Version classiqueVersion mobile

Le Collège de France (Paris)

 | 
Laurent Guyard

Troisième partie. Mobilier et matériaux

Chapitre 8. Trois ensembles de verrerie médiévale et moderne

Maria-Teresa Penna et Laurence de Finance

Texte intégral

8.1 Introduction

1Depuis les quinze dernières années, notre connaissance de la verrerie du Moyen Âge et de la Renaissance s’est accrue rapidement grâce aux nombreuses fouilles, publications et expositions qui ne montrent pas uniquement la vaisselle d’apparat mais aussi celle utilisée quotidiennement par les différentes classes sociales. Étant donné que, jadis, les conservateurs et les musées privilégiaient les verres de luxe, l’image qu’on se faisait de la vaisselle en verre pour ces périodes était forcément biaisée.

2Notre connaissance de la verrerie courante de l’époque médiévale jusqu’à la Renaissance repose principalement sur des exemplaires exceptionnellement conservés, notamment sur ceux provenant de fouilles de structures creuses : latrines, fosses d’aisances, dépotoirs... ayant souvent servi dans un premier temps de glacière, de citerne, ou de puisard, devenus des lieux pratiques pour se débarrasser de toute espèce de déchets encombrants. Ainsi, ces structures se transforment en « miroirs du quotidien et de l’exceptionnel » (Monnet 1992) et nous renseignent sur divers aspects du passé, non documentés par les textes ou les objets conservés.

3Suite aux travaux approfondis menés sur la verrerie mise au jour lors des fouilles de la cour Napoléon au Louvre, une première typologie a été élaborée pour la verrerie en usage courant à Paris au Moyen Âge et à l’époque moderne (Barrera 1990). Elle a permis d’identifier et de dater un grand nombre de verres issus des fouilles du Collège de France. Des verres archéologiques provenant d’autres fouilles dans Paris et dans d’autres régions fournissent aussi des éléments de comparaison. Selon la méthode employée pour la quantification de la verrerie archéologique de la cour Napoléon, l’unité choisie ici est le « nombre de formes identifiées » ; les données quantitatives pour les tableaux et l’histogramme correspondent au « nombre maximum » de formes identifiées (Barrera 1990).

4Le verre en général, et le verre archéologique en particulier, est une matière très instable. Sa composition chimique réagit à celle du milieu d’enfouissement. L’humidité des sols et la décomposition des matières organiques favorisent aussi l’altération du verre (Bailly 1990). Cependant, les formes de cette époque sont assez distinctives pour pouvoir permettre l’identification des types à partir des éléments caractéristiques conservés. La classification, les comparaisons et les datations proposées ont été élaborées à partir de la typologie de la verrerie de la cour Napoléon du Louvre (Barrera 1990 ; 1993).

5Au Collège de France, les nombreuses fosses des périodes médiévale et moderne –maçonnées ou en pleine terre, circulaires ou quadrangulaires– ont livré un abondant mobilier, principalement de la céramique et de la verrerie. L’étude de ces artefacts, conjointement réalisée avec celles de la faune, des restes végétaux, et des parasites peut nous informer sur les habitudes alimentaires et l’état sanitaire de la population du collège concerné.

8.2 Une double fosse d’aisances du xvie s.

8.2.1 Aspects généraux

6L’étude de cette double fosse (CS 203-204) et de son matériel (fig. 162-167) nous fournit des informations sur la population du collège de Cambrai. Il s’agissait sans doute en majorité d’élèves du collège auxquels les lecteurs royaux faisaient cours en attendant la construction des locaux du Collège royal de France, qui débutera en 1610. La verrerie de cette double fosse d’aisances (plan XIII  et fig. 104-107) représente donc un ensemble qui nous permet d’aborder d’une manière particulière l’étude de la vie des étudiants à Paris pendant le xvie s. En effet, l’étude de la verrerie ne nous renseigne pas uniquement sur la typologie des verres à boire et des récipients que l’on pouvait trouver sur les tables des étudiants : à l’échelle de la structure, leur répartition spatiale peut nous donner un aperçu du fonctionnement de cette construction à la morphologie originale. Son identification comme fosse d’aisances –l’un des « six privés » mentionnés dans un procès-verbal de 1610 (A.n. M. 109)– vient de son remplissage organique et de sa situation, accolée à une tourelle d’escalier (plan XIII  et fig. 104, 105). En effet, C. Enlart mentionne qu’aux xive et xve s. les « privés » étaient souvent desservis par l’escalier de la maison (cité dans Monnet dir. 1992) (la fosse d’aisances CS 101, située dans la cour Letarouilly et qui a livré une abondante verrerie, est aussi attenante à une tourelle d’escalier).

