Version classiqueVersion mobile

Productions agricoles, stockage et finage en Montagne Noire médiévale

 | 
Marie-Pierre Ruas

Remerciements

À la mémoire de Jean-Marie Pesez

Texte intégral

1Élaboré en deux temps, ce travail s’est nourri de rencontres, a croisé les chemins de divers acteurs auxquels il doit son existence sous sa forme publiée. Il est agréable autant qu’émouvant de pouvoir en ces lignes remercier celles et ceux qui en ont suivi mais aussi vécu les pérégrinations.

2En premier lieu, au regretté Jean-Marie Pesez (directeur d’études à l’EHESS) qui fut directeur du mémoire dont il avait souhaité la publication. Je sais combien il était attaché à l’archéologie agraire, et particulièrement à la problématique du stockage, des productions agricoles et de l’outillage. Les collaborations de terrain de son équipe avec l’école polonaise de Lodz dans les années 1960-70 lui avaient déjà montré l’intérêt des études carpologiques appliquées aux sites historiques ; elles deviendront systématiques au cours des deux décennies suivantes grâce à son soutien lors des demandes d’analyses auprès des services archéologiques. D’aucuns peuvent témoigner de son militantisme pour le développement de la bioarchéologie historique en France auprès du Conseil supérieur de la recherche archéologique dont il fut le vice-président. Les séminaires qu’il animait à Paris en collaboration avec Françoise Piponnier (directrice d’études à l’EHESS) reflétaient son souci de l’interdisciplinarité, notamment avec les sources textuelles et iconographiques, pratique peu courante alors. Nous avons eu droit à de belles synthèses sur les domaines touchant à la vie paysanne et au travail agricole. Je sais combien ce petit castrum de Durfort lui tenait à cœur parce qu’il prolongeait une recherche qu’il avait contribué à développer sur les villages désertés et parce qu’il venait se ressourcer à quelques kilomètres de là chaque année. Ce travail lui est entièrement dédié.

3Aux préhistoriens, Jean Guilaine (professeur au Collège de France), Michel Barbaza (professeur à l’université de Toulouse-Le Mirail) et Jean Vaquer (directeur de recherche au CNRS), auxquels mon parcours et mes premières recherches doivent le plus. Je leur dois ma formation de terrain archéologique et mes premiers tourments d’identifications carpologiques. Jean Guilaine et Jean Vaquer m’ont encouragée dans cette voie en m’accueillant à Toulouse dans leur équipe du Centre d’anthropologie des sociétés rurales de l’époque et en m’offrant des conditions de recherche et d’épanouissement inestimables. Jean Vaquer a tout de suite proposé le mémoire pour sa publication et m’a permis d’obtenir une bourse du Centre régional des Lettres pour sa réalisation. Que dans ces lignes, Jean Chapelot (directeur de recherche au CNRS, médiéviste) recueille aussi le témoignage de ma gratitude pour avoir soutenu la première version. Ils ont patiemment attendu que j’en refonde le contenu pour livrer aujourd’hui un travail plus abouti. Avec Michel Barbaza, ils sont artisans de sa parution.

4Les rapporteurs du mémoire puis du premier manuscrit, Corie Bakels (professeur à l’Institut bioarchéologique de Leiden, Pays-Bas), Pierre Bonnassie (professeur honoraire à l’université de Toulouse-Le Mirail), Georges Comet (professeur honoraire à l’université de Provence) et François Sigaut (directeur d’études à l’EHESS) m’ont témoigné leur soutien scientifique depuis toutes ces années. Ma recherche, et plus particulièrement ce travail, sont teintés des publications de ces derniers et de leurs séminaires, si riches et féconds de cette vision plurielle de l’histoire des gestes et des pratiques. Ma formation carpologique a profité de l’accueil chaleureux et de la disponibilité enthousiaste de Corie Bakels.

5Georges Comet n’imagine sans doute pas l’honneur qu’il me fait en préfaçant cet ouvrage, témoignage de sa confiance, de l’intérêt d’historien qu’il porte aux semailles des champs archéologiques.

6Je ne peux oublier l’accueil chaleureux de l’équipe d’historiens médiévistes de Toulouse (UMR 5591) et, parmi eux, Maurice Berthe (professeur honoraire à l’université de Toulouse-Le Mirail) et Benoît Cursente (directeur de recherche au CNRS), tous deux directeurs successifs de cette équipe, aujourd’hui Framespa (équipe UMR France méridionale-Espagne). À travers leur séminaire doctoral et leurs rencontres de laboratoire, ils vivifient presque par « coutume », oserais-je écrire, les liens naturels entre l’histoire et l’archéologie. J’associe avec bonheur Monique Bourin (professeur à l’université de Paris-Sorbonne), qui n’a eu de cesse depuis notre rencontre de croire en cette recherche, encore nouvelle il y a peu. Je lui dois de pouvoir l’exercer aujourd’hui dans le cadre professionnel du CNRS. Sa sympathie m’a secourue dans les moments de doutes.

7Je n’oublie pas Jean-Marie Pailler (professeur à l’université de Toulouse-Le Mirail et à l’Institut universitaire de France), directeur de l’UMR 5608 (UTAH), qui, dans l’équipe, m’a permis de construire une unité de carpologie en lui accordant une place et des moyens de travail dont je mesure chaque jour les avantages.

8Trois conservateurs au service régional de l’Archéologie de Midi-Pyrénées se sont succédé entre 1984 et 2001 depuis la prise en charge de cette étude. Robert Lequément et Marie-Geneviève Colin ont favorisé la mise en œuvre matérielle du travail d’extraction en mettant à ma disposition les locaux du dépôt du SRA, et Michel Vaginay a accueilli le projet final de publication avec intérêt et appuyé la parution de l’ouvrage.

