Version classiqueVersion mobile

Productions agricoles, stockage et finage en Montagne Noire médiévale

 | 
Marie-Pierre Ruas

Chapitre 1. La montagne de Durfort, le site et la démarche carpologique

Résumé

Vestiges d’un castrum érigé à la fin du XIIe s. et déserté à la fin du XIVe s., le site archéologique du Castlar (Tarn) est implanté à mi-pente du versant de Berniquaut, à l’extrémité nord-ouest de la Montagne Noire. Il domine à la fois le vallon du Sor, dans lequel s’est lové le bourg actuel de Durfort, et la plaine de Revel. L’approche environnementale de cette moyenne montagne témoigne de ses contrastes accusés du point de vue topographique, bioclimatique, pédologique et floristique. Loin de ne constituer qu’un cadre figé, l’examen des formations végétales actuelles par la réalisation de transects botaniques fournit les éléments qui serviront à la restitution du finage médiéval. Après un bref rappel de l’histoire économique et sociale de la région, l’exposé s’attache aux caractéristiques archéologiques du site et du bâtiment, probablement incendié dans la première moitié du XIVe s. La fiabilité des données carpologiques impose une méthodologie de terrain qui fait l’objet d’une présentation sous la forme d’un petit guide. Le prélèvement systématique du sédiment selon une maille de carroyage de 1m2 a assuré l’obtention d’un échantillonnage objectif du niveau incendié. Le tamisage sous eau des trente-cinq échantillons prélevés (soit 709 litres de sédiment) sur un maillage adapté (2 et 0,5 mm) a permis de recueillir la plupart des semences de plantes sauvages et les menus constituants des épis des céréales, témoins précieux des interprétations paléoagronomiques.

Texte intégral

1.1 Une vallée d’influences et de contrastes

1Le site actuel du Castlar, rattaché à la commune de Durfort (Tarn), prend place à l’extrémité nord-ouest de la Montagne Noire, à 15 km au sud-est de Revel (Haute-Garonne) (fig. 1 ; fig. A). Vestige d’un castrum bas médiéval, il est juché entre 400 et 450 m d’altitude sur un éperon rocheux du flanc méridional du plateau de Berniquaut, au lieu-dit La Combe des Buis, et surplombe ainsi la vallée du Sor (fig. B). Les deux crêtes montagneuses que forment le massif de Berniquaut au nord et celui de la forêt de l’Aiguille au sud enserrent le bourg actuel de Durfort établi dans le vallon. En se campant juste au débouché de la vallée, ce village s’est ménagé une ouverture vers la plaine de Revel aux portes mêmes du Lauragais.

FIG. 1
Localisation du village de Durfort et des principales régions citées dans le texte.

FIG. A
Le village de Durfort (Tarn) et le vallon du Sor vers l’aval vus depuis le castrum. À droite, le versant sud-ouest du plateau de Berniquaut ; à gauche, le versant nord-est du massif forestier de l’Aiguille ; à l’horizon, la plaine dite de « Revel » (juillet 1984).

1.1.1 La topographie et le sous-sol : kaléidoscope de schiste et de calcaire

  • 1 – Jean Mistler 1964, Le bout du monde, Paris cité in Vidaillet, Pousthomis-Dalle 1996.

2Le secteur durfortois illustre à lui seul un de ces points de rencontre géologique entre le massif ancien cristallin qu’est la Montagne Noire et la plaine sédimentaire effondrée du Bassin aquitain, représenté ici par la vallée alluviale du Sor et la dépression dite « de Revel ». Le bloc primaire de l’ensemble montagneux pénéplanisé a subi des mouvements tectoniques (plissements, fractures) suivis d’érosions intenses, événements créateurs de ce relief tourmenté de failles, de terrasses emboîtées et de petits plateaux (les causses). Largement siliceux, il est formé de terrains à schiste et à gneiss. Çà et là des argiles, des calcaires et des grès recouvrent la roche primaire (Cassé 1972). Le versant sur lequel est construit le castrum de Durfort est ainsi formé par une roche mère schisteuse qui alterne avec des affleurements calcaires sédimentaires. Orienté au sud-ouest, sa pente bénéficie d’un ensoleillement prolongé entraînant l’apparition de conditions estivales arides dans les zones rocheuses dénudées (fig. 2). Passé la crête de Berniquaut-Jacournassy, on accède au massif de La Glacière, massif orienté au nord-est et soumis à un climat froid et humide. La vallée alluviale du Sor s’est formée depuis une de ces entailles torrentielles qui morcellent la Montagne Noire en plateaux peu élevés. Elle est dominée par celui de Berniquaut au nord-est et celui de la forêt de l’Aiguille au sud-ouest. Leur ligne de crête culmine respectivement entre 568 m et 663 m de Berniquaut à Jacournassy et entre 582 m et 658 m au-dessus de Combe Nègre et de la carrière des Fontanelles. Le village actuel de Durfort se situe à une altitude comprise entre 265 m (au débouché de la vallée) et 275 m. En amont du bourg, vers le sud, la vallée du Sor s’étrangle brusquement au niveau du Chayla (à environ 315 m d’altitude) jusqu’aux gorges de Malamort (à environ 500 m d’altitude). Ce « bout du monde »1 porte les ruines du château de la famille de Roquefort, seigneurs du castrum de Durfort au Moyen Âge (cf. infra § 1.2.4). De nombreux petits cours d’eau irréguliers (les recs) s’écoulent des flancs montagneux.

FIG. 2
Topographie du secteur Sorèze/Durfort et localisation du site archéologique du Castlar.

3Ainsi, en un même lieu, alternent abrupts et combes et se chevauchent des affleurements rocheux de nature diverse propres à accueillir une végétation répartie à la manière d’une peinture pointilliste. La dissymétrie du relief et l’exposition des versants engendrent aussi une combinaison climatique originale.

1.1.2 Le climat : au sud l’autan l’emporte...

4Topographie tourmentée, altitude, exposition et sous-sol se conjuguent en soumettant cette vallée à trois types d’influences climatiques. Les vents dominants générateurs d’humidité en provenance du domaine aquitain imposent un climat de type atlantique humide à tempéré. Aux altitudes culminantes, sur l’ubac (versant nord-est de Berniquaut), ils entretiennent un climat de type montagnard, froid et humide. Au XIXe s., F. Pariset (1882) visite en ethnologue les localités de la Montagne Noire et décrit des sommets souvent plongés dans la brume. Cette ambiance s’atténue sur le versant sud du plateau de Berniquaut, plutôt battu par le vent d’autan sec. La transition entre ce vent du sud-est et le vent marin soufflant depuis la Méditerranée peut être progressive ou violente (sur les reliefs) selon le modelé des secteurs (Vigneau 1972 ; Cassé 1972). Les incidences méditerranéennes s’y expriment de manière localisée au niveau des affleurements et des éboulis calcaires à la faveur d’un ensoleillement prolongé, notamment sur l’éperon où a été érigé le castrum. Les précipitations annuelles sur le massif de Berniquaut oscillent entre 1 000 et 1 200 mm. Sur les plateaux environnants, elles s’échelonnent de 900 à 1 000 mm et dans la plaine de 700 à 800 mm (Gaussen et al. 1964). Le fond de vallée est situé sur l’isotherme de 12°C (moyenne annuelle).

5Sur ce piémont où s’affrontent des vents contraires s’exprime l’histoire brutale ou lente des reliefs et du sous-sol. La diversité des expositions de versants, l’influence des facteurs climatiques et le caractère contrasté des terrains ont donné naissance à des écotopes variés. Cette diversité est reflétée par la coexistence de communautés végétales superposées.

1.1.3 Les relevés botaniques : une mosaïque végétale

6Nous avons réalisé un relevé des principales espèces ligneuses et herbacées au cours des mois de juillet 1985, 1986 et 1991 sur le versant sud-ouest du massif de Berniquaut, sur la crête et dans le vallon de Durfort. Nous le complétons avec le relevé qu’ont effectué J.-L. Vernet et A. Durand au printemps 1987 sur le versant nord-est de ce plateau (Durand rapport inédit 1987). Les deux transects couvrent une zone depuis la rive droite du Sor jusqu’au lieu-dit La Glacière sur la pente boisée nord-est de Berniquaut (fig. 3). Le parcours choisi permet ainsi de rendre compte des influences atlantique, méditerranéenne et montagnarde qui s’y manifestent et de la juxtaposition des sous-sols. Ce travail vise à caractériser les traits environnementaux du site archéologique et contribue à mieux saisir les conditions écologiques et surtout agrologiques du piémont durfortois.

fig. 3
Profil topographique et chaîne des formations végétales étagées sur les deux versants du vallon du Sor. Relevé de la coupe sud-ouest/nord-est.

1.1.3.1 Dans la vallée du Sor

De la rive droite du Sor au sud-est de Durfort (275 à 295 m)

7La ripisylve bien développée comporte aussi des espèces naturalisées ou plantées près des habitations. On y relève en particulier la présence de l’alisier torminal (Sorbus torminalis), de l’aulne glutineux (Alnus glutinosa), du buddléia (Buddleja davidii), du châtaignier (Castanea sativa), du frêne élevé (Fraxinus excelsior), du fusain d’Europe (Evonymus europaeus), du marronnier d’Inde (Aesculus hippocastanum), du noisetier (Corylus avellana), de l’orme champêtre (Ulmus campestris), du peuplier d’Italie (Populus nigra), du saule (Salix sp.), du sureau hièble (Sambucus ebulus) et du sureau noir (Sambucus nigra). Des fourrés à clématite (Clematis sp.) et à ronce (Rubus agg. fruticosus) ferment les zones éclairées.

8Le tapis herbacé installé sur le sol plus ou moins détrempé comprend la fausse roquette de France (Erucastrum gallicum), le géranium d’Endresse (Geranium endressii), l’herbe à Robert (Geranium robertianum), l’herbe aux chantres (Sisymbrium officinalis), une menthe sauvage (Mentha sp.), l’ortie dioïque (Urtica dioica), la potentille rampante (Potentilla reptans), le rumex oseille (Rumex acetosa), la saponaire officinale (Saponaria officinalis) et la sussise des prés (Sussisa pratensis).

Les zones actuelles de cultures

9Les parcelles cultivées se situent aujourd’hui principalement dans la plaine et sur les terrasses alluviales du Sor. Le vallon de Durfort permet, entre autres, quelques cultures fruitières familiales telles que le figuier (Ficus carica), le noyer (Juglans regia), le cerisier (Prunus avium) et le prunier cultivé (Prunus domestica). Il est surtout exploité en prairies. Le maïs (Zea maïs) fait son apparition au pied du versant sud-ouest à côté des jardins. Ces petits jardins familiaux, potagers et ornementaux, s’étendent sur la rive opposée. D’après le témoignage d’un habitant de Durfort, le coteau sud-ouest de Berniquaut était couvert par des vignes au début du XXe s. (Pousthomis communication personnelle). Aujourd’hui, les boisements de la chênaie pubescente ou, après les incendies, l’enchevêtrement des taillis et les griffes acérées des ronces les remplacent. Un vignoble existe encore sur le bas de pente du versant descendant vers Sorèze.

10La plaine de Revel est cultivée en céréales comme le maïs (Zea maïs), l’avoine cultivée (Avenu sativa) et le blé (Triticum sp.) ainsi qu’en tournesol (Helianthus annuus). On remarque également quelques rangs de vigne (Vitis vinifera var. sativa) et de nombreuses parcelles fourragères.

1.1.3.2 Sur le versant sud-ouest du massif de Berniquaut (295 à 500 m)

L’espace ouvert au-dessus de Durfort (295 à 325 m)

11Hors les jardins se remarquent quelques arbres naturalisés tels un figuier (Ficus carica), un lilas (Syringa vulgaris), quelques noyers (Juglans regia), un prunier cultivé (Prunus domestica), des rosiers (Rosa spp.) et un tilleul (Tilia cordata). Au-delà de la zone habitée, on relève la présence du châtaignier (Castanea sativa) et du jasmin (Jasminus fruticans). On y observe fréquemment l’alisier (Sorbus torminalis), l’aubépine monogyne (Crataegus monogyna), le chêne vert ou yeuse (Quercus ilex), le frêne (Fraxinus excelsior), le nerprun alaterne (Rhamnus alaternus) et le tamier (Tamus communis). Un jeune néflier d’Allemagne (Mespilus germanica) a été repéré en 1991. La strate herbacée accueille, entre autres, la clématite (Clematis vitalba), la coronille variée (Coronilla varia), l’épiaire droit (Stachys recta), l’euphorbe characias (Euphorbia characias), un hélianthème (Helianthemum sp.), l’hellébore fétide (Helleborus foetidus), la psoralée bitumeuse (Psoralea bituminosa) et le thym serpolet (Thymus agg. serpyllum).

Une bande de taillis au pied du versant (325 m)

12S’y développent les espèces ligneuses suivantes : l’aubépine (Crataegus monogyna), le bois de Sainte-Lucie (Prunus mahaleb), la bourdaine (Rhamnus frangula), le buis (Buxus sempervirens), le chêne pubescent (Quercus pubescens), le chêne hybride sessile-pédonculé (Quercus sessiliflora-pedunculata), le cornouiller sanguin (Cornus sanguinea), le cytise (Laburnum sp.), l’érable champêtre (Acer campestre), le frêne élevé (Fraxinus excelsior), le fusain (Evonymus europaeus), le lierre (Hedera helix), le nerprun alaterne (Rhamnus alaternus), le nerprun purgatif (Rhamnus catharticus), le prunellier (Prunus spinosa), la ronce (Rubus agg. fruticosus) et quelques individus de chêne vert ou yeuse (Quercus ilex), de fragon (Ruscus aculeatus) et la viorne mancienne (Viburnum lantana). La flore herbacée est constituée notamment par la bryone dioïque (Bryonia dioica), une campanule (Campanula sp.), la coronille variée (Coronilla varia), le gaillet gratteron (Galium aparine), la gesse à larges feuilles (Lathyzrus latifolius), des graminées (Poaceae), un lychnis à fleurs blanches (Lychnis sp.), le millepertuis à feuilles perforées (Hypericum perfoliatum) et le thym serpolet (Thymus agg. serpyllum).

Le rocher calcaire du Castlar (330 à 450 m)

13Cette unité, en partie envahie par une végétation arbustive, demeure relativement ouverte. Des éléments de la flore méditerranéenne occupent les zones déboisées soumises à l’aridité estivale (fig. B et E).

FIG. B
Le vallon du Sor vers l’amont à la sortie de l’hiver. Au premier plan, massifs de buis (Buxus sempervirens), puis le castrum de Durfort juché sur un éperon calcaire (mars 1991).

14On retrouve à peu près les mêmes essences ligneuses que dans les taillis de bas de pente accompagnées de l’asperge à feuilles étroites (Asparagus tenuifolius), de rares pieds de fragon (Ruscus aculeatus), de quelques houx (Ilex aquifolium) et de genêts (Sarothamnus sp.). La flore herbacée abonde avec l’ail rose (Allium roseum), l’arabette tourette (Arabis turrita), le brome rameux (Bromus racemosus), le brome stérile (Bromus sterilis), le gaillet gratteron (Galium aparine), la germandrée petit-chêne (Teucrium chamaedrys), le grand tordyle (Tordylium maximum), la linaire couchée (Linaria supina), une menthe (Mentha sp.), la grande marguerite (Chrysanthemum vulgare), un millepertuis (Hypericum sp.), l’œillet prolifère (Petrorhargia prolifera), le plantain lancéolé (Plantago lanceolata), la scabieuse colombaire (Scabiosa columbaria), le sédum élevé (Sedum altissimum), le tamier (Tamus communis), le thym serpolet (Thymus agg. serpyllum), le trèfle à feuilles étroites (Trifolium angustifolium) et la vipérine d’Italie (Echium italicum).

15Les fentes ombragées du rocher abritent de petites touffes de capillaire (Asplenium sp.) tandis que les moignons de murs médiévaux s’offrent aux frondes du cétérach (Ceterach officinarum). En juillet 1991, nous avons remarqué des plants tout récents de sureau hièble (Sambucus ebulus) sur les déblais du chantier archéologique. La ronce (Rubus agg. fruticosus) et la clématite (Clematis sp.) s’étendent d’année en année autour des secteurs fouillés.

La couronne boisée du Castlar (350 à 500 m)

16La strate arborescente est dominée par le chêne pubescent (Quercus pubescens). L’abandon et quelques incendies récents favorisent l’embroussaillement de la pente par les espèces ligneuses déjà citées. Parmi les herbacées se repèrent la bryone dioïque (Bryonia dioica), la garance voyageuse (Rubia peregrina) et la mélique (Melica uniflora).

1.1.3.3 Sur le versant nord-est du massif de Berniquaut (450 à 568 m)

La zone boisée jusqu’au lieu-dit La Glacière (450 à 550 m)

17Les essences ligneuses de ce massif forestier comprennent l’alouchier (Sorbus aria), l’aubépine monogyne (Crataegus monogyna), quelques châtaigniers (Castanea sativa), le chêne hybride sessile-pédonculé (Quercus sessiliflora/pedunculata), le chêne pubescent (Quercus pubescens), le genêt à balais (Sarothamnus scoparius), le hêtre (Fagus sylvatica), le houx (Ilex aquifolium), le pin noir (Pinus nigra), le pin sylvestre (Pinus silvestris) et le prunellier (Prunus spinosa). La fougère aigle (Pteridium aquilinum) se joint au cortège et le pin de Monterey (Pinus insignis) participe au reboisement du versant.

