Version classiqueVersion mobile

Le Collège de France (Paris)

 | 
Laurent Guyard

Deuxième partie. Du Moyen Âge au xixe s.

Chapitre 5. Le collège de Cambrai et les maisons particulières du Moyen Âge à l’èpoque moderne

Laurent Guyard et Anne-Aimée Lichon

Texte intégral

5.1 Contexte historique

5.1.1 Le quartier de l’Université

1L’histoire du Collège de France s’inscrit dans la longue évolution de l’Université de Paris depuis sa naissance, vers le milieu du Moyen Âge. À l’origine, des « écoles » se développèrent autour des cathédrales et se trouvèrent régies par le clergé. Sur la rive gauche, leur apparition au xie s. est intimement lice à l’implantation des abbayes de Saint-Victor et de Sainte-Geneviève où les chanoines réguliers de Saint-Augustin créent des lieux d’enseignement qui vont entrer en concurrence avec les écoles cathédrales. Aux xiie et xiiie s., des maîtres et des étudiants se groupèrent en corporations pour échapper à cette tutelle, refusant parallèlement toute sujétion au pouvoir laïc, à l’exemple de Bologne (Italie), Valence (Espagne) et Oxford (Grande-Bretagne). Paris obtint, après de nombreux conflits, la création d’un corps privilégié (universitas magistrorum et scolarium) qui reçut ses statuts en 1215, puis une réelle autonomie en 1231. À cette époque, Paris est en mutation. Il s’y instaure rapidement une différenciation fonctionnelle des quartiers : le palais de la Cité, alors résidence royale, devient au xiiie s. le siège du pouvoir royal et du Parlement de Paris ; la rive droite constitue le quartier des affaires tandis que la rive gauche apparaît rapidement comme le quartier des collèges et des universités (fig. 11 et 89). Cette différenciation apparaît encore en 1552 dans le titre du plan deTruschet et Hoyau, dit plan de Bâle : « Icy est le vray pourtraict naturel de la Ville, Cité, Université ».

2Si la création des premiers collèges remonte au début du XIIIe s., c’est surtout au cours du xive s. que les fondations se sont multipliées, atteignant à la fin du xve s. le nombre de 56 collèges principaux (décompte effectué à partir de la carte établie par Jean Favier). L’université de Paris s’organisait en quatre facultés : théologie, droit canon, médecine et arts. Les études, qui duraient de six à quinze ans, se faisaient en latin. Il n’y avait pas forcément de locaux spécifiques, les « maîtres » donnant leurs leçons tantôt chez eux, tantôt en plein air, ou bien dans des couvents ou des « collèges ». Le collège médiéval et moderne, dont le rapport avec nos établissements actuels du même nom est très éloigné, correspond en fait à une sorte de résidence universitaire créée par un mécène (haut personnage, souvent religieux) mettant des locaux à la disposition de jeunes gens de sa région d’origine ; il leur assurait le gîte et le couvert et, à l’intérieur, des cours étaient parfois dispensés.

  • 1 – On sait aussi, d’après un acte par lequel Messire Guillaume Pariez (évêque de Troyes, confesseur (...)

3L’une des institutions les plus renommées, la Sorbonne, qui tient son nom de Robert de Sorbon, fut à l’origine un simple collège. Elle fut agrandie avec l’aide de la royauté et de la papauté, qui en firent le siège de l’Université de Paris. Quant au Collège royal de France, autre élément important de ce complexe universitaire parisien, il aurait été créé à l’initiative de François Ier entre 1529 et 1531 (les dates varient d’un auteur à l’autre, celle de 1530 est la plus courante)1. Il trouve ses racines à l’emplacement de deux collèges médiévaux, le collège de Cambrai, également appelé des Trois Évêques, fondé en 1344 mais dont les statuts datent de 1348, et le collège de Tréguier, fondé en 1325 par Guillaume de Koëtmohan, grand chancelier de l’église de Tréguier, pour 8 écoliers de sa famille.

  • 2 – Un acte de vente (daté d’octobre 1301) d’une maison située à l’emplacement du collège de Cambrai (...)

4Ces deux collèges sont situés au cœur du quartier enserré par l’enceinte de Philippe Auguste (fig. 10, 11, 89), achevée rive gauche en 1210, qui a laissé les abbayes de Saint-Germain-des-Prés et de Saint-Victor à l’extérieur tout en incluant Sainte-Geneviève. C’est ce qui fera de ce quartier « outre petit pont »2 le quartier de l’Université (La Vie uni. versitaire... 1974) (fig. 90, 91), dont l’artère majeure, l’ancien cardo romain, appelé successivement rue des grès, rue Saint-Jacques, rue Saint-Benoît et enfin Grand Rue Outre-Petit-Pont, a gardé le nom de rue Saint-Jacques, qui lui vient de l’ancien couvent situé à l’emplacement de l’enceinte de Philippe Auguste (sur l’ancien forum romain).

FIG. 89
Carte schématique des enceintes de Paris (d’apr. Van Ossel 1998 : fig. 88). Le cercle noir correspond au Collège de France.

5Les collèges de Cambrai et de Tréguier se trouvaient précisément de part et d’autre de la ruelle Fromentel (plans XI à XIII et fig. 90, 91), parallèle à la rue Saint-Jacques et en face de l’hôpital Saint-Jean-de-Jérusalem, établissement fondé vers 1160 par l’ordre des Hospitaliers de Jérusalem. Le collège de Cambrai était délimité à l’est par la ruelle Fromentel et à l’ouest par l’un des deux cimetières de l’église Saint-Benoît, édifice d’origine sans doute mérovingienne situé à l’ouest du cardo, sous l’actuelle Sorbonne. Cet établissement possédait en effet deux cimetières, l’un dans le cloître attenant à l’église, l’autre en face, de l’autre côté de la rue Saint-Jacques (cette église s’ouvrait en effet à l’est, dispositif non canonique qui lui valut le nom de « bestourné », c’est-à-dire la mal tournée. Elle fut modifiée en 1517, ce qui permit de la qualifier de « bien tournée » ou « bistournée », tournée deux fois). Ce second cimetière, également nommé le « grand cimetière », le « cimetière de Cambrai », le « cimetière de l’Acacia » ou encore le « cimetière du Corps de Garde », fut fermé en 1614 pour permettre la construction du Collège royal et transféré plus au sud, à l’angle nord de la rue Saint-Jacques et de la rue de l’ancien cimetière Saint-Benoît, actuellement incorporée dans le Collège de France. Ce dernier cimetière mesurait environ 14,50 m sur 11 m, « surface dont il fallait déduire celle occupée par la maison du fossoyeur : une seule fosse faite pour recevoir 180 corps restait à ciel ouvert plus d’un an, le nombre des enterrements annuels étant de 150 au milieu du xviiie s. » (Hillairet 1958 : 81-54). Ce cimetière fut supprimé en 1790- 1792 ; la partie médiane du côté sud du Collège de France le recouvre actuellement (Hillairet 1963 : 47).

PLAN XI
Bâtiments du XIVe s. (phase 9a).

PLAN XII
Bâtiments du XVe s. (phase 9b).

PLAN XIII
Bâtiments du XVIe s. (phase 10a).

FIG. 90
Le quartier vers 1609. Extrait du plan de Quesnel.

FIG. 91
Le quartier en 1609. Fac-similé du plan de Vassalieu dit Nicolay.

6La ruelle Fromentel se compose de deux tronçons les séparant du collège du Plessis : l’un entre le collège de Tréguier et le collège de Cambrai, l’autre situé au sud de ces deux collèges ; cette rue –également appelé rue de la Noveraie (ou Oseraie vers 1300 et Breneuse vers 1530, selon Hillairet 1963)– devient la rue du Cimetière-Saint-Benoît lors du déplacement du cimetière. L’origine de son nom peut être rattachée à l’abbaye de Froidmont (Hermes, Oise, diocèse de Beauvais, fondée en 1141) ; il apparaît en 1243 dans le cartulaire de Sainte-Geneviève « vicus qui dicitur Frigi. dum Mantellum » et dans celui de Sorbonne en 1250 « vicus Frigidi Mantelli » puis Fretmantel. Au cours des siècles suivants, on peut lire Froit Mantel ou Fret Mantel (A.n. M 109 : 1301 [pièce 32] et 1324 [pièce 33]), Froid Mantel (A.n. S 1501 : 1359) et Fromentel (A.n. S 5114 b : 1456). Parmi les actes se trouvant dans le fonds des archives du collège de Cambrai, une lettre émanant de Philippe de Valois concerne spécifiquement la rue « Froit Mantel » dont elle ordonne la clôture. Cet acte, daté du 1er octobre 1337, fait état de la demande de Guillaume d’Auxonne, principal fondateur du collège de Cambrai, du procureur de l’hôpital de Saint-Jean-de-Jérusalem et des « escoliers maistres en decrez et autres et de plusieurs autres bonnes gens dignes de foy » pour que soit fermée cette rue qui est décrite, en ce début du xive s., comme une rue « foraine ou il ne passe ne chevaux ni charetes ». Les maisons des demandeurs sont en effet présentées comme étant « environnées en plusieurs parties d’une rue foraine... en laquele demeurent plusieurs foles femmes houillères et [...] qui sont de mauvaises et deshonneste vie et non dignes d’habiter ne demourer entre bonnes gens », un tel voisinage occasionnant « plusieurs inconvénients perils et escandes » que les sergents du roi ne peuvent contrôler en raison des deux issues de cette rue ; les suppliants demandent que l’accès situé face à l’hôpital soit fermé. Les actes ultérieurs qui font mention de cette rue la présentent comme une ruelle mitoyenne aux collèges de Cambrai et de Tréguier ; ainsi en 1447 il est fait mention d’« une petite ruelle indivise estant entre le collège de Cambray et ledit collège deTréguier dont l’un des bouts d’icelle se continue devant la porte dudit hospital ou assez prez » (A.n. S 5114 b, acte du 2 mars 1447). De même en 1525, il revient au principal du collège de Tréguier de passer un marché avec Jean Simon, « manouvrier », pour que soit effectuée « la vidange d’une ruelle metoyenne... depuis les chambres aysées estant en ladite ruelle devers ledit collège de Treguay, jusqu’à l’uys estant sur ladite ruelle, devant Saint Jehan de Latran » (A.n. Archives notariales XXXIII/9. Fol 507).

