Version classiqueVersion mobile

L’architecture de la Gaule romaine — Les fortifications militaires

 | 
Michel Reddé
, 
Raymond Brulet
, 
Rudolf Fellmann
, 
et al.

Partie 1. Le cadre historique et l’évolution architecturale

Les sources

Michel Reddé

Texte intégral

1Nos connaissances sur l’histoire et l’archéologie militaires de la Gaule et des Germanies reposent sur un corpus de sources variées, mais hétérogènes et lacunaires, inégalement réparties dans le temps ; en dehors de témoignages qui ont une valeur générale, il existe une documentation propre à cette région de l’Empire, et c’est pourquoi il nous paraît nécessaire de dire d’abord quelques mots de cette question.

Les sources littéraires

2On sollicite souvent le texte célèbre dans lequel Polybe, au livre VI, chapitre 6 de son Histoire, décrit les institutions militaires des Romains, notamment l’édification et la disposition du camp de marche. Ce texte présente, incontestablement, une grande valeur aux yeux des Modernes, parce qu’il constitue le premier énoncé clair de pratiques déjà solidement établies, dont de nombreuses autres sources postérieures attestent la continuité. On ne doit pas pour autant oublier qu’il se réfère à l’armée républicaine, vers le milieu du iies. av. J.-C., et que l’institution a, par la suite, sensiblement évolué. A preuve d’ailleurs l’autre grand texte régulièrement sollicité, celui du Pseudo-Hygin (Des fortifications du camp) : cet ouvrage, peut-être écrit sous Trajan –mais une rédaction vers le milieu du iie s. est possible– décrit en effet, lui aussi, un camp de marche installé, lors d’une campagne danubienne, par une armée dont la composition diffère très sensiblement de celle de Polybe (Lenoir 1979). Si la filiation des pratiques est évidente, les différences d’un texte à l’autre ne le sont pas moins. Au demeurant, on ne doit pas non plus considérer que le traité d’Hygin constitue un modèle intangible du camp romain. Malgré sa valeur générale, il a été trop souvent sollicité hors de propos et il est de fait impossible d’en retrouver le schéma dans les camps permanents du Principat. Quant au célèbre texte de Végèce, l’Epitomè rei militaris (Stelten 1990 ; Miltner 1993), il présente différents défauts : écrit sans doute vers la fin du ive s., il est l’œuvre d’un compilateur “antiquaire” qui ne décrit pas l’armée de son temps mais une armée ancienne, depuis longtemps disparue, qui n’est pourtant plus celle du Haut Empire. L’usage du texte en est rendu délicat, même pour des commentateurs avertis.

3Ces deux derniers ouvrages, généraux et théoriques, inscrits dans un contexte historique bien particulier, ne doivent donc pas être surévalués. Toute la “littérature militaire” pourrait évidemment être mentionnée ici dans la mesure où il s’agit de sources à valeur générale (Giuffrè 1974). Mais elle serait de peu d’intérêt direct pour notre propos. On peut, en revanche, la compléter par les nombreuses et précieuses informations que nous livre César au fil de son œuvre. S’agissant de la région qui nous intéresse ici, Florus pour la période augustéenne, Tacite pour l’époque julio-claudienne et flavienne, Dion Cassius (avec des lacunes) jusqu’au règne des Sévères, Zosime après cette date, l’Histoire Auguste pour les iie et iiie s., Ammien Marcelin pour le milieu du ive s., fournissent les informations essentielles mais non pas uniques. On trouvera une liste exhaustive et complète de ces sources de l’histoire de France dans l’ouvrage classique de P.-M. Duval (Duval 1971).

4Pour notre propos, la Notifia Dignitatum est fondamentale : il s’agit d’un document administratif, écrit vers 380-390 mais mis à jour jusque vers 420-425, et qui compile l’ensemble des charges civiles et militaires de l’Empire, avec une partie orientale et une partie occidentale. Nous disposons ainsi d’un tableau officiel des unités, des districts frontaliers, des garnisons. Le texte est toutefois d’un maniement difficile, dans la mesure où il garde la trace des différentes réorganisations effectuées depuis Dioclétien, ce qui a souvent conduit les chercheurs à vouloir restituer, à partir d’un texte écrit vers la fin du ive s., l’état des forces militaires à la fin du siècle précédent : exercice délicat, surtout pour la région qui nous intéresse, et dont témoigne une bibliographie surabondante (Hoffmann 1969-1970). En outre, des feuillets essentiels, relatifs à la frontière rhénane en aval de Strasbourg, ont disparu dans la tradition manuscrite.

