Version classiqueVersion mobile

Le Collège de France (Paris)

 | 
Laurent Guyard

Deuxième partie. Du Moyen Âge au xixe s.

Chapitre 6. Du Collège royal au Collège de France

Laurent Guyard et Anne-Aimée Lichon

Texte intégral

6.1 La construction progressive du Collège royal (1610-1840)

1La solution d’infortune, qui avait consisté à transférer l’enseignement du Collège royal dépourvu de locaux dans les collèges de Tréguier et de Cambrai, incita la royauté, qui ne pouvait reprendre le projet de François Ier, à adopter une solution médiane. Henri IV, en héritant du dossier géré par ses prédécesseurs, constitua une commission chargée d’étudier l’acquisition des deux collèges. L’historien Jacques du Breul (1639 : 570), fait en effet mention du 23 décembre 1609, où le cardinal du Perron, le duc de Sully, le président de Thou et le conseiller Gillot, par ordre du roi, vinrent reconnaître les lieux des anciens collèges de Tréguier et de Cambrai « pour y faire edifier de nouveau un College Royal sur trente toises de long, et vingt de larges, où aux deux bouts de la longueur se doivent bastir quatre grandes salles pour faire les leçons publiques : et au-dessus de ces salles ont doit mettre la bibliothèque de sa majesté, la plus belle qui soit au monde pour les manuscripts. La face de ce college doit estre sans aucune demeure : et sur le derrière on doit faire les logements pour les lecteurs, le tout regardant sur une cour de dix huit toises de long, et douze de large, avec une belle fontaine au milieu : bref, ce doit estre un beau bastiment, et renté de dix mil escus pour l’entretenement des Lecteurs. » C’est de cette époque que date la description détaillée du collège de Cambrai.

2Le projet fut confié à Claude de Chastillon, architecte qui venait de réaliser, entre autres, les plans de la place royale et de la place Dauphine. Seul ce projet nous est connu (fig. 108).

FIG. 108
Projet de construction du Collège royal par Claude de Chastillon au début du XVIIe s.

3À la mort du roi, la reine Marie de Médicis continua ce projet. Louis XIII posa la première pierre le 28 août 1610, « dans laquelle sont engravez ces mots/En l’an premier du Regne de Louis XIII Roy de France et de Navarre, aagé de neuf ans, et de la Regence de la Royne Marie de Médicis sa mère 1610/et au dessus les armes du Roy et de la Royne sa mere : aux quatre coins sa Majesté y mit aussi quatre medalles, où estoit la mesme inscription, scavoir deux d’or et deux d’argent doré. À l’assise de cette première pierre, le Duc de Sully luy donna la truelle d’argent, un des seigneurs qui l’accompagnoit luy bailla le marteau, et un autre luy tenoit l’auge d’argent, où estoit le mortier. [...] Des trois costez il y en a desja un bien advancé, et disposé pour couvrir, qui est à la place du vieil College de Treguier, qui a été abbatu pour cet effect. ». Selon Hillairet (1963 : 99), le Collège royal fut construit sur les parties démolies des collèges de Cambrai et de Tréguier, sur l’emplacement de l’ancien cimetière Saint-Benoît et sur deux maisons voisines achetées en 1611 et 1612 ; cette construction « avança lentement » ; elle absorba progressivement des maisons voisines à l’enseigne du Loup qui baille, du Lys d’or et de la Salamandre, une hôtellerie et une auberge, mais l’argent manqua tellement que les cours avaient lieu, au milieu du xviiie s., dans une baraque en planches. Donc, en 1610, le collège de Tréguier avait été en partie acquis et détruit. En 1612, ce fut le tour du collège de Cambrai.

