Version classiqueVersion mobile

Le Collège de France (Paris)

 | 
Laurent Guyard

Première partie. L’Antiquité et le haut Moyen Âge (ier s. av. J.-C.-viiie s. ap. J.-C.)

Chapitre 2. L’installation des thermes de l’Est

Laurent Guyard

Texte intégral

2.1 Aux abords de l’édifice thermal (phase 4)

1Cette phase la mieux connue est celle qui a en partie justifié les fouilles. Allait-on trouver d’autres salles, une cour, une palestre ou un habitat privé à l’ouest des thermes de l’Est, dits du Collège de France ? Quelle était la datation précise de cet édifice ? Y avait-t-il des aménagements de pente ? L’hypothèse de l’existence d’une cour semblait la plus probable. Émise par P.-M. Duval (1960 : 166 ; 1993 : 184), cette supposition trouvait sa force dans l’évidente orientation à l’ouest de l’entrée des thermes (en raison de la position du bain froid) et par l’existence de gros murs à l’angle de la rue Saint-Jacques et de la place Marcellin-Berthelot (fig. 9). La découverte d’épais sols et remblais lors des sondages de 1993 pouvait aussi conforter cette hypothèse : en effet, à l’exception des strates inférieures (phases 2 et 3), rien ne semblait correspondre à des sols et remblais d’habitat, généralement peu épais ainsi que les fouilles de la Commission du Vieux Paris l’ont montré ces vingt dernières années lors des interventions sur les quartiers sud de Lutèce.

2Cette épaisse séquence de 40 à 110 cm a été identifiée comme étant une série de niveaux de travail surmontée d’une surface de circulation bien aménagée, interprétable comme le sol d’une cour ou d’une place rénové une ou deux fois. En relation avec ce sol, a été découvert un dallage monumental dans le quart N-E de la cour d’honneur. L’étude du matériel archéologique nous a conduits à identifier cette aire plane située à l’ouest du bloc thermal comme une grande palestre comparable à celle des thermes de Cluny (plan VII). La relation directe avec l’édifice est bien entendu impossible, mais nous avons mis en évidence, pour la période précédente, une parenté probable entre les maçonneries antérieures aux thermes et un fossé, retrouvé en fouille, dont le comblement est contemporain des premiers terrassements (cf. supra § 1.5). De plus, l’altitude de cette aire plane et du sol des salles occidentales des thermes est voisine (environ 43 m).

PLAN VII
Plan synthétique des thermes de l’Est et des principaux vestiges découverts en 1994 (phases 4-6).

3Ces indices topographiques et chronologiques offrent ainsi de bons jalons pour la datation de l’édifice thermal et de sa réfection dans le courant du Haut-Empire.

2.2 Le chantier des thermes ?

4En 1935-1938, A. Grimault, qui fouillait alors à l’emplacement des thermes de l’Est, avait observé « une sorte d’esplanade en terre battue » (Duval 1960 : 167) destinée à « recevoir les assises des bâtiments et pour établir les aires de béton » (CVP 228, pièce 14 : 5). Nos premières observations de fouille ont rapidement renforcé cette idée d’importants terrassements.

5Au-dessus des habitats précoces (phase 2), bien reconnaissables par leurs sols d’argiles et leurs couches d’occupation charbonneuses, de nombreuses coupes ont montré une série de remblais et de couches de mortier intercalées, localement complétées par des couches de déchets de pierres. À l’intérieur de cette stratigraphie, épaisse de 0,40 à 1,10 m dans la partie sud de la cour d’honneur (vers le nord, l’épaisseur est d’environ 1,40 m, mais on peut l’évaluer à au moins 2 m en raison de la pente naturelle du terrain ; cour Letarouilly, elle est de 0,75 m), aucun sol véritablement aménagé n’était identifiable, même parmi les sols de mortier, car tous semblaient irréguliers. L’une des séquences « repères » de cet ensemble est une série de couches blanchâtres (fig. 37). Si nous les avons regroupées par commodité sous le terme de « sol », une étude minutieuse a permis d’en définir clairement la nature : non pas des sols volontairement construits pour permettre la circulation mais des niveaux de travail. L’argument majeur est leur irrégularité. Le seul sol évident est un niveau horizontal de galets de silex scellant toutes les séquences de remblais, 1,20 m en contrebas des premiers sols observés plus à l’est dans les thermes (salle P du plan de P.-M. Duval) (fig. 9).

FIG. 37
Vue en coupe des couches de déchets de taille dans l’angle sud-est de la cour d’honneur (phase 4). Les blocs de pierre situés plus haut correspondent au sol fini de la palestre des thermes de l’Est.

2.3 Les étapes de la construction

6Les neuf étapes que nous résumons ici correspondent aux événements majeurs de la stratigraphie de cette séquence, observés sur la quasi-totalité du site. Elles posent le problème de la datation de la mise en service de la palestre des thermes de l’Est (charnière phases 4 et 5).

2.3.1 Première étape : les premiers remblais de mise à niveau

7Les premiers remblais succédant à l’entrepôt (phase 3) semblent avoir été étalés dans le but de constituer une plate-forme régulière. Nous avons vu en effet que l’habitat tibéro-claudien s’était développé perpendiculairement au cardo, s’exhaussant plus rapidement vers l’ouest et s’étalant progressivement vers l’est (cf supra § 1.4). Plus loin encore, les restes non comblés d’une fosse d’extraction avaient formé une dépression ; ce secteur, à l’arrière de la zone d’habitat, était donc resté en contrebas durant toute la phase 2. Cette dénivellation a été accentuée par l’aménagement du grand bâtiment de la phase 3, retenant en contre-haut les sols contemporains à l’altitude de 42,60-42,75 m environ (cf. supra § 1.5) : il en a résulté une différence de niveau de 50-60 cm entre l’est et l’ouest de la cour d’honneur. Vers le nord, le large et profond fossé de la phase 3 a lui aussi créé de fortes inégalités topographiques en constituant une dépression de près d’1 m. Ces irrégularités ont été compensées par l’apport d’une série de remblais dont le sommet oscille entre 42,40 m et 42,70 m NGF dans le quart S-E de la cour.

8En surface des remblais, des dalles ou fragments de dalles de liais brut ont été découverts en plusieurs points (le liais, calcaire siliceux très dur, est une formation géologique appartenant à la séquence du calcaire grossier parisien) ; un ensemble important était situé dans la partie sud de la cour d’honneur (fig. 38). Certaines de ces dalles étaient cassées, les autres brutes. Leur épaisseur moyenne est de 9 cm, ce qui correspond approximativement à l’épaisseur du banc de liais existant à Paris. La parenté entre ces dalles et le dallage monumental découvert au sommet des niveaux de construction (cf. infra § 2.3.9), en relation avec le sol de la cour des thermes, permet de supposer que très tôt, dès les premiers terrassements, certains matériaux nécessaires au chantier avaient été amenés sur le site en prévision d’un usage ultérieur. L’utilisation de liais dans la construction des thermes de l’Est semble en effet avoir été largement répandue (dallages et placages), comme l’attestent les mentions des précédents archéologues et les nombreux fragments retrouvés dans les niveaux postérieurs.

FIG. 38
Dalles de liais à la base des remblais d’installation de la palestre (phase 4).

2.3.2 Deuxième étape : les premiers niveaux de travail

9Le premier niveau de travail, très reconnaissable, est un ensemble stratifié qui a été essentiellement reconnu dans la partie sud de la cour d’honneur entre 42,40 m et 42,80 m NGF (fig. 15). Dans l’angle S-E, il est composé de deux strates de « plâtre » (?) entre lesquelles s’intercale une fine couche d’occupation. La particularité de cet ensemble, épais d’une dizaine de centimètres, est sa consistance très dure qui semble indiquer une recristallisation (?), par transformation du plâtre en gypse (?). La seule interprétation que nous ayons trouvée est celle d’une aire de travail (gâchage) : la forte humidité aurait réhydraté la poudre en profondeur. La stratification visible plaide en ce sens, car elle invite à supposer un temps de travail prolongé (plusieurs phases de gâchage). La surface de ces dépôts est très irrégulière (fig. 15, 26) et ne peut être considérée comme un sol réel, bien qu’elle ait pu servir de niveau de circulation pour les besoins du chantier.

10Dans l’angle S-E de la cour, cette séquence est surmontée par deux couches de mortier séparées par une couche d’occupation grise. Cet ensemble comportant du mortier, qui pourrait indiquer une première étape de travaux de maçonnerie, a aussi été repéré cour Letarouilly (fig. 13 [1259], 21). Dans la partie nord de cette cour, une strate blanche plus épaisse (35 cm), constituée de graviers de silex mélangés à du mortier blanc, est contemporaine de ces niveaux. L’aspect est très proche de celui d’un béton maigre riche en gravier. Tous ces niveaux, situés à 42,20-42,30 m NGF sur l’ensemble du site, sont surmontés par un important remblai observé uniquement dans cette dernière cour, tandis que dans la cour d’honneur la stratigraphie se poursuit avec une autre série de couches blanches.

11Est-ce à cette séquence, ou à la suivante, qu’il faut associer une grande fosse (CS 258) –creusée dans la couche de plâtre– remarquée au N-E de la cour d’honneur ? Il s’agit d’un creusement quasiment vertical observé sur 1 m de profondeur et qui pourrait appartenir à une fosse partiellement et uniquement observée en coupe sur au moins 2,40 m de longueur. Le remplissage était constitué d’une série de remblais sableux plutôt orangés. Lors d’un redécapage du site, nous avons prudemment associé à cette grande fosse un lot important de briques de qualité médiocre : attesteraient-elles, comme on le verra plus tard pour l’atelier métallurgique (cf. infra § 2.5), une fabrication de matériaux de construction sur le chantier même ?