5.1.2 Le problème des censives

7La propriété foncière du collège de Cambrai relevait des censives ecclésiastiques de la commanderie de Saint-Jean-de-Latran, de l’église de Saint-Benoît et de l’abbaye de Sainte-Geneviève, et le collège de Tréguier de la seule censive de l’abbaye de Sainte-Geneviève. Les trois secteurs où se sont portées les fouilles archéologiques se trouvaient principalement sur l’emplacement du collège de Cambrai (plans XI à XIII, p. 23-24) sur lequel ont été plus spécifiquement orientées les recherches archivistiques. Les litiges occasionnés par la revendication des droits de cens entre Saint-Jean-de-Latran et Sainte-Geneviève, qui dureront jusqu’au xviie s., constituent la source essentielle des informations relatives à l’histoire du collège.

8Ainsi, en 1359, une lettre d’amortissement donnée par les religieux de Sainte-Geneviève aux exécuteurs testamentaires de Guillaume d’Auxonne stipule leurs droits sur sa maison (A.n. S 1501). Près d’un siècle plus tard des litiges existent toujours entre la commanderie de Saint-Jean et l’abbaye de Sainte-Geneviève au sujet de « certaines maisons estans a Paris et comprises dedans le College de Cambray » (A.n. S 1501). Au terme d’un échange de biens, il est convenu que les droits revendiqués par les deux parties sur les maisons restent en la possession de l’abbaye de Sainte-Geneviève, mais que si l’abbaye les vend, elle ne conservera que les 2/5 du prix de vente et versera les 3/5 à la commanderie.

5.1.3 L’emplacement du collège

9Les terrains sur lesquels s’étend le collège de Cambrai sont constitués de trois maisons, qui apparurent simultanément à l’emplacement de l’actuelle cour d’honneur du Collège de France (plan XI), et d’un emplacement non construit à l’ouest. Seules les caves de ces maisons nous sont parvenues ainsi que des fosses maçonnées ou en pleine terre ayant servi de dépotoirs. Il nous est ainsi possible, du fait de l’agencement des vestiges et même en l’absence de sols conservés, de restituer un parcellaire laniéré N-S qui délimite trois maisons mitoyennes (d’ouest en est, A, B, C) comprenant une zone bâtie perpendiculairement à la rue Saint-Jean-de-Latran (actuelle place Marcellin-Berthelot) et des cours ou jardins au sud perforés par des dépotoirs (plans XI et XII et fig. 92). Quelques transformations plus ou moins importantes ont été repérées à l’intérieur de ces maisons, mais toujours dans le respect des limites parcellaires supposées, ce qui renforce la notion de maisons indépendantes. On peut déduire des textes que deux de ces maisons étaient louées à diverses personnes (B et C) et qu’elles ne faisaient pas partie du « principal manoir et corps dudit college de Cambray » (A.n. S 5114 b, acte du 28 mars 1451). La maison A aurait été celle de Guillaume d’Auxonne, principal fondateur du collège. Quant à la maison située à l’est de la ruelle, qui n’a pas pu être étudiée, on sait seulement qu elle fut vendue en octobre 1301 (A.n. M. 109, pièce 32).

FIG. 92
Maisons du XIVe s. et aménagements associés (phase 9a) dans la cour d’honneur.

10La maison aux « Créneaulx » (maison C) paraît correspondre, bien qu’elle ne soit pas ainsi dénommée, à celle qu’achète en novembre 1324 Henri de Salinnes, chanoine de Langres, au prieur et chapitre de Pampelune, puisqu’il est dit qu’elle se trouve « devant l’ospital tenant d’une part à la rue par laquelle l’on va en la rue de Fret Mantel, et d’autre part tienant à la maison de la Rose » pour la somme de 95 livres, chargée de 6 deniers de « fons de terre » et de 10 livres (sic) de cens (A.n. M. 109, pièce 33).

11La maison de la Rose (maison B) fut acquise par Guillaume d’Auxonne en 1336 auprès de messire Guillaume Dauxy, chanoine de Vatan (A.n. S 5114 b, acte du 28 mars 1451), pour « croistre sondit hostel » ; cette maison est dite alors « avec le jardin derrière tenant audit acquereur d’un coste et du coste a lostel aux Creneaux aboutissant le jardin dicelle maison au preau ou jardin de Simonnet Dorleans ».

12Une lettre d’amortissement datée d’août 1359 fait état du legs par Guillaume d’Auxonne de sa maison (maison A) « sise devant Saint Jean de Latran proche Saint Benoît tenant d’une part vers la Grand rue Saint Jacques à Guillaume Mignon, d’autre coté vers le clos Brunelle à la rue Froid Mantel, par derrière aux jardins de Magnus Mignon, dit Mares, et partie aux jardins de Housse Gillet » (transcription du xviie s., acte original en latin : A.n. M. 109, pièce 36). Dans cet acte il est précisé que Sainte-Geneviève conserve son droit de justice et de paroisse, c’est-à-dire essentiellement la perception de la dîme, du cens d’un montant de 2 deniers parisis, d’un surcens de 14 livres parisis moyennant 200 florins d’or. Dans un acte de 1451 où la commanderie de Saint-Jean revendique la perception de cens et rentes sur le collège, il est précisé que la commanderie ne revendique aucun droit sur « la maison et manoir dudit Messire Guillaume d’Auxonne qui estoit le principal manoir et corps dudit collège de Cambray » (A.n. S 5114 b. Acte du 28 mars 1451).

13La place vide, espace non bâti en avril 1341 lorsque Guillaume d’Auxonne reconnaît le tenir « a cens ou a rente »« hereditablement et perpetuelement », contre paiement d’une rente de 7 livres aux religieux de l’abbaye de Froidmont, mesure 6 toises de long sur 2 toises de large, soit près de 12 m sur 4 m, et se trouve entre la maison de Guillaume d’Auxonne et la maison de l’abbaye de Froidmont, « aboutissant et faisant le front par devant a la place qui est emprez le cimetiere Saint Benoit le Bestourne et par derrieres a la maison et chambre dudit evesque (de Cambrai) » (A.n. M.109, pièce 34). Ce vidimus présente une clause selon laquelle l’évêque de Cambrai « fera faire a ses cous un mur entre ladite place... et la maison desdits religieux de un pie et trois doyes despes et de sept toises de haut (un pied égale 0,3267 m ; un « doy » pourrait correspondre au pouce qui vaut un douzième du pied ; une toise vaut 6 pieds soit 1,9602 m. Sauf erreur de lecture, nous aurions un mur de près de 14 m de haut pour moins de 50 cm de large) du moins et lequel mur sera et demoura moitoien perpetuellement entre lesdites parties ». On peut supposer qu’il est fait mention de ce même mur dans l’évocation d’un mur « d’un pie et demy ou environ despesseur du grant mur de pierre par devant en venant du cimetierre Saint Benoist jusque a un marmouzet entaille en une tournelle lez la porte » (A.n. S 5114 b. Acte du 28 mars 1451). En plus de cette obligation, l’évêque se doit en outre d’aménager « a ses propres cous une chambre aisier a deux ars maconniée de pierre de taille dedens terre a deux ou trois sieges en la terre et dedens la clôture de la maison desdits religieux et lever en haut en telle maniere que les habitants de la maison desditz religieux sen puissent aidier », de même c’est à ses propres coûts et dépenses qu’il fera aménager et entretiendra « l’essiau de levier de la maison desdiz religieux parmi lequel essiau les yaues qui ystront de leur maison yront parmi la ditte place acensee [...] sans aucun empeschement jusques en my la rue » (A.n. M.109, pièce 34). En dernier lieu cet acte stipule que les religieux de Froidmont se réservent le droit de percevoir leur rente sur ledit terrain et les maisons qui y seront édifiées ainsi qu’en « toute l’autre maison dudit evesque ».

14En plus de ces acquisitions, un acte du 2 août 1337 fait état du consentement donné par le doyen du chapitre de Notre-Dame-de-Paris à la vente faire par Thomas Ade, curé de la paroisse de Saint-Benoît, à Guillaume d’Auxonne d’une maison située sur la place devant l’hôpital (A.n. S 6236). Il est de nouveau fait mention de cette maison « tenant au cimetière » le 28 mars 1451.

15Pour ce qui est du xve s., nous n’avons mention que d’un unique achat par un contrat passé devant Lemoine et Havatte, notaires au Châtelet, le 18 décembre 1438, contenant la vente faite par Jeanne, veuve de Adam Prieur, aux maîtres et écoliers du collège de Cambray, « d’un bûcher ou etable contigu audit collège dependant de la maison de l’image Saint Martin (plan XII), dont ladite veuve était propriétaire, lequel bûcher contenait deux toises ou environ de longueur sur une toise et demie de largeur » (A.n. S 6236). De même, un arrêt du Parlement du 6 juin 1483 autorise le collège de Cambray « de faire clore de murs une place et jardin étant des dépendances du collège, en conservant aux religieux de Sainte Geneviève et aux chanoines et paroissiens de Saint Benoît la faculté de faire passer leurs processions sur ladite place ». Une ordonnance rendue le 8 mai 1488 par messieurs Hennequin et Alleyrin, conseillers au Parlement et commissaires en cette partie, permet au collège de Cambray de faire construire un appentis sur la place qu’il leur avait été permis de faire clore de murs à la charge de démolir ledit édifice « s’il est ainsi dit et ordonné ».

