Version classiqueVersion mobile

Productions agricoles, stockage et finage en Montagne Noire médiévale

 | 
Marie-Pierre Ruas

Chapitre 2. Le corpus végétal : résultats et premiers constats

Résumé

Quantification, biométrie, composition des différents types de restes et répartition spatiale se prêtent à un commentaire détaillé par taxon. Un total de 392 563 vestiges atteste la présence de vingt-six plantes cultivées et/ou cueillies et de cent trente et une plantes sauvages. Après avoir garanti le degré de fiabilité et de représentativité de l’échantillonnage, les plantes cultivées sont classées selon une grille de lecture anthropologique fondée sur le caractère utilitaire des espèces attestées. La réserve incendiée comprend principalement des céréales, des légumineuses et du raisin. Les amas de céréales ont aussi livré une abondance variable de vannes dont la répartition donne sens à la nature des dépôts. L’analyse aboutit à la distinction entre les vestiges de stocks et les vestiges résiduels de collations, de traitements de nettoyage ou de cultures antérieures. La longue liste des plantes sauvages est ordonnée et étudiée d’après les principes de la phytosociologie et de l’autécologie. Après un commentaire sur le bien-fondé de leur application archéobotanique, les deux outils permettent de révéler la présence de communautés végétales. Leurs caractéristiques écologiques précisent aussi les conditions environnementales des cultures et des écosystèmes exploités par la communauté castrale. La répartition spatiale des cortèges de végétaux liés aux cultures dans le niveau incendié est analysée avec la même minutie que pour les espèces cultivées. Des associations significatives se manifestent entre certains groupes d’adventices et certaines céréales ; elles autorisent alors une restitution des pratiques agricoles et du finage médiéval de Durfort, un demi-siècle avant l’abandon définitif du castrum.

Texte intégral

2.1 Composition quantitative et validité des échantillons

2.1.1 Nombre de restes et de taxons

1Après réévaluation des nombres de restes extraits du sous-échantillonnage des fractions fines de tamisage, les 35 prélèvements retenus qui représentent 709 l de sédiment ont livré un nombre total de 392 563 vestiges carpologiques (tabl. I). Les diagnoses ont abouti à l’enregistrement de 157 taxons qui comprennent 26 plantes cultivées et cueillies et 131 plantes considérées comme sauvages (soit 3 % des restes). La précision à l’espèce a pu être obtenue pour 116 de ces taxons soit 25 espèces cultivées et/ou cueillies et 91 espèces sauvages. Les autres restes ne sont identifiés qu’aux rangs de genre ou de la famille (tabl. II, III et IV). En dépit des incertitudes ou des imprécisions qui pèsent sur de nombreux restes de la flore sauvage, le grand nombre d’espèces autorise une approche paléoécologique affinée (cf. infra § 2.4.1. et 2.4.2). Un très faible pourcentage d’éléments, 0,04 % soit 174 restes, demeure à ce jour indéterminé.

TABL. II
Dénombrement des semences de céréales, de légumineuses et de lin. Fgts fragments ; ind. indéterminées ; sgts segments.

TABL. II (suite et fin)
Dénombrement des semences de céréales, de légumineuses et de lin. Fgts fragments ; ind. indéterminées ; sgts segments.

TABL. III
Dénombrement des semences de fruitiers (abréviations, cf. légende tabl. II).

TABL. III (suite et fin)
Dénombrement des semences de fruitiers (abréviations, cf. légende tabl. II).

TABL. IV (suite et fin)
Dénombrement brut des semences de plantes sauvages.

2.1.2 État de conservation et nature des restes

2Une multitude de semences et un spectre taxinomique étendu placent le matériel carpologique du grenier parmi les découvertes exceptionnelles en matière de restes carbonisés (cf § 1.6.1.1). Même si la qualité de conservation des semences ne peut être aussi bonne que dans les sites d’ambiance humide, on dispose au moins d’une base de travail fiable pour aborder par exemple les questions relatives aux pratiques agricoles. Des éléments délicats se sont maintenus dans plusieurs lots. Ainsi des fragments et bases de glumelles assurent de la présence du millet italien (Setaria italica) et de l’avoine cultivée (Avena sativa). Des segments de rachis de blé tendre (Triticum aestivum), de seigle (Secale cereale), des téguments avec leur hile de certaines légumineuses comme la vesce hirsute (Vicia hirsuta), la vesce à feuilles étroites (V. angustifolia), la vesce à quatre graines (V. tetrasperma), le pois cultivé (Pisum sativum) ou la féverole (Vicia faba var. minuta), etc., précisent les diagnoses.

  • 1 – Les vestiges d’Arthropodes connaissent depuis peu en France un intérêt nouveau, en particulier da (...)

3D’autres restes d’origine végétale ont été extraits. L’échantillon L6 a livré deux bourgeons d’arbre angiosperme du groupe des Feuillus que nous n’avons pu identifier précisément. Des boulettes de matière organique plus ou moins aplaties, alvéolaires, déchiquetées, étaient aussi conservées. Hormis celles qui ressemblent à de la pulpe de fruit charnu (raisin, prune, poire ou pomme) dont quatre-vingt-trois fragments figurent dans l’échantillon 18 et trois en L5-61, les autres fragments collectés en H6, 16 et K6C n’ont pu être identifiés par le seul examen de la loupe binoculaire. Des restes animaux ont aussi attiré notre attention. Il s’agit notamment d’exemplaires de larve et d’imago (adulte) de bruche de la fève (Bruchus rufimanus) (Coléoptère, Bruchidae), repérés à l’intérieur même de graines de féveroles ou libres dans l’échantillon de semences, et d’une pupe de Diptère cycloraphe (mouche saprophage). Les quelques bruches conservées au Castlar nous permettent d’avancer une hypothèse sur l’incendie de la réserve1 (cf. § 2.5.2). Parmi les autres microrestes carbonisés d’origine animale, un excrément cylindrique trapu, à surface irrégulière, d’environ 3 mm de longueur, d’un diamètre de 1,5 mm et dont une des extrémités est effilée, a été recueilli dans l’échantillon H8. D’après des comparaisons avec du matériel de référence, il s’agirait d’une déjection de petit Muridé de la taille d’une souris ou d’un mulot, mammifères anthropophiles, fréquentant les espaces habités par l’homme. De très rares débris de coquille d’œuf indéterminé ont également été notés.

4Le caractère anecdotique de ces organes et éléments organiques, qui peuvent être abondants par endroit dans les réserves en activité mais aussi peu résistants face à un incendie, rend compte de la destruction importante du bâtiment et de son contenu. Nous avons cependant remarqué que les semences n’étaient pas carbonisées à un même degré selon leur emplacement. Celles des échantillons proches du brasier (17, 18, 16) sont apparues très érodées, très poreuses et déformées. Les sept blocs de semences agglomérées découverts en G6, H7, 14, 17, J5, K6A et L5 témoignent de l’intense chaleur qui a régné sur toute la surface du bâtiment. Pourtant, les ensembles extraits de la travée L5-7 comportent des grains de teinte brunâtre signe d’une faible carbonisation plus proche de la torréfaction en ce point de la pièce. Il est possible que les grains protégés par un récipient ou une masse importante d’autres grains aient été soumis à des conditions anaérobies et thermiquement moins élevées comme l’ont observé S. Boardman et G. Jones (1990). L’évolution taphonomique d’un dépôt s’apprécie aussi à partir du taux de fragmentation du matériel. Les milliers de restes ont été dénombrés après comptage direct ou évaluation du contenu en restes à partir de 10 à 100 ml de vestiges ; les fragments ont été dénombrés indépendamment des restes entiers mais les résultats ont été rapportés à un nombre d’individus selon la méthode décrite dans le chapitre 1. L’effort de dénombrement des fragments de semences s’est porté sur les céréales et les deux légumineuses principales (féverole et pois chiche). Dans les prélèvements J5 et K5, où les fragments de grains de céréales sont apparus plus importants au cours des tris, on remarque que le taux reste faible puisqu’il n’atteint que 6 % des individus (tabl. V). Pour les légumineuses, il s’élève à près de 50 %. Mais J. Schultze-Motel (1972) précise que les graines de légumineuses carbonisées, dont le tégument a disparu, ont tendance à se séparer en deux cotylédons, d’autant plus si elles logeaient un insecte parasite. Plusieurs féveroles du Castlar étaient, en effet, parasitées (cf. infra 2.3.2.1). On se rend compte ainsi que dans l’ensemble des échantillons qui ont livré des féveroles, neuf sur trente-trois contiennent plus de fèves à l’état de cotylédons que de graines entières, et pour les pois chiches, dont aucun n’était parasité, seulement deux échantillons sur dix-neuf. Les débris produits par l’érosion (c’est-à-dire de taille inférieure à la moitié d’un cotylédon) sont finalement négligeables. En conclusion, il apparaît que le taux de fragmentation des semences de céréales et de légumineuses est faible.

TABL. V
Taux de fragmentation des céréales et des légumineuses dans deux échantillons. Céréales = seigle + blé + orge + avoine ; légumineuses = féveroles + pois chiches.

2.1.3 Validité des assemblages carpologiques

5Comme nous l’avons signalé dans le chapitre précédent, l’intégralité de la couche incendiée n’a pas été étudiée. Nous avons donc travaillé sur un volume minimal de sédiment jugé représentatif du prélèvement initial. Ce jugement n’a pu être émis qu’au cours des tris. Il convient donc à présent de vérifier la validité d’un tel choix en testant l’hypothèse de l’existence d’une corrélation entre le nombre de taxons obtenus dans les échantillons et le volume des prélèvements traités.

6D’après les expérimentations de L. Chabal (1982) pour les charbons de bois et P. Marinval (1986) pour les semences, le nombre d’espèces contenues dans un prélèvement (ou échantillon) de sédiment est corrélé au volume de celui-ci selon une courbe d’allure logarithmique. Cette hypothèse et les résultats des tests expérimentaux qui l’ont confortée s’appliquent à des niveaux d’occupation dans lesquels les semences (ou les charbons de bois) sont aléatoirement dispersées. Or, dans le cas du grenier, les concentrations de graines en différents secteurs de la fouille ont conduit à supposer que la distribution et le nombre des espèces avant l’incendie, d’un amas à l’autre, étaient déterminés par le choix porté sur les productions agricoles récoltées par les villageois, leurs formes et leurs points de stockage dans le bâtiment. La perturbation occasionnée par l’incendie a certes modifié l’organisation initiale des ensembles. Les mélanges qui en résultent peuvent-il être assimilés à une distribution aléatoire et homogénéisée des semences dans un quelconque niveau d’habitat ? Un premier test de corrélation effectué sur les trente-cinq prélèvements d’un volume compris entre 0,5 et 100 l aboutit à un coefficient r de 0,2156 pour un degré de liberté (ddl) égal à 33. D’après les tables (Chernokian 1996), on constate que pour une probabilité de 0,1, r= 0,296 pour 30 ddl et r = 0,274 pour 35 ddl. Le coefficient trouvé correspond à une probabilité nettement supérieure à 0,1 ; donc la corrélation testée entre le volume des prélèvements et le nombre de taxons attestés dans ce prélèvement est non significative. Dans la mesure où les quatre prélèvements d’un volume supérieur à trente litres ont été tamisés et triés selon une technique inadaptée au matériel recherché, on peut penser que le test de corrélations est plus pertinent à partir des prélèvements traités avec la même méthode d’extraction. La figure 12 illustre la diversité taxinomique enregistrée dans chacun des trente et un prélèvements testés dont le volume est alors compris entre 0,5 et 30 1 de sédiment (tabl. VI). Le deuxième test de corrélation donne les résultats suivants : r = 0,1682 pour 31 ddl. Les tables indiquent que la probabilité P est encore supérieure à 0,1 ; la corrélation est donc à nouveau non significative. Les deux tests révèlent ainsi l’indépendance flagrante entre les deux variables. Dans l’exemple du grenier, la variation du nombre de taxons présents est moins fonction du volume tamisé que du caractère particulier de chaque dépôt et de sa couronne de dispersion.

Échantillons

Volume du
prélèvement

Nbre de taxons identifiés

J6P

0,5

5

J7P

1

11

K6A

1

13

L5C

1

22

K6C

2

30

L6C

2

25

J6

3

26

J5

3

14

l-J/5

5

19

l-J/7-8

5

18

L5-61

5

58

L5-62

5

12

G5

7

19

J7

10

40

K7

10

33

K6

12,5

20

G6

15

22

H5

15

25

H6

15

16

16

15

25

18

15

14

J8

15

23

K5

15

29

L6

15

76

L7

15

66

K4

20

20

G8

25

24

J4

26

37

G7

30

25

H7

30

22

H8

30

21

17

50

16

H-l/7

100

11

15

100

16

G-H/5

100

8

TABL. VI
Nombre de taxons attestés par échantillon. Classement par ordre croissant du volume de prélèvement.

7Quel que soit le volume prélevé, aucun échantillon n’a livré toutes les plantes attestées. Deux contiennent un peu moins de la moitié du corpus (L6 et L7) soit respectivement soixante-seize et soixante-six taxons. La majorité des échantillons traités renferme entre vingt et vingt-cinq taxons. On y compte aussi bien des prélèvements de faible volume (1, 2, 3 ou 5 l) que des prélèvements plus imposants (15 à 30 l). On constate également que des échantillons de gros volume ne sont pas forcément plus pourvus en espèces que ceux de volume modeste. D’ailleurs, certains lots très ponctuels ont livré jusqu’à trente, voire cinquante-huit taxons (respectivement K6C avec deux litres de sédiment et L5-61 pour cinq litres). En revanche les prélèvements de cent litres tamisés et triés sur une maille de 0,5 cm et l’extraction directe de semences à vue sur la fouille n’apportent qu’une infime part du matériel que l’on doit considérer comme peu fiable en raison des sélections dues à la méthode employée.

8En conclusion, la répartition des semences et donc des taxons composant les amas initiaux n’a pas été uniformisée lors de l’effondrement du bâtiment. Il était donc impossible de déterminer a priori sur le terrain quels volumes de sédiment seraient les plus fiables pour livrer une image représentative de leur composition fossilisée. À l’issue des tris, il semble que pour les semences apparaissant diffuses à la fouille, les volumes de quinze à vingt litres de sédiment correspondent au volume optimal de prélèvement à traiter. Dans les cas des concentrations visibles (concentrations et contenu de poterie), des prélèvements individualisés de deux à cinq litres semblent suffire. En ce qui concerne l’échantillonnage opéré au moment du tri des fractions fines, le volume optimal trié est atteint lorsque le nombre de taxons attestés dans l’échantillon ne varie plus. On peut toutefois décider de continuer le tri pour certaines espèces ou certains types de restes en fonction de questions posées au préalable. Notons que dans le cas de récipient à contenance modeste (échantillons : K6A, K6C, L5-61, L5-62, L5C, L6C), l’intégralité de la concentration (deux à cinq litres) a été traitée. L’échantillonnage effectué dans la couche incendiée a donc permis de collecter un nombre de taxons et de restes représentatifs de la composition des ensembles carpologiques fossilisés par la carbonisation. L’écart entre cette composition fossile et la composition originelle ne peut être quantifié.

2.1.4 La densité en restes carpologiques

9La densité moyenne tous échantillons confondus s’élève à 5 537 restes pour dix litres de sédiment. La plus forte concentration en semences est enregistrée dans la zone K6C (177 720 restes) à l’emplacement des tessons de la poterie no 581. Bien que très importante, cette valeur n’atteint toutefois pas les densités relevées à Chadalais (Maisonnais-sur-Tardoire, Haute-Vienne) dans le dépôt primaire d’un silo daté des XIe-XIIIe s. Plusieurs millions de grains y ont, en effet, été évalués (Ruas à paraître). Néanmoins, elle dépasse celles du grenier romain de South Shields (Van der Veen 1988) et, d’une manière générale, celles des niveaux d’occupation à semences dispersées où prévaut la carbonisation, (tabl. VII). La répartition spatiale des densités en restes par échantillon (D = nombre de restes rapporté à dix litres de sédiment traité) s’organise selon des gradients décroissants de façon plus ou moins radiale depuis K6C vers L6 et K6, et depuis l’échantillon I-J/7-8, ainsi que du sud vers le nord dans le carré G8 et vers le nord-ouest depuis H6 (fig. 13). Ces secteurs de plus forte concentration et les masses qui les entourent correspondent soit à des points d’origine d’effondrement d’amas et à la couronne de dispersion des grains, soit à des points de confluences de plusieurs stocks étalés. Ils suggèrent aussi la quasi-disparition de quelques amas pendant l’incendie. En effet, on relève une zone où les échantillons accusent une pauvreté de moins de mille restes pour dix litres de sédiment (17, H-I/7 et 18) contrastant avec la richesse des échantillons environnants : I-J/7-8, J7 et 16. Or 17 est aussi l’emplacement des vestiges du brasier (un mètre de diamètre) près duquel se trouvaient des tessons déformés et vitrifiés par une surcuisson (Pousthomis rapport 1984). On constate, par ailleurs, que la distribution des points de forte concentration ne se superpose pas toujours à celle qui fut relevée à la fouille. Des densités élevées se manifestent en G6 et 16, carrés dans lesquels la fouille n’en avait pas décelé.

fig. 12
Diversité taxinomique par échantillon carpologique. Prélèvements compris entre 0,5 et 30 l. Nombre de prélèvements testés = 31.

TABL. VII
Densités en restes carpologiques obtenues dans des niveaux incendiés de structures de réserve.

FIG. 13
Densités en restes carpologiques par échantillon de toutes les plantes attestées. Les nombres de semences sont rapportés à dix litres de sédiment par échantillon.

10Les variations des densités numériques montrent aussi des anomalies dans les figures de dispersion des grains. On note ainsi une rupture nette du gradient entre les échantillons G6 et G7, entre les échantillons I-J/7-8 et J8, J7P, entre les échantillons K4 et J4 et entre les échantillons L6C et L7, L6, L5-62. Ces anomalies ne sont pas liées à la méthode d’extraction puisque tous les échantillons cités proviennent de tamisages et de tris réalisés dans les conditions requises. Il semble que la différence marquée dans la densité en restes entre ces groupes d’échantillons résulte de l’existence d’un obstacle à la dispersion des grains. La présence d’une poterie en I-J/7-8, où se situe une concentration de semences qui auraient dû logiquement être détruites par les flammes du brasier voisin, démontre en effet que le récipient contenait ces grains et qu’il les a protégés de la destruction. En conséquence, ce contenant a aussi limité la dispersion des grains lors de l’effondrement de la structure. Dans l’exemple des échantillons K4 et J4, la cruche no 580 et l’oule no 576 du carré K4 ne semblent pas avoir joué un rôle protecteur puisque aucune rupture de gradient ne se manifeste avec le carré K5. En revanche, l’obstacle à la dispersion des grains de K4 vers J4 est manifestement l’ensemble des trois pierres alignées en K4-J4 qui devaient appartenir à une structure surélevée formant une séparation dans ce secteur. Ces deux cas éclairent celui des échantillons G6 et G7. Comme aucune densité de tessons n’a été repérée en G6 et que la densité en semences est nettement plus élevée qu’en G7, on peut éliminer l’hypothèse d’une poterie comme contenant. De même, le muret proche à cet endroit ne semble pas se prolonger en séparant les deux espaces. L’obstacle à la diffusion des semences concentrées en G6 était donc probablement constitué en matière périssable que le feu aurait détruite, à savoir soit une cloison en bois (ou autres éléments végétaux) réduite en charbons difficiles à distinguer des charbons de bois de la charpente, soit une cloison en terre rapportée. Une construction de ce type aurait laissé des traces visibles dans le sédiment dans la mesure où d’une part, le substrat du sol d’occupation est formé par le rocher, et d’autre part, les passages sont remblayés par des cailloutis et de la terre. Un récipient souple en tissu (laine, cuir, lin, chanvre ou autre) ou en vannerie est une dernière hypothèse confortée par la petite poignée d’agrafes métalliques réunies en H6 et dont on pense qu’elles sont les éléments d’une couture de sac. Des dépôts de terre rubéfiée ont été notés dans la travée L « au milieu des tuiles et sur le sol » (Pousthomis rapport 1984 : 85). Dès lors, on peut se demander s’ils ne correspondent pas aux résidus d’une cloison ou d’une banquette qui aurait limité l’extension des semences depuis K6C vers L6 et L7. La poterie no 581 qui devait contenir une partie des grains déversés à cet emplacement constituait aussi un obstacle à leur dispersion.

11L’ensemble du matériel carpologique extrait témoigne, en définitive, d’une faible évolution taphonomique au cours de l’enfouissement (pas d’effet de piétinement après le dépôt ni de déplacement, etc.). Les centaines de milliers de semences issues de récoltes étaient organisées en amas dont l’arrangement, malgré l’effondrement du bâtiment, demeure encore lisible. Mais leurs volumes avant l’incendie ne sont plus restituables. Comme l’a noté l’enquête de V. Feschet (1992 : 86) sur les granges incendiées de haute Provence dans la première moitié du XXe s., « Les conséquences d’un feu de grange sont très importantes. L’écroulement de la charpente entraîne généralement la destruction de l’édifice. Les récoltes sont complètement anéanties. ». Les études expérimentales de G. Wilson (1984) et nos observations sur l’état de carbonisation et la présence d’éléments fragiles laissent prévoir que ces disparitions n’ont pas atteint de la même manière les différentes sortes de semences et donc d’espèces. Le contenu du brasier en 17, formé d’une épaisse couche de cendres et de rares charbons de bois, laisse imaginer les quantités disparues d’éléments végétaux légers tels que les tiges et les vannes de céréales. C’est la composition même des ensembles tant en espèces, en nombre de restes et en type de restes qui risque d’avoir été modifiée de manière différentielle par rapport à la situation originelle. Les zones les plus protégées des flammes sont celles où la densité est la plus importante et où les grains sont apparus torréfiés. Les amas situés près de la paroi rocheuse nord-est ont manifestement moins souffert que la zone environnant le brasier, à savoir tout le secteur sud et sud-ouest de la pièce.

2.2 Le corpus végétal

2.2.1 Vers un classement anthropologique et modulable des plantes

12La mise en ordre du corpus végétal fossile est fondée à la fois sur les critères d’une classification anthropologique et sur ceux de la nomenclature phytosociologique (pour les taxons sauvages). Elle rejoint en un sens la démarche des classements naturalistes populaires d’emblée plus évocateurs que l’austérité rigoriste des classifications alphabétique ou taxinomique. Elle leur emprunte, à ce titre, le schéma des « catégories culturelles définissant les êtres vivants par leur relation au monde humain ou leur signification métaphysique : utiles et nuisibles, sauvages et domestiques, mangeables et immangeables, bénis et maudits » (Albert-Llorca 1991 : 96). Dans la mesure où d’une part, l’usage d’une plante est souvent multiple et variable d’une époque et d’une région à l’autre et où, d’autre part, ce dernier est le sujet même de notre réflexion, on peut regretter le caractère trop subjectif et peu rigoureux d’un tel choix. C’est pourquoi nous estimons que le classement adopté dans ce chapitre pour la présentation des données brutes n’est pas immuable. Les interprétations qui suivent dans le chapitre 3 et l’avancement de la recherche archéobotanique sont susceptibles de nuancer notre choix de départ. Il est néanmoins effectué sur la base des connaissances archéobotaniques, phytogéo-graphiques, historiques, ethnographiques, etc., actuellement disponibles pour chaque espèce. Elle est considérée comme plante utilitaire si le contexte de découverte, le nombre et l’état de ses vestiges suggèrent son emploi.

13On sépare dans un premier temps les plantes issues d’une culture, les plantes sauvages de cueillette et les plantes sauvages stricto sensu fortuitement « transportées ». Dans la catégorie des plantes cultivées sont ensuite distinguées les céréales, les légumineuses, les fruitiers, les « légumes », les aromatiques (épices/condiments, etc.), les oléagineux et les plantes dites techniques (textiles, tinctoriales, etc.). Toutes ces plantes sont considérées comme domestiquées. Les plantes dites cueillies sont celles dont les organes (en l’occurrence leurs graines et/ou leurs fruits) sont récoltés sur des individus non cultivés et qui font partie de la végétation spontanée du territoire exploité. Parmi elles, plusieurs essences fruitières sont souvent attestées dans les dépôts carpologiques. Reconnaître leur statut cultural est malaisé car aucun critère carpologique actuellement valable ne permet de différencier les fruits de la plupart des espèces sauvages de celles qui sont cultivées. La collecte saisonnière des herbes sauvages est aussi une activité délibérément maintenue en raison de son rôle social (cf. chap. 4). La catégorie des plantes dites cueillies est mouvante et s’appuie sur des critères parfois purement contextuels tandis qu’une plante domestiquée dont aucune forme spontanée n’existe dans la végétation locale sera de toute façon rangée parmi les plantes cultivées. L’interprétation devra s’attacher à déterminer son statut économique. Le troisième groupe réunit des plantes sauvages dont les semences sont apportées fortuitement avec les récoltes ou les déchets d’activités diverses (mauvaises herbes des champs, des jardins, plantes des décombres, plantes de prairies, etc.). Leur présence au sein d’un dépôt prend d’autant plus de sens que le nombre d’espèces est grand. En effet, plus qu’une espèce isolée, c’est un cortège qui aide à l’interprétation. Ainsi les cortèges carpologiques peuvent-ils être comparés aux communautés végétales publiées par J.-J. Braun-Blanquet (1952) et M. Bournérias (1984) (pour la critique de cette application, cf. infra § 2.4.1). La présence des semences de telles plantes dans les niveaux d’occupation humaine a souvent pour origine soit l’apport de végétaux cultivés auxquels elles se mêlent au moment de la récolte, soit un transport « naturel » (anthropo- ou zoochore) favorisé par le mode de dispersion des diaspores (akènes à crochets du gaillet gratteron, Galium aparine, par exemple). D’autres plantes ont pu être récoltées pour elles-mêmes comme matière première de confection (toiture, litières, paillasses, etc.), comme combustible, comme fourrage ou nourriture pour l’homme (rhizome de certains scirpes). Là encore, leur abondance inhabituelle et le contexte de découvertes peuvent signaler un emploi effectif.

14En somme, le classement des taxons attestés sur le site archéologique dans les trois grandes catégories –plantes cultivées, plantes cueillies et plantes sauvages– procède d’une réflexion synthétique qui tient compte de plusieurs paramètres. Cette démarche permet d’envisager le statut potentiel (utilitaire ou non utilitaire) d’une plante dans le spectre carpologique et par conséquent lors de l’occupation du site. Les principaux indicateurs sont :

  • le contexte de découverte ;

  • la fréquence des découvertes dans un même type de contexte et pour une même époque ;

  • l’abondance et la nature des restes ;

  • les caractéristiques historiques et écologiques de l’espèce (centre de diffusion, répartition géographique, domestication connue, exigences écophysiologiques, etc.) ;

  • l’existence et l’utilisation connues de substances, voire de produits intéressant l’homme (alimentation, pharmacopée, artisanat, culte, etc.).

2.2.2 Première approche des répartitions spatiales

15Comment se répartissent les restes de culture et ceux de la flore sauvage dans le niveau incendié ? L’approche spatiale des densités numériques rend évident le caractère destructeur du brasier dégagé en 17, mais elle démontre la persistance d’une structuration intelligible des dépôts fossilisés.

2.2.2.1 Le spectre taxinomique et ses variations par échantillon

16La liste des plantes ordonnées selon la méthode évoquée plus haut et le nombre de restes collectés dans chaque échantillon sont consignés dans les tableaux II, III et IV. Le groupe des espèces cultivées compte sept céréales, quatre légumineuses (tabl. II) et huit espèces fruitières (tabl. III). Avec 89 % des restes conservés, les céréales dominent largement. Elles sont suivies de loin par les légumineuses (4 %). Les déchets de raisin ne représentent que 3 % de l’ensemble et les autres fruits à peine 0,1 %. Quant au lin, très négligeable, il a été considéré comme probablement cultivé en raison de la présence de graines attribuables à l’espèce domestique L. usitatissimum dans une autre structure du castrum (cf. infra). Le spectre taxinomique du grenier rassemble presque toutes les espèces principalement attestées en France méridionale dans les sites médiévaux : avoine (Avena sativa), blé tendre (Triticum aestivum l. s.), engrain (Triticum monococum), millet commun (Panicum miliaceum), millet italien (Setaria italica), orge vêtue (Hordeum vulgare), seigle (Secale cereale), féverole (Vicia faba var. minuta), lentille (Lens culinaris), pois (Pisum sativum), pois chiche (Cicer arietinum), figuier (Ficus carica), merisier (Prunus avium), néflier d’Allemagne (Mespilus germanica), noyer (Juglans regia), pêcher (Prunus persica), poirier (Pyrus communis), prunier cultivé (Prunus domestica), vigne cultivée (Vitis vinifera var. vinifera) et le lin (Linum cf. usitatissimum) (Ruas 1992b ; 1998). On remarque néanmoins que, hormis le seigle, le blé tendre, le millet commun, la féverole et la vigne, les autres plantes cultivées ont livré moins de mille restes par échantillon. Les fruitiers spontanés à fruits rapportés n’ont livré que quarante-cinq restes. Ils comprennent le fraisier des bois (Fragaria vesca), le hêtre (Fagus sylvatica), le mûrier ronce (Rubus agg. fruticosus), le noisetier (Corylus avellana), le prunellier (Prunus spinosa) et le sureau hièble (Sambucus ebulus). Notons que le sureau hièble dont les baies sont réputées toxiques (Couplan 1983) est signalé comme adventice des cultures annuelles (Jauzein 1995). Les plantes sauvages non cueillies comptent pour 3 % du total des vestiges carpologiques avec 13 090 semences (tabl. I et IV). Elles se composent de mauvaises herbes des cultures, de plantes rudérales, de plantes de prairies et de plantes de milieux humides.

17La différence entre les dimensions des semences (grain de millet, grain de blé et graine de féverole) fausse l’appréciation de la proportion entre les espèces à partir des quantités de restes. Le volume occupé par ces restes rend mieux compte, surtout dans une réserve, de l’importance d’une espèce. Nous avons donc calculé les proportions volumiques des plantes principalement représentées, à savoir les céréales, les légumineuses et la vigne (tabl. VIII). Les autres catégories n’offraient pas suffisamment de restes pour en mesurer correctement le volume. En ce qui concerne les plantes sauvages, bien que le nombre de leurs restes soit relativement élevé, leurs semences très petites et peu nombreuses par échantillon ne permettaient pas ces mesures. Seules celles de la nielle des blés (Agrostemma githago) et des Graminées sauvages se sont prêtées ponctuellement à de telles estimations (cf. chap. 3 et 4). Les proportions volumiques sont les suivantes : céréales, 70 % ; légumineuses, 29 % ; vigne, 1 %. Le volume total des semences de plantes cultivées extraites s’élève à 7,53 l.

