Version classiqueVersion mobile

Le Collège de France (Paris)

 | 
Laurent Guyard

Troisième partie. Mobilier et matériaux

Chapitre 9. La pierre et les objets divers

Michel Amandry, Annie Blanc, Arnaud Clairand, Michel Dhenin et Laurent Guyard

Texte intégral

9.1 La pierre

1Les fouilles ont livré des éléments lapidaires très fragmentés mais en quantité importante (tabl. XXXIII), principalement en raison de la présence des thermes de l’est. Ces éléments nous renseignent modestement sur l’architecture de ce monument (tabl. XXXIV).

TABL. XXXIII
Quantification par phase des éléments de dallages et placages en calcaire et marbre.

TABL. XXXIV
Quantification par phase des éléments lapidaires sculptés.

9.1.1 Les roches ornementales

2Les fragments de roches calcaires et décoratives trouvés lors des fouilles ont été observés à la loupe et comparés avec les échantillons récoltés dans d’anciennes carrières au cours de plusieurs années d’études d’une équipe de géologues et d’historiens.

3Plusieurs types de calcaire provenant des formations lutétiennes de la région parisienne ont été observés. Les calcaires à milioles des anciennes carrières parisiennes proviennent des divers bancs exploités, banc de roche, bancs francs et liais. Ce dernier a été trouvé en dalle de pavement. Les calcaires lutétiens de plusieurs groupes de carrières, situées dans les vallées de l’Oise, de l’Aisne ou de l’Ourcq, ont été exploités depuis l’Antiquité. Les blocs pouvaient être transportés par les rivières jusqu’à Lutèce. Ils se distinguent des calcaires des carrières parisiennes par les fossiles qu’ils contiennent : les tubes d’une serpule (Ditrupa) et un foraminifère (Alvéoline). Les calcaires à Ditrupa ont été utilisés pour les architraves du forum (déposées au musée Carnavalet) et les calcaires fins à Alvéolines ont été trouvés dans des demi-cuves de sarcophages provenant de blocs récupérés sur des monuments antiques (nécropole de la rue de la Reine Blanche).

4Des marbres, des calcaires marbriers et une brèche provenant de plusieurs régions de France ou de l’étranger ont été classés suivant leur aspect et leur provenance supposée. Plusieurs calcaires marbriers provenant des terrains primaires (carbonifères et dévoniens) de Mayenne et des Pyrénées ont été trouvés en fragments de tailles variées.

5Les marbres de la Mayenne : les plus gros éléments sont des fragments de colonnes en marbre rose (diam. de 48 à 52 cm, soit des fûts de 3,50 à 4 m de haut environ). Des comparaisons entre des fragments trouvés en fouilles et des échantillons prélevés dans les anciennes carrières et sur le terrain, aux alentours de Laval, montrent la similitude des faciès lithologiques. Les calcaires marbriers noirs et gris peuvent aussi provenir de gisements proches, des environs de Bouère (Mayenne) et de Sablé-sur-Sarthe (Sarthe) (Blanc 1993).

6Les marbres des Pyrénées : les calcaires noduleux dits « marbres griottes » et « marbres de Campan » à amygdales roses ou blanches dans une pâte verte ou rouge, utilisés en placages, peuvent provenir de carrières des Pyrénées. Il a été trouvé plusieurs fragments d’une brèche à éléments anguleux de marbre blanc dans une pâte jaune dont la carrière est connue à Saint-Béat (Haute-Garonne), sur la rive droite de la Garonne, au lieu-dit La Pène Saint-Martin.

7Le calcaire à entroques ou « petit granite belge » : un fragment de ce calcaire a été trouvé.

8Les marbres véritables sont d’anciennes roches calcaires ou dolomitiques qui ont subi un métamorphisme. Ils sont constitués de cristaux de calcite ou de dolomite dont la taille peut varier de 0,1 mm à plusieurs centimètres. Les fragments observés sont des cipolins et des marbres blancs plus ou moins veinés.

9Le cipolin vert : quelques fragments de cipolin à veines micacées vertes ont été reconnus. Les carrières les plus connues de cette roche sont dans l’île d’Eubée, près de Karistos, en Grèce.

10Les marbres blancs : plusieurs variétés de marbres blancs à grain plus ou moins fin ont été utilisées pour des éléments moulurés. Une étude en laboratoire par cathodoluminescence aurait permis d’en déterminer la provenance.

9.1.2 Les éléments de décor

Contextes de découvertes

11La plupart des éléments sculptés ont été retrouvés dans les contextes gallo-romains des phases 5 à 7. Ils nous livrent une faible image de la parure monumentale des thermes, qui n’était connue que par le chapiteau découvert anciennement dans les ruines de l’édifice (fig. 177). Les niveaux médiévaux et modernes ont aussi livré quelques blocs que l’on peut mettre en relation avec les maisons médiévales.

FIG. 177
Chapiteau en calcaire découvert anciennement lors des fouilles des thermes du Collège de France (Lutèce... 1984 : fig. 88).

12Les phases 5-6, 7 et 8 sont les plus riches. Les éléments de la première sont à mettre en relation avec les réfections des thermes de l’est. Pour les suivantes, il faut voir dans l’abondance des fragments de parure monumentale quelques restes de la récupération générale de ceux-ci. Le dépeçage des maçonneries a précédé leur démontage.

13Le constat est assez proche si nous considérons les fragments de dallages et placages en calcaire et marbre (tabl. XXXIII). La seule différence réside dans les proportions qui varient assez nettement pour les éléments sculptés, tandis que les proportions de dallage/placage en calcaire ou marbre sont relativement constantes (tabl. XXXIV). La plus grande abondance de marbre dans les phases 5-6 à 8 est liée à la nature des matériaux utilisés dans les thermes et à leur récupération.

14Nous devons aussi signaler la découverte de 26 tesselles de mosaïques, principalement recueillies dans des niveaux de la phase 5-6 (14 sur les 26), et notamment de la fosse CS 273, juste antérieure à la constitution du sol de gravier de la palestre. Huit ont été découvertes dans les terres noires, une seule dans une couche du ive s. Il s’agit de tesselles en marbre noir (un exemplaire en marbre rose est connu) ou en calcaire blanc, en pierre fine, dense, de forme parallélépipédique (fig. 178). Leur longueur varie de 10 à 24 mm (18 mm en moyenne) et leur section, rectangulaire, de 4 à 8 mm sur 7 à 11 mm. On les interprète comme étant des tesselles de mosaïques de sol. On peut les associer à deux tesselles en céramique et à 8 tesselles en verre (7 vertes et 1 bleue).

FIG. 178
Tesselles de mosaïque gallo-romaines.

Les fragments de chapiteaux

15Dans son ouvrage sur Paris antique, Paul-Marie Duval avait restitué une colonne grâce à une base et à un chapiteau ionique découverts dans les fouilles des thermes (Duval 1960 : 167, fig. 82). Les recherches de 1994 n’ont pas été aussi fructueuses et l’on doit se contenter de deux éléments, trop fragmentaires pour en faire une représentation graphique satisfaisante. Il s’agit d’une part d’un fragment de feuille d’acanthe et, d’autre part, d’une éventuelle base de chapiteau comportant peut-être des oves. Ces deux éléments ont été retrouvés respectivement dans un contexte du iiie s. (au-dessus du four de la cour Letarouilly, avec les fragments de pilastre) et dans une couche du ive s.

Les fragments de fûts de colonne

16Dans les niveaux du ive s. de la cour Letarouilly ont été retrouvés 45 fragments de marbre rose pilé dont plus des trois quarts ont été identifiés comme des fragments de fût de colonne monolithe. Quatre autres morceaux ont été recueillis dans les niveaux contemporains de la cour d’honneur.

17Il s’agit d’un marbre de teinte dominante rose, souvent veiné de blanc. La couleur varie du rose clair au rose foncé, parfois violacé. Le blanc est parfois légèrement grisâtre. Ces caractéristiques rappellent les marbres du synclinal de Laval (Mayenne) et notamment des faciès bien repérés sur la rive droite du Vicoin à Saint-Berthevin (commune à l’ouest de Laval). Nous avons visité, en compagnie de Mme et M. Blanc, d’anciennes exploitations encore accessibles ainsi qu’un affleurement récent. La confrontation avec la collection particulière de M. Gérard Vignais, collectionneur de marbre installé à Laval, a permis les mêmes rapprochements.

18La face lisse d’une bonne partie des éléments a autorisé le calcul des diamètres ; ils varient de 38 cm à 50 cm, les mesures les plus fréquentes oscillant entre 40 et 46 cm, avec une nette redondance de la valeur 42 cm. L’orientation difficile de ces éléments laisse place à d’éventuelles erreurs de mesures qui doivent d’être considérées.

19Ces fragments, provenant d’un concassage évident, ont été retrouvés en relation avec un morceau de tore de base de colonne en marbre blanc, ainsi qu’avec la base de même nature contenue en remploi dans un mur contemporain (cf. supra § 3.1.3). En raison de la corrélation stratigraphique et des mesures voisines, on peut penser que ces éléments fonctionnaient ensemble durant le Haut-Empire, sans doute pour un portique d’environ 4 m de hauteur. Tout cela témoigne du dépeçage des thermes dans le courant du ive s. (phases 7a à 7c). Le concassage aurait pu être destiné à une transformation en chaux.