16Nous n’avons que peu d’éléments intéressant l’état du collège aux xve et xvie s. si ce n’est, toujours, dans l’acte de mars 1451. Le collège, pour ne pas avoir à verser des arriérés de rentes à la commanderie de Saint-Jean, fait état qu’à l’occasion des guerres « ledit collège avoir ete vuide et vague et ny avoir eu ne demoure aucuns escoliers et il avoient este les rentes et revenus dudit collège de nul profit et valeur » (A.n. S 5114 b), ce à quoi la commanderie répond que « au contraire [...] (durant les guerres) avoient toujours demoure des escolliers et boursiers et il avoir oultre en audit collège plusieurs autres gens et locateurs demourans et nestoit demoure vuide et vague ».

17De même, le 14 février 1456, le collège demande une réduction de la rente de 10 livres portant sur la maison aux Créneaulx en avançant l’argument que cet hôtel « estoit totalement inutile a habiter », ainsi que la maison de la Rose, et que ces édifices furent démolis pour la construction du collège (A.n. S 5114 b).

18Une estimation du collège de Cambrai et des autres maisons en dépendant, établie les 26 et 27 février 1765, distingue et présente trois ensembles : le collège de Cambray, la maison occupée par un maître de pension et la maison occupée par un fruitier (A.n. S 6391. 1° liasse. Pièce 51). Cette estimation effectuée par Le Camus de Mézières atteste de la différence d’appellation existant encore à cette date entre le collège de Cambray et le Collège royal. Les bâtiments du Collège royal se trouvent localisés sur l’emplacement du collège de Tréguier, sur la ruelle Fromentel, mais sur une partie seulement du collège de Cambray.

5.2 Les parcelles laniérées de la cour d’honneur (phase 9a)

19Après une description générale de l’organisation spatiale, nous présenterons chacune des parcelles du nord au sud et d’ouest en est. Pour chaque ensemble figureront des descriptions plus techniques de dépotoirs ou de constructions, inspirées notamment des parties du DFS réalisées par Antoinette Navecth-Domin et Emmanuelle du Bouëtiez.

20Si la largeur de la parcelle de la maison A n’est pas connue, celles des maisons B et C sont respectivement de 5,80 m en moyenne (3 toises) et de 4,10-4,40 m (2 à 2 toises 1 pied, fig. 92).

21Les caves ont été creusées dans près de 4 m de remblais antiques et de terrain naturel. Les murs construits au sud sont établis en tranchée pleine et reposent sur une semelle débordante installée sur le substrat. Leur technique de construction semble être homogène : ils sont construits en moyen appareil de moellons calcaires équarris qui présentent des rayures et entailles obliques. Les assises sont de hauteur variable (25 à 35 cm).

22Le mur de séparation occidental entre les maisons A et B est construit en parpaings (les deux faces opposées des blocs sont visibles dans les deux caves, fig. 93). Il en est de même pour la partie basse du mur de séparation entre les maisons B et C ; la partie supérieure est une réfection. On doit donc en conclure que ces maisons ont été construites simultanément. Le liant des maçonneries est, dans un premier état, constitué d’un mortier très sableux jaune-orangé, le plus souvent masqué par des joints en plâtre beurrés ou saillants, irréguliers, datant probablement d’une réfection des bâtiments ; les joints montants sont à tendance plus maigre que les joints de lit.

FIG. 93
Le grand mur de cave occidental de la maison B, vu de l’est. Les joints, initialement en mortier jaune, ont été rehaussés de plâtre.

23Cinq fosses en pleine terre ont été retrouvées au sud des caves des différentes maisons (fig. 92). Ces creusements, de forme rectangulaire ou presque, à l’exception de la fosse 206 en forme de « U », sont conservés de manière inégale ; deux d’entre eux se recoupent. De plus, ils ont subi quelques perturbations lors des décapages, les remblais supérieurs (gravats) ayant en effet été partiellement évacués à la pelle mécanique. D’autres fosses, maçonnées celles-ci, ont aussi été mises au jour. Trois d’entre elles sont circulaires, la quatrième étant une petite structure quadrangulaire qui n’a pas eu la fonction de dépotoir. L’analyse du mobilier indique que, pour chacune des parcelles, ces structures se succèdent dans le temps.

5.2.1 La parcelle A (maison de Guillaume d’Auxonne)

24La cave de cette maison, partie de la demeure de l’évêque Guillaume d’Auxonne, n’a pas pu être fouillée. Aussi, nous ne sommes pas assurés de son prolongement septentrional et occidental. Au sud, l’existence de caves modernes a pu détruire d’éventuels creusements plus proches de la maison, ce qui explique le vide relatif entre les premières structures et le bâtiment.

25À l’arrière, on trouve une première fosse en pleine terre (CS 225), incomplète ; seul le quart N-E nous est parvenu. De forme sans doute quadrangulaire, elle semble très similaire à la fosse 201 bien que sa profondeur soit plus faible (1,20 m). Perforant les niveaux gallo-romains, elle n’atteint cependant pas les sables et graviers du substrat. Son remplissage est composé de deux couches de matière organique plus ou moins épaisses correspondant à sa fonction de dépotoir. La première (24 à 44 cm), plutôt noire et contenant des fragments de plâtre, couvre la paroi nord jusqu’au sommet de la fosse. La seconde est un dépôt organique brun-roux (15 à 35 cm), typique des fosses d’aisances, plus épais au sud qu’au nord. Enfin, la fosse est comblée de terre noire sur une épaisseur de 34 à 46 cm.

26Plus au sud, à 14 m de la maison, la fosse CS 201 a un plan et une section trapézoïdaux. Ses dimensions, de 2,50 x 3 m en surface pour 2 x 2,50 m au fond, et sa profondeur, de 2,20 à 2,40 m, permettent de restituer un volume utile de plus de 14 m3. Dans le fond, elle recoupait les sables et graviers du substrat. Son remplissage se décompose en plusieurs séquences, toutes datées du xive s. Il était constitué, à la base, d’une alternance de couches limoneuses plus ou moins organiques et chargées de nodules de plâtre. Au-dessus, deux véritables niveaux d’utilisation (20 cm), séparés d’une fine couche sableuse et plâtreuse, ont été fouillés ; ils étaient composés de matières organiques brunes mêlées de petits fragments de plâtre et contenaient des céramiques complètes ainsi que beaucoup de macrofaune. Enfin, cette fosse fut comblée par de la terre noire et de nombreux plâtras.

5.2.2 La parcelle B (maison de la Rose)

27La cave de cette maison, beaucoup plus longue que celle des autres, a été cloisonnée dès le début par un mur de refend (fig. 92) percé d’une porte à l’ouest. Les deux parties ainsi délimitées mesurent respectivement 30 m2 au sud (5,40 m de côté environ) et sans doute 50 à 60 m2 pour la partie nord (au minimum 35 m2), si cette cave se prolonge jusqu’à la rue, hypothèse la plus vraisemblable en raison de l’existence d’une colonne à tambours, sans doute au centre de la construction, ce qui permet de restituer une voûte d’arêtes. La présence de la première marche d’un escalier droit en pierre le long du mur occidental autorise la restitution d’au moins neuf marches pour parvenir au rez-de-chaussée, sur la rue.

28La partie sud comporte aussi l’emplacement d’une base de colonne ou de pilier, signalée par une fondation maçonnée au centre de l’espace. Au milieu du mur sud, un pilastre semble faire office de renfort. Le mur de séparation a subi des réparations. On accédait à cette partie de la cave par une porte située en face de l’escalier en pierre, aménagée à un moment qu’il n’est pas facile de déterminer avec précision.

29Les sols mis au jour dans les caves sont en plâtre damé et en mortier pilé. Dans la partie sud se succèdent une couche d’occupation composée de cendres et de charbons, puis un sol en calcaire pilé (2 à 5 cm d’épaisseur), tous deux datables, par quelques tessons de céramique, de la première moitié du xive s. Le sol est recouvert d’un autre niveau où se mêlent du calcaire pilé et du plâtre damé : sont-ce là des déchets de taille ou une aire liée à la construction (ou reconstruction) des murs de la cave ? Enfin, une couche d’occupation grise recouvre toutes ces strates ; elle est datée du xive s. par la céramique et par une monnaie de Philippe IV frappée entre 1285 et 1314. Au nord, les sols sont identiques mais non datés, en raison de la faible surface fouillée et de l’indigence du mobilier.

30Une fosse maçonnée (CS 268-275, fig. 94), attribuée hypothétiquement au xive s. sur la foi de quelques tessons et de sa position stratigraphique, qui la place antérieurement à une citerne des xve-xvie s. (CS 254), présente un intérêt en raison de son remplissage, différent des dépotoirs. Partiellement conservée, elle est composée d’une cuvette circulaire, peu profonde (0,40 m), entourée par une maçonnerie quadrangulaire dans la partie supérieure. Le muret est conservé sur deux assises seulement (entre 0,15 et 0,40 m de hauteur) d’une largeur de 0,15 à 0,30 m. Le fond de la cuvette est recouvert d’un dépôt argileux (6 cm environ) très plastique et feuilleté avec de minces couches de matière organique. Cette couche a été fouillée et tamisée et l’on y a recueilli nombre de fragments de poissons. Succèdent à cette couche des niveaux de même nature recélant parfois des nodules de plâtre, une pellicule de sable et enfin plusieurs niveaux organiques plus ou moins épais et feuilletés. La forme de cette structure et les dépôts observés ne permettent pas de la considérer comme un dépotoir. L’abondance d’arêtes de poissons est troublante : s’agit-il d’un vivier domestique ?

