Version classiqueVersion mobile

Le Collège de France (Paris)

 | 
Laurent Guyard

Première partie. L’Antiquité et le haut Moyen Âge (ier s. av. J.-C.-viiie s. ap. J.-C.)

Chapitre 3. La naissance d’un habitat urbain durant le ive s

Laurent Guyard, Christian David, Cécilia Cammas et Sébastien Lepetz

Texte intégral

3.1 Vestiges d’habitat et rejets de boucherie dans la palestre des thermes (phase 7)

1Durant la période de troubles de la fin du iiie s., certaines villes semblent avoir concentré les activités autour des centres monumentaux, en se dotant le plus souvent d’un rempart. À Paris, les différents plans de synthèse réalisés à partir de l’étude des nécropoles (fig. 58) attestent un resserrement du tissu urbain du sud au nord entre le forum et la Seine et d’est en ouest du théâtre de la rue Racine aux thermes de l’est. L’île de la Cité est fortifiée au début du ive s. (Trénard et al. 1993) et durant ce siècle un dallage monumental de gros blocs de grès est mis en place sur le cardo, jusqu’au forum de la rue Soufflot.

FIG. 58
Paris au Bas-Empire (d’apr. Périn et al. 1985 : fig. 62a). Le triangle noir indique l’emplacement des fouilles du Collège de France.

2Le site du Collège de France, pourtant très proche du cardo, se trouve sur la limite de cette agglomération réduite, cernée de nouvelles nécropoles. Les fouilles ont confirmé cette situation topographique en révélant l’extrémité orientale d’un habitat riverain de la rue Saint-Jacques. À l’arrière de celui-ci se développait un vaste espace peu occupé, caractérisé par une sédimentation particulière de « terres brunes », à l’emplacement de l’ancienne palestre des thermes du Haut-Empire.

3De l’habitat ne subsiste qu’un mur auquel est associée une série de sols constitués de matériaux de récupération provenant sans doute des thermes de l’est (plan VIII et fig. 59). Des trous de poteau et un amas de tuiles et de charbons complètent nos informations. Parmi les niveaux fouillés (moins de 100 m2), certaines couches ont livré une quantité remarquable d’ossements relative à une activité de boucherie à proximité du cardo, ce qu’a suggéré une étude sommaire de la faune (cf. infra).

PLAN VIII
Vestiges du IVe s. (phase 7).

FIG. 59
Les vestiges du IVe s. (phase 7).

4Les niveaux de sols ont été principalement repérés dans la partie sud de la cour Letarouilly. Dans un premier temps, la fouille en plan fut rendue difficile par la mauvaise lisibilité des couches, chacune étant plus ou moins perturbée par le sol Sus-jacent, ce qui a dû inévitablement entraîner de légers mélanges de matériel. Le relevé de la stratigraphie, effectué après la fouille (fig. 13), a permis de mettre en relation la zone très stratifiée de la cour Letarouilly et la séquence stratigraphique des « terres brunes » principalement fouillée dans la cour d’honneur.

5Ce sont principalement des niveaux de sols, constitués de pierres, terres cuites et déchets divers, qui se superposent sur environ 25 cm d’épaisseur. Ils sont tous recouverts par une accumulation de sédiments gris-verdâtre jonchés d’ossements (fig. 60, 61). Ces cinq ou six recharges de sols séparées par autant de couches d’occupation pourraient appartenir à une ruelle N-S ou, plus vraisemblablement, à une cour à l’arrière de la zone bâtie un peu plus à l’ouest, le long du cardo (plan VIII et fig. 59). Ces sols, conservés uniquement sur 15 m2, présentent une limite très nette à l’est, en raison de l’existence d’une tranchée postérieure N-S ayant occulté la limite des empierrements successifs (fig. 13). Au-delà de cette limite, la sédimentation de terres brunes présente a permis de faire le lien avec la stratigraphie de la cour d’honneur. À l’ouest, la présence d’un mur N-S en pierres sèches (M 106) est l’élément le plus structurant (fig. 62). Malgré le recoupement par une fosse mérovingienne (CS 110), ce mur peut être chronologiquement rapproché d’un des derniers états de ces sols. La situation de ces niveaux est donc stratigraphiquement bien établie.

