Version classiqueVersion mobile

Le Collège de France (Paris)

 | 
Laurent Guyard

Première partie. L’Antiquité et le haut Moyen Âge (ier s. av. J.-C.-viiie s. ap. J.-C.)

Chapitre 1. L’occupation primitive de la ville

Laurent Guyard

Texte intégral

1.1 Les premiers niveaux (phase 1)

1L’occupation la plus ancienne, datable de l’époque augustéenne, a été repérée au sud de la cour d’honneur sur une surface de 70 m2 sur le sommet du substrat alluvionnaire. Les vestiges se trouvaient à l’état de lambeaux, conservés entre les creusements de fosses postérieures (plan II et fig. 16). Il s’agit d’une série de petites fosses et trous de poteau auxquels on peut associer deux creusements plus encaissés (CS 327 et CS 335). Les structures étaient plus ou moins liées à des niveaux de sols peu stratifiés correspondant vraisemblablement au paléosol primitif piétiné. Nous pourrions rattacher à cette phase les restes d’un foyer (CS 169) et d’un trou de poteau, respectivement observés cour Letarouilly, entre deux fosses postérieures, et cour Budé.

PLAN II
Vestiges augustéens précoces (phase 1a).

FIG. 16
Les vestiges augustéens précoces (phase 1a) dans la partie sud de la cour d’honneur.

2La majorité des creusements (fig. 17-19) consiste en trous de piquet et poteau, d’un diamètre variant de 6 à 63 cm (20-40 cm en moyenne) pour une profondeur de 5 à 60 cm (20-40 cm en moyenne), qui indiquent un mode de construction et des bâtiments de type rural. Un seul calage a été observé (CS 356). Le remplissage est homogène (sable et gravier brun clair) ; il est composé uniquement par le matériau provenant du sol brun primitif, ce qui corrobore sa contemporanéité avec les sols qui y étaient associés. Ces derniers ne devaient pas être « construits », sauf s’il s’agissait de planchers ou de structures de type greniers surélevés. La différence est nette avec les vestiges de l’occupation de la période suivante (à Paris, les sols du ier s. ap. J.-C. sont souvent réalisés en argile ou marne jaune). Les niveaux précoces de la rue Saint-Martin et de la rue Pierre-et-Marie-Curie (Paris Ve) présentent les mêmes caractéristiques (Guyard 1993a ; Du Bouëtiez 1993 ; Robin 1993) ; il en est de même à Chelles (Coxall et al. 1994 : 27). Quelques bioturbations ont aussi été observées (trous et galeries d’animaux fouisseurs ?).

FIG. 17
Les vestiges augustéens précoces (phase 1a) de la cour d’honneur. Remarquer la profondeur par rapport au sol de la cour (seuil de la porte).

FIG. 18
Les vestiges augustéens précoces (phase 1a) de la cour d’honneur vus du sud.

FIG. 19
Coupe des creusements augustéens précoces (phase 1a).

3Dans ces contextes, on a collecté très peu de céramique non tournée, de céramique sigillée et de céramique à paroi fine (cf. infra § 7.2). Les lots sont essentiellement composés d’amphores de type Dressel 1 b et de céramiques communes noires. Le répertoire de ces dernières est assez proche de celui de la rue Saint-Martin (Guyard 1999), de Nanterre (Aubry 1994 : 32-33), de Chelles (Coxall et al. 1994 : 27) et de celui de certains oppida de la vallée de l’Aisne. Rue Saint-Martin, ces matériels sont datés de la seconde moitié du ier s. av. J.-C. ; une datation plus restreinte (env. -30/-25 à +5) avait été proposée (Guyard 1993a : 48 ; 1994a : 121) mais elle pourrait remonter jusqu’aux alentours de la Conquête (Guyard 1996 ; 1999), ainsi qu’il en est à Chartres (Joly 1988 : 21). Le mobilier accuse encore des caractères laténiens fortement prononcés (grands vases élancés sur pied annulaire, lèvre éversée avec bourrelet externe...) ; on note en même temps une plus grande rareté des céramiques non tournées, caractéristique que l’on attribue à l’époque augustéenne. Le Collège de France s’inscrit donc dans la liste des gisements qui fournissent un matériel assez ancien associé avec des structures d’habitat de type rural.

4Ces sites se trouvent de part et d’autre du fleuve, à proximité de celui-ci mais hors de sa zone d’inondation. Les vestiges augustéens les plus importants ont été retrouvés sur le flanc sud de la montagne Sainte-Geneviève (Du Bouëtiez 1993 ; Robin 1993), aux alentours du futur pôle que constituera à la fin du ier s. le forum de la rue Soufflot (fig. 8). Le matériel de ces fouilles est sans équivoque : les sigillées arétines ou des succursales d’Arezzo (Marquis 1993 : 129), ainsi que les céramiques à parois fines de la vallée du Rhône sont présentes dans tous les cas (Du Bouëtiez 1993) ; ces éléments nous semblent être des marqueurs de la fin de l’époque augustéenne ou du début du règne de Tibère. Rue Saint-Martin, ce type de mobilier est surtout associé à l’état 1 du cardo, datable au plus tôt des années 5-10 ap. J.-C. (Guyard 1993a : 49 ; 1994a : 121, 122), si l’on se fonde sur des découvertes effectuées dans file de la Cité. En effet, une série de pieux découverts sous le cardo a été datée de 4 ap. J.-C. par dendrochronologie (Trénard et al. 1993 : 68-71) ; bien qu’elle ait été identifiée comme un possible ponton, nous préférons y voir le premier pont, de construction modeste, correspondant à la première et maigre chaussée du cardo construite sur la rive droite (Guyard 1994a : 125 ; 1999).