FIG. 94
La petite fosse maçonnée CS 268-275.

31Vers le sud, la première fosse en pleine terre rencontrée se singularise par sa forme en « U » (CS 206). Le rectangle principal, d’axe E-O, mesure entre 3,50 m et 4 m de longueur sur 1,40 m de large ; les appendices quadrangulaires situés au nord sont sensiblement de taille égale (0,70 x 0,90 m). La profondeur moyenne d’1 m nous invite à restituer un volume utile de 5 m3 au maximum. Cette fosse présente un seul véritable niveau d’utilisation comme dépotoir. Le fond et les parois du creusement sont d’abord couverts d’une couche de petits nodules de plâtre et de cendres qui pourrait être le résidu d’un niveau d’assainissement, mais aucune utilisation antérieure n’a été découverte, ni même aucune trace pertinente de curage. Il serait loisible d’imaginer le fort tassement d’un comblement liquide. Ensuite, un dépôt organique brun assez épais (25 à 30 cm) atteste, par le matériel céramique qu’il contenait, une utilisation au xive s., puis vient un remblai hétérogène de matière organique et de gravats plâtreux qui ont pu s’enfoncer dans un dépôt organique très meuble, voire liquide, modifiant la subdivision stratigraphique. Enfin, cette fosse est comblée d’un épais remblai de sable jaune, limon gris et plâtras destiné à permettre l’installation de sols à la période moderne.

32Dans l’angle N-E de l’appendice occidental, un trou quadrangulaire (30 cm de côté), calé par des plaques de calcaire posées de chant, a été aménagé ; il a pu servir de canal d’écoulement dans la fosse, bien qu’il n’y débouche pas de façon directe. Ce conduit semble trop étroit, dans sa descente, pour avoir véritablement servi de canal de chute ; sa fonction n’est pas déterminée. Les ensembles de céramique et de verrerie datent du xive s. sa période d’utilisation (cf. infra §7.6 ; 8.3).

33Plus au sud, en bordure de la limite de parcelle théorique avec la maison C, la fosse CS 226 devait être intégralement maçonnée à l’origine (fig. 95). La maçonnerie fut en grande partie récupérée, puis la fosse partiellement arasée pour l’installation de structures postérieures aux xvie et xviie s. (CS 220 et CS 221, cf. infra fig. 109). De forme circulaire et profond de 3 m, son creusement perfore tous les niveaux jusqu’aux sables et graviers naturels (40,80 m NGF). La section de l’excavation est de forme plutôt tronconique, le diamètre variant de 3,20 m au sommet à 2,80 m dans le fond ; le volume utile, à l’intérieur de la structure, peut être estimé à 28 m3. La maçonnerie, large de 0,20 à 0,35 m, était inégalement conservée (deux ou trois assises au maximum). Les moellons calcaires ébauchés, disposés en assises régulières avec un souci de parement interne, étaient liés par les limons, sables et graviers provenant du substrat. On peut aisément penser que cet aménagement n’était pas étanche, mais plutôt drainant : les dépôts plus ou moins liquides qui y étaient faits pouvaient ainsi pénétrer dans le sol. Au fond, contre la maçonnerie, un dépôt organique peu épais avait été déversé, puis la fosse fut comblée de gravats et de limon gris sur environ 1,50 m d’épaisseur. Ces remblais (comblement après récupération) ont livré un mobilier important (céramique, faune, etc.). Au-dessus de ces gravats, se succédèrent alternativement des couches organiques et de remblais selon une pente abrupte vers le sud, permettant de suggérer un déversement à partir du nord, en provenance du bâti. Ensuite, deux dépôts organiques se constituèrent en dôme vers le centre de la fosse. Ces couches ont livré un matériel en abondance, notamment de la faune et microfaune, de la verrerie et de la céramique datées de la fin du xiiie s. et du début du xive s. (cf. infra § 7.6 ; 8.3). Enfin, cette fosse fut scellée par deux remblais de plâtras et de limons au XVIe s.

FIG. 95
La fosse maçonnée CS 226 vidée. La partie supérieure de la maçonnerie avait été récupérée anciennement.

5.2.3 La parcelle C (maison aux Créneaulx)

  • 3 – Pour des raisons techniques les remblais sont restés en place et le sol n’a donc pas été atteint.

34Plus étroite que les précédentes (4 x 6 = 24 m2), la cave de cette maison n’a pas été complètement fouillée3 ; peu d’éléments sont donc connus. Un pilastre est intégré au mur ouest (fig. 92, 96), sa face en saillie se trouvant vers l’intérieur ; il s’agit peut-être d’un simple jambage dans le mur ou d’un renfort pour supporter un arc ou une poutre.

FIG. 96
Pilastre dans la cave de la maison C. À l’arrière-plan, la cave de la maison B.

35À l’arrière de la maison, à 2 m au sud des bâtiments et à 0,50 m à l’est de la limite de propriété, une petite fosse circulaire maçonnée (CS 313) était très partiellement conservée. D’un diamètre d’1,50 m environ à l’intérieur et profonde d’au moins 1,50 m, son volume utile devait être de 7 m3 au minimum. La maçonnerie était conservée à la base seulement sur deux ou trois assises, jusqu’à une hauteur d’1,50 m. Elle était construite en moellons calcaires ébauchés et ses assises étaient liées par du mortier. Le premier remplissage, de type dépotoir, composé de matière organique et de plâtre, riche en mobilier, fut ensuite recouvert d’un amas de tuiles, de plâtre et de pierres calcaires. Au-dessus, deux niveaux d’utilisation organiques furent mis au jour.

36Vers le sud, à 6 m de la maison, deux fosses en pleine terre (CS 256 et 259) se trouvaient sur le même axe N-S, à mi-chemin des deux fosses maçonnées CS 305 et CS 313. Perturbées par l’installation d’un pilier (M. 230) à l’époque moderne, elles étaient très incomplètes. Toutes deux sont de formes sub-circulaires, CS 256 (un ovale de 2 x 1 m) recoupant CS 259 (1,30 x 1,20 m). Profondes d’environ 0,90 m, elles étaient remplies de matière organique et de petits nodules de plâtre. La céramique a permis de dater ces deux dépotoirs de la première moitié du xive s.

37Plus au sud, se trouvait une fosse maçonnée assez vaste (CS 305, fig. 97). Seuls les premiers niveaux d’utilisation du dépotoir étaient conservés sur toute la surface, les couches supérieures ayant disparu au xvie s. sur la moitié sud à cause de l’installation d’une fosse d’aisances (CS 200, cf. infra fig. 104). Creusée dans les alluvions anciennes, où les marnes semblent affleurer, elle était maçonnée sur 2,60 m de profondeur. Ensuite, après un replat, le creusement avait été prolongé dans la partie centrale sous la forme d’un tronc de cône de 1,85 m de diamètre et 1,10 m de profondeur, jusqu’à 38,60 m NGF, permettant de restituer la profondeur totale, en considérant la partie arasée, à 4,50 m et 5,60 m.

FIG. 97
La fosse maçonnée CS 305. Elle comporte un bouchon de plâtre au fond du surcreusement conique.

38La maçonnerie, uniquement conservée sur le tiers nord, est large de 0,35 m environ. Elle est constituée de moellons calcaires ébauchés dont la face interne est légèrement incurvée, de façon à présenter une face parementée concave à l’intérieur ; les assises, liées par du plâtre, sont plutôt régulières. Au pied de cette maçonnerie existe une surface plane (bande circulaire de 0,40 m de large) encerclant le surcreusement, recouverte de sables et graviers et de débris de plâtre mélangés et tassés. Il s’agit sans doute des résidus de construction d’une aire de travail liée à son édification.

39Un bouchon de plâtre, dont la fonction est indéterminée, tapissait le tronc de cône sur 0,30 m d’épaisseur (fig. 97). Au-dessus se trouvait une couche de terre brune meuble avec des nodules de plâtre (30 cm d’épaisseur environ), sur laquelle un dépôt organique peu épais s’est constitué. Enfin, cette fosse fut comblée par un remblai de limon et de plâtras.

40Le profil très particulier de cet aménagement permettrait de l’apparenter aux formes de glacières décrites par C. Enlart : à Pierrefonds, « le sol a la forme d’un entonnoir conique » (Monnet 1992 : 19).

5.2.4 Les dépotoirs

41La plupart de ces fosses doivent être considérées comme des dépotoirs pour les raisons suivantes. Topographiquement, elles se trouvent dans des zones situées à l’arrière des bâtiments, dans les cours ou jardins (fig. 92). Elles présentent le plus souvent un remplissage similaire, en dépit de leurs formes variables qui ne sont pas révélatrices d’une fonction particulière, la fosse en « U » (CS 206) restant un peu énigmatique. Elles sont creusées à des niveaux variables mais proches, 42,60 m NGF pour CS 225, 43 m pour CS 206 et 42 m pour CS 201. Les deux premières sont aménagées dans les niveaux gallo-romains, seule la troisième atteint les sables et graviers du substrat.

42Tous leurs niveaux de remplissage (hormis le comblement final), à l’exception de ceux de la fosse quadrangulaire CS 268-275, sont caractéristiques des dépotoirs : ils résultent de la décomposition de toutes sortes de matériaux plus ou moins organiques qui donnent à ces sédiments leur aspect brun et leur texture très fine et très meuble. Les remontées nettes de sédiment sur les parois et le tassement des éléments lourds indiquent que la matière était très liquide et qu’elle s’est tassée au fil du temps.