18Deux espèces se dégagent nettement du corpus : le seigle, qui domine avec 63 % des semences, suivi de la féverole qui ne le seconde toutefois qu’avec 27 % du volume total de semences (tabl. VIII ; fig. Fa et b). Très loin derrière se placent le blé tendre (3 %), le millet commun (2,4 %) et le pois chiche (2,2 %). Les restes de raisin (1 %) devancent l’orge (0,9 %) et l’avoine (0,3 %). La quantité de vestiges conservés pour les autres plantes cultivées (engrain, millet italien, pois, lentille, lin et fruitiers) n’a pas permis d’évaluer leur volume de toute façon très négligeable.

TABL. VIII
Récapitulation quantitative des semences des espèces cultivées selon leur volume, leurs proportions volumiques et leurs fréquences d’attestation. Pour les densités, les volumes de semences sont rapportés à dix litres de sédiment traité. Les pourcentages sont calculés en fonction du volume total de semences par échantillon. Le signe + indique un volume ou un taux négligeables (< 0,1 ml ou < à 0,1 %). La fréquence de l’espèce correspond au nombre d’échantillons dans lesquels elle est présente, exprimé ici en pourcentage du total des échantillons : 35.

FIG. F
a Proportions volumiques des semences des plantes cultivées les plus abondantes. Les pourcentages sont calculés par rapport au volume total de semences de ces plantes dans chaque échantillon. Chaque diagramme polaire correspond à l’emplacement d’un prélèvement. Pour une meilleure lisibilité, la taille des diagrammes de la travée L a été réduite,
b Spectre taxinomique du grenier castral de Durfort, 1ère moitié du XIVe s. Proportions volumiques des semences des plantes cultivées. La densité volumique totale de semences de ces plantes dans la réserve s’élève à 10,911 I.

19Le plan de répartition des proportions volumiques (fig. Fa) de chacune de ces espèces par échantillon révèle la prédominance du seigle et de la féverole en plusieurs emplacements. Si toutes les espèces cultivées sont néanmoins attestées dans presque tous les échantillons, leur proportion volumique au sein de chaque ensemble varie de telle sorte qu’on distingue nettement plusieurs zones de composition spécifique très différente. L’engrain, le millet italien, le pois, la lentille, le lin et les fruitiers (autres que la vigne) n’ont pas été pris en considération ici. On repère déjà des secteurs où s’imposent les restes de cinq espèces :

  • trois secteurs où le taux de seigle est dominant : [H6, 15, 16, J4, J5, J6], [K6C, L5-6„ L6C] et [K7, J7P] ;

  • trois secteurs où domine la féverole : G6, [17, 18, J7, J8] et [K6A, K6, L7, L5-62] ;

  • un secteur où le blé tendre est dominant : [H5, G5] ;

  • deux secteurs à millet commun : [H7, 17, G8] et K4 ;

  • un secteur à raisin : H8 ;

  • un secteur avec un taux d’orge vêtue dominant : L6.

20Le pois chiche et l’avoine n’occupent jamais un volume prépondérant mais leurs grains semblent tout de même circonscrits à au moins un emplacement selon l’espèce. On repère ainsi une concentration du pois chiche dans le secteur K-L et un taux significatif d’avoine en G7. Par ailleurs, les anomalies de dispersion des grains se manifestent aussi dans les taux de certaines espèces entre échantillons. En effet, entre J4 et K4, les taux de seigle et de millet commun s’inversent, indiquant que les grains de ces deux espèces n’ont pu se mélanger de part et d’autre de la séparation que matérialisent les trois pierres alignées encore en place. On note un schéma similaire entre G6 et G7 : les féveroles, prépondérantes en G6, ne sont plus que proportion négligeable au point de ne pas apparaître dans le diagramme de G7 alors qu’elles se manifestent dans les carrés environnants en G5, H5 et H6. En revanche, la composition de G7 comprend principalement du raisin et du seigle. Cette différence de composition entre ces deux points voisins signale donc que les féveroles de G6 ne se sont pas répandues vers le carré G7. L’effet d’écran produit dans la travée L5-L6-L7 par une hypothétique cloison en terre (cf. supra) semble aussi se manifester. En effet, la composition enregistrée en L6 où dominent les grains d’orge pourtant peu nombreux montre que les centaines de milliers de grains de seigle répandus autour de la poterie no 581 (oule de K6C) n’ont pas atteint la paroi rocheuse, leur dispersion ayant bien été limitée par un obstacle.

21Cette répartition structurée appelle plusieurs questions. Chacun des secteurs repérés correspond-il à des stocks de récolte ? Quel rôle jouent les espèces sauvages attestées dans la composition de ces dépôts ? Existait-t-il des associations entre espèces ? Comment se répartissent les quelques pépins et noyaux de fruits ? Une lecture globale à partir de la figure Fa ne peut suffire pour cerner la nature des concentrations repérées et les modalités du stockage. Une approche détaillée de la répartition spatiale de chacune des espèces et des liens avec les éléments du contexte s’impose. Dans les paragraphes qui suivent, nous décrirons et commenterons brièvement les résultats enregistrés pour chaque espèce cultivée au niveau de l’identification, de la nature des restes conservés et de la répartition de leur densité volumique.

2.2.2.2 Les agglomérats de semences

22Au moment de la fouille, sept petits blocs compacts de semences ont été isolés. La longueur des plus grands n’excède pas 4 cm. L’emplacement de leur découverte signalée par une étoile sur la figure 10 correspond aux carrés G6, 14, H7, 17, J5, K6A et L5 (tabl. IX). Bien qu’il soit impossible de disséquer ces blocs afin de les étudier dans le détail en raison de la forte agrégation des graines entre elles et de leur friabilité, certaines remarques doivent être relevées. Ces agglomérats composés des semences entières parfois colmatées entre elles (fig. 14) se sont formés à une température très élevée. Parmi les restes identifiés, plusieurs appartiennent à des plantes cultivées : le seigle, principalement suivi du millet commun, de l’orge vêtue, de l’avoine cultivée, de la féverole et de la vigne. Des semences d’espèces sauvages ont aussi été repérées surtout dans l’agglomérat 17 riche en millet : deux chénopodes (Chenopodium album et polyspermum), des graminées et la renouée faux-liseron (Polygonum convolvulus). La nielle des blés (Agrostemma githago) se manifeste dans l’agglomérat G6 dans lequel seul du seigle a été constaté. Toutes les semences repérées sont complètes dans la plupart des cas sauf en K6A, agglomérat composé de fragments de grains de seigle et de matière organique indéterminée. Le seigle dispersé sur toute la surface de la réserve est présent dans tous les agglomérats sous forme de grains nus. En revanche, les restes des trois espèces du groupe des céréales vêtues, millet commun, avoine et orge vêtue, y sont parfois présents à l’état d’épillets, c’est-à-dire de grains non décortiqués, enfermés dans leurs glumelles. Le raisin se manifeste par un pépin et un pédicelle de baie. D’après leur répartition, on note que ces agglomérats sont constitués par les éléments entiers des espèces attestées dans les échantillons (fig. 10 ; fig. Fb ; tabl. IX). Ils se sont donc formés lors de l’incendie à une température très élevée à partir des amas végétaux déposés et non lors d’opérations culinaires.

TABL. IX
Compositions taxinomiques des agglomérats. Les restes ne sont pas dénombrés, x espèce présente ; xx espèce dominante ; x fgts présence de fragments.

FIG. 14
Agglomérats de semences, a Épillets de millet et grains de seigle ; b bloc de grains de seigle. Semences agglomérées à une température élevée à la périphérie du brasier (carré 17).

2.3 Description et répartition spatiale des vestiges de plantes cultivées

23Si la morphologie, les dimensions et la présence de caractères anatomiques spécifiques permettent d’aboutir à une diagnose assez précise, certaines anomalies ou l’absence de traits particuliers attendus aident à décrire l’état général de la population de semences à laquelle nous avons affaire. Ces données acquises sur le matériel fossile pourraient, à ce titre, être comparées aux caractéristiques des populations de semences actuelles pour chaque espèce, notamment en ce qui concerne les céréales et les légumineuses, afin d’évaluer la qualité agronomique et les conditions de développement des semis. L’évolution des poids spécifiques de certaines céréales médiévales a été discutée par G. Comet d’après l’évolution du prix des grains et des mesures correspondantes (Comet 1997). Compte tenu non seulement des effets de la carbonisation et de l’érosion pendant le temps d’enfouissement, mais aussi de l’évolution dans la sélection des espèces cultivées et de la diversité variétale parfois liée à un terroir, il est illusoire de vouloir comparer les lots carpologiques du castrum avec des paramètres établis sur des cultures sélectionnées à partir des critères actuels de rendement ou des données métriques obtenues à partir d’autres semences fossiles de sites plus ou moins proches dans le temps. Pour l’heure, les informations qui nous paraissent utiles et moins sujettes à caution sont celles qui réfèrent au stade de développement des semences selon leur cycle physiologique, à savoir entre la fécondation, lorsque démarrent la croissance et le développement des graines et des fruits, et leur maturation, lorsque les graines subissent une déshydratation intense et une migration des réserves (notamment l’amidon pour les céréales et les légumineuses). Des graines immatures sont pourvues de téguments encore peu coriaces et d’un albumen riche en eau (stade laiteux puis pâteux des grains de céréales). Le stade laiteux correspond ainsi à un grain mou et encore vert en sorte que lors d’une carbonisation, il subit un flétrissement et une rétraction avec des torsions aisément décelables sur le matériel archéologique. Cependant, il faut reconnaître que faute d’expérimentations, nous ne pouvons guère distinguer un état immature d’un état échaudé. L’échaudage correspond à un accident physiologique qui empêche la migration de l’eau et de certaines réserves dans les graines en développement lors de sécheresses excessives par exemple. Celles-ci seront ridées et flétries avant leur maturation, état que la carbonisation ne fera qu’accentuer.

24En définitive, notre approche, bien que surtout qualitative, peut aider à caractériser l’état de maturité des récoltes et/ou les accidents survenus pendant la culture. Toutefois, la répartition structurée des vestiges de certaines espèces dans la pièce invite à comparer les indices biométriques des échantillons extraits d’emplacements distincts. Nous nous posons en effet la question de savoir si les toutes les semences de la même espèce proviennent de la même récolte. Nous admettons comme postulat que les semences d’une espèce issues d’une même parcelle, ayant connu les mêmes conditions de culture et de récolte mais aussi de fossilisation pour le cas présent, ont globalement les mêmes dimensions. À l’aide de la statistique « t » de comparaison de moyennes, il est possible de tester l’homogénéité de lots de semences extraites des prélèvements sans sélection. Trois mesures ont été relevées par individu à l’aide du micromètre oculaire de la loupe stéréoscopique : longueur (L), largeur (1) et épaisseur (ép.) (ou hauteur) en millimètres (fig. 15). Elles sont complétées par les rapports L/l, L/ép. et l/ép. ou ép./l, selon les espèces, et les valeurs d’écart-type et de dispersion ou coefficient de variation (cv %). Nous avons pris les mesures et réalisé les tests de comparaison sur un total de 1 568 individus appartenant aux espèces suivantes : seigle (350 grains mesurés), blé tendre (256 grains mesurés), millet commun (200 grains mesurés), orge vêtue (158 grains mesurés), avoine cultivée (183 grains mesurés), féverole (300 graines mesurées) et pois chiche (121 graines mesurées) (cf. infra § 2.3.5). S’y ajoutent les mesures prises sur les grains de blé engrain (Triticun monococcum) (6 grains mesurés), les pépins de raisin (200 graines mesurées), les quelques graines de pois, de lentille et de lin et celles de quelques plantes sauvages (Agrostemma githago, Bromus mollis, B. secalinus, Ammi majus) qui ont permis d’affiner les diagnoses.

fig. 15
Position des mesures prises sur les semences des céréales et des légumineuses.

2.3.1 Les céréales

2.3.1.1 Le seigle (Secale cereale L.)

25Comme on l’a déjà constaté, le seigle supplante tous les autres taxons aussi bien en nombre et en volume de restes (63 % du volume total des plantes cultivées, 90 % de celui des céréales) qu’en taux de représentation (100 % des échantillons traités) (tabl. VIII). Près de 233 000 grains et seulement 65 fragments de rachis ont été extraits (fig. 16, 17a, 18a). Les indices biométriques (tabl. X) réfèrent en majorité à des individus parvenus à maturité. Les longueurs moyennes enregistrées sur quatre lots oscillent entre 5,2 et 5,4 mm et les largeurs entre 2,1 et 2,4 mm. Les rapports moyens L/1 sont compris entre 2,25 et 2,72 (tabl. X). Nous avons constaté une certaine variabilité dans les dimensions des grains à l’intérieur d’un même échantillon. À côté de grands grains bien venus (L = 6,5 mm ou plus ; 1 = 2,8 mm, soit un indice L/1 de 2,32) figurent des grains très courts et étroits (L = 3,4 à 3,6 ; 1 < à 2 mm, soit L/l = 1,45). Quelques grains efflanqués, ridés, flétris et parfois vrillés ont été remarqués dans les lots 16, 18, I-J/7-8, K4 et L5C (fig. 18b). Cet aspect rappelle celui des grains carbonisés immatures décrits par R. Kosina (1981) ou celui de grains échaudés (Boyeldieu 1980). Leur nombre est toutefois négligeable (environ 8 % en I-J/7-8 et 4,7 % en 18) bien qu’en K4, les dix-sept grains de seigle collectés présentent tous cet état. Les valeurs L/1 des grains flétris oscillent entre 2,82 et 4,14, leur largeur étant très amoindrie (˂ à 2 mm pour une longueur de 5,2 à 6,2 mm). Bien que les embryons soient presque toujours en place, les grains sont très friables à la manipulation. Les dimensions enregistrées sur quatre échantillons montrent que, globalement, les grains de seigle de Durfort sont plus tôt étroits.

FIG. 16
Les constituants de l’épi des céréales.

FIG. 17
Restes carbonisés de céréales, a Grains de seigle (Secale cereale) ; b face dorsale d’un grain d’orge vêtue (Hordeum vulgare) ; c face dorsale d’un grain d’orge vêtue cf. tétrastique (H. vulg. cf. var. tetrastichum) portant un reste de base de lemme ; d face ventrale d’un grain d’orge vêtue avec un lambeau de lemme en bas à droite et un reste de nervure dans le sillon ; e détail de la base de la lemme du grain c montrant l’empreinte en forme de « fer à cheval » de la variété tétrastique ; f grains de blé tendre (Triticum aestivum I. s.).

FIG. 18
Restes carbonisés de criblures de céréales, a Segments de rachis de seigle (Secale cereale) ; b grains fripés de seigle (échaudés ? immatures ?) ; c bases de lemmes d’avoine cultivée (Avena sativa) ; d rachillet de panicule d’avoine ; e segments de tiges.

TABL. X
Indices et comparaisons biométriques des grains carbonisés de seigle (Secale cereale) extraits des échantillons 15, 16, K6C et L6C. cv % coefficient de variation ; ép. épaisseur ; étyp écart-type ; L longueur ; l largeur ; min valeur minimale ; moy moyenne ; max valeur maximale ; Nm nombre de grains mesurés. Utilisation de la table de distribution de « t » : loi de Student (Chernokian 1996 : 149) ; NS la différence est non significative (si t < 1,96 au seuil de P = 0,05) ; DS la différence est significative (si t > 1,96 au seuil de P = 0,05) ; TS la différence est très significative (avec P compris entre 0,001 et 0,01) ; HS la différence est hautement significative (au seuil de P < 0,001). Les mesures sont exprimées en mm.

26Le seigle occupe principalement l’espace nord-est du bâtiment (K6C, K7, J5-J6) et, en moindre densité, l’angle ouest dans le carré G5. Ces quatre échantillons correspondent à des pics de densités volumiques des vestiges (fig. 19). Elles se distribuent selon plusieurs gradients décroissants depuis les prélèvements les plus riches, c’est-à-dire K6C, K7, J5 et peut-être J6 vers L5, L6, J7, H6 et 15. On constate que le volume estimé en G5 ne semble pas correspondre à la fin d’un gradient. Le relevé de terrain au moment de la fouille signale l’emplacement d’une poche de graines dans ce carré (Pousthomis rapports 1983, 1984). On peut donc en déduire que s’y trouvait une concentration qui correspond à un nouveau point de départ d’un épandage dont on ne suit pas la trace faute de prélèvements en F6, F5, G4 et G3, par exemple. Les gradients observés sont en effet principalement orientés selon deux axes, est-ouest et sud-nord, donc depuis les parois rocheuses vers le ravin.

FIG. 19
Répartition des grains de seigle (Secale cereale) selon leurs densités volumiques. Les volumes de semences sont rapportés à dix litres de sédiment traité par échantillon. Les abondances les plus fortes sont localisées en K6C (contenu de la poterie no 581), en K7 ainsi qu’en J6 et J5. G5 semble être un autre point d’abondance plus modeste.

27Les proportions volumiques par rapport aux autres espèces cultivées indiquent qu’en K6C où a été dégagée la poterie no 581, en K7, 16, 15 et J7P, cette céréale occupe plus de 80 % du volume total de semences cultivées dans chacun de ces échantillons (fig. Fa). Signalons que J6P, échantillon d’un volume très faible (0,5 1) n’est constitué quasiment que de seigle et de plantes sauvages (21 grains de seigle, 2 de millet et 121 semences sauvages : tabl. II, IV).

28La répartition des rachis ne se superpose pas exactement à celle des grains (fig. 20). Si, comme les grains, la plupart de ces menus vestiges se rassemblent contre la paroi nord-est, l’examen détaillé des échantillons nuance la lecture. Aucun segment d’épi de seigle ne figure en K6C ni en K7, points les plus riches en grains (fig. 19). La majorité des segments se situe en L5-61, puis en L5C, L6, L6C et L7, zones nettement moins pourvues en grains. Les deux types d’éléments constituant les épis de seigle apparaissent donc dissociés. On discutera dans le chapitre suivant de l’information que révèle cette différence de répartition entre grains et rachis d’une même céréale.

2.3.1.2 Le blé tendre ou froment (Triticum aestivum I. s. L.)

29Le blé nu de Durfort a été attribué à l’espèce blé tendre ou « froment » au sens large en raison de la difficulté de distinguer les deux sous-espèces Triticum aestivum subsp. aestivum (blé tendre au sens strict) et Triticum aestivum subsp. compactum (blé hérisson) à partir de l’examen visuel des grains seuls. D’après les travaux de Werneck (cité par Van Zeist et al. 1994), un indice L/1 inférieur à 1,56 correspond à des grains de la sous-espèce blé hérisson. Les individus mesurés dans trois échantillons livrent des indices moyens compris entre 1,33 et 1,38 (tabl. XI). On peut donc en déduire, comme on le supposait d’après la forme très compacte des vestiges, que le blé tendre de Durfort appartient à la sous-espèce hérisson (fig. 17f). À l’inverse du seigle, aucun grain n’est apparu chétif, mais la carbonisation a fragilisé les individus.

TABL. XI
Indices et comparaisons biométriques des grains carbonisés de blé tendre (Triticum aestivum I. s.) extraits des échantillons G5, G6 et K6C (cf. légende tabl. X).

30Troisième plante cultivée après la féverole d’après l’abondance des restes (soit 3,1 % du volume total des semences cultivées) mais deuxième céréale après le seigle avec 4,4 % du volume de céréales (tabl. VIII), le blé tendre n’apparaît vraiment dense qu’en deux secteurs : en H5 d’une part, et, de façon nettement moins importante, en L5-61 (fig. 21). Un gradient décroissant de ces densités se dessine depuis H5 vers le secteur G5, H6, G6, G7, G8 et depuis le secteur L5-61, L5C, K6C vers K6, L6C, L6, L7. De manière générale, les points de dépôts du blé diffèrent de ceux du seigle. Dans le secteur nord-est (série des carrés K et L), la quantité quasiment négligeable de blé par rapport à la masse de seigle va à l’encontre de toute hypothèse d’un mélange initial délibéré des deux céréales. En revanche, leurs proportions volumiques dans les échantillons G5 et H5 (soit 35 % de seigle et 41 % de blé en G5, 26 % de seigle et 65 % de blé en H5) laissent envisager une association recherchée au moins en G5. On peut vérifier cette hypothèse par la comparaison statistique des pourcentages (test d’homogénéité) entre les deux céréales dans les deux échantillons en posant la question suivante : le seigle et le blé répandus en H5 et G5 proviennent-ils d’un seul stock initial composé d’un mélange inégal des deux espèces ? La valeur calculée de F écart-réduit « t » est égale à 19,92 et indique donc une différence hautement significative (pour un seuil de P = 0,01) entre les pourcentages (du nombre de restes) des espèces d’un échantillon à l’autre. Le seigle et le blé formaient donc deux populations distinctes avant l’incendie. Si l’on ajoute à ce résultat les observations tirées des gradients d’épandage des deux céréales, on constate que le maximum de densité en grains de seigle est situé en G5, alors que la densité maximale en blé est située en H5. Deux amas composés l’un de blé l’autre de seigle se côtoyaient dans la partie est de la pièce. C’est la rencontre de deux nappes d’épandage du blé depuis H5 et du seigle depuis G5 qui a finalement provoqué le mélange aléatoire des grains de ces deux espèces dans les deux carrés.

FIG. 20
Répartition des vannes de céréales selon leurs densités numériques. Les nombres de restes sont rapportés à dix litres de sédiment traité par échantillon. Les éléments d’épi (bases de glumelles et rachis) des trois céréales sont réunis dans la travée L5-6-7 près des points de forte densité en grains de celles-ci. Les balles d’avoine sont plus abondantes en G6 alors que les grains forment une concentration en G7 (cf. fig. 25).

FIG. 21
Répartition des grains de blé tendre (Triticum aestivum I. s.) selon leurs densités volumiques et des grains d’engrain (Triticum monococcum) selon leurs densités numériques. Les volumes et les nombres de restes sont rapportés à dix litres de sédiment traité par échantillon. On relève trois points d’abondance du blé tendre : en H6, en 15/J5-J6 et dans le secteur de la poterie no 581 (K6C-L5C-L561). L’engrain est plutôt présent en G7.

31Les rares segments de rachis n’ont pas tous été découverts dans les échantillons les plus riches en grains. Trois prélèvements pauvres en blé en ont fourni, I-J/7-8, L6 et L7, ainsi que le prélèvement L5-61 où se tient une concentration en grains (fig. 20, 21). Cette répartition apparaît donc plutôt disjointe comme dans le cas du seigle et signale une séparation entre les grains et les autres éléments de l’épi dans les dépôts.

2.3.1.3 Le millet commun (Panicum miliaceum L.)

32Les petits grains de millet sont répartis très largement dans tout le bâtiment (taux de recouvrement : 91 % des échantillons). Le volume total quoique peu élevé (2,4 %) lui accorde la quatrième place parmi les plantes cultivées et la troisième dans le groupe des céréales (3,5 % soit juste après le froment) (tabl. VIII). L’état de conservation est différent selon que les grains extraits étaient libres dans le sédiment ou emprisonnés dans les agglomérats découverts dans les carrés H7, 17 et L5 (cf. supra § 2.2.2 et fig. 14a, 22a, 22b) et formés au cours d’une carbonisation rapide et violente. Les grains libres portent rarement des traces de leurs glumelles alors qu’elles se sont maintenues dans tous les agglomérats. Connaissant les effets d’une carbonisation sur la disparition de ces enveloppes (Boardman, Jones 1990), ces observations inclinent à penser que tous les grains de millet étaient initialement revêtus de leurs balles. En conséquence, les volumes de restes enregistrés sont certainement sous-évalués puisqu’ils prennent en compte des grains dénudés. Cependant, le volume, certes supérieur, occupé par des grains avec glumelles n’aurait pas modifié le classement par rapport au seigle, qui domine largement, ou à la féverole. Compte tenu des volumes modestes de toutes les autres céréales du grenier, la différence quantitative ne serait pas suffisante pour en tirer une autre interprétation. En revanche, conclure à la présence de glumelles sur tous les grains avant l’incendie oriente l’interprétation quant à la forme de stockage (cf. chap. 4). Les grains devenus friables proviennent de récoltes effectuées à maturité d’après les longueurs et largeurs moyennes enregistrées sur deux échantillons : L = 1,79 et 1,84 mm ; l = 1,64 et 1,6 mm. Les rapports moyens L/1 oscillent entre 1,09 et 1,15 (tabl. XII).

FIG. 22
Restes carbonisés de céréales, a, b Face ventrale et face dorsale de grains de millet commun (Panicum miliaceum) ; c, d, e face dorsale, profil et face ventrale de grains de millet italien (Setaria italica) ; f détail de la face dorsale du grain d : reste de glumelle avec ridules en surface ; g grains d’avoine (Avena sp.) ; h grains d’engrain (Triticum monococcum).

TABL. XII
Indices et comparaisons biométriques des grains carbonisés de millet commun (Panicum miliaceum) extraits des échantillons H-l/7 et K4 (cf. légende tabl. X).

33La distribution des restes de millet commun en fonction des densités volumiques met en évidence l’existence de trois emplacements où devaient se situer les amas initiaux (fig. 23) : dans l’angle sud (carré H7), dans l’angle nord (carré K4) et autour de la poterie no 508 (I-J/7-8). Les gradients d’épandage prennent une direction radiale depuis H7 et plutôt nord-est depuis K4. Les points de dépôts du millet sont donc indépendants de ceux de seigle et de blé.

FIG. 23
Répartition des grains de millet commun (Panicum miliaceum) selon leurs densités volumiques et des grains de millet italien (Setaria italica) selon leurs densités numériques. Les volumes et les nombres de restes sont rapportés à dix litres de sédiment traité par échantillon. Le millet commun est localisé dans deux secteurs du bâtiment : près du muret au sud-ouest (H7) et près de l’entrée supposée au nord (K4). Un troisième point est décelé en l-J/7-8 où se tenait la poterie no 508. Le millet italien est surtout présent en K7 et en K6C.

2.3.1.4 L’orge vêtue (Hordeum vulgare L.)

34Le volume des restes de cette espèce la range à la septième place des plantes cultivées (0,9 % de la densité volumique totale) et à la quatrième place des céréales (1,2 % de la densité volumique des céréales) (tabl. VIII). D’après les descriptions anatomiques de lemme d’orge (glumelle inférieure) publiées par W. Van Zeist (1970), J. Renfrew (1973) et S. Jacomet (1987), il semble que l’orge de Durfort puisse être attribuée à la forme vêtue à épi lâche (orge à quatre rangs : Hordeum vulgare var. tetrastichum ou H. tetrastichum L.) si l’on s’en tient aux deux bases de lemme conservées sur des grains de L6. Chez cette orge, la base de la lemme possède en général une entaille incurvée en forme de fer à cheval (fig. 17b-e). Comme aucun vestige de rachis d’orge n’a été découvert à Durfort, nous ne pouvons vérifier l’identification avec les critères biométriques utilisés sur les entrenœuds de rachis. En revanche les indices L/1 des grains semblent être pertinents pour caractériser les ensembles (Jacomet 1987). Les deux lots de grains extraits de 15 et L6 possèdent des rapports respectivement de 2,03 et 1,88. Or, d’après S. Jacomet (1987), les grains d’orge à quatre rangs ont un rapport L/1 supérieur à 1,8 tandis qu’il est inférieur à cette valeur chez les grains de l’orge à six rangs. À partir des grains seuls, la proportion d’individus asymétriques par rapport au sillon ventral peut être un autre critère de reconnaissance (Bakels 1983). Dans la variété à six rangs, trois grains se développent au niveau de chaque nœud d’insertion sur l’épi, les deux grains latéraux sont comprimés sur un côté au profit du grain médian. En définitive, à maturité, deux grains sur trois ont une forme asymétrique comme s’ils avaient subi une torsion. Les ensembles archéologiques d’orge vêtue à six rangs devraient donc comporter deux tiers de grains tordus. Nous avons noté 3 % de formes asymétriques de ce type sur les 345 grains d’orge collectés en L6, échantillon le plus riche en orge, au lieu des 66 % qu’une orge à six rangs aurait livrés. En conclusion, les trois critères utilisés pour distinguer les deux variétés d’orge vêtue plaident en faveur de l’orge à quatre rangs. De larges fragments de glumelles sur la face dorsale ont été fréquemment observés sur les caryopses libres et sont présents sur tous les grains d’orge emprisonnés dans l’agglomérat de millet extrait du carré H7 (fig. 16, 17c-e). Il comporte notamment un caryopse d’orge pourvu de la base de la glumelle inférieure avec la cicatrice d’insertion spécifique décrite ci-dessus. Des traces de glumelle sont conservées sur 22 % des grains en L6 et 23 % en G7 mais seulement 5,6 % en G6. Comme pour le millet commun, on peut en déduire que les grains étaient vêtus dans au moins deux dépôts. Nous devons donc considérer que le volume des restes est aussi sous-estimé. Aucun individu n’est apparu immature ou échaudé. Les deux lots mesurés livrent des longueurs et largeurs moyennes de 5,45 mm et 2,7 mm en 15 et de 6,01 mm et 3,21 mm en L6 (tabl. XIII).

TABL. XIII
Indices et comparaisons biométriques des grains carbonisés d’orge vêtue (Hordeum vulgare) extraits des échantillons 15 et L6 ( cf. légende tabl. X)

35Les restes d’orge figuraient dans la plupart des échantillons, mais trois secteurs du bâtiment comportent les densités les plus marquées en G6, en J4-J5 et en L6 (fig. 24). C’est en L6 toutefois que se tenait l’amas le plus important qui représente d’ailleurs 62,6 % du volume de semences cultivées (fig. Fa ; tabl. VIII). Étant donné qu’en K6C la densité volumique en orge diminue, on en déduit d’une part que les grains s’y sont répandus depuis l’amas situé en L6 et que, d’autre part, l’orge, le seigle et le blé du secteur nord-est formaient des amas distincts avant l’incendie. En J4, autre pic de densité, les grains pourraient être les vestiges d’une autre concentration de cette céréale. Mais il est malaisé de conclure à un tas effectif dans cette zone car l’échantillon renferme essentiellement du seigle (78 % du volume) alors que l’orge ne représente plus que 9 % du volume des semences de culture. La répartition des densités et des taux volumiques de l’orge ne suit pas exactement celle des autres céréales. Hormis le carré L6 où elle prévaut nettement, ailleurs elle demeure à l’arrière-plan. Aussi sommes-nous tentée de voir un stock d’orge en L6, peut-être résiduel si on compare sa densité volumique à celle des ensembles où se tenaient des amas de millet ou de blé (densités maximales comprises entre 50 et 100 ml pour dix litres de sédiment).