4Le 30 décembre 1639, des pièces furent présentées par le Collège à la chambre des amortissements (dans cet acte « Collège Royal de France cy devant dit des trois évêques ou de Cambrai »), pour se justifier de la demande de non payement des amortissements « pour montrer que le principal, chapelain, procureur et boursiers du collège qu’ils ne sont plus propriétaires du collège qui appartient au roi. » (A.n. S 6391. 2e liasse). Ils rappellent la vente d’avril 1612 moyennant le payement de 1 000 livres par an « par preference sur les loyers des maisons et boutiques qui seront comprises audit nouveau batiment et louées au profit de sa majesté »« par lequel contrat est aussy porté que lesdits principal [...] jouiront des rentes qui leur appartiennent pour l’entretenement du service divin célébré chaque jour en la chapelle dudict collège montant seulement à 304 livres 7 sous 6 deniers. Attendu que sa majesté aurait faict abattre les maisons et boutiques qui estoient au devant dudit collège dont ils teroient 2 000 livres par an pour donner accroissement à la rue. »

5Un état des rentes du Collège, établi en 1692, donne quelques informations supplémentaires quant aux bâtiments se trouvant dans le collège ou en dépendant (A.n. S 6391.2e liasse : Actes des 24 juin et 8 août 1692) :

6« 1 000 livres de rentes dues par le roi pour la vente à lui faite en 1602 d’une partie du collège de Cambray pour la construction du Collège royal dans lequel Collège Royal lesdits Sieurs dudit collège de Cambray avoient loué habitation ou logement. Et qu’en attendant que ledit collège Royal soit parachevé ils jouiront du coté dudit collège de Cambray ou ils sont présentement logés dans le bas duquel collège sont trois boutiques et quelques petites appartenances louées aux ci après nommés.

7Plus en une boutique, cour, salle, chambre et lieux attenant et dépendant dudit collège, louée à Rémy le Gros moyennant 200 livres, par contrat passé devant Desoin Jean et son confrère, le 20 juillet 1687.

8Plus en une boutique a trois chambres, dépendant dudit collège louée au sieur Maugrau relieur pour 153 livres. Bail passé par devant Ranon et son confrère le 19 juin 1692.

9Plus en trois petites chambres dépendantes dudit collège louées au Sieur Bardeau moyennant 110 livres par an.

10Plus en un jardin derrière ledit collège loué au Sieur Lallomant, maître de pension, moyennant 75 livres. Bail passé devant Quatré le 8 fevrier 1683.

11Plus 129 livres 7 sous de rente foncière à prendre sur le domaine de la ville de Mondidier, créée en l’année 1240. Plus 122 livres 2 sous dues, rente constituée par le collège de Tréguier pour le collège de Cambray, en l’année 1616. Total de cette année : 1 839 livres 9 sous. »

12Des travaux reprirent enfin en 1774 pour être achevés en 1778. D’autres bâtiments furent ajoutés au Collège en 1831 pour s’étendre jusqu’à la rue Saint-Jacques. Cependant, le collège de Cambrai continua à fonctionner jusqu’en 1763, date de son rattachement et de celui du collège de Tréguier au collège Louis-le-Grand (Hillairet 1963).

13La coexistence d’une partie des collèges médiévaux avec le Collège royal, les difficultés à mener à bien le projet et l’extrême lenteur avec laquelle ont été réalisés les travaux durant deux siècles sont autant d’éléments qui rendent difficile la compréhension de la chronologie des étapes de construction ; aussi la configuration des bâtiments et leur date de réalisation sont-elles souvent hypothétiques.

6.2 L’enseignement au Collège royal

14Le Collège royal, collège tout à fait particulier fondé le 24 mars 1529 par François Ier sous le nom de collège des Trois Langues, proposait l’enseignement du grec, du latin et de l’hébreu. François Ier avait pensé l’installer à l’hôtel de Nesle, mais les guerres d’Italie empêchèrent cette réalisation. Il comptait primitivement douze professeurs, les « lecteurs royaux », payés 200 écus par an et logés dans le collège. Charles IX y ajouta une chaire de chirurgie, Henri III une de langue arabe, Henri IV une d’anatomie et de botanique, Louis XIII une de droit canon, Louis XIV une de langue syriaque. C’est au xviie s. que ce collège prit le nom de Collège royal de France, plus tard Collège impérial de France, aujourd’hui Collège de France. Il présentait deux particularités : il était hors de la tutelle de l’Université et les cours y étaient gratuits, publics et donnés en français, tandis que la Sorbonne enseignait en latin.