1.2 L’extraction de matériaux : un indice de la mise en place du plan urbain

5Le deuxième niveau repéré sur le site est caractérisé par une série de grandes fosses d’extraction de sables et graviers de silex alluvionnaire. La cour d’honneur n’en a livré qu’une seule. Les plus importantes ont été repérées cour Lerarouilly, près du futur cardo. Quatre d’entre elles, creusées dans le sol naturel (alluvions anciennes) à partir d’altitudes variant entre 41,11 et 41,45 m NGF (plan III et fig. 20), se présentent sous une forme grossièrement circulaire (cour Letarouilly), leur diamètre est respectivement de 4 m, 3,50 m et 2,40 m. L’une d’elles est formée de trois creusements qui se recoupent. Les bords ont subi des effondrements en raison de la nature du sol (sables et graviers). Le fond des creusements est irrégulier, c’est-à-dire surcreusé en de nombreux endroits ; la profondeur maximale se situe entre 0,80 et 0,90 m. Aucune fosse n’a de remplissage rappelant celui d’un dépotoir. On observe dans le fond de la fosse CS 161 une couche irrégulière d’environ 35 cm d’épaisseur composée de sables et graviers dont la couleur gris-verdâtre, due à l’oxydation, indique un séjour à l’air libre. L’absence de remplissage de type détritique et la position stratigraphique amènent donc à interpréter ces creusements comme étant des fosses d’extraction de matériaux. Ces creusements ont provoqué d’importants affaissements des strates supérieures durant l’Antiquité et le début du haut Moyen Âge (fig. 21).

PLAN III
Fosses d’extraction du début du Ier s. (phase 1b).

FIG. 20
Fosses d’extraction du début du Ier s. (phase 1b) dans la cour Letarouilly.

FIG. 21
Affaissement des sols du Ier s. dans une fosse antérieure.

6Pour des raisons techniques, la partie nord de la cour Letarouilly n’a pu être fouillée jusqu’au sol géologique. On peut cependant supposer l’existence d’une grande fosse creusée dans les sables et graviers, car tous les niveaux supérieurs au centre de cette zone se trouvent affectés par un vaste effondrement visible sur plus de deux mètres de hauteur. Le bord de cette excavation a été délimité à l’ouest sur environ 0,70 m. Le diamètre estimé est supérieur à 3 m.

7Dans l’angle S-E de la cour d’honneur, a été fouillée une autre fosse à la forme et au fond irréguliers que l’on peut rattacher à l’ensemble précédemment décrit : il s’agit d’un creusement qui a été observé sur une longueur de 4,50 m, une largeur de 1,70 m et une profondeur de 30 cm environ. Seule la partie supérieure des alluvions a été extraite. Le niveau de fond de fouille (41,70 m NGF environ) correspond à la partie très argileuse des sables et graviers, dont la nature devait être impropre à l’usage prévu. Cette fosse, qui a dû être laissée à l’air libre, a constitué une dépression qui ne fut comblée que très tard, à la fin de la phase 2.

8Le matériel céramique retrouvé dans les comblements de ces fosses est peu abondant. Celui retrouvé dans les sols supérieurs les plus anciens ne remonte pas en deçà du règne de Tibère (14-37 ap. J.-C.). Il est caractérisé par la présence de céramiques à parois fines de la vallée du Rhône et surtout par des bouteilles en pâte fine blanche et des céramiques brunes dorées au mica. Les amphores de type Dressel 1b, qui pourtant ne circulent plus depuis longtemps, restent très présentes. Si la présence de ce matériel pose le problème de l’ancienneté de l’occupation du site parisien, sur lequel nous reviendrons plus loin (cf. infra § 1.3), les éléments les plus récents imposent une datation couvrant le premier quart du ier s. ap. J.-C. pour l’utilisation de ces fosses.

9Quelle fut leur fonction ? Tout ce qui précède ne permet qu’une hypothèse : l’extraction de matière première. Au début du ier s., le programme d’urbanisation de Lutèce implique la construction de rues. Toutes les fouilles réalisées sur les voiries de la montagne Sainte-Geneviève semblent le confirmer. Rue Saint-Martin (rive droite), le cardo augustéen constitué d’un simple « macadam » est refait selon un procédé classique plus lourd, avec radier, remblai de sables et graviers (rudus et nucleus) et surface de roulement (summum dorsum) composée de gravier calibré tassé (Guyard 1993a : 87-88). Il en va de même dans l’île de la Cité où l’état de voirie le plus ancien est composé d’un épais remblai de sable et gravier qui surmonte un aménagement de bois que nous associons à l’état 1 du cardo de la rue Saint-Martin (Guyard 1993a : 49 ; 1994a : 121-122). Cette chronologie s’appuie sur le mobilier tibérien recueilli et sur le « temps nécessaire au dépôt de vase et de sable » (Trénard et al. 1993 : 71).

1.3 Les premiers temps de Lutetia

10Les fouilles du Collège de France offrent un découpage d’une grande netteté qui nous permet de réfléchir sur Lutèce entre la Conquête césarienne et la fin du règne d’Auguste. En effet, entre la ville gauloise « située dans une île de la Seine » (César, Rat 1964 : VII, 57) et incendiée en ‑52, que l’on n’a toujours pas retrouvée (Busson 1996 ; 1998), et la ville augustéenne principalement juchée sur la colline, on pensait jusqu’alors qu’un hiatus d’au moins un quart de siècle avait subsisté (Busson 1998 : 74). Ne peut-on imaginer une évolution plus lente, la « nouvelle ville » se créant précocement après la Conquête, s’installant, se développant sur quelques décennies ?