PLAN XIII
Bâtiments du XVIe s. (phase 10a).

7Le verre de table représente 96 % (5 950 g) du matériel recueilli, le verre de construction/vitrail 4 % (250 g) ; cette structure n’a livré aucune verroterie. Le vitrail inclut des fragments au décor végétal (rinceaux, feuillages, tiges, fleurs, boutons) et figuré (visage en profil, main) ainsi que d’autres montrant des bords grugés (cf. § 8.7). Le verre étudié est issu uniquement de couches d’utilisation/assainissement. Tout le verre provenant du CS 203-204 est très fragmenté et en mauvais état de conservation, à l’exception de certains éléments. À titre d’exemple, la grande bouteille aplatie no 57 (fig. 163) et la coupe côtelée no 67 (fig. 162) ne sont guère altérées. En revanche, la carafe côtelée à pied no 58 (fig. 171) montre une telle variété d’altérations que l’identification seule des tessons ne pouvait certifier qu’il s’agissait d’un même individu.

FIG. 162
Verrerie des fosses jumelles CS 203-204.

FIG. 163
Grande bouteille aplatie (no 57) de la fosse 203-204.

8Le verre à pied est la forme la plus courante. Néanmoins, sa distribution varie selon les contextes. Parmi les 57 formes identifiées, 45 proviennent du CS 203, 11 du CS 204 et 1 seulement du passage mitoyen (tabl. XXX et fig. 164-167). La forme dominante, courante entre la fin du xve s. et la fin du xvie s., est le verre à pied refoulé, surtout les types 7 et 8, avec 13 exemplaires identifiés. Les verres les plus nombreux peuvent être classés dans une fourchette chronologique allant du milieu du xvie s. au début du xviie s. : ce sont les types 10 et 11, le verre à liseré bleu (18 unités identifiées) et le verre à boule creuse renflée (11 unités identifiées). Les formes caractéristiques de la fin du xvie s. au début du xviie s. (type 12 : verre à tige creuse renflée) représentent un nombre moindre (5 verres) quoique assez significatif pour qu’elles ne soient pas considérées comme intrusives. Un contenant côtelé en verre translucide du type 12/27 (xviie s.), presque complet et peu altéré, n’a pu être associé à aucun pied.

TABL. XXX
Effectifs des verres à boire de la fosse cs 203-204.

FIG. 164
Types de verre du xvie s. présents dans la fosse CS 204.

FIG. 165
Types de verre du xvie s. présents dans la fosse CS 203.

FIG. 166
Distribution des types de verres à boire provenant de la fosse CS 203-204.

FIG. 167
Distribution des types de verre par rapport à la stratigraphie de la fosse CS 203-204.

9Six formes diverses de verre à pied provenant des couches principales d’occupation ne peuvent être assimilées avec certitude à aucun des types connus, soit à cause de leur mauvais état de conservation, soit en raison de leur caractère exceptionnel. C’est le cas, par exemple, d’un pied de verre à tige creuse pincée pour former trois petites boules (fig. 162, no 38a) : la forme du contenant n’est pas connue mais le fragment conservé suggère qu’il était conique, vraisemblablement comme celui du type 12/26 de la cour Napoléon (verre à tige creuse renflée).

10Les indices archéologiques semblent indiquer une première utilisation de la fosse d’aisances suivie d’un curage (?) et d’une recharge d’assainissement (plâtre ou chaux). Très peu de matériel identifiable pouvant être associé à cette première utilisation a été recueilli, à l’exception de quelques tessons dans la couche d’assainissement du CS 203 et de deux verres fragmentaires dans le CS 204. Ces tessons, ainsi que celui d’un verre fragmentaire, proviennent de gobelets du type 4 de la cour Napoléon, caractéristiques de la période allant de la fin du xve s. au milieu du xvie s. L’un d’eux (fig. 168, no 6) est exceptionnel car il combine un pied dentelé avec une base annulaire formée par l’enroulement d’un fil de verre (voir le no 262, provenant de Saint-Denis et daté du xve s., et le no 264, provenant du Mans et daté de la fin du xve s.–xvie s. ; Foy, Sennequier 1989).