2.3.3 Troisième étape : le remblai orange de la cour Letarouilly

12Dans la cour Letarouilly a été observée une épaisse couche de sables et graviers alluvionnaires orange très homogène, épaisse de 55-60 cm (fig. 21). Le sédiment pourrait provenir de creusements proches (tranchées de fondations ?), car un matériau comparable a été observé en substrat dans la cour d’honneur, sous la couche superficielle des alluvions. Cette couche assez localisée offre la particularité d’être fortement bombée, créant ainsi une dépression inattendue vers le sud (à l’opposé de la pente naturelle du terrain). La séquence stratigraphique qui se développe alors dans la partie méridionale, identique à celle de l’angle S-E de la cour d’honneur, indique l’antériorité de ce remblai orange. Si on le met en relation avec des excavations préalables à des constructions, cela indiquerait une réalisation des maçonneries antérieure aux premiers remblais, procédé très classique.

2.3.4 Quatrième étape : les couches de déchets de taille

13Cette seconde série de couches blanches a été découverte en plusieurs points de la fouille. Surmontant directement le gros remblai orange de la cour Letarouilly, deux couches blanches ont été observées. La plus basse était composée de poudre de calcaire, tandis que la seconde était constituée de déchets de taille. L’ensemble avait une épaisseur de 15 à 25 cm et se trouvait directement sous le sol de la palestre.

14Des niveaux comparables (de 30 cm d’épaisseur) ont été observés et fouillés dans le quart S-E de la cour d’honneur, qui était la partie la plus stratifiée. Observées en coupe, quatre strates principales de déchets de taille de calcaire (fig. 37), séparées par de minces couches de circulation (1 à 2 mm d’épaisseur au maximum), peuvent être regroupées en trois ensembles (les deux couches blanches intermédiaires étant analogues) en fonction du calibre apparent des éléments. Le calibre des gros éléments décroît régulièrement de bas en haut, passant d’un module de 5-10 cm à 3-5 cm puis à 0,5-3 cm, l’ensemble étant mélangé à de la poudre de pierre. D’un point de vue morphologique, les morceaux sont très variables et il n’y a pas de traces caractéristiques d’outils. L’alternance des couches, séparées par de minces couches d’occupation, laisse penser qu’il peut s’agir de niveaux de construction successifs. On pourrait supposer, comme nous l’a suggéré Marc Viré (Inrap, spécialiste de l’histoire de l’extraction des roches parisiennes), que ces strates correspondent aux différentes phases de construction d’un mur. Les déchets grossiers correspondraient à la taille (équarrissage) des pierres pour la construction des fondations, les éléments moyens au moellonnage des élévations et les rejets fins à la finition, voire à la décoration (corniches, etc.). Tout cela nous permettrait peut-être de supposer l’existence d’un mur antique proche, à l’emplacement de l’aile orientale du Collège de France.

2.3.5 Cinquième étape : le premier remblai à torchis

15Sur toute la bande sud de la cour d’honneur et de la cour Letarouilly, un remblai orangé a été étalé au-dessus des niveaux de construction, dans le but de constituer une surface plane en légère pente vers la rue Saint-Jacques puisqu’elle passe très régulièrement de 43 m à 42,70 m NGF. Cette volonté de nivellement est très nette dans l’angle S-O de la cour d’honneur (fig. 26, US 2814). Son épaisseur varie d’une vingtaine de centimètres dans la cour d’honneur à une cinquantaine dans la cour Letarouilly (fig. 13, US 1257). Ce remblai est un mélange de sables et graviers brun-orange auxquels sont mêlés de nombreux nodules de torchis. On notera aussi la présence de mortier, d’enduits muraux peints, ainsi que de nombreuses tuiles.

2.3.6 Sixième étape : un nouveau niveau de travail ?

16Le sommet du remblai précédent paraît avoir été utilisé comme sol de travail. Sur la plus grande partie des secteurs fouillés, une à plusieurs couches de mortier blanc crème ont été observées. Elles sont généralement de faible épaisseur (2 à 5 cm) mais peuvent atteindre 10 cm dans la partie sud de la cour Letarouilly (fig. 13, US 1245).

17Dans la partie est de la cour d’honneur, ce sol de mortier n’était pas présent, mais une fine strate de nodules d’argile brûlée a été observée. Près de l’aile orientale du Collège de France, un aménagement de briques en association avec ce sol de nodules rubéfiés a été fouillé. Deux briques gisaient à plat sur le sol, plus ou moins mêlées à de la terre brûlée, et semblaient elles-mêmes avoir subi l’action du feu. Etait-ce la base d’un foyer ? Cet aménagement rudimentaire renforcerait l’interprétation de zone de travail.

2.3.7 Septième étape : le second remblai à torchis

18Un remblai à torchis, identique à celui de l’étape 5, est à nouveau étalé sur une grande surface (fig. 13, US 1237). Sa particularité réside dans sa similitude avec le remblai situé sous les sols antérieurs : comme lui, il est identique d’un bout à l’autre du chantier.

19Doit-on voir là l’utilisation finale d’un « stock » de remblai, étalé à la demande, provenant soit du chantier des thermes lui-même soit d’une zone de remblais plus éloignée, éventuellement en marge de la ville, ou peut-on envisager l’existence d’un cordon de remblais, partiellement nivelé dans un premier temps puis étalé finalement au-dessus de la zone de travail intermédiaire ?

2.3.8 Huitième étape : la fosse CS 273

20Juste avant la constitution du sol final (sol de gravier et dallage partiel de la dernière étape), un creusement quadrangulaire a été effectué dans la partie est de la cour d’honneur (CS 273), sur une profondeur de 1,40 m. La fosse mesure 2,30 m de côté sur 2,10 m au moins (vers l’est, elle était recoupée par la tranchée de fondation de l’aile orientale du Collège de France) et a des angles arrondis et des parois verticales (fig. 39). Ces dernières, ainsi que le sol, étaient recouvertes d’une pellicule de mortier blanc de 1 à 2 cm d’épaisseur, appliquée à même les remblais antérieurs. La relation stratigraphique, pourtant claire, a posé et pose encore un problème d’interprétation, notamment en raison du matériel architectural présent et de la datation.

FIG. 39
La fosse CS 273 (phase 5) dont une partie du fond s’est affaissée dans une fosse circulaire antérieure.

21Le matériel architectural est composé de terre cuite, de pierre, de mortier et de verre. Les terres cuites architecturales comprennent des briques de chaînage, des fragments de dalles d’hypocaustes et/ou de pilettes, des tubuli, des briques striées et des séparateurs. À ce mobilier thermal s’ajoutent des tuiles et des joints de mortier qui attestent la destruction d’une toiture. La pierre est représentée par des calcaires et des marbres, dallages et placages principalement, mais on note aussi la présence de moulures, de plinthes et de quelques tesselles de mosaïque en marbre noir. Tous ces éléments comportent des traces d’enduit qui prouvent leur usage dans une construction. Il y a aussi une forte présence de déchets de taille de plaques calcaires (rebuts de sciage). Les mortiers et enduits, peints ou non, sont aussi très nombreux. Quelques fragments de verre plat indiquent l’existence de verrières. La céramique est datable de la première moitié du iie s. (jusque vers 140-150 ap. J.-C.).

22Cette fosse témoigne donc de la destruction, et sans doute de la réfection, d’une salle thermale vers le milieu du IIe s. : pour cette raison, on ne peut pas considérer l’aménagement du sol de gravier de la palestre comme étant contemporain de la mise en service des thermes. Il y a sans doute eu un sol antérieur que l’on doit peut-être identifier, s’il n’a pas disparu, à la fine couche de mortier blanc présente dans la partie supérieure des remblais (cinquième étape).

2.3.9 Neuvième étape : la constitution du sol de la palestre (phase 5) ?

23En dépit de la pente du terrain naturel, un sol quasiment horizontal constituait une plate-forme. C’est une couche de graviers de silex tassée contenant quelques blocs plus importants, dont l’altitude varie de 42,95 m à 43,25 m NGF d’ouest en est et de 43 m à 43,20 m du nord au sud (fig. 37, 40). Au nord de la cour d’honneur, ce sol était associé à un dallage monumental (fig. 41). La position stratigraphique de ce dallage et son altitude (43,31 à 43,35 m NGF, en raison d’une pente légère vers l’ouest) permettent sans conteste de l’associer au sol de la cour : en effet, il est recouvert par une des couches repères du site, le sol de tuileau, qui correspond à la réfection de la palestre et de l’édifice thermal (cf. infra § 2.6). À cet aménagement peut être associée, du moins chronologiquement et topographiquement, une tranchée de fondation découverte 20 m plus au sud (CS 216).

FIG. 40
Plan du sol de la palestre des thermes de l’Est (phase 5) et implantation de l’atelier métallurgique (phase 6).

FIG. 41
Vue du dallage de liais (phase 5).

