Version classiqueVersion mobile

L’architecture de la Gaule romaine — Les fortifications militaires

 | 
Michel Reddé
, 
Raymond Brulet
, 
Rudolf Fellmann
, 
et al.

Partie 1. Le cadre historique et l’évolution architecturale

Avant-propos

Pierre Aupert

À la mémoire de Jan-Kees Haalebos

Texte intégral

1Le domaine de l’architecture antique souffre, en France, d’un déficit d’enseignement dans les grandes chaires : les disparitions de Pierre de la Coste Messelière, de Roland Martin et de René Ginouvès ont laissé, au Collège de France, aux Hautes Etudes et dans les universités parisiennes, un vide qui n’est que partiellement comblé. Le Dictionnaire méthodique d’architecture grecque et romaine de R. Martin et R. Ginouvès, les manuels de Marie-Christine Hellmann, pour le domaine grec, et de Pierre Gros et de Jean-Pierre Adam pour le monde romain compensent cette lacune, mais ne remplacent pas le contact entre maître et élève. Le domaine de l’architecture gallo-romaine n’est pas en meilleure posture, auquel un livre de référence fait défaut.

2Le Manuel d’Albert Grenier est en effet déjà ancien : le tome le plus récent date de 1960. Il mélange en outre corpus et commentaire suivant un classement le plus souvent régional. Ces deux particularités conjuguées empêchent la constitution de typologies diachroniques. Il ne répond donc plus aux exigences de la recherche contemporaine et ne constitue plus qu’une référence obligée, car unique. L’ouvrage de Pierre Gros, La France gallo-romaine (Paris, 1991), propose quant à lui une approche générale, à bien des égards suggestive et enrichissante, mais qui n’aborde pas tous les aspects de l’architecture, ni ne rentre dans les détails.

3Or des études thématiques récentes ont renouvelé notre approche de nombreux sujets, pendant que les nouvelles publications, le développement spectaculaire des fouilles –notamment de sauvetage– ont notablement enrichi les séries déjà connues, révélé des types de bâtiments inédits et, enfin, apporté de nouvelles datations : l’heure paraît donc venue de mesurer l’ampleur de ce renouvellement et d’en tirer les enseignements.

4Ce sont ces différentes constatations qui ont engendré le projet de poursuivre l’œuvre d’Albert Grenier.

5L’objectif de ce travail est donc de mettre à jour nos connaissances en matière d’architecture de la Gaule d’époque impériale, en établissant un inventaire des monuments ordonné par types, puis d’élaborer des synthèses pertinentes sur chacun de ces types et sur les sujets connexes. Il est, enfin, de mettre l’ensemble à la disposition d’un public averti, à travers une série de publications scientifiques abondamment illustrées, où l’accent sera porté sur la place particulière de cette architecture au sein du monde romain.

6Cette nouvelle recherche est une œuvre collective, pour laquelle il est fait appel aux spécialistes les mieux informés de chaque édifice en ce qui concerne l’inventaire, et de chaque type et de leurs composants pour la partie synthétique. On pourrait faire, du projet global, l’esquisse suivante : la construction et les témoignages antiques ; ordonnance et décor ; architecture militaire ; les édifices religieux et leur scénographie ; édifices civils ; monuments du décor et de la commémoration ; édifices de loisir et de santé (spectacle, hygiène, santé, culture) ; édifices utilitaires ; aménagements de la ville et du territoire (commerce, artisanat, infrastructures de circulation des hommes, infrastructures de circulation de l’eau, santé) ; habitat ; architecture funéraire. L’ensemble n’est ni normatif, ni limitatif : le traitement de chaque sujet dépend évidemment du ou des auteurs. Seuls demeurent figés la séparation entre catalogue et synthèse et, dans le catalogue, l’ordre de présentation de chaque notice.