FIG. 60
Amas d’ossements (phase 7a). Sous la mire apparaît le sol désagrégé de la palestre en béton de tuileau.

FIG. 61
Amas d’ossements (phase 7) dans la partie sud de la cour Letarouilly.

FIG. 62
Vue du mur M 106, limite orientale probable du bâti en dur installé le long du cardo de la rue Saint-Jacques (phase 7d-e).

3.1.1 Chronologie des vestiges de la cour Letarouilly

6Directement au-dessus de la dernière couche d’occupation sableuse de la palestre, ont été retrouvés les premiers niveaux de rejets de boucherie (phases 6b-7a), caractérisés par une abondance d’os (près de 11 000) (fig. 60, 61). Ces niveaux contenaient aussi des matériaux « thermaux » (placages en tous genres, tubuli représentant jusqu’à 10 % des terres cuites identifiables, fig. 63, 64) et de nombreux éclats de marbre rose, dont certains comportaient une surface courbe. Il s’agit manifestement de restes de colonnes monolithes en marbre rose concassées, dont le diamètre restitué varie de 48 à 52 cm. On rapprochera ce niveau d’une couche, distante d’une dizaine de mètres vers le nord, qui a livré le même type de matériel. Celle-ci surmontait des couches contenant aussi les premiers éléments témoignant des activités de boucherie. La datation obtenue par le mobilier céramique et le numéraire couvre la fin du iiie s.

FIG. 63
Effectifs des principaux matériaux de construction et de la céramique (partie sud de la zone 1). C.C. céramique-construction (terres cuites architecturales) ; P. C. pierre-construction (dallages, placages et autres éléments architecturaux) ; M.C. métal-construction (clous de charpentes) ; C.R. céramique-récipient.

FIG. 64
Proportions des principaux matériaux de construction et de la céramique (partie sud de la zone 1).

7Au-dessus (phase 7b), une série de remblais pierreux riches en matériaux de construction prolongeait cette phase d’occupation. Tandis que le matériel thermal disparaît (aucun tubulus ni séparateur recueilli), les briques sont mieux représentées. De 6 à 10 %, elles passent à 18-20 % des terres cuites déterminées. La proportion des dallages/placages en marbre et calcaire reste invariable. Le matériel osseux, quant à lui, semble diminuer, passant de 10 828 à 1 840 fragments. Ce phénomène est cependant explicable : l’abondance des ossements dans les niveaux inférieurs résulte d’une part d’une plus grande surface de fouille et d’autre part du fait de l’utilisation probable de ces ossements comme « ballast » dans un sédiment périodiquement boueux (cf. supra), alors que les niveaux supérieurs comportaient beaucoup plus de pierres. L’ensemble du matériel archéologique, dans lequel figure une monnaie frappée en 323, permet de situer cette phase d’occupation dans le deuxième quart ou au milieu du ive s.

8Le niveau supérieur (phase 7c) est le mieux conservé. Il est constitué de graviers et de fragments de tuiles formant un niveau compact et résistant, auquel est mêlée de la terre sableuse verte comparable à certaines couches d’occupation (cette caractéristique, que l’on retrouve surtout sur les voiries parisiennes, était particulièrement nette sur le cardo rue Saint-Martin). Cette couleur indique pour cette période une alternance de conditions physico-chimiques non expliquées affectant le sédiment au cours de son dépôt. Les analyses parasitologiques n’indiquent aucun vecteur parasitaire. Ce sol est, comme les précédents, jonché d’os animaux (1 600 fragments), en particulier de très nombreuses épiphyses d’os de bœufs sciées. Il recelait également des pierres brûlées, des fragments de marbre (dallage, moulures, plaques, fragments sculptés et un éclat de tore d’une base de colonne en marbre blanc) ainsi que quelques terres cuites thermales (tubuli et séparateurs). Dans ces niveaux, ainsi que dans les précédents, de nombreuses épingles en os (à tête facettée, ronde ou plate) ont été découvertes, ainsi que de nombreuses monnaies. La céramique, en assez faible quantité et très fragmentée, est rattachable au milieu du ive s.