24Le dallage se présente sous la forme d’une série de sept rangées parallèles de dalles (fig. 42) conservées sur une largeur d’environ 3,50 m pour une longueur de 2,30 m (US 2773) et limitées à l’ouest par un alignement de petites plaques verticales hautes d’une vingtaine de centimètres et formant une bordure orientée N-S (au-delà semblait exister un cailloutis sommaire assez semblable au sol de la plate-forme). L’épaisseur des dalles varie de 5 à 8 cm ; elles sont délitées à la base et reposent sur une couche de préparation de sable et chaux jaune-orangé, sorte de mortier très maigre sans doute destiné à favoriser la pose. La pierre employée est un calcaire dur appelé liais franc, appartenant à la séquence du calcaire grossier parisien, que l’on retrouve notamment sous la montagne Sainte-Geneviève. Il a été largement employé en placage ou dallage dans l’édifice thermal, comme en témoignent les descriptions des différents fouilleurs. Les dalles sont carrées ou rectangulaires, mais un module de base semble exister (60 ± 4 cm), certains éléments étant approximativement des sous-multiples (demi) ayant pu être utilisés pour rythmer la construction (fig. 43). Cela nous amènerait à restituer une largeur d’environ 5 m, en considérant la bande comprise entre les deux rangées de « demi-dalles » comme un axe : on pourrait alors supposer l’existence d’un mur à moins d’1 m de la façade de l’aile orientale du Collège de France (à l’intérieur de l’emprise de fouille théorique, mais non dégagée pour des raisons d’accessibilité), soit moins de 4 m à l’ouest du prolongement d’un autre mur découvert en 1857 par Vacquer place de Cambrai (Duval 1960 : 162, note 2). Une autre proposition consisterait à mettre en relation directe le dallage avec le mur découvert anciennement, ce qui conférerait une largeur de près de 10 m au dallage, sans lui accorder la symétrie supposée.

FIG. 42
Plan du dallage de liais (phase 5).

FIG. 43
Dallage monumental dans la palestre (phase 5). Restitution possible du mode d’agencement des dalles.

25D’un point de vue spatial, l’axe du dallage –qui nous est donné par une bordure de faible longueur– serait quasiment identique à celui des murs N-S de l’édifice thermal, soit 16° E. En prolongeant vers le sud la bordure occidentale, celle-ci coïncide avec l’emplacement d’une petite tranchée (CS 216) dont l’orientation du bord occidental semble identique à celle du dallage et donc aussi à celle du bloc thermal tout proche.

26Cette tranchée N-S, dont seule la partie ouest nous est connue, a été repérée sur près de 2 m. Sa profondeur est de 44 cm. Elle dépasse de près de 10 cm le sol théorique de la cour, mais est recouverte par le sol de tuileau. Elle fut comblée de gravats de mortier blanc, apparemment juste avant la réfection de la cour.

27Sa position topographique, dans l’axe ou juste à l’ouest de l’axe de la bordure occidentale du dallage (fig. 40), nous invite à penser qu’il s’agissait peut-être de la tranchée de fondation d’un stylobate. Un bloc de ce type, ou de seuil, a été découvert dans la cour d’honneur dans un mur moderne, en association avec une base de colonne en marbre blanc. Nous supposons que ces deux éléments pouvaient appartenir à un portique dont les restes de dallage et la tranchée seraient deux modestes témoins. Mais un obstacle semble s’opposer à cette hypothèse : l’absence de dallage en association avec la tranchée, remplacé par le sol de cailloutis de la cour. Cependant, nous pourrions imaginer, dans l’axe monumental de l’édifice thermal, un passage non dallé entre la grande cour et la salle P du plan de Duval (fig. 9). Seul le revêtement de sol, dans l’axe de l’édifice, changerait.

2.3.10 L’occupation de la palestre (phase 5)

28À l’exception d’une seule, toutes les dalles retrouvées en place dans l’angle N-E de la cour d’honneur, sous le sol qui les recouvrait, sont fragmentées (fig. 41-43). Il en manque d’ailleurs localement quelques-unes. Outre l’usure, certains secteurs montrent des traces de rubéfaction. Ces usures et rubéfactions ponctuelles pourraient être dues à la réfection des thermes (installations de chantier par exemple). L’hypothèse d’un incendie est peu vraisemblable mais celle de petits feux occasionnels l’est plus. Un (ou deux) trou de poteau a été creusé dans le dallage : il s’agit d’un creusement de 20-30 cm de diamètre comportant un calage (CS 299, fig. 42). Le remplissage était très meuble et contenait un fragment de plaque de marbre noir.

29Le premier niveau d’occupation du sol de la palestre est composé de sable ayant souvent la couleur des remblais sous-jacents à la couche de gravier constituant le sol, soit une teinte plutôt ocre là où les remblais avaient cette teinte. Des recharges ont été observées dans les deux cours, toujours en relation avec des tassements plus ou moins profonds. Dans la partie sud de la cour d’honneur, une légère dépression a entraîné une réfection ponctuelle. Dans la partie sud de la cour Letarouilly, une ou deux réfections de sols ont été observées.

30Dans les deux cours, les nombreux affaissements de terrain liés à la présence de fosses antérieures ont été observés en coupe et en plan, phénomène fréquent sur les sites urbains. Déjà à Paris, au siècle dernier, Théodore Vacquer avait remarqué des « fontis » à l’emplacement de fosses de la fin du Ier s. localisées sous la rue bordant au sud le théâtre de la rue Racine (Pachtère 1912 : 68). Plus récemment, les diverses fouilles effectuées par la Commission du Vieux Paris dans la partie méridionale de la ville ont montré des affaissements similaires.

31Les plus anciens tassements observés au Collège de France appartiennent en fait aux périodes précédant les remblaiements pour asseoir la palestre (phase d’extraction de sables et graviers ou séquence d’habitat des phases 1 et 2). En effet, les nombreuses fosses découvertes avaient souvent été mal comblées, ou du moins bouchées à l’aide de sédiments meubles qui se sont tassés progressivement durant toute l’Antiquité ; c’est ainsi que certains tassements ont été mis en évidence à l’emplacement des bâtiments observés dans les deux cours du collège. À l’intérieur des niveaux de constructions des thermes, d’autres tassements s’étaient déjà produits, entraînant un apport de remblai supplémentaire. Ce fut le cas à l’emplacement du large fossé CS 303-306. Tout cela semble ainsi témoigner de la lente progression des travaux de construction.

32L’effondrement le plus remarquable est sans conteste celui des fosses CS 253-273-328, tout près de l’aile est du Collège de France (fig. 39, 44). Tous les remblais, les niveaux de construction très indurés, ainsi que la fosse superficielle CS 273 et le sol de la cour se sont affaissés de près de 70 cm à l’emplacement d’une fosse du Ier s. (CS 328) très profonde. Ce fontis (CS 253) nous a permis d’observer les différentes recharges ponctuelles du sol de la cour avant la réfection générale par le sol de tuileau (phase 6, fig. 54). Ce dernier s’étant lui-même affaissé de près de 10 cm, il porte l’amplitude du tassement à 80 cm. Toutes ces recharges nous permettent donc d’imaginer un temps d’utilisation de la palestre initiale apparemment beaucoup plus long que celui postérieur à la réfection générale, le sol de tuileau (cf. infra § 2.6). Cependant, on ne doit pas oublier que ce tassement, bien que progressif, a dû s’atténuer de plus en plus, comme semble l’indiquer l’absence de dépression dans les terrains superficiels. Il n’en est pas de même dans la cour Letarouilly, où l’une des fosses d’extraction du début du Ier s. (CS 164) n’a pas cessé de se tasser jusqu’au haut Moyen Âge.

FIG. 44
Tassement du sol de la palestre à l’emplacement d’une fosse du début du Ier s. (phase 5).

2.4 La réfection des thermes d’après les fouilles anciennes

33Durant les fouilles de 1903, Ch. Sellier remarqua qu’on avait observé « en maint endroit non pas des traces de reconstruction mais des signes certains d’un réaménagement, peut-être de deux » (Pachtère 1912 : 74). Les sols de béton semblent en effet se succéder dans les salles chaudes, ainsi que les hypocaustes qui les supportent (fig. 45). Comme le remarquait F.-G. de Pachtère, ces aménagements, « soumis continuellement au feu, se fatiguaient assez vite, comme en témoignent les briques rongées du premier sous-sol » (Pachtère 1912 : 75). Dans la salle circulaire centrale, l’hypocauste avait été rehaussé de près d’1,40 m. Selon A. Grimault et J. Périn, il en était de même dans la grande salle rectangulaire sud (salle O du plan de P.-M. Duval, fig. 9) dont le niveau d’utilisation des deux aires en béton se trouvait séparé d’1,10-1,20 m, l’espace intermédiaire étant « comblé de tuiles cassées, de briques de toutes dimensions dont les plus grandes étaient de 0,35 x 0,40 m, avec une épaisseur de 0,05 à 0,06 m » (CVP 259, pièce 15 : 9).

FIG. 45
Relevés de Ch. Sellier lors des fouilles de 1902 (Pachtère 1912 : pl. III).

34À ces réaménagements importants, semble correspondre un certain nombre de témoins archéologiques observés durant les fouilles de 1994. Il s’agit des vestiges d’un atelier métallurgique ainsi que d’une réfection générale du sol de la palestre de l’édifice thermal, le sol de tuileau (cf. infra § 2.6). On peut situer son apparition, grâce au mobilier trouvé dans les restes de l’atelier métallurgique, vers le début du IIIe s. (cf. infra § 2.5.2.7).

2.5 Un atelier métallurgique dans la cour des thermes (phases 5-6)

2.5.1 Les vestiges archéologiques

35Dans l’angle N-O de la cour Letarouilly, qui fut approximativement celui de la palestre (plan VII et fig. 40), ont été retrouvés les restes d’une intense activité métallurgique apparemment ponctuelle dont les vestiges les plus remarquables sont ceux d’un four enterré, auquel était associé un matériel spécialisé (conduites, tuyères, fragments de sole et rejets métalliques divers).

