Version classiqueVersion mobile

Le Collège de France (Paris)

 | 
Laurent Guyard

Introduction

Laurent Guyard

Texte intégral

Le site

1Le site du Collège de France se trouve sur la rive gauche de la Seine (à 450 m au sud des rives actuelles du fleuve) vers la base du flanc nord de la montagne Sainte-Geneviève, qui culmine près du Panthéon à 61 m (plan I). Un bras mort devait exister au bas de la colline à 200 m ; il fut comblé progressivement durant l’Antiquité.

PLAN I
Plan schématique de Lutèce durant le Haut-Empire.

2Le sol naturel est composé d’alluvions d’un lambeau de basse terrasse du fleuve (Carte géologique 1980). Il s’agit de sables et graviers plus ou moins argileux, de couleur généralement orange, contenant quelques éléments grossiers (blocs de meulière ou de grès pouvant atteindre 80 cm de longueur). Lors de nos fouilles, il a été observé entre 41 m et 42 m, soit 15 m au-dessus de la Seine (le nivellement de Paris est à 0,33 m au-dessous du nivellement général de la France [NGF, IGN 1969]). Plus précisément, le sommet du substrat a été rencontré dans la cour d’honneur à 41,70 m dans l’angle S-E, à 42 m dans l’angle S-O et à 41,30 m au centre de la cour. Dans la partie nord, la cote 40,20 m obtenue résulte d’un surcreusement dans le fond des caves. Nous n’avons donc aucune idée réelle de la pente naturelle dans ce secteur. Seule la pente de la rue Saint-Jacques semble adopter fidèlement le profil primitif de la colline. Cour Letarouilly, les cotes varient de 41,90 m à 41 m du sud au nord. Pour ces niveaux, on doit noter la présence d’un silex érodé du Paléolithique inférieur (fig. 190, no 5), trouvé en surface du substrat dans la cour d’honneur.

3Ces alluvions surmontent un affleurement des sables de Beauchamp (Auversien), sans qu’il ait été possible de les différencier très clairement des alluvions superficielles. Le substrat rocheux a été rencontré dans des fosses médiévales et modernes entre 36,20 m (CS 254) et 38,60 m (CS 305), ce qui correspond approximativement aux données obtenues par carottage plus au nord, au croisement de la rue des Écoles et de la rue Saint-Jacques (36,90 m et 34,10 m, Carte géologique 1980). Il s’agit de marnes et caillasses de l’ère tertiaire (Lutétien supérieur). Les fondations de la partie ancienne du Collège de France y reposaient, comme l’a montré le décaissement de la cour après la reprise en sous-œuvre.

4Le paléosol primitif, avant l’installation humaine, a été reconnu en quelques points de la cour d’honneur. Il s’agit d’un sable graveleux brun ou gris qui a été scellé par les premiers sols d’argile ou remblais du ier s. ap. J.-C. C’est l’un des rares témoins de ce niveau observés à Paris. En effet, les nombreuses fouilles réalisées sur la partie sud de la montagne Sainte-Geneviève ont montré que la mise en place du plan urbain s’était accompagnée d’un nivellement du terrain faisant très souvent disparaître la terre arable initiale. Les fouilles récentes de la rue Saint-Martin (faubourg de la rive droite) ont attesté ce nivellement partiel.

Stratigraphie générale

5Les vestiges sont apparus, comme à l’habitude sur les chantiers urbains, sous la forme d’une série de niveaux de sols et de remblais gallo-romains et du haut Moyen Âge superposés sur 2,50 m en moyenne, ou sous la forme de grands creusements médiévaux et modernes ayant recoupé toute la stratigraphie. Ces creusements consistaient principalement en fosses creusées en pleine terre, en caves et en fosses d’aisances maçonnées. Mais les niveaux des habitats correspondant à ces aménagements avaient tous disparu : aucune trace du moindre sol du rez-de-chaussée de ces bâtiments détruits lors de travaux postérieurs. Ne subsistaient donc que les structures creusées et, entre elles, les niveaux épargnés de l’Antiquité et du haut Moyen Âge. Cette séquence stratigraphique incomplète était clairement divisée en quatre grandes parties se répartissant ainsi de haut en bas (fig. 13-15) :

  • terres noires du haut Moyen Âge, 60 cm ;

  • terres brunes et sols du ive s., 25 à 60 cm ;

  • sols et remblais d’édification de la palestre des thermes de l’Est, 50 à 120 cm ;

  • sols et remblais du ier s., 60 à 80 cm.

FIG. 13
Relevé d’une coupe au sud de la cour Letarouilly.

FIG 14
Une coupe au sud de la cour Letarouilly. Noter la finesse de certaines strates.

FIG. 15
Une coupe au sud-est de la cour d’honneur ; elle se divise, de haut en bas, en quatre ensembles égaux : « terres noires », « terres brunes », remblais et sols de la palestre des thermes de l’Est, niveaux de travail (couches blanches). À la base, la coupe est incomplète.

6Des différences ont été remarquées dans la partie ouest, le long de la rue Saint-Jacques, avec un exhaussement plus rapide du sol aux ier et ive s. en raison de l’existence de zones d’habitat riveraines du cardo.

Séquence chronologique

7La chronologie se décompose en dix phases d’inégale importance (tabl. I), dont nous allons présenter la synthèse, de l’Antiquité à l’époque moderne.

8Pour l’étude du matériel, une sélection d’ensembles a dû être faite en raison de l’abondance du mobilier. Seules quelques fosses ou ensembles stratigraphiques pertinents ont été sélectionnés pour chacune des périodes, ainsi que la verrerie de deux contextes des xive et xvie s. L’accent a été mis sur les périodes qui pouvaient apporter le plus d’informations nouvelles sur la culture matérielle et sur l’histoire du site parisien.

TABL. I
Chronologie générale. Z1 cour Letarouilly ; Z2 cour d’honneur.

Table des illustrations

Légende PLAN I Plan schématique de Lutèce durant le Haut-Empire.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21747/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende FIG. 13 Relevé d’une coupe au sud de la cour Letarouilly.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21747/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende FIG 14 Une coupe au sud de la cour Letarouilly. Noter la finesse de certaines strates.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21747/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 15 Une coupe au sud-est de la cour d’honneur ; elle se divise, de haut en bas, en quatre ensembles égaux : « terres noires », « terres brunes », remblais et sols de la palestre des thermes de l’Est, niveaux de travail (couches blanches). À la base, la coupe est incomplète.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21747/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende TABL. I Chronologie générale. Z1 cour Letarouilly ; Z2 cour d’honneur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21747/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 143k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search