Version classiqueVersion mobile

Le Collège de France (Paris)

 | 
Laurent Guyard

Troisième partie. Mobilier et matériaux

Chapitre 7. La céramique

Laurent Guyard et Dominique Orssaud

Texte intégral

7.1 Présentation

1En raison de l’abondance du matériel, il a été décidé de présenter une sélection de quelques ensembles bien repérés stratigraphiquement et qui justifient la datation de la plupart des phases.

2La contribution de la céramique à la chronologie du site est importante pour le Haut-Empire et l’époque mérovingienne. En revanche, la stratigraphie et les monnaies sont primordiales pour la connaissance céramologique de l’Antiquité tardive. En effet, en dépit de synthèses récentes pour l’Île-de-France (Barat 1993d), le site de Paris n’a pas fait l’objet de publications exhaustives. Le mobilier du Collège de France apparaît dès lors comme l’une des premières références.

3Nous avons choisi de présenter successivement, pour chaque phase, le décompte des productions en nombre de restes et en pourcentages pour les ensembles étudiés. D’autre part, toute la sigillée du Haut-Empire ayant été identifiée par Richard Delage et Laure Simon, il a paru nécessaire de faire figurer l’intégralité des comptages, dans la mesure où les datations de chacune des céramiques se complètent et contribuent à la datation générale de la phase.

4En ce qui concerne la datation même, c’est le fait archéologique qui est daté. On ne devra donc pas s’étonner de certains décalages entre les datations du mobilier de centres de production, voire de sites de consommation, et celles proposées pour les strates, séquences ou phases du Collège de France.

5La date finale (Date fin. dans les tableaux) proposée pour la sigillée est celle de la production et doit être utilisée avec précaution, en raison de la variation des estimations des différents chercheurs et de l’évolution même de la recherche. Il ne s’agit donc ici que d’un point de repère qu’il faut apprécier à sa juste valeur.

6Les codes correspondant aux groupes céramiques différenciés sont les suivants :

  • Mod : céramique modelée ;

  • Gros : céramique à pâte grossière, le plus souvent modelée ;

  • DAM : céramique à pâte fine brun-orangé dorée au mica ;

  • Somb : céramique commune sombre ;

  • GB : céramique gallo-belge (ensembles précoces) ;

  • TN : céramiques de type terra nigra (ensembles précoces) ;

  • TR : céramique de type terra rubra (ensembles précoces) ;

  • Sig : céramique sigillée ;

  • PF : céramique à paroi fine (ensembles précoces) ;

  • CF : céramique fine ;

  • PC : céramique à pâte claire ;

  • Amph : amphores ;

  • Rug : céramique rugueuse (ensembles tardifs) ;

  • Autr : autres céramiques.

7Dans les tableaux présentant les céramiques sigillées, les abréviations suivantes ont été utilisées, notamment pour la colonne « type » :

  • Ch. : typologie de Chenet ;

  • D : typologie de Dragendorff ;

  • Dr : typologie de Dressel ;

  • L : typologie de Lezoux ;

  • Ritt : typologie de Ritterling ;

  • Sce : Service, pour les productions de tradition italique ;

  • W : typologie de Walter ;

  • ind : indéterminé.

8Dans les tableaux généraux, les effectifs sont exprimés en nombre de restes (NR) et correspondent à l’inventaire de quelques ensembles choisis sur le site. Pour la sigillée, les résultats sont présentés en nombre minimum d’individus (NMI) et sont en relation avec le nombre de vases de différentes formes, caractérisés à partir de n’importe quel élément (tesson de panse, de fond ou de bord), découverts sur l’ensemble du site.

7.2 La céramique du Haut-Empire1

7.2.1 Phase 1

9Pour cette première phase (tabl. XV, XVI), on doit signaler la quasi-absence des céramiques sigillées (0,2 %) et des parois fines, notamment dans les niveaux archéologiques de la cour d’honneur. Le fragment de coupelle en sigillée présenté (fig. 126, no 5) provient du comblement d’une fosse d’extraction de matière première de la cour Letarouilly et se situe donc à la charnière phase 1-phase 2.

TABL. XV
Effectifs et proportions des groupes céramiques d’ensembles choisis de la phase 1.

TABL. XVI
Sigillées de la phase 1. Est. estampillé.

FIG. 126
Céramiques gallo-romaines (phase 1). 1-4 modelée ; 5 sigillée ; 6, 7 terra nigra ; 8‑29 commune sombre.

10La caractéristique des ensembles céramiques réside dans une bonne représentation des deux catégories de céramiques modelées (environ 12 %) et des amphores (14 %). Ces dernières sont essentiellement des Dr 1B, amphores italiques à pâte sableuse orange comportant une lèvre triangulaire, dont la forte représentation serait un indice d’ancienneté pour l’occupation gallo-romaine à Paris (Poux 1999). Ces éléments ne circulent pourtant plus depuis longtemps. Il faut alors songer à une réutilisation très importante de ce mobilier, sans doute comme conteneur. La céramique modelée (fig. 126, nos 1-4), notamment la céramique à pâte grossière, pourrait contenir des éléments de pots à pâte micacée à bord mouluré dit de type « Besançon ». Cette céramique est très fréquente dans la région dans les ensembles de la transition Tène D1-D2 (Jobelot et al. 1999) et de l’époque gallo-romaine précoce (Jobelot, Vermeersch 1991a : 273).

11Les terra nigra sont déjà présentes dans cette phase (fig. 126, nos 6, 7), mais modestement, de même que les céramiques à pâte fine brun-orangé dorée au mica, attestées dans la région avant le Ier s. de notre ère (Jobelot, Vermeersch 1991a : 273). Les assiettes en terra nigra (Gose 283, fig. 126, no 6) ont une couleur gris ardoise claire. L’exemplaire Gose 286 (fig. 126, no 7), surtout présent dans les phases 2 et 3, est l’un des éléments les plus récents. Ces deux formes sont respectivement connues aux Mureaux à partir de l’époque augustéenne précoce et augustéenne tardive (Barat et al. 1992 : 143, tabl. 4).

12Les céramiques à pâte claire (cruches et mortiers) sont encore peu représentées. Certaines, à la pâte plutôt brune, ont un revêtement engobé blanc.

13Les céramiques communes sombres ont un faciès très particulier et accusent encore des caractères laténiens fortement prononcés (fig. 126, nos 9-25 et fig. 127). La pâte est gris sombre à brune et la surface des vases, noire, est souvent lissée. Un bol, à paroi verticale et décor en baguette (fig. 126, no 18), est caractéristique de l’époque augustéenne (Jobelot, Vermeersch 1993 : 160, fig. 113, 10). On le retrouve notamment aux Mureaux (Barat 1990 : 61). On remarque un lot important de jattes carénées comportant un col droit légèrement déversé qui se termine par une lèvre épaissie plus ou moins marquée. Les formes représentées sont surtout des pots, marmites ou vases de stockage de plus ou moins grand diamètre. Le pot no 21 (fig. 126), à lèvre légèrement éversée et à col droit, est connu sur le site de l’hôpital Avicenne à Bobigny (Seine-Saint-Denis), au nord de Paris, dans un contexte de La Tène DI (Jobelot et al. 1999 : pl. VI, no 4). Les bases sont le plus souvent resserrées, à pied annulaire (pied balustre), rarement plates, indiquant pour les vases des profils plutôt élancés de tradition laténienne. Ces formes sont courantes jusqu’à l’époque tibéro-claudienne dans la région (Jobelot, Vermeersch 1993 : 165). Les décors sont réalisés au lissoir ou à la pointe mousse (fig. 127, nos 18-22) : il s’agit de lignes parallèles ou entrecroisées réparties en registres sur les parties hautes des formes. Le répertoire de la céramique commune est aussi assez proche de celui de Nanterre (Aubry 1994 : 32-33), de Chelles (Coxall et al. 1994 : 27) et de certains oppida de la vallée de l’Aisne, sites datés de la seconde moitié du ier s. av. J.-C.

FIG. 127
Céramiques gallo-romaines (phase 1). 1-22 commune sombre ; 23 amphore.

14Toutes ces caractéristiques se retrouvent dans le lot céramique le plus ancien de la rue Saint-Martin, antérieur au cardo maximus de Lutèce, dont la fourchette chronologique proposée couvre toute la seconde moitié du ier s. av. J.-C. et le tout début du ier s. ap. J.-C. (Guyard 1999), ainsi qu’il en est à Chartres (Joly 1988 : 21). En revanche, la plupart des formes ne sont pas représentées sur la montagne Sainte-Geneviève, si l’on se réfère aux études récentes (Du Bouëtiez 1993), ce qui pourrait signifier une occupation légèrement postérieure de la ville haute (cf supra § 1.3).

7.2.2 Phase 2

15Les quelques ensembles présentés pour cette phase ont été regroupés, en dépit de la subdivision de la phase en deux séquences (tabl. XVII, XVIII). Il s’agit principalement des fosses CS 267 (qui contenait un semis d’Auguste frappé en 10 ap. J.-C.), CS 291 et 310, attribuées à la phase 2a. Ont été associées les sigillées de la fosse CS 328 et les formes en terra rubra recueillies sur le site pour l’ensemble de la phase 2. Le matériel trouvé dans les niveaux de sols de la cour Letarouilly n’a pas été étudié.

TABL. XVII
Effectifs et proportions des groupes céramiques d’ensembles choisis de la phase 2.

TABL. XVIII
Sigillées de la phase 2. Est. estampillle, x présence d’une estampille.

16Durant cette période, qui correspond à la mise en place et au développement d’un habitat en bois riverain du cardo, les céramiques modelées ont quasiment disparu (moins de 1 %, fig. 128, no 1), à l’exception des dolia en pâte grossière.

FIG. 128
Céramiques gallo-romaines (phase 2). 1 modelée ; 2‑9 sigillée ; 10-14 terra rubra ; 15‑19 terra nigra.

17Les sigillées, encore peu nombreuses (1 %), comportent un fort taux de productions italiques (38 %), principalement représentées par des assiettes et des coupelles (fig. 128, nos 2- 9). La Gaule du Sud est néanmoins bien présente (57 %), mais l’on peut noter l’existence d’un fragment de D29a tibéro-claudien de Gaule du Centre (fig. 128, no 6).

18Les terra rubra (1,3 %) sont à signaler, notamment par une assiette imitant les terra nigra Menez 1 (fig. 128, no 10) et par divers fragments de calices qui rappellent les productions de Melun (Primat-Vilpoux 1991 : 41). Ce type (fig. 128, nos 11-14) est bien connu dans la région pour la première moitié du Ier s. (Barat 1993b : 148), mais le site de Melun en a livré jusqu’au troisième quart du Ier s. (Galbois 1994 : 270). Quelques tessons de formes hautes en céramique gallo-belge à pâte fine rose-orangé sont aussi à mentionner.

19Les terra nigra (4 %) (fig. 128, nos 15-19) sont uniquement représentées par des assiettes (Menez 8, 9 et 11) dont la proportion reste stationnaire. L’assiette Menez 9 (ou Gose 286, fig. 128, no 19) est connue aux Mureaux (Yvelines) pour le milieu du Ier s. (Barat 1990 : 57 ; Barat et al. 1992 : 143, tabl. 4). Le dernier exemplaire (Gose 296-297, fig. 128, no 18) est assez rare dans la région ; il apparaît à la fin de l’époque augustéenne (Barat et al. 1992 : 143, tabl. 4). Une portion d’estampille du potier TORNVS/VOCARI a été identifiée dans la fosse CS 328. Déjà connue à Paris, elle est associée aux productions de la région rémoise ou de la vallée de la Vesle (Barat et al. 1992 : 145).

20Les céramiques communes sombres (62 %) complètent le répertoire de la phase 1 (fig. 129 et fig. 130, nos 1-3). On retrouve les bols à bord droit et décor de baguette (fig. 129, no 5). Certains pots se caractérisent par un col plus ou moins droit se terminant par une lèvre arrondie. On trouve encore les pieds balustres de vases élancés (fig. 129, no 16). Les décors reprennent aussi les motifs antérieurs, notamment les lignes verticales ou obliques placées entre deux lignes horizontales situées sur l’épaulement des pots (fig. 129, no 7), caractéristiques des décors de productions « précoces », en particulier à Beaumont-sur-Oise (Morize, Vermeersch 1993 : 23).

FIG. 129
Céramiques gallo-romaines (phase 2). 1‑18 communes sombres.

FIG. 130
Céramiques gallo-romaines (phase 2). 1, 2 dorée au mica ; 3‑7 commune claire ; 8 pâte claire fine.

21Les céramiques dorées au mica, ici des pots à bords moulurés (fig. 130, nos 2, 3), ne sont pas plus représentées (1,5 %) que dans la phase antérieure.

22Quelques tessons de céramiques fines, en pâte orangée, sont à signaler.

23Le lot d’amphores (10 %) se caractérise toujours par une forte résidualité de Dr 1b (fig. 131, nos 1,2) et par un col de Dr 7 ou 9, amphores à salaisons hispaniques présentes entre autres dans l’est de la France durant le règne d’Auguste (Baudoux 1996 : 70). Des tessons d’amphore de type Dr 20, d’amphore de Bétique et de Gauloise 4 ont été identifiés par Matthieu Poux. Cette dernière, qui apparaît vers 50- 60, serait l’un des éléments les plus récents.

FIG. 131
Céramiques gallo-romaines (phase 2). 1-3 pâte claire ; 4, 5 amphore.

24Les productions à pâte claire représentent déjà près de 10 % du matériel. Elles se signalent par une bonne représentation des mortiers à bord en bandeau collé. C’est le type le plus ancien, et à bec verseur bien marqué (fig. 131, nos 3, 5), courant pour l’époque augusto-tibérienne. Un exemplaire identique à ce dernier a été découvert aux Mureaux (Barat 1990 : 62). Les amphores et amphorettes régionales sont déjà bien présentes (fig. 130, nos 3-7). Certaines portent, sur le col large et haut, des baguettes caractéristiques (fig. 131, no 4). Un exemplaire, dont la pâte paraît modelée et reprise au tour, possède une anse percée de trous peut-être destinés à faciliter le séchage ou la cuisson (?) (fig. 130, no 3). Un bord, lui aussi percé, appartenant peut-être au même type, a été recueilli dans le fossé CS 303 attribué à la phase 3 (cf. infra fig. 135, no 1).

25On signalera la présence d’un fragment d’ongentarium en pâte compacte fine brun clair (fig. 130, no 8), type de flacon importé déjà signalé à Paris (Robin 1993 : 84).

26Ce matériel est très comparable à celui des états 2 et 3 du cardo de la rue Saint-Martin, daté entre 20 et 40, si l’on se base, d’une part, sur la rapidité d’évolution de la voirie (notamment le premier état de la chaussée dont l’occupation doit être située entre 5-10 et 20-30) et, d’autre part, sur l’existence de céramique à glaçure plombifère et de céramique à projections sableuses dans la partie supérieure de la stratigraphie de ce site (Guyard 1999). La corrélation de l’étude stratigraphique et de la datation de la sigillée (tabl. XVIII) permet de proposer une durée d’occupation de près d’un demi-siècle (de 20 à 60 ap. J.-C.).

7.2.3 Phase 3

27Seul le mobilier recueilli dans le fossé CS 303- 306 a été étudié pour cette phase liée à la présence d’un grand bâtiment (tabl. XIX, XX). La céramique modelée ne semble présente qu’à titre résiduel (fig. 132, no 1). La sigillée est plus abondante (près de 6 %), avec une quasi-exclusivité de la Gaule du Sud (tabl. XVII et fig. 132, nos 2-15).

TABL. XIX
Effectifs et proportions des groupes céramiques d’un ensemble de la phase 3.

TABL. XX
Sigillées de la phase 3. Est. estampillle, X présence d’une estampille.

FIG. 132
Céramiques gallo-romaines (phase 3). 1 modelée ; 2‑15 sigillée.

28Les terra nigra sont aussi plus abondantes et rivalisent avec la sigillée, mais le répertoire ne varie pas par rapport à la phase 2 (fig. 133, nos 2-9), à l’exception de l’assiette Menez 1 (fig. 133, no 3), caractéristique du milieu du Ier s., notamment dans les ensembles de la rue Pierre-et-Marie-Curie à Paris (Du Bouëtiez 1993) et aux Mureaux (Barat 1990 : 57). La proportion des assiettes Gose 296-297 (fig. 133, nos 4-6 et 8) devient plus marquée, ainsi qu’il en est aux Mureaux pour le milieu du Ier s. et la période flavienne (Barat et al. 1992 : 143, tabl. 4).

FIG. 133
Céramiques gallo-romaines (phase 3). 1‑9 terra nigra ; 10, 11 paroi fine ; 12‑22 commune sombre.

29Les parois fines sont représentées par une coupelle à projections sableuses et décor d’écailles de l’atelier de Lyon (fig. 133, nos 10, 11), fréquente dans les contextes du milieu et du troisième quart du ier s. Il n’a pas été remarqué, contrairement aux niveaux contemporains des autres sites fouillés à Paris, de céramique à glaçure plombifère.