20En association avec les fragments de fûts en marbre, on a retrouvé un petit fragment de grès de Beauchamp très fin dont l’aspect laisse penser qu’il pourrait s’agir d’une portion de fût de colonne en grès, même si ce matériau est assez peu utilisé à Paris durant l’époque romaine.

21Pour les niveaux médiévaux et modernes, on peut citer aussi, en plus de la colonne en place dans la cave de la maison B, deux autres blocs. Le premier est un fragment de fût brûlé retrouvé au fond de la fosse à fond perdu CS 101 (xie s.), le second est une portion de colonnette (diam. 15,5 cm) présente en remploi dans un mur moderne. Quelques fragments de meneaux sont par ailleurs à signaler. Ils provenaient des décombres de la maison B.

Les fragments de bases de colonne

22Deux fragments de base de colonne en marbre blanc à gros grain ont été découverts dans les deux cours (fig. 179, no 1). Le premier a été récupéré dans la fondation d’un mur moderne de la cour d’honneur, tandis que le second a été retrouvé dans un mur du ive s. recoupé par le premier (qui se prolongeait dans l’autre cour). Ils appartiennent tous deux à la même base, dont le diamètre maximal au niveau du tore est de 55 cm. Cette base, qui comporte un pied carré, possède un trou de mortaise sur la face de pose. Il s’agit d’une base de type ionique attique à plinthe. Elle devait supporter un fût de colonne d’un diamètre évalué à 42-44 cm environ à la base, probablement en marbre rose, comme le suggèrent les nombreuses découvertes faites dans des niveaux du ive s.

FIG. 179
Bases de colonne en marbre (no 1) et en calcaire (nos 2 et 3).

23Deux fragments sculptés dans un calcaire à grain fin pourraient appartenir à des bases de colonne, à moins qu’il ne s’agisse de fragments de chapiteau (fig. 179, nos 2, 3). Ils ne présentent que de faibles portions de tores et de scoties. Le premier a un diamètre de 54-56 cm au niveau du tore ; le second, trop usé, n’était pas mesurable. Ces deux éléments proviennent des niveaux de destruction-réfection du début du iiie s. (phase 6) en relation avec l’atelier métallurgique de la cour Letarouilly.

L’architecture d’applique

24La décoration intérieure des thermes devait combiner les éléments d’architecture d’applique et les peintures murales. Si ces dernières nous sont mal connues, le matériel en pierre recueilli sur le site permet d’évoquer une partie du décor pariétal, ainsi que les aménagements de sols.

25Les éléments les plus remarquables pourraient appartenir à des pilastres originaux. Les autres éléments correspondent à des moulures ou corniches, recueillis dans les niveaux des phases 5-6 à 8. Le terme de moulure a été employé d’une manière générale, bien que certains fragments soient peut-être des corniches, de simples tablettes chanfreinées ou des encadrements de portes.

Fragments de pilastre originaux ?

26Nous pensons voir dans une dizaine d’éléments sculptés gallo-romains découverts dans les niveaux de démolition liés à la réfection des thermes au IIIe s. (phase 6) des fragments de pilastres d’applique ou de colonnes en trompe-l’œil (fig. 180).

FIG. 180
Reconstitution d’une portion de pilastre d’applique en calcaire. 1, 2 pilastre d’applique bombé ; 3 pilastre d’applique plat ; 4, 5 pilastre d’applique probable.

27Il s’agit de portions allongées d’éléments sculptés en calcaire dur représentant manifestement une alternance de listels et de cannelures. La face opposée est grossièrement travaillée mais reste relativement plane. La section asymétrique de ce décor nous a dans un premier temps déroutés. La reconstitution permet d’imaginer différents fragments d’un ou plusieurs pilastres cannelés, dont la particularité serait de ne pas être plans comme les pilastres ordinaires, mais légèrement bombés au centre au moins pour les éléments 1 et 2. Le but serait peut-être de simuler, grâce à ce léger relief, des colonnes en trompe-l’œil. L’hypothèse de restitution permet de proposer une largeur de 51 cm environ à la plaque de pierre. Les autres éléments (nos 3-5) pourraient être des pilastres d’appliques plats.

Les moulures ou corniches

28À l’exception de quelques-unes d’entre elles en calcaire (fig. 181, nos 1, 5), toutes ces moulures sont en marbre blanc plus ou moins fin. Trois types ou modules de moulures au sens strict sont à distinguer.

29Les premières ont une section de 5 x 4 cm environ. Aucune n’est complète. La face moulurée présente une doucine simple surmontée d’un listel plus ou moins droit. La base est soit droite, soit légèrement arrondie. À l’arrière, les traces de sciage sont évidentes. Un léger arrachement débordant signale un sciage partiel avant détachement du bloc par cassure. Les deux faces arrière et inférieure montrent parfois des traces de mortier rose à tuileau fin. Sur l’exemplaire en calcaire assez plat (fig. 181, no 1), on remarque nettement des traces de peinture rouge. Les secondes (9x6 cm environ) présentent une doucine surmontée d’un cavet (fig. 181, nos 15- 17) ou une double doucine (fig. 181, no 18) séparée par un listel plus ou moins marqué. La face de pose comporte parfois un trou de gougeon (fig. 181, nos 13, 15, 17). L’élément de fixation (gougeon) devait être en fer (traces d’oxydation). La plus grosse de ces moulures a une section de 10,2 x 8,5 cm. Sa taille est à rapprocher du placage mouluré présenté sur la figure 181 (no 25).

FIG. 181
Fragments de décor d’applique en pierre. 1- 18 moulures en pierre ; 19‑22 éléments chanfreinés ; 23‑26 plaques moulurées en pierre. 1, 19‑21r 23, 25, 26 en calcaire ; 2- 18, 22, 24 en marbre.

30Ces éléments sont assez bien connus sur les sites monumentaux, quoique rarement présentés. Le sanctuaire des Vaux de la Celle à Genainville (Val-d’Oise) en a livré un certain nombre (Mitard 1993 : 259-260, pl. II) dans des contextes des iie et iiie s. Ils ont été comparés aux habillages de ressaut de maçonnerie de la basilique Aemilia de Rome. Les thermes de la villa de Séviac à Montréal (Gers) en ont aussi livré une grande quantité (Monturet, Rivière 1986 : 198- 199, pl. 6-7), classés en deux groupes et présentés comme des moulures de couronnement. Ces deux usages sont tout aussi probables. Les trous de gougeon permettent d’ailleurs d’identifier clairement des corniches, sur lesquelles des plaques devaient reposer verticalement.

Les éléments chanfreinés

31Quatre éléments chanfreinés sont présentés sur la figure 181 (nos 19-22). Leur section varie d’un élément à l’autre. Les quelques traces de mortier observées sur les faces opposées au chanfrein permettent de les rapprocher des moulures précédentes.

Les placages moulurés

32Les quatre plaques moulurées de la figure 181 (nos 23-26) se classent en deux groupes. Le premier (no 25, en calcaire et peut-être le no 26, en marbre) pourrait correspondre à un type de moulure proche de la grosse moulure en marbre (fig. 181, no 18). Le travail sur une plaque plutôt qu’un bloc pourrait être lié à l’épaisseur naturelle de la pierre (calcaire dur), à une économie de matériau ou à une exécution plus aisée ; l’ajustage de la moulure aurait été réalisé grâce à un épais joint de mortier. Le second groupe (fig. 181, nv 23, en calcaire et 24, en marbre), s’il n’est pas utilisé en moulure horizontale, pourrait correspondre à des chambranles de porte décorés comme ceux découverts à Genainville et Épiais-Rhus (Val-d’Oise) (Mitard 1993 : 253, fig. 51) ou dans les thermes de la villa de Séviac à Montréal, dans le Gers (Monturet, Rivière 1986 : 192- 198, pl. 1-5). On pourrait aussi y voir un entablement de pilastres d’applique, principe architectural en concordance avec la présence des pilastres d’applique restitués sur la figure 180.

Les baguettes et les tablettes

33De très nombreuses baguettes, plinthes ou tablettes de taille très variable ont été recueillies. Si la plupart d’entre elles sont en calcaire (à l’inverse des moulures), elles offrent toutes la même caractéristique : une arête arrondie. Elles comportent presque toutes des traces de mortier et pour certaines des traces de peinture rouge. Comme à Genainville (Mitard 1993 : 261, pl. II, no 16), elles ont pu servir d’encadrement de panneaux ou de registre (astragale), ou encore de délimitation de décors en opus sectile au sol.

Les revêtements (sols et murs)

34Les rares fragments de marbre taillés en forme géométrique simple (triangles) (fig. 182) attestent de la présence de décors en opus sectile, sans qu’il soit possible de dire s’il s’agissait de revêtement de sol ou de mur.

FIG. 182
Fragments d’opus sectile en pierre. 1, 5 marbre rose ; 2 marbre vert ; 3 schiste noir ; 4 marbre blanc.

9.2 Les objets divers

9.2.1 Présentation

35Les deux milliers d’objets découverts lors des fouilles ont été classés par matériau et par sous-type lorsque cela paraissait nécessaire (tabl. XXXV).

TABL. XXXV
Définition des codes utilisés pour le classement des objets (code de l’inventaire général du matériel du Collège de France).