9La série de sols précédente est recouverte d’une couche d’occupation de terre brune à gris-vert de 4 à 5 cm d’épaisseur et, vers l’est, d’un niveau plus épais riche en matériel (phase 7d-e). La limite entre les sols antérieurs et cette occupation n’est pas très nette, mais plutôt progressive. Nous retrouvons le même type de matériel que sur le sol de la phase 7c, c’est-à-dire des ossements animaux, sept épingles ou fragments d’épingles en os dont trois à tête facettée, une à tête plate, ainsi que six monnaies et une plus grande abondance de céramique. La brique représente toujours, depuis la phase 7b, environ 15 % des terres cuites architecturales identifiées. L’ensemble du matériel archéologique, qui atteste une évolution chronologique du dépôt, place cette séquence d’occupation entre la seconde moitié et la fin du ive ou le début du ve s.

10Le mur parallèle au cardo (M 106), déjà évoqué, a été associé à la phase 7d-e, (fig. 13, 59, 62). C’est une maçonnerie sommaire en pierres sèches de 85 à 95 cm de largeur à la base (65 cm dans sa partie supérieure encore conservée), constituée de deux rangées de pierres posées de chant, côte à côte, conservées sur trois assises maximum, totalisant une hauteur de 60 cm environ. Conservé sur 1,80 m de longueur dans sa partie nord et 0,80 m dans sa partie sud, il est composé de moellons grossièrement équarris (20-25 cm x 10 cm x 8 cm) et de matériaux de construction récupérés, notamment un fragment de base de colonne en marbre blanc, le tout contenant de la terre qui semble s’être infiltrée postérieurement. Ce fragment de colonne s’assemble parfaitement avec un bloc plus important découvert dans la cour d’honneur dans un mur moderne, prolongement du gros mur qui a recoupé la maçonnerie M 106. De plus, un autre éclat de cette base a été retrouvé sur le sol de la phase 7c (cf. supra). Cette maçonnerie rudimentaire est surmontée par une rangée de pierres formant une maigre fondation, installée sur le comblement de la fosse mérovingienne CS 110 qui a recoupé le mur M 106.

11À l’ouest de la maçonnerie M 106, une toute petite surface de fouille a permis d’observer quelques niveaux de sols en relation avec le mur, dont l’un était constitué d’argile jaune et recouvert par une sorte de dallage de tuiles. Ces sols pourraient correspondre à l’intérieur du bâti. À l’est, nous avons vu précédemment que se développait une surface de circulation (ruelle ou cour) caractérisée par de nombreuses recharges de sols.

12La datation tardive de ce mur permet de le mettre en relation avec les quatre trous de poteau de la cour d’honneur et celui de la cour Letarouilly, tous découverts au sommet de la stratigraphie des « terres brunes » (cf. infra § 3.2).

3.1.2 Les restes d’activité de boucherie du ive s.

13Les vestiges osseux (fig. 60, 61), principalement du bœuf, ont été examinés rapidement et correspondent à des rejets de boucherie bien connus désormais en Gaule romaine (Rodet-Belarbi, Yvinec 1990 ; Lignereux, Peters 1996). Ces dépôts caractéristiques des milieux urbains ont été décrits pour nos régions à Champlieu (Yvinec 1993), à Noyon (Ben Redjeb et al. 1992), à Arras et à Estrées-Saint-Denis (Lepetz 1996). L’essentiel du lot est composé de côtes, de vertèbres, de bas de pattes et de têtes. Les côtes portent de longues traces longitudinales typiques du désossage ; le couperet a marqué les vertèbres lors du prélèvement du rachis ; certains métapodes sont sciés, attestant le prélèvement de la matière première par l’artisan de l’os. Il n’a pas semblé nécessaire de porter une attention particulière à ce dépôt ; il permet cependant d’attester pour le Bas-Empire une activité de boucherie dans ce quartier de Lutèce et de compléter la liste des villes de Gaule qui possèdent un lieu destiné à l’abattage des animaux et à la découpe primaire des carcasses de bœufs. Ces installations fournissent une réponse à l’accroissement du nombre des villes et surtout au regroupement de la population urbaine.