30Pour les céramiques communes sombres (fig. 133, nos 12- 22 et fig. 140), les pâtes sont grises à noires, parfois rougeâtres. On notera l’existence de couvercles et de jattes à profil en « S » dont la lèvre est très déversée (fig. 133, nos 12- 15). Les pots, de même que les jattes, aux formes assez variées, présentent assez fréquemment un double bourrelet au niveau de l’épaulement (fig. 133, nos 13-16 et fig. 134, no 9), qui semble caractéristique des productions du milieu du ier s. à Paris (Du Bouëtiez 1993 : 155 ; Guyard 1999). Les pots à col large (fig. 133, nos 19, 20) sont attestés pour le milieu et la fin du ier s. (Jobelot, Vermeersch 1993 : 165). Le col peut être assez marqué, souvent droit, se terminant par une baguette (fig. 133, nos 17, 18, 21, 22) ; il s’agit du type 35 des céramiques noires à pâte rougeâtre (NPR), très fréquent à l’époque tibéro-claudienne (Jobelot, Vermeersch 1993 : 165). Les jattes à profil en « S », à lèvre plus ou moins déversée, sont assez typiques de cette période ; on les retrouve sur le site d’Ermont (Val-d’Oise), sous les règnes de Claude et Vespasien (Ducœur 1996 : 51).

FIG. 134
Céramiques gallo-romaines (phase 3). 1-16 commune sombre ; 17-20 commune claire.

31Pour les pâtes claires, on notera la présence classique des petites cruches de table (fig. 134, nos 17-20), certaines à rebord cannelé, aux côtés des amphores (fig. 135, nos 1-5). Parmi les mortiers (fig. 135, nos 6-9), les exemplaires à bord en bandeau sont encore bien présents, comme sur le site de la rue Pierre-et-Marie-Curie dans les ensembles du milieu du Ier s. (Du Bouëtiez 1993). D’autre part, on doit signaler, pour cette phase, un nouveau type de lèvre à bourrelet externe peu développé (fig. 135, no 8), qui annonce la série postérieure des mortiers à bord déversé très marqué.

FIG. 135
Céramiques gallo-romaines à pâte claire (phase 3).

32Parmi les amphores régionales, on doit signaler deux cols à lèvre évasée (fig. 135, nos 2, 5), très proches des types produits à Chartres, dans les ateliers des Grandes Filles Dieu et du faubourg La Grappe, au moins dans la première moitié du ier s. (Selles, Cousin 1993 : 64, fig. 10, types 9 à 11).

33La datation des sigillées (tabl. XX) permet de proposer une datation du lot céramique vers le milieu et le tout début du dernier quart du ier s. L’absence totale de service flavien, notamment les bols à décor moulé de type D37, en est l’élément le plus notable. L’apparition du remblaiement pour l’installation de la palestre des thermes de l’est (phase 4) aurait donc pu intervenir dans le courant du dernier quart du Ier s.

7.2.4 Phase 4

34Seule la sigillée a été étudiée pour cette phase qui correspond au remblaiement préalable à la constitution du sol de la palestre des thermes (tabl. XXI). La céramique de ces niveaux riches en débris de torchis –dont l’origine doit être recherchée dans la destruction de bâtiments en bois incendiés– pourrait être associée à l’occupation de ces bâtiments.

TABL. XXI
Sigillées de la phase 4. Est. Estampille, x présence d’une estampille.

35En effet, si l’on compare les tableaux XX et XXI, on remarque une grande similitude entre les lots, conférant au matériel de la phase 4 une ancienneté presque aussi importante qu’à celui de la phase 3. Les éléments les plus récents sont l’assiette D18 (fig. 136, nos 1-2) et les plats D15-17 (fig. 136, nos 3-5), datés entre 40-50 et 100. Les éléments provenant de Gaule du Sud sont massivement représentés. Malgré quelques éléments de datation légèrement plus récents que pour la phase 3, l’absence de services flaviens apparaît là encore comme un indice d’ancienneté, ce qui placerait les principales céramiques du lot avant 70, date proposée pour le démarrage de cette phase.

FIG. 136
Céramiques gallo-romaines sigillées. 1-10 phase 4 ; 11-14 phases.

7.2.5 Phase 5

36Pour cette phase, une seule fosse (CS 273), située au sommet des remblais d’installation de la palestre, a livré du matériel. Nous ne présentons que les sigillées recueillies dans ce contexte et dans la première couche d’occupation de la palestre (tabl. XXII et fig. 136, nos 11-14).

TABL. XXII
Sigillées de la phase 5. Est. Estampille. En gras, le matériel provenant de la fosse cs 273.

37La céramique sigillée est principalement représentée par des bols et des coupelles qui se répartissent assez équitablement entre les centres de production de Gaule du Sud (52 %) et de Gaule du Centre (48 %) pour l’ensemble de la phase. La datation des céramiques sigillées couvre la période 80-150 environ, avec un net faisceau de dates convergeant vers le premier quart du iie s., ce qui est un bon élément de datation pour la mise en place du cailloutis de silex de la palestre. Le sol et la couche d’occupation supérieure contiennent des poteries datées du iie s., respectivement de 140-170 et de 180-200 voire 230 ap. J.-C., mais l’élément le plus récent, un tesson décoré du style de Marcus, bien qu’apparemment recueilli dans la couche d’occupation de la palestre, serait peut-être à associer à la construction de la couche supérieure, le sol de tuileau (phase 6).

7.2.6 Phase 6

38Cette phase, qui correspond à la réfection de la palestre des thermes, caractérisée par les restes d’un atelier métallurgique, a livré un abondant mobilier (tabl. XXIII) qui n’a été que partiellement étudié. Nous ne présentons que la céramique sigillée (tabl. XXIV et fig. 137) et la céramique commune sous forme de comparaison avec les principaux types découverts à Paris (fig. 138). La datation est étayée par les monnaies, l’archéomagnétisme pratiqué sur les briques du four CS 141 et l’étude de la sigillée (tabl. XXIV et fig. 137).

TABL. XXIII
Effectifs et proportions des groupes céramiques d’ensembles choisis de la phase 6.

TABL. XXIV
Sigillées de la phase 6. Est. Estampille.

FIG. 137
Céramiques gallo-romaines (phase 6). 1-11 sigillées ; 12 gobelet métallescent.

FIG. 138
Quelques types de céramique commune présents dans les contextes de la phase 6. 1‑4 Du Bouëtiez 1992 : pl. 43, nos 25, 24, 20 et 22 ; 5 Barat 1993 : fig. 107, no 17 ; 6‑8 Du Bouëtiez 1992 : pl. 47, nos7 à 9 ; 9 Du Bouëtiez 1992 : pl. 44, no 29 ; 10 Du Bouëtiez 1992 : pl. 50, no 29 ; 11, 12 Robin 1993 : fig. 72, nos 1 et 2 ; 13 Sellès 1993 : fig. 80, no 12.

  • 1 – Nous remercions Pierre-Henri Mitard pour l’identification de cette céramique. Le relief a été uti (...)

39Alors que la sigillée de Gaule du Sud n’est pratiquement plus représentée (10 %), celle du Centre devient prépondérante (70 %) et celle de l’Est apparaît nettement (19 %). Pour ces lots, le terminus de 230 apparaît trois fois et doit donc être considéré comme relativement fiable, ce qui conforte les datations pressenties par les autres méthodes (après 180 pour les monnaies et entre 190-220 pour l’archéomagnétisme). Le mortier D45 à décor de gueule de lion (fig. 137, no 10) pourrait inciter à déplacer cette US, vers la fin du IVe s., mais il est très probablement intrusif ; il s’agit en effet d’une production d’Argonne (Ch. 330) qui ne serait pas antérieure à 3601.

40Un gobelet métallescent à décor végétal réalisé à la barbotine (fig. 137, no 12) est à signaler pour cette phase.

41La céramique commune (fig. 138) est très homogène dans les contextes de l’atelier métallurgique. Quelques recollages ont été observés. Les productions sombres représentent 60 à 80 % des lots, sauf pour l’US 1093 (37 %). La proportion de commune claire varie de 12 à 56 %, mais la moyenne de près de 30 %, assez forte, est cohérente avec ce que l’on peut observer sur différents sites de la région à la même période.

42Les lots de céramique commune sombre comportent quelques rares assiettes à surface lissée (fig. 138, nos 1, 2), bien connues à Paris dans les ateliers ou sur les sites de consommation comme celui de la rue Pierre-et-Marie-Curie (Du Bouëtiez 1992). Les coupes tripodes, à profil simple, semblent bien représentées et quelques jattes ont aussi été retrouvées. Pour ces dernières, le type de lèvre est variable, mais l’exemplaire no 3 (fig. 138) est le plus fréquent.

43On note en revanche une grande abondance de gobelets de toutes tailles, notamment des « gobelets sacs » à lèvre en corniche, à surface lissée décorée ou non de guillochis (fig. 138, nos 4, 5). Ces éléments sont très fréquents à Paris et dans la région à partir de la fin du iie s. Y. Barat les situe en effet dans une fourchette chronologique allant de 180 à 280 ap. J.‑C. (Barat 1993b : 150, fig. 107 et 109, no 17). D’autres gobelets, à bord droit ou légèrement déversé, accompagnent le cortège céramique (fig. 138, nos 6-8) ; ils comportent parfois des dépressions et des décors de guillochis. Rue Pierre et Marie Curie à Paris, ils ont été attribués à la fin du IIe s. et au début du IIIe s. (Du Bouëtiez 1992 : pl. 47, nos 7-9).

44Les marmites et autres pots à cuire sont assez stéréotypés pour cette phase. Barat a défini trois types de lèvres : A, B et C (Barat 1993ba : 96, fig. 71). Le type A (fig. 138, no 9), courant dans le Val-d’Oise, n’est pas très représenté. Le type B (fig. 138, no 12), abondant dans les Yvelines, l’est un peu plus. Il a été produit à Paris dans l’atelier de la rue Saint-Jacques (Robin 1993 : 99, fig. 72, no 2). Le type C, également produit dans les ateliers parisiens (Robin 1993 : 99, fig. 72, no 1), est sans conteste le plus fréquent (fig. 138, nos 10, 11). Il était aussi retrouvé en grand nombre dans les contextes de la rue Pierre-et-Marie-Curie (Du Bouëtiez 1992). La période de production semble longue puisqu’on le retrouve en abondance dans les niveaux du Bas-Empire à Paris (cf. infra § 7.3 et Guyard 1994b).

45Parmi les pâtes claires, on constate une grande proportion de mortier, mais surtout des amphores régionales à lèvre en poulie (fig. 138, no 13). Elles sont connues dans toute l’Île-de-France et ont été produites à Chartres (Sellés 1993 : 112, fig. 80, no 12) et vraisemblablement à Paris sur la rive droite (Marquis 1997).

7.3 La céramique de l’Antiquité tardive

46L’étude détaillée de la sigillée de l’Antiquité tardive a été entamée mais n’est pas achevée. L’étude des décors réalisés à la molette est en cours. Nous présentons les types de formes qui ont été vus dans la totalité des lots (fig. 139).

FIG. 139
Types de céramiques sigillées d’Argonne présents dans les niveaux de la phase 7 (d’apr. Chenet 1941). S’y ajoutent de nombreux fragments de gobelets ou cruches peints en blanc.

7.3.1 Phases 7a et 7b

47La première séquence de l’Antiquité tardive (phase 7a) est peu riche en mobilier (tabl. XXV). Il s’agit en effet de niveaux d’occupation surmontant la palestre des thermes de l’est. Le matériel est donc très fragmenté et il n’y avait quasiment aucune forme dessinable.

TABL. XXV
Effectifs et proportions des groupes céramiques d’ensembles choisis des phases 7a à 7e.

48L’étude du matériel de la phase suivante (7b, tabl. XXV) porte sur les niveaux d’occupation situés à l’arrière de l’habitat repéré cour Letarouilly et que l’on doit considérer comme une zone de rejets. Les céramiques les mieux représentées sont les poteries communes sombres (à surface mate ou brillante, 60 %), les céramiques à pâte claire (29 %) et les céramiques sigillées de Gaule de l’Est (10 %).

49Les sigillées, identifiées par P. Van Ossel, présentent un intérêt limité en raison de leur faible quantité et de leur forte fragmentation. On y a reconnu néanmoins un Ch.324, un Ch.328/29/30 ou un D45 (fig. 139), ainsi que des fragments de gobelets d’Argonne à décor peint en blanc.

50En ce qui concerne les céramiques communes sombres, on remarque une recrudescence très nette des productions noires à surface brillante. Les couvercles (fig. 140, no 1) datent du ive s. Les pots à col resserré s’inscrivent quant à eux dans la lignée des productions du iiie s., en caractérisant toutefois aussi la période (ive s.). L’exemplaire à bord droit en baguette (fig. 140, no 19) est connu dans un contexte du début du ive s. à Paris (Guyard 1994b : 19). Le col de marmite à bord mouluré (fig. 140, no 10) est aussi une constante des productions franciliennes pour le iiie s. (Barat 1993b : 150), mais semble également caractériser assez nettement le courant du ive s. (Guyard 1994b : 28). Le bord en bandeau oblique (bord triangulaire, fig. 140, no 7) est un bon repère pour cette phase, comme rue Saint-Martin à Paris (Guyard 1994b : 29) ; il supplantera définitivement la marmite à bord mouluré à l’époque Valentinienne. Il en est de même pour les jattes à bord déversé plus ou moins collé à la panse (fig. 140, nos 14-16). Il s’agit de marqueurs chronologiques forts pour le ive s. à Paris. Ces vases sont assez fréquemment décorés de fines bandes lissées, entrecroisées, plus ou moins courbes.

FIG. 140
Céramiques gallo-romaines communes sombres (phase 7b).

51Pour les pâtes claires, non dessinées, on note une forte résidualité qui n’est pas sans rappeler celle des amphores Dr 1b aux époques augustéennes et tibériennes (cf. supra § 7.2.1).

52La situation stratigraphique et l’ensemble du matériel, dont une monnaie de 323, permettent de dater l’occupation de cette phase du second quart ou du milieu du ive s. La céramique, présente ici en dépotoir, est donc légèrement antérieure.

7.3.2 Phase 7c

53Pour cette phase, l’aspect général du mobilier ne change guère de la séquence antérieure. Seules les proportions varient (tabl. XXV). Ainsi, on remarque aisément la plus grande représentation des jattes à bord déversé décorées de bandes lissées (fig. 141, nos 9-15). De même, comme il était annoncé, les marmites à bord en bandeau oblique, dit triangulaire (fig. 141, nos 18-20), caractéristiques de la seconde moitié du ive s. dans le nord du Bassin parisien (Barat 1993d : 185), sont plus fréquentes. Les pots à col étroit (ou cruches ?) à paroi assez fine sont aussi très présents (fig. 141, nos 22-28), fait plutôt caractéristique de la première moitié du IVe s. rue Saint-Martin à Paris ; il s’agirait d’une reprise courante du Ch. 333 (Barat 1993d : 180). Par ailleurs, on doit noter une représentation un peu plus grande des sigillées (12 % contre 10 % précédemment). Ce fait s’accentuera encore. L’exemplaire no 29 (fig. 141) est une cruche en pâte claire sableuse.

FIG. 141
Céramiques gallo-romaines (phase 7c). US 1016. 1‑28 commune sombre ; 29 commune claire.

7.3.3 Phase 7d

54Un seul contexte correspond à cette séquence, l’US 1055. Le matériel de ce remblai (il s’agit en fait probablement d’un dépotoir sous forme d’épandage) se signale par une forte proportion de sigillées (27 %) et par l’apparition timide des céramiques rugueuses (1 %), dont on situe l’apparition dans la région à l’époque Valentinienne (Barat 1993c : 176) (tabl. XXV). Pour le reste des productions, on notera la présence d’au moins deux couvercles (fig. 142, nos 1, 2) et d’une coupe à collerette en céramique commune sombre brillante (fig. 142, no 3). L’écuelle no 4 existe déjà durant la phase 7b. Les autres formes étaient aussi présentes, dans des proportions comparables, durant la phase précédente (7c). Une monnaie de 330-335 était contenue dans ce niveau. La datation proposée couvre toutefois une partie de la seconde moitié du ive s.

FIG. 142
Céramiques gallo-romaines (phase 7d). US 1055. 1‑23 commune sombre ; 24 commune claire.

7.3.4 Phase 7e

55Quelques changements notables sont à signaler pour cette phase, dont la seule US significative (1041) est présentée ici. La différence avec l’US 1055 était stratigraphiquement peu nette, mais le matériel, sensiblement différent, atteste d’une certaine homogénéité du lot de cette strate supérieure (tabl. XXV).

56Si les sigillées restent très présentes (20 %), on note surtout une plus grande abondance des céramiques rugueuses (8 %). On doit aussi noter la présence sur le site de quelques exemplaires de céramique anglo-saxonne de type black.burnished one (BB1) (fig. 143, no 1).

FIG. 143
Céramiques gallo-romaines (phase 7e). US 1041. 1‑33 commune sombre.

57Du côté des productions communes sombres, la bonne représentation des couvercles se poursuit (fig. 143, nos 2- 5). On voit aussi surgir dans le lot des coupes carénées (fig. 143, nos 8, 9), imitations possibles (?) des Ch.323 guillochés de Jaulges-Villiers-Vineux. Le pot (ou la jatte) à décor onde entrecroisé est aussi une nouveauté ; la pâte, gris clair à dégraissant blanc, n’est pas courante pour la région et se situe à mi-chemin des productions communes et des céramiques rugueuses. Pour le reste, on note à nouveau une forte représentation des jattes à bord plus ou moins déversé (fig. 143, nos 10, 11, 15-22) et des marmites à bord triangulaire (fig. 144, nos 23-29). Bien que réalisée en céramique commune à surface noire et bandes lustrées, l’exemplaire 33 (fig. 143) se rapproche des productions rugueuses de type Alzei 28.