7Ces notices seront nécessairement inégales, non seulement parce qu’un édifice connu seulement par la photographie aérienne ne peut faire l’objet d’une description aussi complète que celle d’un édifice entièrement dégagé, mais aussi parce que les bâtiments de cette dernière catégorie peuvent avoir fait l’objet ou non d’études précises : les thermes d’Evreux ou de Barzan, les uns remblayés après publication et les autres visitables, mais extrêmement ruinés, sont mieux connus que ceux de Cluny, qui accueillent pourtant, sous leurs voûtes encore préservées, des milliers de visiteurs chaque année. Ces notices seront inégales aussi, dans la mesure où il est aisé d’y rendre compte exhaustivement d’une petite ou simple construction, une maison ou une pile funéraire, par exemple, mais où, en revanche, il faut résumer ou faire des choix, lorsque l’on y traite d’un monument important et complexe, comme un amphithéâtre.

8Notre ambition est en tout cas que chacun y trouve tout ce qu’il y a à savoir dans tel ou tel domaine ou sur tel ou tel édifice, qu’il soit professeur, étudiant, archéologue de terrain, érudit local ou amateur éclairé, et que, si telle notice le laisse sur sa faim, il y trouve au moins cité l’ouvrage auquel il pourra avoir recours pour parfaire son information.

9L’illustration se veut, autant que faire se peut, uniformisée, mais les sources sont disparates et l’on devra parfois se contenter de reproduire les plans à une échelle commune, sans toujours pouvoir les redessiner. Quant aux photographies, elles privilégient les vues d’ensemble les plus instructives et les détails les plus éclairants.

10L’aire géographique est celle de la Gaule dans son extension maximale, c’est-à-dire qu’elle concerne la France, la Suisse, la Belgique, la Hollande et l’Allemagne de l’ouest du Rhin, mais sans que l’on s’interdise de passer au-delà en fonction des variations du limes. L’Angleterre, bien que présentant des formes architecturales le plus souvent communes à cet ensemble, ne peut toutefois être prise en considération que dans les études comparatives.

11L’œuvre, à mesure de son déroulement, ne manquera pas de surprendre le lecteur. À chaque fois, en effet, que l’on se penche avec attention sur un type d’édifice – y compris les camps, qui font l’objet de ce volume et pour lesquels on s’attendrait à ce que leur nature militaire y fasse régner une large uniformisation –, on constate à la fois une grande variété et, souvent, une grande originalité. En effet, le monde gréco-romain a certes fourni des modèles, que chaque cité ou bourgade s’est appropriés pour manifester son insertion dans l’ordre politique de l’Empire. Mais il est rare qu’elle ne les ait pas interprétés et qu’elle n’y ait pas introduit les marques de sa propre culture architecturale. Le phénomène est sensible y compris, voire même surtout, dans le domaine religieux que l’on pourrait croire le plus figé. C’est du reste le propre de la création architecturale que de refléter, non seulement les goûts et la formation du maître d’œuvre, mais aussi les aspirations sociales et les attachements politiques du maître d’ouvrage, qui l’ancrent dans la cité. Le mélange de fascination pour le nouveau monde, auquel le territoire s’ouvrait brusquement, et d’ancrage dans ses traditions les plus anciennes comme dans son quotidien a ainsi produit des ouvrages inédits, qui ont en outre parfois laissé des traces dans l’architecture des âges ultérieurs.

12Si la monumentalité n’est que rarement la caractéristique des ouvrages militaires qui font l’objet de ce volume, ils n’en constituent pas moins un reflet fidèle des développements et des vicissitudes de la politique de l’Empire. À ce titre, leurs systèmes défensifs, voire obsidionaux, c’est-à-dire en quelque sorte ceux de l’offensive, aussi bien que leur politique d’implantation, ont suscité la réflexion des historiens et des stratèges jusqu’à nos jours. On saura donc particulièrement gré aux auteurs conduits par Michel Reddé d’avoir à la fois étudié le détail des dispositifs et rendu compte des grandes évolutions. Qu’ils aient eux-mêmes assumé la rédaction des notices a constitué une lourde tâche, mais leur a permis, à la fois de ne pas dépendre d’une multiplicité de collaborateurs, de gagner, donc, en rapidité et en uniformité et de maîtriser l’ensemble d’un dossier de première main.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search