La zone ouverte sur la crête de Berniquaut-Jacournassy (550 à 568 m)

18Les principaux taxons observés sont la bruyère cendrée (Erica cinerea), la callune (Calluna vulgaris), la fougère aigle (Pteridium aquilinum), le genêt épineux (Calicotome spinosa), le genévrier commun (Juniperus communis) et le houx (Ilex aquifolium). Plusieurs graminées (brome, pâturins...) abondent ici et là.

1.1.3.4 Conclusion

19De la rive du Sor au sommet du massif de Berniquaut, on peut finalement lire un étagement des principaux groupements végétaux, parfois très imbriqués à la faveur de correcteurs édaphiques. À chaque étage correspond grosso modo une insolation et une hygrométrie particulières. Un effet de versant se manifeste dans la composition végétale de part et d’autre de la crête de Berniquaut-Jacournassy (fig. 3 ; fig. C).

FIG. C
Effet de versant de part et d’autre de la crête de Jacournassy à Berniquaut (alt. 600 m). En ubac et sur la crête, l’étage montagnard porte une hêtraie-chênaie atlantique dans laquelle s’infiltrent ou sont plantés des pins (feuillage vert foncé). Le versant opposé, qui bénéficie d’une influence climatique méditerranéo-atlantique, accueille une chênaie pubescente mixte avec des chênes verts, plus nombreux dans les zones découvertes de l’étage collinéen, au niveau du castrum (mai 1993).

Sur les rives du Sor

20La végétation ligneuse du bord de l’eau (ripisylve) est typique d’une aulnaie-frênaie. La pression humaine s’y manifeste, comme le traduisent les espèces favorisées par un enrichissement du substrat en nitrates organiques (déjections animales, détritus). En conséquence, cette formation est infiltrée par plusieurs plantes rudérales.

Sur le versant sud-ouest (adret)

21La pente boisée est caractérisée par une chênaie pubescente des sols bruns acides. Compagnes typiques, les essences de sous-bois telles que le troène, le lierre, l’érable champêtre, le cornouiller sanguin, le noisetier et le prunellier soulignent le caractère atlantique humide de cette forêt. Il est atténué par l’influence méditerranéenne limitée aux aires ouvertes sur calcaire. La proéminence rocheuse du castrum et une partie de la pente accueillent, en effet, une végétation adaptée à une forte aridité (plantes xérophiles) : le chêne vert, l’euphorbe charachias, la psoralée bitumeuse ou le sédum élevé par exemple. La strate herbacée y est majoritaire (fig. D, E).

FIG. D
Le plateau de Berniquaut et le massif forestier de l’Aiguille. Sur le plateau se développe une pelouse adaptée à l’aridité estivale (xérophile) ponctuée de boqueteaux de buis (Buxus sempervirens) et de chênes verts (Quercus ilex). Le versant voisin porte une chênaie mixte atlantique à chêne pubescent et à chêne pédonculé ou sessile (Q. pubescens et Q. pedunculata/sessiliflora) (forêt de l’Aiguille, juillet 1986).

FIG. E
Vestiges du castrum de Durfort vus depuis le massif de l’Aiguille. Le village s’étend de part et d’autre de l’arête rocheuse, proéminence calcaire du massif schisteux de Berniquaut (été 1985).

22Ce flanc méridional présente donc un faciès mixte méditerranéo-atlantique. La série du chêne pubescent est cependant éliminée en bas de pente au profit des aires polyculturales. Sur ce versant, on reconnaît les étages de végétation suivants :

  • l’étage mésoméditerranéen (295 à 325 m) qui comprend la ripisylve du Sor (aulnaie-frênaie anthropique), les aires ouvertes polyculturales et les habitations ; sa flore se compose de rudérales nitrophiles et d’adventices ;

  • l’étage supraméditerranéen (325 à 400 m) qui se situe sur la langue rocheuse calcaire à forte aridité juste en contrebas du castrum ; c’est le secteur de la chênaie d’yeuse et de la pelouse xérophile avec ses espèces méditerranéennes ;

  • l’étage collinéen (400 à 500 m) formé par les bois qui s’étendent de part et d’autre du castrum ; la roche mère schisteuse permet le développement de la chênaie pubescente avec son sous-bois de type atlantique.

Sur le versant nord-est (ubac)

23Une pluviosité plus marquée et une exposition des sols moins ensoleillée ne permettent plus l’infiltration d’espèces méditerranéennes. Sur ce flanc s’est donc développée une forêt atlantique à chêne sessile-pédonculé et hêtre dans laquelle pénètrent quelques pins de l’étage montagnard. Une lande sèche à genêts, bruyères et callune occupe les zones de terrain acide ouvertes du sommet. Deux étages de végétation se distinguent :

  • l’étage collinéen (362 à 570 m) du massif de La Glacière dont le sol acide podzolique est l’aire de prédilection de la lande sèche arbustive à bruyère cendrée et de la chênaie sessile/pédonculée ;

  • l’étage montagnard (570 à 700 m) dont les sols bruns forestiers portent une hêtraie-chênaie mêlée de charmes (fig. D).

24Les quelques approches naturalistes du piémont dessinent l’image d’une mosaïque de schistes et de calcaire, d’un territoire à multiples facettes où les pentes accueillent, selon leur exposition, une végétation mixte atlantique et méditerranéenne et où les zones fertiles (vallée du Sor, plaines de Revel et du Lauragais) contrastent avec les terrains peu arables des pentes. Ces derniers peuvent être encore propices aux cultures, de toute façon peu exigeantes, s’ils sont bien exposés (adret) ou bien inaptes lorsqu’ils sont tournés vers le nord ou trop escarpés. Un tel milieu né de la superposition des substrats, de l’affrontement des vents et des reliefs semble potentiellement offrir les moyens d’y développer une économie diversifiée polyculturale et pastorale. Il importera par l’analyse carpologique de chercher à savoir si cet environnement complexe était exploité par la communauté villageoise du castrum au XIVe s. et de découvrir quels modes culturaux elle y pratiquait.

25Pour l’heure, intéressons-nous à l’histoire de cette terre qui semblerait plus tournée vers la Méditerranée que vers l’Aquitaine.

1.2 Scènes languedociennes

26Nous rappelons, par un bref éclairage ou quelques scènes locales, certains faits marquants de l’histoire régionale à partir des sources archéologiques et textuelles. Notre propos est orienté sur l’occupation du sol et les activités économiques pratiquées dans le Lauragais et le piémont de la Montagne Noire. Dans la mesure où nous tentons de situer le castrum de Durfort dans le cadre du peuplement et des structures économiques de sa région, nous détaillerons un peu plus les connaissances que nous avons puisées dans plusieurs articles d’historiens et d’archéologues sur les XIIIe-XIVe s. entre les terres lauragaises et Durfort.

1.2.1 L’occupation du sol en Lauragais et sur le piémont jusqu’à l’Antiquité

27Les prospections archéologiques montrent que dès le Paléolithique, le bassin de Revel et les cavités naturelles des massifs calcaires portent les traces d’une présence humaine (Sacchi 1983 ; Campech 1989). Les versants montagneux et les nombreux cours d’eau semblent déjà offrir des ressources vivrières diversifiées comme l’attestent les données archéozoologiques et archéobotaniques issues des niveaux d’occupation épipaléolithiques et mésolithiques d’abris sous roche à Félines-Minervois/balme de l’Abeurador (Hérault) et à Sallèles-Cabardès/grotte de Gazel (Aude) (Vaquer 1983 ; Vaquer et al. 1986 ; Heinz et al. 1992). Plus tard, les premiers paysans néolithiques préférant, semble-t-il, les sols sablonneux des plateaux audois, plus faciles à travailler, auraient pour un temps dédaigné les terrains lourds du Lauragais (Vaquer 1983). Au Néolithique final, d’après les données carpologiques de Raissac-sur-Lampy (Aude), le blé tendre-hérisson (Triticum aestivo-compactum) et l’orge vêtue (Hordeum vulgare) sont cultivés (Ruas inédit 1984). Bien que l’on détecte encore mal les établissements du Néolithique/Chalcolithique dans la plaine lauragaise, celle-ci constitue dès l’époque un couloir d’échanges et de diffusion de produits finis (haches polies, lames en silex, outillage en cuivre) (Vaquer 1983) qui s’accentue au cours des âges du Bronze (1800-700 av. J.-C.) et du Fer (700-50 av. J.-C.) et perdure à la période gallo-romaine (Passelac 1983). L’habitat reste pourtant dispersé entre l’âge du Bronze et l’âge du Fer. On ne détecte pas d’oppida véritables comme en Languedoc oriental mais des sites perchés d’étendue modeste (Passelac 1983). Le plateau de Berniquaut semble, d’ailleurs, connaître sa première occupation sédentaire au Bronze final, vers 1200 av. J.-C. (Laurier 1977).

28Le rôle diffuseur puis commercial que joue le couloir du Lauragais s’accentue nettement pendant les siècles qui suivent. Entre le IIe et le Ier s. av. J.-C., la voie d’Aquitaine traverse le centre de la plaine, incitant de plus en plus les habitats à se regrouper. Si le piémont demeure encore peu exploité par les paysans gallo-romains, les terres lauragaises sont cultivées de façon intensive. Durant l’Antiquité, cette région s’affiche ainsi comme une « entité géographique et humaine » (Passelac 1983 : 57). L’occupation des sols au début du Moyen Âge est mal documentée tant par l’archéologie que par les textes (Campech 1989). La continuité des installations est détectée à travers les lieux de culte cités par un vocable mérovingien ou carolingien. Une pseudo-charte de fondation de l’abbaye Sainte-Marie de Sorèze daterait ainsi cet ensemble ecclésial du début du IXe s. Berniquaut y est aussi mentionné sous l’appellation « castrum de Verdun » (Vidaillet et al. 1996). Cet indice marquerait une réoccupation du promontoire sans que l’on puisse en déduire sa nature : ébauche de regroupement villageois ou simple camp de hauteur temporaire (Campech 1989 : 51).

1.2.2 Les transformations de l’habitat rural : l’incastellamento (xe-xiie s.)

29Dans le courant du XIIe s., le mouvement de création de nouveaux bourgs en France méridionale s’accélère. Par rapport à la période antique où les installations humaines demeurent dispersées dans la plaine et les bas de pente, on assiste à la « flambée d’incastellamento » (Cursente 1980 : 38) qui regroupe la population rurale autour des pouvoirs spirituels et administratifs que sont les églises et les châteaux. Les habitats fortifiés ou castra se développent sur les versants montagneux et dans la plaine. En Provence, on bâtit Rougiers (fin XIIe s.) (Demians-d’Archimbaud 1980), et dans l’Albigeois à l’Isle-sur-Tarn (Tarn), Montaigut se superpose à l’ancien habitat détruit (Abramowicz et al. 1970). Sur le plateau de Berniquaut sont attestés les vestiges d’un habitat daté entre le XIe et la fin du XIIe s. qui paraît totalement déserté au XIIIe s. L’apparition de ces villages fortifiés s’effectue à un rythme variable selon les régions (Campech 1990). L’habitat rural et, en conséquence, l’occupation des terres sont modifiés sans que l’on sache vraiment encore quels aspects revêtent les nouvelles structures agraires (Cursente 1980). Une plus ou moins lente désertion des sites perchés pour l’implantation des « villages neufs » en plaine s’amorce pourtant dès le XIIIe s. (Campech 1989 : 53-54). Peu à peu, comme atteint d’une « anémie pernicieuse » (Le Roy Ladurie 1985a : 148), les castra se vident de leur population. Il semble ainsi que la désertion du causse de Berniquaut entre là fin du XIIe et le début du XIIIe s. et la création dans le même temps du village bas de Durfort au débouché de la vallée du Sor s’inscrivent dans ce mouvement socio-économique (Pousthomis 1981 ; Campech 1989). On verra dans le paragraphe suivant que l’installation du castrum à mi-pente du plateau de Berniquaut constitue une variante de ce schéma.

30Plusieurs études ayant trait à l’économie rurale de communautés abbatiales et seigneuriales livrent les ingrédients essentiels à la connaissance de l’état des cultures en Lauragais entre le XIIIe et le XIVe s. Les possessions foncières de la Commanderie de Puysubran (Pexiora, Aude) (Guimbail 1987), de l’abbaye bénédictine de Lagrasse (Aude) (Blanc 1983), de la bailie de Castelnaudary (Aude) (Gazes 1987) et de l’abbaye de Prouilles (Bourin-Derruau 1983) rendent compte d’une plaine avant tout fromentale. Mais la viticulture et l’arboriculture fruitière tiennent une place appréciable dans le cycle des productions. L’horticulture est pratiquée par irrigation près du moindre cours d’eau. L’élevage est tourné vers les bovins et les porcins mais de plus en plus vers les ovins quand l’activité drapière prend son essor au XIIIe s. (Gramain 1977 ; Bourin-Derruau 1987). En Albigeois, au nord du Tarn, où la céréaliculture est vivrière, des distinctions se manifestent au milieu du XIIIe s. entre le causse d’Albi aux terroirs variés dont les plates-formes sont favorables à la culture du blé et le nord-est dont les plateaux ne permettent que des récoltes de seigle (Higounet 1958).

31Les textes réfèrent donc à une région vouée à la polyculture grâce à la diversité écologique des terroirs. Le dynamisme commercial, notamment en Lauragais et dans le piémont, se maintient et favorise la multiplication des foires et des marchés locaux au XIVe s. (Gramain 1977). Pourtant, peu de villages et d’activités seront épargnés par les fléaux climatiques, épidémiques et guerriers qui s’abattent sur le Languedoc au milieu de ce siècle.

1.2.3 De la peste noire au bleu de pastel (xivexvie s.)

32Entre les XIVe et XVe s., le Languedoc subit une récession économique et démographique entraînant une diminution des trafics commerciaux. Disettes (1302, 1335, 1351, 1377), épidémies buboniques (« peste noire » de 1348) et guerre de Cent Ans (1337-1453) conjuguées accablent le pays (Larenaudie 1952). La seule peste noire anéantit un tiers de la population languedocienne (Wolff 1972). À moins de 5 km du Castlar, le secteur de Sorèze, dans la plaine, connaît une forte mortalité (Pousthomis 1981). Nées de la guerre de Cent Ans, les petites bandes de Routiers, issues de la Compagnie anglaise conduite par le Prince de Galles Édouard alias le Prince Noir, refluent vers le Languedoc aux alentours de 1367. En 1377, Sorèze est assiégée. Mais le Lauragais n’a sans doute souffert que des incursions de petits groupes de ces pillards itinérants (Pousthomis 1981).

33Pendant ces troubles, en dépit de la perte de main-d’œuvre, les productions agricoles se sont concentrées sur les meilleures terres et atteignent des rendements élevés (Wolff 1972). Le haut Languedoc et le Terrefort, moins touchés par les épidémies et la famine, parviennent bon an mal an à secourir le bas Languedoc en acheminant des convois de céréales (Larenaudie 1952 ; Wolff 1972). Une autre activité se ménage pourtant des revenus plutôt confortables à la faveur de l’essor des foires et des marchés : l’industrie drapière qui bat son plein entre le XIIIe et le XIVe s. Durfort est d’ailleurs cité comme centre de production et de vente de draps de laine dans les comptes de 1388 d’un des plus grands marchands circulant entre Gênes et le bas Languedoc, le Florentin Francesco Datini. L’étoffe achetée par les riches marchands italiens est de qualité moyenne, soit, mais, comme la majeure partie de la draperie languedocienne de l’époque, elle est destinée à être revendue aux familles modestes de l’Italie du Nord qui s’en confectionnent des vêtements pour l’hiver (Caldéran-Giachetti 1962). La cruelle concurrence de la draperie de Flandre a néanmoins raison du commerce durfortois. Au XVe s., celui-ci commence à décliner. Cependant, à la même époque, s’intensifie la culture d’une crucifère à petites fleurs jaunes, le pastel (nommée aussi la guède : Isatis tinctoria), plante tinctoriale exploitée au moins depuis le XIIIe s. dans la plaine lauragaise. En Toulousain, les champs de pastel s’étendent aussi généreusement à la fin du Moyen Âge. Cette culture génère un autre commerce florissant au XVIe s. qui fit la légende du « Pays de Cocagne ». Les cocagnes ou coques sont les boules de feuilles séchées et longuement maturées du pastel. On exportait la matière tinctoriale donnant le fameux bleu et ses dérivés sous cette forme. Ce pays quasi mythique est exactement situé dans le triangle Albi-Carcassonne-Toulouse, Durfort se trouvant au beau milieu (fig. 1). Nous ne possédons toutefois aucune information sur les bénéfices que pouvaient en tirer les habitants durfortois. Le Lauragais est, au XVIe s., le principal terroir fournisseur « d’or bleu » de toute l’Europe, devançant par la qualité de la teinture obtenue le pastel de Picardie et de Thuringe (Rufino 1990). Cette époque flamboyante voit l’apparition de multiples métiers autour du bleu de cocagne : cultivateurs, meuniers pastelliers, négociants, teinturiers pastelliers, bateliers pastelliers... Plusieurs hôtels particuliers du XVIe s. à Toulouse évoquent la formidable réussite de cette entreprise.