FIG. 144
Céramiques gallo-romaines (phase 7e). US 1041. 1-5 pâte claire ; 6-17 céramique rugueuse.

58Parallèlement à leur plus grande représentation, la typologie des céramiques rugueuses se diversifie. Sont surtout présentes les jattes Petit IIIa (fig. 144, nos 1-6), apparentées au type Alzei 28 (Barat 1993c : 175), et les pots ou marmites à lèvre moulurée Alzei 27 (fig. 144, nos 7-11), caractéristiques des ensembles dès l’époque Valentinienne (Barat 1993c : 173). On signalera aussi un pichet Alzei 30 (fig. 144, no 12), élément qui apparaîtrait assez tardivement dans le ive s. (Barat 1993c : 175).

59Du côté des pâtes claires encore présentes (mortiers, fig. 144, nos 13-15), on doit signaler, pour tout le ive s. et en faible quantité, des fragments de cruches en pâte sableuse blanche à décor peint (bandes horizontales et ondulations verticales rouge-orangé, fig. 144, nos 16-17). Un exemplaire complet est connu à Paris (Tuffreau-Libre 1995 : 33, fig. 25, no 13).

60Enfin, et d’une manière générale pour toute la phase 7, on peut mentionner l’existence de quelques tessons de productions engobées rouge à décor à l’éponge.

7.3.5 Phase 7e-8a

Fosse CS 241

61Le matériel étudié ici provient du comblement, en partie progressif, de cette fosse par les « terres noires ». Seule la céramique rugueuse a été dessinée. En effet, le matériel résiduel du ive s. étant extrêmement abondant (tabl. XXVI), il n’a pas paru justifié de tout présenter ici, bien que cela se fasse au détriment de productions communes contemporaines de cet enfouissement.

TABL. XXVI
Effectifs et proportions des groupes céramiques d’ensembles choisis de la phase 7e-8a.

62Les céramiques rugueuses sont représentées par les formes suivantes : pot Alzei 27 (fig. 145, nos7, 8, 10, 11), jatte Alzei 28 (fig. 145, nos 2, 3, 5), pichet Alzei 30 (fig. 145, no 12), ainsi que par une forme incomplète non identifiée, peut-être inédite (fig. 145, no 9).

FIG. 145
Céramiques rugueuses gallo-romaines (phase 8a). CS 241.

63La datation nous est fournie par l’étude de la sigillée de Gaule de l’Est (P. Van Ossel). Ont été reconnues des formes variées mais classiques, Ch.304, 320, 320/324, 328, 328/29/30, ainsi que des tessons de gobelets et/ou de cruches. Les pâtes sont tout aussi diverses : en plus des productions « traditionnelles », on doit signaler l’existence de tessons en pâte sableuse orange, en pâte blanche, et en pâte beige à surface orangée. L’ensemble pourrait dater du début du ve s.

Fosse CS 242

64Contexte proche du précédent, la fosse CS 242 présente les mêmes caractéristiques de comblement, y compris dans les proportions de céramiques (tabl. XXVI et fig. 146) où l’on note une forte résidualité. S’ajoute cependant aux céramiques rugueuses la forme Alzei 24 ou Petit IIIb (fig. 146, nos 20-22). On notera aussi la présence d’une céramique modelée (fig. 146, no 23) qui pourrait s’apparenter aux BB1 déjà citées pour le ive s.

FIG. 146
Céramiques rugueuses gallo-romaines (phase 8a). CS 242.

65Pour la sigillée, toujours en forte proportion (21 %) on retrouve les formes Ch.304, 320, 320/324, 328/29/30, un Ch.329 excisé ainsi que des gobelets (Ch.333 et 344 ?). Les pâtes sont tout aussi variées que pour la fosse CS 241 : en plus des pâtes courantes, on remarque des pâtes claires indéterminées, des pâtes sableuses, parfois claires, des pâtes saumon, ainsi qu’un tesson en pâte brune à cœur gris et un autre à noyau foncé. On notera l’existence d’un tesson légèrement métallescent caractéristique des productions de l’atelier de Jaulges-Villiers-Vineux (Yonne).

66Tous ces éléments incitent à proposer une datation vers le début du Ve s.

7.4 La céramique de l’époque mérovingienne

7.41 Fosse de la phase 8d

67La fosse CS 135 (US 1233 et 1238 et une partie de 1066, fig. 147, 148 et tabl. XXVII), au comblement riche, ne peut être toutefois considérée comme un réel dépotoir, l’ensemble du matériel semblant être en situation secondaire. À quelques rares exceptions, il n’y avait quasiment pas de recollages. La forte résidualité de céramique du ive s. renforce ce point de vue.

TABL. XXVII
Effectifs des groupes céramiques de la fosse CS 135 (phase 8d).

FIG. 147
Céramiques de la fin de l’Antiquité et du haut Moyen Âge (phase 8d). CS 135. 1, 2 BB1 ; 3‑8 rugueuse.

FIG. 148
Céramiques rugueuses de la fin de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge (phase 8d). CS 135.

68Aucune sigillée tardive n’est présente, à l’exception d’un fond de mortier en pâte à cœur gris qui présente une cloque explosée sur la face intérieure, indiquant qu’il s’agit d’un raté de cuisson dont l’origine reste énigmatique. Aurait-on commercialisé un tel objet ? Est-il arrivé dans les bagages d’un voyageur provenant de la région des ateliers de l’est, ou doit-on envisager l’avatar d’une production locale ?

69Signalons aussi deux tessons de céramique modelée de type black burnished one (BB1), manifestement résiduels, présentés ici à titre indicatif (fig. 147, nos 1,2).

70L’étude de la céramique rugueuse définit clairement un lot assez homogène de datation mérovingienne, à l’exception de quelques formes antérieures attribuables à l’Antiquité tardive (Alzei 27 et 28 notamment). Les assiettes à bord aplati (fig. 147, nos 3, 4) et les coupes à collerette (fig. 147, nos 6, 7) s’inscrivent dans ce groupe du haut Moyen Âge. Les pots à cuire (fig. 148, nos 1-3, 6) et les cruches (fig. 148, no 8), à la lèvre plus ou moins moulurée, sont aussi typiques de cette phase. On en retrouve dans des ensembles contemporains place Baudoyer à Paris (Lefèvre 1996).

71On ajoutera à ce lot les productions communes en pâte rouge à surface noire lustrée ou en pâte grise fine présentant toutes deux des décors à la molette (fig. 151, nos 2, 13).

72Signalons enfin l’existence, dans cette fosse, d’un tesson de panse d’amphore palestinienne tardive (identification Y. Barat).

73L’ensemble de ce matériel nous laisse envisager une datation couvrant la fin du ve s. et le début du vie s.

7.4.2 Stratigraphie de la phase 8c-f

74Le matériel présenté pour cette phase provient des « terres noires » du secteur S/S-E de la cour d’honneur. Seules les US présentes au-dessus des amas de matériaux de construction ont été prises en compte, ces niveaux repères correspondant plutôt à la phase 8b. Sur les figures, les céramiques sont regroupées par US, de la plus ancienne (en haut de la fig. 149) à la plus récente (en bas de la fig. 150), à l’inverse du tableau XXVIII. En raison de la forte résidualité de matériel gallo-romain, seules les productions rugueuses ont été dessinées, certaines étant elles aussi nettement résiduelles. Dans tous ces niveaux, cette céramique reste le groupe le mieux représenté, tant en nombre que par la taille des tessons, toujours plus gros et plus « frais » que ceux de céramiques antiques.

FIG. 149
Céramiques rugueuses du haut Moyen Âge (phase 8c-f).

FIG. 150
Céramiques rugueuses du haut Moyen Âge (phase 8b).

TABL. XXVIII
Effectifs et proportions des groupes céramiques de la stratigraphie des phases 8c à 8f dans la cour d’honneur.

75Sans entrer dans le détail pour chacune des US, on notera la présence de gobelets (fig. 149, nos 4-5), d’une coupelle et d’un bol (fig. 149, nos 7, 15), formes non représentées dans le contexte précédent, connues en Ile-de-France aux viie-viiie s. (Gentili 1988 : fig. 107 ; 323). Les pots de type Alzei 27 typiques du Ve s. ne sont plus tellement représentés (fig. 149, nos 9, 17), les quelques exemplaires semblant correspondre à des formes dérivées plus ou moins évoluées. Les pots et/ou les cruches sont massivement présents, et comportent tous une lèvre en bandeau peu développée, type courant aux viie-viiie s. dans la région (Gentili 1988 : fig. 107). On remarquera quelques formes nouvelles, comme cette coupe (fig. 149, no 1) à lèvre triangulaire, évolution probable des coupes à collerettes. Quelques jattes apparentées à la forme Alzei 28 sont encore présentes dans les niveaux supérieurs, indiquant une remobilisation de céramiques anciennes dans les contextes les plus récents.

76Dans les niveaux les plus hauts, au-dessus de la fosse repère CS 234, on doit signaler l’existence de quelques tessons, de très petite taille, de céramiques sableuses assez fines, qui pourraient dater de l’époque carolingienne ou du début de la période capétienne. Leur présence pourrait être due à l’activité d’animaux fouisseurs dans les parties supérieures des « terres noires », car aucun autre élément de forte taille de ces siècles plus récents n’a été remarqué. Quelques tessons décorés à la molette ont été recueillies dans ces niveaux.

7.4.3 Les décors à la molette de la phase 8

Molettes à oves

77Quatre molettes à oves ont été recueillies dans les « terres noires » ou les fosses associées. Elles sont présentes sur des productions sableuses grises (fig. 151, no 1) ou des céramiques rugueuses (fig. 151, nos 3-5). Toutes sont associées à d’autres motifs, principalement des lignes de petits carrés. L’intérieur des oves peut contenir une croix latine (fig. 151, no 6) ou de Saint-André (fig. 151, no 5). La position du décor est en général sur l’épaulement du vase, mais l’une des molettes se trouve sur l’extérieur de la lèvre d’un récipient (fig. 151, no 5).

FIG. 151
Céramiques de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge (phase 8). Décors à la molette.

Molettes à casiers

78Ce type de molettes simples, présent sur l’épaulement des vases en céramique rugueuse (fig. 151, nos 7-9), n’appelle guère de commentaire. La ligne de casiers visibles sur l’exemplaire no 2, en céramique fine noire plus ou moins lustrée et en pâte rougeâtre, pourrait être associée à d’autres motifs.

79On signalera aussi la molette à casier no 11, présente au moins en deux registres sur l’épaulement d’un pot en céramique sableuse fine orange, dont le type est assez proche de celui des molettes sur sigillées tardives des ive et ve s. On y voit une alternance de casiers à hachures obliques et de petits carrés. Un décor à la molette identique est connu en Pays de France à la fin du viie s. ou au début du viiie s. (Gentili 1988 : 324 et fig. 107, no 68)

80Les exemplaires suivants, sur céramique fine grise (fig. 151, nos 13-14) ou noire lustrée (fig. 151, no 12), pourraient s’apparenter au même groupe. Les casiers seraient alors plus larges que longs.

Molette à décor animalier

81Une seule molette, bien que très fragmentaire, serait à ranger dans ce groupe. Il s’agit de l’exemplaire no 10 (fig. 151), dont le motif central allongé pourrait représenter l’arrière d’un animal stylisé.

Molettes à motif chrétien

82Deux molettes au moins sont à classer dans cet ensemble (fig. 151, nos 6, 16), mais on peut leur adjoindre les exemplaires nos 3 et 5. Toutes sont sur céramique rugueuse. La première, présente sur l’épaulement d’un pot, comporte deux cercles surmontant une croix pattée. Dans le cercle gauche, un motif en croix latine peut être restitué. Les deux molettes suivantes sont présentes sur les bords de deux pots. L’exemplaire no 16 est le plus net : il présente, sur le marlis du bord, une croix pattée et, peut-être, une croix de Saint-André.

Autres

83Deux autres molettes restent à présenter (fig. 151, nos 15, 18). La première, sur céramique fine noire lustrée, présente deux ou trois registres de losanges ponctués d’un point central. On retrouve ce motif en Île-de-France, sans point central, principalement à la fin du vie s. et au début du viie s. (Gentili 1988 : 320, fig. 107, no 6). La seconde, plus énigmatique, a été fortement imprimée sur le fond de ce qui doit être une forme ouverte en pâte fine rouge à surface noire, sans doute une coupe. Son motif géométrique n’est guère significatif. Ce principe de décor à la molette sur fond intérieur de vase n’est pas très fréquent. On en a cependant trouvé un aux Mureaux dans un contexte attribué à la fin du Ve ou au début du vie s. (Barat 1990 : pl. 25).

7 .5 Les lampes antiques et mérovingiennes

7.5.1 Les lampes en céramique fine

84Parmi les lampes en céramique fine, cinq sont présentées ici (fig. 152, nos 1-5). Elles ont été identifiées par Cynthia Wolman, étudiante à l’université de Paris-I Panthéon-Sorbonne. À l’exception de l’exemplaire no 4 (phase 5), toutes appartiennent à la phase 2. Les exemplaires 1 et 5 sont des types à volutes. La lampe no 2 serait du type « à bec arrondi ». Le fragment no 4, dont le trou de remplissage semble excentré, est métallescent. Le bandeau serait de type I (typologie de Loeschke) ; on ne sait pas s’il y avait un médaillon au centre. L’exemplaire no 3 serait peut-être une lampe à bec triangulaire à volute, à bandeau en dépression (Loeschke I). Ce type est généralement daté du second quart du Ier s., ce qui s’accorde avec sa situation stratigraphique (phase 2).

FIG. 152
Lampes et bougeoir. 1-5 lampes en céramique fine ; 6‑18 lampes en céramique commune ; 19 bougeoir en céramique commune sombre.

7.5.2 Lampes et bougeoir en céramique commune

85Au sein des céramiques communes, divers fragments ont été identifiés comme des lampes à suif, très simples. Seul varie légèrement le type de lèvre, plus ou moins rentrant et marqué (fig. 152, nos 6-18). Il s’agit de sortes de coupelles d’environ 8 cm de diamètre et 2,5 cm de hauteur dont l’un des côtés a été légèrement pincé pour pouvoir installer la mèche et favoriser un écoulement. Cette partie comporte parfois quelques traces de calcination. Toutes ont été trouvées dans les remblais de comblement de l’atelier métallurgique (fin iie-début iiie s., phase 6) ou dans les niveaux sus-jacents (iiie s.).

86S’ajoute à ces lampes un bougeoir en céramique commune grise à surface noire mate (fig. 152, no 19), provenant d’une couche datée du iiie s. (sol de tuileau de la phase 6). La partie centrale comporte une collerette. La base n’est pas conservée. La partie supérieure, sans doute creuse comme le reste du corps du bougeoir, devait être évasée pour recevoir la bougie.

7.5.3 Un type de lampe mérovingienne inconnu ?

87Quatre fragments en céramique rugueuse percés ont attiré notre attention par leur forme (fig. 153, nos 1-4). Ils ont pu être confondus un temps avec certains pots à rebord redressé et percé pour recevoir un système de suspension (fig. 153, no 6) (Adrian 1996 : 120 et pl. 58 : 4233.3). La particularité des tessons du Collège de France est de présenter des traces de tournage concentriques à l’orifice. Celui-ci comporte, pour deux cas, des traces de calcination évidentes. Les courbures des tessons permettent de proposer une restitution hypothétique de lampes à huile, dont aucun équivalent n’est pour l’instant connu en Île-de-France, à l’exception d’un fragment de lampe tardive, découvert rue Saint-Martin à Paris, inédit et beaucoup plus complet (fig. 153, no 5) : en céramique commune sableuse très cuite, presque grésée, mais dont le dégraissant reste bien visible ; elle comporte un large orifice au milieu d’une cupule centrale ; aucun décor n’est à signaler et le fond n’est pas travaillé. La faible taille des tessons du Collège de France doit cependant nous inviter à la prudence. Tous ont été trouvés dans les niveaux de la phase 8, dans les « terres noires » (ou à leur surface) et deux fragments ont été recueillis en relation probable avec la fosse CS 135 (phase 8d).

FIG. 153
1-4 lampe (?) en céramique rugueuse ; 5 lampe en pâte grise grésée à surface brun-orange découverte rue Saint-Martin (Paris Ve), US 1112, en pointillé : trace de brûlé (mèche) ; 6 poterie mérovingienne vie-viie s. (Guichainville/La Petite Dîme).