36Les phases les plus « pauvres » sont sans conteste celles du ier s. (1 à 3 : habitat et entrepôt, tabl. XXXVI à XXXVIII). En ce qui concerne la phase 4 (chantier des thermes), l’indigence du matériel est liée à la nature des remblais qui la composent (pas de couches d’occupation) et aussi à l’enlèvement d’une partie de ceux-ci à la pelle mécanique. La phase 5-6 (occupation des thermes) semble bien représentée, mais cela est dû à l’abondance des manchons en céramique à pâte claire utilisés dans les salles thermales, parfois nommées bobines entretoises. Il s’agirait d’ailleurs plutôt d’un « matériau » de construction fabriqué par les potiers. Cette phase comporte par ailleurs une grande quantité d’objets en alliage cuivreux. La phase 7 (habitat du ive s.) se caractérise par une abondance d’objets en fer. Il s’agit pour la plupart de clous de chaussures retrouvés dans les niveaux de sols. Les monnaies y sont aussi bien représentées, de même que les objets en céramique (principalement des jetons ou palets). La phase 8 (« terres noires ») est elle aussi très riche, notamment en monnaies, en objets en fer et en os, mais le matériel y est très fragmenté, le plus souvent non dessinable car typologiquement inutilisable. La phase 9 (habitat et collège de Cambrai) est marquée à la fois par une plus grande variété de catégories, mais aussi par une faible quantité de matériel, malgré la fouille de nombreux dépotoirs. La bonne représentation des objets durant la phase 10 (collège de Cambrai) est liée à la présence des grandes fosses d’aisances maçonnées qui en ont permis une bonne conservation, à l’exception de ceux en métal, souvent très corrodés. On a notamment retrouvé quelques fragments de cuir, de cire, de bois et de papier, éléments souvent disparus. Les fragments de papier et de sceau en cire ne sont pas présentés ici.

TABL. XXXVI
Effectif des petits objets découverts.

TABL. XXXVII
Évolution de la proportion des différents objets par phase (en %).

TABL. XXXVIII
Évolution de la part des petits objets par phase, sur l’ensemble de la période (en %).

9.2.2 Les objets en céramique

37L’apparente abondance d’objets en céramique est principalement due à la quantité de manchons en terre cuite liés au système de chauffage par hypocauste (il y en a 215 pour la phase 5-6). De même, les 13 éléments en céramique (tuyères, canalisations) liés à l’atelier métallurgique (phase 5-6) ont été pris en compte. 41 fragments de lampes sont comptabilisés ici ; elles sont présentées avec la céramique (fig. 152, 153). Le reste du lot est constitué de 61 jetons ou palets. On notera par ailleurs la découverte d’une fusaïole (phase 2), d’une perle en céramique glaçurée (phase 9), de fragments de cor de chasse (phase 10) et de 8 fragments de pipes en terre blanche (phase 10).

Jetons ou palets

38De nombreux tessons, taillés dans des fragments de panse ou à partir de fonds de vases de toutes couleurs, ont été découverts lors de la fouille. Ces jetons ou palets, de tous diamètres, sont assez fréquents dans les niveaux du ier s. (phases 1 à 3), ils sont abondants aux iie-iiie s. en relation avec l’atelier métallurgique, c’est-à-dire avec la palestre des thermes de l’est (phase 5-6), comme les pions de jeu en os. Ils sont encore plus abondants à l’arrière de l’habitat du ive s. (boucherie de la phase 7). Quelques-uns sont aussi à signaler dans la phase 8, dont un en céramique rugueuse.

Fusaïole antique

39Une fosaïole en céramique peu cuite a été découverte dans un niveau du ier s. (phase 2). Elle adopte la forme d’un disque ventru percé d’un trou axial (fig. 183, no 1).

FIG. 183
Objets en terre cuite. 1 fusaïole (phase 2) ; 2 antéfixe en terre cuite (phase 3) ; 3 cor de chasse (phase 1).

Fragment d’antéfixe

40Dans la cour Letarouilly, au sein d’une strate en relation avec le grand bâtiment sur poteaux de la phase 3 (milieu Ier s.), a été recueillie la partie supérieure d’une antéfixe décorée d’une palmetre à cinq branches en faible relief (fig. 183, no 2), élément assez rare à Paris. Si ce fragment provient bien de la toiture du bâtiment, cela montrerait que celui-ci avait une fonction non négligeable, peut-être officielle. Ce type d’antéfixe est connu à Autun. La partie inférieure représente généralement un personnage encadré de deux « S » affrontés (Autun... 1985 : 93-95, fig. d, f). Ces éléments ne sont malheureusement pas datés.

Cor de chasse moderne

41Dans le comblement de la citerne CS 254 de la cour d’honneur, daté du tout début du xviie s. (l’ensemble céramique est principalement de la seconde moitié du xvie s.), a été découvert un fragment de cor de chasse en céramique grise à couverte noire (fig. 183, no 3), comparable à un exemplaire découvert lors de la fouille des jardins du Carrousel à Paris dans un niveau du xvie s. Dans les deux cas, la nature est identique : la pâte est grise et la surface extérieure noire. Pour l’exemplaire du Collège de France, un seul conduit droit est présent, contre deux courbes accolées pour le fragment du Carrousel (Homo-Lechner 1994 : 63). Cet auteur précise qu’il s’agit plus « d’avertisseurs sonores que de véritables instruments de « musique »».

9.2.3 Les objets métalliques

Objets en alliage cuivreux

42Parmi les 482 objets en alliage cuivreux retrouvés lors des fouilles, près de la moitié sont indéterminés, en raison de leur état fragmentaire, ou d’une forte corrosion. Très peu d’entre eux ont été restaurés. Une centaine d’épingles modernes compose le lot. Le reste se répartit en clous divers (éléments de coffrets, de vêtements...), anneaux, bagues ou bracelets, principalement pour la phase 10 qui a fourni le plus de matériel. 3 fibules et 3 clochettes proviennent de la phase 2. Sont surtout issues de la phase 5-6 des épingles et des billes ou perles, mais peut-être faudrait-il voir plutôt dans ces dernières des gouttelettes de bronze liées à l’atelier métallurgique de la cour Letarouilly. Plus la période est récente, plus le matériel est abondant et diversifié. Ainsi, a-t-on recueilli pour les phases 7 et 8 respectivement 16 et 37 objets et, pour les phases 9 et 10, 49 et 206. Seuls les objets antiques sont présentés ici.

Clochettes

43Deux clochettes, quasiment identiques (fig. 184), ont été découvertes dans les niveaux d’habitat de la première moitié du Ier s. (phase 2). Toutes deux ont un diamètre maximal de 3,7 cm pour une hauteur de 6,2 et 6,1 cm. La paroi du premier exemplaire est plus épaisse que celle du second. L’anneau, circulaire à l’intérieur, a une forme extérieure losangique aux arêtes biseautées. La première clochette comporte encore à l’intérieur les traces de l’anneau en fer qui permettait de fixer le battant. Deux clochettes très semblables, notamment au niveau de la forme de l’anneau, sont connues à Autun (Autun... 1985 : 131, h, j). Ce type de clochette est probablement fabriqué à la cire perdue.

FIG. 184
Clochettes en alliage cuivreux (phase 2).

Bagues-clés

44L’une des deux bagues-clés gallo-romaines (fig. 185, no 1) provient d’un contexte du xvie s. ; la restauration a montré qu’elle possédait deux bourrelets finement incisés. L’autre (fig. 185, no 2), trouvée dans une couche du début de la phase 2 (première moitié du Ier s.), comporte une petite plaque carrée percée de trois trous.

FIG. 185
Objets en alliage cuivreux d’époque gallo-romaine.

Appliques et autres objets

45Un objet représentant une tête de personnage (fig. 185, no 5) pourrait être une applique autant qu’un bouton. L’arrière de l’objet n’a pas été restauré, la surface étant trop friable. Il est datable du milieu du ier s. (phase 3).

46L’objet no 6 (fig. 185), interprété initialement comme étant une clochette, est en fait une sorte de bouterolle assez dense. Elle provient d’un contexte de la phase 7d (fin ive s.).

47L’applique no 3 (fig. 185) se présente comme un rivet : une grande face plane décorée reliée par une courte tige à une face plane plus petite. La face décorée, trapézoïdale, aux bords concaves, possède deux échancrures en arcs de cercle opposés. Elle a été retrouvée dans un contexte du tout début de la phase 7. Il pourrait s’agir d’une pièce de harnachement.

48L’objet le plus original (fig. 185, no 4) comporte deux têtes de divinités féminines surmontant deux paquets de grappes émanant de deux tiges. Vers le bas, ces deux tiges s’amincissent et forment une pointe. L’objet pourrait paraître ainsi presque complet, mais il n’en est rien. Il s’agit vraisemblablement d’un fragment d’objet cultuel beaucoup plus complexe selon l’analyse réalisée par M. Feugère (Feugère, Guyard 1999 : 22). Les deux divinités surmontent ici deux cornes d’abondance reliées au reste de l’objet probablement une statuette de plus grande taille ; on a pu comparer ce fragment à un groupe de divinités en argent, complet, trouvé au xviiie s. près de Mâcon et conservé au British Museum. Une statuette centrale (Tutela) est surmontée de tout un panthéon. Dans la main gauche, elle tient une double corne d’abondance terminée par deux têtes de divinités, partie très ressemblante avec celle du Collège de France. Cette statuette est datée du IIIe s. grâce aux autres éléments du lot et a été comparée à des objets provenant du trésor de Vaise, près de Lyon, lui aussi daté du milieu du IIIe s. (Baratte et al. 1999 : 100-101). Il est intéressant de noter que le fragment du Collège de France provient d’une couche de la fin du ive s. (phase 7d) où il était en situation manifestement résiduelle.