FIG. 24
Répartition des grains d’orge vêtue (Hordeum vulgare) selon leurs densités volumiques. Les volumes de semences sont rapportés à dix litres de sédiment traité par échantillon. Malgré la faible quantité de restes conservés, on relève trois zones d’abondance : en G6, en J4-J5 et surtout en L6

2.3.1.5 L’avoine cultivée (Avena sativa L.)

36Le matériel attribué au genre Avena se compose de grains, de bases de glumelles et de fragments de glumelles. Les grains sont principalement conservés sans leurs glumelles (fig. 22g). Cet état pose un problème pour la distinction des espèces sauvages et cultivées couramment attestées dans les niveaux archéologiques en France, comme la folle-avoine (Avena fatua L.), l’avoine stérile (A. sterilis L.) et l’avoine cultivée (A. sativa L.), puisque les caractères spécifiques utilisés en archéobotanique sont portés, entre autres, par la base de la lemme (glumelle inférieure). Or, toutes les bases de lemmes attestées dans le grenier caractérisent l’espèce A. sativa (fig. 18c) ; nous pouvons donc supposer que les caryopses mêlés à ces vestiges de balles appartiennent à cette même avoine. D’ailleurs, la relative abondance de parties d’épillets (glumelles) et de segments de rachis provenant de la panicule (fig. 18d) indique, comme pour le millet et l’orge, que des grains d’avoine devaient encore être vêtus avant l’incendie. Les épillets (grains enveloppés dans leurs balles) occupaient donc probablement plus de volume que celui que nous enregistrons sur le matériel carbonisé avec les grains dépouillés de leurs enveloppes. Les restes d’avoine représentent seulement 0,3 % du volume total des semences cultivées et à peine plus (0,4 %) au sein des céréales (tabl. VIII). La quantité de grains dans chaque échantillon est toujours modeste. Pourtant, deux zones réunissent la majorité des vestiges de l’espèce : G7 pour le secteur sud-ouest et K6C pour le secteur nord-est. D’après les valeurs décroissantes du volume depuis K6C (4 % d’avoine) vers L6, L7 et K7 (environ 2 % de grains dans les trois prélèvements), puis L6C et L5-61 (0,5 et 0,4 %), il semble que l’avoine provienne du contenu de la poterie no 581 (fig. Fa; fig. 25). La répartition des éléments d’épillets ne se superpose pas exactement à celle des grains dans la zone sud-ouest. L’échantillon G6 correspond en effet à un point de densité de ces vannes alors que les grains sont plus abondants dans le carré voisin G7 (tabl. II ; fig. 25, 30). En revanche, les vestiges de glumelles enregistrés en K6C sont en relation avec la densité en grains, révélant le maintien de la connexion anatomique entre ces éléments. Les grains étaient donc encore vêtus avant l’incendie dans ce secteur du bâtiment.

FIG. 25
Proportions numériques des grains et des restes de vannes d’avoine (Avena sp. et Avena sativa). Les pourcentages sont calculés par rapport au nombre total de ces composants dans chaque échantillon. Malgré une conservation différentielle de ces deux constituants d’épillet (grains et lemmes), leur association dans les échantillons de plus forte abondance (carrés G5-G6 et contenu répandu de la poterie no 581 en K6, L6 et L7), indique que les grains étaient vêtus au moment de l’incendie. En revanche, les lots G7-G8 et H7-H8 n’ont livré aucune lemme.

37L’avoine cultivée et les avoines sauvages se rencontrent fréquemment dans les autres cultures céréalières comme adventices. La très faible quantité de grains découverts dans le bâtiment peut indiquer qu’ils proviennent d’une avoine récoltée fortuitement avec une autre céréale. La concentration de grains et de glumelles dans l’échantillon K6C où se tient la plus forte concentration de seigle tend à le signaler. Mais en G7, aucune autre céréale ne se manifeste en concentration maximale de restes. Le seigle, le millet commun et le froment qui s’y trouvent proviennent d’auréoles de dispersion d’amas plus importants situés au voisinage. Il est donc probable que, comme pour l’orge concentrée en L6, les grains d’avoine de G7 constituent un stock résiduel de récoltes antérieures. Leur dissociation avec les enveloppes suppose d’ailleurs que les grains sont issus d’un nettoyage (cf § 4.1) Les grains mesurés n’indiquent pas d’immaturité au stade de la récolte ni d’accident de croissance. Les moyennes de longueur des deux lots considérés (G6 et G7) s’élèvent respectivement à 6,32 et 6,86 mm et leurs largeurs à 2,15 et 2,22 mm (tabl. XIV).

TABL. XIV
Indices et comparaisons biométriques des grains carbonisés d’avoine cultivée (Avena cf. sativa) extraits des échantillons G6 et G7 (cf. légende tabl. X).

2.3.1.6 Le millet italien (Setaria italica [L.] Beauv.)

38Les soixante-cinq grains de millet italien ont été identifiés grâce à leur forme plus arrondie mais surtout grâce à des lambeaux de glumelles sur leur face dorsale (fig. 22c-f). Dans les sept échantillons situés contre la paroi nord-est où ce millet est attesté, le volume brut des restes n’atteint jamais 1 ml (tabl. VIII). La majorité des grains provient du carré K7 où dominent la féverole et le seigle (fig. 23). Cette espèce peut aussi se mêler comme adventice aux cultures de millet commun (Panicum miliaceum). Éloigné des deux concentrations de celui-ci, le point de plus forte densité du millet italien en K7 montre que les deux espèces n’étaient pas associées. On peut donc supposer que les vestiges de millet italien représentent les restes de culture à part entière. Cependant, la quantité anecdotique de ces grains et leur présence dans les amas les plus denses en seigle (K7 et K6C) empêchent de lui attribuer un statut économique net.

2.3.1.7 L’engrain (Triticum monococcum L.)

39Avec seulement un total de treize grains réunis en G6 et surtout en G7 (fig. 22h), et un segment d’épi (ou Furca) en J8, on a peine à considérer les vestiges de ce blé comme ceux d’une culture. Les attestations carpologiques de l’espèce se raréfient entre la période protohistorique et l’ère chrétienne (Marinval 1988a) au point que sa culture n’a jamais pu être mise en évidence par ces témoins en France médiévale jusqu’à la découverte de plusieurs centaines de grains dans un grenier incendié du début du XIIe s. à La Gravette (Isle-Jourdain, Gers). Les densités volumiques montrent qu’il y constituait au moins un stock parmi les autres céréales (Ruas, Bouby 1997). Pour Le Castlar, la faiblesse numérique des découvertes ne permet guère d’y voir les vestiges d’une culture. L’engrain peut aussi persister dans les cultures céréalières comme mauvaise herbe. Les quelques grains d’engrain du Castlar ne sont pas localisés dans les deux concentrations maximales de blé tendre et ne sont pas diffus dans les auréoles d’épandage de ce blé (fig. 21), mais se situent à l’emplacement de la concentration d’avoine. La seule base d’épillet (furca) a été recueillie dans le carré J8 où ni le blé tendre ni l’avoine n’abondent (fig. 20). Comme pour le millet italien, son statut cultural ne peut être plus éclairci ; il donnera lieu à une discussion dans le chapitre 3.

2.3.1.8 Céréales et plantes sauvages

40La figure 26 donne un aperçu des proportions de restes de plantes sauvages composant chacun des échantillons. Nous avons pris en compte leurs taux par rapport à celui des restes céréaliers dont les grains dominent la plupart des spectres. Les taux en plantes sauvages sont à peu près partout négligeables excepté dans les échantillons de la travée L (L7, L6, L5-61, L5C : taux fluctuant entre 14 % et 22 %), l’échantillon K6A (14 %), l’échantillon J6P où ils sont largement représentés (84 % des restes) et l’échantillon G5 (8 %) (tabl. I). Les restes de vannes, en revanche, apparaissent anecdotiques dans tous les spectres. Leurs proportions numériques par rapport aux grains de céréales reportées dans le tableau II s’élèvent à 4 % au plus des grains dans les échantillons G6, J6P et 5 % en L6. L’abondance de semences de plantes sauvages et de vannes de céréales (segments de rachis, fragments de balles, fragments de tiges) peut signaler des récoltes non ou peu nettoyées, des accumulations de résidus de tris et de criblages, voire des apports d’herbes dans le bâtiment. Notons que la richesse en semences de plantes sauvages dans la série L, restes extraits après des tris minutieux des fractions fines de tamis, est un cas exemplaire de la nécessité de prélever dans les zones où le matériel carpologique n’apparaît pas visible a fortiori quand des concentrations sont observées aux alentours. La composition spécifique de la flore sauvage enregistrée dans ces échantillons se prêtera à une interprétation dans le chapitre suivant.

fig. 26
Proportions numériques entre les grains de céréales, les vannes de céréales et les semences de plantes sauvages par échantillon. Les pourcentages sont calculés en fonction du nombre total de semences de ces trois composants par échantillon.

2.3.2 Les légumineuses

2.3.2.1 La féverole ou fève à petites graines (Vicia faba var. minuta L.)

41Le volume total des graines conservées range la féverole à la deuxième place des plantes cultivées attestées dans la réserve (près de 27 % du volume total des espèces cultivées). Seule légumineuse vraiment abondante, elle représente 92 % du volume des restes de cette catégorie (tabl. VIII). La répartition des densités volumiques révèle deux points principaux d’épandage (fig. 27a, 28). Le moins volumineux apparaît en G6, l’autre correspond au contenu de la poterie no 573 (K6A). Le secteur délimité par les lots J8, I-J/7-8, J7 et 17 pourrait être considéré comme un troisième emplacement puisque la féverole, bien que peu abondante, y supplante les autres espèces (fig. Fa). Mais la densité générale en restes est particulièrement faible dans cette zone, le brasier ayant provoqué des destructions importantes. De fait, la prédominance des féveroles y est probablement le résultat d’une disparition différentielle entre céréales et légumineuses. L’état de conservation des graines de féverole varie selon les emplacements. On enregistre des taux faibles de fragmentation inférieurs à 30 % autour des poteries K6A et K6C, premier point de concentration, et un taux de 42 % en G6, second amas éloigné du premier. Des taux importants traduisant une fragmentation de plus de la moitié des vestiges, voire de tous (entre 50 et 100 %), sont relevés dans les échantillons les moins pourvus (fig. 28). Or, cette fragmentation est évaluée à partir du nombre de graines dissociées en deux cotylédons (tabl. XV). La séparation des cotylédons peut être le résultat d’un traitement volontaire des féveroles après leur écossage ou celui de la disparition du tégument lors de la carbonisation. Dans la mesure où au sein même des deux points de concentration, la majorité des féveroles n’est pas dissociée, on peut en conclure que la fragmentation est une conséquence de la carbonisation. Les taux très élevés sont obtenus dans les échantillons composés de féveroles qui furent éjectées de leur contenant et/ou de leur amas pendant l’incendie.

fig. 27
Restes carbonisés de légumineuses, a Vues dorsale et latérale de graines de féverole (Vicia faba var. minuta), radicules et hiles disparus ; b, c, d vues ventrale, polaire et latérale de graines de pois (Pisum sativum), hiles conservés, radicules disparues ; e détail du hile sur la graine b ; f vues polaires de graines de pois chiche (Cicer arietinum), radicules pointues conservées, hiles disparus.

FIG. 28
Répartition des graines de féverole (Vicia faba var. minuta) selon leurs densités volumiques et leur fragmentation. Les volumes de restes sont rapportés à dix litres de sédiment traité par échantillon. Deux amas principaux de féveroles se tenaient en G6 et à l’emplacement de la poterie no 573.

TABL. XV
Taux de fragmentation des féveroles. Chaque graine de féverole est composée de deux cotylédons. Les échantillons en grisé correspondent aux points de concentrations de l’espèce (d’après les densités). N cotylédons nombre de cotylédons ; NG nombre de graines entières conservées ; NGf nombre de graines fragmentées ; Ni nombre d’individus (nombre initial de graines entières).

42Aux effets de la combustion s’ajoutent chez les légumineuses les méfaits d’un coléoptère parasite assez fréquent : la bruche de la fève (Bruchus rufimanus Boh.). Logé dans la graine à l’état larvaire pendant tout le développement de celle-ci, l’insecte après son départ y laisse un orifice dont le diamètre atteint près d’un demi-centimètre. De rares exemplaires d’insectes adultes ou de larves ont été recueillis en L6C, G6 et K6 (fig. 29a). Les loges visibles sur les cotylédons dissociés ont permis d’évaluer le taux de parasitisme par rapport au nombre estimé d’individus (un individu correspond à une graine entière) en divisant le nombre de cotylédons par deux (tabl. XVI, fig. 29b). Une seule alvéole a été notée par féverole. Ce nombre indique qu’elles n’ont donc abrité qu’une seule larve ; observation conforme à la biologie de l’espèce B. rufimanus (Hoffman, Labeyrie 1962). Les taux de parasitisme oscillent entre 3 et 10 % des graines comptées par échantillon. Un seul échantillon, H7, se compose de féveroles dont 18 % ont été parasitées. Ces taux assez faibles concernent toutefois vingt échantillons sur les trente-deux contenant des féveroles. La distribution spatiale des féveroles parasitées ne révèle aucun emplacement privilégié (fig. 30). Les plus forts taux sont obtenus dans les échantillons situés à la périphérie des limites d’épandages de l’espèce, points où les densités en féveroles sont basses (G7, I-J/7-8, 18, L6 et L5C). Une différence sensible se manifeste entre les féveroles des deux épandages partant de G6 et de K6A. La proportion de féveroles atteintes par la bruche dans le secteur G6 ne s’élève qu’à 1 % dans l’échantillon lui-même et apparaît nulle dans les lots voisins (G5, H5, H6, etc.) tandis que dans l’espace nord-est (en K6, K6A, K7, L5-62, L6, L6C, L7), les taux de parasitisme sont compris entre 3 et 6 %, voire 9 % en L5C et L6. Cette variation peut signaler une origine différente entre les deux amas dont nous discuterons plus loin (cf. infra § 2.5.3.2).

FIG. 29
Parasitisme a Face ventrale incomplète de bruche adulte (Bruchus rufimanus) ; b cotylédons de féverole (Vicia faba var. minuta) avec loges larvaires de bruches.

TABL. XVI
Taux de féveroles parasitées par la bruche de la fève (Bruchus rufimanus). Les échantillons en grisé correspondent aux points de concentrations de la féverole (d’après les densités).

FIG. 30
Répartition des graines de féveroles (Vicia faba var. minuta) selon leurs densités volumiques et les taux de parasitisme. Les volumes de restes sont rapportés à dix litres de sédiment traité par échantillon. La différence entre les taux de parasitisme enregistrés dans les deux points d’abondance (K6A et G6) suggère une origine différente des deux amas.

43Les dimensions des graines entières mesurées dans quatre échantillons situent les féveroles du Castlar autour des moyennes obtenues par ailleurs pour du matériel carbonisé : de 7,5 à 8,3 mm en longueur et de 5,6 à près de 6 mm en largeur (tabl. XVII).

TABL. XVII
Indices et comparaisons biométriques des graines carbonisées de féverole (Vicia faba var. minuta). Les graines sont extraites des échantillons G6, J7, K6A et L7 (cf. légende tabl. X).

2.3.2.2 Le pois chiche (Cicer arietinum L.)

44Plutôt discrets en nombre de restes, les pois chiches occupent 2,2 % du volume total des semences de culture (cinquième place derrière les restes de raisin) et seulement 7,5 % de celui des légumineuses (tabl. VIII). Leur répartition dans le bâtiment se cantonne principalement au secteur nord-est (fig. 31). L’orientation des gradients de densités volumiques se superpose à celle des féveroles dans cette zone. Comme pour les féveroles, la plus forte densité se manifeste en K6A, point de concentration des tessons de la poterie no 573. On peut soupçonner une association des deux plantes, soit en mélange dans le récipient, soit à sa proximité sous la forme d’un seul tas ou de deux tas mitoyens, ou bien encore l’un dans le pot, l’autre à l’extérieur. Les pro proportions volumiques varient entre 7 % (en K6) et 13 % (en K6A) de pois chiches par rapport au volume total des deux légumineuses dans l’auréole de dispersion des graines. A l’in verse des féveroles, aucune trace de parasitisme n’a été repé rée et les pois chiches sont en majorité entiers (fig. 27f). Seule la radicule toujours proéminente est parfois érodée. Comme l’indiquent les données biométriques, les graines proviennent de plants mûrs : leur diamètre moyen (largeur) s’élève à 4,7 et 4,8 mm (tabl. XVIII).

FIG. 31
Répartition des graines de pois chiche (Cicer arietinum) selon leurs densités volumiques. Les volumes de restes sont rapportés à dix litres de sédiment traité par échantillon. Un seul amas de pois chiches s’observe à l’emplacement de la poterie no 573.

TABL. XVIII
Indices et comparaisons biométriques des graines carbonisées de pois chiche (Cicer arietinum). Les graines sont extraites des échantillons K6A, K6C, L6C et L7 (cf. légende tabl. X).

2.3.2.3. La lentille (Lens culinaris L.) et le pois (Pisum sativum L.)

45La quantité de graines de ces deux espèces est si dérisoire qu’il est bien difficile de mettre en évidence un quelconque stock initial de l’une ou de l’autre (tabl. II). On relève six pois en K4 et seulement deux lentilles en L6 (dia mètre ou épaisseur = 3,1 et 3,2 mm) (tabl. XIX). Si la détermination des pois n’a posé aucun problème (hile conservé sur la plupart des graines) (fig. 27b-e), celle des lentilles en revanche demeure sujette à caution. L’échantillon L6 contient aussi plusieurs graines de vesce (Vicia sp.) dont l’espèce n’a pu être précisée. Les confusions sur des restes érodés et carbonisés sont toujours possibles dans la mesure où les vesces offrent une variabilité morphologique déroutante en l’absence d’indices anatomiques pertinents (couleur et dessins du tégument, forme et dimensions du hile). Aucun autre contexte du castrum n’a pour l’heure livré d’autres exemplaires confirmant la présence de lentilles. En revanche, des graines de pois sont attestées plusieurs fois sur le site, résultat qui laisse deviner un rôle plus important de cette espèce au sein des légumineuses alimentaires que ne le suggèrent les données du grenier.

Lens culinaris
Lentille

N = 2 graines

2,9 x 1,7 x 3,1
3,2 x 1,8 x 3,2

Linum sp.
Lin

N = 7 graines

2,5 x 1,3 x 0,45 ? x 1,3 x 0,6
2,2 x 0,8 x 1,1
2,2 x 1,1 x 0,5
2,5 x 1,2 x 0,5
2,5 x 1,4 x 0,4
2,5 x 1,4 x 0,6

Ficus carica
Figuier

N = 4 pépins

1 x 0,9 x 0,7
1.1 x 0,9 x 0,8
1,2 x 1,1 x0,6
1 x 0,8 x 0,7

Mespilus germanica
Néflier

N = 1 noyau

6,8 x 5,4 x 3,6

Prunus avium
Merisier

N = 1 noyau

6,9 x 5,1 x 4,6

Fragaria vesca
Fraisier

N = 1 pépin

1 x 0,7x0,55

Prunus spinosa
Prunellier

N = 1 noyau

6,5 x 5,8 x 5,5

Rubus fruticosus
Mûrier ronce

N = 1 pépin

1,5 x 1 x 1,1

Sambucus ebulus
Sureau hièble

N = 3 pépins

2,3 x 1,5 x 1,1
2.3 x 1,7 x 1,1
2.4 x 1,6 x 1,2

TABL. XIX
Biométrie de quelques espèces (en mm).

2.3.3 Les fruitiers

46Sont rassemblées sous cette rubrique les espèces fruitières cultivées et celles supposées être spontanées dans l’environnement local et dont les fruits ont pu être récoltés (tabl. III). Cette distinction se fonde, entre autres, sur les données archéobotaniques dont nous disposons actuellement pour la France des périodes historiques (Ruas 1996). Nous avons identifié les restes de quatorze espèces fruitières. Parmi elles, huit sont reconnues comme étant cultivées à l’époque : le figuier (Ficus carica), le merisier (Prunus avium), le néflier d’Allemagne (Mespilus germanica), le noyer (Juglans regia) (fig. 32e), le pêcher (Prunus persica), le poirier cultivé (Purus communis), le prunier cultivé (Prunus domestica) et la vigne (Vitis vinifera) (fig. 32a-d). Les fruits des six autres espèces ont pu être collectés dans les formations boisées voisines du village (bordures anthropiques, broussailles, sous- bois de la chênaie et/ou de la hêtraie) : le fraisier des bois (Fragaria vesca), le hêtre (Fagus sylvatica), le mûrier ronce (Rubus agg. fruticosus), le noisetier (Corylus avellana), le prunellier (Prunus spinosa) et le sureau hièble (Sambucus ebulus). Le statut de certains fruits des bois a pourtant évolué vers une mise en culture à la fin du Moyen Age attestée par les textes notamment, ceux concernant les potagers et vergers des jardins urbains et péri-urbains seigneuriaux (Flaran 1989) et par les données carpologiques (Ruas 1992b ; 1996). Les semences fossiles ne permettent pas toujours de reconnaître les cultivars d’après leur dimensions ou leur forme (tabl. XIX) mais les mentions écrites et l’augmentation des fréquences d’attestations carpologiques de fraises, des mûres de ronce, des noisettes et des prunelles invitent à considérer ces espèces comme cultivées (Ruas 1992b). Le sureau hièble est une espèce dont les fruits sont réputés peu comestibles, plus ou moins toxiques (Fournier 1948; Couplan 1983). L’espèce, de nature herbacée à l’inverse des autres sureaux, est aussi répertoriée comme une mauvaise herbe, devenue assez rare dans les cultures mécanisées actuelles (Sigaut communication personnelle ; Jauzein 1995). De fait, sa place au sein des espèces fruitières, dans le sens alimentaire du terme, est peut-être erronée. Le nombre de toute façon trop restreint des restes de ces espèces limite l’interprétation de leur statut. Les vestiges de fruits sont conservés sous diverses formes : pépins (raisin, figue, poire, fraise, mûre de ronce, sureau hièble), noyaux (merise, nèfle, prune, pêche, prunelle), fragments de coque ou de bogue ligneuse (noisette, noix et faîne) mais aussi fragments de pulpe (fruit charnu de type prune, raisin), baies et pédicelles (raisin). Seuls les restes de raisin sont organisés en dépôt différencié ; les vestiges des autres espèces sont anecdotiques.

2.3.3.1 La vigne cultivée (Vitis vinifera var. sativa L.)

47Bien que la plupart des éléments constitutifs d’une grappe (pépins, baies, pédicelles de rafle) soient conservés, leur état dissocié forme un ensemble dont le volume est inférieur à celui que l’on enregistrerait à partir de grappes entières. Par ailleurs, parmi ces restes, les pépins sont les plus abondants (fig. 32b, c). Les baies apparues dilacérées ou écrasées ne représentent que 1,2 % du nombre total de restes de raisin (fig. 32d). Les pédicelles, bien que nombreux, occupent un volume négligeable. En définitive, la proportion volumique (1,2 %) sur l’ensemble des vestiges de plantes cultivées ne reflète pas l’importance réelle du dépôt fossile de raisin par rapport aux espèces à semences farineuses. Elle place toutefois ce fruit avant celui des grains d’orge vêtue et d’avoine (tabl. III, VIII).

fig. 32
Restes de carbonisés de fruits, a Pédicelles de grappes de raisin (Vitis vinifera) ; b pépin de raisin entouré de lambeaux de la pulpe ; c deux pépins en connexion, les parties charnues ont disparu ; d fragment de baie aplatie et dilacérée de raisin ; e fragment de coque de noix (Juglans regia).

  • 2 – Des marcs de raisin sortis du pressoir et rejetés en plein air sont investis, quelques jours aprè (...)

48La répartition des pépins semble signaler la présence d’un seul amas situé au pied de la paroi rocheuse sud-est et, plus précisément, dans le carré H8 (fig. 33). Les gradients décroissants de densité montrent qu’il s’est répandu sur le sol vers le sud-ouest. De minimes quantités de pépins et de pédicelles sont aussi attestées contre la paroi nord-est. La répartition des quelques baies repérées se superpose à celles des pépins, mais ces éléments n’ont pas été enregistrés dans les échantillons localisés vers la paroi nord-est. La distribution des pédicelles des fruits apparaît, à l’inverse, disjointe des baies et des pépins. En effet, la plus forte densité est relevée dans le carré H7 et le sens de l’épandage de ces éléments est orienté en sens inverse de celui des pépins vers l’angle sud de la réserve (fig. 33). L’absence de connexion anatomique entre les baies et les pépins avec les pédicelles les reliant à la grappe ne peut être la conséquence de l’effondrement du bâtiment et de la carbonisation. La très faible part de baies carbonisées est très inférieure à la quantité de pépins conservés. De plus, certaines sont aplaties et rabougries à la manière des raisins secs, voire dilacérées comme dans le marc à peine sorti du pressoir2 (fig. 32d). Or, la carbonisation n’affecte pas systématiquement, semble-t-il, la forme initiale de ces fruits charnus comme on l’a remarqué sur des baies extraites d’incinérations funéraires gallo-romaines. Plusieurs d’entre elles avaient, en effet, conservé une forme turgescente de fruit frais (Marinval 1993). On peut donc penser que l’ensemble des vestiges de raisin fossilisés dans le bâtiment correspond plus à un résidu de marc qu’à des grappes entreposées de raisin frais. Notons que l’amas principal de raisin est exactement situé à l’emplacement d’une cuvette creusée dans le rocher. Dans le chapitre 4, on discutera de la nature de ce dépôt, de la fonction éventuelle de cette structure et de sa relation supposée avec les restes de raisin dissociés.

FIG. 33
Répartition des restes de vigne (Vitis vinifera var. sativa), selon leurs densités volumiques et numériques. Les volumes et les nombres de restes sont rapportés à dix litres de sédiment traité par échantillon. Les différents composants de la grappe sont concentrés dans l’espace sud-ouest, dans et autour d’une « cuvette » creusée dans le substrat rocheux (H8). Ailleurs, les vestiges sont disséminés. Fragments de baies et pédicelles sont dissociés en H8 et H7.

2.3.3.2 Les autres fruitiers cultivés et les fruitiers sauvages

49La palette offre des restes de fruits variés secs ou charnus, mais la très faible quantité de témoins découverts laisse à penser qu’ils ne sont pas le résultat d’un stockage (tabl. III). Le hêtre (Fagus sylvatica) est attesté par un unique fragment de bogue, témoin assez rare sur les sites d’ambiance sèche pour qu’il mérite d’être souligné. Il a aussi été identifié dans le niveau d’occupation de la réserve et d’autres niveaux du castrum à partir de plusieurs charbons de bois (Durand et al. 1997). Le prunellier (Prunus spinosa) et le noisetier (Corylus avellana) ont fourni les restes les plus fréquents mais suivent, comme les autres espèces cultivées ou sauvages, une distribution périphérique le long de la paroi rocheuse au nord-est et le long du muret séparant le grenier de la cour (fig. 34). Seules les coques de noix apparaissent plus disséminées. La densité de tous ces débris de fruits est plus marquée dans le secteur nord-est (K7, L7, L6, L5) du bâtiment. Mais leur distribution périphérique au pied des « murs » de la pièce évoque les accumulations de déchets de consommation provoquées par le balayage et les passages. Un noyau de prunelle découvert en G5 porte des traces de grignotage d’un Rongeur. Les animaux commensaux de l’Homme, certains ravageurs des entrepôts, ont sans doute contribué à l’apport de ce type de végétaux dans le bâtiment. En définitive, les débris fruitiers réunis sur le sol d’occupation peuvent provenir de la consommation occasionnelle de fruits lors de séjours dans le bâtiment (au moment des stockages ? des prélèvements dans les stocks ? de surveillance ? d’entretien ?) et des apports d’animaux stockeurs. Les dimensions de quelques restes sont consignées dans le tableau XIX.

FIG. 34
Répartition des restes de fruits cultivés et sauvages selon leurs densités numériques. Les nombres de restes sont rapportés à dix litres de sédiment traité par échantillon. Les fruits cultivés comptent la merise, la prune, la pèche, la nèfle, la figue, la poire et la noix. Les fruits sauvages comptent la prunelle, la mûre de ronce, la fraise des bois, le sureau yèble, la faine de hêtre et la noisette.

2.3.4 Le lin (Linum sp.)

50Six échantillons ont permis de collecter tout au plus vingt-huit graines de lin dont l’espèce n’a pu être précisée. Bien qu’entiers et peu déformés, ces restes ne répondent pas au critère biométrique des graines de l’espèce cultivée Linum usitatissimum. Leur longueur moyenne de 2,5 mm est inférieure à celle des graines de lin cultivé, supérieure ou égale à 4 mm (tabl. XIX). Même en tenant compte de la réduction de 12 % à 15 % sur la longueur que subissent les graines lors de la carbonisation, d’après les observations de W. Van Zeist et Bakker-Heeres (1985), le matériel fossile du castrum ne peut rigoureusement être attribué à l’espèce cultivée. S. Jacomet (communication personnelle) estime que la taille ne constitue pas un critère suffisant pour différencier les espèces sauvages et cultivée de lin. Elle y ajoute le caractère de déhiscence ou d’indéhiscence de la capsule (fruit), les formes cultivées ayant perdu la capacité de disperser leurs graines (capsule indéhiscente). L’absence de capsule de lin dans le grenier et la faible part de matériel conservé défendent toute attribution spécifique définitive. Nous aurions tendance à supposer qu’il s’agit de lin sauvage dans la mesure où la plupart des graines sont situées dans les prélèvements L6C et L7 caractérisés par un spectre étendu en espèces sauvages (cf. infra). Mais d’autres graines de lin de longueur proche des 4 mm ont été découvertes dans la grande structure de combustion du castrum (chantier 7, structure 1) dont les strates d’utilisation ne comportaient pas de restes de plantes sauvages en abondance (Ruas 1992c). Nous les avons donc apparentées avec moins de doutes à l’espèce cultivée. Quoi qu’il en soit, aucune contemporanéité n’a pu être établie entre le fonctionnement de la structure à feu et le grenier. La présence de graines de lin sauvage dans un grenier n’est pas surprenante car certaines espèces apparaissent dans les cortèges d’adventices culturales. Par ailleurs, des graines de lin stockées peuvent constituer des semences prévues pour les futures semailles ou bien entrer dans l’alimentation humaine et animale sous forme des graines et de l’huile culinaire ou ménagère que l’on en tire. Le travail des fibres textiles obtenues à partir des tiges pourrait aussi justifier le dépôt d’une récolte de lin ; des vestiges carbonisés de tiges, de capsules et de graines étaient ainsi conservés dans un grenier du XIe s. à Wroclaw, en Pologne (Kosina 1981). En raison de la présence des graines seules à Durfort, nous ne pensons pas que des bottes de lin avaient été stockées dans le bâtiment car elles auraient été repérées comme les vannes céréalières, éléments pourtant fragiles, qui ont pu résister.