7.6 La céramique médiévale

7.6.1 Contexte de découverte

88La céramique étudiée provient de deux fosses (CS 226 et 206) situées à l’arrière de la maison de la Rose (maison B, fig. 92) (cf. supra § 5.2). La fosse 226 se situe à presque 8 m du bâti. Sa maçonnerie circulaire (diam. au fond 2,80 m), d’une profondeur de 3 m, n’était conservée que sur deux ou trois assises (de 0,20 et 0,35 cm d’épaisseur). La fosse 206, creusée en pleine terre à environ 4,50 m de la maison, a une profondeur maximale d’1 m et une forme en « U ». Le rectangle principal, d’axe E-O, a une limite N-E inconnue et une longueur conservée de 3,50 m pour une largeur d’1,40 m. Les deux appendices ont les mêmes dimensions : 2,10 x 0,92 m. Toutes deux ont été utilisées comme fosses d’aisances. Le mobilier contenu, verre (cf. infra chap. 8) et céramique, montre qu’elles se succèdent dans le temps, sur une période assez longue, du milieu du xiiie s. au deuxième tiers du xive s. L’étude de la céramique nous permet de penser que l’ouverture de la fosse 206 suit de peu la récupération de la maçonnerie de la fosse 226.

7.6.2 Matière première

89NB : Les céramiques médiévales sont présentées dans les figures 154 à 161, numérotées en continu de 1 à 43.

90Les poteries sont toutes tournées dans une argile à inclusions quartziques qui cuit en donnant une couleur claire. Les pâtes sont identiques à celles de la presque totalité des terres cuites parisiennes et régionales. Au Collège de France, les céramiques appartiennent toutes exclusivement à cette catégorie de pâte très largement dominante nommée sableuse.

91La pâte argileuse contient en effet des grains de quartz assez régulièrement répartis et de granulométrie fine, qui donnent à la surface un toucher finement rugueux. Il s’agit de sable dunaire quartzeux, broyé et calibré, qui est dans la région le sable dit de Fontainebleau provenant des niveaux stampiens (Oligocène) (Échallier, Bonnet 1989 : 23). On a le plus souvent l’impression d’un toucher presque lisse (no 13), les inclusions de quartz étant à peine saillantes à la surface et recouvertes d’une fine pellicule argileuse visible au compte-fils. Lorsque la surface est nettement rugueuse, les grains sont plus gros, plus saillants et pas totalement recouverts d’argile (no 18). La pâte contient souvent aussi de nombreux nodules d’oxyde de fer visibles parce qu’ils ont provoqué le détachement d’une petite partie de la surface (nos 25, 28, 33, 38), ou parce qu’ils correspondent à des taches sombres (no 31) pouvant être accompagnées de traînées orangées ou brunes dues à une diffusion dans la glaçure incolore (nos 1, 4, 9).

92Ces pâtes claires présentent deux tonalités qui pourraient correspondre soit à des origines distinctes de l’argile, soit à des techniques de préparation et de cuisson différentes. L’une, moins fréquente, est celle d’une pâte de couleur plus soutenue, beige à brune, et plus terne, homogène dans l’épaisseur de la paroi comme en surface (nos2, 3, 5, 10, 12, 13, 15, 18, 21, 25, 28, 33, 35, 38, 42). L’autre, plus claire, est également beige mais avec des colorations plus vives (jaunes à orangées) en surface et parfois des zones légèrement plus rouges ou gris-bleu dues à des coups de feu (nos 20, 22, 26, 32). Il arrive qu’une oxydation incomplète s’observe : le cœur est gris dans l’épaisseur du fond (no 28), de la lèvre (nos4, 14, 32), ou la tranche externe est grise sous la glaçure (no 31).

93La distinction qui est faite ici de deux couleurs de pâte semble indiquer deux groupes techniques (GT) parmi ces produits en pâte sableuse. Ces observations ne reposent sur aucune analyse ni observation macroscopique. Des analyses pétrographiques et chimiques faites sur des tessons issus de la cour Napoléon du Louvre ont permis de constater une « surprenante unité de pâte et de dégraissant ». Ce dernier, composé de 95 % de quartz anguleux à esquilleux bien calibré, contient quelques très rares micas blancs (muscovites), débris de feldspaths et de silexoïdes, sulfures de fer (pyrite, marcassite) (Échallier, Bonnet 1989 : 22-23). Nous disposons aussi des analyses chimiques de D. Dufournier (Boivin 1996) sur des rebuts de cuisson en pâte sableuse recueillis dans une fosse de Poissy (78). Au Collège de France, nous aurions un groupe nommé à « pâte beige-jaune » (GT1) et un second qui serait celui de la « pâte beige-brun » (GT2). On observe, sur les céramiques de GT2, quelques paillettes de mica (nos25, 38) et des nodules d’oxyde de fer qui ont provoqué le détachement d’une petite partie de la surface (no 25). La face externe peut être délitée et avoir disparu au niveau d’une cassure (no 38), ce qui indique une pâte de structure feuilletée. On constate aussi une épaisseur supérieure de la paroi. Les pièces de GT1 présentent aussi des nodules d’oxyde de fer, mais la pâte beige-jaune est plus compacte, plus sèche et plus réfractaire. Il se pourrait que ces pâtes plus colorées et peut-être plus cuites aient un retrait plus grand à la cuisson (tous les grains de quartz ne sont pas recouverts) et qu’en conséquence elles présentent généralement une surface plus rugueuse. Nous verrons, lors du classement des formes, que d’autres éléments de différenciation paraissent étayer cette distinction hypothétique.

7.6.3 Classement morphologique et stratigraphique

94Le premier critère de différenciation des formes, absence/présence du col et type de col/embouchure, met en évidence cinq classes qui regroupent les formes évasées, les formes resserrées à col court et embouchure large, les formes resserrées à col haut et embouchure moyenne, les formes closes et les formes composées. Est repris ici le classement morphologique réalisé sur la céramique de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) (Meyer-Rodrigues, Orssaud 1995).

95Chacune de ces classes se subdivise en fonction de la présence/absence des éléments rapportés sur la forme tournée : les éléments verseurs et de préhension. On aboutit à neuf familles (la nomenclature est celle utilisée habituellement dans la région) de formes identifiées par leur col/embouchure et leur(s) élément(s) rapporté(s). Ce sont, pour les formes évasées, les poêlons (manche), jattes (2 anses) et tasses (1 anse et verseurs) ; pour les formes resserrées à col court/embouchure large, les ouïes (sans anse) et coquemars (1 anse) ; pour les formes resserrées à col haut/embouchure moyenne, les pichets (1 anse) et cruches (1 anse, 1 verseur) ; pour les formes closes, les tirelires et pour la forme composée, une lampe.

96Treize types morphologiques sont ensuite déterminés par la position et la section de leur(s) élément(s) rapporté(s) et par leur lèvre. On a ainsi, au Collège de France, deux types de poêlons selon la position du manche sur la panse ou la lèvre ; deux types d’oules selon le type de lèvre, en bandeau ou triangulaire ; deux types de pichets et de cruches en fonction de la position de l’anse, sur la lèvre ou sur le col.

97Par ailleurs, en regroupant par niveaux stratigraphiques (ou dépôts principaux) les 43 pièces sélectionnées pour cette étude et fournies par les deux fosses, on obtient quatre lots d’objets qui vont permettre d’examiner certains types morphologiques à différents moments de l’utilisation des fosses.

98La fosse 226 comprend un premier dépôt organique (rejets en dôme), US 2642, lot 226A. Le second dépôt organique (pendage S-O), US 2192, lot 226B, est séparé par une couche de pierres, plâtre et limon gris qui correspond au comblement après récupération des pierres de la maçonnerie (US 2194). La couche 2181, immédiatement supérieure, est à nouveau constituée de gravats.

99La fosse 206 ne semblait présenter, après la fouille, qu’un seul véritable niveau d’utilisation, le dépôt organique brun assez épais (25 à 30 cm d’épaisseur) comprenant les US 2458, 2473, 2477, 2521, 2523, 2530, 2553 : lot 206B. Toutefois, le fond et les parois du creusement sont couverts d’une couche de petits nodules de plâtre et de cendre, épaisse de 4 cm (US 2474), et qui contenait deux parties de céramiques indiquant, nous le verrons, une utilisation antérieure de la fosse : lot 206A.

100Le tableau XXIX présente la répartition des formes par types et par lots.

TABL. XXIX
Céramiques médiévales. Répartition des types.

7.6.4 Les types morphologiques

Les poêlons
fig. 154

101Le poêlon est une forme évasée avec un élément rapporté, le manche. Au total, quinze poêlons archéologiquement complets proviennent des deux fosses : deux sont intacts (nos 8, 10), huit ont perdu leur manche. Leur base est courte (2 à 4 mm), matérialisée le plus souvent par les ébarbures qui se forment au moment où la pièce est détachée du tour (no 1) ; celles-ci ont pu être rabattues sur la base (nos 3-12) ou éliminées (no 2). Les fonds montrent parfois les traces d’un détachement au fil (nos 5-6). Ils sont plats à concaves, l’un d’entre eux présente cependant une concavité centrale (no 2). La partie haute des panses s’infléchit vers l’intérieur et forme un segment convergent ou vertical (nos 10, 12) sous la lèvre. Cette dernière, réalisée par repli avec flexion à l’oblique, est triangulaire, plus ou moins épaisse, à extrémité amincie. Le manche creux, tourné et rapporté, fixé soit sur la panse (nos 3, 9), soit sur la lèvre (nos 6, 12, 13) détermine deux types de poêlon. Exceptés trois exemplaires (16161 en 226A, 16063 en 206A et le poêlon de 206B [no 13]), leur face interne est recouverte jusque sur la face supérieure de la lèvre d’une glaçure brillante, incolore, jaune citron (nos 1, 3, 5, 7), jaune orangé (nos4, 8, 9) ou colorée en vert (nos2, 10, 11-12). L’accumulation de la glaçure sur une partie du fond (no 9) indique la position de certaines de ces pièces lors de l’enfournement ; les poêlons ont été posés sur le côté, manche vers le haut et face interne vers le bas (nos 3, 8, 9). On note qu’ils ont presque tous une petite taille et que peu d’entre eux ont été utilisés sur le feu (nos 1, 2, 4, 7, 13).

FIG. 154
Céramiques médiévales (phase 9a). Poêlons.

102Les quinze pièces présentes se répartissent en quatre lots : le lot 226A pour 9 des 13 individus de la fosse 226, le lot 226B pour les 4 autres ; les lots 206A et 206B pour 1 poêlon chacun issu de la fosse 206.

103Le lot 226A regroupant les formes les plus anciennes (nos 1- 4, 8-11) comprend quatre exemplaires dont le manche ne s’est pas décollé. Sur deux d’entre eux, il est fixé à la fois sur la panse et la face externe de la lèvre (nos 8, 9) ; sur les deux autres, il recouvre complètement la lèvre (nos 10, 11) et se situe plus haut par rapport au plan de l’embouchure, mais garde la même orientation, proche de l’horizontale. Nous notons que ces deux derniers poêlons ont une lèvre plus courte, un resserrement de la panse sous la lèvre moins marqué et que par ailleurs leur manche est plus long. Parmi les cinq autres formes, la panse du poêlon 1 n’est pas simplement resserrée sous la lèvre, mais présente une carène assez basse. Sa lèvre pourrait être considérée comme fléchie, avec sa liaison interne à la panse arrondie et non anguleuse. Le poêlon 2 se remarque par son fond convexe et le poêlon 4 par sa lèvre oblique dans le prolongement de la panse.

104Le lot 226B est représenté par quatre objets (nos 5-7, 12) pour lesquels le resserrement de la panse ne correspond plus à une inflexion anguleuse, mais arrondie. L’unique manche présent recouvre totalement la lèvre (no 12) ; il est oblique, dans le prolongement de la panse et non plus dans le plan de l’embouchure. Un des deux manches décollés était fixé à une lèvre dont l’extrémité est marquée de trois entailles (no 6). La plus grande pièce n’est glaçurée qu’à partir d’un à deux centimètres sous la lèvre (no 7).

105Le poêlon de 206A (no 16063) a un profil de panse tout à fait semblable à celui du poêlon no 7 du lot 226B mais sa lèvre est plus courte ; sa pâte est claire ocrée, sans glaçure.

106Le poêlon du lot le plus récent (206B : no 13) a une pâte de couleur homogène ocre brun (GT2), sans glaçure. Il se distingue par la position de sa lèvre oblique dont la face externe prolonge la panse, ce qui s’observait aussi sur les poêlons nos 4 et 7. Le manche oblique se situe également dans le prolongement de la panse.

107Les poêlons de type 2 (manche sur la lèvre) sont présents dans les quatre lots. Toutefois, le lot 226A, qui regroupe les exemplaires issus du dépôt le plus ancien, contient au moins trois poêlons de type 1 (deux manches conservés, un décollé) et deux poêlons de type 2 (nos 10, 11) sur lesquels le manche a une orientation proche de l’horizontale, analogue à celle des manches de type 1 ; nous avons donc avec ces deux poêlons de type 2 une variante intermédiaire.

Les jattes
fig. 155, nos14, 15

108Forme comparable à celle du poêlon, elle s’en distingue par sa taille et ses éléments de préhension, deux anses opposées. La lèvre, triangulaire mais plus épaisse, est façonnée comme celle du poêlon par un repli, la face sommitale est à inclinaison interne. Leur base est courte, le fond repris, plat ou très légèrement convexe. Une bande rapportée sous la lèvre est imprimée au pouce en même temps que fixée à la paroi qu’elle renforce. Les anses tournées, moulurées de deux bourrelets latéraux et à repli inférieur, sont collées sur la lèvre. La glaçure interne recouvre toute la surface interne, surface supérieure de la lèvre comprise.

FIG. 155
Céramiques médiévales (phase 9a). 14-15 jattes ; 16-17 tasses.

109Les deux jattes archéologiquement complètes proviennent du lot 226A. La panse du no 14 est redressée au-dessus d’une inflexion anguleuse, le profil du no 15 est en arc de cercle. La lèvre de la première est fléchie quasiment à l’horizontale, celle de la seconde a son extrémité rehaussée avec une flexion marquée (GT2). La pâte du no 14 est beige à surface plus colorée, celle de l’autre beige-brun avec paroi plus épaisse. La glaçure jaune, brillante et couvrante est accompagnée de zones vertes sous forme de deux coulures au niveau des anses (no 14) ou de coulures réparties sur tout le pourtour (no 15), les deux pièces ayant été retournées pendant l’enfournement.

Les tasses
fig. 155, nos 16, 17

110La tasse est une forme évasée à une anse, caractérisée par une base haute et étroite faisant pied et une panse au profil convexe que surmonte une lèvre amincie. Celle-ci est repoussée vers l’intérieur en sept points pour créer six lobes alternativement de petite et de grande taille, la tasse est dite polylobée. L’anse moulurée s’attache sur l’assise et le haut de panse. Cette forme est toujours glaçurée sur sa face externe.

111Deux tasses ont été trouvées, l’une intacte dans le lot 226A (no 16), l’autre assez incomplète en 206B (no 17). Si les largeurs de panse et de base de la tasse 16 sont comparables à celles de la tasse 17, sa hauteur est nettement plus importante et ses lobes plus grands ; son anse est également plus large. La tasse 16 a une glaçure vert vif, brillante, couvrant également l’intérieur des lobes sur environ 1 cm de haut. La tasse 17 est glaçurée jaune orangée, avec de petites taches brunes, sur une pâte plus claire que celle de l’exemplaire précédent, mais dont la surface est orangée. Le contraste de couleur entre la tranche et la surface peut faire penser à un engobe très léger appliqué par trempage.

Les oules
fig. 156

112Cette forme sans élément de préhension de la classe des formes resserrées à col court, simple transition entre panse et lèvre, et embouchure large se trouve dans les lots 226A (nos 20-22), 226B (no 18) et 206A (no 19). On a ici deux types d’oules définis par leur lèvre, en bandeau (nos 18-20) ou triangulaire (nos 21-22). La lèvre en bandeau est une lèvre moulurée après repli. La lèvre triangulaire est nettement plus épaisse et les embouchures qu elle borde sont plus larges. L’oule à lèvre en bandeau n’a pas d’élément verseur ; celle à lèvre triangulaire, de taille supérieure, peut en avoir un, indice d’un usage différent (?). En Île-de-France, les ouïes ont généralement un décor peint ; sur les céramiques en pâte sableuse, le décor est composé de plusieurs groupes de bandes verticales, dites flammules. À l’exception du no 18, non orné, les oules portent de 3 à 7 groupes de 5 flammules qui s’étendent du col au plan d’assise. Les oules nos 18 et 21 ont été utilisées sur le feu (comme le montre, sur la no 21, la suie sur la moitié basse et une partie de la face latérale de la lèvre). On reconnaît les groupes GT1 pour 19, 20-22 (surface finement rugueuse) et GT2 pour 18 (inclusions assez grosses).

FIG. 156
Céramiques médiévales (phase 9a). 18-22 oules ; 23‑24 coquemars.

113Une oule à lèvre en bandeau, issue du lot 226A (no 20), est archéologiquement complète ; des deux autres il n’a été trouvé que le haut, en 226B et 206A (nos 18, 19). L’oule no 20 est très légèrement plus large que haute, avec fond à peine concave (sur lequel s’observe le détachement au fil), base courte et large aux barbes rabattues et extremum de panse médian ; le bourrelet inférieur de la lèvre verticale est assez saillant au-dessus du col. Les oules nos 18 et 19, représentées par leurs parties supérieures, sont plus étroites et paraissent avoir été plus hautes que larges, la hauteur comprise entre le diamètre maximal et le plan de l’embouchure étant plus importante ; les lèvres sont également verticales.