8.2.2 Le flaconnage et les formes diverses

11Si les verres à boire sont généralement représentés par plusieurs individus d’un même type, en revanche, la plupart du flaconnage et des formes diverses sont caractérisés par des exemplaires uniques (tabl. XXXI). Hormis les flacons/bouteilles de taille moyenne en verre de teinte verte (six bases identifiées), la plupart des autres formes fermées sont vraisemblablement uniques par leur couleur (bleu foncé à bleu clair nos 52, 59a ; bleuté 59b ; translucide, incolore et irisé, no 66 ; brunâtre et opaque no 56) ou leurs dimensions. On note cependant des formes de tailles très diverses comme la grande bouteille aplatie (fig. 163, no 57) et le petit flacon de pharmacie (fig. 162, no 62). La répartition spatiale des formes fermées suit celle observée pour le verre à boire : onze formes identifiées dans le CS 203, trois dans le CS 204 et trois, très fragmentaires, dans le passage. La chronologie du flaconnage est moins aisée à préciser que celle des verres à boire, néanmoins, d’après la typologie élaborée pour la cour Napoléon, le matériel recueilli dans ces fosses est tout à fait typique de la période allant de la fin du xve à la fin du xvie s.

TABL. XXXI
Effectifs du flaconnage et des formes diverses de la fosse CS 203-204.

12Les formes diverses incluent une base qui peut être celle d’une cruche, plus probablement d’une chope (fig. 162, no 69). Deux autres objets exceptionnels sont représentés dans les formes ouvertes : le premier est une coupelle à pied (fig. 162, no 68) de forme comparable à celles déjà connues auparavant (Barrera 1993 : no 95 ; Foy, Sennequier 1989 : no 308), mais entièrement réalisée en verre bleu cobalt ; le second est une grande coupe évasée en verre translucide comportant un décor moulé de stries et de côtes, avec un bord doré (fig. 162, no 67). Aucune des bases identifiées ne peut être associée avec certitude à cette coupe, en revanche, une référence iconographique possible existe dans le tableau de François Clouet, Femme au Bain (peint entre 1560 et 1570, Washington D.C., National Gallery of Art, Kress Collection) : on y voit une coupe similaire avec la même bordure dorée existant à l’état de traces dans l’exemplaire du Collège de France.

8.2.3 Discussion

13La verrerie semble correspondre à un ensemble plutôt homogène de vaisselle de table courante au xvie s. Comme tel, il est représentatif du mobilier en verre de l’époque moderne provenant du Collège de France. L’histogramme (fig. 166), montrant la distribution par type et par période des formes identifiées de verres à boire, atteste l’utilisation de cette fosse d’aisances pendant le xvie s., voire principalement la seconde moitié du siècle. Par contraste, les formes provenant de la fosse d’aisances de la cour Letarouilly (CS 101) s’étalent sur une plus grande fourchette chronologique, de la fin du xiiie s. jusqu’à la fin du xvie s., début xviie s. La présence de gobelets très fragmentaires dans les niveaux d’utilisation les plus profonds placerait la première utilisation des fosses jumelles au début du xvie s. Les gobelets sont notamment absents dans les couches correspondant à l’utilisation postérieure. Ces données s’accordent avec la datation par la céramique et les monnaies.

14La figure 167 présente, schématiquement, la répartition spatiale des formes identifiées. Ainsi qu’on peut le constater dans le tableau XXX, le nombre de verres identifiés et la variété des formes représentées sont manifestement plus importants dans le CS 203 que dans les deux autres parties (CS 204 et le passage). Les cotes altimétriques montrent un dénivelé entre les deux fosses. La présence de collages entre le matériel recueilli dans le CS 203 et le passage nous suggère que la fosse CS 204 fonctionnait comme trop-plein pour le CS 203. Le matériel est assez homogène dans les deux parties pour étayer cette supposition.