Les documents inscrits

5À la différence de ce qui se passe pour l’armée romaine d’Orient, les sources papyrologiques sont inexistantes dans le nord-ouest de l’Empire. Dans de trop rares cas, elles sont suppléées par la découverte de tablettes de bois enduites de cire, et parfois traversée par le stylet du scribe au point que l’instrument a laissé ses traces dans le bois. Il n’existe malheureusement, à l’heure actuelle, qu’un ensemble important, pour la région qui nous intéresse, celui de Vindonissa (Speidel 1996).

6C’est donc sur les autres sources qu’il faut le plus souvent s’appuyer pour écrire l’histoire militaire des Gaules. Les inscriptions sont assez nombreuses dans cette région de l’Empire mais, comme d’habitude, inégalement réparties dans le temps : rares à l’époque augustéenne, elles se font plus nombreuses par la suite mais redeviennent de plus en plus sporadiques après l’époque sévérienne. Les renseignements qu’elles fournissent sont nombreux mais inégaux selon qu’il s’agit d’inscriptions officielles, placées au-dessus de l’entrée d’un camp à l’occasion de sa construction, voire dans un bâtiment public (les principia le plus souvent), ou au contraire de monuments privés, funéraires ou votifs, situés en général hors du camp. On n’oubliera pas que ces derniers, surtout s’ils sont isolés, n’impliquent pas nécessairement la présence d’une garnison, car un soldat a pu venir mourir loin de ses cantonnements habituels.

7Les régions où la pierre est rare (le Rhin inférieur notamment) sont évidemment défavorisées par rapport aux autres et la qualité variable de la conservation des sites, leur devenir après la période romaine, les remplois dans les remparts urbains de l’Antiquité tardive expliquent l’inégalité de la documentation épigraphique lapidaire qui nous est parvenue.

8Particulièrement riche est en revanche le corpus des tuiles estampillées, qui apparaissent vers le milieu du ier s. de n.è. avec les premiers bâtiments militaires en pierre ; ces matériaux, produits dans les ateliers centraux des tuileries légionnaires, étaient, pour une partie des fournées, marqués à l’aide d’un cachet au timbre de l’unité : leur présence en grand nombre sur un site est révélatrice de l’identité et de la chronologie de sa garnison, leur répartition géographique significative de la sphère d’action de la troupe en question. Mais l’interprétation de ces documents n’est pas toujours simple : la découverte d’un exemplaire unique ne constitue pas forcément un indice probant de la présence d’un corps militaire car les tuiles voyagent, parfois très loin de leur lieu de production, s’achètent et se revendent, se remploient à plusieurs reprises, y compris dans l’habitat privé. L’armée construit au demeurant des édifices à usage civil (thermes, bâtiments publics), dans des agglomérations parfois éloignées de ses cantonnements, mais en utilisant des tuiles produites dans ses propres ateliers. On trouve ainsi des tuiles de la VIIIe légion, cantonnée à Strasbourg, jusque sur le Rhin inférieur (Reddé 1995c). Seule une observation attentive du contexte, lors de la fouille, permet éventuellement de comprendre le sens de leur présence sur un site. En outre, aucune unité légionnaire des Germanies n’a vu la publication exhaustive de ce type de matériel, de sorte que les recueils bien illustrés sont rares. La reproduction graphique des écritures, l’analyse physico-chimique des pâtes, qui peut indiquer l’origine des matériaux et la localisation des tuileries, devraient pourtant être systématiquement effectuées à l’occasion d’une découverte, tant les informations qu’on peut tirer de ce type de matériau sont importantes (Goguey & Reddé 1995).

9Un mot doit être dit du rôle que jouent les diplômes militaires dans l’histoire des garnisons provinciales : ces documents officiels, délivrés depuis Claude à toutes les unités, légionnaires exceptés, sont la copie individuelle, sur diplôme de bronze, d’un acte juridique qui accorde à un groupe de soldats libérés différents avantages, en fonction de leur situation civique et de l’arme à laquelle ils appartiennent (flottes, corps auxiliaires, garnison de Rome). En déclinant les unités concernées, ils permettent de connaître, à un moment donné, la composition d’une armée (Mann 1983 ; Eck & Wolff 1986). Par rapport à d’autres régions, les Gaules et les Germanies ne sont toutefois pas des provinces particulièrement bien pourvues en ce domaine.

