Version classiqueVersion mobile

Le Collège de France (Paris)

 | 
Laurent Guyard

Préface

Christian Goudineau

Texte intégral

1L’histoire se répète parfois, voire balbutie. Depuis sa création, en 1530 par François Ier, le « Collège », qu’on appellerait ensuite « royal » puis « de France », s’est toujours heurté à des problèmes de locaux. Régulièrement, ses autorités, ses professeurs et ses auditeurs se sont adressés aux rois de France puis aux présidents de la République pour obtenir des conditions dignes de l’enseignement et de la recherche qui s’y exerçaient. On peut considérer comme symboliques ces lignes écrites vers 1880 : « Les laboratoires ne sont ni assez nombreux ni assez vastes ; les amphithéâtres où se font les cours sont trop étroits, et si rares que les professeurs se les disputent [...]. En présence de ces misères, il faut songer à de nouveaux agrandissements ; les plans sont dressés ; l’administration de l’instruction publique en presse l’exécution. »

2Mais, presque toujours, les administrations se hâtaient... lentement, les projets d’extension ou d’amélioration étalent renvoyés, voire enterrés, et les plaintes, les supplications ou les indignations reprenaient de plus belle. On verra plus loin les diverses étapes de l’édification du Collège. La plus récente datait des années juste antérieures à la Seconde Guerre mondiale, il y a plus de soixante ans. L’afflux des auditeurs qu’on ne pouvait plus accueillir décemment, la vétusté de certains laboratoires, les difficultés croissantes du fonctionnement quotidien : ces arguments avaient été entendus par les présidents de la Ve République, mais leurs bonnes paroles ne connurent guère d’effets, jusqu’à ce que –ô miracle– François Mitterrand se laissât convaincre, en 1991, par André Miquel, alors administrateur du Collège. Une opération de rénovation fut lancée, au titre des « Grands Travaux ». Elle prévoyait notamment la construction d’amphithéâtres souterrains.

3Vous avez dit « souterrains » ? Le Collège, qui a abrité l’enseignement de tant d’archéologues, eut à cœur de prendre toutes précautions pour que ces travaux fussent précédés des explorations archéologiques nécessaires. En effet, si la plupart des bâtiments du xviie et du xixe s. comportaient des caves qui avaient forcément détruit tout vestige du passé, ils s’organisaient autour de trois cours qui, elles, pouvaient recéler des niveaux anciens : la cour d’honneur (au centre de laquelle médite Champollion), la cour Letarouilly (du nom de l’architecte qui construisit, au xixe s., la partie occidentale du Collège) et la cour Budé qui commémore –avec modestie !– le nom du grand humaniste, prénommé Guillaume, propagateur du grec en France mais également féru de philosophie, de mathématiques, de numismatique, etc. et qui fut à l’origine de la décision prise par François Ier.

4Or donc, non seulement pour se conformer aux dispositions réglementaires mais surtout pour en savoir plus sur son passé, le Collège (je veux dire : ses autorités) accueillit du mieux qu’il put les équipes d’archéologues, venus d’abord pour un « diagnostic », ensuite pour la fouille proprement dite. Il faut avouer que l’institution portait un poids sur sa conscience (collective) : des travaux engagés peu avant la Seconde Guerre mondiale pour construire de nouveaux laboratoires avaient mis au jour d’impressionnants vestiges d’un établissement thermal qui –horresco referons– ne firent l’objet que de rapides observations et de relevés approximatifs. Paul-Marie Duval, qui tenta d’en retirer ultérieurement le maximum de leçons, moi-même qui voyais dans notre Salle du Conseil quelques bouts de sigillée, une tuyère et deux fragments de tegulae mammatae, considérions ce péché comme inexpiable. Les travaux de 1994 pouvaient-ils fournir l’occasion d’un rachat ?

5Les obstacles n’étaient pas minces. Fouiller trois cours séparées les unes des autres par des bâtiments sur caves. Une superficie assez réduite : 1 200 m2 au maximum. Par les quelques archives jusqu’alors exploitées, on savait que le Collège actuel –celui de la fin du xviiie s. et du milieu du xixe s.– s’était établi en détruisant des bâtiments plus anciens, eux-mêmes dotés de sous-sols, bref que des arasements et des creusements n’avaient cessé de se succéder, y compris dans les cours actuelles. A priori, la situation n’avait rien d’enthousiasmant, comme le soulignaient certains responsables des travaux qui prédisaient une inutile perte de temps – mais qui surent ensuite, rendons-leur justice, reconnaître qu’ils s’étaient... un peu hâtés dans leur pronostic.