114Les deux oules à lèvre triangulaire appartiennent toutes deux au lot 226A. Proches par leur base, dont le profil rectiligne indique une reprise, et leur fond à peine concave, elles diffèrent cependant par leur volume, le profil de leur panse et leur lèvre. L’oule no 21 est plus large que haute. L’oule no 22, plus allongée, montre aussi une disproportion plus grande entre la partie basse et la partie haute de sa panse (diamètre maximal haut). Sa lèvre triangulaire est moins développée (largeur 1,1 cm contre 1,6 pour une même hauteur) ainsi que son col. L’oule no 21 paraît avoir eu un bec verseur, contrairement à la pièce no 22.

Les coquemars
fig. 156, nos 23, 24

115L’autre forme resserrée à col court et embouchure large est celle du coquemar, pot destiné à la cuisson. Son anse unique est fixée sur un col nettement plus haut que celui de l’oule et rectiligne. Les deux exemplaires étudiés sont issus des deux fosses. Celui du lot 226A (no 24) est intact, avec une fente verticale à la limite de la partie noircie par la suie face à l’anse. Celui de 206B (no 23) a été reconstitué, en raison de sa pâte plus claire qui n’a pas été au contact du feu, parmi de nombreux autres restés fragmentaires. Les coquemars ont toujours un décor peint composé ici de trois groupes de cinq flammules comprises entre col et plan d’assise et d’un quatrième groupe sous l’anse. Cette dernière a une extrémité amincie pour former un tenon cylindrique introduit dans la paroi du col perforée ; cette opération est ensuite masquée par un ajout de pâte.

116Le coquemar no 24 est plus large que haut et montre, au-dessus du fond lenticulaire, une base reprise correspondant au segment rectiligne du bas de panse. À l’inverse, la forme no 23 est nettement plus haute que large avec une base resserrée à profil et fond concaves. Le diamètre maximal de la panse est médian sur le premier, situé dans le tiers supérieur pour l’autre. Les cols, les lèvres et les anses diffèrent également : le col de la forme no 24 est divergent, surmonté d’une lèvre à épaississement interne, celui du no 23 est vertical avec une lèvre arrondie vers l’extérieur. La section de l’anse du no 24, triangle arrondi résultant du pliement d’une plaque d’argile, évoque le mode de façonnage des anses creuses alors que celle du no 23 est plus plate. Les pâtes semblent identiques (GT1).

Les pichets-cruches et les pichets
fig. 157-159

117Ces formes resserrées à col haut et embouchure moyenne, à un élément de préhension et sans bec verseur, ont toutes ici des lèvres triangulaires (nos 25-36). Elles se subdivisent cependant en deux types morphologiques déterminés par le type d’anse. Les autres éléments distinctifs que sont la base, la panse et le col diffèrent également, de même que le décor, peint sur les pichet-cruches, en relief ou en creux et glaçuré sur les pichets.

118Pour le pichet, l’anse, fixée sur le haut du col, est de section ronde à concavité supérieure ; pour le pichet-cruche (et la cruche), elle est collée sur la lèvre de section large et moulurée. Le façonnage de ces anses diffère également : pour le pichet elle est réalisée à partir d’un colombin modelé dont l’extrémité forme deux tenons introduits dans la paroi perforée du pot et sa partie haute comporte un poucier modelé par ajout de terre dont on distinguera plusieurs types (Nicourt 1986 : 306, no 317) ; pour le pichet-cruche, elle est façonnée au tour (Nicourt 1986 : 96), large, à bourrelets latéraux et à repli inférieur.

119Le pichet-cruche est représenté par deux pièces du lot 226A (nos 25-26). Leurs éléments constitutifs sont identiques : fond concave, base courte prolongée en courbe continue par une panse large, limitée par un ressaut avec le col lisse. La pièce no 25 a toutefois une panse proportionnellement plus large, un col légèrement divergent et une lèvre débordante. Sa pâte est brune (GT2) tandis que celle de la pièce 26 est beige très clair à surface ocre orangé (GT1). Toutes deux portent un décor flammulé de couleur blanchâtre, en partie disparu sur le 25.

  • 2 – La différenciation entre ces deux formes peut se faire à partir de la mesure du diamètre de la pa (...)

120Le pichet également défini par son col haut et son embouchure moyenne se distingue de la forme précédente par son anse, à attache supérieure sur le haut du col et à section arrondie. Vingt-deux exemplaires, dont dix archéologiquement complets et trois ayant pu être utilisés sans col (cassure assez régulière au niveau des ressauts [no 16136 en 226]) ont été trouvés. On distingue habituellement plusieurs profils de pichets que l’on retrouve parmi le matériel du Collège de France : le pichet élancé (nos 27-34), le pichet globulaire (no 35)2 et le pichet piriforme dont le col prolonge la panse en courbe continue (no 36). Le décor varie avec le profil : il est ici en relief ou appliqué sur les pichets élancés, en creux ou imprimé sur les pichets globulaires et piriformes (nos 35-36).

121Les pichets élancés (nos 27-34) ont des bases de profil convergent-rectiligne, limitées par un cordon (sauf sur le no 29). Leur panse a un diamètre maximal médian et parfois, dans sa partie basse, une incision correspondant approximativement à la limite inférieure du décor (nos 28, 29 et 32, qui n’est toutefois pas orné). Deux ressauts marquent la jonction panse/col. Celui-ci, annelé sur presque toute sa hauteur, est rectiligne et légèrement divergent ; la face externe des lèvres triangulaires ne se dégage pas toujours nettement des annelures du col (nos 29, 34). Certaines anses sont presque circulaires, les autres ont une concavité supérieure plus ou moins marquée ; toutes possèdent un poucier à ergots, c’est-à-dire façonné à partir de deux portions de terre jointes sur le sommet de l’anse.

FIG. 157
Céramiques médiévales (phase 9a). Pichets-cruches.

  • 3 – Les pichets n’étant pas tous illustrés par le dessin, la figure C synthétise les décors identifié (...)

122À l’exception de deux exemplaires dont la surface est laissée brute (no 32 en 226A, 16000 en 206B) et d’un pichet simplement glaçuré (16041 en 206 ; la présence d’oxyde de fer a donné une teinte rousse à la glaçure brillante), les pichets élancés ont un décor appliqué sur leur partie médiane3. Leur décor se compose, sur le col, de trois pastilles (g, k, n) ou de trois cabochons (j) et, sur le pourtour de la panse, d’une succession de bandes plus ou moins nombreuses. Ces dernières sont situées entre les ressauts de la liaison panse-col et la ligne incisée du bas de panse, mais se terminent parfois par un large aplat sur le bas du col (a, c, d, e) ; dans ce cas, le col ne montre ni pastilles, ni cabochons (Nicourt 1986 : 323). Les bandes appliquées sont proches de la verticale, rectilignes (a-e), en S (f), en S inversé (g-i), ou en virgules allongées (k-o). Elles peuvent être soit imprimées à la molette de damiers obliques (a) ou droits (b-d), soit lisses, de section triangulaire, comme sur la plupart des pichets. Trois exemplaires présentent les deux types de bandes. Le pichet 1 de 206 a une décoration unique composée d’une alternance de trois bandes lisses et d’une rangée de petites pastilles (6 mm environ), faisant au total deux rangs de 6 et 8 pastilles encadrées de trois groupes de bandes.

123Les éléments appliqués sont généralement exécutés avec la même argile que la forme tournée, mais trois pichets ont été décorés de bandes rouges réalisées dans une argile cuisant rouge (fig. B, C). Sur l’une des pièces (c), les bandes rouges lisses alternent avec des bandes vertes (pâte claire colorée par l’oxyde de cuivre) imprimées de damiers droits et terminées sur la moitié inférieure du col par un aplat lisse. Sur la seconde pièce(e) les bandes lisses sont disposées deux par deux, rouges et vertes, et se terminent toutes par un moindre relief sur le bas du col. Sur le troisième exemplaire les bandes sont toutes rouges et lisses (l). Un autre type de décor bicolore montre des bandes de même pâte que celle du pichet, mais rapportées sur une surface qui a été engobée (f) ; l’engobe épais et peu couvrant forme des taches qui se sont diffusées lors de la cuisson jusque parfois sur le décor rapporté. Dans les trois premiers cas où la couleur des éléments appliqués diffère de celle de la surface (c, e, l), la glaçure est incolore, c’est-à-dire jaune, dans le quatrième, elle est jaune verdâtre. La glaçure des autres pichets élancés de 226 est verte, avec des nuances allant du vert sombre (fig. C, g,) au vert-jaune (fig. C, i) ; une des glaçures des pichets de 226A a une teinte jaune verdâtre parsemée de taches brunes dues à de nombreux nodules d’oxyde de fer de tailles diverses (fig. 158, no 31) analogue à un pichet de Paris (Nicourt 1986 : 324). Le pichet g (fig. C) présente, du côté de l’anse, une glaçure qui a pris une teinte rougeâtre à la suite d’un coup de feu (réduction). Cependant, la glaçure est le plus souvent vert vif, mouchetée sur la panse et plus homogène sur le col, les pichets reposant sur leur embouchure lors de la cuisson. La glaçure des pichets élancés de 206A est verte pour deux des trois fragments (fig. C, d et la base 16013) le troisième étant celui de la figure C, e, et jaune pour tous ceux de 206B.

FIG. 158
Céramiques médiévales (phase 9a). Pichets.

FIG. 159
Céramiques médiévales (phase 9a). Pichets.

FIG. C
Types de décor sur pichets glaçurés. Cf. troisième partie, § 7.6.4, les pichets-cruches.

124Sur les vingt-deux pichets élancés que contiennent les deux fosses, sept proviennent du lot 226A (nos 29, 32, 33), quatre de 226B (nos 27, 28, 30, 31), trois de 206A et cinq de 206B (no 34). Les pichets de 226 ont une forme nettement plus large que celle des exemplaires de 206B ; c’est-à-dire que pour une hauteur comparable, les diamètres sont supérieurs (sur les pichets no 27 en 226 et 34 en 206B, de hauteur égale, les largeurs des bases, panses et embouchures sont respectivement de 10,3 et 7,8 cm ; 14,8 et 12,2 cm ; 9,9 et 8,8 cm). De plus, le segment convergent de la base est séparé de la panse par le cordon, ce qui n’est plus le cas des pichets de 206 où le cordon, quand il existe, est resté très bas sur la base qui se prolonge en un segment concave (no 34). La divergence et la convergence de la panse des pièces de 226 sont plus ou moins symétriques de part et d’autre du diamètre maximal médian, la partie inférieure ne présentant pas le resserrement des pichets plus tardifs (no 34). Les cols des pichets de 226 sont rectilignes alors que ceux de 206B ont un profd lisse et concave au-dessus des ressauts, puis légèrement convexe au niveau des annelures concentrées sous la lèvre. Le décrochement de la lèvre à sa liaison au col n’existe plus sur les exemplaires de 206.

125Les décors des pichets de 226A et B, plus apparents et plus variés, se séparent en deux groupes principaux (fig. C, a-k). Le premier se compose totalement (a) ou partiellement (b, c, d) de bandes appliquées imprimées et de couleur verte. Le second rassemble les bandes rapportées triangulaires et lisses qui peuvent être soit vertes (e à k) soit jaunes, en fonction de la glaçure du pichet, ou encore rouges. Nous avons vu que les bandes rouges (c, e, l) étaient associées à des bandes vertes sur les pichets de 226 (c, e) et qu’elles composaient tout le décor d’un pichet de 206 (1). Les bandes des pichets glaçurés vert, les plus anciens par leur position stratigraphique (226), ont un profil en S, inversé (a, d, g à j) ou non (f). Le profil en virgule se voit sur les pièces provenant de 206 (1 à o), exclusivement glaçurées jaune, sur des bandes, plus espacées et plus étroites, qui peuvent être fortement obliques (o).

126Trois exemplaires très incomplets provenant de 206A ont des décors présentant des analogies avec ceux de 226. Il s’agit pour l’un, glaçuré vert moucheté, d’une alternance de bandes ondées (en S inversé) et de bandes rectilignes imprimées de damiers droits terminées en aplat sur la base du col (d) ; pour l’autre de bandes en virgules allongées (?) sous glaçure mouchetée vert (no 16013) et pour le dernier de bandes rouges en virgule sur fond jaune (l).

127Deux pichets globulaires, dont l’un n’a plus de col, ont été recueillis dans le lot des formes les plus récentes 206B (no 35). Ce type de pichet a une base courte concave, une panse globulaire, un col rectiligne légèrement divergent, mai ces éléments distinctifs ne sont pas suffisants pour différencier les deux pichets de 206 de ceux de 226. Le pichet dit globulaire se différencie des pichets élancés du même lot (no 34), par une base courte, sans cordon, et une panse nettement plus large que haute, séparée du col par un ressaut unique. Sa taille est ici inférieure à celle du pichet élancé, ce qui n’est pas toujours le cas. Le poucier à ergots de l’attache supérieure de l’anse est devenu poucier à manchon. La pièce présente un décor imprimé à l’aide d’une molette appliquée sur la surface pendant la rotation du tour. Est ainsi imprimée, sur plus des deux tiers supérieurs de la forme, une bande composée de bâtonnets obliques qui s’interrompt sur le bas du col pour reprendre sous le ressaut. Le second pichet, sans col, a une base plus haute et divergente, une panse décorée de bâtonnets verticaux et une glaçure jaune-roux.

128Le pichet piriforme, dont la liaison panse-col n’est pas marquée, provient également de 206B (no 36) ; il s’agit d’une pièce unique dans ces fosses. Elle porte également un décor imprimé à la molette qui consiste en une bande continue de bâtonnets formant des triangles, débutant sous les annelures du col pour se terminer sous le diamètre maximal de la panse. Sa glaçure est jaune.

Les cruches
fig. 160, nos 37-40

129Quatre cruches provenant du lot 226A, formes fermées à col haut et embouchure moyenne, se distinguent des autres formes du même type par leur bec verseur, réalisé par déformation de la lèvre triangulaire, pincée en même temps que repoussée vers l’intérieur. Elles ont aussi un col lisse à cordon médian et un décor peint de flammules. L’anse dont l’attache supérieure est fixée soit sur la lèvre, soit sur le haut du col (no 37) est à l’origine de deux types de cruches (A et B). Parmi les cruches A (nos 38-40), à anse sur la lèvre, on observe deux tailles si dissemblables qu’elles marquent certainement des usages distincts ; les cols ont toutefois la même hauteur, ce qui n’est pas le cas de la cruche B de taille analogue à 38-40.

FIG. 160
Céramiques médiévales (phase 9a). Cruches.

130Les quatre pièces ont des caractéristiques morphologiques différentes. Les deux cruches A de taille moyenne (nos 38, 40) n’ont pas exactement le même profil, les bases sont larges et courtes, mais l’une est convergente, l’autre plus haute et verticale, à cordon. Le haut du col est légèrement élargi au moment de la confection du bec sur la lèvre plus ou moins longue et saillante. La plus saillante appartient à la cruche dont la pâte est brune (GT2) et dont les flammules ont disparu ou sont blanches avec quelques zones rouge-rose (no 38). La cruche de type B a une lèvre plus étroite et surtout épaissie vers l’intérieur, un col divergent, légèrement plus haut et étroit, sans cordon médian, une anse à face supérieure arrondie (proche de l’anse du coquemar) (no 37) ; le sommet du col n’est pas étiré au niveau du bec verseur.

Les tirelires
fig. 161, nos 41-42

131Les tirelires sont des formes closes, à base étroite et panse cylindrique marquée de deux larges cannelures avant d’être refermée en cône et surmontée d’un bouton. Une entaille longue et étroite pratiquée dans la partie conique a été ouverte pour l’introduction de pièces de monnaies.

132Issues de 226A et de 206B, les tirelires se différencient par leurs proportions. La forme la plus haute et étroite se trouve dans le lot le plus ancien, 226A (no 41) ; elle est recouverte sur sa moitié supérieure d’une glaçure jaune avec quelques petites taches vertes ; l’autre en est dépourvue.

FIG. 161
Céramiques médiévales (phase 9a). Tirelires et lampe.

La lampe à huile
fig. 161, no 43

133Un fragment de lampe, trouvé dans 206A, comprend un réservoir à petit bec verseur et à glaçure jaune verdâtre interne et le départ de ce qui semble être un pied conique. Celui-ci indique vraisemblablement une lampe à appendice (Lefèvre, Meyer 1988).

7.6.5 Références régionales et indices de datation

  • 4 – Il s’agit sur la plupart de ces sites de céramiques en pâte sableuse. Des centres de productions (...)
  • 5 – Les contextes parisiens ayant livré des céramiques de référence sont les suivants : le parvis de (...)
  • 6 – À Saint-Denis, le site de l’atelier d’orfèvre, début du xive s. (Meyer, Wyss 1990) et quelques au (...)
  • 7 – Nous utiliserons à la suite de Jacques Nicourt (1986) la formalisation suivante : xiiia = 1er qua (...)

134Qu elles soient recueillies à Paris ou sur d’autres sites régionaux, les céramiques du xiiie s. et de la première moitié du xive s. paraissent présenter une grande homogénéité (Échallier, Bonnet 1989 : 22)4. Plus abondantes pour le xive s. que pour le xiiie s., celles qui nous serviront de références proviennent de Paris5 et de quelques autres villes, Saint-Denis et Bondy (93), Chelles (77), Saint-Ouen-L’Aumône (95), Meaux (77)6. À quelques exceptions près, elles ont généralement les mêmes éléments caractéristiques et montrent les mêmes variations en fonction des séquences chronologiques7.