2.3.5 Comparaisons biométriques des semences entre échantillons

51La mise en évidence de deux ou trois concentrations d’une même espèce invite à se demander si elles ont été constituées à partir de semences récoltées sur la même parcelle cultivée. On peut admettre, en effet, que dans ce cas, celles-ci se sont développées globalement dans les mêmes conditions agrologiques (sol, climat, éclairement, façons culturales). Dans la mesure où l’influence de ces facteurs mais aussi celle du stade de développement des graines au moment de la récolte et l’origine génétique des populations végétales s’expriment au niveau des dimensions moyennes des individus, la biométrie peut être employée pour établir l’existence ou non de différences significatives entre les amas de semences déposées dans la réserve. Dans l’exemple que nous traitons, ce paramètre ne souffre pas des effets différentiels de la carbonisation ni de l’enfouissement puisque les amas ont été fossilisés simultanément dans les conditions thermiques équivalentes au moins au niveau de la durée de combustion et du degré de température. La position et la masse des semences par rapport aux flammes ont, bien sûr, déterminé des conditions localement variables : atmosphère plus ou moins oxydante ou confinée, température plus ou moins élevée. L’état général de carbonisation et de conservation du matériel carpologique du grenier est relativement uniforme. Le risque d’enregistrer des variations de carbonisation est donc négligeable et ce d’autant que le choix des semences s’est porté sur des exemplaires entiers et peu déformés par le feu. L’analyse biométrique qui prend en compte la longueur, la largeur et l’épaisseur de semences peut donc se prêter à un test statistique de comparaison des moyennes.

52Le test appliqué est une approche simple et de portée modeste car les trois mesures et leurs rapports (L/l, L/ép., l/ép.) sont moins pertinents pour décrire de manière comparative les individus à l’instar des programmes morphométriques utilisés depuis peu sur le matériel carpologique (Terral 1997). Il demeure cependant utile et fiable pour révéler des faits rendus trop subjectifs par le seul examen visuel. Nous avons pris le parti de travailler sur des lots de cent semences complètes par échantillon et comparé ceux provenant d’amas distants lorsque plusieurs concentrations ont été repérées pour une espèce (seigle, blé tendre, féverole, millet commun, orge vêtue, avoine) ou d’amas voisins pour vérifier leur origine commune supposée (pois chiche, avoine). Comme les points de plus forte densité volumique n’offraient pas toujours les meilleurs exemplaires pour les mesures, nous avons dû parfois sélectionner les semences dans un échantillon proche du point de concentration maximale (par exemple les grains de seigle en 15 au lieu de l’amas G5 ou les grains de blé tendre en G5 au lieu de l’amas repéré en H5). Lorsque les comparaisons étaient réalisées à partir de lots réunissant moins de trente individus (cas des pois chiches), nous avons utilisé le test « t » de Student. Les conclusions sur les différences sont établies pour des probabilités P comprises entre 0,01 et 0,05 (différence significative). Plusieurs valeurs de t sont obtenues pour des probabilités P comprises entre 0,001 et 0,01 (différence très significative), voire pour P < 0,001 (différence hautement significative).

  • 3 – Nous remercions P. Marinval qui contribua aux premières prises de mesure de quelques échantillons (...)

53Sept espèces ont été testées ; les mesures relevées sur 1 568 semences à raison de trois mesures par individu, ont abouti à l’enregistrement de 4 704 valeurs3. Le résultat de chaque test est consigné dans les tableaux X (seigle), XI (blé tendre), XII (millet commun), XIII (orge vêtue), XIV (avoine), XVII (féverole) et XVIII (pois chiche).

2.3.5.1 Le seigle

54Les quatre lots de grains proviennent des échantillons 15, 16, K6C et L6C. Les comparaisons biométriques concernent donc les amas répandus dans les secteurs est et ouest du bâtiment (fig. 19). On constate que les semences des quatre lots comparés deux à deux présentent des différences biométriques très significatives à hautement significatives. Les grains de 15 et de L6C sont les plus étroits et les plus effilés alors qu’en K6C et 16, les grains sont nettement plus gros. D’ailleurs, on constate que seule la longueur moyenne différencie les deux lots, les grains de 16 (L = 5,78 mm) étant plus grands que ceux de K6C (L = 5,41 mm). Or, d’après la figure 19, on constate que les grains de 16 proviennent plus probablement d’un amas repéré en J6, distinct de K6C. Les deux amas ne seraient donc pas issus d’une seule population. On est plus étonnée de constater des différences hautement significatives entre les grains d’échantillons mitoyens, à savoir 16 et 15 d’une part, et K6C et L6C d’autre part. La distribution des densités volumiques laisse penser que les grains de 15 et de L6C proviennent respectivement des concentrations imposantes trouvées en 16 et K6C. Bien que les grains mesurés correspondent à des individus parvenus à maturité, leur forme plus étroite et leur petite taille évoquent les grains qui se situent aux extrémités de l’épi. Nous avons noté que, dans l’ensemble, tous les caryopses de céréales de L6C avaient une radicule très allongée et gonflée comme dans le cas de grains en phase germinative. Or cet allongement de la radicule survient après une phase de réhydratation (imbibition) à la faveur d’une humidité suffisante et permanente. Des grains trop chargés en humidité au moment de la récolte et mal séchés peuvent germer spontanément dans un entrepôt.

55Ces informations n’expliquent cependant pas pourquoi les grains de 15 et L6C ne ressemblent pas aux grains des lots voisins. Compte tenu de leur position marginale par rapport aux points principaux de concentration, on peut envisager que ces deux lots sont composés de grains éliminés lors de criblages des stocks. Des articles de rachis de seigle sont présents en L6C mais pas en 15 (fig. 20). Rappelons cependant que pour ce dernier échantillon, la méthode de tamisage du sédiment a pu favoriser la perte des éléments les plus petits (mauvaises herbes, tiges et vannes). On remarque d’ailleurs que l’échantillon 15 est entouré par des dépôts où les criblures de céréales et, en l’occurrence, les rachis de seigle sont conservés. L’échantillon J5 contient même la densité la plus haute en fragments de tiges de céréales. Les dépôts 16 et K6C sont dépourvus de rachis de seigle, K6C n’a livré aucun fragment de tige. Ces faits laissent ainsi soupçonner que les assemblages L6C et 15 contiendraient des grains de seigle résultant de criblages donc d’une sélection des individus les plus effilés. Le début de germination de certains caryopses en L6C est peut-être dû à une humidité mal maîtrisée dans cet espace du bâtiment.

2.3.5.2 Le blé tendre

56Les données biométriques du blé tendre concernent trois échantillons localisés en G5, G6 et K6C. Des différences très significatives séparent les grains de G5, plus grands, et de G6. En revanche, il est étonnant qu’aucune différence significative ne se manifeste entre les grains de G6 et de K6C, localisés dans un secteur opposé (fig. 21). Les grains de blé conservés en G5 sont en moyenne significativement plus grands. On doit en conclure que le blé tendre répandu en G5 n’appartient pas à la même population que celle des grains de G6 et K6C. La figure 20 montre que le dépôt G6 renfermait plusieurs fragments de tiges de céréales alors qu’aucun n’a été enregistré en G5. La taille plus petite des grains de blé tendre de G6 et de K6C et leur faible densité volumique quasiment équivalente (13,3 ml et 17,5 ml) évoquent, comme pour le seigle, des résidus de criblages. D’après la répartition des densités volumiques (fig. 21) et les résultats du test de comparaison, on peut en conclure que la majeure partie de l’amas de blé localisé en H5 s’est déversé en G 5 mais pas en G6. L’assemblage L5-61, échantillon qui réunit la concentration maximale de grains de blé dans ce secteur, renferme aussi des vannes de l’espèce et des fragments de tiges de céréales (fig. 20, 21). Comme les densités volumiques y sont nettement réduites (˂ 20 ml), les grains de blé y sont donc plus probablement des restes de nettoyage de stocks déposés à une autre place.

2.3.5.3 Le millet commun

57Nous avons comparé les grains sans glumelles découverts dans deux espaces opposés où sont enregistrés de probables amas, l’échantillon K4, près de l’entrée nord, et l’échantillon H/I-7 proche de l’amas principal H7 (fig. 23). Les grains de H/I-7 sont significativement plus grands. L’éloignement des deux assemblages peut laisser envisager que cette différence enregistrée seulement sur la longueur révèle leur origine différente. La position du lot H/I-7 près du brasier n’explique pas cette différence car la carbonisation affecte plutôt les grains dans leur largeur et leur épaisseur lors des gonflements. Les grains de ces deux lots sont peut-être d’origine culturale différente : variétés, parcelle, mode de culture ?

2.3.5.4 L’orge vêtue

58Le dépôt principal d’orge en L6 est comparé aux grains conservés en 15 (fig. 24). Tous les paramètres indiquent que les différences biométriques sont hautement significatives (tabl. XIII). Les grains d’orge de L6 forment une population d’individus nettement plus gros. Or, l’échantillon contient aussi des sous-produits de décorticage de céréales ; si aucun rachis d’orge n’a été découvert, en revanche, les résidus de balles (glumelles) ont été notés sur 22 % des grains du lot L6 (cf. supra § 2.3.1.4). En toute logique, la concentration d’orge de ce carré ne représente pas des résidus de criblages de cette céréale. En revanche, la densité volumique négligeable et la forme plus courte et effilée des grains d’orge de 15 rappellent les observations sur les grains de seigle de ce même échantillon. Les grains de ce dépôt seraient les résidus de criblages.

2.3.5.5 L’avoine

59La différence entre les proportions de glumelles des échantillons G6 et G7 (fig. 25) a soulevé la question de l’origine opératoire de ces deux dépôts. L’amas principal situé en G7 ne contient aucun fragment de glumelles alors qu’en G6, les fragments de balles et de tiges abondent. Comme les fragments de glumelles ne peuvent être rapportés au nombre de grains, nous avons calculé la proportion des bases de glumelles conservées (une base contient un grain) ; elle s’y élève à 19 % de l’ensemble de l’avoine. Les données biométriques montrent de plus que les grains de l’amas principal G7 sont significativement plus grands que ceux mêlés aux balles d’avoine. La richesse en résidus de décorticage et les petites dimensions des grains réunis en G6 trahissent la présence d’un dépôt résultant d’opérations de décorticage et de criblages d’avoine.

2.3.5.6 La féverole

60Les quatre lots de féveroles testés correspondent à la concentration principale relevée en G6, à celle de K6A et aux échantillons J7 et L7 qui pourraient contenir des graines issues de K6A (fig. 28). Les comparaisons de moyennes indiquent que le lot G6 se différencie des trois autres lots de façon hautement significative (tabl. XVII). Ces derniers, en revanche, contiennent des graines dont les moyennes biométriques signalent qu’elles forment une population homogène. Les féveroles déposées en G6 sont plus grosses que l’ensemble de féveroles répandues dans le secteur est et sud-est de la réserve. Les densités volumiques importantes de vestiges enregistrés dans les deux espaces permettent de conclure que les lots déposés en G6 et K6A sont des stocks formés à partir de graines d’origine culturale différente, déduction que confortent les taux de parasitisme enregistrés dans les deux lots (1 % et 9 %) (fig. 30 et cf. supra § 2.3.2.1).

2.3.5.7 Le pois chiche

61L’abondance maximale de l’espèce se manifeste dans l’échantillon K6A (fig. 31). Afin de vérifier l’homogénéité des pois chiches répandus autour de cette concentration, nous avons appliqué le test t de Student aux lots K6A, K6C, L6C et L7. Quelques différences sont constatées au niveau d’un seul des trois paramètres. Le lot L7 contient des graines significativement plus grandes que celles de K6C. Les graines de K6A sont plus épaisses que celles de L6C et ces dernières sont moins larges que celles de L7. On relève à l’inverse l’homogénéité des moyennes entre les pois chiches de K6C et L6C, entre ceux de K6A et L6C et ceux de K6A et L7. En définitive, un premier groupe à graines plus grosses réunit K6A et L7 et un second à graines plus petites réunit K6C, L6C et K6A. Or, la position intermédiaire de l’échantillon K6A par rapport à L7 et K6C permet de comprendre que les graines qui y étaient entassées se sont répandues en majorité en ces deux points à la fois. En revanche, le lot de pois chiches de L6C n’aurait pas été formé à partir de cet épandage. Si l’on se reporte à la répartition des densités volumiques (fig. 31), on constate que L6C contient deux fois plus de pois chiches que K6C. On peut donc en conclure que le lot L6C renferme des graines de pois chiche significativement moins épaisses que celles des lots K6A et L7. S’agit-il de récoltes différentes ou bien les graines de L6C sont-elles le résultat d’un criblage ? Comme pour le seigle brûlé de ce même échantillon, nous avons noté une proéminence plus marquée de la radicule de certaines graines signalant, semble-t-il, un début de germination.

2.3.6 Emplacement des concentrations de semences selon les espèces

62À la suite de l’analyse spatiale des semences de culture répandues au sol et des interprétations de l’analyse biométrique, on peut localiser les probables emplacements des amas principaux de ces plantes (fig. G). Nous entendons par amas principal le point d’abondance maximale en restes d’après leur densité volumique pour dix litres de prélèvement. Huit espèces cultivées ont livré une abondance suffisante pour suggérer la présence de stocks. On dénombre vingt et un emplacements principaux d’importance volumique cependant inégale selon les espèces (tabl. XX). Les autres espèces, engrain, millet italien, pois, lentille et lin, qui ont livré très peu de restes, apparaissent si localisées dans le bâtiment que leur présence ne peut être considérée comme fortuite. Elle résulterait, à notre sens, d’une exploitation mais lors d’années antérieures à celle de l’incendie (tabl. XXI).

Espèce entreposée

Nombre d’amas principaux

Emplacements des amas d’après la densité volumique décroissante en semences

Densité volumique maximale de chaque espèce (pour 10 l de prélèvement)

Seigle
Féverole
Pois chiche
Blé tendre
Raisin
Millet commun
Orge vêtue
Avoine

4
2
2
2
3
3
3
2
Total : 21

K6C ; K7 ; J6 ; G5
K6A ; G6
K6A : L6C (?)
H5 ; L5-6,
H8 ; G5 (?) ; L6 (?)
H7 ; K4 ; I/J-7/8
L6 ; J4 (?) ; G6 (?)
S2 ; K6C (?)

K6C : 3000 ml
K6A : 760 ml
K6A : 118 ml
H5 : 100 ml
H8 : 72,2 ml
H7 : 72 ml
L6 : 26,7 ml
G7 : 4,3 ml

TABL. XX
Espèces cultivées pour lesquelles au moins un stock est avéré. Les échantillons soulignés correspondent aux densités maximales enregistrées pour l’espèce. Le symbole (?) indique l’incertitude de la présence d’un stock de l’espèce au point d’abondance.

Espèce entreposée ?

Point d’abondance en restes

Densité numérique pour 10 l de prélèvement au point d’abondance

Densité volumique pour 10 l de prélèvement au point d’abondance

engrain
pois
lin
lentille millet italien

G7
K4
L6C
L6
K7

4 grains
3 graines
40 graines
1 graine
46 grains

0,66 ml
0,5 ml
0,5 ml < 0,5 ml < 0,5 ml

TABL. XXI
Espèces cultivées pour lesquelles aucun stock n’est avéré.

63L’extension des gradients décroissants de densités volumiques pour chacune des espèces a révélé des ruptures dans la dispersion des semences. La plus nette et la plus facile à relier à une structure conservée est celle qui se manifeste au niveau de l’alignement de pierres entre les carrés J4 et K4 (fig. 13). Les trois pierres en place devaient supporter une structure qui, lors de l’incendie, s’est opposée à la dispersion des semences entre J4 et K4. Peut-être s’agissait-il d’une cloison pour séparer les stocks ou d’un élément architectural lié au système d’entrée. Des anomalies similaires ont été repérées entre la série L5, L6, L7 et les échantillons K6A, K6C (fig. 19, 24, 28). Le déversement des grains de seigle, d’orge, d’avoine et des féveroles semble en effet avoir été limité. De plus, les criblures de seigle présentes le long de cette paroi n’apparaissent pas dans les échantillons voisins particulièrement riches en grains (fig. 20). L’affaissement des tas aurait dû mélanger les deux types d’éléments. Nous envisageons donc l’existence soit d’une banquette en terre surélevée par rapport à l’emplacement des tas de féveroles et de seigle soit d’un muret séparant l’espace formé par la travée L. Les fragments de terre rubéfiée découverts sur le sol de cette bande pourraient en être les vestiges.

64La propagation des amas s’est aussi heurtée à la présence de contenants. En K6A, la dispersion des féveroles apparaît nettement moins étendue vers K6C que vers K6-K7, alors que les grains de seigle de K6C ont envahi les environs immédiats de leur emplacement, sauf vers la travée L (fig. 28). Il est difficile de montrer que les deux céramiques, l’oule (no 581) et le pégau (no 373), brisées sur place, contenaient ou non l’intégralité ou une partie des semences conservées dans les deux échantillons correspondants, K6C et K6A. La capacité du pégau en K6A est de 0,3 l alors que les féveroles seules représentent un volume supérieur de 0,76 1 et que celui des pois chiches est égal à 0,118 l. En revanche, les grains de seigle dénombrés en K6C occupent un volume de 3 1 alors que la capacité restituée de l’oule (no 581) s’élève à plus de 4,5 l. Le mode d’extension des féveroles en K6A signale qu’elles devaient être en partie contenues dans le pégau et/ou un contenant en matière périssable détruit par les flammes (sac, vannerie ?). La même conclusion peut être émise pour les féveroles de l’échantillon G6. En effet, la comparaison des figures 25 et 28 révèlent que les grains d’avoine concentrés en G7 se sont répandus sans obstacle vers G6. À l’inverse, l’extension des féveroles depuis G6 apparaît très circonscrite ; résultat que nous expliquons par la présence d’un contenant périssable dans lequel se trouvaient les graines et non d’une cloison entre l’avoine et les féveroles. Le rôle de contenant de foule no 508 dégagée en I-J/7-8 est moins douteux pour les grains de millet commun abondants dans l’échantillon. En effet, leur extension limitée et, de fait, leur abondance, tranchent avec la pauvreté en millet et en autres espèces dans les échantillons voisins (fig. 23). Les grains enfermés dans la poterie ont été protégés contre les flammes du brasier.

65Le statut de stock est aisé à établir pour les espèces les plus abondantes (seigle, féverole, blé tendre, millet commun, pois chiche et raisin). Toutefois, les concentrations parfois très faibles repérées pour le raisin (en G5 et en L6), mais aussi pour l’orge vêtue et l’avoine jettent un doute quant à leur nature. Les concentrations réduites constituent-elles des stocks résiduels d’anciennes récoltes ? Sont-elles le résultat de balayages, de réorganisation du stockage dans la pièce, de prélèvements périodiques de semences ? L’espace central (carrés I et J) n’a livré aucun indice d’amas. Même sans exclure les effets drastiques du brasier sur la composition numérique des échantillons, les zones de contact et de mélange entre couronnes d’épandages ne sont pas toujours aisées à décrypter. La maille du carroyage employée lors des prélèvements est un obstacle à l’acuité de notre lecture. De même, la méthode de traitement des échantillons G-H/5, 15, H-I/7 et l’absence de prélèvements en 14, H4 et G4 (cf. chap. 1) n’autorisent aucune hypothèse sur la structuration de cet espace central.

2.4 Répartition spatiale des vestiges de plantes sauvages

66La flore sauvage a livré 13 090 semences attribuées à 131 taxons dont 91 sont identifiés au rang de l’espèce (tabl. I, IV), résultat rarement obtenu dans les sites d’ambiance sèche (Willerding 1970). Toutes ces plantes ne sont pas représentées avec la même abondance ni la même fréquence dans l’ensemble des échantillons.

67Deux espèces se démarquent du spectre par un nombre important de restes et un taux élevé d’attestations : la nielle des blés (Agrostemma githago) (fig. 35a) et le chénopode blanc (Chenopodium album) (fig. 36c). La famille des Graminées (Poaceae) figure dans 88 % des échantillons. Bien qu’elle ait aussi fourni une profusion de semences inégalée par les autres taxons sauvages, hormis la nielle des blés, leur état carbonisé a limité leur conservation sous la forme de grains sans glumelles. Sans ces pièces, les espèces ne sont pas distinguées en sorte que la valeur informative de cette famille est restreinte. Le bleuet (Centaurea cyanus) (fig. 35b), bien que nettement moins abondant, a été repéré dans 63 % des prélèvements. Trois espèces ont un taux d’apparition moyen de 30 à 50 % et une abondance variable : la petite oseille (Rumex acetosella) (fig. 36i), la ravenelle (Raphanus raphanistrum) et la renouée liseron (Polygonum convolvulus). Neuf espèces ne sont présentes que dans un quart des échantillons avec une abondance faible, à savoir, par ordre décroissant, le bunias roquette (Bunias erucago) (fig. 35c), le chrysanthème des moissons (Chrysanthemum segetum), le scirpe des marais (Eleocharis palustris) (fig. 37g), le gaillet gratteron (Galium aparine), la lampsane commune (Lapsana communis), le plantain lancéolé (Plantago lanceolata), la brunelle vulgaire (Prunella vulgaris) (fig. 37c), la stellaire graminée (Stellaria graminea) (fig. 36e), la vesce à quatre graines (Vicia tetrasperma) et les pâturins (Poa spp.) qui, en dehors du pâturin annuel bien identifié mais rare ici, réunissent plusieurs espèces non distinguées. Tous les autres taxons s’illustrent par une apparition sporadique et une pauvreté notable en restes.

FIG. 35
Restes carbonisés de plantes sauvages. a Graines de nielle des blés (Agrostemma githago) ; b akènes de bleuet (Centaurea cyanus) ; c silicules de bunias roquette (Bunias erucago) ; d semence de scirpe sétacé (Isolepis setacea) ; e détail de la surface du tégument de scirpe sétacé.

FIG. 36
Semences carbonisées de plantes sauvages, a Silène de France (Silene gallica) ; b silène penché (Silene nutans) ; c chénopode blanc (Chenopodium album) ; d réséda jaune ou gaude (Reseda luteola) ; e stellaire graminée (Stellaria graminea) ; f amarante (Amaranthus sp.) ; g renouée des oiseaux (Polygonum aviculare) ; h renouée cf. à feuilles de patience (Polygonum cf. lapathifolium) ; i petite oseille (Rumex acetosella) ; j shérardie des champs (Sherardia arvensis). Chaque échelle représente 1 mm.

fig. 37
Semences carbonisées de plantes sauvages, a Renoncule âcre (Ranunculus acris) ; b grémil des champs (Lithospermum arvense) ; c brunelle vulgaire (Prunella vulgaris) ; d germandrée petit-chêne (Teucrium chamaedrys) ; e bugle rampant (Ajuga reptans) ; f partie interne (graine) de plantain d’eau (Alisma plantago-aquatica) ; g partie interne (graine) de scirpe des marais (Eleocharis palustris) ; h rubanier simple (Sparganium simplex). Chaque échelle représente 1 mm.

68L’organisation spatiale des plantes cultivées sous forme de concentrations nous convie à examiner aussi celle des espèces sauvages. Deux méthodes, empruntées aux disciplines de l’écologie végétale, sont appliquées pour appréhender les longues listes de taxons sauvages et interpréter leur témoignage paléoécologique. La phytosociologie offrira, dans un premier temps, l’avantage de regrouper et d’ordonner les espèces du corpus en communautés végétales. À l’exemple des travaux d’archéobotanistes (Van Zeist, Palfenier-Vegter 1979 ; Lundstörm-Baudais 1986 ; Jacomet et al. 1988 ; Jacquat 1989), nous nous appuierons, dans un second temps, sur l’autécologie qui, se fondant sur les valences écologiques de chaque espèce attestée dans les cortèges identifiés par la méthode précédente, aidera à cerner les habitats et donc l’origine géographique et topographique de ces communautés végétales.

69Nous chercherons donc à savoir, par transfert depuis des référentiels actuels et les données des transects botaniques (cf. chap. 1), si les plantes sauvages mêlées aux récoltes sont susceptibles de provenir des environs du castrum et, partant, à caractériser les écosystèmes fréquentés, voire exploités par les villageois. L’écologie des mauvaises herbes qui fréquentent les cultures céréalières est ainsi un moyen d’aborder les conditions environnementales des cultures médiévales et d’obtenir des indices sur leur emplacement éventuel entre Sorèze et Durfort au XIVe s.

2.4.1 La phytosociologie (ou synécologie)

70Les espèces ne sont pas réparties de manière aléatoire et indépendante dans le paysage. Leurs affinités vis-à-vis des conditions écologiques d’une station déterminent leur présence et leur abondance dans celle-ci. Les espèces réunies dans une même station forment alors une communauté. La phytosociologie s’attache à reconnaître et décrire ces groupements d’espèces selon les milieux, puis à étudier leurs rapports avec l’ensemble des conditions environnementales qui subordonnent leur existence. Ces regroupements naturels de plantes sont identifiés à partir d’un relevé de terrain sur lequel sont notées la présence et l’abondance des espèces rencontrées dans une série de stations écologiquement uniformes. Une station peut prendre l’aspect et l’étendue d’une surface de croupe rocheuse, d’une berge de plan d’eau, d’une cour de ferme, d’une clairière ou d’un sous-bois. Les communautés d’espèces (ou syntaxons) d’une station type sont ordonnées selon un rang hiérarchique. Chaque niveau de communauté ou rang est désigné par le nom latin d’une espèce diagnostique de la communauté et d’un suffixe marquant le niveau hiérarchique. L’unité phytosociologique la plus petite est l’association (terminaison en -etum). Plusieurs associations forment une alliance (terminaison en -ion), elles-mêmes sont groupées en ordres (-etalia) réunis en classes (-etea) (Ozenda 1982 ; Bournérias 1984).

2.4.1.1 Facteurs écologiques

71Quatre facteurs écologiques modèrent la pertinence de l’application de la grille phytosociologique définie à partir des contingents actuels de plantes aux spectres floristiques des dépôts archéologiques (Van der Veen 1992). La composition intraspécifique des communautés peut en effet varier en fonction des caractéristiques du milieu. Les modifications de certains paramètres de ce milieu, soit selon sa localisation géographique, soit selon les événements écologiques qu’il a connus au cours du temps modifient aussi la composition végétale des cortèges. Les dépôts archéologiques contiennent en général les semences de plantes cultivées et de plantes sauvages provenant des aires de culture (que l’on nomme mauvaises herbes, adventices culturales ou ségétales) et des milieux fréquentés par l’homme et son cheptel et, de fait, modifiés par ses activités. À travers les pratiques mises en œuvre dans l’exploitation des milieux et de la flore, la composante culturelle interfère donc aussi avec les facteurs écologiques primaires que sont le climat et le sol dans la variation floristique des cortèges.

72Ci-dessous sont résumées les principales limites qu’émet l’auteur en y ajoutant les remarques publiées dans les travaux de phytosociologie fondée sur la flore actuelle (Ozenda 1982 ; Bournérias 1984).

Le facteur climatique

73La composition floristique des communautés végétales est soumise à des gradients climatiques. La diversité en espèces diagnostiques d’une même communauté varie ainsi d’une région à l’autre selon les valeurs de températures estivales ou hivernales. Sous les conditions climatiques optimales, les espèces (selon leur amplitude écologique) pourront manifester une indifférence à tel caractère du milieu tandis qu’elles seront exigeantes si les conditions leur sont moins favorables. Les taux de germination de certaines espèces oscillent en fonction des conditions thermiques (problème des levées de dormance embryonnaire).

Le facteur édaphique (lié au sol)

74Une même station peut présenter des sols de texture, de structure et de nature différentes. De plus, la composition minérale et organique d’un sol peut évoluer au cours du temps. Ainsi, l’érosion, l’assèchement, l’inondation, l’exploitation sont autant de causes qui modifient la nature d’un terrain et, par voie de conséquence, la flore qui s’y installe. Selon le taux d’humidité d’un sol, le taux de germination de certaines espèces peut ainsi être favorisé ou non.

Le facteur biotique

75Il s’agit essentiellement des conditions écologiques créées par la plante cultivée : ses mode et rythme de croissance, sa morphologie (feuillage limitant la pénétration de la lumière jusqu’au sol, importance et profondeur du système racinaire, etc.).

Le facteur anthropogène

76Il est étroitement lié aux facteurs précités. Son influence est considérée comme fondamentale dans la formation des communautés d’adventices ou de prairiales : le régime imposé à la culture détermine la composition en mauvaises herbes (présence/absence, abondance) et le mode d’exploitation d’une prairie (fauche régulière ou surpâturage) entretient un faciès floristique au détriment d’un autre. L’outillage employé dans le travail du sol ou son nettoyage contribue par sa plus ou moins grande efficacité à éradiquer ou maintenir les adventices rebelles. On peut résumer les principaux paramètres procédant directement de choix techniques, culturels, économiques, etc., qui régissent la présence d’une communauté végétale et sa composition :

  • l’outillage aratoire (araire, charrue avec ou sans versoir) ;

  • le dernier travail de labour avant le semis, fertilisation, irrigation ;

  • le type de plante semée (morphologie de l’appareil végétatif, exigences agrologiques) ;

  • la saison, la densité et la géométrie du semis ;

  • les travaux d’entretien : hersage, sarclage, fumure ;

  • la rotation des cultures.

77Tous ces facteurs agissent de façon interdépendante sur les levées d’inhibition de la germination (dormance embryonnaire, inhibitions tégumentaires), l’aptitude à fleurir (vernalisation) et la compétition entre les espèces sauvages et l’espèce (ou les espèces) cultivée(s). Plus généralement, une communauté végétale est stable pour les mêmes conditions de milieu mais peut varier dans l’espace (station) et le temps (saison, année, plusieurs années) selon l’évolution progressive ou brusque d’un des facteurs limitants. Dès lors, on comprend que selon les régions (ou stations) étudiées par les phytosociologues, les relevés floristiques enregistrent des communautés parfois locales répondant à des conditions microstationnelles. Or, les dépôts archéobotaniques livrent un corpus d’espèces sauvages qui a de fortes chances d’être incomplet par rapport à la réalité initiale du terrain. Ils risquent, en outre, d’être composés d’un mélange de flores issues de sols, de régions et de filières opératoires différentes, artificiellement réunies dans le niveau archéologique. D’un point de vue méthodologique, apparenter une communauté phytosociologique actuelle à une liste paléofloristique est a priori source d’interprétation erronée. Selon M. Van der Veen (1992), cette démarche utilise des données sur la flore moderne dans un esprit fixiste car elle postule que la composition des communautés végétales n’a pas varié au cours du temps. Dès lors, elle apparaît incompatible, pour l’auteur, avec l’essence même de l’archéobotanique qui s’inscrit dans une perspective historique et anthropologique : temps et actions de l’homme. Les phytosociologues insistent bien sur le caractère dynamique des communautés végétales et leur variabilité au cours du temps et dans l’espace (Bournérias 1984).