6Je l’avoue, moi-même n’étais pas sûr de mon coup, ou plutôt du coup des autres : le service régional de l’Archéologie et l’Afan, que je relayais auprès de l’Administrateur avec une conviction fondée sur l’espérance et la foi plus que sur les documents ! L’opération de diagnostic ne me rassura qu’un peu : dans les tranchées, apparaissait une stratigraphie plus importante et plus profonde que je n’imaginais. Je me rappellerai toujours la séance lors de laquelle, devant vingt responsables d’administrations diverses, E. du Bouëtiez, A. Navecth et moi-même avons commenté des coupes stratigraphiques, Dieu merci avec le secours de tessons, de quelques vases presque complets et de deux ou trois monnaies ! Nos interlocuteurs repartirent avec la certitude d’avoir découvert une science neuve dont tout leur échappait mais qu’il fallait aider, ne serait-ce que pour ne pas être taxés d’obscurantisme. Ils avaient raison... et nous aussi !

7Car les fouilles qui s’ensuivirent ont donné dix fois plus que je n’attendais. Je ne croyais pas qu’elles retrouveraient, de la Lutèce antique, autre chose que de vagues lambeaux difficiles à interpréter. Or voilà qu’elles arrivent à remonter aux années 30-20 avant J.-C., qu’on repère des... des cahutes avec des foyers qui illustrent la « colonisation » progressive de la montagne Sainte-Geneviève. Et, phénomène encore plus intéressant, on constate que ces habitats sont « massacrés » par le creusement d’énormes fosses, d’où l’on extrait le sable et les graviers nécessaires pour constituer la voirie de la nouvelle ville. Le réseau viaire prime sur le reste. Puis l’on remblaie, voici un habitat hétéroclite, où se côtoient des ateliers, des menuiseries, des bicoques, que remplace ensuite –car Lutèce se monumentalise– un grand bâtiment, entrepôt ou portique. Rares sont les fouilles qui ont permis d’observer une telle succession sur un siècle (30 av. J.-C.-70 ap. J.-C.), succession non pas seulement en termes de constructions mais sous l’angle de l’évolution « sociologique ».

8On en arrive aux thermes. Lutèce possède, depuis toujours, son monument symbolique : les thermes de Cluny. Les trouvailles anciennes, dans la partie orientale du Collège, avaient posé nombre de questions : pourquoi ? jusqu’où ? de quand ? Ces thermes étaient-ils plus anciens que ceux de Cluny, plus petits, plus grands ? Les conditions, non pas de la fouille mais des observations, interdisaient la moindre conclusion chronologique. Quant à la taille, le problème était simple : s’étendaient-ils ou non jusqu’au cardo maximus, l’actuelle rue Saint-Jacques ? Quel enjeu ! Eh bien, les réponses sont là : oui, une extension considérable, avec une grande courpalestre, une datation probablement flavienne (antérieure à celle des thermes de Cluny) – probablement : on ne peut dire davantage, mais le lot de céramiques est bien plus important que ceux qui ont fondé bien d’autres chronologies. Ces résultats justifiaient, à eux seuls, la campagne archéologique ! Mais il y en eut d’autres.

9Si les réfections de la palestre et des thermes (avec ce four installé pour réparer je ne sais quoi, peut-être des chaudières ou des installations de chauffage), si donc ces réfections nous offrent des aperçus sur la vie d’un monument, si, ensuite, nous le voyons abandonné mais surtout démonté, dépecé systématiquement par des récupérateurs, les fouilles ont démontré avec quelle énergie la vie continuait dans ce quartier : dans ces ruines plus ou moins rafistolées, vivaient de petites gens mais aussi des artisans et un boucher dont l’activité a laissé des milliers d’ossements. On est en plein ive s., voire davantage. Lutèce, ce n’est pas l’île de la Cité !

