Version classiqueVersion mobile

Productions agricoles, stockage et finage en Montagne Noire médiévale

 | 
Marie-Pierre Ruas

Introduction générale

Texte intégral

« C’est le sort de la recherche contemporaine que de multiplier les secteurs en spécialisant, parfois à l’extrême, les chercheurs. Il n’est pas douteux que pareille spécialisation soit favorable au travail en profondeur. »
M. de Boüard (1982 : 10)

1Lorsqu’en 1984, Bernard Pousthomis nous proposait l’analyse des graines que son équipe venait de découvrir dans le bâtiment d’un site médiéval perché, Le Castlar, sur la commune de Durfort en Montagne Noire, le recours à la carpologie en archéologie historique restait une initiative exceptionnelle en France. L’existence de documents textuels, la désaffection de la recherche sur l’histoire des techniques et des faits agraires dans les années 1980, plus ou moins accusée selon les historiens (Moriceau 1994), mais aussi la rareté de compétences nationales à l’œuvre dans ce domaine sur cette période « justifiaient » alors que l’on ne prenne pas en compte la présence de macrorestes végétaux dans les séquences d’occupation, sinon comme matériel permettant de dater celles-ci. Seuls les charbons de bois, plus fréquents que les semences et facilement extraits à vue lors des fouilles, étaient ainsi envoyés pour datation au 14Cen faisant parfois l’objet d’identifications des essences. Par ailleurs, si la botanique désignait par « carpologie » (du grec karpos = fruit) l’étude des fruits actuels et des fruits fossilisés dans les dépôts géologiques (paléobotanique), l’archéologie française des années 1960 à 1980 ne disposait d’aucun terme spécifique pour nommer l’étude des semences tandis qu’elle identifiait l’étude des pollens (palynologie) et celle des charbons de bois (anthracologie). Les graines et les fruits étaient alors regroupés dans l’ensemble des « macrorestes végétaux » avec les bois non carbonisés, les feuilles et les bourgeons susceptibles d’apporter des informations paléoenvironnementales complémentaires. Dans les pays voisins où cette recherche avait atteint une certaine maturité (Allemagne, Angleterre, Pays-Bas et Suisse notamment), leur étude entrait dans le domaine de la palethnobotany. La nature des semences (dimensions, formes, origine anatomique), leur mode de fossilisation, les techniques d’extraction et d’étude, leur rôle fondamental dans la vie des sociétés humaines et, de fait, capital dans l’interprétation de faits à la fois botaniques et ethnographiques, ont incité à identifier leur étude par un vocable approprié. En 1985, dans la revue Les Nouvelles de l’archéologie qui consacrait un dossier à l’archéobotanique, l’article « La paléocarpologie archéologique » (Marinval, Ruas 1985) lançait le terme pour désigner l’étude des paléosemences extraites des sites archéologiques, les semences comprenant les organes issus de la reproduction sexuée (graines et fruits) et asexuée (bulbes, tubercules, rhizomes). « Carpologie » et « semences », substantifs plus maniables, sont aujourd’hui préférés.

2Précédant l’émergence de cette nouvelle matière archéobotanique, quelques monographies de sites médiévaux parues dès les années 1970 accueillaient une notice sur une analyse de semences : Montaigut (Tarn) (Abramowicz et al. 1970), Dracy (Côte-d’Or) (école polonaise de Lodz in Piponnier 1975) et Montségur (Ariège) (Erroux in Sarret, Czski 1980). Malgré l’existence d’une équipe pluridisciplinaire réunie au cours de cette décennie sur les fouilles du village immergé de Colletière à Charavines (Isère) et dont les travaux ont été publiés depuis (Lundström-Baudais et al. 1993), la carpologie ne s’applique sur les sites historiques de manière plus intensive que depuis les années 1985-1990. L’engagement d’analyses de semences lors de fouilles programmées et d’opérations d’archéologie préventive notamment dans le Toulousain (Ruas et al. 1985), la région parisienne (Ruas 1986 ; 1988) et le Languedoc (Ruas 1989a ; 1989b) suivies des premières synthèses diachroniques (Ruas, Marinval 1991 ; Ruas 1992a ; 1992b), ont permis à la recherche carpologique sur les époques antiques, médiévales et modernes de s’affirmer en tant que méthodologie et source documentaire élaborant ses problématiques propres dans les domaines de l’archéobotanique et de l’histoire.