3.2 Le développement des « terres brunes » sur l’ancienne palestre des thermes

14À l’est de la zone occupée, bordant la rue Saint-Jacques, dont témoignent les recharges de sols qui se sont accumulées durant près de cent ans (pendant tout le ive s.), se développait un espace en plein air directement hérité de la palestre des thermes du Haut-Empire (plan VIII et fig. 59) et resté en contrebas. La caractéristique principale de l’occupation de ce secteur quasiment plan est la formation d’une série sédimentaire limono-argileuse appelée « terres brunes », en raison de la nature et de la couleur très homogène du dépôt, tranchant nettement avec la séquence postérieure de « terres noires » et celle, antérieure, des remblais et sols de la palestre (fig. 15 et fig. 67).

15La stratigraphie de la cour Letarouilly (fig. 1.3) a permis de mettre en évidence la relation entre les sols liés à l’habitat et cette séquence de « terres brunes ». La coupe principale, au sud, montre d’ailleurs qu’à partir du sol de tuileau (43,15 m NGF) les sols de l’habitat se sont exhaussés plus vite (65 cm) que le terrain situé à l’est (25 à 40 cm). L’altitude au sommet du dépôt varie progressivement de 43,80 à 43,60 m NGF vers l’est. Cette pente est donc inverse à celle du sol de tuileau. Parallèlement à la formation des couches d’occupations verdâtres sur les sols, s’est développée à un rythme plus lent une sédimentation de « terres brunes ».

16Si sur la plupart des coupes aucune strate n’est apparue clairement dans les terres brunes, certains secteurs ont montré une sédimentation progressive entrecoupée de phases d’occupation plus marquées (amas charbonneux et poches cendreuses notamment). Grâce à la fouille et à l’étude micromorphologique de Cécilia Cammas, il a été possible de confirmer l’existence d’une stratigraphie assez nette dans ces séquences.

17Cette séquence stratigraphique est recouverte partiellement par un sol verdâtre, des amas de matériaux de construction ou des terres noires. Au sommet de cette séquence de terres brunes, quatre trous de poteau ont été découverts dans la cour d’honneur et un dans la cour Letarouilly.

3.2.1 Amas charbonneux et zones cendreuses

18Un amas de charbons et de matériaux de construction a été découvert au-dessus de la première strate de terre brune (fig. 59). Il était stratigraphiquement associé à un amas secondaire moins dense mais mieux circonscrit –qui n’a pas pu être étudié dans le détail– et à des lentilles cendreuses (notamment US 2506, fig. 67) contenant des phytolithes fondus (squelette siliceux des plantes) observés par micromorphologie, qui constituent un niveau repère pour cette séquence.

19L’amas charbonneux principal, partiellement conservé, était matérialisé par une strate d’une dizaine de centimètres d’épaisseur constituée d’un mélange de tegulae et imbrices, de charbons et d’une quantité appréciable de mortier blanc ; un très gros tesson de poterie de type mortier, de couleur brique, se trouvait aussi dans l’amas. Afin de mieux observer les constituants de cette couche, un prélèvement intégral a été effectué, suivi d’un tamisage partiel.