11L’hypothèse d’une agglomération uniquement localisée sur la montagne Sainte-Geneviève durant le règne d’Auguste n’est plus recevable, en raison des découvertes effectuées sur la rive droite de la Seine. Celles-ci, associées aux résultats des fouilles du Collège de France, impliquent une première occupation du sol assez longue qui a précédé la création du parcellaire urbain. Chronologie et considérations spatiales amènent à proposer le schéma suivant.

12La première phase (la) pourrait correspondre à la prise de possession du sol de la nouvelle Lutèce, sans une structuration nette, ou du moins sans que celle-ci ne soit actuellement bien perçue, peut-être dès le milieu du ier s. av. J.-C. Les vestiges récemment découverts rive droite (rue Saint-Martin et peut-être rue du cloître Saint-Merri [Guyard 1993a : 35 et suiv.]) pourraient correspondre à l’un des premiers pôles habités, au plus près du fleuve. L’agencement et la densité des structures sont à rapprocher des concentrations observées sur les oppida de la vallée de l’Oise tels Villeneuve-Saint-Germain et Pommiers ; ils plaident en faveur d’une intense occupation (les creusements sont souvent très rapprochés), assez longue (deux ou trois phases ont été distinguées rue Saint-Martin sous le cardo), qui succéderait de peu à la Conquête. Durant cette phase, que l’on pourrait qualifier de proto-urbaine, un second pôle beaucoup plus important apparaîtrait au sommet de la montagne Sainte-Geneviève. Identiques aux structures de la rive droite, les vestiges repérés lors des différentes fouilles menées par la Commission du Vieux Paris semblent aussi échapper à un urbanisme rigoureux car aucune orientation dominante n’y a été repérée (Du Bouëtiez 1993 : 137 ; Guyard 1996 : 238 ; Robin 1997 : 245-246). L’une des caractéristiques de ces occupations précoces réside dans la nature des vestiges : il s’agit exclusivement de trous de poteau, de fosses, de fossés et de tranchées pour sablières basses. Aucun sol aménagé, construit, n’est à signaler ; seul le terrain naturel, la terre arable initiale, est occupé (Du Bouëtiez 1993 : 137 ; Guyard 1996 : 238 ; Robin 1997 : 243).

13Ces découvertes semblent montrer que, à Lutèce comme à Chartres (Joly 1988 : 21), le futur territoire de la ville a été occupé à date haute. Quand ? Il serait primordial d’affiner la chronologie à l’intérieur du demi-siècle qui va de la Conquête césarienne au changement d’ère. Le matériel étudié sur les sites de la colline est manifestement augustéen (Du Bouëtiez 1993 : 138) et se signale par la présence de gobelets d’Aco et de sigillées de tradition italique. Rive droite, l’absence de ces indicateurs chronologiques, l’abondance des amphores Dressel 1b, ainsi que les trois phases d’occupation sous le cardo incitent à proposer une datation plus haute (Guyard 1999). Si tel était le cas, se dessinerait une occupation très précoce sur les bords du fleuve et dans le secteur du Collège de France, sur les pentes septentrionales de la colline, là aussi à proximité de la Seine. Rien que de logique, lorsqu’on sait le rôle des voies d’eau. Que, par la suite, les notables de Lutèce aient décidé l’implantation de la ville « officielle » sur la montagne Sainte-Geneviève –implantation qui nécessita du temps et des travaux– on ne saurait s’en étonner : le terrain était plus favorable et plus conforme aux normes habituelles. Mais les deux phénomènes ne se contredisent pas : nombreuses sont les villes gallo-romaines dont la voirie, le centre monumental et les équipements ne furent créés qu’au terme de plusieurs décennies.

14Nous suggérerions donc volontiers qu’avant l’équipement de la montagne Sainte-Geneviève, et dès les années postérieures à la Conquête, existait une Lutèce gallo-romaine proche de la Seine –sans exclure d’ailleurs, comme on vient de le proposer (Poux 1999), d’autres points d’implantations, peut-être militaires– faite d’aménagements sommaires. Sans doute fallut-il du temps pour concevoir la Lutèce organisée dont nous retrouvons les vestiges. D’ailleurs, la colline était-elle défrichée à cette époque, et donc habitable ? Les données paléoenvironnementales ne sont pas concordantes. Les traces de dessouchage découvertes à la base de la stratigraphie place André-Honnorat, en limite sud-ouest de la ville, en 1990 (Busson 1992 : 10) corroborent l’hypothèse d’un espace à éclaircir de sa végétation (Robin 1997 : 241). A contrario, les analyses palynologiques effectuées dans le secteur indiquent un paysage « très découvert et peu arboré, composé essentiellement d’herbacées, et déjà très anthropisé » (Robin 1997 : 242). Quoi qu’il en soit, nous inclinons à restituer une agglomération pré augustéenne et augustéenne ancienne, antérieure à la « ville » du Haut-Empire.

15C’est vers la fin du règne d’Auguste et sous Tibère qu’apparaît le plan de Lutèce (Busson 1998 : 74), dont les principaux axes serviront de trame à la restructuration des habitats augustéens de la colline. Les fosses d’extraction de sables et de graviers (phase 1 b) repérées au Collège de France doivent être mises en relation avec le besoin de matières premières pour la construction des rues et s’intègrent à ce schéma de développement de la ville au sommet de la colline. Les étapes suivantes seront marquées par l’essor d’habitats en bois (phase 2), puis par la construction des monuments publics (phases 3 et 4).