135Sur les sites régionaux comme sur celui du Collège de France, les poêlons issus des contextes les plus anciens ont un manche fixé à la panse (type 1). À Paris, rue de la Collégiale, un seul exemplaire, de type 1, présente une lèvre fléchie à l’horizontale et un fond à convexité centrale (Brut, Lagarde 1993 : fig. 8, no 1). La fosse S du parvis de Notre-Dame, datée du xiiie s., a livré deux fragments dont la lèvre triangulaire est comparable à celles de notre lot 226A (Nicourt 1986 : pl. 71 : 48-49). Cour Carrée du Louvre, la fosse K47 contenait une forme de type 1. À Chelles, les poêlons de type 1, avec lèvre fléchie et triangulaire (la lèvre fléchie la plus ancienne étant associée au fond convexe), sont fournis par le premier dépôt (cave 209) (Coxall et al. 1994 : fig. 114, no 8). Un seul exemplaire de type 2 est la variante avec manche proche de l’horizontale collé à la face supérieure de la lèvre (Coxall et al. 1994 : fig. 114, no 6). On a aussi trouvé, cour Napoléon du Louvre, une variante du type 2, peu profond et à fond bombé (liaison continue fond-panse) (Monnet 1992 : fig. 28, no 1). Les poêlons dont le manche à l’oblique recouvre totalement la lèvre sont beaucoup plus nombreux et généralement datés du xive s.

136Les jattes provenant des autres sites régionaux sont plutôt rares. À Paris, celle du 4 rue de la Collégiale (couche 2000) glaçurée vert n’a pas de bande imprimée sous sa lèvre fléchie (Brut, Lagarde 1993 : fig. 7, no 6) ; celle de la fosse W du parvis de Notre-Dame (datée du xiii e s.) n’en a pas non plus sous une lèvre fléchie à extrémité amincie (Nicourt 1986 : pl. 65, 12). Pour le xive s. on trouve, sur les sites de la cour Napoléon du Louvre (Ravoire 1992 : 98) et de l’abbaye de Maubuisson (Durey 1993 : fig. 198), deux exemplaires qui semblent contemporains, avec lèvre triangulaire, bande rapportée, anses opposées, glaçure jaune pour l’une, verte pour l’autre ; elles ont toutefois une lèvre oblique et une profondeur nettement supérieure avec une panse moins évasée. Parmi les formes de la cour Napoléon du Louvre est également illustrée la variante avec manche à l’horizontale d’un poêlon de type 2 dont la lèvre est identique à celle de la jatte 14 du Collège de France.

137Des tasses polylobées ont été recueillies sur presque tous les sites. Leur profil varie peu mais nous avons vu, avec les deux exemplaires du Collège de France, que le critère distinctif le plus évident portait sur les dimensions relatives des hauteurs/largeurs. Par rapport aux deux tasses de Maubuisson (Durey 1993 : fig. 136) et de la cour Napoléon (Échallier, Bonnet 1989 : fig. 2, no 5), dont les hauteurs correspondent aux deux tiers du diamètre de panse, celle du lot 226A du Collège de France est proportionnellement plus haute. Il en est de même pour celles de l’atelier d’orfèvre de Saint-Denis (Meyer, Wyss 1990), de la rue de la Collégiale (Brut 1992 : 165) et pour une autre de Maubuisson (Durey 1993 : fig. 136). Les tasses du xive s., plus basses, ont leurs lobes, grands et petits, plus régulièrement répartis et paraissent plus ouvertes (rue de la Collégiale 1993, c. 1229, pl. 12 no 1 et cour Carrée du Louvre, 1994, no 19, contexte 11 218 de Saint-Denis [Meyer-Rodrigues, Orssaud 1995] et surtout rue Soufflot [Nicourt 1986 : pl. 91], où la tasse datée du xivbc est à rapprocher de l’exemplaire la plus récent du Collège de France [no 17]). À ces critères de taille, s’ajoute généralement celui de la glaçure, verte pour le xiiie s., jaune pour le xive s.

138Les oules à lèvre en bandeau sont présentes sur tous les sites régionaux étudiés. Celles qui servent de référence sont pourtant peu nombreuses. À Paris, deux exemplaires complets de la fosse 1 du parvis de Notre-Dame, datés du XIIIab, montrent des formes proches, mais nettement plus étroites (Nicourt 1986 : pl. 75, no 1). Les quatre oules des couches 2000 et 1239 de la rue de la Collégiale ne paraissent pas non plus tout à fait comparables : elles ont une panse plus volumineuse et un fond convexe ; celle de la couche 1229, la plus récente, a une lèvre convergente (Brut, Lagarde 1993).

139On trouve, dans la fosse 1 du parvis de Notre-Dame, quatre ouïes à lèvre triangulaire peu représentées jusque-là. Elles ont toutes une face supérieure à inclinaison interne plus développée que la face latérale. Mais leur diamètre de panse et la convexité de leur fond varient parallèlement : les pièces les plus larges ont les fonds les plus convexes (Nicourt 1986 : pl. 77 nos 17, 21-22 ; pl. 80 no 28). Trois des cinq ouïes à lèvres triangulaires de la rue de la Collégiale, issues de la couche la plus récente, ne présentent pas, comme au Collège de France, de bec verseur pincé. Leurs profils, à col plus court et à diamètre maximal plus près de l’embouchure que de la base, en font des exemplaires, nous paraissant se situer entre celles de la couche inférieure de la fosse et celles du Collège de France (Brut, Lagarde 1993 : pl. 16, nos 1-3, couche 1229, pl. 10 nos 2, 3, couche 1239).

140Les coquemars semblables à ceux du Collège de France sont peu nombreux et tous datés du xive s. Cette forme avec anse supplante peu à peu celle de l’oule. Rappelons qu’un seul coquemar est présent dans le lot 226A qui comprend 31 formes. À Chelles, les coquemars sont absents de la structure 209 ; cour Carrée du Louvre l’exemplaire représenté est en pâte de Fosses5 (Brut 1994 : no 18). À Paris, on trouve le coquemar dans les trois couches de la fosse de la rue de la Collégiale (2000, 1239 et 1229), mais dans un seul cas, celui du coquemar le plus récent, l’anse de section ronde, fixée au col, et la lèvre droite arrondie (Brut, Lagarde 1993 : pl. 16, no 15, couche 1229) indiquent une appartenance au type de coquemar présent au Collège de France et aussi certainement à une période intermédiaire. Le coquemar de la fosse 226 a toutes les caractéristiques d’une forme du xiiie s. : un fond légèrement convexe, une panse large et un col divergent, tandis que celui de la fosse 206 a une base étroite à fond concave, un épaulement haut et une anse à face supérieure plane qui ne sont pas antérieurs au xive s. Le second exemplaire est assez proche des formes trouvées dans l’atelier d’orfèvre (début xive s.) et dans le contexte 11218 (xiva) de Saint-Denis (Meyer, Wyss 1990 : no 8 ; Meyer-Rodrigues, Orssaud 1995) ou rue Soufflot à Paris (xivbc) (Nicourt 1986 : pl. 90, no 1).

141Le pichet-cruche est rarement représenté : nous ne l’avons trouvé que sur quatre sites, tous parisiens. La fosse 1 du parvis de Notre-Dame (xiiiab) en a livré un, de forme plus étroite et plus haute que ceux du Collège de France, nommé pichet B (Nicourt 1986 : pl. 13-14, pl. 79 no 27). Un exemplaire trouvé cour Carrée est nommé pichet à anse plate (Brut 1994 : no 5), ainsi qu’une partie haute rue de la Collégiale (Brut, Lagarde 1993 : pl. 7 no 5). Il est également présent cour Napoléon du Louvre (Monnet dir. 1992 : fig. 23 no 6). Il est donc plus difficile de trouver les éléments de datation recherchés pour les deux pichets-cruches du lot 226A (fig. 157, nos 25-26), que de situer ces deux profils dans l’évolution morphologique générale.

142Les pichets élancés comparables à ceux du Collège de France proviennent pour un grand nombre de Paris, où ils sont présents dès la seconde moitié du xiie s. et ont fait l’objet d’une étude approfondie avec, en particulier, un classement des décors (Nicourt 1986 : pl. 16b). D’après l’auteur, l’innovation principale de la période xiiib est l’apparition des bandes appliquées sans estampage (triangulaires). Le décor le plus fréquent est composé de trois bandes séparées par des cabochons (classe DA), le décor DB est fait de bandes estampées. On observe aussi à cette période l’apparition de la série ininterrompue de bandes estampées avec empâtement sur le col alternées avec des bandes lisses, sans pastilles sur le col (classe DC) et celles de bandes lisses complétées de pastilles plates sur le col, avec glaçure verte (classe DD). Les décors précédents (classes DA et DB) survivent toujours.

143La première classe n’est pas représentée au Collège de France, mais on y trouve un exemplaire avec bandes estampées (fig. C, a) (classe DB). C’est le décor de bandes lisses avec pastilles plates sur le col (classe DD) qui est majoritaire au Collège de France (17 pichets sur 28). On y trouve aussi trois exemplaires avec alternance de bandes estampées et lisses, dont un à décor polychrome (fig. C, b-d) (classe DC).

144Les pichets de la fosse 1 du parvis de Notre-Dame (xiiiab), glaçures vert pour la plupart, sont proches par leur profil, mais ont un décor de la classe DA. Parmi plusieurs pichets à engobe rouge, de classe DA, se trouve un exemplaire avec glaçure jaune-brun mouchetée de points marron plus ou moins dilués (Nicourt 1986 : 324, pl. 82), sans doute analogue à celle de notre pichet (fig. C, f) ; il s’agit du seul pichet dont les bandes ont un profil en S. Il a un parallèle précis à Maubuisson avec les mêmes bandes sur un engobe rouge couvrant (Durey 1993 : fig. 85).

145Le décor polychrome à bandes vertes estampées et rouges lisses sur fond clair (classe DC) du pichet 30 de 226B (fig. C, e) est présent sur les sites de la rue de la Collégiale, où il est daté du début du xive s. (Brut, Lagarde 1993 : pl. 13, no 2), de la cour Napoléon (xiv A) (Ravoire 1992 : 139, no 73 ; 143, no 77) et de l’abbaye de Maubuisson (Durey 1993 : fig. 78). Dans la fosse S du parvis de Notre-Dame, presque contemporaine de la fosse 1 du même site (XIII ab), on trouve des pichets ornés de seules bandes triangulaires de couleur rouge (Nicourt 1986 : 324, pl. 71 no 56). Le pichet à bandes rouges et vertes lisses du Collège de France (fig. C, e) recueilli dans 206 se retrouve sur un pichet de la cour Napoléon qui peut être daté du milieu xive s. (Ravoire 1992 : 144, no 78). Le dernier pichet polychrome du Collège de France présente des bandes uniquement rouges et lisses (fig. C l) comme sur un exemplaire de Maubuisson (Durey 1993 : fig. 79).

146Les pièces provenant de la rue Soufflot (XIVcb) sont analogues pour certaines aux pichets de 206B, par leur col à légère convexité, leur base haute et leur décor (Nicourt 1986 : pl. 91). On trouve aussi cour Napoléon des pichets identiques datés du milieu du xive s. (Ravoire 1992 : 147). À Meaux, la fouille de la rue Saint-Rémy a livré des pichets qui paraissent postérieurs, datés de la seconde moitié du xive s. (Orssaud 1992 : pl. 1, nos 2-3).

147Le pichet globulaire se trouve à Paris, cour Napoléon. De même taille et à lèvre épaissie vers l’intérieur que le pichet de 206 (fig. 159, no 35), il a un col nettement plus haut et n’a d’autre décor qu’une glaçure verte (Monnet 1992 : fig. 22, no 4). Sur le site de la rue Saint-Rémy à Meaux, le pichet globulaire présent montre une base plus haute et un col convexe (Orssaud 1992 : pl. 3, no 26). Ces deux critères indiquent une date postérieure à celle de l’exemplaire du Collège de France.

148Des pichets piriformes se rencontrent sur différents sites, à Saint-Denis, à Maubuisson, à Chevreuse... pour une période où ils ne sont pas représentés dans le matériel de la fosse 226 du Collège. Le pichet piriforme de la fosse 206 a trois parallèles précis (mêmes lèvre interne, décor de bâtonnets en dents de scie, glaçure jaune) : à Paris, cour Napoléon du Louvre, où il est daté du xivb (Monnet 1992 : fig. 21, no 2), à Bondy (Delahaye, Travouillon 1976 : no 3) et à Meaux, où il est fragmentaire (Orssaud 1992 : pl. 2, no 26), tandis que rue Soufflot, à Paris, les cols plus courts et les bases plus hautes sont ceux de pièces plus tardives (xivbc) (Nicourt 1986 : pl. 91).

149Les cruches sont le plus souvent de type A et de taille moyenne. À Paris, on les trouve fosses S (Nicourt 1989 : pl. 70) et 1 du parvis de Notre-Dame (xiiiab) (Nicourt 1986 : pl. 78 nos 23-24) et rue de la Collégiale (Brut, Lagarde 1993 : pl. 11 nos 1-2) où elles sont antérieures à celles du Collège de France, enfin cour Napoléon du Louvre, où l’une est proche par sa forme (Monnet 1992 : fig. 23, no 5) alors que les deux autres sont plus étroites (Monnet 1992 : fig. 23, nos 7-8) ; à Chelles, la cruche de type A est la forme la plus fréquente de la cave 209 (Coxall 1994 : fig. 116-119) ; elle existe aussi à Maubuisson (Durey 1993 : fig. 194).

150Les cruches A de grande taille sont présentes dans les fosses S (Nicourt 1986 : pl. 70, no 28) et 1 du parvis de Notre-Dame (Nicourt 1986 : pl. 79 no 25, pl. 81 no 31), rue de la Collégiale (Brut, Lagarde 1993 : pl. 15 no 1, couche 1229) et cour Napoléon du Louvre où elles appartiennent à un autre type à embouchure large et col court convergent (Monnet 1992 : fig. 25 nos 1, 3). Une cruche A de grande taille a été recueillie à Maubuisson (Durey 1993 : fig. 190). La cruche de type B n’a été rencontrée, semble-t-il, que sur le site de la cour Napoléon du Louvre (XIVb), avec une même lèvre à épaississement interne, une base assez haute et une anse à repli (Monnet 1992 : fig. 23 no 2).

7.6.6 Datation des types morphologiques et interprétation des dépôts

151Le premier acquis de cette étude est la reconnaissance de deux groupes techniques GT1 et GT2 (cf. supra § 7.6.2). La distinction, hypothétique au départ, d’au moins deux qualités de pâte parmi les céramiques étudiées, toutes en pâte sableuse, paraît être confirmée par le fait que les individus de chacun de ces deux groupes présentent des analogies morphologiques et une datation homogène. Les auteurs de l’étude du matériel recueilli au 4 rue de la Collégiale à Paris indiquent deux types d’argile dont la description pourrait correspondre aux observations faites sur les poteries du Collège de France. La majorité des pots est réalisée dans une argile plus fine dont la coloration passe du beige clair au rose saumon et dont la conservation est beaucoup moins bonne, les surfaces montrant des éclats quand ce n’est pas une desquamation totale (Brut, Lagarde 1993 : 96, pl. 10 no 2). Au Collège de France, une oule de GT2 (fig. 156, no 21) présente, après remontage, des tessons de couleur nettement rosée, sur leur face interne en particulier. Le décor peint étant plus rouge sur les tessons rosés, il semble que l’on puisse dire que la teinte beige, plus claire, correspond à une perte de couleur et résulte de l’enfouissement. Cette poterie est unique par sa couleur bien qu’elle montre une pâte feuilletée délitée autour du point d’impact résultant du choc à l’origine de la cassure, ainsi que quelques inclusions ayant fait éclater la pâte qui sont caractéristiques de ce groupe dont la couleur de la pâte ne varie que du beige terne au beige-brun.

152Les types morphologiques, respectivement en GT2 et en GT1, sont les suivants : les poêlons no 2 et nos 8-9, les jattes nos 15 et 14, les oules à lèvre triangulaire nos 21 et 22, les pichets-cruches nos 25 et 26, les pichets no 28-29 et 32- 33 et les cruches de type A nos 38 et 40. Ces objets sont tous issus du dépôt inférieur de la fosse 226. Les pièces de GT2 se trouvent aussi dans le contexte le plus récent ; il s’agit en particulier du poêlon no 13, des pichets nos 35 et 36. La différenciation technique permet de mettre en évidence sur certains éléments morphologiques, comme les lèvres et les panses, des caractéristiques propres à GT2. Les panses des formes resserrées de GT2 (nos 21, 25, 38) sont en effet plus globulaires, les lèvres plus larges et saillantes que celles des pièces de GT1. On retrouve une lèvre identique aux précédentes sur le poêlon 2 (fig. 154) (GT2) dont le fond est convexe. Ce type de fond, comme les panses larges et globulaires, sont caractéristiques des XIe-XIIe s. et les lèvres larges paraissent antérieures à celles, triangulaires mais plus courtes, des pièces de GT1 (nos22, 26, 40). Le pichet no 33 a quant à lui une lèvre composée de trois bourrelets superposés et une anse de section presque ronde, qui dérivent de celles des pichets du XIIe s. (Nicourt 1986 : pl. 54, 55, 61-64, puits 1 et 3). Ces particularités des formes de GT2 paraissent donc correspondre à des caractères archaïsants et nullement à une antériorité des objets.