6.3 Les travaux au début du xviie s. (phase 10)

6.3.1 Les destructions préalables

15Nous connaissons mal l’ordre et les dates précises de destruction des bâtiments du collège de Cambrai. Topographiquement, nous pouvons supposer, à partir de l’étude des plans anciens (plans XIV et XV), que seul le quart occidental de la cour d’honneur n’a pas été détruit immédiatement (ancienne maison A du parcellaire médiéval), mais seulement à la fin du xviie s. Le mobilier fait cruellement défaut pour cette période et ses similitudes avec le matériel du siècle précédent ne permettent pas d’affiner la datation. Nous en sommes réduits à supposer que c’est à cette phase de destruction qu’appartiennent les gros remblais plâtreux découverts dans les caves et latrines et enlevés mécaniquement lors de la phase de curage préalable ; la fouille de la partie inférieure de ces remblais a livré un mobilier comparable à celui des fosses d’aisances de la fin du xvie s. Une caractéristique importante de tous ces niveaux est la présence de fragments d’os humains. Doit-on les mettre en relation avec le démantèlement, en 1615, du cimetière Saint-Benoît (il fut transféré derrière l’actuel collège de France, le long de la rue Fromentelle) ?

PLAN XIV
Le collège de Cambrai et le Collège royal entre la fin du XVIIe s. et la fin du XVIIIe s. (vers 1764), d’après un plan conservé aux Archives nationales (A.n. NIII Seine 1126).

PLAN XV
Bâtiments du XVIIe s. (phase 10b) replacés dans la topographie ancienne.

6.3.2 Des baraques de chantier ?

16Postérieurs à toutes les constructions évoquées ci-dessus, des petits aménagements ont été réalisés dans la cour d’honneur (plan XV et fig. 109). Ces structures sont relativement incomplètes et surtout très arasées. Leur interprétation est donc délicate.

17Ces murets et sols de plâtre sont installés en surface, juste sous le pavage de la cour ; ils délimitent des espaces rectangulaires semi-excavés. Dans l’angle S-O, les CS 220 (2,20 x 1,50 m) et 221 (2,10 x 1,70 m) sont côte à côte. Dans la partie orientale de la cour, un aménagement composé de trois murets parallèles (3 x 2,50 m) se situe juste au sud des fosses jumelles CS 203-204. Ces vestiges existaient peut-être lors de la phase précédente.

18Une cave semi-enterrée (CS 255) est installée dans la partie sud de la cour, au-dessus de la fosse maçonnée (CS 200) du xvie s. D’une taille de 5,60 x 3,60 m et peu profonde, elle est fermée sur trois côtés par des murs de calcaire et de plâtre. Les quelques tessons de céramique retrouvés dans les tranchées de fondation des murs permettent de penser qu elle fut construite tardivement, vraisemblablement au xviiie s.

19Ces petits bâtiments situés en surface sont peut-être les restes des baraques de chantier dont les textes font état (cf. supra § 6.1). Il s’agirait d’une réoccupation des zones vouées à l’expulsion et à la destruction pour la construction du Collège royal.

20À une période difficile à cerner, des fondations pour des constructions de rez-de-chaussée sont installées au-dessus des caves médiévales alors remblayées (fig. 109), bâtiment observé lors du décapage. Un large mur orienté E-O repose sur le mur séparatif des caves médiévales ; il est chaîné à un parement qui s’accole au mur occidental et à un mur d’axe N-S. Ces fondations délimitent des bâtiments que l’on pourrait reconnaître sur un plan antérieur à 1774 (plan XIV, replacé sur le plan XV et la fig. 109). Il s’agirait de constructions dépendant du Collège royal de France et installées sur le côté ouest de la cour d’honneur de la nouvelle institution, partiellement construite.

FIG. 109
Les vestiges du XVIIe s. (phase 10b) et leur insertion dans la topographie ancienne.

6.3.3 Les travaux de construction

21La première campagne de construction a concerné la création de l’aile orientale du bâtiment qui entoure l’actuelle cour d’honneur, ainsi que l’amorce de l’aile sud (escalier). Un plan permet de se faire une idée précise de l’état des lieux avant l’agrandissement du bâtiment par Chalgrin (plan XIV) ; toutefois, les fouilles ont révélé une partie jusque-là inconnue de la première campagne de construction : il s’agit de l’amorce des travaux de fondation de l’aile sud, qui ont pu être observés sur toute la longueur de la cour (fig. 109). La maçonnerie est composée d’un assemblage de moellons irréguliers et de mortier orange. Cette fondation a été ultérieurement reprise lors de la construction de l’aile sud : le décalage entre les deux murs est d’ailleurs sensible (fig. 109, plan XV).