1.4 L’habitat du ier s. (phase 2)

16Cette phase, subdivisée en deux séquences principales (2a et 2b), est caractérisée par l’apparition d’un « habitat » riverain de la rue Saint-Jacques (plans IV et V, p. 19), axe qui correspond au cardo maximus de la ville romaine.

PLAN IV
Premier état de l’habitat du Iers. (phase 2a).

PLAN V
Second état de l’habitat du Ier s. (phase 2b).

17Cour Letarouilly, les fosses d’extraction antérieures sont scellées par une succession de niveaux brun-rouge feuilletés alternant avec des sols de graviers et de fins niveaux d’argile (fig. 21). À ces aménagements de sols sont associées plusieurs structures servant de limites (sablières basses, solins) ainsi que des trous de poteau. L’épaisseur de cette séquence stratigraphique est de 50-70 cm cour Letarouilly, la même séquence ne dépassant pas 30-40 cm dans la cour d’honneur. L’exiguïté des surfaces en fond de fouille n’a pas permis de dégager un plan d’ensemble cohérent. L’aspect général semblerait être celui d’un bâti riverain de la rue Saint-Jacques comportant ses principales pièces sur la rue, les zones arrière (cour d’honneur) étant dévolues à des activités secondaires (extraction, rejet et éventuellement stabulation d’animaux). La limite nord de l’espace bâti est mal connue, en raison de la perforation du terrain par les caves médiévales. L’hypothèse de l’existence d’un large fossé (cf infra § 1.5) à la fin de cette période peut être considérée comme acquise. Au début, il est probable que tout l’îlot ait été occupé.

18Les niveaux brun-rouge de la cour Letarouilly (une seule couche très fine a été repérée dans la cour d’honneur) font chacun entre 5 et 15 cm d’épaisseur. Il s’agit de niveaux d’occupation constitués de bois ou de végétaux décomposés et dans une moindre mesure de charbons de bois, mais peut-être également d’autres matériaux organiques (paille, chaume...). Le bois observé à l’œil nu se présente sous la forme de très nombreux petits fragments. Quelques éléments semblent être de taille plus importante, 10 cm maximum, et sont peut-être les vestiges de planches, de sablières ou de charpente.

19L’épaisseur de ces niveaux suggère la présence sur ces lieux d’un intense travail du bois (découpe de charpente, confection de poteaux, menuiserie), plutôt que des traces de démolition ou de décomposition sur place de bâtis en bois (la fréquence de ces dépôts sur les différents sols d’argile ne plaide pas en ce sens). L’examen de deux échantillons a permis à M. Koëniger, professeur d’archéobotanique à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, de reconnaître du pin. La présence de ce bois trouve sa justification dans l’usage de cette essence, dont certaines parties étaient « d’un fort bon usage dans la menuiserie », selon Vitruve (II, 9). Cette découverte est à rapprocher de celles des fouilles de la rue de la Bûcherie en 1982, distante de 400 m vers le N-E, près de la Seine (Marquis 1984 : 110-111). Doit-on voir dans ces restes les traces d’une spécialisation du quartier dans le travail du bois, près du fleuve, ou simplement le hasard d’une meilleure conservation de ce matériau dans cette zone basse de la ville ?

20L’existence d’habitations est peu probable car nous n’avons pas retrouvé de niveaux de sols intérieurs bien constitués et entretenus, ni de structures annexes à l’exception d’une portion d’un petit bâtiment sur poteaux, que nous avons mise en relation avec la présence de grands animaux, en raison de l’existence d’empreintes dans les sédiments. L’étude effectuée par Françoise Bouchet, à partir des prélèvements effectués dans la fosse 267 et dans le sédiment comportant les empreintes, a permis d’identifier de nombreux parasites de cheval (Bouchet 1995), éléments auxquels on peut associer la découverte, dans une fosse contemporaine proche (CS 315), d’une partie de carcasse de cheval en connexion anatomique partielle (fig. 22).

FIG. 22
Carcasse de cheval au sommet d’une fosse (phase 2a).

1.4.1 Le premier état (phase 2a)

21Cet état ancien est matérialisé cour Letarouilly par la présence de deux petits trous de poteau (CS 163, CS 162) et de trois alignements de pierres, l’un N-S (M 111), l’autre E-O (M 112), que nous avons interprétés comme étant des fondations sommaires pour sablière basse (fig. 23, 24). Les niveaux associés à cette phase sont des sols de sable, de gravier et d’argile jaune surmontés de couches d’occupation. La caractéristique principale de l’occupation de cette période est la présence d’une quantité considérable de morceaux de bois (copeaux, fragments linéaires), retrouvés dans un assez bon état de conservation. La datation proposée ne peut être établie avec les quatre monnaies recueillies dans cette zone : les trois exemplaires identifiables sont deux bronzes frappés à la légende ECCAIOS (classes I et II), attribués aux Parisii et postérieurs à -49/-47, et un denier fourré des Sequani à la légende TOGIRIX, postérieur à -80 (cf. infra § 9.2, les monnaies gauloises).

FIG. 23
Plan des vestiges du premier état de l’habitat du Ier s. (phase 2a) découverts cour Letarouilly.

FIG. 24
Solins de pierres sèches (phase 2a) dans le secteur sud de la cour Letarouilly. Ces alignements de pierres supportaient des sablières basses en bois.

  • 1 – Une dépression non interprétée pendant la fouille avait été observée sur le sol de la fin du ive (...)