36Quatre structures enchevêtrées, à savoir : deux fosses, les restes assez altérés d’un foyer et une maçonnerie en briques interprétée comme étant un four, correspondent à cette phase d’activité métallurgique. Celle-ci est postérieure à l’établissement de la palestre et antérieure à la réfection marquée par le sol de tuileau et, à l’emplacement des fosses, par un réel béton rose d’une dizaine de centimètres d’épaisseur.

2.5.1.1 La fosse CS 170 (phase 5)

37Le creusement le plus ancien, la fosse CS 170, d’un diamètre de 2 m, a été détruit par le four CS 141 dans sa moitié est. Le fond de la fosse était tapissé d’une fine couche de chaux ou de plâtre de 0,5 à 1 cm d’épaisseur recouverte d’un niveau de charbons de bois épais de 1 à 5 cm. La fosse fut remblayée par de la terre grise contenant beaucoup de charbons de bois, de fragments et de gouttelettes de bronze, ainsi que des fragments de tuiles (tegulae) et un peu de céramique. Le reste de la fosse fut comblé par une fine couche de sable orange puis par des limons argileux jaunes, auxquels furent mêlés beaucoup de fragments de tuiles et de petits morceaux de bronze.

38Le haut de la fosse n’ayant pas été retrouvé (en raison de perturbations postérieures), sa position exacte dans la chronologie relative du site n’était pas claire (phase 5 ?). La présence de restes métallurgiques et de terres cuites d’origine thermale a permis de la considérer comme l’un des témoignages les plus anciens des travaux de réfection dans les thermes.

2.5.1.2 Le four CS 141 (phase 6a)

39Il s’agit d’une structure en briques liées à de l’argile dont la base se situe à environ 2 m sous le niveau du sol théorique de la palestre, encaissée dans une fosse étroite (fig. 46-48). Ses vestiges ont été partiellement détruits dans leur partie nord par des constructions modernes ; si la base elle-même a été peu endommagée, la fosse dans laquelle elle est implantée est incomplète et des aménagements annexes ont pu disparaître. La partie S-O du four s’est affaissée et s’est enfoncée de près de 0,20 m à l’emplacement de la fosse CS 1701 sous-jacente. Celle-ci a été fouillée entièrement, tandis que seule la moitié sud de la maçonnerie a été démontée afin d’en obtenir la section et de disposer du matériel nécessaire pour une datation par archéomagnétisme (Goulpeau, Loyer 1995).

FIG. 46
Vue générale du four CS 141 avant la fouille et après l’enlèvement des remblais superficiels.

FIG. 47
Vue en coupe du four CS 141.

FIG. 48
Le four CS 141. a profil ; b plan.

40Les premiers aménagements concernent la fosse d’installation. Le creusement est de forme rectangulaire aux angles arrondis (fig. 48). Dans la partie supérieure (CS 136), il mesure 3,40 m d’est en ouest et 3 m (estimation) du nord au sud ; sa profondeur conservée est de 1,90 m. Dans le fond (légèrement plus étroit), sur un niveau de préparation en terre argilo-sableuse grise, a été installé un plancher ; la très bonne conservation du bois a permis d’en comprendre le dispositif : deux tasseaux de section 5 x 5 cm, espacés d’environ 2 m, étaient posés dans le sens N-S ; leur longueur n’a pas pu être déterminée car ils n’ont pas été fouillés entièrement. Des restes de fibres de bois de même orientation laissent supposer l’existence d’un troisième tasseau situé entre les deux précédents. Sur ces éléments ont été clouées transversalement des planches dont une seule a été dégagée dans son intégralité (2 x 0,54 m).

41La structure maçonnée, de forme quadrangulaire à la base (2,30 x 1,70 m), se transforme en demi-cylindre sur sa moitié ouest au fur et à mesure qu elle s’élève. La maçonnerie était irrégulièrement conservée : de 70 cm de hauteur à l’ouest, elle passe à 5-10 cm à l’est. Le massif était constitué de 19 assises régulières de tuiles et briques (seuls deux fragments de briques striées et un carreau de pilette ont été recueillis). Les 17 assises inférieures étaient liées par du limon argileux jaune et les 2 assises supérieures par un sablon orange. Au centre de la structure, une partie rectiligne N-S du massif était faite de tuiles soigneusement ajustées. Sa partie orientale était composée d’une rangée de tuiles liées par du limon argileux ainsi que de quelques pierres liées au plâtre sur le périmètre du quadrilatère. Cet aménagement, conservé sur deux niveaux, enserre un espace concave de 0,66 m x 1,70 m situé vers le centre de la maçonnerie. Cette zone, ainsi qu’une partie de l’argile qu’elle contenait, est complètement rubéfiée sur une faible épaisseur (1 cm). La différence de hauteur entre le niveau supérieur du massif et le fond est de 0,60 m. Il s’agirait de la partie inférieure de la chambre de chauffe de la structure.

42Toutes les tuiles et briques sont des éléments de récupération ; aucune n’a été trouvée complète. Ce sont principalement des tegulae aux rebords cassés et des fragments de briques de chaînage (à tétons dans les angles). Sur la partie étudiée, la plupart des éléments comportaient des traces de mortier blanc, parfois à tuileau. Il a aussi été constaté que ces traces pouvaient couvrir des cassures anciennes, comme les rebords brisés de tegulae ou les sections ; cela indiquerait peut-être qu’avant d’avoir été utilisés pour le four, ces matériaux avaient déjà été détournés de leur fonction primitive. Seules quelques tegulae non souillées par le mortier semblent provenir d’une toiture, comme l’indique l’orifice de fixation observé sur l’une d’elles (cette perforation indique qu’il s’agit d’une tuile de base de toiture : en effet, la première tegula posée était fixée à la charpente, les suivantes s’emboîtaient mécaniquement). Certains indices semblent témoigner de la mauvaise qualité des tegulae (craquelures) et des briques (tétons écrasés), signe possible d’une mise au rebut avant une utilisation normale. Le mortier présent sur les sections de certains fragments conforte l’idée de la récupération de matériaux. Les analyses archéomagnétiques ont permis d’isoler deux lots dont la cuisson aurait pu avoir lieu entre 60 et 140 ap. J.-C. pour l’un et vers 175 ± 15 ap. J.-C. pour l’autre (Goulpeau, Loyer 1995 : 4- 5). Une partie de ces terres cuites a subi une seconde aimantation sur place, due à la chauffe du four (cf. infra § 2.5.2.7).

43Sur le pourtour du four, au niveau de l’arase, des plaques d’argile et de chaux tassée et durcie formaient un sol d’environ 1 à 5 mm d’épaisseur. Ces plaques scellaient ainsi, dans la partie ouest, le remblai situé entre le creusement et la structure et, dans la partie est, un niveau d’imbrices disposées irrégulièrement.

2.5.1.3 Les remblais de destruction du four

44Après utilisation, le four a été en partie démonté ou rasé. En témoignent une série de remblais dans lesquels ont été retrouvées de très nombreuses tuiles et briques portant encore des traces d’argile et/ou de feu.

45Un premier remblai de terre grise à brune a recouvert le four et l’ensemble du creusement. Épais seulement de 2 à 3 cm sur le four, son épaisseur atteignait 70 cm dans la partie orientale du creusement. Il contenait un peu de matériel céramique et osseux et de très petits fragments et gouttelettes de bronze.

46Un deuxième remblai, présent dans la partie ouest au-dessus du massif et descendant en cascade sur lui, était constitué de tuiles (tuiles à rebord, briques striées) mêlées à un sable orangé. Tous ces éléments sembleraient appartenir aux assises supérieures de la structure maçonnée conservée, détruite et étalée sous la forme d’un remblai.

  • 1 – Fouilles de Laurent Guyard (conseil général de l’Eure).

47Au-dessus, un épais remblai recouvrait l’ensemble du creusement. Très hétérogène, il contenait, au sein d’une terre gris-vert riche en charbons, beaucoup d’éléments provenant de la construction et de l’utilisation du four : tuiles, scories, petits fragments et gouttelettes de bronze, fragments de conduits en terre cuite noyés dans du mortier blanc (cf. infra). On trouve également quelques éléments de démolition d’un bâtiment : fragments de sol de mortier rose, fragments architecturaux (chapiteaux), éléments de pavements en pierre. Les déchets domestiques sont représentés par un assez grand nombre de fragments de céramiques, de coquilles d’huîtres et surtout par une grande quantité de métapodes de bœufs sciés dans la partie mésiale (d’autres métapodes ont été recueillis dans les couches d’occupation de la palestre des thermes du Collège de France). On rapprochera de cela les récentes découvertes faites dans la palestre des thermes du Vieil-Évreux1 où une grande part du matériel osseux découvert correspondait à des métapodes de bœufs, rarement sciés mais fendus dans le sens de la longueur. L’idée d’une récupération de la moelle de ces bas de pattes, à des fins énergétiques (pour les sportifs) ou plus probablement cosmétiques (comme onguent), est envisageable dans les thermes. Sur les quatre monnaies recueillies figuraient un sesterce d’Antonin (145-161), un autre de Faustine (161-180) et un dupondius de Marc-Aurèle (176-177).