22Cette extension inachevée au xviie s. s’intègre complètement dans l’espace géré par le Collège royal aux xviie et xviiie s., et notamment la partie en jardin visible sur un plan antérieur à 1774 (plans XIV et XV). Cet espace non bâti correspond en effet à l’emprise de l’aile sud projetée, réalisée seulement en fondation puis recouverte par le dit jardin.

23Du bâtiment primitif construit au début du xviie s., quelques éléments se devinent encore sur la façade orientale de la cour d’honneur (cf. infra fig. 114), malgré les réaménagements du siècle suivant.

24La reconstitution du quartier proposée par Jean-Claude Golvin (fig. 110) permet de bien mesurer l’imbrication des constructions, en faisant clairement apparaître la première aile monumentale du Collège royal intégrée à un tissu urbain dont le passé médiéval est encore très présent. Cet état des lieux subsistera durant un siècle (fig. 111), avant que ne surgisse enfin un bâtiment conforme aux souhaits émis au début du xvie s.

FIG. 110
Aspect probable du Collège royal et du collège de Cambrai vers 1760.

FIG. 111
Le quartier Saint-Benoît en 1774 (plan de Jaillot). Le nord est à gauche. Le cercle indique l’emplacement des fouilles.

6.4 L’agrandissement au xviiie s. par Chalgrin

25La construction du Collège royal reprit au xviiie s. En 1724, on dressa des plans, des devis furent établis mais le projet était modeste : réaliser une aile qui serait le pendant de celle construite au début du xviie s. En 1772, Louis XV signa les lettres patentes et octroya 120 000 livres « pour être employées aux réparations du Collège royal et à la construction de nouvelles classes ». Les travaux furent confiés à l’architecte Jean-François Chalgrin. Agé de 35 ans, membre de l’académie d’architecture, il venait de construire l’hôtel du duc de la Vrillière, rue Saint-Florentin. Il réalisa par la suite l’église Saint-Philippe-du-Roule ainsi que divers travaux dans l’église Saint-Sulpice et au palais du Luxembourg, et fut chargé de la construction de l’arc de triomphe de l’Étoile, qu’il ne connut jamais (Goudineau, Guyard 1998). Les travaux qu’il entreprit au Collège royal de 1774 à 1778 concernaient l’aile ouest et la suite de l’aile sud. Le Collège royal adoptait alors la configuration qui avait été imaginée plus d’un siècle auparavant par Claude de Chastillon, c’est-à-dire un bâtiment en « U » mais une partie de l’aile ouest n’était qu’une simple façade (fig. 112, 113).

FIG. 112
Le projet de construction de J.-B. Chalgrin (archives Collège de France). Noter l’habillage de façade, en bas à droite, pour fermer la cour en U et homogénéiser la façade sur rue.

FIG. 113
Vue en coupe du projet de construction de J.-B. Chalgrin (archives Collège de France).

26Les principales destructions de cette époque ont concerné une partie du reste du collège de Cambrai, c’est-à-dire les bâtiments situés sous l’aile ouest jusqu’à la limite orientale de la cour Letarouilly. Cependant, comme les travaux initiaux prirent du temps, de nouvelles constructions apparurent au centre de la cour d’honneur (CS 255, fig. 109), puis furent détruites pour lui laisser place.

27Chalgrin se contenta, sur l’aile orientale, de rehausser l’édifice d’un étage et de modifier la décoration architecturale d’origine, sans doute un peu lourde (fig. 108). Les traces de ce rehaussement sont bien visibles sur l’aile orientale, à partir de la base des fenêtres du deuxième étage, grâce à un changement de couleur dans la pierre (fig. 114). De plus, les blocs qui ont servi à réaliser les nouvelles fenêtres du premier étage sont aussi d’une couleur différente, qui trahit un changement dans la provenance.

FIG. 114
Vue de l’aile est de la cour d’honneur, montrant la surélévation des bâtiments à partir du deuxième étage et le réaménagement des fenêtres du premier étage.