78En dépit de ces limites imposées par la technique d’analyse des végétations actuelles et de l’histoire taphonomique de l’ensemble carpologique, il nous semble que la nature particulière du contexte archéologique étudié ici et son degré satisfaisant de représentativité par rapport à l’état initial (avant l’incendie) autorisent l’application de la méthode phytosociologique. On jugera a posteriori de sa validité pour le castrum si les résultats obtenus à partir des amas fossiles sont cohérents ou en d’autres termes, si des associations d’espèces révélées au sein des stocks s’apparentent à des communautés répertoriées par la phytosociologie. En dégageant ensuite les combinaisons entre espèce cultivée et un ou plusieurs cortèges de plantes sauvages, on pourra accéder à des informations d’ordre paléoagronomique.

79Plusieurs arguments peuvent, semble-t-il, être retenus pour justifier notre choix.

  • On sait, grâce à la distribution des densités volumiques par espèce cultivée, que les amas repérés sur le sol incendié correspondent à des ensembles distincts dont la répartition spatiale est structurée. On peut donc estimer qu’à l’intérieur de ces ensembles les espèces sauvages réunies possèdent encore une signification phytosociologique et renvoient donc à des cortèges disparus ou encore existants dans l’agriculture non mécanisée.

  • Ajoutée à la densité importante en semences de plantes cultivées dans chacun de ces dépôts, cette organisation révèle la présence de récoltes stockées qui correspondent à autant d’ensembles clos synchrones malgré les mélanges survenus au niveau des couronnes d’épandages. La cohérence ou « connexion » écologique des cortèges d’adventices ou autres qui y sont mêlés est donc très probablement maintenue.

    • 4 – Les termes « méture » et « méteil » sont synonymes.

    La flore sauvage que renferme chaque dépôt devrait répondre aux conditions culturales d’une seule plante, voire de deux s’il y a eu méture4. Les risques d’origines culturales multiples sont donc amoindris par rapport aux contenus de dépotoirs ou de foyers qui mêlent des résidus d’activités d’origine multiple (culinaire et agricole par exemple).

  • Enfin, la gamme étendue d’espèces sauvages identifiées, bien qu’incomplète par rapport aux cortèges floristiques présents dans l’aire cultivée, puis dans la réserve avant l’incendie, offre l’avantage d’attester plusieurs espèces diagnostiques de groupements phytosociologiques actuellement décrits.

2.4.1.2 Résultats de l’approche phytosociologique Tabl. XXIIa, b, c

80Les espèces sauvages ont été ordonnées en trois tableaux. Les classifications adoptées dans cette étude s’appuient sur les travaux de J.‑J. Braun‑Blanquet (1952) pour les groupements des régions méditerranéennes et de M. Bournérias (1984) pour ceux des régions tempérées. Elles sont complétées par les résultats carpologiques de W. Van Zeist et R Palfenier-Vegter (1979), K. Lundström-Baudais (1986), S. Jacomet et al. (1988) et C. Jacquat (1989). L’écologie des adventices culturales tient compte des travaux de malherbologie (Jauzein, Montégut 1983 ; Montégut 1983 ; 1984 ; Jauzein 1995). Les plantes considérées comme cueillies (fraisier des bois, noisetier, prunellier, etc.) sont prises en compte dans cette démarche car en tant qu’espèces spontanées de la flore locale (cf. chap. 1), elles témoignent aussi de l’existence de certains écosystèmes.

81Toutes les espèces sauvages attestées dans le grenier (colonne 1) ont été classées au sein de communautés dans lesquelles on les observe actuellement en France, en régions tempérées et méditerranéennes (trois dernières colonnes). Certaines espèces peuvent se rencontrer dans plusieurs groupes quand les caractéristiques écologiques des stations, déterminées par les facteurs limitants énumérés plus haut, sont proches (sol de nature identique par exemple) et que l’espèce n’a pas d’exigence stricte vis-à-vis d’un ou plusieurs paramètres qui varient entre ces stations. L’ortie dioïque (Urtica dioica), par exemple, occupe les terrains riches en nitrates et plus ou moins frais. Les prairies humides, les prairies grasses, les zones rudérales et les cultures avec fumure abondante lui offrent les deux conditions requises à son développement. D’autres paramètres propres à chacune de ces formations régissent l’abondance de la plante et son taux de recouvrement dans la communauté. Celle dans laquelle l’espèce est régulièrement présente (comme compagne ou comme espèce caractéristique) est considérée comme offrant les conditions préférentielles à son développement et à son maintien.

82À chaque communauté végétale (qu’il s’agisse d’une classe, d’une alliance ou d’une association), nous avons, à cet effet, précisé l’écosystème (ou l’agrosystème) dans lequel elle s’observe aujourd’hui (« habitats et cortèges actuels »). Ainsi, la classe de la Secalinetea (tabl. XXIIb) correspond aux groupements des mauvaises herbes de céréales semées en automne/ hiver. Deux communautés (alliances), le Caucalion et le Scleranthion, s’y distinguent par la nature du sol de culture. En Languedoc, les deux types de sol opposent grossièrement la plaine et les zones montagneuses.

TABL. XXIIa
Communautés végétales des milieux humides et des prairies. La fréquence est exprimée en pourcentage du nombre d’échantillons dans lequel l’espèce est attestée sur un total de trente-cinq. Une espèce peut fréquenter plusieurs milieux et participer à la formation de plusieurs cortèges. FQ fréquence ; Ni plante indicatrice de nitrates (nitrophile) ; R richesse du sol en matières azotées ; Type bio type biologique ; Bis bisannuelle ; Cha chaméphyte ; Grh géophyte à rhizome ; H hémicryptophyte ; Hél hélophyte ; Hr hémicryptophyte à rosette ; Pha phanérophyte ; NPha nanophanérophyte ; St plante à stolons ; été à germination estivale ; hiver à germination hivernale ; T thérophyte (annuelle) ; x indifférent. * La communauté dans laquelle l’espèce est consignée correspond à son habitat préférentiel. Sources utilisées : Bonnier, Layens 1954 ; Bournérias 1984 ; Braun-Blanquet 1952 ; Ellenberg 1979 ; Jauzein 1995 ; Jauzein, Montégut 1983 ; Lambinon et al. 1992.

TABL. XXIIb
Communautés des adventices culturales (mauvaises herbes) (abréviations, cf. légende tabl. XXIIa).

TABL. XXIIc
cf. légende page suivante.

TABL. XXIIc (suite et fin)
Communautés des biotopes ouverts et des zones boisées (abréviations, cf. légende tabl. XXIIa).

83L’ordre des communautés présentées dans le tableau a été conçu de telle sorte que l’on passe progressivement des communautés « naturelles » de zones humides à des communautés favorisées, voire créées par la pression humaine (travail du sol, fauchage, abandon après culture, pacage, etc.), suivies des formations boisées ; les groupements peuvent se substituer les uns aux autres au gré de la variation d’un des facteurs du milieu dans le temps (assèchement, diminution de la pression humaine, etc.) et/ou dans l’espace (éloignement de la rive, altitude, exposition des versants montagneux) . Pour chaque espèce, nous avons noté certains caractères biologiques qui serviront à l’interprétation des indices sur les pratiques agricoles (« R » et « Type bio »). Les plantes favorisées par l’abondance de nitrates dans le sol sont définies comme nitrophiles ; de fait, elles en sont indicatrices. Elles sont signalées par « Ni » dans la colonne « R » (réaction du sol). Les types biologiques et la saison de germination des adventices de culture, des espèces de prairies et de friches sont consignées dans « Type bio ». La classification de Raunkiaer (1905) a établi ces types biologiques à partir de la forme sous laquelle les espèces passent l’hiver en région tempérée. Dans le spectre de la flore sauvage du castrum sont enregistrés les type suivants.

84• Les thérophytes (T) : plantes annuelles qui accomplissent tout leur cycle de développement l’année de leur germination, fructifient puis disparaissent ; elles « hibernent » uniquement sous la forme de semences.

  • 5 – J. Montégut (1983) soulève la subjectivité que contient la notion de pérennité d’une plante selon (...)

85• Les géophytes (G) ou cryptophytes : espèces vivaces dont aucune partie aérienne ne persiste durant l’hiver ; seul se maintient un organe souterrain comme le bulbe ou le rhizome (Grh) (ortie dioïque par exemple) qui régénère des individus fils par reproduction végétative. Ces espèces sont donc des plantes pérennes5 vivaces, car le plant initial, issu de la germination d’une graine, persiste indéfiniment en se confondant à la colonie ou agrégat d’individus fils qu’il a produits.

  • 6 – Le caractère bisannuel s’exprime ou non selon l’époque de la germination de la plante. C’est le c (...)

86• Les hémicryptophytes (H) : espèces dont une partie aérienne se maintient au ras du sol sous forme de rosettes de feuilles (Hr) (exemple : les Composées comme le pissenlit, la plupart des renoncules, le plantain, le trèfle des prés, etc.), de touffes (dites cespiteuses, représentées par les Graminées et les Cypéracées), de bourgeons ou de stolons (la renoncule rampante). Ce type comprend des espèces bisannuelles, dont la fructification ne survient que la deuxième année après la germination (comme la carotte, le mélilot élevé, le réséda jaune)6, des pérennes pluriannuelles dont le cycle se déroule sur plus de deux ans (de quelques années à plusieurs centaines d’années, mais la plante finit de toute façon par vieillir et disparaître) et des pérennes vivaces (v) (cf. supra le cas des géophytes).

87Précisons que les groupements des zones palustres comprennent des hélophytes (Hél), plantes hémicryptophytes ou géophytes dont la base est immergée en permanence dans la vase (scirpes, rubanier, plantain d’eau).

  • 7 Limite maximale estimée par convention à 25 cm au-dessus du sol (Ozenda 1982 : 196)

88• Les chaméphytes (Cha) : espèces en général ligneuses ou à base ligneuse dont les parties aériennes persistantes ne portent des bourgeons qu’à environ 25 cm7 au-dessus du sol (fraisier, absinthe, etc.).

89• Les phanérophytes (Pha) : espèces ligneuses qui conservent l’essentiel ou la totalité de leurs parties aériennes durant l’hiver ; les bourgeons se situent de plus de 25 cm à plusieurs mètres au-dessus du sol. Elles regroupent les arbres et les arbustes (noisetier, sureau noir, néflier, etc.). La ronce est considérée comme une nanophanérophyte (NPha), espèce ligneuse basse.

90La saison de germination des adventices culturales est un caractère également important à prendre en compte. Dans le cas des annuelles strictes qui offrent une diversité de périodes de levées, on a pu dresser un calendrier de germination qui coïncide avec celui des semis des espèces cultivées (Montégut 1983 : 17). En raison d’inhibitions embryonnaires ou tégumentaires devant être levées par le froid, les bisannuelles strictes ne germent en général qu’au printemps sauf dans les régions à hiver doux où des germinations automnales ont été observées. Chez les pluriannuelles, on retrouve le même comportement que chez les annuelles, les espèces sensibles au froid ne germent qu’à la sortie de l’hiver, les autres dès l’automne. En France, on distingue classiquement, du nord au sud, les périodes de germination suivantes (Jauzein, Montégut 1983) :

  • automne : de septembre à fin novembre ;

  • hiver : de décembre à fin février ;

  • printemps : de mars à fin mai ;

  • été : de juin à fin août.

91Par prudence, pour l’interprétation des groupements d’adventices fossiles du castrum, nous avons préféré généraliser les indications physiologiques de levée au champ à deux périodes englobant l’automne et l’hiver pour la phase hivernale (h) et le printemps et l’été pour la phase estivale (été). Les hauteurs minimales et maximales de croissance ont été précisées pour les cortèges de mauvaises herbes des cultures (tabl. XXIIb). Ces informations seront utilisées dans l’interprétation de hauteurs de la moisson (cf. chap. 3). Enfin, nous avons indiqué la fréquence d’apparition de chaque espèce dans le grenier sous forme du pourcentage d’échantillons dans lesquels l’espèce est attestée sur les trente-cinq traités. Cette présentation des valeurs nous semble d’une lecture plus aisée car elle permet de distinguer rapidement les espèces répétitives dans le grenier de celles qui sont rares. En général, les spectres enregistrés à partir des carpo-restes carbonisés permettent rarement d’atteindre les rangs phytosociologiques inférieurs à la classe ou à l’ordre (Lundström-Baudais 1986). Malgré ces limites, le grenier a livré plusieurs espèces caractéristiques ou diagnostiques de groupements apparentés à des alliances, voire des associations. Après une brève description des communautés végétales potentielles entrevues à partir du corpus général de la flore sauvage, nous examinerons la (ou les) communauté(s) manifestement présente(s) au sein des concentrations des plantes cultivées.

La végétation de rives

  • 8 – Fauchage avec un faucard, grande faux pour couper les herbes des rivières et des marais.

92Cette végétation se développe sur les marges et les zones de battements d’une eau calme ou au cours non régularisé (tabl. XXIIa). Les fluctuations saisonnières de l’humidité (engorgement hivernal et dessiccation estivale) imposent un mode de vie amphibie. L’alliance du Phragmition, révélée ici par les semences du plantain d’eau (Alisma plantago-lanceolata) et du scirpe des marais (Eleocharis palustris) (fig. 37g), est typique d’une flore des sols alcalins (pH≥≥ 6), riches en substances azotées. La zone aquatique tend à être envahie par cette végétation plutôt clairsemée mais haute et robuste. Le rubanier (Sparganium simplex) (fig. 37h) pourrait être un témoin de l’alliance du Glycerio-Sparganion car il en est l’espèce caractéristique. Il indique un sol alluvial, parfois tourbeux, bordant une rivière à courant lent. Ces deux alliances peuvent évoluer vers la phragmitaie ou roselière (à Phragmites, roseaux), la cariçaie (à Carex, laîches) ou la phalaridaie (à Phalaris, alpistes) selon l’intensité des interventions humaines (faucardage8, curage, drainage). Les sols vaseux de la marge accueillent le groupement de la classe Bidentetea. Riches en matières nutritives azotées, ces zones attirent aussi les compagnes avides de nitrates des cultures sarclées, comme la renouée persicaire (Polygonum persicaria), la renouée des oiseaux (P. aviculare) (fig. 36g), etc. La renouée à feuille de patience (P. lapathifolium) (fig. 36h) et la renoncule scélérate (Ranunculus sceleratus) sont les plus typiques du groupement. Les scirpes (Cyperus flavescens, Eleocharis ovata et Eleocharis palustris) les accompagnent.

La flore des prairies et des pâturages

93Quatre formes (ou faciès) de prairies se distinguent par leur localisation et leur physionomie qui varient en fonction de la nature du sol et de l’intervention humaine.

94La prairie humide de type Molinio-Juncetea (à molinies et joncs) se développe près des cours d’eau. Elle peut ainsi être contiguë à la ceinture des herbacés amphibies de la roselière évoquée précédemment. Les plantes caractéristiques de cette prairie sont les oseilles (Rumex spp.), certaines renoncules (Ranunculus repens et R. flammula) et le grand ammi (Ammi majus). Le sol, humide et alluvial, est propice au développement du scirpe des marais, déjà mentionné sur les rives. Des espèces d’autres prairies s’y installent, bénéficiant du sol frais et riche en nitrates organiques. Cette formation à herbacées hautes et denses est étroitement dépendante de la pression anthropique. Abandonnée, elle devient rapidement une aire de prédilection pour les broussailles. Son exploitation implique l’apport périodique de substances organiques telles que les déjections animales lors des pacages. Le piétinement ou l’assèchement ont tendance à la dégrader. Labour et réensemencement, drainage ou irrigation la « rajeunissent » (Bournérias 1984 : 263). Le plantain lancéolé et le plantain intermédiaire (Plantago lanceolata et P. media), les pâturins (Poa spp.) et le trèfle des prés (Trifolium pratense) pourraient indiquer une dégradation par piétinement. La présence de l’ortie (Urtica dioica) signale un terrain riche en nitrates. Ces plantes composent aussi d’autres formes prairiales.

95Les prairies et pâturages gras (ordre de l’Arrhenatheretalia) sur sol calcaire et relativement humide, mais non détrempé, se manifestent clairement dans le corpus du grenier. Deux communautés appartenant à cet ordre se distinguent par la nature de l’exploitation. Une fauche régulière entretient l’alliance de l’Arrhenatherion dont huit espèces caractéristiques sont attestées dans les échantillons carpologiques. Un pacage modéré de bovins évolue vers une forme plus humide, l’alliance du Cynosurion. Trois espèces du grenier y indiqueraient une dégradation liée au surpâturage : le pâturin annuel (Poa annua), la renoncule rampante (Ranunculus repens) et l’ortie dioïque (Urtica dioica). Les deux faciès peuvent donc alterner selon l’action dominante qui s’y exerce.

96Sur les sols secs et siliceux ont dû s’installer les groupements de la Nardetea et de la Sedo-scleranthea dont témoignent quelques représentantes, notamment les épervières (Hieracium spp.), la porcelle enracinée (Hypochaeris radicata), la stellaire graminée (Stellaria graminea), le trèfle champêtre (Trifolium campestre) et le scléranthe annuel (Scleranthus annuus). Le spectre du grenier n’a pas enregistré les deux groupements de prairies sèches aussi nettement que ceux de la prairie grasse. La classe de la Nardetea renvoie à une prairie d’ovins qui se développe sur les sols médiocres, irrégulièrement pâturés. La végétation, généralement rase, forme des touffes des plantes que dédaignent les Ruminants. Des adventices comme la petite oseille (Rumex acetosella), la vesce à quatre graines (Vicia tetrasperma) et la vesce à feuille étroite (Vicia angustifolia) peuvent s’y rencontrer lorsque la prairie s’est établie après l’abandon d’une culture.

Les adventices des aires en culture

97Les techniques agricoles influent sur la composition de la flore sauvage (dite adventice) qui s’installe dans les cultures (Montégut 1983). En favorisant ou en éliminant des espèces, elles ont contribué au cours des générations à créer des spectres caractéristiques des écosystèmes agraires ou agrosystèmes auxquels on reconnaît le statut de véritables communautés phytosociologiques (Ozenda 1982). Deux classes se dégagent du corpus carpologique : la Chenopodietea et la Secalinetea (tabl. XXIIb).

98Dans la Chenopodietea sont réunies les plantes de cultures sarclées et celles des lieux rudéralisés (cf. infra § suivants). Les adventices culturales, typiques des aires sarclées, attestées dans les stocks céréaliers du grenier, semblent se référer à l’ordre Polygono-Chenopodietalia qui se développe sur un sol limono-argileux, peu calcaire mais riche en nitrates. Les quatre taxons ci-après en sont la base : le chénopode blanc (Chenopodium album), la sétaire verte ou la sétaire verticillée (Setaria viridis/S. verticillata), le panic pied-de-coq (Echinochloa crus-galli) et la morelle noire (Solanum nigrum).

99Plusieurs autres espèces appartiennent à la classe de la Secalinetea, caractérisée par une flore à germination automnale/hivernale envahissant particulièrement les céréales d’hiver (on les qualifie aussi de messicoles). Le spectre taxinomique du grenier est très large et permet au sein même de ces messicoles de distinguer deux groupes par leur exigence pour la nature du substrat : l’alliance du Caucalion sur terre calcaire caillouteuse (alcaline) et celle du Scleranthion annui sur terre siliceuse (acide). Onze espèces sont des calcicoles affirmées depuis la plaine méditerranéenne jusque sur les causses d’environ 600 m d’altitude exposés au sud. Le Caucalion est donc caractérisé dans le grenier par :

  • le bleuet (Centaurea cyanus) (fig. 35b) ;

  • le brome faux seigle (Bromus secalinus) ;

  • le bunias roquette (Bunias erucago) (fig. 35c) ;

  • la camomille puante (Anthemis cotula) ;

  • le grémil des champs (Lithospermum arvense) (fig. 37b) ;

  • l’ivraie enivrante (Lolium temulentum) ;

  • la ravenelle (Raphanus raphanistrum) ;

  • la shérardie des champs (Sherardia arvensis) (fig. 36j) ;

  • la valérianelle dentée (Valerianella dentata) ;

  • la vesce à quatre graines (Vicia tetrasperma) ;

  • la vesce hirsute (Vicia hirsuta).

100La vesce cultivée (Vicia sativa) et la gesse chiche (Lathyrus cicera) sont des compagnes de haute présence quand elles ne font pas elles-mêmes partie des productions alimentaires. La présence du grand ammi (Ammi majus) est particulièrement intéressante car cette espèce préfère les sols argilo-calcaires des terreforts du sud-ouest français (Montégut 1983). Notons que M. Bournérias (1984) la cite dans la communauté adventice des sols acides compacts comme les argiles et les limons décalcifiés du Bassin parisien.

  • 9 – La technique du sarclage a été appliquée aux cultures céréalières de plein champ, comme l’atteste (...)

101Le fonds commun des adventices de sols acides du Scleranthion annui, rare en plaine languedocienne, est typiquement illustré à Durfort par huit espèces : le brome des toits (Bromus tectorum), le chrysanthème des moissons (Chrysanthemum segetum), le pavot argémone (Papaver argemone), la pensée sauvage (Viola agg. tricolor), la petite oseille (Rumex acetosella), le scléranthe annuel (Scleranthus annuus), le silène de France (Silene gallica) et la vesce à feuille étroite (Vicia angustifolia). La nielle des blés (Agrostemma githago), indifférente à la nature du sol, peut envahir les aires calcaires de la plaine ou les sols siliceux des plateaux languedociens. Elle caractérise d’ailleurs la classe des messicoles d’hiver. Soulignons que les herbicides ont eu raison de cette mauvaise herbe dans les grandes cultures céréalières. Nous avons eu l’occasion d’observer sa présence parmi diverses autres messicoles dans des champs fourragers de seigle en montagne cerdane (Pyrénées-Orientales). Les espèces qui germent toute l’année peuvent envahir à la fois les cultures sarclées et les champs de céréales9. C’est le cas du gaillet gratteron (Galium aparine) par exemple. Un sol cultivé que l’on délaisse offre un emplacement de choix pour les espèces pionnières, base des friches de toutes sortes.

Les cortèges de friches et de décombres

102Sous cette rubrique sont regroupées plusieurs formations d’espaces ouverts qui se développent à proximité des aires d’activités et d’habitations mais aussi après l’abandon d’une culture. Le sol y est en général perturbé et enrichi en nitrates. Selon l’emplacement de ces zones rudérales et les activités qu’on y exerce, plusieurs faciès floristiques, depuis la friche postculturale jusqu’au reposoir de troupeau, s’y épanouissent. Elles sont le domaine des espèces nitrophiles comme l’ortie (Urtica sp.), les armoises (Artemisia spp.), la bardane (Arctium sp.), la lampsane (Lapsana communis), etc. Offrant des conditions d’ensoleillement et d’humidité similaires aux aires ensemencées, ces zones accueillent aussi plusieurs adventices culturales comme les renouées (Polygonum spp.), les chénopodes (Chenopodium spp.) ainsi que quelques prairiales telles que la brunelle (Prunella vulgaris), les trèfles (Trifolium spp.), etc. (tabl. XXIIc).

103Dix plantes du corpus peuvent être rassemblées dans la classe Artemisietea, communautés de friches par excellence, assez proches des formations rudérales de la Chenopodietea. L’interruption des activités humaines et l’abondance de substances azotées dans le sol calcaire, argileux ou limoneux, sont favorables à sa mise en place. La plupart des espèces compagnes assidues participent aussi à la formation des groupements de prairies. Les taxons enregistrés à Durfort et intervenant dans ces groupements peuvent être réunis en trois cortèges dont la composition floristique dans le paysage varie selon le degré d’assèchement du sol et l’éclairement. On distingue, du plus frais au plus sec, les friches à hautes herbes (alliance de l’Arction lappae) et les friches à épineux (alliance de l’Onopordion acanthii). Le piétinement et l’engorgement temporaire des zones de parcours conduisent à l’installation du Polygonion avicularis. J.‑J. Braun-Blanquet (1952) signale en outre l’alliance médioeuropéenne du Bidention tripartitii, définie par les trois espèces caractéristiques attestées dans le grenier : la renouée persicaire (Polygonum persicaria), la renouée à feuille de patience (Polygonum lapathifolium) et le panic pied-de-coq (Echinochloa crus-galli). En Languedoc, elles occupent les lieux humides.

104Le cortège du Chenopodion muralis se caractérise par des pionnières également nitrophiles avant tout. Il s’épanouit particulièrement dans les espaces découverts des villages dont le sol bénéficie d’apports réguliers en sels ammoniacaux (nitrates) assurés par les déjections animales et humaines. On y rencontre certains éléments de la flore adventice de sarclage comme l’arroche (Atriplex hastata/patula), le chénopode blanc (Chenopodium album) ou la stellaire intermédiaire (Stellaria media). J.‑J. Braun-Blanquet (1952) rattache ce groupement floristique à l’association Urticeto-Sambucetum ebuli de la région méditerranéenne dont les espèces marquantes sont l’ortie dioïque (Urtica dioica) et le sureau hièble (Sambucus ebulus).

105L’évolution floristique des communautés de la Chenopodietea et de l’Artemisietea dépend de la pression anthropique. Ainsi, en l’absence de remise en culture et de piétinement, la friche postculturale d’abord herbacée est, au fil des ans, remplacée par une végétation plus dense pouvant conduire à un boisement rudéral tel que l’ormaie rudérale (Ulmetum suberosae).

La flore des lieux boisés et des ourlets forestiers

106Quelques essences de sous-bois ou de prébois des chênaies pubescente ou sessiliflore trouvent dans l’ormaie rudérale des conditions d’éclairement et de nutrition satisfaisantes pour y prospérer : noisetier (Corylus avellana), prunier (Prunus domestica) et prunellier (Prunus spinosa). S’y ajoutent la bardane (Arctium sp.), l’ortie dioïque (Urtica dioica), les ronces (Rubus agg. fruticosus), la lampsane commune (Lapsana communis), toutes indicatrices de l’abondance en nitrates du terrain. Installée à l’écart des grandes forêts sur les rives à substrat alluvial peu acide, l’aulnaie-peupleraie à grandes herbes (Alno-Padion) succède aux roselières. La strate arborée de cette ripisylve est clairsemée et ménage de cette manière de grandes aires dont profitent les hautes herbacées. Le corpus floristique du grenier incendié compte parmi les espèces caractéristiques : le gaillet croisette (Galium cruciata), la laîche pendante (Carex pendula) et des laîches du groupe Paira (Carex agg. muricata). S’y plaisent aussi le noisetier (Corylus avellana), le fraisier des bois (Fragaria vesca) et le sureau hièble (Sambucus ebulus). Ces dernières ajoutées au prunellier (Prunus spinosa), au prunier (Prunus domestica) et aux ronces (Rubus agg. fruticosus) composent les formations buissonnantes, les lisières et les taillis de la chênaie pubescente (classe des Rhamno-Prunetea, ordre des Prunetalia), installée sur les adrets calcaires. Les haies vives à fruticées réunissent les mêmes espèces fruitières. Les sols bruns acides, sableux et décalcifiés de la forêt sessiliflore (alliance du Querciori), ont pu accueillir les formes sauvages du néflier d’Allemagne (Mespilus germanica) et du merisier (Prunus avium) ; les rares noyaux carbonisés ne permettent pas de statuer sur leur origine culturale ou spontanée. Enfin, le fragment de bogue de faîne renvoie aux chênaies-hêtraies que l’anthracologie signale aussi par dix-neuf charbons de bois (Durand et al. 1997 : 29).

107Ces cinq formations boisées constituent des peuplements actuellement en place autour du castrum. On les trouve d’une part en bordure des fossés humides et sur les rives du Sor, et d’autre part sur les pentes méridionales à dominante calcaire et le versant nord sur substrat schisteux du massif de Berniquaut (cf. chap. 1, fig. 2, 3 et fig. A-E).

2.4.1.3 Importance et répartition des cortèges dans le grenier

108Suite à la description des communautés végétales potentielles que reflète le spectre carpologique des espèces sauvages, il convient de cerner au mieux celles dont l’existence est hautement probable dans les associations fossiles de semences du grenier. À cette fin, nous avons considéré les fréquences d’attestation de chaque espèce dans les échantillons (tabl. XXIIa, b, c), leur valeur d’indicateur écologique et la répartition spatiale dans le grenier des communautés auxquelles elles réfèrent à partir des densités en restes rapportés à dix litres de sédiment (tabl. XXIII, fig. 38-40). D’emblée on peut prévoir que les cortèges annoncés par une majorité d’espèces caractéristiques ont toutes les chances d’être significatifs. Ceux qui comportent des espèces aux restes abondants et dont le taux de représentation, sur les trente-cinq échantillons du grenier, est élevé (fréquence : cf. colonne FQ, tabl. XXIIa, b, c) possèdent aussi une forte probabilité d’existence. De même, un cortège reflété par des espèces attestées très ponctuellement dans le bâtiment mais à haute valeur indicatrice (espèce à mode de vie amphibie par exemple) peut être considéré comme fiable. À l’inverse, des groupements formés par des espèces dont les restes abondent dans le grenier mais dont le comportement écologique est ubiquiste risquent de n’avoir aucune valeur paléoécologique, l’abondance numérique des espèces pouvant n’être que la conséquence de leur aptitude à fréquenter plusieurs biotopes.

109En tenant compte de tous ces critères, cinq grandes formations ont été retenues :

  • les roselières et marges des zones humides (Phragmitetea et Bidentetea) ;

  • les prairies (Arrhenatheretea et Nardetea) ;

  • les aires en culture (Secalinetea et Chenopodietea) ;

  • les bois et forêts de chênes et de hêtres (Querco-Fagetea et Querceteri robori-petrae) ;

  • les friches postculturales (Artemisietea).

110Elles renvoient à des groupements naturels de plantes riveraines, à des groupements anthropiques des lieux cultivés, pâturés/fauchés et laissés en friche ainsi qu’à des formations forestières de feuillus et leurs abords.