43Les études parasitologiques réalisées par Françoise Bouchet ont montré que toutes les fosses contenaient l’association parasitaire traditionnelle Ascaris-Trichocéphale, parasites généralement retrouvés dans les latrines des sites de période historique et qui « provoquent des maladies bénignes qui se traduisent par des perturbations intestinales. La transmission se fait par voie orale et traduit une méconnaissance des règles élémentaires d’hygiène : ingestion d’aliments souillés, mains sales pendant la prise des repas... La présence de ce duo est un marqueur type de pollution organique que les parasitologues qualifient de “péril fécal” » (Bouchet 1995).

44L’identification de ces dépotoirs comme fosses d’aisances n’est pas facile. En effet, comment différencier un rejet de déjections humaines direct ou indirect lorsqu’il n’y a pas de construction en dur aisément identifiable comme latrines ? Bien que les associations parasitaires et la nature de leur remplissage indiquent qu’il y a eu présence de matières fécales et liquides dans leur comblement, la situation de ces contextes ne plaide pas en faveur de l’hypothèse de fosses d’aisances, si l’on se réfère à la situation des xvexvie s. À cette époque, celles-ci sont généralement directement reliées aux bâtiments, à l’intérieur ou bien juste accolées à l’arrière des maisons, côté jardin. Ici, aucune d’entre elles ne correspond à ce schéma topographique : elles sont toutes à 4,50 m au moins des constructions dont elles dépendent. La découverte de conduit de chute relié à la fosse pourrait être un élément déterminant, mais dans aucune des fosses nous n’avons pu en mettre en évidence (sauf pour le CS 206 où il ne s’agit vraisemblablement pas d’un canal traditionnel puisque trop proche du fond de la fosse). L’absence de niveaux de sols et d’aménagements superficiels conservés doit nous inciter à la prudence ; de plus, des aménagements en bois, tels ceux encore présents dans nos campagnes il y a quelques décennies, ne laissent sans doute que peu de traces.

45Ces structures sont donc vraisemblablement, dans leur état final, des dépotoirs domestiques rejetés à l’arrière des habitations. Peut-être plus ou moins couverts, ils devaient accueillir les déchets des différentes activités de la maison. Les pratiques culinaires (préparation et consommation) sont attestées par les restes organiques (écailles, arêtes et os) et la vaisselle de terre ou de verre. La présence des parasites et d’arêtes de poissons ingérées trahit le rejet secondaire de matières fécales. L’usage primitif de ces structures est vraisemblablement le même que pour les fosses en pleine terre. Les fosses maçonnées auraient pu avoir, quant à elles, une fonction de stockage, surtout la fosse CS 305 dont la comparaison avec une glacière est envisageable.

5.3 Le collège de Cambrai (1345-1770)

5.3.1 « L’hostel de Cambray » au xive s. (phase 9a)

46Du collège de Cambray primitif, bien peu de choses nous sont parvenues (plan XI, p. 23 et fig. 98), à l’exception d’une infime partie de l’ancienne maison de Guillaume d’Auxonne (cf. supra § 5.2.1), sans doute en raison des destructions occasionnées par les constructions des xviiie et XIXe s. La tourelle et les murs observés dans la cour Letarouilly, englobant un pilier, appartenant à une maison médiévale, sont d’une phase plus récente (phase 9b) assez peu documentée par ailleurs ; il est donc bien difficile de savoir s’il faut attribuer l’initiative de leur construction aux religieux de Froidmont ou au collège de Cambrai.

FIG. 98
Vestiges du XIVe s. (phase 9a) dans la cour Letarouilly.

47Le massif quadrangulaire retrouvé (M. 109, fig. 98) pourrait être la base d’un pilier d’1,20 m sur 0,90 m de section. Conservé sur 1,10 m, il est construit en moellons irréguliers posés en assises irrégulières et liés au mortier et au plâtre. Il contient une dalle en grès de Beauchamp (information orale de D. Obert, géologue à l’université de Paris VI) ou de la vallée de l’Yvette, que l’on pourrait comparer –en raison de son aspect– aux dalles du cardo du Bas-Empire retrouvées en différents points de la rue Saint-Jacques : dans le tepida. rium des thermes de Cluny et au sud de l’église Saint-Julien-le-Pauvre. Ce massif pourrait s’inscrire sur l’axe éventuel de la parcelle acquise par l’évêque de Cambrai en 1337 (plan XI et fig. 98). La tranchée de fondation, visible au sud, contenait du matériel des xive-xve s.

48Deux fosses (CS 134 et 174) datant de la fin du xiv s. ou du début du xve s. ont été mises au jour cour Letarouilly ; une troisième (CS 116), observée dans une coupe dans la partie méridionale de cette cour, n’a malheureusement pas pu être datée avec précision en l’absence de mobilier caractéristique. Toutes trois étaient conservées partiellement, en raison de leur recoupement par des murs modernes. Contrairement aux fosses retrouvées dans la cour d’honneur, attribuables sans trop de problèmes à des maisons précises, les fosses de la zone 1 semblent situées à l’arrière de bâtiments dont nous n’avons guère de traces.

49Sectionnée par le mur sud moderne du collège de Cambrai (M. 102, cf. infra fig. 104), la fosse CS 174 n’a été observée qu’en coupe, sur environ 40 cm de hauteur. Le fond semblait être couvert de matière organique (terre brune) comparable au remplissage des fosses de la cour d’honneur qui contenaient une très grande quantité de céramiques flammulées ; il s’agit donc d’un dépotoir.

50La fosse dépotoir CS 134, coupée par une tranchée de fondation du xixe s., était quadrangulaire et vraisemblablement non maçonnée. Le côté sud, complet, mesure 2,30 m, tandis que les côtés adjacents n’étaient conservés que sur 0,45 m ; elle subsistait cependant sur 1,20 m de hauteur. Le fond était tapissé, sur 20 cm, d’une terre organique brune qui recélait une très importante quantité de fragments de verres à boire en excellent état de conservation, ainsi que de nombreux fragments de céramiques flammulées. Le reste de la fosse était comblé par un remblai de terre orange dans lequel a été recueilli un humérus humain.

51La troisième fosse (CS 116), creusée en pleine terre au sud de la cour Letarouilly et reconnue sur seulement 1 m de longueur, 35 cm de largeur et de profondeur (fig. 13), devait se trouver en fond de parcelle ; sa fonction est indéterminée.

5.3.2 Les réaménagements du xve s. (phase 9b)

5.3.2.1 Le plan d’ensemble

52Pour cette époque, durant laquelle le collège de Cambrai occupait peut-être tout l’espace situé entre l’arrière des maisons ouvrant rue Saint-Jacques et la ruelle Fromentelle (plan XII et fig. 99), on croit pouvoir attribuer à l’hôtel de Cambrai l’amorce d’un bâtiment N-S, une tourelle hexagonale et une fosse d’aisances maçonnée entre ces deux éléments, à moins que ces aménagements n’aient été réalisés initialement par les religieux de Froidmont.

FIG. 99
Vestiges du XVe s. (phase 9b).

53Des maisons B et C subsistent les bâtiments établis face à la rue, plus ou moins remaniés. Dans l’ancienne maison de la Rose (B), un grand four a été installé ; juste derrière, une cave a été comblée : il reste ainsi un vaste espace (est-il compartimenté comme dans la phase antérieure ?) dans lequel ont été retrouvées deux fosses d’aisances (CS 202 et 243) et une citerne (CS 254).

5.3.2.2 La tourelle hexagonale

54L’ensemble CS 100 est le massif de fondation d’une tourelle d’escalier hexagonale (fig. 100) qui, avec les murs situés à l’ouest, forme un ensemble cohérent. Ne possédant pas de tranchée de fondation (en tout cas dans la partie fouillée), aucun élément direct ne nous permet de dater la construction de cette structure. Elle existe déjà au début du xviie s. puisqu’elle est décrite dans le procès-verbal d’estimation (état des lieux) de 1610 : « vis à pans ». Elle figure également sur plusieurs plans des xviiie s. et xixe s. (plans XIII à XV, fig. 114, 118). Certains de ces documents d’archives montrent qu’à partir du rez-de-chaussée la tourelle, enchâssée dans des bâtiments, conserve ses pans coupés ; sur d’autres plans, elle apparaît circulaire. Sa relation étroite supposée avec la fosse d’aisances CS 101 peut nous permettre de proposer le xve s. comme date d’édification, si l’on considère l’ensemble céramique le plus ancien.

FIG. 100
La tourelle du collège de Cambrai vue du nord.

55La maçonnerie du massif, pleine, adopte la forme d’un octogone sensiblement régulier dont les côtés mesurent environ 1,64 m. Elle n’a pu être mise au jour dans son intégralité car un mur des bâtiments actuels passe sur son extrémité orientale.

56La fondation a été dégagée au maximum sur 2,50 m de haut. A mi-hauteur, le parement présente un léger ressaut de 4 à 8 cm. La construction, de bonne qualité, est réalisée en calcaire grossier. Les moellons du parement, soigneusement équarris, sont en moyen appareil (environ 25 x 50 cm) posés en assises régulières ; les pierres d’angles sont en crossette (angle de 135°) et les joints en mortier sableux. L’intérieur du massif est fait d’un bourrage de moellons et de mortier très sableux jaune crème et localement de plâtre (pour l’escalier). Le mur de cage est épais de 60 cm.

57Provenant vraisemblablement d’un espace en contrebas situé à l’est (sous le bâtiment actuel), un petit escalier droit orienté N-E est conservé sur 70 cm de longueur ; il se prolonge en s’enroulant vers la gauche autour d’un noyau central d’environ 90 cm de diamètre. Il subsiste 6 marches ou amorces de marches. L’emmarchement est de 50 cm pour l’escalier droit et de 60 cm pour l’escalier à vis. Les marches, dont la hauteur varie entre 17 et 25 cm, sont faites d’un agencement de moellons liés au plâtre et au mortier ; celles qui sont bien conservées possèdent encore un revêtement en plâtre. Le centre du massif de fondation semble avoir été excavé pour installer ce dispositif.