1.2.4 Berniquaut, Le Castlar et Durfort

  • 2 – Archives départementales du Tarn, CC1 Durfort, in-folio, 101 feuillets de papier.

34Les sources médiévales désignent le village perché par « castrum de Durfort » ou simplement « Durfort ». Au XVIe s., ce bourg abandonné est distingué du village bas par les termes « castel » ou « Castellas », puis parvient jusqu’à nous sous le nom de « Castlar » (N. Pousthomis-Dalle communication personnelle)2. L’existence du castrum de Durfort et celle d’habitants à Durfort au sens large sont enregistrées dans les archives des XIIIe et XIVe s. : registre d’Inquisition, actes de cartulaire, droits d’usage, comptes marchands. Ces mentions diffuses réfèrent tantôt au rôle d’accueil d’hérétiques cathares, aux coseigneurs, à l’administration religieuse ou civile ou bien aux produits d’échanges commerciaux comme les draps de laine. Malgré tout, cette documentation écrite laisse dans l’ombre tout aspect de la vie matérielle au village et de son territoire d’exploitation. Celui de Durfort, deux cents ans plus tard, a pu néanmoins être appréhendé grâce à deux compoix des XVIe et XVIIe s. (Vidaillet et al. 1996). Les résultats de cette étude seront mis à contribution lors de notre interprétation des données carpologiques relative au finage médiéval (cf. chap. 3). Les lignes qui suivent forment un résumé sur les liens qui ont scellé l’avenir des trois villages à l’abbaye de Sorèze : le castrum de Berniquaut, celui de Durfort qui correspond au site archéologique du Castlar, et le bourg de Durfort dans le vallon. Elles sont rédigées à partir des recherches de N. Pousthomis-Dalle, B. Pousthomis et F. Vidaillet (Colin et al. 1996 ; Vidaillet et al. 1996).

  • 3 – D’après la déposition de Raymond Arquier dit Baussan, une réunion d’hérétiques autour d’Arnaud Hu (...)
  • 4 – Alphonse de Poitiers récupère des biens situés dans la juridiction de Durfort par encours d’hérés (...)

35Le castrum de Durfort semble avoir été édifié dans la deuxième moitié ou le dernier tiers du XIIe s., date étayée par les fouilles archéologiques du site. Ses premières mentions connues figurent dans un acte de déposition du registre d’Inquisition du tout début du XIIIe s.3 Il apparaît ainsi comme un lieu d’accueil et de protection de parfaits et de diacres cathares en fuite. Dans le courant de ce siècle, la région comprise entre Revel et Durfort représente une limite frontalière entre le domaine du comte de Toulouse, qui aboutit à la plaine de Revel, et celui de ses vassaux, les vicomtes de Carcassonne, famille des Trencavel, dont les terres s’appuient à l’ouest sur les contreforts de la Montagne Noire. Le castrum relève alors du diocèse de Toulouse puis, en 1317, de celui de Lavaur. Probablement créé de toute pièce sous l’égide des puissants seigneurs de Roquefort, vassaux et parents des Trencavel, et dont le château est retiré dans le fond de la vallée à 2 km en amont de Durfort (fig. B, fig. 2), il est dirigé en coseigneurie, d’abord entre les Roquefort et une branche cadette. Une charte de 1252 désigne ensuite l’abbé de Sorèze comme coseigneur du castrum pour un tiers4, les deux autres tiers demeurant sous la tutelle des Roquefort.

  • 5 – En 1141, Roger Ier vicomte de Béziers, « donne [aux Roquefort] le puech de Berniquaut pour y fond (...)
  • 6 – Archives départementales du Tarn non coté, acte du Cartulaire de l’abbaye de Sorèze, f° 189 (cité (...)

36Les fouilles archéologiques démontrent que l’ouvrage répond à un projet de construction organisé dont l’extension hors du premier rempart est prévue dès l’édification du « château » (fig. 4). Une hypothèse émise par N. et B. Pousthomis tente d’expliquer cette construction ex nihilo autorisée par les Trencavel5 qui semble lier le sort du castrum de Durfort à celui de Berniquaut. En effet, quand apparaît Durfort, le castrum de Verdun/Berniquaut est en voie d’abandon. Vers 1100, les habitants attirés par l’abbaye de Sorèze commencent à quitter le plateau pour rejoindre la vallée de l’Orival de l’autre côté du versant et y forment un bourg autour de l’abbaye. Les seigneurs de Roquefort auraient ainsi peu à peu perdu des droits et des revenus ainsi que le contrôle, depuis ce point stratégique avancé au débouché de la vallée, sur la zone d’influence du comte de Toulouse. L’origine de la population du castrum de Durfort n’est pas clairement établie. Les textes laissent envisager la venue d’une partie des habitants de Berniquaut ou celle de familles groupées autour de l’église primitive supposée de Durfort citée sous le vocable traduit « Saint-Etienne » et sise en amont du village actuel de Durfort, sur la rive droite du Sor (fig. A et B ; fig. 2). Sa première mention ne date toutefois que de 12556.

FIG. 4
Plan du site achéologique du Castiar : castrum Durfort (Tarn)

  • 7 – Archives départementales du Tarn, Cartulaire de l’abbaye de Sorèze, f° 189 et f° 190 (cité in Col (...)

37Les dernières conclusions tendent à retenir l’hypothèse de la coexistence, dès le troisième quart du XIIIe s., de deux villages à Durfort : le castrum qui, en 1274, est déjà cité comme « castrum vieux » suggérant l’amorce d’une descente de la population dans le vallon, et le village bas qui a évolué jusqu’à nos jours (Colin et al. 1996). Le premier aurait constitué le pôle central du pouvoir seigneurial et un lieu de protection ; le second, ouvert sur la plaine, aurait tenu le rôle de centre d’activité artisanale et meunière. Les mentions en 1255 d’un moulin bladier et en 1280 d’un moulin drapier et bladier, situés sur les rives du Sor, permettent de l’envisager7. Cette situation perdure pendant près d’un siècle jusqu’à la désertion définitive du rocher dans la deuxième moitié ou la fin du XIVe s. Le toponyme Durfort est alors transféré au village du vallon. Lors de la guerre de Cent Ans, des routiers issus des Grandes Compagnies occupent le château de Roquefort jusqu’en 1415 d’où ils sont chassés par le seigneur de Lafayette, lieutenant du duc de Bourbon et capitaine général du Languedoc. Le castrum déserté de Durfort a pu également leur servir de camp retranché. Toutefois, une telle occupation n’a guère laissé de traces archéologiques hormis quelques monnaies et autres vestiges qui témoignent de réoccupations temporaires : sur les ruines du grenier au début du XVe s. et dans la tour carrée nord-est au cours du XVIe s. Mais elles pourraient être, en ces temps de conflits religieux, le fait de groupes errants armés.

38La désertion du castrum de Berniquaut amorcée à la fin du XIIe s., la création de celui de Durfort suivie, au XIIIe s., de son lent abandon jusqu’à la fin du XIVe s., illustrent simultanément la descente progressive des populations vers la plaine et le regroupement dans un habitat perché. Ces mouvements migratoires de populations parviennent au XVe s. « à la fixation définitive de l’habitat dans la plaine et le piémont » (Campech 1989 : 55). Plusieurs causes expliqueraient ces déplacements provoquant l’abandon, dans le secteur, de ces sites perchés et la création de villages dans la plaine et la vallée entre le XIIe et la fin du XIVe s. : poursuites inquisitoriales, rivalités politico-religieuses, peste noire qui ravage le Lauragais en 1348, instabilité politique et pillages lors de la guerre de Cent Ans (siège de Sorèze en 1377), orientation économique vers la production drapière commercialisée (foires du bas Languedoc).

39Aujourd’hui, plusieurs siècles après les heures de gloire de la draperie durfortoise puis du pastel lauragais, l’économie du village est principalement tournée vers la chaudronnerie d’art. Les productions en cuivre et le martinet à force hydraulique de Durfort sont l’objet de curiosités et de commerces touristiques de la Montagne Noire. Facétie étymologique : une fois démoulée, la calotte obtenue à partir du cuivre en fusion versé dans un creuset se nomme une... « pastelle » !

1.3 Le site archéologique du Castlar

  • 8 – Bernard Pousthomis a dirigé les campagnes de fouilles ; Frédéric Vidaillet a été coresponsable ; (...)

40Fouillé entre 1981 et 1997 par une équipe de bénévoles, dans le cadre de programmations triennales et du projet collectif de recherche H18, le site a fait l’objet de conférences et de publications ponctuelles sur l’urbanisation, certains bâtiments et le mobilier archéographique marquant (cf. Pousthomis 1992 ; Colin et al. 1996 ; Durand et al. 1997). À l’heure où nous rédigeons, les découvertes des campagnes de fouilles des dernières années ont pu nuancer certaines hypothèses émises dans ce texte. Toutes les descriptions relatives au site et au matériel archéologique ont été puisées dans les rapports de fouilles inédits aimablement transmis par les trois responsables8 du chantier. Elles ne sauraient constituer un état définitif des analyses et des conclusions. Les secteurs de fouilles ont été enregistrés par numéro de chantier de 1 à 23 (fig. 4, C1 à C23). Le bâtiment incendié dont il est question dans cet ouvrage forme une des deux parties d’une terrasse désignée par « chantier 4 ». Lors de sa découverte en 1983, un carroyage à mailles d’un mètre de côté a été installé ; chaque carré a été désigné par une lettre et un nombre. En 1984, la stratégie de fouilles et de prélèvement que nous avons mise en place avec la collaboration de B. Pousthomis dans le niveau d’occupation du chantier 4 reprenait le même carroyage. Elle consistait, entre autres, à porter systématiquement sur un plan la position de découverte du moindre vestige mobilier, des concentrations de grains et l’étendue de dispersion des semences et des charbons de bois. Elle visait, comme nous le commenterons dans le chapitre 2, à étudier la répartition spatiale des éléments en place et leurs relations topographiques.

1.3.1 Le village castral

41Le bourg fortifié est bâti à mi-pente du massif de Berniquaut, sur un éperon rocheux d’environ 110 m sur 40 m et s’organise en trois zones de part et d’autre de l’arête calcaire (fig. E ; fig. 4). Au nord-est de l’arête culmine une tour quadrangulaire à deux étages entourée par un fossé sec en amont et une enceinte propre (fig. 4, C5). Juché sur une plate-forme, l’ensemble aurait tenu le rôle de château. Le reste du village est protégé par deux remparts successifs (R1 et R2) liés à l’extension du bâti. Un îlot d’habitat reconnu sur 200 m2 constitue le noyau d’habitat primitif du village. Prolongeant l’ouvrage militaire vers le sud-ouest, il est protégé par le ravin et le premier rempart (R1). La troisième unité, sorte de faubourg, est plaquée contre le noyau antérieur à l’extérieur de ce rempart. Elle s’étend sur les pentes orientées au nord-ouest et est entourée d’un autre rempart (R2) de facture moins soignée que le précédent. L’ensemble architectural prend ainsi corps dans la masse rocheuse calcaire en s’intégrant à la topographie tourmentée. Il est partagé en quartiers ou îlots dont l’un, en marge du premier rempart, est établi sur une veine schisteuse plus tendre (C8 et C9). L’habitat est contracté autour d’un élément militaire et protégé par un double système défensif profitant du relief particulier. Un ravin abrupt borde, en effet, la majeure partie du site. Sa pente a parfois été accentuée par un débitage artificiel de la roche, notamment dans le secteur du château. Un long chemin serpente d’une extrémité à l’autre du castrum. Il paraît en être l’artère principale.

42La majorité des niveaux et des faits archéologiques sont attribués à l’extrême fin du XIIIe s. et au XIVe s. Lors de la deuxième moitié du XIIIe s., le castrum connaît une phase de constructions et de réaménagements (ajout de cloisons, réorientation de bâtiment). Peu de sols stratifiés ont été mis au jour en raison du nettoyage systématique avant l’abandon des unités.

43Une dizaine de bâtiments a été reconnue entre 1981 et 1989. Le matériau de base employé dans les constructions est le calcaire du piton rocheux lui-même dont le débitage a permis d’extraire moellons, pierres et cailloutis de nivellement. Les moindres ressauts, les pendages de terrain ou les failles ont été mis systématiquement à profit. Les aires maçonnées s’organisent en terrasses étagées dont les sols aménagés, taillés en banquettes, sont nivelés par le cailloutis de débitage. Le niveau inférieur jouerait le rôle de cour, d’atelier, de remise, de cellier, tandis que l’étage constituerait le lieu de la vie domestique. Sur l’ensemble des constructions dégagées, la moitié correspondrait à de réelles habitations ; l’autre constituant plus sûrement des espaces utilitaires surtout en fin d’occupation du castrum au XIVe s. Ainsi, on a découvert ici une concentration de petits objets liés au filage, voire au tissage, là les outils du travail du cuir tout près d’une batterie de silos creusés dans le schiste (C8 et C9). À l’autre extrémité du village, vers l’aval, la cour d’une grande terrasse (C4) était jonchée d’ossements animaux portant des traces de découpes ; cette aire était peut-être vouée au débitage de carcasses, œuvre d’un artisan boucher (?), comme le suggère aussi la découverte d’un tranchet. Sur la même terrasse se tenait un grand bâtiment qui a livré les centaines de milliers de semences brûlées, objet de cette étude. L’architecture faiblement différenciée de ces maisons-blocs et les rares traces de la dernière utilisation gênent souvent l’identification des activités pratiquées dans ces pièces. De plus, les transformations de certains bâtiments entre le XIIIe et le XIVe s. ont, semble-t-il, entraîné des changements de fonction au profit des lieux utilitaires. La deuxième moitié du XIVe s. signe, en effet, une rétraction de l’habitat. Résiduel, il est alors retranché dans le noyau primitif, dernier stade d’occupation avant son abandon définitif.

  • 9 – Déposition de Pierre Peytavi, de Sorèze. Coll. Doat, 25, 264b (cité in Colin et al. 1996 : 43)
  • 10 – Mn 609 déposé à la bibliothèque municipale de Toulouse, f° 229v (cité in Colin et al. 1996 : 195)

44Le village perché de Durfort, à l’urbanisme très resserré, est donc un véritable castrum au sens où a été défini ce type d’agglomération rurale, fortifiée et seigneuriale (Cursente 1980 ; Chapelet, Fossier 1980 ; Baudreu 1986). Sa position à mi-pente du plateau de Berniquaut permet un contrôle à la fois sur la vallée du Sor et l’entrée de la plaine. Pourtant, sa création, réponse probablement motivée par le mouvement de descente de la population castrale de Berniquaut vers l’autre vallée, le singularise des cas types de castra méditerranéens. J.-M. Pesez juge à ce titre que « Le Castfar de Durfort se distingue mal des habitats voisins, situés plus haut ou plus bas, qui l’ont précédé ou qui lui ont survécu, de sorte qu’il fait un peu figure d’annexe » (Colin et al. 1996 : 10). Aucun bâtiment ecclésial n’a été découvert sur le site. L’église paroissiale mentionnée en 1255 au lieu-dit Saint-Etienne, sur la rive droite du Sor, a probablement constitué l’église primitive. Le statut social de certains des habitants successifs de ce castrum transparaît au détour de dépositions dans le registre d’Inquisition et dans certains vestiges de mobilier archéologique et aménagements architecturaux. Les petits outils du travail de la laine, du cuir, de découpe bouchère assurent de la présence d’artisans dans la dernière phase d’occupation, au XIVe s. Les mentions de moulin à foulon en 1280, celles des draps fabriqués et vendus à Durfort un siècle plus tard dans les comptes de 1388, indiquent que cette activité a tenu une place économique importante dans les deux villages de Durfort. L’agriculture et l’élevage dont nous reparlerons à partir des données carpologiques jouaient aussi un rôle essentiel pour la communauté. Enfin, la population devait aussi inclure quelques nobles chevaliers (milites) avec leurs chevaux ou du moins des soldats pendant la pleine occupation du XIIIe s. compte tenu de la présence des deux tours, de mobiliers militaires (éléments d’armures et carreaux d’arbalète) et des dépositions inquisitoriales. Le village a abrité plusieurs hérétiques cathares tel Arnaud Raymond Gauti, chevalier de Durfort, brûlé à Montségur9. Guillaume Peyre ou Périer de Labécède signale, par ailleurs, qu’il « tenait les chevaux en dehors de la maison » lors d’une prédication cathare qui eut lieu à Durfort en 1220 et qui réunissait en particulier des notables, un chevalier de Sorèze et Jourdain de Roquefort, seigneur de Montgey, de Durfort et de Roquefort10. La présence au village de montures appartenant à une classe sociale aisée est notamment révélée par une pièce de harnais en bronze doré dans la maison C9. Le castrum aurait donc été habité par une population composée de plusieurs tranches de la société bas médiévale languedocienne.

1.3.2 Un grenier ?

1.3.2.1 Un bâtiment d’une grande envergure !

45Le bâtiment incendié appartient à une terrasse sise hors du premier rempart à la pointe sud-ouest du castrum (fig. 4, C4). Elle est limitée sur deux de ses faces par un ravin abrupt au nord-ouest et au sud-ouest ; les deux autres côtés étant formés par la paroi rocheuse de 3,50 m de hauteur. Sa surface d’environ 46 m2 (longue de 9,6 m et large de 4,8 m) a été aménagée par débitage et piquetage de la roche ; elle est orientée nord-est/sud-ouest. Le sol est formé par le substratum calcaire débité et nivelé par les remblais de cailloutis. Il présente un pendage depuis la paroi nord-est jusqu’au ravin sud-ouest (fig. 5).