22Dans la cour d’honneur (fig. 25), six fosses ainsi que quelques petits creusements semblent correspondre à cette séquence à l’intérieur de laquelle une chronologie plus fine est sans doute possible. La fonction des fosses n’est pas évidente ; elle a pu évoluer au fil du temps. Il pourrait s’agir à l’origine de fosses d’extraction (pour la réfection des sols en gravier par exemple). On ne peut pas non plus les considérer comme de réelles fosses-dépotoirs, en raison de la faible abondance des gros rejets de céramique et de faune. Toutefois, elles sont comblées d’un sédiment stratifié riche en matières organiques, dont le tassement (fig. 26, 27) a duré longtemps (pendant au moins 250 ans pour CS 291)1. La paléoparasitologie n’a pas permis de déterminer nettement quelle était la nature et la fonction du remplissage : si l’hypothèse de fosses d’aisances ne peut être écartée pour CS 267, en revanche quelques indices suggèrent que les nombreux œufs de parasites observés (communs au porc et à l’homme) proviendraient plutôt de Suidés (Bouchet 1995). La situation de ces fosses par rapport à la zone bâtie de la cour Letarouilly indique que, durant cette séquence, l’habitat était concentré vers le cardo et donc peu étendu vers l’est (environ 30-40 m par rapport à la rue). L’une de ces fosses (CS 267) a livré un semis d’Auguste frappé à Lyon en 10 ap. J.-C.

FIG. 25
Plan des vestiges du premier état de l’habitat du Ier s. (phase 2a) découverts dans la cour d’honneur.

FIG. 26
Coupe de la fosse CS 272 (phase 2a) dans la cour d’honneur.

FIG. 27
La fosse CS 267 (phase 2a) dans la cour d’honneur. Remarquer le tassement des sols et des remblais supérieurs.

1.4.2 Le second état (phase 2b)

23Ce second état de construction forme l’un des ensembles les mieux conservés du site (plan V et fig. 28). Il a été dégagé sur presque toute la superficie du secteur sud de la cour Letarouilly, soit environ 24 m2 ; la partie nord n’a pu être fouillée pour des raisons techniques. Cet habitat se compose de quatre sablières basses et d’un sol en argile. C’est durant cette phase que semble apparaître le système de couverture en tuiles.

FIG. 28
Plan du second état de l’habitat du Ier s. (phase 2b). L’empiétement du bâti sur les anciennes zones dépotoirs est très net.

24Dans la cour Letarouilly, deux sablières basses, distantes de 3,20 m, sont orientées N-S (fig. 29). La sablière située à l’est se présentait sous forme d’empreinte, c’est-à-dire d’un creux de 1,80 m de longueur pour 13 à 15 cm de large et 10 cm de profondeur, au fond duquel subsistaient quelques morceaux de bois. En revanche, celle située à l’ouest était en bon état de conservation, les fibres du bois étant visibles sur toute la longueur de la poutre : elle mesurait 3,20 m de long et près de 16 cm de large. Une troisième sablière placée à 1 m à l’ouest de la première s’arrêtait au poteau est. Une quatrième, orientée E-O, devait buter sur la première. Le sol associé à ces aménagements était formé d’une couche de limon argileux jaune d’environ 5 cm d’épaisseur. Deux trous distants de 2,30 m (CS 143, CS 144), avec pierres de calage à l’intérieur et autour de la cavité, ont été creusés pour recevoir un poteau d’environ 35 cm de diamètre. Ils sont alignés E-O (fig. 29) et une troisième structure (trou de poteau ou base, CS 142), située dans le même alignement, plus à l’est, n’a pu être fouillée. La présence de ces trous de poteau semble peu compatible avec un habitat sur sablière basse, structure porteuse par elle-même. Il pourrait s’agir d’une étape de construction plus tardive. L’espacement des sablières entre elles et celui des bases/trous de poteau est identique, indice qui pourrait plaider en faveur de l’hypothèse de deux phases distinctes, avec un déplacement des structures porteuses vers l’ouest.

FIG 29
Sablières en bois (phase 2b), bases et calages de poteau (phase 3 ?) dans le secteur sud de la cour Letarouilly.

25Le sol, les sablières et les deux trous de poteau étaient couverts par une couche d’incendie, une strate de limon argileux plus ou moins brûlé, avec des parties moins charbonneuses au sein desquelles il fut possible de discerner des restes de bois.

26Dans la cour d’honneur, ce second état de l’habitat est aussi marqué par l’apparition de tranchées pour sablières (?) et de sols d’argile (des poches de copeaux de bois pourris, identiques à ceux observés cour Letarouilly, ont aussi été repérées dans ce secteur), qui traduisent une extension du bâti vers les zones arrière des constructions primitives. Il s’agit principalement de tranchées, creusées en « v », pour lesquelles aucun plan d’ensemble correct ne se dégage ; seules deux portions de pièces apparaissent clairement dans l’angle S-O de la cour (fig. 30), qui correspondent à deux phases successives : l’angle de pièce CS 274-276 a été recoupé par une pièce installée plus à l’est (largeur : 5,60 m) dont les tranchées (CS 271-283-284) sont plus larges.

FIG. 30
Les tranchées de fondation (phase 2b) dans l’angle sud-ouest de la cour d’honneur.

27Toutefois, il semblerait que la partie S-E de la cour d’honneur n’ait pas été couverte et qu elle ait été réservée au parcage d’animaux ou à d’autres fonctions domestiques. Une fosse très profonde (CS 328), située le long de l’aile orientale du Collège, semble d’ailleurs avoir servi de dépotoir occasionnel.