153Le second point est fourni par l’échelonnement des céramiques présentes sur environ un siècle et dont les datations sont parfois précisées par les éléments connus sur d’autres sites. Une évolution théorique des profils à partir de critères de différenciation précis a été déterminante pour la reconnaissance des pièces déposées dans les deux fosses du Collège de France et pour proposer une datation des dépôts successifs.

154Des types morphologiques déposés dans les contextes étudiés, ce sont les pichets, en raison de la plus grande variation de leur profil et de leur décor, qui permettent les datations les plus précises. La comparaison avec les exemplaires trouvés sur les sites de la région semble indiquer que les pichets de 206A appartiennent aux deux derniers tiers du xiiie s. (la plupart des céramiques de la fosse 206 sont des formes attribuées le plus souvent de manière imprécise au xiiie s. ; elles nous paraissent cependant pouvoir être incluses dans la chronologie proposée par J. Nicourt), ceux de 226B se situant dans le second tiers du xive s. et un peu au delà. On peut dire que la présence de ces formes permet de proposer une datation pour l’ensemble du mobilier céramique des fosses du Collège de France.

155Par ailleurs, cette mise en succession des formes montre que certains éléments de pichets recueillis en 206B (d, base assez haute 16013 avec bandes en virgules allongées sous glaçure verte, et 1) s’intercalent entre les pichets de 226A et ceux de 206B, ce qui permet de penser que ces trois fragments appartiennent à un premier dépôt dans la fosse 206 qui n’a pas été totalement curée. Appartiennent vraisemblablement à ce dépôt initial une partie d’un poêlon (no 16063) analogue à l’exemplaire no 7 (226B) et le haut d’une oule en bandeau qui ne se distingue en rien des ouïes précédentes (no 19), identifiés comme faisant partie d’une couche résiduelle dans la fosse 206. On suppose donc que l’utilisation de la seconde fosse d’aisances de la maison B du Collège de France a suivi de peu le comblement (après récupération des murs) de la première.

7.6.7 Inventaire des céramiques médiévales des fosses CS 206 et 226

Poêlon (forme ouverte, à un élément de préhension, sans dispositif verseur)
fig. 154 et fig. A

1561. 16160 (226-US 2642, 2643). Demi-forme, manche absent. Ø au fond : 9,4 cm, H : 5,8 cm, Ø à l’embouchure : 15,4 cm. Pâte beige ocrée. Oxyde de fer visible sous forme de petites taches brunes dans la glaçure interne jaune clair et brillante, tachetée de vert. Noirci par le feu.

1572. 16158 (226-US 2642). Manche et partie du bord manquants. Ø au fond : 9 cm, H : 7,5 cm, Ø à l’embouchure : 19 cm. Pâte beige-brun. Surface interne glaçurée vert sombre, mate. Noirci par le feu.

1583. 16157 (226-US 2642). Manche détaché de la panse absent ; forte déformation de l’embouchure. Ø au fond : 9,1 cm, H : 8 cm, Ø à l’embouchure : 21 cm. Pâte beige brun. Quelques nodules d’oxyde de fer visibles sous la glaçure interne jaune clair, brillante.

1594. 16159 (226-US 2642). Manche et partie de panse absents. Ø au fond : 7,6 cm, H : 4,9 cm, Ø à l’embouchure : 13,5 cm. Pâte beige-jaune plus colorée en surface, cœur gris moyen dans la lèvre. Oxyde de fer dans la glaçure interne jaune orangé, brillante. Fond noirci par le feu.

1605. 16175 (226-US 2194). Fragment du bord et manche manquants. Ø au fond : 7,4 cm, H : 4,7 cm, Ø à l’embouchure : 12,6 cm. Pâte beige. Oxyde de fer visible sous la glaçure interne jaune clair, brillante. Fond détaché au fil.

1616. 16176 (226-US 2194). Manche absent, embouchure déformée. Ø au fond : 9 cm, H : 5,2 cm, Ø à l’embouchure : 15,2 cm. Pâte beige, plus jaune en surface. Quelques nodules d’oxyde de fer visibles sous la glaçure interne jaune, brillante. Une longue pernette sur la face externe indique deux pièces l’une dans l’autre, toutes deux glaçurées. Deux entailles ont été faites sur la lèvre à l’emplacement du manche décollé. Fond détaché au fil.

1627. 1611 5 (226-US 2181,2192, 2194). Un tiers de la forme présente, sans manche. Ø du fond : 10,4 cm, H : 10 cm, Ø à l’embouchure : 25,5 cm. Pâte beige, plus jaune sur la face supérieure de la lèvre. Glaçure interne jaune clair, brillante, jusqu’à environ 1 cm de la lèvre.

1638. 16150 (226-US 2642). Intact. Ø au fond : 8 cm, H : 5,8 cm, Ø à l’embouchure : 14,3 cm. Pâte beige à surface légèrement plus colorée. Oxyde de fer visible sous la glaçure montrant que le poêlon a été retourné, manche à l’oblique, lors de la cuisson. Glaçure interne jaune orangé, brillante.

1649. 16155 (226-US 2642). Ø au fond : 7,3 cm, H : 6,3 cm, Ø à l’embouchure : 15,3 cm. Pâte beige à surface plus jaune. Les taches et coulures d’oxyde de for indiquent un poêlon posé sur le côté, manche vers le haut, lors de la cuisson. Glaçure interne jaune orangé, brillante, intérieure, plus épaisse sur une partie du fond. Deux taches rouges à l’extérieur (fig. A).

16510. 16151 (226-US 2642). Intact. Ø au fond : 8 cm, H : 5.3 cm, Ø à l’embouchure : 14 cm. Pâte beige-brun. Glaçure verte intérieure, mal fondue (fig. A).

16611. 16156 (226-US 2642). Grand fragment du bord absent. Ø au fond : 7,3 cm, H : 5,2 cm, Ø à l’embouchure : 13,3 cm. Pâte beige à surface plus jaune. Glaçure verte sur la face interne (très petites taches d’oxyde de cuivre qui n’ont pas complètement fondu). Quelques taches vert vif sur le manche, pernette à l’intérieur de la panse.

16712. 16177 (226-US 2194). Complet. Ø du fond : 7,3 cm, H : 4,5 cm, Ø à l’embouchure : 13,5 cm. Pâte beige-brun. Glaçure interne brillante, jaune à petites taches vertes, oxyde non fondu (fig. A).

16813. 16031 (206-US 2553, 2555). Une grande partie du bord manque. Ø du fond : 11 cm, H : 9,3 cm, Ø à l’embouchure : 26 cm. Pâte beige-brun. Surface interne sans glaçure. Noirci par le feu.

FIG. A
Céramiques médiévales (poêlons, jattes, oules et coquemars). Cf. troisième partie, § 7.6.

Jatte (forme ouverte, à deux éléments de préhension et sans dispositif verseur)
fig. 155 et fig. A

16914. 16163 (226-US 2642). Deux tiers de la forme. Ø au fond : 18 cm, H : 16,6 cm, Ø à l’embouchure : 45 cm. Pâte beige et cœur gris clair dans la lèvre, surface un peu plus jaune. Glaçure interne jaune avec une coulure vert sombre au niveau de la seule anse conservée et aussi, semble-t-il, sous l’autre anse. La répartition de la glaçure montre un objet retourné lors de la cuisson. Plusieurs nodules d’oxyde de fer forment des traînées orange sous la glaçure. Un gros grain d’oxyde de fer pulvérulent sur le fond glaçuré a fait sauter la glaçure. Bande rapportée imprimée au pouce sous la lèvre (fig. A).

17015. 16164 (226-US 2642, 2 fragments de bords en 2194). Un tiers de la forme. Ø au fond : 17 cm, H : 15,3 cm, Ø à l’embouchure : 38,8 cm. Pâte beige brun. Glaçure jaune interne avec coulures vert sombre, réparties assez régulièrement en rayonnant vers le bord, la pièce étant retournée pendant la cuisson. Bande rapportée imprimée au pouce sous la lèvre. Fond et base noircis par le feu (fig. A).

Tasse (forme ouverte, à un élément de préhension et dispositif verseur) fig. 155

17116. 16153 (226-US 2642). Polylobée. Intacte. Ø de la base : 4.3 cm, H. de la base : 2,1 cm, Ø de la panse : 10,6 cm, H : 7,6 cm. Pâte beige à surface ocre orangé. Glaçure vert sombre, mouchetée, couvrant l’extérieur de la panse et la face interne de la lèvre sur environ 1 cm.

17217. 16019 (206-US 2436, 2457, 2521, 2530, 2473). Polylobée. Deux tiers de la forme manquent. Ø de la base : 3,9 cm, H de la base : 1,6 cm, Ø de la panse restituée : 10,2 cm, H : 6,1 cm. Pâte ocre-jaune à surface interne orangé rouge. Glaçure jaune orangé externe.

Oule (forme fermée à embouchure large, col court, sans élément de préhension ni dispositif verseur)
fig. 156 et fig. A

17318. 16198 (226-US 2194). Lèvre en bandeau. Moitié inférieure absente. Ø de la panse : 14,5 cm, Ø à l’embouchure : 10,2 cm. Pâte beige-jaune. Absence de décor.

17419. 16001 (206-US 2521,2553, 2439, 2474). Lèvre en bandeau. Moitié inférieure absente. ∅ de la panse : 14,7 cm, ∅ à l’embouchure : 10,7 cm. Pâte beige-jaune. Décor peint : 3 groupes de 5 flammules.

17520. 16211 (226-US 2642). Lèvre en bandeau. Des manques assez importants. Ø au fond : 9,5 cm, Ø de la panse : 16,3 cm, H : 15,9 cm, Ø à l’embouchure : 11,4 cm. Plans de l’embouchure et du fond non parallèles. Pâte beige-jaune avec deux petites zones grises dues à des coups de leu. Décor peint : 5 groupes de 5 flammules du bas de la lèvre au plan d’assise. Quelques taches de glaçure jaune sur la panse et mouchetée verte sur la face supérieure de la lèvre. Fond détaché au fil (fig. A).

17621. 16213 (226-US 2642, 2194, 2192). Oule verseuse (?) à lèvre triangulaire. Un tesson du bord manque (6 cm) qui pourrait correspondre à la partie de la lèvre pincée pour former un bec verseur ; une légère déformation de la lèvre est observable. Ø au fond : 12,2 cm, Ø de la panse : 23,8 cm, H : 22,8 cm, Ø à l’embouchure : 17,3 cm. Pâte beige, noircie par le feu sur presque tout le pourtour ; les tessons 2194 sont nettement plus ocre rose. Décor peint : 7 groupes de 5 flammules du bord inférieur de la lèvre au plan d’assise.

17722. 16212 (226-US 2642). Lèvre triangulaire. Complète. ∅ au fond : 11,4 cm, ∅ de la panse : 21,5 cm, H : 21,6 cm, ∅ à l’embouchure : 15,1 cm. Pâte beige-jaune, dont la surface jaune orangé montre un coup de feu. Décor peint : 5 groupes de 5 flammules du bord inférieur de la lèvre au plan d’assise (fig. A).

Coquemar (forme fermée à embouchure large, col court, élément de préhension, sans dispositif verseur)
fig. 156 et fig. A

17823. 16002 (206-US 2521, 2523, 2530, 2553). ∅ au fond : 6,5 cm, Ø de la panse : 13,3 cm, H : 13,5 cm, Ø à l’embouchure : 10 cm. Pâte beige, cœur rose pâle dans l’anse. L’objet n’a pas été utilisé pour la cuisson. Décor peint : 3 groupes de 5 flammules du col au plan d’assise et un groupe sous l’anse.

17924. 16207 (226-US 2642). Intact. Fente verticale à la limite de la partie opposée à l’anse noircie par le feu. Ø au fond : 8,6 cm, Ø de la panse : 14 cm, H : 12,5 cm, Ø à l’embouchure : 11,1 cm. Pâte beige, à surface légèrement plus jaune. Décor peint : 3 groupes de 5 flammules du col au plan d’assise et un groupe sous l’anse.

Pichet et pichet-cruche (forme fermée à embouchure moyenne, col haut, élément de préhension, sans dispositif verseur)
fig. 157-159 et fig. B, fig. 160 et fig. A

18025. Pichet-cruche 16217 (226-US 2642). Ø au fond : 9,7 cm, Ø de la panse : 15,3 cm, H : 20,7 cm, Ø à l’embouchure : 11,5 cm. Pâte ocre-brun, plus sombre en surface. Décor peint : 3 groupes de 5 flammules du col au plan d’assise et 1 groupe sous l’anse.

18126. Pichet-cruche 16168 (226-US 2642). Intact, avec perforation du fond après cuisson. Ø au fond : 10,2 cm, Ø de la panse : 16,4 cm, H : 23 cm, Ø à l’embouchure : 10,6 cm. Pâte beige, avec zones plus jaunes en surface et deux petites zones grises dues à un coup de feu. Décor peint : 4 groupes de 6 flammules et 1 groupe sous l’anse dont la couleur a presque complètement disparu (fig. B).

18227. Pichet 16135 (226-US 2642, 2194 et 2181 : 2 tessons). Plus de la moitié manque. Ø au fond : 10,3 cm, Ø de la panse : 14,7 cm, H : 22,6 cm, Ø à l’embouchure : 9,9 cm. Pâte beige, légèrement plus jaune en surface. Quelques nodules de fer rouge brique. Décor de 11 (?) bandes rapportées, rectilignes (larg. de 1 à 1,5 cm). Six d’entre elles, une sur deux, surmontent les ressauts à la base du col. Leur espacement est irrégulier, entre 1,3 et 3 cm. Elles sont imprimées de losanges. Deux bandes sous l’anse ont le même décor. Glaçure incolore mouchetée vert du col au plan d’assise. La couleur est plus verte sur le col, mais absente sur la face latérale de la lèvre, le pichet étant retourné pendant la cuisson.

18328. Pichet 16132 (226-US 2642, 2194). Une partie du col manque. Ø au fond : 9,2 cm, Ø de la panse : 14,7 cm, H : 22,9 cm, Ø à l’embouchure : 10,1 cm. Pâte beige, légèrement plus jaune en surface et cœur gris clair au niveau du fond. Gros et nombreux (surtout dans la partie inférieure du pichet) nodules de fer de couleur brun-noir qui ont fait éclater la pâte. Celle-ci peut être grise autour des nodules. Décor de 13 bandes rapportées de section triangulaire, du ressaut supérieur à l’incision du bas de panse. Trois bandes sous l’anse. Les bandes ont une partie haute concave et une partie basse convexe (larg. : env. 1 cm, ép. : 2,5 cm, espacement : un peu moins de 2 cm). Trois pastilles assez petites sur le col. Glaçure vert sombre mouchetée jusqu’au plan d’assise. La couleur est plus homogène sur le col, le pichet étant retourné pendant la cuisson.

18429. Pichet 16131 (226-US 2642). Intact. Ø au fond : 8,7 cm, Ø de panse : 14,8 cm, H. : 24,4 cm, Ø à l’embouchure : 9,9 cm. Pâte beige, à surface jaune orangé. Décor de 15 bandes rapportées de section triangulaire, du ressaut inférieur à l’incision du bas de panse, et 3 de bandes sous l’anse. Les bandes forment un segment concave dans le haut et convexe dans le bas (larg. environ 1 cm, espacement 1,5 cm). Trois pastilles à mi-col (diam. 1,4 à 1,8 cm). Glaçure verte mouchetée jusqu’à l’incision du bas de panse, comme le décor, de couleur plus homogène sur le col, le pichet étant retourné pendant la cuisson (fig. B).

18530. Pichet 16112 (226-US 2181,2192). Partie basse absente. ∅ de la panse : 14,8 cm, ∅ à l’embouchure : 9,7 cm. Pâte beige. Décor de 20 (?) bandes rapportées, appliquées à partir du ressaut du col, de deux couleurs. Bandes d’argile cuisant rouge intercalées entre deux bandes d’une argile claire, imprimées à la molette de petits carrés et colorées par des pigments qui donneront une teinte vert moucheté. Elles s’étalent jusqu’à mi-col. La glaçure est incolore (ou jaune).

18631. Pichet 16133 (226-US 2642, 2194). ∅ au fond : 10,1 cm, ∅ de la panse : 15 cm, H : 26,4 cm, ∅ à l’embouchure : 10 cm. Pâte beige, plus orangée en surface et au cœur gris. Petites traces rectangulaires dans la paroi qui correspondent à la combustion non achevée de végétaux. Nombreux petits nodules de fer de couleur brun sombre qui n’ont pas fait éclater la pâte (surtout dans la partie basse du pichet). Décor de 16 bandes rapportées de section triangulaire, appliquées à partir du ressaut inférieur, jusqu’à l’incision du bas de panse. Les bandes sont sinusoïdales et assez épaisses (larg. : 0,9 à 1 cm, ép. : 0,2 cm env., espacement irrégulier, les bandes n’étant pas parallèles). Deux bandes sous l’anse. Trois petits cônes sont appliqués sur le haut du col. Glaçure vert olive jusqu’à la base des bandes rapportées, brillante et assez homogène. Le pichet a été retourné pendant la cuisson (accumulation sur le ressaut du haut). Coup de feu sous l’anse qui donne un ton brunâtre à la glaçure (fig. B).