FIG. 5
Terrasse du chantier 4 du site archéologique. L’aménagement de la roche calcaire par débitage et façonnage apparaît sur les parois et le substrat rocheux (cuvette et banquettes). Le grenier, séparé de la cour par un muret, portait une toiture de tuiles. Sa surface atteint 30,5 m2 (1985).

46Le relevé architectural (fig. 6) de la terrasse met en évidence l’existence de trois murs. Un muret, bâti grossièrement en pierres sèches et épais de 60 cm, la divise partiellement dans sa largeur en deux espaces d’inégales dimensions. Ce mur ne semble pas avoir pu être porteur. Bien que sa hauteur ne soit plus restituable, sa facture et sa faible épaisseur laissent soupçonner un rôle de solin surmonté par une palissade en bois. Une des deux aires, sorte de cour à ciel ouvert dès l’origine, eut probablement, comme il est mentionné plus haut, une fonction liée à une activité bouchère. La quantité de tuiles dégagées dans l’autre espace de forme trapézoïdale démontre à l’inverse que celui-ci était couvert. Le second mur au sud-ouest de la terrasse est une banquette appareillée en blocs de calcaire liés au mortier qui complète la paroi rocheuse. Le troisième, au nord-ouest, couronne le ravin. Conservé sur une largeur de 0,90 à 1 m, il est constitué de pierres sèches posées sur le rocher et dont le parement est en blocs de calcaire taillé. La qualité de son bâti laisse penser qu’il devait supporter la toiture en tuiles. L’orientation nord-est/sud-ouest des tuiles répandues au sol et la position de ce mur en vis-à-vis de la paroi rocheuse nord-est invitent B. Pousthomis à envisager l’existence d’une toiture à simple pente, perpendiculaire à la paroi, de sorte que les eaux pluviales s’écoulent logiquement dans le ravin.

FIG. 6
Plan du chantier 4 et répartition du mobilier dans le niveau de semences.

  • 11 – Le rez-de-chaussée de bâtiments identifiés comme maison ont une surface au sol en général compris (...)

47Avec une longueur de 6,10 m et une largeur de 5 m, cette seconde unité atteint une surface au sol d’environ 30,5 m2 la classant parmi les rez-de-chaussée les plus vastes du village fouillés à ce jour11. Un retrait de la paroi à 2,50 m de hauteur évoque l’existence d’un étage (premier état du bâtiment ?), mais aucun vestige de plancher n’a été remarqué dans le niveau de destruction.

48Dans l’angle nord du bâtiment, une pente aménagée dans le rocher rejoint le ravin. Maçonnée en terre et en pierres pour former des marches, cette rampe aurait servi d’accès privilégié au grenier. Des moraillons, éléments de charnière, dégagés dans le carré K4 supposent qu’il était clos par une porte. Un accès à la cour depuis le bâtiment est suggéré au niveau de l’interruption du muret qui sépare les deux espaces. D’autres aménagements dans le rocher au sud-est côté cour laissent entrevoir une montée directe vers la terrasse voisine (C2) où se trouve la maison qui s’effondra sur le grenier détruit. Une voie très étroite et accidentée mais praticable par des mulets ou des chevaux (plusieurs ferrures de sabots y ont été collectées) s’insinuait entre la base du ravin nord-ouest et celle du ravin sud-ouest ; elle servait très probablement de voie de communication avec la vallée.

1.3.2.2 La stratigraphie et la répartition spatiale des vestiges

49Nous reprenons ci-dessous les descriptions consignées dans le rapport de 1984. Les événements correspondant à la « vie » du bâtiment pendant le XIVe s. se lisent dans deux niveaux principaux : celui de la dernière occupation figée par l’incendie et celui de la destruction de la toiture et de la maçonnerie (fig. 7). L’ensemble a été scellé par la chute du mur ouest d’une habitation élevée juste en surplomb de la réserve (C2 ; fig. 7, no 3). Sur l’éboulis de pierres ont été repérées les traces d’une installation temporaire de groupes armés errants (cf. supra) datée du tout début du XVe s. On distingue ensuite, de bas en haut :

50– le substrat calcaire aménagé pour l’installation du bâtiment ; en G3, une dépression en forme de petit bassin (d’environ 50 cm de diamètre) a été créée dans la falaise nord-ouest longeant le ravin ; le fond en était remblayé volontairement sur 1 à 3 cm d’épaisseur (no 8) ; elle côtoie une large dalle plate en calcaire placée en console au niveau du sol et qui surplombe ce même ravin (fig. 6) ; ces structures sont interprétées comme les vestiges d’un système de monte-charge depuis le ravin, la cuvette correspondant alors au trou d’une potence en bois ; de même, en H8, lieu où se tenait une concentration de graines, a été creusée une cuve circulaire d’environ un mètre de diamètre (fig. 5) ; des banquettes ou plates-formes ont été aménagées dans la paroi rocheuse sud-est au-dessus de cette fosse ; la fonction de la plupart de ces structures dans le sol et les parois reste inconnue à ce jour ; la cuve de H8 en relation topographique avec des semences se prêtera à une discussion dans le chapitre 3 ;
– une couche de sédiment brun d’une épaisseur variable de 1 à 5 cm (infiltration de dépôts éoliens et lessivage de l’humus) qui enrobe une masse importante de semences carbonisées ; ces dernières reposent directement sur le rocher (no 7) ;
– un lit de 10 à 30 cm d’épaisseur de tuiles canal de grand module orientées sud-est/nord-ouest (no 6) ; dans l’épandage de tuiles figuraient en particulier des tessons de poteries, des éléments métalliques d’armements et des clous de charpente ; il s’agit de la couche de destruction du bâtiment ; sont parfois mêlés aux tuiles de gros fragments de bois carbonisé dont certains atteignent une longueur de 50 cm ; leur dimension moyenne est de 10 x 12 cm ; ces charbons appartiennent sans doute en majorité à la charpente (Durand rapports 1986, 1987).

FIG. 7
Coupe stratigraphique nord-est/sud-ouest du chantier 4.

51Le niveau de semences forme donc l’unique couche d’occupation de ce bâtiment détruit brutalement par un incendie. Les niveaux de destruction n’ont subi aucune perturbation après la catastrophe malgré la réoccupation postérieure très ponctuelle et brève signalée plus haut.

1.3.2.3 Aménagements internes et matériel du niveau d’occupation

52Les structures, le mobilier et les prélèvements de sédiment sont repérés au sol à partir de leurs coordonnées lues depuis le carroyage (H3 à L7 pour le chantier 4 côté « grenier »). Pour les cas particuliers de concentrations de semences, l’environnement immédiat (poterie ou pierre) ou son état de découverte (agglomérat) sont précisés et ajoutés aux coordonnées. Ainsi, on trouvera les numérotations suivantes :

  • K6A (concentration associée à la poterie A no 573) ;

  • K6C, L5C, L5-61 et L5-62 (concentrations associées à la poterie C no 581) ;

  • J6P, J7P (poches de graines découvertes sous une pierre taillée) ;

  • G6a, H7a, 17a, J5a, K6a et L5a (a = agglomérat de semences dans le carré).

53Outre les aménagements du sol rocheux évoqués ci-dessus, deux structures de combustion établies directement sur le rocher ont été repérées (fig. 6). L’une, en 17, se présente comme une zone circulaire d’un diamètre d’un mètre dans laquelle ne subsistait qu’une épaisse couche de cendres grises. De dimension étonnante dans un espace destiné, selon les premières observations, à protéger des récoltes, elle est interprétée comme l’emplacement d’un brasier dont plusieurs indices archéologiques laissent penser qu’il provoqua l’incendie. Dans les chapitres 2 et 3, on développera les arguments carpologiques qui plaident en faveur de cette hypothèse. La seconde structure est un petit foyer calé dans l’angle de la paroi nord-est en L3 ; il pourrait s’agir d’un foyer temporaire à fonction culinaire. Des tessons d’une oule (?) (no 577) ont été découverts juste à sa périphérie.

54L’extension de la couche de semences a été relevée d’après les éléments visibles au moment de la fouille. Deux « couloirs » apparaissaient exempts de graines. Le premier, travée L du carroyage, forme une bande étroite longeant la paroi nord-est. Sur le sol rocheux ont été repérés plusieurs dépôts de terre rubéfiée compacte de couleur jaune à rouge brique. Certains blocs de cette terre étaient mêlés à la couche de tuiles. Un second « passage », travée 4, semble avoir été ménagé le long du mur porteur à droite de l’emplacement de la porte. Les semences apparaissaient parfois sous forme de petites poches circonscrites d’environ un ou deux litres. Elles ont été notées près d’un amas de tessons d’une même poterie (G7, I-J/7-8, K6, K4), d’une pierre (J6 et J7) ou mêlées à des agrafes métalliques (H6).

  • 12 – Denier de Maguelonne en argent, poids : 0,92 g.
  • 13 – L’essence a été identifiée par A. Durand (in Colin et al. 1996).
  • 14 – Étude de la faune par V. Forest et de la microfaune par J.-L. de Roguin (in : Colin et al. 1996)

55Un matériel assez varié jonchait le sol dans un état de conservation inégal. Ce mobilier apparaît néanmoins peu abondant mais l’absence de perturbation dans la couche d’incendie réfute, selon B. Pousthomis, l’idée de récupération d’éléments après le ravage. Un premier ensemble se compose de poteries en céramique commune grise de forme fermée : oules, pégaus, cruches, jarres, dournes (fig. 6). Deux oules et deux pégaus complets après restauration avaient été brisés lors de l’incendie. Leur position sur le plan a été restituée d’après la plus forte densité de tessons découverts à l’emplacement. D’autres poteries déjà cassées avaient probablement été abandonnées. Plusieurs sont apparues associées à des poches de graines présageant de leur probable rôle de contenant (cf. chap. 4). Aucune ne porte les traces externes d’un emploi sur le feu à l’inverse de certains exemplaires recueillis dans la cour. Cependant, leur paroi interne a été superficiellement noircie par enfumage lors de leur cuisson au four. Des marques digitées ont été notées sur les parois externes de cinq poteries : le pégau no 573 (en K6A), la cruche no 580 (en K4) et les oules nos 508 (en I-J/7-8) et 581 (en K6C) portent la même marque, celle du pégau no 503 (en H-I/5) est différente. La verrerie est représentée par un pied de gobelet en verre noir repéré aux abords du petit foyer dans l’angle nord. Une autre catégorie de mobilier est constituée par des petits outils et accessoires métalliques. Parmi les plus significatifs, on note un élément interprété comme un axe d’encastrement de meule, deux peignes supposés liés au travail de cardage (cf chap. 3), une dague à pommeau polygonal, des clous, des frettes, des crampons, des agrafes en fer associées à une concentration de semences (en H6), des pitons, un bouton à bride en plomb, une monnaie du XIIIe-XIVe s.12 et une clé (K7). La position de cette dernière en K7 ne permet pas de la relier au système de fermeture du bâtiment (Pousthomis rapport 1984). Un seul objet en bois de buis (Buxus sempervirens)13 était préservé par la carbonisation. Repéré pendant la fouille dans le carré K5, il présente la forme d’une petite fourche à trois branches d’environ 9 cm pour la longueur conservée ; sa fonction demeure indéterminée à ce jour (cf. § 3.2.1.4). Parmi le mobilier lithique figure une dizaine de galets de rivière dont certains sont en roche non calcaire. Aplanis sur les deux faces par usure, ils ont dû servir de broyeurs. Leur étude pétrographique est en cours. L’un, de forme allongée, aurait plutôt servi de pierre à aiguiser (Pousthomis rapport 1984). Des plaquettes taillées dans du schiste ont été dégagées dans les carrés K3 et J7. On pense qu’elles pouvaient servir de bouchons pour des récipients ou à la fermeture de sacs. Deux blocs calcaires dont l’un est taillé en forme parallélépipédique ont été dégagés en G9 et en J-K/7-8 ; aucune fonction ne leur a été attribuée. Enfin, bien que sporadiques, quelques ossements animaux14 ont été découverts sur le sol en K7, K5, 15, 14 et I-H7.

1.3.2.4 Datation du niveau incendié

  • 15 – D’après le rapport d’analyse de B. Szpertyski (1999).

56D’après les textes et les données architecturales, les premières constructions qui aboutissent à la formation d’un îlot central flanqué d’une tour dateraient de la deuxième moitié ou du dernier tiers du XIIe s., si l’on s’en tient au texte de 1141, date de l’inféodation des droits sur Berniquaut du vicomte de Béziers au seigneur de Roquefort (cf. § 1.2.4). Le village connaît très vite une phase d’extension hors de la première ligne de fortification. Le quartier neuf qui en résulte semble toutefois désaffecté au milieu du XIIIe s. L’habitat est rétracté dans le noyau primitif. Le faubourg aurait été réinvesti en partie entre la fin du XIIIe et la première moitié du XIVe s., mais comme espace utilitaire (stockage, ateliers ?) (Colin et al. 1996). Des fragments de bois issus de la charpente du bâtiment incendié sont datés du milieu du XIIIe s. par la dendrochronologie15. Il est difficile de savoir s’il a été édifié dès cette époque ou si, les fragments de bois datés ne proviennent pas plutôt de matériaux réutilisés pour sa construction qui serait alors plus tardive. À la lumière des découvertes réalisées dans les autres secteurs du village, le mobilier date en effet la couche d’incendie de la première moitié du XIVe s.

1.3.2.5 Hypothèses préliminaires sur la fonction du bâtiment

57Ce bâtiment se singularise par rapport aux autres unités construites du village par plusieurs traits : le souci manifeste d’une protection, ses dimensions et certaines particularités du matériel en place.

Recherche d’une protection tous azimuts

58De facture soignée, la surface au sol du bâtiment figure parmi les plus vastes (30,5 m2) des constructions mises au jour (habitations et tour). Il a été édifié en marge des fortifications au point du castrum le plus proche de la vallée mais aussi le plus accidenté du massif rocheux, de telle sorte qu’un ravin en borde tout le pan nord-ouest. Le parcours pour acheminer les récoltes depuis la plaine ou le vallon s’en trouvait donc réduit si l’on suppose, à la suite de B. Pousthomis (rapports 1984, 1990), que les récoltes y étaient hissées depuis le ravin à l’aide d’une potence, après avoir été apportées au pied de la falaise à dos de mulets ou de chevaux. Comme nous l’avons souligné plus haut, le vent d’autan souffle violemment sur ces reliefs depuis le sud-est. Or, la construction s’appuie sur deux parois rocheuses orientées de telle sorte qu’elles barrent toute prise au vent venant de cette direction. En outre, les ouvertures supposées plein sud-ouest garantissaient une bonne aération et un ensoleillement prolongé dans la pièce ; solution idéale pour chasser l’humidité qui nuit tant à la conservation des grains et que le climat de cette moyenne montagne défavorise.

59En définitive, les choix d’implantation de cette construction pourraient avoir été motivés par le souci de préserver des denrées périssables dans les meilleures conditions possibles. On peut penser que dès sa construction son rôle était d’assurer une fonction de réserve ou bien qu’il avait été choisi lors de la réoccupation des faubourgs en raison de ses avantages.

Particularités du matériel en place

60Le niveau incendié du bâtiment se caractérise fondamentalement par une densité exceptionnelle en semences carbonisées réparties sur une épaisseur significative (1 à 5 cm) et couvrant quasiment tout le sol. Même lorsque des foyers et des aires de combustion sont relevés dans les autres unités castrales, aucune n’en a encore livré une telle quantité. Les deux zones de combustion signalées dans le bâtiment ne sembleraient pas avoir été employées de façon permanente. D’après sa position et ses dimensions, le fonctionnement du grand « brasier » paraît incompatible avec le souci de protection accusé dont ont fait preuve les bâtisseurs du lieu. Le petit foyer reclus dans l’angle nord du rocher (en L3) aurait été temporaire, à l’inverse de ceux rencontrés dans la cour. Par ailleurs, toutes les poteries découvertes dans le niveau d’occupation de la réserve appartiennent à des céramiques grises dites communes, alors que la cour a fourni aussi des fragments de céramique rouge glaçurée. En outre, les formes reconnues parmi les poteries du grenier –pégaus, oules– pour les plus fréquentes, correspondent en général à des récipients culinaires. Or, aucune n’a été employée dans ce sens alors que les traces d’un passage prolongé sur un feu sont présentes sur les poteries de la cour et d’autres bâtiments. En définitive, ni les poteries ni les foyers n’attestent une quelconque activité culinaire sous le toit de ce bâtiment. Si l’on n’y cuisait aucun plat, il est probable d’après les broyeurs et l’élément d’encastrement de meule, qu’on y écrasait des grains (cf. § 4.1.4). Une étude approfondie des galets permettra peut-être de préciser la fonction de ces objets. Pour l’heure, le contexte qui associe sur le même sol grains et probables broyeurs suggère fortement leur emploi dans le concassage ou la mouture. Peut-être prenait-on des repas furtifs car le sol n’était pas dépourvu de déchets alimentaires comme en témoignent les ossements épars d’animaux domestiques. Les données carpologiques conforteront l’impression première de collations et de petites activités de préparation réalisées dans cette pièce (cf. chap. 2 et 3).