28Le mobilier céramique trouvé en association avec les sols indique une occupation couvrant la fin de la période libérienne et la période claudienne (vers 25-50 ap. J.-C.). C’est à la fin de cette phase qu’il faut peut-être rattacher le creusement d’un large fossé, qui sera présenté avec la phase 3.

1 .5 Les structures antérieures aux thermes de l’Est (phase 3)

1.5.1 Le bâtiment public

29En 1935-1939, lors de l’agrandissement du Collège de France qui entraîna la destruction d’une nouvelle partie des thermes de l’Est, A. Grimault remarqua deux murs obliques très épais sous la salle O (fig. 9). La position stratigraphique (CVP 259, pièce 15 : 9), qui ne pouvait laisser de doute sur leur antériorité, n’offrit hélas aucun élément de datation précis. La comparaison de ces observations anciennes avec celles de 1994, distantes d’une trentaine de mètres et de nature différente, a apporté de nouveaux indices sur la chronologie de l’édifice thermal (plans VI et VII).

PLAN VI
Plan des vestiges antérieurs aux thermes de l’Est (phase 3).

PLAN VII
Plan synthétique des thermes de l’Est et des principaux vestiges découverts en 1994 (phases 4-6).

30Ainsi, selon A. Grimault en 1935, « au-dessous de l’aire inférieure, on [a trouvé] deux murs de 2,80 à 3,30 m de largeur » (CVP 259, pièce 15 : 9) composés de moellons concassés liés par du mortier (Fleury 1971 : 547). Leur orientation et leur description sont intéressantes car elles permettent de distinguer assez nettement ces maçonneries de celles des thermes. Leur intérêt réside en trois points. D’une part, elles attestent l’existence d’un édifice important antérieur aux thermes (dont le plan est assez bien connu). D’autre part, l’orientation de ces murs laisse penser que cet édifice n’obéissait pas à celle du cardo. Ce point est essentiel pour la compréhension de l’organisation spatiale de cette partie d’agglomération. En effet, on pouvait supposer jusque-là que les quartiers gravitant autour du centre monumental de la ville obéissaient à l’agencement des grands bâtiments, eux-mêmes dépendant du cardo ou des principales voies décumanes (la zone d’atelier/habitat n’échappe d’ailleurs pas à la règle), c’est-à-dire le « plan du quadrillage de la fondation » (Busson 1998). Seuls les quartiers méridionaux de Lutèce imposaient, par la juxtaposition ou le croisement de rues dont l’orientation est très différente, une vision plus complexe de l’urbanisme. L’orientation des vestiges du Collège de France, que l’on pourrait retrouver approximativement dans le tracé des rues Descartes et Mouffetard, nuancerait donc cette idée. Mais D. Busson ne place l’utilisation de l’axe marqué par ces deux rues que durant le Bas-Empire (Busson 1998 : pl. hors texte) ; il pourrait être un itinéraire direct entre la voie d’Italie (avenue des Gobelins et de Choisy) et le pont, évitant le trajet par le cardo (Duval 1993). Enfin, le troisième point, essentiel, est lié à la corrélation de ces découvertes avec celles de 1994 (cf infra § 1.5.2). En effet, si le prolongement de l’édifice n’a pas été retrouvé dans la cour d’honneur, en revanche une orientation similaire était suivie par la bordure méridionale d’un large fossé venant de l’est et se dirigeant vers l’ouest (plan VI et fig. 31, 32).

FIG. 31
Plan du grand bâtiment et du fossé du milieu du Ier s. (phase 3).

FIG. 32
Large fossé (phase 3) recoupé par les caves médiévales antérieures au Collège de France.

1.5.2 Le grand fossé

31Un fossé à fond plat (fig. 31-33) a été reconnu sur 6 m de longueur au centre de la cour d’honneur. D’axe E-O, large de 3,50 à 4,20 m au sommet dans sa partie est, il était encaissé d’1,20 à 1,40 m par rapport aux sols contemporains. Un affaissement de terrain caractéristique à la base des remblais de la phase 4 laisse supposer son existence plus loin vers l’ouest, permettant ainsi de le suivre sur au moins 11 m, mais il devait s’interrompre ou plutôt bifurquer vers le nord avant la cour Letarouilly puisqu’on ne l’y a pas retrouvé.

FIG. 33
Coupes du fossé du milieu du Ier s. (phase 3).

32Le remplissage est composé, de bas en haut, d’une couche de limon argileux gris de 6 cm d’épaisseur environ (US 3109) qui imprègne les sables et graviers et d’une couche noire meuble qui tapisse le limon argileux sur 2 à 10 cm d’épaisseur (US 3106 et 3172). Cette dernière est composée de végétaux incomplètement dégradés ou de charbons (?) comprenant des lentilles de sables orange ou verdâtres. Cela pourrait ressembler à un sédiment qui a stagné dans une eau où le pourrissement de certains matériaux s’est effectué, ainsi qu’il en est pour les fossés en zone rurale. Suivent des sables et graviers orange et gris sur 6 à 30 cm d’épaisseur (US 3122), une couche noire limoneuse et meuble de 2 à 6 cm qui contient des cendres et charbons de bois ; elle est plutôt organique et pourrait correspondre à de la vase. Ce fossé pourrait donc être un collecteur d’eaux. Vient ensuite une couche brune meuble et très organique (2 à 6 cm), composée de bois (US 3065 et 3071), qui nappe aussi les parois sous forme d’effondrements successifs. Ces niveaux de bois sont semblables à ceux découverts dans la zone d’atelier de la cour Letarouilly. Un apport massif de remblais hétérogènes comble enfin l’ensemble du fossé sur 30 à 60 cm d’épaisseur, préalablement à l’installation de la vaste aire plane située devant l’édifice thermal (phase 4).