5.3.2.3 La fosse d’aisances liée à la tourelle

58Directement accolée au N-O de la tourelle (fig. 99), la structure maçonnée CS 101 est probablement une fosse d’aisances. De forme semi-circulaire, irrégulière dans le haut, elle est conservée sur 6 m de profondeur à partir du fond de la fouille, soit 8,65 m par rapport au sol contemporain de la cour ; son grand diamètre est de 1,90 m. Un départ de voûte est visible sur la partie rectiligne sud, tandis que la partie supérieure nord a été entamée par le creusement de la tranchée de fondation de l’aile nord du bâtiment actuel. La partie comportant la voûte est en fait une reprise d’époque moderne. La maçonnerie, de 2,20 m de hauteur au maximum, est constituée de moellons irréguliers de petit appareil, à la face plus ou moins allongée horizontalement, joints par un enduit plâtreux très couvrant. Cette portion comporte deux niveaux de trous de boulin.

59Le reste de la structure est constitué par la maçonnerie primitive, construite en moellons calcaires de petit appareil de 25 à 45 cm de long posés en assises régulières et espacés de 5 à 10 cm. Leur face est complètement rongée par l’acidité du milieu dans lequel ils ont été longtemps confinés ; ils sont d’ailleurs encore partiellement recouverts de matières organiques. Les joints étaient constitués de mortier sableux fin qui a été très mal conservé, laissant des interstices béants entre les blocs. Le fond, creusé dans le substrat (marne), présente une cuvette centrale d’environ 1,05 m de diamètre et 0,12 m de profondeur ; il est couvert de débris de mortier dont la présence semble autant due à la construction de la structure qu’à l’érosion des parois.

60La couche de matière organique, épaisse d’1,80 m, semble stratifiée. Le niveau inférieur contient du matériel datable de la fin du xive s. ou du xve s. Les xvie et xviie s. (jusqu’au xviiie s.?) sont représentés également par un abondant matériel. Dans la partie supérieure, le remplissage contient des moellons appartenant à la partie primitive de la maçonnerie, preuve de sa destruction partielle à cette époque ou alors de la reconstruction du mur supérieur. La fosse est ensuite remblayée sur 4,10 m de hauteur par plusieurs remblais de gravats et de terre (xviiie-xixe s.?). Nous n’avons pu y reconnaître ni un dépotoir, ni une fosse d’aisances du début du xixe s. Pourtant, la précision du plan de 1826 (fig. 118) ne permet pas d’autre hypothèse que celle d’un cabinet d’aisances : l’absence de dépôt nous invite donc à penser que les matières étaient évacuées par une canalisation.

5.3.2.4 La restructuration des maisons de la cour d’honneur

61Les trois caves construites au xive s. ont été utilisées sans doute jusqu’au xve s. (plan XII, p. 23 et fig. 99), époque au cours de laquelle elles furent réaménagées.

62Le mur qui sépare les caves des maisons B et C fut abattu pour une raison indéterminée et partiellement reconstruit ; il a pu être détruit sans que la maison du rez-de-chaussée soit pour autant rasée elle aussi. En effet, le pilastre construit avec le mur primitif, dont subsistent encore 2 à 3 assises, a été conservé (fig. 96) ; il a pu servir de point d’appui aux pièces du rez-de-chaussée lors d’une reprise en sous-œuvre. Une maçonnerie de moellons liés et enduits de plâtre sur leurs deux faces est édifiée sur les 2-3 assises restantes du mur primitif.

63L’accès entre les deux caves de la maison centrale semble avoir été bouché (Du Bouëtiez, Navecth 1993). Les premiers remblais mis au jour au fond de cette cave sont datés de la fin du xive et du xve s. par les céramiques, deux monnaies (monnaie de Philippe VI émise vers 1340-1350 et un jeton de l’administration royale daté des xive-xve s.). Cette cave est complètement remblayée.

64La cave de la maison aux Créneaux (C) est toujours utilisée, comme le démontre la façon dont a été reconstruit le nouveau mur mitoyen. Au-dessus de quelques assises de parpaings du premier état, une maçonnerie de moellons irréguliers a été édifiée et recouverte d’un enduit de plâtre lissé sur ses deux faces. Un pilastre est intégré dans cette nouvelle maçonnerie, de façon à être toujours visible côté est. Sur cette même face, une niche (50 x 30 cm) est aménagée.

5.3.2.5 Le four domestique

65Appliqué contre l’angle S-E de la maison de la Rose (B), dont le mur sud lui sert de paroi, le four CS 205, approximativement circulaire, a un diamètre d’environ 2,40 m (fig. 101, 102). Les bords ouest et nord sont marqués par un mur circulaire édifié en dalles calcaires, moellons ou tuiles posés à plat, liés par du plâtre. De nombreux remplois d’enduits peints ont été retrouvés dans cette construction. Le plâtre tient une part importante dans la maçonnerie comme liant, mais aussi comme enduit, notamment sur la face externe du mur.

FIG. 101
Vue générale du four domestique CS 205 avant la fouille. La voûte avait été en partie démolie avant le comblement des caves au début du XVIIe s.

FIG. 102
Vue en coupe du four domestique CS 205.

66L’espace circulaire réservé à l’intérieur est comblé par des remblais hétérogènes riches en plâtre et tuiles sur une épaisseur de près d 1 m. Au‑dessus, une couche d’argile de 10 cm d’épaisseur a été étalée pour constituer la sole ; elle est ocre-jaune sur les 5 cm inférieurs et ocre-rouge sur la partie supérieure (le changement de couleur est dû à la chauffe du four).

67La chambre de chauffe est de forme hémicirculaire ; sa hauteur est évaluée à 0,50 m d’après les éléments conservés. La voûte est construite en tuiles plates à crochet, d’abord posées à plat puis progressivement de chant pour constituer la courbure, et liées par de l’argile qui s’est rubéfiée ultérieurement. Cette voûte est surmontée d’une chape de pierres de structure hétérogène, liée au plâtre et recouverte d’un enduit de plâtre lissé très fin (de 1 à 2 cm d’épaisseur). Cet enduit constitue une surface qui devait être plane à l’origine (située au-dessus de la chambre de chauffe, elle était sans doute utile pour conserver au chaud la production), avant de subir les déformations dues à la destruction partielle de la voûte et à la charge des remblais de destruction déversés au-dessus.

68Le four s’ouvre au nord ; une grande dalle calcaire (50 cm de long sur 8 cm d’épaisseur) constitue le seuil d’ouverture et de travail. Sous cette ouverture, un espace est laissé libre de tout aménagement (profond de 0,38 m, large d’1 m et haut de 0,72 m). Il s’agit d’un four domestique et plus spécifiquement d’un four à pain. Il fonctionne par chaleur rémanente : le feu se fait sur la sole et les matériaux réfractaires de la voûte et de la sole conservent suffisamment la chaleur pour pouvoir cuire ou chauffer les aliments. La niche devant le four, juste sous l’ouverture, a pu servir de bûcher (l’inventaire de 1611 signale des « celliers ou bûchers », ce qui indique qu’une grande partie des caves devait être utilisée pour le stockage du bois), de cendrier ou bien de lieu pour tenir les aliments au chaud. Des fours similaires, datés des mêmes périodes, ont été mis au jour lors des fouilles des jardins du Carrousel au Louvre (Coste 1994 : 55-58, Van Ossel dir. 1998 : 215, 227, fig. 183).

5.3.2.6 La citerne

69Cette structure circulaire maçonnée (CS 254), installée au sud de la maison B, mesure 3,10 m de diamètre au sommet et descend jusqu’à 6 m de profondeur (36,16 m NGF) ; sa forme est tronconique (fig. 103). La partie supérieure de la maçonnerie est presque cylindrique sur 86 cm de hauteur, jusqu’à un ressaut débordant d’une assise (20 cm) : à partir de ce ressaut, le cône passe d’un diamètre d’ouverture de 2,60 m à un diamètre en fond de structure de 1,44 m au niveau des marnes.

FIG. 103
La citerne CS 254 en cours de fouille.

70La maçonnerie, large de 20 cm environ, est montée en tranchée de fondation pleine. Elle est construite en moellons calcaires d’un module moyen (longueur entre 20 et 60 cm et hauteur entre 12 et 28 cm). Les lits d’assises sont réguliers mais les assises ont des hauteurs variables (de 12 à 30 cm), quelques tuiles plates servent d’ailleurs ponctuellement à leur réglage. Les joints mesurent entre 2 et 4 cm d’épaisseur. La maçonnerie est liée par un mortier orangé à la base, qui sert alors aussi d’enduit, et de plâtre dans la partie supérieure. Ce changement pourrait correspondre à un réaménagement, comme cela a été observé pour les murs des caves médiévales.

71Le remplissage est composé dans les 2,40 m inférieurs d’un sédiment gris-noir limoneux, assez argileux ; il est assez humide et pourrait s’apparenter à de la boue. Il contient peu de mobilier. L’hypothèse d’une citerne paraît vraisemblable en raison de l’étanchéité supposée de la structure ; la forte humidité serait d’ailleurs à l’origine de la formation de stalactites et autres concrétions sur les parois de la partie supérieure.

72Le mode de construction est très proche de celui des caves médiévales (blocs calcaires et liant de mortier jaune, rehaussé de plâtre dans la partie supérieure). Aucun élément ne permet cependant d’affirmer qu’il y a un lien chronologique ; seul un coquemar écrasé, retrouvé vers le fond, permet de remonter jusqu’au xve s.