Les semences des espèces de zones humides

111Les plantes des deux communautés riveraines (Phragmitetea et Bidentetea) sont peu abondantes (soixante-cinq restes collectés) et localisées dans le secteur nord-est du bâtiment (tabl. XXIII, fig. 38). Mais leur mode de vie aquatique ou amphibie leur confère une valeur écologique hautement indicatrice. Si les prélèvements L5C et L5-61 recueillent la majorité de leurs restes, les espèces des deux cortèges se partagent néanmoins entre les échantillons K7, L5C, L5-61 et L6. Sur les sept espèces identifiées, l’échantillon L5C en réunit quatre : le plantain d’eau (Alisma plantago-aquatica) et le scirpe des marais (Eleocharis palustris) composent la végétation d’atterrissement des rivières (ceintures de roselières) ; le souchet jaunâtre (Cyperus flavescens) et le scirpe sétacé (Isolepis setacea = Scirpus setaceus) (fig. 35d, e) se rencontrent dans les cortèges temporaires des bords de mares, voire de certains champs de céréales établis sur des sols siliceux à dépressions humides. Le secteur L s’illustre donc par un contingent significatif de plantes issues de la frange inondée de berges alluviales riches en nitrates et de sols argilo-sableux humides mais à tendance acide. Certaines espèces du groupement sont représentées par une abondance ponctuelle de leurs semences. Ainsi en K5, le scirpe des marais (Eleocharis palustris) est-il la seule espèce du groupe attestée, mais avec une densité de dix semences (tabl. XXIII).

TABL. XXIII (suite)

TABL. XXIII (suite et fin)
Dénombrement des semences par communauté phytosociologique et échantillon. Les valeurs en grisé correspondent aux nombres d’espèces les plus élevés obtenus par cortège. Nombre total d’espèces sauvages identifiées = 91 sur 131 taxons sauvages.

112La répartition très circonscrite des semences de la flore de rives incline à entrevoir l’apport volontaire de ces plantes dans le grenier ou à envisager leur piégeage lors de la récolte dans une parcelle cultivée près d’une rivière et/ou d’un plan d’eau sur un sol inondable en hiver.

Les semences des espèces de prairies et de pâturages

113Une majorité d’espèces caractéristiques dont plusieurs sont abondantes et fréquentes dans les prélèvements laisse peu de doutes quant à l’existence de cortèges de prairies dans le territoire exploité. Les échantillons L6 et L7 comprennent chacun six espèces de la prairie hygrophile (ordre de la Molinetalia). Comme certains éléments de cette flore se rencontrent aussi dans les prairies grasses fauchées et/ou pâturées des sols calcaires, humides (classe de l’Arrhenatheretea), les semences fossiles peuvent aussi provenir de cette formation. Le lot L5-61 compte ainsi huit espèces parmi lesquelles des trèfles indéterminés (Trifolium spp.) qui ont livré de nombreuses graines (cf. « taxons de rang divers », tabl. XXIII). Le plantain lancéolé (Plantago lanceolata), la renoncule rampante (Ranunculus repens), la renoncule âcre (R. acris) (fig. 37a), l’ortie dioïque (Urtica dioica) et le trèfle rampant (Trifolium repens) accompagnent, dans les faciès de fauche, la grande marguerite (Chrysanthemum leucanthe mum), la carotte sauvage (Daucus carota), la fétuque des prés (Festuca pratensis), la brunelle vulgaire (Prunella vulgaris) et, dans les faciès pâturés, le pâturin annuel (Poa annua) et la stellaire graminée (Stellaria graminea). Notons que les grains de fétuque (Festuca sp.) sont très abondants en L6C (cf. « taxons de rang divers », tabl. XXIII). Les autres échantillons dans lesquels l’abondance en restes est jugée moyenne à faible (G5, J6P, J7P, I-J/5,I-J/7-8, K5, K7) ne comprennent que deux à quatre espèces caractéristiques de ces cortèges. Comme dans le cortège riverain précédent, on constate une quantité ponctuellement plus élevée de semences de la renoncule âcre (Ranunculus acris) dans le dépôt I-J/7-8, et de la stellaire graminée (Stellaria graminea) en J4 et K5. Dans ce dernier, on relève aussi la présence de tous les restes collectés du caille-lait blanc (Galium mollugo) qui participe au groupement des prairies grasses des sols moins humides. L’assemblage K5 réunit ainsi le scirpe des marais (Eleocharispalustris), la stellaire graminée (Stellaria graminea) et le caille-lait blanc (Galium mollugo) qui fréquentent des biocénoses voisines dans le paysage dont la différence porte sur le degré d’humidité du substrat. Ces biocénoses réfèrent aux flores hélophiles et prairiales pacagées et/ou fauchées dont le sol, humide et piétiné, est enrichi par les déjections animales.

114Le cortège des prairies pâturées (Nardetea) et d’aires cultivées abandonnées (Sedo-scleranthea) des sols secs silico-calcaires est numériquement plus limité et plus localisé que son homologue calcicole humide (fig. 38). Les échantillons L6 et L7 ont livré les semences de quatre et cinq espèces de ces deux formations parmi lesquelles : la laîche des lièvres (Carex ovalis), la laîche printanière (Carex caryophyllea), la luzerne naine (Medicago minima) et la vesce à quatre graines (Vicia tetrasperma). Lorsque le piétinement est irrégulier, ces sols offrent des conditions écologiques similaires qui favorisent leur mélange fréquent. Le dépôt K5 contenait plusieurs semences de la porcelle enracinée (Hypochaeris radicata), espèce non attestée dans les autres échantillons. La présence de cette espèce de sol sec à tendance acide et piétiné dans un ensemble où trois plantes des cortèges d’aires enherbées humides sont réunies n’est pas contradictoire. La porcelle enracinée et la stellaire graminée (Stellaria graminea), espèces des sols à tendance sableuse, pouvaient se côtoyer dans les mêmes formations de prairies modérément humides. La porcelle enracinée s’installe sur les aires très piétinées de ces prairies lorsqu’elles sont soumises à un pacage intense ; la stellaire graminée apparaît comme compagne dans les prairies de sol sableux ou limoneux décalcifiés également pacagées.

FIG. 38
Répartition des semences des cortèges de rives et de prairies selon leurs densités numériques. Les nombres de restes sont rapportés à dix litres de sédiment traité par échantillon. Les deux cortèges de sol humide sont particulièrement concentrés dans le secteur L5-6 et se superposent aux vannes de céréales (cf. fig. 20) et à une petite poche de blé tendre (cf. fig. 21). Le cortège de la prairie sèche est concentré à l’emplacement d’un amas de grains de seigle près de la poterie no 581 (cf. fig. 19).

115Le secteur nord-est semble donc hériter de la plupart des espèces et des semences issues des formations de prairies argilo-calcaires humides et silico-calcaires sèches (fig. 38). La différenciation des deux cortèges se marque donc par les caractéristiques des biotopes qu’ils occupent, bien que certains composants puissent participer aux deux types de formations selon le mode d’exploitation qui prévaut certaines années (variation de la charge pastorale). Une terre de culture délaissée et pâturée ou reprise sur une prairie laisse aussi apparaître un mélange des flores prairiales avec les espèces adventices de la culture pratiquée. On peut d’ores et déjà y voir la conséquence de récoltes de fourrages issus de deux faciès de prairies ou de céréales dans les cultures desquelles des espèces de prairies auraient persisté. Cette deuxième hypothèse soulève la question du précédent cultural dont des semences relictuelles laissées en terre auraient germé dans les nouveaux semis céréaliers (cf. § 3.2.4).

Les semences des mauvaises herbes des aires cultivées

116Pour les cortèges de mauvaises herbes des céréales d’hiver, nous avons isolé les nombres de restes de la nielle des blés (Agrostemma githago), car l’espèce prédomine dans le corpus de la flore sauvage et envahit de manière indifférente les terres à seigle ou à blé. Nous avons donc soustrait le nombre de restes de cette espèce des deux cortèges silicicoles et calcicoles et considéré sa répartition de manière indépendante (fig. 39). La flore adventice des cultures a fourni le plus d’espèces et de semences de tout le corpus sauvage (tabl. XXIII) conformément à la nature des dépôts fossilisés composés de céréales et de légumineuses. Tous les échantillons ont livré au moins un représentant des cortèges adventices. Sur le plan de l’abondance, G-H/5, H8, H-I/7, 15, 17, 18, J7P, J8 et L5-62 sont les lots les plus démunis en restes de mauvaises herbes. À l’inverse, G5, G6, G8, H6, H7, 16, I-J/7-8, J6P, K5, K6A, K6C, L5C, L6C, L5-61 et L7 en sont les mieux pourvus. De plus, la nielle des blés est présente avec une densité très élevée dans les dépôts où la densité numérique est faible en restes d’autres adventices à savoir 16, J5, J6, K5 et K7. La répartition de ces densités répond à celle des principaux secteurs riches en grains de céréales et en légumineuses, en seigle (fig. 19), en blé tendre (fig. 21), en millet commun (fig. 23) et en féveroles (fig. 28). On relève aussi une concordance avec les quatre dépôts plus pourvus en vannes de céréales (fig. 20) : en G6 et en K5 où sont concentrés les balles d’avoine et les fragments de tiges de céréales (fig. 18e), en J5 où se manifeste la majorité des fragments de tiges et en L5-61 où les segments de rachis de seigle sont les plus abondants.

117Afin de restituer les combinaisons entre une récolte et sa flore adventice, il faut tenir compte des mélanges entre les semences cultivées. Comme les deux groupements messicoles (Caucalion et Scleranthion annui) sont inféodés aux cultures céréalières, il est aisé de repérer un mélange accidentel quand ces cortèges sont attestés au sein d’une concentration de légumineuses. Ainsi la présence de messicoles dans le stock de féveroles en K6A est manifestement due à la proximité du volumineux stock de seigle dans le même carré (K6C) (fig. 19, 28). En revanche, puisque la technique du sarclage peut tout aussi bien s’appliquer à une aire céréalière qu’à un potager ou un jardin, un ensemble de restes de l’ordre Polygono-Chenopodietalia dans les féveroles n’aura a priori rien de surprenant. La répartition des trois cortèges d’adventices montre néanmoins des emplacements privilégiés qui les différencient et permet de dégager des associations avec une espèce cultivée.

118Les témoins de messicoles sur terrains siliceux (Scleranthion annui) (neuf espèces) sont particulièrement abondants dans l’aire nord-est où se tenait la plus forte densité en seigle (fig. 19, 39). En K6C, sont conservées 1 650 graines de nielle des blés et 1 370 semences de quatre espèces de la flore silicicole (tabl. XXIII), densité la plus élevée qui décroît progressivement dans les échantillons voisins de la même manière que celle des grains de seigle. En revanche, les dépôts G 5 et K7 n’ont fourni aucune autre espèce de ce cortège hormis deux graines de silène de France (Silene gallica) (fig. 36) en K7. Seule la nielle y est représentée avec une densité modeste en G 5 (57 graines) mais élevée en K7 (272 graines). L’échantillon J6, autre emplacement d’une concentration de seigle (fig. 19) et riche en nielle des blés, ne contenait que quelques semences de la petite oseille (Rumex acetosella). Dans le secteur principal à blé, en H5, la densité numérique du cortège est nulle, mais celle de la nielle des blés atteint 106 graines (fig. 21, 39). Les secteurs à forte densité en millet commun enregistrent aussi des densités négligeables en adventices silicicoles (moins d’une dizaine de semences au total sont comptées en réunissant G7, G8, H8, H7) (tabl. XXIII, fig. 23).

119Les messicoles de sols calcaires (Caucalion), à spectre plus étendu (seize espèces), se répartissent selon un schéma proche du précédent dans l’espace nord-est. Toutefois, la densité la plus forte est déportée vers l’échantillon L5C (fig. 39) qui, curieusement, ne correspond qu’à une seule plante : le grand ammi (Ammi majus). Une concentration aussi ponctuelle d’une espèce adventice peu attestée jusqu’à présent dans les spectres carpologiques en France médiévale est étonnante et ce d’autant plus que la nielle des blés y a livré une quantité de graines relativement modeste. L’espèce apparaît aujourd’hui localement abondante dans les cultures annuelles sans y être fréquente (Mamarot 1996). On peut penser qu’elle était plutôt associée aux formations prairiales précédemment décrites et bien représentées dans l’échantillon. Sa cueillette à des fins utilitaires n’est pas à exclure. Le point G5, riche en seigle, a fourni une concentration de semences d’ivraie enivrante (Lolium temulentum), seule espèce ici du cortège calcicole. À l’inverse, le point H5, riche en blé tendre, contenait une densité numérique du cortège d’adventices calcicoles inférieure mais un contingent de cinq espèces dont l’ivraie enivrante, le bleuet (Centaurea cyanus) et la ravenelle (Raphanus raphanistrum) pour les plus caractéristiques. En L6, où les grains d’orge vêtue sont les plus abondants, le cortège messicole des terres calcaires comporte six espèces dont le bunias roquette (Bunias erucago), le bleuet (Centaurea cyanus), la ravenelle (Raphanus raphanistrum) et la shérardie des champs (Sherardia arvensis). Un spectre proche de cinq espèces est enregistré dans l’échantillon L5-61 comprenant une abondance plus marquée en blé tendre et en K6C, point d’abondance du seigle.

FIG. 39
Répartition des semences d’adventices de céréales d’hiver et de prairies selon leurs densités numériques. Les nombres de restes sont rapportés à dix litres de sédiment traité par échantillon. La répartition des deux cortèges d’adventices diffère en fonction des concentrations de seigle et de blé tendre. La nielle des blés apparaît plus liée au cortège silicicole, adventice du seigle (cf. fig. 19). Les adventices calcicoles suivent les concentrations de blé tendre (cf. fig. 21), sauf en G5.

120Le spectre fossile de la communauté des cultures d’été et/ou sarclées (Polygono-Chenopodietalia) comporte dix-neuf taxons. Elle abonde en trois points (fig. 40) :

  • au sud-ouest, selon un gradient numérique décroissant depuis H7 et qui se superpose à celui des densités de millet commun (fig. 23) ;

  • en I-J/7-8, à l’emplacement de la poterie no 508 où une concentration de la même céréale a été notée (fig. 23) ;

  • en L5-61, point d’abondance en blé tendre (fig. 21).

FIG. 40
Répartition des semences d’adventices de cultures sarclées et/ou d’été et de friches nitrophiles selon leurs densités numériques. Les nombres de restes sont rapportés à dix litres de sédiment traité par échantillon. Les adventices d’été sont concentrées aux emplacements des grains de millet commun (cf. fig. 23) et, en L5-61, à une poche de blé tendre (cf. fig. 21). Les espèces de friches sont plus diffuses, sauf dans le secteur de l’épandage de féveroles et de pois chiches depuis la poterie no 573 (cf fig. 28, et fig. 31).

121Les deux secteurs riches en féveroles n’en comportent qu’en abondance moyenne (fig. 28). Curieusement, la gamme d’espèces est assez étroite aux trois points principaux puisqu’on n’y relève que trois ou quatre espèces du cortège. C’est dans l’échantillon L6 qu’il s’exprime qualitativement le mieux car y figurent les semences de dix espèces parmi lesquelles la caméline (Camelina sativa), les chénopodes du groupe polysperme (Chenopodium agg. polyspermum), le chénopode blanc (C. album), le panic pied-de-coq (Echinochloa crus-galli), la renouée des oiseaux (Polygonum aviculare), la renouée persicaire (P. persicaria), les sétaires verte ou verticillée (Setaria viridis/verticillata), la morelle noire (Solanum nigrum) et la stellaire intermédiaire (Stellaria media). Cette flore de terre limono-argileuse humide et riche en nitrates réunit les éléments adventices des cultures horticoles intensives.

122D’après les travaux de J.-J. Braun-Blanquet (1952) et M. Bournérias (1984), le contingent des espèces caractéristiques du Scleranthion annui (sol siliceux) apparaît toujours restreint par rapport au cortège du Caucalion (sol calcaire). Les spectres carpologiques du grenier reproduisent ce décalage mais les densités numériques en espèces adventices des terres siliceuses placent ce cortège en tête des mauvaises herbes. Elles semblent se répartir de manière plus cohérente en relation avec les concentrations de grains de seigle et peut-être celles d’avoine. Les messicoles calcicoles sont associées de façon diffuse tantôt au blé tantôt au seigle tantôt à l’orge, en quantité modeste. La flore des semis de printemps et/ou de sarclage se manifeste avec les amas de millet commun.

123En conclusion, la distribution spatiale et numérique des trois cortèges d’adventices culturales se superpose à celle des trois céréales principales du grenier. Pour les autres cultures, les associations moins nettes entre les semences des cortèges sauvages limitent notre lecture. Les caractéristiques édaphiques différentes de leur parcelle d’origine indiquent aussi que chaque céréale correspond à une culture et une récolte distinctes.

Les semences des espèces de friches nitrophiles

124La plupart des espèces attestées à Durfort et formant les groupements de lieux rudéralisés et de friches sont indicatrices de la haute teneur du sol en sels ammoniacaux (nitrates) (tabl. XXIIc). La zone nord-est, en K5, K6C, L5-61, L6C et L7, recueille les densités numériques les plus élevées (fig. 40) mais le nombre d’espèces concernées est toujours restreint. Le spectre taxinomique le plus large est obtenu en L7 (cinq espèces) (tabl. XXIII). Les autres plantes sont dispersées dans les échantillons. La plus fréquente, la lampsane commune (Lapsana vulgaris), est à la fois sylvicole, rudérale et adventice culturale des sols argilo-siliceux frais. Comme l’avait constaté K.-H. Knörzer (1971) dans les exemples néolithiques, et comme l’observent aujourd’hui les malherbologues, il est donc possible que l’espèce ait été une messicole. L’emplacement à seigle en K6C a livré la quantité la plus élevée de semences de ce cortège (densité de dix semences). Comme certaines de ces friches se développent sur les terrains abandonnés après une culture, il est classique que des mauvaises herbes déjà présentes s’y mêlent. La part de ces cortèges dans les spectres du grenier est, en conséquence, difficile à évaluer.

Les semences des espèces de milieux boisés

125Deux laîches (Carex agg. muricata et Carex cf. pendilla) et le gaillet croisette (Galium cruciata), herbacées des bois riverains (ripisylves), se manifestent dans les dépôts L5-61 et L7, secteur déjà remarqué pour la concentration en semences de plantes des berges et des prairies humides. Le groupement de l’aulnaie-peupleraie (Alno-Padion) est souvent en continuité avec la végétation de roselières et de prairie humide. Le cortège des fourrés forestiers et/ou sous-bois atlantiques de la chênaie pubescente (Rhamno-Prunetea) ne transparaît qu’à travers des espèces utilitaires dont les fruits comestibles sont très probablement issus de cueillettes : noisettes, prunelles, mûres de ronce, etc. (tabl. III, XXIIc et XXIII). Discrets et relativement circonscrits (en périphérie de la pièce, cf. fig. 34), leurs vestiges proviendraient de la consommation de fruits sauvages soit par l’homme soit par des animaux commensaux (ou les deux) et collectés dans les broussailles anthropiques (ronciers), les haies vives à prunelliers ou les lisières de forêts de feuillus (chênaie, hêtraie). Le fragment de bogue de hêtre est le seul témoin carpologique qui pourrait signaler l’apport de fruits et de bois depuis une hêtraie (Fagion sylvaticae), indice bien maigre si cette formation forestière ne se manifestait pas davantage à travers les charbons de bois (Durand et al. 1997).

2.4.1.4 Une répartition spatiale structurée

126La répartition des semences sauvages montre bien une organisation des espèces en communautés apparentées à celles qu’ont décrites les phytosociologues. Les cortèges dominants sont ceux de la flore adventice des cultures, comme le laissait pressentir l’existence de concentrations céréalières. Ces résultats écologiquement cohérents avec la nature des dépôts carpologiques valident l’application de la méthode phytosociologique à l’exemple du site de Durfort. En conclusion, les cortèges, outre leurs caractéristiques écologiques, se distinguent par leur mode de répartition dans le bâtiment, qui revêt trois aspects :

  • des associations entre des cortèges synanthropiques et des céréales ;

  • un assemblage de plusieurs cortèges des zones humides proches d’un cours d’eau dans l’espace nord-est que forment les carrés de la série L (notamment les échantillons L5C, L5-61 et L6) ;

  • une distribution périphérique (contre la paroi nord-est) des cortèges de milieux boisés représentés par des déchets de fruits.

127Après avoir établi l’existence de communautés fossiles répondant à des conditions précises de sols et d’habitat, il convient de mieux caractériser les stations dans lesquelles de telles communautés se sont installées et de dégager les indices environnementaux sur leur origine géographique probable.

2.4.2 L’autécologie

128Cette méthode décrit le comportement écologique de chaque espèce. Ses exigences, ses préférences, etc., vis-à-vis des facteurs du milieu constituent son amplitude écologique (ou valence écologique déterminée par des bornes de tolérance). Six paramètres écologiques sont en général pris en compte pour caractériser cette amplitude. Trois sont d’ordre climatique : la luminosité (L), la température (T), l’étage de végétation (E). Trois autres sont d’ordre édaphique (nature du sol) : l’humidité (H), la réaction du sol au pH (acidité/alcalinité) (R) et sa richesse en nitrates (N). À chaque espèce est affectée une cotation chiffrée de 1 à 9 ou de 1 à 5, selon les auteurs, qui résume leurs indices écologiques pour les six paramètres : deux mille espèces ont ainsi été recensées par H. Ellenberg en 1979 pour la flore d’Europe centrale (cité par Van der Veen 1992).

129D’une manière générale, son application à l’archéobotanique est beaucoup moins sujette à caution que la méthode phytosociologique, car les indices fournis par H. Ellenberg (1979) reflètent les conditions de tolérance de chaque espèce aux paramètres écologiques et non ses valeurs optimales (Van der Veen 1992). Mais la valence écologique peut varier chez une même espèce en fonction du stade de développement (de la germination à la fructification), des interactions entre facteurs écologiques et de la compétition entre espèces (Ozenda 1982). J. Montégut (1984) invite d’ailleurs à ne pas généraliser le comportement d’une espèce végétale à partir d’une situation donnée. Dès lors, le principal défaut méthodologique d’application à l’exemple du castrum vient de l’emploi des valeurs écologiques relevées par H. Ellenberg (1979) sur la flore d’Europe centrale pour la description d’une flore dont nous ne connaissons pas a priori la provenance géographique. Mais notre démarche a pour but, comme avec la phytosociologie, d’établir d’abord des caractéristiques environnementales potentielles qui se dégagent du spectre carpologique. Le biotope des communautés végétales restituées dans le paragraphe précédent sera donc examiné plus précisément à la lumière des variables écologiques de chaque espèce puis confronté à l’environnement local, voire régional, du site (cf. chap. 1).

2.4.2.1 Résultats de l’approche autécologique. Tabl. XXIV, Fig. 41

FIG. 41
Écodiagrammes des cinq communautés végétales. Les indices écologiques sont des valeurs moyennes établies pendant le développement végétatif de chaque espèce.

ArrhenathereteaNardetea =Polygono-ChenopodietaliaSecalineteaArtemisieteaChenopodietea(Secalinetea)

TABL. XXIV
Indices autécologiques (légende : cf § 2.4.2.1).

Cotations autécologiques

130• Le paramètre L concerne l’intensité moyenne de lumière assurant une croissance optimale de l’espèce pendant sa période de végétation.

1311 = plante d’ombre stricte (sciaphile).
2 = plante de stations ombragées.
3 = plante de luminosité moyenne.
4 = plante de pleine lumière préférante.
5 = plante de pleine lumière stricte (héliophile).

132• Le paramètre T caractérise la température moyenne à laquelle la plante est soumise pendant son stade végétatif. Il dépend de la répartition altitudinale de l’espèce car la température est une fonction linéaire qui décroît avec l’altitude : 0,55 °C environ pour 100 m d’élévation (Ozenda 1982 : 178).

1331 = plante indicatrice de froid.
2 = plante de température basse à moyenne (4-10 °C).
3 = plante de température moyenne (10-15 °C).
4 = plante de stations bien exposées à température élevée (15-20 °C).
5 = plante exclusivement de stations chaudes (xérophile) (> 20 °C).

134• Le paramètre E, corrélé à la température, correspond à la répartition verticale (étagement altitudinal) de l’espèce en montagne tempérée. Sont ainsi définis des étages de végétation dont la position varie selon la latitude et l’exposition des versants. Le massif de Berniquaut accueille des formations végétales mixtes, méditerranéennes et atlantiques, qui se superposent selon la nature du sol et l’exposition des versants. Sur le versant sud-ouest, un étage collinéen situé entre 400 et 500 m, formé par la chênaie pubescente atlantique sur le schiste, succède au supraméditerranéen (325 à 400 m), attesté par la chênaie verte et une pelouse xérophile calcicole. L’ubac (versant nord-est) ne porte aucune flore des séries méditerranéennes ; le collinéen y débute dès 300 m avec la chênaie sessiliflore. Nous donnons ci-dessous les valeurs moyennes des cotations altitudinales.

1351 = plante répartie principalement à l’étage alpin (> 2000 m).
2 = plante de l’étage subalpin (1 500-2 000 m).
3 = plante répartie principalement à l’étage montagnard (600-1 500 m), mais aussi présente à l’étage collinéen ; plante à répartition très large.
4 = plante de l’étage collinéen (300-600 m) pouvant occuper des zones plus élevées dans les stations ensoleillées. Plante également répandue dans les régions basses de l’Europe Centrale.
5 = plante de l’étage méditerranéen (0-300 m) exclusivement répartie dans les stations chaudes. Aire de répartition principale dans le sud de l’Europe.

136• Le paramètre H correspond à l’humidité moyenne du sol que connaît l’espèce pendant le stade végétatif.

1371 = plante fréquente sur sol très sec (espèce xérophile).
2 = plante de sol sec.
3 = plante de sol modérément sec à frais (espèce mésophile).
4 = plante de sol frais à très humide.
5 = plante de sol mouillé à détrempé (espèce hygrophile).

138• Le paramètre R rend compte de la richesse du substrat en ions acides [H30*] sur lequel se développe l’espèce de façon préférentielle. L’acidité ou l’alcalinité d’un sol se définit par la valeur du pH (différente des cotes attribuées ici).

1391 = plante de sol dont le pH est égal à 3 ; sol très acide (espèce acidophile).
2 = plante de sol dont le pH est égal à 4 ou 5, sol acide.
3 = plante de sol dont le pH est égal à 5 ou 6, sol faiblement acide.
4 = plante de sol dont le pH est égal à 7, sol neutre à alcalin (espèce neutrophile).
5 = plante de sol dont le pH est supérieur ou égal à 8, sol riche en ions alcalins [OH] (espèce basophile).

140• Le paramètre N définit la teneur du sol en substances azotées (ions nitrates NH30’) nutritives qui convient à l’espèce, les espèces poussant sur des sols nitratés en sont indicatrices.

1411 = plante de sol médiocre à très pauvre.
2 = plante de sol pauvre.
3 = plante de sol moyennent azoté.
4 = plante de sol bien pourvu, sol riche.
5 = plante inféodée au sol à teneur excessive en nitrates (pollution) (espèce nitrophile).

La flore prairiale

La prairie grasse ou arrhénathéraie

142Un ensemble de quatorze espèces a été pris en compte dans l’écodiagramme de la prairie grasse (Arrhenatheretea). Elle est caractérisée par des plantes à répartition géographique large sur les terrasses et les versants montagneux peu ombragés (E = 3 et 4 ; L = 3 et 4) sur sol neutro-alcalin à tendance humide (H = 3 et 4). Les sols bruns calcaires, les limons ou les alluvions marno-calcaires répondent à ces caractéristiques. La teneur en substances azotées (N) semble révéler deux situations nutritives : trois espèces témoignent d’un sol pauvre, quatre autres signalent un sol riche, voire très nitraté (une espèce avec N = 5). Ce résultat peut signaler des prairies installées sur des sols différents (sols pauvres et sols riches) ou une mauvaise distribution des substances azotées dans le même sol. L’existence de la forme pacagée (Cynosurion) (tabl. XXIIb) de ce type de prairie irait dans le sens de la deuxième hypothèse ; le sol aurait été inégalement fumé par les déjections des Ruminants par exemple.

La prairie sèche

143Les espèces de cette communauté, largement répandues depuis le collinéen jusqu’à l’étage montagnard, semblent être issues de terrains mieux exposés (thermiquement favorisés T = 4) que les zones de la prairie grasse. Le sol y apparaît modérément sec à humide mais nettement acide et pauvre (R = 1, 2 et 3 ; N = 1 et 2). De telles conditions s’observent sur des limons décalcifiés, des sols bruns lessivés ou podzoliques sur lesquels sont installées les landes à callune (Calluna vulgaris) ou la chênaie sessiliflore.

Les adventices des cultures

La flore des céréales d’hiver ou messicoles

144Les indices écologiques L, R et N opposent nettement deux tendances écologiques. Certaines espèces formaient une communauté de lieux ombragés, d’autres étaient installées dans une station plus éclairée. Deux types de sols se manifestent : l’un était très acide et franchement pauvre en matières nutritives, l’autre neutre et plutôt bien pourvu en azote. Ces indices écologiques confirment l’existence des deux communautés d’adventices messicoles (l’alliance du Caucalion des terres calcaires et l’alliance du Scleranthion annui des sols siliceux) issues de parcelles de culture très différentes (tabl. XXIIb). L’indice d’humidité montre une tendance sèche (H = 2 et 3) des substrats, mais plusieurs espèces sont indifférentes à ce facteur, signe d’une faible variation de celui-ci dans le milieu. Les adventices du Caucalion, comme Bunias erucago, Lithospermum arvense, Bromus secalinus et Lolium temulentum, caractérisent un sol calcaire plus ou moins caillouteux. Elles sont en général distribuées dans la plaine et sur les causses bien exposés des montagnes de la France méridionale. La flore des moissons siliceuses (Rumex acetosella, Silene gallica, etc.) s’observe davantage à l’étage montagnard dans cette partie du pays.

La flore des aires sarclées

145Les dix espèces qui composent ce groupement semblent aussi largement réparties que les formations prairiales. Elles proviennent d’une station assez ensoleillée (L = 3 et surtout 4 et T = 3 et 4). Leur développement s’est effectué sur un sol neutro-alcalin (R = 3 et 4). Quatre espèces y sont indifférentes. Ce sol était modérément sec à humide et particulièrement bien pourvu en nitrates (N = 4 et 5). L’excès d’azote signale ici un apport artificiel d’engrais organique (fumure animale ou engrais vert de légumineuses par exemple). Ces types de cultures occupent les espaces jardinés, intensément cultivés et fumés. La majorité des espèces de la communauté fossile désigne un substrat limoneux ou argileux peu calcaire compact ou sableux, de plaine et de plateaux lœssiques (Camelina sativa, Chenopodium album, C. agg. polyspermum, Polygonum lapathifolium, P. persicaria). Portulaca oleracea et Setaria viridis/ verticillata affectent les sols à tendance caillouteuse.

