Version classiqueVersion mobile

L’architecture de la Gaule romaine — Les fortifications militaires

 | 
Michel Reddé
, 
Raymond Brulet
, 
Rudolf Fellmann
, 
et al.

Partie 1. Le cadre historique et l’évolution architecturale

Introduction

Michel Reddé

Texte intégral

1C’est en 1931 qu’est paru le premier tome du Manuel d’archéologie gallo-romaine d’Albert Grenier, consacré aux travaux militaires. Près de trois quarts de siècle plus tard, cette somme n’a pas été remplacée et il n’existe aujourd’hui, en langue française, aucun ouvrage de synthèse mettant à la disposition du public scientifique l’état actuel de la recherche. La question reste donc assez largement méconnue, tant parce que les frontières modernes ont coupé la Gaule intérieure de ses marches germaniques que parce que l’obstacle linguistique et la carence des bibliothèques réservent à un tout petit nombre de spécialistes, en France du moins, la connaissance de la Limesforschung.

2L’objet de cet ouvrage est donc clairement de livrer aux collègues non spécialistes et aux étudiants une synthèse érudite résumant l’essentiel de ce qu’il faut actuellement savoir sur les frontières militaires de la Gaule romaine et leurs fortifications. Sur ce point, la perspective qui était encore celle d’A. Grenier a été totalement modifiée : la Gaule, telle qu’on la concevait dans les années 30, était en effet largement réduite au pays civil, parfois même à la France moderne. Nous avons voulu au contraire, dans ce livre, éviter de couper les provinces réputées inermes de leur zone bordière et englober les deux Germanies dans notre réflexion. Limiter l’étude au Rhin n’aurait en effet pas eu de sens puisque le fleuve a été franchi très tôt, et que la Germanie supérieure s’est étendue sur les deux rives, parfois loin à l’intérieur de la France actuelle, en même temps que sur une partie de la Suisse. C’est la raison pour laquelle nous avons respecté le cadre administratif antique, le seul qui ait à nos yeux un sens, et dont l’extension géographique concerne six pays modernes, ce qui explique le choix des principaux responsables de cet ouvrage. Nous avons en même temps décidé, chaque fois que c’était possible, de demander aux fouilleurs eux-mêmes de rédiger la notice des sites dont ils avaient la charge, à seule fin de fournir l’ultime état, parfois encore inédit, de la documentation.

3Le livre comprend une synthèse archéologique, traitée par grands thèmes, et un catalogue des fortifications concernées par le sujet. Nous y avons ajouté une vaste introduction consacrée à l’évolution du dispositif militaire romain dans les Gaules et les Germanies, dont seule la bonne connaissance historique permet de comprendre les raisons des mutations techniques décrites par l’archéologie. Le choix des sites retenus dans le catalogue a été effectué en raison de l’intérêt qu’offrait chacun d’eux pour l’étude architecturale, sans souci d’exhaustivité, ce qui eût été hors de propos et eût inutilement alourdi ce livre, d’autant que nombre d’ouvrages militaires restent au total fort mal connus. Le lecteur pourra en effet assez rapidement s’en rendre compte : malgré plus d’un siècle de recherches souvent intensives, peu de camps romains ont été exhaustivement fouillés, ce qui fait que nombre de bâtiments spécialisés (scholae, hôpitaux, ateliers, latrines, fours notamment) nous échappent encore. En est responsable la problématique de la fouille, souvent limitée à l’étude des remparts et de certains types de bâtiments “nobles” (principia, thermes), aux techniques employées, qui se résument parfois à de simples sondages stratigraphiques, faute de temps, d’argent ou d’intérêt. On comprendra, dans ces conditions, que nous ayons dû parfois, pour combler ces lacunes de la recherche sur la zone étudiée, faire appel à des connaissances mieux établies en Bretagne ou en Rétie.

4Cet ouvrage, en revanche, ne comprend pas de synthèse générale sur les techniques employées à l’occasion de l’édification d’un camp romain, sauf lorsqu’elles sont spécifiques. Les procédés de construction mis en œuvre par l’armée ne sont pas en effet propres au milieu militaire, et on pourrait les rencontrer aussi bien dans des contextes civils, qu’il s’agisse d’architectures de terre et de bois ou d’architectures de pierre. Nous renvoyons donc aux ouvrages généraux en usage (Lasfargues 1985 ; Adam 1984 ; Ginouvès & Martin 1985 ; Ginouvès 1992, 1998 ; Chazelle-Gazzal 1997), nous contentant de signaler, lorsque c’est nécessaire, les spécificités techniques propres à tel ou tel bâtiment militaire.

5Du point de vue chronologique, ce volume englobe la période qui s’étend de la conquête de la Narbonnaise à l’effondrement définitif des frontières, au début du ve s. La principale difficulté a été d’effectuer un choix pertinent parmi les fortifications de l’Antiquité tardive, extrêmement nombreuses. Comme l’avait fait avant nous A. Grenier, nous avons donc réservé les enceintes urbaines pour une autre étude, qui a été confiée à d’autres spécialistes : parti pris qui résulte à la fois d’un compromis éditorial et d’une réalité historique floue, car si nous savons clairement distinguer un vrai camp militaire comme celui d’Altrip d’une véritable enceinte urbaine comme celle de Bordeaux, la présence de troupes qui tiennent garnison dans les villes du ive s., comme nous en trouvons le témoignage archéologique à Arras, ne permet pas toujours de tracer des frontières bien claires entre le militaire et le civil. Il reste que l’étude des enceintes urbaines tardives pose des problèmes archéologiques, topographiques, et historiques spécifiques, qu’il n’était pas question d’aborder dans le cadre limité de cet ouvrage. Nous espérons toutefois que ce livre, tel qu’il se présente, comblera un vide, non seulement dans la bibliographie de langue française, mais aussi dans la littérature en langue étrangère. Il permettra de montrer combien l’histoire de la Gaule latine a été liée aux nécessités de sa défense, à l’influence politique, économique, sociale de ses lointaines marches germaniques, au sein d’un monde où l’armée constituait à la fois le premier facteur de romanisation et le principal agent du pouvoir.

6Au moment où il paraît ce livre a déjà une longue histoire. Commencé en 1994, il a été accepté par le comité national des Documents d’archéologie française en novembre 2002. Pour l’essentiel, et sauf mises à jour ponctuelles, les textes ont été revus et corrigés par les auteurs au printemps 2004. Les notices des sites étudiés portent la date de leur dernière mise à jour. Je remercie la Maison des sciences de l’homme et les Editions Ausonius (Université Michel de Montaigne, Bordeaux 3) d’avoir permis ensemble la publication de ce livre.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search