Épingles

49La première épingle (fig. 185, no 7), complète, se termine par un anneau surmonté d’un décor conique imitant une pomme de pin. Elle a été retrouvée dans une couche de la phase 5-6. La seconde (fig. 185, no 8), provenant d’un contexte du début de la phase 8, est incomplète. Sa tête facettée est finement travaillée.

Fibules

50Des trois fibules provenant de niveaux gallo-romains, la plus ancienne (fig. 185, no 10) date du début de la phase 2, comme l’exemplaire no 9 (fig. 185). Elle a été retrouvée dans le même contexte que la bague-clé no 2. De petite taille, elle possède un arc simple non décoré. Quant à la troisième (fig. 185, no 11), découverte dans une couche du milieu du ive s., elle possède un anneau sans doute destiné à la retenir par une chaînette ou une cordelette.

Objets en fer

51Sur les 858 objets en fer inventoriés, nombreux étaient de simples clous de chaussures (découverts en quantité dans les niveaux des phases 5 à 8). Quelques anneaux, lames et boucles complètent un répertoire peu varié. Parmi ces nombreux objets en fer, nous présentons ici les plus significatifs de ceux qui furent restaurés.

52Un élément original (fig. 186, no 1), trouvé à la base de l’habitat du ive s. cour Letarouilly (phase 7), se présente sous la forme d’une masse métallique de section « carrée » se terminant en pointe à section ronde à l’opposé. L’extrémité « carrée » a les angles arrondis. Selon Caroline Relier (Utica), il pourrait s’agir d’une bigorne, sorte de petite enclume qui servait lors du forgeage d’objets en fer.

FIG. 186
Objets en fer. 1 bigorne (?) (phase 7) ; 2 clé (phase 9) ; 3 lame de couteau ou de poignard (phase 7) ; 4 lampe à suif (phase 3).

53Une lame de couteau ou de poignard incomplète (la soie manque) (fig. 186, no 3) a été découverte dans les « terres brunes » de la cour d’honneur (phase 7).

54Une clé (fig. 186, no 2), d’une longueur de 12,6 cm, a été trouvée dans le dépotoir sud de la maison aux créneaux (maison C), daté du xive s.

55Enfin, une lampe (fig. 186, no 4) a été découverte cour d’honneur dans un niveau de la phase 3 (milieu ier s.). Le modèle, constitué de deux réservoirs séparés par un resserrement, possède une tige de préhension plate sans doute rivetée sur sa partie arrière. Posé, cet objet paraît incliné vers l’arrière, peut-être pour dégager la mèche vers l’avant ; il pourrait s’agir d’une lampe à suif.

Objets en métaux divers

56Pour la phase 10, on doit signaler différents objets en argent qui ne sont pas présentés ici : deux épingles, une bobine de fil et une portion de chaînette. Dans la cour d’honneur, la citerne CS 254 (phase 10 aussi) a livré quant à elle une sorte de clou ou applique à tête scutiforme en plomb.

57On notera la découverte, après décapage, de deux manches de cuillères en plomb dans des niveaux proches de la surface. L’un était posé sur les « terres noires », mais le contexte est peu sûr. L’autre est orné à son extrémité d’un poinçon composé d’une fleur à 5 pétales.

58Par ailleurs, nous présentons ici (fig. 187) un élément en plomb qui n’est pas à proprement parler un objet mais un élément de construction. 11 s’agit d’un plomb de scellement de crampon en fer utilisé pour le maintien des blocs de grand appareil. Il a été recueilli dans les « terres noires » (phase 8). La largeur de l’empreinte du crampon (3,6 cm) permet d’imaginer la taille des blocs qu’il reliait.

FIG. 187
Plomb de scellement antique.

9.2.4 Les objets en matière organique

Objets en cuir et en bois

59Quatre fragments d’objets en bois ont été découverts dans les niveaux des phases 9 (1) et 10 (3). Il s’agit de fragments de manches, d’un morceau de boîte à miroir et d’une forme sphérique (sans doute une balle ?). Parmi les onze morceaux de cuir provenant des fosses d’aisances de la phase 10, seul un fragment de chaussure a pu être identifié. Le textile a aussi été observé, dans les mêmes contextes, sous la forme de petits carrés de tissus.

Objets en os et en ivoire

60La plupart des 123 objets en os recueillis lors des fouilles sont des épingles provenant de niveaux des phases 5 à 8. Les autres éléments appartiennent surtout à la phase thermale (5-6), aux « terres noires » et quelques-uns à la phase 9.

Bracelets et anneau

61Deux fragments de bracelets très fins (fig. 188, nos 1-2), en ivoire, proviennent des niveaux de l’Antiquité tardive et des « terres noires » (phases 7 et 8). Un anneau incomplet en os (fig. 188, no 3) est issu d’une couche de la phase thermale (phase 5-6).

FIG. 188
Objets en os et en ivoire d’époque gallo-romaine. 1‑2 fragments de bracelets très fins ; 3 anneau incomplet ; 4 pion ou bouton ; 5‑6 cabochon ; 7‑10 pions de jeu ; 11 fragment de pyxide ; 12 charnière ; 13 dé à jouer ; 14 tête d’épingle anthropomorphe.

Pions de jeu

62Le premier (fig. 188, no 4), creux et percé en son centre, est un pion ou peut-être un bouton (phase 5-6). Le diamètre du trou ne paraît pas assez grand pour faire passer une tige de fuseau. Les deux suivants (fig. 188, nos 5-6) forment des cabochons (phases 5-6 et 8). Les autres pions de jeu sont plats mais ornés de plusieurs cercles concentriques, voire de dents ; ils proviennent des thermes (fig. 188, nos 7-8) ou de l’habitat du ive s. (fig. 188, nos 9-10). On les trouve généralement en plus grande quantité dans les édifices thermaux.

Pyxide et charnière

63Le fragment de pyxide (fig. 188, no 11), qui provient de la phase thermale (phase 5), peut être un complément indispensable aux pions de jeu. En effet, cette petite boîte en os, dont on reconnaît l’incision intérieure pour l’encastrement du fond et l’échancrure extérieure pour celui du couvercle, a un diamètre largement suffisant pour contenir empilés au moins dix pions de jeu. Un exemplaire identique est conservé au musée Carnavalet à Paris (La Tabletterie... 1996 : 91, no 224). Le morceau de charnière en os (fig. 188, no 12) est issu de la même phase ; il comporte au milieu deux anneaux en relief.

Épingles

64De toutes les épingles en os découvertes, une seule a été dessinée (fig. 188, no 14). Il s’agit d’une épingle à tête anthropomorphe (très schématique) ; l’arrière, taillé en biseau, comporte des stries symbolisant la chevelure. Elle est issue d’une couche de la fin du ive s. (phase 7). Ce type est très courant aux iiie-ive s., notamment dans la moitié nord de la Gaule et en Angleterre. Les autres épingles sont très variées (fig. E, p. 30).

Manches d’objets
FIG. 189

65L’élément no 1 est une sorte de broche de section circulaire à plate s’évasant vers le haut pour se terminer par deux crochets latéraux puis un bourrelet et enfin un élément incomplet. Il devait s’agir d’un anneau dont le diamètre est difficile à évaluer en raison de l’état de fragmentation. Cet objet se trouvait dans un contexte de la première moitié du ier s. (phase 2). J.-C. Béal présente un objet assez proche, sans doute une épingle, bien que la tige soit de section circulaire (Béal : 229 ; pl. XXXVIII, no 740).

FIG. 189
Objets en os. 1-4 manches ; 5 indéterminé.

66Le no 2 est un élément de placage, sans doute pour un manche d’outil. Le décor torsadé très soigné se termine par une volute. Un élément de placage semblable est conservé au musée Carnavalet à Paris (La Tabletterie... 1996 : 85, 181).

67L’élément no 3, découvert dans un contexte du xive s. (phase 9), est un élément de placage de manche de couteau qui devait être riveté au travers de la lame en fer par des rivets en alliage cuivreux. L’extrémité est découpée en triangle et comporte un décor incisé composé de rainures et de huit ocelles simples pointées. On remarque sur une face latérale un décrochement pour une meilleure préhension de l’objet. On note aussi la présence de trois trous de fixation pour la soie du couteau avec au revers des traces d’oxydation métallique vertes.

68De même datation, le manche d’outil no 4 est très différent. Sa section est circulaire. Il comporte encore un élément axial emmanché en fer.

69Nous devons signaler le vol d’un objet découvert dans un dépotoir du xive s. appartenant à la maison de l’évêque de Cambrai. Il s’agissait d’un manche décoré représentant un personnage en pied vêtu d’un long drapé tenant un objet dans la main droite et un oiseau (?) dans la main gauche. La partie basse était ceinte de deux rainures parallèles. La tête était absente (cassure ancienne). On pouvait noter une perforation axiale sur la partie inférieure, s’évasant vers l’extérieur, emplacement prévu de la soie d’un objet métallique (?). Un objet quasiment identique, si ce n’est l’objet tenu dans la main (une couronne), est conservé au musée Carnavalet (La Tabletterie... 1996 : no 288).