48Enfin, dans la partie supérieure du creusement (CS 136), un remblai très hétérogène gris-vert d’environ 60 cm d’épaisseur avait été rejeté. Peu différent par sa composition et par ses composants du remblai précédent, il contenait beaucoup de tuiles (tegulae et imbrices) et tubuli, de gros clous, des fragments de clayonnage (?) sur plâtre (?), des métapodes de bœuf sciés, quelques céramiques et trois monnaies : une probable monnaie de Faustine et deux de Trajan, parmi lesquelles un as frappé à Rome en 98/99.

49Ces remblais sont datés au plus tôt de l’extrême fin du IIe s. par les monnaies et de la seconde moitié du IIe s. et du début du iiie s. (jusque vers 230, d’après la sigillée) par les céramiques.

2.5.1.4 Le foyer CS 133

50Au-dessus des remblais de la fosse contenant le four CS 141a été installé le foyer CS 133, mesurant 2,20 m x 2,60 m environ. Sur la sole, composée d’une couche d’argile de 8 cm d’épaisseur inégalement rubéfiée et indurée, reposait un niveau de charbons de bois de quelques centimètres d’épaisseur contenant un assez grand nombre de fragments céramiques. Au-dessus, des imbrices, des tegulae, quelques morceaux de marbre et des fragments d’os animaux, disposés de façon irrégulière et aérée, forment la base d’un second foyer. Ce qui peut être considéré comme une sole est recouvert d’une alternance de couches de charbons de bois (2 à 3 cm d’épaisseur) et de mortier blanc. Les niveaux charbonneux contenaient des coquilles de moules et dans une moindre mesure des coquilles d’huîtres brûlées. Quelques fragments de marbre (placage et opus sectile) ont aussi été retrouvés. Cette zone a ensuite été scellée par un sol de mortier de 5 à 8 cm d’épaisseur.

2.5.1.5 La grande fosse CS 132

51Recoupant la zone foyère antérieure, seul un tiers de cette grande fosse était conservé, le reste ayant été détruit par un mur et une tranchée postérieurs. Son diamètre peut être estimé à 3,80 m et sa profondeur à 1 m. Elle est comblée par différents remblais. Les 25 cm du fond sont occupés par un remblai hétérogène composé d’argile rubéfiée ou crue, de tuiles et de charbons de bois. Installé au-dessus, un niveau de terre grise assez argileuse, bien tassé et aplani, formait une sorte de sole sur laquelle reposait un niveau de charbons de bois de 1 à 2 cm d’épaisseur. Plus haut, se trouvait un remblai de démolition de 20 cm d’épaisseur fait de blocs et de nodules de limon argileux jaune, plus ou moins rubéfiés, et de tuiles. Enfin, un dernier remblai comblait les 50 cm supérieurs de la fosse ; il se répandait également sur les niveaux de sols environnants. Très hétérogène, il contenait du torchis, de la terre crue, des charbons de bois, des cendres, des fragments de sole ou de parois de terre rubéfiées. Quelques moellons, morceaux de chaux, fragments de tuiles, mortier rose, os et céramiques, ainsi que plusieurs fragments de tuyère ou conduites de terre cuite complètent la composition de cette couche et permettent de l’associer à la zone d’activité métallurgique.

2.5.2 Le matériel propre à l’activité métallurgique

2.5.2.1 Les fragments de four de fusion

52Il s’agit de morceaux de tegulae partiellement ou totalement recouverts et rongés par des scories légères. En raison du faible nombre de ces éléments et de leur fragilité due à l’intense action du feu, aucun recollage sur de grandes surfaces n’a pu être réalisé. Toutefois, quelques éléments permettent de restituer une sole de four de fusion de fort diamètre, ayant pu servir à la fonte d’une grande quantité de métal. Quelques tuiles recouvertes de scories, très semblables à celles identifiées précédemment comme constituant une sole, sont interprétables comme des fragments de parois de partie basse, si l’on tient compte de l’orientation des coulures internes.

2.5.2.2 Les fragments de tuyères

53En association avec les autres éléments, au moins deux tuyères de fort diamètre ont pu être reconstituées à partir d’éléments dispersés (fig. 49, 50) ; il s’agit de remploi de tubuli présentant une extrémité vitrifiée rongée par la fusion. La trace de la paroi du four est nettement visible. Le diamètre intérieur avait été légèrement rétréci en direction du four par l’application d’argile très sableuse. Vers le milieu du tubulus, les traces de la fixation de la tuyère dans la paroi du four sont matérialisées par un boudin d’argile crue. La taille inhabituelle de ces tuyères va dans le sens d’une fusion de métal par grande quantité et implique la mise en fonctionnement de grands soufflets.

FIG. 49
Coupe d’un tubulus réutilisé en tuyère.

FIG. 50
Éléments de tuyère réalisés à partir de tubuli (phases 5-6).

2.5.2.3 Des conduites pour la coulée de métal

54Ces conduites sont des canalisations en terre cuite noyées dans du plâtre ou du béton à tuileau (fig. 51, 52), d’un diamètre variant de 2,5 à 6,5 cm. Elles ont été réalisées en appliquant de la terre argilo-sableuse autour d’une perche en bois cylindrique de façon à former un tube dont la paroi a environ 1 cm d’épaisseur ; vers l’extérieur, la pâte pressée à la main montre très distinctement des empreintes de doigt très profondes, dont la fonction est certainement de servir à l’accrochage du plâtre ou du béton. Cet élément a été ensuite placé au centre d’un coffrage, dans lequel a été préalablement noyé du mortier. Celui-ci affecte une forme grossièrement hémisphérique (23 cm de diamètre). La terre de la canalisation est inégalement rubéfiée et porte localement les traces de passage de métal en fusion : nous sommes donc en présence de conduites liées à la coulée de métal et dont la fonction est d’acheminer celui-ci à un point défini, un moule, dont quelques petits éléments ont été retrouvés.

FIG. 51
Conduites en terre cuite pour l’écoulement du métal (phases 5-6) noyées dans du plâtre ou du mortier.

FIG. 52
Coupes de canalisations en terre cuite servant à la coulée du métal (phase 5-6).

2.5.2.4 Des fragments de moule

55De nombreux fragments de terre brûlée légère peu cuite, présentant tous une face lisse de couleur grise cendreuse, ont été interprétés comme étant des éléments de moule. La terre utilisée contenait de nombreuses et fines particules végétales, comme cela est classique dans les moules à bronze de cette époque (information Ph. Andrieux).

2.5.2.5 De nombreux rejets métallurgiques

56Les abondants rejets d’activité métallurgique recueillis dans les différents niveaux associés à faire de travail du métal sont classables, en plus de la séparation fer/alliage cuivreux, en différentes catégories.

57D’une part, nous trouvons de très fréquentes scories liées à la réduction d’alliages cuivreux. Très aérées, elles comportent de nombreuses vacuoles. D’autre part, des milliers de gouttelettes et coulures de bronze de différentes tailles ont été ramassées. Parfois, ce sont des fragments d’éléments volumineux coulés (apparemment des ratés) qui ont été recueillis, tel ce fragment de plaque épaisse (5 cm), qui rappelle les fragments de chaudière trouvés aux thermes de Chassenon en Charente (ces éléments sont visibles dans les galeries muséales des thermes). Dans une moindre mesure, des scories et des culots de fer, restes de l’activité de forgeage, ont été collectés. La forte taille de ces éléments indique une activité de grande envergure que l’on ne peut guère comparer à celle d’ateliers de bronziers artisanaux.

2.5.2.6 Restitution de la chaîne opératoire

58Tous les éléments précités prennent place dans une chaîne opératoire (fig. 53), celle d’un atelier métallurgique produisant d’une part des éléments en fer par forgeage et d’autre part une grande quantité d’alliages cuivreux, sans doute du bronze. Pour cette dernière activité, le début de la chaîne opératoire serait matérialisé par l’existence d’un four de fusion de grande taille dont l’emplacement n’a pas été retrouvé. Les fragments de sole et de parois découverts indiquent que la structure, qui devait se trouver au-dessus du niveau du sol, a été arasée. Les tuyères indiquent quant à elles de grandes arrivées d’air compatibles avec l’idée d’une structure de fusion imposante. Le métal en fusion aurait été acheminé vers un moule en terre (dont quelques fragments de parois ont été retrouvés) de type moule à cloche, ce qui implique un travail à la cire perdue. L’existence de ce moule suppose, dans le cas de ce type de production, une étuve pour le cuire. C’est là, nous le pensons, que se trouve la justification du four CS 141. Sa position enterrée (1,90 m) est compatible avec l’existence, en surface, d’un moule de grande taille (au moins 1,50 m). Les traces de chauffe (brunissage) sur les briques du four indiqueraient, en accord avec les analyses archéomagnétiques, une chauffe de cette étuve à faible température, sans doute lente, afin de ne pas faire éclater le moule, cette chauffe progressive aurait permis de cuire celui-ci avant la coulée.

FIG. 53
Coupe schématique représentant le fonctionnement théorique de l’atelier métallurgique à l’intérieur de la palestre des thermes.

2.5.2.7 Des métallurgistes dans la cour des thermes ?

59La signification de cette activité métallurgique est malaisée à saisir dans le détail, surtout dans ce contexte urbain. Seules la forme du moule (identique à celle de l’étuve sous-jacente ?), sa taille et sa situation par rapport aux thermes permettent de proposer quelques hypothèses. Le problème posé par la situation de cette activité métallurgique dans la palestre des thermes est évident. Doit-on considérer cet espace artisanal comme un atelier/boutique le long du cardo, bordant l’esplanade située à l’ouest de l’édifice thermal ? S’agit-il de structures en relation directe avec les thermes, et par conséquent éventuellement circonscrites dans l’enceinte de la cour ? Et comment concevoir, à l’intérieur de cette cour, en plein cœur monumental de Lutèce, un espace réservé à des activités polluantes que l’on rejette préférentiellement à la périphérie des agglomérations ?