15Le nombre élevé des deux types de verres les plus courants au cours du xvie s., le verre à liseré bleu et le verre à boule creuse renflée, contraste avec la plus grande variété de formes trouvées dans les autres structures creuses du Collège de France pour la même époque. Parmi les questions que l’on se pose, la première concerne la vidange présumée du milieu du xvie s. ; le matériel sorti de cette fosse a-t-il été emporté ailleurs ou jeté dans une autre structure creuse à proximité ? L’inventaire sommaire de la verrerie d’autres structures contemporaines du même type (dépotoir) au Collège de France donne l’impression d’un matériel plus hétéroclite que celui provenant du CS 203-204. Les trois structures les plus susceptibles d’avoir servi comme dépotoirs secondaires des matières vidangées sont une grande fosse circulaire maçonnée (citerne CS 254), une grande fosse carrée maçonnée (CS 200) et une fosse en pleine terre comblée lors du xvie s. (CS 243). La verrerie de ces trois structures montre des ressemblances avec les formes caractéristiques de la première moitié du xvie s. (gobelets côtelés en verre très fin), ainsi qu’avec des formes plus anciennes telles que les verres à tige. Une étude plus approfondie du matériel de ces structures pourrait fournir des éléments de réponse.

8.3 Deux ensembles de verrerie médiévale

8.3.1 Aspects généraux

16Au xive s., de possibles cours ou jardins se trouvaient au sud des maisons médiévales achetées pour l’extension du collège du Cambrai. De nombreuses fosses, en pleine terre ou maçonnées, étaient aménagées à l’arrière des maisons (plan XI et fig. 92). La verrerie provenant de l’une de ces fosses en pleine terre (CS 206) et d’une fosse circulaire maçonnée (CS 226) a été étudiée. Elles sont toutes deux situées dans le terrain de la maison B (maison de la Rose) pour laquelle les céramiques ont été étudiées (cf. supra § 7.6).

PLAN XI
Bâtiments du XIVe s. (phase 9a).

17La fosse en pleine terre CS 206 présente un niveau d’utilisation du xvie s. constitué d’un dépôt organique brun épais. La plupart du verre étudié de cette structure provient de cette couche (fig. 168, 169), avec une moindre quantité trouvée dans les niveaux de remblai qui la recouvrent. La fosse paraît avoir vraisemblablement servi de dépotoir (cf. supra § 5.2.3).

FIG. 168
Verres à tige creuse de la fosse CS 206.

FIG. 169
Verres à tige pleine de la fosse CS 206.

18La deuxième fosse (CS 226) peut être aussi datée du xvie s. par l’abondant matériel céramique (cf. supra § 7.6). De profil tronconique (diam. sup. : 3,20 m ; diam. inf. : 2,80 m), elle est profonde de 3 m et semble avoir été intégralement maçonnée à l’origine (Guyard et al. 1995). Malheureusement, une partie assez importante du mobilier en verre recueilli dans cette fosse (en particulier le matériel aisément identifiable) n’a pas une provenance stratigraphique précise. Cela est d’autant plus regrettable que certaines des formes présentes sont rares parmi la verrerie mise au jour lors de fouilles à Paris (fig. 170-173). Si on les compare à d’autres verres de la même structure, de provenance stratigraphique précise, ce matériel pourrait provenir des couches de remblai supérieures plutôt que des niveaux d’utilisation proprement dits.

FIG. 170
Verres à jambe creuse massive du CS 226.

FIG. 171
Éléments divers provenant de la fosse CS 226.

FIG. 172
Verres à tige pleine et décor de côtes de la fosse CS 226.

FIG. 173
Verrerie de fosse CS 226. A flacons à fond bombé (urinaux) de la fosse CS 226 ; B éléments divers.

19Si les deux lots peuvent être datés du xive s., il y a cependant des différences marquées entre les types et le nombre de verres trouvés dans l’un et l’autre (fig. 174, 175). Utilisant la méthode de quantification du « nombre de formes identifiées » (cf. supra § 8.1), ce sont 13 verres à boire et 9 flacons à fond bombé ou urinaux qui proviendraient de la fosse en pleine terre CS 206. En revanche, dans la fosse maçonnée CS 226, 60 urinaux ont été recueillis pour 11 verres à boire (tabl. XXXII et fig. 173A). Ce même type de proportion (un nombre élevé d’urinaux par rapport aux verres à boire, fig. 174) a aussi été observé dans quelques ensembles du xive s. provenant de la cour Napoléon du Louvre (Barrera 1993).

TABL. XXXII
Effectifs des formes des fosses CS 226 et 206.