3L’examen préliminaire des semences brûlées du grenier de Durfort (Ruas rapport inédit in Pousthomis rapport 1984) annonça l’ampleur de la tâche et la potentialité des informations exceptionnelles et inespérées que recelait ce matériel pourtant carbonisé. L’originalité de la découverte et la qualité de conservation justifièrent de donner forme à cette étude dans le cadre d’un mémoire de l’École des hautes études en sciences sociales sous la direction de Jean-Marie Pesez (Ruas 1989c). Promoteur parmi les plus fervents d’une archéologie médiévale de la culture matérielle en France (Pesez 1971 ; 1978), il accueillit le projet de mémoire avec enthousiasme et intérêt.

  • 1 – Inscrit au programme national H18 du Conseil supérieur de la recherche archéologique « Villages e (...)
  • 2 – On consultera plusieurs publications collectives et, notamment, celle sur la maison castrale (Col (...)
  • 3 – Ces sources écrites sont composées des registres d’inquisition, d’une compilation au XVIIe s. du (...)

4Proposé pour une publication, son contenu n’avait, à notre sens, pas mûri à la mesure du caractère exemplaire de cette découverte pour être édité en l’état. Le texte initial a été remodelé entièrement en 1994, en tenant compte de nouvelles données sur le site et des orientations de notre recherche. Si l’essentiel du travail se fonde sur les vestiges carpologiques et leur apport à la connaissance des activités agricoles, des plantes consommées et du finage d’une communauté villageoise au bas Moyen Âge, nous avons tenté de rééquilibrer l’information issue de la contribution des divers documents archéologiques et historiens éclairant les aspects traités par notre matériel. Le contenu du mémoire a été allégé des commentaires introductifs sur la répartition des découvertes chrono-géographiques des espèces cultivées ; plusieurs synthèses sur le sujet ayant, depuis, été publiées (Ruas 1992a ; 1992b ; 1996 ; 1998). Suite aux campagnes de fouilles des autres secteurs du castrum et à l’intégration, en 1988, des recherches archéologiques sur le site dans le projet collectif de recherche du programme H181, la compréhension de l’évolution structurelle du village et de la fonction des espaces s’est affinée et la datation du bâtiment incendié a dû être révisée. L’apport des analyses archéozoologiques (par V. Forest) et anrhracologiques (par A. Durand) a enrichi notre vision sur les activités économiques des occupants. Cependant, en l’absence de monographie publiée sur le site, nous avons préféré ne pas approfondir la discussion relative au statut de la réserve dans le fonctionnement économique du castrum avant sa désertion définitive ni décrire le mobilier associé aux semences. Les données principales sont extraites des rapports inédits de fouilles et des publications diverses auxquelles nous renvoyons le lecteur2. L’analyse biométrique des semences que nous n’avions pas traitée dans le mémoire a permis d’envisager de nouvelles hypothèses sur l’origine opératoire de certains assemblages. Par ailleurs, à la lumière des données accumulées depuis 1984 sur les dépôts carpologiques médiévaux, nous avons revu ou précisé certaines interprétations. La contribution des recherches sur les sources écrites occupe une plus grande place dans l’ouvrage. Le dépouillement d’archives sur le secteur de Sorèze et Durfort3 a, en effet, révélé certains traits politiques et juridiques sur les pouvoirs seigneuriaux dominant la vallée du Sor et ses environs, les déplacements d’habitats et l’érection du castrum au XIIIe s. (Vidaillet, Pousthomis-Dalle 1996). La compilation de publications utilisant des mentions textuelles entre le XIIe et le XVe s. sur l’économie, l’alimentation et les productions agricoles en Languedoc et en Provence a favorisé la conjugaison entre les documents issus du terrain archéologique et de l’écrit.