10Et voici un cheval de bataille : les « terres noires ». Dans ma carrière, j’ai rarement connu un thème qui m’ait autant exaspéré. « Après l’Antiquité, on a x... mètres de terres noires... –C’est quoi ?– C’est une superposition de terres de couleurs sombres, avec des vestiges d’ossements, de matériaux organiques, de... –Mais c’est quoi ? Ça correspond à quoi ?– On ne sait pas, il faudrait les fouiller finement et faire des analyses. –Eh bien, sacré..., faites-le ! » Ils l’ont fait. Enfin, ils ont commencé de le faire. J’ai insisté. Si le lecteur trouve ces pages indigestes (je ne dirai pas qu’elles ne le sont pas !), mea culpa. C’est un début, car je crois que le schmilblick peut encore avancer, mais j’ai incité à la publication, car cette problématique concerne des régions entières, en France et à l’étranger (notamment en Angleterre), et nous nous devons d’aboutir à des conclusions. Cela implique une vision des « villes » qui pourrait être tout à fait différente du schéma habituel : de vastes faubourgs occupés, mais par quoi et par qui ? De manière permanente ou occasionnelle ? Par des artisans, des commerçants, des maraîchers ? Les potagers des habitants « urbains » ? Voici, enfin, quelques pistes, au moins au niveau de l’analyse. Qu’elles fassent rapidement des petits !

11Il nous faut maintenant faire un saut dans le temps, jusqu’au xvie s., au moment où François Ier décide (en 1530) de créer un corps de « lecteurs royaux », création qui est à l’origine du Collège de France. Pour comprendre la décision du roi, rappelons comment était née l’Université de Paris.

12À l’origine, des « écoles » s’étaient développées autour des cathédrales et se trouvaient donc régies par le clergé. Aux xiie et xiiie s., maîtres et étudiants se groupèrent en corporations pour échapper à cette tutelle, refusant également toute sujétion à un pouvoir laïc. L’exemple venait de l’étranger : Bologne, Valence, Oxford. Paris fut quatrième, obtenant, après nombre de conflits, la création d’un corps privilégié (universitas magistrorum et scolarium) qui reçut ses statuts en 1215, l’autonomie complète lui étant accordée en 1231. Ladite université détenait le monopole de la collation des grades – sans évoquer d’autres privilèges, comme une totale exemption fiscale. Elle s’organisait en quatre facultés : théologie, droit canon, médecine, arts (au sens d’arts libéraux), les études duraient de six à quinze ans, et se faisaient en latin. Cependant, maîtres et écoliers ne lui étaient pas forcément liés. À mesure que des universités se créaient ailleurs en Europe, beaucoup passaient de l’une à l’autre, au gré de leurs intérêts intellectuels ou financiers, ou bien selon les hasards de leur vie – certains enseignants exerçaient d’autres charges auprès de telle cour ou de tel haut personnage.

13N’imaginons pas non plus l’Université comme le lieu où se dispensent les cours : c’est une personne morale, et fort peu pourvue en locaux. Les « maîtres » donnent leurs « leçons » en divers endroits, parfois chez eux, parfois en plein air, ou du haut d’une fenêtre (les auditeurs s’asseyant dans la rue sur des bottes de paille), ou bien dans des couvents, ou encore dans des « collèges ». Ce mot n’a aucun rapport avec les réalités récentes. Le collège médiéval (ou de la Renaissance) représente, en plus réduit, l’équivalent de nos résidences universitaires : un mécène (haut personnage, souvent un ecclésiastique) met des locaux à la disposition des jeunes gens « méritants » (il y a peu, on aurait dit « boursiers ») de sa région d’origine, leur assurant le gîte et le couvert (peu luxueux l’un et l’autre). On y reçoit également des « hôtes payants » soit en chambre particulière (les « caméristes ») soit en dortoir (les « portionnistes »). Ces collèges abritent aussi des cours, ouverts à tous mais non gratuits : à l’exception des « boursiers », les étudiants (escoliers) doivent rétribuer les professeurs. On n’y plaisante pas : l’un des emplois réguliers est celui de « fouetteur ».

14La « Sorbonne » fut à l’origine un simple collège. Elle tient son nom de Robert de Sorbon, originaire d’un village proche de Rethel (dans les Ardennes), qui, après avoir accompli de brillantes études, devenu maître en théologie, fut chanoine de Cambrai, puis de Paris (en 1258) et clerc –c’est-à-dire chapelain– de saint Louis. Superbe carrière. Il décida de créer un collège pour de pauvres étudiants ardennais et acheta une maison dans une rue dénommée « Coupegueule » (en raison des risques que prenait le passant de s’y faire détrousser et égorger !). Le roi décida de voir plus grand, faisant don d’autres maisons qu’il possédait juste à côté (entre les actuelles rues Champollion et de la Sorbonne). Du coup, non seulement le collège de Sorbon s’ouvrit aux « pauvres étudiants en théologie » sans condition d’origine, mais il devint rapidement, grâce à l’aide des rois et surtout des papes, le siège de l’Université de Paris – qu’on appellerait désormais « la Sorbonne ».