28À cette époque, la cour était aussi plus basse et des emmarchements, que nous avons pu observer le long des façades, se trouvaient devant les portes (fig. 115). Il s’agissait d’aménagements faits de dalles de calcaire dur liées par un mortier beige, le tout reposant sur de profondes fondations. L’un d’entre eux a été partiellement fouillé au début de l’opération (fig. 116).

FIG. 115
Le Collège de France au tout début du XIXe s. (A.n. NIII Seine 1343, détail). On discerne les emmarchements dans la cour et la présence de la tourelle médiévale.

FIG. 116
L’emmarchement du xviiie s. Noter, dans l’embrasure de la porte, le rehaussement du seuil consécutif à la surélévation du niveau de la cour.

29En dépit des travaux exécutés par Chalgrin, le Collège royal restait prisonnier de son quartier médiéval (fig. 117). Le manque de moyens et les difficultés pour acquérir les propriétés voisines de l’ancien collège de Cambrai entravèrent durablement l’extension du Collège, prévue jusqu’à la rue Saint-Jacques.

FIG. 117
Gravure réalisée en 1779 montrant le Collège royal accolé aux maisons anciennes.

6.5 L’agrandissement au xixe s. par Letarouilly

6.5.1 La destruction du « Petit Cambray »

30La destruction des derniers bâtiments du collège de Cambrai nous est connue par un plan très détaillé daté (?) de 1826 (fig. 118). Les principales structures découvertes en fouille (tourelle, mur à contrefort) sont très reconnaissables. Les travaux ont consisté à araser les maçonneries et à remblayer les structures profondes, comme la fosse d’aisances CS 101.

FIG. 118
« Plan de la démolition des batimens du Petit Cambray », daté (?) du 25 mai 1826 (A.n. NIII Seine 1126-48).

31Quelques niveaux de sol, surmontant les maçonneries, ont été retrouvés dans la partie nord de la cour Letarouilly : il s’agit apparemment de niveaux de travail liés à la construction du premier projet.

6.5.2 Les premiers projets (1824-1834)

32Au cours du xixe s., plusieurs projets furent élaborés pour l’agrandissement du Collège royal de France. Le plus ambitieux est sans conteste celui de Clérisseau, en 1824, qui suggérait la construction d’un établissement gigantesque (fig. 119), digne de certains campus universitaires contemporains. Le Bas, en 1829, conçut un projet d’extension modeste, rapidement complété par Paul-Marie Letarouilly en 1832 (fig. 120). C’est lui qui fut chargé de la réalisation de ces premiers travaux.

FIG. 119
Le projet de Clérisseau en 1824 (A.n. NIII Seine 1286-1).

FIG. 120
Projet d’aménagement à l’emplacement de l’actuelle cour Letarouilly par Le Bas, avec rabat signé Letarouilly (A.n. NIII Seine 1126-20, détail).

33Peu de Français connaissent aujourd’hui Letarouilly, qui est en revanche très célèbre aux États-Unis. Diplômé de l’école des Beaux-Arts en 1820, il partit pour l’Italie où il fut enthousiasmé par la Rome de la Renaissance, à laquelle il consacrera sa vie. Nommé inspecteur des travaux au ministère des Finances en 1824, il accepta peu de chantiers, juste ce qu’il lui fallait pour assurer sa subsistance, afin de ménager du temps pour de nombreux voyages en Italie. Il publiera ainsi « Le recueil des palais, maisons, églises, couvents, autres monuments publics et particuliers les plus remarquables de la ville de Rome » en 3 volumes. Son œuvre, piratée par un imprimeur peu scrupuleux, est abondamment diffusée malgré de nombreux procès. Peu connu en France, cette publication le fut beaucoup plus aux États-Unis où elle influencera nombre d’architectes, au point que Letarouilly est considéré là-bas comme l’un des pères du style « Renaissance américaine » (Goudineau, Guyard 1998).

