urbaines de Gaule.
Crédits d’après R. Brulet.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/22228/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 32k

Auteurs

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search