Les fouilles

10Les recherches archéologiques consacrées à l’étude des fortifications militaires de la Gaule et des Germanies romaines sont assurément fort anciennes et remontent, là comme ailleurs, à la tradition humaniste de la Renaissance puis à celle des antiquaires des xviiie et xixe s. On en trouvera un excellent et copieux exposé dans le tome I du Manuel d’A. Grenier (p. 17-89). Nous ne referons pas ici cet historique, qui pourrait être fort long, mais nous souhaiterions souligner certains points essentiels pour l’histoire de la discipline.

11L’état actuel de la recherche est en effet fort différent d’un pays à l’autre, et il est toujours fonction à la fois des traditions nationales et des structures mises en place. En Allemagne, où le nombre des fortifications militaires léguées par Rome est considérable, la recherche s’est très tôt focalisée sur ce thème, grâce à des initiatives locales ou régionales d’abord, avec l’appui impérial après l’unification du Reich, en 1871. On trouvera plus loin un résumé de ce que furent les travaux de la Reichslimeskommission et on peut affirmer sans crainte que, la Grande-Bretagne exceptée, l’Allemagne compte aujourd’hui le plus grand nombre de sites militaires fouillés (plus de 200). Aux Pays-Bas ou en Suisse, la situation est assez comparable, nonobstant la taille plus réduite de ces deux états. En France ou en Belgique, pays de l’"arrière”, éloignés du limes, l’intérêt pour les frontières romaines est évidemment moindre, la tradition historiographique différente, et c’est assez récemment seulement que les (relativement) rares vestiges connus ont commencé à y être étudiés.

12L’état actuel de la recherche n’est pourtant pas aussi favorable qu’on pourrait le penser. Si, pour nombre de non-spécialistes, la standardisation de l’architecture militaire du Principat laisse supposer une monotone répétition des mêmes formes et des mêmes installations, rendant superflue et ennuyeuse toute nouvelle fouille, la réalité est tout autre. D’abord parce que, à quelques rares exceptions près, il n’existe presque pas de fortification militaire exhaustivement fouillée : en est souvent responsable la taille de ces édifices, dont les plus grands dépassent les quarante hectares. L’histoire de la recherche, souvent ancienne, explique que nos connaissances soient parfois fort incertaines, même sur les sites apparemment les mieux connus, comme Neuss, d’autant que les publications, là comme ailleurs, n’ont pas toujours suivi... En outre, la tradition a voulu qu’on s’intéressât presque toujours aux remparts, aux portes, aux principia, aux thermes, beaucoup plus qu’aux baraquements, aux ateliers, aux écuries, aux latrines. Aujourd’hui, l’archéologie préventive apporte de nombreux éléments nouveaux mais souvent limités dans l’espace, faute de temps et de moyens, de sorte que le puzzle est rarement complet.

13L’histoire de la discipline explique aussi les distorsions dont elle souffre : la fouille traditionnelle par tranchées, longtemps pratiquée, n’a pas toujours permis de dresser des plans fiables, la plupart du temps extrapolés à partir de sondages limités ; en outre, l’intérêt pour l’époque “florissante” du Principat n’a guère favorisé la connaissance des niveaux les plus récents, trop vite dégagés, et, jusqu’à une époque récente, les fortifications de l’Antiquité tardive ont été peu étudiées. C’est aussi depuis peu de temps qu’on s’intéresse à l’environnement civil des sites (en dehors d’exceptions précoces comme la Saalburg), depuis moins longtemps encore que l’intervention des naturalistes permet de mieux prendre en compte le milieu dans lequel ces fortifications militaires se sont installées, l’impact écologique de l’armée, l’évolution de la romanisation. D’une manière générale, le regard historique que les spécialistes portent aujourd’hui aux frontières romaines, aux interactions entre militaires, civils et “barbares” est en train de se modifier radicalement, rendant nécessaires de nouvelles approches et de nouveaux programmes.

14Une étude sur l’architecture militaire des Gaules romaines suppose donc que soient collationnées des informations parfois hétéroclites, lacunaires et partielles, extraites de sites très différents et très inégalement connus. Il n’existe en effet aucun modèle archéologique tout fait, indéfiniment transposable, contrairement à ce que l’on croit souvent, malgré l’existence de règles générales que nous nous efforcerons de décliner dans cet ouvrage. L’évolution même de l’architecture militaire au cours des cinq siècles de cette histoire que nous entreprenons de raconter contredit de toute manière l’idée d’un canon immuable.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search