Les objectifs et la démarche

  • 4 – Pour les références bibliographiques, voir dans les chapitres concernés.

5La complémentarité entre les informations textuelles et archéologiques est désormais un poncif chez les médiévistes, même si l’exercice de cette interdisciplinarité a encore beaucoup de chemin à parcourir pour dépasser la seule démarche illustrative d’une source par l’autre. Leur mise en miroir n’est pas une entreprise si aisée, notamment dans le domaine agraire et celui de la vie matérielle et quotidienne. Les chartes, les redevances, etc., desquelles peuvent être extraits des noms de plantes cultivées et consommées, fournissent des termes vernaculaires pour désigner une espèce, un groupe de plantes ou une denrée. Ces termes sont d’autant plus difficiles à relier aux espèces botaniques de la nomenclature linnéenne que leur sens varie en entretenant la confusion. Pour le castrum de Durfort, les mentions écrites médiévales y référant sont sporadiques. Au détour de témoignages relevés dans les registres d’Inquisition, on signale en 1274 l’existence d’une resserre à foin, un présent de vin et de noix4... Il s’agit là des seuls indices connus de ressources pastorales et alimentaires dont disposent certains habitants extérieurs au village un demi-siècle avant l’incendie de la réserve castrale. Des mentions de deux moulins bladier et à foulon sur les rives du Sor signalent deux activités importantes au XIIIe s. : la meunerie et la draperie. Enfin, concernant les exploitations et le paysage agraire des environs de Durfort, nous ne détenons que l’image d’un terroir enregistrée dans deux compoix du XVIe et du XVIIe s.

6Les grains, témoins directs et concrets de récoltes ravagées par un incendie, permettent donc d’appréhender une activité économique vitale d’une communauté rurale : celles de l’exploitation agricole dans un finage de moyenne montagne languedocienne au début du XIVe s. À travers ces vestiges sont donc accessibles des informations sur la nature des plantes exploitées (cultivées et cueillies), les pratiques agricoles, l’organisation de l’espace exploité, les modes de stockage et les plantes alimentaires.

7Ce travail se fonde sur l’analyse des semences formant le seul niveau d’occupation du bâtiment qui les abritait. Il met en œuvre l’acuité informative de la démarche carpologique dans un contexte archéologique proche de l’idéal : dépôt primaire de la phase de fonctionnement d’un grenier. Si les espèces cultivées éveillent l’intérêt immédiat parce qu’il s’agit des productions et des denrées alimentaires autour et en fonction desquelles s’organisent les systèmes agricoles, les activités journalières et le fonctionnement vital de la communauté rurale, la plupart des indices qui permettent de restituer les choix techniques et de connaître les espaces fréquentés et exploités proviennent de la flore sauvage immiscée dans les récoltes. L’incendie, malgré ses conséquences taphonomiques sur la composition initiale des stocks entreposés, a en effet préservé les connexions entre les grains cultivés et les semences des plantes sauvages qui s’étaient développées sur les lieux de culture, de récolte et de traitement. Celles-ci, par leur signification paléoécologique, témoignent des façons culturales et des écosystèmes dans lesquels ont été puisées les diverses ressources végétales (berges de rivière, prairies, pentes, forêt, etc.). Parallèlement aux données paléoenvironnementales, les assemblages constituent avant tout des dépôts issus de chaînes opératoires qu’il convient d’identifier et de restituer, en l’occurrence celles du nettoyage des récoltes et de leur conditionnement. L’analyse de la nature des vestiges, de l’organisation des assemblages fossiles et de leur composition a nécessité un arsenal d’outils et de techniques empruntés à l’anatomie comparée, la physiologie végétale, l’écologie végétale, l’archéologie, l’ethnologie et l’archéobotanique expérimentale.

