Version classiqueVersion mobile

Le Collège de France (Paris)

 | 
Laurent Guyard

Résumé

Texte intégral

1Les recherches archéologiques menées en 1994 dans les cours du Collège de France (Paris, Ve) ont livré, sur plus de 2 m d’épaisseur, des vestiges du cœur historique de la ville de la rive gauche, prospère au Haut-Empire, méconnaissable durant près de mille ans, et de nouveau florissante à partir du xiiie s. au moment de l’essor du quartier de l’Université (l’actuel quartier Latin), où prendra place à la Renaissance le Collège royal.

2De la fondation de la ville gallo-romaine, les fouilles n’ont révélé que les traces ténues d’une occupation augustéenne dont l’urbanisme reste encore à définir. Seules des fosses d’extraction de sable et de gravier, recoupant ces premiers vestiges, ont pu être mises en relation avec la création du plan urbain au début de notre ère. Les constructions qui les ont recouvertes s’organisaient perpendiculairement au cardo : ces bâtiments avaient, semble-t-il, un caractère artisanal (ateliers de travail du bois). Après leur extension vers l’intérieur de l’îlot aux dépens de fosses dépotoirs, ils céderont la place, au milieu du ier s., à un vaste bâtiment public à l’architecture sommaire (entrepôt ?), qui sera lui-même supplanté vers 80 ap. J.-C. par le chantier de construction des premiers thermes de Lutèce : les thermes de l’Est, dits du Collège de France.

3De cet édifice, seuls les sols et remblais de la palestre et un dallage monumental ont été découverts, recouvrant localement les restes d’un atelier de fondeur (de chaudière ou baignoires en bronze) daté du début du iiie s. Le matériel contenu dans ces niveaux a permis de dater plusieurs phases de travaux importantes à l’intérieur du monument. La combinaison des données anciennes et des données récentes a ainsi permis de proposer un nouveau plan du monument.

4À la fin du iiie s. ou au début du ive s., ces thermes sont méthodiquement démontés. Une boucherie s’installe le long du cardo, sur l’ancienne palestre. Cette occupation civile (habitat en terre et en bois) se poursuit jusqu’au début du ve s. ap. J.-C. et génère une forte stratigraphie riche en matériel. C’est l’un des rares témoignages d’habitat de l’Antiquité tardive à Paris.

5Après un hiatus dans le courant du ve s., l’occupation semble reprendre et perdurera durant une grande partie du haut Moyen Âge. Les vestiges sont contenus à l’intérieur de « terres noires », sédiments accumulés sur plusieurs décimètres, ici observés en détail pour la première fois en France, par le biais d’études et analyses croisées (fouilles, paléoenvironnement, matériel...). Ces recherches ont montré qu’il ne s’agissait pas de terres à jardins ni de sommaires remblais, mais de zones périphériques d’habitat vraisemblablement installées le long de la rue Saint-Jacques (ancien cardo), l’ensemble témoignant de nouveaux modes de vie et de gestion de l’espace.

6Les xe-xie s. n’ont guère laissé de traces sur le site, vraisemblablement en raison d’un léger arasement du terrain. Les recherches d’archives et les fouilles ont surtout révélé les restes d’un lotissement des xiiie-xive s. marqué par les caves de maisons mitoyennes, dont l’une appartenait à un groupe de bâtiments correspondant au collège de Cambrai. Les constructions s’intégraient à un parcellaire lanière, comportant des maisons sur rue et des cours à l’arrière, enserrant des fosses dépotoirs. Ces maisons furent réunies dans le courant du xve s. pour agrandir le collège de Cambrai qui ne cessera de se transformer, notamment au xvie s. où il sert, avec le collège de Tréguier, à l’enseignement des cours du Collège royal, créé en 1529 mais dépourvu de bâtiments.

7Les toutes premières constructions du Collège royal ne sont apparues qu’après 1610, et le programme initial ne fut achevé qu’en 1774. L’extension des locaux s’est poursuivie au xixe s. et les fouilles ont pu valider l’existence d’un projet de construction inachevé, dont seuls un plan et les fondations subsistaient. En 1834, l’acceptation du projet de P.-M. Letarouilly permit alors à l’établissement de s’étendre jusqu’à la rue Saint-Jacques.

8Les fouilles du Collège de France ont livré une importante quantité de matériel. L’étude des céramiques gallo-romaines et du haut Moyen Âge a permis de bien asseoir les chronologies, notamment pour l’Antiquité tardive. Quelques ensembles céramiques du xive s. ont été étudiés, de même que des lots de verreries des xive et xvie s. provenant de fosses d’aisances. L’une de ces fosses, appartenant au collège de Cambrai, a pu faire l’objet d’une étude ichtyologique qui nous renseigne sur une partie de l’alimentation des résidents du collège. Le reste du matériel (pierre, instrumentum...) renseigne sur l’architecture des thermes ou permet d’approcher la vie quotidienne du début de l’Antiquité à l’époque moderne. On signalera notamment les ardoises d’écoliers datables du xvie s.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search