8.3.2 Urinaux et formes diverses

20FIG. 173A et B

21Le flacon à fond bombé, forme recueillie en plus grand nombre dans la fosse maçonnée CS 226, est communément appelé « urinai » en raison de sa fonction principale d’après l’iconographie médiévale. S’il est souvent trouvé lors de fouilles archéologiques, on ne recueille en général, à cause de la finesse de la paroi de la panse (globulaire ou piriforme), que les fonds plus épais ombiliqués par la marque de l’empontillage et les bords évasés, horizontaux ou légèrement incurvés. Par exemple, pour les 60 fonds provenant de cette fosse, uniquement 30 bords et un col ont été identifiés. Tous les fonds provenant des CS 226 et CS 206 sont soit de teinte verte, soit tellement altérés qu’ils sont devenus opaques. En revanche, il y a un grand nombre de tessons très fins et transparents, d’une très légère teinte verte et d’une altération ponctuelle, identifiables, en toute probabilité, comme les panses de ces urinaux. La couleur des bords peut varier d’une teinte verte à un brun-jaune assez foncé. Le no 100 (fig. 173A) représente une restitution probable de l’un d’eux. Le no 106 (fig. 173A), seul bord entier des deux ensembles, montre une déformation évidente et une altération importante : le verre est devenu complètement opaque et incrusté. Seulement neuf fonds caractéristiques d’urinaux et un nombre proportionnel de tessons de bord, col et panse, ont été recueillis dans la fosse en pleine terre CS 206.

22À part les urinaux, uniquement trois autres formes ont été identifiées (fig. 173B), toutes provenant du CS 226. Il s’agit d’un fond de lampe opaque (no 107), foncé, d’un fond de flacon (no 108) en verre de teinte verte et d’un possible goulot de fiole ou ampoule (?) torsadé (no 109). Ce dernier ressemble aux goulots provenant du sud de la France (Foy, Sennequier 1989 : nos 224 à 226) ainsi qu’à celui d’une ampoule provenant d’Étampes (Foy, Sennequier 1989 : no 80). Bien que le goulot provenant du Collège de France soit très altéré au cœur par des petites bulles et couvert d’une pellicule noirâtre, le verre semble avoir été incolore à l’origine, comme ceux du sud, par contraste avec celui d’Étampes, de teinte verte.

8.3.3 Les verres à boire

23L’ensemble de verres à boire est principalement composé de verres à pied ou de verres à tige. Quelques fragments de gobelets – un fond conique à sommet aplati et au moins deux types de bord en bandeau – sont aussi présents. Ces fragments sont en verre cristallin très fin, incolore mais couvert par une pellicule irisée. Le no 92 (fig. 173) en montre une reconstitution. Par contraste avec les gobelets du Louvre, les fragments du Collège de France n’ont pas de paroi côtelée. Selon J. Barrera, on rencontre cette forme entre la fin du xve et le milieu du xvie s. (Barrera 1990 : 352).

24À l’instar des différences observées dans les ensembles CS 206 et 226 pour le flaconnage et les formes diverses, les lots de verres à boire provenant des deux fosses sont assez dissemblables (fig. 174). Si la catégorie de verre à tige avec contenant côtelé englobe la plupart des spécimens mis au jour, la variété des formes est nette. Globalement, l’ensemble provenant de la fosse en pleine terre CS 206 est caractérisé par des verres à tige creuse ou tige pleine mince. Les coupes ont soit des côtes saillantes (fig. 168, no 75a et fig. 169, no 76b), soit des côtes très fines et nombreuses (fig. 168, no 74a). En revanche, la plupart des verres recueillis dans la fosse maçonnée CS 226 ont des tiges massives (fig. 170, nos 81, 83a) et des coupes larges, hémisphériques ou évasées (fig. 171, no 91 et fig. 172, no 85), avec des côtes aplaties ou des décors moulés (fig. 172, no 86 et fig. 170, no 82).

FIG. 174
Proportion des verres à boire et des flacons à fond bombé dans les fosses CS 206 et 226.

FIG. 175
Comparaison des formes présentes dans les fosses CS 206 et 226.