34Entre deux voyages, il compléta un premier projet de Le Bas dont nous possédons des plans dessinés en 1832 (A.n. NIII Seine 1126-5/6) (fig. 120). On prévoyait alors, dans la future cour qui porte désormais le nom de Letarouilly, une galerie E-O d’environ 6,50 m de large et 13 m de long. Elle était située dans l’axe de la porte du hall occidental avec, de part et d’autre, une petite cour. Au rez-de-chaussée, il était prévu d’aménager une salle de minéralogie et, à l’étage, une salle de physique (fig. 120, 121). Cette galerie devait mener à un corps de bâtiment N-S construit à l’emplacement d’une maison « dépendante » du collège de Cambrai – dite « maison du maître de pension » dans le procès-verbal rédigé en 1765 (A.n. S 6391) – qui jouxtait l’ancien hôtel médiéval, l’ancienne chapelle du collège. Ce projet eut un début de réalisation, dont nous avons retrouvé les vestiges (cf. infra), puis fut abandonné. La possibilité d’acquérir des maisons donnant rue Saint-Jacques fut sans doute à l’origine de son abandon, au profit des constructions actuelles, plus aérées.

FIG. 121
Vue en coupe du projet de construction des galeries de minéralogie et de physique (A.n. NIII Seine 1126-37).

35Ce projet de construction d’une galerie de minéralogie et de physique dans l’actuelle cour Letarouilly ainsi que d’un amphithéâtre sur l’aile nord a été en effet partiellement mis en œuvre (plan XVI et fig. 122, 123). Seule l’aile nord subsiste ; du bâtiment central, inachevé, nous avons découvert plusieurs murs, dans l’axe du hall d’accueil ; il s’agit d’un système de fondation comportant des arcs (fig. 124). A priori, aucune cave n’était prévue.

PLAN XVI
Fondations du projet de construction de 1832-1834 (phase 10c).

FIG. 122
Plan des fondations du projet de construction de 1832-1834 dans la cour Letarouilly (phase 10c).

FIG. 123
Vue générale des murs du XIXe s. (phase 10c).

FIG. 124
Départ d’arc.

36Les maçonneries sont faites de moellons irréguliers liés au mortier, posés en assises irrégulières. Elles contiennent de nombreux réemplois (moellons équarris) ; un des murs (M. 101) passe sur le massif de fondation de la tourelle CS 100. À cet endroit, une seule assise est conservée. Ce mur est chaîné avec les murs M. 104 et M. 103, deux murs parallèles distants de 4,90 m, qui supportent un système de trois arcs de fondations dont il nous reste les six bases. La largeur des maçonneries est de 0,50 cm. Ces murs possèdent de larges tranchées de fondation (fig. 122) qui ont grandement affecté les vestiges antérieurs. L’abandon du projet a entraîné la récupération partielle des maçonneries, dont les négatifs ont été retrouvés.

37Les six départs d’arcs de fondation mis au jour formaient à l’origine trois arcs N-S de 4,80 m de longueur et 0,48 m de largeur. Espacés régulièrement, ces arcs délimitaient, avec le mur 101 orienté également N-S, trois travées de 2,15 m de large. Ces arcs sont inégalement conservés et ont été observés au maximum sur 1 m de haut (fig. 124). Dans les six cas observés, la naissance de l’arc est soignée. Quatre claveaux la composent ; les trois premiers, en pierre de taille, sont taillés en crossette. Le sommier est formé par une pierre de 52 cm de long pour 48 cm de large. Sur les pierres qui ont pu être démontées manuellement, des marques d’entrepreneurs ont été observées, gravées mais également écrites à l’ardoise ou à la mine de plomb « 1A », « 2A ». La restitution des arcs, d’après les vestiges observés, permet d’apprécier leur forme en anse de panier. Le sommet de l’intrados s’élève à 44 m NGF environ, soit approximativement le niveau du rez-de-chaussée du bâtiment actuel.

38Les murs M. 101 (partie sud), M. 103 et M. 104 délimitent un espace de 4,80 m du nord au sud et de 9 m d’est en ouest. Si l’on veut retrouver les dimensions de la pièce d’origine il faut ajouter au moins 1,40 m vers l’ouest si l’on suppose l’existence d’un mur qui respecte le rythme de l’espacement : cela ferait au total un espace de 10,40 m d’est en ouest et de 4,80 m du nord au sud. Le mur ouest reprendrait alors approximativement la limite du mur ouest du collège de Cambrai telle que nous pouvons la voir sur des plans d’archives (il n’a pas tout à fait la même orientation). Il aurait en revanche exactement la même orientation et la même position que le mur du bâtiment actuel.