1.4 Méthodologie de l’approche carpologique

61Peu de publications en langue française développent les méthodes de prélèvements sur le terrain et les principes de la démarche carpologique (Marinval, Ruas 1985 ; Marinval 1999). Cet outil bioarchéologique ne s’est réellement développé dans le pays qu’à partir des années 1990, même si des fouilles fameuses avaient engagé depuis plus longtemps une recherche pluridisciplinaire, profitant des conditions de conservation exceptionnelles des vestiges organiques immergés (pour les sites néolithiques de Clairvaux-les-Lacs dans le Jura, cf. Lundström-Baudais 1986, et pour le village médiéval de Colletière dans l’Isère, cf. Lundström-Baudais et al. 1993). Bien que le développement de l’archéologie préventive ait contribué à multiplier les découvertes de semences, les sites des périodes historiques ont bénéficié jusqu’à présent de moins de recherches dans ce domaine que les habitats pré- et protohistoriques (Ruas, Marinval 1991 ; Ruas 1992a). Il nous semble opportun d’exposer dans ces pages une méthodologie de terrain afin que le lecteur archéologue puisse situer et contrôler au mieux les étapes fondamentales qui permettent d’obtenir des échantillons valables. Du soin apporté au prélèvement et à son traitement dépend en effet la fiabilité des données brutes. L’emploi de techniques inadéquates, depuis le prélèvement de sédiment jusqu’à l’extraction des semences, risque de n’offrir que des échantillons biaisés et d’aboutir à des informations erronées. Ce préalable peut sembler banal tant il est vrai qu’il s’applique à n’importe quel matériel archéologique. Nous insistons sur ce point car, hélas, le fonctionnement d’une fouille, notamment en France pour la période historique, prête encore insuffisamment attention au matériel carpologique pour peu qu’il n’abonde pas ou pire qu’il ne se voie pas ! Cette situation a quelque peu évolué grâce au dynamisme des collègues carpologues formés depuis ces dernières années et à l’intérêt plus averti des responsables d’opérations archéologiques pour ce domaine de recherche.

62À la suite de cet exposé théorique, nous suivrons la démarche qui fut adoptée au Castlar dans la mesure où nous avons pu élaborer une problématique dès la fouille du grenier et adapter l’échantillonnage et le traitement des prélèvements en fonction des questions posées. Le contexte de découverte, la conservation exceptionnelle du matériel carpologique et la collaboration établie sur le terrain entre l’équipe de fouilles et nous-même offraient en 1984 des conditions d’applications méthodologiques proches de l’idéal sur un site médiéval.

1.4.1 L’échantillonnage : les prélèvements

63C’est souvent suite à la découverte d’une poignée d’os, d’une concentration de charbons de bois ou de graines qu’on estime, dans le meilleur des cas, utile de prélever ce qu’on a vu. Mais la pratique s’arrête souvent là et on ne songe pas aux vestiges invisibles à l’œil nu sur le terrain (ossements de Rongeurs, de Passereaux, de Poissons ou graines de la plupart des plantes sauvages, grains de céréales comme les millets, voire pépins de certains fruits comme les figues, les fraises, les framboises...). Il ne s’agit pas pour autant de prélever n’importe où et à tout prix. L’expérience montre qu’une problématique concertée doit définir, après les sondages et les diagnostics par exemple, l’orientation de la recherche à mener sur le chantier de fouilles (Renfrew 1973 ; Hastorf, Popper 1988). En d’autres termes, le «spécialiste» se doit d’intervenir pendant le dégagement. La fouille ne se limite pas à celle du site, loin de là. D’autres chantiers se créent au moment du traitement technique du prélèvement ; celui-ci n’étant qu’un échantillon de sédiment isolé de son contexte de découverte. Mais les vestiges qu’il renferme doivent encore en être extraits tout comme l’on extrait un tesson ou une monnaie du niveau en cours de fouille. En ce sens, la conception d’une « postfouille » qui inclut sous la rubrique «analyses spécialistes» l’étape d’extraction des restes organiques quels qu’ils soient est à reconsidérer. De même que l’analyse de la céramique commence après qu’elle a été lavée et marquée, celle des graines, des charbons de bois ou des os (identification dénombrement, mesures, etc.) débute lorsqu’ils sont extraits, individualisés et lisibles. Les traitements chimiques et la fabrication des lames du palynologue, du parasitologue, du sédimentologue, les tamisages et les tables ou les coupelles de tri des archéozoologues, des anthracologues ou des carpologues prolongent la fouille (en un autre lieu) pour en recueillir des vestiges que l’on ne peut dégager sur le terrain directement. Les informations sur la nature du contexte, la position stratigraphique et planimétrique des prélèvements, etc. doivent être enregistrées dans le détail, reportées sur un plan et transmises. Le prélèvement n’est qu’une portion de sédiment dont la fouille intégrale n’est pas achevée et que l’on déplace dans un laboratoire pour y être fouillée avec d’autres moyens. Ce sont autant de chantiers, autant de manuscrits à savoir ouvrir...

  • 16 – A. Debord (1991) rappelle à ce titre que les propos de M. Bloch furent peu entendus à l’époque pa (...)
  • 17 – Les équipes françaises ont peu à peu intégré dans leurs publications d’habitats médiévaux des app (...)

64« Sans tout cela pourtant, comment prétendre écrire l’histoire de l’occupation du sol ? Peu de sciences, je crois, sont contraintes d’user, simultanément, de tant d’outils dissemblables. C’est que les faits humains sont entre tous complexes. C’est que l’homme se place à la pointe extrême de la nature. [...] Cette méthode suppose le consentement au travail par équipes. [...] Ce sont des réussites dont nous nous trouvons encore beaucoup trop loin. Elles commandent pourtant, dans une large mesure, n’en doutons pas, l’avenir de notre science. » (Bloch 1993 : 111-112). Ce dialogue qu’appelait M. Bloch vers 194016 entre tous les historiens de l’Homme quelle que soit leur spécialité, ou plutôt leur outil de « recréation », s’est peu à peu mis en place depuis la fin des années 1960. Mais l’intégration des démarches archéo-naturalistes ou bioarchéologues dès le terrain est récente et peu pratiquée pour certaines catégorie de vestiges17. Elle tombe encore trop souvent dans l’oubli, voire l’inintérêt, .au moment de passer à l’acte. C’est pourtant bien « dans l’interrogation indivisible de la condition de l’homme » (Aron 1962 : 1135) qu’il faut s’attarder. La carence en artisans dans certains domaines réduit la moisson de cette aventure. Mais là n’est plus notre propos immédiat. Pour l’heure, nous décrivons la méthode de prélèvement carpologique appliquée à une réserve aérienne de grains en terrain sec qui permette de recueillir des échantillons représentatifs. Cette méthode est applicable à toute surface de sol présentant des semences dispersées et concentrées. Les prélèvements pour d’autres contextes ont été récemment publiés (Marinval 1999). Les conseils de tamisages indiqués ci-dessous sont, en revanche, valables pour n’importe quel prélèvement.

65L’extraction des semences n’exige pas de traitement complexe chimique préalable. Cependant, il convient de connaître les étapes principales d’acquisition de ce matériel qui présente des formes, des dimensions et des fossilisations diverses. La première est commune à tout type de vestiges qui exige un prélèvement de sédiment : il s’agit de l’échantillonnage. La seconde concerne le conditionnement des prélèvements qui doit tenir compte de la fossilisation des restes carpologiques. La présence de semences gorgées d’eau exige ainsi le maintien du sédiment dans un milieu humide. La troisième est celle du tamisage des sédiments, opération rendue souvent nécessaire dès le terrain pour réduire les volumes à stocker. Ensuite, la prise en charge de tous les refus de tamisages par le spécialiste chargé de les étudier est indispensable. Il est le seul acteur à même de décider des choix ultérieurs à réaliser lors des tris qui conviendront à son analyse.

1.4.1.1 Proposition d’une méthode de prélèvement dans une réserve aérienne de grains

66Plusieurs auteurs ont publié les résultats d’expériences sur le vaste problème de l’échantillonnage (Van der Veen, Fieller 1982 ; Van der Veen 1985 ; Marinval 1983 ; 1986 ; Hastorf, Popper 1988) ; aucune méthode de prélèvement n’est apparue universelle. La stratégie adoptée tient souvent au choix personnel des intervenants en fonction des contingences du chantier et des problématiques de recherches de la personne chargée de l’étude. L’erreur fondamentale si souvent commise est de croire que toutes les semences se trouvent là où on les voit au moment de la fouille. C’est ainsi que l’on risque de prélever dans des zones supposées riches en négligeant les secteurs jugés a priori stériles. Il faut avoir le réflexe de prélever dans tout contexte susceptible de renfermer les précieuses graines : dépotoir, niveau d’occupation, aire de combustion, etc., en tenant compte des conditions physico-chimiques qui règnent dans le sédiment (immersion constante ou assèchement). Certaines catégories de plantes et types de restes sont plus représentées dans certains types de structures (Green 1979 ; Ruas 1992a). L’emplacement et l’étendue du prélèvement doivent évidemment être portés sur un plan.

67Un grenier est composé d’autant d’ensembles clos qu’il recèle de stocks, conditionnés en récipient ou non. La structure elle-même n’est pas un ensemble clos dans le sens restrictif où nous l’entendons : « un assemblage de prélèvements bien circonscrits dans l’espace et constitué d’éléments synchrones d’un nombre supérieur ou égal à cent individus » (Marinval 1988a : 13). Les récipients, les dépôts primaires de silos correspondent à de tels assemblages. Hormis les silos, une réserve incendiée avec les récoltes se présente sous la forme d’une couche relativement homogène de semences carbonisées, plus ou moins organisées en concentrations d’amplitude variable comme l’ont montré la stratigraphie et le plan d’extension des « poches » de graines dans le bâtiment incendié du castrum. La stratégie de l’échantillonnage sera adaptée en fonction des questions que le contexte est susceptible de soulever et aux points de recherche que l’on souhaite documenter. À quelle chaîne opératoire renvoient les dépôts carpologiques : déchets de consommation, déchets agricoles, denrées emmagasinées ? Existe-t-il une organisation structurée des dépôts, des espèces, des restes, qui reflète l’arrangement, l’aménagement interne de l’espace, son mode d’occupation et sa fonction ? Les restes sont-ils associés à du mobilier, des structures aménagées ? Des tests sont souvent nécessaires pour évaluer la (ou les) forme(s) de fossilisation des semences, leur densité et le type de carpo-restes fossilisés (grains, téguments, coques, élément de fruit, d’épi, etc.). À l’issue des diagnostics, on décide du volume à prélever, des zones à échantillonner et d’opter pour la technique d’extraction adéquate et le mode de conditionnement des restes avant leur étude.

Masse de semences dispersées

68Dans le cas d’une masse générale importante de semences (fig. 8), des échantillonnages de dix litres (environ un seau de chantier) se révèlent suffisants. Leur distribution doit couvrir toute la surface fouillée des zones riches et des zones apparemment stériles ou pauvres en fonction d’un carroyage à maillage d’au plus un mètre carré. Notre expérience sur le bâtiment du castrum nous laisse conclure que les prélèvements effectués par quart de mètre carré sont préférables, le ramassage global sans distinction de zones étant à bannir quel que soit le type de contexte.

fig. 8
Modalités de prélèvement de semences dans un bâtiment. Semences dispersées, semences dans un récipient brisé sur place, concentration de semences.

69Les prélèvements peuvent correspondre soit à du sédiment brut directement prélevé, soit aux déblais de la fouille d’un carré. Les échantillons au contact de parois, de maçonneries diverses ou d’un mobilier ou vestige particulier (pierre, gros fragment de charbons de bois, etc.) sont à distinguer des autres. Quelques échantillons stratigraphiques proviendront de différentes épaisseurs du niveau, si celui-ci le permet.

Cas de concentrations de semences

70On entend par concentration de semences (fig. 8b, c et 9) tout secteur bien circonscrit où la densité en restes peut être élevée (entre 80 et 100 % de semences) ; ce type d’assemblage est parfois exempt de sédiment. Elle peut être isolée ou associée à une structure, un récipient.

fig. 9
Concentration de semences brûlées et broyon façonné dans un galet dans le carré K5. Maille du carroyage : 1 m2 (juillet 1984).

71Lorsqu’elle est associée à une poterie brisée in situ (fig. 8b), il convient d’isoler les semences répandues autour de la poterie de celles qui peuvent encore être contenues dans le récipient (base de la poterie avec un agglomérat carbonisé par exemple). Une concentration isolée de faible étendue (inférieure au quart de mètre carré) doit être prélevée intégralement sans distinction de zone. Si elle est en contact avec une autre petite concentration, il faut prélever les deux amas séparément. Dans les autres cas, il convient de fractionner le prélèvement en petits lots de un à dix litres, selon les possibilités, numérotés dans l’ordre de la collecte de façon à couvrir toute la surface de la concentration. Il n’est pas nécessaire de prélever la totalité du sédiment si le volume doit dépasser dix litres par lot. Mais des échantillons pris dans l’épaisseur de la concentration et numérotés sont souhaitables. Cette méthode permet de distinguer les zones de contact créées lors du mélange accidentel de plusieurs amas voisins. Elle se rapproche du principe de prélèvements du contenu d’un foyer dans lequel il est intéressant de repérer les diverses accumulations de combustible ou de déchets (Marinval 1999). L’emplacement de tous ces petits échantillons numérotés est reporté sur un plan.

72Les emballages de conditionnement des prélèvements doivent être résistants : sacs à gravats ou d’engrais, sacs poubelles doublés. Un double étiquetage intérieur et extérieur sur support plastifié solide à l’encre indélébile est recommandé. Dans tous les cas, chaque prélèvement doit être répertorié sur un plan et la fiche de terrain. On y note les coordonnées de son emplacement, la portion qu’il représente par rapport à l’ensemble fouillé s’il est isolé (intégralité d’une concentration), son volume approximatif et les détails observés sur le terrain (argile rubéfiée, zone charbonneuse, nombreuses pierres, ossements, près d’un muret, etc.).

1.4.2 L’extraction des semences

1.4.2.1 Le tamisage

  • 18 – Aux grains de millet et pépins de figue cités plus haut, on peut ajouter les semences de la coria (...)

73Il doit être adapté à la nature du sédiment et surtout du matériel recherché. Les techniques diffèrent selon le mode de fossilisation prédominant (carbonisation, imbibition, minéralisation). Pour un matériel carbonisé, les résultats issus d’autres fouilles ont montré la performance de la flottation (Van Zeist, Palfenier-Vegter 1979 ; Marinval 1986 ; Buxo i Capdevilla 1988). Selon les possibilités matérielles et le volume de sédiment à tamiser, on utilise une machine dite « machine à flottation » (William 1973 ; Gailland et al. 1985 ; Buxo i Capdevilla 1988 ; 1989), ou bien le même procédé, mais réalisé manuellement (Marinval 1986). Les avantages et inconvénients de chacune des techniques de tamisages ont été testés (Marinval 1986). Notons que l’important est de tamiser finement sur des mailles allant de 2 jusqu’à 0,5 mm, voire 0,25 mm de diamètre ; les semences de la plupart des espèces sauvages et certains éléments de plantes cultivées comme les pédicelles de fruits, les articles d’épi, les balles de grains, voire les graines elles-mêmes18 sont collectés dans les fractions inférieures au millimètre. La flottation permet de recueillir les semences carbonisées qui surnagent en laissant le sédiment au fond du tamis. Elle a pour seul intérêt de faciliter les tris en limitant la quantité de matière minérale à trier. Les expériences montrent que même carbonisées, toutes les semences d’une même espèce ne flottent pas (glands, féveroles par exemple). De même, les semences minéralisées ne peuvent être extraites par ce procédé. Le tamisage sous eau (avec une pomme d’arrosoir ou de douche) est, dans ce cas, le seul moyen technique. Les ajouts de produits chimiques pour augmenter la densité de l’eau sont peu efficaces. Quelle que soit la technique adoptée, les refus de tamis doivent être conservés et distingués selon les fractions (2, 0,5 et 0,25 mm). Le volume avant tamisage du prélèvement doit être connu et noté sur les nouvelles étiquettes de conditionnement. Si les restes et/ou les refus de tamis ne proviennent pas d’un milieu humide, ils doivent être mis à sécher dans un local à température modérée.

1.4.2.2 Le tri

74Les carpo-restes se présentent sous des formes et des tailles diverses : grains, balles ou fragments d’épis de céréales, pépins, noyaux, coques, fruits entiers ou fragments, capsules de lin, fragments de rafle de raisin, téguments, pédicelles de fruits (« queue » de cerise ou de raisin), etc. Le tri s’effectue après un séchage complet des refus de tamisage (sauf dans le cas où les carpo-restes seraient « fossilisés » par imbibition). Le tri des fractions grossières (≥ 2 mm) est réalisé à l’œil nu pour collecter les vestiges de gros module comme les noyaux et les coques de fruits, puis sous loupe binoculaire. Celui des fractions fines (0,5 ≥ x ˂ 2 mm) nécessite toujours une loupe binoculaire. Tous les éléments complets ou fragmentés sont récupérés. Les empreintes de grains, de paille dans les pâtes de céramique, tuiles, pisé, etc. sont aussi examinées à partir de moulages réalisés avec un élastomère silicone (Marinval 1999).