8En l’absence de textes contemporains du fonctionnement de la réserve, nous avons comparé nos conclusions avec les sources relatives à l’économie des domaines abbatiaux du Lauragais, des Corbières et de la Montagne Noire, ainsi qu’avec les domaines castraux de la plaine du bas Languedoc (vallée de l’Orb et de l’Hérault) et de la Gascogne toulousaine (vallée de la Garonne).

L’organisation de l’ouvrage

9Les chapitres 1 et 2 dessinent le cadre général de l’étude et ordonnent les informations carpologiques nées de l’analyse. La description du contexte géographique, physique, écologique et floristique permet de camper les conditions environnementales et les aptitudes agraires actuelles de la microrégion. Il était opportun de rappeler brièvement les principales étapes de sa mise en valeur et de son peuplement et des événements historiques que connaît le Languedoc au cours du Moyen Âge. Un résumé des liens socio-politiques qui unissent les destinées des trois habitats : Berniquaut, Le Castlar et Durfort achève ces scènes languedociennes. Elles sont suivies par la présentation du site archéologique et des principaux résultats de terrain relatifs au bâtiment incendié et celle des méthodes d’investigation carpologiques. Un guide de terrain expose la démarche de l’échantillonnage et du prélèvement carpologique. Avec le deuxième chapitre s’ouvre l’analyse stricto sensu où sont élaborées les données par l’organisation du corpus végétal, l’examen de la composition des assemblages et de la répartition spatiale selon le carroyage des espèces cultivées et des cortèges de plantes sauvages.

10La deuxième partie de l’ouvrage, composée des chapitres 3 et 4, forme la synthèse des données commentées et conjuguées à d’autres sources documentaires selon l’ordre des étapes de la production, de la conservation et de la consommation des denrées végétales. Des hypothèses sont discutées et proposées sur le territoire exploité dans l’environnement du castrum médiéval, sur l’organisation des cultures dans celui-ci, les pratiques envisagées autour des espèces cultivées attestées dans la réserve, la nature et le déroulement des cycles culturaux mis en œuvre. Sont ensuite examinées les opérations de traitements pour la mise en réserve et les modalités de conservation des semences récoltées. Les stocks fossiles permettent aussi d’éclairer une partie de l’alimentation des habitants et de leur bétail. À travers ces vestiges du quotidien peuvent être entrevus, en dernier point, les questions relatives au statut économique et social des propriétaires et/ou utilisateurs de la réserve ruinée.

Notes

1 – Inscrit au programme national H18 du Conseil supérieur de la recherche archéologique « Villages et terroirs médiévaux et postmédiévaux », le projet collectif de recherche « Formes et fonctions de l’habitat castral en France méridionale : les apports de la bordure méridionale du Massif central » fut successivement coordonné par M.-G. Colin puis A. Durand entre 1988 et 1992. Il réunissait une équipe interdisciplinaire sur quatre sites castraux de la Montagne Noire à savoir, d’ouest en est. Le Castlar à Durfort (Tarn), Cabaret à Lastours (Aude), La Cisternes à Cabrières (Hérault) et Calberte à Saint-Germain-de-Calberte (Lozère) (Colin 1992 ; Colin et al. 1996).

2 – On consultera plusieurs publications collectives et, notamment, celle sur la maison castrale (Colin et al. 1996), et celle sur les vestiges bioarchéologiques des quatre sites castraux du projet collectif (Durand et al. 1997).

3 – Ces sources écrites sont composées des registres d’inquisition, d’une compilation au XVIIe s. du cartulaire de l’abbaye de Sorèze (XIIIe s.), de copies d’actes par la maîtrise des Eaux et Forêts et d’une copie au XVIIIe s. d’un compoix de 1559.

4 – Pour les références bibliographiques, voir dans les chapitres concernés.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search