Divers

70Le dé à jouer, de petite taille (fig. 188, no 13), n’est pas complété de points. Peut-être s’agit-il d’un des deux seuls rebuts de fabrication d’objet en os découvert sur le site, l’autre (fig. F, p. 30) provient d’un dépotoir médiéval. L’objet incomplet (fig. 189, no 5) est parfaitement tourné et comporte une succession d’anneaux plus ou moins moulurés ; il a été découvert dans une fosse du début du ier s. (phase 2a). On peut le comparer à des fragments de fuseaux découverts à Paris (La Tabletterie... 1996 : 71, no 127).

71Quelques fragments de sonde ou d’objets de toilette (extrémité ovale de specillum), provenant de niveaux gallo-romains, ont également été trouvés.

72Signalons aussi la découverte, dans une fosse du xive s., d’une toupie en os parfaitement conservée (fig. F, p. 30), qui a été volée en même temps que le manche anthropomorphe (cf. supra).

73Enfin, l’objet le plus exceptionnel (fig. G, p. 30), par son état de conservation, est un nécessaire de toilette (furgeoir) issu du comblement final de la citerne CS 254 (phase 10, fin xvie s.). Cinq petits ustensiles fixés à leur extrémité par un axe en laiton s’insèrent dans une gaine en os semi-cylindrique décorée d’incisions. On reconnaît une petite cuillère, un pic, une petite fourchette à deux dents, un autre pic et une sorte de raclette. Le travail semble très soigné. À l’extrémité opposée à celle de la charnière, deux encoches signalent l’emplacement d’un fermoir, aujourd’hui disparu. Un objet comparable a été trouvé à Tours dans un contexte de la seconde moitié du xve s., mais sans gaine en os (Motteau 1991 : 41, fig. 43).

FIG. G
Furgeoir en os (xvie s.). Cf. troisième partie, § 9.2.4.

9.2.5 Les objets en pierre

Silex taillé

74Un silex très érodé et patiné du Paléolithique inférieur a été découvert au sommet du substrat lors d’un redécapage de la cour d’honneur (fig. 190, no 5). Il provient probablement des alluvions de la moyenne terrasse de la Seine, sur un lambeau desquelles se trouve le site.

Jeton-pion et palet

75Un jeton-pion en ardoise (fig. 190, no 6) a été recueilli dans la double fosse d’aisances CS 203-204 (phase 10). Il est à mettre en relation avec les fragments d’ardoise à écrire découverts dans les autres contextes du xvie s. (cf. infra). Un palet, réalisé dans un fragment de dalle de sol en liais brûlé, a par ailleurs été trouvé dans un contexte de la phase 10 (fig. 193, no 1).

FIG. 190
Objets en pierre. 1-3 affutoirs en grès fin, 4 pilon en grès fin, 5 éclat de silex, 6 jeton en ardoise.

Pierres à affûter et pilon

76Trois pierres à affûter proviennent de contextes variés. La première (fig. 190, no 1) était hors contexte stratigraphique. La deuxième (fig. 190, no 2) a été découverte au-dessus de l’atelier métallurgique antique de la cour Letarouilly (phase 5-6). La troisième (fig. 190, no 3) provient du comblement final de la grande citerne CS 254 de la cour d’honneur (xvie s.). Toutes trois sont réalisées dans une roche dure (sans doute un grès fin). Le pilon en grès fin (fig. 190, no 4) provient d’une couche médiévale (phase 9).

Bracelets en lignite et en jais

77Paris a souvent livré, lors des fouilles de sauvetage sur l’agglomération antique, des fragments de bracelets en lignite dits de tradition gauloise. Deux exemplaires sont présentés ici, accompagnés de deux petits fragments réalisés dans un matériau plus rare : le jais, roche sédimentaire charbonneuse, très pure (Foucault, Raoult 1988 : 67).

78En raison de la nature friable du lignite, les deux bracelets (fig. 191, nos 1 et 2) ont une section assez large (1,6 à 2,1 cm et 1,3 à 1,9 cm) ; celle du premier est losangique. Cet élément a été trouvé dans une strate du milieu du ier s. ap. J.-C. On en connaît de semblables à Genainville (Mitard 1993 : 399-400, pl. I, nos 4-5). L’autre fragment provient d’un niveau de l’Antiquité tardive (phase 7d). Des anneaux en pierre comparables ont été retrouvés sur le site de la Petite Dîme à Guichainville (Eure), en contexte antique tardif et mérovingien (Adrian 1996).

FIG. 191
Objets en pierre. 1, 2 bracelets en lignite, 3, 4 bracelets en jais.

79Les deux petits fragments de bracelets en jais (fig. 191, nos 3 et 4) proviennent de deux contextes différents. Le premier est issu de la fosse d’aisances CS 204, dont le comblement date de la fin du xvie ou du début du xviie s. Le second est issu d’une couche du début du haut Moyen Âge (phase 8a). Ce matériau a été retrouvé à Bordeaux, dans un contexte d’artisanat de l’os, de la fin du iiie s. (Siriex 1996 : fig. 3).

Support de vase en calcaire

80Un fragment d’objet en calcaire à grain fin a été recueilli dans le large fossé associé à la fin de la phase 2 et au début de la phase 3. La restitution (fig. 192) permet de proposer l’hypothèse d’un support de vase, destiné à accueillir une petite amphore. Les côtés semblent figurer une série d’arcades. Le travail est assez fruste. On devine un décor (?) géométrique au-dessus de l’une des arcades située dans un angle. La cavité principale est taillée en tronc de cône. On peut restituer ainsi un bloc quadrangulaire de 14 ou 16 cm de côté (les arcades ne sont pas régulières) ; la hauteur pourrait être de 8 à 10 cm. Ce support de vase est comparable, au moins pour les arcades, à un exemplaire en céramique découvert sur le vicus deTaverny (Vermeersch 1993 : 133-134). De nombreux autres exemplaires en céramique sont connus à Melun (Benhaddou 1990 : 68), dont certains imitent, par la représentation d’arcades, des bâtiments.

FIG. 192
Support de vase en pierre.

Meule en roche dure

81Un fragment d’une meule en grès, d’environ 66 cm de diamètre (fig. 193, no 2), a été découvert dans une couche de la fin du ive s.

FIG. 193
1 palet en calcaire ; 2 meule en grès ; 3 dalle funéraire en calcaire dur (liais).

Dalle funéraire

82Un fragment de dalle funéraire en liais (calcaire dur) a été découvert en remploi dans une maçonnerie médiévale ou moderne de la cour Letarouilly, à proximité immédiate de l’angle S-E de l’ancien cimetière Saint-Benoît. Cette portion d’angle de dalle comporte encore quelques lettres (fig. 193, no 3), insuffisantes cependant pour proposer une quelconque restitution.

Ardoises d’écoliers

83Grâce à la collecte et au tri des matériaux de construction, on a pu découvrir parmi les ardoises de couverture présentes dans les contextes du xvie s. une série d’ardoises d’écoliers comportant encore des traces de gravure plus ou moins nettes (fig. 194). Ces ardoises sont plus épaisses que celles de toiture, et la plupart comportent des perforations, que l’on pourrait interpréter comme des trous de fixation (peut-être pour en rivetage sur un support en bois), mais les traces gravées sont présentes sur les deux faces. Quelques angles ou bordures d’ardoises à écrire montrent que ceux-ci étaient légèrement travaillés (traces de dents, grugeage...). Les gravures se classent en trois types : les représentations figurées, les gravures involontaires et les traits de portées (ardoises de solfège).

FIG. 194
Ardoises à écrire (1-5 représentations figurées ; 6‑8 gravures involontaires) et de solfège (9, 10).

Les représentations figurées

84L’exemplaire no 1 (fig. 194) montre discrètement, dans l’angle d’une ardoise, deux bâtiments en pierre. Le dessin, bien que très fin, est maladroit (erreurs de perspective). L’un des bâtiments possède un toit en poivrière surmonté d’un drapeau allongé. La construction paraît être édifiée sur deux niveaux. À mi-hauteur, on pourrait deviner une courtine avec des créneaux : cette représentation figurerait alors une tour de défense. La deuxième construction est plus curieuse. D’un diamètre apparemment circulaire, elle semble clairement complétée d’une potence munie d’une poulie dans laquelle passe une corde. À l’une des extrémités, sur une sorte de margelle, on croit reconnaître un seau muni d’une anse, près du trépied de la potence. L’autre extrémité semble plonger dans la « tour ». Ne s’agirait-il pas plutôt de la représentation maladroite d’un puits (ou d’une citerne) dont le parement intérieur aurait été figuré à l’extérieur ?

85Le fragment no 3 semble comporter une représentation de deux séries de drapeaux entrecroisés.

86L’exemplaire no 4 montre un homme en culotte bouffante. Le traitement est très fruste mais le réalisme des manches bouffantes est remarquable. Sur le côté gauche, une sorte de nuage est représenté comme s’il émanait du personnage, ce qui pourrait conférer un caractère vulgaire au dessin. Les traits situés à gauche pourraient représenter un « w ».

87Sans doute de même inspiration, le fragment no 5 (retaillé en jeton ?) montre un « P » associé à un dessin trilobé qui pourrait représenter un phallus.