75Tous ces restes participent à la compréhension synthétique de l’histoire du dépôt et du site. Seul le chargé d’étude peut décider de ce qu’il convient d’extraire, car la diversité morphologique des carpo-restes exige une expérience spécialisée dans leur collecte. Par ailleurs, des choix sont toujours effectués à ce stade de traitement technique. Ils concernent, entre autres, la quantité de refus de tamis à examiner ainsi que la quantité et le type de restes à considérer.

1.5 La méthode appliquée au site du Castlar

1.5.1 La découverte des semences : premiers prélèvements

  • 19 – En 1983, si les mentions de découvertes de graines et parfois d’identification d’espèces se trouv (...)

76En 1983, les fouilles ont concerné toute la surface de la cour et près de la moitié du grenier. Un carroyage par carré d’un mètre de côté a été mis en place dès le début des dégagements. Dans le niveau brûlé, situé sous la couche de tuiles et de fragments de poutres, atteint en fin de campagne, les semences étaient presque toujours mêlées au sédiment (fig. 10). Dans quelques secteurs (G5, H5, 15, H8) apparaissaient des poches bien circonscrites. Attentif à l’intérêt19 que présentaient ces découvertes « pour la connaissance des cultures, des moyens techniques de récolte et des habitudes alimentaires au bas Moyen Âge », B. Pousthomis (rapport 1983 : 19) entreprit, dès la mise au jour du niveau incendié, de prélever systématiquement le sédiment où se tenait une concentration visible de semences. Certaines semences, plus ou moins isolées (féveroles, noyau de pêche) (carrés 14, L7 pour le grenier et D7, F6, F8 pour la cour) ou à l’état de petits agglomérats fortement compacts (G6a, H7a, 17a, J5a, L5a, K6a), ont été collectées directement à l’œil nu et conditionnées sans traitement. Les blocs de graines agglomérées de petites dimensions (˂ 5 cm) ont été considérés au départ comme de possibles reliquats culinaires.

FIG. 10
Emplacements et désignation des trente-cinq échantillons et des sept agglomérats carpologiques.

77Tous les emplacements des concentrations et des semences isolées ont été reportés sur un plan général. Faute de point d’eau, les sédiments ont été descendus en sac à dos jusqu’au dépôt de matériel (environ 300 kg). Quatre prélèvements (échantillons G-H/5, H5, 15, 17 et H-I/7), soit un volume de 350 l au total, ont été tamisés à l’eau sur des mailles d’environ 0,5 cm. À l’issue de cette campagne de fouilles, nous avons été contactée pour l’étude complète du niveau de graines.

1.5.2 Mise en place du protocole d’échantillonnage

  • 20 – Les premiers tamisages sous eau, qu’il était matériellement impossible de réaliser sur le site ar (...)

78Notre intervention sur le terrain s’est déroulée lors des fouilles de 1984. Elle a consisté à définir une problématique d’étude du matériel, à mettre en place une base de tamisage sur les rives du Sor, à encadrer les prélèvements de la partie inexplorée du bâtiment, à guider les observations nécessaires sur le terrain pour la compréhension des futures données (position, étendue de l’échantillon, association avec des objets, etc.) et à tamiser au fur et à mesure les échantillons acheminés au poste de traitement20.

79Les principales données que nous avons cherché à obtenir dans un premier temps avaient trait à la fonction de l’édifice par l’analyse de la composition des dépôts de semences, leur comparaison en nombre de restes et en espèces végétales et leur localisation dans l’espace. Nous espérions appréhender l’organisation des réserves, leurs modes de stockage et découvrir des indices relatifs aux pratiques agricoles (Ruas rapport inédit 1984). En concertation avec B. Pousthomis, selon les priorités fixées pour la connaissance du site, et, surtout, le temps imparti pour le dégagement total du bâtiment (deux campagnes de trois semaines en 1983 et 1984), nous avons opté pour une analyse planimétrique du matériel carpologique qui formait le niveau d’occupation épais de 1 à 5 cm. Dans cette optique, nous avons proposé de prélever l’intégralité du sédiment selon le carroyage défini l’année précédente afin que les concentrations de carpo-restes ne soient pas privilégiées par rapport aux secteurs où n’apparaissait aucune semence repérable à l’œil nu. Cette méthode avait pour but de mettre en évidence les zones à forte densité de semences et/ou d’espèces (fig. 9), et celles pauvres, voire stériles en matériel. On visait ainsi à reconnaître la position d’amas initiaux déposés, celle des séparations entre les lots, les lieux de passage et l’existence de dépôts particuliers de végétaux, et donc à restituer l’organisation spatiale interne du bâtiment.

80À côté de ces prélèvements systématiques par carré, nous avons souhaité distinguer des concentrations de semences qui paraissaient associées à une poterie complète avant l’incendie (fig. 10, carré K6 : poterie A = pégau no 573 et poterie C = oule no 581) ou à d’autres objets particuliers (bloc taillé en calcaire marmoréen du secteur J-K/7-8). Des prélèvements ponctuels (J6P, J7P, K6A, K6C, L5C, L6C, L5-61 et L5-62) ont donc été réalisés selon la méthode exposée plus haut (cf. supra § 1.4.1.1). Ainsi, dans le cas de la poterie C (no 581), cinq prélèvements ont été nécessaires pour isoler le contenu (K6C) de l’épandage (L5C, L6C, L5-6] et L5-62). Nous avons donc disposé à la fois de prélèvements ponctuels de concentrations et de prélèvements globaux, systématisés carré par carré. Le plan de localisation des échantillons (fig. 10) montre que la majeure partie de la surface du bâtiment a ainsi été traitée selon la méthode décrite (cf. supra § 1.4.1) et adoptée en 1984. La distinction entre plusieurs concentrations s’est parfois révélée malaisée notamment dans le secteur K-L/5-6 où les tessons de trois poteries se tenaient très près les uns des autres (nos 573, 581 et 579), leur contenu (supposé) respectif s’étant mélangé.

81Tous les prélèvements se situent à l’intérieur de la limite d’extension du « niveau à graines » repéré pendant son dégagement. Ils ont tous livré des semences carbonisées de plantes cultivées et sauvages. Quatre carrés stériles en restes carpologiques aux yeux des fouilleurs n’avaient toutefois pas fait l’objet de prélèvements en 1983 : G4, H4, 13 et J3. En 1984, B. Pousthomis (rapport 1984 : 20), notant qu’« une bande latérale au n-e (carrés L3 à L6) et au n-o (carrés L à G/3-4) ne comportait que quelques graines très éparses, voire aucune », n’a pas prélevé les carrés L3 et L4. Or, nous verrons que parmi les échantillons traités dans le secteur L, certains (L6, L7) renfermaient une abondance de petites semences de plantes sauvages que seules retiennent les mailles du tamis de 0,5 mm.

82Pendant les deux campagnes de fouilles, la majorité du sédiment formant le niveau incendié a donc été prélevée et conditionnée dans cinquante et un sacs de matière plastique d’environ 30 à 40 kg chacun (type sacs d’engrais).

1.5.3 Choix des échantillons traités

83Dès les premiers tamisages par flottation et le tri des fractions grossières (refus du tamis à mailles de 2 mm) que nous avons pratiqués en 1984, la densité élevée en semences nous a incitée à réduire le volume de prélèvements à traiter. Notre choix devait cependant répondre à plusieurs critères :

  • maintenir le maillage continu de l’échantillonnage par carré de façon à obtenir une répartition spatiale des graines sur toute la surface fouillée ;

  • traiter séparément les contenus de récipients, les semences concentrées et les semences dispersées ;

  • traiter un volume minimal représentatif. Ce dernier impératif a été évalué empiriquement au fur et à mesure de la richesse numérique et taxinomique des prélèvements et du traitement (cf. infra).

1.5.3.1 Nombre des échantillons

TABL. I
Récapitulation des résultats quantitatifs. NR nombres de restes donnés en fonction du volume maximal traité par échantillon ; FG refus de la fraction grossière (≥ à 2 mm) ; FF refus de la fraction fine (comprise entre 0,5 et 2 mm) ; plt prélèvement ; x restes non dénombrés.


TABL. I (suite)
Récapitulation des résultats quantitatifs. NR nombres de restes donnés en fonction du volume maximal traité par échantillon ; FG refus de la fraction grossière (≥ à 2 mm) ; FF refus de la fraction fine (comprise entre 0,5 et 2 mm) ; plt prélèvement ; x restes non dénombrés.

1.5.3.2 Volume des échantillons

84Les deux campagnes de prélèvements (1983 et 1984) ont abouti au tamisage d’un volume total de 709 l de sédiment. La gamme des volumes de sédiment tamisés par prélèvement oscille entre 0,5 et 100 l. De façon détaillée, les prélèvements ponctuels de concentrations ont un volume de 0,5 à 2 1, celui des échantillons globalisés par carré est compris entre 5 et 45 l (tabl. I).

1.5.4 L’extraction des semences : le tamisage et le tri

85Avant tout traitement par l’eau, chaque lot de sédiment brut était passé sur un crible à mailles de 7 mm afin d’en extraire les éléments de gros module : pierres, tessons, monnaies, os, etc. Le volume réel que nous avons mesuré avant les tamisages par flottation est celui des séd ments résultant du criblage à sec sur les mailles de 7 mm. Ils étaient ensuite tamisés par flottation. Le recours à une machine a été utile pour les échantillons supérieurs à 5 1. Une flottation manuelle a été pratiquée pour les prélèvements de 0,5 à 5 1. Tous les refus de tamis ont été mis à sécher.

  • 21 – Pour une partie des tris, nous avons bénéficié d’un local au dépôt de fouilles du service régiona (...)

86Les tris des fractions sèches ont été réalisés sous loupe binoculaire au grossissement x10 et x1521. Un sous-échantillonnage des fractions fines a été nécessaire en raison de l’abondance de graines dans certains échantillons. On verra dans le chapitre 2 qu’un volume seuil a été estimé pour garantir la représentativité du sous-échantillonnage.

1.5.5 L’analyse des semences du Castlar

1.5.5.1 Les déterminations

87Les vestiges carpologiques ont été déterminés sous la loupe binoculaire. Leur attribution taxinomique est fondée sur les principes de l’anatomie comparée en tenant compte :

  • de la morphologie de l’individu complet ;

  • des indices métriques (longueur, largeur, épaisseur, ainsi que les rapports correspondants) ;

  • des caractéristiques ornementales et anatomiques des téguments ;

  • de l’agencement cellulaire lorsqu’il est visible.

88Les critères d’observation ont été confrontés à ceux établis dans divers atlas de semences actuelles et fossiles (Katz et al. 1965 ; Montégut 1970 ; Beijerinck 1976 ; Berggren 1981 ; Jacquat 1988) et articles spécialisés (Kowal, Rudnicka-Sternowa 1969 ; Van Zeist 1970 ; Villaret-von Rochow 1974 ; Gluza 1977 ; Jacomet, Schlichtherle 1984 ; Jacomet 1987). Les fossiles ont aussi été comparés à des exemplaires actuels ou archéologiques, carbonisés ou non, qui forment la collection de référence (carpothèque). Le classement taxinomique regroupe tous les vestiges identifiés par espèce, par genre ou par famille. Ceux qui n’ont pu être déterminés sont relégués dans la catégorie des indéterminés. Si le nombre de ses constituants dépend de leur degré de fragmentation et d’altération, il est aussi fonction des capacités du déterminateur et de l’état d’avancement de la recherche paléobiologique. L’application de techniques d’observation telles que le microscope électronique à balayage et les traitements statistiques des indices morphométriques laissent tout espoir d’affiner les traits distinctifs entre les taxons. Les recherches sur les Blés (Jacomet, Schlichtherle 1984 ; Kosina 1984) ou l’Olivier (Terrai 1997 ; 1999) sont, en ce sens, exemplaires.

1.5.5.2 La quantification des restes

89Nous avons utilisé les trois paramètres les plus courants : le nombre de restes « nr ou NR » (« NTR » s’il s’agit d’un nombre total de restes), le nombre de taxons « nt ou NT » (« NTT » s’il s’agit du nombre total de taxons) et la densité par unité de volume ou D (Hastorf, Popper 1988 ; Van der Veen 1992). À ce stade de l’analyse, les buts principaux sont d’évaluer la composition des échantillons en différents types de restes et en taxons afin d’établir des spectres carpologiques et taxinomiques. Nous avons eu recours à d’autres paramètres tels que :

  • le volume des restes de plantes cultivées et de plantes sauvages dans chaque échantillon ;

  • les proportions des espèces cultivées entre elles puis celles entre espèces cultivées et sauvages ;

  • les proportions d’éléments tels que les issues de décorticage dans un lot de céréales stockées par exemple ;

  • les fréquences d’attestation des espèces ou nombre d’attestations (qui n’est pas le nombre de restes) dans un contexte archéologique donné et leur évolution sur une longue phase d’occupation du site ou du territoire géographique ;

  • la diversité taxinomique des spectres par locus prélevé ou structure.

90Nombre de restes et nombre d’individus peuvent différer dans la mesure où un carpo-reste peut être une graine entière, un fragment de graine, un fragment de tégument, un élément d’épi, un fragment de fruit avec ou sans graines, etc. Nous appelons « individu » une graine ou un fruit entiers. Par exemple, deux cotylédons de féverole représentant les deux moitiés d’une graine sont deux restes d’un individu. Les fragments de noyaux de prune ou les fragments de coque de noisette sont autant de restes. Si nous constatons que les fragments peuvent être réunis pour former n noyaux ou n coques, nous pourrons estimer le nombre d’individus conservés donc de fruits auxquels se rapportent les restes. Cet exercice s’est révélé nécessaire pour évaluer l’importance de certaines plantes. Le mode de comptage des restes et des taxons adopté pour le site du Castlar est décrit ci-dessous.

Nombre total de restes (NTR) et de taxons (NTT)

91Les semences entières et les fragments jugés suffisamment gros (trois quarts d’une semence) sont comptés comme autant d’individus. La catégorie des indéterminés stricts comporte souvent des fragments de fruits ou de graines, mais parfois aussi des semences entières. Chez certaines Dicotylédones, les deux cotylédons des graines ont tendance à se séparer lorsque le tégument externe a disparu par suite d’une carbonisation. Les légumineuses représentent les exemples les plus fréquents. Dans ce cas, le total des cotylédons dénombrés est divisé par deux et rapporté à un nombre total de graines entières (ou individus). Lorsque les graines sont de grande taille (féverole), les moitiés de cotylédons (quart d’une graine) peuvent être aussi rapportées à un nombre d’individus en divisant leur total par quatre. Pour les espèces à moyenne et petites graines (pois, lentille, vesce, etc.), les fragments inférieurs à un cotylédon sont comptés comme fragment. Ce type de calcul peut être adopté pour les grains de céréales lorsque le taux de fragments est très élevé : le total des moitiés de grains est divisé par deux pour évaluer le nombre total de grains. La prise en considération de l’état fragmenté permet d’évaluer le degré d’altération d’un assemblage lorsque la fragmentation a été favorisée par une fragilisation des restes ou de reconnaître une pratique comme le concassage des graines.

92En raison de la différence de volume de prélèvement traité, engendrée par les sous-échantillonnages des fractions fines lors des tris, nous avons rapporté les quantités de restes extraits de ces sous-échantillons au volume maximal traité pour chaque prélèvement. Ainsi, par exemple, pour le prélèvement H6 d’un volume de trente litres de sédiment, la fraction grossière issue du tamis de 2 mm a été triée intégralement, mais le tri de la fraction fine issue du tamis de 0,5 mm n’a concerné que dix litres du prélèvement initial. Les nombres de restes extraits de cette fraction ont été rapportés au volume de trente litres. Les tableaux de résultats présentent donc les nombres et les volumes bruts de semences conservées par taxon pour le volume maximal de prélèvement traité.

93Comme la dénomination de taxon réfère à des rangs hiérarchiques différents dans la classification systématique des êtres vivants, pour établir le nombre total de taxons qui traduise à peu près un nombre de plantes différentes attestées dans un spectre, nous avons dû mêler des espèces et des genres. Les familles ne sont pas comptabilisées sauf dans le cas d’une famille rare dont aucune espèce ni genre n’a déjà été attribué dans le spectre, ou d’une famille pour laquelle on estime que les restes concernés ne se rapprochent pas des genres ou des espèces déjà déterminés. Par exemple, la famille des Poaceae (Graminées) comprend les céréales (Graminées domestiquées) et un ensemble d’espèces sauvages qui sont bien difficilement distinguées lorsque seuls les grains carbonisés sont conservés. Or, comme on reconnaît quasiment toujours un fragment de caryopse de céréale par rapport à un grain de Graminée quelconque, on a considéré que la catégorie des Poaceae lorsqu’elle est classée avec les plantes sauvages constitue un ensemble de taxons supplémentaires.

La densité par unité de volume (D)

94Afin de comparer la richesse en restes des échantillons issus de volumes différents de prélèvement, nous avons rapporté tous les résultats quantitatifs à l’unité standard de dix litres de sédiment : ce nombre est appelé densité D. On la qualifie de densité numérique quand il s’agit du nombre de restes pour dix litres de sédiment ou de densité volumique quand on utilise le volume des restes pour dix litres de sédiment (tabl. I). Nous n’avons pas employé les densités massiques des restes faute d’équipement adéquat au moment de l’analyse.