20Cet amas ne peut pas résulter d’un effondrement de toiture en place. La quasi-absence de clous est aussi significative et aucune structure porteuse n’a été repérée. D’une part, le manque d’organisation spécifique à ce type d’événement et, d’autre part, la sélection délibérée des matériaux (par exemple le gros tesson semblable à une tuile) l’indiquent nettement. De plus, les charbons proviennent pour l’essentiel de branchages. La légère rubéfaction observée à la base, particulièrement fine, semble peu compatible avec une chauffe très intense directement sur place. Le manque d’agencement intentionnel des matériaux, pouvant servir de radier conservant la chaleur, ne plaide pas en faveur d’un véritable foyer construit. La fonction de cet amas reste énigmatique. L’hypothèse de matériaux chauds déplacés et rejetés là paraît donc très plausible, mais ne nous renseigne guère sur la fonction primitive.

3.2.2 Les vestiges au sommet des « terres brunes »

21Dans la partie supérieure des « terres brunes » plusieurs strates ont pu être repérées. La stratification semble s’amenuiser vers l’est, à mesure que l’on s’éloigne de la rue Saint-Jacques. Ainsi, dans la partie est de la cour, une seule strate a été repérée, épaisse de 10-12 cm. Plus à l’ouest, deux niveaux ont été distingués sur 15-20 cm. Toujours plus à l’ouest, au-dessus de l’amas charbonneux principal de la cour d’honneur, trois couches ont été enregistrées sur 20 cm environ.

22Au sommet de cette séquence, partiellement scellée par le « sol vert » de la phase 7d (fin du ive ou début du ve s.), cinq trous de poteau ont été observés (fig. 59). Celui qui a été fouillé cour Letarouilly (CS 118) possédait un calage de pierres et tuiles. Ceux de la cour d’honneur ne comportaient aucun calage et étaient remplis par de la terre brune. Il est possible que d’autres trous de poteau aient existé plus à l’ouest mais la nécessité d’une fouille rapide n’a pas permis de les repérer, en raison de la ressemblance de couleur entre les remplissages et le terrain encaissant.

3.2.3 Interprétation des « terres brunes »

23Selon l’étude micromorphologique et la fouille de cette séquence stratigraphique de « terres brunes », il apparaît qu’il s’agit d’une constitution rythmée de couches boueuses, intercalées d’épisodes de passages et de rejets, en périphérie de l’habitat riverain de la rue Saint-Jacques.

24La nature des constituants des « terres brunes » évoque le produit de la dégradation de bâtiments en matériaux périssables (terre et bois) ce que renforcerait la nature des architectures découvertes. Vers l’ouest, les successions rapides de sols liés à l’habitat riverain du cardo, en créant une stratification plus importante, auraient contrarié la pente de l’ancienne palestre, qui s’écoulait vers la rue. En privant l’ancienne palestre de son écoulement, une accumulation de sédiments, issus de la fonte plus ou moins progressive de bâtiments en terre et bois (Cammas 1995 : 191), s’est formée vers l’est au-dessus de l’ancienne palestre. Notons qu’ultérieurement de vastes fosses d’extraction semblent avoir eu pour but la récupération de ce matériau (cf infra § 3.3.2).

3.3 Le réaménagement de l’espace à la fin du ive s.

3.3.1 Le « sol vert » (fin de la phase 7d)

25Cette séquence se caractérise par la mise en place, au-dessus d’une partie des « terres brunes », d’un sol de couleur verdâtre observé dans la cour d’honneur sur 60 m2 environ (fig. 65, 67). Une série de fosses l’a perforé ultérieurement dans le but de récupérer les « terres brunes » (cf. infra § 3.3.2). La relation entre les deux cours n’est pas claire, en raison de l’arasement du terrain à l’époque moderne qui a supprimé certaines relations stratigraphiques. Un tamisage effectué sur la couche US 1041 de la zone 1 a montré une grande parenté avec le « sol vert » de la zone 2. Les rejets de boucherie se prolongent durant cette phase.

FIG. 65
Plan du « sol vert » (phase 7d) et des fosses de récupération de terre (phase 7e) dans la cour d’honneur.

FIG. 66
Fosse de récupération de terre CS 242 (phase 7e) remplie par un amas de matériaux de construction (phase 8b).

FIG. 67
Coupe stratigraphique de référence dans l’angle S/S-E de la cour d’honneur (cf. fig. 15).