33L’intérêt de ce fossé réside bien sûr principalement dans le fait que l’orientation de sa limite S-E corresponde approximativement à celle du mur occidental du bâtiment antérieur aux thermes. En restituant une limite nord parallèle à la bordure S-E du fossé et en la prolongeant vers l’est, on aboutirait quasiment au parement S-O du mur précité (plan VI, p. 20).

34Ce rapprochement entre ces deux éléments apparemment distincts n’est pas sans intérêt. En effet, ce fossé est topographiquement rattachable au dernier état de l’habitat (phase 2b, cf. supra § 1.4.2) auquel a succédé le grand bâtiment sur poteaux (cf. infra § 1.5.3). Le mobilier corrobore cette hypothèse en proposant une datation couvrant le milieu et le troisième quart du Ier s. Une estampille de Licinus sur fond d’assiette, très fréquente à Paris, est datable des années 40-70 ap. J.-C. De plus, ce fossé a été scellé par les remblais de la phase 4 : ainsi, le fossé et les deux maçonneries se trouvent calés ensemble chronologiquement, juste avant la construction des thermes. Antérieurement, la situation est plus obscure car on ne sait qui, du fossé ou du bâtiment, fut établi le premier. Quoi qu’il en soit, cette relation supposée entre le fossé et le bâtiment découvert par Grimault est un élément fondamental pour la corrélation entre les découvertes récentes et les thermes de l’Est, confortant les hypothèses relatives au remblaiement du terrain et à la construction de l’édifice thermal (cf. infra § 2.2).

1.5.3 Un vaste entrepôt ou un portique ?

35Succédant à la zone d’habitat, un ensemble de structures a été mis en évidence dans la cour d’honneur au S-O du grand fossé (plan VI et fig. 31) et peut-être cour Letarouilly. Les bases en pierre et les maçonneries de pierres sèches observées dans la cour d’honneur peuvent être associées à une tranchée remplie de pierres (cour Letarouilly), l’ensemble étant accompagné de différents niveaux de sols verdâtres. La nature des vestiges et leur organisation nous ont semblé incompatibles avec un habitat, et nous retiendrons l’hypothèse d’un entrepôt ou d’un portique (en bois) dont nous aurions ici les soubassements de l’angle N-E. Ce bâtiment a généré une stratigraphie particulière, accentuant l’exhaussement du terrain vers l’ouest.

36Les principaux éléments structurants sont trois bases monolithiques alignées (fig. 31 et 34). La pierre employée pour les deux bases orientales est un calcaire à Ditrupa provenant de la vallée de l’Oise (cf. infra § 9.1), la troisième est un calcaire à potamides et nombreux débris fossiles (Viré 1995). Ce sont des blocs grossièrement taillés présentant systématiquement deux faces planes, creusées ou non de mortaises. Toutes trois sont de forme et de diamètre variables (de 54 à 90 cm de diamètre). L’une d’elles, qui mesure 60 cm de hauteur et présente une section polygonale et deux cavités de 6 x 6 cm sur les faces planes opposées, pourrait être un tambour de colonne utilisé en remploi, ou une ébauche détournée de son usage initialement prévu. Les trois bases sont respectivement distantes de 3,15 m et 2,40 m et bordées au nord par un muret (M 241) qui les a partiellement englobées sur leur face nord, de sorte qu’elles n’étaient pas visibles de ce côté (fig. 35). Ce mur, observé sur 4,50 m de longueur, est construit en moellons calcaires équarris disposés en assises assez régulières et liés au mortier. Sa largeur oscille de 0,20 à 0,50 m et sa hauteur conservée est de 0,55 m. Trois à quatre assises étaient piégées dans un effondrement dû à une fosse antérieure (fig. 35). Plus au sud, une maçonnerie déstructurée de pierres sèches semble correspondre au retour du mur reliant les bases.

FIG. 34
Base monolithe appartenant au grand bâtiment du milieu du Ier s. (phase 3).

FIG. 35
Mur extérieur du grand bâtiment (phase 3) affaissé dans une fosse antérieure. La base monolithe se trouvait derrière.

37Cet ensemble de bases et murets délimite un empierrement très irrégulier de 1,50 m à 2,20 m de large. Comblant localement une tranchée de 0,70 à 0,90 m de large, il pourrait correspondre à la partie inférieure d’une fondation. Il est possible que cet aménagement soit le même que l’amas de pierres comblant une tranchée dans la partie nord du secteur sud de la cour Letarouilly.

38L’espace ainsi défini correspond donc à l’angle d’une bande « construite » de 2 m de large plus ou moins bien aménagée, enserrant au S-O un espace plan nappé par un « sol vert » sombre, observé sur 20 m2 environ (fig. 31, 36) et qui s’apparente à un sol ou couche d’occupation extérieur. En relation avec ce sol, une fondation en pierres sèches (M 237) a été découverte à 3,20 m au sud de la base occidentale CS 285. Elle est composée d’un empilement de quatre assises de blocs de calcaire (sur 55 cm de hauteur) installé à l’intérieur d’une fosse.

FIG. 36
Vue générale du grand bâtiment (phase 3).