25Le verre est de teinte verte, du vert émeraude (fig. 170, no 83a et fig. 172, no 86) au vert pâle (fig. 171, no 90c) ou au vert grisâtre (fig. 168, no 74a). De nombreux fragments sont complètement altérés et sont devenus blanchâtres, jaunâtres, brunâtres ou grisâtres, ainsi qu’opaques, friables et très fragiles. L’état de fragmentation étant important, certains dessins proposent des reconstitutions d’après des formes identifiées ailleurs (fig. 170, nos 81 et 83a et fig. 171, no 84). À titre d’exemple, s’il y a des individus du type 1 de la cour Napoléon (verres à contenant resserré vers le haut) présents dans les deux lots, ceux provenant de la fosse en pleine terre CS 206 n’ont été identifiés qu’à partir de quelques fragments très caractéristiques, tels que les bords incurvés ou les côtes en « C ». Parmi les verres du CS 226, on remarque deux tiges côtelées, massives, avec un renflement prononcé au milieu (fig. 170, nos 83a et 83b), qui ne sont comparables à aucun élément trouvé dans le matériel archéologique d’Île-de-France ; en revanche, des fouilles effectuées au début des années 60 par M. de Boüard dans le château de Caen ont mis au jour 23 pieds de même type dans une citerne. Le dessin de reconstitution proposé associe (fig. 170, nos 83a et b) l’une des tiges avec une coupe provenant du même lot, très similaire à celle du verre de Caen (Foy, Sennequier 1989 : no 102).

26Les dates proposées pour les deux ensembles, à partir des formes présentes, s’échelonnent de la fin du xiie au début du xiiie s. (type 1 de la cour Napoléon : verre à contenant resserré vers le haut) et le xve s. (gobelet du type 4 de la cour Napoléon), ce qui ne contredit pas la datation du xive s. pour la majorité des formes.

8.4 Fragments de verrières du xvie s.

  • 1 – Leur étude a été réalisée par Maria-Teresa Penna et Jorge Barrera que je remercie de leur confian (...)

27Plusieurs éléments de verre plat portant un décor peint dont la conservation est inégale ont été mis au jour1. L’état lacunaire de ces fragments et leur dénaturation due à un enfouissement prolongé rendent leur étude difficile et toute proposition faite ici doit être considérée comme une hypothèse.

  • 2 – Seule la grisaille du fragment rectangulaire a été consolidée par Valérie Verniolle, chargée de l (...)

28Les deux fragments trouvés dans la fosse d’aisances CS 203 ont été découpés dans un verre bleu coloré dans la masse qui a perdu de sa transparence. Leurs bords ont été grugés avant d’être sertis dans des plombs aujourd’hui disparus. Le premier élément est un rectangle de 6,2 cm de large sur 13,8 cm de long présentant une découpe arrondie à sa partie supérieure et une cassure vive dans le coin supérieur droit (fig. 176). Le second élément (fig. D, no 1, p. 29) est un médaillon de 5,2 cm de diamètre sur 3,1 mm d’épaisseur dont le bord grugé est intact. Leur face interne porte un décor végétal constitué d’un rinceau où alternent feuilles et fleurs aux corolles renversées. Il a été dessiné en enlevant la grisaille appliquée au préalable sur toute la surface du verre ; le relief des végétaux est rendu par quelques hachures et traits de grisaille complémentaires. La longue période d’enfouissement a fragilisé ce décor qui se désagrège au toucher2 ; la face externe de chacun de ces verres porte des traces de jaune d’argent –posé non en filet continu mais en projections– plus abondantes sur la tige et les feuilles. Leur similitude de couleur et de décor invite à associer ces fragments, que l’on ne peut cependant pas assembler car le diamètre du médaillon étant trop réduit pour correspondre à la coupe arrondie du premier élément. Tous deux proviennent vraisemblablement de la bordure d’une verrière décorative du xvie s.

FIG. 176
Vitrail du xvie s. découvert dans la fosse CS 203.

29Une autre pièce circulaire (fig. D, no 2, p. 29), de même diamètre que le médaillon précédent mais un peu moins épaisse (2,4 mm), a été trouvée dans le même contexte (CS 203). Le verre coloré dans la masse est de couleur verte et le décor, réalisé aussi par « enlevés » de grisaille mais sans adjonction de jaune d’argent, se compose de feuilles arrondies et de fruits pommés. Peut-on attribuer à cet élément la même provenance que les fragments précédents ? S’agit-il d’une autre bordure, pour une autre verrière ?

30Parmi d’autres fragments non identifiables, deux éléments de petites dimensions ont été juxtaposés pour former une sorte de palmette teintée de jaune et d’argent, dont la localisation n’a pu être précisée (fig. D, no 3, p. 29).