15Ce n’est pas ici le lieu de décrire le processus qui conduisit la jeune mais déjà « vieille » Sorbonne à se scléroser, ou du moins à apparaître comme telle aux yeux des hommes que nous appelons aujourd’hui les « humanistes », ceux qui furent sensibles aux bouleversements de la Renaissance, qui découvrirent avec avidité de nouveaux textes, de nouvelles langues, de nouvelles disciplines, et qui se scandalisaient de voir l’Université de Paris refuser d’accueillir toutes ces nouveautés. Ils eurent la chance –mais aussi la ténacité– de convaincre François Ier et Marguerite de Navarre d’ouvrir Paris, à l’instar de Bologne, Padoue ou Louvain, à ces enseignements que les maîtres de la scolastique médiévale jugeaient dangereux, et même à la limite de l’hérésie.

16Or donc, en 1530, à l’instigation de Guillaume Budé, son « maître de librairie » (qui était en train d’organiser la Bibliothèque royale de Fontainebleau, l’ancêtre de notre Bibliothèque nationale), François Ier nomme des « lecteurs royaux » : trois pour l’hébreu, deux pour le grec, un pour les mathématiques. Leurs cours seront ouverts à tous, gratuits et donnés en français – une vraie révolution puisque la Sorbonne enseignait en latin. L’Université de Paris tonne, fulmine, fait afficher des placards, introduit des procès au Parlement. Le Parlement en réfère au roi, qui ordonne l’arrêt des procédures. Le prestige des « lecteurs » en sort évidemment augmenté. Parmi les auditeurs des cours, Calvin, Ronsard, Rabelais, Ignace de Loyola, bien d’autres. Et parmi les « lecteurs royaux », de grands noms comme Guillaume Postel, Pierre de la Ramée (dit Ram us), Jean Dorât, etc.

17Cela dit, la condition de « lecteur royal » ne représentait pas une sinécure. Pendant des années, en dépit des ordres du roi, impossible de se faire payer : les « services » refusaient ou s’abstenaient – au point que certains « lecteurs » partirent pour d’autres cieux. Se posa aussi (déjà !) le problème des locaux. Les « lecteurs » enseignaient dans divers collèges, là où il se trouvait de la place, notamment au collège du Cardinal Lemoine, à celui des Lombards ou de Boncourt. Il s’agissait, nous dit-on, du « prest d’une salle, ou plutôt d’une rue, sous telles conditions que les leçons estoient sujettes à estre des-tournées par le passage des crocheteurs et des lavandières » !

18En 1539, François Ier prit une décision que nous connaissons par un document daté du 19 décembre et intitulé « Commission pour faire le payement du bâtiment que le roi voulait faire en l’hôtel de Nesles à Paris ». Le roi y rappelle son action en faveur des « bonnes lettres », sa nomination de « plusieurs bons notables persaonnaiges de grand sçavoir et expérience es trois langues principales », et affirme son intention de « donner toutes les commodités aux Lecteurs et Professeurs esdites lettres pour vacquer à leurs lectures, estudes et professions ». Voici le passage le plus important : « À cette cause, nous avons délibéré et résolu de construire et ediffier en nostre logis en place de Nesle à Paris et aultres places qui sont à l’entour, que nous avons fait marquer, un beau et grand colleige, qui sera appelé le colleige des Trois Langues, accompagné d’une belle et somptueuse eglise, avec aultres ediffïces et bastimens, dont les pourtraicts et desseings ont esté faistz et projettez. »

19Malheureusement, ces « pourtraicts et desseings » n’ayant pas été conservés, nous ignorerons toujours comment les architectes du roi avaient imaginé ce qui devait être la plus belle université du monde, associant le « Collège » et une sompteuse bibliothèque à l’emplacement de l’actuel Institut de France, en face du Louvre. Nous savons cependant, par les oraisons funèbres prononcées à la mort de François Ier, que le projet avait été « bouclé » au plan financier : le Collège serait doté d’un revenu de 100 000 livres. Il accueillerait 600 élèves, la « scolarité » devant s’étaler sur quatorze ans. On y enseignerait aussi bien les lettres que les sciences. L’affaire traîna : les financiers considéraient que le roi avait déjà donné beaucoup en matière de « grands travaux » ! François Ier mourut en 1547.