5.3.2.7 La fosse en pleine terre

73Cette fosse (CS 243) en pleine terre fut aménagée à 3,50 m au sud de la cave de la maison aux Créneaux (C). De forme quadrangulaire (2,50 x 2 m et profonde de 0,40 m), elle a été perturbée par l’installation d’une fosse maçonnée au xvie s. Elle s’apparente plus aux fosses-dépotoirs médiévales qu’aux latrines maçonnées qui apparaîtront sur le site au xvie s. Deux niveaux de matière organique contenant des blocs de plâtre ont été mis en évidence ; ils sont datés du xve s. mais cette structure a encore été utilisée au xvie s. (cf. infra § 5.3.3), comme le prouvent d’autres dépôts organiques supérieurs datés par la céramique. Elle fut ensuite comblée par des remblais, à la même période, puis, à l’état suivant, recouverte par des structures sommaires le long du mur d’enceinte.

74Sa situation (fig. 99) juste au nord des deux fosses en pleine terre (S 256 et 259, fig. 92) pourrait peut-être indiquer un lien chronologique entre ces aménagements. Il s’agit de la seule fosse dépotoir du XVe s. dans cette partie du collège de Cambrai.

5.3.3 La restructuration au xvie s. (phase 10a)

5.3.3.1 Un essor lié à la création du Collège royal ?

75François Ier, convaincu par son « maître de librairie » Guillaume Budé, qui œuvrait à l’organisation de la Bibliothèque royale de Fontainebleau –l’ancêtre de la Bibliothèque nationale– nomma des lecteurs royaux en 1530. Ils étaient chargés d’enseigner gratuitement aux étudiants (ils payaient dans les autres universités), mais il n’y avait pas encore de bâtiments. Ce « Collège des Trois Langues », qui devait être installé place de Nesle à Paris, était un projet grandiose, au terme de la réalisation duquel 600 élèves auraient suivi une scolarité de quatorze ans, nourrie de lettres et de sciences. Le projet traîna et une solution médiocre fut choisie après la mort du roi Henri II ; son fils soutint l’établissement du Collège royal, toujours sans locaux, et ordonna qu’en attendant les professeurs du Collège royal fissent leurs leçons dans les salles des collèges de Tréguicr et de Cambrai. Peut-être doit-on à cette soudaine promotion des deux collèges un essor dont témoigneraient les nombreux réaménagements et les créations de bâtiments à cette époque.

76La visite des locaux du collège, commandée par Henri IV en vue de leur acquisition, nous est intégralement parvenue sous la forme d’un procès verbal (A.n. M.109) et l’acte de vente du 18 avril 1612 (A.n. MM 372) nous indique l’état des bâtiments. La compréhension de l’agencement du collège au xvie s. n’est possible qu’en usant d’une méthode régressive. En 1612, donc, le « collège de Cambray (est dit) contenir quatre à cinq cent toises de superficie ou environ, sur laquelle il y a plusieurs beaux et grands batimens, comme grandes salles pour les lectures publiques, quarante chambres à cheminée accompagnées chacune de trois ou quatre cabinets ; cinq caves voutées ; plusieurs greniers ; quatre cours pavées ; trois boutiques et une imprimerie au dehors ; un puits, six bûchers ou celliers en la cour du puits et six fosses d’aisances en six différens endroits. ». Il y avait aussi un jardin au sud comportant des arbres, des treilles ainsi que des espaces de verdure et des allées pavées. La toiture, qui devait être principalement couverte en tuiles, était pour partie en ardoise (ce matériau n’est pas présent au Moyen Âge), avec des gouttières revêtues de plomb.

5.3.3.2 Les bâtiments

77Grâce à l’archéologie, l’évolution des bâtiments décrits par les textes peut être assez bien perçue (plan XIII et fig. 104), laissant l’image d’un bâti médiéval en pierres de taille liées au mortier, progressivement et très partiellement remplacé par des constructions en moellons irréguliers liés au plâtre (fig. 105) (Guyard 1998a).

FIG. 104
Bâtiments du XVIe s. (phase 10a).

FIG. 105
Maçonneries en plâtre du XVIe s. (les fosses maçonnées jumelles et la tourelle d’escalier carrée, phase 10a). Au fond, le mur médiéval de la cave de la maison B.

78Au xvie s., le collège de Cambrai occupe un espace d’environ 40 x 44 m (1 760 m2), dont près de la moitié est constituée de jardins (800 m2 estimés, 1 120 m2 selon les textes) et de cours intérieures (160 m2). Le bâti est quant à lui estimé à environ 810 m2 (850 selon les textes).

79Les vestiges de l’hôtel de Cambrai que nous avons retrouvés dans les niveaux de l’époque moderne sont principalement les mêmes que ceux de la fin du Moyen Âge : il s’agit notamment de la tourelle hexagonale, des structures associées et de la fosse d’aisances CS 101. S’y ajoutent cependant au sud un gros mur à contrefort qui a été retrouvé dans les deux cours, jusqu’à l’ancienne limite entre les maisons A et B –qu’il matérialise en remontant vers le nord jusqu’aux caves–, ainsi que de nombreuses maçonneries délimitant des latrines, témoignages à la fois d’un nouvel art de bâtir et d’une densification de l’occupation des lieux.

80Au sous-sol, on comptait cinq caves voûtées accessibles par les escaliers droits. Une seule d’entre elles a été fouillée. Le mur ouest avait encore son aspect médiéval, avec ses parpaings (fig. 93) juste rejointoyés au plâtre, tandis que le mur est avait été reconstruit plus simplement à l’aide de moellons équarris noyés dans le plâtre. Cette salle souterraine comportait encore le four domestique en tuiles, recouvert de plâtre, dont la dernière chauffe aurait eu lieu dans la première moitié du xve s. (Boissin 1995) ; il n’est d’ailleurs pas cité dans les textes et n’est pas figuré sur le plan.

81Du rez-de-chaussée, qui comptait boutiques, bûchers, celliers, magasins, ainsi que des « grandes salles servant pour les lectures publiques » (A.n. MM 372) et une autre « grande salle » servant d’imprimerie, très peu de vestiges nous sont parvenus en raison de l’arasement du terrain. Seules les traces d’un édifice en appentis auraient été retrouvées le long de la ruelle Fromentelle (cf. infra).

82D’un point de vue archéologique, l’élément le plus imposant est sans conteste un gros mur à contreforts, orienté E-O, d’une largeur de 0,90 m, construit en moellons de petit ou moyen appareil à l’aide de remplois de taille importante (corbeau, pierre de taille chanfreinée, etc.) posés en assises irrégulières liées au mortier. Aucune tranchée de fondation n’était visible. Les contreforts, dont nous n’avions que les amorces, mesurent 1 à 1,30 m de large et sont espacés de 3 m. Ce mur permet de délimiter un espace de près de 10 m de largeur jusqu’à la tourelle hexagonale, que nous pouvons identifier comme la grande salle décrite dans le procès verbal de visite du collège en 1611 (A.n. M.109) et qui restera le mur méridional du collège, jusqu’à sa destruction au xixe s. (cf. infra fig. 115, 118). Ce mur se prolongeait vers l’est et a été retrouvé dans la cour d’honneur ; il était moins profondément ancré, sans doute en raison de sa fonction secondaire, non porteuse, dans cette partie : il délimitait en effet une petite cour intérieure. C’est dans sa fondation qu’a été retrouvé, parmi d’autres blocs remployés, un gros fragment de base de colonne antique en marbre blanc.

83C’est de l’est du collège de Cambrai que nous viennent les plus nombreux indices d’une évolution importante de l’établissement durant cette période (plan XIII et fig. 104). À l’emplacement de la maison A, une nouvelle cave (?) apparaît au sud, communiquant avec celle située au nord. Sa voûte en berceau (axe N-S) était renforcée en son milieu par un arc bien appareillé fait de claveaux de calcaire. Un soupirail ouvrait sur la cour située à l’est. Une niche quadrangulaire se trouvait à droite de la porte. La similitude du plan de ces deux caves aux voûtes perpendiculaires avec l’ensemble de fosses d’aisances CS 203-204 est frappante. Le rhabillage de la maçonnerie dans l’angle S-O pourrait correspondre à un renfort d’étanchéité destiné à la transformation de ces pièces souterraines en fosses d’aisances. La proximité de l’escalier hémicirculaire visible sur le plan conservé aux Archives nationales (A.n. NIII Seine 1126, plan XIV) renforcerait aussi cette hypothèse ; malheureusement, l’absence de fouille profonde dans ces secteurs n’a pas permis de trancher. Si transformation il y a eu, cela permettrait d’identifier deux des « six privés » (fosses d’aisances) mentionnés dans le procès verbal de 1611, les quatre autres ayant été fouillés (CS 101, 200, 203 et 204). Presque tous se trouvaient à proximité des escaliers.

84L’ancienne maison de la Rose (B) ne semble pas avoir subi de transformations notables, en tout cas au niveau de sa cave. Il n’en est pas de même pour la maison aux Créneaux, dont la cave est alors comblée. Desservant sans doute ces deux maisons, une tourelle d’escalier carrée (3,40 m de côté) est alors accolée au sud (elle est dite « hors œuvre » en 1611), dont seules les fondations, notamment la base de la vis, ont été retrouvées. Le pilier quadrangulaire (0,60 m de côté) est monté sur les quatre assises restantes du mur primitif, sur 2,60 m de haut. Les trois murs et le noyau sont en blocs de calcaire, de plâtre ou de silex, plus ou moins déposés en lits et noyés dans du plâtre (fig. 105). L’espace réservé à l’intérieur de ce carré est comblé de remblais datés du vxie s. au moins par la céramique. Dans l’angle S-E, sous la fondation, une série d’empreintes de pieux a été observée, enfoncée dans des niveaux gallo-romains. Il s’agit à n’en pas douter de pieux de fondation destinés à compenser les poussées d’au moins un des angles de l’aménagement. À proximité, se trouvait encore la fosse CS 243 déjà mentionnée pour le xve s. et dont l’utilisation s’est poursuivie dans la première moitié du xvie s. Cette tourelle desservait non seulement les bâtiments situés au nord, mais aussi ceux localisés le long de la ruelle Fromentelle. Un escalier hors œuvre identique, plus petit, daté du xvie s., a été découvert lors des fouilles du Carrousel (Van Ossel 1998 : 226-227, fig. 181-182).