9Ce travail a, par ailleurs, bénéficié du soutien financier du Conseil régional de Midi-Pyrénées dans le cadre de contrats triennaux entre 1996 et 2002 sur le programme « Approche carpologique des systèmes agraires et des productions végétales dans le Sud-Ouest depuis l’Antiquité jusqu’à la fin du Moyen Âge ».

10Ma reconnaissance ne sera jamais assez grande envers l’équipe de fouilleurs bénévoles, la plupart amateurs à l’époque, des campagnes de 1983 et 1984 qui, avec courage et bonne humeur, ont réalisé les prélèvements de près de deux tonnes de sédiment et les ont descendus sur le dos jusqu’au poste de stockage. Parmi eux, c’est à Bernard Pousthomis (directeur du bureau d’études HADES), Nelly Pousthomis-Dalle (maître de conférences à l’université de Toulouse-Le Mirail) et Frédéric Vidaillet (INRAP) qui ont dirigé les opérations de terrain, ont accepté de ralentir le décapage pour mettre en place les prélèvements systématiques et m’ont laissé accès à tous leurs résultats et aux informations de dernière minute, que ce travail rend hommage. Sans eux, sans leurs efforts, ces milliers de semences n’auraient jamais été étudiées.

11L’équipe de chercheurs a grandi au fil du temps et des travaux accomplis sur ce castrum. Je remercie chaleureusement mes collègues Aline Durand (anthracologue, maître de conférences à l’université de Provence), Vianney Forest (archéozoologue, INRAP), Cécile Gloriès (doctorante historienne), Florent Hautefeuille (historien archéologue, maître de conférences à l’université de Pau) et Nicolas Portet (archéologue du mobilier équestre, doctorant) pour tous les renseignements inédits qu’ils m’ont aimablement transmis.

12Toute ma gratitude à Yves Blaquières, maire-adjoint de Sorèze (Tarn) qui me confia les semences du site médiéval de Berniquaut, exhumées lors des fouilles anciennes.

13Je remercie mes maîtres palethnobotanistes qui m’ont reçue dans leur laboratoire et accordé plusieurs jours de leur précieux temps pour résoudre mes délicats problèmes d’identification taxinomique : Corie Bakels et son assistant Wilhem Kuijper à Leiden, Stefanie Jacomet (directrice du laboratoire d’archéobotanique) à Bâle et ses collaborateurs, Christophe Brombacher et Sabine Karg, et Wilhem Van Zeist (professeur honoraire) à Groningen.

14Je suis particulièrement redevable à Jean-Denis Vigne (archéozoologue, directeur de recherche au CNRS) qui avait assuré la relecture critique complète du mémoire avant sa reprise, à Lucie Chabal (anthracologue, chargée de recherche au CNRS) et Luc Bourgeois (archéologue historien, chargé de recherche au CNRS) qui ont assuré la difficile tâche de rapporter le nouveau manuscrit.

15Je n’aurai garde d’ignorer tous les collègues qui, par leur aide effective, leurs conseils amicaux ou leurs informations ont contribué à la réalisation de l’ouvrage : Barbara Armbruster (archéologue orfèvre, chargée de recherche au CNRS) qui m’a fait l’amitié de traduire le résumé en allemand, et Carole Lambert (historienne à Montréal, Canada) dont les travaux sur les réceptaires culinaires occitans du Moyen Âge ont inspiré la partie traitant de l’alimentation.

16En plus de ceux déjà cités : Michel Barrère (archéologue, conservateur du SRA Midi-Pyrénées), Sylvie Campech (archéologue, HADES), Cécile Callou (archéozoologue, ESA 8045), Pierre Chalard (archéologue, INRAP), Sylvie Faravel (archéologue, maître de conférences à l’université de Toulouse-Le Mirail), Véronique et Michel Guignard (créateurs du jardin expérimental de Limeuil en Dordogne), Marc Jarry (archéologue, INRAP), Christine Lefèvre (archéozoologue, maître de conférences au Muséum national d’histoire naturelle), Jean-Marc Luce (maître de conférences à l’université de Toulouse-Le Mirail), Perrine Mane (iconologue, directrice de recherche au CNRS), le regretté Claude-Charles Mathon (professeur à l’université des sciences de Poitiers), Anne Tresset (archéozoologue, chargée de recherche au CNRS), Nicolas Valdeyron (préhistorien, maître de conférences à l’université de Toulouse-Le Mirail), Georg Willcox (archéobotaniste, chargé de recherche au CNRS).

17À Marie-Laure Le Bail (anthropologue médiéviste) qui répondit à mes nombreuses interrogations « anthropologiques » et Jacques Coularou (préhistorien, ingénieur de recherche au CNRS), toujours présent et attentif.

18À Pierre Campmajo (préhistorien) et Christine Rendu (archéologue, historienne, ethnologue, chargée de recherche au CNRS, Framespa) avec lesquels j’ai partagé des moments d’ascensions gourmandes dans les estives cerdanes. Leur travail et les nombreuses discussions avec Christine sur le pastoralisme ont forgé mes réflexions sur le finage médiéval et moderne de Durfort et l’articulation entre les productions agropastorales.

19À tous mes proches, ceux de Montreuil-sous-Bois, ceux de Drancy, ceux de l’Hérault, qui bon an mal an supportent les périodes d’incertitude.

20À Hélène, ma mère, qui dut répondre à bien des exigences. Le motif de la couverture est inspiré d’un de ses dessins.

21À Jean-Denis, compagnon de route, de doutes et de rêves.

22À Nicolas, qui a grandi en entendant parler de « ce Castlar » qui lui a ravi tant de moments.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search