20Et c’est là que nous retrouvons les fouilles ! Les fouilles, mais aussi les archives. En effet, à la mort de François Ier, son « grand projet » fut abandonné. Henri II choisit une solution de fortune : il réquisitionna deux collèges, ceux de Tréguier et de Cambrai, pour l’enseignement de ses lecteurs. Le collège de Tréguier (le vrai nom étant : de Tréguier et de Léon) avait été fondé en 1325 par Guillaume de Coëtmohan, chantre de l’église de Tréguier, pour six pauvres étudiants du diocèse de Tréguier et deux de celui de Léon. Son fondateur avait donné à ce collège la propriété de quelques maisons et de terres, qui devaient lui assurer des revenus. Le collège de Cambrai, lui, fut créé quelques années plus tard, en 1346 ou 1348. On l’appelait aussi collège des Trois-Évêques, car ses fondateurs furent Guillaume d’Auxonne, évêque de Cambrai, Hugues de Pomard, évêque de Langres, et Hugues d’Arcy, archevêque de Reims. À l’origine, il hébergea... sept étudiants !

21Or, dans la cour d’honneur, ont été retrouvés les sous-sols de trois maisons du xive s. antérieures au collège de Cambrai, dont on connaît les noms et parfois ceux des propriétaires. Du collège de Cambrai, voici des aménagements du xve s. jusqu’au xviie s., que le lecteur découvrira, ainsi que des descriptions données par les fonds d’archive. Des péripéties connues par le « Collège royal », d’une première construction au xviie s. jusqu’au bâtiment édifié par Chalgrin peu avant la Révolution, les fouilles ont donné des détails concrets et inattendus. De même, la campagne d’extension menée par Letarouilly au milieu du xixe s. a laissé, sur le terrain, les traces d’un premier projet avorté, auquel s’est substitué le bâtiment que nous voyons aujourd’hui. Je n’en dis pas plus ici : l’archéologie a confirmé et précisé les archives – pour ne pas dire l’histoire.

22J’espère que le lecteur partagera ma conviction : ce livre « traduit » une entreprise archéologique réussie. Réussie ne veut pas dire sans défauts : comme toujours, surtout pour des opérations urbaines, il a fallu faire des choix, mais je les trouve « globalement » judicieux. Bien sûr, on regrette dans ce livre l’absence de telle ou telle analyse de matériel : là encore, il a fallu arrêter la copie, sauf à la renvoyer à la saint-glinglin. Mais on trouve des résultats, exposés avec sobriété, des pistes sont ouvertes, neuves et documentées. Que demander d’autre à des fouilles « de sauvetage » ? Ou plutôt, quel bonheur lorsqu’elles nous livrent ces informations et ces suggestions.

23On me permettra de tirer quelques conclusions. Je n’insisterai pas sur la première : il est clair qu’entre le Collège, le service régional de l’Archéologie, l’Afan et la mission interministérielle des Grands Travaux, s’établit très vite une entente dictée par le sens de l’intérêt public et des exigences scientifiques. Le recrutement d’une équipe homogène compta pour beaucoup, mais elle devait être animée, dirigée par un responsable capable de définir une stratégie et de la faire appliquer, tout en l’adaptant si nécessaire. Enfin, parvenir à la publication représentait une étape supplémentaire. Le Collège, par l’entremise de l’une de ses fondations, a accordé les aides matérielles nécessaires, mais, on le sait, celles-ci ne sont pas toujours suffisantes. Donc, je dis toute mon estime à Laurent Guyard et à tous ceux qui ont collaboré avec lui. Pour eux, pour tous ceux qui les ont mis en œuvre et qui les ont aidés (tout en sachant que l’essentiel leur échappait), ces fouilles et ce livre constituent une expérience gratifiante. Parce qu’une problématique a sous-tendu les travaux, que les questions ont reçu des réponses et qu’il y eut même des réponses à des questions qui n’étaient pas posées ! Que la collection des Documents d’archéologie française accueille ce livre dans la série consacrée à l’archéologie « préventive » représente un honneur pour les auteurs mais aussi une chance pour cette série. Voilà un pari réussi, comme on aimerait en voir beaucoup.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search