31La réunion de plusieurs éclats de verre, issus également de la fosse CS 203, a permis de recomposer partiellement un rondel (petit vitrail de forme circulaire), d’environ 12 cm de diamètre (fig. D, no 4, p. 29), dessiné à l’origine sur une seule pièce de verre dont le bord venait s’insérer dans un plomb de contour ; ce rondel est aujourd’hui à demi reconstitué mais présente de nombreuses cassures. Le verre, de faible épaisseur, est peu altéré et son décor reste lisible. Il est orné en son centre d’un buste de jeune femme vue de profil, peint en grisaille sur un verre incolore dont le bord a reçu une application de jaune d’argent. Il s’agit vraisemblablement plus d’une allégorie que d’un portrait. C’est à partir du xie s., et jusque vers 1650, que l’usage se répand d’inscrire au centre d’une vitrerie losangée un petit vitrail souvent de forme arrondie ornée d’une figure ou d’une scène profane ou religieuse. Le style et la finesse de ce buste « à l’antique », le traitement des cheveux teintés de jaune d’argent, retenus par un ruban qui laisse échapper quelques mèches sur le front, évoquent le talent des artistes qui ont travaillé au château de Fontainebleau et permettent de dater ce rondel du milieu du xvie s. La petitesse de son diamètre conduit à émettre deux hypothèses : soit la vitrerie losangée dans laquelle il était inséré était un panneau de petit format, soit d’autres rondels figurés (non retrouvés à ce jour) complétaient le décor de la verrière.

32La mise au jour de tels éléments est très précieuse pour les historiens du vitrail auxquels elle apporte la confirmation de l’existence de vitraux civils dans des édifices qui sont aujourd’hui dépourvus de leur ancienne parure. De telle découverte contribue à une meilleure connaissance des vitraux profanes, dont l’étude est loin d’être aussi avancée sur notre territoire que celle des vitraux religieux anciens.

Notes

1 – Leur étude a été réalisée par Maria-Teresa Penna et Jorge Barrera que je remercie de leur confiance.

2 – Seule la grisaille du fragment rectangulaire a été consolidée par Valérie Verniolle, chargée de la gestion du matériel durant l’opération, après relevé du dessin originel.

Table des illustrations

Légende PLAN XIII Bâtiments du XVIe s. (phase 10a).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21832/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende FIG. 162 Verrerie des fosses jumelles CS 203-204.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21832/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende FIG. 163 Grande bouteille aplatie (no 57) de la fosse 203-204.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21832/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende TABL. XXX Effectifs des verres à boire de la fosse cs 203-204.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21832/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 164 Types de verre du xvie s. présents dans la fosse CS 204.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21832/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 165 Types de verre du xvie s. présents dans la fosse CS 203.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21832/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende FIG. 166 Distribution des types de verres à boire provenant de la fosse CS 203-204.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21832/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende FIG. 167 Distribution des types de verre par rapport à la stratigraphie de la fosse CS 203-204.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21832/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende TABL. XXXI Effectifs du flaconnage et des formes diverses de la fosse CS 203-204.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21832/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende PLAN XI Bâtiments du XIVe s. (phase 9a).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21832/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende FIG. 168 Verres à tige creuse de la fosse CS 206.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21832/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende FIG. 169 Verres à tige pleine de la fosse CS 206.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21832/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 170 Verres à jambe creuse massive du CS 226.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21832/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 171 Éléments divers provenant de la fosse CS 226.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21832/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 172 Verres à tige pleine et décor de côtes de la fosse CS 226.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21832/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende FIG. 173 Verrerie de fosse CS 226. A flacons à fond bombé (urinaux) de la fosse CS 226 ; B éléments divers.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21832/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende TABL. XXXII Effectifs des formes des fosses CS 226 et 206.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21832/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. 174 Proportion des verres à boire et des flacons à fond bombé dans les fosses CS 206 et 226.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21832/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 7,6k
Légende FIG. 175 Comparaison des formes présentes dans les fosses CS 206 et 226.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21832/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 176 Vitrail du xvie s. découvert dans la fosse CS 203.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21832/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 21k

Auteurs

Service régional de l’Inventaire général, direction régionale des Affaires culturelles d’île-de-France

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search