Les gravures involontaires

88Les fragments nos 6, 7 et 8 montrent une série de gravures peu caractéristiques, souvent sur les deux faces de l’ardoise. La plupart de ces traits pourraient être postérieurs à l’usage des ardoises. Toutefois, de nombreuses lignes parallèles, courbes ou rectilignes, indiquent leur origine anthropique.

Les traits de portées (ardoises de solfège)

89Les exemplaires 9 et 10 comportent clairement des incisions parallèles fortement gravées. Nous pensons y voir des traces de portées musicales. Ces ardoises de solfège pouvaient être utilisées par les collégiens au xvie s.

9.2.6 Les objets en verre

L’intaille en pâte de verre

90Une intaille a été découverte cour Letarouilly sous le premier sol de l’habitat du ier s. (fig. 195), posée sur le substrat, on peut donc l’attribuer au moins à la fin de la phase 1. Il s’agit d’un cabochon en pâte de verre bleu-vert (la couleur verte était nette lors de la découverte ; l’objet s’est immédiatement irisé) de 1,1 cm de longueur, 0,9 cm de largeur et 0,35 cm d’épaisseur.

FIG. 195
Intaille en pâte de verre.

91Selon M. Avisseau, conservateur au Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale, « la couche d’irisation qui recouvre presque entièrement l’intaille empêche une bonne lisibilité du sujet, peut-être un oiseau à longue queue sur une branche ou une sorte de criquet. L’intaille, de forme presque ronde, fortement bombée, est de type hellénistique. La figuration animale est très stylisée, avec peu de détails –tête toute ronde, pattes en baguettes–. Bien centrée, elle occupe à elle seule tout l’espace. Ces divers éléments permettent d’avancer une datation assez haute, le ier s. av. J.-C., ce que ne contredit pas la matière, un verre bleu translucide, semble-t-il, à l’origine ».

92Des intailles en pâte de verre (bleue ou violette) en forme de cabochon, trouvées à Autun, sont datées du ier s. av. J.-C. ou début du ier s. ap. J.-C. (Autun... 1985 : 190, nos 353-355) ; l’une d’elles représente un oiseau tourné vers la gauche.

Les fragments divers

93De multiples petits objets ou fragments d’objets ont été recueillis lors des fouilles. Il y a de nombreuses perles, dont une côtelée, antique mais découverte dans une fosse du xive s. ; les autres appartiennent à différentes phases (5-6, 8 ou 10). On notera aussi la présence de fragments de bracelets fins (phases 7, 8 et 10). Un fragment de tige torsadée en verre bleu provient d’une couche du milieu du Ier s. (phase 3).

9.3 Monnaies et jetons

94Sur les 348 monnaies et jetons recueillis, seulement 35 % ont été identifiés, la plupart après restauration. Le nettoyage et la consolidation du reste des monnaies auraient sans doute permis d’atteindre un taux de 75 %. La datation de certaines phases aurait peut-être été affinée. Plus d’un tiers des monnaies provient des « terres noires », ce qui est dû à la fois à leur abondance mais aussi à la finesse de la fouille dans certains secteurs. Pour la phase 10, bien dotée, il faut noter l’abondance de jetons. Nous présentons, avant l’inventaire chronologique des monnaies identifiées, un tableau récapitulatif des éléments de datation par phase (tabl. XXXIX et XL).

TABL. XXXIX
Répartition des monnaies par phase.

Phase

Identification sommaire

Nb

Datation

10

Louis XV (1715-1774)
Louis xiv (1643-1715)
Louis xiv (1643-1715)
Louis xiv (1643-1715)
Louis xiii (1610-1643), monnaie intrusive
Henri iii (1574-1589)
Henri VIII (1509-1547)
Monnaie fruste
Jeton de Nuremberg ou Dauphiné
Jeton de Nuremberg
Jeton de Nuremberg à la nef de Paris
Jeton à l’orbe de Nuremberg
Jeton du Dauphiné
Jeton royal de la chambre des comptes de Paris
Jeton de France dit au Royal
Constantin II

1
1
1
1
1
1
1
1
2
4
2
6
1
1
1
1

1739-1759
1692-1705
1680
1676
1642-1643
1577-1589
1544-1547
xvie-xviie s.
– 1500- – 1550
– 1500- – 1550
– 1500- – 1550
– 1500- – 1550
1490-1550
1470-1520
1370-1450
317

9

Philippe vi (1328-1350)
Philippe iv (1285-1314)
Philippe iv (1285-1314)
Philippe iii (1270-1285)
Urbs Roma
Tétricus

1
1
2
1
1
1

1340-1350
1285-1314
1295-1303
1280-1290
330-337
272-273

8

Théodose ?
Empereur indéterminé
Imitation radiée
Valentinienne
Gratien
Valentinien
Magnence ou Décence
Magnence ou Décence
Magnence
Constantinienne
Constantinienne
Urbs Roma
Constance II
Constantin II
Constantin
Constantin
Crispus ?
Dioclétien
Imitation radiée
Probus
Imitation radiée
Divo Claudio
Hadrien

1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
2
1
1
1
1

390-450
388-410
– 300- – 400
364-378
367-375
364-367
353
350-353
350
337-341
336-341
330-337
330-335
330
327-328
325-326
323-324 ?
303-305
280-300
278-279
270-280
ca 270
117-138

7

Empereur indéterminé
Indéterminée ive s.
Imitation radiée
Constance II ?
Constantinienne
Constantinienne
Indéterminée
Constantinienne
Crispus
Constantin
Constantin
Licinius
Constantin
Imitation radiée
Imitation radiée
Tétricus fils
Divo Claudio
Antonin le Pieux
Aelius

1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
3
1
1
1
1

388-410
– 300- – 400
– 280- – 400
353-358
341-348
336-341
330 ?-337 ?
330-335
323-324
323
320
316
310-311
ca 271-ca 280
270-280
272-273
ca 270
140-144
137

5-6

Imitation radiée
Tétricus
Macrin
Faustine
Marc Aurèle
Antonin
Antonin le Pieux
Hadrien
Hadrien
Trajan
Auguste ou Tibère

4
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1

270-280
272-273
217
161-180
176-177
141-161
156-157
134-138
119-122
98-99
?-37

3

Bellovaci

1

<-52

2

Auguste ou Tibère
Auguste ou Tibère
Auguste
Auguste
Parisii ?
Sequani

1
1
1
1
2
1

10-25
– 7/-4 ou 10/14
10
– 7/-3
>-49/-47
– 80/-52

TABL. XL
Récapitulatif des monnaies identifiées par phase.

9.3.1 Inventaire des monnaies gauloises

95Inv. no 2832, US 1264
Bellovaci
Potin anépigraphe de la série AΓHΔ (classe ii), fin iie s.-52 av. J.-C.
D/deux chèvres (?) affrontées dressées sur les pattes arrière
R/loup et sanglier autour d’un point central
5,20 g
Scheers 1977, p. 707, no 185,II, pl. XXIII, no 655.
Delestrée, Tache 2002 : 61, pl. X, no 210. Plusieurs exemplaires ont été trouvés à Paris, dans la Seine, en particulier au pont Saint-Michel et au pont au Change.

96Inv. no 2833, US 1300
Parisii ?
Bronze frappé à la légende ECCAIOS (var. 1), ap. 49-47 av. J.-C.
D/illisible, tête à droite ; devant : [ECCAIOS]
R/cavalier à droite ; dessous : ECCAIOS
3,78 g
Scheers 1977, p. 698, no 176, II, pl. XXII, nos 641-642.
Delestrée, Tache 2002 : 131, pl. XXVIII, no 672.
Un exemplaire a été trouvé à Paris, dans la Seine, ainsi que quatre de la classe I.

97Inv. no 2835, US 1308
Parisii ?
Bronze frappé à la légende ECCAIOS (var. 2), ap. 49-47 av. J.-C.
D/illisible, tête à droite ; devant : [ECCAIOS]
R/cheval à droite, la tête retournée ; dessous : un personnage debout, les poings sur les hanches ; devant : [ECCAIOS],
3,08 g
Scheers 1977, p. 698, no 176, I pl. XXII, no 640.
Delestrée, Tache 2002 : 131, pl. XXXVIII, no 673.
Quatre exemplaires ont été trouvés à Paris, dans la Seine, ainsi qu’un de la classe II.

98Inv. no 2836, US 1313
Sequani
Denier à légende TOGIRIX (exemplaire fourré), ap. 80-av. 52 av. J.-C.
D/tête casquée à gauche ; devant : TOGIRIX
R/cheval à gauche ; dessous : serpent (?) ; au-dessus : TOGIRI
0,96 g
Scheers 1978, p. 698, nos 177-186, pl. IX.
Un exemplaire a été trouvé à Paris, ainsi qu’un trésor dans les jardins du Luxembourg.