26Le « sol vert » se présente principalement sous la forme d’une couche « gris-vert, massive, sableuse, pulvérulente quand elle est sèche, hétérogène » (Cammas 1995 : 173), composée en partie de cailloux et épaisse d’une dizaine de centimètres environ. La présence de mortier désagrégé lui confère l’apparence d’un mortier maigre. Trois strates ont pu être distinguées localement. À un sol verdâtre primitif peu épais succède une sorte de couche d’occupation charbonneuse contenant de l’argile jaune puis à nouveau un sol verdâtre épais de 8 cm. On pourrait voir dans ces étapes une certaine durée d’utilisation, mais peu d’éléments chronologiques permettent d’étayer ce point de vue. La surface du « sol vert » était constellée de trous de petit diamètre comblés de terre noire (racines, galeries d’animaux fouisseurs ?). Ces trous sont probablement imputables aux conditions de mise en place des « terres noires » postérieures.

3.3.2 Les creusements recoupant le « sol vert » (phase 7e)

27Il s’agit principalement de deux fosses (CS 241 et 242) et d’un petit fossé ou d’une tranchée N-S (CS 240), tous fouillés dans la partie sud de la cour d’honneur (fig. 65, 66). Les deux fosses ont essentiellement recoupé le « sol vert » et les « terres brunes » sous-jacentes, n’entamant jamais le sol de tuileau de la cour du Haut-Empire. La fosse ronde CS 241, de 2,60 m de diamètre et profonde d’une cinquantaine de centimètres, n’était conservée que sur une moitié. La grande fosse CS 242, à fond plat, de profondeur identique à la précédente, a été observée sur une longueur et une largeur de 4,50-4,70 m, soit un diamètre minimal de 6 m en imaginant une forme symétrique (fig. 65). Seul le bord septentrional en arc de cercle a pu être correctement observé, la limite orientale ayant seulement pu être supposée.

28En raison de leur forme irrégulière, de l’absence de dépotoirs et surtout de la nature du matériau qui semble être prélevé (le sédiment limono-argileux des « terres brunes »), nous pensons qu’il peut s’agir de fosses d’extraction de ce sédiment. Récupéré pour ses propriétés de terre à bâtir, l’extraction de ce matériau témoignerait alors d’une phase de construction ou simplement de réaménagement et/ou d’entretien de murs lors de cette phase 7e.

Table des illustrations

Légende FIG. 58 Paris au Bas-Empire (d’apr. Périn et al. 1985 : fig. 62a). Le triangle noir indique l’emplacement des fouilles du Collège de France.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21767/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende PLAN VIII Vestiges du IVe s. (phase 7).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21767/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 59 Les vestiges du IVe s. (phase 7).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21767/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 60 Amas d’ossements (phase 7a). Sous la mire apparaît le sol désagrégé de la palestre en béton de tuileau.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21767/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 61 Amas d’ossements (phase 7) dans la partie sud de la cour Letarouilly.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21767/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 62 Vue du mur M 106, limite orientale probable du bâti en dur installé le long du cardo de la rue Saint-Jacques (phase 7d-e).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21767/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 63 Effectifs des principaux matériaux de construction et de la céramique (partie sud de la zone 1). C.C. céramique-construction (terres cuites architecturales) ; P. C. pierre-construction (dallages, placages et autres éléments architecturaux) ; M.C. métal-construction (clous de charpentes) ; C.R. céramique-récipient.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21767/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende FIG. 64 Proportions des principaux matériaux de construction et de la céramique (partie sud de la zone 1).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21767/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende FIG. 65 Plan du « sol vert » (phase 7d) et des fosses de récupération de terre (phase 7e) dans la cour d’honneur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21767/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 66 Fosse de récupération de terre CS 242 (phase 7e) remplie par un amas de matériaux de construction (phase 8b).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21767/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 67 Coupe stratigraphique de référence dans l’angle S/S-E de la cour d’honneur (cf. fig. 15).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21767/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 47k

Auteurs

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search