39La bande de pierres calcaires découverte dans une tranchée de la cour Letarouilly, en limite nord du secteur sud, que l’on peut associer à cet espace, est un amas linéaire de pierres très comparable à celui retrouvé dans le même axe dans la cour d’honneur (CS 292). Sa fonction n’a pas été clairement définie ; il serait possible d’imaginer une sorte de fondation pour un plancher surélevé par exemple. Cette hypothèse nous est suggérée par l’absence –entre les bases et le CS 292– du sol verdâtre caractéristique de cette phase, mettant directement à nu les terrains charbonneux de l’habitat sous-jacent.

40Topographiquement aussi, le rapprochement du trou de poteau et des deux bases en pierre de la cour Letarouilly (rattachées faute de mieux à la phase 2) avec la fondation M 237 de la cour d’honneur est tentant. La chronologie pourrait aussi aller dans ce sens, dans la mesure où les bases de la cour Letarouilly semblent postérieures au bâtiment sur sablières de la phase 2b (cf. supra § 1.4).

41En considérant ces éléments, il serait possible d’imaginer un grand bâtiment sur poteaux d’au moins 33 m de long et 7,50 m de large, délimité au nord et à l’est par un alignement de bases en pierres englobées dans un mur (cf. supra) dont l’angle N-E a disparu (il a été recoupé par une fosse d’aisances du xvie s.). À l’intérieur de l’enceinte, une autre série de bases en pierres (maçonnées) leur serait parallèle ; ces éléments pourraient être les soubassements de poteaux porteurs d’une architecture de bois malheureusement difficile à restituer. Doit-on y voir une sorte de grande halle plus ou moins ouverte ou alors un portique à galerie double ? La partie périphérique aurait pu en effet comporter un plancher surélevé, tandis que la partie interne aurait été ouverte au niveau du sol de la cour, matérialisé par cette couche gris-vert.

42Dans le cas d’un grand bâtiment, son prolongement et son ouverture sur la rue Saint-Jacques serait dès lors envisageable. Sa limite septentrionale se trouve dans l’axe O-E de l’îlot défini au nord par la rue des Écoles et au sud par la rue du Cimetière-Saint-Benoît (plan VI). Ce grand bâtiment pourrait avoir occupé tout l’angle de cet îlot ; il aurait alors eu une longueur d’environ 53 m, pour une largeur d’envion 40 m.

43La présence d’un fragment d’antéfixe (fig. 183, no 2), élément assez rare à Paris, renforce la probable importance de ce bâtiment qui peut avoir eu une fonction officielle, si cet élément lui est associé.

Notes

1 – Une dépression non interprétée pendant la fouille avait été observée sur le sol de la fin du ive ou du début du ve s. Sa superposition avec la fosse antique est manifeste.

Table des illustrations

Légende PLAN II Vestiges augustéens précoces (phase 1a).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21757/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 16 Les vestiges augustéens précoces (phase 1a) dans la partie sud de la cour d’honneur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21757/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 17 Les vestiges augustéens précoces (phase 1a) de la cour d’honneur. Remarquer la profondeur par rapport au sol de la cour (seuil de la porte).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21757/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 18 Les vestiges augustéens précoces (phase 1a) de la cour d’honneur vus du sud.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21757/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende FIG. 19 Coupe des creusements augustéens précoces (phase 1a).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21757/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende PLAN III Fosses d’extraction du début du Ier s. (phase 1b).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21757/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 20 Fosses d’extraction du début du Ier s. (phase 1b) dans la cour Letarouilly.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21757/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 21 Affaissement des sols du Ier s. dans une fosse antérieure.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21757/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende PLAN IV Premier état de l’habitat du Iers. (phase 2a).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21757/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende PLAN V Second état de l’habitat du Ier s. (phase 2b).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21757/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 22 Carcasse de cheval au sommet d’une fosse (phase 2a).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21757/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 23 Plan des vestiges du premier état de l’habitat du Ier s. (phase 2a) découverts cour Letarouilly.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21757/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 24 Solins de pierres sèches (phase 2a) dans le secteur sud de la cour Letarouilly. Ces alignements de pierres supportaient des sablières basses en bois.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21757/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 25 Plan des vestiges du premier état de l’habitat du Ier s. (phase 2a) découverts dans la cour d’honneur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21757/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 26 Coupe de la fosse CS 272 (phase 2a) dans la cour d’honneur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21757/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende FIG. 27 La fosse CS 267 (phase 2a) dans la cour d’honneur. Remarquer le tassement des sols et des remblais supérieurs.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21757/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 28 Plan du second état de l’habitat du Ier s. (phase 2b). L’empiétement du bâti sur les anciennes zones dépotoirs est très net.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21757/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende FIG 29 Sablières en bois (phase 2b), bases et calages de poteau (phase 3 ?) dans le secteur sud de la cour Letarouilly.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21757/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 30 Les tranchées de fondation (phase 2b) dans l’angle sud-ouest de la cour d’honneur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21757/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende PLAN VI Plan des vestiges antérieurs aux thermes de l’Est (phase 3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21757/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende PLAN VII Plan synthétique des thermes de l’Est et des principaux vestiges découverts en 1994 (phases 4-6).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21757/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende FIG. 31 Plan du grand bâtiment et du fossé du milieu du Ier s. (phase 3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21757/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 32 Large fossé (phase 3) recoupé par les caves médiévales antérieures au Collège de France.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21757/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 33 Coupes du fossé du milieu du Ier s. (phase 3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21757/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende FIG. 34 Base monolithe appartenant au grand bâtiment du milieu du Ier s. (phase 3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21757/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende FIG. 35 Mur extérieur du grand bâtiment (phase 3) affaissé dans une fosse antérieure. La base monolithe se trouvait derrière.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21757/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 36 Vue générale du grand bâtiment (phase 3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21757/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 27k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search