6.5.3 Le second projet (1834)

39La consultation des plans aux Archives nationales nous a permis de constater que rapidement, dès 1834, un nouveau projet apparaît sous la plume de P.-M. Letarouilly concernant l’agrandissement jusqu’à la rue Saint-Jacques (fig. 125). Les différents états relevés semblent indiquer une destruction très progressive des maisons anciennes situées le long de la rue Saint-Jacques, consécutive à la lenteur de l’évolution de la maîtrise foncière. Le premier projet en est une illustration, puisqu’il se conformait tant bien que mal à l’emprise de l’ancien collège de Cambrai, engoncé dans son parcellaire médiéval. Parmi les travaux réalisés par Letarouilly, on doit citer l’uniformisation des façades, notamment cour Letarouilly, où d’épais enduits ont été appliqués sur la façade est de l’aile occidentale du collège.

FIG. 125
Le second projet de construction de Letarouilly, en 1834 (A.n. NIII Seine 1126-5).

40Cependant, un petit problème chronologique subsiste. En effet, la date précise de la réalisation de la cour Budé n’est pas connue. À partir des plans, nous serions tentés de croire qu’elle a été réalisée entre 1837 et 1888, dernière date indiquée sur la façade occidentale du corps de logis oriental de la cour Letarouilly et qui doit consacrer l’achèvement des travaux.

Table des illustrations

Légende FIG. 108 Projet de construction du Collège royal par Claude de Chastillon au début du XVIIe s.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21812/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende PLAN XIV Le collège de Cambrai et le Collège royal entre la fin du XVIIe s. et la fin du XVIIIe s. (vers 1764), d’après un plan conservé aux Archives nationales (A.n. NIII Seine 1126).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21812/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende PLAN XV Bâtiments du XVIIe s. (phase 10b) replacés dans la topographie ancienne.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21812/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende FIG. 109 Les vestiges du XVIIe s. (phase 10b) et leur insertion dans la topographie ancienne.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21812/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 110 Aspect probable du Collège royal et du collège de Cambrai vers 1760.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21812/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende FIG. 111 Le quartier Saint-Benoît en 1774 (plan de Jaillot). Le nord est à gauche. Le cercle indique l’emplacement des fouilles.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21812/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende FIG. 112 Le projet de construction de J.-B. Chalgrin (archives Collège de France). Noter l’habillage de façade, en bas à droite, pour fermer la cour en U et homogénéiser la façade sur rue.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21812/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 113 Vue en coupe du projet de construction de J.-B. Chalgrin (archives Collège de France).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21812/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 114 Vue de l’aile est de la cour d’honneur, montrant la surélévation des bâtiments à partir du deuxième étage et le réaménagement des fenêtres du premier étage.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21812/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 115 Le Collège de France au tout début du XIXe s. (A.n. NIII Seine 1343, détail). On discerne les emmarchements dans la cour et la présence de la tourelle médiévale.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21812/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 116 L’emmarchement du xviiie s. Noter, dans l’embrasure de la porte, le rehaussement du seuil consécutif à la surélévation du niveau de la cour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21812/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 117 Gravure réalisée en 1779 montrant le Collège royal accolé aux maisons anciennes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21812/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 118 « Plan de la démolition des batimens du Petit Cambray », daté (?) du 25 mai 1826 (A.n. NIII Seine 1126-48).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21812/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 119 Le projet de Clérisseau en 1824 (A.n. NIII Seine 1286-1).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21812/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 120 Projet d’aménagement à l’emplacement de l’actuelle cour Letarouilly par Le Bas, avec rabat signé Letarouilly (A.n. NIII Seine 1126-20, détail).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21812/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 121 Vue en coupe du projet de construction des galeries de minéralogie et de physique (A.n. NIII Seine 1126-37).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21812/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende PLAN XVI Fondations du projet de construction de 1832-1834 (phase 10c).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21812/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende FIG. 122 Plan des fondations du projet de construction de 1832-1834 dans la cour Letarouilly (phase 10c).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21812/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 123 Vue générale des murs du XIXe s. (phase 10c).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21812/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 124 Départ d’arc.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21812/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 125 Le second projet de construction de Letarouilly, en 1834 (A.n. NIII Seine 1126-5).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21812/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 16k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search