85C’est contre cette tourelle et dans la cave de la maison C que furent installées, vraisemblablement durant la même période, les fosses d’aisances maçonnées jumelles CS 203- 204 (fig. 105, 106).

FIG. 106
Les fosses maçonnées jumelles CS 203-204 vidées (phase 10a).

86Plus au sud, on trouve quelques maçonneries superficielles adossées au mur d’enceinte du collège, bordant la ruelle Fromentelle, à l’aplomb de l’ancienne fosse CS 243. Plus loin encore, une vaste fosse d’aisances a été retrouvée (CS 200). Entre ces aménagements souterrains, qui pouvaient être recouverts par un bâtiment, deux bases maçonnées ont été retrouvées ; leur position, dans l’axe du pilier de la tourelle carrée, est presque alignée sur la façade du CS 200. Il faut sans doute y voir les restes d’un portique en bois, une sorte de préau ouvert sur la cour supportant un ou plusieurs étages, ainsi que le suggère la mention de l’« édifice en appentys appliqué a deux étages de galleries de privez » (A.n. M. 109).

5.3.3.3 Les fosses d’aisances jumelées

87Construite dans les remblais de la cave de la maison aux créneaux, la fosse d’aisances CS 204 (3,70 x 3,50 m) reprend partiellement les limites anciennes de celle-ci à l’est et au sud (fig. 105, 106) ; la fosse CS 203 (3,50 x 3,80 m) s’appuie à l’ouest sur la fondation de la tourelle et sa limite nord est commune avec CS 204. Ces deux fosses communiquent par une porte percée dans l’ancien mur de la cave.

88Tous les murs nouveaux sont en moellons inégaux de plâtre et de calcaire. Ils sont déposés sans aucune régularité, seulement liés par du plâtre, du limon et des graviers et couverts sur leur face interne d’un enduit de plâtre lissé. Ces structures, profondes d’au moins 2,30 m, sont recouvertes par des voûtes en berceau, orienté E-O pour la fosse CS 204 et N-S pour CS 203. Dans cette dernière, un canal de chute quadrangulaire (0,80 m de côté) a été aménagé dans l’angle S-E.

89Dans le fond de la fosse CS 204, un premier niveau d’utilisation, composé de matière organique avec des inclusions de plâtre, est concentré au centre de la surface. Il est peu épais, sauf dans les angles où il s’épaissit. Ensuite, dans les deux fosses, un niveau de plâtre (ou chaux) plus ou moins compact recouvre la surface. Au-dessus, apparaît une série de dépôts organiques (fig. 107) remontant sur les parois. On a trouvé dans ces couches des tessons de céramique et de verre, de la faune en grande quantité. Dans la fosse CS 204, une monnaie d’Henri II, datée de 1549-1558, permet de confirmer la datation donnée par la céramique du xvie s. Le passage permettant la communication d’une fosse à l’autre est, lui aussi, rempli de niveaux d’occupation sur 30-40 cm d’épaisseur.

FIG. 107
Coupes de la fosse d’aisances CS 203-204 (phase 10a).

90Ces deux fosses, dont le comblement inférieur devait être très meuble, voire liquide, furent ensuite remblayées par des plâtras qui se sont plus ou moins affaissés. L’hypothèse d’un comblement à la fin du xvie s. ou plutôt au début du xviie s. est probable, en raison de la date des premiers travaux de démolition pour la construction du Collège royal à partir de 1612.

5.3.3.4 La grande fosse d’aisances maçonnée

91Installée à l’extrémité sud de l’hypothétique bâtiment en appentis (fig. 104), la fosse CS 200 est très profonde (2 m), de forme presque carrée (3,50 m de côté hors les murs). Elle perfore la fosse circulaire médiévale CS 305 et atteint les sables et graviers à 39,80 m NGF. Ses maçonneries prennent partiellement appui, dans l’angle N-O, sur le parement circulaire de la construction antérieure.

92Les murs, larges de 0,40 m, sont construits en moellons calcaires grossièrement travaillés. Les assises irrégulières sont liées par du plâtre et du limon ; les faces internes sont enduites de plâtre lissé. Cette structure était couverte par une voûte dont le départ, conservé dans l’angle S-O, permet de supposer un berceau orienté N-S.

93L’altitude du fond de cette fosse est identique à celle de la fosse CS 204. Le premier dépôt organique est recouvert d’un niveau de plâtre assez compact ; ensuite, se succèdent quatre couches de matière organique qui ont livré beaucoup de mobilier du xvie s.

5.3.3.5 Le comblement de la citerne

94Cette structure circulaire maçonnée très profonde, CS 254, (jusqu’à 6 m de profondeur) a été interprétée comme une citerne, dont l’usage s’est vraisemblablement poursuivi du xve s. au xvie s. Le remplissage inférieur, sur les premiers 2,40 m, correspondrait à de la boue peu riche en mobilier : il s’agirait du dépôt lié à l’utilisation. Le remplissage définitif est composé de remblais hétérogènes plus ou moins argileux auxquels sont mêlés de nombreux nodules de plâtre (sur 1,50 à 2 m d’épaisseur). La quantité ainsi que la nature du matériel et du sédiment apportés pour combler cette structure nous permettent de parler de dépotoir secondaire : ces matériaux semblent en effet correspondre au contenu d’un autre dépotoir, ou d’une décharge.

95La maçonnerie a été récupérée en surface sur une hauteur de 1 ou 2 assises. Le remblaiement de cette structure après récupération est un remblai de limon gris et de plâtras sur une épaisseur d’environ 1 m ; cette dernière séquence pourrait être datée par la céramique de la fin du xvie s. ou du tout début du xviie s. Les nombreux jetons ou monnaies retrouvés dans cette structure datent du milieu du xvie s.

Notes

1 – On sait aussi, d’après un acte par lequel Messire Guillaume Pariez (évêque de Troyes, confesseur ordinaire du roi) expose à la chambre des Comptes les volontés du roi François Ier, le 22 janvier 1520 que celui-ci, en acte de remerciement à Dieu, demande une procession mais également la création d’un collège à l’hôtel de Nesle et la construction et l’édification d’une église ou chapelle. Un extrait de la remontrance faite par Pierre de la Ramée, au conseil privé en la chambre du roi au Louvre, le 18 janvier 1567, au sujet de la charge de professeur en mathématique au Collège royal, p. 697, indique que « Le grand roy François [...] commença l’an 1530 d’establir des professions royales en l’université de Paris ».

2 – Un acte de vente (daté d’octobre 1301) d’une maison située à l’emplacement du collège de Cambrai la localise ainsi « assise droit devant l’opital de Paris outre petit pont... » (A.n., M 109 : pièce 32).

3 – Pour des raisons techniques les remblais sont restés en place et le sol n’a donc pas été atteint.

Table des illustrations

Légende FIG. 89 Carte schématique des enceintes de Paris (d’apr. Van Ossel 1998 : fig. 88). Le cercle noir correspond au Collège de France.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21802/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende PLAN XI Bâtiments du XIVe s. (phase 9a).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21802/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende PLAN XII Bâtiments du XVe s. (phase 9b).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21802/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende PLAN XIII Bâtiments du XVIe s. (phase 10a).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21802/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende FIG. 90 Le quartier vers 1609. Extrait du plan de Quesnel.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21802/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende FIG. 91 Le quartier en 1609. Fac-similé du plan de Vassalieu dit Nicolay.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21802/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende FIG. 92 Maisons du XIVe s. et aménagements associés (phase 9a) dans la cour d’honneur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21802/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende FIG. 93 Le grand mur de cave occidental de la maison B, vu de l’est. Les joints, initialement en mortier jaune, ont été rehaussés de plâtre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21802/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 94 La petite fosse maçonnée CS 268-275.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21802/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 95 La fosse maçonnée CS 226 vidée. La partie supérieure de la maçonnerie avait été récupérée anciennement.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21802/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 96 Pilastre dans la cave de la maison C. À l’arrière-plan, la cave de la maison B.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21802/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 97 La fosse maçonnée CS 305. Elle comporte un bouchon de plâtre au fond du surcreusement conique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21802/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 98 Vestiges du XIVe s. (phase 9a) dans la cour Letarouilly.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21802/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 99 Vestiges du XVe s. (phase 9b).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21802/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 100 La tourelle du collège de Cambrai vue du nord.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21802/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 101 Vue générale du four domestique CS 205 avant la fouille. La voûte avait été en partie démolie avant le comblement des caves au début du XVIIe s.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21802/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 102 Vue en coupe du four domestique CS 205.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21802/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 103 La citerne CS 254 en cours de fouille.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21802/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 104 Bâtiments du XVIe s. (phase 10a).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21802/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende FIG. 105 Maçonneries en plâtre du XVIe s. (les fosses maçonnées jumelles et la tourelle d’escalier carrée, phase 10a). Au fond, le mur médiéval de la cave de la maison B.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21802/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 106 Les fosses maçonnées jumelles CS 203-204 vidées (phase 10a).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21802/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 107 Coupes de la fosse d’aisances CS 203-204 (phase 10a).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21802/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 39k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search