18732. Pichet 16169 (226-US 2642). ∅ au fond 7,7 cm, ∅ de la panse : 12,1 cm, H : 20 cm, Ø à l’embouchure : 8,8 cm. Pâte beige, à surface jaune. Absence de décor et de glaçure (fig. B).

18833. Pichet 16134 (226-US 2642). Ø au fond : 7,2 cm, Ø de la panse : 11,4 cm, H : 18,1 cm, Ø à l’embouchure : 9,2 cm. Pâte beige. Deux gros nodules de fer de couleur brun sombre ont fait éclater la pâte. Décor de 12 bandes rapportées de section triangulaire, appliquées sous la première cannelure du col en surmontant les deux ressauts. Les bandes sont plus ou moins verticales, légèrement curvilignes et assez épaisses (larg. : 0,8 à 1,1 cm, ép. : 0,35 cm environ, espacement : de 1,1 à 1,7 cm). Trois groupes de deux bandes vertes s’intercalent entre trois groupes de deux bandes rouge-brun. Deux bandes sous l’anse, une rouge, une verte ; trois petites pastilles sur le col. Glaçure incolore sauf sur la base. La glaçure est plus épaisse et brillante sur le col, le pichet ayant été retourné pendant la cuisson (fig. B).

18934. Pichet élancé 16077 (206-US 2132). ∅ au fond : 7,8 cm, Ø de la panse : 12,2 cm, H : 22,1 cm, Ø à l’embouchure : 8,9 cm. Pâte beige. Décor de 9 bandes rapportées triangulaires, très obliques, étroites, et de 2 très fines à gauche de l’anse. Trois pastilles sous les cannelures du col. Celui-ci présente une surépaisseur de pâte et de glaçure correspondant au colmatage d’une fente. La glaçure jaune, du haut du col au diamètre maximal de la panse, couvre le décor (fig. B).

19035. Pichet globulaire 16037 (206-US 2553). ∅ au fond : 8 cm, Ø de la panse : 13,9 cm, H : 17,5 cm, Ø à l’embouchure : 8,5 cm. Pâte beige ocre, brunâtre en surface. Décor imprimé à la molette (larg. 0,35 cm) avant la pose de l’anse, les rangées de bâtonnets verticaux s’observant en relief sur l’attache inférieure de l’anse décollée. Trois rangs sur le col, non parallèles au bord, se poursuivent sur la panse (10 rangs) sans interruption. La glaçure est mouchetée vert sombre et mat (oxyde mal fondu) (fig. B).

19136. Pichet piriforme 16008 (206-US 2521, 2132). Ø de la panse restituée : 12,4 cm, Ø à l’embouchure : 9,3 cm. Pâte beige-brun. Une tache gris bleuté sous l’anse correspond à un coup de feu. Un décor imprimé à la molette (motif de bâtonnets obliques composant des triangles) se développe en spirale, des moulurations (premier rang non parallèle au bord) à la partie inférieure de la panse. La glaçure jaune verdâtre ne couvre pas la base.

FIG. B
Céramiques médiévales (pichets et cruches). Cf. troisième partie, § 7.6.

Cruche (forme fermée à embouchure moyenne, col haut, élément de préhension et dispositif verseur)

19237. 16219 (226-US 2642, 2194). Un tiers de la forme manque. Ø de la panse restituée : 25,2 cm (?), Ø à l’embouchure : 12,5 cm environ. Pâte beige, surface plus jaune. Décor peint : 4 ou 5 (?) groupes de 6 flammules à partir du bas du col. Quelques taches de glaçure verte sur le bord avec arrachement sur la face supérieure de la lèvre.

19338. 16220 (226-US 2642). Ø au fond : 8,9 cm, Ø de la panse : 13,2 cm, H : 17,5 cm, Ø à l’embouchure : 10,5 cm. Pâte ocre brun, plus brune à l’extérieur. La surface s’est délitée en de nombreux endroits. Décor peint : 3 groupes de 5 flammules sous le cordon du col au plan d’assise et 1 groupe sous l’anse (fig. B).

19439. 16221 (226-US 2642). Moitié basse absente. Ø de la panse restituée : 12,5 cm, Ø à l’embouchure : 9,3 cm environ. Pâte beige, à surface plus jaune (?), groupes de 5 flammules.

19540. 16218 (226-US 2642). Le haut de l’anse manque avec une grande partie du col. Ø au fond : 9,1 cm, Ø de la panse : 14,6 cm, H : 19,7 cm, Ø à l’embouchure : 1 1 cm environ. Pâte beige, à surface plus jaune par zones. Décor peint : 3 groupes de 5 flammules du bas du col au plan d’assise et 1 groupe sous l’anse.

Tirelire (forme close, sans élément de préhension ni dispositif verseur) fig. 161

19641. 16149 (226-US 2642). Intacte. Fente de moins d’1 mm de large. Ø au fond : 3,8 cm, Ø de la panse : 6,6 cm, H : 8,7 cm. Pâte ocre-jaune. Petits nodules de fer de couleur brune avec petite zone rouge. Fond détaché au fil. Glaçure jaune sur la moitié haute de la forme avec quelques petites taches vertes.

19742. 16000 (206-US 2132, 2521). Une grande partie du haut manque. Fente de 4 mm de large. ∅ au fond : 5,1 cm, ∅ de la panse : 7,3 cm, H restituée : 8 cm environ. Pâte beige ocre jaune. Un gros nodule d’oxyde de fer. Sans glaçure.

Forme composée
fig. 161

19843. Lampe à huile à appendice (?) 16154 (226-US 2642). ∅ de la coupelle : 6 cm. Pâte ocre-jaune. Appendice de forme conique ou pied (?) rapporté. Peu de petits nodules de fer. Glaçure vert-jaune à l’intérieur de la coupelle.

Notes

1 – Nous remercions Pierre-Henri Mitard pour l’identification de cette céramique. Le relief a été utilisé dans deux ateliers : Vaugnois/Les Allieux 2 (B de Chenet), type K (Chenet 1941 ; Mitard 1998 : fig. 40.6) et Avocourt 3/ Le Prix des Blanches, type P (Chenet 1941 ; Feller et al. 1998). Il a été découvert dans le dépôt de la « sépulture A » de Lavoye (Chenet 1941 : 18-24).

2 – La différenciation entre ces deux formes peut se faire à partir de la mesure du diamètre de la panse ajoutée à la hauteur du col : lorsqu’elle est inférieure à la hauteur totale de la pièce, il s’agit d’un pichet élancé (Meyer-Rodrigues, Orssaud : Proposition pour une analyse morphologique de la poterie médiévale. Une application : la codification du fonds de Saint-Denis [viiie-xve s.] étude en cours).

3 – Les pichets n’étant pas tous illustrés par le dessin, la figure C synthétise les décors identifiés par des lettres (les chiffres entre parenthèses sont ceux des profils sur les figures 158, 159 ou des numéros d’inventaire) : a = fig. 158, n° 27 ; b = 16139 ; c = fig. 158, n° 30 ; d =16016 ; e = fig. 158, n° 30 ; f = 16138 ; g = fig. 158, n° 28 ; h = 16137 ; i = 16136 ; j = fig. 158, n° 31 ; k = fig. 158, n° 29 ; I = 16011 et 16050 ; m = 16078 ; n = 16040 ; o = fig. 159, n° 34. Les décors d, et I à o sont en 206.

4 – Il s’agit sur la plupart de ces sites de céramiques en pâte sableuse. Des centres de productions de pâte sableuse sont attestés pour les xiiie-xive s., à Saint-Denis (Meyer1987 : 46- 47), Meaux (Orssaud1992 : 137-142) et Poissy (Mussy 1992 ; Boivin 1996). Deux autres centres de productions ont livré des céramiques différentes, aisément reconnaissables, dont la diffusion n’atteint pas Paris, ce que confirme le matériel du Collège de France. L’un a une pâte sableuse rouge (Dourdan, 91), l’autre une pâte claire moins facilement identifiable (Fosses, 95), mais toutes deux présentent des éléments morphologiques qui ne se retrouvent pas sur les poteries en pâte sableuse claire. Celle de Fosses est présente à Saint-Denis où elle a été distinguée avant que ne soient découverts les ateliers en 1990 (Meyer-Rodrigues, Orssaud 1993 : 123).

5 – Les contextes parisiens ayant livré des céramiques de référence sont les suivants : le parvis de Notre-Dame, fosses S et 1 (première moitié du xiiie s.) (Nicourt 1986 : 73, pl. 64-87) ; le n° 4 de la rue de la Collégiale, couches de la fosse 617 : 2000, 1239, 1229, antérieures au milieu du xiiie s. (Brut, Lagarde 1993) ; la cour Carrée du Louvre, corps des Logis, fosse k47, couche 39, datée du xiiie s. (dépôt postérieur à 1190) (Brut 1994) ; les Bernardins, niveau d’occupation datant entre 1247 et 1252 (Nicourt 1986 : 66, note 78 ; 73 ; pl. 88-89) ; la rue Soufflot, cave médiévale entre 1300 et 1358 (?) (Nicourt 1986 : 73 ; pl. 90-95) et la cour Napoléon du Louvre, ensembles clos (Monnet 1992 ; Ravoire 1992).

6 – À Saint-Denis, le site de l’atelier d’orfèvre, début du xive s. (Meyer, Wyss 1990) et quelques autres contextes du XIVe s. (Meyer 1985 ; Meyer-Rodrigues 1992 ; Meyer-Rodrigues, Orssaud 1995) ; à Chelles, sur le site de l’ancienne abbaye, où deux caves ont servi successivement de dépotoirs malheureusement datés de façon assez imprécise du xive s. (Coxall et al. 1994, Str. 209 et 202) ; à Saint-Ouen-L’Aumône, l’abbaye de Maubuisson, dépotoir daté du XIVe s. (Durey 1993) ; à Meaux, les vestiges d’un atelier de production vers le milieu du xive s. et une fosse de la rue Saint-Rémy (Orssaud 1992) ; à Bondy, des pichets du XIVe s. découverts dans des sépultures du cimetière paroissial (Delahaye, Travouillon 1976).

7 – Nous utiliserons à la suite de Jacques Nicourt (1986) la formalisation suivante : xiiia = 1er quart du XIIIe s., xiiib = 2e quart, xiiic = 3e quart, xiiid = 4e quart, XIIIA = 1er moitié, XIIIB = 2de moitié.

Table des illustrations

Légende TABL. XV Effectifs et proportions des groupes céramiques d’ensembles choisis de la phase 1.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende TABL. XVI Sigillées de la phase 1. Est. estampillé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 126 Céramiques gallo-romaines (phase 1). 1-4 modelée ; 5 sigillée ; 6, 7 terra nigra ; 8‑29 commune sombre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende FIG. 127 Céramiques gallo-romaines (phase 1). 1-22 commune sombre ; 23 amphore.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende TABL. XVII Effectifs et proportions des groupes céramiques d’ensembles choisis de la phase 2.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende TABL. XVIII Sigillées de la phase 2. Est. estampillle, x présence d’une estampille.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende FIG. 128 Céramiques gallo-romaines (phase 2). 1 modelée ; 2‑9 sigillée ; 10-14 terra rubra ; 15‑19 terra nigra.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende FIG. 129 Céramiques gallo-romaines (phase 2). 1‑18 communes sombres.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 130 Céramiques gallo-romaines (phase 2). 1, 2 dorée au mica ; 3‑7 commune claire ; 8 pâte claire fine.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende FIG. 131 Céramiques gallo-romaines (phase 2). 1-3 pâte claire ; 4, 5 amphore.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende TABL. XIX Effectifs et proportions des groupes céramiques d’un ensemble de la phase 3.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende TABL. XX Sigillées de la phase 3. Est. estampillle, X présence d’une estampille.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende FIG. 132 Céramiques gallo-romaines (phase 3). 1 modelée ; 2‑15 sigillée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende FIG. 133 Céramiques gallo-romaines (phase 3). 1‑9 terra nigra ; 10, 11 paroi fine ; 12‑22 commune sombre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende FIG. 134 Céramiques gallo-romaines (phase 3). 1-16 commune sombre ; 17-20 commune claire.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende FIG. 135 Céramiques gallo-romaines à pâte claire (phase 3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende TABL. XXI Sigillées de la phase 4. Est. Estampille, x présence d’une estampille.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende FIG. 136 Céramiques gallo-romaines sigillées. 1-10 phase 4 ; 11-14 phases.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende TABL. XXII Sigillées de la phase 5. Est. Estampille. En gras, le matériel provenant de la fosse cs 273.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende TABL. XXIII Effectifs et proportions des groupes céramiques d’ensembles choisis de la phase 6.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende TABL. XXIV Sigillées de la phase 6. Est. Estampille.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende FIG. 137 Céramiques gallo-romaines (phase 6). 1-11 sigillées ; 12 gobelet métallescent.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende FIG. 138 Quelques types de céramique commune présents dans les contextes de la phase 6. 1‑4 Du Bouëtiez 1992 : pl. 43, nos 25, 24, 20 et 22 ; 5 Barat 1993 : fig. 107, no 17 ; 6‑8 Du Bouëtiez 1992 : pl. 47, nos7 à 9 ; 9 Du Bouëtiez 1992 : pl. 44, no 29 ; 10 Du Bouëtiez 1992 : pl. 50, no 29 ; 11, 12 Robin 1993 : fig. 72, nos 1 et 2 ; 13 Sellès 1993 : fig. 80, no 12.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende FIG. 139 Types de céramiques sigillées d’Argonne présents dans les niveaux de la phase 7 (d’apr. Chenet 1941). S’y ajoutent de nombreux fragments de gobelets ou cruches peints en blanc.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende TABL. XXV Effectifs et proportions des groupes céramiques d’ensembles choisis des phases 7a à 7e.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende FIG. 140 Céramiques gallo-romaines communes sombres (phase 7b).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende FIG. 141 Céramiques gallo-romaines (phase 7c). US 1016. 1‑28 commune sombre ; 29 commune claire.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende FIG. 142 Céramiques gallo-romaines (phase 7d). US 1055. 1‑23 commune sombre ; 24 commune claire.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende FIG. 143 Céramiques gallo-romaines (phase 7e). US 1041. 1‑33 commune sombre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende FIG. 144 Céramiques gallo-romaines (phase 7e). US 1041. 1-5 pâte claire ; 6-17 céramique rugueuse.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende TABL. XXVI Effectifs et proportions des groupes céramiques d’ensembles choisis de la phase 7e-8a.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende FIG. 145 Céramiques rugueuses gallo-romaines (phase 8a). CS 241.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende FIG. 146 Céramiques rugueuses gallo-romaines (phase 8a). CS 242.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende TABL. XXVII Effectifs des groupes céramiques de la fosse CS 135 (phase 8d).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 147 Céramiques de la fin de l’Antiquité et du haut Moyen Âge (phase 8d). CS 135. 1, 2 BB1 ; 3‑8 rugueuse.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 148 Céramiques rugueuses de la fin de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge (phase 8d). CS 135.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende FIG. 149 Céramiques rugueuses du haut Moyen Âge (phase 8c-f).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 150 Céramiques rugueuses du haut Moyen Âge (phase 8b).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende TABL. XXVIII Effectifs et proportions des groupes céramiques de la stratigraphie des phases 8c à 8f dans la cour d’honneur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 151 Céramiques de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge (phase 8). Décors à la molette.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende FIG. 152 Lampes et bougeoir. 1-5 lampes en céramique fine ; 6‑18 lampes en céramique commune ; 19 bougeoir en céramique commune sombre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende FIG. 153 1-4 lampe (?) en céramique rugueuse ; 5 lampe en pâte grise grésée à surface brun-orange découverte rue Saint-Martin (Paris Ve), US 1112, en pointillé : trace de brûlé (mèche) ; 6 poterie mérovingienne vie-viie s. (Guichainville/La Petite Dîme).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende TABL. XXIX Céramiques médiévales. Répartition des types.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende FIG. 154 Céramiques médiévales (phase 9a). Poêlons.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende FIG. 155 Céramiques médiévales (phase 9a). 14-15 jattes ; 16-17 tasses.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende FIG. 156 Céramiques médiévales (phase 9a). 18-22 oules ; 23‑24 coquemars.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 157 Céramiques médiévales (phase 9a). Pichets-cruches.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 158 Céramiques médiévales (phase 9a). Pichets.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende FIG. 159 Céramiques médiévales (phase 9a). Pichets.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende FIG. C Types de décor sur pichets glaçurés. Cf. troisième partie, § 7.6.4, les pichets-cruches.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende FIG. 160 Céramiques médiévales (phase 9a). Cruches.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende FIG. 161 Céramiques médiévales (phase 9a). Tirelires et lampe.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. A Céramiques médiévales (poêlons, jattes, oules et coquemars). Cf. troisième partie, § 7.6.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende FIG. B Céramiques médiévales (pichets et cruches). Cf. troisième partie, § 7.6.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21822/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 169k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search