60La situation topographique suggère un caractère « officiel », dans la mesure où elle enfreint les règles d’usage. D’autre part, l’utilisation des matériaux de construction thermaux (tubuli et briques à stries) permet de supposer une relation étroite entre cet « atelier » et les thermes. Il s’agirait alors des traces d’une simple activité temporaire liée à la réfection de l’édifice puisque le métal aurait pu servir pour des éléments importants, comme des baignoires ou des chaudières par exemple. Nous pourrions comparer cette position incongrue avec celle des fours et moules à cloches, retrouvés parfois en quantité dans les églises, sans que l’on songe à y voir les restes d’ateliers de fondeurs permanents. Le recoupement des structures observées ici, qui implique un découpage chronologique au sein d’une séquence pourtant brève, serait peut-être lié à une réutilisation systématique de cet espace, l’activité métallurgique ayant pu se faire à la demande, sans que cette zone soit constamment occupée par un atelier. Nous réitérons notre comparaison anachronique avec l’activité des fondeurs de cloches, en prenant pour exemple les sept moules à cloches plus ou moins superposés datés du xviie s. (Bauchet 1991 : 115) découverts dans l’église d’Entrammes (Mayenne), qui semblent témoigner d’un lieu d’activité temporaire théoriquement impropre à un tel édifice.

61Pour l’Antiquité, la nécessité de couler de grandes quantités de métal, combinée au problème du transport de pièces volumineuses (1,30 m de diamètre environ ici), pourrait peut-être justifier une réalisation sur place. Le croisement des études archéomagnétiques, des monnaies et de la céramique conduirait à établir la datation des vestiges entre 190 et 220 ap. J.-C. –l’autre solution (extrême fin du iiie s., entre 280 et 300 ap. J.-C.) n’étant pas envisageable (Goulpeau, Loyer 1995 :5)– voire jusqu’en 230 avec la céramique sigillée. Il serait donc possible d’envisager une phase de reconstruction importante dans les thermes au milieu de la première moitié du iiie s., vers la fin du règne de Sévère Alexandre († 235).

2.6 La réfection de la cour : le sol de tuileau (phase 6a)

62L’une des constantes stratigraphiques, que nous avons associée au réaménagement final de l’édifice thermal, est la réfection de la cour par « le sol de tuileau » (fig. 54), sorte de béton maigre irrégulier composé de gravier, de tuileau et de mortier, ces trois constituants étant présents en quantité très variable sur toute l’étendue de la cour. L’un des arguments principaux de l’attribution de ce sol à l’édifice thermal est la grande quantité de matériaux de construction qui a été recueillie dessous, constituant parfois une sorte de radier. Il s’agit de tubuli, de briques striées ou non, de placages ou dalles de liais, ainsi que de nombreux fragments de marbre et de quelques tesselles de mosaïque blanches ou noires, tous matériaux qui auraient pu être utilisés dans les thermes et mis là au rebut.

FIG. 54
Sol de la palestre (phase 6) dans la partie sud de la cour d’honneur.

63Nous avons montré précédemment que le dallage monumental de la cour avait été brûlé et perforé par au moins un trou de poteau (cf. supra § 2.3.3). Nous avions proposé d’y voir les traces éventuelles de la réfection des thermes. À cette séquence doit être ajouté le comblement de la tranchée CS 216, probablement après récupération de l’élément qui la comblait (stylobate ?). Dans la cour Letarouilly, le sol de tuileau a été principalement repéré dans les parties centrale et sud. Dans l’angle S-O, il était intimement lié à un remblai composé de matériaux de construction (tuiles, mortier, enduits peints, etc.), qui s’épaississait vers l’ouest (jusqu’à 50 cm). Ce remblai avait servi de sol en surface, de telle sorte que la transition latérale avec le tuileau était indiscernable. Nous pensons voir dans l’étalement de ce remblai la marque de la destruction d’un bâtiment proche, situé dans l’axe théorique de l’édifice thermal. Toutefois, il est possible qu’il ne s’agisse que d’un remblai rapporté en même temps que le sol de tuileau, mais on ne voit pas pourquoi ce dernier n’aurait pas été identique à ce qu’il est sur tout le reste du site.

64La volonté d’établir à nouveau une surface très plane semble avoir présidé à la construction de cet aménagement très semblable au premier état de la cour des thermes. Les altitudes prises confirment ce point de vue, en permettant de constater à nouveau, pour ce sol, une très faible pente vers la rue Saint-Jacques. Le sol varie en effet de 43,30 à 43,15 m d’est en ouest dans la partie sud du chantier. Vers le nord, au-dessus du dallage, il se situe à 43,35-43,48 m NGF, selon que l’on choisit la surface du niveau inférieur ou celle du niveau supérieur. En effet, deux sols de tuileau sont parfois identifiables. Identiques d’un point de vue morphologique, ils sont séparés par une très mince couche d’occupation. Ce réaménagement n’a été que très rarement observé, mais indique une certaine durée d’utilisation et surtout un bon entretien de l’espace. À l’intérieur de cette phase intermédiaire, l’amorce d’une fosse avec un remplissage charbonneux a été remarquée dans l’angle S-E de la cour d’honneur, sans que nous ayons pu la fouiller.

65La couche d’occupation (phase 6b) qui surmonte le dernier sol de tuileau n’a pas toujours été bien distinguée des niveaux supérieurs. Il s’agit d’une couche de « boue » sableuse semblable à celle repérée sur les voiries à Paris. Elle contenait de nombreux fragments de tuileau, issus de la désagrégation parfois importante du sol, décomposition sans doute due à un manque d’entretien mais surtout à l’alternance des cycles de gel. Le mobilier archéologique n’est pas très abondant, mais les quelques monnaies recueillies offrent des jalons chronologiques qui nous permettent de dater cette dernière strate de boue non enlevée : la quasi-totalité des monnaies identifiées pour cette séquence date en effet de la fin du iiie s. puisque, à l’exception d’un as julio-claudien et d’un denier en argent de Macrin (217 ap. J.-C.), toutes se situent dans l’intervalle 270-280 ap. J.-C. Une datation couvrant tout le dernier quart du iiie s. et le tout début du ive s. nous paraît donc envisageable.

2.7 Essai de restitution du plan des thermes

66À la suite des importantes fouilles réalisées en 1935-1936 lors de l’agrandissement du Collège de France, A. Grimault expliquait, non sans amertume, que « si on avait pu trouver, perpendiculairement à la rue Saint-Jacques, l’axe de l’entrée de ces thermes, on aurait été singulièrement aidé pour une reconstitution du plan. Des fouilles doivent être continuées pour les nouvelles constructions du Collège de France ; on peut espérer qu’avant dix ans elles apporteront de précieuses indications sur cet axe, la clé du problème » (CVP 238, pièce 14 : 6).

67À l’aide des différentes observations réalisées depuis 1846 dans le quartier du Collège de France, et surtout à la lumière des fouilles de 1994, il nous paraît possible de proposer un nouveau plan pour les thermes de l’Est (plan VII), très largement inspiré de celui réalisé par P-M. Duval (fig. 9), qui lui-même avait puisé dans les travaux de Sellier et de Grimault dans la première moitié du vingtième siècle. Toutefois, il importe de rester prudent, car nous sommes en présence d’un édifice sans doute très remanié, dont le plan est l’aboutissement de près d’un siècle et demi d’histoire. Il est donc bien difficile, surtout avec les données anciennes, de se faire une idée précise du projet d’origine.

  • 2 – Nous remercions les éditions Errance d’avoir bien voulu autoriser la publication de cette illustr (...)

68Une esquisse de restitution graphique (fig. 55) a été réalisée par Jean-Claude Golvin (CNRS)2 pour notre présentation préliminaire (Goudineau, Guyard 1998) ; elle permet de mesurer l’ampleur de l’édifice thermal.

FIG. 55
Proposition de reconstitution des thermes dits du Collège de France vus du sud-est.

69À l’intérieur d’un îlot, dont on peut estimer l’étendue à 200 x 85 m (1,7 ha), l’ensemble thermal pourrait occuper au moins un espace d’environ 150 x 73 m, soit 1,1 ha. Le corps principal, dont l’extension orientale n’est pas connue, pourrait se développer sur au moins 76 x 73 m, ou 85,50 m s’il s’étend vers le nord jusqu’à la rue des Écoles. En effet, lors d’une observation ponctuelle réalisée en 1998, P. Marquis (CVP) a découvert ce qui serait le mur septentrional des thermes, retenant des remblais, en bordure de rue ; une réfection de ce mur, noyée dans des remblais, l’a conduit à proposer une extension tardive de l’édifice vers le nord (communication personnelle). La palestre, quant à elle, occuperait 65 x 71 m, en comprenant un hypothétique bâtiment vers l’entrée occidentale. Comme l’avait montré P.-M. Duval (Duval 1993 : 184), un axe de symétrie O-E semble se dessiner, jalonné par trois salles principales. L’agencement de ces pièces majeures pourrait rapprocher cet édifice des thermes de Néron et deTrajan à Rome, ou encore des bains flaviens de Conimbriga au Portugal, qui adoptent un plan partiellement en ligne, axial, auquel sont adjointes des salles annexes circulaires (tepidarium et sudatorium) aboutissant à un plan cruciforme (Nielsen 1990 : 123, fig. 121). Les salles rondes, caractéristiques de ces édifices, s’inscriraient dans la tradition grecque du « plan circulaire en tholos ou rotonde » (Gros 1996 : 390) ; on les rencontre déjà dans quelques balnéaires grecs et à Rome dans les thermes d’Agrippa (à la fin du ier s. av. J.-C.), mais elles se généralisent à partir du iie s.