9.3.2 Inventaire des monnaies romaines

99Monnaies déterminées

100Inv. no 2805, US 2984
Auguste
Lyon, as, 7-3 av.
J.-C.
D/[], tête laurée à dr.
R/[]AVG, autel de Lyon
8,21 g
RlC 12, 57/230

101Inv. no 2808, US 2836
Auguste
Lyon, semis, 10 ap.
J.-C.
D/[] PATER PATRIAE, tête laurée à droite
R/[], autel de Lyon
3.77 g
RlC 12, 58/234a

102Inv. no 2834, US 1307
Auguste ou Tibère
Lyon, semis, 10 – début du règne de Tibère ?
Autel de Lyon
2.18 g

103Inv. no 2645, US 2066
As julio-claudien, imitation
[], tête laurée à gauche
Autel de Lyon ?
4,80 g ; 23 mm

104Inv. no 177, US 2167
Hadrien
Rome, sesterce, 134-138
HADRIANVS-AVG COS III PP, buste lauré et drapé à dr.
[ ], Fortuna debout à g. tenant une patère et une corne d’abondance
22,57 g
RlC II, 437/760

105Inv. no 2838, US 1082-1083
Antonin le Pieux
Rome, sesterce, 140-144ANTONINVS AVG PI-VS P[], tête laurée à dr.
SA[] VGC, Salus debout à g. nourrissant un serpent enroulé à un autel
21,50 g
RlC III, 111/635

106Inv. no 2596, US 1237
Antonin le Pieux
Rome, sesterce, 156-157
ANTO[], tête laurée à droite
[TR POT XX COS IIII], S C, Securitas assise à g.
21,35 g
RIC III, 145/967

107Inv. no 2649, US 2066
Macrin
Rome, denier, 217
IMP CM OPEL SEV MACRINVS AVG, buste lauré, drapé et cuirassé à dr.
PM TR P II COS PP, l’empereur assis à g. sur une chaise curule
2,64 g
RlC IV, 2, 67/27

108Inv. no 2613, US 1055
Divo Claudio
Imitation, antoninien, ca. 270
[], tête radiée à dr.
[], autel
1,02 g ; 15 mm

109Inv. no 2626, US 1083
Divo Claudio
Imitation, antoninien, ca. 270
[], tête radiée à dr.
[]ATIO, aigle à gauche regardant en arrière
1,06 g ; 16 mm

110Inv. no 2654, US 2125
Tétricus
Atelier I, antoninien, émission III, 272/3
], buste radié à dr.
[], type Victoria Aug
1,09 g
Elmer 765 ou 768, Cunetio 2584 ou 2586

111Inv. no 2653, US 2066
Tétricus
Atelier I, antoninien, émission IV, 272/3
[]CVS[], buste radié à dr.
[], Pax tenant une branche à g.
2,21 g
Elmer 775, Cunetio 2603

112Inv. no 2627, US 1083
Tétricus fils
Imitation, après 273
[]VS CAES, buste radié à dr.
P[]X [], Pax tenant une branche à g.
0,85 g ; 15-18 mm

113Inv. no 2817, US 1063
Imitation radiée, 270-280 (?)
[], ?
[] AG, ?
2,16 g ; 15 mm

114Inv. no 2632, US 1206
Imitation radiée, 270-280 (?)
[]V[], tête radiée à dr.
S [],
Hilaritas (?) tenant une branche
1,88 g ; 13-17 mm

115Inv. no 2681, US 2570
Imitation radiée, 270-280 (?
[], tête radiée à dr.?
1,14 g ; 11-16 mm

116Inv. no 2646, US 2066
Imitation radiée, 270-280 (?)
[], buste radié à dr.?
1,10 g ; 14 mm

117Inv. no 2682, US 2574
Imitation radiée, 270-280 (?)
[], tête radiée à dr.?
1,09 g ; 14-15 mm

118Inv. no 2650, US 2066
Imitation radiée, 270-280 (?)
[]AVG, tête radiée à droite
], Pax tenant une couronne à g.
0,41 g ; 12 mm

119Inv. no 2638, US 1209
Imitation radiée, 270-280 (?)
[]IIC[], tête radiée à dr.?
0,35 g ; 12 mm

120Inv. no 2625, US 1074
Imitation radiée, 270-280 (?)
[], tête radiée à dr.?
0,33 ; 12-14 mm

121Inv. no 2702, US 2636
Probus
Lyon, aurelianus, 278-279
IMP C PROBVS PF AVG, buste radié et cuirassé à dr.
TEMPOR FELICI, Felicitas debout à dr. ; à l’ex., I
4,38 g
Bastien 1976, 270

122Inv. no 2695, US 2626
Dioclétien
Trèves, nummus, 303-305
IMP DIOCLETIANVS AVG, tête laurée à dr.
GENIO POPVLI ROMANI, le Génie à g. ; S/F//PTR
9.68 g
RlC VI, 200/579.

123Inv. no 2028, US 2506
Licinius
Trèves, nummus, 316
IMP LICINIVS PF AVG, buste lauré et cuirassé à dr.
GENIO POP ROM, le Génie à g. ;
T/F//[]TR
2,23 g
RlC VII, 173/121

124Inv. no 769, US 2408
Constantin II
Trèves, nummus, 317
]INVS I[], buste lauré et cuirassé à dr.
CLARITAS REIPVBLICAE, Sol debout à dr., regardant en arrière ; []
2,50 g
RlC Vll, 175/148

125Inv. no 2606, US 1040
Constantin
Lyon, nummus, 310/311
IMP CONSTANTINVS PF AVG, buste lauré, drapé et cuirassé à dr.
SOLIINVICTO COMITE Sol debout à g. ; F/T//PLG
3,68 g
Bastien 1980, 526

126Inv. no 2608, US 1040
Constantin
Trèves, nummus, 320
CONSTA-NTINVS AVG, buste casqué et cuirassé à dr.
VIRTVS EXERCIT, trophée au pied duquel sont deux prisonniers ; à l’ex., STR
3,20 g
RIC VII, 187/258

127Inv. no 2623, US 1074
Constantin
Lyon, nummus, 323
CONSTANTINVS AVG, tête laurée à dr.
[]DEV[], type Sarmatia devicta ; dans le champ à g., C ; à l’ex., [
1,81 g
Bastien 1982, 170-174

128Inv. no 2620, US 1063
Constantin
Trèves, nummus, 327/8
CON [], tête laurée à dr.
PROVIDENTIAE AVGG, porte de camp ; à l’ex., [] TRE
2,86 g
RIC VII, 212/504

129Inv. no 2675, US 2516
Constantin II
Lyon, nummus, 330
CONSTANTINVS IVN NOB C, buste lauré et cuirassé à dr.
GLORIA EXERCITVS, deux soldats se faisant face, tenant une haste renversée et posant la main sur un bouclier, à l’ex., SLG
1,82 g
Bastien 1982, 204

130Inv. no 2615, 1055
Constance II
Arles, nummus, 330-335
FL IVL CONSTANTIVS NOB C, buste lauré et cuirassé à dr.
GLORIA EXERCITVS, deux soldats se faisant face, tenant une haste renversée et posant la main sur un bouclier ; à l’ex.,
[] ONST
1,51 g

131Inv. 1173, US 2482
urbs Roma
Imitation, nummus, 330-337 (prototype)
VRBS [], buste casqué à g.
Louve
0,85 g ; 13 mm

132Inv. no 2684, US 2594
urbs Roma
Imitation, constantinienne, nummus, 341- 348 (prototype)
[], buste à dr.
VICTO[], 2 Victoires affrontées
0,52 g ; 13 mm

133Inv. no 2703, US 2650
Constance II (?)
Imitation, maiorina, 353-358

134[], buste diadémé à dr.

135[], type Fel Temp Reparatio, soldat terrassant un cavalier à terre

1360,54 g ; 11 mm

137Monnaies indéterminées

138Inv. no 1161, US 1022

139Inv. no 1176, US 2439
0,56 g

140Inv. no 2614, US 1055,
0,55 g

141Inv. no 2622, US 1074
2,15 g

142Inv. no 2624, US 1074
1,64 g

143Inv. no 2631, US 1206
iiie-ive s.
0,82 g

144Inv. no 2633, US 1209
IVe s., urbs Roma ou Constantinopolis, 330-337
Buste casqué à g./?
1,23 g

145Inv. no 2634, US 1209
2,76 g

146Inv. no 2635, US 1209
1,49 g

147Inv. no 2636, US 1209
iiie-ive s.
0,32 g

148Inv. no 2637, US 1209
0,21 g

149Inv. no 2639, US 1209
0,31 g

150Inv. no 2640, US 1214
ier-iie s.
8,02 g

151Inv. no 2647, US 2066
0.21g

152Inv. no 2657, US 2131
iiie-début ive s.
2.36 g

153Inv. no 2692, US 2615
1,24 g

154Inv. no 2704, US 2650
0,21 g

155Inv. no 2705, US 2655
ive s.
0,56 g

156Inv. no 2839, US 1284, CS 143

157Inv. no 2850, US 2997 ou 2907
ier-iie s.
9,14 g

9.3.3 Inventaire des monnaies et jetons du Moyen Âge et de l’époque moderne

Monnaies royales francaises

158Inv. no 2849, US 2693, CS 252
Philippe iv (1285-1314)
Obole parisis
D/PHILI[PPV]S REX dans le champ,
FRA OCN en deux lignes.
R/[+] PARISIVS ‘CIVIS croix.
Dup. 1988 no 222. L tréflée.
0,33 g

159Inv. no 2706, US 2667
Philippe vi (1328-1350)
Double tournois de la 4e émission (à partir du 6 avril 1340)
D/[+ PHI]LIPPVS[oD°G]REX
deux lys superposés, accostés respectivement de F, R et de A, N, 2 annelets entre les 2 lignes du champ.
R/+ MONETA/DV [PLEX]
croix latine aux 3 bras fleurdelisés, recroisetée, coupant la légende en bas, 2 annelets de part et d’autre de la croix.
Dup. 1988 no 271c. Bel. no 228 (signalée de la 3e émission). Les croisettes initiales sont annelées.
1,12g