95Ces valeurs ont aussi l’avantage de permettre une estimation de la qualité de conservation des échantillons en les comparant à d’autres ensembles carpologiques de même nature (contexte archéologique identique et même fossilisation des semences). Ce choix se justifie par le fait que la plupart des travaux actuels fondent leur quantification sur le nombre de restes (Hastorf, Popper 1988). En outre, la comparaison des densités en restes et/ou en taxons entre sites et entre unités stratigraphiques couplée au taux de vestiges indéterminés permet d’approcher l’ampleur de la destruction taphonomique subie depuis le dépôt initial jusqu’à la récupération des restes fossiles (Vigne 1988). Même si cette évaluation est essentiellement empirique, elle a le mérite de prendre en compte un facteur peu abordé dans les analyses carpologiques et de ce fait mal contrôlé. Certains auteurs font, par ailleurs, appel au poids des échantillons et des restes et non au volume dans le cas des sites d’ambiance humide par exemple (Lundström-Baudais 1982 ; Jacquat 1988 ; Lundström-Baudais et al. 1993).

La fréquence d’attestation

96Également désignée par le terme « ubiquité » ou la formule « analyse de présence » (« ubiquity » des archéobotanistes anglo-saxons, Popper 1988), la fréquence d’attestation d’un taxon correspond au nombre d’échantillons dans lequel apparaît le taxon dans un ensemble d’échantillons donné. Pour une céréale, par exemple, un tel ensemble pourra être celui des sites où ont été identifiées des céréales ou celui des prélèvements d’une structure ou d’un site où sont présentes des céréales. Pour une légumineuse, on considérera sa fréquence par rapport aux sites ou contextes où ont été identifiées des légumineuses, etc. On admet dans ce cas que chaque échantillon d’un site archéologique daté d’une même époque représente une seule attestation du taxon, quel que soit le nombre de restes (une ou mille semences par exemple). L’expression de ces valeurs en pourcentages du nombre total de sites ou d’échantillons permet de travailler sur le taux d’apparition. L’avantage de son emploi réside dans le fait qu’il permet d’évaluer le taux des taxons indépendamment les uns des autres. En effet, dans ce cas, le taux d’apparition d’un taxon n’affecte pas celui d’un autre taxon (Popper 1988) à l’inverse des fréquences relatives calculées sur la base du nombre total de vestiges de tous les taxons. Il convient toutefois de traiter une quantité suffisante d’échantillons car les valeurs enregistrées sur une gamme restreinte risquent d’exclure les taxons rares en leur affectant un taux négligeable. Ne tenant pas compte des nombres absolus de restes d’une espèce (souvent liés à l’évolution taphonomique de l’assemblage initial), l’analyse de présence risque néanmoins de masquer l’évolution de l’abondance de cette espèce si sa fréquence d’utilisation au cours d’une longue phase d’occupation d’un site reste constante (Scarry 1983 cité par Popper 1988).

97Dans le cas du Casdar, la fréquence des espèces sur les trente-cinq échantillons analysés informe de l’ampleur spatiale de leur présence dans le niveau incendié et permet d’attribuer une place économique différente de celle qui serait attribuée à la seule estimation numérique de leurs restes. On verra que certaines espèces retrouvées en grande quantité sont très localisées alors que d’autres, avec nettement moins de restes, sont plus diffuses. Suite à l’exposé des techniques d’acquisition des données, il convient de discuter des contraintes qui modèrent les interprétations.

1.6 Apports et limites de la démarche carpologique

98L’éventail des informations potentielles obtenues au moyen de l’outil carpologique s’ouvre sur quatre ensembles de données homologues de celles qu’interroge l’archéozoologie (fig. 11). Les semences découvertes dans les divers contextes d’un site archéologique ont, de manière générale, été apportées délibérément ou fortuitement par l’homme et/ou les animaux qui le côtoient (domestiques ou non). Les assemblages qu’elles constituent représentent des mélanges accumulés de rebuts d’activités (déchets de préparation culinaire, déchets agricoles, rebuts alimentaires, etc.) ou les vestiges d’une même séquence opératoire. De fait, les restes carpologiques constituent d’abord un témoignage palethnobotanique. Diverses catégories d’informations seront appréhendées avec plus ou moins de pertinence selon le contexte de découverte (sépulture, latrine, grenier, sol d’occupation domestique, foyer) et/ou le site (unité d’exploitation agricole, aire artisanale, îlot urbain), la disposition des dépôts, le type de restes conservés et leur mode de fossilisation. On tente alors d’identifier la nature des dépôts, leur origine opératoire et de cerner certaines séquences des pratiques enregistrées (chaîne de traitement agricole, culinaire, funéraire par exemple).

FIG. 11
Organigramme des informations appréhendées par la carpologie archéologique.

99L’évolution au cours de l’histoire du patrimoine cultural et alimentaire et celle des pratiques qui s’y rapportent documentent aussi celle des formations végétales, de la répartition biogéographique des espèces ou des cortèges d’espèces liés aux écosystèmes domestiques. Les espèces sauvages renseignent, en effet, sur les caractéristiques écologiques des milieux exploités et, partant, informent qualitativement sur la physionomie du paysage fréquenté dans lequel se déroulent les activités et/ou les actions mises en évidence (agriculture, pastoralisme, assèchement de zone humide). L’histoire des plantes est intimement liée à celle de la circulation des populations humaines. Leurs aires géographique, culturelle, sociale et économique évoluent selon l’engouement qu’elles inspirent à telle ou telle société. En conséquence, les deux ensembles d’informations s’éclairent l’un l’autre de manière interdépendante dès lors que l’histoire des activités humaines, et notamment celle de l’exploitation des écosystèmes et de la consommation des plantes, est aussi celle des paysages, des espèces sélectionnées, tolérées.

100En tant que produits directs d’activités économiques, de la vie matérielle, les vestiges carpologiques sont aussi les témoins de la fonction des structures dans lesquels ils sont découverts (dépotoir, aire de grillage, aire de stockage) et participent à l’identification des traits socio-économiques et culturels des occupants.

101Enfin, la forme de fossilisation et l’état de conservation des semences, en particulier lorsqu’elles sont gorgées d’eau ou minéralisées, renseignent sur les conditions physico-chimiques qui ont régné dans le sédiment après l’enfouissement et les éventuelles pollutions introduites dans le niveau archéologique (graines récentes apportées par les animaux stockeurs et fouisseurs, remaniements du niveau, apports des eaux pluviales violentes pendant l’interruption de la fouille…) Dans le cas de fouilles de sauvetage notamment, ces informations sitologiques permettent d’évaluer la fiabilité archéologique du matériel lorsque les observations n’ont pu être réalisées sur le terrain.

102Toutefois, la démarche possède des limites inhérentes à l’état fossile du matériel étudié, à son origine biologique, aux sélections et traitements opérés par les occupants du site et aux moyens adoptés par notre recherche. L’organigramme schématise un état idéal de restauration de l’information pour chaque thème investi. Tous les contextes ne livrent pas le même témoignage avec la même acuité. En ce qui concerne la production agricole, la composition végétale des dépôts carpologiques du grenier ne représente pas un enregistrement fidèle de l’importance relative des différentes cultures conduites (Dennell 1972). On ne peut non plus accéder ni à une image complète de la gamme des végétaux consommés par les villageois ni restituer en détail leurs pratiques ou un état des espaces anthropisés.

103Nous présentons ici certains des facteurs primordiaux qui conditionnent toute l’orientation de l’interprétation des résultats carpologiques. L’influence des uns se situe en amont des techniques de récupération et n’est pas « contrôlable », d’autres sont inhérents à l’approche archéo-carpologique et sont tributaires du niveau de nos propres connaissances. Les premiers sont liés aux caractéristiques naturelles du site et au mode de fossilisation des semences, les autres sont des facteurs anthropiques. Ceux-ci sont le fait d’abord des activités des occupants du site puis des archéologues préoccupés par la restitution desdites activités.

1.6.1 Les facteurs naturels

1.6.1.1 Nature du site archéologique

  • 22 – Signalons que dans certaines inhumations médiévales par exemple, l’atmosphère saturée en gaz carb (...)

104Les conditions physico-chimiques du sédiment (taux d’oxygène, acidité, fluctuation de l’humidité) et les micro-organismes biodestructeurs provoquent la disparition plus ou moins rapide des tissus organiques. De la sorte, si aucun agent fossilisateur n’intervient, il n’y a pratiquement aucune chance que se conservent des semences âgées de plusieurs siècles à moins de conditions d’extrême aridité des climats désertiques et polaires22. Les sites d’ambiance « sèche » comme celui du Castlar livrent donc un matériel carpologique beaucoup moins riche que les niveaux constamment immergés des sites subaquatiques (d’ambiance « humide »). U. Willerding (1970 : 295) a d’ailleurs souligné les écarts du nombre de taxons identifiés entre les gisements terrestres (Landsiedlungen) et les gisements à sol constamment humide, voire immergé (Feuchtboden Siedlungen) d’Europe occidentale. Selon les conditions, les premiers contiennent de 4 à 22 taxons ; les niveaux d’occupation incendiés pouvant en offrir exceptionnellement jusqu’à 168. Le spectre moyen évalué pour les sédiments à forte humidité permanente (villages immergés, puits...) oscille entre 50 et 160 taxons, les restes carbonisés y étant toujours minoritaires (de 4,3 % à 26 % du spectre taxinomique) comme à Colletière par exemple (Lundström-Baudais et al. 1993).

105La nature du sédiment et les conditions physico-chimiques qui y règnent peuvent donc orienter le mode de fossilisation des semences déposées en influant, de façon plus ou moins prégnante, sur leur quantité et le nombre d’espèces qui pourront être identifiées (Willerding 1971). Les assemblages carpologiques sont donc soumis à une sélection pendant leur enfouissement qui modifie leur représentativité par rapport aux dépôts initiaux.

1.6.1.2 La fossilisation des semences

106Dans les sites d’ambiance sèche, les semences fossiles sont principalement conservées par carbonisation. Elle est souvent accidentelle comme dans le cas d’incendie, de cuisson, de grillage ou de torréfaction excessive, etc., et parfois volontaire quand on emploie les végétaux directement comme combustible (branchages portant des fruits, paille, noyaux ou coques de fruits) ou des matières comportant des semences telles que les excréments d’herbivores ou lorsqu’on assainit les parois d’un silo en les incendiant.

107La résistance des tissus végétaux à la carbonisation varie selon les espèces. Celles qui produisent des fructifications ligneuses (coques, noyaux) seront représentées avec plus de probabilité par leurs semences (noisettes, noix, prunes, cerises, cônes de pins, etc.). Les petites « graines » des plantes sauvages et les fruits charnus à pépins (poires, pommes, raisin) seront les premiers éléments à disparaître par forte combustion (Willerding 1971 ; Wilson 1984). Bien que des semences carbonisées soient peu affectées par les agents détritivores du sol, après leur dépôt, la conservation différentielle des vestiges modifie la composition numérique et spécifique des échantillons. En outre, la carbonisation altère la morphologie et agit sur la dimension des semences. D. G. Wilson (1984) a montré qu’elles subissent une rétraction différente selon la température et les conditions de carbonisation. Ces déformations limitent le nombre d’exemplaires retenus pour les études morphométriques, risquent même d’invalider ces données et rendent parfois incertaines les diagnoses proposées. S. Boardman et G. Jones (1990) ont procédé à des expérimentations de carbonisation sur les céréales afin de mieux interpréter la composition de tels dépôts lorsqu’ils sont découverts dans les sites. En effet, un des intérêts de la recherche carpologique est de caractériser la chaîne opératoire de traitement des récoltes, notamment de céréales. Les contextes de réserves sont particulièrement pertinents pour cette question. Les opérations de décorticage (battage, dépiquage, chaubage) puis de séparation des grains ou des épillets des issues de ce décorticage (vannages, criblages) forment des dépôts de composition caractéristique qu’étudie l’ethnologie. Or, les différentes proportions de grains, de balles, de graines de mauvaises herbes et de fragments de tiges varient à chacun de ces stades mais sont surtout modifiées lors de la fossilisation a fortiori par une carbonisation. Les deux auteurs ont étudié la vitesse de destruction (réduction en cendres) et les déformations sur les grains à différentes températures en conditions oxydante et réductrice. Leurs résultats montrent que les grains qui résistent plus longtemps que les balles et les axes d’épi réagissent différemment selon les espèces. Les déformations et la destruction affectent les espèces à grains nus avant les espèces à grains vêtus. Ces expérimentations ont ainsi révélé quelles modifications un assemblage céréalier risquait de subir à la suite d’une carbonisation et les conséquences sur l’interprétation de la nature d’un tel dépôt.

1.6.2 Les facteurs anthropiques

1.6.2.1 Le dépôt initial et son contexte

108Une structure de réserve renferme en général les récoltes d’une seule année et les reliquats éventuels des années précédentes. Les semences qu’on y stockait étaient choisies en raison de leur aptitude à se conserver à plus ou moins long terme ou apprêtées à cette fin. Elles ne peuvent donc pas refléter toute la palette des végétaux exploités (cultivés ou non) et donne une image lacunaire de l’alimentation (Willerding 1971 ; Dennell 1972 ; Jacomet et al. 1988). D’ailleurs, les organes végétatifs des plantes qui sont comestibles (racines, tubercules, rhizomes, bulbes, tiges ou feuilles) sont très rarement attestés. Comme on en discutera dans le chapitre 4, les potentialités alimentaires des végétaux dépassent largement le cadre des semences farineuses et oléagineuses que l’on met plus facilement en réserve.

109Lié à l’histoire du village, l’incendie lui-même survenu dans le bâtiment du castrum a provoqué non seulement la disparition d’une quantité inconnue de semences, mais aussi la perturbation de l’organisation éventuelle qu’il conviendra de rechercher.

1.6.2.2 Les techniques d’extraction et d’analyse des semences

110Comme nous l’avons signalé dans le paragraphe traitant des méthodes d’échantillonnage, cette étape détermine la qualité et la fiabilité des échantillons prélevés. Des prélèvements mal répartis, trop faibles et trop ponctuels aboutissent à un échantillonnage biaisé. L’observation du contexte est aussi primordiale. Le maillage d’un mètre carré adopté pour les prélèvements du Castlar s’est révélé trop large en certains points du bâtiment. Les mélanges de certaines espèces dans les prélèvements demeurent parfois difficiles à interpréter. Dans le cas de stocks, il est en effet primordial de pouvoir démontrer la pratique ou non de métures en les distinguant des mélanges occasionnés par une destruction de stocks étagés, par exemple, qui peut aboutir à une superposition des espèces. Nous préconisons un carroyage de 50 cm2 pour les prélèvements globalisés afin d’obtenir une lecture plus fine de la distribution des espèces et de l’arrangement des stocks les uns par rapport aux autres et par rapport aux éléments internes du bâti (cloisons, contenants et parties de contenants). La collecte à l’œil nu des premières semences découvertes dans la cour et le grenier en 1983 leur affecte une signification très modérée, purement qualitative. Elle est à bannir sauf quand des connexions anatomiques risquent d’être perdues (épis en place par exemple, agglomérat de paille en place). Dans ce cas, le prélèvement doit être décrit et conditionné soigneusement et un autre prélèvement du sédiment environnant doit le compléter.

111De même, les premiers tamisages, effectués sur des tamis inadaptés qui n’ont retenu que les restes supérieurs à la taille d’un grain de céréale, ont biaisé la représentation quantitative des quatre prélèvements malgré un volume considérable de sédiment tamisé (plus de trois cents litres).

  • 23 – Ce que l’on traduit généralement par le vocable « courge » à partir des écrits du Moyen Âge ne co (...)

112À l’étape de la diagnose, le taux de restes indéterminés et indéterminables limite le nombre d’espèces attestées. Il peut être indicateur du degré de conservation des restes. Mais la restitution paléoécologique ne peut être valide que lorsqu’elle s’appuie sur une variété d’espèces sauvages la plus grande possible. Cette condition est remplie dans les prélèvements du grenier. Par ailleurs, la précision d’une diagnose dans le cas des espèces cultivées est primordiale pour cartographier des pratiques, des choix microrégionaux, à l’échelle de communautés humaines. En effet, les termes génériques des textes qui désignent les plantes prêtent à des confusions, voire des anachronismes botaniques23. Les corpus archéobotaniques des périodes historiques doivent pouvoir contribuer à nommer précisément les plantes identifiées pour éclairer les sens attribués à celles que mentionnent les écrits. Le grenier a conservé les restes de céréales qu’il n’a pas toujours été possible de déterminer faute d’éléments diagnostiques préservés : les grains nus d’avoine cultivée (Avena sativa) sans la base des glumelles (lemmes) sont ainsi non distingués des autres avoines sauvages (A. fatua, A. sterilis). Cependant, la présence de ces éléments sur certains grains ou isolés aux emplacements riches en grains dénudés permet d’envisager qu’ils proviennent de l’espèce cultivée. En revanche, les graines de lin (Linum sp.) trop déformées et en nombre insuffisant n’ont pu être apparentées rigoureusement à l’espèce cultivée (Linum usitatissimum).