146On peut d’ores et déjà remarquer les analogies écologiques qui se manifestent entre le cortège des mauvaises herbes d’hiver des sols acides (Scleranthion annui) et le cortège de la prairie sèche de sol pauvre d’une part, et des conditions de croissance proche entre la flore adventice calcicole et la flore de l’arrhénathéraie (prairie grasse). Les adventices de sarclage ont occupé un emplacement nettement différent, plus humide et plus chargé en nitrates que ces quatre formations.

Les friches

147Cette flore des friches et des décombres s’est développée dans des stations de basse altitude (étage collinéen majoritaire) à sol modérément sec, neutro-alcalin (R = 3 et 4) et riche en azote (N = 4). Ces friches bénéficiaient d’une température relativement élevée sans doute en relation avec leur faible altitude. On note la présence de deux espèces de lieux ombragés à semi-ombragés, indices des variations d’exposition de ces formations.

2.4.2.2 Des plantes sauvages issues de biotopes contrastés

148Bien que nous n’ayons pu étudier les indices écologiques de toutes les espèces sauvages, les données autécologiques complètent et affinent les informations paléoenvironnementales qu’avait préalablement dégagées le classement phytosociologique potentiel. Grâce aux résultats obtenus par cette méthode, on parvient grossièrement à ranger les formations végétales fossiles par étage bioclimatique croissant en précisant les traits écologiques de leur emplacement dans les unités paysagères au XIVe s. :

  • les adventices et la flore prairiale de terres siliceuses proviennent de parcelles d’altitude (montagnard), acides et pauvres ;

  • les adventices de terres calcaires se sont développées dans des parcelles modérément humides, bien exposées de l’étage collinéen ; des emplacements à des altitudes inférieures ne sont pas exclus ;

  • la flore de la prairie grasse témoigne de lieux un peu plus élevés (montagnard pouvant descendre au collinéen), plus ombragés et plus humides sur des terres calcaires à tendance acide, plus ou moins enrichies en azote organique ;

  • les friches occupaient des zones basses ensoleillées, à sols neutro-alcalins, riches et peu humides jusqu’à l’étage collinéen ;

  • les aires sarclées étaient situées sur des terrains plus frais, très riches, peu calcaires à tendance siliceuse compris entre le collinéen et le montagnard. De répartition très large, les espèces de cette communauté ont pu aussi s’étendre à des zones plus basses de plaine.

149On constate donc que les communautés se situaient toutes à une altitude modeste entre les étages collinéen et montagnard (de 300 à moins de 1 000 m).

2.4.3 Validation des associations végétales dans les assemblages fossiles : l’analyse des corrélations

2.4.3.1 Exposé de la méthode

150Afin de préciser l’origine géographique des céréales et donc leurs probables lieux de culture dans le territoire environnant le castrum, il convient de s’assurer de la fiabilité des connexions céréale/cortège sauvage sur l’ensemble du grenier grâce à un test statistique qui tienne compte à la fois du nombre de restes des plantes et du nombre d’échantillons (G5 à L7) dans lequel se manifeste la connexion paléoagrologique. Si le simple examen de la répartition spatiale des densités en restes dégage des tendances pour les trois céréales à leurs points de forte concentration, il ne peut suffire à définir le seuil minimal du nombre de semences en deçà duquel une association serait jugée non significative. Il ne permet pas non plus d’évaluer le risque d’erreur que l’on commet lorsque l’on conclut à la signification d’un mélange de plantes dans un échantillon. En conséquence, les difficultés d’estimation et les erreurs dues à la subjectivité de la lecture spatiale limitent, en toute rigueur, la recherche des connexions aux seuls endroits où les restes de plantes cultivées et de communautés sauvages associées sont abondants. On ne peut, avec cette seule méthode, prendre en considération les taxons comme le millet italien, l’orge, l’avoine, l’engrain, les cortèges de friche ou de rives qui ont fourni une quantité dérisoire de semences par rapport aux centaines de milliers de grains de seigle.

  • 10 – Quatre prélèvements ont été traités en 1983 par l’équipe de fouilles. Nous tiendrons compte de la (...)

151Pour pallier ces imprécisions et dépasser ces limites, nous avons cherché les corrélations entre les variations d’effectifs des taxons céréaliers et ceux des communautés phytosociologiques par le test séquentiel de Bonferroni (Rice 1989). Notre but est de pouvoir accorder une valeur statistique aux associations décelées par la répartition spatiale des densités numériques et de repérer d’autres regroupements significatifs avec un seuil de sécurité connu. Compte tenu du fait que les conditions de prélèvements et de traitement ont été les mêmes pour la majorité des échantillons10 et que le niveau archéologique résulte d’un événement unique survenu en même temps sur toute la masse de semences, on admet que la conservation différentielle s’est opérée de la même manière dans chacun des échantillons. Les variations des nombres de restes (NR) des taxons d’un échantillon à l’autre peuvent donc être comparées.

152La matrice des coefficients de corrélation est établie sur les données de NR rapportés à dix litres de sédiment (avant tamisage) (tabl. XXV). Sept céréales, sept communautés phytosociologiques et deux taxons isolés, Agrostemma githago (nielle des blés) et Poaceae (graminées sauvages) sont testés. Comme la plupart des espèces de la prairie humide attestées dans le grenier se retrouve dans le cortège de la prairie grasse, nous avons réuni les deux communautés. L’indifférence de la nielle des blés à la nature siliceuse ou calcaire du sol rendait arbitraire le choix de la classer dans les messicoles du Scleranthion annui (siliceux) plutôt que dans le Caucalion (messicoles de calcaire). Nous avons donc préféré tester les variations de ses NR en la traitant parallèlement aux communautés adventices. De même, la famille des Graminées dont les semences n’ont pu être déterminées au rang de l’espèce mais dont les restes sont très abondants dans le grenier a été prise en compte pour le test comme variable individuelle. Les cortèges de milieux boisés ont été écartés du test puisque leurs semences ont logiquement très peu de chance de provenir des cultures.

TABL. XXV
Matrice des nombres de restes de céréales et des cortèges végétaux. Les nombres de restes sont rapportés à dix litres de prélèvement pour chaque échantillon. Av avoine (Avena sativa et A. sp.) ; or orge vêtue (Hordeum vulgare) ; mic millet commun (Panicum miliaceum) ; blé blé tendre (Triticum aestivum I. s.) ; sg seigle (Secale cereale) ; mil millet italien (Setaria italica) ; eng engrain (Triticum monococcum) ; R plantes des rives ; PGH plantes des prairies grasses et humides ; PS plantes des prairies sèches ; MS messicoles de sols siliceux ; MC messicoles de sols calcaires ; AS adventices de cultures d’été et/ou sarclées ; AGRO nielle des blés (Agrostemma githago) ; F plantes des friches ; GRAM graminées.

2.4.3.2 Résultats

153Les résultats des corrélations deux à deux obtenues pour les seize variables sont donnés par le tableau XXVI. Le degré de liberté étant de 33, les valeurs significatives du coefficient de corrélation, d’après les tables de la statistique « r », sont supérieures ou égales à 0,33 pour une probabilité de 0,05. Le test de Bonferroni situe le seuil de signification à 0,56 avec une probabilité égale à 0,000036. Seuls dix-sept couples de taxons sont alors corrélés de manière non aléatoire.

TABL. XXVI
Matrice de corrélation obtenue à partir du test de Bonferroni (ddl = 35-2 = 33). D’après la table du coefficient de corrélation, le seuil de signification est égal à 0,33 pour une probabilité égale à 0,05. Le test de Bonferroni situe le seuil de signification à 0,56 avec p = 0,000036. Les valeurs grisées correspondent aux variables corrélées deux à deux de façon significative (abréviations, cf. tabl. XXV).

154Les résultats montrent, en premier lieu, que toutes les corrélations significatives sont positives. Elles mettent donc en évidence des convergences d’abondance des taxons corrélés deux à deux ce qui confirme leur association dans les stocks initiaux. Même si le résultat étonne peu, il conforte de manière statistiquement puissante la cohérence historique du dépôt.

155Les céréales principales du grenier, seigle, blé tendre et millet commun, ne sont pas corrélées entre elles ; elles sont donc disposées de façon indépendante les unes des autres en amas monospécifique. Les autres espèces céréalières d’abondance secondaire, orge, avoine, engrain et millet italien montrent deux résultats différents. L’orge n’est corrélée à aucune autre céréale ; les deux amas repérés en L6 et J4 sont donc indépendants. En revanche, une corrélation significative est enregistrée pour le couple avoine/engrain (r = 0,57). Or, tous les grains du blé engrain proviennent d’une des deux concentrations de restes d’avoine (en G7) ; leur association est probablement significative d’un fait cultural (lors du semis ou du stockage) qui n’est pas reproduit dans l’amas relevé en K6C (fig. 25 ; fig. G). Le millet italien et le seigle sont fortement corrélés entre eux (r = 0,81). Or le millet italien est présent principalement dans deux échantillons (K6C et K7) et absent dans la plupart des autres. Les deux points de présence se superposent à la nappe d’épandage de la masse de seigle déposée en K6C et en K7 (fig. 23). Une corrélation apparaît aussi entre le millet italien et la flore de la prairie siliceuse (r = 0,68) tandis que la céréale n’est pas corrélée avec les adventices du seigle (r = 0,54, valeur inférieure au seuil de signification). Les emplacements dans le grenier des grains de millet italien et des adventices silicicoles sont donc dissociés ; résultat qui indique que malgré le faible nombre de restes de la céréale, on ne peut lui attribuer un statut d’adventice du seigle au même titre que la nielle des blés (Agrostemma githago). Ce millet, qui peut aussi faire partie de la flore adventice des cultures de millet commun, n’est corrélé ni à celui-ci ni à la flore des adventices d’été/sarclages. On peut donc asseoir l’hypothèse (cf. § 2.3.1.6) selon laquelle il existait un amas indépendant de cette espèce dans la zone K7/K6.

FIG. G
Emplacements des concentrations de semences selon les espèces, révélés par les densités volumiques (pour dix litres).

156Les plus fortes corrélations (0,86 ˂ r ˂ 0,93) sont enregistrées entre le seigle et les cortèges floristiques de terrains siliceux (messicoles et prairiales). Les récoltes de seigle apparaissent donc comme les sources privilégiées d’apport de ces plantes sauvages dans le bâtiment. En revanche, l’absence de corrélation entre cette céréale, les mauvaises herbes et les prairiales calcicoles écarterait l’hypothèse d’une éventuelle provenance du seigle à partir de terres calcaires. Parallèlement, on constate l’existence de corrélations entre les semences de la nielle des blés (Agrostemma githago), celles des Graminées et du seigle, des mauvaises herbes et de la flore des prairies siliceuses. Ces résultats permettent de préciser que les semences de la nielle des blés et des graminées sont, pour la plupart, issues des champs de seigle.

157Le millet commun est fortement corrélé avec les adventices d’été et/ou des aires sarclées (r = 0,76), résultat qui valide l’hypothèse de semis de céréales réalisés sur des terres différentes et qui ont bénéficié de pratiques distinctes.

158Une corrélation se manifeste entre les plantes des rives et celles des prairies grasses et humides (r = 0,72) ; ce résultat rend significatif l’assemblage composite entre ces flores que nous avons constaté dans les carrés de la série L. Leur répartition est aussi corrélée à celle des adventices de terrains calcaire (r = 0,64). En revanche, leurs semences ne sont pas associées de façon significative avec celles des céréales ni avec celles des adventices de terre siliceuse et de terre sarclées.

159Les espèces de friches et la nielle des blés sont corrélées (r = 0,56). Cette association est difficile à interpréter en raison de la très faible quantité de semences issues des formations de friches.

160Les autres corrélations situées au-dessous du seuil de signification sont peut-être vraies mais le risque qu’elles résultent d’un hasard est trop grand pour les prendre en considération (Rice 1989). Il est étonnant que le test ne confirme aucune corrélation entre le blé et les adventices de calcaire car la connexion est repérable dans la répartition spatiale de leurs semences. Des absences de corrélation (r = 0) sont relevées dans les emplacements entre le seigle et la flore des prairies grasses et humides, le blé et les deux cortèges de prairie, l’engrain et les prairiales siliceuses, les plantes de rive et les adventices de sarclage. L’orge n’est corrélée avec aucun cortège sauvage.

2.4.3.3 Conclusions

161Ces résultats appellent quelques commentaires sur la marge d’efficacité du test de Bonferroni tel que nous l’avons appliqué, c’est-à-dire sur l’ensemble des échantillons pour toutes les céréales. En effet, si des corrélations indiscutables se manifestent entre le seigle et la flore silicicole ou entre le millet commun et la flore de sarclage, on ne peut manquer de s’interroger sur le sens à donner au sujet des corrélations apparues d’une part entre le seigle et le millet italien, d’autre part entre l’engrain et l’avoine, et sur l’absence de corrélation entre le blé et les mauvaises herbes de calcaire. On a vu que la corrélation entre le millet italien et le seigle ne relève pas d’un mélange volontaire des deux espèces au départ, mais qu’elle est due au hasard de l’écoulement de l’amas de seigle le plus volumineux (à savoir depuis K6C). La présence unique du millet italien dans ce secteur a été estimée comme significative dans le test par rapport à l’ensemble des échantillons où il n’est pas attesté. La corrélation révélée par le test entre l’engrain et l’avoine s’explique avec les mêmes arguments. L’engrain est très localisé dans le grenier par très peu de grains (en G7). Or, cet échantillon s’affiche comme le point de forte concentration des grains d’avoine. D’après les découvertes carpologiques de ce blé dans un autre contexte du castrum et, plus généralement, en France méridionale, et les informations éclairantes de certains textes bas médiévaux languedociens et provençaux, cette association, difficile à valider en raison de la quantité négligeable d’engrain dans le bâtiment, serait liée à son emploi effectif à l’époque. Malgré la faible pertinence archéobotanique, le témoignage historique plaiderait ainsi en faveur de la signification de leur association dans l’assemblage (cf. chap. 3).

Adventices hivernales de terres siliceuses (Scleranthion annui) • Plantes de prairie sèche silicicole (Nardetea)
Nielle des blés (Agrostemma githago)

Seigle (Secale cereale)
Emplacements multiples, notamment : J6, K6C et les couronnes d’épandage

Adventices hivernales de terres argilo-calcaires (Caucalion)

Blé tendre (Triticum aestivum) plus manifeste en H5

Adventices d’été et/ou d’aires sarclées (Polygono-Chenopodietalia)

Millet commun (Panicum miliaceum)
Emplacements G7, l-J/7-8

• Rives (Phragmitetea et Bidentetea) • Prairie grasse (Arrhenatheretea) • Friches (Artemisietea et Chenopodietea)

Résidus de vannes de céréales (seigle, blé tendre et avoine cultivée)
Emplacements L5-61, L6

Engrain

Avoine (G7)

Millet italien

Seigle (K6C, K7)

TABL. XXVII Associations significatives entre vestiges de céréales et cortèges de plantes sauvages.

162Le blé tendre et les messicoles de calcaire sont distribués dans la plupart des échantillons de manière plus ou moins diffuse. Force est de reconnaître que les points de densités ne se superposent pas exactement. Les plus fortes densités en blé sont enregistrées en H5 et L5-61, celles des mauvaises herbes de calcaire en G5 et L5C (fig. 21, 39). Dans les autres carrés, leurs restes semblent moins étroitement mêlés. Le test a, en fait, rendu compte des fluctuations indépendantes des deux groupes de taxons, plus nombreuses que les points de connexion. On parvient au même constat en examinant les semences de la prairie grasse et humide. Bien que très discrète dans le secteur G-H/5-6, les variations de densité en restes suivent de façon parallèle celles des messicoles de calcaire dans les autres échantillons alors que le test statistique leur attribue un coefficient non significatif (r = 0,28). À l’inverse, il indique une corrélation positive entre les mauvaises herbes de calcaire et les plantes de rives (r = 0,68) dont les restes semblent se répartir et fluctuer parallèlement à ceux de la prairie grasse dans le secteur nord-est du grenier (carré K et L). Les densités les plus élevées de ces trois cortèges se situent aux points L5C et L5-61, (tabl. XXIII, XXV ; fig. 38, 39). La réunion spatiale de ces trois formations dans le grenier ne peut, à notre avis, être fortuite en raison de la similitude de certains traits écologiques qui les caractérisent. D’après leurs caractéristiques édaphiques, sol argilo-calcaire neutro-alcalin et plutôt riche en substances azotées, ces flores ont pu voisiner aux abords d’un cours d’eau selon le gradient d’humidité du substrat, depuis la ceinture riveraine au sol détrempé (roselières) jusqu’aux marges plus caillouteuses et perméables inondées de façon temporaire en hiver (prairies fraîches et/ou cultures céréalières). Prairies et céréales ont pu aussi se succéder dans le temps sur le même terrain. Dès lors, le mélange de leurs semences dans la pièce peut résulter de récoltes indépendantes de plantes en zone humide, de mélanges fortuits avec les mauvaises herbes calcicoles à la suite de la persistance d’éléments de la végétation prairiale dans le semis céréalier et/ou d’accumulation de semences de cortèges divers lors de tris manuels réalisés dans le bâtiment. La proximité d’une concentration de blé tendre en L5-61 (fig. 21) pourrait en être la cause. Ces hypothèses seront discutées dans le chapitre 3.

163En conclusion, le test séquentiel de Bonferroni tel que nous l’avons appliqué apparaît complémentaire de l’approche spatiale visuelle de la répartition des taxons dans le grenier. Il valide les connexions observées entre les dépôts de céréales et de plantes sauvages (tabl. XXVII).

164Chacun de ces assemblages prend sens dans le cadre d’une fonction agricole du bâtiment. Les associations entre cortèges de mauvaises herbes et céréales correspondent ainsi à de véritables connexions paléoagrologiques entre la culture et la flore sauvage adventice qui l’accompagnait dans la parcelle au moment de la moisson. Suite aux conclusions de J. Montégut (1984 ; 1997) sur la relation entre la composition d’une communauté d’adventices et le régime cultural pratiqué sur une parcelle et d’après les résultats paléoécologiques, on peut en déduire qu’au moins trois types de sols avaient été mis en culture l’année de l’incendie :

  • des terres siliceuses acides, pauvres et plutôt sèches, dévolues au seigle ;

  • des terres calcaires, assez fertiles et peu humides ayant accueilli les semis de blé tendre ;

  • des terres riches, sablo-humifères, peu calcaires et plutôt humides correspondant aux surfaces cultivées du millet commun.

165Cette série d’analyses paléoécologiques et statistiques rend possible la restitution hypothétique de plusieurs aspects des travaux agricoles depuis la situation des aires cultivées jusqu’au mode de conditionnement des récoltes.

2.5 Une réserve et des récoltes détruites par l’incendie

166Au terme de ce chapitre descriptif et analytique, il est utile d’en récapituler les principaux acquis. Ils relèvent d’une part de la fiabilité des échantillons, de leur composition floristique et carpologique, d’autre part de leur potentialité à rendre compte des informations palethnographiques désorganisées par le sinistre. Des modalités de ce dernier dépend aussi l’interprétation des actes réalisés en amont du stockage tels que les façons culturales, l’organisation et les formes d’exploitation du territoire castral, et celle de l’image alimentaire et économique reflétée par ces denrées perdues. Nous examinerons dans le dernier paragraphe de cette conclusion les indices qui témoignent de la nature de l’incendie et de la saison la plus probable à laquelle il a éclaté.

2.5.1 Validité des échantillons traités

167Le bilan méthodologique a permis de conclure à la bonne représentativité des trente-cinq prélèvements traités. Le contenu carpologique du niveau d’occupation incendié, scellé par l’éboulement d’un mur en surplomb, a subi une évolution taphonomique de faible ampleur. Elle a été appréciée à partir des indices suivants :

  • le faible taux général de fragmentation des semences ;

  • le taux négligeable de carpo-restes indéterminés ;

  • l’état de conservation exceptionnel, rarement obtenu dans les ensembles de semences carbonisées, qui a permis d’établir un spectre taxinomique étendu ;

  • l’absence de perturbation après l’enfouissement permettant d’appréhender l’organisation spatiale des espèces et des types de carpo-restes et, finalement, de pointer les emplacements initiaux de stocks de récolte (cf. infra § 2.5.2).

168L’incendie a néanmoins détruit une partie non quantifiable de semences, notamment dans les secteurs les plus exposés. Les très basses densités de restes enregistrées dans les échantillons proches du brasier (carré 17) témoignent de ces disparitions pendant cet événement. L’action différentielle de la carbonisation sur les éléments constitutifs des semences a, par ailleurs, modifié les proportions relatives entre grains et vannes pour les céréales. L’exemple des grains de millet et d’orge, conservés sous forme d’épillet dans les agglomérats, mais dénudés dans les amas, incite à la prudence dans la restitution des modes de stockage. Si les pertes taphonomiques dues à l’incendie ne peuvent être contrôlées, celles que provoquent les méthodes d’extraction des vestiges peuvent être facilement limitées à défaut d’être évitées. On ne saurait trop rappeler, à cet égard, qu’un tamisage grossier des sédiments amoindrit les chances d’observer des indices aussi ténus que des fragments de glumelles, les éléments les plus fragiles des fructifications (pédicelles de fruits par exemple, rachis de céréales, etc.) ou les semences de plantes sauvages souvent de petite dimension, voire celles de certaines espèces cultivées (pépins de figue, de fraise, grains de millet). Le spectre taxinomique très étroit et la faible densité numérique des échantillons 15 et G/H5 tamisés sur des mailles d’un diamètre supérieur à 0,5 mm sont les conséquences flagrantes d’une telle sélection.

2.5.2 Composition des échantillons

169Avec près de 400 000 restes étudiés et 157 taxons attestés, le niveau incendié offre des conditions d’investigations équivalentes à celles des dépôts carpologiques des contextes humides. Le corpus végétal se compose de plantes cultivées d’importance inégale, au point que le choix de classer certaines espèces dans cette catégorie est discutable. Le blé engrain (Triticum monococcum), le millet italien (Setaria italica), la lentille (Lens culinaris), le pois (Pisum sativum) et le lin indéterminé (Linum sp.) ont livré si peu de restes qu’il était délicat a priori de leur attribuer un statut de plante exploitée plutôt que d’adventices culturales au même titre que celles de la flore sauvage. L’étude spatiale, l’analyse des corrélations et leurs attestations dans d’autres niveaux du castrum permettent finalement d’envisager que ces espèces étaient probablement cultivées ou du moins employées par la communauté certaines années.

170Par la méthode des densités numériques et volumiques, vingt et un emplacements de haute densité ont finalement été révélés (fig. G). La répartition spatiale des semences démontre que les espèces cultivées sont arrangées en stocks différenciés dont certains contiennent les compagnes sauvages des parcelles de culture. Les indices paléoécologiques de celles-ci et les connexions paléoagrologiques conservées entre les cortèges de mauvaises herbes et les céréales permettent de conclure que le niveau incendié correspond à la destruction de récoltes entreposées.

171Malgré les mélanges provoqués par le chevauchement de plusieurs tas affaissés, des stocks monospécifiques et de volume variable se côtoyaient dans le bâtiment avant la catastrophe. À cette étape de l’analyse, la comparaison des densités volumiques maximales reportées sur la figure 41 invite à considérer que les points de concentrations les plus importants représentent les stocks de l’année d’une partie du seigle, des féveroles, des pois chiches, du blé tendre, du millet commun et du raisin. Des résidus de criblages et des reliquats de récoltes effectuées les années antérieures seraient alors constitués par les mêmes espèces aux points de concentrations moins denses repérés sur la figure 41 : le blé tendre en L5-61, le pois chiche en L6C et le raisin en K7/L6, le millet commun en K4. Les témoins encore moins nombreux des autres plantes cultivées pourraient aussi constituer des stocks résiduels : l’orge en L6 et l’avoine en G7, le millet italien en K7. Leurs semences dans les autres échantillons, l’orge en J4, l’avoine en K6C, le millet italien en K6C ainsi que celles de l’engrain en G7 et du pois en K4, pourraient provenir de grains d’une culture précédente mêlés aux semis de la nouvelle.

2.5.3 L’incendie

2.5.3.1 Le brasier

172« Un brasier de branchages placés au pied de la paroi sud-est a mis le feu au bâtiment et aux récoltes qu’il protégeait » (Pousthomis rapport 1990 : 248). De forme circulaire, celui-ci reposait à même le rocher sur une surface d’environ 1 m2. Il était peu structuré puisque seules quelques pierres calcaires et un cailloutis étaient encore inclus dans la couche cendreuse épaisse et pulvérulente. De rares charbons de bois y ont été dégagés. Selon B. Pousthomis (rapport 1984), la masse de cendres évoque plus vraisemblablement les ultimes témoins des éléments imposants de la charpente plutôt que ceux d’un combustible. Le foyer rudimentaire, mais de taille démesurée par rapport à la surface de la pièce, était établi à environ deux mètres du muret fermant le bâtiment et de la paroi nord-est, à l’opposé du seul accès reconnu situé au nord-ouest (fig. 6). B. Pousthomis (rapports 1983, 1984) estime que le feu dut être violent d’après les impacts laissés sur plusieurs vestiges tels que les déformations par surcuisson de tessons de céramique, l’éclatement de tuiles et, sous les cendres, la coloration grise du rocher calcaire formant le sol. Indices auxquels nous ajoutons la pauvreté notable en carpo-restes sur environ 2 m2 depuis le foyer (fig. 13).

173Comme le signale J.-M. Pesez (1986), la présence d’un foyer dans un bâtiment devrait permettre de reconnaître une unité d’habitation. Les exemples sont nombreux qui confortent la règle, bien qu’à Rougiers, la plupart des foyers occupent les dépendances et les annexes (Démians d’Archimbaud 1980). L’aspect très fruste du foyer du grenier ne suffit pas à l’exclure des types domestiques. Quoi qu’il en soit, sa position dans la pièce, ses dimensions excessives et l’absence de parements contre l’échappée de braises laissent imaginer que le risque d’incendie était grand. En outre, on ne peut s’empêcher de douter de son caractère « domestique » quand on le compare au petit foyer blotti dans l’angle nord-ouest du bâtiment près de l’entrée supposée. De même, il diffère de ceux qui sont apparus dans la « cour » attenante au grenier. Ce grand brasier, par la négligence du danger évident d’incendie qu’il faisait courir, détonne si l’on se souvient du souci de protection qui se manifeste dans le choix d’implantation et le mode de construction du bâtiment (cf. § 1.3.2.5).

174À la suite des conclusions de l’archéologue, force est de voir dans cet ouvrage un acte volontairement destructeur. L’absence de déblaiement des décombres, de restauration du bâtiment ruiné ou de récupération de mobilier donnent à penser, selon B. Pousthomis (rapport 1984 : 94), que le grenier a dû être abandonné alors que la désertion du castrum était déjà bien amorcée (cf § 1.3.1).

2.5.3.2 Hypothèse sur la saison de l’incendie

175La masse importante de semences brûlées et certains indices ont fait naître l’idée de tenter de situer la saison la plus probable de la catastrophe afin d’évaluer le temps écoulé entre le dépôt des récoltes et leur destruction par le feu. L’objectif est d’augmenter la pertinence de leur témoignage paléoagrologique et paléoéconomique, notamment dans l’élaboration d’un schéma du cycle cultural et dans le mode de gestion des récoltes. C’est un témoin aussi inattendu que discret qui semble pouvoir éclairer cette question : un coléoptère parasite des graines de féverole, la bruche de la fève (Bruchus rufimanus), dont les restes carbonisés et les traces de consommation ont été repérés dans les amas de cette légumineuse (fig. 29a).

176Cet insecte accomplit, en effet, son cycle biologique en une année et est adapté au temps de maturation des graines de féverole dans leur gousse. Fécondée en mai, la femelle pond ses œufs en juin sur les gousses de féverole en formation. L’éclosion a lieu une dizaine de jours après la ponte. Les larves cheminent à travers les tissus encore tendres de la gousse jusqu’à une graine en cours de croissance. Elles s’y installent et s’en nourrissent jusqu’à leur métamorphose qui débute à la fin du mois d’août. Les adultes quittent leur loge en septembre/octobre pour hiberner. À l’inverse des charançons, ravageurs des grains stockés, les adultes de la bruche de la fève ne consomment pas les graines pendant ce stade hivernal. Ils se nourriront de nectar au printemps avant l’accouplement (Hoffman, Labeyrie 1962).

177Ce cycle brièvement décrit montre qu’au moment de la récolte des féveroles (en août), toutes les bruches n’ont pas atteint le stade adulte (imago). Les insectes achèvent leur développement entre septembre et octobre, période du battage des féveroles avant leur stockage. À cause du tégument coriace des graines de féveroles, certaines bruches ne parviennent pas toujours à quitter leur loge. Elles hibernent alors dans leur hôte en attendant qu’à la faveur des prochaines semailles, le tégument se ramollisse, au moment de la germination des graines (phase de l’imbibition). Ainsi, des graines stockées peuvent encore renfermer un ou plusieurs locataires adultes.

178Dans le grenier du castrum, les traces laissées par les bruches sont représentées par les loges qu’occupaient les larves à la fin de l’été (fig. 29b). Le taux moyen de féveroles qui ont été parasitées ne s’élève qu’à 3,5 % (tabl. XVI). Les graines parasitées ont quasiment toutes été quittées par leur locataire puisque seulement trois bruches adultes (dont une est encore emprisonnée dans une graine) ont été recueillies sur 8421 loges recensées (une loge par graine en général). Les féveroles ont donc été carbonisées après la sortie des insectes pour l’hibernation, soit au plus tôt après le mois d’octobre, date à laquelle toutes les récoltes (céréales, fruits, etc.) sont mises à l’abri, d’après les calendriers des travaux agricoles médiévaux (Mane 1983).

179Comme la grande quantité de semences et l’arrangement des espèces en stocks encore en place donnent à penser que plusieurs récoltes sont issues des cultures de l’année, on peut raisonnablement considérer que l’incendie s’est déclaré la même année que ce stockage, donc entre l’automne et la fin de l’hiver. Cet intervalle demeure toutefois insatisfaisant puisqu’il comprend justement le temps au cours duquel les stocks sont consommés. La destruction de récoltes à peine rentrées n’a probablement pas la même incidence tragique pour l’économie du village ou de la famille que celle des toutes dernières denrées de l’hivernage au moment de la soudure saisonnière. L’idéal aurait été de connaître la quantité de semences brûlées par le sinistre afin de la comparer à celle que renferment des greniers garnis. Le volume initial de productions agricoles entreposées juste avant l’incendie est impossible à appréhender. En effet, le potentiel calorifique des réserves aériennes est d’autant plus élevé qu’elles abritent des matières sèches et poussiéreuses telles que des grains, de la paille et du foin. Les observations ethnographiques de granges en flammes de la Provence alpine montrent que la propagation à l’intérieur d’un tel bâtiment est violente et rapide même si, à Durfort, les murs en moellons calcaires et la paroi rocheuse ont pu la circonscrire. Lors de ces incendies, souvent liés aux pratiques humaines (chauffage, négligence, voire malveillance), la charpente consumée rapidement provoque l’écroulement de l’édifice. Les récoltes sont complètement détruites et les instruments aratoires rendus inutilisables (Feschet 1992 : 86-89). On comprend, d’ailleurs, qu’il a dû être impossible aux Durfortois de récupérer quelque objet que ce soit dans la pièce. Étant donné l’ampleur des destructions dont témoignent les exemples évoqués, tout essai de restitution de la capacité volumique utilisée dans la réserve avant la catastrophe paraît illusoire. Nous pouvons au moins tenter d’estimer la quantité de semences potentiellement contenues dans le sédiment d’après le volume des vestiges extraits, la surface fouillée et l’épaisseur de sédiment accumulé.