160Inv. no 2816, US 2971, CS 204
Henri II (1547-1559)
Douzain aux croissants (1549-1558)
La Rochelle : une H sous l’écu au droit et un point sous la 9e lettre au droit et au revers. D/[+ HENRI] CVS.2. D. G. FRANCORV[...]
écu de France couronné, accosté de 2 croissants couronnés. Une H sous l’écu.
R/[+ SIT. NOM]EN. DNI[...]
croix fleurdelisée, formée de huit croissants entrelacés, cantonnée de deux H et de deux couronnes.
Dup. 1989 no 997. Cette monnaie n’est connue que par un fragment et par son empreinte laissée dans le contexte archéologique environnant.
0,37 g

161Inv. no 2700, US 2630, CS 200
Henri III (1574-1589)
Double tournois (à partir de 1577)
Atelier indéterminé.
D/[. HE]NRI. III. R. DE. FR[A]N[...] buste à droite du roi, lauré et cuirassé.
R/+DOVBLE[...]
trois lys posés 2 et 1.
Dup. 1989 n
o 1152.
2,53 g

162Inv. no 2655, US 2131, CS 203
Louis XIII (1610-1643)
Double tournois du xve s. type dit « de
Warin » (1642-1643)
Atelier indéterminé.
D/. LVD[.]XII[I.] D. G. FR. E[...]REX tête laurée du roi à gauche.
R/[...]RNOIS. 1643
trois lys posés 2 et 1.
Dup. 1989 no 1377 ou no 1377a.
2,59 g

163Inv. no 1048, US 1030, CS 109
Louis xiv (1643-1715)
Quadruple sol dit « des traitants » (1674- 1679)
Vimy-en-Lvonnais (actuellement Neuville-sur-Saône) : un D en cœur au revers.
D/LVDOVICVS (mufle de lion) XIIII D GRA
buste à droite du roi, drapé, la tête nue, sous une couronne de lauriers.
R/FRAN. ET. NAVARRÆ. REX 16/76.
Croix fleurdelisée surmontée d’une couronne coupant la légende, avec un D en coeur.
Dup. 1989 no 1504.
1,42 g

164Inv. no 1049, US 1030, CS 109
Louis xiv (1643-1715)
Quinzain aux huit L sur flanc neuf (1692- 1705)
Paris : un A en cœur au revers.
D/[LVD/XIII/D G FR/ET N R]
croix formée de 8 L adossées, chaque bras étant couronné, avec un A dans un cercle en cœur, cantonnée de 4 lys s’écartant à partir du centre.
R/[. SIT. NOMEN. DOMINI/BENE
DICTVM (millésime)]
écu de France couronné
Dup. 1989 n
o 1581.
1,32 g

165Inv. no 2017, US 1012
Louis XV (1715-1774)
Double sol (1738-1762)
Strasbourg : BB à l’exergue au revers.
D/LUD. XV. D.G.[FR/ET. NAV. REX]
dans le champ, L couronnée entre trois lys posés 2 et 1.
R/[. SIT.] NOM. DOM/[BENEDICTUM (différent) 17[3 (?)]9
dans le champ, L cursive et rameau entrecroisés, sous une couronne, BB à l’exergue.
Dup. 1989 no 1690.
0,96 g

Monnaie étrangère (Royaume d’Angleterre). FIG. 196

166Inv. no 2864, US 2131, CS 203
Henri VIII (1509-1547)
Troisième période (1544-1547)
Demi-couronne
Southwark : un E gothique en début de légende au droit et au revers.
D/ (globe crucigère) E. HE[...]ROSA : SINE : SPIN (deux trèfles)
rose sous une couronne, accostée de H, K.
R/ (globe crucigère) E. DEL GRA.
AGL.[...]HIB. REX.
écu couronné, écartelé de France et d’Angleterre accosté de H.K.
North. 1960 no 1840.
1,55 g

FIG. 196
Demi-couronne en or d’Henri VIII d’Angleterre frappée entre 1544 et 1547.

Monnaie fruste

167Inv. no 1160, US 1022
Douzain ou quinzain fruste (xvie s.– XVIIe s.).
0,96 g

Jetons francais

168Inv. no 2643, US 2689
Jeton de l’administration royale
D/écu de France portant sept lys posés 3, 2 et 1.
R/croix pseudo-fleurdelisée avec un cercle central et des groupes de trois besants.
Mitch. 1988, no 356.
1,43 g

169Inv. no 1056, US 1030, CS 109
Louis xiv (1643-1715)
Jeton du trésor royal
D/LVD. XIIII. D. G/FR. ET. NAV. REX tête laurée à droite du roi
R/DITA[T]/ INEXHAVSTV
soleil rayonnant sur le globe terrestre. À l’exergue TRESOR ROYAL/1680 en deux lignes.
Mitch. 1991, p. 1056.
5,50 g

Jeton étranger

170Inv. no 7, US 2130, CS 204
Nuremberg (Allemagne)
Jeton anonyme dit « au globe et à la rose » (XVIe s.)
D/ (couronne) BNAGKOGI*AOPTNVI
trois lys et trois couronnes alternées autour d’une rose à six pétales.
R/ (couronne) YSFBBMN*BIGNAGTP cercle crucigère dans un trilobe cantonné de trois trèfles.
Mitch. 1988, nos 1248-1284. Restauration : Utica 94-161
1,24 g

Table des illustrations

Légende TABL. XXXIII Quantification par phase des éléments de dallages et placages en calcaire et marbre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21847/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende TABL. XXXIV Quantification par phase des éléments lapidaires sculptés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21847/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 177 Chapiteau en calcaire découvert anciennement lors des fouilles des thermes du Collège de France (Lutèce... 1984 : fig. 88).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21847/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 178 Tesselles de mosaïque gallo-romaines.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21847/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 5,2k
Légende FIG. 179 Bases de colonne en marbre (no 1) et en calcaire (nos 2 et 3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21847/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 180 Reconstitution d’une portion de pilastre d’applique en calcaire. 1, 2 pilastre d’applique bombé ; 3 pilastre d’applique plat ; 4, 5 pilastre d’applique probable.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21847/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 181 Fragments de décor d’applique en pierre. 1- 18 moulures en pierre ; 19‑22 éléments chanfreinés ; 23‑26 plaques moulurées en pierre. 1, 19‑21r 23, 25, 26 en calcaire ; 2- 18, 22, 24 en marbre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21847/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 182 Fragments d’opus sectile en pierre. 1, 5 marbre rose ; 2 marbre vert ; 3 schiste noir ; 4 marbre blanc.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21847/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende TABL. XXXV Définition des codes utilisés pour le classement des objets (code de l’inventaire général du matériel du Collège de France).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21847/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende TABL. XXXVI Effectif des petits objets découverts.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21847/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende TABL. XXXVII Évolution de la proportion des différents objets par phase (en %).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21847/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende TABL. XXXVIII Évolution de la part des petits objets par phase, sur l’ensemble de la période (en %).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21847/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 183 Objets en terre cuite. 1 fusaïole (phase 2) ; 2 antéfixe en terre cuite (phase 3) ; 3 cor de chasse (phase 1).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21847/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 184 Clochettes en alliage cuivreux (phase 2).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21847/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende FIG. 185 Objets en alliage cuivreux d’époque gallo-romaine.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21847/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 186 Objets en fer. 1 bigorne (?) (phase 7) ; 2 clé (phase 9) ; 3 lame de couteau ou de poignard (phase 7) ; 4 lampe à suif (phase 3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21847/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 187 Plomb de scellement antique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21847/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende FIG. 188 Objets en os et en ivoire d’époque gallo-romaine. 1‑2 fragments de bracelets très fins ; 3 anneau incomplet ; 4 pion ou bouton ; 5‑6 cabochon ; 7‑10 pions de jeu ; 11 fragment de pyxide ; 12 charnière ; 13 dé à jouer ; 14 tête d’épingle anthropomorphe.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21847/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 189 Objets en os. 1-4 manches ; 5 indéterminé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21847/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. G Furgeoir en os (xvie s.). Cf. troisième partie, § 9.2.4.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21847/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. 190 Objets en pierre. 1-3 affutoirs en grès fin, 4 pilon en grès fin, 5 éclat de silex, 6 jeton en ardoise.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21847/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 191 Objets en pierre. 1, 2 bracelets en lignite, 3, 4 bracelets en jais.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21847/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 192 Support de vase en pierre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21847/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende FIG. 193 1 palet en calcaire ; 2 meule en grès ; 3 dalle funéraire en calcaire dur (liais).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21847/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende FIG. 194 Ardoises à écrire (1-5 représentations figurées ; 6‑8 gravures involontaires) et de solfège (9, 10).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21847/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende FIG. 195 Intaille en pâte de verre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21847/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 6,1k
Légende TABL. XXXIX Répartition des monnaies par phase.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21847/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 196 Demi-couronne en or d’Henri VIII d’Angleterre frappée entre 1544 et 1547.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21847/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 14k

Auteurs

Numismate

Direction des collections, Département des monnaies, médailles et antiques, Bibliothèque nationale de France

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search