113Les nombres de restes (NR ou NTR) ne peuvent être employés pour déterminer l’importance relative d’une espèce dans le cas de semences dispersées dans une couche archéologique (Dennell 1972). Ceux-ci sont, en effet, tributaires de plusieurs paramètres :

  • la productivité de la plante (quantité de semences produites par pied) ;

  • le nombre de graines par fruit (environ deux mille akènes dans une figue, un noyau dans une pêche) ;

  • la conservation et la collecte différentielles des semences ;

  • l’existence de certaines opérations (nettoyage d’une récolte, grillage des céréales vêtues, préparation culinaire) ;

  • l’intérêt utilitaire que les populations portaient à l’espèce, etc.

114On a alors recours à la fréquence d’attestations des espèces (cf. supra). Appliquée seule, cette fréquence, exprimée en valeur absolue ou en pourcentage, peut amener à des interprétations erronées dans le cas d’une étude trop ponctuelle : structure de courte utilisation (une seule fois), contexte pauvre en restes. Selon C. Jacquat (1989 : 29), les fréquences et les nombres de restes doivent être nécessairement corroborés par le fait de leur interaction. « Si une plante est abondante et apparaît régulièrement dans les échantillons, elle témoigne certainement d’activités vitales mais l’inverse peut aboutir à la même conclusion ». R. Dennell (1976) avait déjà souligné l’importance d’intégrer les contraintes du contexte de découvertes dans le choix des outils méthodologiques d’approche et a fortiori au moment de l’interprétation des données.

115En définitive, c’est la prise en compte synthétique des paramètres quantificateurs, des conditions des dépôts archéologiques et du comportement écophysiologique de chaque espèce qui permet de dégager le ou les traits palethnographiques visés (économie, pratiques alimentaires et agricoles, etc.).

1.7 Conclusions

116Il apparaît qu’une analyse carpologique ne peut ni ne doit se restreindre à un travail de détermination d’espèces végétales au laboratoire. L’étape technique de l’acquisition des données est fondamentale. Elle est nécessairement précédée d’une observation aiguë et critique de l’environnement archéologique du matériel fossile : contextes d’enfouissement, nature des dépôts, type de fossilisation. La valeur des informations potentielles palethnobotaniques auxquelles on peut accéder est appréciée à partir de ces paramètres connus. Comme l’ont souligné plusieurs auteurs (Renfrew 1973 ; Hastorf, Popper 1988), la problématique s’élabore donc progressivement sur le terrain en coopération avec l’archéologue responsable de la fouille. Dès lors, la validité des échantillons carpologiques sera estimée en fonction de cinq critères :

  • la non-perturbation postmortem en surface et en stratigraphie des niveaux d’occupation ; cette garantie évitera l’interprétation d’épiphénomènes parasites dus à l’introduction de semences récentes par des animaux fouisseurs, par exemple ;

  • l’adaptation des techniques de récupération des vestiges aux conditions du site ;

  • le traitement d’un volume optimal de sédiment ; celui-ci sera déterminé après une série de tests de densité et de fragilité des restes sur des échantillons d’un litre de sédiment brut ;

  • l’adaptation du mode de tamisage selon la fossilisation et la dimension des restes recherchés (maillage des tamis de 2 et 1 mm jusqu’à 0,5, voire 0,25 mm) ;

  • la qualité du tri des refus de tamis ; pour notre part, nous préférons que celui-ci soit réalisé par le chargé d’étude ou du moins par un collaborateur expérimenté.

117Ces principes méthodologiques correspondent à des conditions idéales de travail sur le terrain qu’il faudrait approcher le plus souvent possible. Les observations de contexte archéologique, les relevés de structures, de répartition en surface et en stratigraphie du mobilier sont des gestes pratiqués couramment qui peuvent avec efficacité être étendus au matériel d’origine organique. L’exemple du Castlar a offert l’occasion d’appliquer les techniques d’échantillonnage et de traitement qui semblaient pouvoir répondre aux mieux à la problématique que nous avions élaborée à partir de l’hypothèse d’une vocation agricole du bâtiment incendié. La méthodologie mise en place pour le chantier 4 du castrum a dû être adaptée aux contingences locales au fur et à mesure de l’avancement de la fouille. L’étude carpologique de l’intégralité du sédiment (soit environ deux tonnes) formant le niveau d’incendie du grenier n’aurait pas apporté d’informations plus pertinentes. L’extraction des semences n’a pu suivre le rythme des fouilles, aussi les sous-échantillonnages ont-ils été décidés pendant la phase d’étude de l’ensemble des vestiges archéologiques. Depuis notre intervention sur le terrain en 1984, le protocole de prélèvement préconisé a évolué vers la réduction de la maille de carroyage : notre choix se porte vers la multiplication des prélèvements mais de petits volumes (cinq litres maximum) par quart de mètre carré dans le cas de semences dispersées en surface. Bien que la stratégie d’échantillonnage adoptée lors de la fouille ait privilégié la célérité du dégagement des maçonneries au détriment de la précision archéobotanique, la densité en semences et la mise en œuvre immédiate d’un système de prélèvements concertés ont limité les pertes d’informations sur le terrain. Peu de réserves fossilisées dans leur état de fonctionnement sont découvertes en France et ce, en dépit de l’accélération du nombre de structures exhumées par les opérations d’archéologie préventive. Le caractère exceptionnel de ce contexte castral languedocien lui confère, pour la période bas médiévale, une valeur palethnographique et paléoenvironnementale inestimable. La présence de plusieurs concentrations de semences, avantage d’une réserve ouverte sur le contenu d’un silo, laisse notamment espérer un inventaire plus complet des cultures et des produits végétaux consommés.

118L’incendie a ainsi réalisé un véritable cliché instantané d’un bâtiment castral tel qu’il fonctionnait dans la première moitié du XIVe s. La lecture du terrain montre que le niveau brûlé s’inscrit dans une phase d’occupation du castrum alors devenue résiduelle et plus tournée vers la conservation des grains, si l’on en juge par les silos des maisons C8 et C9 datés de la même phase d’occupation. La découverte de milliers de semences répandues sur le sol lors du ravage aboutit à l’idée qu’il s’agissait d’un grenier. En ce sens, elles deviennent les témoins directs du mode de conservation adopté mais invitent aussi, malgré le filtre taphonomique, à décrypter les indices des pratiques agricoles intervenues en amont de leur stockage et à s’interroger sur le rôle dévolu aux produits ainsi mis en réserve. À travers cette approche qui contribue à l’histoire des techniques et de l’alimentation, c’est aussi le système économique que l’on souhaite appréhender en s’interrogeant sur l’origine géographique des semences entassées et l’organisation de leur production. En effet, les Durfortois ont engagé leur activité artisanale drapière dans un commerce dynamique avec la plaine languedocienne et l’Italie. Quelle forme prenait alors l’activité agricole ? On a vu dans ce chapitre que l’environnement actuel du site est contrasté et qu’il offre des aptitudes agraires diverses. Quels terroirs exploitaient les occupants du castrum ? Peut-on appréhender sinon l’organisation parcellaire du moins la physionomie du finage à une époque où l’on peut se demander si la désertion progressive des habitats perchés ne s’accompagne pas de l’abandon ou de la restructuration des terroirs (Toubert 1999) ? Peut-on proposer un schéma du fonctionnement des agrosystèmes mis en œuvre et des autres espaces exploités ? À quels habitants appartenait cette grande réserve, à une famille seigneuriale, paysanne ou à la collectivité villageoise ? À quelle alimentation renvoie-t-elle ?

119Tels sont les champs, aux soucis palethnobotaniques, que l’on souhaite explorer depuis l’intimité d’un probable grenier abritant ses récoltes à jamais dernières.

Notes

1 – Jean Mistler 1964, Le bout du monde, Paris cité in Vidaillet, Pousthomis-Dalle 1996.

2 – Archives départementales du Tarn, CC1 Durfort, in-folio, 101 feuillets de papier.

3 – D’après la déposition de Raymond Arquier dit Baussan, une réunion d’hérétiques autour d’Arnaud Huc se tient à Sorèze vers 1217 chez Guillaume Pescau qui habitait Durfort (Coll. Doat 25, 178b cité in Colin et al. 1996).

4 – Alphonse de Poitiers récupère des biens situés dans la juridiction de Durfort par encours d’hérésie nommant alors l’abbé de Sorèze coseigneur de Durfort (B.N., Ms lat. 12698, f° 127v et. Doat, 81, f° 286 in Vidaillet, Pousthomis-Dalle 1996 : 186).

5 – En 1141, Roger Ier vicomte de Béziers, « donne [aux Roquefort] le puech de Berniquaut pour y fonder un ʺcastelnauʺ : c’est Durfort » (Biget 1992 cité in Colin et al. 1996 : 43 ; Vidaillet, Pousthomis-Dalle 1996).

6 – Archives départementales du Tarn non coté, acte du Cartulaire de l’abbaye de Sorèze, f° 189 (cité in Colin et al. 1996 : 43).

7 – Archives départementales du Tarn, Cartulaire de l’abbaye de Sorèze, f° 189 et f° 190 (cité in Colin et al. 1996 : 44).

8 – Bernard Pousthomis a dirigé les campagnes de fouilles ; Frédéric Vidaillet a été coresponsable ; Nelly Pousthomis-Dalle et Evelyne Ugaglia ont réalisé les relevés de terrain et le plan du chantier 4 (terrasse du grenier).

9 – Déposition de Pierre Peytavi, de Sorèze. Coll. Doat, 25, 264b (cité in Colin et al. 1996 : 43)

10 – Mn 609 déposé à la bibliothèque municipale de Toulouse, f° 229v (cité in Colin et al. 1996 : 195).

11 – Le rez-de-chaussée de bâtiments identifiés comme maison ont une surface au sol en général comprise entre 19,5 m2 et 26 m2. Celle d’un cellier daté du XIIIe s. atteint 33 m2. Avec les étages, les surfaces totales de ces maisons sont comprises entre 50 et 90 m2 (Colin et al. 1996 : 66).

12 – Denier de Maguelonne en argent, poids : 0,92 g.

13 – L’essence a été identifiée par A. Durand (in Colin et al. 1996).

14 – Étude de la faune par V. Forest et de la microfaune par J.-L. de Roguin (in : Colin et al. 1996)

15 – D’après le rapport d’analyse de B. Szpertyski (1999).

16 – A. Debord (1991) rappelle à ce titre que les propos de M. Bloch furent peu entendus à l’époque par les archéologues médiévistes ; l’archéologie de terrain n’existait pas encore.

17 – Les équipes françaises ont peu à peu intégré dans leurs publications d’habitats médiévaux des approches bioarchéologiques comme par exemple celles de Lunel-Viel (Hérault) (Raynaud 1990), de Charavines/Colletière (Isère) (Colardelle, Verdel 1993), de l’île Lavezzi/Corse-du-Sud (Vigne 1994). Ces études ne se limitent pas à un compte rendu taxinomique des restes animaux et végétaux mais participent à la réflexion archéologique et anthropologique.

18 – Aux grains de millet et pépins de figue cités plus haut, on peut ajouter les semences de la coriandre (Coriandrum sativum), du fenouil (Foeniculum vulgare), de l’aneth (Anethum graveolens) ou du céleri (Apium graveolens) attestés dans les dépotoirs anaérobies comme les latrines ou les puits désaffectés.

19 – En 1983, si les mentions de découvertes de graines et parfois d’identification d’espèces se trouvaient dans quelques publications, les études carpologiques pourvues d’une réelle méthodologie étaient très rares pour le Moyen Âge en France (Marinval, Ruas 1985).

20 – Les premiers tamisages sous eau, qu’il était matériellement impossible de réaliser sur le site archéologique même, ont été entrepris à Durfort grâce à la générosité de monsieur et madame Dalle qui ont mis à notre disposition leur point d’arrivée d’eau courante, les tuyaux, ainsi qu’une partie de leur terrain pour stocker les sacs de sédiment. Les années suivantes, les prélèvements ont été transférés dans le dépôt du service régional de l’Archéologie de Midi-Pyrénées à Toulouse pour y être tamisés et en partie triés.

21 – Pour une partie des tris, nous avons bénéficié d’un local au dépôt de fouilles du service régional de l’Archéologique de Midi-Pyrénées à Toulouse (directeur à l’époque : R. Lequément) et du laboratoire de paléobotanique du musée de l’Homme à Paris (directrice : A. Leroi Gourhan). La plupart du travail d’extraction et d’analyse a été réalisé avec des moyens personnels.

22 – Signalons que dans certaines inhumations médiévales par exemple, l’atmosphère saturée en gaz carbonique grâce à l’étanchéité totale du sarcophage, l’absence de variations d’humidité et la perminéralisation ont assuré le maintien exceptionnel d’une partie de la matière organique (bois, semences, phanères) (Hunot 1996). Dans d’autres cas, c’est la technique elle-même d’inhumation qui cherche à conserver le corps, comme l’embaumement, lors duquel intervient une série de préparations (recettes) plus ou moins sophistiquées (Gannal 1841 ; Camporesi 1986).

23 – Ce que l’on traduit généralement par le vocable « courge » à partir des écrits du Moyen Âge ne correspond pas en fait au genre botanique Cucurbita qui réunit des espèces toutes américaines : courges et courgettes, citrouilles et potirons, pâtissons, etc. Il ne peut s’agir que de cucurbitacées comme le concombre ou cornichon (Cucumis sativus), le melon (Cucumis melo) ou la gourde calebasse (Lagenaria siceraria). Les Romains les cultivaient dans leurs jardins méditerranéens (André 1981). Leurs semences sont attestées en France pour l’époque gallo-romaine (Ruas 1992a ; 1992b ; 1996).

Table des illustrations

Légende FIG. 1 Localisation du village de Durfort et des principales régions citées dans le texte.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21582/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende FIG. A Le village de Durfort (Tarn) et le vallon du Sor vers l’aval vus depuis le castrum. À droite, le versant sud-ouest du plateau de Berniquaut ; à gauche, le versant nord-est du massif forestier de l’Aiguille ; à l’horizon, la plaine dite de « Revel » (juillet 1984).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21582/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 2 Topographie du secteur Sorèze/Durfort et localisation du site archéologique du Castlar.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21582/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende fig. 3 Profil topographique et chaîne des formations végétales étagées sur les deux versants du vallon du Sor. Relevé de la coupe sud-ouest/nord-est.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21582/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. B Le vallon du Sor vers l’amont à la sortie de l’hiver. Au premier plan, massifs de buis (Buxus sempervirens), puis le castrum de Durfort juché sur un éperon calcaire (mars 1991).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21582/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. C Effet de versant de part et d’autre de la crête de Jacournassy à Berniquaut (alt. 600 m). En ubac et sur la crête, l’étage montagnard porte une hêtraie-chênaie atlantique dans laquelle s’infiltrent ou sont plantés des pins (feuillage vert foncé). Le versant opposé, qui bénéficie d’une influence climatique méditerranéo-atlantique, accueille une chênaie pubescente mixte avec des chênes verts, plus nombreux dans les zones découvertes de l’étage collinéen, au niveau du castrum (mai 1993).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21582/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. D Le plateau de Berniquaut et le massif forestier de l’Aiguille. Sur le plateau se développe une pelouse adaptée à l’aridité estivale (xérophile) ponctuée de boqueteaux de buis (Buxus sempervirens) et de chênes verts (Quercus ilex). Le versant voisin porte une chênaie mixte atlantique à chêne pubescent et à chêne pédonculé ou sessile (Q. pubescens et Q. pedunculata/sessiliflora) (forêt de l’Aiguille, juillet 1986).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21582/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende FIG. E Vestiges du castrum de Durfort vus depuis le massif de l’Aiguille. Le village s’étend de part et d’autre de l’arête rocheuse, proéminence calcaire du massif schisteux de Berniquaut (été 1985).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21582/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende FIG. 4 Plan du site achéologique du Castiar : castrum Durfort (Tarn)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21582/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende FIG. 5 Terrasse du chantier 4 du site archéologique. L’aménagement de la roche calcaire par débitage et façonnage apparaît sur les parois et le substrat rocheux (cuvette et banquettes). Le grenier, séparé de la cour par un muret, portait une toiture de tuiles. Sa surface atteint 30,5 m2 (1985).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21582/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende FIG. 6 Plan du chantier 4 et répartition du mobilier dans le niveau de semences.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21582/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende FIG. 7 Coupe stratigraphique nord-est/sud-ouest du chantier 4.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21582/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende fig. 8 Modalités de prélèvement de semences dans un bâtiment. Semences dispersées, semences dans un récipient brisé sur place, concentration de semences.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21582/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende fig. 9 Concentration de semences brûlées et broyon façonné dans un galet dans le carré K5. Maille du carroyage : 1 m2 (juillet 1984).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21582/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 10 Emplacements et désignation des trente-cinq échantillons et des sept agglomérats carpologiques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21582/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende TABL. I Récapitulation des résultats quantitatifs. NR nombres de restes donnés en fonction du volume maximal traité par échantillon ; FG refus de la fraction grossière (≥ à 2 mm) ; FF refus de la fraction fine (comprise entre 0,5 et 2 mm) ; plt prélèvement ; x restes non dénombrés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21582/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende TABL. I (suite)Récapitulation des résultats quantitatifs. NR nombres de restes donnés en fonction du volume maximal traité par échantillon ; FG refus de la fraction grossière (≥ à 2 mm) ; FF refus de la fraction fine (comprise entre 0,5 et 2 mm) ; plt prélèvement ; x restes non dénombrés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21582/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende FIG. 11 Organigramme des informations appréhendées par la carpologie archéologique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21582/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 141k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search