180Deux approches de la même méthode de calcul ont été employées. Dans la première, nous postulons que la quantité de semences était répartie de façon homogène sur l’ensemble du niveau fouillé. D’après les données récapitulatives (tabl. VIII), en excluant les prélèvements de cent litres (G‑H/5, 15 et H-I/7) en raison de la méthode trop sélective de tamisage (cf. chap. 1), le volume total de sédiment traité s’élève à 409 l et le volume brut de semences extraites à 7,18 l (seules les espèces cultivées du tableau VIII sont prises en compte). Sachant que l’épaisseur du sédiment était comprise entre 1 et 5 cm et que la surface fouillée dont il provient couvre 21 m2 (la surface au sol du bâtiment mesure 30,5 m2), nous avons calculé le volume de sédiment correspondant et en avons déduit le volume de semences carbonisées qu’il était susceptible de contenir. On obtient les données estimées dans le tableau XXVIII pour chaque épaisseur de sédiment.

TABL. XXVIII
Estimation des volumes de sédiment et de semences selon l’épaisseur de sédiment.

181La seconde tente une approche maximaliste qui ne tient compte que du secteur le plus dense en matériel extrait (fig. 13) et où le niveau était le plus épais (5 cm). La surface fouillée comprend quatre carrés (K4, K5, K6 et K7 incluant six échantillons de semences) soit 4 m2 (tabl. XXIX).

TABL. XXIX
Estimation des volumes de sédiment et de semences d’après les échantillons les plus riches en vestiges.

182Les plus grands volumes de semences obtenus (18,4 et 11 l) apparaissent dérisoires pour avoir constitué des stocks de récoltes par rapport aux hectolitres de grains annoncés dans la littérature (cf. chap. 3). Compte tenu des informations ethnographiques, il est évident que l’incendie a réduit en cendres la majorité des semences que renfermait la pièce. L’effondrement de l’édifice, ajouté à la compaction du niveau brûlé puis à la sédimentation, a accentué la disparition des matériaux déjà fragilisés. De plus, l’incendie a pu éclater au printemps dans une réserve déjà vidée de la plupart des denrées d’hivernage. Deux arguments convergent pour retenir cette hypothèse comme probable. La répartition des résidus de décorticage des céréales et celle des semences de plantes sauvages a laissé naître l’idée que certains échantillons correspondaient à des points d’accumulation de déchets de nettoyage de grains stockés (cf. supra § 2.3.1.8 et 2.3.5). Le nettoyage précédait vraisemblablement la consommation des denrées. Des stocks avaient donc déjà été entamés. Les broyons exhumés suggèrent, en ce sens, la réalisation, dans le bâtiment, de moutures des grains à mesure des besoins. Par ailleurs, la diversité des espèces cultivées attestées peut résulter de la superposition de récoltes d’années successives, mais aussi de l’acquisition par échanges commerciaux. Le marchand Florentin Francesco Datini a consigné des ventes de draps de laine durfortois dans son livre de comptes à la date du 10 août 1388. Une des trois foires principales, qui se tiennent en bas Languedoc à Montagnac (Hérault), se déroule le 29 août, jour de commémoration de la décollation de saint Jean-Baptiste (Wolff 1972). Or, comme ces foires sont le lieu d’échanges en nature (Calderan-Giachetti 1962), on peut supposer que la destruction du grenier entre l’automne et le printemps a causé non seulement la perte des récoltes de l’année mais aussi des biens acquis par le commerce. On verra dans le chapitre 3 quelles sont les denrées végétales probablement obtenues grâce à la vente des productions drapières.

183Les arguments sont ténus et n’autorisent aucune affirmation. L’épisode entomologique dans cette analyse espère orienter l’attention sur l’intérêt que présente la recherche d’insectes (ou d’autres groupes d’animaux commensaux des activités humaines) dans les réserves de provisions, les dépotoirs alimentaires, etc. Leur écologie peut livrer des informations de premier ordre sur l’origine géographique d’un stock de céréales et mettre en évidence des importations (Kislev 1991) mais surtout, comme on l’a montré, établir l’évolution sanitaire d’un stock de grains (Matterne et al. 1998). Parfois inoffensifs en tant que tels pour les organismes humains et animaux, ils peuvent être les vecteurs d’épidémies et de parasitoses graves (malaria, typhus, etc.) dont a souffert l’Europe (Ruffié, Sournia 1984). À l’instar des expériences publiées sur la bruche du haricot par Labeyrie et Maison (1954), on peut se demander dans quelle mesure un certain taux de parasitisme dans les céréales, les légumineuses ou autres ne pourrait pas aussi renseigner sur la réussite d’un semis, voire sur des pratiques agricoles ? On peut de même s’interroger sur le comportement culturel vis-à-vis de graines infestées, destinées à l’alimentation. Les féveroles de Durfort ne semblent pas avoir été triées dans ce sens. Au-delà de la simple anecdote de fait divers, les restes entomologiques associés aux vestiges de récoltes et/ou de denrées alimentaires participent aussi à l’histoire économique et socio-culturelle.

2.5.3.3 Conclusion

  • 11 – Déposition de Guillaume Raffart « domum habebant in Castro veteri de Duruforti in qua nullus mora (...)

184Malgré un mobilier attribuable à plusieurs activités ou fonctions sociales (chevalerie, artisanat, agriculture, élevage), les restes de l’incendie n’ont pas offert les indices probants d’une vie domestique quotidienne dans cette pièce. B. Pousthomis (rapport 1984) rejette l’idée que le bâtiment ait fonctionné à la fois comme pièce à vivre et comme réserve à grains. Le foisonnement des semences et les objets et accessoires liés au stockage ou à la mouture suggèrent, à ce stade d’examen, une vocation de réserve à grains mais aussi de remise à outils. Nous compléterons les arguments sur cette question dans les chapitres suivants. Lors de la réorganisation que connaissent certaines constructions du castrum entre la fin du XIIIe et le début du XIVe s. (cf supra § 1.3), la position de ce grand bâtiment proche de la vallée a pu apparaître comme avantageuse pour y mettre plus sûrement des récoltes à l’abri. Un texte relatant des événements de l’année 1274 mentionne l’utilisation par des habitants du vallon d’une maison dans le vieux castrum comme resserre à foin11. Bien que située en dehors du premier rempart, à savoir hors du noyau d’habitat primitif, l’occupation de cette partie du piton est mal cernée. Le bâtiment a-t-il été construit pendant la phase d’extension du faubourg et utilisé initialement pour d’autres activités ? A-t-il été érigé pendant les réaménagements des espaces internes ? A-t-il servi d’entrepôt dès sa construction ? Cette fonction initiale de réserve aérienne (Bromberger 1979) ne peut pas être considérée à coup sûr comme l’unique forme d’occupation qu’aurait connue le bâtiment depuis son érection. Bien que les indices de l’existence d’un niveau supérieur soient trop ténus, il est possible, au regard des autres grands bâtiments du castrum, que la pièce exhumée corresponde au rez-de-chaussée d’une maison à étage. La partition des fonctions au sein d’une telle maison est courante dans ce village. Mais nous sommes plutôt renseignés sur les dernières activités qui s’y déroulaient sans pouvoir toujours définir exactement à quel niveau elles étaient exécutées. L’exemple des maisons C9 et surtout C11 montre à quel point l’espace a pu être modifié dans son organisation (création de cloisons) et sa fonction. À la fin de l’occupation du castrum, des silos sont creusés dans le sol des maisons C8 et C9 et s’ajoutent au grenier C4 comme s’il y avait « une vive préoccupation de la conservation des graines » (Vidaillet, Pousthomis-Dalle 1996 : 123). Notons toutefois que malgré la découverte de quelques semences dans leurs comblements, leur origine n’a pu être strictement attribuée à un ensilage (Ruas in Colin et al. 1996). Il demeure néanmoins certain que le niveau incendié du grand bâtiment représente le dernier état de son fonctionnement et qu’au moment où il flambe, il sert de réserve à grains.

Notes

1 – Les vestiges d’Arthropodes connaissent depuis peu en France un intérêt nouveau, en particulier dans l’étude des conditions sanitaires des stockages et des conditions d’inhumations funéraires. Des études archéoentomologiques ont déjà été réalisées dans d’autres pays (Grande-Bretagne, Israël) à propos d’Arthropodes conservés dans les puits, les dépotoirs ou les milieux funéraires. P. Ponel et J.-H Yvinec (1997) ont publié un tour d’horizon sur cette question en France et les apports de ces recherches.

2 – Des marcs de raisin sortis du pressoir et rejetés en plein air sont investis, quelques jours après, par une cohorte d’arthropodes divers qui consomment en premier les résidus de pulpe fraîche. Nous avons pu observer en hiver ces amas de marc « nettoyé » dans lesquels ne persistaient que les éléments ligneux de la grappe (rafles plus ou moins fragmentées et pépins) et quelques lambeaux de pulpe desséchée, accrochés à la rafle.

3 – Nous remercions P. Marinval qui contribua aux premières prises de mesure de quelques échantillons en 1992.

4 – Les termes « méture » et « méteil » sont synonymes.

5 – J. Montégut (1983) soulève la subjectivité que contient la notion de pérennité d’une plante selon l’échelle de temps à laquelle on se réfère : persistance de l’individu initial sur plusieurs années (caractère pluriannuel) ou indéfinie (caractère vivace).

6 – Le caractère bisannuel s’exprime ou non selon l’époque de la germination de la plante. C’est le cas de la carotte sauvage (Daucus carota) : si elle germe en automne, la rosette formée passe l’hiver et bénéficie de la vernalisation (température froide donnant l’aptitude à fleurir), fleurit au printemps puis fructifie, caractère annuel. Si elle germe au printemps, la rosette formée doit attendre l’hiver pour être vernalisée ; elle ne pourra donc fleurir qu’au printemps de l’année suivante (plus de douze mois après la germination), caractère bisannuel (Montégut 1983 ; 1984).

7 Limite maximale estimée par convention à 25 cm au-dessus du sol (Ozenda 1982 : 196)

8 – Fauchage avec un faucard, grande faux pour couper les herbes des rivières et des marais.

9 – La technique du sarclage a été appliquée aux cultures céréalières de plein champ, comme l’attestent les sources écrites médiévales de haute Provence (Sclafert 1959) ou celles de l’Ariège pour Montaillou (Le Roy Ladurie 1985b). La nomenclature phytosociologique distingue les communautés d’adventices d’aires sarclées et de céréales telles qu’elles apparaissent dans les cultures actuelles ; les plantes sarclées correspondent aujourd’hui aux cultures dites d’été, de jardin et de potager, par opposition aux champs de céréales qui ne sont plus sarclés.

10 – Quatre prélèvements ont été traités en 1983 par l’équipe de fouilles. Nous tiendrons compte de la différence de traitement pour les interprétations.

11 – Déposition de Guillaume Raffart « domum habebant in Castro veteri de Duruforti in qua nullus morabatur sed tenebant ibi fenum », collection Doat 26, 18b-19a (Colin et al. 1996 : 124).

Table des illustrations

Légende TABL. II Dénombrement des semences de céréales, de légumineuses et de lin. Fgts fragments ; ind. indéterminées ; sgts segments.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende TABL. II (suite et fin) Dénombrement des semences de céréales, de légumineuses et de lin. Fgts fragments ; ind. indéterminées ; sgts segments.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Légende TABL. III Dénombrement des semences de fruitiers (abréviations, cf. légende tabl. II).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Légende TABL. III (suite et fin) Dénombrement des semences de fruitiers (abréviations, cf. légende tabl. II).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende TABL. IV
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende TABL. IV (suite)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Légende TABL. IV (suite et fin) Dénombrement brut des semences de plantes sauvages.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende TABL. V Taux de fragmentation des céréales et des légumineuses dans deux échantillons. Céréales = seigle + blé + orge + avoine ; légumineuses = féveroles + pois chiches.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende fig. 12 Diversité taxinomique par échantillon carpologique. Prélèvements compris entre 0,5 et 30 l. Nombre de prélèvements testés = 31.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende TABL. VII Densités en restes carpologiques obtenues dans des niveaux incendiés de structures de réserve.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende FIG. 13 Densités en restes carpologiques par échantillon de toutes les plantes attestées. Les nombres de semences sont rapportés à dix litres de sédiment par échantillon.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende TABL. VIII Récapitulation quantitative des semences des espèces cultivées selon leur volume, leurs proportions volumiques et leurs fréquences d’attestation. Pour les densités, les volumes de semences sont rapportés à dix litres de sédiment traité. Les pourcentages sont calculés en fonction du volume total de semences par échantillon. Le signe + indique un volume ou un taux négligeables (< 0,1 ml ou < à 0,1 %). La fréquence de l’espèce correspond au nombre d’échantillons dans lesquels elle est présente, exprimé ici en pourcentage du total des échantillons : 35.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Légende FIG. F a Proportions volumiques des semences des plantes cultivées les plus abondantes. Les pourcentages sont calculés par rapport au volume total de semences de ces plantes dans chaque échantillon. Chaque diagramme polaire correspond à l’emplacement d’un prélèvement. Pour une meilleure lisibilité, la taille des diagrammes de la travée L a été réduite, b Spectre taxinomique du grenier castral de Durfort, 1ère moitié du XIVe s. Proportions volumiques des semences des plantes cultivées. La densité volumique totale de semences de ces plantes dans la réserve s’élève à 10,911 I.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende TABL. IX Compositions taxinomiques des agglomérats. Les restes ne sont pas dénombrés, x espèce présente ; xx espèce dominante ; x fgts présence de fragments.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Légende FIG. 14 Agglomérats de semences, a Épillets de millet et grains de seigle ; b bloc de grains de seigle. Semences agglomérées à une température élevée à la périphérie du brasier (carré 17).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende fig. 15 Position des mesures prises sur les semences des céréales et des légumineuses.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 16 Les constituants de l’épi des céréales.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende FIG. 17 Restes carbonisés de céréales, a Grains de seigle (Secale cereale) ; b face dorsale d’un grain d’orge vêtue (Hordeum vulgare) ; c face dorsale d’un grain d’orge vêtue cf. tétrastique (H. vulg. cf. var. tetrastichum) portant un reste de base de lemme ; d face ventrale d’un grain d’orge vêtue avec un lambeau de lemme en bas à droite et un reste de nervure dans le sillon ; e détail de la base de la lemme du grain c montrant l’empreinte en forme de « fer à cheval » de la variété tétrastique ; f grains de blé tendre (Triticum aestivum I. s.).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende FIG. 18 Restes carbonisés de criblures de céréales, a Segments de rachis de seigle (Secale cereale) ; b grains fripés de seigle (échaudés ? immatures ?) ; c bases de lemmes d’avoine cultivée (Avena sativa) ; d rachillet de panicule d’avoine ; e segments de tiges.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende TABL. X Indices et comparaisons biométriques des grains carbonisés de seigle (Secale cereale) extraits des échantillons 15, 16, K6C et L6C. cv % coefficient de variation ; ép. épaisseur ; étyp écart-type ; L longueur ; l largeur ; min valeur minimale ; moy moyenne ; max valeur maximale ; Nm nombre de grains mesurés. Utilisation de la table de distribution de « t » : loi de Student (Chernokian 1996 : 149) ; NS la différence est non significative (si t < 1,96 au seuil de P = 0,05) ; DS la différence est significative (si t > 1,96 au seuil de P = 0,05) ; TS la différence est très significative (avec P compris entre 0,001 et 0,01) ; HS la différence est hautement significative (au seuil de P < 0,001). Les mesures sont exprimées en mm.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende FIG. 19 Répartition des grains de seigle (Secale cereale) selon leurs densités volumiques. Les volumes de semences sont rapportés à dix litres de sédiment traité par échantillon. Les abondances les plus fortes sont localisées en K6C (contenu de la poterie no 581), en K7 ainsi qu’en J6 et J5. G5 semble être un autre point d’abondance plus modeste.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende TABL. XI Indices et comparaisons biométriques des grains carbonisés de blé tendre (Triticum aestivum I. s.) extraits des échantillons G5, G6 et K6C (cf. légende tabl. X).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 20 Répartition des vannes de céréales selon leurs densités numériques. Les nombres de restes sont rapportés à dix litres de sédiment traité par échantillon. Les éléments d’épi (bases de glumelles et rachis) des trois céréales sont réunis dans la travée L5-6-7 près des points de forte densité en grains de celles-ci. Les balles d’avoine sont plus abondantes en G6 alors que les grains forment une concentration en G7 (cf. fig. 25).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende FIG. 21 Répartition des grains de blé tendre (Triticum aestivum I. s.) selon leurs densités volumiques et des grains d’engrain (Triticum monococcum) selon leurs densités numériques. Les volumes et les nombres de restes sont rapportés à dix litres de sédiment traité par échantillon. On relève trois points d’abondance du blé tendre : en H6, en 15/J5-J6 et dans le secteur de la poterie no 581 (K6C-L5C-L561). L’engrain est plutôt présent en G7.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende FIG. 22 Restes carbonisés de céréales, a, b Face ventrale et face dorsale de grains de millet commun (Panicum miliaceum) ; c, d, e face dorsale, profil et face ventrale de grains de millet italien (Setaria italica) ; f détail de la face dorsale du grain d : reste de glumelle avec ridules en surface ; g grains d’avoine (Avena sp.) ; h grains d’engrain (Triticum monococcum).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende TABL. XII Indices et comparaisons biométriques des grains carbonisés de millet commun (Panicum miliaceum) extraits des échantillons H-l/7 et K4 (cf. légende tabl. X).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 23 Répartition des grains de millet commun (Panicum miliaceum) selon leurs densités volumiques et des grains de millet italien (Setaria italica) selon leurs densités numériques. Les volumes et les nombres de restes sont rapportés à dix litres de sédiment traité par échantillon. Le millet commun est localisé dans deux secteurs du bâtiment : près du muret au sud-ouest (H7) et près de l’entrée supposée au nord (K4). Un troisième point est décelé en l-J/7-8 où se tenait la poterie no 508. Le millet italien est surtout présent en K7 et en K6C.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende TABL. XIII Indices et comparaisons biométriques des grains carbonisés d’orge vêtue (Hordeum vulgare) extraits des échantillons 15 et L6 ( cf. légende tabl. X)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 24 Répartition des grains d’orge vêtue (Hordeum vulgare) selon leurs densités volumiques. Les volumes de semences sont rapportés à dix litres de sédiment traité par échantillon. Malgré la faible quantité de restes conservés, on relève trois zones d’abondance : en G6, en J4-J5 et surtout en L6
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende FIG. 25 Proportions numériques des grains et des restes de vannes d’avoine (Avena sp. et Avena sativa). Les pourcentages sont calculés par rapport au nombre total de ces composants dans chaque échantillon. Malgré une conservation différentielle de ces deux constituants d’épillet (grains et lemmes), leur association dans les échantillons de plus forte abondance (carrés G5-G6 et contenu répandu de la poterie no 581 en K6, L6 et L7), indique que les grains étaient vêtus au moment de l’incendie. En revanche, les lots G7-G8 et H7-H8 n’ont livré aucune lemme.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende TABL. XIV Indices et comparaisons biométriques des grains carbonisés d’avoine cultivée (Avena cf. sativa) extraits des échantillons G6 et G7 (cf. légende tabl. X).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende fig. 26 Proportions numériques entre les grains de céréales, les vannes de céréales et les semences de plantes sauvages par échantillon. Les pourcentages sont calculés en fonction du nombre total de semences de ces trois composants par échantillon.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende fig. 27 Restes carbonisés de légumineuses, a Vues dorsale et latérale de graines de féverole (Vicia faba var. minuta), radicules et hiles disparus ; b, c, d vues ventrale, polaire et latérale de graines de pois (Pisum sativum), hiles conservés, radicules disparues ; e détail du hile sur la graine b ; f vues polaires de graines de pois chiche (Cicer arietinum), radicules pointues conservées, hiles disparus.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende FIG. 28 Répartition des graines de féverole (Vicia faba var. minuta) selon leurs densités volumiques et leur fragmentation. Les volumes de restes sont rapportés à dix litres de sédiment traité par échantillon. Deux amas principaux de féveroles se tenaient en G6 et à l’emplacement de la poterie no 573.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende TABL. XV Taux de fragmentation des féveroles. Chaque graine de féverole est composée de deux cotylédons. Les échantillons en grisé correspondent aux points de concentrations de l’espèce (d’après les densités). N cotylédons nombre de cotylédons ; NG nombre de graines entières conservées ; NGf nombre de graines fragmentées ; Ni nombre d’individus (nombre initial de graines entières).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende FIG. 29 Parasitisme a Face ventrale incomplète de bruche adulte (Bruchus rufimanus) ; b cotylédons de féverole (Vicia faba var. minuta) avec loges larvaires de bruches.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende TABL. XVI Taux de féveroles parasitées par la bruche de la fève (Bruchus rufimanus). Les échantillons en grisé correspondent aux points de concentrations de la féverole (d’après les densités).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende FIG. 30 Répartition des graines de féveroles (Vicia faba var. minuta) selon leurs densités volumiques et les taux de parasitisme. Les volumes de restes sont rapportés à dix litres de sédiment traité par échantillon. La différence entre les taux de parasitisme enregistrés dans les deux points d’abondance (K6A et G6) suggère une origine différente des deux amas.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende TABL. XVII Indices et comparaisons biométriques des graines carbonisées de féverole (Vicia faba var. minuta). Les graines sont extraites des échantillons G6, J7, K6A et L7 (cf. légende tabl. X).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende FIG. 31 Répartition des graines de pois chiche (Cicer arietinum) selon leurs densités volumiques. Les volumes de restes sont rapportés à dix litres de sédiment traité par échantillon. Un seul amas de pois chiches s’observe à l’emplacement de la poterie no 573.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende TABL. XVIII Indices et comparaisons biométriques des graines carbonisées de pois chiche (Cicer arietinum). Les graines sont extraites des échantillons K6A, K6C, L6C et L7 (cf. légende tabl. X).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende fig. 32 Restes de carbonisés de fruits, a Pédicelles de grappes de raisin (Vitis vinifera) ; b pépin de raisin entouré de lambeaux de la pulpe ; c deux pépins en connexion, les parties charnues ont disparu ; d fragment de baie aplatie et dilacérée de raisin ; e fragment de coque de noix (Juglans regia).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende FIG. 33 Répartition des restes de vigne (Vitis vinifera var. sativa), selon leurs densités volumiques et numériques. Les volumes et les nombres de restes sont rapportés à dix litres de sédiment traité par échantillon. Les différents composants de la grappe sont concentrés dans l’espace sud-ouest, dans et autour d’une « cuvette » creusée dans le substrat rocheux (H8). Ailleurs, les vestiges sont disséminés. Fragments de baies et pédicelles sont dissociés en H8 et H7.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende FIG. 34 Répartition des restes de fruits cultivés et sauvages selon leurs densités numériques. Les nombres de restes sont rapportés à dix litres de sédiment traité par échantillon. Les fruits cultivés comptent la merise, la prune, la pèche, la nèfle, la figue, la poire et la noix. Les fruits sauvages comptent la prunelle, la mûre de ronce, la fraise des bois, le sureau yèble, la faine de hêtre et la noisette.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende FIG. 35 Restes carbonisés de plantes sauvages. a Graines de nielle des blés (Agrostemma githago) ; b akènes de bleuet (Centaurea cyanus) ; c silicules de bunias roquette (Bunias erucago) ; d semence de scirpe sétacé (Isolepis setacea) ; e détail de la surface du tégument de scirpe sétacé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 36 Semences carbonisées de plantes sauvages, a Silène de France (Silene gallica) ; b silène penché (Silene nutans) ; c chénopode blanc (Chenopodium album) ; d réséda jaune ou gaude (Reseda luteola) ; e stellaire graminée (Stellaria graminea) ; f amarante (Amaranthus sp.) ; g renouée des oiseaux (Polygonum aviculare) ; h renouée cf. à feuilles de patience (Polygonum cf. lapathifolium) ; i petite oseille (Rumex acetosella) ; j shérardie des champs (Sherardia arvensis). Chaque échelle représente 1 mm.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende fig. 37 Semences carbonisées de plantes sauvages, a Renoncule âcre (Ranunculus acris) ; b grémil des champs (Lithospermum arvense) ; c brunelle vulgaire (Prunella vulgaris) ; d germandrée petit-chêne (Teucrium chamaedrys) ; e bugle rampant (Ajuga reptans) ; f partie interne (graine) de plantain d’eau (Alisma plantago-aquatica) ; g partie interne (graine) de scirpe des marais (Eleocharis palustris) ; h rubanier simple (Sparganium simplex). Chaque échelle représente 1 mm.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende TABL. XXIIa Communautés végétales des milieux humides et des prairies. La fréquence est exprimée en pourcentage du nombre d’échantillons dans lequel l’espèce est attestée sur un total de trente-cinq. Une espèce peut fréquenter plusieurs milieux et participer à la formation de plusieurs cortèges. FQ fréquence ; Ni plante indicatrice de nitrates (nitrophile) ; R richesse du sol en matières azotées ; Type bio type biologique ; Bis bisannuelle ; Cha chaméphyte ; Grh géophyte à rhizome ; H hémicryptophyte ; Hél hélophyte ; Hr hémicryptophyte à rosette ; Pha phanérophyte ; NPha nanophanérophyte ; St plante à stolons ; été à germination estivale ; hiver à germination hivernale ; T thérophyte (annuelle) ; x indifférent. * La communauté dans laquelle l’espèce est consignée correspond à son habitat préférentiel. Sources utilisées : Bonnier, Layens 1954 ; Bournérias 1984 ; Braun-Blanquet 1952 ; Ellenberg 1979 ; Jauzein 1995 ; Jauzein, Montégut 1983 ; Lambinon et al. 1992.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende TABL. XXIIb Communautés des adventices culturales (mauvaises herbes) (abréviations, cf. légende tabl. XXIIa).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende TABL. XXIIc cf. légende page suivante.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende TABL. XXIIc (suite et fin)Communautés des biotopes ouverts et des zones boisées (abréviations, cf. légende tabl. XXIIa).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende TABL. XXIII.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Légende TABL. XXIII (suite)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Légende TABL. XXIII (suite et fin) Dénombrement des semences par communauté phytosociologique et échantillon. Les valeurs en grisé correspondent aux nombres d’espèces les plus élevés obtenus par cortège. Nombre total d’espèces sauvages identifiées = 91 sur 131 taxons sauvages.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Légende FIG. 38 Répartition des semences des cortèges de rives et de prairies selon leurs densités numériques. Les nombres de restes sont rapportés à dix litres de sédiment traité par échantillon. Les deux cortèges de sol humide sont particulièrement concentrés dans le secteur L5-6 et se superposent aux vannes de céréales (cf. fig. 20) et à une petite poche de blé tendre (cf. fig. 21). Le cortège de la prairie sèche est concentré à l’emplacement d’un amas de grains de seigle près de la poterie no 581 (cf. fig. 19).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende FIG. 39 Répartition des semences d’adventices de céréales d’hiver et de prairies selon leurs densités numériques. Les nombres de restes sont rapportés à dix litres de sédiment traité par échantillon. La répartition des deux cortèges d’adventices diffère en fonction des concentrations de seigle et de blé tendre. La nielle des blés apparaît plus liée au cortège silicicole, adventice du seigle (cf. fig. 19). Les adventices calcicoles suivent les concentrations de blé tendre (cf. fig. 21), sauf en G5.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende FIG. 40 Répartition des semences d’adventices de cultures sarclées et/ou d’été et de friches nitrophiles selon leurs densités numériques. Les nombres de restes sont rapportés à dix litres de sédiment traité par échantillon. Les adventices d’été sont concentrées aux emplacements des grains de millet commun (cf. fig. 23) et, en L5-61, à une poche de blé tendre (cf. fig. 21). Les espèces de friches sont plus diffuses, sauf dans le secteur de l’épandage de féveroles et de pois chiches depuis la poterie no 573 (cf fig. 28, et fig. 31).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende FIG. 41 Écodiagrammes des cinq communautés végétales. Les indices écologiques sont des valeurs moyennes établies pendant le développement végétatif de chaque espèce.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende TABL. XXIV Indices autécologiques (légende : cf § 2.4.2.1).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende TABL. XXV Matrice des nombres de restes de céréales et des cortèges végétaux. Les nombres de restes sont rapportés à dix litres de prélèvement pour chaque échantillon. Av avoine (Avena sativa et A. sp.) ; or orge vêtue (Hordeum vulgare) ; mic millet commun (Panicum miliaceum) ; blé blé tendre (Triticum aestivum I. s.) ; sg seigle (Secale cereale) ; mil millet italien (Setaria italica) ; eng engrain (Triticum monococcum) ; R plantes des rives ; PGH plantes des prairies grasses et humides ; PS plantes des prairies sèches ; MS messicoles de sols siliceux ; MC messicoles de sols calcaires ; AS adventices de cultures d’été et/ou sarclées ; AGRO nielle des blés (Agrostemma githago) ; F plantes des friches ; GRAM graminées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende TABL. XXVI Matrice de corrélation obtenue à partir du test de Bonferroni (ddl = 35-2 = 33). D’après la table du coefficient de corrélation, le seuil de signification est égal à 0,33 pour une probabilité égale à 0,05. Le test de Bonferroni situe le seuil de signification à 0,56 avec p = 0,000036. Les valeurs grisées correspondent aux variables corrélées deux à deux de façon significative (abréviations, cf. tabl. XXV).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. G Emplacements des concentrations de semences selon les espèces, révélés par les densités volumiques (pour dix litres).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende TABL. XXVIII Estimation des volumes de sédiment et de semences selon l’épaisseur de sédiment.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende TABL. XXIX Estimation des volumes de sédiment et de semences d’après les échantillons les plus riches en vestiges.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21587/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 19k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search