70En arrivant par l’ouest, et après avoir traversé la palestre, on pouvait accéder soit directement, soit latéralement par des salles annexes (vestiaires par exemple), dans une vaste salle à piliers (plan VII, F). Les deux murs découverts par Grimault en 1938 (ne figurant pas sur le plan de P.-M. Duval) inviteraient à restituer un pavillon ouvrant sur la cour.

71Grimault et Périn, en 1935-1936, n’ont voulu voir dans la pièce à piliers qu’un jardin avec une fontaine, en raison de la présence de terre végétale et, surtout, de l’absence de sol en béton. Il n’y aurait eu que du terrain naturel (CVP 259, pièce 15 : 8). Le fait nous paraît singulier. Y a-t-il eu destruction depuis les premières fouilles de Sellier en 1902-1904 ? En effet, F.-G. de Pachtère nous dit que le « bétonnage », visible entre la salle ronde et cette pièce aux piliers, « continuait à même hauteur. Il formait le sol d’une vaste salle assez mal connue, dont les deux murs, arasés à hauteur du béton, portaient au-dessus de lui des piliers espacés » (Pachtère 1912 : 72). Cette pièce fermée, abritée, pourrait donc bien être un frigidarium (F), peut-être précédé par une hypothétique piscine extérieure (natatio, N) dont aucune trace n’a été découverte. La taille de la pièce (8,80 x 14,70 m) correspondrait à un quart de la largeur de la palestre. De l’eau arrivait par une canalisation en plomb dans une niche « au sol dallé de liais, aux parois enduites de mortier et recouvertes de marbre blanc » ; elle était placée sur le mur sud entre deux piliers plus importants que les autres (Pachtère 1912 : 72). L’amorce de pilier semblerait indiquer que cette pièce principale avait une certaine élévation, comme ces « basiliques », espaces polyvalents, « salle des pas perdus » (Gros 1996 : 414). En effet, pour les thermes impériaux, cet auteur n’hésite pas à qualifier le frigidarium de « véritable hall [...] comparable à une basilique de forum » (Gros 1996 : 395). La seule chose qui manque à ce frigidarium est une piscine. Peut-être en existait-il dans les renfoncements situés au N-O et au S-O, comme dans les thermes impériaux de Rome (Néron, Titus, Trajan ou même Caracalla), à moins qu’il ne s’agisse de simples pièces de liaison.

72En progressant, on trouvait une salle ronde chauffée (T), probablement la salle tiède, de 16,50 m de diamètre, qui possédait une couronne de piliers rayonnants. Quelques indices (plan et orientation de la forêt de pilettes, espacement de deux piliers rayonnants) permettraient de situer le foyer d’alimentation en chaleur au N-E, ce qui est peu compatible avec l’agencement des autres salles, mais peut induire une chronologie relative (cf. infra).

73Plus loin se tenait la salle chaude (C), vraisemblablement cruciforme, de plus de 210 m2 de surface. Les renfoncements au nord, au sud et à l’est correspondraient peut-être à des alvei chauffés, ces « bassins d’immersions à caractère collectif » (Gros 1996 : 392).

  • 3 – En raison de l’état de conservation de l’hypocauste supérieur et des dégagements importants effec (...)

74À ces éléments fondamentaux s’ajouterait une grande piscine chauffée (PC). Vacquer y aurait vu des gradins ménagés dans les piliers rayonnants (Pachtère 1912 : 73). Ce type d’installation est rare. On doit citer les cas de la grande piscine d’Uriage, chauffée par un système mixte d’hypocauste à pilettes et couloirs rayonnants (Degbomont 1984 : 130, fig. 237), et de la piscine chaude des Fontaines-Salées, datée du IIe s. (Degbomont 1984 : 97). L’existence de piliers plus longs à l’ouest, selon l’axe desquels les pilettes sont orientées (Pachtère 1912 : pl. V), permet de situer le foyer d’alimentation de ce côté, le long d’un égout. Ces canalisations, en plus du rejet des eaux usées, pouvaient servir à faire disparaître les cendres, comme aux thermes de Sainte-Barbe à Trèves (Degbomont 1984 : 35). Si l’on se réfère à la planche V de l’ouvrage de F.-G. de Pachtère (1912), on pourrait aussi supposer que cette piscine ronde est postérieure à la salle tiède centrale. En effet, au sud, l’extrados de l’arc de cercle semble empiéter dessus, condamnant l’accès au praefurnium d’origine3, bien visible. C’est peut-être pour cette raison, entre autres, que l’hypocauste aurait été refait beaucoup plus haut.

75Quant aux pièces chaudes observées au sud, elles seraient peut-être à mettre en relation avec une entrée secondaire (ou sortie ?) au sud des thermes, renforcée par des piliers, et auraient pu servir de vestiaire chauffé (apodyterium), à moins qu’il ne s’agisse d’une salle de sudation (sudatorium) dans laquelle il est nécessaire de passer avant de pénétrer dans le caldarium.

76La salle G1, chauffée selon P.-M. Duval (Duval 1993 : 184), pourrait être interprétée comme étant une grande salle d’exercice, un gymnase chauffé, mais les preuves attestant d’un chauffage sont maigres ; celui-ci n’est proposé qu’à titre d’hypothèse par Grimault en 1938. Dans un terrain difficile, il aurait reconnu deux aires en béton séparées de 1,10 m à 1,20 m : « Le bouleversement de ces deux aires, résultat des travaux successifs entrepris au Collège de France, n’a pas permis de retrouver les hypocaustes qui devaient certainement occuper cet espace. » (CVP 259, pièce 15 : 9). Ce type de gymnase couvert est connu aux thermes memmiens de Bulla Regia (Tunisie), datés du deuxième quart du iiie s. (Broise, Thébert 1993 : fig. 1) (fig. 56).

FIG. 56
Plan de la partie centrale des thermes memmiens à Bulla Regia en Tunisie (d’apr. Broise, Thébert 1993 : fig. 1).

  • 4 – Localité du Val-de-Marne proche de Paris où est visible une partie des piles de l’aqueduc de Lutè (...)
  • 5 – VACQUER (T.). – Manuscrits de fouilles (1844-1898). Bibliothèque historique de la Ville de Paris.

77Plus au sud, une autre très grande salle a été repérée (G2) et pourrait avoir une destination analogue à la précédente. « Ce sont des vestiges de murs romains de grandes dimensions et deux aires parallèles en béton, espacées l’une de l’autre d’un mètre vingt centimètres. Ces aires ont été aperçues sur une surface de mille deux cents mètres carrés. Enfin, dans faire supérieure, une canalisation d’eau analogue à celle d’Arcueil4 a été reconnue sur plus de trente mètres de longueur. Le surplus se poursuit encore sous le sol actuel. » (CVP 238, pièce 14 : 3.) P.-M. Duval ne croyait pas en cette interprétation et voyait dans la canalisation un égout « étant donnée sa position » (Duval 1960 : 164, note 2). Nous ne voyons aucune objection à la présence d’un aqueduc ici, bien au contraire. Les récentes découvertes effectuées par P. Marquis (CVP) à l’institut Curie, sur la montagne Sainte-Geneviève, ont en effet révélé une branche d’aqueduc inédite se dirigeant vers le N-E. Cette maçonnerie, suivant les courbes de niveau, devait contourner la colline pour alimenter les thermes du Collège (plan I, p. 17). Il est possible qu’ensuite, lors de la construction des thermes de Cluny à la fin du iie s. ou au iiie s., on ait prolongé cette canalisation jusqu’au nouveau balnéaire. La branche d’aqueduc connue le long du cardo de la rue Saint-Jacques serait quant à elle plus récente et assez bien datée grâce à une découverte de Théodore Vacquer5, au croisement de la rue Saint-Jacques et de la rue Gay-Lussac. Il placerait la canalisation dans une couche de voirie (nommée macadam) postérieure au début du ive s. c’est-à-dire après l’abandon des thermes de l’Est. Une nouvelle adduction d’eau aurait été construite pour alimenter les thermes de Cluny après la disparition des thermes de l’Est.

78Vers le nord du bloc thermal, différentes pièces, apparemment non chauffées, complètent le dispositif sans que nous ne connaissions leur fonction et leur disposition. Quelques murs découverts par Vacquer en 1894 et non repris par P.-M. Duval, sans doute mal orientés et mal proportionnés, semblent s’intégrer assez bien au complexe thermal, en permettant de prolonger quelques maçonneries observées plus à l’ouest. La nécessité d’aménager une terrasse pour les thermes a dû, lors des destructions tardives, faciliter plus fortement l’arasement de cette partie actuellement en contrebas du Collège.

79À l’est des salles chauffées, aucune découverte ne permet d’évaluer l’étendue des thermes, mais on peut estimer qu’ils ne devaient pas aller très loin, une faible bande étant suffisante comme aire de service.

2.8 La datation de l’édifice thermal

80Les principaux éléments qui nous permettent de dater la construction et l’évolution de l’édifice thermal sont les céramiques provenant des remblais succédant à la phase 3, celles découvertes dans une fosse juste antérieure à la constitution du sol de silex de la palestre (cf. supra 2.3.8) et les données provenant de l’étude de l’atelier métallurgique (cf. supra § 2.5).

81Le matériel céramique de la phase 3, ainsi que celui contenu dans les premiers remblais d’installation (phase 4), ne dépasse pas la fin du ier s. (jusqu’à 100 ap. J.-C. environ), mais l’absence de service flavien dans la sigillée incite à « vieillir » la datation du lot céramique en la situant vers le début du dernier quart du ier s. (cf. infra § 7.2). L’apparition des thermes de l’Est aurait-elle donc eu lieu sous le règne des Flaviens ? Ceci vieillit de plus d’un demi-siècle la date proposée par P-M. Duval (Duval 1993 : 185) qui se fondait sur la présence de cordons de briques (attribués au iie s.) et sur un chapiteau datable alors du iie ou du iiie s. (on sait maintenant que ces critères architecturaux ne sont plus valables). Son antériorité par rapport aux thermes de Cluny n’était donc pas attestée.

82Le « véritable » sol de la palestre, ou du moins celui qui nous paraît le plus achevé, aurait été aménagé vers la fin du règne de Marc-Aurèle ou au début de celui de Commode (vers 180 d’après la sigillée), après une première campagne de transformations dont témoignent les éléments de démolition d’origine thermale retrouvés dans la fosse CS 273 (datée du milieu du iie s.). D’importants travaux de transformation auraient nécessité, à la fin du iie s. et au début du iiie s., l’aménagement d’un atelier métallurgique temporaire, à la fois spécialisé dans le forgeage de fer et dans la production de volumineux objets coulés en alliage cuivreux (cf. supra § 2.5).

2.9 La destruction des thermes

83L’abandon de l’entretien de la palestre (cf. supra § 2.6), à lui seul, nous aurait interdit d’affirmer que les thermes étaient abandonnés et détruits, mais la découverte, dans la cour Letarouilly, d’un niveau de remblai riche en matériel thermal de toute nature nous permet de conforter cette hypothèse. Il s’agirait donc d’un nouvel indice de cette période de crise et de mutation à Lutèce. En effet, dès le milieu du iiie s., les quartiers méridionaux de la ville sont délaissés (Fleury 1987) et l’abandon est généralisé à la fin du siècle ; sur la rive droite, le cardo ne semble plus être nettoyé durant cette phase (Guyard 1994a : 122), au moins jusqu’au début du ive s. Toutefois, de même que pour le cardo de la rive droite, cette absence d’entretien apparent de la palestre n’implique pas un abandon total des lieux, le numéraire en fait foi. Une zone d’activité de boucherie (rejets) le long du cardo, à l’extrémité occidentale de la palestre, l’atteste aussi et signe l’abandon de cette partie comme lieu d’activités gymniques. L’étude des matériaux de construction montre par ailleurs qu’une destruction importante d’au moins une partie de l’édifice a eu lieu entre la fin du iiie s. et le début du ive s., sans doute progressivement.

84Dans le secteur de la cour Letarouilly situé à l’emplacement de l’ancien four métallurgique, le tassement du comblement de la fosse a entraîné un apport de remblais servant plus ou moins de sol, caractérisés par une grande abondance de matériaux (terres cuites architecturales, lapidaire, céramique et faune). Les terres cuites architecturales (fig. 57) sont surtout représentées par des tegulae et imbrices (environ 90 par US ; il convient d’ajouter aux tegulae et imbrices 350 à 750 indéterminés, sans doute des fragments de tegulae). Les effectifs des briques sont par contre très faibles (de 20 à 30 par US). On notera en revanche une bonne représentation des matériaux typiquement « thermaux » (tubuli, briques striées, séparateurs) à l’exception des pilettes et des dalles d’hypocaustes, absentes. Quant à la pierre, elle est surtout représentée par un grand nombre de placages et/ou dallages de calcaire et de marbre, quelques plinthes et moulures et d’autres éléments sculptés dont un fragment de chapiteau et surtout des éléments de pilastres cannelés (fig. 180).

FIG. 57
Effectif des matériaux de construction (partie nord de la zone 1). T.I. tegulae et imbrices ; Briq. briques ; TAS tubuli et briques striées ; Sép. séparateurs (bobines entretoises) ; Mb-Ca marbre et calcaires (dallages et placages).

85Ces éléments sembleraient indiquer une récupération sélective et peut-être logiquement ordonnée. La faible représentation des briques pourrait laisser penser que les murs sont restés en partie en élévation (un morceau de cordon de brique indique cependant qu’il y a eu démontage de maçonnerie), tandis que l’on dépeçait méthodiquement l’édifice thermal de sa parure et de sa couverture (?) : revêtements de marbre, enduits, systèmes de chauffage en élévation (tubuli, briques striées et séparateurs), tuiles de couverture. En revanche, il faut remarquer l’absence de moellons et de fiches en « T » utilisées pour la fixation des tubuli, des briques striées et aussi des plaques de pierre.

86Cet abandon et ce « démontage » n’ont d’ailleurs rien de surprenant. En raison de l’exode ou du moins de la récession urbaine qui caractérise cette période, le fonctionnement simultané de trois édifices thermaux (ceux du Collège de France, de Cluny et de la rue Gay-Lussac) ne se justifiait sans doute plus, à la fois pour des raisons économiques (approvisionnement en bois coûteux, personnel d’entretien) et pratiques (population moindre, isolement des édifices). Cet abandon probable s’inscrit tout à fait dans le cours de l’histoire. On ne compte plus les villes où l’on a retrouvé les marques d’un abandon de quartiers entiers et d’édifices publics. C’est le cas des cités voisines de Lutèce, telles Autri. cum/Chartres, Mediolanum Aulercorum/Évreux, Samaro. brival Amiens, et latinum/meaux, ainsi que des agglomérations secondaires de Metlosedum/Melun et Dioduruml Jouars-Ponchartrain.

87La faune, très abondante, est à mettre en relation avec l’activité de boucherie repérée dans la cour Letarouilly (cf. infra § 3.1). On doit noter à ce sujet l’abondance d’épiphyses d’os de bœufs sciées en vue de la récupération de la partie médiane (et peut-être de la moelle comme pour le cas précédent, cf. supra § 2.5.1.4), sans doute pour la réalisation d’objets en os, bien qu’aucun élément du travail de l’os ne soit à signaler pour le site du Collège de France.

Notes

1 – Fouilles de Laurent Guyard (conseil général de l’Eure).

2 – Nous remercions les éditions Errance d’avoir bien voulu autoriser la publication de cette illustration.

3 – En raison de l’état de conservation de l’hypocauste supérieur et des dégagements importants effectués lors des fouilles anciennes, nous pensons que l’hypocauste représenté est celui du niveau inférieur.

4 – Localité du Val-de-Marne proche de Paris où est visible une partie des piles de l’aqueduc de Lutèce franchissant la Bièvre.

5 – VACQUER (T.). – Manuscrits de fouilles (1844-1898). Bibliothèque historique de la Ville de Paris.

Table des illustrations

Légende PLAN VII Plan synthétique des thermes de l’Est et des principaux vestiges découverts en 1994 (phases 4-6).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21762/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende FIG. 37Vue en coupe des couches de déchets de taille dans l’angle sud-est de la cour d’honneur (phase 4). Les blocs de pierre situés plus haut correspondent au sol fini de la palestre des thermes de l’Est.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21762/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 38 Dalles de liais à la base des remblais d’installation de la palestre (phase 4).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21762/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 39 La fosse CS 273 (phase 5) dont une partie du fond s’est affaissée dans une fosse circulaire antérieure.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21762/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 40 Plan du sol de la palestre des thermes de l’Est (phase 5) et implantation de l’atelier métallurgique (phase 6).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21762/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 41 Vue du dallage de liais (phase 5).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21762/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 42 Plan du dallage de liais (phase 5).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21762/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 43 Dallage monumental dans la palestre (phase 5). Restitution possible du mode d’agencement des dalles.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21762/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende FIG. 44 Tassement du sol de la palestre à l’emplacement d’une fosse du début du Ier s. (phase 5).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21762/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. 45 Relevés de Ch. Sellier lors des fouilles de 1902 (Pachtère 1912 : pl. III).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21762/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 46 Vue générale du four CS 141 avant la fouille et après l’enlèvement des remblais superficiels.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21762/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 47 Vue en coupe du four CS 141.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21762/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 48 Le four CS 141. a profil ; b plan.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21762/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 49 Coupe d’un tubulus réutilisé en tuyère.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21762/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende FIG. 50 Éléments de tuyère réalisés à partir de tubuli (phases 5-6).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21762/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende FIG. 51 Conduites en terre cuite pour l’écoulement du métal (phases 5-6) noyées dans du plâtre ou du mortier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21762/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende FIG. 52 Coupes de canalisations en terre cuite servant à la coulée du métal (phase 5-6).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21762/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende FIG. 53 Coupe schématique représentant le fonctionnement théorique de l’atelier métallurgique à l’intérieur de la palestre des thermes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21762/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. 54 Sol de la palestre (phase 6) dans la partie sud de la cour d’honneur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21762/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 55 Proposition de reconstitution des thermes dits du Collège de France vus du sud-est.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21762/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 56 Plan de la partie centrale des thermes memmiens à Bulla Regia en Tunisie (d’apr. Broise, Thébert 1993 : fig. 1).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21762/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 57 Effectif des matériaux de construction (partie nord de la zone 1). T.I. tegulae et imbrices ; Briq. briques ; TAS tubuli et briques striées ; Sép. séparateurs (bobines entretoises) ; Mb-Ca marbre et calcaires (dallages et placages).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21762/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 30k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search